Version classiqueVersion mobile

La littérature française du 20e siècle lue de l'étranger

 | 
Dominique Viart

La littérature française dans les universités francophones

La littérature française du 20e siècle en Suisse

Thomas Hunkeler

Texte intégral

La Suisse n’existe pas.
Ben Vautier

1Lorsqu’on m’a invité à présenter le cas de la Suisse dans le cadre de la présente enquête sur la littérature française du 20e siècle, les organisateurs ont eu l’amabilité de me demander de quel côté je voulais situer mon intervention : fallait-il prévoir un créneau parmi les universitaires francophones de Belgique ou du Québec, ou préférais-je situer la recherche suisse plutôt dans le cadre de la romanistique, de concert avec des collègues allemands ou hollandais ? J’avoue que cette question m’a quelque peu mis dans l’embarras. Non pas parce qu’il n’y aurait pas de différences entre les deux grandes traditions scientifiques qui marquent les études de la littérature française en Suisse – des traditions qui ont créé d’un côté une tendance à la spécialisation, le plus souvent par siècles, et de l’autre une disposition à produire des généralistes – ; mais plutôt parce que ces deux paradigmes, celui du spécialiste et celui du généraliste, ne correspondent plus forcément aujourd’hui aux deux principales régions linguistiques du pays, ni d’ailleurs aux tendances récentes de la recherche.

  • 1 Dans la plupart des universités suisses, seuls les postes de « maître d’enseignement et de recherch (...)

2En effet, le champ universitaire suisse, de par sa taille réduite – huit universités où la littérature française est enseignée, une vingtaine de postes de statut professoral dans l’ensemble du pays, toutes époques confondues, et encore moins de postes d’un niveau académique comparable à celui de « maître de conférence »1 – ne permet guère une spécialisation très poussée. À quelques exceptions près, les universitaires sont en fait obligés de couvrir plusieurs siècles de littérature afin de répondre à la vocation généraliste de l’enseignement helvétique. Autrement dit, les ‘vingtiémistes’ purs sont rares en Suisse.

3Quelques remarques plus générales s’imposent donc avant de passer en revue les orientations actuelles de la recherche suisse dans le domaine qui nous intéresse ici. D’abord, il faut retenir le fait que la plupart des chercheurs qui étudient le vingtième siècle travaillent ou travailleront aussi sur d’autres périodes, sans qu’une telle ‘infidélité’ ne soit pour autant ressentie comme relevant d’un esprit d’amateur. Ainsi, les écoles doctorales interuniversitaires, là où elles existent, offrent-elles habituellement un cadre de réflexion plus large, avec une orientation simplement ‘moderne’ pour l’ensemble des études portant sur les 19e et 20e siècles. La formation est toutefois souvent complétée par des séjours plus ou moins prolongés auprès d’organismes étrangers plus spécialisés, grâce notamment à un système de bourses de la part du Fonds National Suisse.

4On peut également constater que de nombreux chercheurs suisses, soucieux de garder de bonnes perspectives professionnelles, mais souvent aussi par conviction, optent dans leurs travaux pour des problématiques plus larges, transhistoriques ou transnationales, qui auraient dans d’autres contextes académiques leur place plutôt du côté de la littérature comparée. Cette dernière, soit dit en passant, est étonnamment faible en Suisse, du moins du point de vue institutionnel, avec actuellement seulement deux chaires pour l’ensemble du pays.

5Il faut ajouter un mot au sujet de la littérature de Suisse romande et de sa relation aux littératures dites ‘francophone’ et ‘française’. À l’exception des deux organismes spécialisés que sont le Centre de recherches sur les lettres romandes de Lausanne et les Archives littéraires suisses de Berne, la plupart des universités suisses ne font pas de distinction institutionnelle entre les champs ‘romand’ et ‘français’, ce dernier restant habituellement la référence privilégiée dans l’enseignement supérieur. De nombreux chercheurs travaillent autant sur l’une que sur l’autre, souvent en interrogeant la place particulière qu’occupe la littérature romande par rapport à la littérature (franco-) française. C’est la raison pour laquelle il serait non seulement problématique, mais injuste de ne pas faire état ici des travaux actuels sur des auteurs comme Cendrars, Cingria ou Jaccottet que la France, de façon tout à fait significative, ne compte d’ailleurs pour ainsi dire jamais parmi les auteurs ‘francophones’. Mais ce n’est ici ni le lieu ni le moment pour insister sur de tels problèmes.

