Version classiqueVersion mobile

Ménage à trois. littérature, médecine, religion

 | 
Vincent Kaufmann

Première partie : scènes de ménage

Foi et hystérie (Zola, les Goncourt)

Texte intégral

1Selon Michelet, l’époux doit être le pédagogue de sa jeune et douce moitié. C’est un droit sur lequel il lui appartient de veiller jalousement, il en va de la paix des ménages. Idéalement, l’épouse ne devrait avoir aucune pensée qui ne lui vienne de lui ou qui soit du moins étrangère à son époux-confesseur. Celui-ci se substituera donc dans la mesure du possible au médecin, de même qu’à l’écrivain en surveillant soigneusement les lectures de sa femme, en lui choisissant des livres tendres et sains, et en jetant au feu les romans énervants et susceptibles de pourrir l’âme. Question d’intimité en somme, fragile et menacée par la moindre (mauvaise) pensée échappant au chef de famille.

2C’est pourquoi il est également vital de congédier les prêtres, ces professionnels de la confession par lesquels les femmes échappent à leurs maris. C’est chez Michelet une obsession récurrente qui suggère aussi que derrière l’écran de son anticléricalisme notoire, il y a la volonté de bloquer à tout prix le potentiel de jouissance (féminine ?) délocalisée induite par le fantasme. En ce XIXe siècle laïque et républicain, il y a les mères de familles qui oublient leurs devoirs à cause de la littérature (une Bovary par exemple, dont il sera question plus loin), et celles qui les oublient à cause des prêtres. L’influence de la morale du pédagogue national est en tout cas perceptible chez les romanciers en général plutôt anticléricaux de la mouvance réaliste ou naturaliste, notamment dans des romans comme Madame Gervaisais des frères Goncourt ou La Conquête de Plassans de Zola, qui s’attachent tous les deux à la description d’un processus d’hystérisation par la foi.

  • 1 Selon l’expression ou plus exactement le titre de la thèse de médecine de Victor Segalen, parue en (...)
  • 2 J’emprunte la formule à un article de Jean Kämpfer consacré à Zola, « C’est triste à dire. Les ave (...)

3On dira que puisqu’il s’agit là de véritables romans et non pas de traités de morale, les Goncourt ou Zola ne sauraient être sur la même longueur d’onde que Michelet. Mais on sait que la particularité du réalisme des Goncourt et surtout du naturalisme de Zola consiste précisément en une médicalisation du romanesque. Certes, ils ne décrivent ni ne dessinent des matrices saignantes, mais, disent-ils avec l’hypocrisie ou la mauvaise foi qui convient, ils n’écrivent pas non plus des romans pour faire rêver, pour exciter, énerver les lecteurs et surtout les lectrices. Ils sont cliniciens ès lettres1, ils donnent à leurs lecteurs des leçons d’anatomie pathologique psychosociale, et ce qu’ils découvrent et racontent est aussi triste à dire2 que pas beau à voir, à peine plus ragoûtant que les matrices saignantes qui plongent Michelet dans l’extase. Leurs bureaux sont des tables de dissection, en général sans machines à coudre, puisque leur rôle est de montrer et non de recoudre les plaies de la société. Tout comme Michelet lorsqu’il se réclame de ses accointances avec ses contemporains physiologistes, ils sont en somme des hommes de science. Du moins est-ce là leur alibi, à l’ombre duquel eux aussi peuvent donner libre cours à leurs plus mauvaises pensées.

  • 3 Edmond et Jules de Goncourt, Germinie Lacerteux, 1990, Paris, GF – Flammarion, p. 56.

