Version classiqueVersion mobile

Y-a-t-il (vraiment) des technologies de l’information ?

 | 
Yves Jeanneret

Nous vivons une époque formidable

Texte intégral

1Si formidable qu’elle exige, si l’on en croit certains, la néologie. « Osons, écrivait naguère un philosophe des réseaux, le terme barbare de “techno-environnement” pour désigner la révolution la plus importante depuis le néolithique ».

  • 1 Références des articles cités : Berger R., « De l’agora à Internet », L’Aventure humaine, n° 3/4, 1 (...)

2L’audace ne laissera pas perplexe le seul linguiste, mais peut-être aussi l’archéologue. Il faut dire que l’article d’où est extraite cette citation, publié par René Berger en 1995 dans L’Aventure humaine, nous mène, en quatorze pages, « De l’agora à Internet » : ce qui impose quelques raccourcis1.

  • 2 « www.dinosaures.edu »

3Plus modeste en apparence est le cliché, très répandu, qui assimile l’apparition du réseau à l’invention de l’imprimerie. On en découvrait par exemple une version polémique et grandiloquente en 1997 dans Le Monde, sous la plume de Bernard Maître, un consultant en informatique qui incriminait le fameux « retard français » sous un titre digne de Spielberg2 : « du point de vue de l’histoire de l’humanité, apprenait aux enseignants ce donneur de leçons, un tel événement ne peut être mesuré qu’à l’aune de la naissance de l’imprimerie – et encore ».

4Et encore… Voilà qui autorise toutes les extrapolations, sans nous ramener pour autant à la guerre du feu. Ou peut-être ne s’agit-il pas du même feu. C’est, souvenons-nous, l’époque où la presse américaine clamait que Bill Gates, modèle de tous les consultants-thaumaturges, fabriquait une « nouvelle Alexandrie ».

5Nous avons visité Gutenberg et les Ptolémée. Philippe Quéau allait bien au-delà de ces figures historiques, la même année, dans Le Monde de l’éducation. À ses yeux, pour toiser l’événement – car on mesure, ici, en même temps qu’on compare – il fallait remonter au seuil même de l’histoire : « Pour donner une idée de la nature et de l’ordre de grandeur du changement en cours, la comparaison avec l’apparition de l’écriture dans le monde antique convient très bien, car c’est tout simplement une nouvelle écriture qui se met en place dans le monde. Chaque fois que l’homme a changé de système d’écriture, il a aussi changé de système de représentation du monde, que le mot allemand Weltanschauung recouvre bien ».

6Alors ? galaxie Von Neumann, bibliothèque de Babel, Cybersumer, Homo numericus L. ? Changement de support ou changement de régime ? mutation de la pensée ou mutation de l’espèce ?

7Querelles byzantines, rétorquera-t-on. Tous ces exemples ne servent qu’à prendre la mesure de l’événement. Ne perdons pas de temps dans les détails de l’histoire. Ce qui est sûr, c’est que nous vivons une révolution, que nous entrons dans une nouvelle ère. Que le fait est civilisationnel, impérieusement civilisationnel. Ne courons pas le risque de manquer une civilisation !

8Ce défilé de prédictions hétéroclites se laisse résumer en un paradoxe unique. Notre époque a acquis la certitude que quelque chose d’essentiel se déplace dans les moyens matériels de diffusion des connaissances. Mais elle ne sait pas du tout quoi. Plus exactement, et sur un mode plus polémique : on peut affirmer dans les médias et dans l’édition à peu près n’importe quoi sur les « nouvelles technologies de l’information et de la communication » (NTIC), dès lors qu’on théâtralise suffisamment l’événement pour pouvoir l’associer à n’importe quel épisode spectaculaire, faisant stéréotype dans l’histoire des techniques d’enregistrement et de diffusion. Nous baignons dans un discours où tous les changements de l’économie documentaire font paradigme ou même monnaie : ils sont universellement échangeables, rendant disponibles, au présent, toutes les valeurs confirmées de l’histoire.

