Version classiqueVersion mobile

Une formation humaniste

 | 
Didier Morel

VI. Approche critique de l’expression « Accompagnement éducatif » « Éduquer »

Texte intégral

1Nous aimons l’expression « accompagnement éducatif », et nous lui trouvons du sens ; cela dit, elle vaut bien une critique. A trop accompagner, oriente-t-on encore ?

  • 1 « […] une position d’accompagnement au quotidien suppose que le professionnel soit « créé » de l’i (...)

2Dans les métiers de la relation, et dans le Travail social en particulier, le mot « accompagnement » se substitue progressivement, semble-t-il, à l’expression « prise en charge » ; mais parfois ces expressions coexistent ( : « j’accompagne cette personne que je prends en charge »)1. D’emblée, on peut dire qu’accompagnement, éducatif en l’occurrence, est une expression plus belle que celle de prise en charge ; elle semble aussi a priori chargée de sens ; elle est non seulement plus agréable à entendre, mais aussi plus « parlante », plus proche de ce que l’on vit dans notre pratique. On peut ainsi la préférer à d’autres, ne serait-ce par l’intuition qu’elle nous semble, à nous éducateurs, plus juste. De facto, j’ai bien souvent le sentiment d’accompagner les personnes qui me sont confiées.

3Pendant notre formation d’éducateur spécialisé, terminée en 1980, il ne nous semble pas avoir entendu l’expression accompagnement éducatif, cet accompagnement, dont certains outils seraient le projet et le contrat. Plus exactement peut-être, le « projet » ne serait pas nécessairement l’outil de l’« accompagnement », celui-ci en serait plutôt une modalité possible : le projet individualisé peut mettre en œuvre un accompagnement.

  • 2 « Il s’agit là, sans nul doute d’un effet de mode plus ou moins durable […] », Ibid, Boutinet, p.  (...)

4Cela dit, on peut se demander dans quelle mesure on ne serait pas, dans nos professions, lié une fois de plus à un effet de mode2, dont témoignerait l’émergence de nouveaux termes dans le jargon du « travailleur social », même si, parallèlement, l’apparition de ces nouveaux mots peut également traduire une intéressante évolution des mentalités, qui induit un changement dans la conception du rapport à l’Autre, ainsi que dans la conception et la mise en œuvre des projets éducatifs. Précisons aussi que le terme accompagnement apparaît dans la Loi du deux janvier 2002 rénovant la Loi dite d’Orientation du trente juin 1975 (on y parle d’accompagnement social, ou médico-social).

5Mais, parfois les mots changent sans que se modifient radicalement, ou mieux : alors que résistent, les réalités qu’ils désignent ; on appelle autrement une même réalité objective qui demeure telle qu’elle. Ainsi, au-delà des différences verbales -prendre en charge, accompagner…- l’éducateur ne fait-il pas toujours que tenter d’éduquer ? Ou ce mot est-il désuet, obsolète, inadéquat, tabou ?

6Cette évolution verbale (l’emploi du mot accompagnement) dépasse en fait le cadre de nos métiers et, par exemple, même la Banque adopte ce vocabulaire : « Les clefs pour vous accompagner dans votre projet », dit un dépliant du Crédit du Nord. « Accompagner » et « projet » sont deux mots clés dont nous n’avons certes pas le monopole.

7Le mot accompagnement est largement diffusé. En forçant le trait, la société ne serait plus qu’un système composé d’accompagnateurs et d’accompagnés, sachant que l’on peut être l’un ou l’autre à tour de rôle selon les circonstances. On aurait tous été accompagnés, avant de devenir éventuellement accompagnateurs, pour enfin redevenir accompagnés un jour ou l’autre. On accompagne les malades en fin de vie ; en tant que formateur référent, j’accompagne mes étudiants vers l’obtention du diplôme et la maîtrise professionnelle ; comme éducateur spécialisé, j’accompagne des personnes dans leur démarche de réinsertion ; je ne prends plus en charge ni, semble-t-il, éduque ces enfants, je fais dans l’Accompagnement éducatif, avec dans ma caisse à outils Projets et Contrats. Suis-je Accompagnateur ou Éducateur ? Je n’ose éduquer, j’accompagne ?

