Version classiqueVersion mobile

L'Islam médiéval en terres chrétiennes

 | 
Max Lejbowicz

Jacques de Venise

Sten Ebbesen

Texte intégral

  • 1 Le seul fragment connu de son commentaire sur les Seconds Analytiques a été publié et discuté dans (...)

1Jacques de Venise est au Moyen Âge l’un des plus importants protagonistes de la période préscolastique. Il ne l’est pas grâce à son œuvre philosophique. Le peu que nous savons de ses propres commentaires à la logique d’Aristote (Seconds Analytiques et les Réfutations Sophistiques) n’en fait pas un penseur du premier plan, et son exégèse ne semble pas avoir beaucoup influencé celle des auteurs postérieurs.1

2L’importance de Jacques de Venise repose sur ses traductions. Il est intervenu à un moment précis où le monde occidental avait besoin de traducteurs.

3Vers l’an 1100, l’Occident avait commencé à développer un enseignement de haut niveau scientifique, particulièrement dans le Nord de la France et de l’Italie.

4En philosophie, on avait atteint un haut degré de sophistication, alors que la base textuelle restait étroite. On utilisait comme textes de référence l’Introduction aux Catégories de Porphyre, les Catégories et le De l’interprétation d’Aristote, traités qui avait été traduits par Boèce au VIe siècle. On utilisait aussi les commentaires du même Boèce à ces trois œuvres, plus une traduction cicéronienne de la première partie du Timée de Platon avec le commentaire de Calcidius (Ve siècle), et, enfin, un petit nombre d’écrits rédigés directement en latin, en particulier les opuscules logiques d’un Boèce omniprésent.

5Les deux premiers traités de l’Organon aristotélicien dont on disposait en traduction latine occupaient une position éminente dans la bibliothèque philosophique, mais on manquait des bons livres sur l’art de la syllogistique, sur la philosophie naturelle, sur l’éthique et sur bien d’autres disciplines. On savait, cependant, qu’Aristote avait écrit beaucoup d’autres livres que ceux connus jusqu’ici ; ils étaient malheureusement inaccessibles parce qu’ils n’avaient pas été traduit en latin et que la quasi-totalité des savants ignorait le grec.

  • 2 Rien n’assure que ces trois œuvres, qui avec les Seconds Analytiques constitueront l’Ars Nova, aien (...)

6Dans une telle conjoncture, celui qui donnerait au monde latin une nouvelle œuvre d’Aristote était assuré de trouver son public. Il semble que le premier à exploiter la situation fut un anonyme, qui retrouva vers 1120 un exemplaire des traductions depuis longtemps oubliées que Boèce avait faites des Premiers Analytiques, des Topiques et des Réfutations Sophistiques.2

7Peu après cette trouvaille, Jacques de Venise et Burgundio de Pise commencèrent à traduire une grande partie du corpus aristotélicien qui avait été jusque-là inaccessible aux Occidentaux.

Les sources biographiques

8Le fait que Jacques a traduit des œuvres d’Aristote est attesté par trois sources seulement.

    • 3 Voir Lorenzo Minio-Paluello et Bernard G. Dod, Aristoteles Latinus IV. 1-4, Bruges-Paris, Desclée d (...)

    Un Jean, non identifié et traducteur des Seconds Analytiques probablement dans les années 1150 et en tout cas avant 1159, mentionne dans la préface à sa traduction qu’il en existait déjà une, faite par un Jacques.3

    • 4 La note que Robert de Torigni avait insérée dans sa Chronique (« Iacobus clericus de Venetia transt (...)

    Entre 1157 et 1169, Robert de Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel ajouta à sa chronique une note selon laquelle Jacques, un clerc de Venise, avait traduit et commenté certains livres d’Aristote, à savoir les Topiques, les Premiers et Seconds Analytiques et les Réfutations Sophistiques, bien qu’il en existât déjà une traduction.4 La note est insérée à un endroit qui suggère que ces traductions dateraient des années 1120 ou peut-être 1130. Notons que Robert est devenu abbé au Mont-Saint-Michel en 1154 seulement. Il appartenait auparavant au monastère de Bec.

  1. Une note marginale du XIIIe siècle dans un des manuscrits des Seconds Analytiques présente le texte comme une « translatio Iacobi ».

  • 5 Bossier et Brams, Aristoteles, p. XV.

9En acceptant l’attribution à Jacques de la traduction des Seconds Analytiques, on lui a également attribué, à partir d’une analyse stylistique, les traductions de la Physique, du De l’âme, d’une partie des Parva Naturalia et des quatre premiers livres de la Métaphysique (jusqu’à 4.1007a31).5

10Il n’y a, dans la biographie de Jacques, qu’une date incontestable : sa présence à Constantinople en 1136. Il y assistait à la discussion théologique qui mettait aux prises Anselme de Havelberg et Nikitas de Nicomédie. La source de cet épisode est Anselme lui-même. Il mentionne qu’un bon nombre de Latins assistaient au débat et que, parmi eux, se trouvaient trois hommes savants et compétents tant en grec qu’en latin : Jacques de Venise, Burgundio de Pise et Moïse de Bergame.

  • 6 Texte et discussion dans Minio-Paluello, Opuscula.

11Une douzaine d’années plus tard, Jacques rédigea une expertise historico-juridique en faveur de l’archevêque de Ravenne en bute aux ambitions de celui de Milan ; elle devait être présentée au pape.6 Celui-ci rendit sa décision en 1148, probablement peu après la rédaction de l’expertise. Ce document montre que Jacques connait les textes latins pertinents et qu’il sait traduire du grec au latin. Il est raisonnable de croire qu’il a conçu et rédigé son expertise en Italie même. Minio-Paluello a conjecturé de surcroît qu’il aurait assisté au procès qui s’est déroulé à Bologne auprès du pape, et qu’il y aurait rencontré Jean de Salisbury ; ces derniers faits restent hypothétiques.

