Version classiqueVersion mobile

Dieux & mythes nordiques

 | 
Patrick Guelpa

V – L’eschatologie nordique : les ragnarök

Texte intégral

1C’est ainsi qu’est appelée l’eschatologie nordique dans les poèmes mythologiques de l’Edda, tandis que l’Edda de Snorri (ainsi que la Lokasenna 39) utilise généralement le terme de ragnarökr : « crépuscule des Puissances » ou « crépuscule des dieux », ce qui représente une réinterprétation ultérieure. Les sources principales pour l’idée de la in du monde sont la Völuspá 44-66 et son commentaire en prose dans la Gylfaginning 50-52 de Snorri. Les ragnarök sont la in des temps, l’eschatologie nordique. Nous avons noté que ce mot, dans l’Edda poétique signifie « Destin des Puissances », c’est-à-dire « accomplissement du Destin des Puissances ». Les ragnarök sont marqué par 5 événements (Gylfaginning 51, Völuspá 45-66) :

1) le fimbulvetr ou « formidable hiver »

2Il durera trois ans, sans été intermédiaire. Il y aura d’importantes chutes de neige, de grandes gelées et le vent sera glacé. Le soleil ne brillera plus. Il y aura tout d’abord trois hivers pendant lesquels surviendront de grandes guerres accompagnées d’une débauche inconnue jusqu’alors, comme le dit la Völuspá 45 :

« Les frères s’entre-battront
Et se mettront à mort,
Les parents souilleront
Leur propre couche ;
Temps rude dans le monde,
Adultère universel,
Temps des haches, temps des épées,
Les boucliers sont fendus,
Temps des tempêtes, temps des loups,
Avant que le monde s’effondre ;
Personne
N’épargnera personne. »
(R. Boyer, op. cit. p. 544)

2) le soleil s’obscurcira, ciel et terre seront ébranlés

3Le soleil sera englouti par un loup et un autre loup avalera la lune. Les étoiles disparaîtront du ciel. La terre entière tremblera, les montagnes s’écrouleront, toutes les chaînes, tous les liens se briseront et seront arrachés ;

3) le loup Fenrir se déchaînera

4) le serpent de Miðgarðr fera déferler la mer sur la terre

4Le navire Naglfari (« nef onglée ») se détachera. Il est fait des ongles des morts. C’est pourquoi il faut couper les ongles des morts, sinon ils donnent beaucoup de matière à Naglfari. Le géant qui le dirige s’appelle Hrymr (chez Snorri, mais dans la Völuspá, c’est Loki) ;

5) le combat de la in des temps et l’incendie cosmique

5Le loup Fenrir va gueule béante ataquer le monde des hommes et des dieux (Miðgarðr et Ásgarðr). Le serpent de Miðgarðr crache son venin. Yggdrasill tremble, le pont Bifröst s’efondre. Pour avertir les dieux, Heimdallr sonne du cor Gjallarhorn. Óðinn consulte la tête de Mímir et les dieux tiennent conseil. De toutes part aluent les Puissances de l’autre monde. Le géant Surtr (« le noir »), géant du feu qui habite le sud (Múspellsheimr), pays du feu et de la chaleur, conduit les ils de Múspell (le souverain du sud), son épée étincelante à la main et la bataille s’engage furieusement sur le champ Vígríðr (« endroit où le combat fait rage », Gylfaginning 51, Vafþrúðnismál 18). Cete bataille est décrite en détail par la Völuspá 53-58 et par la Gylfaginning 51. Tous les dieux, puissamment appuyés par la formidable armée des einherjar, troupes d’élite d’Óðinn, se ruent au combat. Chaque dieu prend personnellement part à la bataille, même Óðinn.

6 Óðinn se bat contre le loup Fenrir et se fait dévorer. C’est Víðarr (« celui qui règne sur un vaste domaine » ; chez Snorri, Skáldskaparmál 18, il est le ils de la géante Gríðr) qui le venge : il est le dieu taciturne, qui possède le puissant brodequin, fabriqué par les temps de toute éternité. Ce sont les lanières que l’on coupe aux chaussures aux talons et aux orteils. Il faut jeter ces languetes si l’on veut venir en aide aux Ases. Víðarr fond sur le loup et, d’un pied, lui écrase la mâchoire inférieure qui traînait jusqu’à terre. D’une main, il saisit la mâchoire supérieure et lui arrache la gueule. Óðinn est vengé.

7 Þórr parvient à tuer le serpent de Miðgarðr, mais, asphyxié par le soule méphitique du monstre, fait encore neuf pas et s’écroule, mort.

8 Freyr, qui n’a pas son épée (car il l’a coniée à Skírnir), afronte Surtr et périt.

9 Týr et le chien Garmr, Heimdallr et Loki s’entretuent.

10Finalement, Surtr, en lançant des lammes sur la terre, provoque l’incendie gigantesque qui détruira le monde entier.

11Mais à ce cataclysme succède le paradis, à la mort la résurrection : la terre surgira de la mer et elle sera verte et belle, les champs porteront du fruit sans avoir été ensemencés. Víðarr et Váli vivront. Ils habiteront Iðavöllr (« plaine toujours jeune »), là où se trouvait jadis Ásgarðr. Les ils de Þórr, Móði et Magni seront avec eux. Reviendront de Hel Baldr et Höðr. Ils discuteront paisiblement sur le passé. Le serpent Níðhöggr disparaîtra définitivement (Völuspá 66). Les hommes renaîtront de Líf (« vif ») et Lífþrásir (« vivace »), Sól (« le soleil », féminin en vn) aura donné naissance à une fille aussi belle qu’elle. Cf. notre petite monographie à paraître prochainement chez L’Harmattan (Paris) : Essai sur l’ancienne poésie islandaise : la Völuspá.

12La Gylfaginning se termine par l’invitation que fait le Très-Haut à Gangleri de mettre à profit toutes les révélations qui lui ont été faites et Gangleri se retrouve tout seul au milieu d’une vaste plaine. Le château-fort a disparu. Il a eu une vision, une extase, une hallucination, une fascination, d’où le titre de la Gylfaginning : La « Fascination de Gylfi ».

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search