Version classiqueVersion mobile

Y-a-t-il (vraiment) des technologies de l’information ?

 | 
Yves Jeanneret

Chapitre 3. Du mode d’existence des médias informatisés

Texte intégral

1Notre analyse se resserre désormais autour d’une question et d’un mode d’approche, pour considérer un objet spécifique. La question est la suivante : dans quelle mesure l’apparition des médias informatisés peut-elle affecter la façon dont circulent les objets culturels dans les sociétés ? Le point de vue porté sur cette question consiste à définir ces médias avant tout comme médias : comme dispositifs permettant les échanges signifiants entre les hommes et conditionnant d’une certaine façon la forme de ces échanges. L’objet est de construire un ensemble d’hypothèses méthodologiques permettant d’observer sans les caricaturer les effets possibles de l’évolution contemporaine des médias sur les pratiques culturelles. Il ne s’agit pas de faire une théorie générale de ces effets, mais de proposer, pour ceux qui cherchent à les observer, certains moyens de les voir.

2Une mise au point préalable est utile. Si nous voulons comprendre le mode d’existence des médias informatisés, pour parodier le titre d’un ouvrage célèbre de Gilbert Simondon (cf. bibliographie), il est d’abord nécessaire de nous demander quel est le mode d’existence des médias, que ceux-ci soient informatisés ou non. La réponse à cette question est moins aisée qu’il ne paraît, mais elle résulte de l’analyse menée dans le chapitre précédent.

3Les médias ne sont pas des objets techniques comme les autres ; ils constituent une catégorie très singulière d’objets. La technique est toujours porteuse d’un désir de changer la condition humaine, en donnant à l’homme des pouvoirs différents de ceux que la nature lui a confiés. Aussi bien a-t-on remarqué, à juste titre, que le développement de l’humanité est tributaire d’un développement de la technique, que l’anthropogénèse comporte une technogénèse. Mais la plupart des techniques sont aux prises avec les phénomènes naturels : elles nous permettent de nous déplacer plus vite, plus loin, de soulever des charges considérables, de développer une énergie physique dont notre corps de dispose pas. Ces techniques fabriquent des prothèses physiques – ayant, certes, de nombreuses conséquences symboliques et culturelles, mais de façon seconde par rapport à cette confrontation aux forces naturelles.

4Les médias font incontestablement partie de nos prothèses. Mais ils sont, d’emblée, et en eux-mêmes, davantage que de simples prothèses. Ce qu’ils automatisent et développent, c’est d’abord un certain type de pouvoir qu’exerce l’homme sur lui-même et sur ses semblables. Ou plutôt, si les médias informatisés maîtrisent certains phénomènes physiques (ondes électriques ou lumineuses, affichages de photons sur un écran, etc.), ce n’est pas pour agir sur la nature, mais sur la façon dont les hommes se rencontrent, échangent, signifient. S’il est vrai que tout projet technique est habité par un désir d’agir sur la condition humaine, le désir médiatique engage ce que les hommes font quand ils communiquent, ce qu’ils ne peuvent faire, ce qu’ils voudraient ou devraient pouvoir faire : il exprime le projet, proprement anthropologique, de transformer l’homo communicans. Cela distingue les médias des technologies de l’énergie, et même de celles du transport. Un four à micro-ondes me permet de chauffer plus vite un plat ; un train à grande vitesse modifie le cadre de mon expérience sensible du monde. Les médias font autre chose : un micro-ordinateur me propose (ou m’oppose) de nouveaux moyens de mettre en forme un texte, un réseau m’offre la possibilité de lui donner une diffusion sociale nouvelle. Il y a là une différence qui n’est pas de degré, mais de nature : c’est sur cette différence que nous devons nous fonder si nous voulons comprendre l’influence possible des médias sur la culture.

5En d’autres termes, c’est bien l’information2 qui identifie un média, et non l’information1. Un réacteur chimique qui contrôle automatiquement les doses de produits traite bien de l’information1 : certains diront, non sans raison, que c’est une « technologie de l’information ». Mais ce n’est pas un média, au sens donné ici à ce terme. Inversement, un journal imprimé ne traite aucune information1 (du moins dans son mode de fabrication du XIXe siècle, car aujourd’hui toute la chaîne imprimée est informatisée). Ce n’est donc pas une « technologie de l’information », nouvelle manière. Il participe bien pourtant du projet technique de la médiatisation. Notre hypothèse ici consiste à regarder ce qu’on appelle les « technologies de l’information » d’abord comme des médias, et à nous demander, dans ce cadre, ce que leur informatisation change à leur condition de médias.

6Le débat sur ce qu’on nomme « l’innovation technique » ne nous aide guère dans ce questionnement. On y discute les théories du changement en les répartissant entre le pôle du « déterminisme technique » (la nouveauté technique détermine les conduites sociales) et celui du « déterminisme social » (les logiques sociales expliquent l’usage des dispositifs). On cherche une sorte de moyen terme entre le « tout technique » et le « tout social », à coup d’analyses empiriques des jeux d’acteurs. Il y a un vice essentiel à cette problématique, c’est qu’elle postule une extériorité entre le social et la technique : il y aurait du social d’un côté (des classes, des groupes, des normes, des usages, etc.) et du technique de l’autre (des dispositifs, des projets, des industries, des fonctionnalités, etc.).

7Dans le prolongement de nos premières réflexions, nous sommes conduits à poser la question tout autrement. Le média est un objet à la fois entièrement technique (car il est matériel et fabriqué par l’homme) et complètement social (car il conditionne l’échange social). Sa technicité consiste en sa socialité. Mais il n’est technique et social à la fois que parce qu’il est symbolique et culturel. Si le média introduit une dimension de machinisme dans le social, c’est dans la mesure où la société passe par l’échange et l’interprétation de messages. Plutôt de que poser face à face les propriétés d’un objet technique et les pratiques des acteurs sociaux (en supposant qu’existe une frontière tangible, un gap, entre ces deux réalités) il s’agit de scruter l’objet technique pour voir en quoi il offre des espaces de pratique signifiante nouveaux, en tant que dispositif médiatique. Et, symétriquement, de décrire les pratiques et les stratégies des personnes et des groupes comme des interventions dans et sur cet espace signifiant.

8Ainsi la question qui nous intéresse peut être posée, ce qui ne va pas sans compliquer beaucoup l’analyse, et lui imposer de nombreuses médiations et précautions. Toute la difficulté est de mettre en évidence de réelles nouveautés, par un examen des objets médiatiques contemporains qui vise à saisir le jeu instituant des espaces symboliques matériels, et, à partir de là, de construire des hypothèses sur les rapports entre ces objets et les postures culturelles et sociales.

9Tout reste à définir en la matière. Aussi les pistes ici fournies seront-elles fragiles et lacunaires. Notre enquête méthodologique prendra le tour d’une démarche d’exploration, qui va du plus assuré au plus incertain. Elle procède, à chaque étape de cette démarche, à un effort de définition et de distinction des notions – effort tout entier mené contre la séduction des discours simplificateurs dont la thématique des « nouvelles technologies » nous a indiqué la nature. Pour voir ce que les discours idéologiques nous masquent, il faut instituer délibérément de la distance et reconstruire, patiemment, des niveaux d’observation. Et ceci, au risque éventuel de produire, dans un premier temps, des distinctions un peu forcées. Ce chapitre vise à fournir des points d’appui méthodologiques dans un tel effort de reconstruction empirique de l’épaisseur médiatique. Il propose quatre façons parmi d’autres de rendre visible ce que changent les médias informatisés dans la culture. Il confronte d’abord les médias informatisés aux disciplines de l’analyse documentaire et à leurs acquis ; il interroge ensuite la relation entre les propriétés des objets et la créativité des pratiques ; puis il envisage, de façon plus précise, la question de savoir en quoi les médias modifient matériellement la forme de nos échanges ; enfin, il interroge les conditions même de la recherche par rapport aux limites qu’elle rencontre. À l’issue de ce parcours, nous prendrons le risque de proposer une réponse, plurielle, à la question : quel est le mode d’existence des médias informatisés ?

10Ces questions pourraient toutes être posées à propos d’un autre type de média, mais elles recevraient des réponses différentes. L’écart entre la permanence du questionnement (porteur de perspective culturelle) et l’actualité de l’examen (vecteur de décalage) fournit à notre enquête sa dynamique. D’un tel examen des propriétés spécifiques des médias informatisés, mené à partir de questions classiques, il ne ressortira aucune théorie globale de l’influence médiatique, mais plutôt des points de repère et des questions vives pour percevoir et analyser, en diverses situations, la nature de cette influence.

1. – La matérialité documentaire : du support au texte

11Il est une idée fort répandue que je voudrais combattre. C’est celle qui prétend que la documentation est aujourd’hui dépassée, en tant que discipline, qu’il faudrait passer d’une « ère de la documentation » à une « ère de l’information ». Traduction épistémologique d’un prétendu constat pratique, qui serait que nous ne manipulons plus des documents, mais des informations. C’est une idée séduisante, mais radicalement fausse. Pour comprendre la nouveauté des médias informatisés, il importe avant tout de ne pas les couper de la profondeur historique des constructions documentaires.

12On voit bien sur quoi repose ce discours : les métiers de la documentation (bibliothécaires, documentalistes, archivistes, conservateurs, etc.) évoluent, ce qui pousse certains à s’inquiéter sur leurs compétences et d’autres à se valoriser à partir de leur habileté technique ; dans ce contexte, les usages, les normes professionnelles et les routines de comportement doivent évoluer, car elles sont actuellement très liées à un certain régime de l’imprimé ; les grands acteurs industriels et politiques multiplient parallèlement les discours promotionnels sur une « révolution de l’information » (jouant sur l’ambiguïté déjà analysée du terme), dans l’espoir de vendre en masse leurs appareils aux institutions culturelles, grâce à une opposition pseudo-philosophique entre le livre comme objet et le réseau comme concept. Ainsi voit-on se répandre cette annonce de mutation du documentaire vers l’informationnel, dans les congrès de bibliothécaires, dans les débats sur l’enseignement secondaire, dans les journées d’études associatives et industrielles. Mais aussi dans certains discours sur le développement des « sciences de l’information et de la documentation » parfois appelées à laisser la place à l’Information science à l’américaine, une vraie science en bonne et due forme.

13Cet engouement est précipité. Il a pour grave conséquence de promouvoir une conception abstraite et logiciste de l’information, c’est-à-dire de nous interdire de comprendre les liens réels entre les appareils, les idées et les rôles. Un détour par la pratique des historiens est à cet égard instructif. Les historiens travaillent sur l’archive. Ils savent qu’aucun savoir n’est dissociable de son support matériel, que manipuler les documents est essentiel. Il leur faut feuilleter les documents. Il leur faut les déchiffrer ou ne pouvoir les décrypter, les trouver ou constater qu’ils sont absents. Il leur faut analyser leur support, leur apparence, les lieux où ils se trouvent, les circuits qu’ils ont empruntés. Pour l’historien, l’archive est tout autre chose que la simple enveloppe indifférente d’une information abstraite : l’information émerge au contraire de la confrontation du chercheur avec le document, qui est à la fois une forme particulière, une trace, un monument du passé et un objet pris dans des circuits sociaux et intellectuels précis. La carte d’identité, sur papier ou informatisée, la fiche de classeur, le « cahier de classe » sont autre chose que de simples prétextes à collecter de l’information. Et que dire des lignes écrites sur les cahiers de doléance ou de l’étoile jaune cousue sur les vêtements ? Ils sont, en eux-mêmes, dans leur matérialité et leur forme, la marque de contraintes, de disciplines, de circuits, donnant une information majeure sur les ordres de la société. De la même façon, l’écran, l’imprimante, la feuille A4 (qui consacre par ramettes entières le triomphe du papier à l’ère informatique), les « slides » projetées à partir d’un ordinateur portable (naguère d’un rétroprojecteur), les écrans tactiles qu’il faut oser toucher, sont autre chose que de simples « transferts de données ».

14En affirmant la permanence de la question documentaire, il ne s’agit pourtant pas de défendre une économie particulière du document, liée à des dispositifs historiquement datés (le livre, le fichier, le carnet, le rayonnage, etc.) ; encore moins rendrons-nous un culte à l’original, au mépris de la « reproductibilité technique ». Les supports de nos informations sont en pleine mutation, grâce aux effets du calcul ; les transferts d’un support à l’autre sont d’ailleurs la pratique la plus banale de toutes les cultures. Pourtant, la question documentaire continue de se poser, car l’information ne s’est pas affranchie des dimensions matérielle et sociale, dimensions auxquelles sont toujours restées sensibles les disciplines documentaires – même si, comme on le verra, le terme même de document devra aussi être interrogé. Ce que nous devons décrire, c’est donc moins la mutation du document en information, que les traits d’une nouvelle économie documentaire.

15Voici, résumée, une déclaration que nous avons beaucoup entendue, depuis les premières descriptions de la « société postindustrielle », il y a un quart de siècle :

L’ère de la production des objets industriels est close, au bénéfice de l’échange immatériel des informations. Désormais, grâce aux réseaux et à l’intégration numérique, s’instaurent l’économie et la société de l’information. Les savoirs deviennent la matière première de la société et de l’industrie, dans la mesure où ils vont circuler de façon transparente dans le monde entier et permettre la démocratie cognitive.

16Ce texte, que nous sommerons par la suite « discours prophétique », comporte une dizaine d’erreurs de méthode, que les documentalistes bien formés débusquent aisément, à condition de ne pas se laisser fasciner ou intimider par la nouveauté des objets. L’analyse documentaire consiste à repérer et à articuler ce qu’omet ce jugement précipité. Formulons d’abord ces distinctions nécessaires de la façon la plus simple possible, avant de revenir à cet énoncé pour comprendre ce qu’il peut désigner réellement et quel type de pouvoir il peut exercer sur nous.

