Version classiqueVersion mobile

La littérature française du 20e siècle lue de l'étranger

 | 
Dominique Viart

La littérature française dans les universités anglophones

La littérature française dans l’université anglophone : La Grande-Bretagne

Michael Sheringham

Texte intégral

1La récente évaluation globale de la recherche universitaire en Grande-Bretagne (RAE – Research Assessment Exercise – 2008), dont les résultats ont été annoncés en décembre 2008), fournit des données importantes sur la recherche dans tous les domaines, y compris les études sur la littérature française des vingtièmes et vingt-et-unième siècles. J’ai participé moi-même à cet exercice : d’une part en préparant sur une période de deux ans le dossier de mon propre département d’études françaises à Oxford, où une douzaine de chercheurs sont spécialistes de la littérature française moderne ; et ensuite en faisant partie du comité de quatorze chercheurs britanniques – représentant les périodes et secteurs majeurs des études françaises – qui, entre février et octobre 2008, avaient la responsabilité de lire les travaux soumis, et aussi de prendre en considération d’autres paramètres, par exemple les conditions de recherche (bibliothèques, nombre de thésards, aptitude à obtenir des crédits auprès des instances nationales pour financer des projets collectifs, etc.).

2Pour permettre une évaluation sur les bases de la ‘peer review’ (évaluation par ses pairs), chaque unité d’enseignement et de recherche avait le droit de proposer un maximum de quatre livres ou articles par chercheur, publiés dans la période 2001 à 2007. Ces travaux devaient par la suite être lus et évalués par les membres du comité. Dans des documents annexes il était possible de faire mention d’autres travaux, ainsi que de donner des renseignements sur l’organisation de colloques, les invitations à l’étranger, les traductions, les participations aux jurys de thèse, etc. En tant que membre du panel j’ai lu moi-même autour de cent-cinquante livres et articles, la plupart dans le domaine des études sur le 20e siècle.

3Pour RAE 2008, trente-trois universités britanniques ont soumis pour évaluation les travaux d’à peu près 500 chercheurs en français. On a pu constater que les travaux dans les champs de la linguistique, des études médiévales, de la renaissance, du grand siècle, et sur la poésie en général, avaient diminués depuis le recensement précédent (en 2001), tandis que dans certains secteurs il y avait une nette expansion, surtout pour le 20e siècle, et en particulier dans les champs des études texte/image, des études sur le cinéma, et dans le domaine francophone ou postcolonial.

4Un assez grand nombre de chercheurs britanniques ont publié des travaux dans le domaine de la prose narrative, couvrant une gamme assez large – roman, autobiographie, autofiction – et appliquant des grilles d’interprétation et des méthodes critiques variées. On constate en effet que beaucoup des livres et articles faisaient montre d’une dimension interdisciplinaire, empruntant des concepts et des démarches à la philosophie, l’anthropologie, la sociologie, l’histoire, l’histoire de l’art, la linguistique et la stylistique. Les auteurs individuels qui ont suscité le plus d’études sont assez traditionnels : Proust, Camus, Genet, Gide, et Mauriac, et à un moindre degré, Valéry, Sartre, Duras, Modiano, et Perec. Pour la littérature contemporaine (les vingt dernières années), les écrivains féminins forment la plus grande catégorie, et le panel a pu saluer des travaux d’une très grande qualité sur des auteures assez bien connues (Cixous, Ernaux, Darrieussecq, Germain, Hyvrard) mais aussi un nombre assez considérable de travaux qui ont élargi le canon des auteurs féminins contemporains (d’excellents articles et chapitres sur Charlotte Delbo, Lydie Salvayre, Louise Lambrichs, Nina Bouraoui, Christine Angot, Camille Laurens, Anne-Marie Garat, et beaucoup d’autres). En gros, sur le contemporain, on a constaté une focalisation sur l’écriture féminine depuis 1980, sur l’autobiographie, et sur des œuvres relevant de la mémoire de l’holocauste nazi et de l’Occupation. Et d’autre part, assez massivement, sur les études postcoloniales.