6Une première remarque qui s’impose quand on passe en revue les tendances actuelles des études sur le 20e siècle en Suisse est le nombre important de recherches, et surtout de thèses, consacrées à l’avant-garde. Plusieurs types d’approches peuvent ici être distingués. À la suite de Laurent Jenny, qui a revisité la poétique des avant-gardes dans deux livres récents, La fin de l’intériorité (2002) et Je suis la révolution (2008), et de Vincent Kaufmann, auteur d’une Poétique des groupes littéraires (1997) et d’un ouvrage sur Guy Debord (2001), de nombreux jeunes chercheurs se proposent d’éclairer l’esthétique avant-gardiste dans des études qui prennent souvent la forme d’une monographie. On mentionnera ici, à titre d’exemple, les travaux d’Arnaud Buchs sur Yves Bonnefoy, les recherches d’inspiration génétique de Jean-Jacques Queloz sur Leiris et Soupault, une étude sur modernité et paradoxe lyrique chez Max Jacob et Francis Ponge par Antonio Rodriguez ou encore des études sur Artaud (Natacha Allet), Blanchot (Jean-Philippe Rimann), Bousquet (Ursula Bähler) ou Michaux (Karl Kürtös).

7L’interaction entre texte et image est à l’honneur dans toute une série de travaux autour de l’avant-garde. À côté des recherches de Robert Kopp, à qui l’on doit des essais sur Breton ou Apollinaire, il faut mentionner dans ce contexte notamment une importante étude que Dominique Kunz Westerhoff a consacrée à la crise de l’image dans la poésie du 20e siècle, ainsi que plusieurs thèses en cours ou récemment achevées, entre autres sur Dali (Astrid Ruffa), Giacometti (Donat Rüttimann), Brancusi (Florin Rogojan) ou sur le dialogue entre poésie et peinture à l’époque du cubisme (Philippe Geinoz).

8Une troisième orientation comparatiste et historique est développée par un groupe de recherche, sous notre direction, qui se propose de revenir sur les enjeux idéologiques et esthétiques du discours nationaliste à l’époque des avant-gardes. Ces recherches s’inspirent entre autres des travaux récents de la sociologie littéraire, qui jouit en Suisse d’un succès certain. On y reviendra un peu plus loin.

9Parmi les écrivains qui retiennent actuellement l’attention des chercheurs suisses, plusieurs noms doivent être mentionnés, et peut-être d’abord celui de Proust. Les travaux de Luzius Keller, qui était pendant plus de vingt ans le responsable de la nouvelle traduction allemande des œuvres complètes de Proust, ont en effet stimulé toute une génération de proustiens suisses. Plusieurs thèses, achevées ou en cours, témoignent de l’actualité persistante de la Recherche : on pense ici aux études sur les marines dans l’œuvre de Proust (Isabelle Zuber), sur la maladie (Sandrine Battistini) ou encore sur Proust et la conversation (Dagmar Wieser). De même, l’œuvre de Paul Valéry a fait l’objet, ces dernières années, de plusieurs travaux, à la suite notamment des études génétiques menées par Christina Vogel.

