Version classiqueVersion mobile

Une formation humaniste

 | 
Didier Morel

V. Perception et différence. « Phénoménologie de la perception »

Texte intégral

  • 1 Christophe André, François Lelord, L’estime de soi, Paris, Odile Jacob, 2002, respectivement p. 170 (...)

« Avant d’être bons, les dieux sont beaux et leurs anges aussi. […] Il est impossible de traiter par le mépris cette question des apparences physiques. Oui, la beauté n’est pas également répartie entre les individus. Oui, elle confère bel et bien des avantages à ceux à qui elle a été donnée. »1

1La différence, c’est par exemple ce qui s’exprime par le magnifique ; c’est en première approche ce qui étonne et capte le regard, ce qui se situe en rapport à une attente, soit en ce qui trompe celle-ci, soit en ce qui y correspond particulièrement. La différence, c’est ce qui se remarque.

2On est étonné par ce que l’on n’attend pas, par ce qui « tranche ». La différence est notamment ce qui rompt l’uni et l’habituel ; c’est du moins ce que l’on distingue ; c’est ce qui intéresse.

3Puis-je ne pas me retourner sur cet enfant handicapé, grimaçant et gesticulant ? Qu’inspirent à l’« hôtesse de caisse » du supermarché ces jeunes autistes qui passent difficilement devant elle, guidés par les éducatrices ?

4Bien que je sois éducateur, praticien depuis de longues années au contact d’enfants handicapés, je constate, lors de ce voyage en métro, être au même titre que mon voisin le voyeur vulgaire interpellé par la présence de cette personne « différente ». Mais ne suis-je pourtant pas habitué à la vision de la « différence » ? Ne suis-je pas apte, de par mon statut et l’expérience, à ne plus la percevoir ainsi, c’est-à-dire à ne plus être étonné/intrigué par cette vision ? Ne suis-je pas censé adopter une attitude autre que celle des personnes non habituées à côtoyer l’étrangeté ?

  • 2 Il n’est pas anodin de rappeler, à la suite de Bourdieu, que catégorie vient du grec katêgorien, ac (...)

5Je ne puis que constater qu’il n’en est pas vraiment ainsi ; même si mon regard peut être éduqué, et teinté de « professionnalisme » (je puis, tout en identifiant – c’est-à-dire catégoriser2- la personne comme autiste, par correction détourner le regard), mon attitude première est d’être interpellé par ce que je perçois, de fait, comme demeurant inattendu, bizarre, étrange, insolite, singulier, malgré les décennies passées au contact de l’« anormal ». Première conclusion, on ne peut alors pas reprocher à autrui « public » une attitude fondamentale normale, qui demeure la nôtre, qu’on le veuille ou pas : l’étonnement suscité par l’écart à la norme.

6Norme est un mot particulièrement polysémique, comme d’autres dans cette thématique (idéal, valeur…). Nous reviendrons attentivement sur cette notion car elle est au cœur de la problématique de la « perception de la différence » (comme nous le verrons, l’expression perception de la différence est, stricto sensu, un pléonasme). Le mot norme est pris ici, pour l’instant, en tant qu’état habituel, conforme à la majorité des cas.

  • 3 J. Duchêne, Éthique et handicap mental, (ouvrage collectif), Namur, Presses Universitaires de Namur (...)
  • 4 C. André, F. Lelord, op. cit., p. 180.
  • 5 Par exemple : « Le rejet de la différence est renforcé par la situation groupale qui pousse à la co (...)
  • 6 M.-F. Hirigoyen, Malaise dans le travail, op. cit., p. 176.

