Version classiqueVersion mobile

Une formation humaniste

 | 
Didier Morel

III. Corps, intelligence et sensibilité

Texte intégral

1Les deux grandes sections suivantes étaient à l’origine autonomes ; nous les avons regroupées en ce chapitre, selon le fil rouge de la thématique corps/esprit, et plus précisément peut-être sous le mot sensibilité.

III. 1 La relation entre le corps et l’esprit « Le système bio-culturel »

  • 1 Platon, cité par Jean Benjamin Stora, in Quand le corps prend la relève de l’esprit, Paris, Odile J (...)

« L’erreur répandue parmi les hommes est de vouloir entreprendre séparément la guérison du corps et de l’esprit. »1

2« Je suis peur » est sans doute plus exact que « j’ai peur ».

  • 2 E. Morin, La méthode 3. La connaissance de la connaissance, Paris, Seuil, 1986, p. 73.
  • 3 J. B. Stora, op. cit., p. 138.
  • 4 T. Janssen, La solution intérieure, Vers une nouvelle médecine du corps et de l’esprit, Paris, Faya (...)

3Il n’est pas aisé de concevoir ce qui semble à la fois distinct et confondu. La question du rapport au corps, de la relation esprit/corps (ce thème renvoie au très classique débat dualisme/monisme) est riche et complexe. Poser le problème en ces termes (« la relation entre le corps et l’esprit ») indique le maintien d’une dualité, même relative. Esprit conscient, je ne suis pas mon corps, je ne me confonds pas avec lui, que je puis, par exemple, contempler. Mais, voudrais-je oublier mon corps ou m’en distancier, sans doute me rappellerait-il son existence : l’impossible disjonction radicale. Comme le dit, par exemple, E. Morin, « Ce qui affecte l’esprit affecte […] l’organisme tout entier. Ainsi, il est établi que le chagrin d’un deuil ou la dépression grave affaiblissent le système immunologique pendant plusieurs mois, et que les maux de l’esprit peuvent devenir maladies du corps (psycho-somatiques). […] Tout ceci nous indique une action réciproque, un effet mutuel, une causalité circulaire. »2 On peut également citer, par exemple, J. B. Stora ; selon lui, « toutes les observations, depuis Galien jusqu’à nos jours, plus spécialement aux États-Unis, sont convergentes : il existe une relation entre le cancer et certains états émotionnels ; pour Galien, les femmes ayant une nature dépressive étaient enclines à cette maladie. »3 Et l’on pourrait multiplier les citations, puisées dans la littérature spécialisée ; par exemple encore, selon Thierry Janssen, « […] nous savons que les émotions négatives diminuent l’activité des cellules immunitaires NK. »4 (les cellules immunitaires NK natural killer cells détruisent la cellule devenue cancéreuse avant que celle-ci ait eu le temps de se multiplier.)

Deux en un

  • 5 C.G. Jung, L’âme et la vie, Paris, Buchet/Chastel, 1963 (1945), p. 18
  • 6 E. Zariian, La force de guérir, Paris, Odile Jacob, 1999, p. 42.
  • 7 Sylvie Consoli, La tendresse, Paris, Odile Jacob, 2003, pp. 57, 58.
  • 8 Ibid., p. 84

4Le corps semble bien être le relais de l’esprit, comme il en est parfois un déterminant (fatigués ou malades, nous ne sommes pas en pleine possession de nos moyens intellectuels). Comme le dit, par exemple, C.G. Jung, « […] il n’existe probablement pas une maladie du corps dans laquelle ne joue aucun facteur psychique, de même que dans bon nombre de troubles psychogènes interviennent des éléments corporels. »5 Sur ce thème, les médecins ne sont-ils pas les meilleurs témoins ? Selon Édouard Zarifian, « Toute maladie organique comporte un effet de révélation sur la vie psychique du patient. »6 On peut aussi écouter Sylvie Consoli, dermatologue et psychanalyste : « Les dermatologues sont devenus des découvreurs qui portent leur regard, leur écoute, leur esprit au-delà des lésions cutanées tant ils sont désormais convaincus de l’indissociabilité de la peau, du corps et du psychisme. »7 Quant aux expressions dermatologiques des troubles psychiatriques, « elles sont nombreuses et variées, peut-être parce que la peau, organe privilégié de la vie de la relation depuis la naissance, est visible et facilement accessible aux manipulations du sujet lui-même. Dans une grande majorité des cas, les malades souffrant de lésions cutanées provoquées par un trouble psychiatrique consultent en première intention un dermatologue. »8

  • 9 J. Selosse écrit à l’article « Prostitution » (Dictionnaire de psychologie, R. Doron, F. Parot, puf (...)