4Sans évoquer pour l’instant l’incontournable Docteur Pascal, véritable star de mon livre qui devra néanmoins patienter jusqu’à la prochaine section, on se reportera pour s’en convaincre à certaines préfaces des Goncourt et de Zola. La posture médico-romanesque tient toujours un peu du sacerdoce, elle suppose qu’il eût été préférable de pouvoir éviter de tremper sinon ses mains du moins sa plume dans le cambouis ou les viscères du corps social. Entre Michelet qui stigmatise le roman et les Goncourt ou Zola qui se présentent comme des romanciers malgré eux, le fossé n’est pas infranchissable. J’en veux pour preuve encore que le später Zola (celui des Villes et des Évangiles) sera de moins en moins romancier et de plus en plus moraliste. En ce qui concerne les Goncourt, la préface à la première édition de Germinie Lacerteux (1865), qui raconte la déchéance d’une servante, est très explicite. C’est du roman vrai, documentaire en somme, gai comme un cours de médecine sociale, une « clinique de l’Amour » à peine plus romanesque que L’Amour de Michelet : « Le public aime les romans faux : ce roman est un roman vrai. Il aime les livres qui font semblant d’aller dans le monde : ce livre vient de la rue. Il aime les petites œuvres polissonnes, les mémoires de filles, les confessions d’alcôves, les saletés érotiques, le scandale qui se retrousse dans une image aux devantures des librairies : ce qu’il va lire est sévère et pur. Qu’il ne s’attende pas à la photographie décolletée du plaisir : l’étude qui suit est la clinique de l’Amour. Le public aime encore les lectures anodines et consolantes, les aventures qui finissent bien, les imaginations qui ne dérangent ni sa digestion ni sa sérénité : ce livre, avec sa triste et violente distraction, est fait pour contrarier ses habitudes et nuire à son hygiène3. »

  • 4 Alidor Delzant, Les Goncourt, Paris, Charpentier, 1889, p. 69.
  • 5 Thérèse Raquin, préface à la deuxième édition, Paris, Gallimard, 1979, coll. Folio, p. 24-25.

5Les Goncourt sont bien, juste avant Zola, les premiers anatomistes de la littérature française, comme le relève Alidor Delzant dans la monographie qu’il leur consacre en 1889, en reconnaissant « dans l’innovation des Goncourt une part de l’énergie et de l’audace qu’a dû déployer André Vésale quand, pour la première fois, il a osé planter son scalpel dans un cadavre pour y puiser les sciences de la vie4 ». Un peu plus tard, notamment dans la Préface à la deuxième édition de Thérèse Raquin, Zola repassera une couche de médecine sur son image d’écrivain, mais il ne dit pas fondamentalement autre chose que les Goncourt. S’il nous raconte les joyeusetés d’un adultère sordide, du malheur dans le crime, c’est par dévouement scientifique et certainement pas par plaisir : « On commence, j’espère, à comprendre, que mon but a été scientifique avant tout. Lorsque mes deux personnages, Thérèse et Laurent, ont été créés, je me suis plu à me poser et à résoudre certains problèmes : ainsi, j’ai tenté d’expliquer l’union étrange qui peut se produire entre deux tempéraments différents, j’ai montré les troubles profonds d’une nature sanguine au contact d’une nature nerveuse. Qu’on lise le roman avec soin, on verra que chaque chapitre est l’étude d’un cas curieux de physiologie. En un mot, je n’ai eu qu’un désir : étant donné un homme puissant et une femme inassouvie, chercher en eux la bête, ne voir même que la bête, les jeter dans un drame violent, et noter scrupuleusement les sensations et les actes de ces êtres. J’ai simplement fait sur deux corps vivants le travail analytique que les chirurgiens font sur les cadavres5 ».

  • 6 Voir aussi sur cette question Emily Apter, Feminizing the Fetish, Ithaca, Cornell University Press (...)

6Mais venons-en à Madame Gervaisais et à La Conquête de Plassans, romans dans lesquels le prêtre tient le rôle du séducteur d’épouses et donc celui de l’accusé. Il est celui par qui la maladie arrive. La religion n’est plus ici du côté de la guérison ; elle rend malade, au grand effarement des médecins qui, impuissants, prennent acte du refus des victimes de se faire soigner. Ces victimes, et c’est décisif, sont presque toujours des femmes, puisque les physiologues et les neurologues du XIXe siècle ont décrété qu’elles étaient nerveusement plus fragiles que les hommes et donc généralement menacées d’hystérie, de nervosisme. Dans le cas des maladies nerveuses dues à des accès de religion, qui vont nous occuper ici, on parlera plus particulièrement de masofétichisme religieux6.