7Notons déjà que, selon J. Duchêne, « Notre culture accorde beaucoup d’importance aux soins des apparences : elle est fascinée par l’image et dominée par la publicité. […] Elle définit le normal par la conformité statistique plutôt que par la considération des critères propres à la singularité de chacun. »3 Dans le même ordre d’idées, et pour brosser le contexte social de notre époque, on peut retenir ces propos des auteurs de L’estime de soi : « Nous vivons une époque où nous sommes soumis à la proximité envahissante et oppressante d’images de corps idéaux. »4 C’est dire que notre problématique relative à la perception, sinon au rejet, de la différence, que l’on sait, à différents degrés, universelle5, revêt sans doute de nos jours une acuité particulière. C’est aussi ce que pense M.-F. Hirigoyen : « Il est incontestable que nous sommes dans une société narcissique qui nous incite au culte de l’ego. […] Dans cette société fondée sur l’image, on se soucie peu de la valeur réelle des personnes, ce qui compte, c’est l’apparence. »6

8Nous questionnons ici l’attitude envers autrui lorsque nous avons à faire face à son étrangeté, sa laideur ou sa difformité (sinon monstruosité), ou à la bizarrerie de son comportement ; nous interrogeons la relation aux personnes qui nous étonnent par l’image qu’elles renvoient, aussi bien au plan comportemental qu’esthétique.

  • 7 Y. Pelicier, Lexique de psychiatrie, Paris, puf, 1976, p. 26.
  • 8 H.-J. Stiker, Op. cit., p. 11.

9Par exemple, le psychiatre Yves Pelicier note que : « La maladie mentale, à tous les degrés, modifie le répertoire des attitudes de l’individu et le fait paraître étrange, bizarre […]. Les attitudes du public à l’égard du malade mental ne sont pas moins intéressantes, souvent négatives, marquées par la peur, la dérision, le rejet, parfois plus tolérantes et généreuses. »7 La peur ? Pour H.-J. Stiker, « La première peur est une gêne, une sorte de pénibilité qui nous est imposée par l’être qui n’est plus dans nos normes habituelles. »8

10Le thème des attitudes du « public » (c’est-à-dire de chacun), à l’égard de toute personne particulièrement défavorisée, ou étrange, dans son apparence, induit de multiples sujets de réflexion, ou interrogations, parmi lesquelles nous pouvons retenir celles-ci :

  • 9 Acceptons pour l’instant cette précision, sachant néanmoins qu’une parfaite ressemblance, par exemp (...)

11D’une manière générale : qu’induit en nous, et dans notre relation à lui, ce qu’autrui donne à voir de lui (cela appelle le fameux thème « être et paraître ») ? Plus précisément : quelle est notre attitude face à ce que l’on appelle la différence ou, dit autrement, face à celui qui ne me ressemble pas9 ? Mais toute différence induit-elle la même réaction ? De quelle différence parlons-nous ?

12Comment interprétons-nous la différence, qu’en faisons-nous ?

13Ce n’est pas la reconnaissance, ou la perception de la, ou d’une, différence qui posent problème (peut-on percevoir autre chose qu’une différence ?), mais notre surinterprétation du percept (celui-ci étant déjà interprétation : percevoir c’est simultanément interpréter, évaluer), qui oriente notre attitude envers autrui. Difforme, je te vois tel ; et alors ? Et après ?

14C’est nous-mêmes qui sommes en question, sans doute dans notre capacité à dépasser ce que l’on ne peut pas ne pas voir. En ce sens, il n’est pas donné d’aller au-delà de l’apparence et de ce qu’elle induit, et ce peut-être parce qu’apparaître n’est pas totale absence d’être.

15Quoi qu’il en soit, c’est moins la « différence » que le sens, notre interprétation donnés à celle-ci qui posent problème. La différence résulte d’un jugement. Interroger notre perception de la différence, et ce qu’elle induit en nous, c’est donc une fois de plus s’arrêter sur ce qui constitue un jugement. C’est en d’autres termes nous interroger, c’est-à-dire considérer le cadre référentiel (notre monde psychique subjectif) à partir duquel nous signifions le monde.

  • 10 Entendons par « phénoménologique », cette attention particulière à l’expérience perceptive subjecti (...)
  • 11 Ibid. Stiker, p. 212.

