Version classiqueVersion mobile

La littérature française du 20e siècle lue de l'étranger

 | 
Dominique Viart

La littérature française dans les pays de l'Est

La littérature française du 20e siècle lue du Japon : Études, recherches, publications critiques et traductions

Fumio Chiba

Texte intégral

1Au Japon, comme dans beaucoup de pays probablement, l’année 2000 marque un tournant important dans les études de littérature française, en particulier dans celles qui sont consacrées à la littérature française du 20e siècle. Malgré la diminution progressive, par rapport aux années 1960-70, des traductions de littérature française contemporaine, les études et recherches critiques, par contre, s’intensifient, se raffinent et semblent prendre un nouvel essor, comme le montre la prolifération des échanges entre les chercheurs de nos deux pays, ainsi que le nombre déjà important de thèses consacrées à des écrivains du 20e siècle.

I. Quels sont nos auteurs préférés ?

2Pour aborder notre question, il convient de souligner l’importance des activités de la Société Japonaise de Langue et de Littérature Françaises (la SJLLF). Cette société, la SJLLF, fondée en 1962, réunit les professeurs et chercheurs en littérature française, du Moyen Âge aux écrivains contemporains et, même en dehors des littéraires, les chercheurs spécialisés en linguistique ou en philosophie. La SJLLF, qui compte actuellement environ mille six cents membres, donne annuellement deux congrès au cours desquels sont données chaque fois une quarantaine de communications dans tous genres, principalement par les jeunes chercheurs. La SJLLF publie une revue de recherche, Études de Langue et Littérature Françaises, qui comptent 97 numéros en 2010. Depuis ces deux dernières décennies, le nombre des articles consacrés à la littérature du 20e siècle a augmenté d’une manière impressionnante et il n’est pas exagéré de dire que les vingtièmistes dominent tous les autres.

3Librement associés à la SJLLF se montrent actives six associations d’études des écrivains du 20e siècle : la Section Japonaise de la Société des Études camusiennes, le Cercle d’études claudéliennes au Japon, l’Association Japonaise d’Études sartriennes, la Société japonaise d’études proustiennes, la Société japonaise d’études valéryennes et le Cercle d’études bataillo-blanchotiennes. Ces associations organisent colloques, conférences et séminaires, et publient éventuellement des bulletins pour faire diffuser les articles de bon niveau. Les noms des écrivains que je viens d’évoquer, Bataille, Blanchot, Camus, Claudel, Proust, Sartre et Valéry, vous donneront une idée de ce que peuvent être les goûts des chercheurs japonais.

4Cependant, les auteurs qui sont objets d’études depuis 1980 dans ces congrès étonnent par leur extraordinaire variété : plus de 130 écrivains du 20e siècle ont été traités. Cette variété n’exclut pourtant pas la convergence. Au niveau de la SJLLF, d’après le nombre de communications, les auteurs les plus étudiés depuis 1980 sont les suivants : Proust (79 communications), Bataille (28), Valéry (24), Camus (21), Céline (21), Duras (18), Sartre (18), Breton (17), Blanchot (15). Si on examine de plus près la tendance générale dans la période la plus récente, on s’aperçoit que, si Proust reste toujours de loin notre écrivain préféré, Bataille, Céline et Blanchot ont dernièrement beaucoup gagné en popularité auprès des jeunes chercheurs. Il faudrait aussi ajouter que les œuvres majeures de ces trois écrivains sont traduites depuis les années 1960 et qu’une nouvelle traduction de leurs textes plus rares est envisagée.

II. D’abord Proust, ensuite Bataille

  • 1 La prochaine publication de la troisième version par Kazuyoshi Yoshikawa est annoncée.

