Version classiqueVersion mobile

Violences et victimation

 | 
Patrick Martin-Mattera

Affronter le syndrome victime/délinquant à l’adolescence : la mondialité comme cadre de pensée1

Daniel Derivois

Texte intégral

  • 1 Ce texte s’appuie sur des éléments présentés lors de la Journée d’études organisée par les Universi (...)

« Agis dans ton Lieu. Le monde s’y tient. Pense avec le monde »
E. Glissant, 2005.

1Notre objectif est triple : présenter un aspect du complexe « violences et victimation », poser la mondialité comme cadre pour le penser et proposer des pistes pour une intervention efficace auprès d’adolescents à la fois victimes et délinquants.

1- Le problème des adolescents victimes/délinquants

2Les phénomènes de Violences et de Victimation sont des problématiques complexes, intriquées entre elles qui peuvent concerner deux ou plusieurs personnes en relation mais aussi coexister au sein d’un même individu. Cependant, par-delà l’échelle individuelle, ils ont des dimensions familiales, sociales, urbaines, nationales, internationales, mondiales indéniables qui participent de leur complexité.

3Le niveau mondial – il vaudrait mieux dire global – peut se repérer chez le « patient » et chez le professionnel. Chez le patient, il se manifeste surtout par l’actualisation et l’expression de symptômes globaux qui le dépassent dans sa singularité propre. Chez le professionnel, c’est la lecture clinique, le traitement méthodologique et la posture épistémologique concernant l’actualisation et l’expression de ces symptômes qui portent la marque d’un certain nombre de réflexes et de restes idéologiques qui ont traversé l’histoire de notre perception du monde.

4« Violences » et « victimation » sont souvent étudiées séparément. Cependant, elles distribuent ensemble, en temps réel, leurs effets dans les mêmes groupes sociaux, culturels, institutionnels ainsi que chez des individus singuliers. Ces phénomènes sont ici abordés à partir d’une série de réflexions cliniques, méthodologiques et épistémologiques sur les adolescents victimes/délinquants, engagées depuis environ une dizaine d’années au moyen d’un dispositif combinant pratique et recherche cliniques. Nous appelons ainsi des adolescents qui, ayant été victimes – ou ayant hérité – de maltraitances dans l’enfance et/ou à l’adolescence, affichent des comportements déviants, violents, délinquants tout en se mettant constamment en danger. Ces adolescents recherchent activement, consciemment ou inconsciemment des situations traumatogènes. Ils oscillent entre trois pôles : subir, sentir, agir, que nous avons décrits en termes de « pulsion traumatique » (Derivois, 2004, 2005, 2006), cette force qui tend à faire évoluer la répétition traumatique à l’identique (répétition-répétition) en une répétition qui produise du sens (répétition-symbolisation).

5Pendant longtemps, nous avons eu pour objectifs d’essayer de penser la construction du couple victime-délinquant au sein du même adolescent, d’analyser les parcours spatio-temporels, institutionnels des adolescents et de proposer des pistes pour l’accompagnement de l’adolescent victime-délinquant non seulement dans son environnement familial, social ou institutionnel mais aussi dans l’environnement-monde, cadre global dans lequel prennent sens les événements.

6Nous avons ainsi observé et rencontré ces adolescents dans plusieurs milieux de vie (famille biologique, d’accueil, Maison d’enfants à caractère social, Centre d’éducation renforcée, Maison d’arrêt, école, Zones urbaines sensibles), nous avons échangé avec des professionnels et des familles qui s’occupent d’eux et, à partir des éléments recueillis, nous avons essayé de reconstruire quatre types d’histoires (l’histoire délinquante et pénale, l’histoire familiale et sociale, l’histoire institutionnelle, l’histoire de la relation clinique) qui permettent de repérer certains ratés dans le processus de développement des adolescents et quelques hiatus dans leur prise en charge.

