Version classiqueVersion mobile

La littérature française du 20e siècle lue de l'étranger

 | 
Dominique Viart

La littérature française dans les pays de l'Est

Un aperçu de la littérature française en Chine au 20e siècle

Zhu Jing

Texte intégral

La littérature française 20e en Chine durant la 1re moitié du siècle dernier

1Au début du 20e siècle, le territoire chinois retentissait de bouleversements qui ébranlaient les Chinois, surtout les hommes d’esprit, et ouvraient leurs yeux. Ces derniers commençaient à étendre leurs horizons en dehors du pays et à se mettre à la recherche des raisons pour lesquelles les pays occidentaux pouvaient devenir beaucoup plus puissants que la Chine en peu de temps. Ils cherchaient à apprendre auprès des occidentaux sur les plans politique, économique, technique, culturel… mais aussi sur les plans artistique et littéraire.

2C’est en 1898 que la première traduction chinoise d’un roman français – La Dame au Camélia – a été présentée en Chine. En fait, il s’agissait d’une traduction – interprétation en chinois accomplie en collaboration par Lin Shu et Wang Shou-chang, Lin transcrivant en chinois l’interprétation orale du roman que Wang lui avait faite du français en chinois. Pendant longtemps, Lin Shu était plus connu que son collaborateur parmi les lecteurs chinois, mais aujourd’hui, on reconnaît bien la contribution de Wang Shou-chang dans ce premier essai de traduction de littérature française en Chine.

3Tout au long du 20e siècle, on a traduit ou présenté beaucoup de chefs d’œuvres principaux de la littérature française. Si la littérature française du 19e siècle retenait la plus grande attention des lecteurs chinois pendant les années 20-40 du siècle dernier, celle du 20e siècle avait néanmoins aussi sa place. À cette époque-là, en Chine, nombre d’œuvres françaises ont été introduites, comme les biographies rédigées par André Maurois, les poèmes des symbolistes, ceux d’Apollinaire, ceux de Paul Valéry, les œuvres des surréalistes, celles d’André Breton, celles d’Aragon, celles de Paul Éluard, les œuvres existentialistes, celles de Sartre… L’écrivain André Gide a été présenté pour la première fois en Chine en 1928, l’année où Mumutian a fait publier sa traduction chinoise de La Porte étroite. Quant à Marcel Proust, il ne fut présenté pour la première fois en Chine que 10 ans après sa mort. C’était dans un article assez long de 20000 caractères chinois écrit par Zeng Jue-zhi. Ce retard était peut-être dû à ce que les traducteurs ou les spécialistes littéraires chinois avaient à cette époque-là quelques difficultés à assimiler le style de la création littéraire de Proust.

4Les années 20-40 du siècle dernier pouvaient être considérées comme une époque d’ouverture dans l’histoire moderne de la Chine. Les Chinois d’avant-garde de l’époque insistaient beaucoup sur la nécessité d’ébranler la culture chinoise traditionnelle. À la suite du « Mouvement du 4 mai » de la jeunesse chinoise qui a eu lieu en 1919, s’est déclenché un mouvement en vue de créer la « Nouvelle Culture » chinoise. « À bas le temple de Confucius ! » en était l’un des mots d’ordre. Afin de créer une nouvelle culture, les Chinois d’avant-garde, la jeune génération en particulier, éprouvaient une soif culturelle et une aspiration à tout apprendre auprès des Occidentaux dans tous les domaines.

5À cette époque-là, « apprendre auprès de l’Occident » signifiait « vouloir faire des progrès ». La jeunesse chinoise de ce temps était essentiellement attirée par la culture américaine, particulièrement le cinéma américain qui exerçait sur elle une véritable fascination. Ces jeunes suivaient de près le mode de vie américain tel qu’ils le voyaient représenté dans les films. Du côté de la culture française en revanche, c’était plutôt la littérature qui suscitait l’intérêt et les émotions, et nourrissait les lecteurs chinois d’une éducation sentimentale et idéologique. On empruntait même des termes français pour nommer les revues chinoises nouvellement créées. Par exemple à l’époque du « Mouvement du 4 mai », les nouveaux intellectuels chinois d’avant-garde ont créé la célèbre revue « Xin Qing Nian » (Nouvelle Jeunesse) qui a exercé une influence importante sur l’éveil de la jeunesse chinoise en propageant des idées nouvelles. Sur la couverture de cette revue étaient imprimés deux mots français « La Jeunesse », avec le nom chinois de la revue « Xin Qing Nian ». On voit ainsi que les années 20-40 du siècle dernier furent une époque particulièrement ouverte à la culture occidentale, et la propagande de l’idéologie occidentale dont celle de l’idéologie française occupait alors une place importante dans cette ouverture.

6Durant cette époque d’ouverture, les Chinois, nouveaux intellectuels en tête, se mettaient spontanément à l’école des occidentaux. Ils éprouvaient une vive soif culturelle et une curiosité sans borne. Ils voulaient tout voir, tout apprendre et tout savoir de ce qui concernait l’Occident. C’était le sens de la liberté qui guidait le peuple chinois vers cette ouverture idéale.

7Pendant ces années 20-40 du 20e siècle, un grand nombre de jeunes intellectuels chinois sont allés faire leurs études en Europe, la France étant le pays le plus désiré. Surtout durant les années 20-30, nombre d’étudiants chinois pratiquaient un système mi-travail, mi-étude en Europe, particulièrement en France. À leur retour en Chine, ils rapportaient ce qu’ils avaient appris en Europe ou en France. Ils avaient mis dans leurs bagages nombre d’œuvres littéraires françaises classiques ou modernes qu’ils traduisaient avec enthousiasme. Ils ont créé des revues pour présenter les littératures étrangères parmi lesquelles la littérature française occupait une place importante. Par exemple, la revue « Xian Dai » (Temps modernes) donnait les informations les plus récentes sur la littérature française contemporaine, avec des articles de commentaire et de critique faits par les auteurs chinois. Le mot français « contemporain » figurait sur la couverture de cette célèbre revue littéraire « Xian Dai ». Parmi les rédacteurs, les éditeurs et les auteurs de cette revue, beaucoup avaient séjourné en France, À cette époque, d’autres revues littéraires chinoises entreprenaient également de présenter les œuvres littéraires françaises, notamment « Dong Fang Za Zhi » (Revue de l’Orient) ou « Xiao Shuo Yue Bao » (Revue mensuelle des Nouvelles) qui introduisait à l’œuvre d’Anatole France et publiaient toutes deux des articles de commentaire et de critique concernant ce grand auteur français dès les années 20 du siècle dernier.

