Version classiqueVersion mobile

La littérature française du 20e siècle lue de l'étranger

 | 
Dominique Viart

La littérature française dans les universités anglophones

La littérature française du vingtième siècle aux États-Unis

Gerald Prince

Texte intégral

1La littérature, comme beaucoup d’autres choses, est en crise aux États-Unis. Elle n’est pas morte, non, elle ne se meurt pas, mais les pathologies qui la consument sont aigües. Sans doute, la qualité de ses produits n’est-elle pas négligeable et leurs producteurs, eux, sont certainement bien portants. Cependant, depuis quelque temps déjà, les puissances de la littérature ont faibli devant les sciences humaines ou inhumaines et les pourvoyeurs de textes toujours plus nombreux. Si, pour parler comme Aragon, la littérature, « c’est la clef des chambres interdites de notre maison », il n’y a peut-être plus beaucoup de chambres à ouvrir. De toute manière, le statut de la littérature n’est pas ce qu’il était et ne saurait l’être, non seulement parce que, plus que jamais, les concurrents abondent mais aussi parce que l’idée même d’un moyen de culture privilégié s’est dissoute dans les indifférences et les équivalences du post-moderne. Évidemment, ces problèmes sont aggravés par les impératifs du capital (l’édition, de plus en plus, est soumise au monde des affaires), la mondialisation qui en multiplie les effets et la médiatisation, qui donne soif de naturel plus que d’artifice.

2D’autre part, même si le nombre de lecteurs potentiels a augmenté, il est permis de croire que le nombre de lecteurs réels a diminué. Le portable fait des ravages et on lit certainement moins – sinon des textos – en train, en autobus ou dans le métro. Même en voiture, les textes-audio (conçus pour les cancres ou pour les affairés) semblent perdre du terrain. De plus, le public s’est diversifié, il s’est fragmenté, et de même que le déclin des grands récits, cette fragmentation encourage la modestie. Beaucoup d’œuvres aujourd’hui ne prétendent plus transcender leur situation, ni s’adresser à tout le monde, ni parler pour qui que ce soit.

3Ce qui vaut pour la littérature en général vaut pour la littérature française en particulier. Outre les agitations de la post-modernité et le nouveau village mondial où la France ne semble peut-être ni suffisamment puissante ou prestigieuse ni suffisamment exotique, de multiples facteurs relevant du contexte américain font que le recul de l’objet qui me sollicite ici et, plus spécifiquement, celui de son étude paraissent indéniables. Changements démographiques, suspicions populistes, engouement pour la « francophonie » plus que pour la France, triomphalisme anglophone, succès hispanophones, relèvement germanophone, la liste en est indéfiniment longue. Même la « pensée française » (la « French theory »), qui a exercé tant d’influence et donné tant de rayonnement aux études littéraires et aux humanités, suscite aujourd’hui (j’y reviendrai) plus de lassitude que de passion, bien que beaucoup de cours continuent d’inclure au moins un grain de Barthes, un soupçon de Derrida, un nuage de Lacan, que Foucault demeure un maître souvent cité, que l’on ait découvert Levinas puis Badiou et redécouvert Fanon et que Bourdieu (mais c’est, je crois, symptomatique) soit un peu devenu le sociologue de service.

4Pour mieux saisir la manière dont la littérature française (du vingtième et d’autres siècles) est perçue ou plutôt étudiée aux États-Unis, il convient d’ajouter aux facteurs déjà mentionnés des éléments plus pérennes : l’intérêt pour les questions de « gender » (et, dans une moindre mesure, de préférence sexuelle) ; l’influence des « cultural studies », des études culturelles, aux dépens d’une focalisation jugée réductrice, appauvrissante, réactionnaire, sur des problèmes de littérarité, d’esthétique, de forme, de style (afin de souligner la « pertinence » de la littérature, on a mis en relief ses dimensions « culturelles » ; ce faisant, on l’a parfois perdue de vue) ; l’influence, également, des départments d’anglais dans le domaine théorique (que les départements de français avaient illustré) et le remplacement graduel de la « French theory », jusque dans les études françaises, par des spéculations d’ordre historico-thématiques beaucoup plus autochtones et beaucoup plus diverses : analyses postcoloniales, approches cognitives et/ou affectives, interrogations pragmatistes, explorations traumatologiques, visions écocritiques, sans parler des études d’infirmités (« disability studies »), des études alimentaires (« food studies ») ou encore des études du troisième âge (« age studies ») ; le sentiment parmi bien des gens de goût et d’esprit que la culture et la littérature françaises ont considérablement décliné et qu’après le Nouveau Roman, le Théâtre de l’Absurde, le structuralisme et le post-structuralisme, la Nouvelle Vague ou la Nouvelle cuisine et à part Audrey Tautou ou Michel Houellebecq, elles se sont considérablement desséchées ; enfin, dans l’enseignement, tout un ensemble de facteurs plus évidemment pédagogiques ou matériels (longueur ou prix des textes, degré de difficulté, représentativité, et ainsi de suite).

