Version classiqueVersion mobile

La littérature française du 20e siècle lue de l'étranger

 | 
Dominique Viart

Des relations historiques privilégiées

Étudier la littérature française du 20e et du 21e siècle en Israël : thèmes et approches

Ruth Amossy

Texte intégral

1En ce qui concerne les études de littérature française du 20e et 21e siècle en Israël, il est difficile de faire le point sur un ensemble de travaux personnels qui doivent se frayer un chemin dans un contexte culturel où la première langue étrangère est l’anglais. À cela s’ajoute que le Français est en perte de vitesse depuis de nombreuses années, et que les postes à l’université se font rares. Le dynamisme des études françaises sur le 20e et le 21e siècle, où la recherche se poursuit et où des colloques internationaux sont organisés de façon régulière, n’en est que plus remarquable. Je voudrais essayer d’en dégager les grandes tendances dans le choix des corpus, d’une part, et dans les approches théoriques et critiques, d’autre part. Dans cette perspective, j’insisterai sur l’importance accordée à la littérature maghrébine de langue française dans le cadre plus large de la francophonie ; aux écrivains juifs et israéliens de langue française ; et à la littérature de la Shoah. Je mettrai par ailleurs l’accent sur deux grandes directions de recherche, qui s’ajoutent à celles que représente, en langue anglaise, la revue de réputation internationale Poetics Today dirigée par Meir Sternberg de l’Institut Porter : la sociologie de la littérature, d’une part ; l’analyse du discours et l’argumentation, en pleine expansion avec la création du groupe de recherche ADARR (U. de Tel-Aviv et de Bar-Ilan) et sa nouvelle revue en ligne, Argumentation et analyse du discours, d’autre part.

2En plus de travaux consacrés à des auteurs particuliers comme Claude Simon ou Le Clézio (Amar 2004) – pour ne citer que les prix Nobel – ou encore d’études sur des écrivains comme Alain Bosquet (à qui un colloque vient d’être consacré à Haïfa), un intérêt croissant se manifeste en Israël, sur le modèle de ce qui se fait en Amérique du Nord, pour la francophonie au sens large. L’inscription récente de l’Université de Tel-Aviv à l’AUF, et la journée d’étude annuelle qui s’y tient en mars pour célébrer la journée de la francophonie, témoigne du désir des chercheurs en Israël d’élargir leur recherche aux littératures qui se développent en langue française en dehors de la métropole. C’est dans cette optique qu’il faut voir la « Lecture » rédigée par E. Rosen et N. Rubin (Tel-Aviv) pour la réédition de La lucarne de Jacqueline Harpman par Labor à Bruxelles, la thèse de Dina Haruvi (Tel-Aviv) sur l’écriture des femmes dans les revues d’avant-garde au Québec, ou l’ouvrage de Simone Grossman (Bar-Ilan) (2006) sur le fantastique et la peinture au Québec. Surtout, on trouve un ensemble important de travaux sur la littérature maghrébine, principalement de la plume de Robert Elbaz (Haïfa), qui tente d’en dégager la spécificité à partir d’une étude des structures narratives et des dispositifs d’énonciation, dans leur rapport à la dimension culturelle et sociale des textes. On peut citer Pour une littérature de l’impossible : Rachid Mimouni (2003), Mouloud Feraoun ou l’émergence d’une littérature (2001), Tahar Ben Jelloun ou l’inassouvissement du désir narratif (1996), et un collectif sur Malikka Mokedem (2003). Ces ouvrages font suite à un livre intitulé Le Discours maghrébin : dynamique textuelle chez Albert Memmi de 1988. Elbaz a aussi écrit sur Djebar, Taia, Beroho,.. Toujours dans le domaine de la littérature francophone, signalons le livre de Jacqueline Michel (Haïfa) sur Andrée Chedid, la recherche que David Mendelson a consacrée à la francophonie en Israël (1987), et l’intérêt porté aux écrivains israéliens de langue française qui se manifeste, entre autres, dans un colloque sur la poésie de Claude Vigée organisé à l’Université de Tel-Aviv, et dans les travaux que des étudiants de recherche poursuivent sur des œuvres comme celle d’Esther Orner.

