Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La littérature française du 20e siècle lue de l'étranger

 | 
Dominique Viart

La littérature française dans les universités francophones

La littérature française du 20e siècle lue du Québec : interdisciplinarité, contemporanéité, décloisonnement1.

Marie-Pascale Huglo

Texte intégral

  • 1 Je remercie l’Association Internationale des Études Québécoises (AIEQ) pour son soutien, sans lequ (...)
  • 2 Notons que les recherches individuelles ne sont pas systématiquement affiliées à un Centre univers (...)

1Le réseau universitaire de la province du Québec est plutôt restreint mais actif. On compte neuf universités francophones au total. Sept d’entre elles proposent une formation en Lettres et déploient des activités de recherche dans ce domaine. Se distinguent tout particulièrement l’Université Laval à Québec, l’Université de Montréal, l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et, en région, l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) et l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR). Du côté des universités anglophones, on en compte trois : l’Université Bishop à Sherbrooke et, à Montréal, les universités Concordia et McGill. Au sein de ce réseau universitaire, la recherche passe par des chaires et par des Centres interuniversitaires, qui regroupent des projets d’équipe ou individuels. Ces projets sont le plus souvent subventionnés soit par un organisme fédéral (canadien) soit par un organisme provincial (québécois)2. Les subventions de recherche sont octroyées par concours national ou provincial. Il existe de nombreux échanges entre le Québec et la France aux niveaux des études (échanges et co-tutelles), de la recherche et des publications, entre autres dans les revues.

2Trois traits distinctifs se dégagent de l’approche québécoise de la littérature française du 20e siècle : l’interdisciplinarité, la contemporanéité et le décloisonnement. Ces grandes tendances n’enlèvent rien à la diversité de recherches et des publications québécoises, qui ne se rassemblent pas toutes sous l’une ou l’autre de ces bannières. Réciproquement, chacune de ces tendances regroupe des approches et des objets différents qu’il importe de distinguer. Enfin, il existe d’inévitables recoupements entre l’interdisciplinarité, la contemporanéité et le décloisonnement qui, dans certains cas, constituent trois facettes complémentaires d’une même perspective de recherche. Sans négliger le rôle des institutions dans la configuration de la recherche au Québec j’éviterai, dans cette présentation, de multiplier les noms et les références afin de me concentrer sur les approches théorico-méthodologiques d’ensemble et les principaux objets d’études.

1- Interdisciplinarité

  • 3 Le baccalauréat en études littéraires de l’Université Laval (qui équivaut à une licence) propose c (...)

3Les institutions et les organismes de recherche de niveau universitaire affichent leur interdisciplinarité à différents titres. Les deux plus gros départements d’études littéraires, ceux de l’Université Laval et de l’UQAM, enseignent conjointement la littérature et le cinéma ainsi que les médias3. À l’UQAC, le Département des Arts et lettres regroupe des professeurs et chercheurs en littérature, en arts visuels et plastiques, en théâtre, en cinéma, etc. À l’Université de Montréal, il existe des programmes bi-disciplinaire et pluridisciplinaires, tel le programme de lettres et sciences humaines qui regroupe cinq départements : philosophie, histoire, littérature comparée, littératures de langue française, histoire de l’art. À McGill comme à Concordia et l’Université Sherbrooke, la traduction peut se joindre à la formation littéraire. On pourrait multiplier les exemples mais, chose certaine, plus d’un département enseigne les littératures parallèlement à d’autres arts, disciplines et pratiques communicationnelles.

  • 4 On pourra retrouver cette présentation et les suivantes sur Érudit, le portail de la recherche qué (...)
  • 5 Les dossiers mentionnés sont les suivants : « Le verset moderne », Études littéraires, vol. 39, no(...)

4La pluridisciplinarité ressort également à l’examen des principales revues de recherche, fondées pour la plupart dans les années soixante. La manière dont ces revues se présentent est significative à cet égard. Si certaines d’entre elles affichent une approche interdisciplinaire avant tout, d’autres maintiennent les études littéraires au premier rang. C’est le cas pour Études littéraires, rattachée au Département des littératures de l’Université Laval. De toutes les revues savantes québécoises, Études littéraires est celle qui revendique une perspective littéraire exclusive : « Elle publie des « dossiers » et des « analyses » portant principalement sur les littératures d’expression française […] D’orientation théorique et critique [elle] vise à faire état de la recherche actuelle dans la discipline des Études littéraires […]4 ». Les parutions récentes soulignent l’intérêt de la revue pour la poétique des genres (avec, par exemple, un numéro sur le verset moderne et un autre sur l’essai), l’esthétique romanesque (« esthétiques de l’invective » ; « le comique de répétition ») et l’histoire littéraire (« Réseaux littéraires France-Québec [1900-1940] »). La théorie et la critique sont ici étroitement imbriquées et, dans le domaine de l’histoire littéraire, il faut aussi mentionner le dossier sur les écrivains français méconnus du 20e siècle dirigé par François Ouellet. Une partie des recherches que François Ouellet mène dans le contexte de la chaire du Canada sur le roman moderne à l’Université du Québec à Chicoutimi porte sur la reconnaissance de romanciers français longtemps restés méconnus, parmi lesquels figurent, entre autres, Henri Calet et Emmanuel Bove5.