8Durant ces années 20-40, ont été ainsi présentés en Chine de nombreux d’auteurs modernes ou contemporains français, tels que Baudelaire, Anatole France, Marcel Proust, Paul Bourget, André Gide, Pierre Loti, Romain Rolland… Les romans français étaient très appréciés par les lecteurs chinois, et certains d’entre eux, s’inspirant des nouvelles idées et des nouvelles structures littéraires françaises, se mettaient à créer des romans modernes chinois, devenant à leur tour de grands écrivains à l’instar de leurs auteurs français préférés, comme Bakin, Mao Dun, Dai Wang-su etc. Il y en avait même des jeunes poètes chinois comme Li Jin-fa ou Dai Wang-su qui, épris des poèmes symbolistes français, produisait en chinois des poèmes symbolistes, ce qui a donné lieu à un mouvement désormais connu comme celui des « poètes symbolistes chinois » dans l’Histoire de la poésie chinoise… L’introduction de la littérature française en Chine a ainsi favorisé la création de la littérature moderne chinoise. C’est pendant son séjour en France que le grand écrivain chinois Bakin a commencé sa création romanesque quand il était très jeune ; les premiers poètes symbolistes chinois, eux aussi, ont fait leurs premiers pas à partir de la création poétique française… Cette inspiration littéraire française sera aussi une des caractéristiques de la nouvelle ouverture chinoise des 30 dernière années dans le domaine de la création littéraire, nous y reviendrons.

9À cette époque-là, à côté des réussites scientifiques et techniques occidentales, les littératures étrangères – et en particulier la littérature française – retenaient aussi l’attention des lecteurs chinois qui s’intéressaient à ce qui constituait ces œuvres en profondeur. Longtemps écrasés ou contraints par le confucianisme et les conventions traditionnelles chinoises, les Chinois partageaient avec les héros des œuvres occidentales l’aspiration à l’individualité, à la liberté, à l’égalité, à la fraternité, à la justice, à l’amour sincère, et au mode de la vie moderne… ils rêvaient de vivre librement comme les êtres humains vivant hors du monde chinois surtout en Occident. Puisque c’était une époque ouverte et relativement prête à assimiler ce qui provenait de l’étranger, surtout de l’Occident, les littéraires travaillaient à présenter les œuvres étrangères assez librement, selon leur goût, leurs idées, même leur idéal… D’aucuns choisissaient des œuvres étrangères à traduire plutôt du point de vue de la valeur littéraire et esthétique des œuvres. Ils ont ainsi présenté ou traduit les poèmes du symbolisme, les œuvres du surréalisme ou celles de l’existentialisme en Chine… Grâce à eux, les noms de Baudelaire, Apollinaire, Anatole France, André Breton, Paul Éluard, Paul Valéry, Marcel Proust, André Gide, Romain Rolland, André Maurois, François Mauriac, Antoine de Saint-Exupéry… étaient connus des lecteurs chinois pendant les années 20-40.

10D’autre part, il convient de noter un phénomène particulier à cette époque-là où le mouvement révolutionnaire gagnait en se développant en Chine : nombre d’auteurs faisaient le choix des œuvres à traduire ou à présenter selon la tendance politique des auteurs. C’est ainsi que furent privilégiés certains auteurs français de gauche ou proches de la Gauche tels que Barbusse ou Romain Rolland qui jouissaient même d’un prestige plus important chez beaucoup de lecteurs chinois rêvant d’un nouveau monde idéal que chez les Français. Les mythes provoqués par les romans de ces auteurs français fascinaient les lecteurs chinois naïfs qui plaçaient leur espoir ou leur idéal dans la lecture de ces œuvres étrangères. Il ne faut pas négliger non plus le mythe soviétique qui se répandait parmi les jeunes Chinois qui en suivaient de près l’exemple sur tous les plans. Quelquefois, le débat entre les intellectuels de gauche et ceux de droite en Europe avait des échos dans le monde des lecteurs chinois selon leurs diverses positions. Au moment où Le Retour d’URSS d’André Gide provoquait un grand débat en Europe, deux traductions chinoises ont paru en Chine, vers 1937. L’un des deux traducteurs chinois, un certain Zheng Chao-lin, connu à l’époque comme un grand trotskiste, s’est mis avec plaisir à traduire ce livre en chinois, alors même qu’il était en prison sous le pouvoir des Nationalistes de Jiang Jie Shi (Tchang kaï-chek). Il était content de montrer aux lecteurs chinois ce qui se passait réellement en URSS, tandis que l’autre traducteur préférait dissimuler son identité parce qu’il était plus proche des Soviétiques. Parmi les lecteurs chinois de gauche, certains étaient critiqués par leurs camarades parce qu’ils avaient lu ce livre de Gide que les Soviétiques n’aimaient pas. Par contre, les œuvres de Romain Rolland que les Soviétiques aimaient, jouissaient à l’époque d’une grande réputation et d’une véritable estime auprès des gens de gauche ou proches de la gauche.

11À cette époque ouverte à l’étranger, entre les années 20 et 40 du siècle dernier, les rencontres littéraires devenaient possibles. Les traducteurs ou les chercheurs chinois rencontraient souvent leurs auteurs français en profitant de leur séjour en France ou renouaient leur amitié avec eux par correspondances. Ils sont devenus très amis en échangeant leurs idées ou impressions sans réserve. C’était le cas de Paul Valéry et son ami Liang Zhong Dai, célèbre poète et écrivain chinois ; c’était aussi le cas d’André Gide et Sheng Cheng Hua, auteur connu pour ses Études sur Gide, de même pour Mme Zhang Ruo-ming, auteur de L’attitude de Gide qui, d’après Gide, a donné une interprétation parfaite de lui-même. On pourrait toujours trouver des traces de certains liens entres certains romans chinois de cette époque-là avec les romans fleuves français qui étaient alors très en vogue.

Une époque du planning unifié

12Après l’année 1949, la Chine a connu de grands changements, surtout le système du pays a radicalement changé. Toute la Chine était encadrée dans le « planning unifié ». La présentation et la traduction des œuvres littéraires étrangères (dont les œuvres françaises) étaient mises aussi sous la direction unifiée. La direction unifiée était trop forte pour laisser les œuvres étrangères traduites paraître librement. Il était vrai que beaucoup d’œuvres étrangères importantes ont été traduites et diffusées avec le concours de l’État. En général, la littérature soviétique ainsi que celle de l’ancienne Russie étaient prioritaires, jouissant d’une attention plus importante que les autres littératures du monde. Cependant la littérature française n’était pas laissée de côté. Suivant le planning unifié, on a traduit en chinois et présenté nombre d’œuvres de la littérature françaises pendant les années 50-60, mais le tirage des œuvres modernes français du 20e siècle demeurait inférieur à celui des œuvres françaises du 19e siècle.