7Suivons nos romanciers dans leurs démonstrations impies. Prenez une bourgeoise, mariez-la avec un homme un peu mufle : n’ayant jamais eu vent des bons conseils conjugaux du docteur Michelet, il n’a aucun talent ni pour l’intimité ni pour la confession et il ignore par conséquent tout des aspirations les plus secrètes, les plus divines et les plus extatiques de son épouse. Faites-lui faire quelques enfants. Assurez-vous qu’elle soit correctement frustrée, pas épanouie en tout cas. Il est temps alors de lui faire prendre en pension un prêtre machiavélique parachuté à Plassans pour d’obscures intrigues politiques (retourner la bourgeoisie locale en faveur de l’empereur, pour qui elle n’a pas daigné voter la première fois). Ce sera l’abbé Faujas de La Conquête de Plassans qui s’installe dans le triste ménage de François et Marthe Mouret et de leurs trois enfants, dont une fille handicapée mentalement (Désirée). Il y vivra en parfait parasite, comme tant de personnages zoliens, d’abord avec sa mère, puis avec une sœur et un beau-frère plutôt louches, du genre à voler les confitures dès qu’on le dos tourné.

  • 7 Edmond et Jules de Goncourt, Madame Gervaisais, Paris, Gallimard, 1982, coll. « Folio », p. 135.

8Ou bien vous mariez votre bourgeoise avec un haut fonctionnaire nul et jamais aimé, de surcroît jaloux de la supériorité intellectuelle de son épouse. « Pas une pensée commune7 » : Michelet prêche décidément dans le vide. Assurez-vous qu’avant de mourir, le monsieur lui fasse au moins un enfant, lui aussi handicapé mentalement, puis envoyez Madame Gervaisais – c’est le nom que vous lui avez donné – désormais veuve et poitrinaire se soigner à Rome, au climat plus chaud et plus sec, en compagnie bien évidemment de son unique et demeuré Pierre-Charles. Tout est alors prêt, il n’y a plus qu’à servir. Marthe Mouret, au départ aussi bonne mère qu’indifférente aux choses de la religion va peu à peu céder à la douceur de ses entretiens avec l’abbé Faujas, tellement plus compréhensif que Monsieur Mouret. Et Madame Gervaisais, si intellectuelle, si femme de raison, presque libre-penseuse, si homme pour tout dire (n’a-t-elle pas pris en charge, après la mort de sa mère, l’éducation – notamment philosophique – d’un jeune frère ? c’est une affaire d’homme, la philosophie), va peu à peu ramollir et se laisser charmer, d’abord par les artifices esthétiques du catholicisme (la musique, les chants, les peintures, les églises, etc.), puis par la douceur du monde des soutanes, les manières des hommes tendres et en robe.

  • 8 Ibid., p. 121. Il faut relever ici l’agencement des différentes séquences : le ramollissement de Ma (...)

9C’est physique, ça leur vient des nerfs ou par les nerfs, ça passe par la complexion nerveuse propre à la femme, pour Marthe Mouret comme pour Madame Gervaisais. D’abord, cela semble se limiter à une sensation esthétique. C’est en assistant aux cérémonies de Pâques à Saint-Pierre, en écoutant le plain-chant dramatisé de la passion de J.-C. que ça commence : « Charmée nerveusement, avec de petits tressaillements derrière la tête, Mme Gervaisais demeurait, languissamment navrée sous le bruit grave de cette basse balançant la gamme des mélancolies, répandant ces notes qui semblaient le large murmure d’une immense désolation, suspendues et trémolantes des minutes entières sur des syllabes de douleur, dont les ondes sonores restaient en l’air sans vouloir mourir8 ».