8On l’aura compris, cet exposé est une réflexion sur les intérêts et limites de l’expression « accompagnement éducatif ». Voyons comment le mot accompagnement s’accorde au mot éducatif ; comment s’articulent ces deux termes ? Que donne leur réunion ? Quel est, en fin de compte, le sens de cette expression ?

  • 3 O. Reboul, op. cit., p. 3.

9« La philosophie commence là où les choses ne vont plus de soi, là où ce qui était pour tout le monde évident cesse de l’être. »3, déclare Olivier Reboul, et c’est bien ici la démarche, car il nous semble que la séduisante expression accompagnement éducatif ne va pas de soi ; plus précisément, elle contient un paradoxe. Dans cette approche philosophique donc (c’est-à-dire qui analyse les concepts et pose la question du sens), tout d’abord, que veut dire accompagner ?

10Le mot accompagnement s’origine au Moyen Age. Il est composé de ad (après), et compain (compagnon, pain ; le copain est celui qui mange le même pain). Accompagner c’est se joindre à quelqu’un pour aller où il va en même temps que lui (définition extraite du Petit Robert, 2002) ; c’est aller de compagnie avec lui.

11Accompagner n’est pas synonyme des verbes conduire, guider, orienter, mener. Il semble en revanche plus proche, tout en n’étant pas strictement synonyme, des expressions suivantes : être avec, suivre, escorter (escorter c’est accompagner pour protéger… ou surveiller). En anglais, le verbe accompagner n’existe pas vraiment, il se dit to go with, c’est « aller avec ».

  • 4 René Bailly, Dictionnaire des synonymes, Paris, Larousse, 1975.

12Dans un dictionnaire spécialisé4, le premier synonyme de « suivre » est « accompagner », qui est « aller de compagnie, pour toutes sortes de motifs, pour profiter de la société d’une personne ou bien lui faire honneur, pour la protéger ou bien partager son sort ». On peut donc accompagner pour éventuellement soutenir, aider, surveiller. Mais, pour l’instant du moins, intéressons-nous au mot accompagner davantage employé seul (situons-nous au cœur de l’étymologie, c’est-à-dire stricto sensu), comme finalité, et non encore comme « moyen pour ». Accompagner souligne la présence auprès de quelqu’un, c’est être ensemble. Dans l’accompagnement, il y a une relation, qui plus est, de proximité. Il y a une dimension conviviale, amicale dans l’accompagnement, une certaine complicité, un accord entre deux personnes ; a priori, on imagine mal vouloir accompagner quelqu’un dont on n’apprécie pas la compagnie ; l’accompagné ne serait d’ailleurs pas un copain. Abordé sous cet angle, sympathie et/ou empathie sous-tendent l’accompagnement. Comment demeurer ensemble sans se comprendre ou s’entendre ? Je suis bien, répétons-le, « près d’un copain », dont éventuellement je suis prêt à partager le sort.

13Il peut y avoir, de la part de celui que l’on accompagne, la formulation (à moins qu’on la devine, dans le cas où elle n’est pas vraiment formulée) d’une destination, d’un projet, d’une intention. Mais ce n’est pas nécessaire : le sujet accompagné peut certes vouloir se diriger vers un but identifié, mais il peut aussi déambuler (marcher sans but), flâner (avancer au hasard, sans se presser…), errer (aller çà et là, à l’aventure). Et, dans le cas où la destination est plus ou moins identifiée, elle peut être de toute nature : floue ou clairement perçue, raisonnable/rationnellle (adaptée aux réalités) ou non (délirante), réaliste ou non (idéaliste ; utopique), atteignable ou non, morale ou non […].

14Accompagnement éducatif… Accompagner, donc, certes, mais qu’est-ce que se joindre à… pour aller où il va en même temps que lui ? En tant que père, par exemple, je ne désire sûrement pas accompagner mon fils de cinq ans… où ? ; il m’intéresse surtout d’assurer son éducation ; et je ne suis que dans une certaine mesure son « copain ».

