Version classiqueVersion mobile

Y-a-t-il (vraiment) des technologies de l’information ?

 | 
Yves Jeanneret

Conclusion

Texte intégral

1La revue Sciences humaines demandait naguère : « À quoi servent les sciences humaines ? » (Hors série n° 25, juin 1998). On peut se demander, pareillement, à quoi sert l’intelligence des problèmes liés aux rapports entre médias et information. Mais on est conduit, de la même façon, à déplacer le problème vers les conditions même de production et de diffusion de ces connaissances. Ce qui entraîne plusieurs types de préoccupations, auxquelles les chercheurs et les praticiens sont confrontés.

2La première question est celle des intérêts que la réflexion, l’expérimentation, la créativité peuvent servir en la matière. C’est la question classique, posée par les philosophes de l’école de Francfort, des « intérêts de la connaissance ». Le chercheur n’a pas à décider de ce que doit être l’usage des médias. Cet usage est celui que décident les acteurs, car, notre analyse l’a amplement montré, la connaissance du fait médiatique met en évidence des espaces possibles de l’initiative, de la conscience, de la créativité. Il y a un mode d’existence poétique des médias (comme de tout usage de la technique) qui est à certains égards plus essentiel que tous ceux que nous avons repérés jusqu’ici, et que le chercheur ne doit pas vouloir contrôler.

3C’est en quoi la production de connaissance n’est pas neutre, puisque comprendre ce que peuvent les médias est un moyen de les configurer, y compris dans les conséquences qu’ils auront vis-à-vis des autres acteurs. Les sciences de l’information et de la communication se sont vu impliquer dans des logiques de recherche finalisée, orientée ou engagée, à mesure que les rois sont devenus sémiologues et médiologues, prenant conscience de l’importance d’une approche inventive des dispositifs médiatiques. La légitimation des questions débattues dans ce livre, selon un point de vue certes particulier, est l’un des phénomènes spectaculaires de la dernière décennie. Certains acteurs puissants, comme les opérateurs de télécommunication, les éditeurs, les institutions médiatiques (au sens éditorial du terme : journaux, chaînes de télévision, etc.) avaient ouvert la voie en élargissant une étude d’abord uniquement sociologique des « usages » à une réflexion sur les formes, les logiques et les normes de l’échange communicationnel. La thématique de la « société de l’information », pour idéologique qu’elle soit, se traduit par des projets concrets, sur le terrain des organisations, des villes, des organismes culturels. La complexité des relations entre la création des dispositifs innovants et l’invention de nouvelles formes de communication et d’échange rend manifeste l’intérêt de raisonner en termes de médiatisation et d’aborder avec rigueur cet espace. On l’a vu tout particulièrement avec le financement par les opérateurs de la communication mobile de travaux à caractère théorique et d’études sémiotiques et anthropologiques approfondies.

4Dès lors, la production de savoir circule auprès de certains acteurs et leur fournit un pouvoir particulier. À bien des égards, la question posée en l’occurrence, par le financement, le soutien ou la « finalisation » d’études sur les médias, n’est pas différente de celle du développement, financé lui aussi, de la rhétorique grecque, telle qu’elle est discutée dans le Gorgias. Mais la réponse de Gorgias lui-même, qui consiste à se dédouaner en arguant que l’usage des techniques de la communication n’est pas l’affaire de ceux qui les enseignent – car, dit-il, le rhéteur n’est pas plus responsable du triomphe du faux que le maître d’armes ne l’est des crimes –, est tout aussi courte et discutable en matière de dispositifs qu’en matière de discours.

5C’est à mon avis une question que les chercheurs de la discipline à laquelle j’appartiens doivent discuter, et doivent discuter avec les citoyens, celle des principes auxquels ils peuvent se référer – sans contraindre évidemment les individus – pour prendre en compte les enjeux que les connaissances soulèvent, et s’assurer d’une certaine démocratie, certes relative, dans la production et la divulgation de ces savoirs.

6C’est que la recherche appliquée en médias n’est pas tout à fait du même ordre que la recherche appliquée en physique – même si les conséquences de cette dernière pour la société et la condition humaine peuvent être décisives, et doivent être débattues. La prise en compte des questions soulevées au fil de cet ouvrage n’est pas neutre, notamment pour ceux qui conçoivent et développent des dispositifs. La recherche sur la médiatisation pose des problèmes de construction interdisciplinaire très sensibles, que connaissent bien ceux qui ont participé à des programmes inscrits à la frontière entre ce qu’on nomme « sciences de l’ingénieur » (construction de nouveaux dispositifs) et « sciences humaines et sociales » (analyse des enjeux de ces constructions).