16Dans cette approche à tonalité phénoménologique10, nous examinerons ce qu’est percevoir (ce qui en quelque sorte conduit à aimer la différence), puis nous réfléchirons à l’intrication (à la non totale dissociation) être et paraître. C’est un processus d’acceptation de la différence que nous suivons, et « Alors il me semble qu’il faudrait essayer de penser une intégration de la différence. »11

V. 1 La perception comme différenciation et projection de soi

Percevoir est différencier

17Suivons notre démarche de « réhabilitation » de la différence par cette étude de la perception. L’idée centrale est que la perception de la différence est en même temps jugement d’existence (en opposition à l’indifférence).

  • 12 H. Ey, La conscience, Paris, puf, 1963, p. 18.

18Être au monde c’est hiérarchiser : nous percevons dans la masse environnementale, informe a priori, ce qui nous intéresse ; mieux : nous créons et signifions ce monde, étant donné que l’image ne préexiste pas à sa formation. La perception est un acte extrêmement subjectif : je perçois le monde selon ce que je suis. Percevoir c’est notamment se projeter, construire/signifier, différencier. Pour Henri Ey, « percevoir c’est […] choisir, s’intéresser, se projeter, admettre, attendre, désirer, saisir, nommer, juger, contempler. A la condition expresse toutefois que tous [toutes ces attitudes] se réfèrent aux « données » de nos sens. »12.

19C’est moins l’environnement qui dicte ce que l’on perçoit, que nous, maîtres en la matière ; c’est que nous signifions, et donc hiérarchisons selon nos intérêts (nous n’accordons pas la même importance à tout ce qu’il nous est donné de percevoir), ce qui n’est pas a priori chargé d’informations qui s’imposeraient à nous. Il n’y a pas de pure réception de l’information. Nous donnons sens au monde ; nous le créons selon ce que l’on est. En cas d’hallucination, on peut aussi y voir ce qui en est réellement absent. La perception est comme une actualisation subjective du virtuel (est virtuel ce qui est déjà prédéterminé), guidée par nos intérêts. En d’autres termes, je suis l’auteur du monde pour moi, même s’il est quelque chose hors de moi, reçu par les sens, qui participe à cette genèse.

20Comme le dit Louis Allix en conclusion de son ouvrage, il est bien quelque chose d’« incroyable » dans la perception :

  • 13 L. Allix, Perception et réalité, Essai sur la nature du visible, Paris, CNRS éditions, 2004, p. 287

« Nous ne voyons donc pas directement la réalité extérieure. Chacun de nous est enfermé dans le monde clos de ses images visuelles privées. Cela est littéralement incroyable. Personne ne peut, en effet, croire longtemps qu’il ne voit pas immédiatement le monde mais le perçoit seulement par l’intermédiaire de représentations internes à son esprit. Néanmoins, c’est la plus plausible de toutes les thèses portant sur la perception visuelle […]. La philosophie ne conduit pas toujours à des conclusions facilement acceptables par l’esprit. »13

  • 14 Op. cit., p. 23.

21Le percept (le produit mental de l’activité perceptive ; la vision, l’image de cet arbre, par ex.) est une création personnelle, et donc il n’y a pas deux perceptions strictement identiques d’une personne à l’autre. En un sens (individuel), nous vivons chacun dans notre bulle personnelle ; la société est un système de mondes individuels différents les uns des autres. En un autre sens (collectif), nous sommes de notre époque, et « Le « handicap », comme le souligne H.-J. Stiker, n’a pas toujours été vu de la même manière. »14 (souligné par nous)

22Que projette-t-on dans l’image du difforme ? Il est différentes attitudes sociales selon les époques et les lieux, qui ne sont pas sans jouer sur notre vision stricto sensu.