7Nous avons été frappés par l’épuisement des professionnels face à la complexité des phénomènes, ainsi que par le risque de « maltraitance théorique » (F. Sironi, 2007) alimenté par cet épuisement. Les adolescents résistent aux dispositifs classiques mis en place, mettent également à l’épreuve les institutions, comme s’ils voulaient pousser les murs institutionnels à la recherche de coétayages inter-ou extra-institutionnels. Les institutions contiennent de plus en plus difficilement la violence des adolescents. Epuisées, elles cèdent souvent à la facilité, elles participent au renforcement de la violence et de la maltraitance, se transformant, malgré elles, en institutions maltraitantes, traumatogènes, à défaut d’être étayantes.

8Cette maltraitance institutionnelle se traduit notamment par une absence de continuité dans les prises en charges mais aussi par une approche clivée des problématiques : adolescents délinquants d’un côté, adolescents victimes de l’autre. Nous faisons ainsi face à des adolescents dé-privés d’environnements contenants ; disloqués par les passages répétés de milieu de vie en milieu de vie ; des adolescents confrontés plus que jamais à l’impasse identitaire (qui suis-je ?) ainsi qu’à la nécessité de reconstruire un « Habitat interne » (A. Eiguer, 2004) : où suis-je ? Ces adolescents, sensibles à l’environnement, sont tantôt dans la provocation (certains, par exemple, en quête de repères, se font le salut d’Hitler jusqu’à ce qu’un éducateur réagisse et se rende compte de leur banalisation du geste), tantôt dans l’attente qu’il se passe quelque chose dans l’environnement (attente d’une réponse à une simple question, par exemple).

9Nous nous sommes rendu compte que le syndrome Adolescents victimes/délinquants était une problématique globale, qu’elle partageait des symptômes communs avec l’état du monde (clivage, violence subie/agie, impasse identitaire, etc.). Cela a nourri l’idée d’un projet d’une clinique de la mondialité dont le vecteur est la pensée complexe.

2- La clinique de la mondialité comme cadre général de pensée

10Nous avons longtemps vécu dans un monde clivé : Occident/Orient ; Nord/Sud ; Eux/Nous ; Blancs/Noirs ; Nationaux/Immigrés, etc., un monde où l’altérité a toujours été construite à l’extérieur (E. Said, 2005) à défaut de sa prise en compte à l’intérieur de nous. Ces différents niveaux de clivage ont affecté notre manière de penser, falsifié nos regards sur nous-mêmes et entravé notre compréhension des phénomènes sociaux à l’échelle mondiale. La violence et la victimation font partie de ces phénomènes transnationaux, transversaux, qui suscitent un malaise dans nos sociétés et appelle un changement de perspective.

11Pourtant, nous vivons à une époque où nous prenons de plus en plus conscience de l’impact de certaines grandes problématiques du monde sur les comportements et attitudes de chaque citoyen, quel que soit le lieu géographique où il se trouve. Nous vivons dans un monde où les symptômes présentés par un individu singulier reflètent ceux du monde entier au point où il devient difficile voire imprudent pour le clinicien d’aujourd’hui (théoricien ou praticien) d’accompagner efficacement un sujet singulier sans être à l’écoute des battements du monde au cœur de chaque symptôme.

12Ces constats nous amènent à construire un cadre général pour tenter de dépasser les clivages et penser l’intrication du global et du local, du groupal et du singulier, du mondial et du national, que nous proposons d’appeler clinique de la mondialité. La clinique de la mondialité est une disposition d’esprit dans laquelle le clinicien se préoccupe de penser le sujet singulier dans le monde et en même temps de repérer le mondial dans les moindres expressions de ce sujet singulier. Elle vise à amener le sujet singulier à se penser dans le monde en même temps qu’il se pense dans le pays où il vit, dans ses groupes d’appartenance (familles, institutions, etc.), dans la relation interpersonnelle et dans son intimité.