  • 9 Ibid., p. 146.

10Le catholicisme s’insinue, sourdement et secrètement, par ces syllabes de douleur commuées en charmants tressaillements, par la compassion pour la souffrance, qui éloigne Madame Gervaisais de cette Rome antique qu’elle commence par tant admirer : « En même temps, la mémoire de ses lectures la travaillant sourdement, secrètement, et sans qu’elle en eût la conscience, elle se retransportait à la barbarie de ces temps. Lentement elle se rappelait la cruauté du citoyen romain, la cruauté de la femme romaine, le plaisir public au sang, le Cirque insatiable et inassouvi, une société bâtie sur l’esclave, ce monde où l’homme naissait et vivait sans entrailles pour l’homme, sans respect ni pour sa vie ni pour sa mort, sans compassion pour sa souffrance, sans attendrissement pour son malheur, sans larmes pour ses larmes ; un monde de fer qui faisait une faiblesse et une lâcheté de la Pitié. Et c’était à la fin, dans ces salles, que sa pensée s’élevait involontairement au Christianisme recréant l’homme frère de l’homme, rapportant l’humanité à l’univers sans cœur9 ».

  • 10 Ibid. p. 155.

11Les choses en seraient peut-être malgré tout restées là s’il n’y avait eu Pierre-Charles tombé gravement malade et déjà presque abandonné par les médecins. L’ultime recours sera tout à coup, sur le conseil de pieuses voisines, d’aller prier la Madonna del Parto, spécialisée dans les enfants et les mères : « Mme Gervaisais, dans l’état de préoccupation fixe où elle était, ne pensait qu’à un médecin, à un guérisseur, à un charlatan. Au mot de Madone elle eut un sourire méprisant, presque amer. Puis tout à coup, brusquement, par un retour soudain, involontaire, inconscient : « Eh bien Honorine, que faites-vous là ? Vous ne me donnez pas mon châle et mon chapeau ? Vous voyez bien que ces dames m’attendent…10 ». On devine que cette foi brusquement et presque inconsciemment retrouvée, qui conduit notre fière intellectuelle à se jeter aux pieds d’une statue de la Madonna et d’y coller, après tant d’autres, quelques fervents baisers, sera suivie d’un prompt miracle, pour le bonheur immédiat de Pierre-Charles, et le malheur à venir de sa mère.

  • 11 Ibid., p. 171.
  • 12 Ibid., p. 176.

12Rien de plus efficace en effet pour convertir les incrédules qu’une bonne guérison miraculeuse. C’est un vieux truc de J.-C. qui va singulièrement accélérer les choses pour Madame Gervaisais. À partir de ce tournant du récit, les progrès en ramollissement vont être assez rapides : « Madame Gervaisais revenait de Castel-Gandolfo, attendrie de toutes ses fibres intimes de son sexe par le je-ne-sais-quoi de fondant, ce charme que possède le Midi, pour vaincre le dur des âmes du Nord et les livres, déliées et déraidies, au catholicisme11 ». Et un peu plus loin : « L’amollissement des premières approches d’une foi la livrait à la séduction de ces sensations spirituelles, dont l’action est si agissante sur l’organisme d’une femme à l’âge où elle redescend sa vie12 ».

13La religion, c’est une maladie qui vient quand ça débande. La religion, c’est quand ça ramollit, quand ça vous pénètre, quand ça (se) féminise, c’est une angoissante histoire de femme ou de devenir femme. C’est quand les durs deviennent des mous, au point de perdre leur place, comme le pauvre François Mouret, père de famille au départ banalement autoritaire, même pas méchant, peu à peu traité comme un chien dans sa propre famille, recevant les bas morceaux au bout de la table et obligé de s’écraser derrière les extatiques et immatériels rapports de Marthe Mouret à l’abbé Faujas, qu’elle choisit comme confesseur après avoir été obligée de l’accueillir comme pensionnaire. Plus Marthe s’exalte, et plus Mouret disparaît, finalement voué à la folie : dans cet univers il n’y a pas de place pour un père, ou du moins pour ce père-là.

