Version classiqueVersion mobile

La littérature française du 20e siècle lue de l'étranger

 | 
Dominique Viart

Des relations historiques privilégiées

La littérature française en République Tchèque

Petr Kyloušek

Texte intégral

1La culture tchèque représente un espace mineur, non-autosuffisant et par conséquent ouvert sur le monde environnant. En littérature, l’importance des traductions relève entre autres de la nécessité de saturer le champ littéraire. C’est dans ce cadre qu’il faut envisager et, éventuellement, évaluer la présence de la littérature française. Un jeu d’équilibres y est observable. Plusieurs éléments devront être pris en compte pour comprendre la situation actuelle : 1° un bref aperçu des facteurs qui fondent la « différence » française par rapport à l’influence des autres cultures ; 2° une présentation de la situation actuelle et du soutien institutionnel des autorités françaises ; 3° une illustration de la situation des cinq dernières années pour laquelle il conviendra de présenter les pages – critiques, comptes rendus, portraits et interviews – du journal web iLiteratura (http://www.iliteratura.cz) où les traducteurs et les critiques, dont plusieurs universitaires, présentent les publications récentes, les actualités du monde littéraire, ainsi que leurs propres lectures. À ce titre, la présente contribution pourra offrir une facette de la perception de la littérature française en République Tchèque.

1° Facteurs historiques de l’influence française

2L’influence de la culture française est liée à la situation de la culture tchèque au 19e siècle : situation d’une culture périphérique, mineure, mais déjà lancée sur la voie de l’autonomisation et liée au processus de l’émancipation nationale et de l’autodétermination. Trois facteurs ont contribué à renforcer la francophilie tchèque. Le premier, d’ordre politique, est extérieur à la littérature : la déception des élites politiques tchèques qui, à la différence des Hongrois, se sont vu refuser l’autonomie dans la nouvelle organisation politique de l’Autriche-Hongrie après 1867. Un allié du moment, et d’ailleurs le seul qui soit de poids, est alors une France destabillisée par la défaite et la perte de l’Alsace-Lorraine. Les contacts politiques, même timides, rejoignent, en les renforçant, les tendances de la culture tchèque qui à ce moment cherche à échapper à l’encerclement germanophone. La culture tchèque tente alors de ménager son propre accès, non plus médiatisé par le milieu allemand, à l’universalité. La nécessité des traductions – notre deuxième facteur – s’impose comme le moyen naturel de compléter et saturer le champ littéraire d’une littérature mineure. Si l’ouverture – par le voie de la traduction – est « générale » (littératures scandinaves, russe, italienne, anglaise et autres), l’avantage de la littérature française – notre troisième facteur – consiste à la fois en sa modernité et sa capacité d’offrir aussi bien une littérature élitiste (poésie, roman) qu’une littérature populaire, de consommation et qui satisfait le goût de la bourgeoise moyenne, cultivée (comédie, théâtre de boulevard, cabaret). D’une part les traductions de Karel Čapek Francouzská poezie nové doby (La poésie française de la nouvelle époque), une anthologie parue en 1920, comble un vide dans la production tchèque et sert d’inspiration à l’avantgarde poétiste et surréaliste. Son importance est confirmée par 11 rééditions en 60 ans (jusqu’en 1981). D’autre part, on traduit, aussi, un grand nombre de comédies de boulevard qui sont au répertoire des théâtres tchèques.

  • 1 Stéphane Reznikow, « Un révélateur de l’identité tcheque : la francophilie (1900-1914) », Matériaux (...)

« Au théâtre de Vinohrady [une scène pragoise importante], entre l’ouverture en 1907 et 1914, un tiers de l’ensemble des représentations était le fait d’œuvres françaises, celles-ci étant au total plus nombreuses que les pièces tchèques. Dans les années 1900-1914, en moyenne 90 ouvrages français – à 85 % des Belles-Lettres – étaient traduits et publiés sous forme de livre chaque année. Enfin le français était pratiqué par 60 % des lycées tchèques en 1914. »1

  • 2 Milena Lenderová, « Le démantèlement des Alliances. Une histoire de l´Institut français à Prague, 3 (...)

