Version classiqueVersion mobile

La littérature française du 20e siècle lue de l'étranger

 | 
Dominique Viart

Des relations historiques privilégiées

La littérature française du 20e siècle en Italie

Gianfranco Rubino

Texte intégral

1Si l’on se demande quel est l’état actuel des recherches italiennes en littérature française du 20e siècle, il peut être utile de formuler quelques considérations préalables. Il est aisé de constater qu’il existe davantage d’études sur le vingtième siècle que de spécialistes du vingtième. Cette disproportion s’explique en bonne partie à la lumière de la position particulière de l’enseignement d’une littérature étrangère dans le système universitaire italien. Comme au collège et au lycée la culture et la littérature des autres pays n’ont qu’une place limitée dans les programmes de cours, et sont en général sacrifiées au profit de l’apprentissage linguistique, ce n’est qu’à l’université que les étudiants intéressés à ce genre de spécialisation peuvent entrer en contact avec l’ensemble d’une civilisation littéraire étrangère. D’où la nécessité de leur fournir un enseignement ouvert aux phénomènes et aux auteurs majeurs. Dans ces conditions, on a tendance à souhaiter que chaque professeur évite de se borner à l’enseignement et à la recherche sur une seule période ou sur un seul écrivain, et qu’il sache aborder de façon adéquate d’autres époques, d’autres tendances, d’autres auteurs, sans renoncer évidemment à ses intérêts de prédilection. Il s’agit là d’une contrainte qui s’est aggravée à la suite de la contraction des heures de littérature dans les programmes des cursus de langues et cultures étrangères. D’où la nécessité d’établir un micro-canon minimal, fondé inévitablement sur les classiques, et l’écart croissant entre les exigences de généralité de l’enseignement et les instances plus orientées de la recherche.

2Il est donc difficile (mais non impossible) de trouver des vingtiémistes « purs », au moins en ce qui concerne l’activité didactique. D’autant plus que le cas n’est pas rare de chercheurs qui ont travaillé sur un auteur ou sur un problème du vingtième siècle, sans pour autant étendre leurs compétences à la totalité de cette époque. Il n’existe d’ailleurs aucune revue consacrée exclusivement à la littérature du 20e siècle, tout comme les études collectives ont tendance à embrasser plusieurs siècles.

3Il faudrait en outre ajouter que ce n’est que depuis neuf ans que le vingtième siècle est devenu le siècle passé. Il y a encore deux décennies, un soupçon de superficialité possible pesait sur les études concernant cette époque ou tout au moins sa seconde moitié, à cause du manque de recul. Cette accusation est devenue de moins en moins pertinente au fur et à mesure que les années s’écoulaient et que cette fameuse distance critique s’accroissait. La mentalité générale s’est d’ailleurs assouplie, bien que des réserves semblables concernent parfois de nos jours les travaux sur la littérature contemporaine. Si les études consacrées au vingtième siècle ont eu de la peine à trouver leur légitimation, il ne faut pas non plus oublier que l’enseignement universitaire de la littérature française en Italie n’a obtenu son autonomie qu’en 1909, et que jusqu’à une certaine époque il a été influencé par une attitude comparatiste, portant sur la confrontation entre les langues et littératures néo-latines et sur les périodes de l’influence italienne en France. En fin de compte, ce secteur d’études a dû en quelque sorte se définir de façon contrastive, surtout par rapport à la philologie romane.

  • 1 Le choix des seules monographies vise à signaler le degré d’approfondissement des sujets d’étude p (...)

4Même si l’on se borne, comme je le ferai pour des raisons d’espace, aux seuls livres parus pendant cette dernière décennie1, qu’ils soient individuels ou collectifs, on remarque facilement que la production critique des francisants italiens sur le siècle qui vient de se terminer est en tout cas riche et variée et qu’il est possible d’y déceler des orientations spécifiques. Il n’y a d’ailleurs pas que la critique universitaire, et il n’y a pas que des spécialistes de littérature française : bien que la pénétration de la culture française en Italie soit moins massive qu’autrefois, ces deux pays restent liés par une communication constante, dont les voies sont multiples et parfois souterraines. Cette osmose explique l’abondance de contributions critiques sur la littérature et sur la culture françaises de la part de non-spécialistes. De plus : les collaborations entre chercheurs français et italiens sont désormais si fréquentes que l’on peut parler sinon de réseaux transversaux au moins d’intersections, raison pour laquelle les Italiens écrivent de plus en plus en français.

  • 2 Ce qui n’empêche pas certaines orientations plus spécifiques, parmi lesquelles il faut mentionner (...)
  • 3 Malgré le caractère empirique du fichier général des thèses publié en ligne par l’université de Fl (...)
  • 4 Torino, Bollati Boringhieri, 2000.
  • 5 Torino, Bollati Boringhieri, 1998.
  • 6 Roma, Bulzoni, 2003.
  • 7 Florinda Cambria, Corpi all’opera. Teatro e scrittura in Antonin Artaud, Milano, Jaca book, 2001.
  • 8 Antonin Artaud. Évocations plastiques et picturales dans les écrits des années vingt, Roma, Aracne, (...)
  • 9 Torino, Bollati Boringhieri, 2002.
  • 10 Roma, Artemide, 2002.
  • 11 Roma, Donzelli, 2006.
  • 12 Torino, Kaplan, 2008.
  • 13 Guido Brivio, La caduta di Narciso. Sade e Nietzsche nello specchio di Pierre Klossowski, Bologna, (...)
  • 14 Piero Burzio, Ferite del logos. Pierre Klossowski e la filosofia della religione, Dronero, L’Arcie (...)
  • 15 Marzia Tescione, Morte di Dio e dissoluzione dell’Io in Pierre Klossowski, Milano, Mimesis, 2002.
  • 16 L’occhio dell’etnografo. Razza e civiltà e altri scritti 1929-1968, Torino, Bollati Boringhieri, 20 (...)
  • 17 Specchio della tauromachia e altri scritti sulla corrida, Torino, Bollati Boringhieri, 1999.
  • 18 Stefania Zuliani, Michel Leiris : lo spazio dell’arte, Napoli, Liguori, 2002.