5En certaines circonstances, l’esprit peut chercher à se détacher du corps, à s’en dissocier. Le corps peut être utilisé comme un outil, un instrument en rapport auquel nous avons parfois intérêt à nous distancier, tant l’identification au corps peut être déplaisante, humiliante, et/ou source de souffrances (c’est le propos de certaines prostituées, par exemple9). Il nous semble alors possible de relever un espace (illusoire ?) entre le corps et l’esprit, et de considérer celui-là comme extérieur, manipulable et modelable. Quel usage en faisons-nous ? Ce corps, ce n’est pas moi, ou si peu ; je ne veux pas y être réduit ; c’est de la matière, et c’est ainsi, certes, que j’apparais à autrui, ou à moi-même.

6On pourrait relever une certaine autonomie de l’un envers l’autre (corps et esprit), tout en reconnaissant que généralement l’un ne va pas réellement sans l’autre, et donc l’action de l’un ne serait pas sans incidence sur l’autre, si tant est que l’on puisse dans certains cas les dissocier. Il est un jeu subtil et complexe entre eux ; le corps et l’esprit seraient, à différents degrés, et en partie du moins, chacun le reflet, ou l’expression, de l’autre.

7« A différents degrés, et en partie du moins » : s’il est une correspondance, ou même une interaction entre l’esprit et le corps, on ne peut cependant d’emblée la considérer comme massive, générale, absolue et systématique. « Corps » (de quoi parle-t-on précisément ? du patrimoine génétique ? du cerveau ? des organes ? du fonctionnement hormonal ? de la sensorialité ? de la forme ?….) et « esprit » -mind- (conscience ? raisonnement ? jugement ? intelligences diverses ? idées ? émotions ? représentations ? ou encore : « états mentaux » ?….), sont des notions si vastes ou vagues que l’idée d’interaction, qu’il serait naïf de nier, doit cependant être maniée avec précaution (préciser en quoi, et entre quelles sphères, tiendrait en effet cette « influence réciproque » ; par ex. : cerveau/testostérone/idées et fantasmes/ cerveau-testostérone ?).

  • 10 K. Popper, Toute vie est résolution de problème, Paris, Actes Sud, 1997, pp. 85, 86.

8Sur le thème de l’interaction esprit/corps, nous citions dans L’éducateur face au réel, le philosophe K. Popper : « La conscience est à son tour produite, on peut le conjecturer, par des états physiques ; pourtant elle les contrôle dans une large mesure. Tout comme un système légal ou social qui est produit par nous, et qui pourtant nous contrôle : il n’est ni « identique » ni « parallèle » à nous […] mais il interagit avec nous. C’est exactement de la même manière que les états de conscience (« l’esprit ») contrôlent le corps et interagissent avec lui. […] il doit bien exister un parallélisme esprit-cerveau jusqu’à un certain point […] je défendrai donc une forme d’interactionnisme psychophysique. »10

La force du moyen

  • 11 Cette problématique est inspirée de la question : La conscience rend-elle l’homme supérieur à son c (...)

9La conscience est-elle supérieure au corps ?11 Mais de quelle nature serait cette « supériorité » ? S’agirait-il d’une éventuelle souveraineté, d’une position hiérarchique de la conscience sur le corps, d’un pouvoir de commandement ? La conscience me permettrait-elle, par exemple, de faire ce que je veux de mon corps, ou même de moi, tandis que le corps, lui, disposerait a priori d’un statut inférieur – il est à mon service- ? Mais qu’entend-on, de nouveau, par « mon corps » ? N’est-il pas inscrit dans, et en partie nature de, mon psychisme ? De même la conscience n’est-elle pas très étroitement liée à un tout psychique complexe, non scindé en casiers hermétiques entre eux ?

  • 12 N. Baraquin, in Dictionnaire de philosophie, op. cit., p. 58.

10La conscience est un mot polysémique. Parmi d’autres sens, on peut, en première approche, retenir par exemple celui-ci : « Connaissance plus ou moins claire que chacun possède immédiatement de son existence, de ses états (affections, représentations), de ses actions et du monde extérieur. »12 La prise de conscience est au moins, en effet, une forme de prise de connaissance.

  • 13 « Nous considérons que c’est par une conclusion prématurée que la conscience humaine a été si longt (...)

11La conscience peut aussi être entendue comme le regard de l’esprit (« l’œil de l’esprit », qui peut être aussi conscience morale), sur le monde et sur soi. En ce sens, tout ce qu’elle considère lui est en quelque sorte « extérieur », aussi bien mon corps que mes propres idées, et même que celles-ci, dans la mesure où, de mon corps, je n’ai que représentation. La conscience permet une distanciation réflexive envers le monde vécu ; elle nous élève, nous détache du monde sans du tout nous en extraire ; n’en déplaise à Nietzsche13, c’est bien la plus extraordinaire, fantastique faculté humaine. Elle peut être comprise comme une forme aiguë de connaissance ; elle signifie aussi veille, vigilance.