13À cette époque-là, le facteur politique jouait évidemment un rôle important dans le choix des œuvres à traduire ou à présenter. Certains auteurs français comme Sartre, Ionesco, Beckett… étaient rarement présentés ou critiqués négativement, soit qu’ils furent ignorés par les recherche sérieuses, soit qu’ils furent contestés pour des raisons politiques… Le simple mot « existentialisme » ou même « individualité » pouvait provoquer de sévères critiques et des réactions négatives. Cependant, pour le même auteur, l’attitude chinoise se différenciait en fonction des situations différentes. Au moment de la rupture des bonnes relations entre la Chine et les Soviétiques, les auteurs proches des Soviétiques comme Barbusse, Paul Eluard, Anatole France… voyaient l’attitude chinoise grandement changée envers leurs œuvres. Au début de son introduction en Chine, Romain Rolland était très connu et son roman Jean-Christophe avait connu de grands succès, surtout auprès des jeunes étudiants. Mais cet état de choses s’est modifié quand fut déclenchée la campagne de la « rééducation idéologique socialiste » dans les universités, vers les années 60. Beaucoup d’étudiants furent critiqués ou obligés de faire leur autocritique devant leurs camarades de classe, ou devant l’assemblée universitaire parce qu’ils avaient lu ce fameux roman de Romain Rolland. Ces soi-disant « réunions de critique et de lutte » allèrent en s’aggravant jusqu’à la Grande Révolution culturelle déclenchée en 1966, à partir de laquelle, les Chinois furent soumis à un grand vide culturel qui s’étendit sur 10 ans. À cette époque-là tout ce qui relevait de la culture, chinoise comme occidentale, était à supprimer, même à briser totalement et radicalement. Les grands traducteurs étaient soumis à ce genre de « réunions » comme objets de critique et de lutte en public. Fu Lei, le grand traducteur d’œuvres françaises dont Jean-Christophe en fut la victime. Ne pouvant en supporter l’humiliation affreuse, il s’est suicidé avec sa femme… Injustice réparée en 2008 : à l’occasion du centième anniversaire de Fu Lei, un grand colloque international au sujet de la traduction a eu lieu en hommage à son nom à Nanjing. Nombre d’interventions furent prononcées sur Fu Lei désormais considéré comme le promoteur de la traduction des œuvres françaises en chinois.

14Cependant, les jeunes ne se résignaient pas à se soumettre à cette ignorance totale imposée, ils cherchaient par tous les moyens à lire en cachette. C’est par la lecture en cachette dans un petit coin sombre alors que toutes les écoles chinoises étaient fermées que certains d’entre eux ont pu terminer leurs études, devenant eux-mêmes des piliers dans la prise du relais culturel d’aujourd’hui, parmi lesquels figurent des écrivains ou traducteurs connus, des professeurs ou chercheurs compétents… Nombre d’entre eux disent souvent qu’ils se sont beaucoup inspirés des œuvres françaises lues en cachette dans leur création littéraire d’aujourd’hui. On peut avoir une idée concrète de l’influence de la littérature française sur les jeunes chinois qui avaient beaucoup souffert d’une soif culturelle insatisfaite durant cette pénurie de nourriture culturelle, en lisant Balzac et la petite tailleuse chinoise de Dai Si-jie, écrivain d’origine chinoise d’expression française qui avait traversé cette triste période en Chine durant sa jeunesse.

L’époque de la nouvelle ouverture

15Vers la fin des années 70, ces 10 ans de grands soulèvements ont pris fin. L’époque de la pénurie culturelle révolue, ce fut l’ouverture de toute la Chine. Les Chinois éprouvaient alors un enthousiasme culturel sans précédent. On se précipitait pour chercher par tous les moyens les livres à lire. Les maisons des éditions se mettaient à récupérer les anciennes éditions des œuvres littéraires étrangères jadis strictement interdites, et les republiaient à la hâte ; d’autre part elles trouvaient leurs anciens compagnons d’armes, les traducteurs, déjà âgés mais toujours compétents et essayaient de les convaincre de se remettre à la traduction des œuvres étrangères, en particulier les œuvres modernes et contemporaines occidentales que les Chinois ignoraient à cause de la longue fermeture du pays. La Maison des éditions littéraires du Peuple (à Beijing), la Maison des éditions des traductions de Shanghai, la Maison des éditions des traductions Yi Lin (à Nanjing), la Maison des éditions de Hua Cheng (à Quang Dong) et d’autres maisons d’éditions grandes ou petites ont joué un rôle important dans cette « renaissance » de la diffusion des œuvres étrangères parmi lesquelles les œuvres françaises occupaient toujours une place importante.

16Au début des années 80, on voyait partout de longues queues de lecteurs-acheteurs devant les librairies, et il y avait toujours plein de monde autour des rayons des œuvres françaises, la littérature française jouissait comme toujours d’un haut prestige. Les éditeurs faisaient tout leur possible pour trouver les bons traducteurs rescapés des 10 ans de catastrophes culturelles et pour publier leurs traductions en bravant tous les obstacles. Et ces derniers, faisant preuve d’un grand enthousiasme écrasé pendant longtemps, se mettaient tout de suite à l’œuvre, tout en encourageant les jeunes traducteurs à participer à ce travail peu évident mais intéressant et significatif. Dès lors, les noms des auteurs français modernes comme Sartre, Camus, Beckett, Ionesco, Roland Barthes, Marguerite Duras, Yourcenar, Michel Butor, Alain Robbe-Grillet, Claude Simon, Marcel Proust, Saint-Exupéry… furent fréquemment offerts aux yeux des lecteurs chinois, les spécialistes comme les simples gens. Les œuvres de ces auteurs français entraient aussi dans les classes universitaires et on en discutait vivement aux divers colloques organisés par diverses associations, telles que l’Association des études de la littérature française de Chine, l’Association de la littérature comparée de Chine, l’Association des traducteurs de Chine…

17Dès le début de cette ré-ouverture de la Chine, on eut l’intention de créer ou de recréer des revues spéciales consacrées aux littératures étrangères pour favoriser la diffusion des informations, la recherche et les études, telles que Littératures du Monde, Arts et Littératures étrangères, Reportage des littératures étrangères (revue de l’Académie en Sciences sociales de Shanghai créée au début de l’ouverture des années 80), Littératures contemporaines étrangères, Traductions Yi Lin, Dramaturgie étrangère… Au fur et à mesure que les œuvres modernes comme celles de Sartre, les théâtres de l’absurde, les nouveaux romans… jadis regardés avec méfiance par les autorités ont été traduites les unes après les autres, la recherche et les études littéraires se sont développées. Ce qui aidait les lecteurs chinois non seulement à élargir leurs horizons littéraires, mais aussi à apprendre à réfléchir eux-mêmes à l’aide d’une vision toute nouvelle. Etant souvent en même temps chercheurs ou auteurs de critique, les traducteurs chinois ont vite rattrapé la marche littéraire du monde.