5Si l’on veut parcourir ce territoire critique, il est bon d’utiliser des boussoles qui permettent d’identifier des pôles d’intérêt principaux. Comme il n’y a pas en Italie l’équivalent exact au niveau institutionnel des centres de recherche ou des équipes d’accueil, il n’est pas facile d’avoir recours à des paramètres « géographiques » et de focaliser des tendances homogènes qui caractériseraient chaque université2. Même les doctorats et les écoles doctorales sont loin de suivre des directions univoques qui les identifieraient : c’est pourquoi un inventaire des thèses ne serait pas forcément significatif3. Il vaut donc mieux partir du corpus littéraire français pour vérifier les préférences manifestées par les travaux des spécialistes italiens, considérés singulièrement. Un critère taxinomique possible pour articuler cette matière est celui de la distribution des auteurs par genres, même si le vingtième siècle est censé avoir marqué l’éclatement de ceux-ci. En effet, on constate que les chercheurs ont privilégié ces dernières années davantage de romanciers que de poètes, mais sans que cette orientation corresponde forcément à une préférence systématique pour le roman aux dépens de la poésie, ou à une réflexion sur l’exploitation par les écrivains des possibles de l’un et de l’autre genre. Cela apparaît d’autant plus clairement si l’on songe à la foule d’interventions sur des auteurs dont il serait malaisé de définir l’appartenance générique : Antonin Artaud, Georges Bataille. Bien sûr, la fortune d’Artaud s’explique aussi par son rapport avec le théâtre, qui en a fait un point de repère pour tous ceux qui s’occupent de l’art scénique. Mais il est interrogé surtout en tant qu’emblème d’une impasse de la pensée, d’un rapport esprit-corps, d’une relation vie/œuvre qui en font un cas exemplaire de mise en question de la mentalité occidentale. C’est dans ces perspectives que Carlo Pasi s’en est occupé à plusieurs reprises (Artaud attore4, La comunicazione crudele. Da Baudelaire a Beckett5), tandis que Luca Berta l’a abordé du point de vue de son rapport avec la déconstruction, le questionnant à travers la lecture de Derrida (Derrida e Artaud. Decostruzione e teatro della crudeltà6). On a également examiné la relation entre l’écriture « littéraire » d’Artaud et sa recherche métaphysique, anthropologique et théâtrale7. Le rapport aux arts de l’auteur du Théâtre et son double a été étudié en 2006 par Giuliana Prucca8. De façon analogue, ce qu’on analyse chez Bataille ce ne sont pas seulement ses romans, sa critique littéraire ou ses jugements esthétiques, mais le mouvement de sa pensée, la mise en branle des équilibres ontologiques, épistémologiques, politiques, esthétiques qu’elle comporte : il s’agit d’aspects affrontés par Carlo Pasi (La comunicazione crudele ; Bataille, la ferita dell’eccesso9), et par Jacqueline Risset, qui a consacré à Bataille plusieurs écrits, ainsi qu’un volume qu’elle a dirigé où les trajectoires de cet auteur s’entrecroisent avec celles de Sartre (Bataille/Sartre : un dialogo incompiuto10). Dans l’optique de Jacqueline Risset, Bataille rentre dans cette lignée, longtemps marginale par rapport au canon officiel, d’auteurs du vingtième siècle qui ont déplacé les limites de la pensée, du langage, de l’écriture, sous le signe de la transgression, du cri, du silence : Artaud, Blanchot, Leiris, Beckett, Céline et d’autres, auxquels Risset a consacré un livre panoramique, Il silenzio delle sirene11. C’est dans le cadre de l’histoire intellectuelle et politique de l’entre-deux-guerres que Marina Galletti, à laquelle on doit plusieurs éditions italiennes de textes de Bataille, examine le sens de la notion de « communauté » chez cet écrivain, à travers l’analyse des expériences collectives qu’il anima à partir de 1929 (La comunità « impossibile » di Georges Bataille12). À l’intérieur de ce territoire indécidable partagé entre philosophie, littérature, théologie et autres, on a étudié chez Pierre Klossowski l’influence de Sade et de Nietzsche13, le rapport avec la religion14, la connexion entre mort de l’identité et mort de Dieu15. Un autre écrivain inclassable, Michel Leiris, a fait l’objet d’éditions italiennes réalisées par Catherine Maubon, qui met en évidence l’enjeu du rapport littérature/ethnologie16 et la signification de la tauromachie en tant que métaphore de l’expérience littéraire et facteur d’émergence momentanée du sacré17. On a également interrogé les enjeux existentiels, éthiques et esthétiques du rapport de Leiris avec les arts plastiques18.

  • 19 Pour une mise au point sur la réception italienne, voir Proust en Italie, lectures critiques et in (...)
  • 20 Roma, Donzelli editore, 2004.
  • 21 Milano, Cisalpino-Istituto Editoriale Universitario, 2003.
  • 22 Milano, Franco Angeli, 2000.
  • 23 Torino, Nino Aragno editore, 2005.
  • 24 Fasano, Schena editore, 2005.
  • 25 Gide oggi/Gide aujourd’hui. Actes du colloque de Sienne du 17 février 2006, éd. par Catherine Maubo (...)
  • 26 Il trattato del Narciso. Teoria del simbolo, introduzione, traduzione e note a cura di Carmen Saggi (...)

6Les romanciers ont polarisé nombre de contributions. Il va sans dire que parmi les auteurs de la première moitié du siècle Proust se taille la part du lion19. Mais les aspects formels, narratifs et génériques sont loin d’être au premier plan. La plupart des contributions concernent plutôt des aspects particuliers ou le(s) sens d’ensemble de la démarche proustienne, dont on valorise généralement les composantes dysphoriques et destructrices. Si Giovanni Cacciavillani montre à quel point Proust a su découvrir les fonctionnements de l’inconscient (Proust e l’adorazione perpetua20), Eleonora Sparvoli souligne les limites du style en tant que compensation de l’impossibilité proustienne d’accéder à l’aventure réelle de la vie (L’avventura mancata. Stile in Marcel Proust21), tandis que Alessandro Piperno met en évidence la coexistence indécidable d’assertions contradictoires dans la Recherche, en rapportant ces dissonances à la catégorie de l’hybridisme (Proust antiebreo22). C’est sur la fonction et les implications de l’expérience de la douleur que s’interroge Anna Isabella Squarzina (Anatomia del dolore23). L’antithèse toujours actuelle entre une lecture « sotériologique » de La Recherche et une interprétation tout à fait nihiliste fait l’objet d’un volume collectif dirigé par Daniela De Agostini (La « Recherche » tra apocalisse e salvezza24). Quant à l’autre grand prosateur des deux premières décennies du siècle, à savoir André Gide, désormais beaucoup moins étudié que Proust, on s’est demandé lors d’un colloque à Sienne s’il constitue encore en ce début du 21e siècle un point de référence de la culture littéraire25. Une édition italienne de son Traité du Narcisse a paru à Naples en 200526.

  • 27 La Spezia, Agorà edizioni, 2003.
  • 28 Formes de l’écriture autobiographique dans l’œuvre de Julien Green, Torino, L’Harmattan Italia, 200 (...)
  • 29 Spazio e immaginario in Paul Gadenne, La Spezia, Agorà edizioni, 1999.
  • 30 Da Céline a Caproni. La versione italiana di Mort à crédit, Venezia, Istituto veneto di Scienze, Le (...)
  • 31 Dipartimento di Linguistica e letterature comparate, Università di Cassino, 2001.
  • 32 Roma, Aracne, 2003.
  • 33 Fratelli separati. Drieu, Aragon, Malraux, edizioni Settecolori, 2007.
  • 34 Jean Giono e la storia. Atti del Convegno internazionale – Università di Pavia, 7-8 marzo 1996, a (...)
  • 35 La ricerca della felicità in Le Hussard sur le toit, Firenze, Atheneum, 2002.
  • 36 Jean Giono. Invito alla lettura, Pavia, TCP, 2004.
  • 37 Camus. Mediterraneo e conoscenza, a cura di G. Brevetto, Napoli, Impermedium libri 2003.
  • 38 Milano, Franco Angeli, 2001.
  • 39 A cura di Gabriella Farina e Raoul Kirchmayr, Roma, Edizioni associate, editrice internazionale, 2 (...)
  • 40 Bologna, Clueb, 2004.
  • 41 Pour la défense de la culture. Les textes du Congrès international des écrivains. Paris, juin 1935, (...)
  • 42 Roma, Carocci, 2002.

