Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La littérature française du 20e siècle lue de l'étranger

 | 
Dominique Viart

La littérature française dans les universités anglophones

Des auteurs consacrés aux nouvelles voix de l’extrême contemporain : hétérogénéité et diversité dans les recherches au Canada anglais

Barbara Havercroft

Texte intégral

1De tous les pays anglophones où se font les études universitaires sur la littérature française –contemporaine ou non–, le Canada occupe une place à part. Du fait que le Canada possède deux langues officielles, celles de ses deux peuples fondateurs, les Français et les Anglais, l’accent mis sur le français, enseigné aux enfants dans toutes les écoles du pays depuis un jeune âge, est nettement plus important que celui mis sur des langues étrangères. Si la plupart de la population francophone au Canada réside au Québec – ce qui lui donne évidemment une spécificité linguistique et culturelle particulière –, il n’en reste pas moins qu’on trouve des francophones dans les neuf autres provinces, parfois dans des endroits où ils sont plus nombreux (dans certaines parties du Nord de l’Ontario, par exemple) et ce, malgré le fait qu’ils soient entourés d’anglophones. Le fait francophone et le statut particulier de la langue française au Canada, nous le verrons, ont une incidence cruciale sur les universités en tant qu’institutions et sur les études et les recherches dans le domaine de la littérature française qui s’y effectuent.

2Pour ce qui est du plan institutionnel, toutes les grandes universités canadiennes, celles ayant des études de deuxième et de troisième cycles, possèdent des départements d’études françaises, qui regroupent les études de toutes les littératures de langue française, c’est-à-dire celles de la France, du Québec, du Canada français hors Québec (la littérature franco-ontarienne, par exemple), de l’Afrique, des Caraïbes et aussi de la Belgique et de la Suisse (deux littératures moins étudiées et enseignées que les autres). En ce qui concerne les universités plus petites, celles ayant seulement des études de premier cycle, là aussi, les littératures de langue française sont étudiées, mais elle sont parfois confondues dans des départements de langues romanes ou de langues modernes. Quoi qu’il en soit, la littérature française, surtout celle du 20e siècle, reste très présente dans les universités au Canada anglais, et ce, malgré les coupures budgétaires considérables qui touchent les universités canadiennes de façon importante depuis quelques années, en particulier, dans les départements de sciences humaines.

  • 1 Je tiens à remercier sincèrement Jeri English, qui a recueilli la plupart des données sur lesquelle (...)

3Cette étude a pour but de faire le bilan des recherches universitaires sur la littérature française des 20e et 21e siècles au Canada, à l’exception du Québec, lors de la décennie 1998-2008. Pour ce faire, je me pencherai, entre autres, sur les publications savantes parues lors de cette période, sur les auteurs étudiés, sur les thèses de doctorat déposées et en cours, ainsi que sur le rôle des associations savantes, des groupes de recherche et des colloques dans la diffusion du savoir relatif à la littérature française contemporaine1.

Publications savantes : les livres

  • 2 Il existe d’autres maisons d’édition en Ontario (Prise de parole ; Éditions du Vermillon) et aussi (...)
  • 3 Voir Dawn Cornelio, Le Monologue de l’encrier/The Inkwell’s Monologue, Halifax, Éditions VVV Editio (...)

4Un survol de tous les livres publiés sur la littérature française du 20e siècle par des professeurs des universités canadiennes lors de la dernière décennie révèle qu’ils sont au nombre de cinquante (voir, en annexe, le tableau numéro un). De ces cinquante livres, il y a trente-sept monographies écrites par un seul auteur, sept collectifs contenant des articles de plusieurs auteurs et six éditions critiques. Encore faut-il remarquer que sur ces cinquante livres, trente-six ont été rédigés en français, une dizaine en anglais et quatre dans les deux langues, comme l’indique le tableau numéro quatre. Or ces chiffres sont hautement significatifs. À la différence de la plupart de leurs collègues aux États-Unis, les chercheurs du Canada anglais, quelle que soit leur langue maternelle, publient leurs recherches majoritairement en français, ce que ce soit sous forme de livres ou d’articles savants, ce qui témoigne de l’importance de la politique des deux langues officielles du Canada. Ce choix délibéré de publier en français s’avère déterminant lorsqu’il s’agit de trouver une maison d’édition, car toutes les grandes presses universitaires au Canada anglais, notamment les prestigieuses Presses de l’Université de Toronto ou les Presses universitaires McGill-Queen’s ne publient que des manuscrits rédigés en anglais. Pour cette raison, la plupart des livres (monographies et collectifs) sont publiés à l’extérieur du Canada anglais où il n’existe que très peu de maisons d’édition, comme les Éditions Legas et les Éditions David à Ottawa ou les Éditions bilingues VVV à Halifax, où on peut publier un texte en français sur la littérature française2. Comme le tableau numéro trois le montre, les chercheurs œuvrant dans le domaine de la littérature française contemporaine tentent de publier leurs livres et collectifs surtout au Québec (chez Nota bene éditeur, XYZ éditeur et aux Presses de l’Université Laval, entre autres), aux États-Unis (chez Rodopi ou chez Peter Lang en particulier), en France (surtout chez l’Harmattan, mais aussi chez Fayard, Champion, Lettres Modernes Minard et chez quelques petits éditeurs) ou ailleurs en Europe (comme aux Publications de l’Université de Glasgow). Les lieux de publications préférés sont les Éditions Rodopi (situées à New York et à Amsterdam ; sept livres), suivies des Éditions Peter Lang (à New York et à Berne ; six livres), car ces deux maisons publient en français et en anglais. La préférence notable pour la publication en français se manifeste clairement dans le tableau numéro quatre, où on note que sur cinquante livres parus sur la littérature française du 20e siècle lors de la décennie 1998-2008, trente-six ont été rédigés en français, tandis que dix ont été écrits en anglais et quatre sont des livres bilingues, tel le livre de Dawn Cornelio qui consiste en une édition bilingue de la poésie de Jean-Michel Maulpoix, ou le collectif dirigé par Michael Bishop et Christopher Elson, intitulé French Prose in 2000, qui contient des articles dans les deux langues3.