5Les grands mouvement et groupements littéraires ne sont pas présents au même degré dans les études littéraires et culturelles, mais dans les domaines des avant-gardes il y a eu de très bons travaux sur Dada et le Surréalisme, surtout dans leurs dimensions visuelles. Ainsi deux livres de référence – sur la critique d’art des écrivains surréalistes d’Elza Adamowicz, publié en France, et sur Hans Arp, sculpteur et poète, (Yale University Press) par Eric Robertson – ont été publiés par des chercheurs dans des départements de français britanniques, ainsi que deux monographies, sur l’objet dans le surréalisme par Joanna Malt, et sur la poésie de Tristan Tzara par Stephen Forcer, issues de thèse de doctorat. Un ensemble significatif de publications portent sur les retentissements chez les intellectuels et les littéraires de la guerre, de l’idéologie et de la politique, surtout dans le cadre de la première guerre mondiale, les crises des années 30, l’Occupation, la guerre d’Algérie. Les études sur le théâtre ne sont pas très nombreuses et portent davantage sur les metteurs en scène que sur les dramaturges.

6Comme on le sait les ‘cultural studies’ sont une spécialité anglaise et une des meilleures revues dans le domaine français publié en Grande Bretagne est la revue French Cultural Studies. Beaucoup de travaux sur le vingtième relèvent peu ou prou des ‘cultural studies’ et les meilleurs apportent des perspectives nouvelles sur le champ littéraire, surtout dans les domaines de l’écriture de voyage (‘travel writing’ est un genre qui a reçu ses titres de noblesse dans l’université et dans l’édition britanniques), des études sur la ville et sur les lieux ou l’espace en général, sur le roman policier, y compris le polar. Les études sur la bande dessinée, et sur la musique (y compris la chanson), ont pris un certain essor ces dernières années, et les ‘lesbian, gay et queer studies’ prennent de plus en plus d’envergure, inspirant des travaux importants sur la masculinité, la littérature du sida, ou le ‘gender bending’ (le mixage ou subversion des genres) dans le sillage des travaux du philosophe américain Judith Butler.

7Ce qu’on appelle les ‘Text and Image studies’ (études sur le rapport texte/image) sont particulièrement foisonnantes en Grande-Bretagne et les chercheurs anglo-saxons contribuent d’une manière significative à l’expansion de ce champ sur le plan international. Il ne s’agit pas uniquement du 20e siècle bien sûr, mais pour cette période, comme pour d’autres, les publications témoignent d’une richesse intellectuelle, d’une diversité, et d’une créativité souvent impressionnantes. On peut signaler en particulier des études très influentes sur les rapports entre littérature et photographie faisant preuve d’un mélange d’érudition, de finesse conceptuelle et d’élaboration théorique.

8Les études sur le cinéma sont de plus en plus l’apanage des départements de langues modernes en Grande Bretagne, et un nombre important de chercheurs, surtout les vingtièmistes, consacrent une partie de leur temps de recherche au septième art. À côté des études de films individuels on trouve des monographies de grande qualité sur des cinéastes français contemporains (une collection publiée par les presses universitaires de Manchester comprend d’ores et déjà des études sur une vingtaine de cinéastes, la plupart par des chercheurs britanniques, sur Clouzot, Resnais, Denis, Beineix, Besson, et al.). On constate dans les meilleurs travaux une attention très précise à la spécificité de l’œuvre cinématographique et la mise à contribution de connaissances littéraires, philosophiques et théoriques. De plus en plus un dialogue se met en place entre les études filmiques et la philosophie contemporaine.

9Les chercheurs britanniques en études françaises, et surtout les vingtièmistes, ont continué à jouer un rôle essentiel dans la dissémination de la pensée française moderne et contemporaine. Comme dans d’autres domaines, le cinéma par exemple, on trouve parfois une tendance à la description et à l’exposition mais les meilleurs travaux – sur Blanchot, Sartre, Klossowski, Deleuze – articulant souvent les rapports entre philosophie, littérature, psychanalyse, et anthropologie, mettent en place un réseau conceptuel apte à soutenir la recherche interdisciplinaire dans les humanités plus généralement.

10Comme aux États-Unis, les études francophones et postcoloniales occupent une place de plus en plus importante dans le paysage de la recherche dans les départements de français. On a pu constater récemment une expansion progressive du champ géographique et culturel, les travaux sur les aires traditionnelles (Maghreb, îles caraïbes, Afrique noire et Québec) étant accompagnés par de nouvelles recherches sur l’Indochine ou l’Océan indien. D’autre part, on prend plus en compte la littérature coloniale (y compris les récits de voyage) et l’histoire coloniale. Les auteurs déjà canoniques sont abordés dans des perspectives critiques et théoriques plus élaborées qu’auparavant, et en même temps les chercheurs s’occupent d’une manière plus informée et plus sophistiqué de la littérature et la culture contemporaines. Certains travaux interrogent le statut de la France en tant que société postcoloniale. Là où on avait tendance à favoriser l’analyse des textes littéraires, l’angle de vision s’élargit pour embrasser d’autres formes et genres, notamment la musique, le cinéma, la télévision et d’autres manifestations de la culture visuelle comme la Bande Dessinée. Certains travaux récents tendent à montrer que les perspectives de la critique francophone postcoloniale influent sur des domaines comme les études sur la traduction et la littérature comparée.