12Dans son rapport, Jacques se présente comme Jacobus Veneticus Grecus, philosophus ; soit : Jacques le philosophe, citoyen de Venise, qui entretient des liens particuliers avec la Grèce. Il insinue aussi qu’il a plus parlé avec des Grecs qu’avec des Latins. La Grèce à l’époque signifiait l’empire romain d’Orient, et Constantinople en particulier. Comme sa présence est assurée à Constantinople en 1136 et que ses traductions indiquent une formation insuffisante dans au moins une de ces deux langues (le latin ou le grec), la précision Veneticus Grecus semble vouloir dire qu’il est né à Venise, ou qu’au moins il avait un père vénitien, mais qu’il a vécu une assez grande partie de sa jeunesse et de son âge adulte dans la capitale byzantine, sans doute dans le quartier des Vénitiens ; il y a appris le latin, si, du moins, il ne le savait pas encore, et s’y est initié au grec savant.

  • 7 Bossier et Brams, Aristoteles, p. XIX.

13On a proposé de voir en lui un traducteur appointé par l’administration byzantine, à l’instar d’un autre clerc vénitien Cerbanus ; il serait même le « Jacobus Grecus » dont parle Cerbanus, en disant qu’en 1125 il avait entrepris d’écrire le récit d’une expédition vénitienne en Dalmatie.7 Ces suppositions sont plausibles, mais aucun document ne les confirme.

  • 8 Les passages où les interprétations d’Albéric et de Jacques s’opposent se trouvent dans deux œuvres (...)

14Jacques doit être en Italie dans les années 1140, au plus tard en 1148, mais plus probablement déjà vers 1140/45. On a deux textes qui, à propos de divers passages des Réfutations Sophistiques, opposent les interprétations de « maître Jacques » à celles du maître parisien Albéric.8 Il est évident que ce maître Jacques utilisait une source grecque, et il est presque certain que cette source était le commentaire récent de Michel d’Éphèse (voir ci-dessous). Donc, maître Jacques doit être identique à Jacques de Venise, comme l’ont depuis longtemps reconnu Minio-Paluello et De Rijk.

  • 9 Cf. De Rijk, Logica, p. 83-66.

15Il se peut qu’Albéric ait seulement mentionné et réfuté Jacques au cours de son enseignement à Paris. C’est l’explication que je préfère. Mais on ne peut pas exclure que les deux maîtres se soient opposés oralement. Dans ce dernier cas, le lieu du débat le plus probable est Bologne, en Italie, où Albéric semble avoir séjourné pendant les années 1140-46.9 En tout cas, c’est probablement pendant son séjour italien qu’Albéric a pris connaissance de l’interprétation de Jacques, sous une forme soit orale soit écrite. Et c’est sans doute après son retour de Constantinople que Jacques a composé ses propres commentaires aux Seconds Analytiques et aux Réfutations Sophistiques : ils supposent en effet un enseignement à des élèves latinophones, comme le confirment, en parlant de « magister Iacobus », les auteurs des textes qui mentionnent les désaccords entre Jacques et Albéric.

16Il est difficile d’établir la chronologie et la localisation de ces traductions. Ont-elles été faites en Constantinople ? Ou en Occident, à partir de manuscrits apportés de Constantinople ? Je crois que la réponse se trouve dans les relations établies entre Jacques et un petit groupe d’intellectuels byzantins.

  • 10 Voir Ebbesen, Commentators and Commentaries, vol. 1, p. 268. Les liens entre Michel et Anne Comnène (...)

17Après des centaines d’années au cours lesquelles les commentaires grecs aux œuvres aristotéliciennes s’élevaient en moyenne à deux par siècle, les premières décennies du XIIe siècle virent une véritable explosion. Les protagonistes de cette subite effervescence étaient Eustrate de Nicée et Michel d’Éphèse. Selon une source très fiable, le projet aristotélicien devait son existence à une femme de grande culture, la princesse impériale Anne Comnène. Celle-ci avait été reléguée dans un couvent parce qu’elle avait été, semble-t-il, impliquée dans un projet d’assassinat de l’empereur, son frère. Pour occuper son temps, elle avait invité des savants afin d’étudier avec eux Aristote ; et elle leur avait demandé de le commenter. Les travaux de ce cénacle ont dû se dérouler entre 1118 et 1138.10

  • 11 La liste se base sur (1) les œuvres qui existent encore, (2) des listes tardo-byzantines de comment (...)

18Michel d’Éphèse a commenté le De l’interprétation, le deuxième livre des Premiers Analytiques, les Topiques, les Réfutations Sophistiques, la Physique, les Parva Naturalia, les De coloribus et De lineis insecabilibus, les livres sur les animaux, une grande partie de la Métaphysique, la Rhétorique et la Politique.11

  • 12 De l’interprétation, Premiers Analytiques II, Topiques, Physique, De coloribus, De lineis insecabil (...)
  • 13 Voir Ebbesen, Commentators, vol. 1, p. 268-285. La version finale du commentaire de Michel d’Éphèse (...)
  • 14 Les fragments de la traduction latine sont rassemblés dans Ebbesen, Commentators, vol. 2. Quelques (...)

