Desktop versionMobile Version

La littérature française du 20e siècle lue de l'étranger

 | 
Dominique Viart

La littérature française dans les universités anglophones

Une crise à surmonter ? La littérature française du 20e siècle en Australie : enseignement et recherches1

Colin Nettelbeck

Volltext

  • 1 Nous remercions Tamsin Moran de sa participation au travail de recherche qui nourrit cette étude, a (...)
  • 2 Robert Dessaix, Arabesques, Sydney : Picador (Pan Macmillan) 2008, p. 4 (Notre traduction).
  • 3 Il s’agit du Melbourne French Theatre, créé par Michael Bula, qui cherche à entretenir la passion d (...)

1Il fut un temps où la connaissance des littératures européennes faisait partie de l’ordinaire du public cultivé australien. Pendant le dix-neuvième siècle et la première moitié du vingtième, l’intérêt porté à la littérature française en particulier était reflété dans les collections des bibliothèques (privées et publiques) autant que dans l’enseignement et la recherche universitaires. Cette tradition persiste aujourd’hui, du moins dans une certaine mesure : l’élite intellectuelle continue à suivre la trajectoire de certains écrivains français (un Houellebecq par exemple), et de prendre note de tel ou tel événement ou phénomène (Némirovsky, Reza, Les Bienveillantes, L’Élégance du hérisson) ; on invite, de temps en temps, un écrivain français dans l’un ou l’autre des nombreux festivals littéraires (Jean Echenoz, Philippe Claudel). Un écrivain australien très aimé de ses compatriotes, Robert Dessaix, vient de publier une méditation sur Gide laquelle, entre autres choses, résume assez bien la profonde et durable affection que les Australiens portent à la littérature française. « Au moment où vous pensez saisir son essence, écrit-il (à propos de Gide), son double apparaît derrière vous, avec son sourire ironique, et vous ne le tenez plus. »2 Selon une perspective différente mais apparentée, la ville de Melbourne peut se louer d’avoir dans ses murs une troupe théâtrale, fondée en 1977, qui offre tous les ans une ou deux pièces en langue française – Beckett et Genet, mais aussi Jaoui et Bacri.3

 

  • 4 Pour le français, l’ancien modèle du « Département de langue et de littérature françaises » est dep (...)
  • 5 Le paradoxe est criant : du fait de sa population indigène et des grandes vagues d’immigration, l’A (...)
  • 6 Constatons néanmoins que, parmi ceux qui choississent d’étudier une langue et une culture étrangère (...)
  • 7 L’Australian Research Council gère les fonds de recherche alloués par le gouvernement fédéral et le (...)

2Il n’y a cependant aucun doute que, depuis une trentaine d’années, l’accueil réservé à la littérature française contemporaine s’est fait beaucoup moins systématique, pour des raisons diverses que nous explorerons au fur et à mesure de cette analyse. Nous verrons, pour ce qui concerne le secteur universitaire – notre préoccupation majeure – que la situation s’est tellement fragilisée qu’il est difficile d’être optimiste pour l’avenir. En ceci, l’Australie – où, comme ailleurs, l’enseignement des littératures étrangères se fait en parallèle avec l’apprentissage des langues respectives4 – reflète sans doute une tendance plus généralisée dans les pays de langue anglaise, mais intensifiée du fait de son isolement géographique et de sa faible population. Par ailleurs, sur la même période, la politique étrangère de l’Australie a également évolué. En s’orientant de plus en plus explicitement sur l’Asie, elle a créé une pression accrue pour l’apprentissage des langues de la région, et notamment le japonais, le mandarin, le coréen et l’indonésien. (Il faut toutefois reconnaître que les étudiants universitaires australiens ont du mal à résister au monolinguisme ambiant5 : moins de 10 % d’entre eux entreprennent ou continuent l’étude d’une langue étrangère pendant leurs études universitaires6.) Cette politique nationale influe sur les crédits alloués aux chercheurs européanistes, surtout dans les domaines littéraires : depuis 2000, seuls quatre projets en littérature européenne contemporaine ont été subventionnés par le Conseil national pour la recherche universitaire (trois en français, un en allemand).7

  • 8 Wallace Kirsop, Research on Western European Languages and Literatures in Australia since 1958, Syd (...)
  • 9 Parmi les personnalités qui ont illustré ce groupe, notons, entre autres, Lloyd James Austin, Gardn (...)
  • 10 Comme par exemple les explorations françaises de la côte australienne.