12La conscience permet la distinction soi/non-soi et autrui, ainsi que l’autocritique. Elle est spécifiquement humaine, c’est une forme de connaissance (par ex. : le regard que l’on peut porter sur soi-même) dont les (autres) animaux ne bénéficient pas ; elle est fragile, et apparaît pendant le développement de la personne grâce à la culture, au langage et à l’éducation, et elle s’estompe ou disparaît, par ex., dans certaines pathologies mentales, ou dans la sénilité, lorsque Je s’efface.

  • 14 K. Popper, op. cit.

13Elle est, enfin, parfois synonyme d’intelligence. Les mots esprit (mind et spirit) et conscience sont très proches. Selon Karl Popper, par exemple, « l’homme est un être doué d’esprit, pour autant du moins qu’il demeure pleinement conscient ; il est un être doué d’esprit, un moi, une âme très étroitement unie à un corps soumis aux lois de la physique. »14 (souligné par nous.)

14Poser la question du rapport entre la conscience et le corps, c’est donc aussi, bien sûr, interroger la relation entre l’esprit et celui-là. Ce thème de réflexion est voisin de problématiques philosophiques classiques : la dialectique esprit/matière d’une part (l’intelligence, le règne des fins, la liberté, la synthèse unificatrice, la pensée d’un côté ; le sensible, l’objet de pensée, l’élémentaire et le multiple, le monde du déterminisme et du moyen, de l’autre), et d’autre part, le rapport savoir/pouvoir ; nous ne discuterons ici que de l’idée d’une hypothétique relation hiérarchique entre l’esprit/conscience et le corps.

15Y a-t-il ainsi supériorité (direction, domination possible, commandement, gouvernance, pouvoir, autorité, hiérarchie…) de l’un sur l’autre ? Par le regard de l’esprit et par l’intelligence, par la conscience, je n’agirais plus en aveugle. Grâce à la conscience et/ou la connaissance que j’ai du monde, je dirige mon corps. Par la prise de conscience des situations, et par la volonté, je peux aussi agir contre ce vers quoi il m’orienterait et éviter, par exemple, le passage à l’acte. C’est bien alors le regard critique, mes facultés psychiques supérieures, qui dirigent, en fonction des contextes, et selon le principe de réalité ; la conscience juge et contrôle. Le corps, lui, ne pense pas ; la supériorité de la conscience serait celle de l’intelligence, qui permet la compréhension et l’adaptation aux circonstances.

16On peut aussi attribuer à la conscience une vertu causale « descendante », par exemple dans le sens où « je m’interdis d’être malade ».

17Cependant, mon corps (me) dirige aussi, que je le veuille ou pas, si l’on tient compte de la vie psychique dans son ensemble et dans ses profondeurs.

  • 15 Diderot, Lettre à Damilaville du 3 novembre 1760.
  • 16 Op. cit., p. 45.

18La conscience semble parfois, sinon au service du corps, au moins dans une relation où sa supériorité est loin d’être évidente, comme si elle ne faisait qu’accompagner et constater ce que d’autres forces mettent en œuvre. Bien souvent j’ignore ce qui m’oriente, ou je n’en ai que trop conscience (ce clin d’œil à Diderot : « il y a un peu de testicule au fond de nos sentiments les plus sublimes et de notre tendresse la plus épurée. »15). Constat possible : le sexe dirige. La supériorité de l’esprit, son pouvoir de commandement, est limitée, et sans que je m’en rende compte j’obéis à ce qui ne dépend pas vraiment de moi (l’instinct, les pulsions, les besoins physiques et affectifs, les désirs, mon inconscient, mon histoire incorporée ; bref, mes goûts et intérêts profonds). Avec recul et dans une vision d’ensemble, c’est aussi au corps que j’obéirais, tandis que la conscience ne ferait, s’illusionnant sur son pouvoir, que « gérer » l’ici et maintenant ; c’est l’arrière-plan, le fond du décor, qui commanderait. On peut de nouveau entendre C.G. Jung : « Que l’on désigne l’arrière-plan de l’âme du nom que l’on voudra, il n’en reste pas moins que l’existence et la nature même de la conscience sont de façon inouïe sous son emprise et, dans une large mesure d’autant plus grande que cela se passe davantage à notre insu. […] Notre conscience intellectuelle est comme un acteur qui aurait oublié qu’il joue un rôle. »16

19Moi, ce que je suis, est un composé du corps et de l’esprit. C’est une illusion de croire que je-conscience suis en permanence le véritable souverain ; qu’est-ce qui fonde en fin de compte ce que je veux ?