10On constate en revanche un déclin sensible de l’intérêt pour le Nouveau roman, qui fut pendant les années 80 et 90 une valeur sûre de la recherche universitaire suisse. Seuls Samuel Beckett, Robert Pinget et Marguerite Duras, dans une moindre mesure aussi Claude Simon, semblent avoir échappé au désintérêt des chercheurs, grâce notamment aux travaux de Jean Kaempfer, Laurent Adert et Thomas Hunkeler. Plus généralement parlant, toute une série d’auteurs longtemps chéris par l’université, tels que Sartre, Camus ou Gide, traversent aujourd’hui un purgatoire, tandis que d’autres, tels que Barrès, Queneau, Gaëtan Picon ou Georges Perros en sortent au contraire pour susciter des relectures à la lumière de problématisations actuelles (Fabien Dubosson, Jean-Philippe Coen, Aurélia Maillard, Ariane Lüthi). Dans ce contexte, signalons aussi une thèse consacrée aux récits de rescapés dans la littérature de langue française de 1945-2000 (Marie Bornand).

11De nombreux chercheurs sont actuellement, pour reprendre une expression chère à Lucien Dällenbach, « à l’écoute du contemporain ». Parmi les poètes, ce sont Yves Bonnefoy et Philippe Jaccottet qui sont à l’honneur dans plusieurs travaux, entre autres de John Jackson et Patrick Labarthe ; parmi les prosateurs, Milan Kundera (Martin Rizek), Pierre Michon (Ivan Farron), ou encore, du côté du théâtre, Valère Novarina (Marco Baschera), ainsi que les écritures féminines contemporaines comme celle de Christine Angot, d’Annie Ernaux ou de Sophie Calle. D’autres perspectives sont offertes par Filippo Zanghi, qui s’intéresse, sur les traces de Marc Augé, à la représentation du paysage urbain dans l’écriture contemporaine, ou encore par Gaspard Turin, qui étudie la poétique de la liste dans les écritures modernes et contemporaines. Le fait d’être suisse constituerait-il même un avantage lorsqu’on travaille sur des écrivains contemporains, puisque notre position légèrement décentrée nous éviterait, comme me le disait l’autre jour un collègue, d’être obligé de déjeuner régulièrement avec notre corpus de travail ? Rien n’est moins sûr.

12En dépit de l’extrême variété des auteurs abordés et des approches méthodologiques, il paraît souhaitable, dans le cadre de la présente enquête, d’identifier quelques tendances générales qui marquent les travaux qu’on vient de passer en revue. On ne reviendra pas ici sur l’idée d’une crise de la théorie littéraire, qui est devenue une sorte de lieu commun – surtout parce que, curieusement, elle ne semble pas préoccuper outre mesure les jeunes chercheurs. En revanche, il semble possible d’affirmer – de façon certes un peu schématique – que dans les études littéraires, après une longue période marquée par des approches immanentes de tous genres, l’histoire est de retour.

13C’est en tout cas ce qui apparaît clairement dans les actes d’un colloque récent de la relève scientifique suisse, publiés en 2006 sous le titre, tout à fait parlant, de Stratégies du contexte. Que ce soit sous la forme d’approches génétiques ou sociologiques, dans des tentatives pour proposer de nouvelles perspectives de l’histoire littéraire ou dans l’intérêt grandissant pour l’histoire matérielle du livre et de la lecture, ou encore, plus généralement parlant, dans l’attention que l’on accorde à la dimension idéologique de la littérature ou à ses rapports avec les sciences : un peu partout, il apparaît que l’objet littéraire ne se suffit plus ; un peu partout, le besoin se fait sentir de réévaluer à nouveau le partage entre texte, contexte et hors-texte.

14Discrétion – certains diront : frilosité – suisse oblige, cette réorientation s’affirme la plupart du temps, on l’a vu, sans faire beaucoup de vagues. Alors qu’il y a une vingtaine d’années à peine, des débats parfois houleux opposaient les tenants de la sémiotique, représentée en Suisse notamment par les travaux de Jacques Geninasca et de ses disciples, à ceux qui osaient – encore ? déjà ? – parler d’histoire littéraire, à ceux qui s’autorisaient même à évoquer la biographie de l’auteur, ce genre d’affrontement autour des enjeux théoriques et méthodologiques des études littéraires semble désormais appartenir au passé, moins d’ailleurs parce que ces courants auraient disparu que parce qu’on a pris l’habitude, des deux côtés, de combiner les approches et de les choisir en fonction, moins des écoles que des objets étudiés. Manifestement, de nos jours, le reproche d’éclectisme ne fait plus peur.