3Commençons par une comparaison. En 1975, Wallace Kirsop publiait un état présent de la recherche sur les langues et littératures de l’Europe occidentale en Australie.8 À ce moment-là, on comptait dans les universités australiennes à peu près 150 enseignants titulaires en langue et littérature françaises, dont un certain nombre de spécialistes du Moyen Âge, de la Renaissance, du siècle classique et du siècle des Lumières. On ne s’étonnera pas que l’activité la plus intensive se soit manifestée pour les époques plus récentes : on note la poursuite du travail sur Mallarmé et Valéry de « l’école de Melbourne », lancée par A.R. Chisholm pendant l’entre-deux-guerres9 ; on voit aussi la publication de nombreuses études sur le théâtre, la poésie et le roman du vingtième siècle, y compris sur les développements alors contemporains, comme le Théâtre de l’Absurde et le Nouveau Roman. En commentant la tendance à privilégier l’analyse détaillée de textes individuels plutôt que l’histoire littéraire, Kirsop relevait l’importance croissante, pour les chercheurs et les enseignants, des théories sémiotiques et structuralistes, et la diversification d’un cursus où l’étude de la littérature se conduisait désormais de concert avec d’autres matières – le cinéma, la francophonie, et toutes sortes d’éléments puisés dans l’histoire10, la politique ou la sociologie.

  • 11 Pascal Ory, L’aventure culturelle française : 1945-1989, Paris : Flammarion 1989, pp. 65-66.
  • 12 Voir notre article : Colin Nettelbeck, « The ‘ post-literary’novel : Echenoz, Pennac and company »,(...)
  • 13 Nous n’ignorons pas, bien entendu, le statut indépendant de l’Alliance Française ; mais dans la sit (...)

4Il est intéressant, du point de vue historique, qu’en soulignant cette nouvelle diversité dans le champ des études françaises, Kirsop n’y voyait pas de menace pour la connaissance de la littérature, ni d’indication de ce qu’on peut maintenant reconnaître comme un changement de paradigme culturel, un déplacement de centre de gravité, après quoi la littérature n’a plus eu la valeur axiomatique et quasi absolue dans la définition de l’identité culturelle française. Pour Pascal Ory, écrivant en 1989, cette mutation s’explique par « la respectabilisation des arts et genres mineurs »11 – le cinéma, mais aussi la bande dessinée et la chanson. On pourrait proposer d’autres explications, dont la fulgurante révolution technologique mondiale dans les communications, mais on ne peut guère douter, nous semble-t-il, que la France soit entrée dans une époque « post-littéraire ».12 Ce changement s’est mis à informer de façon très nette la projection « officielle » de la culture française en Australie – c’est-à-dire la politique suivie par les services culturels de l’Ambassade à Canberra et par les Alliances Françaises13. La littérature n’est certes pas complètement ignorée dans la pratique, mais la documentation sur les diverses propositions d’échange et de soutien émises par ces organismes met très clairement l’accent sur les aires scientifiques et techniques. Depuis une vingtaine d’années, la plus importante manifestation de la présence culturelle française en Australie est le festival annuel de cinéma, qui se déroule dans la plupart des grandes villes, attirant des dizaines de milliers de spectateurs. Au cours de cette même période, dans la plupart des Alliances Françaises, les bibliothèques ont été transformées en « centres de documentation », les vieux livres bradés ou jetés afin de créer des espaces plus dynamiques. Il faudrait une grande nostalgie de la poussière pour ne pas reconnaître les bénéfices de ces changements, d’autant plus qu’une bonne part de la littérature actuelle trouve sa place parmi les journaux, les BD et les DVD. C’est une situation qui reflète une volonté de diversité et de vitalité culturelles et qui attire de fait un public bien plus nombreux et varié.

5Mais pour en revenir au secteur universitaire, vue de la perspective de 2009, la situation décrite par Kirsop peut apparaître comme un âge d’or mirifique. Dans le cadre d’une vaste restructuration nationale pendant les années 1980, qui visait à l’accroissement dramatique du nombre des étudiants, nous avons assisté à la création de nouvelles universités et à la transformation en universités de nombreuses institutions technologiques et autres. Cette période a vu aussi une diminution progressive des ressources budgétaires fournies par le gouvernement fédéral, laquelle a eu des effets particulièrement néfastes pour les lettres, les sciences sociales et les langues – ces disciplines n’ayant que peu de possibilités de trouver d’autres sources de revenus. Si le français continue à être enseigné dans une petite majorité de la quarantaine d’universités australiennes, il s’agit le plus souvent de cours pour débutants, axés sur l’acquisition de compétences purement linguistiques. Simultanément, le nombre d’enseignants titulaires a chuté de presque deux tiers, l’enseignement étant assuré de plus en plus fréquemment par des contractuels ou des vacataires. Certains établissements peuvent se féliciter de maintenir un bon pourcentage de filières avancées (nourries par ceux qui ont déjà atteint un bon niveau de français au lycée), et c’est surtout dans celles-ci que les études littéraires peuvent, du moins théoriquement, s’approfondir. Il faut toutefois accepter que depuis la publication du rapport de Kirsop, il y a eu un basculement, dans la majorité des universités, de la raison d’être de l’enseignement du français. En 1975, le but de l’acquisition de compétences linguistiques était d’accéder à une compréhension plus profonde et plus directe de la culture – culture encore perçue surtout sous son aspect littéraire. Aujourd’hui, les textes culturels sont plutôt au service de l’acquisition des compétences linguistiques.