9La première édition de ce livre est parue en 2000, alors que l’annonce d’une révolution en marche donnait une teneur pleinement mythique à ce discours. Les dix années écoulées ont relativisé le récit du prodige. Ceci, pour plusieurs raisons. Les concepteurs d’outils ont dû prendre au sérieux la complexité des médiations que demande la création d’un univers d’information ; la multiplication des artefacts dans notre environnement quotidien a nourri une culture diversifiée des usages ; la croyance en la cyberculture, comme toute forme idéologique, a connu une certaine usure. Ces dix années sont aussi des années de développement de recherches concrètes qui, d’abord marginales, ont fait peu à peu prévaloir, au moins dans certaines sphères scientifiques, la nécessité d’étudier de près ce qui fait réellement la spécificité des objets et des pratiques.

10Ces acquis, pratiques et théoriques, nourrissent cette nouvelle édition. On aurait tort de penser pour autant que la fascination naïve a fait place à une évaluation sereine de ces changements. En effet, pour cela, il faudrait que les savoirs qui permettent une telle analyse se soient réellement diffusés. Ce qui n’est nullement le cas. On peut en donner deux exemples récents. La tenue sous les auspices de l’ONU d’un Sommet mondial sur la société de l’information (WSIS) en 2003-2005 a consacré et imposé une formule dont les analystes avaient largement montré le caractère insensé (toutes les sociétés sont des sociétés de l’information), entraînant une confusion permanente des enjeux techniques, économiques, sociaux et culturels ; l’annonce récente d’un « Web 2.0 » montre que les rhétoriques du bouleversement n’ont pas perdu de leur charme chez les gourous de l’innovation.

11Cette difficulté même que rencontre notre époque pour comprendre ce qui manifestement l’affecte est l’occasion d’apprendre quelque chose sur la culture. Cette situation est en effet significative de l’incursion brutale, dans l’espace public et dans le discours médiatique, d’une question qui jusque-là était censée ne concerner que les disciplines de l’érudition : celle de la construction documentaire et de ses supports matériels. Autant de détails souvent considérés, dans les théories de la connaissance, comme des appareils annexes et négligeables de la culture et, dans l’étude des mass-media, comme le champ clos de la documentation spécialisée. Incursion et spectacularisation que favorisent les plus troubles des desseins, mais qu’enregistrent, indiscutablement, les institutions politiques et culturelles. Voici que connaît une nouvelle publicité la question du lien qui peut s’établir entre la création d’objets techniques, matériels, supports de messages et d’échanges, d’une part, et d’autre part les pratiques de la culture, individuelles et collectives, savantes et ordinaires. Et il y a certainement une vérité au travail dans l’intérêt porté à cette « logistique » des savoirs (l’expression, approximative, est provisoire).

12Mais, lorsqu’on y prête attention, on peut être frappé par un nouveau paradoxe : plus ce lien est affirmé, moins il est élucidé ou étudié avec sérieux en tant que tel. Ce qui supposerait un travail considérable, s’il est vrai que les changements sont importants.

13Rarement avons-nous conjugué un tel état d’excitation relativement à la technique avec un regard aussi distrait sur son histoire.

14D’un côté, les discours de toute sorte s’en prennent aux « technologies de l’information (et de la communication) », aux « nouvelles technologies », aux « technologies cognitives », à la « société des réseaux », etc. Les commerçants et les politiques soucieux de nouveaux marchés et de nouvelles frontières, les essayistes spécialisés dans les grandes prédictions, les militants d’une déréglementation de la société et d’une dissolution des institutions culturelles dotent ces objets de quantité de vertus ; d’autres, diffuseurs du livre, défenseurs du verbe, garants de l’idée républicaine, les chargent de tous les maux, en réaction contre ces efforts de destruction prétendument créatrice.

15Portées par cette injonction technologique permanente, que nos gouvernants désignent de façon cocasse comme l’« entrée dans la société de l’information » (comme si une société pouvait entrer en elle-même), les formations se multiplient. C’est-à-dire qu’il s’en crée là où il n’en existait pas (grandes écoles, cursus de sciences de la nature et de sciences sociales, etc.) tandis que les étudiants affluent dans les formations existantes (sciences de la documentation, sciences de la communication, informatique, etc.), des formations dont on attend de plus en plus qu’elles se redéfinissent comme formations aux « nouvelles technologies ». Les acteurs les plus divers se disent spécialistes de l’information et des systèmes d’information, quand ce n’est pas de la gestion des savoirs (knowledge management, e-learning, etc.). Les établissements scolaires et universitaires sont invités, comme on l’a vu, à faire leur révolution numérique.