23Il n’y a pas de perception sans mise en relief, sans choix. Percevoir c’est différencier, sous peine de sombrer immédiatement dans la plus terrible folie ou absence de soi : le retrait complet, la perte de conscience, l’absolue distraction. Qu’y a-t-il à voir si l’on ne distingue rien ? On peut aussi dire que la non différenciation est synonyme d’indigence mentale.

24La différence est le trait distinctif ; c’est une rupture de l’égalité entre les choses (L. Lavelle).

  • 15 E. Marc, op. cit. Ces deux citations : respectivement p. 2 et p. 213.

25Pour A. Lalande, et l’on pourra méditer, rapportée à l’humain, la portée de cette assertion, la différence est notamment une « relation d’altérité entre des choses qui sont identiques à un autre égard ». C’est en d’autres termes la définition de l’identité, présentée par E. Marc : l’identité est une notion complexe et paradoxale, qui réunit ce qui est à la fois semblable et différent, unique et pareil aux autres ; elle oscille entre l’altérité radicale et la similarité totale. « On s’aperçoit […] que l’identité conjugue à la fois l’unité, l’unicité, la similitude, la permanence et la reconnaissance (celle du sujet qui se reconnaît lui-même et celle d’autrui). Certains de ces caractères peuvent sembler contradictoires, comme l’unicité et la similitude, traduisant le fait que chaque individu est à la fois unique et semblable à d’autres. » ; « Un paradoxe fondamental opère au cœur de l’identité. Elle est […] ce qui nous rend semblables aux autres et en même temps différents. Elle résulte d’une dialectique constante entre le même et l’autre, deux notions qui s’impliquent mutuellement et qui sont au fondement de la conscience de soi. […] »15 La différence est donc nécessaire à l’existence, c’est une condition de l’identité.

26Ajoutons que l’on ne perçoit (distingue) rien de particulier sur un fond uni, et que l’on remarque particulièrement ce qui s’écarte franchement de la norme. C’est une dimension clé, bien connue, de l’activité perceptive : se remarque ce qui bouleverse l’habitude.

27Il en est enfin une autre, d’ordre normatif et/ou axiologique, étroitement mêlée à ces processus, et relative à deux sens radicalement opposés : ce qui tend à l’idéal, et ce qui s’en écarte.

L’écart à la norme

28Hormis la norme en tant que « plus grand nombre de cas », trois autres sens, qui parfois se chevauchent, peuvent être identifiés : la Valeur transcendantale (l’« Idée régulatrice » a priori ; en mots : « vrai », « bien », « beau », « juste »…), le modèle idéal personnellement et/ou socialement valorisé, et l’archétype axiologiquement neutre a priori (le paradigme, modèle/ « patron de base », l’idée de la « chose », le pattern).

29La problématique de la différence est très étroitement liée à celle de la valeur. Nous remarquons ce qui nous importe, et ce qui nous importe étant valeur-pour-nous, la différence est en soi une évaluation, ou plus précisément indice d’un rapport à la Valeur.

30Nous parlons de « Valeur », transcendantale, lorsque nous évoquons un point nodal, référentiel, du cœur du fonctionnement psychique universel, un « Idéal régulateur » (pouvant se rapporter à divers faits ou situations, qui peuvent être vécues de façon différente ou même contraire selon les personnes et les cultures, mais tout homme peut éprouver la valeur et penser « c’est beau », « c’est bien »…). La Valeur est ce qui n’existe pas en soi, mais qui donne le sens de l’expérience vécue ; ainsi se manifeste le Beau, par exemple ; un bel objet ne se présente pas ainsi hors de nous – le beau n’est pas un extérieur qu’il suffirait de recevoir-il est perçu comme beau, parce que nous le décodons ainsi, en accord à l’idée subjective (personnelle, mais non antinomique d’universelle) du beau. La rupture de l’indifférence, dont on a vu qu’elle était le signe de la valeur, s’opère notamment en fonction d’une proximité, ou au contraire d’une nette distance, de l’Idéal subjectif. Ce qui est « moyen » indiffère plutôt. Le mal, le laid, le faux, l’injustice (comme le pense, par ex. Hannah Arendt) sont en ce sens manque, absence de Valeur, et ne se remarquent qu’en fonction d’un rapport ou d’une aspiration à celle-ci. Leur perception (ou mieux : le sentiment éprouvé) est le signe d’une attente particulière, d’un préalable et fondamental désir de valeur, d’une aspiration. On ne remarquerait pas la laideur sans détenir le beau en référence. Retiennent ainsi notre attention (ne passent pas inaperçus), par exemple, la vérité et le mensonge, la bonté et la méchanceté, la justice et l’injustice […].