5Les effets de ces divers facteurs sont prévisibles. Outre le nombre moindre d’étudiants à tous les niveaux (depuis quelques années, pourtant, la situation se stabilise) et outre les difficultés du marché du travail, on peut noter, par exemple, que les doctorants préfèrent souvent des sujets de thèse généraux plutôt que monographiques. D’ailleurs, les maisons d’édition (surtout les presses universitaires) hésitent à publier des monographies sur les écrivains d’aujourd’hui (ou d’hier). Si Marie Darrieussecq, Jean Echenoz, Annie Ernaux, Sylvie Germain, Michel Houellebecq, Pierre Michon, Marie Ndiaye, Lydie Salvayre sont tous plus ou moins abondamment traduits, on ne trouve guère de livres publiés aux États-Unis sur leur œuvre (Ernaux constituant la surprise et Houellebecq l’exception). Il en va de même pour des dramaturges comme Valère Novarina, Olivier Py, Bernard-Marie Koltès (qui est certainement très admiré) ou Yasmina Reza (qui a été primée) et pour des poètes comme Pierre Alféri, Emmanuel Hocquard ou Anne Portugal. On peut noter également que la prose (narrative de préférence) suscite beaucoup plus de travaux que le théâtre ou la poésie, en partie au moins parce qu’elle s’est imposée comme le domaine privilégié des « cultural studies » par ses aptitudes à rassembler l’hétérogène et à révéler le social et ses lignes de force économiques, ethniques ou génériques. J’ajoute que je pense ici aux formes longues. En dépit de leur brièveté, contes et nouvelles attirent peu d’attention et l’on connaît à peine des auteurs comme Daniel Boulanger ou Annie Saumont, soit parce que les formes courtes semblent privilégier l’art plutôt que la critique du socioculturel, soit parce que, d’habitude, elles paraissent moins littérairement représentatives (et moins « difficiles »), soit encore parce qu’elles s’exportent et se vendent mal. Enfin, on peut noter que les écrivaines provoquent souvent autant d’intérêt, sinon plus, que leurs confrères mais que la paralittérature, la littérature formulique, la littérature typée – excepté le polar – est, paradoxalement, à peine suivie. Il est vrai que, du moins pour ces vingt ou trente dernières années, elle est loin d’égaler son pendant américain (ou anglophone) en variété, en quantité et, bien sûr, en ressources financières et commerciales.

  • 1 Voir, pour les thèses, le numéro 2 des volumes 79, 80 et 81 de French Review. Quant aux colloques, (...)

6Mais il est temps, je crois, de présenter l’étude de la littérature française du 20e siècle aux États-Unis de façon moins « impressionniste ». C’est ce que j’essaierai de faire en me basant sur les thèses doctorales américaines annoncées ou soutenues de 2005 à 2007 ; en examinant aussi le sujet des communications faites au colloque annuel des vingtiémistes et au congrès de la Modern Language Association durant cette même période ; enfin, en commentant les publications recensées par le dernier volume de la MLA International Bibliography.1

7La French Review qui, chaque année, publie le titre des thèses doctorales commencées ou terminées dans nos sections de français, la French Review fournit les résultats suivants pour le vingtième siècle : une cinquantaine de thèses en cours (j’en ai compté 47), dont plus de deux tiers (32 pour être précis) portent sur un sujet général (la figure de l’homosexuel, par exemple, le désir féminin dans le roman depuis 1980, les Villages du Livre, la mobilité du personnage dans le roman moderne) et une douzaine sur un seul créateur : Beauvoir, Beckett, qui a droit à deux thèses, Claude Cahun, Sylvie Germain, Jean-Philippe Toussaint, Cocteau, Michaux, Sartre, Perec, Valéry et Marcel Proust (deux thèses pour lui aussi). D’autre part, 45 thèses soutenues, dont plus de la moitié, encore une fois, sur des sujets généraux (comme la Chine dans la littérature française du 20e, les témoignages sur la Shoah et leur réception, la poésie – graffiti et rap, principalement – en tant que pratique sociale ou bien la divagation textuelle) et une douzaine sur un seul auteur : Beckett, à nouveau, Cocteau (son Potomak), Camus (ses romans), Giono (ses lettres à Blanche Meyer), Marguerite Duras, Jean-Patrick Manchette, Nathalie Sarraute et Albert Sarraut (Grandeur et Servitude coloniales), Le Clézio (eh oui !), Paulhan et Proust, bien entendu (deux autres thèses). Afin de clarifier un peu ces chiffres, je noterai que pour la « francophonie » (qui, aux U.S.A., n’inclut ni la France, ni la Belgique, ni la Suisse mais inclut des écrivains comme Césaire, Chamoiseau et Confiant), il y a eu plus d’une trentaine de thèses entreprises et plus d’une quarantaine de soutenances. De même, je noterai que, pour le 19e siècle (soit le siècle le plus fréquenté après le 20e), il y a également une trentaine de nouvelles thèses annoncées et une vingtaine de thèses terminées. À chaque fois, trois quarts des thèses portent sur des sujets généraux. Enfin, je noterai qu’en ce qui concerne spécifiquement le 20e siècle, peu de thèses se focalisent sur la poésie ou sur le théâtre (sept ou huit seulement pour chacune de ces matières) et encore moins (une demi-douzaine) sur la prose non-narrative (il semble que, pour les « jeunes, » ceux qui sont en train d’écrire leur thèse ou qui l’ont soutenue assez récemment, la French theory n’est plus à l’honneur comme sujet d’étude et ni Barthes, ni Derrida – mentionné une seule fois – ni Foucault, ni Baudrillard n’occasionnent d’enthousiasme). Le cinéma, lui, que les littéraires étudient de temps à autre, se porte un petit peu mieux avec une dizaine de thèses.