19Une partie de ces commentaires a disparu.12 Mais, parmi ceux qui ont survécu, se trouve celui sur les Réfutations Sophistiques, et, ce qui est très important, dans deux éditions différentes, sans compter de surcroît des passages extraits du manuscrit de Michel lui-même alors qu’il était parvenu à un stade intermédiaire de son travail. La première édition date du début de l’activité de Michel, donc des années 1118-25 environ, tandis que l’édition définitive est tardive, peut-être des années 1130.13 Or, Jacques a traduit ce commentaire de Michel ; et bien qu’aucun manuscrit ne conserve cette traduction, on a assez de citations pour établir qu’en général Jacques utilise l’édition définitive, encore qu’il semble qu’il ait aussi connu la première et peut-être des matériaux rassemblés par Michel sans être utilisés par lui.14

  • 15 Étant donné que Michel n’a pas – à notre connaissance – commenté le De l’âme, il est théoriquement (...)

20Cette constatation suggère que l’activité traductrice de Jacques s’est déroulée, en partie tout au moins, dans les années 1130, à Constantinople même, et rend fort tentante l’idée que Jacques a connu Michel et a utilisé les manuscrits de celui-ci. Jacques a pu trouver chez Michel des manuscrits de toutes les œuvres d’Aristote et des deux commentaires qu’il a traduits, celui de Michel lui-même sur les Réfutations Sophistiques et celui de Philopon sur les Seconds Analytiques.15 Le fait surprenant qu’il a également traduit les Réfutations Sophistiques en dépit de la traduction boécienne de ce traité le devient moins si, précisément, il travaillait à Constantinople. On imagine aisément que les nouvelles de la découverte récente du texte boétien n’étaient pas encore parvenues jusqu’au Bosphore. Mais, bien sûr, on ne peut pas exclure la possibilité que sa « traduction », dont on ne possède que des leçons isolées, n’était en réalité qu’une révision de la traduction de Boèce, réalisée en consultant un manuscrit grec. Plus tard, dans le XIIIe siècle, Guillaume de Moerbeke travaillera de cette manière.

Jacques au Mont-Saint-Michel

La source de l’idée d’un lien entre Jacques et le Mont-Saint-Michel

  • 16 Minio-Paluello, Opuscula ; la thèse est reprise dans son « Giacomo Veneto » (voir la note 3 ci-dess (...)

21La thèse de Monsieur Gouguenheim selon laquelle le Mont-Saint-Michel aurait abrité Jacques et toute une colonie de traducteurs gréco-latins est le développement d’une thèse de Minio-Paluello. Celui-ci avait proposé en 1952 que Robert de Torigni et son ami Richard l’Évêque, archidiacre de Coutances, aient joué un rôle important dans la diffusion des traductions de Jacques16 ; ce n’était pas inconcevable, mais loin d’être assuré.

  • 17 Il y a, cependant, un cas parallèle dans la chronique. En 1152, on trouve également une note second (...)

22Minio-Paluello s’était apparemment demandé pourquoi Robert de Torigni, intéressé avant tout par les événements politiques et ecclésiastiques anglais et normands, avait ajouté à sa Chronique une information sur les traductions de Jacques.17 L’ajout s’expliquerait si Robert ou ses amis étaient parmi les rares savants de l’époque à posséder ces textes.

  • 18 Louis-Jacques Bataillon, « Sur Aristote et le Mont-Saint-Michel. Notes de lecture », Revue des Scie (...)
  • 19 L’attribution à Burgundio de ces traductions est une découverte récente. Voir Gudrun Vuillemin-Diem (...)
  • 20 Bataillon, « Sur Aristote », p. 333 : « d’origine probablement anglaise ». René-Antoine Gauthier, d (...)
  • 21 Comme l’avait déjà reconnu Minio-Paluello, Opuscula, p. 217. Les éditeurs de l’Ethica vetus et de l (...)
  • 22 Dans son Metalogicon (achevé en 1159), il traite de tous les livres de l’Organon d’une façon qui su (...)

23Minio-Paluello avait remarqué que la Bibliothèque Municipale d’Avranches possède deux manuscrits provenant de Mont-Saint-Michel, qui contiennent d’excellents textes annotés des traductions de Jacques de certains livres aristotéliciens. Le plus ancien de ces deux manuscrits (Avranches 221) semble avoir été réalisé à l’abbaye dans les années 1180 ; il contient le De l’âme, le De la mémoire et la Physique. L’autre (Avranches 232), que Minio croyait contemporain du précédent, mais qui est plutôt du début du XIIIe siècle18, contient la traduction de la Métaphysique I-IV. 4 par Jacques ainsi que celle de De la génération et la corruption et d’une partie de l’Éthique par Burgundio de Pise.19 Minio-Paluello a estimé que ces manuscrits pouvaient avoir été réalisés dans le Nord de la France, et a conjecturé qu’ils pouvaient remonter à ces manuscrits dont Jean de Salisbury avait, dans les années 1160, demandé à Richard l’Évêque, archidiacre à Coutances, de lui faire des copies annotées. Avranches 232 a un cousin anglais qui se trouve en Oxford. Mais ce manuscrit oxfordien (Bodleian Library, Selden supra 24), qui est, d’ailleurs, probablement un produit anglais20, est exactement un cousin, pas un fils ou un père du manuscrit d’Avranches.21 Donc, même en admettant que le manuscrit d’Avranches a été copié au Mont-Saint-Michel, ce qui n’est pas sûr du tout, il n’y a pas de raison de croire que l’ancêtre commun aux deux manuscrits l’y a été également. Jean de Salisbury demanda à Richard de lui faire copier certains textes aristotéliciens, sans préciser lesquels. Nous savons que, dès les années 1150, Jean avait lu, et probablement possédait, tout l’Organon.22 Il est donc probable que ce qu’il cherchait à avoir à sa disposition était les textes contenus dans les manuscrits d’Avranches ; ce qu’il l’est moins, c’est de savoir si Robert de Torigni et son abbaye possédaient à cette époque ces mêmes textes, parce que la liste des traductions de Jacques dressée par Robert ne mentionne que des livres appartenant à l’Organon.