15Un courant qui doit être distingué de cette tendance générale est celui de la sociologie littéraire, qui a produit des avancées tout à fait significatives et originales, grâce notamment aux nombreux travaux de Jérôme Meizoz, chercheur à l’université de Lausanne, et de Joseph Jurt, qui fut longtemps actif à l’Université de Fribourg-en-Brisgau en Allemagne. Ce dernier a contribué dans une large mesure, par ses textes introductifs mais aussi par les colloques qu’il a organisés, à faire connaître la pensée de Pierre Bourdieu en Allemagne et en Suisse. Citons ici, parmi ses publications récentes, plusieurs ouvrages collectifs, par exemple sur Champ littéraire et nation (2007) ou sur les Constructions d’identité nationale (2002). Ce sont les contributions de Jérôme Meizoz qui constituent peut-être le chantier le plus significatif, du moins en Suisse, dans le développement d’une sociologie à proprement parler littéraire. Ayant commencé par consacrer son attention à des recherches de poétique historique sur le roman et ses voix, notamment sur les enjeux formels et politiques de l’oralité représentée au 20e siècle, Meizoz a développé ses axes de réflexion en s’intéressant aux enjeux sociaux des formes et des trajectoires littéraires – on pense ici à ses essais les plus récents tels que L’œil sociologue et la littérature (2004) et surtout Postures littéraires. Mises en scène modernes de la littérature (2007). Ce dernier ouvrage étudie dans une double dimension, à la fois rhétorique et actionnelle, la manière singulière qu’a un écrivain d’occuper une ‘position’ dans le champ littéraire, et permet de contrer efficacement des reproches récurrents accusant la sociologie littéraire de faire l’impasse sur les œuvres au profit d’une analyse du seul champ littéraire. Une orientation quelque peu divergente, mais toujours dans le contexte d’une approche sociologique de la littérature, est développée par Jérôme David, auteur d’une thèse consacrée aux « Éthiques de la description. Naissance de l’imagination typologique en France dans le roman et la sociologie » (2006). Sa démarche s’appuie sur une histoire comparée de la littérature et des sciences sociales, dans le sillage des réflexions de Franco Moretti.

16Après avoir connu un certain déclin dans les dernières décennies du 20e siècle, la narratologie et, plus précisément, la théorie du récit connaissent elles aussi un renouveau dans plusieurs publications récentes. En Suisse, celles-ci s’inspirent notamment de la linguistique textuelle et de l’analyse des discours telles qu’elles sont pratiquées par Jean-Michel Adam à Lausanne, tout en mettant à profit des contacts étroits avec le Centre de recherches sur les arts et le langage de l’EHESS. On mentionnera dans ce contexte les travaux de Raphaël Baroni, auteur d’une importante étude consacrée à la tension narrative et aux notions de suspense, de curiosité et de surprise (2007). En centrant son enquête sur la production de l’intérêt de lecture et sur le plaisir apparemment paradoxal que l’on tire d’un récit encore inachevé, Baroni opte pour une approche qui engage non seulement une démarche littéraire et argumentative, mais aussi l’analyse cognitive et la psychologie des émotions. Dans la même perspective d’un renouveau de la théorie du récit, on peut citer à titre d’exemple un ouvrage collectif sur Le Savoir des genres, édité par Raphaël Baroni et Marielle Macé, ainsi que les recherches récentes de Françoise Revaz et Michel Viegnes sur le récit minimal. Ajoutons enfin ici les travaux de Daniel Sangsue sur la parodie qui portent, du moins en partie, sur la littérature du 20e siècle.

