Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une formation humaniste

 | 
Didier Morel

Préface

Francis Danvers

Texte intégral

1Dans son second ouvrage, Didier Morel, poursuit son entreprise de philosophe et de pédagogue, intéressé par la formation des éducateurs et travailleurs sociaux.

2Après « l’épreuve du réel », l’auteur nous introduit dans la sphère de la religion et de l’éthique.

3On l’aura compris, l’intention du propos est de jeter les bases d’une formation dite fondamentale à visée humaniste. On y parle Droits de l’homme (exit les « devoirs envers Dieu »), esprit des Lumières et progrès scientifique, sans tomber dans la religion du positivisme.

4Didier Morel est un sage, « éclairé », tenant d’un rationalisme critique, ouvert sur une spiritualité laïque, respectueuse des héritages et qui sait tout ce qu’elle doit à la séparation des ordres (Pascal) et aux philosophies du soupçon (Freud en particulier).

5Toute formation fondamentale mobilise une vision de l’homme et de ses rapports avec la société, en ce sens elle oriente. L’homme est vu comme un « système perceptif interprétatif », capable de raison et de déraison (homo sapiens-demens).

6Une phénoménologie de la perception place le sujet dans le cadre d’une relation intersubjective où la valeur du respect est soulignée. La dimension « existentielle » de la vie humaine est un fait anthropologique majeur qui nous entraîne dans une quête de sens permanente.

7C’est la partie la plus originale de cet ouvrage qui éduque le jugement selon la morale d’un « accompagnement éducatif ».

8A juste titre, D. Morel rejette l’hypothèse d’un intellectualisme abstrait d’un moi désincarné, pour au contraire revendiquer une compréhension interne des rapports entre le corps, l’intelligence et la sensibilité en raison de son système bio-culturel, l’homme est psychosomatique par essence.

9La triade amoureuse, éros, philia, agapè, est perçue dans toute sa subtilité. L’empathie est comprise comme une aptitude à se décentrer. Le caractère est vu comme une force.

10La mesure n’est pas toute chose. Méfiant à l’égard d’une statistique normative appliquée au phénomène humain, D. Morel reprenant le mot de K. Popper, affirmant que « toute vie est résolution de problème » ; il y ajoute la force de convictions argumentées et le tragique de l’histoire du XXe siècle qui doit inviter tout humaniste à un niveau de vigilance élevé.

11Tout(e) intervenant(e) dans les métiers de la relation humaine et du social trouvera des raisons d’espérer dans un « futur qui se nomme incertitude ».

Auteur

Professeur en sciences de l’éducation Université Charles-de-Gaulle – Lille 3

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540