16D’un autre côté, il est très rare que soient énoncées les conditions théoriques et historiques indispensables pour transformer cette concentration d’intérêts (à tous les sens du terme) en interrogation véritable sur les formes de la médiation et de la médiatisation des savoirs : pour que le regard distingue ces « nouvelles technologies » plutôt que d’être seulement fasciné par elles. La pression des professionnels et l’inquiétude des étudiants tendent à tirer les sciences de la documentation vers une pure ingénierie des réseaux informatiques, qui d’ailleurs s’avère toujours plus complexe à maîtriser. L’innovation technique galopante place toute une société en position d’apprentissage pratique permanent. Face à cette pression des faits, l’équipement technique des établissements scolaires est présenté comme la panacée pour préparer ce changement, sans que ce mouvement d’équipement technique s’accompagne d’une réforme des programmes, faisant de la culture critique de l’information une discipline fondamentale. Condition pourtant indispensable si l’on veut que l’introduction des outils ne soit pas une source d’obscurantisme, plutôt qu’une occasion de culture.

17Beaucoup d’articles sur le sujet continuent d’invoquer l’histoire d’une façon hallucinante et de faire un usage immodéré de la notion de révolution. On nomme « cyber-chose », « hyper-machin » et « e-truc » tout et n’importe quoi. Les décisions réglementaires, les annonces commerciales et les textes gouvernementaux pratiquent systématiquement un réductionnisme technique impénitent, concentré sur les normes et le marché des dispositifs. Les programmes de recherche financent massivement la construction d’artefacts toujours nouveaux en marginalisant la compréhension de leur histoire, de leurs enjeux, de leurs effets culturels, de leur appropriation sociale, pour ne pas parler de la modestie des programmes de recherche sur les pratiques de communication non centrées sur les médias…

18Dans les discours médiatiques et technocratiques, l’histoire du livre, de la lecture et de la bibliothèque, celle de la vulgarisation sont systématiquement tenues à l’écart. On oscille entre une conception purement logique du processus informationnel, qui provient de l’automatisation industrielle (cybernétique) et un imaginaire de la transparence, qui réactive des utopies pluriséculaires. La référence à l’histoire prend comme on l’a vu un tour incantatoire, sur un fond d’historiographie de vignette et d’anthropologie de bazar. Les auteurs qui s’expriment publiquement sur la question ressassent un discours péremptoire sur la « société de l’apprentissage », sans avoir perdu de temps à apprendre comment les savoirs se diffusent dans la société.

19Face à cette situation, ceux qui s’emploient à poser une réflexion capable de résister au simple engouement doivent puiser à de nombreuses sources. Il existe trop peu d’ouvrages abordant de façon problématique et graduelle la question qui reste impensée dans tout ce contexte : celle des rapports qui peuvent s’établir entre les dispositifs techniques et les pratiques sociales d’information ou, plus largement d’ailleurs, de partage des savoirs (car c’est bien au sein de la question plus large des savoirs que le statut de l’information, au sens culturel et social du terme, pourra se définir).

20On trouve pléthore d’opuscules présentant les outils informatiques et préparant les nuls à la manipulation des logiciels. Il y a mille Découvertes d’Internet plus un Routard. Il existe des théories cybernétiques de la culture, des prospectus pour les technologies intelligentes, des précis de science de l’information. On lit des libelles contre l’illusion technologiste, des manifestes médiologiques, des métaphores sur la contagion des idées. On trouve dans les bibliographies de chercheurs des études approfondies sur plusieurs aspects de l’innovation technique actuelle et un fonds considérable de travaux sur les pratiques du livre, de l’écriture, de la bibliothèque. Ce qui est plus difficile à trouver, c’est une initiation raisonnée et synthétique aux grands questionnements à partir desquels le rapport entre dispositifs techniques et socialisation des savoirs peut être formulé – et donc adoptée une posture culturelle devant ces innovations.