24On peut également se demander si Robert était bien informé de l’œuvre de Jacques. Aucune trace n’a été retrouvée des traductions des Premiers Analytiques ou des Topiques qu’il évoque.

25Mais il est possible que ces traductions aient été rapidement marginalisées à la suite de la redécouverte des traductions de Boèce, à l’instar de ce qui s’est produit avec la version de Jacques des Réfutations Sophistiques : il n’en reste aucun manuscrit, seulement des traces sommaires dans la tradition secondaire.

  • 23 Voir notes 1 et 8 ci-dessus.
  • 24 Voir Ebbesen, Greek-Latin Philosophical Interaction, ch. 14. Pour la scolie sur Topiques II, voir i (...)

26Que Jacques ait commenté les deux Analytiques, les Topiques et les Réfutations Sophistiques n’est pas en soi impossible, surtout si nous donnons un sens large au commentatus est de la notice de Robert de Torigni ; il a pu écrire quelques scolies, sans nécessairement composer dans chaque cas un commentaire suivi. Pourtant, à notre connaissance, aucune source n’attribue à Jacques une interprétation d’un seul passage des Premiers Analytiques ou des Topiques, alors qu’il y a exactement un témoin de son interprétation d’un passage des Seconds Analytiques, et deux témoins de son interprétation d’une poignée de passages des Réfutations Sophistiques.23 Il est en revanche bien établi qu’il a traduit des commentaires grecs des Seconds Analytiques et des Réfutations Sophistiques, et presque sûr qu’il a traduit aussi un petit extrait d’un commentaire sur le second livre des Topiques.24

27Il me semble donc que les renseignements sur les activités de Jacques dont Robert de Torigni disposait n’étaient pas très précis. Il savait que Jacques avait traduit et commenté l’Ars Nova, mais il a vraisemblablement cru à tort, qu’il s’agissait des quatre livres qui la constituent, alors qu’en réalité il ne s’agissait que de deux d’entre eux. Il ne semble pas avoir su que Jacques avait également traduit la Physique, le De l’Âme et le De la mémoire, et la Métaphysique, soit très exactement les quatre œuvres d’Aristote pour desquelles les deux manuscrits d’Avranches déjà cités sont d’une importance majeure.

  • 25 Voir le texte dans la note 17 ci-dessus. La notice sur la traduction d’un livre de Pierre de Damas (...)

28On peut ajouter qu’une autre note, comparable à celle qui mentionne les traductions de Jacques, se trouve dans la chronique de Robert à l’année 1152 : le pape Eugène a fait traduire en latin un livre de Pierre de Damas.25 Il doit s’agir du De fide orthodoxa de Jean de Damas, traduit par Burgundio de Pise vers cette date. Si Robert avait repris ses informations d’un des manuscrits de l’ouvrage cité, il aurait su que l’auteur était Jean et non Pierre de Damas et que le traducteur s’appelait Burgundio de Pise. Tout indique que la seule information à sa disposition signalait la traduction du livre d’un Damascenus à la demande du pape Eugène. Ainsi, les deux seules notices littéraires de la chronique de Robert renvoient, semble-t-il, à des œuvres qui ne se trouvaient pas au Mont !

29Pour ma part, je trouve peu convaincante l’argumentation de Minio-Paluello : elle rattache les deux manuscrits d’Avranches à la demande que Jean de Salisbury adresse à Richard afin d’obtenir des manuscrits annotés de certaines œuvres d’Aristote. Mais quoi qu’il en soit, Minio-Paluello a été absolument honnête en exposant ses arguments ; il n’a pas présenté ses hypothèses comme des faits démonstrativement prouvés ; et, naturellement, il n’a pas fait de Jacques un résident du Mont-Saint-Michel.

La thèse Gouguenheim

30Gouguenheim ne renvoie des idées de Mini-Paluello qu’un écho grotesque.

  • 26 Gouguenheim, Aristote, p. 113-114 : « pour le XIIe siècle, on dispose d’un manuscrit [de la traduct (...)

31Minio-Paluello inclinait à penser que ces deux manuscrits pouvaient être originaires du Mont-Saint-Michel ou, du moins, des environs. L’argumentation de Gouguenheim n’est pas très claire, mais elle laisse supposer que le lieu de conservation d’un manuscrit est celui de sa production, ou, du moins, le lieu de résidence de son commanditaire. Pareille conception lui permet d’attribuer á la cour pontificale un rôle dans la diffusion d’Aristote en Occident qui est passé jusqu’ici inaperçu !26 Je ne peux reconstruire sa pensée que de la façon suivante :

32« Certains manuscrits d’Avranches transmettent des textes traduits par Jacques de Venise, donc écrits au Mont-Saint-Michel. Et pourquoi les y a-t-on écrits ? Parce que Jacques y a fait ses traductions. »

  • 27 Par exemple, Gouguenheim, Aristote, p. 106 : « Or c’est en son sein [c’est-à-dire : au Mont-Saint-M (...)

33Une fois établi au Mont-Saint-Michel, Jacques s’y multiplie et devient toute une équipe.27

  • 28 Bataillon, « Sur Aristote », p. 333.