7La logique dominante est actuellement celle de la demande de service : les sciences humaines et sociales sont invitées à apporter leur concours à la diffusion ou au succès des dispositifs, ou encore à garantir à l’avance ce succès par une prévision fiable des attitudes des « usagers ». Dès les premières études qu’elle a menées sur la « résistance aux systèmes d’information » Anne-Marie Laulan avait identifié d’emblée les effets de cette logique. Il serait faux de prétendre que les sciences de l’information et de la communication ne peuvent pas prendre en charge ces missions. Certes, tout ce qui a été écrit dans les pages qui précèdent montre que les pratiques culturelles ne se déterminent pas et ne se contrôlent pas ; mais une meilleure analyse morphologique du fait médiatique peut, d’une part, anticiper des impossibilités, et, d’autre part, préparer des moyens d’observation. Ainsi, les sciences de l’information et de la communication peuvent-elles être instrumentalisées par le design des usages (la conception industrielle « user friendly ») comme l’ont été les statistiques sociologiques par le marketing et la première sémiotique par la publicité. Et ceci n’est pas sans mériter une réflexion, puisque dans le même temps le cœur même de ces sciences est de montrer en quoi la communication ne peut être programmée.

8En même temps il n’est pas souhaitable que les sciences de l’information et de la communication se campent dans une attitude purement critique, en restant à l’extérieur des dispositifs. En effet, comme on l’a vu plusieurs fois, lorsque certaines exigences ne sont pas prises en compte dans la construction des objets, elles ne se trouvent pas évacuées, mais plus radicalement maltraitées par les concepteurs. Ainsi, dans un premier temps, on a mesuré les effets dévastateurs du fait que les premiers acteurs de l’internet ignoraient ou refusaient toute mise en ordre des textes et, dans un second temps, on a vu certains acteurs s’arroger le droit de définir seuls, dans le processus industriel de l’écriture logicielle, quels doivent être les formes universelles du texte, de la recherche d’information, de l’appréciation des productions.

9Cette tension se traduit, inévitablement, dans la conduite même des orientations de recherche, les financements que les équipes recherchent, les soutiens et carrières que les jeunes chercheurs peuvent et pourront envisager et, finalement, les rapports entre chercheurs, entre jeunes chercheurs et « patrons », entre chercheurs et acteurs de la société. Il est à souhaiter que cette réflexion puisse être collective, consciente, réaliste, politiquement orientée par des valeurs et des enjeux. Mais ce sera, comme toute politique, affaire de compromis, et ce compromis ne se posera pas dans les termes qui sont ceux de la « recherche appliquée » en sciences de la nature – eux-mêmes d’ailleurs très complexes. Car la coopération entre les créateurs de dispositifs et les chercheurs spécialisés dans l’analyse des pratiques culturelles (que ce soit d’institution à institution ou au sein d’entreprises conjuguant ces types de démarches), ne peut procéder de la simple juxtaposition, elle remet en cause la nature des savoirs des uns et des autres.

10Dans ce cadre se pose de façon aiguë la question des moyens d’expression et de représentation des objets médiatiques. La critique des terminologies qui a été proposée au fil de cet ouvrage comporte un versant sociolinguistique délicat. De quelle liberté effective jouit le chercheur pour s’affranchir des imaginaires dominants qui ont été décrits et critiqués ici ? Les terminologies courent, du marketing industriel aux brevets techniques, aux discours politiques, aux financements de recherche. Elles font l’objet d’emprunts et de reprises, en sciences de l’ingénieur, en sciences humaines et sociales, et force est de constater qu’elles aboutissent parfois dans les jurys de thèses en sciences de l’information et de la communication : des thèses dont les auteurs ont souvent eu à se débattre lourdement avec les difficultés que cette intertextualité technico-commerciale leur impose.

11Ainsi l’arrivée d’un nouvel être de discours, le Web 2.0, est venue réitérer la périodique annonce d’une mutation radicale de la communication, que Pierre Moeglin avait décrite à l’occasion de l’arrivée du satellite éducatif. Le succès de cette expression reproduit l’amalgame bien connu du technique, du symbolique et du politique. Mais surtout, elle constitue un coup de force particulièrement violent dans l’économie de nos langages, puisqu’elle nous impose de nommer selon le code des concepteurs de logiciels une transformation supposée de notre société. En toute rigueur, les chercheurs en sciences de l’information et de la communication devraient protester vigoureusement. Ils peuvent traiter cette expression comme une forme idéologique à analyser, mais pas la reprendre pour supposer l’existence ontologique de ce qu’elle prétend décrire.

12D’ailleurs, si l’on passe de l’étiquette aux discours, l’argumentation sur ce prétendu web 2.0 mélange des considérations sur l’arrivée de nouveaux outils et des professions de foi sur l’expression démocratique. Elle tend à opposer un nouvel internet, fait d’activité sociale incessante, à un objet plus ancien – qui se trouve de fait disqualifié – qui n’aurait été qu’une variante de la production éditoriale. Ainsi l’idée d’une rupture radicale est-elle de nouveau rendue crédible. Or, pour le chercheur, les architextes sur lesquels reposent les expériences sociales et industrielles les plus récentes reposent, non sur un dépérissement, mais sur une systématisation de l’énonciation éditoriale. C’est sur cette base seulement que l’analyste peut caractériser le rapport qui prend forme entre idéaux politiques, pratiques et dispositifs.

