Desktop versionMobile Version

Violences et victimation

 | 
Patrick Martin-Mattera

Présentation

Patrick Martin-Mattera

Volltext

1Ce livre est issu de la collaboration de neuf chercheurs, français, belges et canadiens, impliquant huit universités. Ces chercheurs abordent la thématique de la violence et de la victimation, de points de vue complémentaires dans le champ de la psychologie.

2La question de la violence et de son traitement est aujourd’hui une préoccupation sociale de plus en plus grande, qui suscite des débats passionnés, et à cette question la psychologie est tenue de répondre. De la violence en effet, on parle de plus en plus, ce qui n’empêche semble-t-il nullement le surgissement de ses diverses manifestations : violences de guerre et tortures, terrorisme, violences de la rue, violences sexuelles, violences conjugales, violences physiques et/ou psychiques, violences de la société, violences symboliques, violences dans les entreprises, harcèlement, licenciements de masse, prédominance de la réussite économique sur l’harmonie des relations humaines, etc.

3Ces violences sont agies ou subies, elles sont le fait de sujets qui répondent parfois à des contraintes psychiques, pulsionnelles, interpersonnelles, sociales. Comment les psychologues considèrent-ils les manifestations de la violence auxquelles ils ont affaire, comment en envisagent-ils le traitement, quelles peuvent être les solutions aux niveaux individuel et collectif ? De l’engrenage de la destruction guerrière au déchaînement d’une jouissance qui ne serait plus interdite, du passage à l’acte psychopathique à la mise en acte d’un scénario pervers, de la banalisation de l’agression à la préméditation d’un crime, la violence engage des êtres humains dans des rôles dont ils deviennent souvent les acteurs involontaires. Bourreaux et victimes sont liés par les faits sur une scène où le réel se mélange à la face la plus sombre de l’imaginaire.

4Que dire alors de ce processus de « victimation », distingué de celui de la victimisation comme nous le verrons au fil des chapitres, qui s’amplifie dans la société aujourd’hui ? Est-ce là le sursaut, devenu enfin possible, de ceux et celles qui refusent maintenant de continuer à subir, ou bien un moyen, enfin trouvé, de s’identifier à un groupe pour mieux se défendre, ou encore le résultat d’une pression et d’une tendance sociales dont il reste à déterminer le caractère bénéfique ou pathogène ?

5Cet ouvrage offre des pistes de réponses à certaines de ces questions. Il est organisé en six chapitres qui déploient la problématique de la violence et de la victimation dans les domaines de la psychologie du travail, de la psychologie sociale, et de la psychologie clinique. Les perspectives de recherche, diversifiées, se soutiennent entre elles, et l’ensemble converge vers une réflexion qui a été voulue à la fois vaste et précise sur la thématique choisie.

6Dans le premier chapitre, intitulé De l'identification des violences institutionnelles à la nouvelle entropie des organisations : quelles issues ?Georges Masclet indique que le nombre de symptômes dont souffrent nos organisations aujourd'hui : stress, burn-out, addictions, violences, harcèlements, montre que le fait de manager les hommes est devenu un problème de société grave, qu’il est essentiel de prendre en considération et de traiter. L’auteur développe la teneur de ces violences dont souffrent les personnes au travail, violences qui sont massivement méconnues.

7Les raisons du malaise sont multiples et les recherches pratiquées ces dernières années, tant en France qu’à l’étranger, révèlent, derrière les vitrines du progrès social, un monde de souffrance qui laisse parfois incrédule. Les symptômes de cette pathologie sociale et psychique du travail découlent d’une libéralisation qui mobilise chez les individus les dimensions narcissiques les plus élémentaires et les met en compétition, comme ils y ont été accoutumés depuis l'école primaire. Cependant, l’effet même de ces pathologies nous aide à prendre conscience de la nécessité d’un changement. Ce sont les perspectives de ce changement possible qui sont enfin tracées dans ce chapitre.

8Dans le deuxième chapitre, La victimisation symbolique : vers une traduction de la complexité dans les organisations, Didier Desonnay et Mylène Forte proposent une grille de lecture psychosociale sur la victimisation en détaillant une dizaine de facteurs qui favorisent l’émergence des souffrances au travail. Par l’introduction intermédiaire de ces facteurs, c’est l’explication ternaire propre à la psychologie sociale qui est substituée à une approche binaire des phénomènes, parfois trop mécanique. L’argument épistémologique prône l’importation de concepts et d’heuristiques ajustés à la discipline de la PTO (Psychologie du Travail et des Organisations), notamment en s’affranchissant d’acceptions teintées d’idéologie positiviste ou économique. Les auteurs mettent ainsi en garde contre des croyances et conduites en ressources humaines dans les organisations qui valident ou justifient les souffrances au travail. Ils y envisagent aussi l’intervention de conseil en ressources humaines par le psychologue qui occupe dans l’organisation une posture générique de tiers, et provoque des ruptures systématiques avec la commande sociale d’intervention. Ils précisent alors ces ruptures avec le temps économique et avec la peur du changement et y appliquent un modèle d’intervention nommé la « consultatio ». Par ces facteurs, Didier Desonnay et Mylène Forte posent ainsi les jalons d’une psychologie sociale clinique appliquée aux objets des souffrances au travail ainsi qu’au statut de victime dans les organisations et introduisent l’idée de « victime symbolique ».

