Version classiqueVersion mobile

L'Islam médiéval en terres chrétiennes

 | 
Max Lejbowicz

Quelques remarques sur le traitement de l’histoire de l’astronomie arabe par Sylvain Gouguenheim

Régis Morelon

Texte intégral

  • 1 Voir l’excellent dossier à l’adresse http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosevol/accueil.html.
  • 2 Roshdi Rashed (éd.), Histoire des sciences arabes, Paris, Seuil, 1997, 3 volumes, le premier porta (...)
  • 3 Régis Morelon, « Thābit Ibn Qurra and Arab Astronomy in the 9th cent. », Arabic Sciences and Philo (...)
  • 4 Sylvain Gouguenheim, Aristote au Mont-Saint-Michel. Les racines grecques de l’Europe chrétienne, P (...)

1Les créationnistes travaillent, avec une belle apparence de scientificité, sur le même dossier que ceux qui prouvent qu’il y a une évolution des espèces, mais ceux-là choisissent soigneusement certaines pièces du dossier et les exploitent avec une forte connotation idéologique1. C’est ainsi que Sylvain Gouguenheim traite tous les problèmes dans Aristote au Mont Saint-Michel. Par exemple, sa bibliographie, assez complète, comporte l’Histoire des sciences arabes parue en 19972 ; or il est évident qu’il n’a pas lu cet ouvrage ou, s’il l’a lu, qu’il a choisi de n’en rien retenir. Cette même bibliographie comporte aussi mon article sur Thābit Ibn Qurra3 – mathématicien et astronome remarquable, sabéen de Harrān, mort en 901 – mais, dans son texte4 cet auteur devient Théodore Abū Qurra – un évêque de Harrān, donc un chrétien, mort près de quatre-vingts ans plus tôt, autour de 825. Sa thèse de l’inaptitude de la langue arabe à manier des concepts et à cultive la rationalité est ainsi sauve : puisque les résultats obtenus par Thābit Ibn Qurra sont brillants, ils ne peuvent être dus qu’à un auteur chrétien…

2Restons-en simplement ici aux questions d’astronomie.

  • 5 Ibid., p. 144.

« Le cas de l’astronomie offre un deuxième exemple du filtre à travers lequel on fit passer le savoir grec. Cette science avait été développée par les Grecs dans un esprit rationaliste, et elle intéressait au premier chef les musulmans qui en avaient besoin pour déterminer la date du début du mois de Ramadan… ».5

  • 6 Ibid.
  • 7 Richard C. Dales, Omar Argerami, Medieval Latin Texts on the Eternity of the World, Leiden / New Y (...)

3L’astronomie est une science exacte, et les astronomes arabes ont perfectionné l’astronomie grecque dès le IXe siècle en y introduisant, entre autres, le principe des observations continues. Cette astronomie arabe était d’abord purement théorique, dans la grande tradition grecque, mais avec des applications, telle que celle de la détermination du calendrier lunaire, ou celle des cadrans solaires, ou celle de la géographie mathématique… tout cela étant demandé par les dirigeants politiques en vue de l’organisation pratique et sociale d’un grand empire. L’allusion que Sylvain Gouguenheim fait ensuite au « ‘premier moteur’ d’Aristote » pour montrer que les Arabes ont cherché à « concilier le texte coranique et les théories astronomiques ou cosmologiques grecques » n’illustre en rien une question d’astronomie, comme il le prétend6. Il s’agit du grave et profond problème, proprement philosophique et théologique, que la théorie de l’éternité du monde d’Aristote a posé aussi bien aux musulmans qu’aux chrétiens. Mais il lui faut monter en épingle la confrontation du créationnisme coranique avec l’héritage grec et passer sous silence la confrontation du créationnisme biblique avec ce même héritage quand elle agite les Latins médiévaux ; ceux-ci sont réputés, par hypothèse, avoir accueilli aux bras ouverts les moindres manifestations de la rationalité grecque. Gouguenheim serait bien en peine d’exhiber un texte montrant qu’il y a eu des conflits dramatiques entre « science astronomique et foi musulmane » dans la grande période classique de l’Islam, entre le VIIIe et le XVe siècle. Je lui laisse découvrir ceux qui ont agité la scolastique sur le sujet qu’il a choisi de mettre en avant dans la seule aire arabo-musulmane7.

  • 8 Gouguenheim, Aristote, p. 247-248.

