Version classiqueVersion mobile

Ménage à trois. littérature, médecine, religion

 | 
Vincent Kaufmann

Prologue (Molière)

De quoi souffre le malade imaginaire ?

Texte intégral

1Les pages qui suivent, consacrées au Malade imaginaire, ont été à l’origine de ce livre, même si celui-ci a fini par s’en détacher, du moins en partie. On ne saute pas impunément du XVIIe siècle au XIXe ou au XXe siècle, mais le lecteur sautera d’autant plus impunément par-dessus le prologue s’il est pressé. Il ne s’agit pas tout à fait de la même chose, et pourtant tout y est. Molière, moins classique et moins raisonnable qu’on ne le prétend parfois, programme l’essentiel de la réflexion menée ici. Les scènes entre médecins, prêtres et artistes, il en a fait son affaire, bien avant les Goncourt ou Huysmans. Les subtils rapports entre douleur et imagination, explorés par Proust ou Artaud, il connaît. Et même une question comme celle de la paternité, qui traîne chez un Michelet comme chez un Zola, est déjà là, déjà pensée. Au risque de l’anachronisme, il fallait donc commencer, me semble-t-il, par rendre à Molière ce qui revient à Argan.

  • 1 Le Malade imaginaire, I, 5.

2Sait-on ce qu’est un hypocondriaque (ou, dans un autre registre, d’ailleurs un avare, une précieuse) ? Sait-on ce que c’est que souffrir ? A-t-on pris au sérieux ce qui pourtant crève les yeux : qu’Argan ne va pas bien du tout, que pour être un malade imaginaire, il n’en est pas moins malade, et même très malade, incurable, à en croire le dénouement de la pièce qui le verra devenir lui-même médecin, fou si l’on préfère ? « Oui, vous êtes fort malade, j’en demeure d’accord, et même plus que vous ne pensez », lui dit Toinette, sa servante, dès leur première confrontation1. Pour se moquer de lui, sans doute, mais comment ne pas voir que son ironie lui permet aussi de dire la vérité ? Comment et pourquoi une douleur que le bon sens identifie dans un premier temps comme imaginaire devient-elle réelle ?

3D’emblée Argan est là, et il sera presque toujours là, il n’en rate pas une, ou presque, pour la ramener. Il est présent dans vingt-sept des trente et une scènes que compte Le Malade imaginaire. C’est sans doute un record, et en tout cas un rôle crevant : de quoi tomber malade ou crever, comme cela arrivera justement à Molière jouant le rôle d’Argan, après trois ou quatre représentations. Argan, littéralement, n’en peut plus d’être là. Jouer le malade imaginaire, jouer au malade imaginaire est une entreprise dangereuse, ou du moins beaucoup plus fatigante que de jouer par exemple l’avare, qui l’est surtout de son image, qui n’aime pas trop se montrer, préférant rôder dans les coulisses à la recherche de sa cassette perdue. Argan, c’est le moins qu’on puisse dire, n’est pas avare de son image. Il ne demande qu’à se faire voir, il aime la comédie, il lui faut sans cesse un public qu’il puisse contraindre à assister au spectacle de sa maladie. Il est malade de son besoin d’être vu (comme Harpagon l’est sans doute de son besoin d’échapper au regard d’autrui).

  • 2 Ibid., I, 1.