6Une des conséquences de ce déclin se manifeste dans la politique d’acquisition des bibliothèques universitaires : si celles-ci acquièrent automatiquement des publications en anglais, la commande de livres en langues étrangères dépend de la vigilance des universitaires eux-mêmes. Avec la diminution du nombre des professeurs titulaires, cette tâche est maintenant plus difficile à accomplir de façon systématique, ce qui fait que la sélection des textes littéraires et, encore plus, des études critiques, est de plus en plus aléatoire. Une enquête rapide montre que si les auteurs français dont les livres sont traduits en anglais sont relativement bien représentés dans les bibliothèques universitaires australiennes, leur œuvres dans le texte original le sont beaucoup moins. Annie Ernaux et Marie Darrieussecq sont bien suivies dans certaines universités, mais aucune bibliothèque australienne n’offre les œuvres complètes de Modiano ou d’Echenoz, et un Christian Gailly ou un Philippe Claudel sont très peu représentés. Par ailleurs, la plupart des bibliothèques mettent de plus en plus l’accent sur l’acquisition de ressources électroniques, souvent aux dépens de l’achat de livres ou de périodiques imprimés. Il y a bien sûr les prêts inter-bibliothèques, y compris les prêts internationaux, mais ceci ne compense pas forcément cela.

7Pour les chercheurs en littérature française, le paysage s’est donc considérablement appauvri. Aujourd’hui, il faut bien creuser pour trouver même de faibles traces des richesses d’il y a trente ans. Les spécialistes du Moyen Age, de la Renaissance, du 17e siècle, du classicisme, ou du siècle des Lumières sont inexistants ou rarissimes. Il n’y a que les 19e et 20e siècles qui gardent quelque épaisseur, et même là, il faut souligner que les études proprement littéraires sont désormais minoritaires par rapport à celles consacrées au cinéma ou à des thèmes socio-historiques qui cherchent à cerner les paramètres identitaires de la culture française contemporaine. De même, les approches sont des plus diverses, s’inspirant au gré des individus des théories poststructuralistes, postcoloniales, postmodernes, postmarxistes, féministes, « queer » etc. Soulignons que ces approches donnent naissance à des cours et à des travaux de recherche rigoureux et stimulants, correspondant d’ailleurs aux motivations de bon nombre d’étudiants. Cela dit, on est bien obligé de reconnaître que ces méthodologies peuvent compromettre la spécificité littéraire des textes étudiés, et que leur développement a contribué au rétrécissement de la place consacrée aux études littéraires proprement dites.

8Pour brosser ce tableau, nous avons analysé tous les programmes dans toutes les universités australiennes où le français s’enseigne (23). Plusieurs n’offrent aucun texte littéraire, ou tout au plus des extraits servant au perfectionnement des techniques de lecture. À cet égard, la décision de certaines universités de chercher une nouvelle dynamique en ancrant leurs études françaises dans les domaines autres que littéraires – les relations internationales, par exemple – est parfaitement compréhensible et louable. Toutefois, là où l’enseignement littéraire perdure, seuls deux ou trois programmes semblent refléter une volonté claire de transmettre les grandes lignes de la tradition littéraire dans son ensemble ; et même dans ces cas, la couverture de la littérature du vingtième siècle est assez faible. De façon générale, c’est surtout dans les universités plus anciennes que les cours de littérature survivent et même là ils sont caractérisés par un certain éclectisme qui semble être le produit du goût individuel des enseignants, plutôt que le résultat d’une stratégie réfléchie. En réalité, cette extrême diversité provient avant tout de l’érosion progressive des traditions que nous avons déjà évoquée.

  • 14 Nous ne saurions bien sûr affirmer la fiabilité absolue de cette liste, mais elle est très certaine (...)

9Sur les quarante auteurs du vingtième siècle représentés dans les programmes universitaires, sept seulement sont enseignés dans plus d’une institution : Gide, Camus, Mauriac, Queneau, Ernaux, Houellebecq et Nothomb (peut-on la considérer « annexée » comme Yourcenar et Simenon ?) figurent chacun dans deux programmes… La liste complète14, jointe en annexe, des auteurs et des textes enseignés à travers tout le pays, paraît assez aléatoire et chaotique : une sorte d’amalgame des vestiges d’un canon presque complètement oublié et d’un désir de prendre en compte des phénomènes d’extrême actualité. Sans doute le choix des textes dépend-il en partie du niveau des compétences en français des étudiants. Néanmoins, les lacunes peuvent surprendre : nulle mention d’Alain-Fournier, de Breton, de Reverdy, d’Aragon, de Bernanos, de Claudel (ni Paul, ni Philippe !) de Montherlant, de Giraudoux, de Saint-Exupéry, de Genet, de Ionesco, de Beckett, de Butor, de Robbe-Grillet, de Marguerite Yourcenar, de Claude Simon, de Jean Echenoz, de Pascal Quignard.

