Version classiqueVersion mobile

L'Islam médiéval en terres chrétiennes

 | 
Max Lejbowicz

De l’impuissance de la langue arabe. Les barrières imaginaires entre la culture grecque et l’Islam

Abdelali Elamrani-Jamal

Texte intégral

1Sylvain Gouguenheim témoigne d’une totale ignorance de la langue arabe et de la culture scientifique et philosophique classique dont elle a été le vecteur. Les oppositions qu’il dresse entre la culture grecque et l’Islam relèvent d’un comparatisme fade et pour le moins chancelant. Elles le conduisent à des affirmations qui sont irrecevables dans le champ de l’histoire des savoirs. Bien davantage, elles montrent à l’évidence que la rigueur scientifique ne l’intéressait pas en premier lieu ; il se situe d’emblée dans la perspective d’un antagonisme irréductible et d’une confrontation polémique entre un Orient musulman, par nature inapte à recevoir ou à assumer la philosophie, et un Occident chrétien positivement enraciné dans l’héritage grec.

  • 1 Sylvain Gouguenheim, Aristote au Mont-Saint-Michel. Les racines grecques de l’Europe chrétienne, P (...)

2L’une des thèses essentielles de Gouguenheim, reprise sous différentes formes tout au long de son ouvrage, est résumée dans le titre d’un de ses paragraphes : Systèmes linguistiques et modes de pensée : la barrière de la langue ; et elle est explicitée dans la suite du texte (chapitre IV, Islam et savoir grec)1. Ce paragraphe nous servira ici de référence principale à l’intérieur de l’ouvrage. Simpliste et sans nuances, la thèse se résume aisément : étant donné sa structure « religieuse », l’arabe, langue sémitique, instrument sacré de la révélation coranique, ne peut recevoir pleinement la pensée grecque, ni a fortiori la traduire ou la cultiver.

3Négligeant l’aspect polémique, nous voudrions, dans ce qui suit, évaluer les termes de cette thèse, en approcher les fondements et en aborder les motivations.

1. La thèse de Gouguenheim sur la langue arabe située dans l’histoire des idéologies

4Un lecteur attentif du livre de Gouguenheim attribuerait sans hésiter les textes suivants à l’auteur :

« Les Arabes, renfermés comme tous les peuples sémitiques dans le cercle étroit du lyrisme et du prophétisme n’ont jamais eu la moindre idée de ce qui peut s’appeler science rationnelle. [….] Ce n’est pas à la race sémitique que nous devons demander des leçons de philosophie. Par une étrange destinée, cette race qui sut imprimer à ses créations religieuses un si haut caractère de puissance, n’a pas produit le plus petit essai de philosophie qui lui soit propre. La philosophie chez les Sémites n’a jamais été qu’un emprunt purement extérieur et sans grande fécondité, une imitation de la philosophie grecque. »

  • 2 Ernest Renan, Averroès et l’Averroïsme, dans Œuvres complètes, t. VIII, Paris, 1949, p. 85.

5Ces propos ne sont cependant pas de Gouguenheim ; ils sont d’Ernest Renan2.

6L’auteur d’Aristote au Mont Saint-Michel écrit, en écho direct cependant très affadi, des textes tirés de l’ouvrage de Renan, Averroès et l’Averroïsme, et avec une prétention inconsciente à caractériser en quelques lignes la structure et les potentialités de la langue arabe :

  • 3 Gouguenheim, Aristote, p. 136-137.