5Si la plupart des livres publiés (trente-et-un) portent sur un seul écrivain, quinze monographies sont des études de plusieurs auteurs, tandis que quatre textes traitent d’un sujet théorique (les formes contemporaines de l’auto/biographie, par exemple), ou d’un mouvement littéraire, tel l’Oulipo. Comme le tableau numéro deux en témoigne, un grand nombre d’écrivains différents ont fait l’objet de ces livres, allant d’auteurs consacrés comme Camus, Beckett, Cocteau et Gide jusqu’aux poètes moins connus en Amérique du Nord, tels Eugène Guillevic et Jacques Jouet. Si les écrivains récents sont moins présents sur cette liste de livres, ils se manifestent nettement plus dans les articles et les chapitres de livres publiés lors de la dernière décennie. Autre fait significatif, qui se voit dans le tableau numéro cinq, c’est le grand nombre d’ouvrages traitant des œuvres d’hommes par rapport à ceux sur des œuvres de femmes. Cette tendance est en train de changer radicalement, ce que l’étude des articles, des chapitres de livres et des thèses nous confirme. Sans doute ce changement est-il dû au nombre plus élevé de textes littéraires publiés par des femmes lors des trente dernières années, à l’influence et à l’essor des théories féministes et des théories du genre sexuel (du gender) et aussi à l’intérêt de plus en plus marqué chez la critique pour de tels textes.

Approches théoriques

  • 4 Voir Jacqueline Viswanathan-Delord, Spectacles de l’esprit : du roman dramatique au romanthéâtre, Q (...)
  • 5 Voir Christian Milat, Robbe-Grillet, romancier alchimiste, Paris/Ottawa, L’Harmattan/Les Éditions D (...)
  • 6 Voir Johanne Bénard, L’inter-dit célinien : lecture autobiographique de l’œuvre de Louis-Ferdinand (...)

6Les approches théoriques employées dans les cinquante livres recensés varient beaucoup selon le chercheur et la problématique en question, mais on y trouve de tout. En effet, le Canada anglais constitute un véritable carrefour d’influences théoriques multiples, car les chercheurs puisent dans les théories et les approches provenant de la France et ailleurs en Europe, du Québec et des États-Unis. Certains critiques emploient des théories d’ordre textuel qui visent plutôt l’analyse de la forme : tel est le cas, par exemple, du livre de Viswanathan-Delord, qui étudie les rapports entre le genre dramatique et le genre romanesque en se servant entre autres de la Poétique d’Aristote et de La logique des genres de Käte Hamburger ; du collectif de Villani, Perron et Michelucci, où l’œuvre de Guillevic fait l’objet d’études sémiotique, linguistique, génétique et sociocritique ; du livre de Décarie sur les figures chez Céline ; de l’étude de Lapprand sur l’Oulipo et de celle de Michelucci sur la métaphore chez Valéry ; ou bien, du texte de Charest, qui examine les figures de style et le concept de figure dans l’œuvre de plusieurs poètes4. D’autres critiques font appel principalement à des théories plutôt philosophiques, ce que l’on constate chez Milat, qui a recours aux écrits de la philosophie alchimique (Eliade, Jung, Fulcanelli, etc.) et à l’épistémocritique (Paulson, Pierssens) dans son étude de Robbe-Grillet ; chez Angela Cozea, qui relit Proust à la lumière de Kant et d’Agamben, entre autres ; chez Alison T. Holland et Louise Renée, qui réexaminent la philosophie de Simone de Beauvoir ; et chez Yvonne Hsieh, qui se penche sur l’œuvre de Schmitt5. Enfin, étant donné l’engouement récent pour les textes autobiographiques tous azimuts, il n’est pas surprenant que plusieurs chercheurs aient recours aux théories conçues spécifiquement pour analyser les diverses formes et le fonctionnement de ce genre, comme on le constate dans les livres de Bénard et de Décarie sur Céline et dans le collectif volumineux dirigé par Dion, Fortier, Havercroft et Lüsebrink6.

  • 7 À ce propos, voir entres autres Jeannette Gaudet, Writing Otherwise : Atlan, Duras, Giraudon, Redon (...)
  • 8 Voir Michael Bishop, The Endless Theory of Days : The Art and Poetry of Gérard Titus-Carmel, Amster (...)
  • 9 Voir Michael R. Finn, Proust, The Body, and Literary Form, Cambridge, Cambridge University Press, 1 (...)