17Ce discours procède d’une logique de l’assimilation et de l’effacement. Pour confondre l’information1 avec l’information2, il efface le document dans sa matérialité. Un effacement qui entraîne, comme on le verra, celui de tous les ordres de la culture, de la manipulation au savoir. Pour se déprendre de l’évidence apparente de ces assimilations, il faut retourner aux distinctions de l’analyse documentaire. Ces distinctions simples nous permettront d’avancer plus précisément dans la description des propriétés des médias informatisés, en les reliant à l’histoire des objets documentaires. Cette première approche simplifie passablement la question, qui devra ensuite être sensiblement enrichie. Mais c’est, à mon avis, un point de passage obligé. Pour analyser réellement les objets médiatiques actuels, il faut les référer à la fois à la catégorie du support, à celle du document et à celle du texte.

18Le support, c’est l’objet matériel qui porte les messages. Sont des supports, la tablette d’argile des premières écritures sumériennes, le rouleau de papyrus du « volumen » romain, le livre portatif de la Renaissance (enchiridion), l’écran constitué de pixels (picture elements, morceaux d’images) du multimédia contemporain. Ce support, qui est la base technique des médias, conditionne la forme des messages et les circuits de leur diffusion. Conditionne, c’est-à-dire impose des conditions, des ressources, des limites particulières. Chaque support pose des problèmes différents. On ne peut écrire qu’une petite quantité de texte sur la tablette d’argile, et ce texte s’inscrit sous la forme d’incisions pratiquées par un poinçon sans la matière malléable (écriture « cunéiforme », en forme de coins) ; on peut transporter dans le livre un discours complet, sous la forme de pages alignant un texte alphabétique continu et abondant, que la main découvre à l’œil par le feuilletage ; l’écran du micro-ordinateur offre une surface unique, mais toujours renouvelée, sur laquelle s’inscrivent des signes matérialisant la présence d’autres messages. Le support, c’est ce sans quoi le message n’existerait pas, c’est ce qui conditionne les formes du message, mais ce n’est pas le message. Le papyrus a pu supporter des dessins, des hiéroglyphes, des lignes d’écriture alphabétique ; l’écran peut afficher des caractères alphabétiques, des pictogrammes (« icônes »), des objets représentés en perspective.

19Quelles sont les particularités du support dans le cas des médias informatisés ? À ce premier niveau, nous pouvons décrire quelques changements simples mais lourds de conséquences : les documents informatisés sont transportés sur un support complexe (une pluralité de supports reliés entre eux par un système technique) : ils peuvent donc se matérialiser de plusieurs façons (dans la mémoire des disques, sur les photons de l’écran, sur la surface de la page imprimée, par le biais d’une « voix artificielle », etc.) ; la quantité de texte accessible sur un seul support est considérable, plus grande que sur n’importe quel support précédent ; mais toute la difficulté est de donner accès à ces ressources immenses : il faut en passer, pour cela, par les contraintes matérielles d’un affichage par unités d’image (les pixels) et d’une reproduction sonore asservie à ces images.

20Décrire complètement le support informatisé supposerait un travail plus considérable, que nous amorcerons plus loin. Dans cette première caractérisation, nous avons évoqué deux autres notions qu’il nous faut à présent définir : celle de document et celle de texte. Le document, c’est un support utilisé d’une façon particulière, qui n’est pas seulement définie par des caractéristiques matérielles, mais par des formes d’expression et des usages culturels. C’est-à-dire qu’il n’y a pas de document sans support, mais aussi que le support n’est pas par lui-même un document.

21Le support cesse d’être un simple support, dès lors qu’il est considéré comme un espace signifiant potentiel. À ce moment instituant, celui du regard prêt à interpréter, le support n’est pas encore un document, mais peut le devenir. Anne-Marie Christin observe avec profondeur qu’en deçà de toute forme écrite, il y a une « pensée de l’écran », qui consiste à prélever dans la continuité du monde sensible (un ciel étoilé, une carapace de tortue, un caillou, une paroi, etc.) une surface qui, quittant son statut purement physique, devient une surface de lecture, un espace signifiant. On peut illustrer cette définition, assez particulière, de la coupure sémiotique (très différente de celle que propose Saussure) par de nombreux exemples : la paroi de Lascaux qui cesse d’être une simple limite de l’habitat pour devenir un espace de représentation ; la frontière qui s’institue, dans la tombe d’un pharaon, entre les espaces constitués de simples murs, les surfaces de représentation, et les zones linéaires et calibrées dans lesquelles se déploient les caractères écrits ; sur l’écran de notre télévision, diffusant un journal télévisé consacré à un conflit, les espaces différenciés de l’image en direct du présentateur, du « sujet » en fond d’écran, du logo du diffuseur, du sous-titre. Nous pourrions observer le même découpage dans l’ordre du temps, entre moments d’activité et moments d’écoute : ainsi la petite musique (le « jingle ») qui annonce dans les aéroports le début d’une annonce réclamant l’attention, ou les trois coups qui séparent, au théâtre, l’« espace » de la conversation de celui de la représentation.

22L’institution d’espaces signifiants est pareillement une dimension essentielle de la création informatique. En voici deux exemples, l’un banal, l’autre emprunté aux innovations de l’« écriture interactive » (terme provisoire). Lorsque nous « démarrons » notre ordinateur, puis lorsque nous « ouvrons » un traitement de texte, nous voyons apparaître un ensemble d’objets qui déterminent autant de zones fonctionnelles : fond d’écran, fenêtres, boutons, barres, règles, etc. Cet ensemble d’objets apparemment « intuitifs » résulte de la capture graduelle de formes visuelles, au fil d’une histoire courte et riche. Par-delà sa banalité, il atteste que la pensée de l’écran dans sa généralité est à l’œuvre sur nos écrans, au sens restreint du terme. Mais la même exigence est à l’œuvre lorsque nous découvrons l’espace d’un jeu informatique, comme Versailles : un complot à la cour du Roi Soleil. Nous scrutons ce qui nous apparaît comme une représentation spatiale (les chambres du palais, la galerie des glaces) à la recherche de ce qui peut nous permettre de jouer, d’« interagir ». Cette recherche n’est autre que l’identification de zones textuelles d’écriture au sein d’un espace de représentation. Jouer, c’est soustraire l’espace à la représentation pour l’ouvrir à la lecture en y supposant une écriture. Nous évoluons, dans un espace devenu dynamique par notre propre décision de lecture, à la recherche des frontières que la tombe égyptienne indiquait dans la fixité de son code immuable. Entre le mur « muet » que nous parcourons et la zone « active » que nous déchiffrons s’institue l’espace écrit. Nous savons dans tous les cas étudiés jusqu’ici que nous avons affaire à un objet autre que simplement physique, à quelque chose qui désigne une réalité absente, la fait durer, lui donne un statut, la propose à l’interprétation. Nous ne le savons, évidemment, que si notre culture sociale nous appris à le savoir. Ainsi ceux de ma génération le savent-ils depuis leur adolescence, pour les sous-titres de la télévision ; ils ne l’ont appris pour les tombes égyptiennes que s’ils ont eu la curiosité de lire les historiens de l’écriture ; ils sont contraints de l’apprendre, de gré ou de force, en ce qui concerne les « roll-over » du multimédia (zones modifiées par le passage de la souris), s’ils veulent pouvoir lire des cédéroms.

23Ces quelques exemples montrent le lien particulièrement subtil qui associe les supports aux documents, qu’il s’agisse de la tombe égyptienne, du journal télévisé ou du logiciel ludo-éducatif. Il y a dans le document trois dimensions essentielles qui le qualifient autrement que comme un simple support : c’est un ensemble de signes, qui renvoie à des codes ou plus souplement à des modes d’interprétation, socialement institués ; on y reconnaît une forme générale, celle d’un type de document, que les hommes savent rattacher à un ensemble d’usages plus ou moins répertoriés, une liste, un tableau, une « page web », un « titre multimédia », etc. ; enfin, notre attitude devant ces objets signifiants suppose toute une culture, puissante et cachée, de la circulation des documents, qui fait que nous savons affecter un usage et une valeur à chacun des types de messages, en fonction des marques qui caractérisent l’espace documentaire. Aucune de ces dimensions n’est totalement indépendante des propriétés des supports, si bien que l’apparition de nouveaux supports suggère de nouveaux langages, de nouveaux genres documentaires, de nouveaux circuits de diffusion. Toute la difficulté est de « tenir les deux bouts » de cette tension : nous devons reconnaître que l’évolution des supports ouvre de nouvelles possibilités documentaires, tout en gardant à l’esprit que le support ne suffit jamais à qualifier le document comme document. C’est-àdire que la réponse à notre question, relative à la socialisation des objets culturels, passe par une analyse très serrée des espaces documentaires informatisés, et d’abord de ce que peut être l’« écrit d’écran ».

24De nombreux exemples permettent d’illustrer, dans le passé, ce jeu de la contrainte et de la créativité, cette tension entre la logistique des supports et la poétique des documents. Gutenberg invente la presse à imprimer à caractères mobiles en plomb ; Alde Manuce invente l’italique et le livre portatif. Le premier (qui mobilise évidemment beaucoup d’autres inventions, comme le papier et la presse mécanique des viticulteurs) fait advenir un nouveau support du texte. Il modifie les conditions de production et de diffusion des textes, ce qui a pour effet par exemple d’imposer la nécessité de produire ces textes par assemblage d’unités préfabriquées, les « caractères ». Ceci ne peut pas laisser inchangé l’espace documentaire, par exemple les rapports entre le texte et l’image, que le « triomphe du plomb » repousse à la périphérie du discours. On a coutume de dire, non sans raison, que le changement technique exerce une détermination négative sur les pratiques culturelles. Avec le texte imprimé, on ne peut plus rester dans l’espace du seul manuscrit – comme avec l’écrit d’écran, dans celui du livre et de la vidéo. Mais ce potentiel ne détermine strictement aucune des caractéristiques de la création à venir. Toute l’activité du technicien Gutenberg consiste à reproduire le mieux possible la structure des manuscrits, liés à un certain régime de l’écriture, de la lecture, de la diffusion des textes. L’invention de l’italique, celle du livre portatif, celle de la page de titre, celle du paragraphe, sont de nature différente. Elles sont à certains égards des exploitations des possibilités du support, mais elles sont aussi quelque chose de plus : elles ont une dimension poétique, puisqu’elles tirent parti de cette possibilité technique pour instituer de nouveaux codes (comme l’opposition romain/italique) et encourager de nouveaux usages (comme la lecture de voyage). Lorsque deux siècles plus tard s’institue la bataille idéologique, institutionnelle et économique autour de l’objet « manuel » dans l’espace éducatif, cette construction à la fois symbolique, sociale et technique de l’objet documentaire prend une complexité accrue.

25Nous connaissons les mêmes modifications dans l’espace des médias informatiques, à ceci près que, si les caractères techniques du traitement de l’information1 commencent à nous apparaître, nous avons dans ce domaine encore tout à inventer, en termes de créativité documentaire. Le traitement numérique des images et des caractères permet d’associer des textes et des figures ; l’invention des barres de navigation, des icônes ou des « frames » est un certain mode d’utilisation de ces ressources, qui consiste en l’institution de formes, de codes et de régimes du document, peu à peu diffusés et socialisés, parfois normalisés par décision, souvent banalisés par l’obligation d’usage (sur laquelle nous reviendrons). La mise en ordre utile des textes du réseau et la rhétorique des écritures multimédiatiques restent pour leur part totalement à créer. Elles ne pourront l’être qu’en tenant compte des propriétés du support (et notamment du potentiel particulier que le traitement mathématique des objets lui confère, mais aussi de ce que son exiguïté lui impose), mais en évitant absolument d’attribuer au document les propriétés de ce support. Il faudra, pour rendre les réseaux lisibles, la même conscience des traditions et la même audace d’invention qui ont été celles d’Alde Manuce et de ses collègues. Enfin, les conséquences d’une incursion du réseau comme médiation technique dans les échanges intellectuels font l’objet d’expérimentations, de confrontations et de tentatives d’industrialisation multiples.

26Par-delà cette distinction entre le support et le document, notre analyse ne peut faire, on vient de le voir, l’économie de la catégorie du texte, si nous voulons réellement discuter la question de la valeur culturelle des changements médiatiques. Pour une part inévitable de leur construction, les objets médiatiques sont des dispositifs techniques de textualisation. En effet, les exemples qui précèdent suggèrent autre chose qu’un simple ensemble cumulatif de signes ; ils indiquent que les supports ne deviennent des documents que quand ils portent une forme reconnaissable : il y faut davantage qu’une simple collection de signes ou d’objets, cela demande un certain type d’assemblage entre les signes, un certain type de complexité maîtrisable, lisible.

27Parmi les signes de l’écriture égyptienne, les figures des êtres vivants ont un statut particulier : la direction de leur regard permet au lecteur d’identifier la structure du texte, car les animaux et les hommes regardent (c’est une règle qui comporte peu d’exceptions) vers le début du message. Ainsi, cette écriture, qui peut se déployer dans toute direction, se trouve-t-elle orientée et identifiée, dotée d’une forme globale. C’est l’exemple minimal de la catégorie du texte. Il est bien évident que la présence des « barres de navigation » en bas de nos écrans, mais aussi, de façon beaucoup plus complexe, l’usage de la typographie pour hiérarchiser les textes – et aussi indiquer les liens hypertextuels, qui sont des formants du texte – ou encore la très complexe gamme des icônes de « navigation », sont des actualisations contemporaines de ce besoin du texte, sans lequel aucun signe ne serait lisible. Pour le comprendre, il suffit de penser au désarroi dans lequel nous plongent ceux qui nous placent – un moment seulement – devant un écran sur lequel aucun signe d’organisation du document n’apparaît. Nous cherchons, en déplaçant un curseur ou en longeant les bords de l’écran, à « mettre le doigt », non seulement sur des signes, mais avant cela sur du texte, qui puisse accueillir ces signes.