20La conscience peut certes permettre de (me) diriger et de contrôler mon corps (en ce sens, je suis supérieur à celui-ci). Cela dit, la conscience peut être parfois dans l’illusion d’orienter, alors qu’elle suivrait, accompagnerait, obéirait en fait à ce qu’elle ne contrôle pas (et à ce, si l’on peut dire, « dont elle n’a pas conscience » ; son pouvoir de connaissance est limité) : ce que nous sommes profondément, nos intérêts non conscients.

  • 17 Une des relations les plus manifestes entre un déficit organique et le fonctionnement mental est la (...)

21De plus, on sait que lorsque le corps faiblit, la conscience s’estompe, comme je m’efface, sans cependant disparaître, dans le sommeil ; qui alors permet l’autre, en fin de compte ? On retrouve dans ce débat l’articulation fins/moyens, si ce n’est la primauté du moyen (les conditions de possibilité, biologiques notamment, de la conscience17) sur la in. L’équilibre mental et l’intelligence dépendent, bien évidemment, d’un système complexe de conditions de possibilité.

III. 2 Les mésaventures de l’intelligence « La faculté de juger »

22L’intelligence n’est pas seulement ce qui peut se mesurer avec le Q.I., elle peut être également assimilée à l’esprit critique. C’est aussi davantage une fragile disposition qu’un état stable, permanent, dans le sens où quelqu’un d’intelligent peut parfois ne pas l’être du tout (on n’ose d’ailleurs imaginer ce que serait cette espèce de robot lumineux !). Les discussions suivantes s’articulent autour de la faculté de juger ; l’une interroge la relation entre déficience intellectuelle et pathologie mentale ; l’autre, qui ressemble à un mouvement d’humeur face à la médiocrité « culturelle » ambiante, ajoute un synonyme au concept d’intelligence : la sensibilité.

Déficience intellectuelle et pathologie mentale : sous l’angle du rapport au monde, l’unité de ces deux concepts Un déficit du sens

23Au-delà des différences, qu’il ne s’agit pas de gommer (notamment parce qu’elles induisent des pédagogies et/ou thérapies spécifiques), qu’est-ce qui réunit déficience intellectuelle et pathologie mentale ?

24Pour le moins, ces troubles s’expriment par une modification de la signification du monde. C’est notamment sous l’angle du rapport au monde des personnes déficientes et malades mentales que l’on peut saisir une similitude, des ressemblances qui transcendent la diversité et la complexité des troubles mentaux. En effet, quoi qu’il en soit de ces troubles ou déficiences, il en résulte un affaiblissement de ce que l’on peut appeler, sinon la raison, la faculté de juger (dit autrement : un défaut d’intelligence en tant que déficit de compréhension).

25Nous voulons dire que si la source peut être polymorphe et complexe, il est en conséquence un grand trait commun qui est la difficulté à interpréter/signifier/hiérarchiser selon la valeur (à distinguer le vrai du faux, par exemple ; il est en psychiatrie des expressions telles qu’altération, ou abolition, du discernement – qui induisent une réflexion sur le degré de responsabilité personnelle-). C’est, en d’autres termes, la capacité à relativiser, à accorder une importance plus ou moins adéquate aux choses, qui est affaiblie dans tous les cas du vaste monde des troubles mentaux, quelle que soit leur nature, et qu’ils soient passagers (c’est alors, à différents degrés, le cas de chacun d’entre nous selon les circonstances), ou durablement inscrits.

26Certaines personnes présentent plutôt une déficience intellectuelle qui ne les empêche cependant pas de s’intéresser au monde et d’entrer en relation avec autrui, sans pour cela comprendre, en tout domaine, aussi aisément que les personnes dites normales ; d’autres montrent plutôt des troubles de la personnalité, c’est-à-dire qu’elles peuvent être performantes en certains domaines (en pédopsychiatrie on parle de « dysharmonie évolutive »), mais qu’elles semblent en retrait des réalités, comme soumises à l’imaginaire et plus ou moins « libérées » du principe de réalité ; elles ne comprennent pas, non plus, le monde de la façon la plus adéquate ; d’autres enfin, souffrant de troubles mentaux sévères, cumulent en quelque sorte ces deux traits : elles sont à la fois réellement limitées dans leurs capacités et comme en retrait, incapables de s’intéresser au monde et d’interagir de manière adaptée avec autrui. En arrière-plan de ces difficultés, une multitude de facteurs, souvent interagissant et entremêlés (multifactorialité), peut être convoquée : variabilité normale ou accidentelle du patrimoine génétique, pathologies cérébrales diverses, traumatismes, déficits sociaux, pressions ou carences environnementales, affectives et/ou éducatives (….).