  • 6 « Le personnage du roman », Études françaises, vol. 41, no 1, 2005 ; « Réécrire au féminin : prati (...)

5La revue Études françaises, rattachée au Département des littératures de langues française de l’Université de Montréal, s’intéresse « aux littératures de langue française, aux rapports entre les arts et les sciences humaines, les discours et l’écriture ». Sa perspective est, dans l’ensemble, plus critique que théorique. Autant de nombreux dossiers d’Études françaises portent exclusivement sur la littérature autour d’un thème rassembleur (le personnage de roman ; la réécriture au féminin) ou d’un auteur, (Pascal Quignard, Jean Tortel, Jacques Derrida), autant quelques dossiers abordent la littérature conjointement avec d’autres pratiques culturelles et approches disciplinaires : je pense entre autres aux numéros sur la littérature au contact du visuel, sur la presse et la littérature, sur Internet ou encore les imaginaires de la voix6. Il faut cependant souligner que ces ouvertures n’entraînent pas un décentrement de la littérature et des études littéraires au sein de cette revue.

  • 7 Description et Historique de la revue à l’adresse URL
    <http://www.revuetangence.com/> (site consulté le 31 décembre 2008).
  • 8 À titre d’exemple, voir « Images de l’Améridien au Canada francophone », Tangence, no 85, automne (...)

6Tangence, publiée par le Département de lettres de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) et le Département de français de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), revendique une approche plus fortement interdisciplinaire dans une perspective, là encore, plus critique que théorique. « Comme son nom l’indique, Tangence prend pour objet les relations qu’entretient la littérature avec les autres arts, la philosophie et les sciences, de manière à fédérer les savoirs au sein d’une réflexion commune7. » À côté de dossiers sur « les Images de l’Amérindien au Canada francophone » ou sur « les perceptions », on trouve des dossiers sur la littérature selon des perspectives théoriques diverses : sémiotique, esthétique, épistémocritique, poétique, génétiques, sociabilités littéraires8. Cette diversité théorique correspond à la visée de la revue Tangence, qui se veut polyvalente et libre de toute affiliation à une école.

  • 9 Je fais référence aux numéros suivants : « Fortune et actualité de Du sens », Protée, vol. 34, no (...)

7Ce n’est pas le cas de Protée, revue publié par le Département des arts et lettres de l’Université du Québec à Chicoutimi, qui s’inscrit dans « le champ diversifié de la sémiotique, définie comme sciences des signes, du langage et des discours ». Si Protée n’hésite pas à proposer des dossiers théoriques sur l’héritage de la sémiotique greimassienne, le symbole, le récit ou la rumeur, elle n’écarte pas pour autant l’analyse de pratiques culturelles et littéraires dans une perspective sémiotique élargie qui tend à se rapprocher de la poétique, comme c’est le cas pour les numéros consacrés aux poétiques de l’archive ou la transposition générique9.

8La revue bilingue Intermédialités. Histoire et théorie des Arts, des lettres et des techniques, dont le premier numéro est paru en 2003, est affilié aux Département d’Histoire de l’art et d’études cinématographiques et des littératures de langue française de l’Université de Montréal. Indissociable de l’émergence du Centre de Recherche en intermédialité (le CRI) à l’Université de Montréal, cette revue postule une perspective fondamentalement interdisciplinaire qu’elle présente en ces termes :

  • 10 Présentation d’Éric Méchoulan sur le site Internet de la revue à l’adresse URL suivante : <http://www.intermedialites.ca/> (site c</http> (...)

Après l’intertextualité qui visait à sortir le texte de son autonomie supposée et lire en lui la mise en œuvre d’autres textes préexistants, le restituant à une chaîne d’énoncés ; après l’interdiscursivité qui saisissait que l’unité est constituée des multiples discours que ramasse et traverse le texte ; voici l’intermédialité qui étudie comment textes et discours ne sont pas seulement des ordres de langage, mais aussi des supports, des modes de transmission, des apprentissages de codes, des leçons de choses10.