4Argan est un comédien, un des plus grands de l’univers de Molière. Mais cela ne l’empêche pas d’être malade, au contraire. Sa maladie, c’est la comédie qu’il se joue et qu’il ne cesse d’imposer aux autres. Comme quoi il suffit parfois de s’imaginer, de se croire malade pour le devenir vraiment. Car du point de vue de Molière en tout cas, il est clair qu’être aussi déphasé socialement, aussi incapable de communication que l’est Argan, revient à rejoindre la cohorte de caractériels et de maniaques si indispensables à la bonne marche d’une comédie (d’Arnolphe à Orgon en passant par Harpagon, Alceste et bien d’autres encore). On peut même dire que dans le registre des troubles de la communication, Argan fait plus fort encore que tous ses prédécesseurs, et que Molière termine dans cette perspective en beauté : l’intermède final est un éloge clair et éblouissant de la comédie comme folie, et inversement. Argan ne sait ni parler ni se faire écouter, et c’est pourquoi il se réfugie dans la comédie, puis dans la folie, à moins qu’il y soit d’emblée. Son mode d’existence n’est-il pas, dès la première scène, le soliloque, si contraire à l’art de la conversation que le siècle impose comme le devoir social le plus sacré, et plutôt atypique par rapport aux règles d’exposition du théâtre classique ? Il apparaît sur scène en faisant les questions et les réponses, il est à lui seul tout un théâtre, il commente ses potions, ses clystères et leur prix, il prend à partie son pharmacien absent, et lorsqu’il s’aperçoit qu’il est seul, il ne lui reste qu’à faire du bruit, plus de bruit encore, pour qu’on vienne : « Il n’y a personne ? j’ai beau dire, on me laisse toujours seul ; il n’y a pas moyen de les arrêter ici. (Il sonne une sonnette pour faire venir ses gens) Ils n’entendent point, et ma sonnette ne fait pas assez de bruit. Drelin, drelin, drelin, point d’affaire. Drelin, drelin, drelin, ils sont sourds. Toinette. Drelin, drelin, drelin. Tout comme si je ne sonnais point. Chienne, coquine, drelin, drelin, drelin ; j’enrage. (Il ne sonne plus, mais il crie) Drelin, drelin, drelin. Carogne, à tous les diables Est-il possible qu’on laisse comme cela un pauvre malade tout seul ! Drelin, drelin, drelin, voilà qui est pitoyable ! Drelin, drelin, drelin. Ah ! mon Dieu, ils me laisseront ici mourir. Drelin, drelin, drelin. »2 Faire du bruit pour qu’on vienne : est-ce vraiment un signe de santé ?

  • 3 Ibid., II, 5.

5Et lorsqu’on vient, les choses empirent. Toinette n’écoute pas son maître, répond à sa comédie par une autre comédie, fait autant de bruit que lui, l’interrompt sans cesse : cacophonie, cascade de poses et d ‘ insultes. Argan n’arrive toujours pas à se faire entendre, il n’arrivera jamais à se faire entendre. Il est l’homme fait comédie plutôt que parole, et c’est pourquoi personne ne prendra jamais la sienne au sérieux. C’est cela qu’il faut reconnaître comme la vraie maladie qui traverse la pièce de Molière, ne serait-ce que parce qu’elle est contagieuse et qu’elle contamine à peu près tous les personnages, momentanément ou pour de bon. Le Malade imaginaire est la mise en scène de l’absence ou de la faillite de la communication, l’interruption y triomphe. Argan rompt les conversations avant même de les commencer, il ne tient pas en place, toujours à courir après un lavement ou un clystère. Parler le fait littéralement chier. Toinette ne cesse d’interrompre son maître, et l’arrivée des Diafoirus au deuxième acte tient de la cacophonie, tout le monde se mettant à parler en même temps. Quant à Thomas Diafoirus, promis ou plus exactement imposé comme époux à Angélique, la fille d’Argan, il n’est si bon débatteur en Sorbonne que parce que la parole lui manque. Il ne fait que du bruit académique, comme le dit son père : « Il n’y a point de candidat qui ai fait plus de bruit que lui dans les disputes de notre école. »3 Il manque totalement de présence d’esprit, il se trompe d’adresse pour ses compliments (confondant sa future épouse et sa future belle-mère), il parle comme un livre, autant dire comme les morts. Son père ne manque d’ailleurs pas de préciser qu’il s’attache aveuglément aux opinions des anciens. Et même Angélique, la fille d’Argan, est prise dans le mouvement. Elle n ‘ entre en scène que pour prendre en face de Toinette sa pose quotidienne d’amoureuse transie et inquiète, et pour obliger la servante à l’approuver rituellement. Si l’on est toujours convaincu de la bonne santé d’Argan, il faut en tout cas admettre qu’il est au centre d’un système relativement dysfonctionnel.

6Troubles (sérieux) de la communication : on devine que pour en guérir, mieux vaut ne pas trop compter sur les médecins. Pour eux, l’absence de communication tient en effet tout à la fois de la rente de situation et de la vocation. Peu présents dans la première partie de l’œuvre de Molière, ils y font une entrée fracassante à partir du Don Juan, immédiatement suivi de L’Amour médecin, puis du Médecin malgré lui, et un peu plus tard de Monsieur de Pourceaugnac. Et aucun d’eux n’est capable de parler, tous se contentent de faire du bruit. Ceux de L’Amour médecin se contredisent, bégayent ou parlent trop lentement. D’autres divaguent en latin ou chantent en italien et se soucient des malades comme de l’an quarante. D’ailleurs il n’y a pas en général de malade. Monsieur de Pourceaugnac ne l’est que contraint, et en fait de maladie, la Lucinde du Médecin malgré lui fait tout simplement (mais significativement) la grève de la parole. Chez Molière, la médecine a une valeur de symptôme, elle suggère que quelque chose ne (se) passe pas, n’arrive pas à destination, n’arrive pas à se dire : panne du désir, panne de la parole. Il n’en faut pas plus pour virer à la comédie.