28Il faut mentionner ici les deux objections qui sont généralement adressées à cette notion de texte, qui ne fait pas l’unanimité en sciences de l’information et de la communication ni en sémiotique, et que je propose pourtant de placer au cœur de l’analyse. La première est énoncée au nom d’un parti pris de l’image (iconicisme) ; la seconde l’est au nom de l’expérience sensorielle (illusionnisme). Sans négliger les objections formulées par les tenants de ces positions, je récuserai les conclusions négatives qu’elles peuvent suggérer.

29Objection iconiciste. Le texte serait une forme particulière de message, attachée strictement au modèle alphabétique de l’expression : poser comme je le fais ici une nécessité du texte dans les pratiques informationnelles serait donc une marque du « logocentrisme » déjà critiqué, au bénéfice de l’approche de l’écriture comme image. Ce n’est vrai que si l’on attache au terme « texte » une définition très stricte, qui serait, au fond, celle qu’ont longtemps retenu (ce n’est plus aussi généralement le cas) les études littéraires et philosophiques : le texte serait une suite de mots, un discours. Mais rien ne nous oblige à retenir une telle définition du texte. Nous pouvons considérer comme des textes une affiche et le jeu qu’elle établit entre image et mots écrits, l’organisation de l’écran d’accueil de notre ordinateur (avec les espaces, les rythmes visuels et le code des icônes), le découpage reconnaissable d’un journal télévisé. Parler de texte, c’est simplement indiquer qu’une forme générale doit organiser un espace d’expression pour qu’il soit lisible, que les messages ne nous parviennent que sous une forme matérielle, concrète, organisée. A cet égard, on peut dire que le texte est toujours un objet technique, mais d’une nature particulière : un objet techno-sémiotique.

30Mais on peut aller plus loin. Le texte purement « alphabétique » auquel nous risquerions d’assimiler les autres textes n’existe tout simplement pas. Cette figure diabolique du logocentrisme n’est qu’un fantôme. Pour nous en convaincre, il suffit que nous jetions sur une feuille une collection de lettres. Celle-ci ne constitue pas un texte, plus exactement elle fera un texte (étrange) si on la saisit, non comme collection, mais comme disposition, configuration (en l’occurrence une sorte de calligramme… non figuratif). La collection des lettres de l’alphabet n’a jamais suffi à constituer des textes. Il faut, pour cela, des modes de disposition des signes, la spécialisation d’espaces (à commencer par le blanc de la marge), des codes calligraphiques ou typographiques, des signes non linguistiques qui qualifient le texte, l’orientent, le cadrent, l’indexent. La page, comme objet matériel et visuel, est condition de la lettre, comme signe, et de l’écriture alphabétique, comme code ; et la page, si elle accueille les signes de la langue, est elle-même tout sauf un signe linguistique. En d’autres termes, tout texte est un objet constitué de plus d’un code. Il n’y a pas de texte purement linguistique, et encore moins purement alphabétique. Tous les textes sont polysémiotiques, c’est-à-dire faits de la rencontre de types de signes différents.

31Objection illusionniste. Un autre type de critique explique que l’analyse du multimédia comme texte est une projection des valeurs livresques, qu’elle repose sur la définition classique du média comme support de message, alors que ce qui s’invente sous nos yeux est un nouveau monde, un monde virtuel. L’enjeu actuel consisterait justement à s’affranchir du texte, pour concevoir une culture non textuelle, une culture qui s’expérimente comme création d’un monde vécu. Il n’est pas étonnant que cette objection provienne, soit des théoriciens de l’ingénierie des images dites « virtuelles », comme Philippe Quéau, soit des héritiers de McLuhan, comme Derrick de Kerckhove, qui pensent que les médias sont des prolongements de nos sens. Le lecteur aura reconnu dans ce discours une variante de la parole de Teuth, qui consiste à dire que la technique est davantage qu’un objet, qu’elle est une augmentation, un dopage des facultés humaines. L’objection est importante, et cohérente avec l’idée d’une sémiotique de l’écriture. Elle nous rappelle, à juste titre, que ce que les médias nous livrent, c’est avant tout une image à percevoir, un objet matériel et sensible. Tout message est d’abord un fait perceptif, et lire reste bien, de part en part, un acte perceptif. Il n’est jamais possible de séparer tout à fait l’interprétation de la perception. Le « petit pan de mur jaune » qu’analyse l’écrivain mourant dans La Recherche du temps perdu ne peut jamais se résorber en un référent ou un signifié. Si les théoriciens du multimédia y insistent tant, à juste titre, c’est qu’ils savent les efforts considérables que font les ingénieurs du « virtuel » pour produire, comme les romanciers réalistes, les photographes et les réalisateurs de cinéma, l’illusion de réalité (Maupassant disait que les réalistes devraient être nommés illusionnistes) – et qu’ils connaissent les nouvelles possibilités d’illusion sensorielle de ces médias. Ce que revendiquent tous ces discours, c’est bien le projet d’Alberti, théoricien de la perspective du quattrocento florentin, qui voulait que toute représentation soit comme une fenêtre ouverte sur le monde. Flash sous Windows, ce sont Alberti et Lumière conjugués au contemporain ; cela ne fait pas de doute.

32Nous sommes donc d’abord « immergés » – acceptons provisoirement ce terme – dans un univers perceptif. Mais une fois admis cette irréductibilité du sensible, cet effort nécessaire pour considérer toujours l’engagement perceptif de notre interprétation, faut-il opposer la perception au texte ? faut-il forcer le passage de la culture comme lecture à la culture comme expérience vécue ? Je ne le crois pas, à la fois pour une raison de fait (ce n’est pas le cas actuellement) et pour une raison de droit (il n’est pas souhaitable que ce soit le cas dans l’avenir). Ce n’est pas le cas, car ce qui fait la spécificité du multimédia concerne bien un engagement de lecture. Si je peux agir sur les messages, si ce à quoi je puis être confronté est capable de complexité et de profondeur, si je puis opérer des choix, c’est bien dans la mesure exactement où je considère ce qui m’est présenté comme texte, et non comme simple perception. Si je « clique », c’est que j’ai lu l’espace comme un ensemble de signes, et non que je l’ai vécu seulement comme une expérience. Et c’est bien la qualité de cette lecture qui fait la valeur de ce que nous nommons si mal (nous y reviendrons) l’« interactivité » de ces médias.

33Ce n’est pas ici argutie mais exigence impérative. Songeons de nouveau à notre jeu informatisé : celui qui ne s’affranchit pas du multimédia comme expérience sensorielle errera indéfiniment dans un palais des glaces où il ne repérera aucune « icône activable ». La décision de révéler un espace textuel sous l’espace sensoriel est la condition de lecture des objets informatisés. Mais si cette première lecture réflexe n’ouvre à aucune lecture pleine, susceptible de questionner les représentations de cet utilisateur, ce « ludoéducatif » n’aura pas été éducatif.

34C’est pourquoi nous devons lutter (cette fois-ci en droit) contre la possibilité que tout devienne seulement expérience sensorielle. C’est bien la distance de lecture, cette distance qui constitue le média en support d’un texte (et non simplement simulacre d’un monde), qui préserve notre liberté de l’aliénation, et qui conserve le caractère culturel de notre regard. Il y a là sans doute une sorte de bataille culturelle qui pourrait se livrer à l’avenir, entre ceux qui veulent convertir le média en espace sensoriel pur, et ceux qui veulent lui conserver son statut de texte. Ceci n’est pas, évidemment, sans évoquer un autre Platon, celui de l’allégorie de la caverne, mais aussi nous ramener à la réflexion de Brecht sur les rapports entre identification et distanciation.

35Ces deux objections ne me semblent donc pas suffisantes pour abandonner l’idée de texte. Elles n’en sont pas moins essentielles pour retenir du texte une notion fort différente de celle que nous avons apprise le plus souvent dans nos études littéraires. Pour donner un seul exemple, le texte auquel nous nous intéressons ne saurait se définir comme : « les termes, les phrases qui constituent un écrit ou une œuvre » (Petit Robert). Ceci n’a jamais défini un texte, mais seulement une suite de mots, et, à la limite, un discours. Le texte est un objet matériel inscrit sur un support et constitué d’un grand nombre de signes de nature diverse. Nous aurons plus loin à décrire plus précisément, par exemple, quel genre de texte est l’écrit d’écran. Prenons simplement la peine d’observer un peu l’un de ces textes.

36Lorsque nous regardons aujourd’hui un « portail » d’accès à internet, nous sommes face à l’invention de formes du texte, formes nouvelles accompagnées, comme à l’époque de Gutenberg, de nombreuses reprises de formes précédentes. Pour décrire ces productions nouvelles, nous avons besoin de la notion du texte (un autre mot pourrait évidemment la désigner), car les notions d’objet ou de message ne suffisent pas. Cet exemple permet de voir se complexifier le jeu du support, du document et du texte. Les créateurs d’accès au réseau internet (plus exactement au grand hypertexte du « Web », de la toile), sont confrontés aux possibilités d’un nouveau support : celui-ci permet d’afficher un volume considérable de texte (puisque ce texte existe sous une forme numérisée dans la « mémoire » des machines), mais ne le fait que sur la surface exiguë d’un écran unique. D’où l’invention d’une nouvelle sorte de document, qui n’existe pas dans le livre, le « portail d’accès ». Laissons de côté pour le moment les raisons intéressées de cette invention. Les caractères du support poussent en quelque sorte à l’invention documentaire. Comme la presse appelle la typographie, du fait de ses possibilités et de ses limites, le Web appelle le portail, pour accéder à un objet aussi riche que masqué.

37Or cette création documentaire – l’apparition d’un nouvel objet candidat au statut de document, de point de passage pour la culture – suppose à la fois l’invention de nouveaux codes (adaptés à un nouveau support), la reprise de formes anciennes (susceptible de permettre une reconnaissance) et la création globale d’une forme textuelle capable d’organiser ces matériaux divers. D’un côté, le portail ne peut ressembler tout à fait, ni à une autre « page web » (car il n’a pas la même fonction) ni à un catalogue de bibliothèque (car il n’a pas le même support) ; de l’autre, cette invention met à profit des formes précédemment connues du texte documentaire et médiatique : la liste, le tableau, le formulaire de saisie d’une requête, le « chemin de fer » de presse (découpage du journal en une série de zones visuelles affectées à des articles différents), l’encart de magazine. Mais le transport des formes d’un support à un autre en modifie profondément la nature – même si ce transport se fait apparemment sans changement. Par exemple, un « chemin de fer » ne peut avoir la même fonction dans un journal et sur internet, puisque dans le premier cas il sert à économiser un espace de texte limité de façon drastique par le nombre des pages, alors que sur le second média il doit montrer le caractère inépuisable de ressources cachées, mais nullement réduites à quelque volume que ce soit. C’est dans ce jeu entre les supports, l’invention documentaire et les formes textuelles qui la permettent, que réside la source des changements essentiels que nous essayons d’analyser.

2. – Médias et culture : des objets aux pratiques

38Ces analyses suffisent, me semble-t-il, à écarter le projet énoncé plus haut d’annoncer, tout de go, le partage des informations, des connaissances, des savoirs, de l’intelligence. Mais cet examen attentif des objets ne déconstruit qu’une partie de notre discours prophétique. Il faut, pour comprendre l’ampleur de la confusion, passer des objets aux pratiques. Ou plutôt, si ce discours appauvrit massivement les objets, c’est faute de comprendre que l’information, la connaissance et le savoir ne sont pas des caractères qui pourraient appartenir en propre aux objets, mais des effets de l’appropriation possible de ces objets par des sujets. Car comme le faisait remarquer Robert Escarpit dès les premiers temps des sciences de l’information et de la communication, un processus dont le regard humain est absent ne comporte aucune information. Du support au texte, l’objet anticipe les pratiques auxquelles il peut être associé, mais qu’il ne peut entraîner à coup sûr. L’information (il s’agit bien ici de l’information sociale, l’information2) consiste en un basculement entre les objets et les pratiques, et c’est à ce point de basculement que s’observent le mieux les pouvoirs culturels des médias informatisés. C’est là une affirmation qui mérite en elle-même d’être argumentée et éprouvée au contact des médias informatisés.

39Les distinctions minimales que nous avons ici posées (support, document, texte) montrent qu’il n’y a pas de pur transport des objets culturels, que tout dispositif médiatique est la construction complexe d’un objet de nature symbolique et sociale : un objet immédiatement complexe reposant sur des supports matériels, mais supposant des formes de nature autre que purement technique. C’est ce qui fait l’importance sociale du travail descriptif mené jusqu’ici, et ce qui explique, symétriquement, que les théoriciens de la « société des réseaux » ne s’encombrent pas de ce type de travail. Il ne saurait y avoir de « société de l’information » et celle-ci ne saurait assurer un partage général des savoirs, parce que, tout simplement, l’information ne se transporte pas, ne se conserve pas, ne se transmet pas en tant que telle. Elle est seulement rendue possible par des objets documentaires, et elle n’advient que quand l’homme réagit devant ces objets. Ceci nous fournit un « cran d’arrêt » précieux que nous aurons garde de ne pas faire sauter.