13Le mondial désigne ici l’expression des grandes problématiques humaines du monde qui touchent de près ou de loin tout individu confronté au défi de l’inter. Parmi ces problématiques majeures, on peut noter : la violence subie/agie (héritage notamment des guerres mondiales, coloniales, interethniques et des traumatismes intentionnels et historiques), le déplacement géographique des populations (migration forcée ou volontaire, immigration, colonisation, etc.) et l’impasse identitaire qui en résulte (repli identitaire, essentialismes, nationalismes, communautarismes, etc.). Autant d’aspects qui servent d’arrière-fond au développement de la délinquance des adolescents dans les sociétés occidentales. Le syndrome adolescents victimes/délinquants est ainsi une version miniaturisée, un ensemble de traces actuelles et actualisées, un condensé, un concentré de ces tensions dans le monde.

14Cette étude sur les parcours d’adolescents victimes/délinquants d’origines géographiques et culturelles diverses, à travers ces différents milieux de vie mentionnés plus haut nous sert de support pour commencer à mettre à l’épreuve ce cadre général nécessaire à l’éclairage des problématiques et à l’efficacité de l’accompagnement de ces adolescents dans l’environnement-monde. Nous partons donc de l’idée que les phénomènes de violences et de victimation (syndrome victime/délinquant) sont des problématiques mondiales avant d’être continentales, nationales, sociales, institutionnelles, familiales et personnelles ; et qu’il convient de tenir compte de cette complexité dans les dispositifs d’accompagnement.

3- Accompagner l’adolescent victime/délinquant dans le monde

  • 1 Ces axes sont développés dans notre ouvrage Les adolescents victimes/délinquants. Observer, écouter (...)

15Nous ne ferons ici que résumer cinq axes nécessaires à l’accompagnement de l’adolescent victime-délinquant dans le monde avant de conclure sur la nécessité d’une posture clinique mondiale1.

3.1- Dépasser les clivages victime/délinquant

16Les clivages dans notre perception du monde nous poursuivent jusque dans nos milieux professionnels. Des défenses collectives nous empêchent de composer avec la complexité des phénomènes. Nous parlons de délinquance chez les adolescents comme si cette délinquance n’avait rien à voir avec les traces traumatiques dont sont porteurs, dépositaires ou objets ces mêmes adolescents.

17Pour accompagner l’adolescent délinquant, il convient tout d’abord de dépasser les clivages victime/délinquant. Ces clivages sont d’ordre juridique (textes de loi sur l’enfance délinquante ou sur l’enfance en danger), politique (construction de la dangerosité à l’extérieur, dans les banlieues, chez ceux qui « viennent d’ailleurs »), institutionnel (institutions pour protection – Maisons d’enfants à caractère social, institutions pour punition – Maison d’arrêt : « ce gamin ne relève pas de nos compétences », phénomène de la « patate chaude »), disciplinaire (« est-ce qu’il a un suivi psy ? », comme si le psy tout seul pouvait tout résoudre), épistémologique (fragmentation des sciences humaines qui s’occupent de la délinquance). Beaucoup de cas de récidive et de suicide chez les mineurs peuvent s’expliquer par ces clivages. L’échec des prises en charge est souvent dû à une occultation de nombreux facteurs intervenant en même temps dans l’activité délinquante.

18La délinquance à l’adolescence est un problème complexe qui ne peut pas être traité de manière isolée, clivée. Elle entretient un dialogue serré avec un long processus historique traumatique qui traverse les familles, les institutions (scolaires, sanitaires, socio-judiciaires et éducatives), les quartiers sensibles, les continents et le monde. Il en résulte, pour l’adolescent, la formation d’un syndrome victime/délinquant qui se nourrit et se renforce dans/par sa traversée dans l’espace-temps. Cette double polarité du syndrome se déploie dans une pluralité de contextes.

3.2- Pratiquer une lecture plurifocale des parcours des adolescents

19Cette pluralité de contextes du déploiement du syndrome appelle une lecture plurifocale des parcours de ces adolescents. En effet, ces derniers se déplacent avec leurs problématiques et symptômes tout en déplaçant leur expérience traumatique et délinquante sur de nouveaux pôles identificatoires (les professionnels du social, du scolaire ou du judiciaire, etc.) dans de nouveaux contextes familiaux, institutionnels, géographiques.