15On peut aussi vouloir mourir, en quoi l’accompagnement peut être dangereux ; mais l’accompagnement, et dans cet exemple cela vaut mieux, n’est très généralement que provisoire, transitoire. On fait un bout de chemin ensemble, puis on se sépare ; si tant est que l’on puisse supporter la séparation : des amants passionnés s’accompagnent jusque dans la mort. L’accompagnement mutuel et permanent tendrait vers la relation fusionnelle, non significative d’une véritable relation entre deux êtres distincts.

16Un accompagnement qui se prolonge outre mesure peut également devenir insupportable à l’accompagné.

17Notons enfin l’aspect dynamique d’accompagnement : accompagner s’opère dans un mouvement, nous marchons ensemble ; un processus est en cours, nous nous déplaçons. C’est dire que nous franchirons ensemble les mêmes étapes, connaîtrons et vivrons, chacun selon ce qu’il est, le même environnement (mais pas vraiment le même paysage). Le cheminement peut également dépendre des aléas environnementaux, être soumis aux conditions que l’on ne maîtrise pas, et qui finissent parfois par rendre vraiment floue ou inatteignable la destination envisagée. En d’autres termes, le parcours est soumis à des conditions de possibilité (il peut être semé d’embûches, ou au contraire soudainement facilité…).

  • 5 Bienveillance : disposition favorable.

18En résumé, cette analyse du mot accompagnement indique une bienveillante5 relation de proximité établie avec quelqu’un qui a l’initiative du déplacement.

19Voyons maintenant ce qu’indique le verbe éduquer.

20Éduquer c’est élever, selon l’étymologie latine educare. Élever est un terme polysémique, à la fois très prosaïque (aimer et soigner ses enfants, les nourrir pour qu’ils croissent…) et symbolique, noble : élever à/vers l’humanité. C’est en résumé faire grandir, tendre vers le haut.

21L’éducation passe par l’exercice d’une action sur autrui, généralement celle d’un adulte sur un enfant. Éduquer est un concept très vaste qui contient en lui : socialiser, viser le développement des aptitudes, former, éveiller au sens des valeurs, transmettre.

22Éduquer c’est encore guider, montrer la voie, diriger, amener autrui là où l’on souhaite qu’il aille, c’est-à-dire : conduire. Selon l’étymologie grecque paidagôgos, le pédagogue est celui qui conduit les enfants (dans la Grèce antique, le pédagogue est l’esclave qui conduit les enfants à l’école).

23En fonction de certaines valeurs les parents favorisent chez leurs enfants le développement de certaines tendances et habitudes. Les valeurs sont ce que l’on considère comme important, préférable ; c’est ce que l’on vise, ce qui vaut la peine, et ce pour quoi on peut sacrifier autre chose.

  • 6 J.F. Rey, in Sylvie Solère-Queval (dir.), Les valeurs au risque de l’école, Villeneuve d’Ascq, Pre (...)
  • 7 Jean-Louis Vieillard-Baron, Qu’est-ce que l’éducation ? (Montaigne, Fichte et Lavelle), Paris, Vri (...)

24Dans nos sociétés, les fins de l’éducation sont d’abord la socialisation, l’intégration sociale, l’autonomie, l’épanouissement personnel ; à un niveau supérieur (en passant de culture à Culture), c’est la prise de conscience des Valeurs, de leur caractère à la fois relatif et universel, ainsi que le développement de l’humain qui sont visés : la reconnaissance de la valeur universelle de l’Homme. Comme le dit Jean-François Rey, « Les valeurs ne valent qu’à faire valoir la personne humaine en chacun. »6. Relevons aussi cette réflexion de Jean-Louis Vieillard-Baron : « On ne peut pas nier qu’une véritable éducation soit une acquisition de la morale. »7

25Notons enfin que l’on éveille au sens des Valeurs ; elles ne s’inculquent ni, stricto sensu, se transmettent car la conscience que l’on en a est l’expression de l’Intelligence de chacun, de la faculté de juger personnelle.

26Éducation suppose pédagogie ; même si ordinairement, ces deux mots sont souvent confondus, ils sont en fait hiérarchisés, comme l’est l’ordre des moyens par rapport à celui des fins. La pédagogie est au service de l’éducation, elle se rapporte aux moyens. Elle est l’aspect instrumental de l’éducation, le faire et la manière de faire ; elle concerne la mise en œuvre (projet pédagogique) du projet éducatif.