40Cette réflexion nous permet de comprendre pourquoi les chantres de la commotion culturelle négligent la matérialité documentaire. Le point sensible, paradoxal, est le suivant : s’il faut accorder une importance décisive aux objets documentaires, c’est précisément parce que l’information n’est pas un objet, mais une relation posée face à l’objet. Si les médias informatisés sont si importants, ce n’est pas parce qu’ils transmettent une information transparente, mais bien au contraire parce qu’ils permettent un certain type d’opacité, sans laquelle aucune information ne pourrait jamais être produite, et que cette opacité est le lieu de socialisation de la culture. Ce qui constitue l’information, c’est l’interprétation d’un document, en fonction de sa forme matérielle, par un sujet qui le perçoit et en comprend le sens, en vertu de la culture des formes sur laquelle reposent toute légitimation et toute transmission culturelles. Et c’est la manière dont les dispositifs médiatiques modifient la matérialité des textes qui peut contribuer, le cas échéant, à produire des effets sur la façon dont nous produisons et échangeons nos informations. Mais à condition également que s’exercent les activités intellectuelles et sociales de production de cette information, dans un contexte où les documents prennent un sens : choses que le dispositif médiatique en lui-même est incapable de garantir.

41Cette double série de médiations, fort complexes, de nature différente (l’élaboration matérielle d’un texte d’un côté, de l’autre la production personnelle et sociale de son sens et de son statut) désignent bien l’épaisseur considérable de toute la construction sociale, historique, anthropologique, qui s’interpose entre les deux sens du mot « information » que nous avons distingués plus haut. Et cet interstice, immense, entre le traitement technique des objets et leur qualification culturelle, est ce que nous essayons d’observer, au stade de l’informatisation. Trois nouveaux exemples, succincts et empruntés à des formes documentaires très différentes, peuvent illustrer l’épaisseur historique et sociale de la construction informationnelle, le jeu complexe qui peut s’établir entre le document (porteur d’une forme textuelle) et l’information (issue d’une démarche subjective et sociale). Ils nous permettront d’engager, à partir de là, une réflexion sur l’implication informationnelle et cognitive des objets médiatiques.

42Le premier exemple concerne le rapport entre les objets et leur contexte d’interprétation. En 1939, Albert Einstein envoie une lettre au Président des Etats-Unis, Franklin D. Roosevelt, pour l’informer de ce que les physiciens allemands travaillent à la mise au point d’une bombe atomique, et l’inviter à mettre en place les moyens d’une recherche des alliés sur le même sujet. Il s’agit d’un document matériel, une lettre manuscrite. Ce document a, dans ces circonstances précises, compte tenu de l’identité de son rédacteur et en fonction de l’argumentation qu’il contient, une valeur d’information essentielle pour l’homme politique. Il lui indique un fait qu’il ignore, avec la signature d’un grand scientifique, ès qualités, et le témoignage cité de plusieurs autres. Le type d’argumentation développé par Einstein, les sources qu’il invoque au fil de cette lettre, le ton qu’il adopte pour inviter le Président à agir, avec respect mais fermeté, sont des éléments décisifs de la situation, adaptés qu’ils sont aux usages de la lettre de correspondance officielle. Il est certain que l’existence de la poste intercontinentale est le support de cette relation informationnelle, mais elle n’en est qu’une condition.

43Cette lettre a été reproduite naguère dans un magazine scientifique au sein d’un dossier sur le « Manhattan project » (l’organisme de recherche industrielle mis en place par les Américains pour construire la bombe). Cette publication a pour nous une valeur d’information tout à fait différente de celle qu’avait la lettre pour Roosevelt et donc il serait bien rapide de la qualifier comme diffusion plus large d’une information existante. Nous n’avons rien à apprendre des préparatifs allemands ; nous savons au contraire que les nazis n’ont pas abouti dans leur recherche et qu’ils n’avaient pas les moyens scientifiques de le faire. Mais nous savons aussi que cette lettre a joué un rôle dans la mise en place du « complexe militaro-industriel » américain, et qu’Einstein s’est interrogé a posteriori sur l’initiative qu’il avait eue, compte tenu de l’impossibilité d’arrêter le processus engagé et de la réalité d’Hiroshima et Nagasaki. La lettre, publiée dans un magazine d’histoire des sciences, devient un document essentiel dans l’analyse des rapports entre scientifiques et politiques. Le même énoncé (sur un support différent) produit une information de nature extrêmement différente, pour des lecteurs différents, dans des contextes différents.

44Il est intéressant de rapprocher cet exemple, concernant un média de communication traditionnel, d’un cas contemporain concernant les médias informatisés, pour constater que s’y manifeste pareillement la difficulté d’élaborer et d’anticiper un contexte informationnel, au sein même de la production informatique. Il s’agit du projet précédemment évoqué de mettre à la disposition du « grand public » une base de données d’images historiques liées à l’histoire de la région Nord. Un tel projet, indiscutablement porté par les espoirs que nous avons résumés dans notre texte prophétique, suppose, pour que le partage généralisé des savoirs prenne corps, la création de ce que les informaticiens désignent (avec la métaphore techniciste déjà critiquée) une « interface de consultation ». En termes documentaires, il s’agit d’un méta-texte donnant accès à l’ensemble considérable des images contenues par le fonds.

45Comment le lecteur pourra-t-il repérer dans cet espace le type d’image qu’il veut regarder ? Répondre à cette question, c’est mesurer à quel point est complexe la construction qui aboutit à une relation d’information. D’un côté, le traitement automatique d’une masse de documents suppose une normalisation de leur description ; de l’autre, l’usage social de ces ressources ne peut se comprendre que dans une relation avec les représentations qui circulent dans la société. Dans quelles conditions l’objet rendu accessible sera-t-il aussi la source d’une vraie information ? La question classique des études sur la vulgarisation (la rencontre entre l’exigence épistémologique et le projet communicationnel) se trouve donc comme chosifiée à l’intérieur du dispositif technique. Le concepteur doit-il créer un vocabulaire structuré (un « thésaurus ») à partir de la description des images par les historiens ? Doit-il procéder à des expériences avec les utilisateurs pour trouver leur propre désignation ? Doit-il choisir quelques images typiques et les présenter à l’utilisateur ? Faut-il demander à l’utilisateur de saisir lui-même un ou plusieurs mots dans un cadre (« champ de saisie ») ? Et quel parti peut-on tirer du fait que quand un utilisateur est confronté à un « labyrinthe », selon l’expression heureuse de Joëlle le Marec, il peut, tout en s’y perdant, construire tout autre chose que ce qu’il y cherche ?

46Quel que soit le choix que fera le concepteur, la collection des images reste inchangée, mais l’information que pourra recevoir l’utilisateur sera différente et cette différence dépendra à la fois de la forme matérielle du texte documentaire (non pas de la somme des objets qu’il contient, mais de sa mise en forme propre comme texte donné à voir) et de la nature de la démarche intellectuelle de construction de l’information que l’auteur du texte attribue à son lecteur virtuel, face à ce document. Imaginons par exemple le cas où l’interface est constituée d’un simple champ de saisie d’une série de demandes, sous forme de mots et d’opérateurs logiques. L’utilisateur pose une requête, mais celle-ci n’aboutit pas. Pourquoi ? Il ne sait pas si l’objet qu’il cherche n’existe pas dans la base (il aura tendance à adopter cette conclusion) ou si ce dernier reste caché, parce que le mode d’accès à ce type de document passe, dans le système concerné, par une autre forme de texte. L’exemple montre bien que la base ne contient pas des informations, mais des documents, et que la création d’autres documents (des métadocuments) permet seule qu’une information puisse advenir lors de la lecture des écrans par les utilisateurs. On voit la complexité des rapports qui s’établissent, à partir de là, entre support, texte, information, connaissance et savoir : un ensemble de médiations de nature différente et pourtant reliées entre elles – de façon non mécanique.

47Un autre exemple matérialise de façon spectaculaire et tragique la complexité de ces rapports entre objets, textes et pratiques. Il y a quelques années, plus de cinquante personnes ont été tuées dans un accident de chemin de fer, à la gare de Lyon, parce que les gestes adéquats n’avaient pas tous été faits pour remédier à un incident de freinage. Voici apparemment un problème brut de « transmission optimale » d’information, dans un contexte très cadré, celui de l’exécution d’instructions de sécurité. Regardons-y de plus près, avec les catégories que notre analyse a dégagées.

48Le conducteur avait sous les yeux un texte qui contenait toutes les indications nécessaires ; mais si ce texte était correctement rédigé, il était mal disposé sur la page. Voici un extrait de ce texte :

1er CAS : Aucun robinet d’arrêt CG n’est fermé :
Il actionne la commande de la valve et purge le temps suffisant pour provoquer le desserrage sur chaque véhicule bloqué
2e CAS : Un (ou plusieurs) robinet d’arrêt est trouvé fermé :
Il ouvre le robinet
Dans les 2 cas le mécanicien :

  • ouvre le robinet d’arrêt CG situé en arrière du dernier véhicule relié à la CG

  • vérifie le serrage des freins du dernier véhicule freiné

  • referme le robinet CG

  • vérifie en se dirigeant vers la tête du train :

  • le desserrage des freins de tous les véhicules

  • que le blocage n’a pas provoqué d’avarie aux roues.

49En termes plus savants, le message avait été organisé comme énoncé, mais pas comme texte. En effet, deux paragraphes étaient consacrés chacun à un cas différent, mais le second contenait une indication nécessaire dans tous les cas. Etant dans le premier cas, et devant réagir dans l’urgence, le conducteur n’a pas lu les consignes contenues dans le second paragraphe : il n’a donc pas fait l’un des gestes indispensables dans la première situation. Il a réagi, compte tenu de sa culture et de sa situation, non à l’énoncé linguistique (au « contenu », diraient certains), mais à la forme écrite et matérielle du texte. Et il avait une bonne raison de faire ainsi, la culture des formes écrites du texte technique. Face à un document, nous connaissons des normes de textualisation auxquelles nous nous référons, et c’est l’application de ces normes de mise en page qu’a respectée, dans l’urgence, le conducteur. Le discours (la suite des lettres) donnait une information ; le texte (la forme visible) détournait de la lire.

50Ce cas, tragique, est particulièrement éclairant. Faut-il dire que l’information était « contenue » dans le document ? Un message permettant la relation d’information est présent, mais il n’a pas été identifié. L’information, comme résultat cognitif, n’est donc pas advenue. La question de savoir si l’information a été « transmise » n’a guère d’intérêt : il est plus rigoureux de dire que compte tenu de la disposition du texte sur le document et de l’attitude adoptée par l’interprète face au document, l’information n’a pas été produite entre l’acteur et le document.

51L’intérêt de ce dernier exemple est qu’il trouve une illustration intéressante en termes de médias informatisés. La modélisation informatique des textes peut-elle éviter cette erreur ? Oui, à condition de ne pas raisonner comme dans l’énoncé-type cité plus haut, de ne pas considérer comme automatique le rapport entre l’informatisation du support et la diffusion des savoirs. C’est-à-dire que l’informatique pourra apporter son concours à l’information si le traitement mathématique qu’elle met en place a été pensé en fonction de la sémiotique du texte. Si ce traitement inclut l’exigence de structuration graphique (par exemple par le biais d’un langage de balises correctement appliqué) ce type d’erreur tragique pourra être réduit, parce que certaines contraintes de textualisation visuelle, conformes à la culture des utilisateurs, pourraient être automatiquement appliquées aux textes. Mais cette disposition ne sera mise en œuvre par les concepteurs que s’ils ne considèrent pas seulement qu’ils transmettent de l’information, mais qu’ils construisent un texte à lire. Et donc, d’une part s’ils sont suffisamment conscients de ce que la transmission d’un message n’est jamais transparente, d’autre part s’ils travaillent avec des professionnels capables d’analyser et de créer des formes visuelles efficaces du texte.

52Nous pouvons, à partir de ces exemples, revenir à notre texte prophétique et préciser l’erreur fondamentale de laquelle il procède. Etendant graduellement les assimilations, il suppose une continuité entre information, connaissance et savoir. Parce que les réseaux sont rapides, interconnectés et plus ou moins dé-hiérarchisés, la transmission sociale d’une denrée nommée « information-connaissance-savoir » serait du coup, et parallèlement, immédiate, transparente et horizontale. Il suffit de résumer brutalement ce type d’hypothèse pour remarquer la nature particulière de cette nouvelle série de confusions terminologiques, qui efface la construction historique et sociale des cultures. L’erreur est ici d’un autre ordre que celle qui négligeait l’importance du fait documentaire, même si, comme nous l’avons vu, l’une prépare l’autre. L’amalgame résumé ci-dessus métaphorise les pratiques intellectuelles et sociales en posant qu’elles sont analogues au dispositif technique lui-même (du moins tel qu’on se le représente). Nous sommes dans une rhétorique générale de la métaphore technique. Les informations-connaissances-savoirs circulent, sont transparentes, deviennent réticulaires. Contre cette mise en équivalence de tous les niveaux de la construction culturelle, nous devons rappeler ce que le Phèdre avait déjà indiqué : qu’il ne faut pas confondre les propriétés des objets techniques, l’effort de construction intellectuelle (individuelle et collective) des connaissances, les conditions de reconnaissance des savoirs par une société et les types de pouvoirs et d’investissement dont ces savoirs peuvent faire l’objet sur les plans culturel, économique, politique.