17Tandis que les travaux qui se situent au croisement de la littérature et de la sociologie d’une part, de l’analyse littéraire et de la linguistique textuelle de l’autre, se caractérisent en général par une approche formaliste fortement théorisée, d’autres recherches actuelles privilégient au contraire une lecture plus thématique du fait littéraire, qui vise le plus souvent à inscrire ce dernier dans l’histoire des idées et des mentalités. Dans ce domaine, les exemples ne manquent pas, et on se contentera de mettre en relief un certain nombre de projets qui paraissent représentatifs des tendances actuelles de la recherche. Il faut cependant noter que la plupart de ces travaux revendiquent explicitement un caractère comparatiste et dépassent le plus souvent le cadre du seul vingtième siècle français.

18Un premier volet concerne les formes d’interaction entre la littérature et les autres arts : arts visuels, arts plastiques, cinéma. On peut situer ici le projet intitulé « Anti-Lessing » du nouveau Centre des Sciences Historiques de la Culture à l’université de Lausanne, qui se propose d’observer les relations réciproques entre texte et image à l’époque contemporaine, ou encore le projet « Le paysage : perceptions, représentations, théories » dirigé par Claude Reichler.

19Une bonne partie de la recherche actuelle est placée sous le signe plus général de l’esthétique : on citera ici le projet « Aesthetic Emotions » (sous la direction de Patrizia Lombardo) qui analyse le rôle des arts et de la littérature dans le but d’étudier les émotions humaines, ou encore « Text, action, space » (responsables : Patrizia Lombardo et Laurent Darbellay) qui est consacré aux échanges entre le drame, le roman et le cinéma à l’ère moderne. Un autre projet dirigé par Jean Kaempfer propose une enquête pluridisciplinaire pour interroger la profanation de la figure de Jésus au 20e siècle dans les domaines de la littérature, du cinéma et des arts plastiques ainsi que dans le discours théologique. Un autre angle d’approche est proposé par Michel Viegnes, qui vient de consacrer, après plusieurs travaux sur la littérature fantastique au début du 20e siècle, une série de colloques à la thématique de la peur, publiée récemment sous forme de volume collectif : La peur et ses miroirs (2009).

20Un second volet de recherches concerne ce que l’on pourrait appeler, du titre d’un volume collectif dirigé par Ambroise Barras et Eric Eigenmann, les Textes en performance (2006). Il s’agit essentiellement de travaux autour de la notion de texte et de ses limites dans ses divers champs d’application (théâtre, cinéma, arts de l’image, arts informatiques), menés au sein du Centre de Recherche sur les Nouveaux Espaces Textuels (sous la direction de Laurent Jenny). Dans un contexte voisin, on peut mentionner l’ouvrage récent de Patrick Suter, Le journal et les lettres (2010), qui étudie les rapports entre la presse et l’œuvre littéraire. Enfin, on peut évoquer ici les études théâtrales, qui en Suisse trouvent habituellement leur place au sein des départements de littérature, à l’exception de Berne qui possède le seul Institut d’études théâtrales du pays. Cet institut a d’ailleurs publié en 2005 un grand dictionnaire du théâtre suisse en 3 volumes qui contient plus de 3600 notices rédigées dans les quatre langues nationales. Parmi d’autres travaux récents sur le théâtre, le cinéma et les arts de la performance, on citera ici un ouvrage d’Eric Eigenmann sur la poétique de Michel Soutter (2008) ou encore un volume sur les spectateurs du théâtre contemporain (Hunkeler, 2008).

21Enfin, un troisième volet de recherches, à vrai dire encore relativement peu développé en Suisse, concerne les littératures populaires et ce qu’on appelle parfois la paralittérature. On retiendra ici les travaux récents de Marc Atallah sur la science-fiction et ceux d’André Vanoncini sur Simenon et le roman policier.

22On conclura ce tour d’horizon trop rapide par quelques informations au sujet des recherches actuellement menées sur des écrivains d’origine suisse. Certains, et non des moindres, ont d’ailleurs déjà été cités, comme Philippe Jaccottet ou Robert Pinget.