7Enfin, deux grandes tendances de la critique littéraire et culturelle se reflètent dans le choix des théories utilisées par des spécialistes de la littérature française des 20e et 21e siècles. D’abord, des analyses puisant dans des théories féministes, gaies, queer ou celles portant sur la construction du genre sexuel (les gender studies) constituent les approches de prédilection de plusieurs chercheurs qui se consacrent surtout aux ouvrages de femmes. À cet égard, notons l’étude de Gaudet qui porte sur cinq écrivaines contemporaines, celle de Waelti-Walters sur la figure de la lesbienne dans le roman français (surtout au 20e siècle), celle de Collado sur trois écrivaines du début du vingtième siècle et le collectif de Holland et Renée7. Autre tendance significative, les rapports entre le texte et les autres arts font l’objet de quelques études que l’on pourrait ranger sous la rubrique de l’intermédialité. À cet égard, mentionnons les deux livres de Bishop dont un qui sonde les liens entre l’art et la poésie chez Titus-Carmel et l’autre qui examine les rapports entre le texte et plusieurs arts différents chez Prévert, ainsi que l’analyse que fait Sarkonak des relations entre écriture et photographie dans l’œuvre de Guibert8. À ces publications s’ajoutent plusieurs études diverses, comme celle de Finn qui emploie le discours médical et les écrits sur l’anxiété et l’hystérie de la fin du 19e siècle pour analyser le style de Proust et celle de Collington qui utilise les théories de Bakhtine, surtout sa notion de chronotope, pour élucider des questions de temporalité et de spatialité romanesques chez Yourcenar, Sartre et Robbe-Grillet9.

Publications savantes : les articles et chapitres de livres

  • 10 Notons que les données pour l’année 2008 ne sont pas complètes, car la plupart des curriculum vitae(...)
  • 11 Notons que la même hétérogénéité théorique se manifeste dans les articles et les chapitres de livre (...)

8Des quelque 188 articles écrits par des universitaires canadiens entre 1998 et 200810 et consacrées à la littérature française des 20e et 21e siècles, seule une quarantaine ont paru dans des revues au Canada anglais. Ce chiffre relativement faible s’explique par le fait qu’il n’existe au Canada anglais aucune revue vouée exclusivement à l’étude de la littérature française contemporaine. Cela dit, il importe pourtant de remarquer qu’il existe quelques revues sur les études françaises en général qui englobent les littératures et cultures de langue française et qui publient parfois des numéros portant uniquement sur des écrivains français, tels les numéros récents de Dalhousie French Studies sur Duras (2000), sur Bonnefoy (2002) et sur la littérature des femmes au tournant du 21e siècle (2004). En effet, Dalhousie French Studies constitue la revue de prédilection de la plupart des chercheurs canadiens, car cette revue bilingue a publié une bonne vingtaine de leurs articles sur la littérature française contemporaine lors de la dernière décennie. Parmi d’autres revues à signaler, notons LittéRéalité (de l’Université York, à Toronto), la revue Texte de l’Université de Toronto et deux revues électroniques : Voix plurielles (gérée par l’Université Brock) et @nalyses, de l’Université d’Ottawa11.

9Étant donné le petit nombre de revues au Canada anglais où ils peuvent publier en français sur la littérature française contemporaine, il n’est pas étonnant que les chercheurs canadiens trouvent d’autres lieux de publication à l’extérieur de leur pays. À ce propos, trente-quatre articles ont paru dans des revues françaises telles que Roman 20-50, La Revue des Sciences humaines et les Cahiers Georges Perec, pour ne nommer que celles-là. Mais le nombre le plus élevé d’articles savants (en l’occurrence, soixante-douze) rédigés par des Canadiens se trouve sans aucun doute dans des revues savantes américaines, dont la plupart sont bilingues. Si aucune de ces dernières ne porte exclusivement sur la littérature française contemporaine, les chercheurs peuvent néanmoins y faire paraître leurs recherches dans le domaine et ce, en français, dans les revues bilingues. Or, comme ce fut le cas avec la langue de publication des livres, la plupart des articles des chercheurs canadiens sont aussi écrits en français. Parmi les revues américaines de prédilection, citons la French Review, la Romanic Review, Esprit créateur, Contemporary French and Francophone Studies, Women in French Studies, Simone de Beauvoir Studies et Yale French Studies, dont toutes acceptent des articles en anglais et en français. Un bon nombre d’articles ont également paru dans des revues savantes québécoises, en particulier, dans Études françaises (de l’Université de Montréal), Études littéraires (de l’Université Laval) et les Cahiers de théâtre Jeu. Enfin, il existe aussi quelques autres lieux de publication, comme les revues britanniques French Studies, Nottingham French Studies et Romance Studies, ainsi que diverses revues publiées ailleurs dans le monde, telle la New Zealand Journal of French Studies.

10Le choix de se faire publier surtout en français se manifeste de nouveau lorsqu’on regarde les chapitres de livres publiés dans des ouvrages collectifs. Sur les quelque soixante-cinq chapitres parus entre 1998 et 2008, dont la grande plupart ont été écrits en français, une trentaine ont paru dans des collectifs publiés en France, chez des éditeurs comme Minard (« Lettres modernes ») et L’Harmattan. Côté américain, la plupart de ces collectifs, nettement moins nombreux que ceux publiés en France, ont paru chez Rodopi et Peter Lang, tandis qu’au Québec, Nota bene s’avère l’éditeur préféré, suivi des Presses de l’Université Laval. Étant donné la carence de maisons d’édition au Canada anglais qui publient des livres en français, il n’est pas surprenant d’apprendre que seuls sept chapitres de livres y ont été publiés, dont quatre dans des livres parus chez Legas à Ottawa.