  • 4 Ibid., I, 5.
  • 5 Ibid.
  • 6 Ibid.

7Maladie de la parole, mais aussi maladie de l’autorité : Argan n’arrive pas à se faire entendre, ni par conséquent à se faire obéir. Il manque d’autorité et oscille comme tant d’autres personnages de Molière entre gesticulations impuissantes et décisions tyranniques. Presque toutes les comédies de Molière sont faites avec un tyran ridicule. C’est même essentiellement de cela qu’on rit : d’une mauvais autorité bafouée, subvertie, qui cède malgré elle au désir (dans une comédie classique, les lettres finissent toujours par arriver à destination). Mais aucune, me semble-t-il, ne surexpose à ce point la question de l’autorité, aucun personnage ne se réduit autant que le malade imaginaire à une faillite du principe d’autorité. Argan est malade de ne pas se faire entendre, malade de son manque d’autorité, que sa servante ne cesse de contester, et dont d’autres (Purgon, son médecin, mais aussi Béline, sa seconde épouse) profitent et abusent. En d’autres termes, il est malade de ne pas tenir son rôle de père, ou de ne pas (se) tenir (à) un tel rôle. L’envers de sa tyrannie, c’est l’impuissance de sa parole, qu’il engage à perte : « On dira ce qu’on voudra, mais je vous dis que je veux qu’elle exécute la parole que j’ai donnée », crie-t-il, sans arriver à imposer sa tyrannique décision de donner sa fille en mariage à Thomas Diafoirus4. Contestant cette décision, Toinette en appelle justement à ses sentiments paternels : « La tendresse paternelle vous prendra […]. Une petite larme, ou deux, des bras jetés au cou, un mon petit papa mignon, prononcé tendrement, sera assez pour vous toucher. »5 Et elle conclura son plaidoyer en faveur d’Angélique par un défi comique au père dont elle prend littéralement la place : « Et moi, je la déshériterai si elle vous obéit. » Réponse d’Argan : « Ah ! ah ! je n’en puis plus. Voilà pour me faire mourir. »6 Dans Le Malade imaginaire, la place du père est sinon vacante, du moins extrêmement fragile.

  • 7 Ibid., II, 8.
  • 8 Ibid., I, 6.

8On peut même voir là une des clés de la pièce. Et si Argan ne s’imposait aussi tyranniquement à l’attention, au regard des autres que parce qu’il n’arrive pas à fonctionner comme père, parce qu’il échoue sur la question de sa paternité, qui n’est pas faite pour être vue, qui échappe à la visibilité ? Voyez la scène, apparemment insignifiante, où il lève la main sur Louison (sa fille cadette) pour se repentir immédiatement de son geste lorsque celle-ci contrefait la morte7. Il est un père à la fois tendre et meurtrier, un père aveugle, incapable de prendre la mesure de ses gestes, toujours en porte-à-faux par rapport à son rôle. Il est malade parce qu’il ne s’en tient pas à sa place de père, parce qu’il ne cesse de demander, tyranniquement, une place à ceux qui l’entourent, ou plus exactement à ceux dont il s’entoure (son apothicaire, son médecin, Béline, le gendre dont il rêve, etc.) ; malade en somme pour pouvoir la demander aux autres ; malade de son incessante demande de prise en charge, à laquelle Béline répond si bien, ne le traitant pas en père, mais bien en fils : « mon petit fils, pauvre petit mari, doucement mon fils »8, etc. C’est toute la différence entre une première épouse, la mère des enfants d’Argan, et une seconde épouse. Argan est l’homme fait demande plutôt que parole, soit tout aussi bien le père se transformant en fils, pour accrocher le regard, celui d’une mère forcément. Il est malade de sa demande, il impose qu’on le materne, et même qu’on le torche. On croit qu’il n’est pas malade parce qu’il n’a besoin de rien, parce que rien ne lui manque, mais il irait sans doute mieux si quelque chose lui manquait, ou s’il parvenait à manquer à quelqu’un. Le malade imaginaire est malade d’un imaginaire de la complétude, et de son incapacité d’en sortir.