23L’une des originalités de la recherche universitaire suisse dans ce domaine est une certaine émancipation de Paris et de ses maisons d’édition. En plus, l’étude des auteurs romands se cantonne de moins en moins aux deux institutions qui y sont explicitement consacrées, à savoir le Centre de recherches sur les lettres romandes et les Archives littéraires suisses. À la suite du travail pionnier effectué par Doris Jakubec à Lausanne et par Roger Francillon à Zurich dans les dernières décennies du 20e siècle, qui a culminé dans la production, dirigée par ce dernier entre 1996 et 1999, d’une Histoire de la littérature en Suisse romande en quatre volumes, de nombreuses thèses ont en effet été entreprises, notamment à Neuchâtel (sous la direction de Claire Jaquier) et à Lausanne (sous celle de Daniel Maggetti). On citera ici des travaux récents ou en cours sur Georges Borgeaud (Stéphanie Cudré-Mauroux), Monique Saint-Hélier (Maud Dubois), Corinna Bille (Regina Bollhalder), Jean-Marc Lovay et Ramuz (Jérôme Meizoz), Yves Velan (Pascal Antonietti) ou encore sur le plurilinguisme dans la littérature romande contemporaine (Muriel Zeender Berset).

24Mais il faut surtout souligner l’importante activité éditoriale de ces dernières années. À commencer par l’édition critique des œuvres complètes de Ramuz, qui constitue une des entreprises les plus marquantes, en raison à la fois de son ampleur et de sa portée scientifique. Après une phase préparatoire comprenant l’inventaire, le classement et la sauvegarde des manuscrits de Ramuz (plus de 60 000 pages), un projet de recherche a été mis au point. Il portait à la fois sur l’édition des romans de Ramuz dans la collection de La Pléiade, dirigée par Doris Jakubec, et sur la nouvelle édition des Œuvres complètes chez Slatkine sous la direction de Roger Francillon et Daniel Maggetti. Cet ensemble comportera trente volumes ; la fin de la parution est prévue pour 2012.

25D’autres chantiers éditoriaux actuels ou à venir sont les Œuvres complètes de Charles-Albert Cingria, dont la publication est prévue à partir de 2010 (sous la direction de D. Maggetti), l’édition de Blaise Cendrars pour la Pléiade (avec la collaboration du Centre d’études Blaise Cendrars, Berne), les Cahiers, la Correspondance et le Journal de Gustave Roud (par Claire Jaquier et Aline Delacrétaz), les correspondances de Nicolas Bouvier (par Stéphane Pétermann) et de Philippe Jaccottet (José-Flore Tappy), ou encore l’édition en cours de la correspondance Maurice Chappaz-Corinna Bille par Jérôme Meizoz, pour n’en citer ici que les plus importants.

26Comme le montre ce bref survol, sans doute lacunaire, de la production critique de ces dernières années, il est difficile de dégager, au-delà de l’intérêt évident pour la production littéraire des régions francophones du pays, une ou même des particularités suisses dans l’analyse de la littérature française du 20e siècle. Serait-ce cette absence d’un caractère propre à la Suisse, mais qui est en même temps une ouverture presque obligée vers les cultures qui l’entourent, que Ben Vautier avait en vue lorsqu’il lançait en 1992, lors de l’exposition universelle de Séville, son slogan provocateur : la Suisse n’existe pas ?

Notes

1 Dans la plupart des universités suisses, seuls les postes de « maître d’enseignement et de recherche » et de « lecteur » sont permanents ; la grande majorité des « maître-assistants », « assistants », « collaborateurs scientifiques » et « chargés de cours » ont en revanche des contrats limités à un maximum de cinq ou six ans. Le statut de « privat-docent », qui est obtenu, dans les universités germanophones, au terme de la procédure d’habilitation, ne donne le plus souvent droit qu’à des charges de cours occasionnelles.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search