9Dans le chapitre trois, Affronter le syndrome victime/délinquant à l’adolescence : la mondialité comme cadre de pensée, Daniel Derivois traite du phénomène de la violence et de la victimation à partir des problématiques des adolescents à la fois victimes et délinquants, ce qui situe déjà les deux pôles majeurs du problème. La complexité de ces problématiques amène l’auteur à proposer un cadre global pour les penser, celui de la mondialité, dont un des principes est de repérer le global dans le local, le singulier dans le collectif, le tout dans une dynamique d’ensemble. Il en ressort des pistes pour accompagner l’adolescent victime/délinquant non seulement dans le cadre familial, social ou institutionnel, mais avant tout dans ce que Daniel Derivois appelle « l’environnement-monde ».

10Dans le quatrième chapitre, Étude exploratoire des homicides-suicides dans la famille commis par des hommes, Suzanne Léveillée et Julie Lefebvre rappellent que le suicide d’une personne est un événement toujours dramatique qui affecte des familles entières. Les membres restants de la famille ont la plupart du temps du mal à comprendre et à élaborer leur vécu. Mais quand un homme en vient à tuer sa conjointe et ses enfants, et par la suite se suicide, les membres de l’entourage sont d’autant plus affectés et se demandent comment il se fait qu’ils n’ont rien vu. À cela s’ajoute de la culpabilité et de l’incompréhension. Les auteures proposent alors à ce sujet un travail de recherche clinique dans l’objectif de mieux saisir les enjeux de ces tragédies, enjeux autant psychologiques que sociaux et contribuer ainsi à prévenir ce type de passage à l’acte. Suzanne Léveillée et Julie Lefebvre répertorient d’une part le pourcentage d’homicides-suicides commis sur le territoire de la province de Québec et d’autre part, présentent les caractéristiques sociodémographiques, psychologiques, criminologiques, et situationnelles de trois sous-types d’homicidessuicides dans la famille, commis sur une période de 10 ans (1997-2007) au Québec. Les sous-types sont l’uxoricide, le filicide et le familicide suivis du suicide de l’agresseur.

11Le chapitre cinq Plainte étouffée, plainte revendiquée ; du droit à être victime, écrit par Dominique Reniers traite d’une pratique propre au champ de la psychologie, la victimologie, dont la victime est l’objet de savoir et de pratique. Le processus qui conduit à cette position est la victimation, qui se définit, selon l’auteur comme un « processus objectif attribué dans le discours d’un tiers à un sujet, et qui correspond à l’identification d’une configuration clinique rattachée à un traumatisme vécu justifiant une prise en charge thérapeutique ». Le terme victimisation renvoyant quant à lui au discours du sujet lui-même s’identifiant comme victime sur la base de son éprouvé propre vis-à-vis du traumatisme. L’auteur postule que la victimation est fondamentalement un produit de discours participant d’un enjeu qui est propre à la postmodernité : la constitution d’un espace où scintille une possible proximité avec la jouissance. Elle serait à entendre en cela comme l’un des symptômes du monde contemporain qui donne au traumatisme, quelle qu’en soit la nature, statut de préjudice en appelant à réparation auprès de qui de droit. Une telle politique victimologique tend à s’aligner sur une logique plus large qui modifie fondamentalement l’horizon psychopathologique et clinique auquel est confronté le psychologue ou le psychanalyste aujourd’hui. L’auteur s’appuie entre autres sur les discours de Lacan, discours du Maître, de l’Universitaire, de l’Analyste, et de l’Hystérique, auquel il adjoint le discours du capitaliste pour formaliser et mieux saisir cette dynamique.

12Enfin, dans le sixième chapitre, intitulé Victimation et abus sexuels : présentation clinique et réflexions sur la perversion, Claude Savinaud et Patrick Martin-Mattera étudient les caractéristiques du rapport à la victime dans la perversion. À partir du cas clinique d’un jeune homme contraint à une psychothérapie en raison d’une condamnation pour cumul d’images « pédophiles », les auteurs traitent de la perversion comme type d’organisation et de structuration de la personnalité, et celle de la victimation et de l’inversion de culpabilité comme processus inhérents au fonctionnement pervers. Les « comportements sexuels inappropriés », « nouvelle » catégorie nosographique pour désigner les actes sexuels déviants, mettent en relief l'imbrication complexe des facteurs psychopathologiques individuels et des circonstances environnementales, familiales et sociétales, pouvant entraîner ces actes délictueux graves. L'évolution des mœurs tend à la fois à exposer au grand jour de tels actes, auparavant passés sous silence, et à renforcer l'opprobre sur les acteurs qui sont assimilés à des malades mentaux, supposés dangereux par essence. La nécessaire reconnaissance due aux souffrances des victimes ne doit pas occulter la problématique intersubjective impliquée dans l'acte. Et l'on peut se demander, ne serait-ce que dans un souci prophylactique, quelle souffrance psychique est à l'origine d'un tel trouble de la relation à l'autre, même si l’auteur de l’acte s'y montre insensible et revendique une position de victime de la vindicte sociale. S'agit il d'une perversion, au sens courant d'une volonté de nuire en toute impunité, ou bien d'un processus « mécanique » produisant cet enchaînement d'actes dans lequel le sujet est pris comme un rouage ? Ce texte développe les éléments cliniques qui structurent la perversion et reprend, entre autres, les quatre discours de Lacan dans une perspective différente mais complémentaire du chapitre précédent.

Autor

Dr, HDR, Psychologue, psychanalyste, professeur de psychopathologie, Institut de psychologie et sociologie appliquées (IPSA), Université catholique de l’Ouest (UCO), Laboratoire de psychologie de l’université d’Angers, Équipe d’accueil 2646 ; Centre de recherche de l’IPSA.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search