4Ce même passage contient un renvoi à la note numérotée 63 : « Les premiers observatoires astronomiques apparaissent seulement dans la deuxième moitié du XIIIe siècle (observatoire de Marāgha en Azerbaïdjan, édifié sur ordre du petit-fils de Gengis Khan et doté d’une bibliothèque ; malheureusement les sources écrites sont indigentes et on ne connaît pas le fonctionnement de cette institution). »8

  • 9 Voir Régis Morelon, « Panorama général de l’histoire de l’astronomie arabe » et « L’astronomie ara (...)
  • 10 Pour toute cette question voir Aydin Sayili, The Observatory in Islam and its Place in the General (...)

5Force est de constater que Gouguenheim est l’artisan de son propre malheur. Comme l’indique l’Histoire des sciences arabes qu’il cite dans sa bibliographie, les deux premiers observatoires créés dans l’empire arabo-musulman l’ont été entre 827 et 830 à Damas et à Bagdad, immédiatement après la traduction arabe de l’Almageste de Ptolémée ; le but de ces constructions était de vérifier les résultats consignés dans le chef-d’œuvre de l’Alexandrin, en les confrontant à des observations récentes. Un tel travail a permis aux astronomes affectés à ces observatoires de critiquer et de corriger dès avant 850 un certain nombre de résultats de ce grand ancien9. Quant au grand observatoire de Marāgha, il ne se trouve pas en Azerbaïdjan, mais au nord-ouest de l’Iran actuel. Par bon nombre de textes, nous connaissons bien son fonctionnement, contrairement à celui des observatoires antérieurs. Sylvain Gouguenheim emmêle sans doute ses fiches de lecture et attribue à cet observatoire l’emplacement de celui de Samarkand, qui, construit deux siècles plus tard par le petit-fils de Tamerlan cette fois, se trouve, lui, en Ouzbékistan…10

  • 11 Voir Henri Hugonnard-Roche, « Influence de l’astronomie arabe en Occident médiéval », dans Rashed,(...)

6S’il faut faire, sur ce point, une comparaison avec ce qui s’est passé dans l’Occident médiéval latin, nous voyons que des textes d’astronomie mathématique arabe ont été traduits en latin au XIIe siècle, en particulier par Gérard de Crémone, mais qu’il a fallu attendre la fin du XVe, avec Peuerbach et Regiomontanus, pour trouver les fondements d’une astronomie comme science exacte, avec des relevés systématiques d’observations, entrepris d’ailleurs à partir des sources tant arabes que grecques. Il n’y avait auparavant qu’une large utilisation de tables de positions d’astres d’origine arabe ou des observations ponctuelles – bref pas encore de quoi produire une astronomie au sens plénier du terme11.

  • 12 Gouguenheim, Aristote, p. 144.
  • 13 Voir en particulier Francis J. Carmody, Arabic astronomical and astrological Sciences in Latin Tra (...)
  • 14 Voir pour une première approche : David Pingree, « History of Mathematical Astronomy in India », d (...)

7Le jeu de massacre continue : « (L’astronomie) fut tirée vers l’astrologie, sous la pression des influences persanes. »12 L’astrologie peut être effectivement considérée comme une application de l’astronomie, au même titre que d’autres pratiques ; et, étant donné son importance sociale (jusqu’à l’époque actuelle), elle a été effectivement très vivante dans le monde arabe. C’était aussi, pour un certain nombre de savants, un moyen de gagner leur vie. Dès le titre d’un traité, l’historien sait s’il a affaire à un texte d’astronomie ou d’astrologie, car certains termes ne sont pas identiques dans les deux cas. Dans la production des savants arabes, il y a au moins autant de textes d’astronomie théorique que de textes d’astrologie pratique. Sylvain Gouguenheim a probablement été porté à surestimer la production astrologique arabe en constatant le nombre de traductions latines médiévales dont elle avait été l’objet, effectivement beaucoup plus élevé que celui des textes d’astronomie mathématique13. Les valeureux héritiers de la rationalité grecque ont eu des curiosités si peu avouables, qu’il convient de les taire. D’autre part, ne voir dans l’astronomie arabe que des influences persanes est partiel et partial : elle a été, dès ses origines, tributaire également de l’astronomie indienne, à qui elle doit notamment l’usage du sinus, bien supérieur à celui de la corde d’arc des si merveilleux Grecs14.

  • 15 Gouguenheim, Aristote, p. 145.
  • 16 Ptolemy, Tetrabiblos, edited and translated into English, by F. E. Robbins, Londres / Cambridge, W (...)