3Des travaux intéressants sur la dimension juive et la représentation des Juifs se poursuivent en Israël, en particulier chez Juliette Hassine (Bar-Ilan), auteur de Marrianisme et hébraisme dans l’œuvre de Proust (1994) et de Esotérisme et écriture dans l’œuvre de Proust (1990). Hassine travaille, par exemple, sur la façon dont les Juifs et le rapport des Français aux Juifs apparaît dans À la Recherche du Temps Perdu, examinant comment la mise en scène des personnages de Juifs, mais aussi les passages où le narrateur proustien en traite explicitement, en offrent une image complexe et nuancée dans le contexte de la Troisième République. Elle éclaire entre autres la position proustienne qui légitime la place des Juifs non assimilés dans la cité, dans leur « étrangeté » même, et en-dehors des normes d’une francité étroite. Notons aussi les études qui se sont poursuivies autour de l’œuvre d’Edmond Jabès (qu’on aurait pu d’ailleurs aussi ranger dans la « francophonie »), en particulier par David Mendelson (1987) et plus récemment (1997) par Gary Mole dans son livre Levinas, Blanchot, Jabès. Figures of Estrangement, examinant comment ces auteurs soulèvent les questions relatives à la judéité qui ont été au centre de la pensée postmoderne, et en particulier la question de l’écriture et de l’exil, de l’éthique et de la métaphysique, et la réaction à la Shoah.

4Une importante production est également consacrée aux auteurs juifs, dont Albert Cohen – citons ici l’ouvrage de Judith Kaufmann (Bar-Ilan) sur le grotesque dans Mangeclous (2000). Dans le domaine de la poésie, Monique Jutrin (Tel-Aviv), qui dirige les Cahiers Benjamin Fondane, a consacré une grande partie de ses travaux à l’étude de cet auteur juif d’origine roumaine qui a choisi de vivre en France et a péri à Auschwitz. Dans son livre, Benjamin Fondane ou le périple d'Ulysse publié chez Nizet en 1989, et dans ses autres études, elle considère l’œuvre roumaine et française de Fondane dans sa continuité et ses ruptures, tout en la situant par rapport au surréalisme français et en en explorant les aspects philosophiques et poétique. L’aspect juif est traité dans « Benjamin Fondane : autoportrait d’un Juif poète » (1995), et dans « Poésie et tragique : la poésie irrésignée de Benjamin Fondane » (2002) où Jutrin étudie à la fois les textes poétiques liés au tragique destin des Juifs, et le rôle d’« irrésignation » que la poésie a tenu pour Fondane jusque dans les moments les plus noirs – y compris ceux de la déportation.

5Des travaux sur la l’écriture de la Shoah se poursuivent en Israël, dans le sillage du livre fondateur de Charlotte Wardi (Haïfa), Le génocide dans la fiction romanesque. Histoire et Représentation (1986). Un collectif sous la direction de Charlotte Wardi et de Perel Wilgowicz a vu le jour en 2002 sous le titre Vivre et écrire la mémoire de la Shoah : Littérature et Psychanalyse. Il explore les répercussions de la Shoah sur les descendants des victimes, enfants cachés ou personnes nées après la guerre, à travers une analyse de leurs écrits littéraires, mais par une analyse du traumatisme qui s’appuie sur la parole des cures et des interviews. Il faut aussi signaler l’ouvrage de Gary Mole (Bar-Ilan) Au-delà de l’expérience des limites dans la poésie française de la déportation (1940-1945) (2002). Cet ouvrage analyse les poèmes écrits par des prisonniers et déportés dans les camps de concentration nazis. Il se propose de mettre en lumière la dimension esthétique de ces textes dont on n’examine souvent que l’aspect testimonial en négligeant la façon dont l’écriture poétique exprime un vécu. Au-delà des thèmes traités, examinés dans leur contexte, le critique se penche sur les formes poétiques – les images, mais aussi l’ironie ou l’humour – pour montrer la force émotionnelle des poèmes qui transmettent les souffrances de l’univers concentrationnaire. Il est intéressant de noter que 90 % des poètes de ce corpus sont non-juifs, principalement gaullistes et communistes, ce qui permet de dégager la dimension de résistance qui se traduit dans leurs écrits. Signalons que du 15 au 17 décembre 2008, un colloque sous la direction de G. Mole et de deux autres collègues s’est tenu à l’Université Bar-Ilan sur « Représenter la Shoah : dire, voir, savoir : Nouvelles Perspectives » en hommage à Mme Simone Veil de l'Académie Française, présidente d'honneur de la Fondation pour la mémoire de la Shoah et fondatrice de la Chaire Simone Veil en littérature et résistance à l’Université Bar-Ilan. Charlotte Wardi y a fait une communication sur : « Portraits de rescapés des camps de concentration et d'extermination ». Ajoutons les travaux en cours menés par différents chercheurs comme Liran Razinsky (Jérusalem) sur Les Bienveillantes de Jonathan Littell (un colloque sur le sujet a été organisé en 2009 à l’Université hébraïque de Jérusalem).