13Pourtant, il faut bien constater que la communauté scientifique est loin d’adopter vis-à-vis de ce nouveau slogan la prudence qui devrait être de mise. Je le regrette, tout en comprenant que d’autres aient choisi d’instrumentaliser cette illusion, plutôt que de la critiquer, compte tenu des difficiles conditions de financement du travail de recherche et du désarroi dans lequel se trouve l’expérimentation de nouvelles formes politiques.

14En parlant d’« écrit d’écran » et en ouvrant une discussion critique sur la façon même de décrire cet objet, le groupe auquel j’appartiens essaie de lutter contre une certaine colonisation terminologique du discours de recherche par le discours promotionnel. Non par principe, mais parce que cette colonisation a pour effet de masquer la nature de ces objets. Cela ne nous empêche pas de mesurer les risques que courent les jeunes chercheurs qui, nous suivant dans cette entreprise plutôt que de citer sagement la vulgate économico-technique, peuvent être accusés de ne pas connaître ce qu’ils ne veulent pas reconnaître. Et de saluer le courage particulier dont ils font preuve, car ils s’exposent davantage que nous.

15Mais si l’obstacle épistémologique est essentiel, pouvons-nous transiger sur les mots de notre connaissance ?

Bibliographie

Bibliographie indicative Chapitre 4 et Conclusion

Anis J., Texte et ordinateur : l’écriture réinventée ?, De Boeck université, Bruxelles, 1998.

Balpe J.-P., Hyperdocuments, hypertextes, hypermédias, Eyrolles, Paris, 1990

Béguin-Verbrugge, A., images en texte, images du texte : dispositifs graphiques et communication écrite, Presses du Septentrion, 2006.

Bernard M. (éd.), « Texte et informatique », Texte. Revue de critique et de théorie littéraire, n° 13/14, 1993.

Boullier, D, Ghitalia F. et al., L’outre-lecture : manipuler, (s)’approprier, interpréter le Web, éditions de la BPI, 2004.

Briatte K., « Matériaux pour une rhétorique de l’hypertextualité », Strumenti critici, n° 85, sept 1997, p. 489-508.

Cardon, D., Jeanne-Perrier, V., Le Cam, F, Pélissier, N ; dir, « Autopublications », Réseaux, n° 137, 2006.

Chartier R., Le Livre en révolutions, Textuel, Paris, 1997.

Darnton R., « Le Nouvel âge du livre », Le Débat, n° 105, 1999, p. 176-182.

Gentes A., « On trouve de tout sur Yahoo ! », Hermès, n° 22, « Mimésis : imiter, représenter, circuler », 1998, p. 131-142.

Harris, R., Sémiologie de l’écriture, CNRS éditions, 1996.

Hert P., « Les arts de lire le réseau », Réseaux, n° 77, 1996.

Iser W., L’Acte de lecture : théorie de l’effet esthétique, Mardaga, 1985.

Jeanneret Y., « Matérialités de l’immatériel : pour une sémiotique du multimédia », dans M. Heussern éd., Text and Visuality, Atlanta : Rodopi, 1999, p. 248-257.

Labelle, S. « "La société de l’information" : à décrypter », Communication & langages, n° 128, 2001, p. 65-79.

Lardellier P. (éd.), « Penser le multimédia », Degrés, n° 92-93, 1998.

Laufer R. et Scavetta D., Texte, hypertexte, hypermédia, PUF (Que sais-je ?), 1992.

Laulan A.M., La Résistance aux systèmes d’information, RETZ, 1985.

Le Marec, J. Ce que le “terrain” fait aux concepts : vers une théorie des composites, mémoire pour l’habilitation à diriger les recherches, Université Paris 7.

Manovitch, L, The Language of New Media, Stanford, MIT Press, 2001.

Mitropoulou, E., Média, multimedia et interactivité : jeux de rôles et enjeux sémiotiques, mémoire pour l’habilitation à diriger les recherches, Université de Limoges, 2007.

Pédauque, R.T., Le document à l’ère du numérique : forme, texte, médium, comprendre le rôle du document numérique dans l’émergence d’une nouvelle modernité, C&F éditions.

Pène, S. Société de disponibilité : la vie quotidienne des communautés artificielles, mémoire pour l’habilitation à diriger les recherches, Université Paris 4, 2004.

Pène, S, dir., « Internet, une optique du monde », Communication & langages, n° 147, 2006.

Peraya D., « Structures et fonctionnement sémiotiques des icônes de logiciels et d’environnements informatiques standardisés (ILEIS) », Recherches en communication, n° 10, 1998.

Souchier E., « L’Écrit d’écran : pratiques d’écriture et informatique », Communication et langages, n° 107, mars 1996, p. 105-119.

Souchier, E., Jeanneret, Y., Le Marec, J., dir. Lire, écrire, récrire : objets, signes et pratiques des médias informatisés, éditions de la BPI, 2003.

Tardy, C. et Jeanneret, Y., dir., L’écriture des médias informatisés : espaces de pratiques, Hermès science publications, 2007.

Vandendorpe, Ch. Du papyrus à l’hypertexte : essai sur les mutations du livre et de la lecture, La Découverte, 1999.

Zinna, A. Le interfacce degli oggetti di scrittura, Rome, Meltemi, 2004.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search