31Approchons maintenant un autre sens du mot norme, toujours différent de « moyenne statistique » : c’est la norme, en un sens encore général qui ne réduit que partiellement la polysémie, en tant que modèle, sinon idéal, idéel. La norme est en ce sens le modèle de référence, et elle peut être ce qui doit être, comme ce qui peut être socialement sanctionné (récompensé ou puni).

32Les deux sens principaux de « norme » (moyenne statistique/grand nombre de cas d’une part, et modèle de référence recherché, d’autre part) ne sont pas antinomiques. Ils peuvent se chevaucher ou se rejoindre (comme lorsqu’en France, en 2002, une majeure partie des votants s’exprime contre l’accession au pouvoir d’un représentant du Front National). Il est cependant, bien sûr, nombre de cas où la norme-majorité et la norme axiologique ne se rejoignent pas, selon l’esprit critique. On ne peut d’office confondre, sinon par conformisme, modèle répandu et modèle valable, idéal ; quel rapport établirait-on entre la quantité et la qualité ?

33V. de Gaulejac aborde cette problématique :

  • 16 Op. cit., p. 45.

« Derrière la norme statistique, basée sur la notion de quantité et la définition d’un type moyen, perce la norme normative, basée sur la notion de qualité et la définition d’un type idéal : si la majorité des gens sont comme ceci, voilà vers quoi il faut tendre. Le type moyen est subrepticement assimilé au style idéal, au modèle. C’est le plus grand nombre qui devient la référence fondamentale. Le statistique devient ainsi le support du normatif […] »16

34On ne peut confondre non plus, sinon par relativisme et/ou culturalisme, ce qui est archétype-modèle et valeur (ou, dit autrement, idéal-archétype d’une part, et Idéal-finalité d’autre part). En effet, où se situe sur l’échelle des valeurs, un archétype, un modèle original (Hitler est l’archétype du monstre) ?

35Enfin, il n’est pas d’office de rapport étroit entre, d’une part, ce qui vaut socialement présentement (et doit, semble-t-il, valoir pour nous-normes sociales, par ex.-) et, d’autre part, ce qui vaut « réellement » (ce qui Vaut rationnellement, selon l’esprit critique ; c’est en quelque sorte la différence entre éthique et morale).

36A la suite de ce voyage en polysémie, et pour résumer, on peut dire qu’au-delà de ses différents sens, « norme » est un point de repère. L’écart à la norme (que l’on prenne « norme » en un sens particulier, ou dans ses différents sens, possiblement entremêlés) est jugement de différence.

37Nous n’abordons pas le monde vierges de préconceptions. Globalement, ce que l’on perçoit est lié à nos attentes et intérêts ; nous jugeons, percevons et nommons le monde en fonction de ce que nous sommes (nous, en tant que formidables cadres référentiels mêlant nature et culture, innné/instinct et acquis). Nous étonne ce qui trompe nos hypothèses ; et, comme y insiste par exemple Karl Popper, nous sommes en constante position d’hypothèse.

38Retient notre attention, par jugement, ce que l’on aime, espère ou recherche particulièrement, ou au contraire, brisant cette attente, ce qui s’en éloigne manifestement, en nous heurtant, par exemple.