53Nous passons bien cette fois dans un autre ordre de confusion, auquel nous ne pouvons pas opposer, comme dans le cas de l’analyse du document, une simple description, parce que la construction sociale des faits culturels est contingente à une histoire et fait l’objet de compromis et de luttes politiques, que ce discours métaphorique veut nier. En revanche, nous pouvons adopter quelques garde-fous lexicaux contre cet enthousiasme de la confusion. Nous pouvons par exemple employer le terme d’« information » pour désigner la relation entre le document et le regard porté sur lui qui peut produire, en situation, une représentation nouvelle ; celui de « connaissance » pour indiquer le travail productif des sujets sur eux-mêmes pour s’approprier des idées ou des méthodes ; et celui de « savoir » pour caractériser les formes de connaissance qui sont reconnues par une société, qui y reçoivent un statut répertorié au sein d’une politique de la culture. Ces notions se conditionnent, mais n’équivalent pas l’une à l’autre. Pour reprendre l’exemple précédent, l’attitude du conducteur face au document concerne l’absence de production d’une information, l’erreur commise par le rédacteur manifeste un déficit de connaissance sur ce qu’est un texte, et la carence des responsables, qui n’ont pas recherché des compétences rédactionnelles pour réaliser ces consignes, est le signe de l’illégitimité de certains savoirs, jugés superflus dans les milieux techniques, en vertu du type de pouvoir politique (de violence symbolique) qui s’exerce dans ces milieux. Cette terminologie est discutable (d’autres sens pourraient être donnés à certains termes) mais les distinctions qu’elle opère me semblent indispensables à un bon examen de notre question. La modification ponctuelle des représentations qu’occasionne le rapport d’information à un document est une chose ; l’effort pour construire individuellement ou collectivement une connaissance transposable en est une autre ; le destin que connaissent les œuvres et les productions, nobles ou vulgaires, dans la société, en est encore une autre. Il est certain que les médias informatisés produisent des effets, dans les conditions d’apparition et de partage social, et des informations, et des connaissances, et des savoirs, mais qu’il ne s’agit pas du même type d’effet.

54Résumons le stade où nous sommes parvenus dans l’examen critique de la prophétie médiatique. La mise en équivalence des notions que celle-ci nous proposait (support, document, texte, information, connaissance, savoir) procède bien d’un effacement des médiations, pouvant s’ordonner en une ligne continue. Mais cette série tire sa dynamique de l’existence d’une fracture, qui passe entre le texte et l’information, celle qui sépare tout en les emboîtant les objets et les pratiques.

55La question qui se pose à nous est dès lors la suivante. Comment tenir ensemble les propriétés des objets médiatiques, en tant qu’objets textuels, et les dynamiques sociales et politiques de la culture, sans faire des secondes les simples prolongements des premiers ? Comment penser les effets des objets médiatiques sur nos pratiques sans nous définir nous-mêmes comme de simples prolongements de nos médias ? Cette question, redoutable, ne peut être contournée, car elle seule peut arracher l’analyse des médias, à la fois au mécanicisme (contenu dans la prophétie citée ci-dessus) et à l’angélisme (professé par tous les détracteurs de la matérialité). Sans pharmakos ni logos, il s’agit de définir le type très particulier de pouvoir qu’exercent les médias sur la culture, un pouvoir consistant à lui fournir ses conditions sans définir sa nature. Il s’agit de comprendre en quoi les médias influencent les cultures, sans faire des cultures des « sous-systèmes » du système médiatique.

56Avec les médias informatisés, les formes de cette question sont nouvelles, mais pas la question elle-même. C’est évident pour qui prend la peine de dépasser les mythologies de l’imprimé et de lire les historiens du livre. Si les pouvoirs d’imposition matérielle d’un média informatisé sont à certains égards plus forts que ceux de l’imprimé et à coup sûr très différents, la nature des questions débattues à propos des médias contemporains est la même que celle qui a suscité la controverse au sein de la communauté des historiens du livre (comme objet documentaire) et de la lecture (comme pratique culturelle et sociale). Une controverse que nous devons prendre la peine de relire pour aborder les effets de l’informatisation des médias, comme d’ailleurs gagnent à la relire ceux qui veulent débattre du pouvoir des médias dits de masse et les théoriciens des industries culturelles. La question de savoir si les dispositifs médiatiques conditionnent la culture ou si les pratiques culturelles inventent leurs objets est en effet au cœur de ces études. Ici encore, une distanciation historique (plus rapide) pourra nous aider à discerner des enjeux que l’actualité nous masque un peu.

57Il suffit pour s’en convaincre d’examiner deux positions fort différentes sur cette histoire, celle d’Elisabeth Eisenstein, d’un côté, et celle de Roger Chartier et Henri-Jean Martin, de l’autre. Pour la première, la détermination technique est plus décisive que d’autres pour l’évolution des cultures : c’est ce que Marx appelait, l’appliquant pour sa part aux rapports économiques, une détermination en dernière instance. L’historienne combat l’idée répandue dans les livres d’histoire de ma jeunesse que la Renaissance et l’Humanisme seraient avant tout des mouvements d’idées. À ses yeux, c’est l’invention de l’imprimerie au plomb qui explique l’économie nouvelle des livres, les circuits idéologiques, les moyens de reconsidérer le monde : bref, l’ensemble des changements significatifs intervenus dans notre culture aux XVIe et XVIIe siècles. L’explication proposée par Roger Chartier et Henri-Jean Martin de ce type de phénomènes est plus complexe. À leurs yeux, les facteurs expliquant les nouveaux circuits du livre à cette époque se déploient dans les domaines les plus divers : inventions techniques, développement de marchés, approches nouvelles de l’enseignement, nouvelles idéologies de l’écriture, intensité des confrontations idéologiques, etc. D’autre part, le même livre est susceptible de recevoir des usages fort différents, et ceci dans une relation identifiable à des cultures pratiques différentes, celles qui mettent en forme l’acte de lire lui-même.

58Donnant une dimension théorique explicite à l’attitude qui fonde ces études, Roger Chartier et Henri-Jean Martin dessinent, dans l’introduction à l’Histoire de l’édition française qu’ils ont dirigée, une théorie des médias : une théorie faite de tension davantage que de détermination et favorisant un enrichissement du regard interprétatif plutôt que d’affirmer le pouvoir prédictif d’un modèle. On peut résumer succinctement les grandes thèses de ce texte, que le lecteur aura intérêt à lire. Les formes du livre sont déterminées par les moyens matériels de sa fabrication et par les conditions économiques et sociales de sa production et de sa diffusion ; mais elles sont aussi porteuses d’une conception de la relation culturelle qu’exprime la configuration du texte dans les livres. Ces formes ne sont pas arrêtées mais elles évoluent sur divers plans à la fois, aboutissant à un objet extrêmement complexe, porteur de codes multiples, appelé donc à connaître des formes très différentes au fil de l’histoire. Indépendamment des styles de discours et des contenus de pensée qu’il véhicule (ou de façon relativement indépendante), l’objet-livre comporte une forme matérielle qui a en elle-même du sens, par les choix qu’elle manifeste et par les contraintes qu’elle impose. C’est pourquoi le livre dessine en quelque sorte la figure de son lecteur : il lui assigne un type de place, lui offre certaines ressources plutôt que d’autres, exige de lui certains savoirs et certaines disciplines intellectuelles.

59Mais si le livre propose, le lecteur dispose : la lecture n’est que bornée ou encouragée par l’objet, elle repose sur une culture sociale acquise et, loin d’être toujours la même, réinvente toujours le texte qui lui est offert. Dans ce jeu croisé entre pratiques et objets (anticipation de la pratique dans l’objet, redéfinition de l’objet par les pratiques) intervient un acteur décisif, l’éditeur. Celui-ci partage son pouvoir avec d’autres, mais définit globalement les logiques qui président à l’invention et à la diffusion de l’objet livre : processus qui modifie puissamment les rapports entre scripteurs et lecteurs qui existaient en régime de manuscrit. Enfin, tout ce jeu est dépourvu d’orientation sociale et politique unique, quoi qu’en disent périodiquement les idéologues. Le livre n’est en lui-même ni émancipateur ni répressif : dans l’histoire, les rôles qu’il a joués et les régimes auxquels il a été soumis ont été très divers, et il a pu servir à contrôler, tout comme il a aidé à libérer.

60Il me semble que ce texte définit encore assez bien le type d’exigence qui peut être le nôtre vis-à-vis des médias informatisés, en ce qui concerne la difficile question du rapport entre objets et pratiques. Et je trouve que beaucoup de prophètes en modernité feraient bien de le relire, crayon en main, pour acquérir un minimum de conscience de ce qu’ils prétendent révolutionner. En tout cas, c’est le point de vue que je défends ici, contre tout déterminisme technique, fût-il au service d’une démystification de l’idéalisme : nous retrouvons ici, traduites en programme précis de travail, les questions débattues à propos du Phèdre, lorsque nous avons compris les dangers d’une approche techniciste de la culture.

61J’invite le lecteur à reprendre le texte cité plus haut, et à remplacer le mot « livre » par un terme actuel, par exemple celui d’« écran ». Il constatera souvent qu’il n’y a rien à changer pour définir un programme de recherche actuel ; parfois pourtant, la substitution produira un effet étrange. Ces substitutions réussies et ratées sont également instructives. Certains des principes décrits ci-dessus peuvent être repris avec une légère reformulation. Quelles sont les formes actives des médias informatisés ? quelle figure du lecteur (ou de l’utilisateur, du spectateur, etc.) propose le texte multimédiatique ? Quelle culture de la lecture et plus généralement des médias éclaire les pratiques qui se développent dans divers contextes sociaux ? quels sont les signes qui soutiennent le lecteur, l’orientent et le contraignent dans son approche des documents ? Quels sont les régimes auxquels la production culturelle et l’appropriation des objets sont aujourd’hui soumis ? quels rôles émancipateurs ou répressifs ces dispositifs servent-ils, dans divers contextes ?

62Mais les questions qui ne peuvent pas être posées dans les mêmes termes ne sont pas moins essentielles. Dans quelle mesure ce que Michel Foucault nommait « la question de l’auteur » (de son pouvoir et des disciplines auxquelles il est soumis) est-elle déplacée aujourd’hui ? doit-elle être posée en tant que telle ou remplacée par une autre catégorie définissant les relations des producteurs aux réalisations culturelles ? Faut-il prononcer la mort de l’éditeur et observer l’émergence d’autres acteurs dominants ? ou bien le régime de l’édition reste-t-il pour l’essentiel aussi vivace ?

63Il est certain que ce type d’approche émet une prétention faible, sur le plan épistémologique, vis-à-vis du discours prophétique dont j’ai donné plus haut un résumé, et dont les complaisances excessives doivent apparaître clairement au lecteur. Nulle modélisation ici, nulle prédiction ; une certaine vertu critique et heuristique de l’analyse, rien de plus. Les conséquences culturelles de l’informatisation des médias ne peuvent pas être généralisées. D’une part, les conditions historiques sont multiples (malgré la thématique de la globalisation) et les mouvements observables d’uniformisation, voire d’industrialisation de certains régimes culturels rencontrent la diversité des pratiques culturelles effectives. D’autre part, tout se joue dans la configuration fine des objets, que nous essaierons de préciser à propos de l’écrit d’écran. Enfin, l’approche non déterministe défendue ici détourne de pouvoir produire une explication prouvée des phénomènes et a fortiori une méthode de modélisation. Les analyses que produiront les jeunes chercheurs en la matière ne pourront pas être strictement prédictives, car il n’y a pas de déterminisme ni d’explication définitive. Elles peuvent seulement être conduites avec rigueur, tenir compte de la pluralité des niveaux de réalité concernés, exposer des interprétations éclairantes. C’est déjà beaucoup, me semble-t-il, pour résister à la commotion que nous nous sommes employés ici à déconstruire.

3. – Éléments de métamorphologie : de la connexion à l’édition

64L’exemple de l’histoire du livre montre bien que s’il faut faire le deuil d’une théorie globale de l’influence des médias, il n’est pas pour autant impossible d’essayer de caractériser les espaces de contact entre la force des objets et celle des pratiques. En réalité, ces espaces sont multiples et demandent, en dernière analyse, une géographie multiple. Malgré tout, la dimension empirique la plus essentielle de l’analyse peut être définie comme un examen morphologique, ou plutôt métamorphologique des médias, concernant les transformations de la médiation elle-même. En quoi les propriétés des médias mettent-elles en forme les conditions mêmes de notre action culturelle ? En quoi modifient-elles les formes de cette action ? C’est là un type d’étude qui vise à caractériser finement, sans déterminisme, les rapports entre les objets et leurs effets possibles, en mettant à profit les catégories précédemment évoquées du support, du document et du texte, mais aussi une référence plus globale aux situations de communication et aux logiques d’appropriation culturelle. Le but de cette analyse n’est évidemment pas de prédire ce que les pratiques inventent, mais de mieux repérer l’espace de ces pratiques, de tenter un lien méthodologique entre description des médias et observation des pratiques. Voici donc un programme exigeant, dont les prémices sont à peine produites actuellement et dont l’importance est encore massivement sous-estimée : décrire avec précision, méthodiquement, de près, les changements que les médias informatisés peuvent susciter dans les conditions de déploiement des pratiques. Des changements que nous sommes invités et accoutumés à regarder, soit de trop près (immergés dans la pratique) soit de trop loin (entraînés par la prophétie). Cette piste de recherche – apprendre à regarder vraiment les objets en jetant sur eux un regard informé par les pratiques – est une perspective très stimulante pour les jeunes chercheurs, et le travail ne fait que commencer.