  • 9 Ibid., III, 12 et 14.
  • 10 Il y a beaucoup de pères tyranniques dans l’univers de Molière, qui ne s’en tiennent pas à leur fon (...)

9La preuve ? À chercher du côté du dénouement de la pièce, ou du moins du côté de ce qui en permet un dénouement partiel et heureux pour les amants, puisqu’en ce qui concerne Argan, la solution – bonne, mauvaise ? bien malin qui le dira – consistera à en remettre sur l’imaginaire, c’est-à-dire à se prendre lui-même pour un médecin (comme quoi la folie est peut-être aussi le commencement de la sagesse). Toinette et Béralde, le frère d’Argan, suggèrent à celui-ci de faire le mort pour pouvoir se rendre compte des véritables sentiments de Béline à son égard. Les résultats sont édifiants : c’est à peine si Béline ne saute pas de joie, et Argan prend du coup goût à contrefaire le mort, histoire de tester également Angélique, qui réagit bien sûr de façon strictement opposée à celle de Béline9. Autant celle-ci méprise son époux prétendument défunt, autant Angélique est saisie, à l’annonce de la mort de son père, d’un accès aigu de piété filiale, au point de décider de renoncer à son bienaimé Cléante et d’obéir à titre en quelque sorte posthume au tyrannique vœu de son père de la voir entrer au couvent : « Oui, mon père, si j’ai résisté tantôt à vos volontés, je veux suivre du moins une de vos intentions, et réparer par là le chagrin que je m’accuse de vous avoir donné. Souffrez mon père, que je vous en donne ici ma parole, et que je vous embrasse, pour vous en témoigner mon ressentiment. » En matière d’autorité, rien ne vaut un père mort, un père devenu pure référence. Argan n’occupe en tout cas sa place de père que lorsqu’il n’est plus là pour se faire voir. Sa maladie vient de sa visibilité : en somme il est malade parce qu’il a peur de mourir. Un bon père est un père absent, invisible, et il ne saurait être un comédien (ou alors ce n’est plus une comédie, on ne rit plus, n’est-ce pas Diderot ?). Rien n’est plus problématique, plus pathologique que la présence du père, sa décision d’être là en chair et en os, en désirs et en volonté de jouissance, forcément tyrannique. Argan est malade d’être un père avec un corps dont il faut que tout le monde s’occupe, y compris le gendre qu’il choisit pour sa fille. Inceste par procuration : tout le monde se retrouve ainsi au service de son corps, de sa jouissance d’hypocondriaque10. L’hypocondrie est la forme prise chez Argan par une demande d’être, ou par un refus de ne pas être. Une douleur imaginaire est dans cette perspective essentiellement un moyen de faire pression sur un entourage. L’hypocondriaque est éminemment asocial, mais il se garde bien de ne jamais être seul.

  • 11 Le Malade imaginaire, II, 5.
  • 12 Ibid., II, 4.

10Dans un tel contexte, n’importe quel gendre ne fait évidemment pas l’affaire d’Argan, qui en veut un qui soit médecin pour l’avoir sous la main. Cela semble aller de soi, mais sait-on ce que c’est qu’un médecin ? À s’en tenir aux deux scènes où Thomas Diafoirus est présent, l’être-médecin est surtout constitué par un rapport à la parole, ou plus exactement une absence de rapport à la parole qui désigne le gendre pressenti comme le candidat idéal pour coller à l’obscène demande de son futur beau-père. Thomas ne sait que répéter, il parle comme un livre : tout ce qu’il dit, il l’a appris par cœur. Il représente le degré zéro de la parole, c’est cela qui en fait un fils idéal, à la recherche d’un père idéal : « Monsieur, je viens saluer, reconnaître, chérir et révérer en vous un second père ; mais un second père, auquel j’ose dire que je me trouve plus redevable qu’au premier. Le premier m’a engendré ; mais vous m’avez choisi. Il m’a reçu par nécessité ; mais vous m’avez accepté par grâce. Ce que je tiens de lui est un ouvrage de son corps ; mais ce que je tiens de vous est un ouvrage de votre volonté ; et d’autant plus que les facultés spirituelles sont au-dessus des corporelles, d’autant plus je vous dois, et d’autant plus je tiens précieuse cette future filiation, dont je viens aujourd’hui vous rendre par avance les très humbles et très respectueux hommages. »11 C’est lourd, mais également significatif. Que doit-on à un père ? pas grand-chose, du moins tant que la paternité est de l’ordre de la nécessité (ou du hasard), tant qu’un père est un corps. Mais un père par lequel on est choisi, qui vous prend comme fils en connaissance de cause et à corps perdu, en une sorte de bricolage symbolique rétroactif, c’est autre chose, et cela vous endette jusqu’au cou. Le fils idéal, nécessairement médecin, est là pour soulager le père de son corps, pour que la paternité s’incarne autrement que dans l’aléatoire obscurité de la besogne corporelle. Grâce à Thomas Diafoirus, Argan s’apprête à renaître en père idéal, comme le dit Toinette à la faveur d’un jeu de mots : « Que vous serez bien engendré. »12