34Nous n’avons aucun argument pour localiser au Mont l’activité de traducteur de Jacques. Comme l’a dit le père Bataillon « si, comme il est presque certain, [la Metaphysica uetus] comprenait primitivement plus que Métaphysique I-IV 1007a31, comment expliquer que la bibliothèque du Mont n’ait conservé que la version tronquée ? »28 - si, du moins, la traduction y avait été effectivement réalisée.

  • 29 Gouguenheim, Aristote, p. 211-212 ; p. 337 n. 23, n. 25 ; p. 241, n. 80
  • 30 Ce qui est aussi le cas avec Avranches 222. Voir les notices pertinentes dans Georges Lacombe, Aris (...)

35En plus des manuscrits que Minio-Paluello avait retenus dans son article sur Jacques de Venise, Gouguenheim en mentionne deux autres. Les manuscrits 227 et 228 de la Bibliothèque d’Avranches29 contiennent des livres de l’Organon et notamment les Réfutations Sophistiques. Ils datent du XIIIe siècle. À ma connaissance, le ou les lieux de leur production n’a (ont) pas encore été identifié (s), mais rien n’incite à penser que ce fut l’abbaye. En effet, tous les deux portent des ex-libris de leurs possesseurs antérieurs30 ; ils ne sont probablement devenus propriété du Mont qu’au moment où leurs derniers possesseurs privés ont pris l’habit monastique.

  • 31 Lacombe, Aristoteles, p. 435 : « F. 1 manu saec. XIV-XV : « Michaelis » ; in margine inferiore : » (...)
  • 32 Bernard G. Dod, éd., Aristoteles Latinus, VI.1-3, Leiden – Bruxelles, Brill – Desclée de Brouwver, (...)

36Le manuscrit 228 a appartenu au XIVe siècle ( ?) à un Matthieu, ensuite à son frère, dont le nom était peut-être Michel.31 Mais il entretient au moins un certain rapport avec Jacques de Venise. Ce manuscrit contient un texte contaminé de la traduction boétienne des Réfutations Sophistiques : il comporte des lectures qui doivent provenir de la traduction perdue de Jacques.32 C’est tout ce qu’on peut en dire pour l’instant.

  • 33 Lacombe, Aristoteles, p. 435.
  • 34 Gouguenheim, Aristote, p. 122.
  • 35 Le lecteur ne peut guère interpréter autrement la photographie, étant donné qu’il lit aux p. 121-12 (...)

37Le manuscrit 227 date de la fin du XIIIe siècle ; il porte l’exlibris hic liber est Michaelis episcopi.33 Gouguenheim en a reproduit deux pages, qui portent un assez grand nombre de gloses interlinéaires et marginales.34 Sans le dire directement, il donne au lecteur l’impression qu’il s’agit là d’un manuscrit qui témoigne de l’activité de Jacques ou des membres de l’équipe basée au Mont-Saint-Michel ; et que, de plus, les notes marginales contiennent sinon la sagesse grecque du moins une sagesse d’inspiration grecque.35

  • 36 Du moins, Minio-Paluello et Dod n’ont pas remarqué de telles leçons dans Avranches 227.
  • 37 Voir l’avant-dernière note.

38En effet, les deux pages reproduites contiennent une partie des Réfutations Sophistiques. La traduction contenue dans Avranches 227 est celle de Boèce, sans les variantes de l’autre manuscrit d’Avranches.36 Quatre mains de la seconde moitié du XIIIe ou du début du XIVe siècle ont ajouté des notes interlinéaires et marginales. Je les ai examinées à deux reprises, dans les années 1970 et en 2008, et, chaque fois, avec le même résultat : tout est normal, pour ne pas dire banal, pour l’époque, soit une centaine d’années ou plus après Jacques ; et rien ne plaide en faveur de « la plus ancienne exégèse latine des ouvrages d’Aristote », comme Gouguenheim le prétend.37 Sur les pages reproduites dans le livre de Gouguenheim, il n’y a aucune note qui dépende de la tradition exégétique grecque. Parmi toutes les notes des Réfutations Sophistiques, je n’ai trouvé qu’une scolie qui dérive de la tradition byzantine. Il s’agit d’une « preuve » du nombre des « fallacies » linguistiques, comme le dit Aristote : il y en a exactement six. La preuve remonte au célèbre médecin et philosophe Galien, et elle a été transmise à l’Occident par l’intermédiaire du commentaire de Michel d’Éphèse, traduit par Jacques. La scolie mentionne sa source : Alexander in commento. Déjà vers la fin du XIIe siècle, les Occidentaux attribuaient communément le commentaire de Michel d’Éphèse à Alexandre d’Aphrodise, peut-être à la suite d’une confusion entre « Efesius » et « Afrodisius ».

  • 38 Ebbesen, Commentators and Commentaries, vol. 2, p. 406-407, frg. 165b27. A.8

39Malheureusement pour les théories de Gouguenheim, cette scolie elle-même ne témoigne pas de la connaissance au Mont-Saint-Michel de l’œuvre de Jacques de Venise, même si l’on pense que le scoliaste fût un moine de l’abbaye, ce que l’exlibris exclut formellement. La scolie est effectivement extraite du commentaire que le maître anglais Robert Kilwardby a écrit aux environs de 1240 ! Kilwardby n’avait sans doute pas lu le livre de Michel d’Éphèse ; il s’agit chez lui d’une information de deuxième, troisième, sinon de dixième main. L’extrait du commentaire de Kilwardby a été publié en 1981 d’après quatre manuscrits, dont celui d’Avranches, dans mes Commentators and Commentaries on Aristotle’s Sophistici Elenchi38, un livre dont Gouguenheim ne semble pas connaître l’existence, tout comme il ignore l’existence de tous les autres travaux que j’ai consacrés à l’étude des commentaires logiques traduits du grec en latin.

