Version classiqueVersion mobile

Y-a-t-il (vraiment) des technologies de l’information ?

 | 
Yves Jeanneret

Chapitre 4. L’écrit d’écran : lire, écrire et un peu davantage

Texte intégral

1Ce dernier temps de la réflexion met à profit l’expérience de recherche menée ces dernières années sur les médias informatisés en tant que structures écrites et écrivantes. Il s’agit de préciser les termes de la question à laquelle nous avons abouti, celle des rapports entre objets, textes et pratiques, en regardant de près une modalité spécifique des transformations médiatiques contemporaines, celle qui concerne l’activité d’écriture, de lecture et de manipulation des objets écrits. Cette approche, qui s’est développée à partir de l’idée d’écrit d’écran, est l’une des façons possibles de dégager une telle problématique.

2Ce chapitre est entièrement tributaire d’une aventure collective. Jack Goody, Anne-Marie Christin et Roy Harris ont élaboré des concepts d’analyse de l’écriture qui fondent le point de vue ici exposé ; Emmanuël Souchier, créateur de l’expression « écrit d’écran », a fondé théoriquement la qualification de l’informatique comme écriture et posé, avec moi, les premières définitions à partir desquelles l’analyse des écrits informatisés a été engagée ; tout un collectif de chercheurs (spécialistes des formes médiatiques, de la médiation des savoirs, de la conception informatique, de l’analyse des pratiques culturelles) a engagé une investigation de longue haleine, permettant de préciser les concepts de cette sémiotique et de l’intégrer au cadre des médiations sociales de l’écriture ; enfin, en dehors de ce cercle, les travaux se sont multipliés en sciences de l’information et de la communication, étudiant la spécificité des écrits informatisés, par des recherches collectives, des séminaires d’échange, des mémoires de thèse et d’habilitation à diriger les recherches.

3Bref, le regard porté sur les écrits d’écran s’est modifié depuis dix ans. Le vœu que je formais, dans la première édition, de voir se développer des analyses théoriquement armées de l’écriture informatisée n’est plus d’actualité, ces recherches connaissant un grand dynamisme. C’est pourquoi le présent chapitre a été profondément remanié.

4Il reste, malgré tout, une lecture toute personnelle de ces recherches collectives. Je n’ambitionne nullement de présenter ce champ de recherche. Je mettrai à profit quelques problèmes rencontrés par cette entreprise, dans sa singularité, pour poursuivre la réflexion théorique et méthodologique engagée jusqu’ici. Il est intéressant qu’un livre consacré à l’intelligence critique des médias informatisés comporte la discussion d’un objet spécifique, les écrits d’écran, qui sont une forme particulière, mais aujourd’hui dominante, de ce type de médias. En effet, si la recherche sur les relations entre dispositifs et pratiques doit se fonder sur une problématique générale du fait médiatique, elle doit se garder de généraliser à l’excès les « effets des médias » et se contenter d’en observer certaines formes, dans une attention précise aux substances de l’expression. C’est ce qui distingue le point de vue des sciences de l’information et de la communication des approches prédominantes dans le champ des sciences politiques, qui envisagent souvent la question du pouvoir des « médias » et de leurs « récepteurs » de très loin, sans réelle considération de la spécificité des médiations, matérielles et formelles, qui les unissent. Les recherches ici présentées sont comparables, dans leur esprit, à celles qui concernent par exemple les dispositifs télévisuels ou les formes médiatiques de l’exposition. Elles visent à discuter précisément les conditions dans lesquelles les configurations techniques et sémiotiques des médias peuvent soutenir les logiques sociales de la communication, en prenant en compte l’épaisseur propre d’un dispositif.

  • 1 Le lecteur devra donc se reporter aux publications signalées en bibliographie pour avoir une prése (...)

5J’ai privilégié le point de vue heuristique, qui vise à montrer comment certains questionnements émergent, par rapport à un point de vue plus encyclopédique, qui viserait une présentation des différents résultats obtenus1. On verra dans les pages qui suivent que la notion d’écrit d’écran engage un certain point de vue théorique ; on comprendra pourquoi les notions communément admises à propos de ces objets ne peuvent être reprises, mais demandent à être redéfinies ; on verra ainsi que le texte devient incertain dans les médias informatisés, mais que s’y déploie une intense activité de textualisation ; ce qui conduira, pour finir, à s’interroger sur les nouveaux rapports entre objets écrits et pratiques. À l’issue de ce parcours, le courant d’analyse des écrits d’écran n’aura pas été résumé, mais traversé par un questionnement.

1. – Un objet, un regard

6L’écrit d’écran est, comme tout objet de recherche, un objet construit. Cet objet prétend à une certaine pertinence, mais affirme un parti pris. Analyser les écrits d’écran, c’est décider de regarder de près les objets, d’en observer les effets morphologiques (plutôt que d’annoncer ce qu’ils doivent devenir ou de les caractériser de loin). Mais ce regard, loin d’être universel, s’appuie sur un projet particulier.

7La notion d’écrit d’écran peut être ramenée à trois partis pris qui sont complémentaires :

  • considérer les formes créées grâce au micro-ordinateur comme des formes écrites et analyser les transformations médiatiques liées à l’informatique comme des transformations de l’espace de l’écrit ;
  • donner une place structurante à l’objet « écran », dans sa forme propre aux techniques informatiques, qui détermine les conditions de l’interprétation des écrits, tout en reliant cet objet précis à une pensée plus générale de l’écran ;
  • savoir que ce niveau visible de la communication ne constitue pas une inscription, au sens traditionnel du terme, mais un dispositif dynamique produisant des formes visuelles à partir de traces codées et conservées dans la part non visible du dispositif.

8L’écran est le lieu sur lequel les données techniques de l’informatique deviennent des objets interprétables et manipulables par l’homme : c’est ce qui justifie sa place dans l’analyse du mode de médiatisation particulier de la communication que propose l’informatique, pour les chercheurs qui s’intéressent de façon prioritaire à l’information2, celle qui se produit au sein des pratiques sociales de la communication. Toutefois, pour garder sa pertinence, cette hypothèse doit échapper au réductionnisme. D’un côté, il faut éviter de ramener ces nouvelles formes à une théorie constituée de l’écriture, prendre en compte le fait que les formes écrites sont largement nouvelles, que leur organisation est liée à leur support (et donc que la sémiotique ne remplace pas la technologie mais la prolonge) ; de l’autre, il faut garder à l’esprit que le média n’est pas exclusivement constitué par l’écran et que les autres espaces de présence du texte (dans la mémoire de la machine, sur les feuilles de l’imprimante, sur les écrans d’autres ordinateurs du réseau, etc.) jouent un rôle essentiel dans l’écrit d’écran.

9Les chercheurs qui parlent d’écrits d’écran ne prétendent donc pas que l’écriture est la seule modalité d’expression disponible sur les réseaux informatiques, que l’approche de ces objets par l’écriture est la seule possible ou encore que tout se passe sur la surface de l’écran. Ils pensent que saisir les formes écrites produites par l’informatique permet de comprendre certains aspects essentiels de la relation de communication que favorise l’ordinateur.

10Si beaucoup des médias informatisés peuvent être rattachés principalement à l’espace de l’écrit, c’est en fonction de la nature visuelle de l’organisation sémiotique qu’ils proposent au lecteur et qu’ils mobilisent dans l’acte d’écriture-lecture. En matière d’écrit d’écran, passer de l’information1 à l’information2, c’est essentiellement passer du calcul statistique à la pensée visuelle, par l’intermédiaire d’un objet (support, document, texte) donné à lire, c’est-à-dire à regarder d’une façon particulière. Considérer l’écran informatique comme une surface d’écriture-lecture, c’est s’inscrire dans la continuité des études qui montrent que l’écrit organise la communication d’une façon particulière, qu’il n’est pas une simple transcription de la parole.

11Dès lors qu’on retient une définition pleine de l’écrit, on ne peut opposer l’écrit à l’écran. En effet, le premier désigne un type d’organisation symbolique (une substance d’expression, comme la parole ou le geste) et l’autre un type de support (un dispositif, comme la page, le tableau noir ou l’étiquette). Annoncer un passage de l’écrit à l’écran, c’est faire une sérieuse erreur de méthode, c’est annoncer le remplacement du texte par son support… Certes, comme l’a montré Alessandro Zinna, les techniques d’écriture demandent, pour déployer leur forme symbolique, la maîtrise d’une production purement technique, mais la nature d’un objet d’écriture ne se définit que dans la dialectique entre ces deux dimensions, en quelque sorte à leur jointure. C’est donc investi de la visée d’écriture et de lecture que l’écran informatique développe ses propres potentiels. À la différence de l’écran de télévision, qui porte le même nom mais comporte des propriétés techniques très différentes, l’écran informatique est un espace commandé à partir de la lecture : ceci, il le doit à son lien avec le calcul, qui permet de modifier en direct l’inscription des formes, mais aussi au fait qu’il est regardé comme une forme écrite.

12Cette analyse a un caractère historique, mais ne préjuge aucune fatalité théorique. Les sémioticiens de l’écrit d’écran n’ont rien à prédire de l’innovation future. Le primat de l’image écrite dans les médias informatisés est un fait structurant des dispositifs contemporains, qui peut tout à fait s’évanouir, par exemple au bénéfice de la parole. Mais aujourd’hui, un utilisateur qui consulte des documents sur internet est avant tout un lecteur. Certes, il accède, s’il le souhaite, à de la parole orale, à des séquences audiovisuelles, à des bruits, à des photographies. Mais il ne se fait spectateur que parce qu’il est lecteur : il accède à ces ressources en lisant un espace visuel, et en le lisant comme texte.

13L’écrit dont il est question s’inscrit évidemment dans la continuité de toute la richesse des systèmes d’écriture, et il les déborde en créant de nouveaux types de signes. Aussi bien y a-t-il une provocation mutuelle entre la théorie de l’écriture et la pratique du multimédia, une provocation à penser les moyens spécifiques de l’écriture (la force expressive de l’image écrite) en échappant aux habitudes les plus apparemment naturelles de nos propres pratiques savantes. La sémiotique de l’écrit d’écran passe par une éducation du regard.