« Dans le cas du transfert du grec à l’arabe, l’une des plus grandes difficultés pour les traducteurs résidait dans le passage d’une langue sémitique à une langue indoeuropéenne et réciproquement. L’obstacle était plus redoutable que celui de l’absence d’un vocabulaire approprié dans l’une des langues car il oblige à se heurter à la syntaxe et à la morphologie des systèmes linguistiques en présence eux-mêmes constitutifs de certains schémas mentaux, d’expression et de représentation. [….] Notamment, dans une langue sémitique, le sens jaillit de l’intérieur des mots, de leurs assonances et de leurs résonances, alors que dans une langue indo-européenne, il viendra d’abord de l’agencement de la phrase, de sa structure grammaticale. Cette distinction s’avérera essentielle pour la philosophie. Ce n’est pas un hasard si à l’époque précédant l’Islam, la péninsule arabique fut une terre de poètes et de poétesses. Par sa structure la langue arabe se prête en effet magnifiquement à la poésie. Chaque mot y est composé à partir d’une racine de trois consonnes, que l’on peut compléter à l’aide d’autres consonnes, et de trois voyelles. Ce système facilite les répétitions de sons, procure des effets d’harmoniques, amplifiés par le rythme que produit un système consonantique de fortes et de faibles. La langue arabe est une langue de religion, au sens étymologique du terme. Elle relie, et ce d’autant plus que au système des temps indo-européen, passé présent futur, elle oppose celui des aspects, (accompli/inaccompli) qui facilite l’arrimage aux origines. En somme les différences entre les deux systèmes linguistiques sont telles qu’elles défient presque toute traduction tant le signifié risque de changer de sens en passant d’une langue à l’autre. »3

7Les griefs faits à la langue arabe par Gouguenheim descendent en droite ligne de la division opérée par Renan émanant du Positivisme. Cette division oppose l’hellénisme qui conduit en dernière instance à la science positive, et le sémitisme qui demeure confiné dans le poétisme et le prophétisme, étapes révolues avec l’âge théologique ou, au mieux, métaphysique de l’Humanité.

8Je m’interrogerai plus tard sur la curieuse omission de l’œuvre de Renan dans le corps de l’ouvrage, après avoir énuméré et analysé les griefs contre la langue arabe, dans la mesure où les propos de Gouguenheim à ce sujet - qui relèvent plus de la rumeur que de l’exposé scientifique - sont susceptibles de soutenir une analyse.

Énumération des griefs

- Identification de l’arabe à une langue « religieuse »

  • 4 Ibid., p. 127.
  • 5 Ibid. p. 136.
  • 6 Roger Arnaldez, « L’influence des traductions d’Aristote sur l’évolution de la langue arabe », Act (...)
  • 7 Ibid., p. 52.

9Pour Gouguenheim « l’arabe était la langue sacrée par excellence, celle de la révélation »4 ; elle est « une langue de religion, au sens étymologique du terme. »5 Pour identifier la langue arabe, il confond ici deux propositions, qu’il convient de distinguer. (1) Le Coran est révélé en langue arabe. (2) L’arabe est la langue sacrée du Coran. Le Coran est certes révélé en langue arabe, mais l’arabe n’est pas la langue « sacrée » de la révélation. Gouguenheim reproduit, sans en nommer l’auteur, une thèse devenue banale dans l’islamologie française depuis Massignon. Roger Arnaldez l’exprimait ainsi : « On ne peut pas nier que les premiers musulmans, non seulement théologiens, juristes, ou exégètes, mais aussi grammairiens, formés tous à l’étude de l’arabe coranique, ont senti leur langue comme langue de révélation et ont mis en valeur tous ceux de ses traits qui pouvaient les confirmer dans ce sentiment. »6 De ce fait, dès qu’il sera question du rapport au grec, en l’occurrence la philosophie avec la langue arabe, la réflexion sera conduite sur la base erronée de « l’opposition entre langue de révélation et pensée philosophique »7. C’est donc l’islam, qui en dernière instance constitue la barrière pour l’accès au savoir grec.

