Version classiqueVersion mobile

La littérature française du 20e siècle lue de l'étranger

 | 
Dominique Viart

La littérature française dans les universités francophones

Les études françaises au Liban : une vieille histoire et ses mutations

Charif Majdalani

Texte intégral

1La spécificité des études françaises au Liban est liée à la singularité du statut de la langue française dans ce pays. Parmi les nations ayant le français en partage, le Liban occupe une place particulière du fait que cette langue n’y est ni la langue unique, ni une langue seconde imposée à côté d’un idiome d’origine par les aléas de l’histoire. Au contraire, le français a toujours été librement choisi par ses locuteurs libanais, pour des raisons diverses qu’il n’est pas opportun de traiter ici, mais qui sont dues aux relations étroites qu’a toujours entretenue une part de la population libanaise avec l’Occident et avec la France en particulier. Ces relations ont très tôt entraîné par exemple l’adoption du français comme langue de l’enseignement scolaire. Dans le secteur privé, les établissements les plus importants conservent aussi le programme français aux côtés du programme officiel libanais, ainsi que la tradition de préparation des élèves au baccalauréat hexagonal. Dans les établissements privés de moindre ampleur et dans les écoles publiques, le français demeure également important du fait que le cursus scolaire libanais et son baccalauréat ont pendant longtemps été fortement influencés par les programmes venus de France et que l’enseignement de la littérature française se maintient, malgré les transformations périodiques auxquelles il est soumis.

2Tout cela explique la présence de départements d’études françaises et des départements de didactique de cette langue et de sa littérature dans la plupart des universités libanaises. Historiquement, les études françaises ont vu le jour à l’École supérieure des lettres de Beyrouth. Cette institution, liée à l’Université de Lyon II et qui jouira longtemps d’un immense prestige, est fondée en 1945 par Gabriel Bounoure, le spécialiste de René Char et de Pierre Jean Jouve, secondé par le poète Georges Schéhadé. En 1951, et pour contrer l’influence des deux grandes universités privées déjà anciennes (l’Université Saint-Joseph et l’Université Américaine), l’état libanais crée l’Université Libanaise, dont la Faculté de pédagogie accueille un Département de langue et de littérature françaises, avant qu’une Faculté de Lettres proprement dite ne voie le jour en 1959, où est implantée un nouveau Département de langue et littérature françaises, plus spécifiquement dirigé vers la recherche et les études doctorales. À partir de ce moment, l’École supérieure des lettres et l’Université Libanaise vont se partager les études et les étudiants en lettres françaises, jusqu’en 1975 où une décision du gouvernement français, sans rapport avec le déclenchement de la guerre civile mais l’accompagnant (ce qui légitimera a posteriori une décision jugée en son temps désastreuse), aboutit à la fermeture de l’École supérieure des lettres. Après deux années de flottement dues précisément à la guerre, les professeurs libanais de l’École des lettres proposent à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, pionnière entre autres dans l’étude des littératures orientales anciennes, la fondation d’une Faculté de lettres et de Sciences humaines qui serait l’héritière de la défunte École des Lettres. En 1977 cette Faculté est instaurée, avec un Département de lettres françaises comme pilier. À la sortie de la guerre, une structure du même genre accompagne la création de l’Université de Balamand, dans les environs de la ville de Tripoli tandis que l’Université du Saint-Esprit de l’ordre des moines maronites, traditionnellement tournée vers les études théologiques et philosophiques, fonde un département de langue et de littérature françaises, en 1997.

3Ainsi, sur cinq grandes universités libanaises, quatre possèdent aujourd’hui des départements de français (seule l’Université américaine n’en compte pas, et pour cause). Mais ces départements ne sont pas exactement de même nature. Alors que ceux des universités Libanaise, du Saint-Esprit et de Balamand intègrent aux cursus littéraires l’étude de la langue et de la civilisation françaises, comme le nom de leurs départements l’indique, et ne privilégient les pures études de littérature française qu’au deuxième cycle, le Département de lettres françaises de l’Université Saint-Joseph est de son côté un département d’études exclusivement littéraires.