27Le monde des troubles mentaux est d’une complexité telle qu’il ne peut être généralement subdivisé en quelques secteurs bien délimités et hermétiques entre eux, dans le système psychique. Il n’est pas rare que certaine pathologie apparemment dominante et décelée chez une personne laisse entrevoir un faisceau de traits qui s’accordent en fin de compte logiquement entre eux, dans la mesure où l’on retrouve chez elle (la même souffrance et) la même source guide interprétative fondamentale. La matrice psychique, cadre référentiel, commande l’interprétation et donc la vie relationnelle. Le regard peut être radicalement orienté, « biaisé » à la fois par un souci fondamental à jamais complètement assouvi ou récupérable (comme un puissant besoin d’affection, de reconnaissance et de sécurité) et par le mode cognitif (/complexe d’aptitudes intellectuelles), l’un jouant sur l’autre. Par exemple, diagnostiquée « dépressive », telle personne peut montrer une vulnérabilité globale associant, à différents degrés, des traits ou tendances suivants : paranoïa, délire, idéalisme, passion, hyperémotivité, hystérie/conversion, claustrophobie, libido aléatoire, vertige, discours plaintif, esprit de contradiction, vision simplificatrice/dichotomique du monde, perception du détail au détriment de l’ensemble, difficulté à relativiser, peu d’aptitude à la distanciation et à l’humour… mais aussi, autre face de la médaille : grande sensibilité à l’injustice ; attention aux besoins d’autrui, générosité, altruisme, dépassement et don de soi possibles.

28Le système interprétatif s’emballe en un sens donnant le ton général, pessimiste en l’occurrence, du rapport au monde. D’une douleur morale sous-jacente fondamentale, émerge une hyperréactivité à (ce qui est perçu comme) toute forme de non reconnaissance de soi par autrui ; une hypersensibilité « narcissique » latente induit une intolérance à tout « défaut » de marque de reconnaissance ou d’affection. Du fond(s) psychique insécure émerge une orientation type et un mode de pensée pouvant étouffer l’esprit critique, nuire à une plus juste interprétation des événements.

  • 18 S. Ionescu, in M. J. Tassé, D. Morin, La déficience intellectuelle, Québec, Gaëtan Morin, 2003, p.  (...)

29Sur un autre plan, on relève aussi sans surprise que la déficience intellectuelle peut être un terrain propice aux troubles mentaux ; voir par exemple Serban Ionescu : « Les recherches épidémiologiques indiquent clairement que les troubles mentaux sont beaucoup plus fréquents dans la population ayant une déficience intellectuelle que dans la population générale. »18 Si l’on est moins apte à relativiser ou à contextualiser, on peut être affecté par ce qui n’en vaut pas la peine, et par exemple penser être menacé ou agressé bien que ce ne soit pas le cas.

  • 19 Alain Berthoz, Gérard Jorland (et al.), L’empathie, Paris, Odile Jacob, 2004, p. 255.
  • 20 Ibid., pp. 259, 260.

30Dans la déficience intellectuelle, sont a priori notamment affaiblies la compréhension d’une situation et la capacité à y faire face. Sont également amoindries par rapport à une normalité statistique, et à différents degrés bien sûr, un ensemble de facultés mentales, comme le repérage spatio-temporel et (donc) l’aptitude à se décentrer. Exemple non anodin en ce qui concerne l’éthique et plus précisément l’empathie, l’un des fondements de celle-là. Selon Alain Berthoz : « Il peut paraître audacieux de spatialiser le problème de l’empathie. […] D’abord le fait que changer de point de vue c’est changer de référentiel, c’est-à-dire résoudre un problème spatial. Se mettre à la place de l’autre, c’est adopter le regard de l’autre. Changer de point de vue, c’est changer de perspective. »19 La capacité à se mettre à la place de l’autre, à adopter son point de vue est bien en effet un déplacement, plus difficile, ou parfois impossible, à effectuer en situation de retard mental. « L’enfant ne peut réellement imaginer le paysage en se plaçant du point de vue de la poupée qu’à partir de 7-8 ans. La capacité de changer de point de vue de façon différenciée est donc une capacité tardive, et c’est là un point essentiel pour la théorie que je voudrais proposer ici. Cet âge de 7 ans est d’ailleurs un âge crucial où de profonds changements interviennent dans les rapports de l’enfant avec l’espace, le contrôle de ses gestes, etc. […] peu à peu, l’enfant dissocie son regard de sa navigation. Je pense que cela correspond à l’acquisition de sa stratégie dite du « survol » qui lui permet de s’affranchir du caractère séquentiel de la navigation égocentrée et de commencer à changer de point de vue pour envisager des chemins variés, des détours, etc. Il n’est plus prisonnier du déroulement pas à pas de son exploration du monde, il peut « prendre de la hauteur » pour ainsi dire. Ma thèse est que cette évolution est fondamentale pour toutes les fonctions cognitives et notamment pour la capacité de prendre le point de vue de l’autre. On voit bien pourquoi je pense que les processus de spatialisation sont fondamentaux dans l’empathie. »20

31Certaines inaptitudes intellectuelles peuvent donc directement jouer sur la forme du rapport à l’Autre. Il n’y a pas de scission nette entre capacités mentales et aptitudes morales.