18Mais, la bonne situation ne s’est pas établie du jour au lendemain. Au moment où on s’occupait de rétablir la culture détruite pendant les 10 ans de bouleversements, brusquement a été déclenchée la soi-disant campagne décidée à « Éliminer la pollution spirituelle » dont le fer de lance visait surtout Sartre, connu comme un auteur existentialiste important, et tous ceux qui s’efforçaient d’en présenter les œuvres et les idées. Tout d’un coup, les premiers pages des journaux de tout le pays étaient pleins d’articles de critique sévèrement négatifs contre Sartre et l’existentialisme. En fait, ceux qui menaient cette critique ne connaissaient pas bien ni ce qu’était l’existentialisme, ni ce que leur cible voulait réellement dire dans ses œuvres. On peut même considérer que ces gens n’avaient même pas réellement lu les œuvres de Sartre, parce que la plupart d’entre elles n’étaient pas encore traduites en chinois à cette époque-là, et que beaucoup d’entre eux savaient peu lire, ou même ne savaient pas lire du tout en français.

19Mais la Chine n’était plus fermée. Les Chinois, surtout les gens d’esprit ne voulaient plus obéir à tout. Ils commençaient à réfléchir par eux-mêmes, et essayaient d’exprimer leurs opinions personnelles. Liu Ming-jiu, spécialiste de la littérature française, et ancien président de l’Association des études de la littérature française de Chine, a le premier déclaré à haute voix : « Il faut estimer le statut historique de Sartre » dans un long article de 60000 caractères chinois. Cet article a beaucoup encouragé les chinois francophones et les autres spécialistes littéraires. Dès lors, ni l’existentialisme, ni Sartre, ni les autres courants littéraires modernes français ou occidentaux n’étaient plus sujets tabous. Liu Ming-jiu a organisé la rédaction du livre Études de Sartre qui a ouvert les études sérieuses sur Sartre et l’existentialisme. Ensuite, il a organisé les Études des Nouveaux Romans. Par la suite, beaucoup d’autres livres ou collections de littérature française ont paru, avec une préférence pour les textes modernes et autrefois censurés… Aujourd’hui, Sartre n’est plus tellement inconnu aux lecteurs chinois : non seulement on a traduit presque toutes ses œuvres importantes, mais encore ont été publiés d’innombrables articles d’une certaine importance signés de spécialistes, et nombre d’études sérieuses tel que Le code de Sartre de Gao Xuan-yang.

20Et ce n’est pas seulement le cas de Sartre : les nouveaux romanciers, les autres auteurs comme Marcel Proust, André Gide, même Louis-Ferdinand Céline autrefois considéré comme écrivain réactionnaire, ainsi que d’autres auteurs français autrefois refusés par les autorités peuvent aujourd’hui figurer sur la liste des œuvres éditées ou à éditer. À la suite de la publication intégrale de la traduction chinoise de l’œuvre complète de Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, élaborée par 15 traducteurs chinois, deux grandes maisons d’éditions, l’une de Nanjing, l’autre de Shanghai, ont chacune demandé à deux traducteurs compétents de traduire entièrement de nouveau, chacun de son côté, cette fameuse œuvre française. Au début du nouveau siècle, on a presque complètement terminé la traduction en chinois des œuvres d’André Gide, autrefois mal vu par les autorités. On est même parvenu à faire paraître un recueil spécial des Œuvres choisies de Céline. Ce genre de publication aurait été impensable en Chine à l’époque fermée, il y a 30 ans.

21Si l’on relisait aujourd’hui les publications critiques contre l’existentialisme et Sartre publiées au moment où injonction était faite d’« Eliminer la pollution spirituelle », on pourrait avoir une idée concrète de ce que c’était la fermeture en Chine, au début des années 80 du siècle dernier et, a contrario, une idée concrète de l’importance de l’Ouverture chinoise d’aujourd’hui. On peut dire que l’introduction des littératures étrangères en Chine a largement ouvert les yeux des hommes d’esprit chinois et exercé une influence indispensable dans la création de la nouvelle culture chinoise au 20e siècle, à n’en pas douter.

22Depuis ces 30 dernières années, après le vide culturel causé par la Grande Révolution culturelle, la traduction et la présentation des œuvres littéraires françaises est entrée dans une période de plein essor. Plusieurs centaines d’œuvres littéraires françaises du 20e siècle ont été traduites. Les diverses collections et recueils de traductions des œuvres françaises se multipliaient, notamment dans la collection des « Soixante-dix œuvres françaises du 20e siècle », la collection des « Œuvres complètes du prix Goncourt » et le recueil des « Pièces choisies du Théâtre de l’absurde »… En ce qui concerne l’introduction de ce Théâtre de l’absurde français en Chine, nous pourrions ajouter un mot : en s’inspirant de cette esthétique, les dramaturges chinois ont créé à leur façon un théâtre absurde chinois dont la pièce Le sang demeure toujours chaud qui a connu de grands succès sur la scène de Shanghai malgré divers obstacles pendant durant les années 80. Dans cette pièce de théâtre, un personnage abstrait habillé en uniforme et doté d’un même visage se voit attribuer cinq rôles différents – c’est une image symbolique de la bureaucratie. On y repère l’influence de La cantatrice chauve d’Ionesco. Mais le théâtre d’absurde chinois n’est pas si absurde que cela…

23La grande ampleur prise par les traductions d’œuvres contemporaines françaises a donné lieu à une fureur de lire parmi les jeunes écrivains chinois des années 80-90. Fascinés par les nouvelles idées et nouvelles structures ou les démarches innovantes des œuvres modernes françaises, ils se sont mis à créer leurs propres romans ou nouvelles à l’instar de leurs collègues français. Certains ont essayé d’écrire à la deuxième personne comme le nouveau romancier Michel Butor. Certaines jeunes femmes écrivains chinoises ainsi que des lecteurs, en particulier des lectrices, vouaient même un culte à Marguerite Duras dont les œuvres ont été traduites en grande quantité depuis l’ouverture, L’Amant étant le plus lu. Il en va de même pour Simone de Beauvoir et ses œuvres, dont Le deuxième Sexe est le plus connu. Aux innombrables traductions de Duras et de Simone de Beauvoir, s’ajoutaient les travaux critiques et des études menées de plus en plus en profondeur. Ce travail de commentaire aidait les lecteurs à s’approcher de leurs œuvres, et à les mieux comprendre. Les écrivains modernes chinois acceptaient avec passion aussi bien les idées modernes que les démarches romanesques de Duras et de Simone de Beauvoir, les univers des deux auteurs féminins français, leur sens du féminisme, leur aspiration à un amour extraordinaire. Leur courage à la recherche de l’amour voulu encourageait surtout certaines femmes écrivains chinoises qui les prenaient pour exemple sur ces divers plans.