7Il est dommage de constater que les romanciers de l’entre-deux-guerres appartenant à ce que Henri Godard a dénommée « une grande génération » n’inspirent pas de travaux consistants. De toute évidence les thèmes éthiques et métaphysiques de la condition humaine suscitent moins d’intérêt que les irrégularités de langage, les impossibilités de la pensée, les transgressions des limites des Artaud, des Bataille, des Beckett. Les exceptions sont rares. La fonction des formes narratives brèves et les jalons d’une poétique personnelle de la nouvelle chez Julien Green ont été étudiées par Daniela Fabiani sur la base d’une analyse thématique de son univers imaginaire (Erranza e scrittura. Julien Green e le forme narrative brevi27), tandis que les modalités et la fonction de l’écriture autobiographique dans l’œuvre du même auteur sont au centre d’un volume collectif édité encore par Daniela Fabiani28. Cette dernière s’est occupée aussi d’un auteur aujourd’hui un peu oublié, Paul Gadenne29. Céline a été abordé surtout en fonction de la traduction, comme le montrent une monographie de Pietro Benzoni sur la version italienne de Mort à crédit30 et un volume collectif dirigé par Gianfranco Rubino, Tradurre Céline31. La seule contribution consistante sur Malraux est offerte par un volume collectif, André Malraux entre engagement et écriture, coordonné par Francesca Cabasino32. Mais les attitudes de Malraux face à l’histoire, comparées à celles d’Aragon et Drieu, ont été étudiées au niveau biographique et intellectuel par Maurizio Serra33. Quant à Giono, qui par le passé n’a pas alimenté beaucoup de commentaires, on compte au cours de ces dernières années un collectif sur son rapport avec l’histoire34, une analyse de Le Hussard sur le toit par Benedetta Fanizza35 et une introduction aux grands thèmes de l’œuvre par Francesca Telecco Perduca36. Il est étonnant que Camus n’ait pas suscité d’études spécifiques, si l’on excepte un volume collectif portant sur un sujet un peu usé, à savoir la sensibilité méditerranéenne37. Par contre, Sartre est un des écrivains français sur lesquels on écrit le plus ; mais c’est surtout à cause de sa personnalité de polygraphe, qui inspire autant de commentaires qu’il est de disciplines différentes, comme le montre l’activité du Groupe italien d’études sartriennes. Les analyses littéraires le concernant sont moins nombreuses, si l’on exclut la participation de Sandra Teroni à l’édition Pléiade du théâtre et une monographie de Paolo Tamassia (Politiche della scrittura38) qui cherche à montrer de quelle façon Sartre parvient à dépasser sa conception originaire de l’engagement. L’Idiot de la famille a suscité les réflexions d’un collectif à tendance philosophique (Il soggetto e l’immaginario39), tandis qu’une lecture psychologique comparée de Sartre et Pirandello a été proposée par Vincenzo Faenza (Silenzio della coscienza e gioco delle maschere40). C’est grâce aux soins de Sandra Teroni qu’on a publié un témoignage significatif concernant l’engagement politique des écrivains de l’entre-deux-guerres, à savoir les actes du colloque des écrivains à Paris en 1935 pour la défense de la culture41. Ce colloque est aussi l’objet d’un ensemble d’analyses critiques et historiques édité encore par la même spécialiste (Per la difesa della cultura. Scrittori a Parigi nel 193542).

  • 43 Palermo, Flaccovio editore, 1999.
  • 44 Lecture(s) des « Fleurs bleues » de Raymond Queneau, Pisa, edizioni ETS, 1998.
  • 45 Udine, Forum, editrice universitaria udinese, 2001.
  • 46 Raymond Queneau. La scrittura e i suoi multipli, a cura di Chetro de Carolis e Delia Gambelli, Roma (...)

8D’autres narrateurs nés autour du début du siècle ont fait l’objet d’essais spécifiques. Une monographie de M.T. Russo sur Cendrars narrateur (Ai margini della soglia43) s’arrête surtout sur les écrits autobiographiques, considérés comme les composantes d’un jeu combinatoire où se déploie un sujet mobile. Dans le sillage d’un intérêt cultivé aussi par Italo Calvino et Umberto Eco, on s’est occupé de Queneau, à propos duquel Anne-Marie Jaton a proposé une exégèse détaillée des Fleurs bleues44, tandis que tout l’arrière-plan autobiographique de ses écrits a été analysé par Alessandra Ferraro (Queneau. L’autobiographie impossible45). La complexité de la production de Queneau et ses implications étendues à d’autres arts ont été mises en relief par un volume collectif46.

  • 47 Padova, Unipress, 2001.
  • 48 L’Usage de la forme, Padova, Unipress, 2000.
  • 49 Robbe-Grillet e il romanzo postmoderno, Milano, Mursia, 1998.
  • 50 Nel teatro di Beckett, Milano, LED, 2001.
  • 51 Il tragico e l’umorismo. Studio sulla drammaturgia di Samuel Beckett, Firenze, Le Lettere, 2000.
  • 52 Lo sguardo selvaggio : cinema e televisione di Samuel Beckett, Bologna, Quaderni del Battello Ebbro (...)

9On peut constater également des déséquilibres concernant la fortune des auteurs qui ont acquis leur renommée surtout après la seconde guerre mondiale. Une seule monographie sur Gracq, dont Grazia Tamburini étudie certaines figures de l’imaginaire spatial (Il testo abitabile)47. Quant au nouveau roman, on ne peut que prendre acte d’un déclin d’intérêt à son égard, mitigé par un travail stylistique de Geneviève Henrot sur Les Fruits d’or de Nathalie Sarraute48 et par un livre sur Robbe-Grillet de Renato Barilli49, un spécialiste d’esthétique qui, dès le début, avait reconnu l’importance du tournant marqué par l’auteur de Les Gommes. En revanche, l’attention qui continue d’entourer l’œuvre de Beckett concerne, plutôt que sa proximité au « nouveau roman », surtout sa corrosion du langage mené jusqu’aux bords du silence, tant en littérature que sur la scène : d’où les nombreuses monographies que lui consacrent non seulement des francisants, mais aussi des spécialistes de théâtre (Stefano Bajma Griga50, Annamaria Cascetta51, Luca Scarlini52) et d’esthétique.

  • 53 Lazzaro risorto. Memoria e identità nell’autofinzione di Jean Cayrol, Albert Cohen e Georges Perec, (...)
  • 54 Fotografia e romanzo. Marguerite Duras, Georges Perec, Patrick Modiano, Napoli, Liguori, 2005.
  • 55 « Denier du rêve » di Marguerite Yourcenar. La politica, il tempo, la mistica, Firenze, Le Lettere (...)
  • 56 Dans le laboratoire de Marguerite Yourcenar, Fasano, Schena – Paris, Presses de l’Université de Par (...)
  • 57 Écriture et mémoire. « Le labyrinthe du monde » de Marguerite Yourcenar, Napoli, Liguori, 1999.
  • 58 Declinazioni della passione in Marguerite Yourcenar, Fasano, Schena, 2006.
  • 59 Marguerite Yourcenar. L’infanzia ritrovata, Parma, Battei, 2004.
  • 60 Réception de l’œuvre de Marguerite Yourcenar. Essai de bibliographie chronologique (1995-2006), Cle (...)
  • 61 Marguerite Yourcenar. Fragments d’un « Album italien », Parma, Battei, 1999.
  • 62 Visages d’Ausonie. Sources italiennes dans l’œuvre de Marguerite Yourcenar, Saint-Denis, Université (...)
  • 63 Marguerite Duras. Visioni veneziane, a cura di Chiara Bertola e Edda Melon, Padova, Il Poligrafo, 2 (...)
  • 64 Marguerite Duras, (D) écrire, dit-elle. Éthopée et prosopographie, éd. par Pierluigi Ligas et Anna (...)
  • 65 Duras mon amour 1, a cura di Edda Melon e Marco Pea, Marcos y Marcos, 1992 ; 2, a cura di Edda Mel (...)
  • 66 Marguerite Duras : un’arte della povertà. Il racconto di una vita, Pisa, ETS, 2001.
  • 67 Marguerite Duras : una donna contro il Pacifico. Percorsi di vita e di scrittura tra ricchezza e po (...)
  • 68 Io piuttosto che un’altra. Figure e parole dell’identità nella narrativa di Marguerite Duras, Roma, (...)
  • 69 Voir note n. 54.
  • 70 Formes en mutation. Le cinéma « impossible » de Duras, Roma, Aracne, 2005.