5Il n’est pas étonnant que Proust se place ainsi en tête de cette liste. L’auteur d’À la Recherche du temps perdu séduit depuis fort longtemps le public japonais, comme le montre le fait qu’il existe aujourd’hui deux versions, en format de poche, de la traduction intégrale de ce chef-d’œuvre1. Les études proustiennes constituent la partie la plus active de toute la recherche en littérature française au Japon. Le nombre des communications est impressionnant, et, comme on le constatera par la suite, les sujets et les méthodes de nos Proustiens sont très diversifiés. La méthode génétique est quand même dominante : plus qu’une méthode, l’étude des manuscrits forme un socle pour tous les autres types de recherche sur Proust. Un corps solide de chercheurs est engagé dans la lecture et l’interprétation des manuscrits et mène des recherches génétiques depuis les années 1970. Jo Yoshida, mort prématurément en 2005, était un des représentants les plus éminents de ce domaine de recherche : il a participé à la nouvelle édition d’À la recherche du temps perdu publiée, dans la collection de la Pléiade, en 1987. La tradition continue, et aujourd’hui des chercheurs japonais sont parti prenante dans le grand projet d’édition intégrale des cahiers du Contre Sainte-Beuve et d’À la recherche du temps perdu conservés au département des manuscrits de la BnF : Kazuyoshi Yoshikawa travaille comme membre du comité éditorial et Chizu Nakano pour la première publication de cette série, l’édition du Cahier 54. Parallèlement à ce projet d’édition, le colloque intitulé Genèse, édition, interprétation. Les brouillons de Proust a été organisé à Paris 21-22 mars 2008. Ce colloque, un « événement officiel du 150e anniversaire des relations franco-japonaises », réunissait, entre autres, sept spécialistes japonais, nombre qui n’est pas déjà mince. À l’ouverture de ce colloque, dans la communication intitulée « La génétique proustienne au Japon », Bernard Brun (ITEM-CNRS) a rendu hommage à ses collègues japonais.

6Il faudrait peut-être parler ici de la tradition ou du goût naturel de mes compatriotes pour l’écriture à la main afin de mieux saisir cet intérêt caractéristique des Proustiens japonais. Les Japonais des temps révolus étaient habitués à lire plusieurs types de manuscrit, les livres copiés à la main et les pages, imprimés, mais qui simulent l’écriture manuelle : ils ont probablement développé une sensibilité propre pour apprécier ces arabesques manuelles. Or dans les études de la littérature japonaise classique, le savoir lire des manuscrits ou des livres copiés à la main est une des premières étapes importantes et obligatoires pour la formation des jeunes chercheurs. Si on revient à notre sujet des études de la littérature française, il est intéressant de voir que nos chercheurs en génétique et en critique textuelle essaient d’appliquer leurs méthodes à un autre domaine de recherche, notamment à la littérature japonaise du 20e siècle. Les spécialistes de Proust, ainsi que ceux de Nerval ou Flaubert s’engagent dans cette nouvelle tâche : l’examen du processus d’élaboration textuel chez des écrivains japonais comme Miyazawa Kenji ou Akutagawa Ryunosuke.

7Sur la base de ces études génétiques, on voit aujourd’hui se développer un florilège de tous les types de recherche. L’intérêt se porte ainsi graduellement sur les questions esthétiques liées à l’œuvre proustienne : question des rapports de Proust avec la peinture, la musique ou la mode, question, en somme, des rapports de l’œuvre proustienne avec son contexte historique et culturel. Comme il est impossible de citer ici tous les travaux individuels, on se limitera à citer quelques exemples parmi un bon nombre de publications : l’Index général de la Correspondance de Marcel Proust, publié aux Presses de l’Université de Kyoto, en 1998 : un ouvrage de référence pour connaître Proust par sa correspondance, et ensuite Dictionnaire Musée Proust, publié chez Chikuma-Shobo en 2002. Ce dernier ouvrage est basé sur la traduction des pages placées à la tête du premier des trois volumes d’À la recherche du temps perdu de la collection « Bouquin » auquel on a ajouté une partie entièrement écrite de nouveau par les spécialistes japonais et de nombreuses illustrations.

  • 2 Yukio Mishima, Qu’est-ce que le roman ?, Tokyo, Sincho-sha, 1972.
  • 3 Présentation de Michel Foucault pour les Œuvres complètes, tome I, de Georges Bataille, Paris, Gall (...)