11De plus en plus ancrées au cœur des études françaises dans les universités britanniques, les études postcoloniales ont inspiré des publications d’une haute qualité intellectuelle qui vont contribuer aux débats plus généraux dans ce domaine, bien implanté depuis un certain nombre d’années dans les départements d’anglais. Les études postcoloniales, comme les études filmiques, les women’s studies, et les gay and lesbian studies permettent aux spécialistes du domaine français de travailler avec leurs homologues dans d’autres départements de langue, y compris l’anglais. D’autre part, les chercheurs en francophonie et études postcoloniales n’hésitent plus à s’occuper des grands thèmes du monde contemporain tels que le trans-nationalisme, la globalisation, la migration et les contacts entre les cultures. À côté d’un nombre impressionnant de manuels et d’œuvres de synthèse, et la création de nouvelles revues, comme Francophone Postcolonial Studies, on a vu dans les cinq dernières années la publication d’une série de livres importants. Par exemple, une réflexion de fond de Nicholas Harrison sur le statut du littéraire dans l’écriture postcoloniale ; deux livres de Celia Britton – d’une part, sur Edouard Glissant, et d’autre part sur la notion de communauté dans la littérature des îles caraïbes, s’appuyant sur les travaux de Jean-Luc Nacy ; deux livres de Jane Hiddleston dont un sur Assia Djebar ; des livres de Maeve McCusker et de Lorna Milne sur Chamoiseau ; un livre de Michael Syrotinski sur l’inscription du sujet dans la littérature et la pensée africaine. De plus Michael Syrotinski et Jane Hiddleston ont tous les deux écrit des livres où s’élabore un dialogue fécond entre la pensée derridienne de la déconstruction et le domaine postcolonial.

12Des chercheurs britanniques ont participé à l’établissement d’un certain nombre d’éditions critiques. Par exemple, c’est une équipe britannique, mené par Alastair Duncan, qui a procuré l’édition des romans de Claude Simon dans la Bibliothèque de la Pléiade chez Gallimard. David Walker, grand spécialiste de Gide, a édité chez Gallimard la correspondance en deux volumes d’André Gide et d’Eugène Rouart. C’est aussi à Walker qu’on a confié l’édition, toujours chez Gallimard, et dorénavant dans la collection ‘Folio’, d’une nouvelle inédite de Gide, Le Ramier. Par ailleurs Walker mène à Sheffield une équipe de chercheurs qui a reçu d’importantes subventions de la part de la British Academy pour la création d’éditions électroniques. Et c’est dans ce cadre qu’un chercheur français, Pascal Mercier, est venu travailler à Sheffield, sur une édition CD Rom des Caves du Vatican. C’est encore Pascal Mercier qui a procuré chez Gallimard la correspondance entre Paul Valery, Piere Louÿs, et André Gide. John Flower a édité la correspondance entre François Mauriac et Jean Paulhan. À Newcastle, Brian Stimson dirige les travaux d’une équipe qui se consacre à la traduction d’une importante sélection des Cahiers de Paul Valéry. Stimson collabore par ailleurs, comme Paul Gifford à St Andrews, aux travaux de l’équipe Valery à l’ITEM. D’autres chercheurs britanniques, comme le regretté Richard Bayles, mais aussi Marion Schmid à Édimbourg, et Edward Hughes à Londres, ont été impliqué dans les travaux éditoriaux majeurs qui se poursuivent actuellement sur Proust en France.