14Par exemple, il n’est pas suffisant pour comprendre l’écriture d’écran d’analyser les icônes informatiques et d’en cumuler les fonctionnalités, comme on construit une liste ou une nomenclature. La sémiotique des dites « icônes » est un domaine essentiel : il s’agit de constructions complexes, partiellement figuratives et partiellement conventionnelles, comme l’a montré précisément Daniel Peraya. Mais avant d’être une collection de signes, l’écrit d’écran est un texte, organisé par son rythme, son espace, sa structure globale. Un espace visuel doté de sa sémiotique propre, et sans lequel les icônes resteraient… lettre morte. En somme, la sémiotique des écrits d’écran partage le point de vue des sémiotiques élaborées, qui ont abandonné l’idée de rendre compte de la communication à partir d’un simple inventaire de codes, pour envisager l’espace signifiant comme une totalité à analyser. Ce souci de regarder toute production informatique comme une forme qui fait texte et qui demande à être globalement interprétée est très important dans l’analyse des écrits d’écran.

15C’est pourquoi – second parti pris – l’examen attentif de cet écran particulier, commandé par un ensemble de procédures informatiques, est structurant dans cette approche. L’écran est en effet un objet matériel qui s’analyse à la fois, et d’un même mouvement, à partir de ses propriétés techniques et en fonction des ressources qu’il offre à l’écriture, dans sa force évocatrice. L’analyse des médias informatisés exige une posture particulière en sémiotique, celle qui consiste à ne jamais séparer le signe de sa matérialité, parce que l’essentiel du sens est en rapport avec ce que Hjelmslev appelait le « plan de l’expression », la composante matérielle du signe. Les sémioticiens logicistes, qui pensent que le parcours du sens peut être abstrait de ses manifestations sensibles et avec eux certains concepteurs d’« interfaces », qui pensent que le réseau ne fait que charger des « contenus », manquent l’essentiel de ce qui se joue dans les déplacements médiatiques. Ils ne sont pas assez « métamorphologues » pour être réellement intéressés par l’écrit d’écran. Leur analyse des pouvoirs dans la communication est inévitablement en contradiction avec celle qui peut être menée dans le cadre théorique ici décrit, car, pour eux, le passage au « numérique » n’impose aucune forme à ce processus.

16Or l’écran est un opérateur de métamorphose pour l’écrit. C’est un support dont les propriétés techniques forment et déforment les textes. Pour le comprendre, il faut repartir de la propriété majeure du support informatisé, la concentration d’une quantité textuelle sans précédent sur un même support. Cet effet du traitement de l’information1 avait d’ailleurs suggéré le terme heureux d’« unimédia ». Mais, comme on l’a observé dans le discours de Teuth, il est essentiel pour les promoteurs de la technique que celle-ci soit toujours « un plus » et non un moins, d’où le succès irrésistible du « multimédia » et même, plus récemment, du « rich media ». L’analyse de l’imaginaire de l’écran nous fait saisir, pour sa part, le sentiment d’une présence infinie et inépuisable que nous attribuons à cet objet textuel, baigné de lumière comme le texte écrit ne l’avait encore jamais été jusqu’à présent. D’où, sans doute, le sentiment d’être face à une sorte de réserve culturelle inépuisable. Mais en même temps qu’il est investi d’un imaginaire de l’infini et de la plénitude, le texte d’écran est paradoxalement, en tant que forme sémiotique, l’objet le plus exigu que nous ayons connu : il ne nous présente jamais qu’une seule surface textuelle à la fois, et ce qu’on appelle si malencontreusement « naviguer », c’est lire les signes présents sur cette surface comme indices d’autres ressources textuelles possibles. Ce paradoxe est le nœud théorique de la sémiotique des écrits d’écran, il définit ces dispositifs comme une structure où s’opère en permanence un jeu du visible et de l’invisible.

17Pour le comprendre, il suffit de penser à un exemple qui n’a rien à voir avec les médias informatisés, mais qui illustre parfaitement le problème que rencontre l’écriture-lecture multimédia. Il s’agit de la première page du texte dans Le Petit Prince de Saint-Exupéry. Cette page a la même structure dans toutes les éditions du Petit Prince, qui sont pourtant nombreuses et différentes. Le même dessin figure toujours en bas de cette première page, un dessin dans lequel le lecteur est engagé à reconnaître un chapeau mou. Si ce dessin figure en bas de cette page, et nulle part ailleurs, c’est parce que la page est un élément nécessaire au document : il s’y opère une rencontre particulière du support matériel et du support formel. Un autre dessin figure sur la page suivante, qui est placée au dos de celle-ci (dans le rapport d’exclusion mutuelle du recto et du verso impliqué par le média livre) : il s’agit d’un dessin formellement analogue au précédent, qui en montre l’intérieur selon le code visuel de l’« écorché », et révèle que le premier ne représentait pas un chapeau mou, mais un boa en train d’avaler un éléphant. Du moins l’auteur-éditeur remplace-t-il la première fiction par la seconde…

18Dans cet exemple, le support de la page, son format, son organisation spatiale, ses limites jouent un rôle organisateur essentiel, mais aussi l’acte de feuilleter et les propriétés du livre comme assemblage de pages recto-verso. Si les deux dessins figuraient face-à-face, sans que soit changé un seul des signes présents sur les pages, le message perdrait tout son sens et toute sa saveur.

19Ce qui rapproche le livre du Petit Prince et l’écran multimédia est aussi instructif que ce qui les distingue. Sur l’un comme sur l’autre, des signes de nature différente (mots, images, espaces blancs, etc.) sont assemblés ; dans l’un comme dans l’autre, l’économie et l’exiguïté des surfaces visuelles jouent un rôle structurant. Dans les deux cas, le message est inséparable de l’ensemble de la mise en espace du texte. Mais dans l’un on peut tourner la page, dans l’autre, non. Et si, dans le livre, le fait de tourner la page ne suppose a priori aucune interprétation particulière du texte, dans le multimédia, le fait de cliquer sur un mot (un « hypermot ») ou sur un pictogramme (une « icône ») est, en lui-même, un acte d’interprétation.

20Le phénomène décrit par cet exemple peut s’exprimer comme une dialectique entre deux sémiotiques, celle de l’espace visuel, comme code plus ou moins strict de repérage des formes du texte et celle des « signes passeurs », ces signes décisifs d’accès au texte, qui appartiennent au texte visible sur l’écran, mais ont pour fonction de désigner des ressources textuelles non manifestes, un texte qu’on nommera, au choix, « latent », « virtuel », « actualisable ». L’invention d’une poétique capable d’associer le rythme des espaces et la valeur des signes passeurs est l’enjeu des « nouvelles écritures ».

21Voici un exemple. L’organisation d’un portail en une série de cadres contenant des listes relève d’une sémiotique de l’espace écrit (renvoyant à la « mosaïque de presse »), tandis que le choix des mots soulignés, des icônes et des « bandeaux » animés sur lesquels le lecteur peut « cliquer » convoque une sémiotique des signes passeurs, c’est-à-dire l’exploitation de stéréotypes visuels pour suggérer le contenu d’un texte absent. Evidemment, la bataille politique et commerciale (occuper les espaces d’entrée sur le réseau, incruster les signes passeurs de la séduction) se livre tout entière dans l’espace entre ces deux sémiotiques, que les informaticiens prodiges et les financiers sont en train d’apprendre à vitesse accélérée.

22Cette approche de la forme-texte dans l’écrit d’écran procède d’une description assez simple, voire fruste. Elle part d’un constat banal, celui de l’exiguïté de l’espace visuel, pour développer une approche non simplement instrumentale de cette exiguïté. Dans une telle perspective, l’écriture est un art du dévoilement et du masquage, ce qui conduit fort loin de l’idéal de transparence : plus près, en somme, de l’attrait du strip-tease. Sans procéder de spéculations difficiles, l’examen des propriétés du couple support-texte dans l’écran renverse complètement l’approche courante des médias informatisés, fondé sur les idées de fluidité, d’abondance et d’immédiateté. Dans sa simplicité, ce constat est heuristique. Il offre une prise à l’effort pour décrire, de proche en proche, les propriétés très complexes du texte multimédia. Une telle description, partie du simple projet de prendre au sérieux l’organisation de l’espace écrit, constitue un programme de recherche d’une ampleur considérable, si l’on veut réellement la conduire à un certain niveau de précision et de rigueur, et prendre en compte les formes très diverses du texte d’écran. Mais, quelque complexe que cette description puisse devenir, elle ne s’affranchira jamais de la question cruciale de cette nouvelle forme d’écriture, celle de l’économie des ressources textuelles dans la tension entre profusion sémiotique et exiguïté visuelle – question technique qu’il ne faut pas dissocier d’une méditation sur ce qui nous fait désirer ce que nous ne faisons qu’entrevoir.

2. – Vraies et fausses mutations du processus de communication

23En partant de cette présentation schématique de la notion d’écrit d’écran, nous pouvons approfondir la réflexion sur le processus communicationnel rendu possible par l’informatique. Nous rencontrons alors un ensemble de croyances qui marquent le discours social sur ces changements, tel que nous l’avons déjà caractérisé. Les catégories sur lesquelles reposent ces croyances ont dû être critiquées et reformulées : non pas pour le simple bénéfice de la polémique, mais parce qu’elles faisaient obstacle, concrètement, à l’étude attentive du jeu complexe entre objets et pratiques. L’enjeu d’une telle réflexion critique a été de transformer ces représentations floues en examen précis de ce qui est en jeu.

24Dans cet effort pour saisir les réelles mutations à l’œuvre aujourd’hui, je retiendrai trois termes, trois pseudo-notions pareillement répandues, mais concrétisant des fantasmes différents : immatérialité, intégration, interactivité. L’analyse que je présente ici rencontre une résistance significative dans la communauté scientifique, beaucoup d’auteurs préférant continuer – au prix de difficultés rhétoriques spectaculaires – à parler de communication dématérialisée ou d’interactivité. A mes yeux, ils se privent des moyens d’analyser les changements qui affectent le processus de communication. Ces termes concernent, de façon oblique, des changements morphologiques, mais ils cachent ces derniers autant qu’ils les désignent. Ils sont en effet réunis par un imaginaire général, celui de la transparence et de la thaumaturgie, si bien qu’ils orientent, de fait, la construction des dispositifs, avec diverses conséquences politiques. Mais chacun d’entre eux a sa raison d’être : s’il ne fournit pas des catégories descriptives, il témoigne de préoccupations qu’il nous faut prendre en compte, en essayant de muer la conjuration d’une incertitude en réelle conceptualisation et en formulation de problèmes.