21Ce livre voudrait être l’un des premiers que pourraient lire ceux qui veulent entrer dans ce questionnement. Non pas le seul, car il est à souhaiter qu’on écrive beaucoup de premiers livres. Il poursuit pourtant un objectif limité. Il serait illusoire de prétendre faire des choses aussi ambitieuses que : décrire la société de l’information, définir l’information de façon universelle, rendre compte de l’ensemble des pratiques liées à l’innovation technique, etc. Ceux qui s’y sont risqués, en annonçant par exemple une théorie générale de l’information ou une société des réseaux, ne figurent pas dans la bibliographie ici donnée, car ce qu’ils écrivent a trop de prétention pour avoir du sens. Aussi bien n’est-ce pas du tout de cela qu’il sera question dans les pages qui suivent.

22S’il faut choisir une métaphore, il ne s’agit ici, ni d’endiguer la déferlante des discours, ni de saisir le flux des innovations techniques et sociales, ni de dresser une carte des nouveaux océans communicationnels. Seulement, peut-être, de bâtir quelque esquif qui permette d’éviter d’être seulement submergé par ces flots. Métaphore provisoire, car on verra ce que cette assimilation de l’information à une substance liquide manque d’essentiel. Ce livre veut être l’un des instruments possibles pour construire un point de vue critique (au sens étymologique et non uniquement polémique) sur le rapport entre dispositifs techniques de support des messages et pratiques culturelles : notamment en expliquant les nombreuses médiations par lesquelles il faut passer pour relier, non mécaniquement, les uns aux autres.

23En d’autres termes, on s’emploie ici à bien poser quelques questions, à faire apparaître des épaisseurs, à signaler des difficultés et des repères. Et, principalement, à éliminer les solutions illusoires et les pistes inutiles. C’est, loin de toute théorie généralisante, une façon de traverser l’espace dans lequel les discours sur la société de l’information se déploient ; c’est un effort pour distinguer et qualifier des niveaux d’analyse des phénomènes, pour avoir prise sur certains enjeux, pour formuler certains problèmes. C’est donc un parcours, singulier et largement arbitraire, mais méthodique, qui est ici dessiné. Mais ce trajet ne peut être dessiné ainsi, d’une main un peu ferme, que parce qu’il n’a aucune prétention à rendre compte fidèlement d’un panorama empirique ou à résumer les acquis d’une discipline. C’est une lecture personnelle que justifie seul le souci d’aider à se constituer d’autres lectures personnelles.

24Ce parcours est orienté. Il part d’une évidence apparente, celle qu’il existerait des « nouvelles technologies de l’information » (la critique de ce triptyque sera notre point de départ), s’emploie à dissiper cette fausse simplicité et propose ensuite des moyens d’analyser les réalités qu’elle masque. Il s’agit donc, si l’on veut, de déconstruire l’amalgame du fait technologique et de son discours d’accompagnement. Mais c’est pour reconstruire autrement les rapports possibles entre technologie et culture, après avoir pris la peine d’établir un usage critique du discours. Usage qui repose sur quelques ressources essentielles et simples : s’interroger sur le sens de certains termes, opérer des distinctions, lire quelques textes éclairants, mettre à profit les leçons du passé, observer de près des objets plus actuels. En somme, d’abord un décalage permettant de distancier quelque peu notre regard par rapport à ce qui pourrait l’envelopper et de trouver un langage pour le décrire, puis un effort pour regarder de près ce qui bouge.

25Ce parcours a aussi ses limites, qui tiennent au projet d’une réflexion partant des objets, mais résolue à ne pas couper ces objets de l’histoire sociale, politique, économique et culturelle qui les produit et leur donne sens. Cette histoire ne sera pas ici décrite. Sa place sera seulement constamment marquée au sein d’une réflexion sur la nature et le statut des objets.

 

26Cette approche problématique – dont je souhaite aussi qu’elle encourage, par ses imperfections, d’autres auteurs à reprendre le même projet et à le mener plus loin – voudrait servir quatre desseins essentiels et urgents :

  • fournir un outil commode pour la formation d’étudiants en sciences de l’information, de la documentation et de la communication ;

  • offrir à divers acteurs (ingénieurs, consultants, documentalistes et gestionnaires de systèmes d’information, responsables industriels et politiques, etc.) l’occasion d’une réflexion et d’une initiative originales, qui seront précieuses à tous, partout où ils auront à agir ;

  • permettre aux enseignants de tout niveau et de toute discipline de mieux intégrer à leur activité pédagogique une dimension de réflexion critique sur les objets et pratiques informationnels ;

  • donner aux citoyens et militants motivés par une recherche impliquée sur ces questions quelques armes contre ceux qui pourraient vouloir leur faire prendre des vessies pour des lanternes.