Associations savantes

  • 12 Cette citation est tirée du site Web de l’APFUCC à l’adresse suivante : http://www.apfucc.net.
  • 13 Ibid.

11L’association savante la plus importante dans la promotion de la recherche en études françaises au Canada anglais est incontestablement l’APFUCC, l’Association des professeur-e-s de français des universités et collèges canadiens, une société nationale qui regroupe des professeurs universitaires de tout le pays, – pourtant assez peu de représentants proviennent du Québec, qui possède son propre réseau savant. Ayant pour mission de promouvoir l’enseignement et « la recherche dans tous les domaines ayant trait à la langue, aux littératures et aux cultures de toute la francophonie »12, l’APFUCC favorise la diffusion des connaissances en langue française « dans un cadre interdisciplinaire et international »13, surtout par le biais de son colloque annuel de trois jours, tenu durant le Congrès des sciences humaines du Canada, et aussi par la publication de sa revue littéraire électronique (avec comité de lecture), Voix plurielles. À l’APFUCC, il s’agit évidemment de se consacrer à tous les siècles de la littérature française, ainsi qu’à toutes les autres littératures de langue française, mais comme nous le verrons, la littérature française contemporaine y tient une place favorable.

12Un bref survol des programmes des colloques de l’APFUCC tenus lors des dix dernières années révèle un intérêt marqué pour la littérature française des 20e et 21e siècles. En effet, plusieurs ateliers, dont certains qui ont duré un ou deux jours, ont été consacrés exclusivement au contemporain. Citons à cet égard l’atelier de 2007 intitulé « Écrire le réel aujourd’hui (1990-2007) », où des communications ont porté sur les textes d’Annie Ernaux, de Danièle Sallenave, de Michel Houellebecq, de Christine Angot, de Philippe Claudel et de Jacques Jouet. En 2006, trois grands ateliers ont traité de la littérature française contemporaine : « L’actualité de Beckett », « La littérature au deuxième degré » (où les œuvres de Queneau, de Gide, de Camus, de Yourcenar, de Proust et de Modiano ont été examinées) et enfin, « Hybridité et renouvellement du genre », où les chercheurs se sont penchés sur les textes de Régine Detambel, d’Annie Ernaux, de J.M.G. Le Clézio, de Claude Ollier, de Nicole Caligaris, de Gérard Gavarry, de Régis Jauffret, de Béatrice de Jurquet et de Christine Angot. D’autres communications à ce même colloque ont porté sur Éric-Émmanuel Schmitt, Marguerite Duras, Colette, Anne Garréta, Michel Tournier et Nathalie Sarraute. L’étude des œuvres de femmes, très présente au Canada anglais, se manifeste également dans le choix d’ateliers proposés à l’APFUCC. Mentionnons à cet égard l’atelier intitulé « La représentation de la féminité » (2005), où on a discuté, entre autres, de Camille Laurens, de Marie Nimier et de Nelly Arcan, et l’atelier « Configurations du sujet féminin » (2002), où des communications ont été présentées sur les procédés textuels mobilisés par des écrivaines telles que Nathalie Sarraute, Geneviève Brisac, Hélène Cixous, Annie Ernaux et Albertine Sarrazin.

13Parmi les sujets abordés aux différents colloques de l’APFUCC, il faut noter un atelier très populaire tenu lors du colloque annuel de 2004. Proposé par le GRELFA (le Groupe de recherche et d’étude sur la littérature française d’aujourd’hui de l’Université de Toronto), ce mini-colloque avait pour thème un sujet fort discuté en France dont les propos ont été débattus par les membres de l’APFUCC. Intitulé « Autre chronique d’une mort annoncée : la littérature française », cet atelier visait à mettre en cause les lieux communs qui circulaient dans l’air du temps concernant la supposée dégénerescence de la littérature française actuelle. Les communications présentées – sur François Taillandier, Hervé Guibert, Dai Sije, Annie Ernaux, Philippe Vilain et Amélie Nothomb – servaient au contraire à montrer la vitalité de la littérature d’aujourd’hui.

  • 14 Les programmes de tous les colloques annuels de l’APFUCC se trouvent sur son site web : http://www. (...)
  • 15 Précisons que les colloques de l’APFUCC sont loin d’être les seuls tenus lors de la dernière décenn (...)

14Ce qui ressort de cette brève discussion des colloques annuels de l’APFUCC, c’est la place prépondérante qu’y occupe la littérature française contemporaine et la diversité des recherches des universitaires canadiens dans ce domaine14. Ajoutons que le lien avec la France et sa littérature est aussi renforcé aux colloques de l’APFUCC par la présence, chaque année, d’au moins un invité d’honneur, souvent un littéraire de France. En 2003, ce fut Jean-Pierre Ryngaert de l’Université de Paris III, qui a parlé du théâtre contemporain en France et au Québec, tandis qu’en 2007, Bruno Blanckeman, alors à l’Université de Rennes II, a présenté une grande conférence intitulée « La littérature de l’extrême contemporain : romans et récits d’expression française au tournant du 21e siècle ». De cette manière, l’APFUCC réussit à diffuser les recherches les plus récentes en littérature française contemporaine et à maintenir l’échange des idées avec les collègues français15.