32Que les capacités intellectuelles soient affaiblies, ou que l’on décèle chez la personne un réel potentiel intellectuel, cependant inscrit dans un système psychique déséquilibré (troubles mentaux) : au-delà de la multiplicité des troubles, toujours est-il que nous avons affaire à divers types et degrés d’une « myopie mentale » qui induit des difficultés à apprendre et à comprendre. En d’autres termes, et ceci dit avec toutes les nuances qui s’imposent, le psychotique et la personne intellectuellement déficiente se rejoignent dans le fait que l’autonomie et la raison sont affectées, et qu’ils accèdent peu ou pas aux sens du réel.

33Enfin, et toujours au-delà des différences et spécificités, que le propos n’est pas de nier, c’est l’esprit critique, l’âme de la raison (discernement, sens des valeurs et principe de réalité : ce qui contribue à sous-tendre et orienter le rapport au monde), qui semble amoindri, ou qui fait défaut.

Le rapport entre les goûts et l’intelligence. Sur la sensibilité

  • 21 Juvenal, Satires, X, 81
  • 22 A. Kerlan, op. cit., p. 203

« Panem et circenses »21
« L’universalité du jugement de goût postule la communication universelle en deçà de ce que nous appelons aujourd’hui les différences culturelles. »22

34En guise d’avant-propos, précisons l’exergue. Le jugement esthétique prétend à l’universalité. Kant distingue ce qui n’est qu’agréable pour nos sens, ce qui est relatif, de ce qui est jugé beau ; le jugement de goût, esthétique, induit une adhésion universelle :

  • 23 Kant, Critique de la faculté de juger, Paris, Vrin, 1993, pp. 74-75.

35« […] le principe : « A chacun son goût » (s’agissant des sens) est un principe valable pour ce qui est agréable. Il en va tout autrement du beau. Il serait (tout juste à l’inverse) ridicule que quelqu’un, s’imaginant avoir du goût, songe en faire la preuve en déclarant : cet objet […] est beau pour moi. Car il ne doit pas appeler beau, ce qui ne plaît qu’à lui. Beaucoup de choses peuvent avoir pour lui du charme ou de l’agrément ; personne ne s’en soucie ; toutefois lorsqu’il dit qu’une chose est belle, il attribue aux autres la même satisfaction ; il ne juge pas seulement pour lui, mais aussi pour autrui et parle alors de la beauté comme si elle était une propriété des choses. C’est pourquoi il dit : la chose est belle et dans son jugement exprimant sa satisfaction, il exige l’adhésion des autres, loin de compter sur leur adhésion, parce qu’il a constaté maintes fois que leur jugement s’accordait avec le sien. Il les blâme s’ils jugent autrement et leur dénie un goût, qu’ils devraient cependant posséder d’après ses exigences, et ainsi on ne peut dire : « A chacun son goût ». Cela reviendrait à dire : le goût n’existe pas, il n’existe pas de jugement esthétique qui pourrait légitimement prétendre à l’assentiment de tous. »23

  • 24 M. Gauchet, op. cit., p. 228.

« La bêtise tyrannique qui dégouline quotidiennement des journaux et des médias démoralise les plus endurants. »24
« Cucul », « gnangnan »… crétinisme ambiant. Est mièvre et niais ce qui est fade, insipide, naïf et un peu sot. Si l’on ajoute ennuyeux, grossier et vulgaire, on reconnaît par exemple la tonalité générale des programmes de la télévision française aux heures de grande écoute.

36En matière de loisirs et/ou d’activités culturelles au sens le plus large (lectures, spectacles, écoute musicale, programmes de télévision…), vers quoi est-on attiré, qu’est-ce qui nous plaît et retient l’attention, qu’est-ce qui nous mobilise et nous émeut ? En ce domaine, certains choix sont-ils supérieurs, préférables, plus nobles que d’autres ? Y a-t-il, en matière de « divertissement » et de « détente », une échelle de valeurs, ou tout vaut-il ? (Une chanson, par exemple, ne se distingue-t-elle pas d’une autre par sa qualité ; comment reconnaîtra-t-on cette qualité, et en est-on capable ?)

37Y a-t-il, en matière de goûts, une hiérarchie « objective », au-delà des subjectivités particulières ? Et selon quels critères pourrait-on la préciser, comment pourrait-on légitimer cette échelle de valeurs ?