20Ainsi, au sein d’un même adolescent, il est question du déplacement des traces traumatiques dans les comportements délinquants, du déplacement des expériences infantiles de protection ou de défaut de protection sur la scène adolescente, du déplacement du syndrome victime/délinquant de « quartier » en « quartier », de famille en famille, de génération en génération, ainsi que de son trajet à travers les familles d’accueil et les institutions de placement et d’incarcération. S’ajoute à cela une autre forme de déplacement qui concerne particulièrement –mais pas exclusivement – les adolescents (de) migrants ayant migré d’un contexte culturel à l’autre ou confrontés directement ou indirectement à la transmission du vécu migratoire des parents. Ces migrations humaines s’accompagnent de migrations des savoirs sur soi et sur l’autre, migrations des représentations de soi, de l’autre et de l’environnement (-monde) en général, migrations de leur « habitat interne » (A. Eiguer, 2004) et de leurs théories du soin. Tous ces niveaux de déplacement des problématiques nous poussent à adapter nos modes d’accueil de la souffrance de l’adolescent en relation avec son environnement familial, social, institutionnel, urbain et mondial.

3.3- Construire des « tâches primaires » partagées

21La lecture plurifocale, qui consiste à observer l’adolescent en des lieux différents, en des temps différents par des personnes différentes, suppose une adaptation de la philosophie des prises en charge institutionnelles. En effet, parce que leurs problématiques se déplacent, parce que les adolescents ne sont jamais là où les professionnels les attendent, les adolescents victimes/délinquants mettent à mal les institutions et interrogent leur « tâche primaire » (R. Kaës, 2000), c’est-à-dire ce pour quoi elles sont missionnées, ce qui les fonde et justifie leur existence. Un professionnel dans le champ de la protection de l’enfance ou dans l’institution scolaire ne s’attend pas forcément à affronter la délinquance du mineur qu’il protège des maltraitances familiales ou chez qui il est censé susciter le désir d’apprendre. De même, un surveillant de prison ne s’attend pas vraiment à devoir accueillir les traces traumatiques chez un mineur qui purge sa peine. Quel professionnel doit s’occuper de quoi ? Dans quel milieu institutionnel doit-il s’en occuper ?

22Ces adolescents nous poussent à faire bouger les lignes en ce qui concerne nos missions premières. Ils nous poussent à travailler ensemble. Parce que les professionnels des diverses institutions se partagent leurs expériences traumatiques et délinquantes, ces adolescents nous poussent à concevoir des tâches primaires partagées (Derivois, Ginecci, Sornin, 2008) par plusieurs environnements institutionnels, en vue d’une cohérence dans les prises en charge. Leurs problématiques s’étalent dans l’espace et le temps institutionnels. Elles s’étalent sur les scènes sociale et politique. Elles s’étalent dans l’environnement-monde.

23Accompagner l’adolescent dans une institution, c’est avant tout l’accompagner dans l’environnement-monde. L’accompagnement dans le monde s’impose comme dénominateur commun dans le traitement de la délinquance des mineurs. Un aspect des tâches primaires partagées serait d’avoir ce souci d’accompagner le processus mondial, la marche du monde, élaborer l’inscription des problématiques mondiales dans la problématique personnelle de chaque mineur délinquant.

3.4- Adopter des postures interculturelles

24En plus de postures interinstitutionnelles par la conception de tâches primaires partagées et de postures interprofessionnelles par l’élaboration et le dépassement des clivages disciplinaires et épistémologiques, il convient d’adopter des postures interculturelles. Nous vivons dans des sociétés multiculturelles où la délinquance des mineurs, notamment dans les banlieues, est souvent ethnicisée, racialisée, réduite aux problèmes d’étrangers ou de jeunes issus de l’immigration en mal d’intégration. Il importe que le professionnel ne confonde pas migration, étrangers et interculturalité. Il importe de savoir qu’en dépit de la diversité culturelle, l’interculturalité ne va pas de soi et qu’elle est un ensemble de problématiques complexes à penser à plusieurs niveaux (D. Derivois, 2009).