 

4S’il fallait faire l’histoire et la généalogie de la conception des études françaises au Liban, il faudrait remonter au début des années soixante, date approximative où ces études ont pris leur véritable essor, un essor basé sur une rivalité entre l’École supérieure des lettres et l’Université Libanaise. Cette rivalité fructueuse était à l’image de la prospérité économique et intellectuelle du Liban entre 1960 et 1975. Si l’on en fait un bilan même approximatif, on pourrait remarquer deux faits. Le premier, c’est que les études françaises ont surfé à ce moment sur la grande et triomphale vague des sciences humaines à la mode en France. La critique formaliste, la sociocritique et les études structurales de l’imaginaire eurent donc leur heure de gloire beyrouthine. Le deuxième fait, c’est que les études littéraires françaises allaient aussi et durablement s’ancrer dans le champ contemporain en prenant pour objet d’étude les productions de leur époque. Si on regarde le contenu des numéros des Cahiers de l’École supérieure des lettres entre 1971 et 1974, on remarque une prédilection pour l’étude sociologique du roman, l’analyse de la structuration de l’imaginaire ou les études linguistiques des textes. Parallèlement, de nombreux articles portent sur la littérature contemporaine, notamment le théâtre, celui d’Adamov ou celui de Becket, sans doute sous l’influence des travaux de Michel Corvin, historien du théâtre et directeur à ce moment de l’École des lettres, mais aussi parce que ces années étaient ceux d’une explosion de l’expérimentation théâtrale arabe dont le Liban était le terreau le plus fertile et Beyrouth le centre même.

5Ces choix et ces tendances critiques allaient avoir une grande importance, parce que toute la génération de chercheurs et de professeurs destinés à prendre la relève, notamment durant la guerre, tant à l’Université Libanaise qu’à l’Université Saint-Joseph allaient vivre sur cet acquis, et cela jusqu’au milieu des années quatre vingt dix. Dans un regard rapide sur le contenu des Annales de lettres françaises du Département de lettres françaises de l’Université Saint-Joseph entre ses débuts en 1983 et 1990 et sur les six premiers numéros (1986-1989) de la revue Phares, publiée en grande partie par des professeurs de l’Université libanaise mais hors de cette institution, on remarque que le vingtième siècle comme objet d’étude demeure fort, même si le contemporain y est tout relatif désormais (avec des écrivains déjà considérés comme des aînés, tels Duras, Tournier, Simon, Genet) et ne règne plus sans partage (avec des études sur Apollinaire, Proust ou, encore Mallarmé). Quant à l’outil critique dominant, c’est encore celui de l’héritage de la période précédente, avec des études narratologiques, structurales à la manière de Greimas ou encore proprement linguistiques ou sociocritiques, même si, notamment dans les Annales de lettres françaises, une certaine résistance se fait sentir, elle-même issue des réticences qui pouvaient parfois se faire jour du temps de l’École des lettres à l’encontre de la pensée dominante.

6Cet état des choses change cependant peu à peu, notamment au Département de lettres françaises de l’Université Saint-Joseph, plus apte à se développer et à s’ouvrir que celui de l’Université libanaise où les blocages dans le recrutement d’un sang neuf se sont trouvés liés à des problèmes d’ordre politique touchant à la structure même de l’édifice communautaire libanais. À l’Université Saint-Joseph, à partir du milieu des années quatre-vingt-dix, les choses évoluent donc, en particulier avec la réintroduction de l’histoire littéraire, la recontextualisation des textes, l’introduction de la littérature comparée dans le but de mettre la littérature française contemporaine en situation au sein du champ littéraire mondial, mais aussi avec l’introduction d’études trans-sémiotiques, intertextuelles ou imagologiques. Une ouverture plus grande sur la littérature contemporaine et ses problématiques propres marque aussi l’évolution de ce Département, qui prend par ailleurs le parti de nouer des liens avec des équipes de chercheurs français travaillant sur la perspective du retour du geste rhétorique dans les études littéraires aux côtés du geste purement herméneutique. Cette nouvelle manière d’envisager les études littéraires trouve dans ce Département une sorte de port d’accueil et se développent alors des expériences et des recherches intéressantes sur la théorie des textes possibles et la poétique des variantes, le tout allant dans le sens de l’encouragement à une forme de productivité de textes aux côtés du simple travail de commentaire. De ces diverses évolutions témoigne évidemment le contenu et la politique générale des Annales de lettres françaises, devenues dans l’intervalle la revue Acanthe (à partir de 2000), et dans laquelle un numéro spécial est par exemple consacré à Olivier Rolin, un autre à un colloque sur l’état de la poésie contemporaine en France, ou encore un numéro sur un colloque consacré à la question des textes possibles et des variantes, sans compter les nombreuses études trans-sémiotiques ou comparées.