  • 25 En quoi l’esprit de tolérance mal compris conduirait à tout accepter. L’esprit de tolérance est dan (...)

38En quoi, par exemple, serait-on autorisé à qualifier de bête, insignifiant, « débile », ce que d’autres, ne voyant dans notre attitude qu’« intolérance »25 et mépris, aiment et recherchent ? Pourquoi certains trouvent-ils niais et mièvre ce qui peut cependant nettement intéresser autrui, et parfois en masse ?

39Au sein d’une même société, d’une « même culture », qu’est-ce qui contribue à expliquer les différences interindividuelles, parfois profondes en matière de goût pour la musique, l’art, le spectacle ?

  • 26 La faculté de juger est une composante de la sensibilité, phénomène du corps et de l’esprit, et apt (...)

40L’éducation, la socialisation, le « capital culturel » (Bourdieu), l’habitus jouent, par exemple, sur les goûts musicaux et, plus largement, sur les modèles que l’on adopte. Mais, d’une part, n’est-ce là qu’une affaire d’environnement dans lequel on a grandi, d’éducation, d’habitude, ou bien nos ressources personnelles, l’intelligence (sens critique, faculté de juger26), influencent-elles aussi nos goûts (ce pour quoi celle-ci n’est à vrai dire que rarement invoquée ; « les goûts et les couleurs », après tout…) ? Ne serait-ce, d’autre part, qu’affaire de hasard et de « goût pur », comme le serait une faculté autonome, indépendante du tout psychique de la personne ? Il y aurait, au sein de mon esprit, une case pour le goût, qui n’aurait aucun ou peu de rapport avec ce que je suis ; mais cela ne tient guère debout.

41Les goûts et l’intelligence ne sont pas deux mondes étanches entre eux. Les goûts reflètent besoins et désirs, nous (nous) projetons sur le monde et recherchons ce qui correspond à nos attentes. Nos goûts nous traduisent ; ils sont ce que l’on préfère, ce qui nous importe et nous plaît, ils sont l’expression de nous-mêmes, et nous-mêmes, c’est ce que l’on est totalement, corps et esprit, dispositions, sensibilité, intelligence et connaissances acquises. Nous sommes notre histoire, aux sens large (l’espèce, l’inné) et restreint (ce que l’on a appris, l’acquis).

42Nous sommes notre système psychique ; celui-ci est le cadre référentiel à partir duquel nous interprétons le monde et lui donnons sens et valeur. En un sens, le monde désiré, recherché, perçu et construit est bien entendu notre reflet ; dans notre rapport au réel, nous ne faisons que nous retrouver.

43Le constat peut être déplaisant (les journaux et les programmes de télévision les plus médiocres n’existent que parce qu’ils sont achetés et regardés), mais ce qui m’émeut et me parle en matière de divertissement reflète ce que je suis. Air connu : dis-moi ce que tu recherches, écoutes et regardes, je te dirai qui tu es.

44Bien évidemment, en matière de goût, tout n’est certainement pas que mental, critique, intellectuel ; l’élan vital, la libido au sens le plus large (le dynamisme vital, le goût de vivre), le corps, le pulsionnel et l’instinct, ainsi que nos expériences, notre histoire personnelle, nous orientent également. Les facultés psychiques supérieures sont logiquement peu présentes dans ce qui n’est pas leur territoire.

45Mais dans notre rapport au monde rien n’est indépendant de l’intellect, de notre faculté de juger. L’esprit, le sens critique (le sens du beau, du vrai et du bien), même si sa présence et ses manifestations fluctuent selon les circonstances chez la même personne, participe du système psychique, et ne peut donc pas ne pas être présent dans la genèse et l’expression de nos goûts ; l’intelligence participe à la perception.

  • 27 A. Kerlan, op. cit., respectivement pages 71 et 13.

46Notons, avec A. Kerlan, et en référence à Kant notamment, que « L’intelligence sensible est inséparable de l’intelligence rationnelle. », de même, comprenons « […] le jugement de goût comme une opération indissolublement intellectuelle et sensible. »27

47Peut-on alors avec l’esprit critique comme élément du système psychique tout mettre sur le même plan ? Tout est-il d’égale valeur ?

48Qu’est-ce que le discernement ? Tout est-il également aimable ? Qu’est-ce que, par exemple, d’une part l’humour, et d’autre part la grossièreté et la vulgarité, la bêtise (celle-ci favorisant la méchanceté) ? On ne peut concevoir, sans mutiler la sensibilité, une scission radicale entre l’intelligence et les goûts, comme on ne peut opposer la sensibilité à la raison.