25Ces termes mobilisent bien, comme on l’a vu, des figures tropologiques. L’immatérialité relève de l’hyperbole (figure d’exagération), l’intégration de la métonymie (figure d’extension) et l’interactivité de la métaphore (figure d’analogie). On parle d’immatérialité lorsqu’on pousse la plasticité des médias jusqu’à la conséquence extrême d’une disparition des supports ; on pense l’écriture en termes d’intégration lorsqu’on considère que les documents, parce qu’ils sont uniformisés techniquement dans le calcul, sont unifiés culturellement dans l’« automédiation » ; on vante l’interactivité pour attribuer à la machine, par analogie, la capacité d’agir comme les hommes.

26La plus chargée d’idéologie parmi les terminologies courantes est celle qui présente les nouvelles formes de l’écrit comme immatérielles. Initialement le terme provient du régime des discours économiques, où il désigne le problème, crucial pour les marchands, des « biens » qui peuvent représenter une valeur sans circuler physiquement en tant qu’objets commercialisables (empaquetables, distribuables, etc.). On a bien vu l’importance de ce caractère « intangible » des produits culturels lors des vifs débats sur la législation relative aux droits d’auteur. C’est bien parce que, en tant que marchandises, les œuvres ne peuvent plus être matériellement attachées à un support précis, que la bataille fait rage sur leur appropriation et leur exploitation économique.

27C’est, malgré tout, un saut dangereux de s’appuyer sur cet enjeu industriel pour étendre l’idée à une prétendue « dématérialisation » des productions et échanges proprement culturels. Rêver que l’information serait devenue immatérielle relève à la fois d’un puissant fantasme de transparence et d’une tranquille indifférence à la réalité observable. Le technicien sait bien que la miniaturisation des dispositifs est une condition de la « révolution numérique » et que l’équipement informatique demande beaucoup de quincaillerie (en anglais : « hardware »). Quant au sémioticien, il sait que tout processus de signification comporte un plan de l’expression, c’est-à-dire une face matérielle. Le pouvoir de l’écrit est, comme le montre Le Petit Prince, essentiellement lié à la matérialité de ses supports.

28Le défaut de cette thématique est de faire obstacle à une étude précise des rapports entre propriétés du dispositif et formes du texte. Non seulement l’écrit d’écran tient ses propriétés de la matière sur laquelle il repose (ou plutôt des matières qui le véhiculent), mais en outre sa rhétorique est tributaire d’une mémoire des matérialités de la culture. Car l’écrit d’écran ne peut se présenter comme « multimédia » sans évoquer une multiplicité d’objets matériels. Loin de s’affranchir de la matérialité, il est obligatoirement amené à fabriquer une matérialité en trompe-l’œil au sein de l’écran lui-même – puisque cet écran, unique, ne peut évoquer à lui seul la pluralité des médias. Toutes les formes d’expression sont concentrées sur un écran unique ; mais cet écran n’a pas les propriétés matérielles des supports traditionnels des messages. Or, sans ces supports, les signes ne peuvent exister dans leur spécificité, parce que dans les régimes culturels qui les identifient, les documents sont liés à leur support. La fiction d’un multimédia nécessite la fabrication d’un univers de leurres. Outre sa propre matérialité (réseau, mémoire, écran, clavier, etc.) l’écrit informatisé est donc une reprise, une citation, une mise en abyme de toutes les matérialités de la culture documentaire. Le document, décomposé en quelque sorte dans la masse du réseau, retrouve son identité dans la citation matérielle de ses supports. L’un des exemples spectaculaires de cette exigence est celui de la page : sur le plan technique, l’écrit d’écran ne s’organise pas en pages, c’est-à-dire en objets isolables et saisissables par la main, mais sur le plan des formes symboliques, il est entièrement déterminé par les formes culturelles de l’objet page, qu’il ne cesse de reproduire et de mimer.

29C’est bien cette reconstruction visuelle des matières de l’expression qui éclaire l’analyse des signes particuliers de l’écran. En somme, c’est la face matérielle des signes qui prend sa revanche, dans le software, sur le dispositif qui devait en faire l’économie dans le hardware. Faute de pages, panneaux, étiquettes, cartes, fenêtres réels, il faut des doubles virtuels de ces objets. Il n’y a donc pas dans l’écrit d’écran une perte de matérialité, mais au contraire une double présence du matériel, une matérialité au carré : celle qui caractérise le média lui-même, et celle que le média éprouve le besoin de citer.

30Malgré tout – et dans un mouvement que nous reproduirons pour chacun des termes ici critiqués – nous devons essayer de voir ce que cherche à désigner, par son détour tropologique, l’idée d’immatérialité. Pour traduire en analyse ce motif rhétorique, on peut essayer de comprendre ce qui, dans les propriétés matérielles de l’écrit d’écran, donne à penser que cet écrit s’affranchit de son inscription matérielle, en allant pour cela de la perception des objets (leur phénoménologie) à la gestion des documents (leur logistique) : ceci nous permet de tirer quelques conséquences quant au processus l’écriture-lecture. Le sentiment de libération de l’écrit nous est avant tout donné par le caractère lumineux et évanescent de la surface lue. L’écrit « affiché » sur l’écran émet en quelque sorte sa propre lumière, ce qui est radicalement nouveau dans l’univers de l’écrit. Mais il ne le fait que parce que, précisément, il n’est pas véritablement affiché. C’est par une illusion (illusion d’optique, mais plus profondément illusion d’interprétation) que nous avons l’impression d’être face à des « pages » successives. L’écran n’est qu’une collection d’unités lumineuses, les « pixels », dont les changements d’état, coordonnés par le calcul, produisent, en deçà des leurres multiples que l’écran affiche, le leurre plus fondamental qu’il y aurait une succession des écrans. Et que derrière chaque écran serait contenue une collection interminable, empilée (la métaphore figure dans les logiciels) d’écrans différents. En réalité, rien ne vient se présenter dans l’écran à partir de l’arrière de l’écran ; seul change un état fugace des particules lumineuses : un phénomène matériel, mais que notre propre système perceptif est incapable de distinguer.

31Ceci peut se résumer en posant que l’écrit ne se dématérialise pas, mais que l’écriture redéfinit radicalement la relation qui la lie à la matière de son support. En quelque sorte, la trace se désolidarise du support. Plus profondément, l’écrit, qui n’était déjà plus graphie (trace du geste) avec l’imprimé, cesse d’être trace avec l’informatique. Ce qui n’empêche pas que dans la citation de matérialité qui le rend lisible, il continue d’être perçu comme une trace, une page, une inscription (une « insertion »). Pour résumer, les propriétés du support (sa luminescence, mais aussi son aptitude à être modifié par le calcul) autorisent une présence illusoire et une labilité effective du texte. Si l’écrit est conservé désormais de façon plus sûre dans les fichiers et sous forme de données numériques (si la trace a quitté la surface de lecture pour le secret de la machine), cela autorise à la fois une nouvelle dynamique de l’écriture, un jeu de l’apparition et du masquage, et une modalité toute nouvelle de sa conservation, plus indépendante de son espace de lecture. Les conséquences de ce phénomène sont certes avant tout topologiques (la propagation et la dispersion du texte) et opératoires (la possibilité pour les lecteurs-scripteurs de modifier sans cesse ce texte), mais elles concernent des formes plus constituantes de la culture, comme nous le verrons en discutant un peu plus loin les métamorphoses de l’objet-texte. Il n’en reste pas moins que, si l’immatérialité n’existe pas en ce qui concerne les médias, le fantasme du texte mobile, insaisissable et caché est une donnée essentielle de la relation de lecture aujourd’hui.

32L’importance des leurres d’objets dans l’« écriture multimédia » permet de relativiser une autre notion « attrape-tout », celle d’intégration (et celle qui lui est liée de « multimédia »). Toute la question est de donner un statut à la notion d’intégration, qui n’est pas comme la précédente une pure illusion, mais plutôt une notion dont la pertinence de réside pas au plan de l’écriture-lecture. Les propriétés techniques du dispositif, telles qu’elles ont été décrites dans les deux chapitres précédents, sont assez bien désignées par la notion d’intégration : saisie par le calcul, structuration, conservation permettent d’intégrer toutes les formes de textes (textes alphabétiques, images enregistrées, paroles, graphiques, etc.) à un dispositif unique de « gestion du texte ». Cela ne signifie pas tout à fait qu’on intègre les médias, dont on a vu la complexe nature morphologique dans le chapitre précédent, mais seulement des unités textuelles de nature différente. C’est dans leur propre visée pragmatique que les informaticiens ont pris l’habitude de nommer « médias » les différents formats de fichier qu’ils sont conduits à manipuler (des formats que définit usuellement l’extension des noms de fichiers :. gif,. pdf,. mpg, etc.). Il s’agit en l’occurrence de modes de codage informatique des substances de l’expression, ce qui ne suffit évidemment pas à définir un média en tant que dispositif de communication. Malgré tout, l’écrit d’écran peut être défini, sur le plan purement fonctionnel, comme un support qui intègre des documents jusque-là séparés pour les présenter sur un espace visuel unique.

33Il faut s’en tenir là, sans étendre davantage la notion. Un pas de plus, et c’est l’assimilation métonymique, qui pose que l’intégration, solution technique, résout le problème de la textualisation, invention sémiotique. Par analogie, que Gutenberg remplace Manuce. Si la thématique de l’immatérialité efface la réalité du support d’écran, celle de l’intégration aplatit la complexité du texte d’écran. En effet, intégrer les données équivaut, dans le traitement de l’information1, à ramener l’hétérogénéité des supports à l’homogénéité d’un code binaire. Mais associer les médias signifie, dans la construction de la forme textuelle, concilier, relier et articuler des codes culturels hétérogènes, dans la reconnaissance de cette hétérogénéité : autres formes, autres traditions, autres régimes, autres origines, autres temporalités, etc. Les médias informatisés sont des dispositifs de gestion technique homogène de signes de statut culturel hétérogène. Et l’écriture-lecture est une bataille contre l’unité technique pour reconstruire la complexité culturelle.

34En effet, la mise en ordre visuelle des unités documentaires ne se fait que par l’imposition de formes dans lesquelles ces documents seront présentés. Ce « formatage » se développe dans une double relation : une relation technique aux propriétés de traitement de la machine et une relation culturelle aux moyens d’interprétation des hommes et aux codes partagés. Lev Manovitch a particulièrement bien mis en évidence ce double plan de la forme dans les médias informatisés, plan logique et plan culturel et Philippe Quinton a explicité la multiplicité des couches sémiotiques nécessaires pour mettre en relation ces deux plans, par exemple, d’un côté, la définition purement algébrique d’une forme et de l’autre, l’ensemble des prises visuelles qui sont données pour le dessin et la lecture.