  • 13 Ibid., p. 234-235.

14Pendant ce temps, Madame Gervaisais se choisit elle aussi un confesseur particulièrement sévère, l’austère Père Sibilla, qui la dépouille de toute son intelligence pour la vouer à de chastes extases, pour littéralement la clouer au Christ : « Dès lors […] elle commença à jouir, tremblante, émue, ébranlée par tout l’être, de l’intimité chaste et délicate de son jeune maître, avec des tressaillements dans la prière, un attendrissement de délices, ces touchements et ces douleurs spirituelles, cette inénarrable jouissance des grâces sensibles après lesquelles ces tendresses avaient si amèrement soupiré sans pouvoir y atteindre. Maintenant elle se trouvait dans la confiance et l’abandon de femme qui se livre toute à Jésus et se cloue à lui13 ».

15Nous voici au cœur du maso-fétichisme religieux : Madame Gervaisais se cloue à J.-C., et comme son confesseur pousse la cruauté jusqu’à lui défendre de porter le cilice de ses rêves (selon la logique bien connue du sadique refusant de faire du mal au masochiste pour qu’il en redemande), elle coud dans la grossière toile qui couvre désormais sa poitrine de petites branches de rosier dont les épines lui déchirent la peau. Épouser J.-C., c’est non seulement compatir à, mais partager aussi réellement que possible ses souffrances, avec en prime pas mal d’extase et de jouissance. Marthe Mouret pour sa part sera plus franchement hystérique, ne serait-ce que parce que Zola a eu le temps de se familiariser avec les théories de Charcot. Elle se paie quelques superbes convulsions nocturnes, sous les yeux effarés de son époux, qui n’en peut mais et se voit accusé par la bonne et le clan Faujas de vouloir étrangler sa femme. Sans trop comprendre ce qui lui arrive, il se retrouve interné à l’asile des Tulettes où il ne lui reste plus qu’à devenir fou pour de bon.

  • 14 Ibid., p. 239.
  • 15 Les Rougon-Macquart, vol I : La Conquête de Plassans, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade (...)

16Les deux femmes se perdent, se consument, se détruisent dans des accès d’extase de plus en plus permanents. La religion n’est que maladie et fièvre : « Cette fièvre de foi ne tardait pas à faire de l’extase l’état chronique de la femme épuisée, tuée par le mal, les macérations, de dédain de la santé ; et ce ne fut bientôt plus seulement à Sainte-Marie du Transtevere, ce fut chez elle, à l’improviste, qu’elle eut presque continûment ces ravissements, ces élancements, ces transports qui la détachaient et l’arrachaient de la matière14 ». La tuberculose aidant, car Madame Gervaisais ne se soigne plus, refuse de recevoir son médecin, mange mal, pour ne pas dire rien, elle finira par succomber, tout comme Marthe Mouret, qui mourra d’ailleurs également de tuberculose, après avoir, si l’on peut dire, jeté ses derniers et ses plus beaux feux : « Marthe, plus mince, les joues rosées, les yeux superbes, ardents et noirs, eut alors pendant quelques mois une beauté singulière. La face rayonnait ; une dépense extraordinaire de vie sortait de tout son être, l’enveloppait d’une vibration chaude. Il semblait que sa jeunesse oubliée brûlait en elle, à quarante ans, avec une splendeur d’incendie […]. Elle usait ses genoux sur les dalles de Saint-Saturnin, vivait dans les cantiques, dans les adorations, se soulageait en face des ostensoirs rayonnants, des chapelles flambantes, des autels et des prêtres luisants avec des lueurs d’astres sur le fond noir de la nef. Il y avait chez elle une sorte d’appétit physique de ces gloires, un appétit qui la torturait, qui lui creusait la poitrine, lui vidait le crâne, lorsqu’elle ne le contentait pas. Elle souffrait trop, elle se mourait, et il lui fallait venir prendre la nourriture de sa passion, se blottir dans les chuchotements des confessionnaux, se courber sous le frisson puissant des orgues, s’évanouir dans le spasme de la communion. Alors, elle ne sentait plus rien, son corps ne lui faisait plus mal. Elle était ravie à la terre, agonisant sans souffrance, devenant une pure flamme qui se consumait d’amour15. »