  • 11 Présentation du centre sur son site Internet à l’adresse URL suivante : <http://www.cri.histart.ca/>.

9La revue et le Centre du CRI s’intéressent aux relations entre les médias et les pratiques artistiques, à l’émergence et l’institutionnalisation de nouveaux médias et, enfin, au milieu dans lequel les médias prennent forme et sens. Intermédialités a pour ambition de déployer une perspective théorique unique en Amérique du Nord mais polyvalente, qui « permet de mettre [au] jour et d’analyser, à l’aide des nouveaux outils de l’histoire culturelle, médiatique et artistique, un milieu configurant pour les objets, les institutions, les sujets, les communautés, milieu que le CRI définit comme [une] intrication médiatique11 ». Cependant, si le CRI se présente comme « le premier centre de recherche au Québec et au Canada sur les rapports intermédiatiques et leurs implications historiques, sociologiques, culturelles et politiques », il n’est pas le seul à s’intéresser aux médias et aux médiations, qui mobilisent une part importante des recherches effectuées dans le cadre d’un autre Centre de recherche, Figura, dont l’ancrage se trouve à l’UQAM.

10Les notions englobantes d’imaginaire, de figure et de texte forment le noyau du Centre de recherche Figura. Figura rejette toute perspective théorique unique et se revendique comme un organisme fédérateur dont la cohérence tient moins à une nouvelle perspective interdisciplinaire – telle l’intermédialité – qu’à un champ de recherche ouvert :

  • 12 Présentation du Centre de recherche Figura à l’adresse Internet : <www.figura.uqam.ca/> (site consulté le 31 décembre 2</www>

Figura se donne le mandat de faire une synthèse des avenues de recherche sur la figure, le texte et l’imaginaire et de proposer non pas une théorie unifiée mais une version cohérente de ce champ de recherche. Les orientations générales de Figura, axées sur trois perspectives théoriques – l’imaginaire, la figure et le texte –, reposent sur cette conception d’un champ de recherche. On n’y trouvera pas de délimitations territoriales ou nationales. Les méthodologies sont, de la même façon, multiples et à la croisée des disciplines. Le champ des sciences humaines, de l’histoire de l’art, ainsi que des études littéraires et cinématographiques est un lieu d’investigation théorique important. Figura est le reflet, d’un point de vue épistémologique, de cette multiplicité théorique qui est l’apanage de notre modernité critique12.

  • 13 On trouvera la description de ce projet de recherche et des suivants à la page d’accueil du Départ (...)

11Le pari épistémologique de la multiplicité théorique convient à ce Centre, qui regroupe des chercheurs et des projets parfois disparates, depuis le laboratoire NT2 visant à « prendre la mesure de la situation de transition initiée par l’informatisation de la littérature et de la culture13 » jusqu’à la biographie intellectuelle de Jacques Grasset de Saint-Sauveur (1757-1810). Une telle disparité tient, entre autres, au mode de fonctionnement des Centres de recherche, dont le financement dépend de leur capacité à regrouper le plus de chercheurs actifs possible, mais les projets que Figura rassemble gravitent pour une bonne part autour des mutations contemporaines causées par l’informatisation massive de la culture et ses résonances imaginaires.

  • 14 Centre de recherche interuniversitaire en sociocritique des textes (CRIST). Présentation/cadre heur (...)
  • 15 Centre de recherche interuniversitaire en sociocritique des textes (CRIST). Présentation/cadre heur (...)

12Si Figura entend valoriser un champ de recherche ouvert plutôt qu’une approche théorique définie, le CRIST – ou Centre de Recherche interuniversitaire en sociocritique des textes, également appelé École de Montréal – se présente non pas comme une discipline ou une théorie, mais comme une perspective critique débouchant sur des problématiques et des manières diverses. L’émergence récente du CRIST repose cependant sur des présupposés théoriques précis visant à bien distinguer la sociocritique des textes d’une sociologie de la littérature. Issu du CIADEST, le Centre interuniversitaire d’analyse du discours et de sociocritique des textes, puis du Collège de sociocritique de Montréal, le CRIST entend désormais se démarquer du Collège, qui se serait petit à petit tourné vers la sociologie de la littérature dans un esprit globalement bourdieusien. Il s’agit, pour le CRIST, de mettre en avant une approche véritablement sociocritique définie comme une « herméneutique sociale des textes14 ». Les chercheurs –Pierre Popovic, Marc Angenot et Régine Robin entre autres– reconnaissent « une dette majeure envers les avenues critiques ouvertes par Mikhaïl Bakhtine […] : interaction généralisée des textes et des discours, marquage idéologique des énoncés, étude des dialogismes, prise en compte de la facture hétéroclite des textes. Intertextualité, interdiscursivité, intermédialité sont des dimensions fondamentales prises en compte par le travail de lecture15 ». Tablant sur la singularité des textes en prise avec la sémiosis sociale (il n’y a pas, de ce point de vue, de hors texte), la sociocritique mobilise au besoin diverses approches théoriques, méthodologiques ou disciplinaires (études littéraires, études cinématographiques, histoire de l’art, analyse des discours, sociologie).