10La conséquence la plus grave de cette situation, c’est que les étudiants n’acquièrent pas une maîtrise suffisante de l’ensemble de la tradition et de la production littéraires, condition préalable de toute spécialisation, et qu’ainsi la reproduction professionnelle n’est plus assurée. Aussi les étudiants australiens de langues vivantes sont-ils de plus en plus désavantagés pour entreprendre des études de troisième cycle et ainsi pour obtenir les rares postes d’enseignement qui deviennent vacants. L’indépendance institutionnelle des universités en Australie est protégée avec la plus féroce des jalousies, mais il faut reconnaître que le secteur a peu de moyens pour redresser le statut de l’enseignement des langues. Cette situation est d’autant plus regrettable qu’elle ne correspond pas forcément à un processus intentionnel, mais plutôt à une série de circonstances qui sont d’ailleurs mal comprises, souvent même des intéressés.

11Qu’en est-il des études de doctorat ? Sur la soixantaine de candidatures qu’on peut repérer actuellement à travers le pays, 25 sont dans le domaine de la littérature, le reste couvrant une vaste gamme de champs d’intérêt : cinéma, problèmes de décolonisation, didactique, linguistique, sciences sociales, histoire, comparaisons interculturelles. Parmi celles qui concernent la littérature, une demi-douzaine sont ancrées dans la francophonie, domaine favorisé par la relative proximité géographique de l’ouest de l’Australie avec la Réunion et Maurice, et de l’est avec le Pacifique, surtout la Nouvelle Calédonie. Les autres sont partagées également entre le 20e siècle et l’ensemble des siècles précédents. Mais parler d’une organisation par siècles serait trompeur, car les sujets sont souvent de nature comparée ou interdisciplinaire, comme par exemple celui qui aborde l’œuvre de Yolande d’Aragon selon l’optique des jeux de pouvoir et d’autorité de l’époque ; ou celui qui cherche à éclairer l’apport littéraire de Camille Mauclair au monde musical parisien à la fin du dix-neuvième siècle ; ou, encore, celui qui vise à évaluer la présence de l’esprit de Dionysos dans les œuvres de Rimbaud, de William Burroughs et de Francis Bacon.

  • 15 Parmi les travaux récemment terminés, on peut toutefois noter deux qui traitent de poètes : Eugène (...)

12Les études de la littérature hexagonale du 20e siècle entreprises par les doctorants sont pour la plupart thématiques et ont pour objet presque exclusivement des romanciers15 : Romain Rolland, Némirovsky, Camus, Robbe-Grillet, Yourcenar, Pennac. Nous avons relevé un seul exemple d’histoire littéraire proprement dite : une analyse de la réception de La Semaine Sainte d’Aragon. Il est à noter que si la plupart des thèses sont rédigées dans la langue officielle du pays, l’anglais, certaines universités permettent l’emploi de la langue cible, dans notre cas le français, estimant que cette dimension linguistique fait partie intégrante de la formation des futurs universitaires. La gamme d’auteurs est d’une certaine façon rassurante, car elle indique que les universités australiennes maintiennent, du moins collectivement et pour le moment, une expertise suffisante pour diriger des travaux relativement divers. Par ailleurs, le petit nombre de candidats peut, encore une fois, inquiéter pour l’avenir.

13Jusqu’ici, nous avons mis l’accent sur les fragilités de la situation actuelle. Il est temps maintenant d’attirer l’attention sur les points plus forts, et tout d’abord sur les chercheurs eux-mêmes. Bien qu’ils soient peu nombreux, les chercheurs en littérature française contemporaine font preuve d’un grand dynamisme, d’un esprit collégial et ouvert sur le monde, de beaucoup d’initiative, et d’une productivité impressionnante. Certains d’entre eux, y compris des jeunes, ont droit de cité dans les milieux internationaux des chercheurs spécialisés : entre autres, les études concernant Beckett, Céline, Cocteau, Le Clézio, Modiano, et Vian. La création, il y a une quinzaine d’années, de l’Australian Society for French Studies, qui organise un colloque annuel, offre un mécanisme de rencontre et d’échange pour les francisants d’Australie et, par ailleurs, enrichit les possibilités de collaboration pour les individus et les petits groupes qui risqueraient autrement d’être dispersés et isolés (rappelons que la superficie de l’Australie est quatorze fois celle de la France). Parmi cette communauté – dont le tiers est constitué de Français et de Francophones – il y a une grande diversité d’intérêts.

14Nous avons déjà évoqué l’importance, dans le contexte australien, des cultures francophones et de la problématique postcoloniale. Quant aux recherches sur la littérature proprement hexagonale, elles portent sur la poésie (Apollinaire, Desnos, Char, Ponge, Queneau, Brauquier), le théâtre (Beckett, Ionesco), les textes autobiographiques (de Gide à Hervé Guibert, en passant par Nathalie Sarraute et Marguerite Duras) et, surtout, le roman. Dans ce dernier domaine, les chercheurs travaillent sur les grands auteurs de la première moitié du 20e siècle (Proust, Malraux, Céline, Giono, Camus, Sartre, Vian, Yourcenar), mais aussi sur des auteurs plus récents (Tournier, Le Clézio, Modiano, Echenoz, Ernaux, Darrieussecq, Houellebecq, Quignard) et sur le roman noir (Malet, Manchette, Benoziglio, Gailly, Djian, Vargas). Ils s’intéressent également aux mouvements historiques comme le surréalisme, l’existentialisme et Oulipo.