6Enfin, dans un tout autre domaine, on signalera les importants travaux de Denis Charbit (Université ouverte) sur le rapport des intellectuels et des écrivains français à Israël de 1948 à nos jours – en plus de divers articles, un ouvrage collectif, « Les intellectuels français et Israël », a paru sous sa direction (avec N. Kuperty) aux éditions de l’Éclat.

7Passons maintenant aux approches critiques. Les travaux de Tel-Aviv se sont toujours distingués par leur horizon théorique, sous l’influence à la fois du département de Théorie de la littérature qui publie l’excellente revue Poetics Today, et des influences francophones. Malgré le fléchissement de la réflexion théorique qu’on peut remarquer aujourd’hui, elle se poursuit en Israël dans différentes directions. Je n’en mentionnerai que deux, qui me paraissent essentielles : les approches sociologiques et sociopoétiques, d’une part ; et d’autre part, l’analyse du discours et l’analyse argumentative aujourd’hui en plein essor dans le groupe de recherche ADARR.

8Une partie des travaux engagés en Israël interrogent les œuvres d’un point de vue sociopoétique ou sociologique. C’est ainsi qu’Elisheva Rosen (Tel-Aviv) analyse la façon particulière dont se manifeste l’ingérence de l’écrivain dans les affaires de la cité. Elle étudie pour ce faire l’articulation du texte littéraire et de l’interdiscours qu’il convoque : il s’agit de voir comment le roman se nourrit de débats contemporains (qui procèdent parfois d’une histoire au long cours) et les alimente en retour. Il s’agit aussi de voir comment il les ré-agence (localement et/ou globalement) en en modifiant la donne ou les inflexions. C’est dans cette optique qu’elle s’est attachée plus particulièrement à l’étude de l’œuvre proustienne, qu’elle considère comme une œuvre séminale dans la mesure où elle engage à repenser, hors des chemins battus d’une littérature « engagée », l’incidence civique de la littérature. Ainsi, dans un article sur la guerre dans Le temps retrouvé (2004), Elisheva Rosen montre comment Proust, à l’écart de toute littérature patriotique comme d’ailleurs de tout antipatriotisme, effectue une mise en scène du discours sur la guerre qui circule à l’arrière en dévoilant la comédie sociale qui en est le ressort, et la complexité de ce qui s’y joue. Signalons aussi, entre autres, un bel article sur l’Affaire Dreyfus dans La Recherche (1995).

9Dans une perspective plus sociologique, on peut signaler des travaux qui se concentrent sur les processus menant à la consécration des écrivains dans le champ littéraire. Les travaux de Dina Haruvi (dont sa thèse, non publiée ; voir Haruvi 2000) sur la littérature québécoise étudient la façon dont les femmes ont pu jouir d’une consécration relativement rapide dans l’avant-garde québecoise, et plus particulièrement dans les revues La Barre du Jour et La Nouvelle Barre du Jour, dans un champ littéraire où le culturel avait partie étroitement liée avec le politique. En effet, la reconnaissance des écrivains y était fortement liée à la question nationale, en l’occurrence à la constitution et à la promotion d’une littérature québécoise. Une thèse menée à bien par Michal Sabo a également été consacrée à la reconnaissance de Toyen par le groupe surréaliste, et aux raisons qui ont permis à cette artiste d’origine tchèque de recevoir de ses pairs une reconnaissance dont les autres femmes du groupe n’ont pas joui. Ces considérations sociologiques se retrouvent dans divers travaux de Ruth Amossy sur les écrits de la Guerre de 1914.

10Notons aussi, dans la perspective d’une sociopoétique, les travaux déjà anciens réalisés sur le cliché et le stéréotype par E. Rosen et R. Amossy (1982), qui ont joui d’une large diffusion. Un élément discursif, appréhendé dans sa spécificité, est étudié dans les fonctions qu’il remplit dans le texte littéraire, mais aussi dans la façon dont il articule celui-ci sur le discours social qu’il reprend et retravaille dans des contextes génériques et esthétiques divers. Telle est l’approche de Les discours du cliché (1982), qui se retrouve dans une étude publiée par Ruth Amossy (1991) sur le stéréotype dans le discours littéraire et paralittéraire.