  • 16 Pour une description plus complète du CELAT, voir le site Internet du Centre à l’adresse URL : <http://www.celat.ulaval.ca> ; </http> (...)

13Moins fortement ancré dans une herméneutique du texte et des discours, le CELAT, Centre interuniversitaire d’études sur les lettres, les arts et les traditions, s’intéresse avant tout aux identités culturelles. Issu des archives du folklore et orienté en priorité – mais de façon non exclusive – sur l’histoire québécoise, le CELAT rassemble un large éventail disciplinaire. Archéologie, études littéraires, histoire, histoire de l’art, sociologie, linguistique, sémiologie et anthropologie convergent autour d’un champ de recherche relativement plastique portant sur les identités culturelles collectives et individuelles, allant de la question territoriale autochtone jusqu’aux littératures exiliques, post-exiliques et diasporiques16.

14Ce premier tour d’horizon permet déjà de voir que la recherche québécoise tourne le dos tant à une approche du texte en vase clos qu’à une perspective théorique et méthodologique restrictive. La littérature est plutôt abordée en dialogue avec la culture, les médias, les arts, les discours, et si certaines perspectives théoriques se distinguent – je pense à la sémiologie, la sociocritique et l’intermédialité – celles-ci s’avèrent plus englobantes qu’exclusives et revendiquent une posture critique à la croisée des disciplines.

2- Contemporanéité

  • 17 Épistémocritique. Revue d’étude et de recherches sur la littérature et les savoirs, page de présen (...)

15Le deuxième trait caractéristique des recherches québécoises sur la littérature française du 20e siècle est la contemporanéité. Il serait bien sûr erroné de prétendre que toutes les recherches portent sur des questions et un corpus contemporains. La Chaire de François Ouellet sur le roman moderne à l’UQAC étudie le romanciers méconnus du 20e siècle et, participe activement à la « revie littéraire » des romans oubliés des années 20-50. À l’université de Montréal, Michel Pierssens étudie les savoirs de Proust dans une perspective épistémocritique, qui, il faut le souligner, récuse, les « procédures d’isolement disciplinaire17 ». Andrea Oberhuber, pour sa part, étudie les pratiques autobiographiques chez les auteures surréalistes, combinant les approches intermédiales, les Gender studies et la gynocritique. Enfin, un ensemble non négligeable de thèses québécoises sur la littérature française du 20e siècle porte sur des œuvres antérieures aux années quatre-vingts. Il n’en demeure pas moins que la majorité des recherches sur la littérature française du 20e siècle concerne la période contemporaine. Plus spécifiquement encore, elle réfléchit et participe à la construction du contemporain.

16La définition de la Chaire de recherche en littérature contemporaine, détenue par René Audet à l’Université Laval, est indicative en ce sens, puisqu’elle repose sur une distinction entre les traditions critiques littéraires françaises et québécoises :

  • 18 La description de la chaire de recherche en littérature contemporaine de René Audet est tirée du s (...)

Aborder de façon scientifique la culture contemporaine pose le problème de la distance à conserver avec son objet d’étude. C’est pourquoi la tradition critique littéraire en France reporte généralement l’analyse de la littérature contemporaine. Au Québec, au contraire, le discours critique suit de près l’évolution des œuvres littéraires actuelles18.

  • 19 Voir la brève description de NT2 sur le site du Département d’études littéraires de l’UQAM dont l’ (...)
  • 20 Voir supra l’adresse URL du CRILCQ.
  • 21 Adresse Url : <http://auteurs.contemporain.info/>.
  • 22 On peut consulter la revue Temps zéro à l’adresse URL : <http:tempszero.contemporain.info/>.

17À l’instar du laboratoire NT2 du Centre Figura visant « à développer une infrastructure théorique et technique permettant de traiter ces nouvelles formes de textes […], de favoriser leur utilisation et manipulation » autant que leur « compréhension et manipulation19 », la chaire de recherche en littérature contemporaine a pour mission de créer des « outils de recherche consacrés à la diffusion des travaux sur ce corpus et la mise en place d’instances de publication virtuelles20 » visant à délocaliser la recherche. Citons le site Internet auteurs. contemporain. info, qui rassemble la documentation critique sur les œuvres actuelles21, et la revue scientifique Temps zéro, entièrement électronique et gratuite, qui se consacre à l’étude de l’écriture contemporaines sous toutes ses formes et tous ses supports22.