27Évoquons ici cette articulation cohérente, cette harmonie logique entre trois domaines intimement liés : conception de l’homme, conception de l’éducation et pédagogie. Imaginons un système composé de trois cercles concentriques : la pédagogie (au centre) est le « comment » d’un « pourquoi » défini par le cercle du milieu, l’éducation, elle-même englobée dans le cercle philosophique et anthropologique ( : quelle conception de l’homme pour quelle conception de l’éducation ?). L’image peut également être celle de l’entonnoir, qui va du général au particulier ; de l’abstrait au concret ; de l’idée au fait… sachant que les faits jouent en retour sur les idées (l’expérience pédagogique alimentant nos conceptions de l’homme et de l’éducation).

28La pédagogie est relation vivante à l’Autre.

29De la part de l’éducateur-pédagogue, cette relation peut comporter, à différents degrés selon les styles pédagogiques, écoute et attention, empathie ; adaptation au rythme de l’apprenant, à ses aptitudes et capacités ; prise en compte de certains de ses désirs et de ses motivations (sachant que l’on n’apprend pas sans désir ni motivation) ; vigilance quant au maintien d’une distance relationnelle, vigilance aussi quant à l’autoritarisme et à l’abus de pouvoir. La relation avec l’apprenant peut encore être empreinte d’un souci de disponibilité, d’aide, de « coups de pouce », de soutien (Paul Fustier -op. cit.- montre qu’il est aussi question de don dans l’action pédagogique et/ou thérapeutique).

30On est alors, selon nous, très proche du sens et du choix d’accompagner ; c’est parce que je souhaite profondément qu’« ils » réussissent qu’émergent naturellement disponibilité, écoute et soutien envers « mes » étudiants. Où l’on retrouve également le synonyme d’accompagner : suivre, employé à peu près à bon escient (je vais te « suivre » dans tes travaux : je vais te guider).

31Mais quel éducateur n’est pas aussi tenu, à différents degrés, d’imposer, de sanctionner, d’indiquer des limites, des interdits, de prévenir, de surveiller. Le mot autorité est bien aussi l’un des traits du statut de l’éducateur face à l’apprenant : c’est le pouvoir de commander, et l’attente légitime d’obéissance. La discipline, le sens de l’effort, l’apprentissage, le travail, sont des valeurs de l’éducation.

32Exerce-t-on son autorité envers un copain ? Compétences supérieures et autorité, même implicites, indiquent une non parité des statuts et des savoirs, une hiérarchie. Celui qui éduque ou qui forme, c’est-à-dire qui conduit et transmet (des savoirs, des savoir-faire…) est, par définition, censé en savoir davantage que l’éduqué. Ses compétences fondent son autorité.

33Il semble bien en définitive qu’éduquer signifie davantage devancer que suivre. Et comment tout à la fois être devant (éduquer/conduire) et derrière (accompagner/suivre) ? Accompagner et éduquer simultanément est alors, selon cette analyse stricto sensu, un paradoxe. Ces deux mots, définis et accolés, s’annulent en effet mutuellement ; leur union forcée les ferait vider chacun de leur sens. L’expression accompagnement éducatif n’aurait-elle donc aucun sens ? Ne faut-il réserver l’emploi d’« accompagnement » à pédagogique, thérapeutique ou social ?

34Défendre l’expression accompagnement éducatif, c’est ne pas la prendre au pied de la lettre ; il nous faut l’interpréter et, comme on dit, ne pas « jeter le bébé avec l’eau du bain ». Comme lorsque l’on parle de « silence éloquent », ou « de douce violence », on peut entendre l’expression accompagnement éducatif comme un oxymore, et cette alliance de deux mots contradictoires n’est certainement pas insensée.

35Soulignons d’abord ce que l’expression recèle de respectueux envers la personne suivie.

36Si la parité n’est pas de mise en éducation (décalage dans les statuts et les savoirs), elle peut l’être, à un autre niveau, dans l’accompagnement compris comme un style pédagogique porteur de valeurs fortes.