35C’est pourquoi, comme nous l’avons observé des « portails » sur internet, si sur le plan fonctionnel le texte informatisé est un objet complètement nouveau, sur le plan sémiotique, c’est une sorte de pont jeté entre l’ancien et le nouveau. Les formes issues de la culture ne sont associées que si elles sont reconnues ; mais, en même temps, étant intégrées sur de nouveaux supports, elles sont complètement transformées. C’est ce travail de conservation et de métamorphose que la sémiotique de l’écrit d’écran s’emploie à décrire : par exemple, les échanges et déformations qui s’opèrent entre le modèle de la une de presse et la création de modèles automatiques du texte. C’est ce travail des formes qui explique la profusion des citations d’objets, qui fait que le contenu de l’écran, loin d’être immatériel, est souvent hyperréaliste.

36Ici encore, nous rencontrons la question du texte, car la combinaison intersémiotique dont il est question suppose la forme générale d’un objet, que sa construction éditoriale dote d’une relative cohérence. C’est, pour reprendre un concept proposé par Emmanuël Souchier, une nouvelle forme de l’énonciation éditoriale : cette mise en forme de l’image du texte lui-même, qui est susceptible d’élaborer cette fragile rencontre de traditions et de codes différents. Si le « multimédia » existe, c’est grâce à ce travail éditorial sur la différence. C’est la raison pour laquelle nous allons retrouver la question cruciale de la textualisation, par-delà la formule commode de l’intégration.

37Nous pouvons d’ailleurs, en prolongeant la réflexion sur laquelle nous avons conclu le chapitre précédent, confronter la définition promotionnelle de l’intégration à sa matérialisation morphologique, à ses effets politiques et à ses représentations imaginaires. Dans le discours économico-commercial, la thématique du multimédia (la métonymie de l’information comme résultat de l’intégration) est une annonce de facilité : il s’agit d’aplanir le travail culturel, de le rendre familier, de l’intégrer à un ensemble immédiatement accessible. Il s’agirait d’accéder au disponible, de basculer d’un média à l’autre, de baigner dans la culture comme les poissons baignent dans l’eau. Traduit en création effective de formes textuelles, ce projet engage toute une construction intersémiotique et interculturelle, qui mobilise et associe, autour d’une forme éditoriale, des ressources sémiotiques de toute nature, pourvu qu’elles puissent paraître « intuitives », c’est-à-dire qu’elles véhiculent des stéréotypes puissants. L’objectif d’intégration devenu forme concrète, c’est la légitimation et la réification des stéréotypes culturels. Loin d’être simple et homogène, cette production sémiotique est d’une complexité et d’une hétérogénéité extrêmes : les signes renvoient à des références culturelles multiples, souvent associées, provenant parfois de l’actualité immédiate, parfois d’un passé enfoui dans les ressources anthropologiques les plus anciennes de la représentation. Mais cette construction composite n’est pas neutre : se fondant sur certaines représentations dominantes, elle leur donne un écho nouveau et les déplace, de la sphère des énoncés culturels, vers le mode d’énonciation de la culture elle-même.

38Si la métonymie de l’intégration efface la dimension anthropologique des repérages culturels, la métaphore de l’interactivité nous confronte à une assimilation d’une tout autre ampleur. Avec cette thématique, qui attribue à la machine la capacité d’agir comme nous, c’est à la confusion du machinique et de l’humain que nous sommes confrontés. Toute une génération de chercheurs en sciences de l’éducation et en sciences de l’information et de la communication s’est employée à sauver la notion d’interactivité, en la redéfinissant, en distinguant les sens dans lesquels elle peut être employée, et cette entreprise de sauvetage se poursuit encore aujourd’hui. Elle a donné lieu à la production de distinctions et de sous-catégories qui donnent le vertige. Cette entreprise ne suffit pas, à mes yeux, à défendre la pertinence de la notion, son ampleur montre même que le concept est impossible à amender.

39On peut entendre, en effet, la notion d’interactivité de deux façons principales : ou bien on prétend que la machine agit, et qu’une interaction s’établit entre elle et son utilisateur, ou bien l’on fait référence à l’interaction qui unit, de façon différée, le concepteur d’un document informatisé avec son utilisateur. Aucune de ces deux définitions n’est acceptable : la première pèche par excès, et la seconde par défaut.

40Si l’on attribue à la machine la capacité d’agir, on étend la notion d’action dans un domaine où elle perd toute pertinence, puisqu’elle est vidée des dimensions d’intention et de sens qui qualifient seules l’action humaine comme action – ceci, comme on le sait, n’est pas propre aux sémioticiens, mais définit la position sociologique de Weber, par exemple. En ce qui concerne une machine de traitement de l’information1, le mot « action » serait avantageusement remplacé par celui d’« état », par exemple. Mais la difficulté ne fait alors que se retourner, car on ne saurait parler d’inter-état avec l’homme.

41En revanche, si l’on veut désigner le lien d’anticipation mutuelle des interprétations qui unit le concepteur et l’utilisateur d’un document informatisé, la notion d’interaction est tout à fait justifiée (plutôt d’ailleurs que celle d’interactivité), car il n’est nullement nécessaire d’être coprésents pour interagir. Mais cette fois-ci, la notion, dans sa généralité, est incapable de rendre compte de la spécificité des écrits d’écran, par rapport à n’importe quelle forme de communication culturelle, qu’elle soit d’ailleurs médiatisée par un dispositif non informatisé (livre, cassette, télévision) ou réalisée directement dans l’engagement des corps. Les analyses de Roland Barthes, sur l’échange fantasmatique entre auteur et lecteur et celles de Umberto Eco sur la coopération lectoriale montrent l’ampleur des manœuvres communicationnelles destinées à rendre possible une telle interaction, par-delà l’absence qu’impose l’objet écrit (cette absence dont Platon avait fait la source de sa propre réflexion). Il y a, c’est certain, une interaction entre l’auteur et le lecteur du livre, comme il y en a une entre le conférencier et son public silencieux, et ceci, avant même que quiconque ait acheté le livre ou soit entré dans la salle de conférence.

42Ce n’est donc pas en termes d’interactivité que la spécificité de l’écrit d’écran peut être définie. Mais le mot et les formations discursives et iconiques dans lesquelles il s’inscrit sont significatifs, de même que l’aspiration sur laquelle ces discours insistent. Cette dimension révélatrice, indicielle, de la thématique de l’interactivité est apparue dans les recherches sur l’écrit d’écran, avec l’ouverture de la sémiotique sur l’observation des pratiques (pratiques culturelles, pratiques cognitives) et l’investissement dans ces problématiques de la question des attitudes des publics en culture. Comme l’a montré Joëlle Le Marec, la thématique de l’interactivité est révélatrice d’une sorte de politique spontanée de la culture, qui s’inscrit bien dans les nombreuses études menées sur la création de dispositifs interactifs et les attentes des publics à leur égard. Le mot « interactivité » a une histoire, elle-même faite de métamorphoses et de réécritures (action, interaction, interactif, interactivité), une histoire qui, via les sciences de l’éducation (la « pédagogie active »), l’innovation technique (les « interactifs ») et la réception des médias (l’analyse interactionnelle), remue, indirectement, la question de l’activité du « récepteur » et de la place que les objets font à cette activité.

43Pour cette raison, il semble intéressant de voir dans le succès de l’idée d’interactivité une interrogation du lecteur sur sa propre activité, plutôt qu’une description de l’activité supposée du dispositif. Il ne serait pas absurde de supposer ici quelque chose comme un déplacement ou une projection sur le média du désir des sujets « ordinaires » d’être acteurs de la culture, tout en restant un public – ou encore du désir des médiateurs culturels que ce désir existe dans le public… Pour reprendre les analyses menées sur ce point par Eleni Mitropoulou, on peut dire que l’idée d’interactivité exprime, non la nature des opérations d’information que le média informatisé rend possibles, mais la nature des illusions que son fonctionnement peut faire naître chez le sujet communicationnel lui-même : croire que manipuler des formes matérielles met en situation de devenir créateur de sens.

44Mais cette question, relevant de la culture comme lieu de pouvoir, n’est pleinement posée que si l’on abandonne le projet de faire agir la machine, et qu’on essaie d’observer rigoureusement quel type de texte elle présente au lecteur, en quoi ce texte lui permet d’écrire et/ou de lire autrement, ou encore de faire autre chose que choisir entre écrire et lire. Ce qui suppose de se demander dans quel cadre communicationnel et social ces actions prennent place. Il n’est pas impossible que l’écrit d’écran donne de nouvelles chances à une approche plus active de la culture par ceux qui ne l’ont pas faite – ou même à une plus intense confrontation de la culture légitimée avec les cultures ordinaires. Mais si elle le peut, c’est en vertu des formes nouvelles du texte et des types d’activité que cette lecture peut fomenter. Et pour le comprendre, il est essentiel de tenir le support, le document et le texte à distance, d’en faire un objet de provocation, non un substitut au sujet de l’action. Le « dispositif » culturel ne peut devenir autre chose que ce qu’il est chez Foucault (un interdit d’agir) que s’il est mis à distance suffisante pour être lu.

45Cette réflexion critique sur la notion d’interactivité nous ramène vers les structures les plus essentielles de l’écrit d’écran, en même temps qu’elle nous invite à aller de l’avant. D’une certaine façon, la question de l’interactivité est tout entière contenue dans la sémiotique des signes passeurs. Dire qu’un document est interactif, c’est dire qu’il se lit, s’anticipe et se modifie d’une façon particulière. Tous les chercheurs qui ont travaillé sur l’interactivité ont proposé, sous des formes terminologiques diverses et très nombreuses, des distinctions entre formes riches et formes pauvres de l’interactivité. On peut expliquer simplement pourquoi : c’est que la question de l’interactivité cache en réalité celle de la non-passivité culturelle, et qu’elle serait beaucoup mieux nommée par la catégorie de l’interprétation actualisée dans un geste. La question : « ce document est-il vraiment interactif ? » signifie : « l’acte concerné est-il une interprétation qui s’exerce face à un texte ou seulement une compétence qui se vérifie face à une tâche ? » Si interagir (dans ce cas, plutôt avec soi-même) est possible dans l’écrit d’écran, c’est seulement dans le cas où celui-ci donne quelque chose à interpréter de façon particulièrement vive. Toute la question débattue à propos de l’interactivité est celle de la confrontation d’une ergonomie fonctionnelle (savoir où il faut cliquer) avec une herméneutique de la lecture (avoir quelque chose de riche à interpréter). C’est la qualité de l’interprétation, appliquée à la lecture des signes passeurs (et donc ouvrant sur la découverte d’autres textes) qui est discutée dans les approches qualitatives de l’« interactivité ». C’est pourquoi ce qui est désigné par le terme renvoie à des procédures cognitives très différentes, liées à des types de signes et à des types de tâche différents. Tout l’intérêt de l’analyse, c’est que la dimension proprement opératoire de la compétence à « faire fonctionner » la machine se rencontre, dans les signes passeurs, avec l’éventuelle provocation à méditer le sens d’un texte. Annette Béguin a mené des analyses précises de ces échanges, en s’efforçant de comprendre quelle est la nature des représentations visuelles de la pratique et du geste que comportent les dispositifs spatiaux de l’écriture, quels engagements sont exigés, sur le plan proprioceptif et sur le plan représentationnel, pour entrer dans un univers qui se manipule tout en relevant d’un espace fictionnel. Dès lors, qualifier les types de tâche et les logiques d’appropriation culturelle en jeu dans l’écrit d’écran demande bien plus qu’un simple étiquetage, local, de tel signe, de tel décryptage, de tel choix. Par le biais du problème de l’interactivité, nous sommes entrés dans la question de la circulation des savoirs, une question qui convoque, comme nous l’avons vu, divers ordres de la culture.