8Après Proust, ce n’est désormais ni Sartre ni Camus, mais Bataille qui se place au deuxième rang dans cette même liste, ce qui peut paraître inattendu pour certains, mais au Japon comme en Italie et dans les pays d’Anglo-Saxon, Bataille fait l’objet d’études sérieuses depuis déjà plus d’une vingtaine d’années. Dès avant 1980, la majeure partie des textes batailliens avaient été traduits au Japon, et par la suite ont été publiés les traductions de textes dont l’accès est plus difficile, notamment les documents rattachés à la revue Acéphale et au Collège de sociologie. L’époque n’est plus où un Mishima Yukio faisait un éloge dithyrambique de l’auteur de Mme Edwarda et de Ma mère comme de quelqu’un qui sait réunir, « par une conjugaison directe, violente et insolente », la pornographie et la métaphysique2. Plus d’une dizaine de jeunes professeurs et chercheurs ont soutenu leur thèse en France et au Japon. Ils sont plutôt fidèles à l’esprit de Michel Foucault lorsque celui-ci présente Bataille comme quelqu’un qui fait « entrer la pensée dans le jeu – dans le jeu risqué – de la limite, de l’extrême, du sommet, du transgressif »3. Dans l’œuvre de Bataille, ils prennent pour sujets d’études la communauté, le sacré, le sacrifice, la souveraineté ou la guerre, en étudiant la pensée bataillienne plutôt que les œuvres romanesques. Ici aussi, comme dans le cas de Proust, on essaie de lire l’œuvre de Bataille dans son contexte historique et culturel : Bataille est souvent mis en rapport avec ses contemporains : Blanchot, Sartre Leiris, Malraux, Masson, etc. et les revues comme Documents ou Acéphale, ainsi que les documents concernant le Collège de sociologie, offrent un matériau abondant et important pour approfondir ce type de recherches et les questions du rapport entre texte et image n’échappent pas non plus à leur intérêt. Le cas de Bataille d’ailleurs pourrait se servir d’un exemple qui montre une des caractéristiques de l’intérêt de nos collègues : le Roman est en général avec le temps délaissé pour la Pensée. Si le Japon des années 1960 recherchait dans la littérature française une nouvelle forme romanesque, la période qui suit les années 1980 s’attache plutôt à suivre les avatars de la pensée française.

III. Multiplication des échanges franco-japonais

  • 4 Sartre, penseur pour le 21e siècle ? Actes du colloque international, Tokyo, Sicho-Sha, 2007.
  • 5 Voir Claudel et le Japon, Cinquantenaire de la mort de Claudel. Actes du Colloque International et (...)
  • 6 Voir Samuel Beckett Today/Aujourd’hui, Volume 19, Amsterdam, Rodopi, 2008. Editors : Minako Okamuro (...)

9L’une des caractéristiques, après 2000, des études, recherches, et publications critiques se trouve dans la multiplication des échanges franco-japonais et internationaux. C’est dans ce chapitre qu’il faut parler d’un nouvel essor. Dès 2003 en effet, le nombre de colloques dits « internationaux » augmente au Japon. Ont eu lieu, dans l’ordre chronologique, les manifestations suivantes : Proust et les arts (30 mai 2003, Maison franco-japonaise de Tokyo), Proust sans frontières (18-22 septembre 2003, Université de Kyoto, Université municipale de Tokyo) ; Sartre penseur pour le 21e siècle ? (2-3 novembre 2005, Université Aoyama-Gakuin)4 ; Claudel et le Japon (26-27 novembre 2005, Maison Franco-Japonaise, Université Senshu)5 ; Borderless Beckett (29 septembre-1er octobre 2006, Université Waseda)6 ; Maurice Blanchot : littérature et langage (21 octobre 2006, Université de Tokyo) ; Albert Camus le sens du présent (19-20 novembre 2010, Université Dokkyo). Les termes « sans frontières » ou « borderless » ont une teneur symbolique. Si on remonte un peu le temps, on trouvera un colloque consacré à Paul Valéry : Paul Valery/Orient & Occident, qui s’est tenu à Tokyo, sous la direction de Kunio Tsunekawa en 1996, et dont les actes ont été publiés par les éditions Lettres modernes Minard. Dans ce colloque se trouve probablement l’origine de cette prospérité d’échanges franco-japonais entre vingtièmistes.