37Celui-ci est sous-tendu par certaines convictions et, tout d’abord, par la conscience de l’intersubjectivité en œuvre. Quels que soient en effet leurs statuts respectifs, deux personnes, deux sujets désirants interagissent dans une égale dignité humaine. Parité et non parité coexistent dans la reconnaissance mutuelle de l’identité de chacun.

38Ce style pédagogique veut tenir compte des ressources et désirs de la personne accompagnée. C’est bien évidemment une attitude empreinte de respect envers celle-ci. Elle affirme la croyance dans les capacités de la personne, « auteur et acteur » -autre expression à la mode-, responsable, de son parcours ; c’est en d’autres termes la reconnaissance de ses capacités d’autonomie. « On » ne désire plus qu’elle soit la personne cantonnée dans un rôle d’assistée et soignée où elle serait davantage « objet » que sujet. Elle aurait maintenant clairement son mot à dire.

39Il nous semble aussi pouvoir contourner la contradiction de l’expression accompagnement éducatif par cette image : on peut tout à la fois tirer (éduquer, être devant) et pousser (accompagner, être derrière) ; c’est une comparaison avec la traction qui est aussi propulsion, le quatre roues motrices (4X4). C’est ainsi souligner l’uni-dualité professionnelle éducateur/pédagogue. Mais cette métaphore ne ruine pas les développements précédents, dans la mesure où c’est toujours, chez la même personne, l’éducateur qui oriente le pédagogue (même si sa pédagogie alimente en retour ses conceptions éducatives).

40Quoi qu’il en soit, il y aurait dans un emploi démesuré, non critiqué, de l’expression accompagnement éducatif une approche qui se veut certes respectueuse, mais aussi floue, sinon gentillette, angélique et idéaliste de l’accompagnement, et même un peu hypocrite (car c’est surtout nous qui montrons la voie), comme si l’on avançait masqué, ou comme si l’on feignait de suivre alors que nous guidons, ou encore comme si l’on voulait renoncer à tout pouvoir ou autorité… tout en les exerçant quand même. Qu’on le veuille ou non, ne sont-ce pas aussi nos désirs qui sont à l’œuvre dans ce que l’on nomme l’accompagnement ?

41Sans doute ne faut-il pas verser d’une « autorité/prise en charge », qui a certainement pu être excessive, à une absence totale de cette dimension, qui serait tout autant questionnante.

42N’y aurait-il pas aussi une certaine idéologie (enfermement idéaliste) de l’accompagnement ? Ou bien même, en forçant le trait, un certain cynisme, que l’on retrouve dans la notion de contrat éducatif, lorsqu’il est initié, conçu par celui qui le propose ; nos projets et/ou contrats éducatifs ou sociaux sont bien souvent la marque de notre domination ; nous enjoignons autrui de respecter le contrat qu’il n’a pas le choix de refuser, contrat que nous établissons, rédigé avec nos termes selon ce que l’on souhaite. Remarquons enfin le caractère paradoxal de l’injonction d’autonomie.

43Et restent en partie ouvertes ces questions fondamentales : accompagner pour quelles raisons ? Dans quel but je veux t’accompagner ? Pour aller où, et pourquoi ? C’est le moment de parler de la socialisation, qui est au cœur de l’éducation.

44Quel que soit le public en question, la socialisation est en éducation (spécialisée ou non) un point cardinal, c’est-à-dire un sens de l’action.

45On peut penser la socialisation comme étant l’une des finalités de l’éducation. Dans notre milieu professionnel, c’est une valeur, souvent associée, en tête des projets éducatifs, à l’autonomie. Rappelons que par « valeur », on entend : ce qui est particulièrement important, ce qui dirige, oriente l’action ; la valeur est ce qui est visé, elle est en point de mire.

46On peut dire aussi que les concepts socialisation et éducation sont en grande partie identiques, que leurs sens se chevauchent, ou qu’ils sont à peu près consubstantiels : on ne peut penser l’un sans l’autre.

47Au sens le plus général, la socialisation est un processus par lequel l’enfant intériorise les divers éléments de la culture environnante. C’est un ensemble, un enchaînement d’apprentissages qui permettent l’intégration sociale, le vivre-ensemble. On voit déjà que c’est très vaste : cela va de l’apprentissage de la langue à, par exemple, la façon de se tenir à table, en passant par la politesse et la manière de s’habiller […].