65Ceci définirait, si l’on veut, un autre sens du mot « information », concernant les propriétés informantes (cette fois-ci au sens d’institution de formes) des médias informatisés. Ceux-ci affectent la réalité culturelle dans son ensemble, c’est-à-dire le cadre dans lequel se développent la possibilité de la rencontre, sa forme, la nature des échanges et des textes, les circuits documentaires, les conditions de leur appropriation. Mais toutes les inventions ne concernent pas ces divers niveaux de pratique de la même façon, et aucun changement ne « se communique » (comme disait heureusement la langue classique) globalement et mécaniquement de l’un de ces niveaux aux autres : ceci, contrairement à ce que nous suggère le discours de la prophétie. Il n’est pas question ici de faire une typologie des médias, qui demanderait à elle seule un ouvrage, mais quelques exemples peuvent illustrer la nécessité de l’effort de distinction. Les indications qui suivent ne sont que la concrétisation de l’ensemble de la démarche menée jusqu’ici, à propos des médias informatisés. Un exemple, celui des métamorphoses des objets « télégraphe » puis « téléphone », pourra nous servir de fil conducteur dans l’exposé de ces éléments (fort élémentaires) de métamorphologie.

66Pour la commodité de l’exposé, je distinguerai un niveau topologique, un niveau pragmatique, un niveau opératoire et un niveau éditorial de l’analyse morphologique. Ces distinctions sont à bien des égards artificielles, comme nous pourrons le voir ensuite ; mais elles montrent comment certaines catégories peuvent être construites loin de l’amalgame qui domine actuellement les discours sur les médias informatisés et surtout manifestent l’importance du travail à faire pour repérer ces déplacements de la forme médiatique. Pour cette raison, je rappellerai, à chacun de ces niveaux, quels sont à mon avis les dangers d’une extrapolation excessive. Comment caractériser les provocations que la forme des médias informatisés adresse aux pratiques culturelles ?

67Les médias ont avant tout des effets topologiques, relatifs aux modifications des coordonnées physiques de la communication en particulier sa spatialité et sa temporalité. Ce sont ces effets qui sont le plus évidents, qui tombent sous le sens. Le risque n’est certes pas actuellement de négliger cet aspect de l’analyse, qui fournit à la prophétie ici critiquée son prétexte. Les conséquences du fait topologique sont aujourd’hui surestimées et étendues trop loin, au point que souvent cette dimension de la médiatisation est la seule réellement interrogée. La thèse inaugurée par McLuhan du « village global », sans cesse reprise depuis, est une belle formulation du point de vue topologique ; mais bien avant la « société de communication », puis la « société de l’information », les discours tenus à la fin du siècle dernier sur le télégraphe électrique sont une illustration saisissante de cette extrapolation technologique. On parlait alors des « routes de la pensée ».

68Il est certain que les dispositifs médiatiques affectent les coordonnées spatiales et temporelles de la communication : ils donnent à partir de là l’impression d’abolir les distances et de contracter le temps. Le télégraphe électrique a réduit les délais et permis de franchir les distances comme aucun objet technique ne l’avait fait auparavant : ce qui a eu des effets structurants sur la topologie de l’information, permettant à la presse et à l’industrie l’échange immédiat de nouvelles, le pilotage à distance d’organisations complexes et à la bourse une première « mondialisation » de ses effets. En régime de médias informatisés, l’interconnection des réseaux (rendue possible par le protocole d’interface entre réseaux TCP-IP de l’internet) ne fait à certains égards qu’étendre cette modification de l’espace de communication. Il n’est pas faux de dire qu’elle rend « planétaire », au sens topologique du terme, la communication des documents. Dès l’invention du télégraphe et du téléphone, certains sociologues, comme Gabriel Tarde, avaient souligné les nouvelles possibilités offertes aux communautés de se constituer sur des bases moins géographiques et plus thématiques ou idéologiques. Aujourd’hui, les analystes de la « globalisation » étendent, non sans raison, cette analyse, avec l’idée de réseau mondial et parfois, plus aventureusement, avec celle de globalisation de l’espace de communication. Les conséquences de ces phénomènes sur les institutions sont considérables, comme le montrent les redéfinitions en cours, tant de l’espace politique que de l’espace scolaire.

69Ce qui importe, sur un plan méthodologique, c’est de prendre en compte ces effets topologiques sans se laisser gagner par l’assimilation métaphorique ou métonymique qu’ils suggèrent. Il ne me semble pas raisonnable de prétendre par exemple que l’interconnection des supports entraîne l’universalité de la communication, parce que les espaces et les contextes seraient désormais partagés par l’humanité entière. C’est l’exemple même d’un écrasement de niveaux d’analyse différents. Si le « village global » n’existe pas, c’est d’abord en raison du rôle déterminant de nos appartenances locales, des matérialités dans lesquelles nous sommes inscrits, des contextes proprement culturels à partir desquels nous interprétons les messages que nous recevons. À ceux qui prétendent que le réseau abolit ce type de différence, je préconise la lecture d’une nouvelle de Jorge-Luis Borges, « Pierre Ménard, auteur du Quichotte » (recueillie dans Fictions) accompagnée d’un effort pour transposer dans l’espace sa démonstration temporelle ; car la même page internet est à peu près aussi différente, présentée d’un côté par un animateur bénévole d’ATD-quart monde aux enfants d’une « cité » d’immigrés du Nord et lue de l’autre par un jeune golden boy de la Silicon Valley sur l’un de ses ordinateurs portables, que la même page romanesque, écrite par un homme du XVIIe siècle ou par un romancier contemporain.

70Mais il y a une autre distance entre topologie et culture, plus radicale que la précédente, celle qui tient au fait que nul d’entre nous n’accède à toute l’information (plus exactement, à tous les documents) présents sur le réseau. Les documents ne sont pas universellement partagés : ils ne circulent pas librement, tels des billes dans les tuyaux d’un distributeur, mais nous apparaissent sous une forme, dans certaines conditions de lecture, au sein d’un dispositif déterminant les paramètres de l’interaction. La circulation des idées et des œuvres n’est jamais une simple circulation, elle est structurée par les propriétés opératoires des appareils, et donc selon des formes de communication et de textualisation autorisées ou proscrites. En quittant la topologie pour les autres dimensions de la forme ici examinées, on entre réellement dans l’espace des métamorphoses.

71Moins visible, mais tout de même assez souvent prise en compte, est la dimension pragmatique de la médiatisation, qui concerne la mise en forme de l’interaction humaine. C’est déjà un niveau d’analyse beaucoup plus complexe que celui de la simple topologie. Pour comprendre la différence entre ces deux niveaux d’analyse, l’exemple du téléphone est assez éclairant. L’invention du téléphone a certes affecté la dimension topographique de la communication, en permettant de joindre immédiatement ceux que le courrier ne touchait qu’avec le délai de quelques jours. Mais son principal apport a été d’une autre nature : il a permis l’interaction vocale à distance. Jusque là, la communication à distance était écrite (ou plus largement visuelle) ; à partir du téléphone, la voix circule, ce qui produit des effets en termes de dynamique des échanges, mais aussi en termes d’imaginaire du lien (social, affectif, politique) que les romanciers ne manquent pas d’analyser profondément.

72Décrire à partir de là le téléphone comme une simple extension du dialogue, lui prêter comme objectif de pratiquer cette extension de façon aussi transparente que possible, constitue malgré tout une nouvelle erreur méthodologique, ou plutôt une nouvelle figure de la même erreur, la réduction de la métamorphose pragmatique à une extension topologique. La conversation ne s’étend par le téléphone qu’en modifiant le cadre de son exercice. Il suffit pour le sentir de penser aux scènes de cinéma où l’amant demande à sa maîtresse de lui décrire la façon dont elle est habillée ou, moins prosaïquement, de relire le passage où le narrateur de À la recherche du temps perdu évoque le grain de la voix de sa grand-mère disparue, proche et lointaine à la fois, au cours d’un « téléphonage ».

73Le minitel a donné une force particulière à cette dimension pragmatique, avec le profit positif qu’autorise la réduction apparente de ce qu’on nomme parfois, improprement, les canaux de l’expression (en fait, les substances signifiantes grâce auxquelles nous communiquons). L’absence du corps n’a pas simplement appauvri le canal, et provoqué des pertes, comme on pourrait le penser naïvement ; elle a créé des espaces d’invention et levé des inhibitions, y compris dans la relation des sujets à leur corps et au corps des autres. L’engagement sans « coprésence » crée une nouvelle pragmatique de la communication, dans laquelle la mise entre parenthèses – ou en récit – de l’image physique des interactants permet des rhétoriques du corps désigné, comme le pseudonyme, le discours autodescriptif, le code pseudo-gestuel des « émoticons » (smileys). Les analyses menées plus récemment par Marie Després-Lonnet et Annie Gentès sur la « mascarade » des messageries et des chats (dispositifs d’échange écrit immédiat) et l’étude du protocole de présentation et de catégorisation des personnes dans les sites de rencontre en ligne réalisée par Sophie Pène montrent toute la complexité des stratégies et anticipations qu’autorise un certain filtrage des moyens de représentation de soi.

74La multiplication des téléphones mobiles autorise pour sa part une combinaison saisissante de la dimension topologique de la transformation médiatique et de sa dimension pragmatique. À certains égards, le « portable » n’est qu’une modification topologique du téléphone : il transmet comme lui la parole, dans des conditions comparables, et autorise le même type de conversation. Cette dimension topologique est essentielle : pouvoir être « joint » en tout temps et tout lieu résume cette évolution. Cela occasionne bien des commodités, bien des fantasmes, bien des aliénations, liés les uns et les autres à la seule caractéristique spatio-temporelle de la « couverture ».

75Mais le téléphone portable, bien qu’il ne change rien de significatif à la pragmatique de la communication téléphonique elle-même, produit des effets pragmatiques puissants sur un autre plan, celui des interactions entre ceux qui sont présents lorsque quelqu’un appelle ou reçoit un appel, dans des lieux où une telle situation ne se présentait pas jusque-là, et plus généralement en suscitant un développement des situations de double interaction (plus exactement de double cadre pragmatique des interactions). Il suffit pour comprendre cette double pragmatique, de supposer que la femme appelée dans l’exemple précédent est assise dans le train et qu’elle répond à la demande précédente à côté de l’ami avec qui elle était en conversation un instant avant. Analyser la double interaction, plutôt que de disserter seulement sur les effets d’une communication devenue « nomade », signifie élargir la perspective topologique à l’analyse pragmatique de l’interaction. Les analyses menées par Emmanuelle Lallement, Joelle Menrath et les chercheurs du Gripic sur les pratiques ordinaires du téléphone mobile montrent qu’une réelle ingénierie communicationnelle est développée par les sujets pour gérer la multiplicité des espaces concrets de communication, mais aussi l’espace fantasmatique de l’« entredeux » que ce dispositif fait naître.

76Les exemples discutés ici engagent déjà un autre niveau de l’analyse, qui consiste à cerner la dimension proprement opératoire-documentaire des médias, tenant aux fonctionnalités techniques nouvelles et aux possibilités de manipulation des textes et documents que ces fonctionnalités engagent. Il est nécessaire de comprendre, sur un plan proprement fonctionnel, ce qu’apporte par exemple le traitement informatisé de l’écrit. C’est une analyse délicate, qui doit être menée en équipes pluridisciplinaires ou par des chercheurs ayant acquis des compétences multiples, afin de cerner précisément l’aspect purement technique des dispositifs, tout en le rattachant à des représentations, à des effets et à des espaces d’invention de nature culturelle. Ce problème est celui que nous avons rencontré avec le couple Gutenberg-Manuce, à ceci près qu’il est beaucoup plus difficile de comprendre en quoi consiste l’informatisation de l’écrit que d’observer le fonctionnement d’une presse à caractères mobiles et plus complexe d’expertiser un « logiciel-auteur » que d’inventorier le contenu d’une « casse » d’imprimeur.

77Pour imaginer le type de bénéfice théorique que cet examen des fonctionnalités documentaires peut présenter, il suffit d’évoquer, très succinctement, trois des propriétés acquises par l’écrit avec son informatisation : sa facilité de conservation et de transmission, sa structuration logique explicite, sa soumission au calcul. Ces propriétés sont liées entre elles, mais elles produisent une gamme d’effets différenciés (dont les conséquences seront discutées plus avant dans le chapitre suivant). La capacité de conserver et dupliquer les documents donne aux écrits informatisés le statut d’objets médiatiques reproductibles et diffusés. Ceci n’a pas pour effet de supprimer toute distinction entre créateur et consommateur (auteur et lecteur, par exemple), comme on le dit un peu vite ; mais cela facilite la publication de documents vers un public large et met fin ainsi à un état de fait jusque-là indépassable : celui qui voulait, en régime de « médias de masse », que pour diffuser largement il soit indispensable de détenir des moyens éditoriaux spécifiques, liés à une logistique extrêmement coûteuse. Ainsi l’une des propriétés techniques du téléphone, qui est, par la commutation, de pouvoir adresser un message de point en point, est-elle combinée d’une façon techniquement originale avec l’une des propriétés des médias de diffusion, qui consiste à pouvoir rendre un texte largement public.

78Cette diffusion – que l’on ne doit pas confondre avec le pouvoir des médias de masse, qui procède de tout autres fonctionnalités – n’est possible que parce que le texte est « structuré », c’est-à-dire conservé sous la forme de parties distinctes et accompagnées de leurs « étiquettes », dans les langages de balises, comme HTML, le « langage de balises pour l’hypertexte » (Hypertext markup language). Commodité qui entraîne une contrainte, celle de découper les unités textuelles en formes automatisées : ainsi le texte informatique, toujours différent dans sa manifestation concrète, est-il toujours décrit avec une sorte de méta-écriture, qui en automatise la structure.