15Tout chercheur universitaire australien doit s’habituer à de très longs voyages. En effet, pour présenter ses travaux dans les colloques internationaux, on ne peut guère éviter des trajets de dix, quinze, ou vingt-quatre heures d’avion. Cela coûte cher, et les subventions universitaires sont souvent partielles ou inexistantes. Ce genre de participation est pourtant indispensable, et nos chercheurs en littérature française contemporaine se montrent prêts à faire des sacrifices financiers personnels considérables pour établir et maintenir ce contact nécessaire avec leurs collègues d’outre-mer – quitte, souvent, à combiner le voyage avec un programme de recherches. La plupart d’entre eux partent ainsi, au moins une fois par an, en Amérique du Nord, en Angleterre, en France et dans d’autres pays d’Europe, mais aussi en Asie, contribuant de cette façon à maintenir l’intérêt pour la littérature française au-delà de leur cadre local.

  • 16 Le bilan des dix dernières années, comprend plus d’une centaine de chapitres de livres et d’article (...)

16Cette poussée internationaliste caractérise aussi la publication des travaux des chercheurs australiens. Pour les livres et les monographies, cela s’explique en partie par le manque de débouchés dans l’édition australienne pour les travaux universitaires, surtout en langue étrangère. Mais il s’agit aussi, de la part des chercheurs, d’un désir de faire partie d’une communauté plus large. Aussi les chercheurs destineront-ils leurs articles à différentes revues dans différents pays : en Australie, certes, comme nous le verrons plus bas, mais aussi aux États-Unis et en Europe, surtout en Angleterre. Il n’est pas surprenant, étant donné les lourdes charges d’enseignement qui pèsent sur les universitaires australiens dans les départements de langues vivantes, que la publication de livres est plus rare que celle d’articles. La production n’est cependant pas négligeable.16 Il peut paraître paradoxal qu’en publiant en anglais et hors de France, le chercheur australien en littérature française contemporaine ne dialogue pas vraiment avec ses collègues de l’hexagone ; mais son but est moins d’expliquer leur littérature aux Français eux-mêmes que de partager une lecture de cette littérature avec ceux d’autres cultures. De façon générale, les Australiens entretiennent d’excellentes relations personnelles et professionnelles avec leurs collègues français : la plupart des universités australiennes ont passé des accords d’échanges et de collaboration avec leurs homologues en France ; le nombre de co-tutelles de thèses va croissant, de même que les visites de chercheurs dans un sens et dans l’autre.

  • 17 http://www.european.uwa.edu.au/about/research/essays. Pour l’Australian Journal of French Studies : (...)

17Il y a en Australie deux revues de qualité consacrées exclusivement aux études de la culture française, et toutes deux offrent une place importante à la littérature du vingtième siècle. Les deux ont été fondées en 1964, l’une (Australian Journal of French Studies) à l’Université Monash (Monash University), à Melbourne, et l’autre, Essays in French Literature, à Perth, à l’Université de l’Australie Occidentale (University of Western Australia). La première paraît trois fois par an, la seconde, plus volumineuse, une fois : il est évidemment symptomatique de la mutation dont nous avons parlé que cette dernière, depuis 2008, a changé de nom, pour devenir Essays in French Literature and Culture – « pour refléter l’évolution de la recherche dans les études françaises et francophones » comme l’explique le site sur la toile17. En effet, l’appel aux contributions rend tout à fait explicite le désir d’accueillir, aussi bien que des travaux sur la littérature, des études sur la francophonie et sur l’histoire intellectuelle et culturelle, la perspective comparée étant encouragée.

18Les deux revues maintiennent une politique d’ouverture très large quant à leur contenu aussi bien qu’au choix des auteurs. Dans les deux cas, les conseils de rédaction sont composés d’experts locaux et internationaux, avec des correspondants en Amérique du Nord aussi bien qu’en Europe. Sur les dix dernières années le pourcentage des articles provenant de l’étranger se situe entre 60 % et 70 % tant pour l’Australian Journal of French Studies que pour Essays in French Literature and Culture. Il s’agit de travaux d’origines géographiques très variées. Dans le cas de AJFS, par exemple, on compte des auteurs venant de pas moins de quatorze pays différents et appartenant à plus de vingt universités américaines et à un nombre semblable d’établissements britanniques et français.

  • 18 Depuis 2002, deux numéros sur trois sont « thématiques ».