- l’arabe, langue sémitique, propre à la poésie

10À suivre les propos de Gouguenheim sur les caractéristiques de l’arabe, langue sémitique propre à produire des « poètes et des poétesses » et les « oppositions » entre langues indoeuropéennes et langues sémitiques, on est plus qu’amusé : « Notamment, dans une langue sémitique, dit-il, le sens jaillit de l’intérieur des mots, de leur assonances et de leurs résonances, alors que dans une langue indo-européenne, il viendra d’abord de l’agencement de la phrase, de sa structure grammaticale » Strictement comprise, cette phrase veut dire que l’arabe ne possède ni grammaire, ni syntaxe. Vingt lignes suffisent pour caractériser les « systèmes linguistiques en présence » et permettent de conclure que « les différences entre les systèmes linguistiques sont telles qu’elles défient presque toute traduction… ».

11L’on arrive très vite, à la fin du paragraphe, à la conclusion, de fait l’a priori qui sous-tend ce chapitre et l’ensemble de l’ouvrage, le « statut respectif des sciences, dans l’islam et dans le christianisme » constitue « l’une des différences les plus importantes entre les deux civilisations. » La description grotesque des caractéristiques de la langue arabe a pour finalité la mise en cause de l’Islam comme civilisation capable d’intégrer la science et la nécessaire confrontation polémique avec le christianisme.

  • 8 Gouguenheim, Aristote, p. 85.

12L’on peut s’étonner enfin de voir admis que le syriaque, langue sémitique comme l’arabe, soit donnée par Gouguenheim comme « une langue de culture », et qu'elle ait pu traduire les œuvres de l’Antiquité grecque et qu'elle ait permis ainsi la « transmission en arabe des textes savants de l’Antiquité grecque. »8

13Le discours idéologique sur la structure fondamentale des langues sémitiques, des « mentalités » et schèmes de représentation qu’elles véhiculent sert à mettre en cause l’islam : le procédé n’est pas nouveau, lorsque, précisément le rapport du grec à l’arabe est évoqué à propos des traductions.

14Une bonne génération avant Gouguenheim, pendant la période coloniale, les arabisants spéculaient sur ces thèmes pour montrer que l’arabe primitif, celui du Coran, était incapable de véhiculer une pensée philosophique spéculative. C’est grâce aux traductions d’Aristote que la langue arabe aurait été « transformée ». Elle aurait subi, au contact du grec, un effet « plasmateur », à la suite de quoi la spéculation philosophique en arabe est devenue possible. L’auteur de cette thèse, Roger Arnaldez, basait ce point de vue sur une analyse nettement plus élaborée de la syntaxe arabe que les propos insignifiants, en somme, ridicules, de Gouguenheim. Partant des divisions de la phrase établies par les grammairiens arabes en phrase verbale (jumla fi’liya) et phrase nominale ou énonciative (jumla ismiyya ou khabariya), Roger Arnaldez imaginait le processus qui a permis à l’arabe de se « transformer » et de passer du statut de langue de « la civilisation arabe et du désert » à une langue qui « subordonnera des concepts et des idées. » :

  • 9 Arnaldez, « L’influence des traductions », p. 107.

« La phrase verbale est adaptée à la transposition linguistique d’un niveau réel considéré tel qu’il est donné, c’est-à-dire voulu et réglé par Dieu comme un monde de la description (…) de séries unilinéaires et discontinues où les liaisons sont beaucoup plus des coordinations que des subordinations »9

  • 10 Elamrani-Jamal, Logique aristotélicienne… p. 52.
  • 11 Arnaldez, « L’influence des traductions », p. 110.

15La phrase verbale jouit « d’une primauté incontestable dans l’arabe coranique » ; la phrase nominale ou énonciative « est capable de rendre les intentions subjectives, la pensée, le point de vue. Elle a pour fonction de transmettre des jugements sur un monde de l’évaluation »10. Par ailleurs, « l’arabe du Coran ignore la proposition prédicative avec copule ». Ce sont donc les traductions d’Aristote qui vont opérer la transformation de l’arabe : « Tant que l’arabe du Coran ou d’inspiration coranique centré sur la phrase verbale a exercé sa domination, il a imposé à la phrase énonciative de demeurer rudimentaire ».11 Celle-ci, en passant progressivement d’un statut « énonciatif » à un statut « prédicatif » a pris, sous l’influence des traductions, la forme de la proposition « S est P » ; celle-ci se serait imposée et aurait rendu possible un « arabe philosophique ».