Groupes de recherche

  • 16 Cette citation est tirée du site Web du GRICC à l’adresse suivante : http://www0.umonction.ca/fass/ (...)
  • 17 Cette citation a été prise du site web du groupe : http://www.uwo.ca/french/grelcef/index_fr.htm.

15Quoiqu’ils ne soient pas aussi bien implantés ou répandus qu’au Québec, où ils sont très bien intégrés à l’enseignement aux cycles supérieurs, quelques groupes de recherche existent au sein de certains départements de français au Canada anglais. Citons à cet égard le Groupe de recherches en études acadiennes (le GRÉA) de l’Université Sainte-Anne en Nouvelle-Écosse et le Groupe de recherche interdisciplinaire sur les cultures en contact (le GRICC) de l’Université de Moncton au Nouveau-Brunswick, qui se consacre aux « contacts interculturels, principalement dans le contexte des petites nations ou collectivités »16. Comme les noms de ces groupes l’indiquent, il s’agit surtout de s’interroger sur les problématiques et sur les littératures francophones du Canada et de l’Amérique en général et il est donc peu question de la littérature française. Il existe aussi le GRELCEF, le Groupe de recherche et d’enseignement sur les littératures et civilisations de l’espace francophone, créé au Département d’études françaises à l’Université Western Ontario en 2004. Son mandat, soit la recherche et l’enseignement aux cycles supérieurs sur les littératures, langues et cultures de « l’espace francophone tant au Canada qu’à l’extérieur »17, lui permet d’intégrer la littérature française à ses activités de recherche, mais aucune période temporelle ne semble être visée dans leur descriptif, qui reste assez général.

  • 18 Ce grand colloque international a regroupé des chercheurs provenant de la France, de l’Italie, des (...)

16Le seul groupe de recherche au Canada anglais qui a pour objet la littérature française contemporaine s’avère le GRELFA, le Groupe de recherche et d’étude sur la littérature française d’aujourd’hui. Créé en 2004 et dirigé par Barbara Havercroft, Pascal Michelucci et Pascal Riendeau, rattaché au Département d’études françaises de l’Université de Toronto, le GRELFA examine l’apparition de nouvelles tendances, de nouvelles pratiques et de nouveaux auteurs qui peuplent le paysage littéraire français contemporain, comme la poétique des genres (autofiction, témoignage, roman, essai, fragment) ; les pratiques hétérogènes actuelles dans l’écriture des femmes ; la littérature qui crée l’événement, mettant les écrivains face aux phénomènes médiatiques ; l’incidence de la théorie et de l’essai dans la fiction. Très actif, le GRELFA organise régulièrement des événements auxquels participent des professeurs canadiens, québécois et étrangers, ainsi que des étudiants de doctorat. Mentionnons, parmi ses activités, la tenue de deux journées d’étude (2005, 2008), des ateliers organisés au sein des colloques comme celui de l’APFUCC ou celui du Twentieth and Twenty-First Century French Studies Conference (aux États-Unis), la venue de conférenciers (Yves Baudelle, Bruno Blanckeman, Aline Mura-Brunel et Catherine Douzou) et d’écrivains (Régis Jauffret, Lorette Nobécourt et Jean Lahougue) invités de France, la publication de numéros de revue, tel celui de Roman 20-50 sur Éric Chevillard sous la direction de Pascal Riendeau qui a paru en décembre 2008 ; et enfin, l’organisation de colloques internationaux. Les actes du dernier colloque du GRELFA, tenu en mai 2007 et intitulé Enjeux du roman de l’extrême contemporain : écritures, engagements, énonciations, ont été publiés aux Éditions Nota bene (Québec) en 201018. Le GRELFA travaille de concert avec certains groupes et centres de recherche œuvrant sur le contemporain en France, tels ceux de l’Université de Lille III et l’Université de Rennes II.

17Enfin, il faut également tenir compte de la coopération entre certains chercheurs canadiens et québécois, surtout entre les Canadiens qui habitent en Ontario, province voisine du Québec. Il existe des échanges officieux assez fréquents, par exemple, entre le Département d’études françaises de l’Université de Toronto et deux départements à Montréal, en l’occurrence le Département d’études littéraires de l’Université du Québec à Montréal et le Département des littératures de langue française de l’Université de Montréal ; parfois aussi avec le Département des littératures de l’Université Laval. Les chercheurs québécois en littérature contemporaine se déplacent sur une base assez régulière pour donner des conférences à l’Université de Toronto ou pour participer à des colloques ou à des journées d’étude et vice versa. Cette proximité géographique permet aussi la participation de certains Ontariens aux activités des groupes et des centres de recherche au Québec, telles celles du CRILCQ (le Centre de recherche en littérature et culture québécoises) ou celles organisées dans le cadre du projet interdisciplinaire du professeur Robert Dion (UQAM), subventionné par le FQRSC (les Fonds québécois de recherche sur la société et la culture) ; ce projet ; auquel collaborent, entre autres Marie-Pascale Huglo (Université de Montréal) et Barbara Havercroft (Université de Toronto), porte le titre « Littératures narratives contemporaines française et québécoise : poétiques et esthétiques comparées ».

Thèses de doctorat : soutenues et en cours

  • 19 Il s’agit de l’Université Dalhousie (Halifax), de l’Université de Moncton, de l’Université Queen’s (...)