27Un tel public peut sembler trop large. La rhétorique suggérerait même de renoncer à viser tant de publics à la fois. Mais la situation particulière des savoirs en jeu autorise, me semble-t-il, le pari. En effet, la très faible élaboration théorique du rapport entre information et dispositifs techniques au sein des disciplines que nous avons étudiées (que nous soyons littéraires ou scientifiques, industriels ou enseignants, etc.) nous place un peu tous à égalité, pour le pire, face à ces questions si importantes.

28C’est pourquoi, si les étudiants engagés dans un second ou troisième cycle d’études en sciences de l’information et de la communication et les ingénieurs appelés à concevoir des dispositifs informationnels sont les deux publics auxquels j’ai particulièrement pensé en écrivant ce livre, ils ne me semblent pas les seuls à pouvoir en tirer parti.

29Cela dit, ce livre n’est pas un livre de vulgarisation, mais de synthèse critique et de formation à une attitude de recherche sur ces questions. Il demande un effort de problématisation, passe par des lectures dont toutes ne sont pas actuelles, prend délibérément un tour critique, conceptuel, spéculatif. Il n’évite pas une certaine densité de l’expression, lorsque les questions sont complexes. Mais il n’exige aucune connaissance préalable précise en matière d’histoire des systèmes d’information ou de théorie des médias, dans la mesure où il vise à être un outil de base dans l’initiation à ce domaine de recherche.

30Les options prises ici, en matière de définition des enjeux et en termes de démarche de communication, ont guidé le type d’écriture qui est pratiqué dans les pages qui suivent. Ce livre est une arme davantage qu’un traité et un instrument plutôt qu’une œuvre. Je m’emploie dans les pages qui suivent à poser clairement quelques questions, pour que le lecteur réponde, en s’appropriant ces questions, en les reformulant ou, tout aussi bien, en les récusant : peu importe, s’il a pu construire une relation plus critique aux phénomènes envisagés et aux discours qui les accompagnent. Cela passe par la lecture de certains textes et l’analyse de certains cas, en nombre limité. Il a fallu choisir, ce choix est justifié par les seuls besoins d’un parcours rapide et lisible. Les auteurs cités ne sont, ni les plus importants, ni les « incontournables ». Dans cette mesure, les références aux différents théoriciens du champ sont peu nombreuses, car l’objet du livre n’est, ni de prétendre à une théorisation originale, ni de rendre hommage à des fondateurs. Les courtes bibliographies qui suivent les chapitres indiquent au lecteur quels sont les auteurs qui ont le plus inspiré les analyses proposées. Mais les pages qui suivent doivent à plusieurs communautés scientifiques : histoire du livre et des bibliothèques, théories des médias, analyses de la communication des savoirs, sociologie des techniques, économie des industries culturelles, etc. Et elles se sont beaucoup nourries du dialogue avec mes étudiants, qui reconnaîtront çà et là quelques idées dont nous ne savons pas bien, eux et moi, qui les a réellement inventées au fil de ce dialogue. Il faudrait plusieurs livres comme celui-ci pour faire la liste de ceux que j’exploite, les citant ou non.

31« Nous ne faisons que nous entregloser », écrivait Montaigne. Ce principe, auquel le présent livre n’échappe pas, est le commencement de la sagesse, pour qui prétend envisager les questions relatives à ce qu’on appelle, bien distraitement, les « nouvelles technologies de l’information ».

Notes

1 Références des articles cités : Berger R., « De l’agora à Internet », L’Aventure humaine, n° 3/4, 1995 ; Maître B. « www.Dinosaures.edu », Le Monde, 20 septembre 1997 ; Quéau P. « La Galaxie cyber », Le Monde de l’éducation, n° 247, avril 1997.

2 « www.dinosaures.edu »

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search