3La jonction du politique et du culturel peut être illustrée par le nombre croissant des Alliances françaises. Celle de Prague, fondée en 1886, comme la première à l’est du Rhin, a été complétée par 18 autres avant 1914. Le nombre des alliances a atteint, dans une Tchécoslovaquie qui avait des liens privilégiées avec la France, le chiffre de 72 en 1938, soit une succursale dans presque chacune des villes de 10 000 habitants,2 avec une configuration efficace – bibliothèque, lycée, théâtre local. Si « une différence » de l’influence française, par rapport aux autres cultures, peut être relevée, elle consiste – du point de vue culturel – dans cette assise large qui touchait les élites par sa modernité et les impusions nouvelles aussi bien que le public large par un autre type de modernité, celle de consommation.

2° Facteurs de la situation actuelle

4Si d’une part la littérature et la culture françaises profitent, toujours et encore, de cet héritage du passé qui est un acquis de longue durée, elles ont sans doute perdu un des appuis importants – celui de l’assise dans la classe moyenne, celle qui a remplacé la bourgeoisie de jadis. La culture de masse – celle qui est transmise par les media mondialisés – est dominée par l’anglais comme langue véhiculaire. C’est à cette situation que se conforment la plupart des maisons d’éditions.

5Il y a néanmoins des maisons d’éditions « élitistes », relativement nombreuses – Garamond, Paseka, Torst, Host, Atlantis, etc. – qui veillent à maintenir l’étendue de l’ouverture culturelle, une nécessité structurelle constante de la situation tchèque.

6Après la longue rupture intellectuelle de la période communiste, rupture particulièrement forte entre 1948 et 1960, mais aussi entre 1970 et 1989 (à la différence de la Hongrie et de la Pologne, plus émancipées au sein du bloc communiste), l’importance de la culture française s’est confirmée dans le domaine de la pensée théorique – notamment en philosophie, sociologie et histoire. Les traductions devaient, ici, combler un vide de quatre décennies : Derrida, Ricoeur, l’école des annales, Lyotard, Lévi-Strauss, Bourdieu, mais aussi les essais philosophiques d’Albert Camus. Si la position de la France semble, pour le moment compromise auprès du public des classes moyennes, les intellectuels ont pu trouver dans cette variante tchèque de la French theory un contrepoids face aux courants de la pensée anglo-saxonne et autres, en particulier dans le domaine des sciences humaines et sociales. Il faut souligner, ici, la présence efficace des institutions françaises – le Cefres de Prague (Centre français en recherches sociales) et l’Institut français de Prague. Ce dernier a lancé un programme destiné à soutenir la traduction des œuvres françaises en tchèque – le Programme Šalda (du nom du grand critique francophile de la première moitié du 20e siècle, figure paternelle des avant-gardes tchèques). La traduction littéraire en a eu sa part.

7Que reste-t-il du passé ? Sans doute l’importance de la culture française pour le public cultivé. C’est ici qu’elle garde sa fonction d’alternative, d’une culture autre, même si les coordonnées de cette altérité ont changé par rapport au passé. Si au tournant des 19e et 20e siècles, elle offrait un désenclavement par rapport à l’environnement germanophone, actuellement elle se pose face à l’influence anglophone, au même titre que la sphère hispanophone, germanophone, russe qui la concurrencent.

3° Journal web iLiteratura (http://www.iliteratura.cz)

8Il s’agit d’un journal de référence, en partie analogue à Fabula, en moins « universitaire », toutefois, et qui à la différence de Fabula est consacré aussi bien aux littératures « étrangères » en général qu’à la production littéraire et critique tchèque. Le positionnement du journal est celui du « public » averti, spécialisé, et qui sert d’intermédiaire et de roue transmission en direction d’un public plus large. Les rubriques se croisent, permettent des combinaisons et par conséquent des aperçus variés. Par exemple la littérature suisse peut se configurer aussi bien en fonction du territoire (avec les ouvrages en français, allemand, italien et romanche) qu’en fonction de la langue (avec la littérature suisse romande insérée dans le contexte de la francophonie). C’est cette dernière stratégie que nous avons choisie pour les quelques observations concernant la littérature française.

9Les rubriques sont de différentes sortes : comptes rendus de traductions, extraits de traductions, critiques de livres non traduits mais qui présentent l’actualité littéraire dans le pays d’origine, informations sur les événements littéraires (prix, tournées des écrivains et conférenciers, festivals, nécrologies), interviews, portraits.