18Étudier les thèses de doctorat soutenues et celles en cours sur la littérature française contemporaine, voilà une excellente façon de saisir les recherches actuelles et de prévoir les domaines de prédilection de nos futurs professeurs. Parmi les universités du Canada anglais, il y en a dix qui offre des programmes de doctorat en études françaises19 et dix-sept qui offre des programmes de maîtrise. Cette analyse tiendra uniquement compte des thèses de doctorat, faute de données complètes concernant les nombreux mémoires de maîtrise déposés lors de la dernière décennie. En faisant cette enquête, j’ai pu avoir accès aux chiffres provenant des dix universités dotées de programmes de doctorat, y compris l’Université de Toronto, qui produit de loin le plus grand nombre de doctorants au Canada anglais dans le domaine de la littérature française du 20e siècle. En effet, sur quarante-et-une thèses de doctorat soutenues lors de la dernière décennie, dix-sept ont été rédigées au Département d’études françaises à l’Université de Toronto, soit 41,46 % du total (voir le tableau numéro six).

19Quant aux sujets et auteurs étudiés dans ces quarante-et-une thèses, on constate la plus grande hétérogénéité. Bien que toute division temporelle soit quelque peu arbitraire, si on sépare le siècle en trois périodes (de 1900 à 1933, de 1933 à 1966 et de 1966 à nos jours), on trouve que le plus grand nombre de thèses a été consacré à la période la plus récente, à savoir de 1966 à aujourd’hui (voir le tableau numéro sept). Dans les quatre thèses portant sur les auteurs du premier tiers du 20e siècle, soit 9,76 % du total, il s’agit d’analyses de l’œuvre de Cocteau, de Céline, de Proust et d’une étude comparative de Cocteau et Prévert. Les thèses traitant des auteurs dont l’œuvre date du deuxième tiers du siècle (1933-1966) sont au nombre de cinq, soit 12,2 % du total et se consacrent à Blanchot (deux thèses), à Bataille et à Sartre (deux thèses). Ensuite, dix-huit thèses (43,9 % du total) ont été écrites sur des œuvres plus contemporaines, datant de 1966 à nos jours, et ces thèses portent sur un grand nombre d’auteurs différents (Perec, Simon, Beckett, Wiesel, Duras, Wittig, Cixous, Ernaux, Gary et d’autres). À ces vingt-sept thèses s’ajoutent quatorze thèses (soit 34,15 % du total) sur des auteurs dont l’œuvre s’étale sur plus d’une période (dont deux thèses sur Yourcenar et deux thèses sur de Beauvoir) ou qui examinent des œuvres et des auteurs provenant de périodes différentes. Dans cette dernière catégorie, on trouve, par exemple, une thèse sur Proust et Le Clézio, une sur le chronotope bakhtinien chez Yourcenar, Sartre et Robbe-Grillet et une autre qui étudie les métamorphoses des préfaces aux œuvres de femmes tout au long du 20e siècle (avec un accent sur les préfaces aux textes de Yourcenar, de Sarraute et de Beauvoir).

20Parmi les tendances significatives qu’on peut dégager des thèses soutenues dans les neuf universités canadiennes, notons un penchant marqué pour l’étude de la prose, surtout le roman, car il n’y a que quatre thèses sur la poésie et quatre autres sur le théâtre. Mentionnons aussi que douze thèses sur quarante-et-une se consacrent uniquement aux œuvres de femmes, soit 29,27 %, presque le tiers de toutes les thèses soutenues ; il s’agit là d’une tendance qui se maintient dans les thèses en cours. Dans trois thèses sur trente (soit 7,32 %), il est question d’écriture autobiographique, une tendance qui ne fera qu’augmenter dans les thèses à venir, étant donné le grand intérêt actuel pour l’autofiction et pour d’autres genres de l’intime.

21Pour ce qui est des thèses en cours, je me réfère uniquement à celles du Département d’études françaises de l’Université de Toronto, faute de données précises sur les autres universités. Dans ce département, il y a présentement quarante-sept thèses en cours qui portent sur les littératures de langue française, et ce chiffre comprend celles sur la littérature française de tous les siècles, la littérature québécoise, les littératures africaines et celle des Caraïbes. Sur ces quarante-sept thèses, il y en a seize qui portent en tout ou en partie sur la littérature française des 20e et 21e siècles, soit 34,04 % du total. On constate donc que le tiers de toutes les thèses en études françaises dans ce département porte sur la littérature française contemporaine – un chiffre impressionnant. De ces seize thèses, quatre traitent des auteurs datant du premier tiers du 20e siècle (dont trois sur Proust et une sur Artaud), trois analysent des œuvres d’auteurs du deuxième tiers du siècle (Camus, Malraux et Simone Weil) et enfin, deux thèses portent sur une ou plusieurs œuvres s’étalant sur plusieurs décennies (dont une thèse sur les figures de la répétition chez Sarraute et une sur l’Oulipo et ses avatars récents) (voir le tableau numéro huit). Enfin, la majorité des thèses, à savoir sept sur seize, donc presque la moitié, traitent des écrivains plus récents, comme Annie Ernaux, Marie Nimier, Sophie Calle, Hervé Guibert et Éric Chevillard. Notons que la plupart des ces thèses consistent en des études d’une problématique particulière qui est commune à plusieurs auteurs, comme le rapport entre texte et image chez Barthes, Guibert et Calle ou bien, le trauma dans les récits d’enfance au féminin publiés après 1980 ou enfin, les configurations discursives du désir féminin dans les œuvres de femmes françaises et québécoises parues entre 1985 et 2005. Le penchant pour l’étude des textes de femmes relevé dans les thèses soutenues partout au Canada se maintient ici, car sur ces seize thèses en cours à l’Université de Toronto, cinq (31,25 %) sont consacrées uniquement aux textes de femmes. De plus, le quart de ces thèses en cours (quatre sur seize) a été rédigé sur diverses pratiques autobiographiques contemporaines, ce qui reflète bien l’engouement actuel pour l’écriture de soi.