25Il y a d’abord l’interculturalité des populations accueillies, à laquelle le système social est plus ou moins habitué. En ce qui nous concerne ici, les adolescents « venus d’ailleurs », « issus de l’immigration » rentrent bien dans ce cadre. Mais il convient de préciser que nous sommes tous en situation interculturelle. Quel que soit l’adolescent rencontré, il est en situation interculturelle par le fait même qu’il est dans un monde mondialisé où plusieurs « cultures » s’entrecroisent. Un adolescent Africain en Europe n’est pas plus en situation interculturelle que l’adolescent Européen dit « de souche » qu’il rencontre à l’école, dans un foyer ou en prison.

26Il y a l’interculturalité des professionnels qui peuvent eux aussi venir d’ailleurs, issus de l’immigration mais ne sont pas plus en situation interculturelle que leurs collègues Euro-européens. Cependant, ces professionnels, parce qu’ils sont professionnels et travaillent avec des théories et des formes de pratiques diverses, sont, en plus, concernés par une interculturalité professionnelle (interprofessionnelle) et une interculturalité relative à la migration des savoirs.

27Ainsi, une interculturalité des modèles, théories et concepts utilisés qui constitue le troisième pilier. Tout comme les adolescents et les professionnels, les concepts aussi se déplacent, voyagent (E. Morin, 2005) et sont aussi confrontés à des mutations de sens auxquelles le professionnel doit rester vigilant afin d’éviter de tomber dans la maltraitance théorique (F. Sironi, 2007), cette maltraitance induite par des théories inadéquates, nourries par un universalisme ethnocentré (E. Said, 2005).

28Parallèlement à ces trois niveaux, il est important que le professionnel tienne compte des cinq paliers suivants du travail psychique interculturel relatif à une saisie de soi dans le monde. L’adolescence est une période où la souffrance identitaire se pose dans toute son acuité. On ne peut pas demander à l’adolescent (à n’importe qui d’ailleurs) de se penser, de construire son identité sans une confrontation à l’autre dans la relation familiale, sociale, clinique ou thérapeutique (intersubjectif). On ne peut pas lui demander de se penser sans référence à ses groupes familiaux, sociaux, institutionnels, etc. (dimension groupale). Pour se définir, l’adolescent a besoin de comprendre le cadre national dans le lequel il est né, dans lequel il est arrivé, dans lequel il évolue, les liens que cette nation entretient ou a entretenu avec telle ou telle autre nation (dimension inter-nationale). La saisie de soi ne saurait faire l’économie d’une articulation avec l’environnement-monde qui contient les groupes (inter-) nationaux, familiaux, sociaux, culturels, institutionnels, qui eux contiennent chaque individu se définissant l’un par rapport à l’autre.

29Ainsi, se penser passe par les cinq dimensions suivantes : Mondiale, Nationale, Groupale (famille, fratrie, institution…), Intersubjective (dans la relation à l’autre) et Intrapsychique (relation de soi à soi, registre de l’intime). La question centrale de l’identité aujourd’hui n’est donc plus « qui suis-je ? » ou « que suis-je ? », ni même « où suis-je ? » mais « où en suis-je ? », interrogation qui force au travail de symbolisation des histoires collectives et singulières, qui incite à se saisir de soi dans le monde. Une géopolitique de l’identité, en somme. Ces niveaux, paliers et interrogations s’inscrivent dans une clinique-monde, une clinique de la mondialité où le sujet singulier prend conscience de la part mondiale en lui et de sa place dans le monde.