  • 23 À titre indicatif, et sans prétendre épuiser le sujet, les recherches actuelles portent sur les qu (...)

18Si l’analyse des arts et des littératures hypermédiatiques constitue l’un des pôles de la recherche québécoise sur le contemporain, celle-ci porte aussi sur des objets et questions diversifiées suivant des perspectives poétiques, intermédiales ou celle des Gender studies (plus développées au Québec qu’en France)23. À défaut de pouvoir présenter l’ensemble de cette recherche, je m’attarderai sur deux projets basés sur deux conceptions du contemporain, le premier émanant de la chaire de recherche en poétique et esthétique détenue à l’UQAM par Pierre Ouellet, le second de l’équipe de recherche portant sur les littératures narratives contemporaines françaises et québécoise reliée au CRILCQ.

  • 24 Voir les thèses et hypothèses sur le site Internet de la chaire à l’adresse URL suivante : <http:wwwesthetiqueetpoetique.uqam.ca/> (site </http> (...)
  • 25 Idem.
  • 26 L’équipe comprend cinq chercheurs : Robert Dion (Uqam ; responsable du projet), Frances Fortier (U (...)

19Ces deux projets sont intéressants dans la mesure où, à partir d’une perspective poétique et esthétique apparemment comparable, ils envisagent le contemporain de manière différente. L’approche de Pierre Ouellet part de l’idée que « l’histoire actuelle est rhizomatique, [c’est-à-dire] que, d’une certaine manière, plusieurs temporalité sont contemporaines ; on ne vit pas tous au même temps en même temps24. » Ainsi, « Tout est contemporain25 » : le Québec rural, la culture amérindienne et les cultures urbaines coexistent. On ne parle plus dès lors de la mémoire mais des mémoires en constante interaction. Pour l’équipe de recherche sur les littératures narratives en France et au Québec, le contemporain n’est pas une hypothèse de fond mais une construction discursive qui reste à analyser d’un point de vue comparatiste et historique : quelles sont « les modalités de la construction du « contemporain » en France et au Québec depuis 1980 ? » Quels enjeux communs peut-on dégager, mais aussi « quels sont les points de diffraction dans la saisie, la construction et la reconnaissance du contemporain26 ? »

20En somme, l’intérêt des chercheurs québécois pour la littérature contemporaine tient en partie aux institutions universitaires qui valorisent ce champ d’expertise, mais il relève aussi d’une prise en considération de l’hétérogénéité et de la pluralité indissociables de la postmodernité. Une telle hétérogénéité est valorisée par les chercheurs au sein d’un champ d’investigation lui-même considéré comme hétérogène, qu’ils fondent leur réflexion sur les mémoires, les imaginaires, les identités, les Gender studies, les médias ou les discours. Cette tendance nous mène presque directement au troisième trait : le décloisonnement.

3- Décloisonnement

21Si les travaux québécois décloisonnent l’approche de la littérature française au 20e siècle, c’est d’abord et bien sûr en raison de la situation du Québec dans la francophonie et l’espace américain. Il n’est pas rare que la littérature française soit abordée conjointement avec la littérature québécoise, soit que les deux corpus se côtoient de manière distinctive, comme c’est le cas des recherches issues de la chaire de recherche de François Ouellet sur le roman moderne ou des travaux de Jacinthe Martel en génétique littéraire, soit qu’ils fassent l’objet d’une étude comparée axée sur la narrativité contemporaine, comme dans le projet de l’équipe Littérature narratives contemporaine française et québécoise. Dans certaines publications – notamment sur le témoignage et l’écriture du génocide – la littérature française est étudiée parmi d’autres dans l’espace francophone. Mais l’entreprise de décloisonnement dépasse la perspective francophone, qui tend dans l’ensemble à privilégier l’axe Québec-France.

