Version classiqueVersion mobile

Régie théâtrale et mise en scène

 | 
Françoise Pélisson-Karro

Conclusion

Texte intégral

1Le Théâtre, littérature ou art dramatique ? Les deux assurément. Comment opposer ces deux réalités ou annexer l’une à l’autre selon ce qu’on juge utile de promouvoir ? Certes, littérature et art dramatique entretiennent des rapports orageux, toujours remis en question. Trop de susceptibilités, trop d’intérêts matériels, artistiques, intellectuels, sociaux, politiques entrent en jeu pour que leur aventure, entremêlée, mais parallèle, se résume en une histoire simple, lumineuse, aisée à subdiviser en temps d’épanouissement et de décadence, présentés sous l’égide d’auteurs ou de metteurs en scène reconnus. Quand on croit avoir trouvé une certitude confortable, l’honnêteté oblige à ne pas s’y tenir, sous peine de ne rien comprendre à la vie mystérieuse de ce tout imaginaire, le Théâtre.

2Habitués au commerce des metteurs en œuvre consacrés, où nous voyons, sans même y réfléchir, les seuls responsables de l’entreprise théâtrale, nous oublions que le théâtre se vit au quotidien, qu’il survit et se transmet grâce au travail de tous les participants de la représentation et non de certains, à qui nous rendons un piètre hommage en les mettant à part.

3L’étude de l’Association des régisseurs de théâtre, qui a regroupé ceux que le théâtre délègue à la conservation de la mise en scène et qui étendent ce rôle méconnu de protection au texte, principe ou résultat de la représentation, est inévitablement schématique et lacunaire. Elle devait rapprocher tant d’éléments dispersés pour tenter de retrouver ce qui les avait unis dans une conjonction, jamais tout à fait la même, où, pourtant, la tradition théâtrale devenait une probabilité analysable.

4Une limite a dû être imposée, des dates, 1911, 1939. Au-delà, la régie, dont nous avons déjà discerné l’évolution, se transforme trop profondément pour qu’on puisse en rendre compte dans une synthèse rapide. La représentation, tout en gardant en plus d’un lieu théâtral son aspect coutumier, voit son économie se modifier. D’autres rapports se nouent entre ceux qui la proposent et ceux qui la reçoivent. Le concept même de création dramatique est contesté, plus encore qu’il ne l’avait été par les metteurs en scène avant 1939. De tous ces changements, qui ne sont pas sans effet sur la vie des régisseurs, de leur Association et de la Bibliothèque, on ne pouvait que suggérer la progressive mise en place.

5En revanche, prendre l’histoire de la régie et de la mise en scène en 1911 s’est avéré impossible, si l’on voulait éviter les jugements erronés sur des usages liés à la nécessité pratique des théâtres et sur les modalités plus ou moins sûres de transmission de la mise en scène.

6Limiter dans le temps l’étude de l’Association des régisseurs de théâtre et de la Bibliothèque de mises en scène n’a sans doute pas résolu toutes les difficultés et n’a pas permis de donner à chaque élément le développement qu’il méritait. Avec toutes ces réserves, il faut souhaiter que ces pages rendent un juste relief à l’activité si peu connue des régisseurs de théâtre et donne le goût de mieux découvrir une part essentielle de notre patrimoine.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search