17Madame Gervaisais et Marthe Mouret se jettent dans les convulsions et les extases à corps perdu, elles se sacrifient entièrement à la cause du masofétichisme, elles ne meurent de la tuberculose que pour la forme ou pour que les apparences soient sauves. La vraie cause de leur mort, c’est l’abus d’extase, et de toute façon la tuberculose est elle aussi, depuis La Dame aux Camélias et jusqu’à La Montagne magique revisitée plus loin, une maladie dont le coefficient érotique et le potentiel de jouissance ne sauraient être sous-estimés. Ce sont des accros de l’endomorphine, des toxicomanes, pas si différentes dans cette perspective de leur laïque cousine Emma B. Elles meurent, elles se sacrifient pour avoir suivi aveuglément les consignes de leurs confesseurs, directeurs d’inconscience plutôt que de conscience, dealers de divine poudre (aux yeux) frelatée, manipulateurs cyniques ou fanatiques rompus, comme les séducteurs les plus prosaïques, dans l’art de laisser tomber celles qu’elles ont allumées. Pour eux, pour leur attention ou leur amour, elles abandonnent sans sourciller maris et enfants. Le malade imaginaire est à côté de sa paternité et on en rit. Madame Gervaisais et Madame Mouret sont à côté de leur maternité et ça ne fait plus rire personne, surtout lorsqu’il s’agit d’enfants handicapés mentalement, c’est-à-dire d’une innocence au carré. Dans l’univers des Goncourt et de Zola, les pauvres en esprit ne sont pas très heureux : c’est la faute de mères rendues monstrueuses par leur découverte des extatiques plaisirs de la foi et celle des prêtres qui encouragent une telle monstruosité. Dans cette perspective, le masofétichisme est une entorse terrible aux lois de la raison comme à celles de la nature. Il conduit les mères à renier leur maternité, à prendre leur progéniture en grippe, à s’en débarrasser, voir à l’affamer, comme dans le cas de Pierre-Charles qui survit grâce aux morceaux que la servante lui donne à manger en cachette.

18On pourrait sans doute ajouter un certain nombre de pièces à conviction à ce dossier des détourneurs d’âme, caractéristique de la situation à la fois de l’écrivain et du médecin en cette fin du XIXe siècle. Notamment un curieux roman d’Alphonse Daudet, L’Évangéliste, où il est également question de convulsions féminines (quoique très discrètement : le roman est nettement moins « médical » que ceux que je viens de commenter). Il s’agit de l’histoire d’une jeune femme, Élise Ibsen, qui est captée par une terrifiante secte protestante, devient un robot fanatique et abandonne non seulement fiancé et enfants (son fiancé est père et veuf) mais aussi et surtout sa mère. Là encore, l’illumination par la foi est virée au compte d’une perversion, dans ce cas froide, protestante en somme. Elle est une entorse aux lois de la nature, elle est reniement des mères et de la maternité : convulsions, hystéries, utérus déchaînés ou dévoyés. En écho au destin de François Mouret, on relèvera dans L’Évangéliste celui de l’époux de la directrice de la secte, la terrible Madame Authemann : plutôt gentil mais évidemment mou, il ne trouve son salut qu’en se jetant sous un train.