24Depuis le début du siècle dernier, la France a toujours attiré les intellectuels chinois par ses hommes d’esprit et ses succès littéraires. Cette nouvelle époque d’ouverture pousse les Chinois à mener le développement de leur pays en bonne voie. Les œuvres françaises pleines d’idées philosophiques et d’aspiration à l’individualité ou à l’unicité encouragent beaucoup les lecteurs à s’y plonger plus en profondeur pour aller vers une ouverture toujours plus large. C’est d’autant plus pressant que les œuvres françaises avaient été présentées de manière très insuffisante en Chine pendant la période fermée. Ne se contentant pas de traduire seulement les œuvres des auteurs français du 20e siècle, beaucoup de traducteurs ou chercheurs chinois ont considéré qu’il était aussi nécessaire d’entreprendre des recherches sérieuses sur la littérature française moderne du 20e siècle. Si bien qu’au bout de longues années d’efforts inflexibles, ils ont pu offrir aux lecteurs chinois un nombre important d’études sérieuses consacrées à la littérature française du 20e siècle, telles que l’Histoire de la littérature française (3 volumes) dirigé par Liu Ming Jiu, Histoire de la littérature française du 20e siècle de Zhang Ze Qian, Zhou Jia Shu et Che Jing Shan, Histoire de l’évolution des romans français de Wu Yue Tian, président de l’Association des études de la littérature française de Chine, Transcender l’absurdité et Choisir de se révolter de Liu Ming Jiu, ancien président de l’Association des études de la littérature française de Chine.

25Wu Yue Tian a réservé un chapitre à l’évolution et le renouvellement de la création des romans et des nouvelles français du 20e siècle dans son œuvre. Il a présenté et analysé les romanciers français du début du 20e siècle comme Anatole France et Roman Rolland, les romanciers français anti-guerre comme Barbusse, les romanciers intéressés par l’association des idées comme Marcel Proust, les écrivains surréalistes comme André Breton et Boris Vian, les romanciers du populisme comme Eugène Dabit et Louis Guilloux, les romanciers intéressés par les problèmes sociaux comme Georges Duhamel ou Jules Romains et Louis-Ferdinand Céline, les romanciers psychologiques comme François Mauriac, les romanciers historiques comme Marguerite Yourcenar et Henri Troyat, les romanciers existentialistes comme Sartre et Camus, les nouveaux romanciers comme Nathalie Sarraute, Alan Robbe-Grillet et Michel Butor, les romanciers français des années 70 du siècle dernier comme Le Clézio et Patrick Modiano, les romanciers populaires comme Sagan et Michel Houellebecq, les auteurs de romans policiers français comme Maurice Leblanc et Georges Simenon, les auteurs de science fiction comme Bernard Werber, les nouvelles et les bandes dessinées, les nouvellistes classiques, et d’autres encore comme Philippe Sollers ou Giraudoux, ainsi que les romanciers francophones d’origine étrangère comme Milan Kundera, Andréi Makine et François Cheng… À la fin de son livre, Wu Yue Tian considère que les romans réalistes français gagneront en audience en se développant dans le nouveau siècle. Il a montré qu’une perspective brillante de la présentation et la traduction des romans français modernes et contemporains s’annonce déjà en Chine, et que les études de recherche des romans français y connaîtront un grand essor, telle est du moins sa conviction.

26L’ouvrage Transcender l’absurdité de Liu Ming Jiu est un recueil de ses articles qui se classent en six parties. Dans la première partie, il s’agit de 3 écrivains du début du 20e siècle que sont André Gide, Apollinaire et Claudel ; dans la deuxième partie, il s’agit de 3 romanciers qui conjuguent réalisme psychologique et modernisme psychologique en passant par l’association des idées : François Mauriac, Marcel Proust et Nathalie Sarraute ; la troisième partie traite de 10 romanciers attachés à une nouvelle vision humaniste : Yourcenar, Maurois, Bernanos, Saint-Exupéry, Giono, Henri Troyat, Bazin, Roger Grenier, René Clair ; dans la quatrième partie, il aborde 8 romanciers rassemblés sous le drapeau du réalisme-naturalisme, ce sont Roger Vailland, Jean-Claude Carrière, Jean-Louis Curtis, André Pieyre de Mandiargues, Bernard Clavel, Yann Queffélec et Romain Gary ; la cinquième partie se consacre à André Malraux dont les œuvres sont pleines de sens philosophique d’après M. Liu ; enfin la dernière partie étudie la littérature de gauche et celle de la Résistance, M. Liu y envisage la littérature antifasciste et certains romanciers français de gauche, comme Roger Vailland, Pierre Boulle et Aragon.

27Choisir de se révolter est aussi un recueil d’articles de Liu Ming Jiu, lesquels se classent en 7 Parties : dans la première partie, il s’agit de la « deuxième lumière philosophique » de la littérature française d’après l’auteur, celle fournie par Sartre et Simone de Beauvoir ; la deuxième partie traite de la « troisième lumière philosophique » de la littérature française : celle de Camus ; la troisièmes partie aborde les expérimentations de l’art romanesque français, à travers les œuvres de 6 nouveaux romanciers : Claude Simon, Alan Robbe-Grillet, Michel Butor, Philippe Sollers, François Gibault ; la quatrième partie envisage 8 auteurs particuliers qui revendiquent l’individualité : Radiguet, Colette, Jean Genet, Boris Vian, Marcel Aymé, Françoise Sagan, Marguerite Duras ; la cinquième partie étudie 3 auteurs de nouvelles « fables françaises », ce sont Michel Tournier, Le Clézio et Patrick Modiano ; la sixième partie présente certains auteurs français qui ont abordé des problèmes sexuels ou psychologiques dans leur création littéraire, il s’agit d’Apollinaire, de George Bataille et de Pierre Louys. C’est un univers regardé avec plus ou moins de suspicion en Chine d’après l’auteur, mais il en parle quand même ; la septième partie, iconographique, est réservée aux photos historiques des auteurs français mentionnés dans le livre et à celles des rencontres que Liu Ming Jiu a pu avoir avec ses amis-auteurs français contemporains. Toutes ces photos apportent des témoignages précieux en ce qui concerne l’Histoire des relations littéraires sino-françaises de notre époque.