46Si je veux pouvoir juger, en termes d’activité culturelle, tel ou tel acte d’interprétation et le relier aux propriétés de l’écran, j’ai besoin de situer cet acte dans un contexte, de comprendre dans quel rôle est placé le lecteur, d’évaluer sa capacité d’écrire. Ceci concerne les espace d’intervention dans le texte, le contexte dans lequel la lecture se déroule, l’intertextualité dans laquelle s’inscrit tel ou tel élément du message.

47Pour répondre à la question de savoir si les divers « acteurs » de la société peuvent être culturellement « actifs » dans la relation aux médias informatisés, il faut donc passer par une analyse des objets culturels concernés, de leur statut, des formes de leur écriture et de leur réécriture, des enjeux cognitifs et politiques de leur contrôle et, inversement, de leur appropriation publique. L’image de la littérature donnée par un cédérom sur l’écriture combinatoire est-elle libératrice ou aliénante ? La vulgarisation proposée par les sites de musées sur l’œuvre d’art modifie-t-elle la représentation que nous en avons ? Le réseau éducatif est-il favorable à un apprentissage plus autonome que celui du manuel ? Pour poser de telles questions, il faut envisager le texte de l’écrit d’écran dans sa complexité et le confronter aux conditions de sa réappropriation, de sa réécriture, de sa circulation, au sein d’un processus social.

3. – Le texte informatisé, un objet (in)saisissable

48Il faut des enquêtes précises pour observer la façon dont se déplacent les rapports d’appropriation et de pouvoir au sein de la culture. Le développement des dispositifs d’écriture informatisés participe à ces déplacements, mais il serait aventureux de résumer en une formule ces modifications.

49Aucune des questions posées plus haut ne peut être résolue en général. Chacune doit être redéfinie et faire l’objet d’une étude contextualisée et serrée, qui procède de méthodes en partie spécifiques. Un bon exemple de ce type de recherche empirique est fourni par l’étude des formes d’industrialisation et de médiatisation de la formation. Ces recherches doivent prendre en compte un ensemble de médiations sociales et d’effets de contexte : les multiples appropriations auxquelles les objets donnent lieu, les différents effets de pouvoir rendus possibles par ces dispositifs, la complexe configuration des rôles dans la conduite des projets, les conditions intellectuelles pour que les médias deviennent éducatifs, le rôle de la technique dans une évolution des métiers et marchés de l’éducation, etc. Aucune conclusion générale ne peut être tirée indépendamment des contextes, des traditions historiques, des facteurs d’adoption ou de rejet, de l’existence de projets ou d’enjeux susceptibles de donner sens à un usage des TICE (technologies de l’information et de la communication pour l’éducation) – en fait, le plus souvent, des écrits d’écran.

50La conscience de cette exigence limite nos ambitions. Une fois l’idée d’interactivité reconnue comme un moteur imaginaire de la communication, ce n’est pas seulement l’objet des recherches qui se modifie, mais leur visée même. Il n’est pas envisageable d’affirmer que l’écran ou les réseaux ont telle ou telle conséquence dans la socialisation des savoirs liés à l’écrit : qu’ils rendent chacun auteur, qu’ils accélèrent l’apprentissage, qu’ils détruisent les valeurs. C’est exactement ce qu’écrivaient Chartier et Martin à propos du livre, et je ne vois aucune raison de penser autrement des écrans et réseaux.

51En revanche, on peut s’essayer de décrire quelques conditions pour la circulation sociale des objets culturels. L’institution de formes écrites complexes d’une nature particulière offre des ressources et impose des contraintes pour les acteurs de la culture. Par-delà les propriétés permanentes de l’écran, il s’agit d’entrer dans le mouvement des textes, pour penser la relation, la succession, l’interdépendance des unités textuelles dans l’écrit d’écran. Cela permet de comprendre comment la morphologie du texte « hypermédiatique » donne prise aux pratiques qui peuvent se l’approprier. Il s’agit en somme de parcourir la ligne de crête de l’information3, entre l’espace des modèles logiques et celui des pratiques sociales de l’information.

52De ce travail considérable, je retiendrai deux questions : comment se redéfinit une activité dont nous avons sans cesse rencontré l’importance, la mise en texte ? Quelle relation particulière ces médias instituent-ils entre l’espace des objets et celui des pratiques ? Ce sont deux questions, parmi beaucoup d’autres possibles, qui peuvent rendre visible la nature particulière du travail médiatique réalisé par les écrits d’écran.

53Y a-t-il un texte de réseau ? Je répondrai en déplaçant la question. Il y a sur le réseau une intense activité de textualisation, de fabrication de textes. Chacune des étapes de notre réflexion, depuis le début du livre, nous a confrontés à un objet médiatique crucial, le texte ; pourtant, l’importance de cet objet est loin d’être acquise dans les analyses de la communication informatique. Cela tient en partie à ce que les sociologues, qui ont développé beaucoup de recherches sur la communication informatisée, raisonnent principalement en termes d’usages sociaux des objets techniques, ce qui n’engage guère à envisager des textes ; mais, plus profondément, toute une part de l’informatique s’est construite contre la culture du texte. Le microordinateur était censé donner accès directement à l’information sans que s’interpose un objet de maîtrise. C’est évident lorsqu’on parcourt l’histoire de l’imaginaire d’internet, lorsqu’on relit les théories littéraires de l’hypertexte ou qu’on observe la virulence des militants des archives numériques, qui conçoivent la culture comme l’accès à un monde de données interconnectées. Lorsque Stevan Harnad, l’une des figures mythiques de ce combat, prône une « écriture dans le ciel » (skywriting) il ne peut exprimer mieux le désir d’accéder à une communication sans texte. Il est intéressant de s’arrêter sur ce combat contre le texte, pour mieux comprendre ce qu’il exprime.

54Le terme « hypertexte », qui résume ce point de vue, est paradoxal. D’un côté, il est constamment opposé au texte : il serait ouvert et non clos, bifurquant et non linéaire, orienté vers le lecteur et non contrôlé par l’auteur. Mais paradoxalement le terme choisi relève de l’hyperbole : l’hypertexte, un texte plus texte que le texte. Comment sortir de ce paradoxe ? En considérant que la notion d’hypertexte est bel et bien porteuse d’une conception de la textualité, fondée essentiellement sur une figure négative.

55On lit que l’hypertexte est « non-linéaire », alors que le texte est linéaire. Cette évidence est trompeuse. Le texte du livre se déploie dans les deux dimensions de la page, et même dans les trois dimensions de l’objet, comme on l’a vu de façon spectaculaire avec l’exemple précédemment cité du Petit prince. Annette Béguin a décrit le rôle essentiel que jouent les cadres pour l’activité de lecture et Emmanuël Souchier a raconté la façon dont l’objet page, objet pluridimensionnel s’il en est, sous-tend les catégories de notre pensée. Certes, la page peut contenir des « lignes », alignements de signes calibrés, mais cela ne suffit pas à définir un livre et, a fortiori, un document de presse écrite. C’est par une analogie vague qu’on pose la linéarité du livre. Il faut pour cela considérer le livre comme une parole transcrite, puis représenter la temporalité de la parole par une ligne. Ainsi parviendra-t-on à dire que le livre est linéaire en niant sa spécificité.

56Ce modèle, imaginaire, d’un texte purement linéaire, permet de créer par contraste un objet idéal, l’hypertexte. Mais est-ce là une ressource pour comprendre la textualité particulière que permet d’informatisation de l’écrit ? Rien n’est moins sûr. En effet, le fantasme de la non-linéarité conduit à privilégier une approche à la fois globale et techniciste de l’écrit, où loin de s’effacer, la linéarité est omniprésente, simplement multipliée. Une somme de parcours est censée fabriquer de la bifurcation : représentation schématique du texte que matérialise le graphe arborescent, dans lequel chaque ligne représente un lien, et chaque objet à lire se trouve concentrée en un « nœud », c’est-à-dire, imaginairement, un point.

57La prégnance de ce modèle visuel du graphe peut induire une erreur théorique : celle qui consiste à assimiler l’organisation matérielle du plan de l’expression (plus exactement la part technique de celle-ci) au processus de construction du sens. Le lecteur n’est pas confronté au script informatique. Pour lui, aucun nœud n’est un nœud. Certains prétendus « nœuds » sont des assemblages d’images, d’autres prennent la forme d’une liste, d’autres proposent des animations graphiques. Et aucun lien n’est un lien, mais un acte d’écriture, qui réalise une responsabilité éditoriale et propose une architecture pour la communication : le geste d’écrire un signe passeur anticipe un acte de lecture possible, qui, s’il est réalisé, sera à son tour porteur d’un regard sur le texte. Par exemple, le choix de collecter des photographies d’un écrivain, d’en faire des « icônes », de les mette en série, de les transformer ou de les animer assure l’appropriation d’un objet chargé de valeur tout en proposant une forme de vie littéraire, comme l’ont montré Julia Bonaccorsi et Sarah Labelle, étudiant le « photomaton » de Queneau. La médiation qu’engage la création de signes passeurs n’a donc pas grand-chose à voir avec le problème, estimable, que rencontre un informaticien lorsqu’il organise ses fichiers. Même s’il est vrai que cette opération-ci rend possible ce geste-là.