10Quant aux écrivains dont le succès s’est manifesté en dehors des tendances ou des groupes littéraires de la seconde partie du siècle, Perec jouit d’une certaine attention critique, comme le montrent les volumes de Margareth Amatulli53 et Valeria Sperti54, où il est question respectivement du rapport autobiographie/identité et de l’ekphrasis de photographies dans les textes autobiographiques. Mais la production exégétique la plus riche concerne Marguerite Yourcenar (surtout) et Marguerite Duras, abordées sous plusieurs typologies d’approche : analyses de l’ensemble de l’œuvre, études thématiques, examens d’un seul ouvrage, enquêtes biographiques, pour ne citer que quelques exemples. Les travaux sur Yourcenar touchent à des sujets variés : entre autres, la politique, le temps, la mystique dans Dénier du rêve (Laura Brignoli55), L’Œuvre au noir à travers un examen génétique (Francesca Melzi d’Eril Kaucisvili56), l’originalité de la stratégie autobiographique (Valeria Sperti57), les manifestations de la passion (Emilia Surmonte58), l’enfance de l’auteure (Françoise Bonali Fiquet59), la réception bibliographique (Françoise Bonali Fiquet60), les rapports avec l’Italie (Bonali Fiquet61, Camillo Faverzani62). Il va sans dire que beaucoup de colloques et de travaux collectifs ont été consacrés à Yourcenar tout comme à Marguerite Duras (v. Actes des colloques de Venise 200563 et de Verone 200664), sur laquelle portent les contributions systématiques du groupe de recherche Duras mon amour, animé par Edda Melon, qui a publié trois volumes d’essais65. À l’échelle individuelle, des chercheurs ont exploré le rapport entre l’œuvre et la vie de Duras (Neri Fornasier66, Paola Bava67), les connexions entre espace, vision et identité (Simonetta Micale68), la présence du medium photographique dans l’épisode de l’amant chinois (Valeria Sperti69), le mouvement de construction et déconstruction dans la genèse des textes littéraires et dans les ouvrages cinématographiques (Sarah Gaspari70). Il faudrait évidemment un espace spécifique pour s’interroger sur les raisons de cet engouement critique pour les deux écrivaines, qui correspond d’ailleurs à la faveur d’un vaste public : fascination de l’écriture féminine, attrait de l’instance autobiographique ; et plus en détail, intensité du vécu chez Duras, incidences romaines et italiennes, ampleur des horizons chez Yourcenar, perçue comme le dernier écrivain comparable aux « maîtres à penser » du vingtième siècle. Mais ce sont là des hypothèses.

  • 71 Il est utile de consulter à ce sujet « La poésie française du XXe siècle en Italie (1970-1995) », (...)
  • 72 Letture di Max Jacob, a cura di Sergio Cigada, Milano, Vita e pensiero, 2001.
  • 73 André Salmon, alle origini della modernità poetica, Venezia, Istituto veneto di scienze, Lettere ed (...)
  • 74 Surrealismo e umorismo nero, Bologna, il Mulino, 1998
  • 75 Lo spazio epico nella poesia d’avanguardia (1914-1920), Napoli, Edizioni Scientifiche italiane, 200 (...)
  • 76 Traiettorie della modernità, Torino, Lindau, 2003.
  • 77 Bari, B.A. Graphis, 2007.
  • 78 Bari, B.A. Graphis, 2008.
  • 79 Surrealismo 1919-1969, Milano, Oscar Mondadori, 2006.
  • 80 La Poésie partout. Apollinaire homme-époque (1898-1918), Seuil, 2001
  • 81 Apollinaire devant les avant-gardes européennes, Roma, Bulzoni, 1997.

11La réception de la poésie du vingtième siècle présente à son tour des orientations reconnaissables71. Les avant-gardes du début du siècle et de l’entre-deux-guerres, les expérimentations, les explorations linguistiques et formelles suscitent toujours l’intérêt des chercheurs italiens, comme le montrent un collectif sur Max Jacob72, un travail sur Salmon, auquel Maria Dario a voulu reconnaître un rôle majeur dans l’élaboration du lyrisme moderne73, une réflexion de Giovanna Angeli sur les contributions des surréalistes à la théorie et à la pratique de l’humour noir74, et un panoramique sur l’esprit épique dans la poésie d’avant-garde proposé par Germana Cerenza Orlandi75 qui a édité également les actes d’un colloque sur le surréalisme76, mouvement celui-ci dont s’occupe Bruno Pompili depuis plusieurs années (Strabismi 177 ; Strabismi 278). C’est aussi au surréalisme qu’est consacrée par Paola Dècina Lombardi une vaste synthèse portant sur la définition, les diramations et les expériences de ce mouvement tout au long du 20e siècle79. Grâce aussi à la fascination exercée par l’innovation esthétique, Apollinaire suscite toujours des études spécifiques, comme la lecture d’Anna Boschetti à la lumière de Bourdieu80, sans oublier le collectif dirigé par Sergio Zoppi et Michel Décaudin sur les rapports avec les avant-gardes européennes, dont la date se situe en deçà des limites chronologiques de notre étude81.

  • 82 Torino, Einaudi, 2002.
  • 83 Roma, Edizioni di Storia e letteratura, 2003.
  • 84 Roma, Luca Sossella, 2001.

12Mais celui qui a inspiré le plus grand nombre de réflexions est sans aucun doute Paul Valéry. Ce dernier suscite un intérêt comparable à celui qui caractérise certains écrivains déjà cités, comme Artaud, Bataille, Beckett, dont l’importance ne réside pas dans l’appartenance générique, d’ailleurs problématique, mais dans la nature de leur rapport aux nœuds épistémiques fondamentaux de la culture occidentale. C’est pourquoi nombre de chercheurs non-francisants et non littéraires s’occupent de lui. Ce qui est au centre de cette spéculation ce n’est pas tant ou seulement la composante proprement poétique et versifiée de l’œuvre de Valéry, c’est surtout le fonctionnement général de sa pensée, notamment en relation au couple identité/altérité. D’où la centralité des Cahiers parmi les textes interrogés. C’est dans cette direction de recherche que vont les essais de Valerio Magrelli sur l’autoscopie (Vedersi vedersi82), de Massimo Blanco sur l’équivalence entre démarche intellectuelle et production poétique (Cerchi d’acqua83), de Felice Ciro Papparo sur le rapport entre vision et pensée (L’arte dell’esitazione84).