L’importance de Jacques

40La traduction des Seconds Analytiques par Jacques est devenue le texte standard du traité chez les Latins et elle a eu une importance simplement énorme. Cependant, même avec l’aide du commentaire de Philopon, traduit aussi par Jacques, les philosophes du XIIe siècle ont trouvé que le texte était difficile à comprendre. C’est seulement vers les années 1220 / 1230 qu’il a commencé à être enseigné régulièrement à Paris et à Oxford. À partir de ce moment, l’idéal aristotélicien de la science domine le discours philosophique, au point que les théologiens commencent à se demander si la théologie en est une ; et, si elle ne l’est pas, parce que ses principes ne sont pas évidents, si elle ne peut pas néanmoins avoir la structure d’une science.

41La traduction des Réfutations Sophistiques fut au contraire un fiasco à cause de la concurrence de la traduction boétienne, que tout le monde a préférée. Mais le succès, dès le XIIe siècle, du texte boétien fut sans doute facilité par la traduction du commentaire de Michel d’Éphèse due à Jacques. C’est, bien sûr, une œuvre très médiocre, mais elle a servi pour les premières approches, jusqu’à ce que les logiciens latins puissent lui substituer des commentaires de leur cru d’un meilleur niveau.

  • 39 Henri Denifle et Émile Chatelain, éd., Chartularium Universitatis Parisiensis, tome I, Paris, Delal (...)

42La Métaphysique, le De l’âme, la Physique et les Parva Naturalia n’ont suscité qu’un intérêt limité au XIIe siècle. Tout change au commencement du XIIIe. En 1215 le légat pontifical Robert Courçon interdit aux maîtres de Paris l’enseignement de la Métaphysique et celui des livres d’Aristote traitant de philosophie naturelle,39 ce qui prouve définitivement qu’on a commencé à s’y intéresser sérieusement. Quelques décennies après, apparaissent les premiers commentaires latins de ces livres, et vers le milieu du XIIIe siècle la terminologie de la Physique est omniprésente dans la philosophie latine, ainsi que nombre de thèses psychologiques et métaphysiques aristotéliciennes. La Métaphysique tronquée de Jacques n’a pas eu une grande diffusion, mais pour la Physique et le De l’âme ses traductions ont été le texte standard de la scolastique. La métaphysique, la psychologie et le reste de la philosophie naturelle d’Aristote ont réussi au XIIIe siècle à conquérir les écoles occidentales, en grande partie en suivant le même chemin que les Réfutations Sophistiques vers 1150 : la percée est devenue possible grâce aux traductions des œuvres exégétiques. Mais cette fois les outils nécessaires à l’élucidation de ces textes difficiles ont été fournis par le monde arabophone : il s’agit du Shifā’ d’Avicenne, qui arriva en Occident vers la fin du XIIe siècle et des commentaires d’Averroès qui devinrent disponibles en traduction latine après 1230 environ.

Notes

1 Le seul fragment connu de son commentaire sur les Seconds Analytiques a été publié et discuté dans Sten Ebbesen, « Jacobus Veneticus on the Posterior Analytics and some early 13th century Oxford Masters on the Elenchi », Cahiers de l’Institut du Moyen Âge Grec et Latin, 1977, n° 21, p. 1-9. Récemment, David Bloch a soutenu que l’unique référence à « Iacobus in commento super Posteriora Analytica » vise le commentaire grec traduit par Jacques (dont l’existence est assurée) plutôt que le commentaire écrit par lui. Voir David Bloch, « James of Venice and the Posterior Analytics », Cahiers de l’Institut du Moyen Âge Grec et Latin, 2008, p. 37-50. Ses arguments ne m’ont cependant pas convaincu. Une liste des citations de Jacques sur les Réfutations Sophistiques se trouve dans Sten Ebbesen, Commentators and Commentaries on Aristotle’s Sophistici Elenchi, Corpus Latinum Commentariorum in Aristotelem Graecorum VII, Leiden, Brill, 1981, vol. 3, p. 7.

2 Rien n’assure que ces trois œuvres, qui avec les Seconds Analytiques constitueront l’Ars Nova, aient été redécouvertes conjointement.

3 Voir Lorenzo Minio-Paluello et Bernard G. Dod, Aristoteles Latinus IV. 1-4, Bruges-Paris, Desclée de Brouwer, 1968, p. XLIV. Le texte de Jean se trouve aussi dans Lorenzo Minio-Paluello, « Iacobus Veneticus Grecus, Canonist and Translator of Aristotle », Traditio, 1952, n° 8, p. 265-304, à la p. 267. Cet article fondamental a été réimprimé dans L. Minio-Paluello, Opuscula. The Latin Aristotle, Amsterdam, Hakkert, 1972. Dans ce même recueil sont réimprimés : « Il ‘Cronicon Altinate’ e Giacomo Veneto » (première publication 1958) et « Giacomo Veneto e l’aristotelismo latino » (première publication 1966).

4 La note que Robert de Torigni avait insérée dans sa Chronique (« Iacobus clericus de Venetia transtulit de greco in latinum quosdam libros Aristotilis est et commentatus est, scilicet Topica. Analiticos Priores et Posteriores, et Elencos, quamvis antiquior translatio super eosdem libros haberetur ») est reproduite dans Minio-Paluello, « Iacobus Veneticus Grecus » ainsi que la note marginale 3) cité dans le texte et que le passage des Dialogi d’Anselme d’Havelberg mentionnés ci-dessous. Beaucoup des matériaux pour reconstruire la vie et l’œuvre de Jacques se trouvent aussi dans Fernand Bossier et Jozef Brams, éd., Aristoteles Latinus VI. 1-2, Leiden–N.Y., Brill, 1990, p. XIV-XXVII.