  • 2 Il s’agit notamment des thèses de Valérie Jeanne-Perrier, Annelise Touboul, Hélène Campaignole, Ca (...)

58Certains traits qui caractérisent « l’hypertexte » peuvent acquérir un statut sémiotique et social clarifié, à condition d’être mis en relation avec une conception plus riche de ce qu’est un texte. Il est intéressant de prendre en considération la fragmentation des unités textuelles, de ne pas oublier que les formes d’expression sont pilotées par des programmes informatiques, que ce substrat technique a pour effet que le texte n’apparaît que s’il a été suscité du geste. Non pour proclamer la liberté combinatoire, mais pour comprendre les possibilités d’appropriation du sens, de définition des contextes de la communication, d’intervention sur l’économie générale du texte. Les recherches de Christian Vandendorpe (qui a choisi de conserver le terme « hypertexte », mais de le requalifier) montrent les fortes continuités entre les structures discursives et visuelles du texte, dans l’histoire longue, tout en analysant les effets de la fragmentation des unités textuelles sur les conditions d’appropriation et d’interprétation de ces textes. Plusieurs thèses soutenues ces dernières années ont éclairé la redéfinition du rapport lectorial au texte de presse sur internet, la nature des engagements communicationnels permis par le texte fragmentaire, la nature des constructions intersémiotiques du multimédia, la redéfinition des représentations du destinataire des textes produits pour le réseau2. Dans cette perspective, les traits observés par les théoriciens de l’hypertexte, en particulier le fait que les nouveaux objets écrits font une place déterminante à l’activité de « montage », pour reprendre le terme proposé par Alessandro Zinna, se révèlent en effet très importants. Mais ils sont compris comme des conditions d’appropriation des formes textuelles par les acteurs et de création de médiations vis-à-vis des objets culturels. Ces analyses dépassent l’idée de combinatoire. Elles montrent l’existence de structures commandant l’écrit informatisé, plutôt que de faire référence à un pur choix ; elles reconnaissent la multiplicité des ressources d’expression qui font texte aujourd’hui, plutôt que de les réduire à la seule programmation ; elles décrivent l’appropriation des textes comme un acte éditorial, plutôt que d’y voir le simple service d’accès ; elles qualifient les espaces d’initiative plutôt que de multiplier les « niveaux » d’interactivité.

59C’est ainsi l’activité de textualisation qui devient l’objet de l’analyse. Je retiendrai trois exemples : du point de vue de l’activité interprétative, la reconstruction du texte par le lecteur ; en ce qui concerne l’expression des acteurs politiques, la rhétorique des frontières textuelles ; dans une perspective industrielle, la bataille autour de la bonne forme du texte.

60La modification de ce qu’on peut nommer la texture du texte de réseau n’est pas sans redéfinir les conditions de dissémination des modèles du texte dans l’univers des écrits d’écran et de réseau. Les historiens des pratiques lettrées ont montré la richesse de toutes les médiations qui conduisent les individus à se doter de moyens de construire et d’interpréter les textes. De ce point de vue, l’arrivée des médias informatisés se solde d’abord par une certaine normalisation des formes d’écriture et de lecture. Nous avons identifié avec Emmanuël Souchier certains logiciels qui sont autant d’outils d’écriture de l’écriture. Ces logiciels, que nous avons proposé de nommer « architextes », ont pour particularité de se situer à la fois à l’origine et au commandement de l’acte d’écriture. Lorsque nous utilisons un traitement de texte, un logiciel de présentation visuelle, une messagerie électronique, un moteur de recherche, nous mobilisons pratiquement tout un ensemble de formes écrites, qui définissent les possibilités mêmes de l’acte d’écrire ou de lire. En somme, parce qu’il utilise des matrices particulières, les architextes, l’écrit informatisé étend en permanence son emprise sur les structures écrites, les principes de jugement des textes, les métiers, les compétences. Extension dont on peut suivre le cours dans le développement du design informatique et qui s’est poursuivie considérablement depuis que nous avions proposé cette analyse : traitement de la langue, du texte, des formes éditoriales, de la recherche documentaire, de la qualification informationnelle des textes, des attentes des lecteurs, des traces de la fréquentation des publics, etc.

61Ces outils logiciels jouent ainsi un rôle structurant (qu’ignorent les théories de l’hypertexte) sur le mode de diffusion sociale des moyens d’expression. C’est pourquoi leur analyse présente une parenté avec la notion d’architexte telle que Gérard Genette l’avait lui-même antérieurement proposée. Les architextes informatiques, comme les architextes de la théorie du discours, concernent, non telle production textuelle singulière, mais les modèles généraux du texte, susceptibles de servir de patrons à toute une gamme de productions. À cet égard, ils se rattachent à l’univers du genre. Pourtant, ils ont un mode d’existence bien différent des genres tels qu’on les enseigne dans les cours de rhétorique ou tels qu’on les décrit dans la pratique littéraire. En effet, il ne s’agit pas seulement de formes idéales, exprimées dans des commentaires, préconisées dans des précis ou fantasmées dans l’horizon d’attente des lecteurs, mais bel et bien d’objets écrits qui normalisent les productions textuelles effectives à partir de la capacité qu’ils offrent à disséminer des formes matérielles, insérées de fait dans chaque écrit particulier. D’où un nouveau paradoxe : au moment où l’identification des objets textuels se fait de plus en plus incertaine, la propagation de la forme-texte tend à se réaliser de façon beaucoup plus stricte.

62Les recherches les plus récentes ont permis de mieux comprendre la nature et les effets de cette nouvelle existence matérielle de la forme texte, tout en se détachant toutefois de l’idée d’un pur « formatage » de la communication. En effet, elles ont montré que les modalités de la mémoire du texte se redistribuaient, mais aussi révélé que les processus d’industrialisation des formes écrites se conjuguent avec une diversifiation des modes d’intervention sur le texte. La question ici en débat est celle-là même qui était discutée dans le texte du Phèdre. La dissémination des formes du texte tient à la fois aux formats de son inscription matérielle, à la productivité des réécritures et à la permanence d’une mémoire sociale des formes. Ce sont les déplacements de cette économie, qui tient à ce que Joelle Le Marec nomme des composites (à la fois des pratiques, des représentations mentales et des objets), qui inquiétaient Platon. Ce sont eux qui sont en jeu aujourd’hui. Le développement des architextes conduit à inscrire dans les objets écrits certains modèles de la communication, mais leur plasticité – leur capacité à être sans cesse transformés par de nouvelles écritures – capte également en permanence le mouvement de la réinterprétation des textes. Dans ces conditions, le rapport entre ce que les sujets mémorisent, ce que les objets reproduisent et ce que les textes élaborent ne cesse de se redéfinir.

63Ce problème est extrêmement complexe, il constitue une question vive pour la recherche. En effet, on pourrait penser que l’existence des architextes entraîne nécessairement une normalisation des pratiques de communication. C’est d’ailleurs une position défendue par ceux qui considèrent que la culture logicielle « formate » les esprits. On comprendra que ce n’est pas le point de vue des analystes de l’écrit d’écran. En effet, les objets créés à l’aide du dispositif d’écriture que constitue le texte informatisé, doté de ses architextes, ne se résument pas à un modèle homogène de la communication. Ils procèdent plutôt, comme on l’a vu, d’un bricolage hétéroclite de ressources, empruntées à des horizons sociaux et à des temporalités historiques multiples.

64C’est pourquoi les analystes de l’écrit d’écran ont été conduits à donner une place essentielle à la notion de prédilection sémiotique, qui est, en quelque sorte, la réinvention constante du texte par ceux qui, le manipulant, lui donnent sa forme. Cette notion a été proposée après une observation concrète, en situation, des pratiques d’écriture et de lecture. Loin de ce qu’annoncent régulièrement certains essayistes, l’écrit informatisé n’est ni abstrait ni réduit au calcul. Il engage le corps des sujets, qui, par-delà le caractère insaisissable, proliférant, fuyant des formes textuelles, s’emploient à donner à ces formes une existence matérielle et surtout tangible : par les postures, par les manipulations, par les concrétisations que le geste permet de développer. Il s’agit bien d’une réinvention du texte entre les mains et sous les yeux du lecteur, et d’un lecteur qui manipule, réécrit, transforme.

65Cette logique d’appropriation s’explique en somme par le fait que le texte, rendu disponible par son substrat technique nouveau, est aussi constamment à redéfinir. C’est pourquoi le mode de textualisation des objets culturels est devenu un ressort politique crucial. Paradoxalement, le fait qu’il soit de plus en plus difficile de définir ce fait texte dans les « réseaux » renforce le poids d’une telle activité de textualisation.

66Cette procédure s’apparente à l’énonciation éditoriale dans l’imprimé, mais ne peut arrêter l’enveloppe et l’identité d’un ensemble livresque et documentaire. La textualisation sur les écrans a donc pour particularité de jouer avec la mémoire des formes du texte : une mémoire qui s’est constituée quand l’identité matérielle d’un objet (le livre, la plaquette, la brochure, le journal) était inséparable de l’identité symbolique d’un fait culturel (une œuvre littéraire, un discours promotionnel, un document de presse), mais qui reste active dans un monde où ce lien se défait. Nous ne pouvons, ni isoler les objets textuels d’une façon précise, ni abandonner les catégories qui se sont constituées autour d’eux. C’est ainsi que l’écrit d’écran produit sans cesse de la textualisation, sans jamais véhiculer à proprement parler un texte, si l’on entend par là une entité matérielle et formelle bien circonscrite.

67Ce phénomène, qui constitue pour le sémioticien une réelle difficulté, est une ressource rhétorique pour les acteurs de la communication. Il définit l’une des dimensions politiques majeures de l’activité de textualisation. C’est l’une des conclusions de l’analyse qu’a menée Sarah Labelle des sites internet de divers organismes, gouvernementaux, associatifs, privés, visant à présenter « l’entrée dans la société de l’information », à la fin des années quatre-vingt dix. Cette étude montre que l’indétermination des frontières du texte permet aux auteurs de ces sites d’occuper une place symbolique particulière dans l’ordre des discours sur la transformation du social. En effet, ces sites, qui sont d’immenses structures de citation textuelle et de mise en ordre documentaire, assurent un cumul de diverses positions : en rassemblant sur un même « site ressource » un ensemble de documents qui appartiennent chacun à des régimes de légitimité distincts et bien établis (par exemple celui du rapport d’expert, celui de l’œuvre reconnue, celui de l’étude de recherche appliquée) l’entité éditoriale du site requalifie tous ces textes comme appartenant au mégatexte de la « société de l’information » et participant d’une même affirmation impérieuse.