16Cette construction qui, en dernière instance, met en opposition l’Islam et la culture grecque, s’inscrit en fait dans une idéologie d’inspiration coloniale. La culture grecque restant la référence d’ancrage de la culture européenne depuis la Renaissance, le contact « plasmateur » entre le grec et l’arabe est une simulation du rapport entre les pays musulmans colonisés et les pays européens qui, par « plasmation », doivent leur communiquer le sang neuf de la culture moderne. Il existe un « problème de l’islam dans le monde moderne » et la tension entre la culture grecque et l’arabe « coranique » en est un indice.

L’omission de l’œuvre de Renan

17La proximité que les textes de Gouguenheim entretiennent avec ceux de Renan conduit à poser la question : Pourquoi l’œuvre de Renan est-elle ignorée, alors qu’elle pouvait servir de pierre angulaire aux propos de son lointain épigone sur l’arabe - cette langue sémitique qui est incapable de traduire la philosophie grecque ?

  • 12 Gouguenheim, Aristote, p. 261, n. 6, qui se rapporte à l’annexe 2, p. 205.

18L’autorité, célèbre depuis le XIXe s. pour l’étude d’Averroès dans la perspective du clivage entre Hellénisme et Sémitisme, n’est curieusement citée, qu’une seule fois, et de façon marginale ; il l’est, en note, dans une annexe du livre. Sans se référer à un texte précis, Gouguenheim écrit : « La question posée par Sigrid Hunke n’était pas neuve : on s’intéressait depuis le XIXe siècle aux rapports entre l’Islam et le savoir grec »12. La thèse de Renan reposait sur des fondements philosophique et épistémologique bien déterminés : les thèses du Positivisme qui ont pu en partie servir d’idéologie justificatrice à l’entreprise coloniale. Aucune philosophie de notre temps ne me semble soutenir les très courtes vues de Gouguenheim sur le sujet, sinon l’esprit de croisade déclaré qui hérisse le lecteur à toutes les pages de l’ouvrage et dont son ami René Marchand a facilité et encouragé l’expression.

2. Le rapport de l’arabe au grec, une vieille histoire…

19Dans mon livre Logique aristotélicienne et grammaire arabe, j’avais essayé : 1/ de répertorier les diverses directions dans lesquelles s’était engagé, depuis le XIXe siècle, le problème du rapport du grec à l’arabe et 2 / de relever les différents a priori idéologiques qui avaient conduit à ces impasses. Je suis heureux de n’avoir pas été cité par Gouguenheim. Le contenu de mon ouvrage ne lui convenait certainement pas. Je suis d’autant plus heureux qu’en me référant à son livre, je n’ai pas, à la différence de plusieurs contributeurs du présent ouvrage, à rectifier les interprétations erronées qu’il aurait pu faire de mes propos. Je ne me doutais surtout pas qu’après vingt-cinq ans, des thèses aussi fallacieuses que les siennes sur la nature de la langue arabe reviendraient actuelles. Aussi je me permets, pour mieux faire ressortir la nature idéologique des propos de Gouguenheim, de rappeler un passage significatif de mon introduction, tant il est vrai que cet agrégé d’histoire renvoie à un stade dépassé de la linguistique arabe :

« L’opinion arrêtée de Renan selon laquelle ‘les Arabes, renfermés comme tous les peuples sémitiques dans le cercle étroit du lyrisme et du prophétisme, n’ont jamais eu la moindre idée de ce qui peut s’appeler science rationnelle’ et dont on trouve des échos comme nous le verrons, dans les études les plus récentes, bornait pour longtemps le champ dans lequel le rapport de la grammaire arabe avec la logique grecque allait être considéré. »