19Jusqu’en 2008, Essays in French Literature appliquait généralement une sélection éclectique, regroupant des articles d’une très grande diversité. Ainsi, par exemple, le numéro de 2006 contient, parmi d’autres, des articles sur Diderot, l’abbé Prévost, Maryse Condé, les écrits beurs, Céline, Camus, Gisèle Pineau et Amélie Nothomb. Désormais, chaque numéro comportera une section thématique et une section générale. À cet égard, la politique d’AJFS semble avoir été plus équilibrée, la moitié des numéros étant depuis longtemps consacrés à un thème ou à un auteur unique.18 Comme échantillon de ces numéros thématiques, on peut citer « Études sur le genre romanesque en France au 18e siècle » (1, 2001), « Zola : perspectives modernes » (3, 2001), « Le centenaire de Raymond Queneau » (1-2, 2003), « Le voyage de Baudin 1800-1804 » (2, 2004), « La sexualité dans les écrits français contemporains » (1, 2005), « L’Utopie en mouvement : retour sur Fournier et le 19e siècle » (3, 2006), « Voix d’Afrique du Nord » (2, 2008).

20La proportion des articles consacrés à la littérature française du 20e siècle est la même dans les deux revues : aux alentours de 30 % sur les dix dernières années. C’est une moyenne, qui ne correspond à aucun choix délibéré, sauf dans le cas de certains numéros thématiques d’AJFS, comme ceux que nous avons déjà mentionnés (Queneau, la sexualité), ou celui (1, 2006) qui traite du roman et du film noirs. On notera que la liste des auteurs traités indique une assez large couverture de ce champ de recherches, surtout en ce qui concerne la production romanesque et, dans une mesure bien moindre, la poésie. La lacune la plus évidente, c’est le théâtre : s’il reste en Australie quelques chercheurs pour s’intéresser à Beckett ou à telle pièce de Camus ou de Sartre, la tradition théâtrale de la France du 20e siècle est la grande absente des travaux publiés dans nos deux revues.

  • 19 Par la voie de EBSCO Publishing.

21Un des avantages de l’ouverture de ces revues aux contributions étrangères, outre la saine diversification des perspectives et des approches, c’est qu’elle permet aux chercheurs australiens d’élargir leur connaissance du champ. C’est en effet grâce à des chercheurs étrangers que certains de nos universitaires ont pu découvrir ou mieux connaître l’œuvre d’écrivains comme Pierre Bergounioux, Catherine Cusset, Régine Detambel et Lorette Nobécourt. On pourrait objecter que de tels bénéfices sont plutôt théoriques, étant donné le petit nombre d’abonnés des deux revues parmi les Australiens, mais nul ne contesterait la vitalité de ces organes, ni leur importance dans le maintien d’une culture de recherches littéraires dans ce pays. Quant à leur impact au-delà de l’Australie, le grand nombre d’offres de contributions venant de divers pays à travers le monde démontre qu’il est considérable. Un projet de digitalisation d’Essays in French Literature and Culture – qui est en train de se réaliser et qui comprendra les numéros antérieurs – est prometteur pour sa capacité de diffusion future. De même, depuis 2005, Australian Journal of French Studies est disponible en forme électronique.19

22Quelles conclusions peut-on tirer de cette analyse ? Il est clair que l’Australie, collectivement, peut se vanter d’être présente dans le domaine des études sur la culture française contemporaine, et en particulier dans celui de la littérature du 20e siècle. La production de beaucoup de chercheurs est à la fois prolifique et originale et elle a une portée internationale significative. Ils sont nombreux à recevoir des invitations à participer dans des colloques à travers le monde, ou à faire des stages d’enseignement dans des universités étrangères. La qualité et la réputation des deux principales revues sont des plus solides. Toutefois, pour le français, comme pour les autres langues vivantes –– disposant toutes de ressources manifestement insuffisantes – les chercheurs ne peuvent se consacrer à leurs travaux qu’au prix d’une lutte incessante contre le fardeau d’un enseignement axé de plus en plus, par la force des choses, sur la transmission de compétences linguistiques de base.

23La communauté des chercheurs en littérature française contemporaine en Australie est engagée sur la pente d’un rétrécissement progressif dont on ne peut que s’alarmer : certes, cette communauté ne va pas disparaître dans les vingt années à venir, mais on doit se demander si elle pourra maintenir sa relative robustesse actuelle et, surtout, si elle pourra continuer à faire entendre sa voix sur la scène internationale.

24Le danger le plus grave et le plus immédiat, nous semble-t-il, n’est pas dans le domaine de la recherche, mais dans la dissociation croissante qui s’établit entre recherche et enseignement. Les universités australiennes ont pratiquement cessé de former de futurs chercheurs en littérature française contemporaine. Certes la part de responsabilité du gouvernement, des autorités universitaires et des universitaires eux-mêmes dans ce déclin est discutable, mais les conséquences sont, hélas, parfaitement prévisibles. Sans une action urgente et bien planifiée, dans deux ou trois générations l’érosion qu’on constate depuis la parution du rapport de Kirsop de 1975 aura complété son œuvre. Si malgré tout l’enseignement et la recherche en littérature française contemporaine finissent par survivre, ce sera dans un nombre dramatiquement réduit d’établissements, sous l’égide de professeurs venus surtout de l’extérieur.

25Ce serait une triste fin pour une belle histoire.