68Dans un cas comme celui-là, l’erreur serait de vouloir absolument catégoriser la construction textuelle proposée, et de décider s’il s’agit d’un centre documentaire ou d’un ensemble de citations ou encore d’un discours unique masqué derrière la diversité des références. Cette distinction s’impose matériellement dans l’univers des textes imprimés, de la bibliothèque et de la librairie, mais en l’occurrence, c’est le fait de laisser ouverte l’identité du texte qui donne toute sa puissance à la rhétorique du légitime et de l’évident.

69Une série de recherches a pu systématiser ce point de vue, en analysant les subtiles constructions que cette incertitude du texte rend possibles. Ainsi, l’analyse menée par Olivier Aïm sur la « pensée du média » présente dans les sites consacrés à l’environnement a mis en évidence les jeux très complexes que permet la perméabilité entre l’intérieur et l’extérieur du texte. Dans le monde des livres, Genette a pu distinguer clairement la relation implicite entre les textes, qu’il a nommée « transtextualité », de la présence effective d’un texte au sein d’un autre texte, à laquelle il a réservé le terme plus circonscrit d’« intertextualité ». Cette distinction ne peut être reproduite telle quelle sur le réseau internet. En effet, les « textes » proposés par les acteurs qui s’expriment sur l’environnement ne cessent de redistribuer les relations internes aux sites et les renvois à un ensemble large de sources. Mais ils peuvent tout aussi bien capter en leur sein des constellations de discours et de documents. Ce que montre cette analyse, c’est que la redistribution incessante des frontières du texte réalise une scénographie des valeurs essentielles de l’univers idéologique du développement durable, celui de la transparence, exprimant ainsi la prétention à présenter, non un discours circonscrit, mais un espace de rencontre entre les ressources et les points de vue.

70Les analyses menées par Etienne Candel et Valérie Perrier sur les « blogues » et plus généralement les productions textuelles utilisant des logiciels de « management de contenu » – des mises en forme automatiques de l’énonciation éditoriale – mettent à profit le même type de problématique. Elles décrivent une polyphonie appareillée, qui rassemble une masse de discours tout en lui imposant un certain type de mise en forme, de hiérarchie, et pour finir une conception de l’échange communicationnel acceptable. La description faite par Samira Ouardi des sites militants qui se présentent comme des lieux de « prise de parole » ouvertes à une transparence totale procède d’une même perspective sémiopolitique.

71On voit bien, sur le cas de ces outils normalisés de « gestion de contenus », que le niveau politique des rhétoriques d’écriture se double d’un autre travail, celui qui conduit à définir, propager et imposer des conceptions de ce que doit être un texte. L’importance de la question des modèles normatifs du texte s’est particulièrement révélée lors des échanges animés par Jean-Michel Salaün dans le cadre du réseau thématique qu’il a pu créer au sein du CNRS sur le document numérique (réflexions publiées sous le pseudonyme collectif de Pédauque). Ce réseau, qui rassemblait de propos délibéré des participants appartenant à diverses communautés scientifiques, de la conception informatique aux sciences sociales, a discuté les transformations que connaît l’objet documentaire avec le passage du substrat imprimé au substrat informatisé. Or, l’une des conclusions importantes que ces échanges ont mise en évidence est que la déconstruction matérielle du document, en tant qu’entité tangible et saisissable, trouve sa contrepartie dans le fait que l’informatique s’est engagée dans une explicitation de la forme texte. Ceci, depuis la mise en forme des textes au sens le plus restreint du terme (les chaînes de caractères) jusqu’à l’élaboration de catégories de genres, de repérages thématiques, de données sur le processus éditorial, de marques de lecture et d’annotation. Le caractère de « machines à textes » que le groupe écrits et écrans avait souligné était entièrement corroboré par ces analyses. L’histoire de l’informatique apparaît comme une emprise croissante sur des dimensions de structuration des textes, un effort pour rendre pilotables par des programmes logiques tout un ensemble d’opérations et de compétences qui relevaient jusque là de l’institution longue des outils de création, de classement, de qualification du texte.

72Pédauque a particulièrement souligné l’importance d’un phénomène crucial, du point de vue des ordres politiques de la culture : celui qui conduit à une dissociation croissante des dimensions logique et matérielle du texte. C’est un processus dont Dominique Cotte avait relevé l’importance dans la thèse qu’il a consacrée au texte numérique en tant qu’objet technique. Alors que le texte imprimé se diffuse par le biais d’une permanence matérielle de l’objet (la feuille du présent exemplaire est passée dans le dispositif industriel d’impression), le texte informatisé est plutôt un événement réitéré à chacune de ses manifestations, sur telle ou telle machine. C’est pourquoi ce qui se conserve n’est pas le lien matériel, concret et sensible, qui unit un support avec une mise en page, mais la traduction sémiotique de ces formes en un code inscrit dans la face invisible de la machine.

73Ce changement, apparemment anodin, a deux conséquences essentielles sur ce qu’on peut nommer la politique du texte : d’une part, il conduit les équipes de conception informatique à produire des formes de plus en plus normées de ce que doit être un texte, en codifiant des catégories qui relèvent d’une description rhétorique et éditoriale (d’une métatextualité) ; d’autre part, et corrélativement, les productions écrites intègrent de façon croissante des descriptions et des utilisations de leur usage, si bien que la production des textes devient, de façon plus ou moins obligatoire, la préparation d’une reconfiguration incessante des textes.

74On voit bien, sur l’exemple de cette analyse, que l’activité de textualisation constitue l’un des enjeux majeurs du développement des écrits d’écran, et surtout de leur perfectionnement. En effet, les modalités d’appropriation du texte, qui conduisent à sa publicisation, à sa mise en forme éditoriale, à sa transformation, peuvent désormais s’enchaîner et s’emboîter, plutôt que de s’exclure. Les acteurs industriels ont entrepris de formaliser des niveaux de plus en plus complexes, non seulement de tel document, mais de l’organisation documentaire elle-même et, par là même, de ce que Foucault nommait l’archive : l’opération d’assimilation et de traitement du déjà dit et, en l’occurrence, du futur déjà dit. Un examen des principales innovations qui ont concerné l’ingénierie du texte ces dernières années montre que celles-ci ne relèvent pas seulement de perfectionnements techniques, mais engagent une volonté d’optimiser – évidemment selon certaines valeurs – l’écriture même des textes. Par exemple, le principe de l’indépendance entre le contenu et le support matériel (device independence) conduit à doubler toute production textuelle d’un formalisme logique, en même temps qu’il porte le modèle d’un texte constamment redécoupable et reconfigurable, en fonction des points de vue des utilisateurs. Les vastes bases de données, les formes automatiques de mise en écran et les formats normalisés de description des parties du document convergent vers une déconstruction du texte en tant qu’unité singulière, au bénéfice de fragments de textualité sans cesse reconfigurables. C’est, on l’a compris, une conception de la culture, une idéologie de l’information, qui se joue dans ces normes de la textualisation.

4. – Les métamorphoses de l’écrit au cœur des pratiques d’information

75La réflexion sur les modalités d’appropriation du texte de réseau rejoint ainsi la riche construction historique des rapports entre les objets (média, texte, production écrite) et les pratiques. Les médias informatisés n’ont pas créé cette dialectique, mais ils lui donnent une forme particulière. De haute antiquité, l’objet écrit a manifesté un double pouvoir : tout en interprétant les réalités sociales, il crée un espace d’action nouveau. Par exemple, le fait qu’un accord soit inscrit sur une tablette d’argile acte par écrit un discours du droit, et le fait que cette tablette soit scellée par une enveloppe qui doit être brisée pour qu’il soit lu définit les conditions dans lesquelles cet accord est contracté, corroboré, rompu. L’objet écrit consigne des situations pratiques, les rend lisibles, implique les participants à la communication dans des façons de faire plus ou moins déterminées. Consigner le principe des pratiques réelles suscite des pratiques possibles. Comprendre de quelle façon particulière les écrits d’écran redistribuent le rapport aux pratiques est l’un des enjeux les plus complexes de la recherche en cours.

76À mesure qu’ils se perfectionnent, les architextes (ces logiciels qui écrivent les formes dans lesquelles nous écrivons) se bornent de moins en moins, on l’a vu, à représenter des « contenus » et s’engagent de façon croissante dans la configuration d’un espace de pratiques possibles. Je prendrai trois exemples : celui d’une pratique quotidienne rassemblée dans l’écriture, la correspondance ; celui d’une forme de texte capable d’induire toute une conception des rapports de communication, la présentation avec « transparents » ; celui de la mise en forme écrite de tout un processus collectif, l’outil de gestion des formes éditoriales. Ce sont des exemples des types d’incursion que l’architexte permet dans l’espace des pratiques.

77Le logiciel de « messagerie électronique » rassemble dans l’écriture des façons de faire qui, jusque là, relevaient d’univers matériels et pratiques distincts. Dans l’univers de la correspondance manuscrite, on choisit des papiers, on se procure des enveloppes, les employés de poste collectent et distribuent les messages, le destinataire voit arriver le facteur sur la route, les lettres précieuses se collectionnent entourées d’un ruban. Tout cela est source de variations romanesques infinies. Dans la messagerie électronique, cet ensemble d’actions, d’acteurs, d’institutions, de dispositifs techniques est lissé au sein d’un espace sémiotique unique, celui de l’écran : en manipulant des signes d’écriture, alphabétiques ou iconiques, chacun est en mesure d’effectuer le processus entier – qui de se fait change assez profondément de nature. De ce premier exemple, le plus simple, on peut tirer la conclusion que les médias informatisés étendent l’emprise de l’écriture sur les pratiques de tout ordre, qu’ils substituent le geste d’écrire à beaucoup d’autres gestes.

78Si nous considérons un autre type d’architexte, le logiciel de « présentation » (dont PowerPoint est l’exemple type), nous sommes face à un autre mode de redistribution du rapport entre écriture et pratique. Le logiciel n’instaure pas un nouvel espace de l’écrit, car celui-ci existait de longue date avec d’autres supports techniques dans la « business presentation ». Il place sous la main de l’utilisateur, non tel texte particulier, mais une forme type de la textualité. Le format textuel possible est immédiatement réalisé dès qu’on utilise le logiciel : c’est alors toute une conception des rapports de communication qui se trouve engagée, à travers la forme visuelle du texte, sa structure schématique, son découpage séquentiel, ses hiérarchisations.