  • 85 Milano, Prometheus, 2004.
  • 86 Aesthetica Preprint, Palermo, 2001.
  • 87 « Joë Bousquet poète de l’inoubliable », Francofonia, Firenze, 40, primavera 2001.
  • 88 Entre autres : Joë Bousquet, Il quaderno nero, a cura di Adriano Marchetti, Milano, Mondolibri, 20 (...)
  • 89 Pierre Jean Jouve et l’Italie, une rencontre passionnée, Roma, Edizioni di Storia e letteratura, 20 (...)
  • 90 André Frénaud e l’Italia, Fasano, Schena, 1999.
  • 91 René Char, Lontano dalle nostre ceneri, a cura di E. Bricco, Genova, San Marco de’Giustiniani, 200 (...)
  • 92 Ponge : l’impossible art de vivre, Napoli, Liguori, 2003.

13De façon beaucoup moins massive, Paul Claudel continue d’attirer l’attention des chercheurs, qu’ils soient francisants (Claudel et l’infini, par Pasqualina Galietta85) ou spécialistes d’esthétique (Poetica mundi. Estetica e ontologia delle forme in Paul Claudel, par Filippo Fimiani86). Plus sporadiques ont été ces dernières années les regards sur les voix individuelles qui se sont affirmées au cours de l’entre-deux-guerres. Un numéro spécial de la revue « Francofonia » a été consacré à Joë Bousquet87, dont Adriano Marchetti a traduit des textes88. La relation de Jouve à l’Italie a été étudiée par Wanda Rupolo89. Tant la signification de l’Italie à l’intérieur de l’itinéraire poétique d’André Frénaud que l’accueil italien de cet auteur au niveau des traductions ont fait l’objet d’une monographie d’Elisa Bricco90, qui a édité également des textes de René Char91. Quant à Francis Ponge, une étude par Giovannella Fusco Girard de certains aspects de son itinéraire poétique développe une réflexion sur l’importance des noms dans l’instance généalogique ainsi qu’une analyse génétique concernant la rature et l’espace de la page92.

  • 93 Yves Bonnefoy : il cuore-spazio e i testi giovanili, Alinea editrice, 1999.

14Parmi les poètes dont l’écho s’est répandu après la guerre, Yves Bonnefoy est celui dont la réception italienne est désormais la plus systématique, grâce aux nombreuses éditions et traductions de Fabio Scotto. C’est dans un des poèmes de jeunesse les moins connus de Bonnefoy, Le cœur-espace, que Maria Silvia Da Re93 explore les démarches de sa recherche ontologique de la présence et du réel dans un essai qui précède un choix de vers.

  • 94 Voir ci-dessus, note 1. Un calcul approximatif des monographies parues entre 1998 et 2006 (date la (...)

15C’est ainsi que, finalement, si l’on se base sur une évaluation des fréquences, des présences et des absences, une sorte de canon empirique (fait établi et non hiérarchie qualitative…) s’esquisse, qui ne serait pas bousculé si l’on s’appuyait aussi sur des articles, des éditions et d’autres formes d’intervention (dont j’ai d’ailleurs tenu compte de façon implicite)94. Proust, Yourcenar, Duras parmi les « narrateurs » ; dans le domaine de la poésie Apollinaire, les précurseurs et les avant-gardes, Valéry (ce dernier à bien d’autres égards aussi) ; Artaud, Bataille, Beckett, Leiris, dans cette région transversale où la pensée, l’écriture, le langage, la vie s’entrecroisent dans un questionnement ontologique mené jusqu’au bord de l’impossible. C’est aussi une préférence potentielle pour une écriture destructrice, dysphorique et déconstructrice plutôt que pour une esthétique de la perfection formelle ou pour une priorité du message éthique. Mais il serait trop simpliste de formuler là-dessus des conclusions péremptoires.

  • 95 Bibliographie. Études sur la prose française de l’extrême contemporain en Italie et en France (1984 (...)
  • 96 Fiction Bergounioux. De Catherine à Miette, Bari, B.A. Graphis, 2006.
  • 97 Dans l’encre de la danse, Bari, B.A. Graphis, 2006.
  • 98 Vers la dernière ligne, Bari, B.A. Graphis, 2006.
  • 99 Le jeu des arts. L’écriture et les arts, éd. par Matteo Majorano, Bari, B.A. Graphis, 2005.
  • 100 La caméra des mots. Dans le spectacle du roman, éd. par Matteo Majorano, Bari, B.A. Graphis, 2007
  • 101 Chercher la limite. Écritures en tension, éd. par Matteo Majorano, Bari, B.A. Graphis, 2008
  • 102 Stratégies narratives 2. Le roman contemporain, éd. par Rosa Galli Pellegrini, Fasano, Schena edito (...)
  • 103 Voix du contemporain. Histoire, mémoire et réel dans le roman français d’aujourd’hui, éd. par Gian (...)
  • 104 Écrire l’histoire d’une vie, éd. par Annie Oliver, Santa Maria Capua Vetere, edizioni Spartaco, 200 (...)
  • 105 Pascal Quignard. La mise en silence, Champ Vallon, 2000.
  • 106 Christian Gailly, « l’écriture qui sauve », Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2007.
  • 107 Un voyage au centre de l’écriture – L’écriture au centre du voyage. Les romans d’Alain Nadaud, 2005 (...)
  • 108 Trois études sur le roman de l’extrême contemporain, Fasano, Schena editore – Paris, Presses de l’u (...)
  • 109 « L’Adversaire » d’Emmanuel Carrère, Hatier, 2003.
  • 110 Lire Didier Daeninckx, Armand Colin, 2009.

16Bien que, pour des raisons que j’ai expliquées au début, l’étude d’une littérature étrangère au présent puisse paraître un luxe, un secteur dynamique de recherche concerne pourtant l’écriture contemporaine, dont la délimitation chronologique s’étend plus ou moins de 1980 à nos jours. Une bibliographie de ces études en Italie et en France, conçue et éditée par Matteo Majorano95, permet de bien évaluer la portée de ce phénomène. Au moins trois équipes de recherche défrichent ce domaine : le Grec de Bari, l’Argec de Gênes, le Larc de Rome et sa composante de Cassino, respectivement dirigées par Matteo Majorano, Elisa Bricco et Rosa Galli Pellegrini, Gianfranco Rubino, Annie Oliver. Ces groupes, liés par des rapports fréquents de collaboration, ont organisé nombre de colloques internationaux, suivis d’actes, et dans le cas de Bari ont donné vie à une collection qui inclut aussi des travaux individuels, tels que ceux de Marie-Thérèse Jacquet sur Pierre Bergounioux96, de Valeria Gramigna sur la danse97, de Marinella Termite sur la limite98. Quant aux sujets principaux d’intérêt, les chercheurs de Bari ont étudié notamment les relations de la littérature avec les arts99, le spectacle100 et l’expérience de la limite101, ceux de Gênes ont insisté notamment sur les pactes de lecture et les stratégies narratives102, le groupe romain s’est interrogé surtout sur la présence du passé dans le roman contemporain103, tandis que du côté de Cassino on a privilégié le fonctionnement de l’autobiographie et de l’autofiction104. La poésie contemporaine aussi était au centre d’un colloque organisé à Gênes par Elisa Bricco en décembre 2008 (Postures énonciatives dans la poésie française contemporaine). C’est en effet à l’occasion du travail de ces groupes qu’on recommence à interroger aussi bien la situation de la poésie et du roman que celle des poètes et des romanciers. Quant aux écrivains qui ont été au centre de volumes spécifiques, il faut mentionner Pascal Quignard, auquel on a consacré à Bologne un ouvrage collectif édité par Adriano Marchetti105 ; Christian Gailly, au centre d’un collectif dirigé par Elisa Bricco et Christine Jérusalem106 ; Pierre Bergounioux ; Alain Nadaud, étudié dans un essai publié en ligne par Rosa Galli Pellegrini107 qui a dirigé également un tryptique sur Marie NDiaye, Sylvie Germain et Michel Chaillou108 ; Emmanuel Carrère, dont Annie Oliver a analysé L’Adversaire109 ; Didier Daeninckx, objet d’une monographie publiée en France par Gianfranco Rubino110.