Anhänge

Aperçu de l’accueil de la littérature française du vingtième siècle en Australie depuis 2000

1. Textes ou auteurs figurant nommément dans les programmes d’enseignement dans les universités australiennes

Emile Ajar, La Vie devant soi ; Jean Anouilh Antigone ; Guillaume Apollinaire ; Simone de Beauvoir ; Frédéric Beigbeger ; Albert Camus, L’Étranger, La Femme adultère, Caligula, Les Justes, Lettres à un ami allemand ; Louis Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit ; Blaise Cendrars Moravagine ; René Char ; Colette ; Marie Darrieussecq, Truismes ; Marguerite Duras ; Paul Éluard ; Annie Ernaux, La Place, Une femme ; Pierrette Fleutiaux, Histoire du tableau ; André Gide, L’Immoraliste ; Hervé Guibert, L’Homme au chapeau rouge ; Michel Houellebecq ; Jeune Minuit ; Jean-Marie Le Clézio ; André Malraux ; François Mauriac ; Félicien Marceau, L’Œuf ; Henri Michaux, Face aux verrous ; Patrick Modiano, Dora Bruder ; Amélie Nothomb, Le Sabotage amoureux ; Stupeur et tremblements ; Oulipo ; Marcel Pagnol, La Gloire de mon père ; Daniel Pennac, Messieurs les enfants ; Jacques Prévert ; Marcel Proust, Un amour de Swann ; Raymond Queneau, Zazie dans le métro ; Yasmina Reza, Art ; Jules Romains, Knock ou le triomphe de la médecine ; Françoise Sagan, Bonjour Tristesse ; Saint-John Perse ; Lydie Salvayre, Puissance des mouches ; Nathalie Sarraute, Enfance ; Jean-Paul Sartre ; Eric-Emmanuel Schmitt, Petits drames conjugaux ; Jean Tardieu, La Comédie du drame ; Michel Tournier, Gaspard, Melchior et Balthazar.

2. Auteurs figurant dans les programmes de recherche et les publications des chercheurs australiens

Guillaume Apollinaire (2 fois) ; Simone de Beauvoir ; Samuel Beckett (4 fois) ; Azouz Bégag ; Jean-Luc Benoziglio ; Yves Bonnefoy ; Nina Bouraoui ; Louis Brauquier ; Albert Camus (6 fois) ; Frédéric Cathala ; Louis Ferdinand Céline (8 fois) ; René Char ; Georges-Emmanuel Clancier ; Claude Michel Cluny ; Jean Cocteau (3 fois) ; Colette (4 fois) ; Albert Cossery ; Marie Darrieussecq ; Robert Desnos ; Philippe Djian ; Serge Doubrovsky ; Marguerite Duras (6 fois) ; Jean Echenoz ; Annie Ernaux (2 fois) ; Claire Etcherelli ; Henri Fauconnier ; Jean Genet (2 fois) ; André Gide ; Jean Giono ; Hervé Guibert ; Michel Houellebecq ; Marie-Thérèse Humbert ; Marie Krysinka ; Linda Lê (5 fois) ; Jean-Marie Le Clézio (6 fois) ; Michel Leiris (2 fois) ; Andreï Makine ; Léo Malet ; Jean-Patrick Manchette ; André Malraux (2 fois) ; Annie Mignard ; Patrick Modiano ; Paul Morand ; Amélie Nothomb (2 fois) ; Daniel Pennac ; Georges Perec ; Francis Ponge ; Catherine Pozzi ; Marcel Proust (2 fois) ; Raymond Queneau (7 fois) ; Nathalie Sarraute ; Jean-Paul Sartre (5 fois) ; André Suarès ; Michel Tournier ; Valérie Valère ; Paul Valéry ; Fred Vargas ; Boris Vian (6 fois) ; Marguerite Yourcenar.

3. Auteurs traités dans les articles d’Essays in French Literature (and Culture) et de l’Australian Journal of French Studies depuis 2000

David B (eauchard) ; Samuel Beckett ; Pierre Bergounioux ; Louis Brauquier ; Albert Camus (2 fois) ; Louis Ferdinand Céline (4 fois) ; René Char (2 fois) ; Colette ; Catherine Cusset ; Didier Daeninckx ; Marie Darrieussecq ; Charlotte Delbo ; Robert Desnos ; Lucette Desvignes ; Régine Detambel ; Roland Dorgeles ; Serge Doubrovsky (2 fois) ; Marguerite Duras (2 fois) ; Annie Ernaux ; Hervé Guibert ; Julien Gracq ; Michel Houllebecq ; Nancy Huston ; Jean Claude Izzo ; Sarah Kofman ; Jean-Marie Le Clézio (2 fois) ; Pierre MacOrlan ; Andreï Makine ; Jean-Patrick Manchette ; François Mauriac ; Henri Michaux (2 fois) ; Catherine Millet ; Patrick Modiano ; Paul Morand ; Lorette Nobécourt ; Amélie Nothomb ; Georges Perec ; Marcel Proust ; Raymond Queneau ; Jean-Paul Sartre ; Georges Simenon ; Paul Valéry (2 fois) ; Boris Vian (2 fois) ; Marguerite Yourcenar.