79Cet ensemble cohérent de formes, que mobilise le geste d’écriture, renvoie à un univers beaucoup plus large que le document. C’est toute une figuration de la situation de communication, de la place du public, des normes de l’expression et même des formes de pensée qui se trouve présupposée par cette forme écrite. Certes, la relation entre une forme d’écriture schématique et une stratégie de communication professionnelle n’a pas été inventée par cet architexte : celui-ci ne fait que « sédimenter » en quelque sorte des façons de faire et des normes qu’il hérite d’une histoire. Mais ce qui est nouveau, c’est que cette relation entre les formes du texte et les normes de la communication est chosifiée, donnée à manipuler, immédiatement présente dans l’écriture, de façon largement indépendante de la conscience que chacun peut en avoir. Il existait des manuels et des formations pour concevoir une bonne « présentation avec aides visuelles », et ceux qui y avaient recours appliquaient leurs recettes (à peu près celles que reproduit PowerPoint) ; aujourd’hui, il n’est pas nécessaire d’avoir élaboré personnellement cette rhétorique pour la mettre en œuvre, puisqu’elle est déjà là dès que nous créons le moindre document. De ce second exemple, on peut retenir que l’architexte informatique naturalise d’une manière particulière certains modèles dominants de la communication en les intégrant à la dimension opératoire du geste d’écriture lui-même.

80Avec les logiciels qui fournissent une structure de publication entière « clefs en mains » – les CMS, Content management systems, dont le modèle archétypique a été Spip – on voit se conjuguer les traits mis en évidence dans les deux premiers exemples : ces architextes rassemblent dans l’espace écrit des tâches réalisées dans les rédactions, les imprimeries, les messageries et ils incarnent toute une conception de ce qu’est un processus éditorial régi par la norme de la liberté d’expression. Mais ils ont pour particularité d’imposer une division du travail et de structurer des rôles. Ce ne sont pas des outils purement individuels mais des architextes assignant à tout un collectif ses procédures d’action. On peut remarquer que certaines décisions essentielles dans le monde de l’édition se trouvent transférées de fait du collectif de publication vers les concepteurs du logiciel lui-même : par exemple, la conception de la mise en page, les principes d’organisation et de hiérarchisation des types de contenus, les modalités de conservation, d’accès et de visibilité des textes, la temporalité du média. Mais c’est aussi le processus d’élaboration, d’appréciation et de sélection des discours qui est modélisé par ce type d’outil. Des rôles bien précis sont mis en place et, avec eux, se définissent la prise sur l’écriture et l’exercice de la fonction d’auteur. On peut appliquer à cet outil d’édition le principe proposé par Pascal Robert d’un glissement de la prérogative politique : en effet, le caractère discutable des choix éditoriaux tend à s’effacer derrière l’évidence apparente de l’efficacité et de la simplicité d’un outil de « gestion ».

81L’omniprésence de l’architexte concrétise le fait que le développement logiciel est devenu un processus sociopolitique d’écriture des pratiques. Marie Després-Lonnet et Dominique Cotte ont étudié la façon dont un métier, celui de monteur dans l’audiovisuel, se trouve réinterprété, textualisé, schématisé, modélisé avec l’arrivée du « montage virtuel ». Leur analyse montre l’extrême complexité des créations sémiotiques nécessaires à une telle réécriture des métiers : d’un côté, le geste professionnel ne peut être représenté qu’en étant profondément réinterprété, à partir des ressources et des idéaux de communication des concepteurs d’« interfaces » ; de l’autre, le dispositif ainsi créé sera approprié par les professionnels selon une logique profondément différente des principes d’expression dite « intuitive » que les designeurs pouvaient avoir en tête en l’inventant.

82Ces trois exemples montrent à quel point l’architexte configure les situations de communication. Mais ce pouvoir trouve sa contrepartie dans le fait que le texte informatisé est constamment saisissable, manipulable, transformable. Il est intéressant pour le comprendre de le comparer avec un objet industriel plus ancien, le stéréotype. Avant de désigner une idée toute faite, le stéréotype était un procédé industriel consistant à reproduire toute une page plutôt que de la composer en détail, grâce à la technique de l’empreinte et du moule. Un architexte comme PowerPoint partage avec le stéréotype le pouvoir de reproduire et disséminer les formes. Mais il est sans cesse transformé, réécrit, enrichi par les actes d’écriture qui viennent l’alimenter : tout utilisateur y imprime sa marque en même temps qu’il le propage.

83C’est là un cas particulier d’un phénomène plus général : dans la mesure où il se laisse en permanence manipuler, le complexe qui unit le texte et le média informatisé opère une médiation des pratiques qui s’exercent sur lui. Capable de porter la trace de pratiques effectives, qui se sont inscrites dans le média et le texte, il peut, par là même, faire signe vers des pratiques possibles et même organiser l’espace dans lequel ces pratiques pourront se déployer. Analysant par exemple le geste de créer un « site médiateur », un site indiquant à l’internaute l’intérêt d’un autre site (en l’occurrence, il s’agit de sites renvoyant à la collection Gallica de la BNF), Jean Davallon et son équipe ont montré que toute une gamme de programmes d’activité était exposée dans ces médiations écrites, grâce à des échanges incessants entre l’ordre de la représentation et celui de l’usage effectif. Dans cette perspective, l’usage, loin d’être extérieur au texte, vient s’inscrire en lui. Comme le média donne une visibilité aux usages qui ont été faits de l’information, ceux qui structurent les relations entre les textes rendent visibles et reproductibles des façons de faire.

84Or, rien n’oblige à considérer l’usage du seul point de vue des pratiques culturelles individuelles. L’existence de ces traces d’usage équivaut en effet, pour les acteurs industriels et politiques, à la possibilité de collecter, cartographier, documenter et finalement revendiquer des indices de pratiques : ce qui étend la représentation du social bien au-delà de ce que le traitement administratif des informations ou les méthodes d’enquête du marketing ont coutume de prendre en compte. Une intense activité de repérage, de traitement statistique, de représentation visuelle, d’interprétation sociologique des « traces » fournit aujourd’hui aux industries de l’information l’un de leurs secteurs les plus actifs. Pour désigner cet univers où tout ce que fait chacun d’entre nous est susceptible d’être enregistré, calculé, exposé, Sophie Pène a proposé d’idée d’une société de disponibilité.

85Pour résumer, le texte informatisé supporte la dialectique entre deux processus, la fixation dans les architextes de figures de la pratique, d’un côté, et la perpétuelle transformation de l’espace médiatique par sa réappropriation incessante, de l’autre. C’est pourquoi cet objet-processus développe son pouvoir, limité ou étendu, au sein des cultures de l’écriture et en regard des conceptions sociales de l’information. Ceci renforce évidemment, au tout premier chef, la nécessité de ne pas faire des médias informatisés un monde à part, mais d’introduire ces derniers dans la circulation incessante entre les médias et les formes d’expression sur laquelle repose toute culture pratique ou professionnelle (à l’exception de celles, rares, qui font du « zéro papier » une valeur effectivement respectée). Dès qu’on raisonne, non pas en termes de fonctionnalité de tel média, mais en termes de rôle dévolu à l’écriture et à la communication dans un espace social ou professionnel, l’écran devient indissociable du dossier, du brouillon, du texte griffonné, du post-it, du document affiché, du carnet.

86C’est dans cet espace social des écrits qu’il faut replacer l’intervention des architextes, et plus largement de toutes les productions qui sont susceptibles de donner un format, une pérennité et une mobilité aux pratiques. Toute la difficulté de l’analyse – et tout son intérêt – est de comprendre comment les objets écrits conditionnent le faire communicationnel, quelle figure ils lui donnent, sans oublier qu’ils ne sont jamais en situation de régir complètement celui-ci. C’est ici que nous retrouvons, sans surprise, l’information2. La façon dont un architexte informatique peut intervenir dans la rédaction d’une radio, dans la gestion d’une bibliothèque ou dans l’exercice d’une profession de conseil est profondément déterminée par le fait qu’avant même que ces outils interviennent, ce que signifie écrire dans ces espaces professionnels était déjà puissamment défini par une conception de ce qu’est informer – fort différente dans les différents cas. Par exemple, dans une équipe de journalistes de radio, la très dense distribution des écritures et des paroles, renvoyant à une définition historiquement sédimentée mais pleinement naturalisée des fonctions d’écriture et d’appropriation de l’écrit fait que toute « numérisation » de ce travail (toute introduction d’un architexte dans la rédaction) fixe et actualise ces rapports plus qu’elle ne les transforme.

87Or, ce que montrent les recherches récentes (dans une bibliothèque, dans des rédactions, dans des sociétés de conseil, à l’université, dans des associations, etc.), c’est que les formes informatisées du texte et les procédures de la médiation interviennent de façon plus ou moins profonde dans ce tissu, toujours vaste et complexe, des écritures et des lectures. On pourrait dire qu’un architexte modélise et fixe par l’écriture une part variable du processus de communication. Certains outils – on l’a vu par exemple avec les « CMS » – ne peuvent fonctionner qu’en structurant de façon très forte et très directive la répartition des rôles. D’autres – on pense aux interfaces normalisées de reporting, qui rejettent tout texte non formulé dans des codes précis – imposent la substance sémiotique de la communication et départagent ainsi irrémédiablement le formulable de l’informulable. D’autres outils, au contraire, comme un logiciel de stockage et d’affichage des textes produits dans une rédaction, laissent extrêmement ouvert l’espace des écritures et tiennent en quelque sorte en dehors d’eux l’essentiel de ce qui fait la culture professionnelle des scripteurs.

88Ces considérations peuvent, pour finir, dessiner l’espace modeste mais tangible dans lequel les sciences de l’information et de la communication peuvent déployer leurs analyses. Celles-ci ne peuvent pas modéliser les pratiques, parce qu’il y a toujours un espace entre ce que préfigurent les médias et ce que décide l’histoire des hommes. Elles peuvent s’employer à décrire les linéaments de ces échanges entre ce que développe la culture pratique des sujets de la communication, la prétention que les dispositifs manifestent à y intervenir et la dynamique que les productions écrites réelles imposent à cette rencontre.

Notes

1 Le lecteur devra donc se reporter aux publications signalées en bibliographie pour avoir une présentation plus équilibrée des acquis de ce courant de recherches.

2 Il s’agit notamment des thèses de Valérie Jeanne-Perrier, Annelise Touboul, Hélène Campaignole, Caroline Angé, Oriane Deseilligny, Serge Bouchardon.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search