  • 17 Notons par exemple que le « harcèlement moral commence souvent par le refus d’une différence. », M. (...)
  • 18 J. Hillman, op. cit., pp. 242, 245. Et, p. 265 : « La notion de caractère dépend de celle de différ (...)

39En fin de compte, plus que la différence, en un sens très général (c’est-à-dire non encore stigmate), c’est plutôt l’indifférence qui pose problème17. La différence est la reconnaissance de l’existence, de même qu’elle définit le caractère, comme le souligne J. Hillman : « […] la signification première du mot « caractère » : l’ensemble des particularités qui rendent une personne différente d’une autre. […] Par définition, le caractère se réfère aux signes distinctifs qui rendent une chose visiblement différente de toutes les autres. Chaque caractère se maintient par les qualités qui lui sont propres. »18

40On ne peut donc accuser pour elle-même la différence stricto sensu car elle est la vie (il est trivial d’ajouter : quel formidable ennui peut naître de l’uniformité).

V. 2 Être et/ou paraître

  • 19 Elisabeth Zucman, citant Shakespeare (Hamlet) in « Le nouveau Mascaret », n° 16-17 – juin-septembre (...)

« Comment se fait-il qu’à partir du moment où quelqu’un est frappé par le hasard dans son corps par une différence, tout le reste de ce qu’il est, son imagination, sa personne disparaissent aux yeux des autres et malheureusement aux yeux de lui-même, si on ne l’aide pas à rester en possession de lui-même, et si le regard des autres l’écrase ? »19

41La laideur peut être un fait et, comme la beauté, n’être pas « que dans la tête » ; lisons ce passage de L’estime de soi :

  • 20 (Témoignage anonyme, in:) C. André, F. Lelord, op. cit., p. 170.

42« Adulte, on est convaincue qu’il est inutile d’en parler, de se confier ; on pressent trop bien que l’entourage va immédiatement mentir, se débarrasser de sa propre gêne en nous balançant les poncifs éculés sur la « beauté de l’intérieur », et toutes ces paroles inutiles. La laideur est le plus terrible des défauts : on peut essayer de modifier son égoïsme, ou d’agir sur ses peurs. Mais comment changer de corps ? Souvent j’ai rêvé de vivre dans un monde d’aveugles, où les apparences n’auraient plus d’importance. »20

43Nous avons vu que la différence n’est pas une illusion ; elle est au cœur de la perception et résulte d’un jugement. La différenciation est immédiate et spontanée dans la perception. Toute perception est également prise de connaissance, signification, forme de compréhension et évaluation qui orientent l’attitude et donc l’action.

44Nous sommes les auteurs de nos perceptions.

45Qu’est-ce que percevoir Autrui ? C’est l’évaluer au croisement de notre « cadre conceptuel subjectif » et de ce qu’Il donne à voir. Je te rencontre et t’interprète en fonction de ce que je suis, projetant sur le monde mes attentes et désirs ; et combien mon regard joue-t-il sur ce que tu penses être, ou même risques de devenir ? : en quoi le perçu et le verbe, la dénomination, créent alors l’être.

46En effet, d’une part, l’idée que l’on a de soi est en partie faite de celle que nous renvoie les autres et, d’autre part, nous jouons parfois le personnage que l’on attend de nous, adoptant le rôle qui nous est dévolu dans un système.

  • 21 Colette Chiland, in B. Cyrulnik, P. Duval, op. cit., p. 269.

47On le sait, l’image perçue, ce qui apparaît, joue sur l’attitude ; qu’on le veuille ou non elle contribue à orienter le sens de la rencontre. La vie sociale est en partie déterminée par les apparences, par ce que nous donnons à voir (physique, habillement, comportement) ; par exemple, « Un enfant dont le visage est plus charmant attire des interactions spontanées positives de la part de l’environnement. »21

  • 22 J.-F. Amadieu, Le poids des apparences, Paris, Odile Jacob, 2002, p. 205. Au cœur de notre probléma (...)