Anmerkungen

1 Nous remercions Tamsin Moran de sa participation au travail de recherche qui nourrit cette étude, aussi bien que nos collègues Ivan Barko, Hélène Jaccomard, Brian Nelson et Greg Hainge, qui ont offert de précieux commentaires.

2 Robert Dessaix, Arabesques, Sydney : Picador (Pan Macmillan) 2008, p. 4 (Notre traduction).

3 Il s’agit du Melbourne French Theatre, créé par Michael Bula, qui cherche à entretenir la passion du public australien pour la création théâtrale française.

4 Pour le français, l’ancien modèle du « Département de langue et de littérature françaises » est depuis une vingtaine d’années remplacé par celui du « Programme d’études françaises ». Voir ci-dessous. À noter que les cours de culture, y compris de littérature, se font le plus souvent en français. Plus rarement, la littérature étrangère est enseignée en traduction, dans des programmes de littérature comparée ou… anglaise.

5 Le paradoxe est criant : du fait de sa population indigène et des grandes vagues d’immigration, l’Australie est très riche en langues (on estime qu’il y en a jusqu’à quatre cents), mais cette richesse ne se voit absolument pas dans les systèmes d’enseignement. À travers le pays, 12 % des élèves de lycée atteignent l’équivalence du baccalauréat dans une langue autre que l’anglais.

6 Constatons néanmoins que, parmi ceux qui choississent d’étudier une langue et une culture étrangère, malgré la politique favorisant les langues asiatiques, la demande pour le français reste très élevée, aussi bien au niveau universitaire que dans le secondaire.

7 L’Australian Research Council gère les fonds de recherche alloués par le gouvernement fédéral et les distribue au moyen d’un système de demandes compétitives.

8 Wallace Kirsop, Research on Western European Languages and Literatures in Australia since 1958, Sydney : Sydney University Press for the Australian Academy of the Humanities, 1975.

9 Parmi les personnalités qui ont illustré ce groupe, notons, entre autres, Lloyd James Austin, Gardner Davies, James R. Lawler et Jill Anderson. Les travaux de Judith Robinson-Valéry sont un autre exemple de la contribution australienne à cette tradition poétique.

10 Comme par exemple les explorations françaises de la côte australienne.

11 Pascal Ory, L’aventure culturelle française : 1945-1989, Paris : Flammarion 1989, pp. 65-66.

12 Voir notre article : Colin Nettelbeck, « The ‘ post-literary’novel : Echenoz, Pennac and company », French Cultural Studies, V, 14 (1994), pp. 113-138.

13 Nous n’ignorons pas, bien entendu, le statut indépendant de l’Alliance Française ; mais dans la situation australienne, les Alliances servent tout à fait explicitement d’antenne pour bon nombre des activités culturelles promues par l’Ambassade.

14 Nous ne saurions bien sûr affirmer la fiabilité absolue de cette liste, mais elle est très certainement indicative.

15 Parmi les travaux récemment terminés, on peut toutefois noter deux qui traitent de poètes : Eugène Guillevic et Francis Ponge.

16 Le bilan des dix dernières années, comprend plus d’une centaine de chapitres de livres et d’articles sur la littérature française du vingtième siècle. Parmi les livres parus, on notera : Alistair Rolls, The Flight of the Angels : Intertextuality in Four Novels by Boris Vian, Amsterdam & Atlanta : Rodopi, 1999 ; Agnès Hafez-Ergaut, Le Vertige du vide : Huysmans, Céline, Sartre, Lewiston : Edwin Mellen Press, 2000) ; Greg Hainge, Capitalism and Schizophrenia in the Later Novels of Louis-Ferdinand Céline ; D’un… l’autre (New York : Peter Lang, 2001) ; Jacqueline Dutton, Le Chercheur d’or et d’ailleurs : L’Utopie de J.M.G. Le Clézio, Paris : L’Harmattan, 2003 ; Hélène Jaccomard, Lire le sida : témoignages au féminin, Bern : Peter Lang, 2004) ; Jennifer Hatte, La Langue secrète de Jean Cocteau : la mythologie personelle du poète et l’histoire cachée des Enfants terribles, Oxford/Bern : Peter Lang, Modern French Identities series, 2007. Il faut aussi noter la traduction par James Grieve d’A l’ombre des jeunes filles en fleur, pour la nouvelle traduction d’A la recherche du temps perdu de Proust, dirigée par Christopher Prendergast ( : James Grieve tr.), In the Shadow of Young Girls in Flower, London : Penguin Books, 2003. Le livre de Colin Nettelbeck, Dancing with de Beauvoir : Jazz and the French (Melbourne : Melbourne University Publishing 2004) contient un important chapitre sur l’impact du jazz sur la littérature.

17 http://www.european.uwa.edu.au/about/research/essays. Pour l’Australian Journal of French Studies : http://www.arts.monash.edu.au/french/ajfs//

18 Depuis 2002, deux numéros sur trois sont « thématiques ».

19 Par la voie de EBSCO Publishing.

Autor

Université de Melbourne, Australie

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search