  • 111 Scritture brevi e discontinue : poetiche del pensiero nella letteratura francese, Castel Maggiore, (...)
  • 112 L’occhio scrive. Saggi sulla poesia francese, Venezia, Cafoscarina, 2003.
  • 113 La Poésie française au début du 3e millénaire ou l’énigme fragile, Schena 2002. Voir aussi sur le m (...)
  • 114 Il romanzo francese del Novecento, Bari, Laterza, 2008.

17Au bout de ce parcours très incomplet, puisqu’il ne repose que sur les livres et non sur les articles, il reste à se poser, après la question du quoi, celle du comment. Du point de vue typologique, ce sont les essais sur auteurs qui prédominent. On rappellera tout de même quelques études générales sur des thèmes, des genres ou des périodes, comme les parcours d’Adriano Marchetti parmi les écritures brèves et discontinues111, de Rino Cortiana dans la poésie du 20e siècle112, de Giovanni Dotoli à travers les tendances poétiques au 21e siècle113. Les panoramas d’histoire littéraire du 20e siècle sont conçus surtout à l’intérieur d’ouvrages généraux embrassant d’autres siècles, mais il faut rappeler un manuel du roman dirigé en 2007 par Sandra Teroni114.

  • 115 Il s’agit de cas qui ne concernent le XXe siècle que de biais. Il faut signaler le recueil pluridi (...)
  • 116 Un certain nombre d’études thématiques, relatifs surtout à l’imaginaire spatial du XXe siècle, ava (...)

18Quant aux méthodes adoptées, il faut tout de suite remarquer que l’époque des grands points de repère théoriques et critiques semble tout à fait révolue. Il est difficile de trouver des orientations convergentes parmi les études que l’on vient d’évoquer. Pour ce qui est de l’utilisation de démarches précises, on rappellera quelques contributions génétiques, finalisées à l’interprétation du sens (notamment le travail de Francesca Melzi d’Eril Kaucisvili sur L’Œuvre au noir). Dans une tout autre perspective, la sociologie de Bourdieu a guidé la reconstruction opérée par Anna Boschetti des stratégies poétiques d’Apollinaire en fonction des possibles ouverts par le « champ » littéraire de son temps. Le structuralisme, renié depuis longtemps, a même été jugé responsable des pires dégâts critiques. En Italie, ce ne sont que des spécialistes gardant de forts liens avec la théorie, Stefano Agosti et Francesco Orlando, qui puisent encore à ce qu’il y a de vivant dans les apports de la linguistique, de la sémiotique, de la psychanalyse. Cependant, il est vrai que certaines acquisitions de la narratologie, notamment celles provenant de Genette et de Lejeune, sont désormais adoptées normalement de façon instrumentale, comme faisant partie de l’outillage standard du chercheur. Ce « déconstructionnisme » qui avait en quelque sorte sonné le glas du structuralisme n’a jamais été pratiqué par la recherche en littérature française ; la « French Theory » a séduit nombre de philosophes, de sociologues, d’anthropologues, de spécialistes d’esthétique ; une certaine critique de cinéma se sert désormais de la philosophie, surtout lorsqu’elle se penche sur le langage filmique (Deleuze, Nancy). Mais cette tendance concerne peu de littéraires, même si encore une fois Derrida, Deleuze, Foucault, Lacan font partie d’un background culturel qui alimente des références, des argumentations, des citations. Mises à part quelques exceptions intéressantes115, les poétiques de l’imaginaire n’ont pas eu beaucoup d’écho ces dernières années, sans jamais avoir trop convaincu les francisants italiens116. Il ne faut d’ailleurs pas sous-estimer certaines résistances à l’égard des méthodes venues de l’hexagone, comme si on voulait tout de même garder une marge de sécurité par rapport à l’influence du pays dont on étudie la littérature.

19Il est vrai que nous vivons à une époque dont la complexité est le trait fondamental, ce qui incite à ne pas traiter les relations bilatérales de façon isolée par rapport à un environnement plus ample qui en conditionne le fonctionnement. Pour ce qui est de la réception de la littérature française en Italie, on devrait tenir compte de toutes les influences concurrentes qui proviennent des autres régions de la planète. Il serait intéressant de s’interroger, par exemple, sur le succès mitigé des écrivains contemporains dans la péninsule, bien que les traductions soient nombreuses. Mais ce seraient d’autres problématiques.

20Pour en revenir aux stratégies herméneutiques, il faut rappeler que cette désaffection à l’égard des grandes écoles critiques rentre dans une crise des discours théoriques et méta-littéraires qui a enlevé à la critique le rôle de vedette qu’elle avait eu au cours des années soixante et soixante-dix. D’où un malaise des spécialistes de littérature, dont le statut scientifique et opératoire semble précaire et insaisissable. Il reste à voir évidemment si, comme on l’a suggéré, la crise de la critique n’est qu’un symptôme d’un phénomène plus général, à savoir la marginalisation de la littérature dans le monde d’aujourd’hui. Quelle que soit la portée de cette situation au niveau de la communication sociale, il est sûr qu’en ce qui concerne La littérature française du XXe siècle en Italie 211 l’enseignement universitaire son actualité et son étendue autorisent les pires préoccupations.

21Mais cela n’empêche pas un contact assidu et systématique avec les textes, contact qui constitue un point de convergence minimal mais important des études universitaires sur la littérature, non seulement française. Cette écoute du texte, filtrée par ces moyens d’approche qui tour à tour nous parlent encore, constitue au moins un gage d’honnêteté qui peut se révéler également un facteur de dialogue avec le versant de la création.

Notes

1 Le choix des seules monographies vise à signaler le degré d’approfondissement des sujets d’étude plutôt que leur répartition quantitative. Pourtant, un relevé qui s’étendrait aux articles, aux préfaces, aux éditions, ne démentirait pas les équilibres fondamentaux du tableau fourni par les livres. Il suffit de consulter les précieux volumes Francesistica. Bibliographie des œuvres et des études de littérature française et francophone en Italie, III : 1995-1999, dir. G. Benelli, G. Bogliolo, P. Carile, M. Matucci, B. Papasogli, Torino, L’Harmattan Italia– Paris, L’Harmattan, 2001 et Francesistica. Bibliographie des œuvres et des études de littérature française et francophone en Italie, IV : 2000-2004, dir. Novella Novelli, publié en 2006 chez L’Harmattan Italia (Torino) et L’Harmattan (Paris), pour vérifier que les auteurs, les mouvements et les thèmes qui inspirent le plus grand nombre de monographies sont généralement l’objet d’une quantité plus au moins proportionnelle d’écrits brefs, de traductions, d’éditions. Il existe évidemment quelques exceptions : pour ne citer qu’un exemple, tout en n’inspirant qu’un article au cours de la période 2000-2004, Klossowski a été l’objet de trois monographies et de trois traductions. En revanche, Apollinaire a été pendant ces mêmes années au centre de beaucoup d’articles, mais d’une seule monographie : voir à ce propos les notes 80 et 81.

2 Ce qui n’empêche pas certaines orientations plus spécifiques, parmi lesquelles il faut mentionner surtout les études de francophonie, particulièrement cultivés dans plusieurs universités, notamment Turin, Milan, Bologne, Bari, Catane, Palerme.