48On voit aussi que la socialisation, si elle est finalité n’est pas encore fin en soi, puisqu’elle permet ce qui la dépasse : elle est moyen de l’intégration, qui est la vie dans l’interaction avec autrui, cette condition de l’équilibre, et même de la survie, de l’individu. Elle est aussi moyen du développement personnel, de mon existence même, par l’apprentissage de la langue, par exemple. Sans développer ce thème, remarquons enfin qu’elle permet le développement de l’autonomie : comment accéder à la capacité de penser par soi-même sans préalablement se cultiver ?

49Il s’agit donc d’intérioriser (intégrer, acquérir, faire siennes…) des attitudes et des comportements correspondant aux valeurs/normes/règles de conduite de la société. Se socialiser, c’est se former, autrement dit, se cultiver : s’imprégner de la culture, « culture » au sens le plus large. C’est encore, dans les manières d’agir notamment, tendre à correspondre aux attentes du groupe social.

50Comme la socialisation est un ensemble d’apprentissages, on voit que l’on sera confrontés, en tant qu’éducateurs auprès d’enfants en difficulté, aux mêmes problèmes que ceux relatifs à tout apprentissage. Dans ce processus, beaucoup, sinon l’essentiel, dépend en effet de l’investissement et des aptitudes de chaque enfant. C’est dire que l’on avance aussi ici, et à des degrés divers selon les capacités et limites de chacun, souvent davantage par petites avancées successives (toujours potentiellement remises en question…) que dans un franc mouvement. Dans un entourage éducatif, aucun enfant ne se socialise pas, mais chacun acquiert ce qu’il peut selon ce qu’il est et selon ce qu’on lui indique.

51Nous avons vu qu’éduquer ne supporte pas n’importe quel arrangement ou détournement. On ne peut être à la fois guide, c’est-à-dire connaître et indiquer le chemin, et se laisser mener, comme on ne peut simultanément conduire et être passager ; c’est aller « droit dans le mur ». Il y a une perte du sens « éducatif » lorsque l’éducation est assimilée à un accompagnement.

52Cela dit, le propos n’est pas de rejeter l’expression accompagnement éducatif, mais de revenir au sens des mots et de réaffirmer certaines caractéristiques et valeurs de l’éducation.

53Sous-tendu par un projet éducatif, l’accompagnement éducatif peut être compris comme un style pédagogique significatif d’une ouverture à l’Autre.

54L’accompagnement éducatif est une métaphore qui révèle une relation intersubjective proximale avec la personne guidée, ainsi qu’une coresponsabilité. De la part de l’éducateur elle signifie investissement personnel, écoute, empathie, disponibilité et soutien, mais aussi et surtout, car le mot accompagnement prend sens : adaptation au rythme de la personne dans son évolution, ce en quoi elle garde bien « l’initiative du déplacement ».

Cette « adaptation au rythme de la personne dans son évolution » n’est-elle pas l’une des capacités professionnelles attendues du « travailleur social » ?

Notes

1 « […] une position d’accompagnement au quotidien suppose que le professionnel soit « créé » de l’intérieur du lien qui s’établit avec la personne prise en charge » Paul Fustier, Le lien d’accompagnement, Paris, Dunod, 2000, p. 135.
« […] la pratique d’accompagnement exprime le fait qu’elle prend en charge des personnes vulnérabilisées et fragilisées » Jean-Pierre Boutinet, « Questionnement anthropologique autour de l'accompagnement », in Education Permanente, n° 153/2002-4, p. 246

2 « Il s’agit là, sans nul doute d’un effet de mode plus ou moins durable […] », Ibid, Boutinet, p. 242.

3 O. Reboul, op. cit., p. 3.

4 René Bailly, Dictionnaire des synonymes, Paris, Larousse, 1975.

5 Bienveillance : disposition favorable.

6 J.F. Rey, in Sylvie Solère-Queval (dir.), Les valeurs au risque de l’école, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 1999, p. 202.

7 Jean-Louis Vieillard-Baron, Qu’est-ce que l’éducation ? (Montaigne, Fichte et Lavelle), Paris, Vrin, 1994, p. 10.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search