Après ces pages « sensibles », observons plus attentivement ce qui se joue dans le rapport à l’Autre, l’une des modalités du rapport au réel. Même si certaines conditions de possibilité de la communication sont identiques à celles du respect, qu’est-ce qui différencie cependant nettement ces deux modes relationnels ?

Notes

1 Platon, cité par Jean Benjamin Stora, in Quand le corps prend la relève de l’esprit, Paris, Odile Jacob, 1999.

2 E. Morin, La méthode 3. La connaissance de la connaissance, Paris, Seuil, 1986, p. 73.

3 J. B. Stora, op. cit., p. 138.

4 T. Janssen, La solution intérieure, Vers une nouvelle médecine du corps et de l’esprit, Paris, Fayard, 2006, p. 85.

5 C.G. Jung, L’âme et la vie, Paris, Buchet/Chastel, 1963 (1945), p. 18

6 E. Zariian, La force de guérir, Paris, Odile Jacob, 1999, p. 42.

7 Sylvie Consoli, La tendresse, Paris, Odile Jacob, 2003, pp. 57, 58.

8 Ibid., p. 84

9 J. Selosse écrit à l’article « Prostitution » (Dictionnaire de psychologie, R. Doron, F. Parot, puf, 1998) : « […] ces sujets présentent un corps morcelé, démantelé avec de nombreuses formes de clivage défensif : corps actif de séduction et corps désinvesti, prêté au client ; corps exposé et sexe passif ; corps étranger à l’autre et à soi-même. » Relevons aussi ces propos de Stéphanie Pryen (Stigmate et métier, Une approche sociologique de la prostitution de rue, Rennes, PUR, 1999, p. 139) : « La prostitution est d’une certaine manière schizoïde. La séparation du corps et de l’esprit lors de l’échange est en effet souvent invoquée par les personnes impliquées. »

10 K. Popper, Toute vie est résolution de problème, Paris, Actes Sud, 1997, pp. 85, 86.

11 Cette problématique est inspirée de la question : La conscience rend-elle l’homme supérieur à son corps ? Cette question fut posée à des élèves de terminale, et nous parvint afin d’aider l’une d’entre elles, dont on peut comprendre le désarroi, à l’aborder. C’est aussi le titre d’une section d’un livre de philosophie pour élèves de terminale : José Médina et al., La philosophie comme débat entre les textes, Paris, Magnard, 1988, p. 66 ; y sont appelés à ce débat : Platon, Pascal, Nietzsche et Lacan.

12 N. Baraquin, in Dictionnaire de philosophie, op. cit., p. 58.

13 « Nous considérons que c’est par une conclusion prématurée que la conscience humaine a été si longtemps tenue pour le degré supérieur de l’évolution organique et la plus surprenante des choses terrestres, voire comme leur efflorescence suprême et leur terme. Ce qui est plus surprenant, c’est bien plutôt le corps. » Nietzsche, La volonté de puissance, cité par J. Médina et al., op. cit., p. 67.

14 K. Popper, op. cit.

15 Diderot, Lettre à Damilaville du 3 novembre 1760.

16 Op. cit., p. 45.

17 Une des relations les plus manifestes entre un déficit organique et le fonctionnement mental est la maladie d’Alzheimer, qui est la cause la plus fréquente de démence. L’esprit est là tant que le corps l’autorise. La question du patrimoine génétique est également présente dans cette thématique. Voir aussi, parmi bien d’autres exemples possibles, le rôle de la sérotonine sur ce que l’on est.

18 S. Ionescu, in M. J. Tassé, D. Morin, La déficience intellectuelle, Québec, Gaëtan Morin, 2003, p. 301.

19 Alain Berthoz, Gérard Jorland (et al.), L’empathie, Paris, Odile Jacob, 2004, p. 255.

20 Ibid., pp. 259, 260.

21 Juvenal, Satires, X, 81

22 A. Kerlan, op. cit., p. 203

23 Kant, Critique de la faculté de juger, Paris, Vrin, 1993, pp. 74-75.

24 M. Gauchet, op. cit., p. 228.

25 En quoi l’esprit de tolérance mal compris conduirait à tout accepter. L’esprit de tolérance est dans l’air du temps ; la tolérance est l’une des valeurs les plus énoncées par nos jeunes étudiants, et l’on ne peut a priori que s’en réjouir…. à condition cependant d’en montrer les limites. Nous revendiquerions plutôt, de notre côté, un droit à l’intolérance (face à l’injustice, à la cruauté…). Voit-on par ailleurs que certaines propositions, telle celle-ci : « pas de tolérance pour les intolérants », sont absurdes ? Il est encore question des limites du relativisme.

26 La faculté de juger est une composante de la sensibilité, phénomène du corps et de l’esprit, et aptitude à saisir la différence.

27 A. Kerlan, op. cit., respectivement pages 71 et 13.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search