48Le sociologue Jean-François Amadieu a consacré un livre sur le thème de l’influence de l’apparence ; relevons-y ce passage : « […] il nous semble que l’apparence joue, sans conteste possible, un rôle tout à la fois majeur et constant, tout en étant complexe, diffus et peu perceptible. Certes, bien des éléments organisent la vie sociale, façonnent les couples et forgent les destinées, mais l’apparence exerce toujours une action. Même lorsque nous croyons qu’elle n’entre pour rien dans un phénomène, un examen plus approfondi révèle qu’elle a des effets insoupçonnés. »22

49Le phénomène est réalité. C’est un être en « chair et en os » que je rencontre, et non un pur esprit, même si le sensible peut être indice de l’intelligible. L’image, ce que je perçois de toi, c’est bien, pour moi spontanément, en partie toi. Même si l’on voulait se défaire de cette emprise (ou de cette illusion : je sais que ton image n’est pas ce que tu es en tant que personne, esprit, « imagination »), lorsque je pense à toi, c’est ton visage qui apparaît. Je te recherche ou t’évite en partie en fonction de données sensibles, et de ce que je ne maîtrise pas vraiment, le voudrais-je.

50Plus largement, combien le perçu (l’apparence, ou mieux : l’apparition) ne joue-t-il pas sur les relations sociales ?

  • 23 Des études « confirment qu’il existe des normes stables et claires commandant l’apparence physique. (...)

51Parfois, et notamment dans le cadre des relations sentimentales, combien mon comportement et le désir de ta présence ne sont-ils pas liés à ton apparence ? L’instinct et ses archétypes radicaux23 sont présents dans le système psychique et, même modulés par la culture, ils ne se préoccupent pas des embarras de l’esprit ; ils m’orientent souvent, malgré la raison. Le fond psychique et pulsionnel, ainsi que mon histoire, le monde de l’inconscient, participent du cadre référentiel qui détermine mes attitudes. C’est dire que, parfois, ou bien souvent, ce qui m’intéresse en toi, ce n’est pas toi en tant qu’esprit, mais ce qui en toi correspond à mes désirs, à mes projections ; c’est donc moi qui suis en jeu dans cette histoire car, dans cette relation apparemment duelle, je me retrouve largement.

52Ce qu’autrui donne à voir (apparence physique/esthétique, style vestimentaire, « look », comportements, communication non-verbale…), et même si dans ma perception cela peut être dépassé (combien je peux être séduit par ta parole ou tes actes, par un sourire, et ta laideur effacée), est spontanément interprété/évalué, soupesé.

53Dans la mesure où je puis être, en partie du moins, maître de l’interprétation, critique, il m’appartient de faire la part des choses, et ainsi m’ouvrir à l’en-deçà, à ce qui ne se voit pas.

54Nous avons vu que l’indifférence peut être pire que la différence. Ce n’est pas la différence qui fait problème, mais ce qu’elle ne dit pas en elle-même, c’est-à-dire nous-mêmes.

55Ce n’est qu’en admettant que le paraître n’est pas hallucination, ni totale illusion (c’est l’être de ma perception), et non pas en le niant (déni de réalité) que nous pouvons commencer à nous en distancier.

56Certes, le contexte social actuel (l’importance extraordinaire prise par l’image, et sa diffusion) tend à accentuer le problème, celui d’une possible dictature de l’apparence, à laquelle ne se soumettent, cependant, que les plus faibles, car elle n’est que soumission à soi-même, dans un manque de recul critique.

57Accordons le mot de la fin (certes idéaliste) à Chrysippe, Stoïcien du IIIe siècle avant J.C. : « Il est ridicule de se sentir offensé par ceux qui font des plaisanteries sur notre apparence. »

L’approfondissement conceptuel, le retour au sens des mots, est toujours rafraîchissant, et conduit parfois à rebours des idées reçues. Plutôt que d’estomper la différence, il semble plus constructif de la conscientiser, ne serait-ce que pour aider (« accompagner » ?) celui qui en a besoin. C’est sur le thème de l’accompagnement éducatif que se poursuit au chapitre suivant l’analyse conceptuelle.