22Nombre des projets menés par Bertrand Gervais et Jean-François Chassay de Figura portent aussi bien sur les littératures française et québécoise que sur la littérature et la culture américaines. Ils refusent d’ailleurs explicitement, on l’a vu, les délimitations territoriales et nationales. Le groupe de recherche sur les arts du roman moderne – le TSAR – coordonné, à l’université Mc Gill, par Michel Biron, Isabelle Daunais, François Ricart et Yvon Rivard, ne se limite ni à un découpage national – français, québécois ou autre – ni à un découpage séculaire, la modernité saisissant ensemble les 19e, 20e et 21e siècles en Europe et en Amérique. Du côté de la chaire de Pierre Ouellet en esthétique et poétique, l’approche rhizomatique de l’histoire actuelle et l’insistance sur l’interaction contemporaine de mémoires diverses entend faire sauter le verrou des identités nationales en s’intéressant à la littérature dite migrante au Québec, en France et ailleurs. Même constat avec l’insistance sur l’hybridation, l’hétérogénéité et le métissage chez plusieurs chercheurs de Figura et les travaux d’Alexis Nuselovici sur les littératures exiliques, postexiliques et diasporiques affiliés au CELAT. La valorisation d’une culture mondiale post-coloniale et d’une contemporanéité intrinsèquement migrante, hybride et métissée émane ainsi de plusieurs recherches qui s’ouvrent à un corpus francophone et non francophone et, en outre, inscrivent le métissage des mémoires et des imaginaires au cœur même des corpus nationaux.

  • 27 Voir la présentation de la Chaire James McGill sur le site du Département de langue et littérature (...)
  • 28 Marc Angenot, Mille huit cent quatre-vingt neuf : un état du discours social, Montréal/Longueuil, (...)

23Évitant toute fixation exclusive sur la contemporanéité, les chercheurs en sociologie de la littérature et en sociocritique font du décloisonnement national et séculaire un principe de base. Pour Marc Angenot, qui détient la chaire de recherche sur le discours social à McGill, l’analyse du discours social doit se faire globalement, afin de « chercher à considérer […] l’immense rumeur de ce qui se dit et s’écrit dans une société27 ». Si cela a pu l’amener à resserrer le découpage historique autour d’une seule année – 1889 – pour en faire une coupe synchronique (la production littéraire perdant alors son statut d’objet d’étude privilégié), cela l’amène aussi, plus récemment, à aborder l’histoire des discours et des idéologies dans la moyenne durée, avec l’épuisement des « grands récits » et l’émergence de « micro-récits » identitaires, nationalistes ou communautaires28. Cette approche traversière dégage une tendance globale au repli identitaire par rapport à laquelle la valorisation du métissage et de l’hybridation par les chercheurs en littérature, que j’ai soulignée plus haut, manifestement s’oppose.

  • 29 Voir la description du projet de recherche sur le site Internet du CRILCQ.
  • 30 Centre de recherche interuniversitaire en sociocritique des textes (CRIST). Présentation/cadre heur (...)

24L’équipe de recherche sur les figurations du personnel littéraire en France (1800-1940) vise, pour sa part, à reconsidérer l’autonomisation de l’univers littéraire aux 19e et 20e siècles à l’aune des imaginaires de l’écrivain dans les « romans de la vie littéraire ». Si la délimitation nationale du corpus prévaut, l’étude de l’histoire littéraire se veut transversale29. Le CRIST enfin, dont la perspective sociocritique envisage les textes comme des ensembles complexes indissociables de la rumeur sociale mais néanmoins singuliers, se revendique comme « internationaliste depuis ses premiers balbutiements jusqu’à ses plus dernières avancées30 ». Cela vaut pour le corpus étudié, mais aussi pour la mise en avant d’une hétérogénéité et d’un métissage non plus spécifiquement contemporain, comme on l’a déjà vu, mais inhérent à la nature discursive – c’est-à-dire interdiscursive – de la littérature. De cette hétérogénéité de principe, Montréal et son école se veulent exemplaires :

  • 31 Ibid., p. 5.

Officiellement bilingue (anglais/français) mais cosmopolite et plurilingue dans les faits, ce dont témoigne la littérature qui s’y écrit, pluriculturelle et traversée en longue durée par des traditions religieuses, culturelles, politiques en constante interaction, Montréal semble appeler la batterie notionnelle mise au point par Bakhtine (polyphonie, dialogisme, plurivocalité, etc.). Dès toujours métissée, faites de nombreux sédiments (amérindiens, européens entre autres), son américanité n’en est pas moins obvie […]. On aura compris […] que, dans l’expression « l’École de Montréal », le nom de la ville désigne moins un lieu qu’un ensemble de circonstances ayant incité très tôt des chercheurs à proposer des manières de lire et de penser tout ce qui se désigne aujourd’hui, sous de nombreuses latitudes, par des mots comme diversité, altérité plurielle, migrations, hétérogénéités culturelles, etc, etc31.

25Si, en vertu de l’hétérogénéité même, il serait abusif de placer l’ensemble des recherches québécoises sur la littérature française du 20e siècle comme une tentative de décloisonner celle-ci en vertu d’une perspective à la fois francophone et américaine fortement liée, historiquement et culturellement, à la France ; si les travaux menés au Québec ne privilégient pas tous une conception métissée et plurielle de la littérature, il me paraît très significatif de voir revenir l’idée de métissage et d’hétérogénéité culturelle chez des chercheurs d’horizon très différents dont les champs de recherche, les visées et les présupposés théoriques ne sont pas du tout les mêmes. L’apport de la recherche québécoise consiste peut-être dans ce décloisonnement des approches issu d’un contexte historique, géographique et institutionnel précis, en dialogue avec les chercheurs qui, en France, placent la littérature française du 20e siècle au cœur de leurs activités.