10Les dernières nouvelles concernant les échanges franco-japonais de chercheurs portent encore une fois sur Proust. D’abord un congrès intitulé « Proust en son temps : contextes culturels d’une genèse romanesque » a eu lieu les 18-19 avril 2009 à la Maison franco-japonaise de Tokyo. Ce congrès a réuni six chercheurs français et onze chercheurs japonais, sous la direction de Kazuyoshi Yoshikawa et Nathalie Mauriac Dyer, qui organisent en novembre 2010, à l’Université de Kyoto, un autre colloque d’une importance équivalente, intitulé « Proust face à l’héritage du 19e. Siècle ― Filiations et ruptures »

11Ce phénomène de multiplication des échanges franco-japonais est d’une part lié à la possibilité nouvelle de trouver des fonds de recherche dit Kaken-Hi, « GRANT-IN-AID FOR SCIENTIFIC RESEARCH », auprès de l’institution Japan Society for the Promotion of Science (Nihon Gakujutu Shinkokai). Nos collègues sont incités à présenter leurs projets de recherche qui sont, dans la plupart des cas, projets de recherche collective. Ils se sentent obligés de le faire à cause des réformes universitaires et de l’introduction de ce nouveau système de bibliométrie dont il a été question dans notre colloque. Ainsi le nombre d’invitations possibles augmente-t-il. Comme chercheurs invités récemment, on citera par exemple les noms suivants : Sjef Houppermans, Eveline Grossmann et Bruno Clément (pour le colloque Beckett), Dominique Rabaté et Gisèle Berkmann (pour le colloque Blanchot), Mireille Calle-Gruber (pour le colloque Butor), Dominique Millet-Gérard, Yvan Daniel, François Lachaud Zhongxian Yu, Bernard de Montferrand et Michel Wasserman (pour le colloque Claudel), Michel Sicard, Gilles Philippe, François Bizet, Benddict O’Donohoe, Kwang Bai Byun et Madelaine Gobeil-Noël (pour le colloque Sartre),

12Je voudrais terminer ce chapitre par une évocation brève de l’accueil au Japon des écrivains contemporains. Les écrivains français d’aujourd’hui deviennent voyageurs. Le Japon n’est plus pour eux un pays lointain. Ils commencent à visiter aussi nos universités. Même si on se borne à la période d’après 2000, notre liste est très longue : Michel Butor, J.M.G. Le Clézio, Pierre Guyotat, Jean-Philippe Toussaint, Jean Echenoz, Gérard Macé, Pierre Michon, Florence Delay, Jacques Roubaud, François Bon, Olivier Rolin, Philippe Forest, Olivier Cadiot, Pierre Alferi, Anne Portugal, Luc Lang, Christian Prigent, Marie N’Diaye. Les fréquents voyages au Japon d’écrivains français contemporains sont une belle occasion d’organiser des conférences, séminaires ou tables rondes. Mais le cas de François Bon est un peu exceptionnel. On sait qu’une partie importante de ses activités est consacrée à l’organisation d’ateliers d’écriture, et c’est ce qu’il a fait au Japon en organisant un atelier au sein de l’université Waseda pour sensibiliser les étudiants à la primauté de l’écrire vrai sur le bien écrire.

13Enfin, le Colloque international Michel Butor : À la frontière, ou l’art des passages (27-28 septembre 2008, Université de Rikkyo) a montré que ce genre d’activités n’est pas seulement destiné à la consécration des écrivains morts. Michel Butor lui-même est venu participer à ce congrès dans la partie « Dialogue avec Itoyama Akiko, jeune écrivain japonaise ». Une dizaine de communications francaises et japonaises ainsi que la projection d’un film ont célébré l’écrivain invité, dont plusieurs œuvres sont traduites en japonais. L’idée de faire dialoguer Michel Butor avec une jeune écrivain japonaise montre bien que les organisateurs de ces deux journées de colloque ne voulaient pas s’enfermer dans le circuit purement universitaire.