  • 13 Ibid., II, 5. À la vertu prolifique du fils surveillée par le père répond l’étrange oubli d’Argan q (...)
  • 14 Ibid.

11Il faut dire que le « vrai » père a bien préparé le terrain : on ne devient pas un fils idéal du jour au lendemain, il faut un peu d’entraînement, il faut cette « lenteur à comprendre », cette « pesanteur d’imagination » qu’il vante chez son fils, et surtout son attachement à « l’opinion des anciens », qui est la meilleure garantie de sa fidélité à la parole du père, de l’idéalité de son être-fils. Un fils idéal est fait pour ne pas être lâché par le père, pour rester sous son regard. De tous les points de vue, il est sous surveillance, comme Diafoirus-père ne manque pas de le relever, avec toute la fierté qui convient : « Au reste, pour ce qui est des qualités requises, pour le mariage et la propagation, je vous assure que selon les règles de nos docteurs, il est tel qu’on le peut souhaiter ; qu’il possède en un degré louable la vertu prolifique, et qu’il est du tempérament qu’il faut pour engendrer et procréer des enfants bien conditionnés. »13 Avec un père au courant même de ses capacités de bander, on comprend que Thomas Diafoirus soit, lui aussi, une histoire d’articulation ratée entre le corps et la parole. Il parle comme un livre et ne connaît significativement d’autres plaisirs que ceux de la dissection, qu’il s’empresse de proposer à Angélique, sa promise malgré elle. « Il y en a qui donnent la comédie à leurs maîtresses, mais donner une dissection est quelque chose de plus galant »14, relève aussitôt l’inévitable Toinette.

12À Thomas Diafoirus s’oppose Cléante, l’amoureux d’Angélique, trait pour trait et dans la même scène. Il sait non seulement parler, se faire désirer, mais aussi donner la comédie, dissimuler, tromper le père, passer pour un maître de musique, puis un berger, manier l’art de la double entente et se faire entendre par Angélique à l’insu d’Argan (ou presque). Il sait faire tout cela, et il sait encore transmettre son savoir-séduire à Angélique tout à coup très à son affaire, ce qui ne va pas sans surprendre Argan : « Je ne croyais pas que ma fille fût si habile que de chanter ainsi à livre ouvert sans hésiter. » Un bon amant est forcément un séducteur, un mauvais fils. Ajoutez qu’il chante, contrairement à Thomas qui ne sait que faire du bruit, et qu’il chante en improvisant, en ne faisant que semblant de lire son rôle (sa parole vient du cœur, elle n’est pas apprise par cœur, comme dans le cas de Thomas et de ses ridicules compliments), et vous comprendrez qu’Argan a quelques raisons de se méfier de lui.