5 Bossier et Brams, Aristoteles, p. XV.

6 Texte et discussion dans Minio-Paluello, Opuscula.

7 Bossier et Brams, Aristoteles, p. XIX.

8 Les passages où les interprétations d’Albéric et de Jacques s’opposent se trouvent dans deux œuvres anonymes, les Glosae in Aristotelis Sophisticos Elenchos et la Summa Sophisticorum Elenchorum, toutes les deux produites vers le milieu XIIe siècle et éditées dans L.M. de Rijk, Logica Modernorum I, Assen, Van Gorcum, 1967.

9 Cf. De Rijk, Logica, p. 83-66.

10 Voir Ebbesen, Commentators and Commentaries, vol. 1, p. 268. Les liens entre Michel et Anne Comnène furent découverts par Robert Browning, « An Unpublished Funeral Oration on Anna Comnena », Proceedings of the Cambridge Philological Society, n° 188 (NS 8), p. 1-12 ; réimpression dans R. Sorabji (éd.), Aristotle Transformed – the ancient commentators and their influence, Londres, Duckworth, 1990. C’est également Browning qui a le premier suggéré un lien direct entre Michel et Jacques.

11 La liste se base sur (1) les œuvres qui existent encore, (2) des listes tardo-byzantines de commentaires sur Aristote, (3) des auto-références, (4) des références chez d’autres auteurs et des attributions dans des scolies isolées.

12 De l’interprétation, Premiers Analytiques II, Topiques, Physique, De coloribus, De lineis insecabilibus, Rhétorique.

13 Voir Ebbesen, Commentators, vol. 1, p. 268-285. La version finale du commentaire de Michel d’Éphèse a été éditée par Maximilian Wallies sous le titre Alexandri quod fertur in Aristotelis Sophisticos Elenchos commentarium, Commentaria in Aristotelem Graeca, II.3, Berlin, Reimer, 1898.

14 Les fragments de la traduction latine sont rassemblés dans Ebbesen, Commentators, vol. 2. Quelques additions dans id., Greek-Latin Philosophical Interaction. Collected Essays of Sten Ebbesen, Volume 1, Ashgate : Aldershot, 2008, ch. 14 ; cf. ch. 12, p. 159, n. 12 (preuves de l’utilisation de deux versions du commentaire de Michel).

15 Étant donné que Michel n’a pas – à notre connaissance – commenté le De l’âme, il est théoriquement possible, mais fort peu vraisemblable, qu’il ne possédait pas un manuscrit de cette œuvre, qui figure parmi celles traduites par Jacques. Pour son commentaire sur les Réfutations Sophistiques, Michel avait utilisé le commentaire de Philopon sur le premier livre des Seconds Analytiques, ce qui est évident si l’on compare Michel, Alexandri quod fertur in Aristotelis Sophisticos Elenchos commentarium, p. 1-2, avec Ioannes Philoponus, In Aristotelis Analytica Posteriora commentaria, éd., Maximilian Wallies, Commentaria in Aristotelem Graeca XIII.3, Berlin, Reimer, 1909, p. 2. Les fragments de la traduction latine du commentaire de Philopon sont rassemblés dans Ebbesen, Greek-Latin Philosophical Interaction (voir la note précédente), ch. 14.

16 Minio-Paluello, Opuscula ; la thèse est reprise dans son « Giacomo Veneto » (voir la note 3 ci-dessus). Minio-Paluello cite soigneusement toutes ses sources ; je ne les reprends pas.

17 Il y a, cependant, un cas parallèle dans la chronique. En 1152, on trouve également une note secondaire : « Eugenius papa fecit transferri de Graeco in Latinum libri Petri Damasceni. ». Voir Richard Howlett, ed., The Chronicle of Robert of Torigni, Chronicles of the Reigns of Stephen, Henry II., and Richard I., vol. IV, Londres, Her Majesty’s Stationary Office, 1889, p. 171.

18 Louis-Jacques Bataillon, « Sur Aristote et le Mont-Saint-Michel. Notes de lecture », Revue des Sciences Théologiques et Philosophiques, n° 92, 2008, p. 329-334, à la p. 333.

19 L’attribution à Burgundio de ces traductions est une découverte récente. Voir Gudrun Vuillemin-Diem et Marwan Rashed, « Burgundio de Pise et ses manuscrits grecs d'Aristote Laur. 87.7. et Laur. 81.18 », Recherches de Théologie et Philosophie Médiévales, 1997, n° 64, p. 136 – 198, repris dans Marwan Rashed, L’héritage aristotélicien. Textes inédits de l’Antiquité, Paris, Les Belles Lettres, 2007, n° 14.

20 Bataillon, « Sur Aristote », p. 333 : « d’origine probablement anglaise ». René-Antoine Gauthier, dans Aristoteles Latinus XXVI, 1-3, Brill – Desclée de Brouwer, Leiden – Bruxelles, 1974, p. XIX, écrit « a librario anglico exaratus » (en visant, en premier lieu, le texte de l’Ethica vetus, mais selon Georges Lacombe, Aristoteles Latinus. Codices, I, Rome, Libreria dello stato, 1939, p. 399, la Metaphysica vetustissima est écrite par la même main).

21 Comme l’avait déjà reconnu Minio-Paluello, Opuscula, p. 217. Les éditeurs de l’Ethica vetus et de la Metaphysica vetustissima ont obtenu le même resultat ; voir Gauthier, Aristoteles, p. XLII, et Gudrun Vuillemin-Diem dans Aristoteles Latinus XXV. 1-1a, Leiden, Brill, 1970, p. XXXIV.