IV. Abondance des publications collectives

14Dans ce panorama de la tendance actuelle de nos recherches sur la littérature française du 20e siècle, il n’est pas possible de présenter en détail les études monographiques de nos collègues japonais : il existe pourtant de nombreuses études exemplaires, en dehors des études proustiennes et des études sur Camus, Char, Bataille, Blanchot, etc…. Nous devrons nous limiter à parler des travaux collectifs, car l’animation nouvelle des échanges franco-japonais aboutit à de nombreuses publications collectives. Nous prenons maintenant quelques exemples en dehors de recherches proustiennes ou batailliennes, pour donner une idée plus complète de la tendance actuelle des recherches au Japon. Il faut ajouter aussi que la plupart des publications sont faites en notre langue, le japonais. Le Japon restera probablement pour vous un pays mystérieux.

  • 7 Ce rapport de projet de recherche en 500 pages, dont le titre d’ensemble est La conception du temps (...)

15Deux visages de la modernité : Avant-Garde et Arrière-Garde, tel est le titre de la deuxième partie du rapport d’un projet de recherche qui réunit une vingtaine de spécialistes français et japonais7. L’article de William Marx « La littérature est-elle d’arrière-garde ? », en tête de ce rapport, montre quels sont les enjeux de cette équipe de recherche. La plupart des contributions, qui sont consacrées au mouvement littéraire et artistique d’entre les deux guerres, essaient en effet de remettre en perspective leurs sujets, le surréalisme, Valéry, Malraux ou Sartre, par l’introduction de ce double point de vue de l’avant-garde et de l’arrière-garde. Cet ouvrage évoque également une tentative en cours consistant à traiter le surréalisme d’une manière différente.

  • 8 Voir Décomposer la culture par l’imagination : le surréalisme et la pensée anthropologique, sous la (...)

16Car si on suit les tendances mondiales actuelles des études critiques de littérature française du 20e siècle, auteur par auteur, une partie importante du mouvement littéraire et artistique, le surréalisme, en effet restera en marge. Ce n’est pas le cas au Japon. Les études sur le surréalisme sont suivies et approfondies. Une des publications majeures est un ouvrage collectif intitulé Décomposer la culture par l’imagination : le surréalisme et la pensée anthropologique8. Comme le titre l’indique, le surréalisme est traité ici dans son rapport avec l’ethnologie. Des études sur Marcel Mauss, Lévi-Strauss côtoient celles sur des écrivains comme Breton, Péret, Leiris, Artaud, Paulhan, Gracq. C’est un ouvrage collectif en un double sens : la contribution de chercheurs français comme Jean Jamin et Jean-Claude Blanchet élargit le champ de perspective ; et il y a également une collaboration fructueuse entre les chercheurs et les éditeurs. Cet ouvrage, écrit entièrement en japonais, ne veut pourtant pas s’enfermer dans un circuit fermé, comme le montre bien une deuxième table des matières ajoutée en français à la fin du volume.

17Du projet de recherche autour des œuvres de Céline, qui s’est constitué en 1997, est né un ouvrage collectif au titre sobre : Lire Céline. Ce projet de recherche ne réunit pas autant de chercheurs que dans les deux cas précédents, mais il fait par contre surgir le problème essentiel de la lecture du roman, à savoir comment lire Céline et quoi lire de Céline. Dans cet ouvrage, cinq spécialistes ont collaboré avec deux autres spécialistes de littérature anglaise et de littérature japonaise, afin de mettre Céline dans son contexte historique. Cet ouvrage souligne l’importance de sujets comme l’Empire, le judaïsme et la communauté, mais n’oublie pourtant pas des questions plus littéraires comme le syle de Céline ou celle des influences de celui-ci sur les écrivains japonais comme Kenzaburo Oe.

  • 9 Équinoxe, n. 2 spécial Marcel Proust, 1988. Équinoxe, n. 13 Camus, 1996. Équinoxe, n. 20-21 Le surr (...)

18Bien que limité dans l’ensemble, un certain nombre de chercheurs japonais essaient de publier leurs travaux directement en français. Dans la situation actuelle des études littéraires au Japon, il n’y a pas de revue de recherche spécialement consacrée à la littérature française du 20e siècle. Mais la revue d’études critiques de littérature française Équinoxe, dont les articles sont entièrement rédigés en français, et qui a publié, de 1987 à 2002, 21 numéros au total, a consacré trois de ses numéros au 20e siècle9.