13Quelques remarques sur les modalités de publication. Un certain nombre des chercheurs britanniques travaillant sur le vingtième siècle publient des articles assez régulièrement dans des revues françaises ainsi que dans les ouvrages collectifs liés à des colloques en France. Mais la majorité des livres et articles sont publiés en langue anglaise, par des éditeurs et des revues britanniques, européennes et américaines. Les éditeurs les plus fréquents pour le vingtième sont les presses universitaires d’Oxford, de Cambridge, de Liverpool, de Manchester, et d’Édimbourg, Rodopi à Amsterdam, Peter Lang à Oxford et à Bern, Legenda à Oxford. Certains chercheurs britanniques publient leurs livres aux États-Unis, mais assez peu. Pour ce qui est des revues, les vingtièmistes anglais publient dans beaucoup de pays, mais les revues les plus importantes publiées en Grande-Bretagne sont French Studies, revue de réputation internationale depuis une quarantaine d’années, Nottingham French Studies, et French Cultural Studies qui a maintenant quinze ans d’activité. La Modern Language Review (publié par une association nationale, la Modern Humanities Research Association) est partagée avec les autres langues romanes et aussi l’allemand, comme c’est le cas pour Forum for Modern Language Studies publié à St. Andrews, et Romance Studies, publié au Pays de Galles. La Review of French Cinema, qui existe depuis trois ans, a une bonne réputation dans le secteur, tout comme la nouvelle revue Francophone Postcolonial Studies. Le Journal of Romance Studies a aussi une bonne réputation.

 

14Après ce tour d’horizon général, revenons en plus de détail sur un certain nombre d’aspects de ce bilan. Et d’abord à la contribution des britanniques aux études sur la pensée française. Un livre comme celui de Leslie Hill de l’université de Warwick, sur les rapports entre Bataille, Blanchot et Klossowski, et un autre livre de Leslie Hill sur Derrida, exemplifient un courant majeur de la critique en Angleterre où, comme on le sait, les études littéraires ont évolué en liaison étroite avec la prise en considération des apports de la philosophie et de la théorie en France. On n’est donc pas étonné que le livre de Martin Crowley sur Robert Antelme ait été rapidement traduit en français. Dans les cinq dernières années les universitaires britanniques ont écrit des livres d’une grande portée sur Jean Paulhan, Jean-Luc Nancy, Derrida, Lévi-Strauss, Paul Virilio, Guy Debord, Benjamin Fondane, et Michel Foucault. On pourrait aussi mentionner d’importantes contributions, sous la forme d’articles, à la réflexion sur Barthes, Bourdieu, Rancière, et plusieurs autres figures notoires. Toujours dans le champ de la pensée, on peut citer un type de travaux, bien représenté chez nous, où l’histoire des idées, la réflexion théorique, et l’étude des textes littéraires et visuels se combinent à partir de notions telles que le quotidien (Michael Sheringham), le biographique (Ann Jefferson), le lesbianisme (Lucille Cairns), les rapports entre la théorie et la musique (Peter Dayan), le nihilisme, la littérature de jeunesse, la lecture des midinettes, où le rapport entre la France et d’autres cultures – la Chine par exemple, dans un livre récent d’Alex Hughes, ou le Japon, sujet d’un livre d’Akane Kawakami de l’Université de Londres. L’influence des ‘trauma studies’ et des études sur la ‘post-mémoire’ inspirées par des chercheurs américains comme Caruth et Hirsch s’est faite ressentir dans les études littéraires, souvent en rapport avec les questions de ‘gender’, et du visuel. La question de la mémoire revient sans cesse dans les travaux des dix dernières années, et on entend souvent parler maintenant des ‘memory studies’.