10Même si les pages du journal ne sauraient embrasser la totalité de la production, elles permettent d’illustrer l’actualité littéraire et de jauger, entre autres, la teneur de la littérature française par rapport aux autres littératures francophones. Pour les cinq dernières années (octobre 2003 – octobre 2008) nous avons relevé 79 noms d’auteurs français du 20e siècle (plus 5 auteurs appartenant aux périodes antérieures : Boyer d’Argens, Choderlos de Laclos, Vivant Denon, Jules Verne, Jean de Sponde, Rabelais), 32 noms pour la Suisse, 12 pour la Belgique, 9 pour le Québec, 13 noms pour le reste de la sphère francophone. Les proportions changent cependant si nous prenons en considérations le poids des traductions. Alors que les rubriques suisse ou québécoise contiennent plutôt des commentaires de lecture et des comptes rendus des parutions, la littérature française l’emporte en œuvres traduites qui, de plus, sont accompagnées d’extraits, d’interviews et de critiques. La présentation est plus fournie, la présence plus dense.

11Comment peut-on répartir les auteurs et les traductions ? Un premier groupe contient les écrivains du 20e siècle antérieurs à l’actualité : Bernanos, Céline, Camus, Ionesco, Tardieu, Queneau, Perec. Une des raisons de leur présence est la nécessité de compléter leur image et le tableau de la littérature française en milieu tchèque, car même les auteurs connus ne sont pas toujours traduits intégralement et il peut y avoir une œuvre qui manque à la liste. C’est par exemple le cas de Georges Bernanos et des Grands cimetières sous la lune. Ou bien l’auteur a été frappé d’interdit et les traductions récentes sont une dette à régler. Tel est le cas de Céline, réédité ou traduit seulement à partir de 1990, et des ouvrages critiques qui lui sont consacrés (François Gibault, Céline. Le temps des espérances (1894-1932)). D’Albert Camus, le lecteur tchèque n’a connu, longtemps, que les proses et les pièces de théâtre sans avoir accès à ses essais – sans doute pour des raisons de censure idéologique. Quant à Ionesco, ce sont les proses qui viennent, récemment, se joindre à sa production dramatique traduite. Autre est le cas de Jean Genet qui appartient, actuellement, avec Yasmina Reza, aux auteurs français les plus joués sur les scènes tchèques et dont les pièces sont traduites au rythme des représentations. La présentation de Queneau, de Perec et de l’Oulipo, à laquelle s’amalgame comme l’exemple d’une prose expérimentale le Locus Solus de Raymond Roussel, achève une des tâches dominantes de la décennie précédente qui a vu aussi des rééditions de Vian. La plus complète semble être toutefois la présentation de Jean Tardieu (7 occurrences) – poète et dramaturge – qui constitue une sorte de découverte des cinq dernières années. Les critiques évoquent la proximité avec le poétisme tchèque, une des avant-gardes dominantes du 20e siècle, et avec Jacques Prévert, déjà amplement traduit, sans doute pour la même raison. Occasionnellement apparaissent d’autres auteurs appartenant au 20e siècle révolu : Alain-Robbe Grillet, Françoise Sagan, Robert Merle, Samuel Beckett – mais il s’agit de rappels, de nécrologies ou de traductions « tardives », sans plus.

12Une seconde strate est constituée d’auteurs récents devenus « nouveaux classiques » : Le Clézio et Patrick Modiano. Leurs proses sont traduites au fur et à mesure de leurs parutions en France.

13Il y a enfin l’actualité, celle qui est conditionnée, de manière immédiate, par l’événementiel littéraire et public. Une part revient aux contingences liées à la littérature ou à l’intérêt momentané du public pour un problème ou une thématique soulevés : Roger Vadim (Le Fou amoureux), Christine Angot, Anna Gavalda, Nedjma (L’Amande), Catherine Robbe-Grillet (Jeune mariée, journal ; publié au moment de la parution de La Maison de rendez-vous d’Alain Robbe-Grillet).