79Un tel texte est soumis au calcul, c’est-à-dire qu’il peut être « traité » massivement, parcouru, collecté, découpé, isolé, mais aussi reconfiguré mathématiquement. C’est l’effet des méthodes de traitement quantitatif de l’information1 : ainsi une série de chiffres ou simplement un ensemble mesurable de signes peuvent-ils être transformés instantanément en une représentation graphique ; ainsi à partir d’instructions données à la machine les paramètres d’un texte peuvent-ils être immédiatement modifiés, et permettre de faire des essais directs de modification ; ainsi un simple geste peut-il fabriquer une série de copies identiques du même texte.

80L’usage de notre traitement de texte, dans son apparente simplicité, repose sur ces propriétés de conservation, de structuration et de calcul, qui opèrent, même lorsque nous n’en avons pas conscience, et qui font du texte numérisé un objet profondément différent – sur le plan opératoire – du texte imprimé.

81Ces deux types de textes (le texte imprimé et le texte informatisé) sont toutefois plus franchement différents sur le plan opératoire que dans leur forme proprement sémiotique et leur mise en forme éditoriale. Commuter entre les textes est une chose, les donner à lire en est une autre. Ici encore l’extension d’un niveau à l’autre serait aventureuse. Ce qui nous pousse à cette extension, c’est le motif de la transparence : celui-ci nous fait oublier la dimension d’organisation matérielle des signes au bénéfice d’un fantasme de manipulation et d’accès aux textes (ou plutôt, dans ce discours, aux « unités informationnelles »). D’ailleurs, l’opposition technique ne recouvre pas l’opposition sémiotique, car l’informatisation conserve un texte qui peut connaître des formes lisibles très différentes.

82Un nouvel exemple peut illustrer la distance entre les niveaux procédural et éditorial de la forme médiatique. Les publicités ont beaucoup réitéré l’annonce d’une nouvelle mutation, celle des téléphones reliés à l’internet. Ainsi cumulerait-on, à en croire ce discours prophétique, les avantages topologiques (le « nomadisme »), pragmatiques (le « communicateur » aux fonctions intégrées), opératoires (la miniaturisation du microprocesseur) et sémiotiques (le multimédia au bout des doigts). Or ce transfert des pratiques ne va pas de soi, comme le montre le maintien d’une différenciation des usages. En effet, la question que pose cette nouvelle transformation médiatique est celle que nous avons étudiée avec les portails internet, à un niveau accru. Comment ces nouvelles « informations » peuventelles être mises en forme ? comment doivent-elles être données à voir, à lire, à analyser ? Va-t-on appauvrir les formes du message, par exemple assister à une nouvelle disparition de l’image, afin de tout faire tenir dans l’espace d’un micro-écran ? vise-t-on, en un mot, à miniaturiser le texte comme on miniaturise les processeurs ? Mais alors, comment ce rêve de compression va-t-il se traduire sur un plan sémiotique et éditorial ? Quelles seront les transformations de la forme même du texte qu’engagera ce projet de le diffuser ? Va-t-on prendre l’habitude de charger ces documents et de les afficher sur écran ou sur imprimante ? ou au contraire le balisage des textes sera-til recyclé en un art du fragment ? Comment se réalisera l’affectation d’un média de la conversation à une pratique de l’écrit ? et ce glissement, possible sur le plan opératoire, est-il acceptable sur le plan culturel ?

83Toutes ces questions sont évidemment liées aux propriétés fonctionnelles des dispositifs, mais elles relèvent d’un autre type d’emboîtement entre formes et pratiques, d’une correspondance proprement sémiotique. La responsabilité à laquelle nous sommes confrontés est celle de la mise en ordre du texte lui-même, compte tenu des possibilités offertes par le support : ce niveau sémiotique des formes engage, sur le plan pratique, une attitude éditoriale. C’est à ce dernier niveau d’analyse spécifique que s’intéressera le dernier chapitre de ce livre, consacré à l’écrit d’écran. En effet, à ce niveau de la métamorphologie, qui concerne l’identification et la modification des nouvelles formes du texte, on ne peut plus parler de média en général, mais il faut envisager un média particulier, avec ses propriétés de textualisation particulières. C’est cette dimension poétique de la forme que le rêve d’« intégrer » internet et le téléphone mobile néglige, par l’effet d’une extension ultime de la propriété topologique en un lieu où elle n’a aucune pertinence.

4. – Perplexités : de la description à la compréhension

84L’effort d’analyse mené au fil de ce chapitre signifie-t-il qu’il est possible de saisir complètement la nature du changement médiatique, de le désenchanter en quelque sorte ?

85C’est peu probable, car l’exigence d’explicitation des phénomènes ici posée jusqu’ici doit finalement être référée à ses limites, qui sont à la fois réelles et imaginaires. Tel est, le plus profondément, le mode d’existence des médias informatisés. La vigilance critique du chercheur par rapport à ces exigences méthodologiques comporte avant tout une composante épistémologique, liée à la complexité des objets analysés. Mais il faut aussi envisager un plan plus directement social, tenant aux relations incertaines entre le discours de recherche et l’univers des pratiques et représentations.

86Il y a une première limite, empirique, à l’effort de description : ceci, dans la mesure où ce que notre regard distingue, les objets le rassemblent et, d’une certaine façon, le déplacent. Le mouvement de l’intégration technique (information1 + 2), réalise comme on l’a vu une métamorphose constante, qui saisit sans cesse des fragments de pratiques issus des divers niveaux décrits précédemment pour les inscrire, les chosifier, en quelque sorte, dans des procédures automatiques, normées et inaccessibles à la plupart des utilisateurs.

87C’est pourquoi chacune des distinctions posées ici, si elle est essentielle du point de vue de l’analyse des objets, se trouve remise en cause par leur fabrication. Sans les distinctions de l’analyse documentaire, la dimension culturelle des objets reste invisible ; mais ces distinctions ne suffisent pas pour voir s’opérer le changement des régimes. Le traitement de texte intègre aux fonctionnalités techniques du dispositif une certaine conception du texte, de la mise en page ; le moteur de recherche engage une certaine conception des documents, de leur catégorisation, de leurs frontières et de leurs interdépendances ; le navigateur est porteur d’une conception de la lecture des textes ; les dispositifs de suivi des choix des lecteurs produisent une sorte d’instrumentalisation des préférences. Cela signifie que si les pratiques ici évoquées – respectivement, mise en texte, traitement documentaire, acte de lecture, jugement critique – doivent bien être extraites de leur technicité apparente pour être révélées à leur sens culturel, elles sont définitivement affectées par leur traitement technique, si bien qu’une part d’entre elles est chosifiée sous la forme d’objets apparemment évidents.

88Ainsi doit-on penser en termes paradoxaux la situation actuelle. On peut dire qu’on n’est pas sorti, avec l’hyperdocument, de l’espace documentaire, et en même temps reconnaître que la notion de document (son identité, ses frontières, son lien avec un support spécifique) est devenue problématique. On doit soutenir que l’écriture d’un texte multimédiatique n’est pas le génie logiciel, et admettre en même temps que les outils d’écriture sont devenus aujourd’hui des outils informatiques. On ne peut effacer l’acte éditorial comme moment essentiel de la publicité des objets culturels, et l’on doit en même temps admettre que le métier d’éditeur ne se conservera pas tel qu’il est.

89De cette dynamique sociale (qui fait que nous courons après le déplacement des objets que nous analysons et que nous resémantisons sans cesse ce que la technique a dé-sémantisé) on peut tirer l’idée que la production de connaissances en sciences de l’information et de la communication se déroule désormais dans une tension. D’un côté, s’impose la nécessité des distinctions, car ces distinctions qualifient culturellement la relation entre objets et pratiques et ont la vertu de faire apparaître les formes, les enjeux et les problèmes masqués. De l’autre, il faut prendre acte des déplacements et des mixtes qui affectent le partage jusque-là acquis des problèmes, des faits et des rôles.

90La difficulté s’accroît si l’on songe à ne pas fabriquer la fiction d’un régime médiatique uniforme. S’il est nécessaire d’œuvrer à reconnaître les propriétés spécifiques des médias informatisés, il ne faut pas cesser en même temps de les considérer dans le rapport qu’ils entretiennent avec les autres médias et l’ensemble des pratiques de communication dans la société. Cette exigence intermédiatique que nous avons rencontrée dès le début de notre enquête, reste première. Toute explication des médias informatisés en termes de basculement d’un régime médiatique à un autre est par définition fausse et fâcheusement dépendante (en positif ou en négatif) du discours promotionnel dont elle émane. « L’Internet » ne serait rien sans les médias de masse, et d’abord sans la presse écrite, qui a littéralement pilonné l’annonce de son excellence, et a reproduit inlassablement ce pilonnage, jusqu’à en imposer, non sans mal, l’évidence. L’entre-réseau, objet observable dont quelques acteurs avaient la pratique, était perçu indirectement à travers la figure de « The Internet », le topos de toutes les littératures thaumaturgiques au rabais.

91Ce n’est là qu’un des exemples de l’interdépendance médiatique qui se manifeste en permanence, dans la confrontation effective aux objets : emprunts à double sens, mixité des pratiques, mises en complémentarité, en abîme, en opposition. Il en est de même en ce qui concerne l’annonce tapageuse d’une disparition des espaces (espaces documentaires, espaces politiques, espaces de sociabilité, etc.) contre laquelle il faut poser que les médias informatisés effacent en partie l’espace géographique de la communication, mais s’inscrivent tout autant en son sein. Par exemple, l’analyse menée par Joelle Le Marec et Igor Babou de l’informatisation d’une bibliothèque universitaire comme l’observation menée par une équipe du Gripic, animée par Valérie Patrin-Leclère, de l’intégration d’un logiciel dans la production du journal radiophonique montrent à quel point la structuration sociale de l’information ressort des relations de visibilité et d’invisibilité des objets que permet la multiplicité des supports : situations dans lesquelles le post-it et le dossier de feuilles manuscrites sont des ressources décisives.

92Il faut marquer ici l’importance de la dimension économico-politique de ces échanges intermédiatiques, car les objets ici décrits sont imaginés, construits, promus, rentabilisés, contrôlés par certains acteurs et les changements qui les affectent sont liés à des redistributions massives des régimes et acteurs dominants dans le marché des biens culturels. Les innovations médiatiques qui ont été ici décrites du point de vue de leurs effets cognitifs possibles ne sont pas engendrées par un pur désir de diffuser les savoirs, mais configurées et poussées par des stratégies de conquête de marchés nouveaux, ceux des « services » de la culture et de l’information.

93Peut-être le point de vue d’analyse intermédiatique permet-il d’ailleurs de renouveler en partie la question de savoir dans quelle mesure et en quel sens les objets culturels et informationnels sont « industrialisables », une question qui s’est beaucoup enrichie depuis trois décennies, au cours desquelles les recherches ont marqué la tension entre l’irréductibilité de la culture à l’industrie et la réalité des mouvements de son industrialisation. La célèbre analyse dans laquelle Theodor Adorno annonçait la naissance de l’industrie culturelle (au singulier) s’organise, il faut le rappeler, autour de l’idée de production des attitudes culturelles du public. Pour que la culture puisse devenir une industrie, il faut (ou il faudrait) en effet que son appropriation, muée en consommation, puisse être programmée, et même produite, en même temps que les objets de culture eux-mêmes.

94Les analyses qui précèdent montrent que les faits de culture ne peuvent ainsi être rationalisés de la même façon que la production des marchandises de consommation courante. L’économie des industries culturelles en a pris acte, le pluriel qui désigne ses objets en est d’ailleurs la preuve. Mais le procès d’industrialisation n’en est pas moins observable dans ce secteur, par l’effort des groupes anciens et des « nouveaux entrants » pour rendre aussi rationalisable et prévisible que possible l’« usage », ainsi requalifié comme un paramètre des stratégies industrielles. Les relations intermédiatiques jouent un rôle décisif dans cette nouvelle bataille, car il s’agit finalement de promouvoir des attitudes et des regards sur les objets, de les rendre visibles d’un point de vue plutôt qu’un autre.

95Dans ce cadre, l’hypothèse d’un simple face-à-face entre les propriétés des objets et la liberté des pratiques est largement insuffisante. La bataille qui se déroule sur le terrain de la culture et des pratiques informationnelles est aussi celle des rôles et des attitudes, celle de l’utilisateur, du consommateur, du public, du citoyen. Un réseau complexe de renvois intermédiatiques contribue à cadrer cet espace de rôles possibles, depuis l’extension constante du marketing en matière de création culturelle et de services informationnels jusqu’à l’accompagnement politique, technocratique et médiatique des innovations, en passant par l’implication des usagers eux-mêmes dans le processus d’adaptation optimale des produits informationnels à leur marché potentiel. On peut dire que les industriels s’emploient à observer et anticiper toujours davantage les formes de l’usage et qu’ils promeuvent parallèlement des points de vue (et des points aveugles) dans nos relations aux objets qu’ils produisent.