19Jusque dans les années 1960-70, l’époque de Sartre, de Camus, et du Nouveau Roman, la littérature française était populaire auprès du public japonais. Les lecteurs japonais suivaient assez bien le courant de la littérature française du 20e siècle, surtout dans le domaine romanesque, de Gide au Nouveau Roman. Les revues littéraires comme Umi, (La Mer), Eureka et le Carnet de la poésie contemporaine, faisaient souvent des numéros spéciaux exclusivement consacrés à des écrivains français du 20e siècle. Cette tradition s’est conservée jusque dans les années 1990, et Eureka, qui a contribué plus que les autres revues à l’introduction de la littérature française dans le public japonais, a ainsi sorti des numéros spéciaux consacrés à Barthes, Bataille, Blanchot, Céline, Cocteau, Duras, Klossowski, Proust ou au Nouveau Roman. Mais depuis 2000, la situation a considérablement changé. La revue Umi a disparu depuis lontemps. Aujourd’hui, même Eureka ne veut plus traiter de la littérature française et semble d’ailleurs délaisser la littérature elle-même.

V. Traductions en guise d’éditions critiques

20Pour terminer cette communication, nous aimerions évoquer une singularité japonaise concernant le statut de la traduction. Le Japon est un pays où l’influence de la littérature étrangère a toujours été très forte : d’abord celle de la littérature chinoise jusqu’au milieu du 19e siècle et ensuite, dès la fin du 19e, celle de la littérature européenne. L’idée de littérature, qui englobe tous les phénomènes littéraires, n’existait pas au Japon avant l’introduction de la littérature occidentale à la fin du 19e siècle. Dans la période précédente, les études de littérature et de philosophie chinoises formaient le noyau de notre culture littéraire. Probablement liée à ce phénomène, s’est développée l’idée selon laquelle la meilleure compréhension d’une œuvre sera acquise par une bonne association de la traduction et des études critiques. Il n’est donc pas rare de voir le travail de chercheur et celui de traducteur se superposer, se rejoindre et même s’identifier. Les chercheurs japonais, ainsi, s’occupent souvent de la traduction des œuvres complètes, enrichies de notes et de commentaires critiques. On pourrait citer, comme exemple récent, bien qu’extérieur aux études sur le vingtième siècle, le travail de Yoshio Abe pour ses traductions de Baudelaire. Dans le domaine du 20e siècle, la tache gigantesque que constitue la traduction des œuvres complètes de Marcel Proust (1984-1999, en 19 volumes, publiées par Chikuma-Shobo) réunit tous les spécialistes japonais de premier ordre. De 1996 à 2001, une autre tentative de traduction japonaise d’À la recherche du temps perdu a vu le jour. C’est à Suzuki Michihiko, un proustien-sartrien, que nous devons cette traduction plus facile d’accès. Le Prix de la Culture de traduction au Japon a été attribué à cette nouvelle version japonaise de l’œuvre de Proust.

21Presque tous les classiques du 20e siècle ont été traduits avant 1980. Il existait déjà depuis longtemps les œuvres complètes ou presque complètes de Valéry, Gide, Cocteau, Apollinaire, Breton, Bataille, Sartre. Les textes dits difficiles ont également fait l’objet de traduction : bon nombre de titres du Nouveau Roman sont ainsi accessibles en japonais. Après 1980, il faut citer les Cahiers de Valéry en 9 volumes (1980-83), les Œuvres d’Artaud en 5 volumes (1996), les Œuvres de Michaux en 4 volumes (1987), les Œuvres complètes de la poésie de René Char en 1 volume (1999/2002), les Œuvres de Segalen en 7 volumes, les nouvelles traductions des œuvres de Barthes en 10 volumes et enfin les Œuvres complètes de Céline en 15 volumes (publications qui vont de 1978 à 2003). Tels sont les résultats du travail assidu de nos chercheurs, qui veulent, par une bonne traduction, présenter l’image la plus exacte de leur auteur.