14Le groupe de loin le plus compact et bien présenté est celui des auteurs que la critique française elle-même discute et avance comme des représentants de la Littérature : Michel Houellebecq (5 occurrences), Jean-Philippe Toussaint (3), Jean Echenoz (5). Pascal Quignard (2), Christian Oster, Antoine Volodine, Pierre Michon, Régis Jauffret, Frédéric Beigbeder. Leur présence est renforcée par plusieurs ouvrages critiques ou de popularisation, comme l’Anthologie française (Francouzská čítanka, 2004, avec Beigbeder, Echenoz, Fernandez, Henri-Lévy, Houellebecq, Germainov, Quignard, Tristan, Vargas, Modiano, Dai Sijie, etc.) à laquelle vient s’ajouter la traduction de La littérature française au présent de Dominique Viart et de Bruno Vercier (2008).

15Une attention particulière est accordée également aux romans policiers de Fred Vargas, très appréciée (5 occurrences). Occasionnellement on mentionne la bande dessinée, celle, notamment, qui présente quelque particularité (Yves Saint-Laurent, Ambra A Tran, E.P. Jacobs.)

16Peut-on cerner les facteurs qui déterminent l’actualité de la réception ? En premier lieu, semble-t-il, c’est la critique française qui constitue le premier filtre, la première grille d’évaluation, comme l’indique la liste précitée de l’actualité littéraire. Les prix littéraires sont suivis avec attention : Les Bienveillantes de Jonathan Littell sont publiées avec une année de retard (Laskavé bohyně, début 2008) ce qui n’est pas un décalage énorme dans le cas d’une bonne traduction.

17Le facteur « tchèque », celui du milieu de réception, se traduit sous trois aspects. Le premier est lié à une tradition déjà constituée, mais restée incomplète. La réception répare alors les oublis et les omissions, comme dans le cas de Céline ou Camus. Le cas de Jean Tardieu ou, récemment, de la poésie d’Yves Bonnefoy semble, par contre, traduire une proximité avec les tendances analogues dans la littérature tchèque (poétisme ; poésie de Jan Skácel). Le troisième aspect qui reflète la situation de réception est lié aux contacts franco-tchèques : la longue présence de Sylvie Germain à Prague et le reflet du mileu et de la culture tchèque dans certaines de ses proses facilite sa réception. Ce sont aussi les tournées d’écrivains, à différentes occasions, qui stimulent la notoriété et la traduction, comme dans le cas de Benoît Duteurtre ou de Marie Ndiaye.

18La traduction, par elle-même, peut être un facteur non négligeable. Une littérature où la traduction est appréciée comme un huitième art, avec le Prix de la meilleure traduction et certains traducteurs renommés à l’égal des écrivains, vise les auteurs dont l’œuvre représente un défi et un gage possible de prestige – telle la poésie de Christian Morgenstern ou les proses de Queneau, de Vian et, récemment, de Gilles Rozier (Un amour sans résistance).

19Conclusion ? Concluons sans conclure. L’actualité, même si elle se fonde sur une causalité descriptible, est ouverte sur l’avenir.

Annexes

Littérature française 20e siècle sur les pages d’iLiteratura (http://www.iliteratura.cz) – octobre 2003 – octobre 2008 (titres français en italique)

Littérature française 20e siècle sur les pages d’iLiteratura (http://www.iliteratura.cz) – octobre 2003 – octobre 2008 (titres français en italique)

Notes

1 Stéphane Reznikow, « Un révélateur de l’identité tcheque : la francophilie (1900-1914) », Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 59, juillet-septembre 2000, Nanterre, Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, pp. 8-9.

2 Milena Lenderová, « Le démantèlement des Alliances. Une histoire de l´Institut français à Prague, 3e partie, 1918 – 1938 », Štěpánská 35, Prague, Institut français de Prague 1993, pp. 9-10, avec une référence à G. Pistorius, Destin de la culture française dans une démocratie populaire, Paris 1953, p. 36.

Table des illustrations

Titre Littérature française 20e siècle sur les pages d’iLiteratura (http://www.iliteratura.cz) – octobre 2003 – octobre 2008 (titres français en italique)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/13827/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/13827/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/13827/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 952k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/13827/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/13827/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 952k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/13827/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 924k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/13827/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/13827/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 338k

Auteur

Université Masaryk de Brno, République Tchèque

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search