96Aussi les premières difficultés rencontrées par la description, d’ordre empirique (déplacement des frontières, interdépendance des objets, présence des logiques d’industrialisation) renvoient-elles plus profondément à une question plus grave, qui tient à la nécessité pour le chercheur d’admettre le rôle effectif de l’illusion. La multiplication des objets neufs s’accompagne comme on l’a vu d’effets permanents d’annonce, d’idéalisation, de fantasmes liés à notre imaginaire de la communication. Du fait même de son statut intermédiatique, le média informatisé est accompagné d’emblée de sa représentation et de son récit, et des illusions que véhiculent ces derniers. La machine n’interagit pas, mais supporte des textes auxquels nous pouvons réagir ; nous ne naviguons pas sur le réseau, qui est un espace de lecture et non un élément liquide ; l’hypertexte n’est pas la pensée même (« As we may think ») parce que notre pensée n’existe qu’en se posant face à l’objet ; la « cité numérique » n’est pas une ville dématérialisée, mais une ville dont la matérialité est transformée (notamment par le désir d’immatérialité). En même temps, ces images emportent (métaphorisent) puissamment notre effort de création et d’interprétation : aussi illusoires soient-elles, elles conduisent notre écriture, notre lecture, notre investissement corporel, comme les images antiques de la forge, de la poterie ou du tissu (celle qui a finalement triomphé avec le textus) guidaient la poétique des anciens. La morphologie des médias ne saisit donc, dans son effort pour coller au « réel » de la forme médiatique, que l’un de ces modes d’existence des médias informatisés, certes décisif, mais non ultime.

97Cette terminologie, ces régimes de discours, ces productions iconographiques ne viennent pas de nulle part : leur origine est économique et technique. Les mots dont nous disposons pour désigner les objets sont des vecteurs de confusion : une confusion qui intéresse aussi bien ceux qui rêvent de faire des miracles, ceux qui veulent vendre toujours du nouveau et ceux qui cherchent de « nouvelles frontières » pour doper une politique exsangue.

98En un sens, se déprendre de ces illusions est nécessaire. En effet, ces mots empêchent littéralement de poser les problèmes dont les contours ont été définis ici. Le chercheur rêve de pouvoir s’affranchir définitivement de cette terminologie, qui lui oppose sans cesse, au sein de son propre texte, la négation de son projet de description morphologique. C’est bien ce qui sera proposé au chapitre suivant, avec la notion d’écrit d’écran et l’effort qui l’accompagne pour rompre, parallèlement, avec un certain vocabulaire. Il est nécessaire cependant, avant de nous engager dans cette analyse, de marquer la limite que rencontre cette critique des discours et de leur imaginaire. Il serait erroné de nier toute réalité à ces imaginaires, qui constituent l’un des modes essentiels d’existence de ces médias. En effet, c’est précisément le jeu de la conscience et de l’illusion, appliqué à ces nouvelles constructions médiatiques, qui est le lieu politique essentiel aujourd’hui. Car c’est une donnée fondamentale, dans le mode d’existence des médias informatisés, que leur nature et leur propriétés ne soient pas comprises, qu’elles ne soient saisies que de façon oblique et illusoire. C’est dans le partage de la connaissance et de l’illusion, et non dans un univers parfaitement maîtrisé, que les objets et les pratiques se rencontrent.

99C’est pourquoi une piste de recherche très prometteuse pour l’analyse des propriétés morphologiques des médias informatisés consiste à observer les partages entre le visible et l’invisible, et les écarts de connaissance et d’ignorance, d’aliénation et de maîtrise, qu’autorise cette frontière indécise entre le connu et l’incompris. Par exemple, un novice qui « navigue » sur le Web n’identifie pas les contraintes logicielles, pourtant puissantes, qui cadrent l’espace apparemment fluide que son regard parcourt : il ne sait pas que le texte qu’il lit n’a pas été écrit sous la même forme, qu’il ne reproduit qu’une partie codée de sa forme (celle qu’enregistrent les balises) ; il ignore que les moteurs de recherche ne prennent en compte qu’une partie minoritaire des textes présents sur le réseau ; il ne comprend pas nécessairement que la page sur laquelle il « arrive » fait partie d’un ensemble documentaire. Sur un plan plus politique, les nouvelles frontières des médias sont d’autant plus puissantes qu’opérant au sein même des dispositifs (cachées dans le corps de l’information1) elles sont présentées comme une absence de toute frontière. Et toutes ces illusions sont effectivement produites par les représentations et discours qui accompagnent cet objet en lui-même largement invisible, car il est de la nature du jeu de l’information1 + 2 d’être essentiellement invisible. D’ailleurs, qu’est-ce que rêver de transparence, sinon désirer ne pas voir ? Si bien qu’en même temps que nous cherchons à faire apparaître les formes, parce qu’elles sont trop négligées, nous ne devons jamais oublier qu’elles ne sont pas perçues pour ce qu’elles sont. Ce principe guidera toute notre approche des écrits d’écran.

100Pour qui s’engage dans cette épistémologie du média comme objet ignoré, il est essentiel de comprendre que cette ignorance n’est ni provisoire, ni réservée au « novice », ni imposée au seul lecteur : beaucoup d’auteurs de « pages internet », certains d’entre eux virtuoses de la programmation, n’ont pas pensé aux effets de ces transformations ou de ces calculs, et ils omettent par exemple d’indiquer les marques éditoriales qui pourraient permettre d’identifier telle ou telle partie de leur texte comme se rattachant à un document plus complexe. Mais pour autant, cette ignorance, largement partagée, n’est pas la chose du monde la mieux partagée. Si nul n’est à l’abri de l’illusion, le jeu de l’ignorance et du savoir est inégal. Certains auteurs et lecteurs connaissent des ressources cachées à la plupart des autres acteurs, et les détournent, jouent avec les règles de référencement des sites, ouvrent les fichiers sources des documents…

101Quel est, finalement, le mode d’existence des médias informatisés ? Je serais tenté de répondre qu’il n’est pas unique, mais pluriel, que la réalité médiatique se manifeste, pour les acteurs comme pour les chercheurs, sur plusieurs plans. Ce qui fait l’intérêt de ces objets, en matière de démarche de recherche, mais qui définit aussi leur extrême difficulté, tient donc à l’ensemble de tensions que nous sommes contraints de maintenir, pour éviter les formules commodes mais réductrices que nous avons critiquées. C’est qu’il est impossible de réduire la valeur culturelle des médias informatisés à une formule explicative unique. La prise en compte de la spécificité des effets passe donc par l’acceptation de la pluralité des modes d’analyse et de l’ambivalence des tendances. S’il faut résumer l’analyse ici menée – et avec toutes les réserves possibles – je serais tenté de reconnaître, sinon trois modes d’existence des médias informatisés, du moins trois modes de leur analyse :

  • un mode morphologique : les objets comportent des propriétés observables, qui mettent en forme de façon effective les conditions de notre intervention culturelle (en production, en diffusion), et ceci, que nous en soyons conscients ou non ; il est possible et nécessaire, comme on l’a montré plus haut, de décrire des changements, chacun dans leur ordre, sans les assimiler à une mutation globale de la dynamique culturelle ;

  • un mode politique : malgré tout, l’initiative de créer ces dispositifs appartient à certains et non à d’autres ; la construction même des médias intègre donc, de fait, dans les objets même, des représentations de la valeur des informations, des activités de connaissance, et des dynamiques de reconnaissance sociale des savoirs, que certains mobilisent et que d’autres subissent ; les acteurs ont une compréhension inégale de ces réalités, qui affecte, souvent à leur insu, leurs relations de pouvoir ;

  • Mode imaginaire : il y a un imaginaire qui passe par la façon que nous avons de nous représenter ces choses ; ce mode pourrait aussi être nommé « tropologique », car cette représentation repose toujours, comme le rêve ou le mot d’esprit selon Freud, sur les figures de la rhétorique qui procèdent du déplacement, les tropes : hyperbole (immatérialité), métaphore (toile), métonymie (intégration), etc. ; il s’opère ainsi une réinvention permanente de ces dispositifs, par l’intermédiaire des langages que nous utilisons pour les désigner, des représentations que nous nous en donnons, des engagements physiques et intellectuels que nous mettons en œuvre lorsque nous sommes confrontés à eux. Cet imaginaire est largement illusoire par rapport aux propriétés réelles des dispositifs, mais il n’en produit pas moins des effets réels et puissants dans les pratiques culturelles.

102Le chapitre final de cette étude est consacré à l’écrit d’écran comme objet à la fois technique et sémiotique. Cet objet singulier ne contient sans doute pas toute la médiatique condition, mais il a pour vertu d’aider à mesurer l’ampleur et l’intérêt du travail qui s’offre aux jeunes chercheurs et aux acteurs de l’innovation, des perspectives qu’ils peuvent ouvrir, des risques qu’ils prennent, s’ils essaient de passer de la généralité de la question médiatique à l’observation des formes d’un média particulier, sans négliger les dimensions politique et imaginaire de son existence.

Bibliographie

Bibliographie indicative Chapitre 3

Andre J., « latex et sgml pouvaient-ils éviter la catastrophe de la Gare de Lyon ? », Cahiers Gutenberg, n° 1, avril 1989, p. 21 à 26.

Balle F., Médias et sociétés, Montchrestien, 1999.

Baratin M., Jacob Ch. (éd.), Le Pouvoir des bibliothèques : la mémoire des livres en Occident, Albin Michel, 1996.

Borges J.L., Fictions, folio, 1990.

Carré P. (éd.), « Communication, techniques et usages », Culture technique, n° 24, 1992.

Chartier R. et Martin H.J. (éd.), Histoire de l’édition française, Promodis, 1982.

Christin A.M., L’Image écrite ou la déraison graphique, Flammarion, 1996.

Deceuninck J., Du manuel au réseau : objets éducatifs et industrialisation de l’espace scolaire, thèse en sciences de l’information et de la communication, université Lille 3, 2000.

Deremetz A., « Les Images du texte poétique et leurs fonctions », dans Le Miroir des muses : poétiques de la réflexivité à Rome, Presses du septentrion, 1995, p. 19-171

Doueihi, Milad, La grande conversion numérique, Éditions du Seuil, 2008 Eisenstein E., La Révolution de l’imprimé dans l’Europe des premiers temps modernes, La découverte, 1991.

Escarpit R., Théorie de l’information et pratique politique, Seuil, 1981.

Foucault M., L’Archéologie du savoir, Gallimard, 1969.

Farge A., Le Goût de l’archive, Seuil, 1989.

Flichy P., L’Innovation technique, La Découverte, 1995.

Flichy P. (éd.), « Internet : un nouveau mode de communication ? », Réseaux, n° 97, 1999.

Glickman V. et Baron G. L., Technologies nouvelles et éducation, Documents et travaux de recherche en éducation, INRP, 1996.

Guillaume M., L’Empire des réseaux, Descartes et Cie, 1999.

Jacob, Christian et Giard, Luce, dir. Des Alexandries 1 Du livre au texte – II Les métaphorphoses du lecteur, Éditions de la BNF, 2001.

Jeanneret Y., « Cybersavoir : fantôme ou avatar de la textualité ? », Strumenti critici, n° 85, septembre 1997, p. 509-545.

Jacquinot G. ; Monnoyer L. (dir.), « Le dispositif », Hermès, n° 25, 1999.

Jouët J., L’Écran apprivoisé, CNET (coll. Réseaux), 1987.

Kerckhove D. de, Les Nerfs de la culture : être humain à l’heure des machines à penser, Presses de l’Université Laval, 1998.

Le Marec J., « Interactivité et multimédia : lieux communs revisités par l’usage », in Actes de l’observatoire des lectures hypermédias 1997-1998 : aspects des nouvelles technologies de l’information, éditions du centre Georges Pompidou, coll. « la BPI en actes », 1998.

Lévy P., L’Idéographie dynamique : vers une imagination artificielle ?, La Découverte, 1991.

Martin H.J., Histoire et pouvoirs de l’écrit, Albin Michel, 1996.

Mathien, M. dir., La "société de l’information", entre mythes et réalités, Bruylant, 2005.

Mattelard A., L’Invention de la communication, La Découverte, 1994.

Matthias P., La Cité internet, Presses de Sciences po, 1997.

Menrath, J. Mobile attitude : ce que les portables ont chagé dans notre vie, Hachette, 2006.

Miege B., La Société conquise par la communication, vol. 1 et vol 2, La Communication entre l’industrialisation et l’espace public, Presses universitaires de Grenoble, 1989 et 1996.

Miege B., Les Industries du contenu face à l’ordre informationnel, Presses universitaires de Grenoble, 2000.

Moeglin P., Outils et médias éducatifs : une approche communicationnelle, Presses universitaires de Grenoble, 2005.

Norman S.J., « Nouvelles scénographies du regard », Cahiers de médiologie, n° 1, 1996.

Otlet P., Traité de documentation : le livre sur le livre, édition CLPCF, Liège, 1989.

Pouts-Lajus S., Riche-Magne M., L’Ecole à l’heure d’Internet : les enjeux du multimédia dans l’éducation, Nathan, 1998.

Perriault J., La Logique de l’usage, Flammarion, 1987.

Quéau P., Le Virtuel, vertus et vertiges, Champ Vallon, 1993.

Robert, P., La logique politique des technologies de l’information, Presses universitaires de Bordeaux, 2005.

Schuerewegen F., À distance de voix : essai sur les « machines à parler », Presses universitaires de Lille, 1989.

Simondon G., Du mode d’existence des objets techniques, Aubier, 1989

Stiegler B., « Machines à lire », Autrement, n° 121, avril 1991.

Vitalis A. (éd.), Médias et nouvelles technologies : pour une sociopolitique des usages, Apogée, 1994.

Weissberg J.L., Présences à distance : déplacement virtuel et réseaux numériques, L’Harmattan, « Communication », 1999.

Zali A. (éd.), L’Aventure des écritures : la page, Bibliothèque nationale de France, 1999.

Médiations sociales, systèmes d’information et réseaux de communication : Onzième congrès National des Sciences de l’Information et de la communication, Université de Metz - Société française des sciences de l’information et de la communication (SFSIC).

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search