3 Malgré le caractère empirique du fichier général des thèses publié en ligne par l’université de Florence et mis à jour jusqu’à 2006, on peut rappeler au moins des chiffres purement indicatifs et sujets à caution pour ce qui concerne la fréquence de sujets du vingtième siècle : entre 1998-2006 on peut compter 48 thèses « vingtiémistes » sur un total de 162 de littérature française, soit 29, 62 %. Les travaux de francophonie au cours de cette même période sont 27 (16, 66 % de l’ensemble). La somme des thèses de XXe siècle et de francophonie (75) équivaut à un pourcentage plutôt consistant, à savoir 46, 29 %.

4 Torino, Bollati Boringhieri, 2000.

5 Torino, Bollati Boringhieri, 1998.

6 Roma, Bulzoni, 2003.

7 Florinda Cambria, Corpi all’opera. Teatro e scrittura in Antonin Artaud, Milano, Jaca book, 2001.

8 Antonin Artaud. Évocations plastiques et picturales dans les écrits des années vingt, Roma, Aracne, 2006.

9 Torino, Bollati Boringhieri, 2002.

10 Roma, Artemide, 2002.

11 Roma, Donzelli, 2006.

12 Torino, Kaplan, 2008.

13 Guido Brivio, La caduta di Narciso. Sade e Nietzsche nello specchio di Pierre Klossowski, Bologna, Pendragon, 2000.

14 Piero Burzio, Ferite del logos. Pierre Klossowski e la filosofia della religione, Dronero, L’Arciere, 2001.

15 Marzia Tescione, Morte di Dio e dissoluzione dell’Io in Pierre Klossowski, Milano, Mimesis, 2002.

16 L’occhio dell’etnografo. Razza e civiltà e altri scritti 1929-1968, Torino, Bollati Boringhieri, 2005.

17 Specchio della tauromachia e altri scritti sulla corrida, Torino, Bollati Boringhieri, 1999.

18 Stefania Zuliani, Michel Leiris : lo spazio dell’arte, Napoli, Liguori, 2002.

19 Pour une mise au point sur la réception italienne, voir Proust en Italie, lectures critiques et influences littéraires, textes recueillis et présentés par Viviana Agostini Ouafi, Caen, Université de Caen Basse Normandie, Presses Universitaires, « Transalpina », 2004.

20 Roma, Donzelli editore, 2004.

21 Milano, Cisalpino-Istituto Editoriale Universitario, 2003.

22 Milano, Franco Angeli, 2000.

23 Torino, Nino Aragno editore, 2005.

24 Fasano, Schena editore, 2005.

25 Gide oggi/Gide aujourd’hui. Actes du colloque de Sienne du 17 février 2006, éd. par Catherine Maubon, Bulletin des amis d’André Gide n° 53-vol. XXXV janvier 2007, p. 10-120.

26 Il trattato del Narciso. Teoria del simbolo, introduzione, traduzione e note a cura di Carmen Saggiomo, Napoli, Edizioni Scientifiche italiane, 2005.

27 La Spezia, Agorà edizioni, 2003.

28 Formes de l’écriture autobiographique dans l’œuvre de Julien Green, Torino, L’Harmattan Italia, 2003.

29 Spazio e immaginario in Paul Gadenne, La Spezia, Agorà edizioni, 1999.

30 Da Céline a Caproni. La versione italiana di Mort à crédit, Venezia, Istituto veneto di Scienze, Lettere ed Arti, 2000.

31 Dipartimento di Linguistica e letterature comparate, Università di Cassino, 2001.

32 Roma, Aracne, 2003.

33 Fratelli separati. Drieu, Aragon, Malraux, edizioni Settecolori, 2007.

34 Jean Giono e la storia. Atti del Convegno internazionale – Università di Pavia, 7-8 marzo 1996, a cura di Giorgetto Giorgi, dans Il confronto letterario, suppl. al n. 26, Fasano, Schena editore, 1998.

35 La ricerca della felicità in Le Hussard sur le toit, Firenze, Atheneum, 2002.

36 Jean Giono. Invito alla lettura, Pavia, TCP, 2004.

37 Camus. Mediterraneo e conoscenza, a cura di G. Brevetto, Napoli, Impermedium libri 2003.

38 Milano, Franco Angeli, 2001.

39 A cura di Gabriella Farina e Raoul Kirchmayr, Roma, Edizioni associate, editrice internazionale, 2001.

40 Bologna, Clueb, 2004.

41 Pour la défense de la culture. Les textes du Congrès international des écrivains. Paris, juin 1935, éd. pas Sandra Teroni et Wolfgang Klein, Éditions universitaires de Dijon, 2005.

42 Roma, Carocci, 2002.

43 Palermo, Flaccovio editore, 1999.

44 Lecture(s) des « Fleurs bleues » de Raymond Queneau, Pisa, edizioni ETS, 1998.

45 Udine, Forum, editrice universitaria udinese, 2001.

46 Raymond Queneau. La scrittura e i suoi multipli, a cura di Chetro de Carolis e Delia Gambelli, Roma, Bulzoni editore, 2009.

47 Padova, Unipress, 2001.

48 L’Usage de la forme, Padova, Unipress, 2000.

49 Robbe-Grillet e il romanzo postmoderno, Milano, Mursia, 1998.

50 Nel teatro di Beckett, Milano, LED, 2001.

51 Il tragico e l’umorismo. Studio sulla drammaturgia di Samuel Beckett, Firenze, Le Lettere, 2000.

52 Lo sguardo selvaggio : cinema e televisione di Samuel Beckett, Bologna, Quaderni del Battello Ebbro, 2001.

53 Lazzaro risorto. Memoria e identità nell’autofinzione di Jean Cayrol, Albert Cohen e Georges Perec, Trieste, Parnaso, 2000.

54 Fotografia e romanzo. Marguerite Duras, Georges Perec, Patrick Modiano, Napoli, Liguori, 2005.

55 « Denier du rêve » di Marguerite Yourcenar. La politica, il tempo, la mistica, Firenze, Le Lettere, 1999.

56 Dans le laboratoire de Marguerite Yourcenar, Fasano, Schena – Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2001.

57 Écriture et mémoire. « Le labyrinthe du monde » de Marguerite Yourcenar, Napoli, Liguori, 1999.

58 Declinazioni della passione in Marguerite Yourcenar, Fasano, Schena, 2006.

59 Marguerite Yourcenar. L’infanzia ritrovata, Parma, Battei, 2004.

60 Réception de l’œuvre de Marguerite Yourcenar. Essai de bibliographie chronologique (1995-2006), Clermont-Ferrand, SIEY, 2007.

61 Marguerite Yourcenar. Fragments d’un « Album italien », Parma, Battei, 1999.

62 Visages d’Ausonie. Sources italiennes dans l’œuvre de Marguerite Yourcenar, Saint-Denis, Université de Paris VIII, 2003.

63 Marguerite Duras. Visioni veneziane, a cura di Chiara Bertola e Edda Melon, Padova, Il Poligrafo, 2008.

64 Marguerite Duras, (D) écrire, dit-elle. Éthopée et prosopographie, éd. par Pierluigi Ligas et Anna Giaufret, Verona, Quiedit, 2008.

65 Duras mon amour 1, a cura di Edda Melon e Marco Pea, Marcos y Marcos, 1992 ; 2, a cura di Edda Melon, Torino, Lindau, 2001 ; 3, a cura di Edda Melon e Ermanno Pea, Torino, Lindau, 2003.