Conclusion

22Ce survol rapide, loin d’être exhaustif, montre clairement que les recherches et les études sur la littérature française des 20e et 21e siècles sont en très bon état au Canada anglais et ce, malgré la concurrence d’autres domaines connexes, telles la littérature dite de la francophonie (de l’Afrique et des Caraïbes en particulier), la littérature québécoise et la littérature franco-canadienne, qui sont parfois analysées avec la littérature française, ou bien, l’essor actuel des études culturelles qui ont suscité un intérêt pour des objects non-littéraires. Comme les multiples moyens de la diffusion des recherches en témoignent (publications, colloques, journées d’étude, thèses), la littérature francaise contemporaine est un domaine de prédilection, le plus prisé en fait au sein des études françaises en général au Canada. La grande richesse de cette littérature et les activités de recherche qui lui sont consacrées montrent bien la vitalité au Canada de ce champ d’études, qui ne montre aucun risque d’essoufflement.

Annexes

Livres publiés sur la littérature française du 20e siècle par des chercheurs du Canada anglais (1998-2008)

3.

3.

*N. B. Le nombre de lieux de publication est supérieur au nombre d’ouvrages publiés, étant donné les coéditions internationales (par exemple, Ottawa/Paris, Éditions David/L’Harmattan).

6.

6.

*N.B. À l’Université de Moncton, aucune thèse portant sur la littérature française du 20e siècle n’a été soutenue entre 1998 et 2008 ; presque toutes les thèses à cette université traitent des littératures acadienne et québécoise. Pour cette raison, cette université ne figure pas dans le tableau numéro 6.

Notes

1 Je tiens à remercier sincèrement Jeri English, qui a recueilli la plupart des données sur lesquelles cette étude se base, à partir des sites Web des départements d’études françaises au Canada anglais. Je remercie également Adina Balint Babos, qui a fait des recherches sur les diverses approches théoriques dont il est question dans les publications des professeurs.

2 Il existe d’autres maisons d’édition en Ontario (Prise de parole ; Éditions du Vermillon) et aussi au Manitoba (les Éditions des Plaines ; les Éditions du Blé) qui publient des textes en français, mais leur objet est de produire des livres de littérature franco-ontarienne ou franco-manitobaine.

3 Voir Dawn Cornelio, Le Monologue de l’encrier/The Inkwell’s Monologue, Halifax, Éditions VVV Editions, 2005 et Michael Bishop et Christopher Elson (dir.), French Prose in 2000, Amsterdam/Atlanta, Rodopi, 2002.

4 Voir Jacqueline Viswanathan-Delord, Spectacles de l’esprit : du roman dramatique au romanthéâtre, Québec, Presses de l’Université Laval, 2000 ; Sergio Villani, Paul Perron et Pascal Michelucci (dir.), Lectures de Guillevic : Approches critiques, Ottawa, Legas, 2002 ; David Décarie, Metaphorai : Poétique des genres et des figures chez Céline, Québec, Éditions Nota bene, 2004 ; Marc Lapprand, Poétique de l’Oulipo, Amsterdam/Atlanta, Rodopi, 1998 ; Pascal Michelucci, La métaphore dans l’œuvre de Paul Valéry, New York, Peter Lang, 2003 ; Nelson Charest, Vaisseau, le grand Poème : Coleridge, Poe, Baudelaire, Rimbaud, Mallarmé, Valéry, Nelligan, Québec, Éditions Nota bene, 2008.

5 Voir Christian Milat, Robbe-Grillet, romancier alchimiste, Paris/Ottawa, L’Harmattan/Les Éditions David, 2001 ; Angela Cozea, L’énigme thérapeutique au cœur de la philosophie, Montréal, XYZ éditeur, 2004 ; Alison T. Holland et Louise Renée (dir.), Simone de Beauvoir’s Fiction : Women and Language, New York, Peter Lang, 2005 ; Yvonne Hsieh, Éric-Emmanuel Schmitt ou la philosophie de l’ouverture, Birmingham, Summa Publications, 2006.

6 Voir Johanne Bénard, L’inter-dit célinien : lecture autobiographique de l’œuvre de Louis-Ferdinand Céline, Montréal, Balzac-Le Griot éditeur, 2000 ; David Décarie, op.cit. ; Robert Dion, Frances Fortier, Barbara Havercroft et Hans-Jürgen Lüsebrink (dir.), Vies en récit : Formes littéraires et médiatiques de la biographie et de l’autobiographie, Québec, Éditions Nota bene, 2007.