19Daudet le confirme, les prêtres sont, de manière générale (ou œcuménique), des détourneurs d’âme, contrairement aux médecins qui agissent, soignent et conseillent en observant les lois de la nature, et contrairement aux écrivains lorsqu’ils passent une alliance avec la science et la médecine de leur temps. L’époque n’est plus au sacre de l’écrivain. Les réalistes et les naturalistes jouent la science contre le divin et les prophètes, et c’est tout sauf une coïncidence si les romans décrivant les conversions et les extases religieuses comme des maladies se multiplient. Question d’image d’écrivain en somme, avec en prime, pour la virilité d’icelui une rassurante inversion de la situation dont on est parti avec La Sorcière de Michelet : si les femmes sont des sorcières, c’est parce qu’elles sont possédées par les prêtres. Est-ce qu’on tournerait en somme en rond ?

Notes

1 Selon l’expression ou plus exactement le titre de la thèse de médecine de Victor Segalen, parue en 1902, intitulée Les cliniciens ès lettres (reparue dans Victor Segalen, Œuvres complètes, vol. I, Paris, Laffont, 1995, coll. « Bouquins »). Cette thèse est largement consacrée à des auteurs dont il va être question ci-dessous : Zola, les Goncourt, Huysmans, etc.

2 J’emprunte la formule à un article de Jean Kämpfer consacré à Zola, « C’est triste à dire. Les aveux du style dans l’œuvre critique de Zola », Versants, 8, 1979 ; du même auteur, voir aussi Emile Zola, d’un naturalisme pervers, Librairie José Corti, Paris, 1988.

3 Edmond et Jules de Goncourt, Germinie Lacerteux, 1990, Paris, GF – Flammarion, p. 56.

4 Alidor Delzant, Les Goncourt, Paris, Charpentier, 1889, p. 69.

5 Thérèse Raquin, préface à la deuxième édition, Paris, Gallimard, 1979, coll. Folio, p. 24-25.

6 Voir aussi sur cette question Emily Apter, Feminizing the Fetish, Ithaca, Cornell University Press ; en particulier le chap. 6 (« Mystical Pathography »). Le maso-fétichisme religieux est définitivement lié à la complexion nerveuse et sexuelle de la femme. Le « décor » culturel ou scientifique des frères Goncourt ou de Zola, ce sont aussi dans cette perspective les innombrables efforts de l’anatomie et de la physiologie du XIXe siècle (mais aussi de la psychologie, de la sociologie, etc.) pour fixer une fois pour toutes les sexes dans une différence aussi irréductible que possible (on consultera également à ce propos Thomas Laqueur, La Fabrique du sexe. Essai sur le corps et le genre en Occident, Paris, Gallimard, coll. « N.R.F. Essais », 1992). Les romans envisagés ci-dessous doivent être situés dans ce contexte de différenciation anatomique, sexuelle, culturelle et sociale, si caractéristique de l’époque. Et si les Goncourt ou Zola déploient autant d’efforts pour montrer que les extases religieuses sont fondamentalement pathologiques, s’ils déclarent la guerre aux soutanes, il n’est pas sûr qu’ils n’aient pas en tête d’autres robes : celles des femmes elles-mêmes. Une robe peut en cacher une autre, la menace est autant celle de la féminité que celle du prêtre, ou plus exactement celle de leur alliance.

7 Edmond et Jules de Goncourt, Madame Gervaisais, Paris, Gallimard, 1982, coll. « Folio », p. 135.

8 Ibid., p. 121. Il faut relever ici l’agencement des différentes séquences : le ramollissement de Madame Gervaisais commence juste avant les informations données sur son triste mariage, qui interviennent relativement tard dans le roman, comme si elles ne devenaient pertinentes qu’à la lumière de ce progressif changement d’attitude de l’héroïne.

9 Ibid., p. 146.

10 Ibid. p. 155.

11 Ibid., p. 171.

12 Ibid., p. 176.

13 Ibid., p. 234-235.

14 Ibid., p. 239.

15 Les Rougon-Macquart, vol I : La Conquête de Plassans, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade p. 1102.

© Presses universitaires du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search