8Toujours aussi sûr de lui, Gouguenheim continue d’égrener ses interprétations fallacieuses : « Abū Ma‘shar, convaincu que l’action des astres était irrésistible, voulait le (sic) déduire de la philosophie naturelle d’Aristote, dont il ne suivait donc pas le fondement rationnel »15. En procédant ainsi, Abū Ma‘shar se plaçait surtout dans la continuité de la bible des astrologues qu’ils soient grecs, latins ou arabes, le Tetrabiblos de Ptolémée, pudiquement relégué aux oubliettes par notre historien en goguette16. Puisque les Grecs représentent l’immortel modèle de la pure rationalité, il faut bien, pour maintenir le mythe, les faire passer au filtre d’une censure beaucoup plus vigilante que celle si généreusement prêtée aux Arabes confrontés à la philosophie grecque.

  • 17 Paul Sbath, Le livre des questions sur l’œil de Hunain ben Ishaq, Le Caire, Institut français d’ar (...)

9Encore un détail, même s’il se place en dehors de l’astronomie. Vers la fin de sa liste (très incomplète) des Savants arabes chrétiens du VIIIe au XIe siècle, Gouguenheim mentionne Ali Ibn ‘īsa al-Kahhal ; selon lui ce savant a composé « le seul ouvrage d’oculistique arabe ». Or Hunayn Ibn Ishāq, à qui Gouguenheim n’arrête pas de tresser des lauriers, avait composé Le livre des questions sur l’œil, largement diffusé en arabe et traduit en plusieurs langues occidentales17. Même quand il s’agit de vanter les mérites de ses favoris, Gouguenheim n’est pas capable d’être un bon auteur.

  • 18 Titre d’une page entière du journal Le Figaro du 15 juillet 2008, sous la plume de Paul-François P (...)

10Est-il vrai que Sylvain Gouguenheim serait L’historien à abattre18 ? Pour revendiquer un tel honneur il conviendrait d’abord qu’il soit historien.

Notes

1 Voir l’excellent dossier à l’adresse http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosevol/accueil.html.

2 Roshdi Rashed (éd.), Histoire des sciences arabes, Paris, Seuil, 1997, 3 volumes, le premier portant sur l’astronomie théorique et pratique.

3 Régis Morelon, « Thābit Ibn Qurra and Arab Astronomy in the 9th cent. », Arabic Sciences and Philosophy, 1994, n° 4, p. 111-139.

4 Sylvain Gouguenheim, Aristote au Mont-Saint-Michel. Les racines grecques de l’Europe chrétienne, Paris, Éditions du Seuil, 2008, p. 98 et 145.

5 Ibid., p. 144.

6 Ibid.

7 Richard C. Dales, Omar Argerami, Medieval Latin Texts on the Eternity of the World, Leiden / New York, Brill, 1991.

8 Gouguenheim, Aristote, p. 247-248.

9 Voir Régis Morelon, « Panorama général de l’histoire de l’astronomie arabe » et « L’astronomie arabe orientale entre le VIIIe et le XIe siècle » ainsi que Georges Saliba, « Les théories planétaires en astronomie arabe après le XIe siècle », dans Rashed (éd.), Histoire, t. 1, p. 17-33, 35-69 et 71-138.

10 Pour toute cette question voir Aydin Sayili, The Observatory in Islam and its Place in the General History of the Observatory, Ankara, Turkish Historical Society, 1960 (Reprint, id., 1988), ignore de Gouguenheim.

11 Voir Henri Hugonnard-Roche, « Influence de l’astronomie arabe en Occident médiéval », dans Rashed, Histoire, t. 1, p. 309-328.

12 Gouguenheim, Aristote, p. 144.

13 Voir en particulier Francis J. Carmody, Arabic astronomical and astrological Sciences in Latin Translation : a critical Bibliography, Berkeley / Los Angeles : University of California Press, 1956.

14 Voir pour une première approche : David Pingree, « History of Mathematical Astronomy in India », dans Charles Coulston Gillespie (éd.), Dictionary of Scientific Biography, New York, Charles Scribner’s Sons, t. XV, 1978, p. 533-633.

15 Gouguenheim, Aristote, p. 145.

16 Ptolemy, Tetrabiblos, edited and translated into English, by F. E. Robbins, Londres / Cambridge, Willian Heinemann / Harvard University Press, 1940, régulièrement réédité depuis cette date.

17 Paul Sbath, Le livre des questions sur l’œil de Hunain ben Ishaq, Le Caire, Institut français d’archéologie orientale, 1935.

18 Titre d’une page entière du journal Le Figaro du 15 juillet 2008, sous la plume de Paul-François Paoli.

Auteur

Directeur de recherches honoraire au CNRS

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search