30Le schéma suivant propose de visualiser les points forts de ce cadre qui incite à affronter la complexité :

Schéma : la complexité clinique interculturelle

Schéma : la complexité clinique interculturelle

3.5- Affronter la complexité

31Tout cela revient à dire qu’il faut affronter le défi de la complexité. Ainsi que le souligne E. Morin (2005), « le tout est dans la partie qui est dans le tout ». Le « Tout-Monde », pour reprendre l’expression de Glissant (2005), se retrouve dans chaque adolescent victime/délinquant.

32Affronter la complexité, c’est intégrer les diverses réalités (biologique, familiale et conjugale, sociale et urbaine, matérielle, inter culturelle, transgénérationnelle, psychique, institutionnelle, politique et juridique, médiatique) qui participent de la formation du syndrome victime/délinquant. Affronter la complexité, c’est écouter en même temps l’adolescent placé, l’élève en échec, le cas social, le gars du quartier, le mineur délinquant, le stagiaire en insertion, le détenu mais aussi et en même temps écouter le sujet interactif – pris dans le tissu social et les symptômes de son époque – qui sommeille chez chaque adolescent.

33Affronter la complexité permet de constater qu’il n’y a presque pas de différence de fond entre les adolescents victimes et les adolescents délinquants. Ce sont les mêmes adolescents, observés en des lieux et temps différents, par des personnes différentes, avec des motivations différentes et des objectifs différents. Affronter la complexité, c’est s’impliquer personnellement et collectivement, se préparer à pratiquer une écoute transversale, mondiale. Affronter la complexité, c’est aider l’adolescent à (se) penser (dans) le monde.

4- Le lien victime/délinquant éclairé par une approche globale

34Pour aider l’adolescent à penser le monde et se penser dans le monde, il est important que le professionnel puisse lui-même se penser dans le monde, repérer les grandes problématiques du monde (l’impérialisme de la pensée, par exemple) dans les modèles théoriques qu’il utilise, les dispositifs de prévention et de prise en charge qu’il met en place. Autrement dit, il est important qu’il soit, par-delà l’institution dans laquelle il exerce, le pays dans lequel il évolue, dans une posture clinique mondiale, globale, où il agit dans son lieu tout en pensant avec le monde. (« Agis dans ton lieu, pense avec le monde », dit E. Glissant, 2005).

35Accompagner un adolescent aujourd’hui, c’est d’abord l’accompagner dans l’environnement-monde, cheminer avec lui à travers diverses couches environnementales (familiale, institutionnelle, urbaine, nationale… et mondiale) L’accompagnement est une traversée plurielle : familiale, intergénérationnelle, interinstitutionnelle, interculturelle (D. Derivois, 2008). Une traversée du monde. Traverser le monde, c’est s’exposer au défi de l’inter.

36Accompagner dans la mondialité commence par la confrontation au défi de l’inter. Interprofessionnel. Interdisciplinaire. Interinstitutionnel. Interculturel. International, etc. Nous avons trop longtemps fonctionné selon des logiques binaires. Nous avons trop longtemps clivé le monde, trop longtemps fractionné les savoirs et nos champs de compétences. Nous sommes désormais face à un défi : le défi de l’inter. Un défi épistémologique, politique et éthique !

37Nous tendons obligatoirement vers une clinique de la mondialité qui suppose un décentrage nécessaire. Les cliniciens – c’est-à-dire ceux qui s’occupent de l’infiniment petit dans l’infiniment grand, de l’infiniment grand dans l’infiniment petit, ceux qui s’occupent de la dimension globale du détail parmi les choses les plus impressionnantes en volume, en apparence et en quantité – n’ont pas le choix. Ils doivent composer avec la complexité et la mondialité dans leurs pratiques et leurs démarches d’élaboration, de compréhension, d’interprétation et de restitution du travail effectué avec leurs « patients ». Les cliniciens de demain seront ceux qui tout en se situant et se pensant dans le même monde que leurs « patients », sauront écouter en eux le mondial dans l’intrapsychique et co-sentir l’intime dans le global. Ce seront ceux qui sauront entendre et écouter les battements du monde dans chaque mot, chaque geste, chaque souffle survenu dans la relation clinique. Ce seront ceux qui sauront d’abord se penser, pour ensuite penser les patients – ici les adolescents victimes/délinquants – et les aider à se penser avant tout dans l’environnement-monde.