Notes

1 Christophe André, François Lelord, L’estime de soi, Paris, Odile Jacob, 2002, respectivement p. 170 et p. 174.

2 Il n’est pas anodin de rappeler, à la suite de Bourdieu, que catégorie vient du grec katêgorien, accuser publiquement.

3 J. Duchêne, Éthique et handicap mental, (ouvrage collectif), Namur, Presses Universitaires de Namur, 1997, p. 21.

4 C. André, F. Lelord, op. cit., p. 180.

5 Par exemple : « Le rejet de la différence est renforcé par la situation groupale qui pousse à la conformité ; de plus la différence est perçue comme menaçant l’unité du groupe, au même titre qu’elle menace la consistance de l’individu. » E. Marc, op. cit., p. 219.

6 M.-F. Hirigoyen, Malaise dans le travail, op. cit., p. 176.

7 Y. Pelicier, Lexique de psychiatrie, Paris, puf, 1976, p. 26.

8 H.-J. Stiker, Op. cit., p. 11.

9 Acceptons pour l’instant cette précision, sachant néanmoins qu’une parfaite ressemblance, par exemple, peut tout aussi nous surprendre. Une grande ressemblance, comme tout ce qui « sort de l’ordinaire », est une différence.

10 Entendons par « phénoménologique », cette attention particulière à l’expérience perceptive subjective.

11 Ibid. Stiker, p. 212.

12 H. Ey, La conscience, Paris, puf, 1963, p. 18.

13 L. Allix, Perception et réalité, Essai sur la nature du visible, Paris, CNRS éditions, 2004, p. 287.

14 Op. cit., p. 23.

15 E. Marc, op. cit. Ces deux citations : respectivement p. 2 et p. 213.

16 Op. cit., p. 45.

17 Notons par exemple que le « harcèlement moral commence souvent par le refus d’une différence. », M.-F. Hirigoyen, Malaise dans le travail, op. cit., p. 30.

18 J. Hillman, op. cit., pp. 242, 245. Et, p. 265 : « La notion de caractère dépend de celle de différence. Le dictionnaire en donne cette simple définition : « Tout signe, qualité ou trait visible par lequel une chose, une personne, une espèce, un événement peuvent être vus comme différents d’autre chose. » Le caractère affirme donc, haut et fort, l’unique, le singulier, l’étrange. […] Ce qui se produit dans le corps est également représentatif du caractère et ne doit pas être exclu des études de caractère. Le caractère concerne à la fois psyché et soma ; c’est une notion psycho-somatique. »

19 Elisabeth Zucman, citant Shakespeare (Hamlet) in « Le nouveau Mascaret », n° 16-17 – juin-septembre 1993.

20 (Témoignage anonyme, in:) C. André, F. Lelord, op. cit., p. 170.

21 Colette Chiland, in B. Cyrulnik, P. Duval, op. cit., p. 269.

22 J.-F. Amadieu, Le poids des apparences, Paris, Odile Jacob, 2002, p. 205. Au cœur de notre problématique, il nous faut aussi retenir ces propos : « […] les individus se conforment souvent eux-mêmes à l’image qu’on se fait d’eux. […] Nous sommes largement ce que le regard d’autrui fait de nous. », Ibid. pp. 66, 67.

23 Des études « confirment qu’il existe des normes stables et claires commandant l’apparence physique. Ces normes sont indépendantes de la nationalité, de la classe sociale et même de l’âge, puisque des nourrissons de 2 ou 3 mois, à qui l’on montre des images de personnes plus ou moins belles, sont attirés par les plus belles ! », Ibid., p. 30.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search