Notes

1 Je remercie l’Association Internationale des Études Québécoises (AIEQ) pour son soutien, sans lequel la rédaction de cet article pour la Société d’Étude de la Littérature Française du XXe siècle n’aurait pu se faire.

2 Notons que les recherches individuelles ne sont pas systématiquement affiliées à un Centre universitaire de recherche.

3 Le baccalauréat en études littéraires de l’Université Laval (qui équivaut à une licence) propose cinq concentrations, dont la dernière est professionnelle : Création littéraire et médiatique, Études cinématographiques, Littérature moderne (française et québécoise), littératures anciennes et modernes, Littératures francophones et comparée, Rédaction professionnelle et langue française. À l’UQAM, le baccalauréat en études littéraires intègre les pratiques culturelles (hypertexte, cinéma, médias) et comporte un profil création orienté entre autres sur des pratiques spécifiques : écriture radiophonique, scénarisation, adaptation cinématographique, etc.

4 On pourra retrouver cette présentation et les suivantes sur Érudit, le portail de la recherche québécoise à l’adresse URL <http://www.erudit.org/revue/> (site consulté le 31 décembre 2008).

5 Les dossiers mentionnés sont les suivants : « Le verset moderne », Études littéraires, vol. 39, no 1, automne 2007 ; « Dérives de l’essai », Études littéraires, vol. 37, no 1, automne 2005 ; « Esthétique de l’invective », Études littéraires, vol. 39, no 2, hiver 2008 ; « Le comique de répétition », Études littéraires, vol. 38, no 2-3, hiver 2007 ; « Réseaux littéraires France-Québec (1900-1940] », Études littéraires, vol. 36, no 2, 2004 ; « D’un écrivain l’autre : Quelques méconnus du XXe siècle et leurs références », Études littéraires, vol. 36, no 3, printemps 2005. Ces dossiers sont accessible sur site d’Érudit. Pour une présentation de la Chaire de recherche du Canada sur le roman moderne, voir la présentation du titulaire à l’adresse URL : <http://wwwens.uqac.ca/~fouellet/> (site consulté le 31 décembre 2008).

6 « Le personnage du roman », Études françaises, vol. 41, no 1, 2005 ; « Réécrire au féminin : pratiques, modalités, enjeux », Études françaises, vol. 40, no 1, 2004 ; « Pascal Quignard, ou le noyau incommunicable », Études françaises, vol. 40, no 2, 2004 ; « Le corps des mots. Lectures de Jean Tortel », Études françaises, vol. 40, no 3, 2004 ; « Derrida lecteur », Études françaises, vol. 38, nos 1-2, 2002 ; « Figures et frictions. La littérature au contact du visuel », Études françaises, vol. 42, no 2, 2006 ; « Presse et littérature : la circulation des discours dans l’espace public », Études françaises, vol. 36, no 3, 2000 ; « Internet et littérature : nouveaux espaces d’écriture », Études françaises, vol. 36, no 2, 2000 ; « Les imaginaires de la voix », Études françaises, vol. 39, no 1, 2003. Il est possible d’avoir accès à ces dossiers par le biais du portail de recherche Érudit.

7 Description et Historique de la revue à l’adresse URL
<http://www.revuetangence.com/> (site consulté le 31 décembre 2008).

8 À titre d’exemple, voir « Images de l’Améridien au Canada francophone », Tangence, no 85, automne 2007 ; « Perceptions », Tangence, no 69, été 2002 ; « Esthétiques du métissage », Tangence, no 64, automne 2000 ; « La science des écrivains », Tangence, no 70, automne 2002 ; « Arts et avatars de la conversation », Tangence, no 79, automne 2005 ; « L’archive littéraire, mémoire de l’invention », Tangence, no 78, été 2005 ; « Sociabilités imaginées : représentations et enjeux sociaux », Tangence, no 80, hiver 2006. La revue Tangence est accessible par le biais du portail de recherche Érudit.