38Car « la mondialité est cette aventure sans précédent qu’il nous est donné à tous de vivre, dans un espace-temps qui pour la première fois, réellement et de manière foudroyante, se conçoit à la fois unique et multiple, et inextricable » (E. Glissant, 2005). Nous sommes avant tout dans l’environnement-monde avant d’être dans une famille ou une institution. Nous sommes avant tout dans une famille, une institution avant d’être dans le monde. Nous sommes en même temps dans une famille, une institution, un pays et dans le monde. Nous sommes en nous-mêmes et hors de nous. Nous sommes chez les autres qui sont chez nous et en nous en même temps. La clinique d’aujourd’hui n’a pas d’autre choix que de se mondialiser/globaliser si elle veut contribuer à la compréhension, au traitement, à la prise en charge des adolescents victimes/délinquants et jouer encore un rôle dans l’aventure humaine du XXIe siècle.

Bibliographie

Derivois D., Les adolescents victimes/délinquants. Observer, écouter, comprendre, accompagner, De Boeck, 2010.

Derivois D., Ginecci M., Sornin C. Le traumatisme partagé, un accueil institutionnel. In Le Divan familial, 21, automne 2008, p. 185-197.

Derivois D. La complexité clinique interculturelle. In Revue L’autre, 10, 1, p. 64-79.

Derivois D., Clavel-Inzirillo B. et Marguet-Guillen M. Fragilités et dangerosités adolescentes : l'environnement en question. In P. Mbanzoulou et al. (dir.), Les nouvelles figures de la dangerosité, L'Harmattan, coll. Sciences criminelles, 2008, pp. 383-389.

Derivois D. La traversée traumatique de l’enfant placé en institution : un point de vue clinique. In Pratiques psychologiques, vol. 14, # 3, sept. 2008, p. 339-356.

Derivois D. Interculturalités et relations drogues-crimes à l’adolescence : enjeux épistémologiques et méthodologiques, in Revue internationale de criminologie et de police technique et scientifique, avril-juin 2007, p. 215-225.

Derivois D. Le trajet de la violence à l’école, in Spirale, Revue de Recherches en Education, # 37 janvier 2006, p. 39-48.

Derivois D. Quand l’enfant placé s’identifie au père incarcéré, in Gaillard, B. Les violences en milieu scolaire et éducatif, Presses de l’Université de Rennes, 2005, p. 409-417.

Eiguer A. L’inconscient de la maison, Dunod, 2004.

Glissant E. La Cohée du Lamentin, Gallimard, 2005.

Kaës R. L’institution et les institutions, Dunod, 2000.

Morin E. Introduction à la pensée complexe. Seuil, 1995.

Moro M.-R. Enfants d’ici venus d’ailleurs, Éditions La Découverte, 2002.

Said E. L’orientalisme. L’Orient crée par l’Occident, Seuil, 2005.

Sironi F. Psychopathologie des violences collectives, Odile Jacob, 2007.

Notes

1 Ces axes sont développés dans notre ouvrage Les adolescents victimes/délinquants. Observer, écouter, comprendre, accompagner, De Boeck, 2010.

Notes de fin

1 Ce texte s’appuie sur des éléments présentés lors de la Journée d’études organisée par les Universités catholiques de France et du IIème Congrès Européen sur la Délinquance des Mineurs en novembre 2008, respectivement à l’Université catholique de l’Ouest à Angers et au Palais des congrès de Lyon.

Auteur

Maître de Conférences en Psychologie Interculturelle, Psychologue clinicien, Université catholique de Lyon, Université Lyon 2, Université de Lyon, France.daniel.derivois@univ-lyon2.fr

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search