8La situation ne paraît pas très différente pour ce qui est du colloque des vingtiémistes qui offre dans les soixante ou soixante-dix sessions et dans les 250 communications (dont près d’un cinquième consacrées à la francophonie). Une fois de plus, ni la poésie (seize sessions en trois ans, soit neuf ou dix pour cent du total « français »), ni le théâtre (dix sessions) ne sont particulièrement présents et la prose non-narrative l’est encore moins (huit sessions). Avec vingt-six sessions, le cinéma brille davantage. Des neuf séances plénières (qui supplémentent les sessions ordinaires), cinq traitent de « littérature » (le roman d’hier, celui d’aujourd’hui, l’écriture biographique, Albert Camus, Les Bienveillantes) et les autres de sujets plus « culturels », comme l’exception française ou les médias français. D’une manière générale, la production de ces trente ou quarante dernières années domine assez largement (92 sessions contre 64 pour le reste du siècle), ce qui n’est sans doute pas très étonnant. En tout, plus d’une centaine d’auteurs ont chacun droit à au moins une communication, Proust étant de loin la figure la plus marquante (six sessions et davantage pour lui seul). Parmi les autres figures qui intéressent, deux anciens (Jean Genet et, c’est presque une surprise, Jean Cocteau) contre quatre modernes (Marie Ndiaye, Amélie Nothomb, Michel Houellebecq, Pascal Quignard). Artaud, Beckett, Breton et Ponge se défendent, de même que Pascal Bruckner, Jean-Philippe Toussaint, Christine Angot, Nina Bouraoui et Lydie Salvayre. Camus va aussi bien que Sartre et beaucoup mieux que Céline. Robbe-Grillet, Sarraute, Butor et Duras sont plus en évidence que Claude Simon. En poésie, Pierre Alféri, Michel Deguy, Dominique Fourcade, Jean-Marie Gleize, Philippe Jaccottet et Jacques Réda se voient préférés. Quant au théâtre contemporain, seuls Bernard-Marie Koltès, Véronique Olmi et Yasmina Réza se manifestent. Si Proust paraît omniprésent, Gide est le grand absent. D’ailleurs, beaucoup d’écrivains considérables sont boudés. Rien sur Bernanos et Ramuz ; rien sur Giraudoux, Anouilh, Montherlant, ou du Bouchet ; rien sur Michel Tournier, Pierre Michon ou François Bon ; et presque rien sur Mauriac, sur Giono, sur Bonnefoy, sur Le Clézio.