7À côté de ce lent déplacement hors de l’attraction de la critique issue des sciences humaines, l’histoire des études françaises au Liban est marquée par un autre grand tournant, celui de l’irruption de la littérature francophone comme objet d’étude. Le mot irruption se justifie du fait que la littérature francophone, d’abord libanaise, puis plus généralement de langue française, s’est littéralement constituée en corpus de manière brusque, au tout début des années quatre vingt dix. Ces années sont celles de la sortie de la guerre civile, et la question reste de savoir s’il y aurait là un rapport de cause à effet, par exemple le fait que la fin de la guerre a permis une sorte de redécouverte de soi, un réévaluation nationale de la littérature francophone après des périodes de crises politiques imposant d’abord la survie des études françaises et la sauvegarde des instruments critiques. Peut-être. L’essentiel est que, à partir de 1991, les travaux portant sur les écrivains libanais de langue française se généralisent subitement. Fouad Gabriel Naffah, Georges Schéhadé, Farjallah Haïk ou Nadia Tuéni apparaissent comme objets d’étude dans les Annales de lettres françaises de l’Université Saint-Joseph aussi bien que dans les textes consacrés aux études françaises inclus dans les revues naissantes des Universités du Saint-Esprit ou de Balamand. Mais cette mutation des études françaises, on peut la suivre à travers l’exemple saisissant du contenu de la revue Phares depuis sa parution. Entre 1986 et 1990, Phares publie des textes sur Proust, Mallarmé, Gide, Valéry, Bove ou Genet. On y trouve un seul article sur Schéhadé et un seul sur la poétesse Nadia Tuéni. Après quoi, de 1991 à 1994, et outre deux articles sur Claude Simon, l’ensemble du contenu de la revue se trouve consacré aux écrivains francophones libanais, avec l’apparition d’Amine Maalouf. La première série de la revue se clôt en 1995 sur un sommaire exclusivement consacré à la littérature libanaise d’expression française. Lorsque la revue renaît en 2003, le champ s’est élargi avec la publication des actes d’un colloque sur les littératures francophones en général, celles du Liban, du monde arabe et d’Afrique en particulier.

8Cette mutation, accompagnée d’un choix d’approches critiques spécifiquement thématiques ou liées aux relations interculturelles, est une des caractéristiques les plus récentes des études françaises au Liban. Elle se manifeste par la tenue de nombreux colloques, notamment à l’Université Libanaise, tandis qu’à l’Université Saint-Joseph est créée une Chaire de francophonie et que les universitaires multiplient les anthologies et les ouvrages d’histoire de la littérature francophone libanaise ou du Machreq. Mais au Département de lettres françaises de l’Université Saint-Joseph s’est également développée une réflexion d’un autre type, qui privilégie l’histoire comparée des littératures europhones (celles qui s’expriment dans les langues européennes hors d’Europe) entre elles et leur mise en situation face aux littératures d’Europe. Cette réflexion pourrait permettre de mesurer les enjeux réels et le rôle effectif de la littérature de langue française dans son ensemble au sein de la géographie littéraire mondiale entièrement chamboulée aujourd’hui par la puissance inattendue des littératures émergentes. Cette réflexion pionnière pourrait donner à l’avenir leur originalité aux études littéraires françaises et comparées au Liban.

Bibliographie

Cahiers de l’École supérieure des lettres de Beyrouth, Beyrouth, 1972-1974.

Annales de lettres françaises, revue du Département de lettres françaises de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de l’Université Saint-Joseph, Beyrouth, 1983-1999.

Acanthe, Annales de lettres françaises, revue du Département de lettres françaises de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de l’Université Saint-Joseph, Beyrouth, depuis 2000.

Phares (Manarat), Tripoli, 1986-1995. Nouvelle série, 2003-2004.

Annales de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines – Université de Balamand, Tripoli, depuis 1998.

Revue des lettres et de traduction, Université du Saint-Esprit de Kaslik, Beyrouth, depuis 1995.

Feuilles Universitaires, revue de la ligue des Professeurs de l’Université Libanaise, Beyrouth, depuis 1975.

Auteur

Université Saint-Joseph, Beyrouth, Liban

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search