« Tant que la langue arabe, dans cette tradition d’études, fut divisée par autant de fonctions que de disciplines culturelles dont elle a été la langue d’exposition, fonctions théologique, liturgique, mystique, auxquelles auraient été juxtaposées des fonctions philosophique et scientifique fondamentalement incompatibles avec les premières, la délimitation du problème que ce travail se propose d’élucider, ne pouvait s’engager que dans une perspective dichotomique globale et réductrice sur la nature d’une langue sémitique et son ‘génie’ d’une part et ses rapports en tant que langue de la Révélation, avec la rationalité et la science grecque d’autre part. »

  • 13 Elamrani, Logique aristotélicienne, p. 9-10.

« On peut se demander si un médecin, un astronome ou un théologien de l’époque d’al-Fārābī pouvait naturellement décomposer ainsi une langue de culture. […] Nous ne pouvions donc situer le problème du rapport entre la grammaire arabe et la logique aristotélicienne dans une tradition positive, ouverte sur un problème philosophique ou d’histoire des sciences, sans essayer d’abord de réduire dans un travail critique les opinions générales et certains a priori historiques qui ont été à l’œuvre dans la formulation même du problème. Il nous fallait d’abord isoler la question de ce vaste complexe idéologique dans lequel la tradition des études islamologues l’avait enracinée, et commencer de la fonder dans l’histoire et l’épistémologie interne des grammairiens et des logiciens arabes. »13

20C’est en effet ce vaste complexe idéologique schématisé par le rapport entre Hellénisme et Sémitisme devenu lieu commun qui est récurrent dans l’ouvrage de Gouguenheim.

Conclusion

21Les vingt lignes par lesquelles, dans le chapitre 4 de son livre, Gouguenheim prétend décrire l’essentiel de la langue arabe et en définir les caractères fondamentaux sont d’une pauvreté insigne. C’est plutôt à la lumière de l’humour que je placerai sa remarque pitoyable : « Notamment, dans une langue sémitique, le sens jaillit de l’intérieur des mots, de leur assonances et de leurs résonances » ; « assonances » et « résonances » y sont théâtralisées, comme le faisait un Monsieur Jourdain en train de discourir sur l’orthographe, ou mieux, s’exclamant devant ses maîtres de musique et de danse : « Eh là… comment appelez-vous cela ? Votre prologue, ou dialogue [j’ajoute : ou monologue] de chansons et de danse. » Sylvain Gouguenheim, l’interlocuteur privilégié du grand Mamamouchi !

Notes

1 Sylvain Gouguenheim, Aristote au Mont-Saint-Michel. Les racines grecques de l’Europe chrétienne, Paris, Éditions du Seuil, 2008, p. 136-37.

2 Ernest Renan, Averroès et l’Averroïsme, dans Œuvres complètes, t. VIII, Paris, 1949, p. 85.

3 Gouguenheim, Aristote, p. 136-137.

4 Ibid., p. 127.

5 Ibid. p. 136.

6 Roger Arnaldez, « L’influence des traductions d’Aristote sur l’évolution de la langue arabe », Actes du Congrès de l’Association Guillaume Budé, Lyon, 8-12 septembre 1958, Paris, Les Belles Lettres, 1980, p. 102-114 (106) ; voir Abdelali Elamrani-Jamal, Logique aristotélicienne et grammaire arabe. Études et documents, Paris, Vrin, 1983, p. 49-56.

7 Ibid., p. 52.

8 Gouguenheim, Aristote, p. 85.

9 Arnaldez, « L’influence des traductions », p. 107.

10 Elamrani-Jamal, Logique aristotélicienne… p. 52.

11 Arnaldez, « L’influence des traductions », p. 110.

12 Gouguenheim, Aristote, p. 261, n. 6, qui se rapporte à l’annexe 2, p. 205.

13 Elamrani, Logique aristotélicienne, p. 9-10.

Auteur

Directeur de recherches au CNRS

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search