Notes

1 Le Malade imaginaire, I, 5.

2 Ibid., I, 1.

3 Ibid., II, 5.

4 Ibid., I, 5.

5 Ibid.

6 Ibid.

7 Ibid., II, 8.

8 Ibid., I, 6.

9 Ibid., III, 12 et 14.

10 Il y a beaucoup de pères tyranniques dans l’univers de Molière, qui ne s’en tiennent pas à leur fonction symbolique, qui imposent leur corps, leur image, leurs plaisirs, leurs dévotions et leurs jouissances. Argan en est un, Orgon et Arnolphe en sont d’autres, et Harpagon en est un autre encore, le plus inquiétant peut-être, le plus méchant, le plus systématique et le plus impitoyable dans son interruption de l’échange social. C’est dans l’ordre des choses, c’est avec eux qu’on fait les meilleures comédies, puisque tous finissent par perdre la partie (ce qui signifie aussi, puisque ce sont des personnages qui abusent de leur autorité, que tout rentre dans l’ordre). Reste à savoir dans quelle mesure l’image qu’on se fait d’une comédie « classique » n’est pas, avant tout, l’image qu’on se fait d’une comédie de Molière. Pour en rester aux classiques, il suffit, après tout, de lire Corneille ou Marivaux pour se rendre compte qu’il est possible dans une comédie de rire d’autre chose que des infortunes d’un père abusif, que le « modèle » de Molière, si proche de celui du Freud du Mot d’esprit, n’a rien d’exclusif lorsqu’il s’agit de faire rire (chez un Marivaux, la comédie consiste aussi à rétablir l’ordre, mais à partir d’un désordre social d’une tout autre nature, comme Michel Deguy l’a montré dans un beau livre : Marivaux, La Machine matrimoniale, Paris, Gallimard, 1981). Et si la question du père était, de façon singulière, la question de Molière ? Je sais que c’est le privilège des classiques d’être au-dessus de ce type d’interrogation, qu’un classique, par définition, est fait pour résister aux avatars de sa propre biographie, mais il faut quand même reconnaître que le dossier de Molière en matière de paternité n’est pas mince, et que s’il existe un « classique » pour qui se pose la question de la visibilité de la paternité, c’est bien lui. De nos grands écrivains, il est après tout le plus régulièrement soupçonné d’inceste : a-t-il épousé la petite sœur ou la fille de son ancienne maîtresse, Madeleine Béjart ? Et s’agit-il le cas échéant de sa fille ? Le sait-il seulement ? Et puis, il y a Louis, son fils mort, et cause selon certains commentateurs de l’obsession médicale de Molière, ou de son ressentiment envers les médecins : que devient le père lorsque c’est le fils qui meurt plutôt que lui ? Il n’est pas sûr que ses nombreux ennemis, qui accusaient Molière malade depuis longtemps d’être lui-même un hypocondriaque (l’un d’eux allant jusqu’à écrire une pièce satirique au titre transparent, Elomire hypocondre) avaient entièrement tort. Si le sage Béralde est le « porte-parole » de Molière dans Le Malade imaginaire, cela ne veut pas dire qu’il ne faille chercher Molière aussi du côté d’Argan. Un homme, et, a fortiori un père n’est sans doute pas réductible à son porte-parole.
Puisque j’en suis à des considérations convoquant la psychanalyse, encore une remarque sur ce sujet. Entre la conception freudienne du comique et celle de Molière, les rapports sont nombreux, ne serait-ce que parce que les comédies de Molière, comme le mot d’esprit selon Freud, fonctionnent comme un principe de levée de la censure ou de la loi qui voue le désir au refoulement. Celui dont on se moque chez Molière, c’est toujours celui ou celle (Philaminte) qui incarne la loi et l’exerce abusivement, tyranniquement. Une comédie se termine lorsque la lettre (d’un désir) arrive à destination. C’est cela qui en fait précisément une comédie, un genre profondément freudien (alors que dans la tragédie, la lettre n’arrive jamais à destination : c’est même cela qui est tragique). La comédie est levée de la censure, contournement de la loi, détournement : à l’état pur cela donne Les Fourberies de Scapin. Et de la même manière que le mot d’esprit se produit toujours, selon Freud, aux dépens d’un tiers (réel ou virtuel) mis en position de représenter la loi, de même la comédie suppose toujours un tiers, un empêcheur de désirer en rond qu’il s’agit d’aveugler : c’est à ses dépens qu’on rit. Sur tout cela je renvoie bien sûr au Mot d’esprit et ses rapports avec l’inconscient de Freud, notamment aux chapitres III à V ; voir également dans cette perspective les remarques de Michel Jeanneret sur la fonction du lapsus dans le théâtre de Molière (Éros rebelle. Littérature et dissidence à l’âge classique, Paris, Éditions du Seuil, 2003, p. 290 ss.).

11 Le Malade imaginaire, II, 5.

12 Ibid., II, 4.

13 Ibid., II, 5. À la vertu prolifique du fils surveillée par le père répond l’étrange oubli d’Argan qui, quoique deux fois père, ne sait apparemment plus comment il s’y est pris, puisqu’il confie à Béline que Purgon, son médecin, lui « en ferait faire un » (I, 7). La formule laisse songeur : faut-il imaginer Purgon tenant la chandelle et prodiguant des conseils, ou prenant Argan par la main, ou prenant carrément sa place ? Cette curieuse délégation de la paternité au médecin prouve en tout cas qu‘Argan est bien à côté de la sienne.

14 Ibid.

© Presses universitaires du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search