28En lisant ces trois œuvres des deux présidents de l’Association des études de la littérature française de Chine, on peut se faire une idée concrète de ce que les Chinois lisent en ce moment et aussi une idée concrète de la représentation que les Chinois se font de la littérature française moderne et contemporaine.

29Afin de diffuser au mieux en dehors de leur strict travail de recherche, les connaissances des littératures étrangères, en particulier celles des littératures modernes, y compris la littérature moderne française, certains chercheurs et spécialistes ont déployé des efforts non moins sérieux pour rédiger des ouvrages à la destination du grand public par exemple Le grand jardin de la littérature française de Yu Zhong Xian…

30De plus, des fonds ont été créés à divers échelons pour soutenir énergiquement les chercheurs et les spécialistes et les aider à mener à bien leur travail de recherche. En octobre 2007, la Maison des Éditions de l’Éducation de Hubei a fait paraître une œuvre importante sur la littérature Française du 20e siècle intitulée L’Accueil à la littérature française du 20e siècle en Chine : la traduction, la présentation et la réception chinoises rédigée par Xu Jun et Song Xue-Zhi, bénéficiaires d’un fond national important. Dans cet ouvrage, les deux auteurs ont fait un bilan général de la littérature française du 20e siècle en Chine avec quantité de documentations précises.

31Les deux auteurs ont montré dans leur livre qu’en Chine, le choix des œuvres à traduire dépend de la situation, des époques, de la réputation des auteurs et des œuvres, et du goût personnel des traducteurs. Le choix personnel et l’organisation systématique fonctionnent en parallèle, la traduction et les études de recherche littéraire de même, elles se stimulent l’une l’autre.

32Ils ont analysé les aventures du surréalisme, celles de l’existentialisme, celles des nouveaux romans, et celles du théâtre absurde en Chine, tout en indiquant que la littérature française du 20e siècle a exercé des influences importantes en Chine, qu’elle a joué un rôle indéniable dans la formation des nouvelles conceptions littéraires et la recherche des nouvelles formes de la littérature chinoise contemporaine. Cela mérite d’être étudié plus en profondeur.

33Pour présenter concrètement l’accueil fait aux auteurs français en Chine, nos deux chercheurs ont mis l’accent sur les aventures littéraires des 10 auteurs français importants en Chine que sont Anatole France, Romain Rolland, André Gide, Marcel Proust, André Maurois, François Mauriac, Antoine de Saint-Exupéry, Marguerite Yourcenar, Marguerite Duras, et Roland Barthes. Ce livre fait une analyse de la présentation chinoise de ces auteurs français du 20e siècle et de leur influence dans le pays.

34Issu de recherches importantes qui font partie de la « Collection des études de la traduction en Chine » et possédant suffisamment les données nécessaires et les points de vue clairs, ce travail a fait un bilan plus ou moins global de l’accueil chinois fait à la littérature française du 20e siècle. Le livre est utile tant aux chercheurs et spécialistes de divers pays qu’aux amateurs qui s’intéressent à la littérature française du 20e siècle vue par les Chinois.

35Les rencontres littéraires sino – françaises favorisent beaucoup la présentation de la littérature française en Chine. L’ouverture chinoise donne lieu à de multiples rencontres entres auteurs français et chinois, et aussi entre les traducteurs ou les chercheurs et leurs auteurs des deux pays. Le libre déplacement des auteurs et traducteurs ou chercheurs entres les deux pays rend possibles leurs dialogues de vive voix qui les poussent à échanger plus en profondeur tant sur le plan littéraire que sur le plan personnel. En dehors des traductions et des recherches littéraires, les traducteurs ou chercheurs chinois proposent souvent avec un grand plaisir des comptes-rendus, des reportages ou des essais sur leurs rencontres et conversations avec les auteurs français. Par exemple Liu Ming Jiu a raconté ses rencontres avec une dizaine d’écrivains français contemporains dans son livre Entre des clins d’œil romantiques. Tous ont échangé leurs idées sans réserve, laissant des témoignages précieux dans l’Histoire des relations littéraires sino-françaises, lesquelles aideront beaucoup les lecteurs chinois à s’approcher de leurs auteurs français préférés.

36Dans les études sur la littérature française en Chine, les recherches comparatistes jouent un rôle indéniable. On prête une grande attention aux rencontres et dialogues littéraires, en organisant des colloques pour les étudier et en dégager surtout les principaux éléments interculturels. En 1999 à l’Université Nanjing et en 2006 à l’Université Fudan (à Shanghai) furent organisés deux colloques internationaux au sujet des rencontres littéraires entre la France et la Chine qui intéressèrent beaucoup les participants. Ils ont discuté avec enthousiasme de Paul Claudel, Henri Michaux, Victor Ségalen, Pierre Loti, André Malraux, Regis Debray, Pascal Quignard, Marguerite Yourcenar, François Cheng, Gérard Macé etc.

37Ces dernières années, les rencontres entre les auteurs chinois et français se multiplient au fur et à mesure du développement des relations culturelles. L’Alibi (l’Atelier des littératures bipolaires) a organisé à plusieurs reprises les visites des auteurs chinois en France. En 2005, à l’occasion de l’« Année de la France en Chine », pour la première fois, l’Alibi a invité des auteurs français contemporains à effectuer deux visites, à Shanghai et à Nanjing. Les écrivains des deux pays ont mené une discussion très animée sur divers problèmes littéraires dont ils ont rendu compte en français et en chinois. Il est certain que les auteurs des deux pays pourront obtenir beaucoup d’informations littéraires récentes et en tireront beaucoup profit avec cette nouvelle forme de rencontres culturelles bilatérales. À côté des rencontres organisées par Alibi, les universités chinoises, les associations littéraires et celle de la littérature comparée invitent fréquemment des écrivains français à venir faire des conférences en Chine, pendant lesquelles, auteurs français et lecteurs chinois peuvent discuter face-à-face de leurs œuvres et des problèmes littéraires qui les intéressent en commun. Ces conférences et ces rencontres favorisent énormément le dialogue interculturel entre les deux parties. Ce fut principalement le cas pour Michel Butor, Dominique Fernandez, J.M.G. Le Clézio, et d’autres auteurs français contemporains.