9Ces grands absents et quasi-absents le sont également du congrès de la Modern Language Association, la MLA, sauf Gide (qui, comme Claudel et Simone de Beauvoir, bénéficie du soutien d’une société amicale invitée chaque année) et Giraudoux, dont l’habitus se voit comparé à celui de Glissant et de Romain Gary. Des 700 ou 800 sessions annuelles, il y en a trente-cinq ou quarante pour « le français » (sans compter une demi-douzaine pour la francophonie), c’est-à-dire moins que pour « l’espagnol » (quarante-cinq ou cinquante sessions) et même, parfois, que pour « l’allemand ». Le vingtième siècle l’emporte facilement, puisqu’il a droit à une douzaine de sessions ou davantage (contre trois pour le 17e et moins d’une douzaine pour la combinaison Moyen Age-Renaissance ou pour le 18e -19e, où s’amorce maintenant un redressement). À l’exception de Proust (toujours lui), de Beckett et des surréalistes – qui eux aussi ont des amis (souvent anglophones) – et des quelques écrivains que je viens de mentionner, très peu d’auteurs d’avant 1960 sont au tableau : Raymond Queneau, Léo Malet. Cette fois (parmi les « vieux », ceux qui ont fait leurs études il y a vingt ou trente ans ?), la pensée française est à l’honneur : Lacan, Badiou, Kofman et ses héritiers, Rancière et sa révolution esthétique, Derrida surtout (plusieurs sessions en 2005 ; il est vrai qu’il est mort en 2004). Les écrivaines étudiées sont nombreuses, d’autant plus qu’il y a toujours une session « marrainée » par les Women in French : Despentes, Duras et Ernaux ; Bouraoui, Cixous et Linda Lê ; Marie Nimier, Amélie Nothomb, Marjane Satrapi et Maud Tabachnik. Enfin, la poésie se débrouille tant bien que mal, avec Roubaud, Réda, Dupin, Lorand Gaspar et Jean-Michel Lespitallier mais aussi Abd Al Malik, Kenny Arkana et autres « rap-peurs ou rime-mœurs ».

10Quant aux textes recensés en 2007 dans la MLA International Bibliography, qui inclut des productions suisses et belges dans la littérature française mais qui distingue cette dernière de la littérature martiniquaise ou guadeloupéenne, j’ai retenu ceux qui sont publiés aux États-Unis ou écrits par des critiques y résidant. La liste est longue ; elle contient des ouvrages sur les crises de la mémoire, les langages contestatoires de 1945 à 1968, les intellectuels et le fascisme, le modernisme au féminin ; la postcolonialité version française ; et elle renvoie à près de 130 écrivains (dont 50 % pour la première moitié du siècle et 50 % pour la seconde). Si certaines figures connues – Céline, Montherlant, Tournier, Sollers – se trouvent, une fois de plus, négligées, d’autres sont très fréquentées : Proust l’incontournable, Beckett, Camus, Malraux (grâce à la Revue André Malraux Review), Sartre et Simone de Beauvoir ou bien Barthes, Begag, Derrida, Ernaux, Foucault. Parmi les écrivains plus récents sont mentionnés Bruckner et Bergounioux, Houellebecq et Darrieussecq, Michon, Millet, Montalbetti ou encore Ndiaye, Nothomb et Quignard.

  • 2 Voir, par exemple, French Forum, French Review, L’Esprit Créateur, Romanic Review, Yale French Stu (...)

11C’est dire que, même si elle a perdu une partie de son lustre, la littérature française du vingtième siècle est loin d’être délaissée. D’ailleurs, à part des revues qui se concentrent sur un seul auteur (Beauvoir, Beckett, Claudel, Malraux), il y a au moins une demi-douzaine de revues scientifiques focalisées sur la production littéraire issue de la France, qui toutes font une large part à notre siècle2 et il y en a une – Contemporary French and Francophone Studies : Sites – qui lui est entièrement consacrée. Il y a des maisons d’éditions connues – University of Nebraska Press, Dalkey Archive Press – qui publient régulièrement des ouvrages relevant de notre domaine et, depuis l’an 2000, ont paru plusieurs livres sur Camus, Sartre et Simone de Beauvoir, sur Proust (évidemment), sur Gide (quand même !), sur Foucault, sur Derrida mais aussi un volume au moins sur Blanchot, Desnos, Yourcenar, Roubaud, Perec, sans parler de textes sur le roman contemporain ou extrême contemporain et même sur la poésie et le théâtre. Enfin, il y a plus de soixante programmes de doctorat et beaucoup d’excellents jeunes spécialistes qui sont venus rejoindre des critiques et professeurs plus établis.

12En somme, la littérature française du vingtième siècle fonctionne aux États-Unis un peu comme un art mineur. Mineur, soit d’une importance moindre ; mineur comme un intervalle musical, puisque réduit (et poignant, vu cette réduction) ou comme une seconde prémisse, puisque venant après (après l’âge d’or des années soixante) ; mais également et tout autant, mineur donc encore vigoureux malgré tout et capable de saper, de creuser ou même d’exploser, de bouleverser, de mettre à jour. Mineur, c’est-à-dire, finalement, ce qu’au moins en partie elle a peut-être toujours été.

Notes

1 Voir, pour les thèses, le numéro 2 des volumes 79, 80 et 81 de French Review. Quant aux colloques, il s’agit des 20th and 21st Century French and Francophone Studies International Colloquium à University of Miami, Texas A & M University et Georgetown University. Le programme du congrès annuel de la MLA est publié dans le numéro de novembre de PMLA.

2 Voir, par exemple, French Forum, French Review, L’Esprit Créateur, Romanic Review, Yale French Studies.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search