9 Je fais référence aux numéros suivants : « Fortune et actualité de Du sens », Protée, vol. 34, no 1, printemps 2006 ; « Le symbole. Réflexions théoriques et enjeux contemporains », Protée, vol. 36, no 1, printemps 2008 ; « Actualités du récit. Pratiques, théories, modèles », Protée, vol. 34, nos 2-3, automne-hiver 2006 ; « La rumeur », Protée, vol. 32, no 3, hiver 2004 ; « poétiques de l’archive », Protée, vol. 35, no 3, hiver 2007 ; « La transposition générique », Protée, vol. 31, no 1, 2003. On peut consulter le site de la revue à l’adresse URL <http://www.uqac.ca/protee/>. La revue est également accessible par le biais du portail de recherche Érudit.

10 Présentation d’Éric Méchoulan sur le site Internet de la revue à l’adresse URL suivante : <http://www.intermedialites.ca/> (site consulté le 31 décembre 2008).

11 Présentation du centre sur son site Internet à l’adresse URL suivante : <http://www.cri.histart.ca/>.

12 Présentation du Centre de recherche Figura à l’adresse Internet : <www.figura.uqam.ca/> (site consulté le 31 décembre 2008).

13 On trouvera la description de ce projet de recherche et des suivants à la page d’accueil du Département d’études littéraires de l’UQAM, onglet « activités de recherche », à la page URL suivante : <http://www.etudeslitteraires.uqam.ca/> (site consulté le 31 décembre 2008).

14 Centre de recherche interuniversitaire en sociocritique des textes (CRIST). Présentation/cadre heuristique, Liste des chercheurs, Programmation 2008-2009, contact 2008, p. 2. Comme le précise le texte de présentation du dossier « Pour la sociocritique : l’école de Montréal », « Ce texte-manifeste a été présenté lors de la conférence inaugurale du CRIST à l’Université de Montréal le 28 août 2008 » (Spirale, n. 223, novembre-décembre 2008, p. 15). Rappelons pour mémoire que le CIADEST a été fondé et dirigé par Marc Angenot, Régine Robin et Antonio Gomez-Moriana de 1991 à 1997.

15 Centre de recherche interuniversitaire en sociocritique des textes (CRIST). Présentation/cadre heuristique, Liste des chercheurs, Programmation 2008-2009, contact 2008, p. 3.

16 Pour une description plus complète du CELAT, voir le site Internet du Centre à l’adresse URL : <http://www.celat.ulaval.ca> ; (site consulté le 31 décembre 2008).

17 Épistémocritique. Revue d’étude et de recherches sur la littérature et les savoirs, page de présentation à l’adresse URL : <http:www.epistemocritique.org> ; (site consulté le 31 décembre 2008).

18 La description de la chaire de recherche en littérature contemporaine de René Audet est tirée du site du Centre de Recherche Interuniversitaire en Littérature et Culture Québécoise dont il est membre régulier. Voir à l’adresse URL : <http://www.crilcq.org/> (site consulté le 31 décembre 2008).

19 Voir la brève description de NT2 sur le site du Département d’études littéraires de l’UQAM dont l’adresse URL est mentionnée supra.

20 Voir supra l’adresse URL du CRILCQ.

21 Adresse Url : <http://auteurs.contemporain.info/>.

22 On peut consulter la revue Temps zéro à l’adresse URL : <http:tempszero.contemporain.info/>.

23 À titre indicatif, et sans prétendre épuiser le sujet, les recherches actuelles portent sur les questions et les objets suivants : le genre de l’essai, la narrativité, la dynamique des genres, la biographie, la vraisemblance narrative, les récits d’enquête, les récits du quotidien, Jacques Derrida et Hélène Cixous, le témoignage, le récit de soi, les représentations de la post-histoire, les relations entre texte et photographie, la mémoire et le politique, etc.

24 Voir les thèses et hypothèses sur le site Internet de la chaire à l’adresse URL suivante : <http:wwwesthetiqueetpoetique.uqam.ca/> (site consulté le 8 décembre 2009).

25 Idem.

26 L’équipe comprend cinq chercheurs : Robert Dion (Uqam ; responsable du projet), Frances Fortier (UQAR), Andrée Mercier (Université Laval), René Audet (Université Laval) et moi-même. Voir la description du projet sur le site Internet du CRILCQ.

27 Voir la présentation de la Chaire James McGill sur le site du Département de langue et littérature françaises à l’adresse URL : <http://www.arts.mcgill.ca/programs/french/> (site consulté le 31 décembre 2008).

28 Marc Angenot, Mille huit cent quatre-vingt neuf : un état du discours social, Montréal/Longueuil, éd. du Préambule, 1989.

29 Voir la description du projet de recherche sur le site Internet du CRILCQ.

30 Centre de recherche interuniversitaire en sociocritique des textes (CRIST). Présentation/cadre heuristique, Liste des chercheurs, Programmation 2008-2009, contact 2008, p. 3-4.

31 Ibid., p. 5.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540