7 À ce propos, voir entres autres Jeannette Gaudet, Writing Otherwise : Atlan, Duras, Giraudon, Redonnet, and Wittig, Amsterdam/Atlanta : Rodopi, 1999 ; Jennifer Waelti-Walters, Damned Women : Lesbians in French Novels, 1796-1996, Montréal/Kingston, McGill-Queen’s University Press, 2000 ; Mélanie Collado, Colette, Lucie Delarue-Mardrus, Marcelle Tinayre : Émancipation et résignation, Paris, L’Harmattan, 2003 ; et Alison T. Holland et Louise Renée (dir.), op.cit.

8 Voir Michael Bishop, The Endless Theory of Days : The Art and Poetry of Gérard Titus-Carmel, Amsterdam/Atlanta, Rodopi, 2007 et Jacques Prévert, From Film and Theater to Poetry, Art, and Song, Amsterdam/Atlanta, Rodopi, 2002 ; Ralph Sarkonak, Angelic Echoes : Hervé Guibert and Company, Toronto, University of Toronto Press, 2000.

9 Voir Michael R. Finn, Proust, The Body, and Literary Form, Cambridge, Cambridge University Press, 1999 ; et Tara Collington, Lectures chronotopiques : Espace, temps et genres romanesques, Montréal, XYZ éditeur, 2006.

10 Notons que les données pour l’année 2008 ne sont pas complètes, car la plupart des curriculum vitae des professeurs, consultés en ligne sur le site du leur département, n’étaient pas à jour.

11 Notons que la même hétérogénéité théorique se manifeste dans les articles et les chapitres de livres que dans les livres. Aux théories et aux tendances déjà relevées dans la discussion des livres s’ajoutent d’autres, de facture plus récente, comme celles développées dans les études du trauma (les trauma studies) ou les études de la mémoire (les memory studies).

12 Cette citation est tirée du site Web de l’APFUCC à l’adresse suivante : http://www.apfucc.net.

13 Ibid.

14 Les programmes de tous les colloques annuels de l’APFUCC se trouvent sur son site web : http://www.apfucc.net.

15 Précisons que les colloques de l’APFUCC sont loin d’être les seuls tenus lors de la dernière décennie au Canada anglais qui portaient sur la littérature française du XXe siècle. Certains colloques avaient pour thème l’œuvre d’un écrivain ou d’un théoricien, tel celui intitulé « Annie Ernaux : Approches critiques et interdisciplinaires »(Université York, mai 2008), celui à l’Université du Manitoba sur « Following Derrida : Legacies » (octobre 2006), ou bien, celui sur « Alain Robbe-Grillet : Balises pour le 21e siècle » qui a eu lieu à l’Université d’Ottawa en juin 2009. D’autres colloques, ayant une problématique spécifique, ont compris des communications sur la littérature française contemporaine, comme celui intitulé « La rhétorique au féminin » (Université Queen’s, octobre 2001), où Colette, Djebar, Brisac et Duras ont figuré parmi les auteures étudiées. D’autres universités ont accueilli des écrivains à titre de conférencier, tels Renaud Camus (avril 2008) et Nancy Huston (octobre 2007) à l’Université de la Colombie-Britannique et Jacques Jouet (mars 2001) à l’Université de Victoria. Enfin, il existe aussi des colloques organisés par et pour les étudiants aux cycles supérieurs en études françaises, que ce soit sous une base annuelle (à l’Université de Toronto et à l’Université de Victoria) ou ponctuelle (à l’Université d’Ottawa en juin 2005 et à l’Université Carleton en mars 2008).

16 Cette citation est tirée du site Web du GRICC à l’adresse suivante : http://www0.umonction.ca/fass/def/gricc/Accueil.

17 Cette citation a été prise du site web du groupe : http://www.uwo.ca/french/grelcef/index_fr.htm.

18 Ce grand colloque international a regroupé des chercheurs provenant de la France, de l’Italie, des États-Unis, des Pays-Bas, de la Grande Bretagne, du Québec et du Canada anglais. Les communications ont porté sur quatre grands axes qui correspondent à quatre problématiques romanesques majeures, telles qu’elles se présentent dans les textes français de l’extrême contemporain : l’écriture du soi, l’écriture du jeu, l’écriture du réel et l’écriture des idées.

19 Il s’agit de l’Université Dalhousie (Halifax), de l’Université de Moncton, de l’Université Queen’s (Kingston), de l’Université d’Ottawa, de l’Université de Toronto, de l’Université de Waterloo, de l’Université de Western Ontario (London), de l’Université du Manitoba (Winnipeg), de l’Université de l’Alberta (Edmonton) et de l’Université de la Colombie-Britannique (Vancouver). Comme le programme de doctorat à l’Université de Waterloo n’a débuté qu’en 2008, il n’y a pas encore eu de thèse de doctorat soutenue à cette université en études françaises.

Table des illustrations

Titre 1.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/13820/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre 2.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/13820/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/13820/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre 3.
Légende *N. B. Le nombre de lieux de publication est supérieur au nombre d’ouvrages publiés, étant donné les coéditions internationales (par exemple, Ottawa/Paris, Éditions David/L’Harmattan).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/13820/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre 4.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/13820/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre 5.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/13820/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre 6.
Légende *N.B. À l’Université de Moncton, aucune thèse portant sur la littérature française du 20e siècle n’a été soutenue entre 1998 et 2008 ; presque toutes les thèses à cette université traitent des littératures acadienne et québécoise. Pour cette raison, cette université ne figure pas dans le tableau numéro 6.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/13820/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre 7.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/13820/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre 8.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/13820/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 145k

Auteur

Université de Toronto, Canada

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540