L’état actuel de la littérature française en Chine

38Aujourd’hui que nous sommes au 21e siècle, la Chine s’ouvre toujours plus à l’étranger. La nouvelle génération des chercheurs et éditeurs ou traducteurs a un esprit beaucoup plus ouvert et une énergie beaucoup plus forte que leurs aînés. Elle ne sous-estime pas la littérature française du passé, mais prête plus d’attention à ce qui est le plus récent. Grâce à une ouverture plus large qu’autrefois, cette génération peut élargir ses horizons au plus loin possible et présenter immédiatement les nouvelles œuvres françaises parues depuis peu en France. Les nouveaux traducteurs ou chercheurs entreprennent sans tarder des études sur les nouvelles œuvres et donnent leurs opinions, plus ou moins diversifiées, à leur sujet. Au fur et à mesure que les moyens informatiques se modernisent de plus en plus, s’accélère la publication des œuvres étrangères traduites, de sorte que les lecteurs chinois peuvent avoir en main les œuvres étrangères récentes tout de suite après leur parution dans leur pays d’origine. Traditionnellement les éditeurs chinois produisent toujours de grands efforts pour organiser la traduction de nouvelles œuvres françaises, dans le cadre de collections destinées à satisfaire les lecteurs chinois. Ils organisent ces nouvelles collections qui sont importantes également pour les œuvres françaises du 21e siècle. La Maison des Éditions de Wen Jing (Panorama des littératures, à Shanghai) est ainsi en train de développer une collection des œuvres du prix Goncourt ; La Maison des Éditions des Littératures et Arts de Hu Nan a créé la collection des œuvres issues des Éditions de Minuit ; La Maison des Éditions Li Jiang a organisé la collection des « Œuvres des écrivains Français du 21e siècle ». Le Groupe des Éditions de Ji Lin a lancé la collection des « Traductions de la Rive Gauche » etc…

39Dans la littérature contemporaine, une partie des écrivains francophones d’origine étrangère, surtout ceux issus des pays moins développés, a obtenu de bons succès dans la création littéraire en français, ils apportent un souffle vital à la littérature française. Ces auteurs - Milan Kundera, André Makine, François Cheng…- ont attiré l’attention des éditeurs et des chercheurs ou des spécialistes chinois. Lesquels se mettent à les traduire avec beaucoup d’intérêt et à leur consacrer des études, avec une prédilection, bien sûr, pour ceux d’origine chinoise. Récemment, deux ouvrages de recherche ont été publié sur François Cheng, l’un de Jiang Xiang Yan, intitulé Études sur les traductions et les études de la poésie des Tang de François Cheng, l’autre de Niu Jing Fan, intitulé Dialogue et Fusion – Études sur la pratique de la création romanesque et poétique de François Cheng. Les deux jeunes chercheurs considèrent la traduction et la création littéraire de François Cheng comme une sorte de dialogue interculturel à partir duquel ils mènent une étude littéraire et une analyse comparative sur cet auteur français d’origine chinoise qui est à la fois traducteur, poète et écrivain. François Cheng connait aussi bien la culture occidentale que la culture chinoise et il sait dégager et créer des liens entre ces deux grandes cultures du monde. Les études sur les écrivains d’origine chinoise d’expression française intéressent aussi les spécialistes français. Une doctorante chinoise a pris ce thème comme sujet de thèse sous une direction en cotutelle sino-française. Son directeur français l’encourage en affirmant que ces recherches auront sans doute une importance indéniable dans l’avenir.

40D’innombrables revues cherchent à présenter en priorité les œuvres étrangères les plus récentes, elles publient dans leurs pages les traductions d’extraits de ces œuvres récentes, les articles d’analyse, de critique ou de commentaire des œuvres étrangères, les présentations des auteurs des pays différents, ainsi que les informations les plus récentes du monde littéraire de ces divers pays. Il est certain que la littérature française y occupe une place importante. Ces revues peuvent être distinguées en fonction de leurs destinataires différents… La revue Études Françaises de L’Université Wuhan est la seule revue spécialisée en études françaises en Chine. Certaines revues ont été créées par les Académies (centrale ou locales) ou les universités, elles sont plus spécialistes que les autres. Par exemple Littératures du monde, revue importante de l’Académie en sciences sociales. En Chine, presque toutes les provinces ont leurs maisons d’éditions, lesquelles ont créé diverses revues, dont des revues littéraires qui présentent les œuvres étrangères, parmi lesquelles celles de la littérature française. Par exemple « Yi Lin » (Forêt des traductions), revue bimensuelle de la Maison des éditions de Yi Lin (de la province de Jiang Su), Panorama des littératures, revue mensuelle de la Maison d’éditions de la Librairie de Shanghai ; Arts et Littératures étrangères, revue bimensuelle de la Maison d’éditions des traductions de Shanghai. Les diversses associations comme celles des écrivains, celles des traducteurs ou celles de chercheurs comparatistes (locales ou centrale) etc. ont elles aussi créé leurs revues littéraires, par exemple Littérature comparée en Chine, revue bimensuelle de l’Association de la littérature comparée. Il y a même des journaux, comme l’Hebdomadaire de lecture de Wenhui (à Shanghai), qui donnent rapidement des informations littéraires chinoises et aussi celles du monde… Ces revues et ces journaux littéraires jouent un rôle indispensable dans la présentation des littératures étrangères et poussent aussi la Chine à s’avancer vers un avenir encore plus ouvert.

41À la fin de l’année, certains chercheurs ou traducteurs, disposant des informations les plus récentes et d’un œil averti, font souvent quelque bilan de l’année sur la littérature en France, pour aider les lecteurs chinois à en avoir un aperçu général. Les auteurs français importants comme Le Clézio, Patrick Modiano, Jean d’Ormesson, Amélie Nothomb, Milan Kundera, Jean-Philippe Toussaint, Michel Houellebecq, François Weyergans, Jean Echenoz… ont été rapidement présentés en Chine, et à la suite de la présentation de ces auteurs, on s’est mis tout de suite à traduire leurs œuvres en chinois et à en faire des études et des critiques. On s’intéresse encore à la poésie française d’aujourd’hui. Grâce aux efforts des traducteurs, les lecteurs chinois peuvent avoir une idée concrète des poèmes des poètes français actuels, tels que Michel Deguy, Michel Butor, André Velter, Henri Deluy, Jean-Jacques Viton etc.