22 Dans son Metalogicon (achevé en 1159), il traite de tous les livres de l’Organon d’une façon qui suppose une lecture personnelle (à l’exception, peut-être, des Seconds Analytiques).

23 Voir notes 1 et 8 ci-dessus.

24 Voir Ebbesen, Greek-Latin Philosophical Interaction, ch. 14. Pour la scolie sur Topiques II, voir id., « Anonymus Aurelianensis II, Aristotle, Alexander, Porphyry and Boethius. Ancient Scholasticism and 12th century Western Europe », Cahiers de l’Institut du Moyen Âge Grec et Latin, 1976, n °16, p. 1-128, à la p. 118-120.

25 Voir le texte dans la note 17 ci-dessus. La notice sur la traduction d’un livre de Pierre de Damas a été discutée par Coloman Viola, « Aristote au Mont-Saint-Michel », dans Raymonde Foreville, éd., Millénaire monastique du Mont Saint. Michel, t. 2, Vie montoise et rayonnement intellectuel, Paris, Lethielleux, 1967, p. 289-312, à p. 302. Selon Viola (qui suit Delisle), les manuscrits intitulent l’œuvre « Johannis Damasceni qui Mansur liber incipit in quo est tradicio certa orthodoxe fidei, capitulis divisa centum, a Burgundione judice cive Pisano, de greco in latinum domino III Eugenio beate memorie pape translatus. »

26 Gouguenheim, Aristote, p. 113-114 : « pour le XIIe siècle, on dispose d’un manuscrit [de la traduction des Seconds Analytiques ] conservé au Vatican, dont l’existence prouve la diffusion rapide, depuis le Mont-Saint-Michel, du texte de Jacques de Venise. [...] Il apparaît donc que la France, l’Angleterre et la curie pontificale ont été les centres majeurs de la diffusion des traductions gréco-latines d’Aristote. » ; p. 116 : « La Physique a connu une autre traduction [que celle de Jacques], publiée sous le nom de Translatio vaticana car le seul manuscrit conservé repose aux archives du Vatican. [...] on retiendra que la cour pontificale fut bien un centre d’études de la pensée d’Aristote dès le XIIe siècle. »

27 Par exemple, Gouguenheim, Aristote, p. 106 : « Or c’est en son sein [c’est-à-dire : au Mont-Saint-Michel] que, au début du XIIe siècle, les œuvres d’Aristote furent traduites directement du grec en latin par plusieurs hommes, hélas presque tous demeurés anonymes. » Tout ce qui est vrai dans ce morceau de rhétorique est que les noms des traducteurs de Mont-Saint-Michel nous échappent, parce qu’ils sont des inventions de l’auteur.

28 Bataillon, « Sur Aristote », p. 333.

29 Gouguenheim, Aristote, p. 211-212 ; p. 337 n. 23, n. 25 ; p. 241, n. 80

30 Ce qui est aussi le cas avec Avranches 222. Voir les notices pertinentes dans Georges Lacombe, Aristoteles Latinus. Codices, I, Rome, 1939, p. 433-435.

31 Lacombe, Aristoteles, p. 435 : « F. 1 manu saec. XIV-XV : « Michaelis » ; in margine inferiore : » Liber...(verba erasa)... fuit magistri Mathei sui fratris. » Il est possible que « Michaelis » renvoie au nom de l’abbaye et non au frère de Mathieu. En tout cas, le grattage doit avoir contenu le nom de ce frère, par exemple « Liber magistri Ioannis, quondam fuit magistri Mathei sui fratris. »

32 Bernard G. Dod, éd., Aristoteles Latinus, VI.1-3, Leiden – Bruxelles, Brill – Desclée de Brouwver, 1975, p. xxxv

33 Lacombe, Aristoteles, p. 435.

34 Gouguenheim, Aristote, p. 122.

35 Le lecteur ne peut guère interpréter autrement la photographie, étant donné qu’il lit aux p. 121-122 : « D’ailleurs, on ne se contente pas de traduire Aristote, mais on le commente : de très nombreuses gloses marginales et interlinéaires se retrouvent dans la plupart des manuscrits d’Avranches. Elles couvrent souvent l’intégralité des marges, sur certains aussi le haut et le bas des folios, au point de constituer un texte plus long que celui qu’elles commentent.88 Ces gloses, parfois d’une écriture soignée, représentent la plus ancienne exégèse latine des ouvrages d’Aristote ; elles mériteraient d’être éditées et traduites. ». La note 88 dit : « C’est le cas par exemple dans le Ms 227, f° 102-106 (Réfutations des sophistes). » Et à p. 122-123, on lit : « On ne sait pas si les autres annotations [dans les manuscrits d’Avranches] sont des traductions de commentaires grecs anonymes eux-mêmes portés en marge des manuscrits grecs, ou si l’on est en présence de gloses effectués par les traducteurs. »

36 Du moins, Minio-Paluello et Dod n’ont pas remarqué de telles leçons dans Avranches 227.

37 Voir l’avant-dernière note.

38 Ebbesen, Commentators and Commentaries, vol. 2, p. 406-407, frg. 165b27. A.8

39 Henri Denifle et Émile Chatelain, éd., Chartularium Universitatis Parisiensis, tome I, Paris, Delalain, 1889, no 20, p. 78-79 : « Non legantur libri Aristotelis de methafisica et de naturali philosophia, nec summe de eisdem. »

Auteur

Professeur à l’Université de Copenhague

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search