66 Marguerite Duras : un’arte della povertà. Il racconto di una vita, Pisa, ETS, 2001.

67 Marguerite Duras : una donna contro il Pacifico. Percorsi di vita e di scrittura tra ricchezza e povertà, Torino, Trauben, 2000.

68 Io piuttosto che un’altra. Figure e parole dell’identità nella narrativa di Marguerite Duras, Roma, Bulzoni, 1999.

69 Voir note n. 54.

70 Formes en mutation. Le cinéma « impossible » de Duras, Roma, Aracne, 2005.

71 Il est utile de consulter à ce sujet « La poésie française du XXe siècle en Italie (1970-1995) », textes réunis par Rosa Galli Pellegrini, Œuvres et critiques, XXV, fs. II, 2001.

72 Letture di Max Jacob, a cura di Sergio Cigada, Milano, Vita e pensiero, 2001.

73 André Salmon, alle origini della modernità poetica, Venezia, Istituto veneto di scienze, Lettere ed Arti, 2001.

74 Surrealismo e umorismo nero, Bologna, il Mulino, 1998

75 Lo spazio epico nella poesia d’avanguardia (1914-1920), Napoli, Edizioni Scientifiche italiane, 2000.

76 Traiettorie della modernità, Torino, Lindau, 2003.

77 Bari, B.A. Graphis, 2007.

78 Bari, B.A. Graphis, 2008.

79 Surrealismo 1919-1969, Milano, Oscar Mondadori, 2006.

80 La Poésie partout. Apollinaire homme-époque (1898-1918), Seuil, 2001

81 Apollinaire devant les avant-gardes européennes, Roma, Bulzoni, 1997.

82 Torino, Einaudi, 2002.

83 Roma, Edizioni di Storia e letteratura, 2003.

84 Roma, Luca Sossella, 2001.

85 Milano, Prometheus, 2004.

86 Aesthetica Preprint, Palermo, 2001.

87 « Joë Bousquet poète de l’inoubliable », Francofonia, Firenze, 40, primavera 2001.

88 Entre autres : Joë Bousquet, Il quaderno nero, a cura di Adriano Marchetti, Milano, Mondolibri, 2001.

89 Pierre Jean Jouve et l’Italie, une rencontre passionnée, Roma, Edizioni di Storia e letteratura, 2007.

90 André Frénaud e l’Italia, Fasano, Schena, 1999.

91 René Char, Lontano dalle nostre ceneri, a cura di E. Bricco, Genova, San Marco de’Giustiniani, 2003 ; René Char, Alleati sostanziali. Grandi « astreignants » o la conversazione sovrana, a cura di Elisa Bricco, Genova, San Marco di Giustiniani, 2003.

92 Ponge : l’impossible art de vivre, Napoli, Liguori, 2003.

93 Yves Bonnefoy : il cuore-spazio e i testi giovanili, Alinea editrice, 1999.

94 Voir ci-dessus, note 1. Un calcul approximatif des monographies parues entre 1998 et 2006 (date la plus récente à laquelle font référence les manuels bibliographiques actuels) donnerait les résultats suivants : Yourcenar 16 ; Artaud, Duras 9 ; Sartre 7 ; Beckett, Proust, Valéry 6 ; Giono, Klossowski 3 ; Bonnefoy, Céline, Claudel, Green, Leiris, Queneau 2 ; Apollinaire, Bataille, Bergounioux, Bousquet, Camus, Carrère, Cendrars, Colette, Cocteau, Frénaud, Gadenne, Gracq, Ionesco, Jacob, Jouve, Perec, Ponge, Quignard, Robbe-Grillet, Salmon, Sarraute 1. Quant aux auteurs qui au cours de la même période ont été l’objet avec un maximum de trois autres écrivains d’un volume monographique, la situation est celle-ci : Sartre 4 ; Duras 3 ; Genet, Perec, Valéry 2 ; Artaud, Bataille, Beckett, Cayrol, Claudel, Cohen, Ionesco, Modiano, Proust 1.

95 Bibliographie. Études sur la prose française de l’extrême contemporain en Italie et en France (1984-2006), Bari, B.A. Graphis, 2007.

96 Fiction Bergounioux. De Catherine à Miette, Bari, B.A. Graphis, 2006.

97 Dans l’encre de la danse, Bari, B.A. Graphis, 2006.

98 Vers la dernière ligne, Bari, B.A. Graphis, 2006.

99 Le jeu des arts. L’écriture et les arts, éd. par Matteo Majorano, Bari, B.A. Graphis, 2005.

100 La caméra des mots. Dans le spectacle du roman, éd. par Matteo Majorano, Bari, B.A. Graphis, 2007

101 Chercher la limite. Écritures en tension, éd. par Matteo Majorano, Bari, B.A. Graphis, 2008

102 Stratégies narratives 2. Le roman contemporain, éd. par Rosa Galli Pellegrini, Fasano, Schena editore – Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 2003.

103 Voix du contemporain. Histoire, mémoire et réel dans le roman français d’aujourd’hui, éd. par Gianfranco Rubino, Roma, Bulzoni, 2006 ; Présences du passé dans le roman français contemporain, éd. par Gianfranco Rubino, Roma, Bulzoni, 2007.

104 Écrire l’histoire d’une vie, éd. par Annie Oliver, Santa Maria Capua Vetere, edizioni Spartaco, 2007.

105 Pascal Quignard. La mise en silence, Champ Vallon, 2000.

106 Christian Gailly, « l’écriture qui sauve », Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2007.

107 Un voyage au centre de l’écriture – L’écriture au centre du voyage. Les romans d’Alain Nadaud, 2005 Site Publifarum, S, 2.

108 Trois études sur le roman de l’extrême contemporain, Fasano, Schena editore – Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 2004.

109 « L’Adversaire » d’Emmanuel Carrère, Hatier, 2003.

110 Lire Didier Daeninckx, Armand Colin, 2009.

111 Scritture brevi e discontinue : poetiche del pensiero nella letteratura francese, Castel Maggiore, Book editore, 2003.

112 L’occhio scrive. Saggi sulla poesia francese, Venezia, Cafoscarina, 2003.

113 La Poésie française au début du 3e millénaire ou l’énigme fragile, Schena 2002. Voir aussi sur le même sujet les actes du colloque Où va la poésie française au début du troisième millénaire ?, éd. par Giovanni Dotoli, Schena, 2002.

114 Il romanzo francese del Novecento, Bari, Laterza, 2008.

115 Il s’agit de cas qui ne concernent le XXe siècle que de biais. Il faut signaler le recueil pluridisciplinaire La Poétique du fleuve, éd. par Francesca Melzi d’Eril, Milano, Cisalpino, 2004, et dans un domaine contigu les actes des Séminaires Balmas de Gargnano qui rassemblent les études des chercheurs de l’Université de Milan et d’autres participants concernant la présence des mythes dans la littérature française de tous les siècles. Plus proche de la littérature récente, l’essai d’un jeune chercheur de Pescara, Andrea Pesaresi, L’orma arcaica, Fasano, Schena, 2009, consacré au mythe de la sirène au XXe siècle.

116 Un certain nombre d’études thématiques, relatifs surtout à l’imaginaire spatial du XXe siècle, avaient paru au cours des années quatre-vingt et quatre-vingt-dix dans la collection « Proteo » dirigée par Gianfranco Rubino chez l’éditeur Bulzoni.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search