11Un groupe de recherche dénommé ADARR – analyse du discours, argumentation, rhétorique – s’est formé il y a peu à l’Université de Tel-Aviv en collaboration avec l’Université Bar-Ilan. Il publie, depuis 2008, la revue électronique Argumentation et Analyse du discours sur le moteur de recherche Revues. Org (http://aad.revues.org). Comme son nom l’indique, le groupe ADARR se situe au croisement des sciences du langage et des études d’argumentation en partie issues des travaux de Chaïm Perelman. Dans la perspective de l’AD, il s’agit d’explorer le fonctionnement des discours les plus divers dans leur unité. Les éléments d’organisation formelle sont toujours examinés dans leur relation constitutive à leurs cadres sociaux et institutionnels : la situation de discours (qui parle à qui, quand, dans quelles circonstances), le genre de discours et l’interdiscours sont indissociables de la mise en mots. L’AD ne s’est attaquée que tardivement au discours littéraire en raison de sa complexité. Un jalon a été posé par le colloque de Cerisy organisé par Ruth Amossy et Dominique Maingueneau, publié sous le titre : L’analyse du discours dans les études littéraires (2004), puis par le numéro spécial de la revue Littérature (décembre 2005. « Sociocritique et sciences du langage », Littérature 140.) De nouveaux développements sur la dimension argumentative du discours littéraire apparaissent dans divers travaux de Ruth Amossy ; une présentation globale en est offerte dans L’argumentation dans le discours (2010, 3e éd. [2000]).

12Les travaux du groupe ADARR sont marqués par l’attention portée à divers aspects de la communication littéraire. Dans le domaine du 20e siècle, signalons les travaux de Galia Yanoshevsky (Bar-Ilan) qui a publié un livre intitulé Les discours du nouveau roman (2006) à Septentrion. Traitant des métadiscours du Nouveau Roman, elle étudie le manifeste, l’essai et les entretiens comme des genres qui méritent une étude à part entière, et qui contribuent de façon décisive à la formation de la notion de Nouveau Roman et à son positionnement dans le champ littéraire. Yanoshevsky poursuit actuellement un projet d’envergure sur les entretiens d’auteur étudiés comme un dynamisme interactionnel dont elle tente de dégager les règles. Elle montre, entre autres, la façon dont les écrivains essayent de gérer leur image face à leur interviewer, et les modalités selon lesquelles l’échange verbal produit des connaissances nouvelles qui sont co-construites par les partenaires. Ainsi, par exemple, l’interview de Barthes avec Pierre Boncenne aboutit selon des modalités particulières à un renouvellement de la conception de Barthes sur l’interview, et à une définition de ce genre au départ totalement déconsidéré par Barthes.

13Sur le discours des écrivains tel qu’il se déploie dans des genres et des supports considérés comme extra-littéraires, on signalera aussi les travaux de Roselyne Koren (Bar-Ilan) qui, a, entre autres, étudié des contributions de romanciers à un numéro hors-série de Libération en 1987 (Koren 2003), ou encore l’échange de correspondance qui a réuni, et opposé, Michel Houellebecq et Bernard-Henri Levy (Koren 2010).

14Une attention particulière a été consacrée à la question de l’ethos, ou image de soi que le locuteur produit dans son discours. Un colloque tenu à Tel-Aviv a donné naissance à deux ouvrages, Écritures de soi et argumentation (2000), édité par Nadine Kuperty, et Images de soi dans le discours (1999), édité par Ruth Amossy, qui a publié en 2010 aux PUF un ouvrage sur La présentation de soi. Ethos et identité verbale. Cette notion rhétorique, reprise par l’AD, jouit aujourd’hui d’une faveur toute particulière dans les études littéraires. La réflexion se poursuit actuellement sur l’image d’auteur – à la fois comme représentation de l’écrivain élaborée dans les discours d’accompagnement, et comme ethos auctorial, ou image de l’auteur produite par le discours. Le numéro 3 d’Argumentation et analyse du discours (2009), avec une introduction substantielle de Michèle Bokobza-Kahan (Tel-Aviv), a été consacré au sujet.