42L’Association des Études des Littératures étrangères de Chine et la Maison des Éditions des Littératures du Peuple ont attribué ensemble le Prix du « Meilleur Roman étranger du 21e siècle » de l’année 2006 à l’écrivain français Le Clézio par son roman Ourania. Le Clézio est venu à Beijing (Pékin) au début de 2008 pour recevoir ce prix littéraire chinois. Cela montre bien que les critiques littéraires chinois ont atteint indéniablement un haut niveau important.

43Pendant ces 30 dernières années, l’enseignement de la littérature française dans les universités chinoises a connu aussi un grand essor. Dans les années 50-60, on se méfiait de l’enseignement des littératures étrangères dans les universités. Du fait que la littérature française exerçait depuis toujours une grande influence sur les lecteurs chinois, le contrôle idéologique était particulièrement fort de ce côté. Les romans modernes français étaient le plus mis en doute. On supprimait les textes littéraires français dans les manuels universitaires en les remplaçant par les textes politiques tels que les reportages de « Pékin information », ou pour améliorer le niveau de la lecture française des étudiants, on leur permettait tout au plus de lire quelque journal français de « gauche » comme L’Humanité ou l’Humanité Rouge (journal maoïste français disparu aujourd’hui).

44Maintenant la littérature française est devenue obligatoire dans l’enseignement supérieur de français. Les étudiants ayant passé une certaine période d’apprentissage de la langue française en première année ou en deuxième année universitaire, doivent se mettre tout de suite à lire directement les œuvres littéraires en français, ils peuvent facilement trouver des œuvres qui les intéressent, en particuliers les œuvres modernes et contemporaines du fait que les bibliothèques universitaires possèdent des livres français en abondance. De plus, ils peuvent aussi aller emprunter des livres aux centres culturels français dans certaines grandes villes chinoises comme Beijing, Shanghai, Nanjing, Guangzhou, Wuhan, Hangzhou.

45Autrefois, il y avait peu d’universités qui disposaient d’un département de français, pas même de cours de français, sans parler des cours de littérature française en français. Dans certaines universités, il y avait des cours de littératures étrangères, mais en chinois et dans lesquels on parlait sobrement de la littérature française. Mais maintenant, on a généralement créé des instituts de langues étrangères dans les universités plus ou moins importantes, dans lesquels, existe un département ou au moins une section de français, où on donne des cours de français. Des cours de littérature française y figurent souvent. Les professeurs comme les étudiants éprouvent un grand intérêt pour les œuvres françaises contemporaines.

46L’enseignement universitaire de la littérature française se fait à trois niveaux dans les départements de français : la licence, le master, et le doctorat, les deux derniers étant plutôt deux étapes de recherche consacrée à un certain sujet sous la direction d’un professeur ou d’un chercheur. Avec le développement des relations universitaires sino-françaises, ces dernières années, on commence à établir des directions en co-tutelle de doctorat sino-français. Les sujets de recherche de master ou de doctorat se classent en plusieurs spécialités : linguistique, littérature française (plutôt du 20e siècle), théorie et pratique de la traduction, critique et esthétique littéraires (plutôt du 20e siècle), poésie et poétique française du 20e siècle, courants idéologiques et culturels modernes français, études de la littérature française autobiographique, études sur les auteurs et les œuvres françaises…

47Depuis ces dernières années, un nouveau contingent de masters et doctorants s’est formé. Ils ont un esprit plus ouvert et des horizons plus larges que leurs aînés. Ayant un œil plus sensible et beaucoup moins de contraintes, ils prêtent plus d’attention à ce qui est le plus profond à l’intérieur des œuvres. Les jeunes chercheurs mènent leurs recherches d’une façon plus moderne et plus efficace, par exemple une doctorante de l’Université Nanjing a accompli une thèse sur l’éthique des traductions, et un autre doctorant de la même université a essayé de pénétrer dans le for intérieur d’André Gide à partir de ses œuvres, une doctorante de l’Université Beijing a pris Philippe Jaccottet comme le sujet de sa thèse de doctorat… Une fois diplômés, ces jeunes masters et doctorants joueront un grand rôle à leur tour dans l’enseignement supérieur, dans la recherche littéraire, ou dans les éditions de la littérature française. Maintenant que l’ouverture est chose décidée dans le monde malgré tout, et que le rythme du développement s’accélère incroyablement avec des informations innombrables, ils cherchent sans doute à mettre plus d’accent sur ce qui est le plus moderne dans le monde.

48En dehors des universités, on a encore créé divers cours ou classes de français pour les amateurs de français. Dans ces cours, on parle aussi de la littérature française classique ou moderne, mais il s’agit d’une certaine vulgarisation. Traditionnellement, aux yeux des Chinois, la littérature française fait partie de la haute culture. On est fier d’en connaître un petit peu. Privilégiée, la littérature française est toujours proposée dans les programmes de ce genre de cours ou de classes. L’Alliance Française joue aussi un rôle important dans l’enseignement du français et dans celui de la littérature française parmi les francophiles chinois. En dehors des cours de langue française, elle ouvre sa bibliothèque au public qui peut y lire les revues françaises et emprunter les œuvres françaises. De temps en temps, elle organise des conférences littéraires et des rencontres avec les auteurs français ou d’autres activités culturelles. Avec les efforts de tous ces établissements d’enseignement à divers niveaux, les Chinois s’approchent de plus en plus de la culture française et des Français.

Bibliographie

Xu Jun, Song Xue Zhi, Accueil à la littérature française du 20e siècle en Chine : présentation, traduction, réception.

Wu Yue Tian, Histoire de l’évolution des romans français

Yu Zhong Xian, Grand jardin de la littérature française

Liu Ming Jiu, Transcender l’absurdité

Liu Ming Jiu, Choisir de se révolter

Liu Ming Jiu, Entre les clins d’œil romantiques

Qian Lin Sen et Christian Morzewski (ed.), Les écrivains français du 20e siècle et la Chine, Colloque international de Nanjing 99’.

Jiang Xiang Yan, Études sur les traductions et les études de la poésie des Tang de François Cheng.

Niu Jing Fan, Dialogue et Fusion – Études sur la pratique de la création romanesque et poétique de François Cheng

Revues :

Littératures du monde

Littérature comparée de Chine

Littératures contemporaines étrangères

Traductions Yi Lin

Littératures et Arts étrangers

Études françaises

Panorama des littératures

Études du Dialogue interculturel

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search