22Le cas de Céline est digne d’être spécialement mentionné. Pour composer ses 15 volumes, l’éditeur a tenu à rassembler tous les écrits de Céline, y compris les pamphlets antisémites dont la publication est interdite en France. Au Japon donc, il n’existe pas d’interdit à propos de Céline, mais sûrement des débats sur la question de savoir comment recevoir et accepter son œuvre. Pour récompenser cet énorme travail de traduction de Céline en 15 volumes qui a pris un quart de siècle, le Prix de la Culture de Traduction au Japon a été décerné.

23À ce sujet j’ouvre une parenthèse pour signaler que depuis 2001, parmi les onze titres qui étaient lauréats du même prix, quatre sont des œuvres d’écrivains français du 20e siècle : outre Céline et la nouvelle traduction intégrale d’À la recherche du temps perdu dont je vous ai déjà parlé, la traduction du Soulier de satin de Paul Claudel par Moriaki Watanabe, et celle des Cahiers 1957-1972 de Cioran par Yu Kanai. Ce sont des résultats de longues années de travail et de recherche. Parmi les écrivains que je n’ai pas encore mentionnés, j’ajouterai que la traduction des œuvres de Leiris, Blanchot, Klossowski, Queneau et Perec a elle aussi bénéficié des meilleurs spécialistes.

Conclusion

24En conclusion, un des traits les plus caractéristiques des travaux de nos collègues japonais peut se résumer par la formule suivante : situer nos écrivains et leurs œuvres dans le dynamisme de contextes culturels. Le titre du colloque sur Proust annoncé pour le printemps prochain, à savoir Proust en son temps : contextes culturels d’une genèse romanesque, me semble indiquer assez bien la nature de la conscience partagée de nos collègues japonais. La « domination successives des écoles critiques formalistes et structurales », celles de la « French Theory » et celle du « déconstructionnisme » n’étaient pas des phénomènes étrangers aux chercheurs japonais : dans les années 1960-70, et ensuite dans les années 1980, nos collègues ont beaucoup contribué à la diffusion de ces pensées critiques. Mais cette époque est révolue. La grande ligne de force va maintenant vers les considérations historiques dans le nouveau sens du terme, à la façon de la New History : cette tendance ne se constate pas seulement dans les recherches proustiennes. Dans le cas des études sur Blanchot, sur Bataille, sur Céline et même sur le surréalisme, il est question, pour nos collègue, de définir, de nouveau, les champs culturels et d’essayer de lire dans ce cadre le corps complexe que l’on nomme le texte ou l’œuvre littéraire.

Notes

1 La prochaine publication de la troisième version par Kazuyoshi Yoshikawa est annoncée.

2 Yukio Mishima, Qu’est-ce que le roman ?, Tokyo, Sincho-sha, 1972.

3 Présentation de Michel Foucault pour les Œuvres complètes, tome I, de Georges Bataille, Paris, Gallimard, 1970.

4 Sartre, penseur pour le 21e siècle ? Actes du colloque international, Tokyo, Sicho-Sha, 2007.

5 Voir Claudel et le Japon, Cinquantenaire de la mort de Claudel. Actes du Colloque International et de la Table ronde, Tokyo, Schichigatu-dô, 2006.

6 Voir Samuel Beckett Today/Aujourd’hui, Volume 19, Amsterdam, Rodopi, 2008. Editors : Minako Okamuro Naoya Mori, Bruno Clément, Sjef Houppermans, Angela Moorjani, Anthony Uhlmann.

7 Ce rapport de projet de recherche en 500 pages, dont le titre d’ensemble est La conception du temps humain et ses métamorphoses dans la littérature française, traite dans sa première partie consacrée aux problèmes plus généraux : la conscience du temps dans la littérature moderne, le temps dans la littérature créole, Orient et occident : Dialogue sur le temps et le problème du temps chez Husserl.

8 Voir Décomposer la culture par l’imagination : le surréalisme et la pensée anthropologique, sous la direction de Ichiro Majima et Masao Suzuki, Kyoto, Jinbun-Shoin, 2000.

9 Équinoxe, n. 2 spécial Marcel Proust, 1988. Équinoxe, n. 13 Camus, 1996. Équinoxe, n. 20-21 Le surréalisme à trois dimensions, 2002.

Auteur

Université Waseda, Tokyo, Japon

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search