15Un ensemble de travaux poursuit, dans ce cadre théorique et méthodologique, une recherche sur le Surréalisme dont il faut préciser qu’elle a toujours été prégnante dans les écrits israéliens sur la littérature française – on s’est ainsi attaché à Julien Gracq (Amossy 1982, Grossman, 1980), à André-Pierre de Mandiargues (Grossman, 1999), à Salvador Dali (Amossy 2005), etc. La recherche actuelle du groupe se concentre sur les genres de la critique d’art pour en explorer les ressorts. Une thèse sur les catalogues d’expositions surréalistes (1924-1938), réalisée par Colette Leinman, a été soutenue il y a peu. Une autre thèse, en collaboration avec la Sorbonne, a été amorcée sur la critique d’art d’écrivains à partir des écrits sur l’art de Pascal Quignard.

16Signalons par ailleurs les travaux produits sur les discours autour de la guerre de 14-18. Une recherche, financée par l’Académie israélienne des Sciences (ISF), s’est poursuivie durant plusieurs années sur les débats sur la guerre, en particulier la Grande guerre. Deux thèses ont été menées à bien, l’une axée sur une analyse rhétorique du pathos dans les romans de la Grande guerre (Yoram Baruch), l’autre sur la protestation des combattants telle qu’elle s’exprime dans les lettres saisies par la censure (Galit Haddad, à paraître prochainement aux éditions du Seuil ; cf. Haddad, 2004). Elles s’insèrent dans le cadre d’une réflexion plus large sur la protestation non seulement des combattants, mais aussi des intellectuels et des écrivains contre la guerre pendant la guerre. Une autre thèse sur les correspondances des Poilus est en cours (cf. Housiel 2008). Les travaux sur la guerre comprennent aussi l’examen de témoignages – en particulier l’exploration d’un corpus de récits d’infirmières étudiées par Ruth Amossy (2007) dans le cadre du discours des femmes, posant la question de la légitimité d’un témoignage féminin sur la (Grande) guerre. Signalons aussi sur un sujet proche, l’article de Gary Mole sur les réactions à la Grande guerre dans la poésie féminine française (2009).

17On ajoutera des activités plus directement liées à la création littéraire, dont la revue Poésie et Art publiée par le Centre de Recherche de la poésie francophone contemporaine à Haïfa, et la revue Continuum, revue des écrivains israéliens de langue française dirigée par Marlène Braester depuis 2000.

18Ce panorama nécessairement incomplet donne une idée des intérêts qui guident la recherche littéraire sur le 20e et 20e siècle en Israël, et de la tentative qui y est menée de maintenir l’exploration des textes dans leur rapport à la judéité et à Israël, de se situer dans l’espace de la francophonie, mais aussi de maintenir la recherche dans un espace de réflexion théorique novateur qui croise l’analyse sociologique et les perspectives de l’analyse du discours et de l’argumentation.

Bibliographie

Bibliographie sommaire

Amar, Ruth. 2004. Les structures de la solitude chez Le Clézio (Paris : Publisud)

Amossy, Ruth & Elisheva Rosen. 1982. Les Discours du Cliché (Paris : SEDES)

Amossy, Ruth. 1995. Dali ou le filon de la paranoïa (Paris : PUF)

Amossy, Ruth. (éd.). 1999. Images de soi dans le discours (Lausanne : Delachuax et Niestlé)

Amossy, Ruth. 2006 [2000]. L'Argumentation dans le discours, édition revue et modifiée (Paris : Colin)

Amossy, Ruth. 2007. « La femme comme témoin de guerre : les récits des infirmières de 1914-1918 », Des femmes écrivent la guerre, F. Chevillot et Norris, A. (éds). (Paris : Éditions complicités)

Amossy, Ruth et Dominique Maingueneau (éds). 2004. L’analyse du discours dans les études littéraires, 2004. (Toulouse : PUM)

Argumentation et analyse du discours 3, 2009. « Ethos discursif et image d’auteur », http://aad.revues.org

Bénayoum-Szmidt-Yvette, Robert Elbaz, Robert & Najib Redouane (éds.. 2003. Malika Mokedem (Paris : L’Harmattan)

Elbaz, Robert. 1988. Le Discours maghrébin : dynamique textuelle chez Albert Memmi (Paris : le Préambule)

Elbaz, Robert, 1996. Tahar Ben Jelloun ou l’inassouvissement du désir narratif (Paris : L’Harmattan)

Elbaz, Robert, 2001. Mouloud Feraoun ou l’émergence d’une littérature

Elbaz, Robert, 2003. Pour une littérature de l’impossible : Rachid Mimouni (Paris : PubliSud)

Grossman, Simone. 1999. L’œil du poète-André Pieyre de Mandiargues et la peinture (Paris : Lettres Modernes-Minard)

Grossman, Simone. 1980. Julien Gracq et le surréalisme (Paris : Corti)

Grossman, Simone. 2006. Regard, peinture et fantastique au Québec (Québec : Éditions de l'Instant même)

Haddad, Galit. 2004. « L’antimilitarisme contre la ‘religion patriotique’ », Mots 76.