15Je voudrais revenir aussi à la question des études visuelles pour souligner un aspect qui me semble assez caractéristique, à savoir l’absence de cloisonnement entre les différents média traités (cinéma, photographie, œuvres plastiques), et les études littéraires. Rappelons qu’il s’agit de travaux menés non pas dans des départements ou des équipes séparés ou distincts mais dans un cadre où l’enseignement et la recherche vont de pair, et où la vocation des départements de français est de plus en plus de situer les études littéraires dans une gamme d’autres domaines, comme la pensée et le visuel. Et rappelons aussi que ce sont souvent les mêmes chercheurs qui travaillent et publient dans des domaines multiples qui peuvent sembler a priori assez distincts, et qui ont pris l’habitude dans l’enseignement et dans les rapports collégiaux de passer rapidement d’un secteur à l’autre. On trouve ainsi beaucoup d’articles traitant de figures comme Hervé Guibert, Sophie Calle, ou Pascal Convert, dont l’œuvre est à cheval sur le visuel et le verbal. Ou, dans un autre secteur – la poésie – d’importants travaux sur Bernard Noël, sur Christian Dotremont, ou Blaise Cendrars. Nombre de travaux de chercheurs britanniques sur le cinéma – sur Godard, Cocteau ou Chis Marker (je pense en particulier à un article sur Marker et Proust) – ont tendance à maintenir un lien avec la pensée et avec le littéraire. De même, dans les travaux sur la peinture – par exemple le livre de Peter Read sur Apollinaire et Picasso, publié d’abord en France, et salué par Philippe Sollers dans Le Monde des livres, et récemment traduit en anglais ; ou bien les livres d’Eric Robertson sur Arp, ou de Jean Duffy sur Michel Butor et les arts plastiques – on trouve le souci de forger une approche intrinsèquement interdisciplinaire. On peut aussi noter, comme je l’ai déjà signalé, un croisement des études postcoloniales avec les arts visuels, par exemple dans des travaux sur La Bataille d’Alger de Pontecorvo, ou sur des récits de Leïla Sebbar ou de Nina Bouraoui ; ou avec les études sur les résonances de l’holocauste, par exemple dans le cas d’une équipe à l’université de Leeds qui mène un travail collectif sur Nuit et Brouillard d’Alain Resnais et Jean Cayrol. Une autre équipe de Leeds, sous la direction de Margaret Atack, travaille sur le roman français et la deuxième guerre mondiale. Les spécialistes britanniques de la bande dessinée ont aussi eu le souci de commenter les interférences entre cet art et le domaine littéraire, tandis que les travaux de Dee Reynolds à Manchester, sur la danse et la chorégraphie moderne, vont dans le même sens. Pour ce qui est de la poésie, malgré un déclin global, des études de grande qualité sur la poésie du 20e siècle ont paru récemment – par exemple celles d’Andrew Rothwell, spécialiste de Bernard Noël, et de Emma Wagstaff qui a publié un beau livre sur Jaccottet et Du Bouchet.

16Quant au champ autobiographique, très présent comme on l’a vu, il faudrait ajouter à ce qui a déjà été recensé, deux livres de Sean Hand sur Michel Leiris : une étude générale, et un autre livre sur la critique littéraire, artistique et musicale de l’auteur. Un livre de Deborah Kelly sur l’autobiographie chez les écrivains féminins au Maghreb comprend une étude sur Assia Djebar, auteur qui a inspiré un bon livre de Jane Hiddleston et de nombreux articles d’Ana de Mediros, et al.

17En conclusion, je voudrais signaler trois points. D’abord, les études de type classique sur beaucoup de grands auteurs du 20e piétinent un peu. S’il y a toujours de bons travaux sur Proust, Sartre, et Perec on ne trouve pas beaucoup d’études sur Apollinaire, Gide, Malraux, Céline, Claudel, Ponge, Bonnefoy ou Gracq. Affaire de mode sans doute, dans une certaine mesure, ou de saturation dans certains cas. En revanche, comme je l’ai souligné, la pensée et la théorie, le visuel, le gender, l’autobiographique, la mémoire, et le postcolonial sont en pleine vigueur, et c’est par rapport à ces centres d’intérêt que se renouvelle souvent la lecture des grands auteurs.

18Deuxième point : pour ce qui est du domaine britannique il est de plus en plus difficile – et sans doute inutile – de séparer les études littéraires des études culturelles, postcoloniales, interdisciplinaires, et ainsi de suite. Il n’y a pas, chez nous, d’un côté, l’étude de la littérature, et de l’autre côté l’étude de la mémoire de la Shoah, des représentations du viol, de la question du quotidien, du biographique. Tout cela s’immisce dans, et s’enchevêtre avec, le littéraire. Mais cela ne veut pas dire que les études strictement littéraires ont été abandonnées – au contraire, comme en France, un renouveau d’intérêt pour l’histoire littéraire s’est fait sentir récemment. Cela veut dire plutôt que dans les départements de français, où le travail en équipe est de plus en plus encouragé, des spécialistes du cinéma, de l’histoire, des questions de gender ou de francophonie, travaillent côte à côte ; et d’ailleurs, de plus en plus, nos jeunes collègues poursuivent tour à tour des recherches de types différents. Dans ce contexte – troisième point – les vingtièmistes gagnent beaucoup, puisqu’au niveau de l’enseignement c’est le vingtième qui prime de plus en plus auprès des étudiants. Or, le renouveau des études littéraires des époques précédentes – du Moyen Âge au 19e siècle – a souvent consisté en l’application d’approches et de grilles de lecture qui sont au centre des transformations théoriques et intellectuelles de la fin du 20e siècle. Là aussi, le décloisonnement est de mise, les collègues travaillant sur des époques différentes, et aussi sur des littératures différentes, trouvant profit dans l’échange d’idées et de projets.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search