Haruvi, Dina, 2000. « L’avant-garde féministe québécoise : argumentation et intertexte », Écriture de soi et argumentation, N. Kuperty, éd. (Caen : presses universitaires de Caen)

Kaufmann, Judith. 2000. Grotesque et Marginalité – Variations Sur Albert Cohen et L'effet Mangeclous (New-York : Peter Lang)

Hassine, Juliette. 1994. Marrianisme et hébraisme dans l’œuvre de Proust (Paris : Minard)

Hassine, Juliette. 1990. Esotérisme et écriture dans l’œuvre de Proust (Paris : Minard)

Housiel, Sylvie, 2008. « De la micro-analyse à l’analyse globale des correspondances : lettres de combattants pendant la Grande Guerre », Argumentation et Analyse du Discours, n° 1 URL : http://aad.revues.org/index288.html.

Koren, Roselyne. 2003. « De la mise en mots litt’eraires de l’information : Quelques « carrefours » connus et/ou méconnus, L’analyse du discours dans les études littéraires (Toulouse : presses universitaires du Mirail)

Koren, Roselyne. 2010. « “Littérature d’aveu” et prise en charge des valeurs dans Ennemis publics de Michel Houellebecq et Bernard-Henri Lévy », Argumentation et Analyse du Discours, 5 | 2010, URL : http://aad.revues.org/index1002.html.

Kuperty, Nadine (éd.). 2000. Écritures de soi et argumentation (Caen : Presses universitaires de Caen)

Jutrin, Monique. 1989. Benjamin Fondane ou le périple d'Ulysse (Paris : Nizet)

Jutrin. Monique, 1995. « Benjamin Fondane : autoportrait d’un Juif poète », Pardes, 21, 201-208

Jutrin, Monique, 2002. « Poésie et tragique : la poésie irrésignée de Benjamin Fondane », Revue d'histoire de la Shoah, septembre.

Littérature 140, décembre 2005 (édité par R. Amossy). « Sociocritique et sciences du langage »

Mendelson, David. (éd.), 1987. Jabès : Le livre lu (Paris : Point hors Ligne)

Mendelson, David (éd.). 2001. Émergence des Francophonies. Israël, la Méditerranée, le monde, Préface Daniel-Henri Pageaux (Limoges, PULIM, Coll. « Francophonies ».

Michel, Jacqueline. 2003. Andrée Chedid et son œuvre : une quête de l’humanité (Paris : Publisud)

Mole, Gary. 1997. Levinas, Blanchot, Jabès. Figures of Estrangement (Gainesville : University Press of Florida)

Mole, Gary. 2002. Beyond the Limit-Experience : French Poetry of the Deportation, 1940-1945. (New York : Peter Lang)

Mole, Gary. 2009. « Réactions à la Grande Guerre dans la poésie féminine française », The French Review 82 : 4 (mars 2009) : 732-745.

Rosen, Elisheva. 2005. « Littérature, autofiction, histoire : l’Affaire Dreyfus dans À la Recherche du Temps perdu », Littérature 100, déc.

Rosen, Elisheva. 2004. « La guerre dans Le temps retrouvé paru dans Mots 76,

Rosen, Elisheva & Noemi Rubin. 2003. « Lecture », Lucarne de Jacqueline Hauptman (Bruxelles : Labor)

Wardi, Charlotte, 1986. Le génocide dans la fiction romanesque. Histoire et Représentation (Paris : PUF)

Wardi, Charlotte & Perel Wilgowicz. 2002. Vivre et écrire la mémoire de la Shoah : Littérature et Psychanalyse (Paris : éd. du Nadir)

Yanoshevsly, Galia. 2006. Les discours du Nouveau Roman. Essais, entretiens, débats (Lille : Septentrion)

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search