Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La littérature française du 20e siècle lue de l'étranger

 | 
Dominique Viart

La littérature française dans les universités francophones

L’enseignement de la littérature française en Belgique francophone

Paul Aron

Texte intégral

1Contrairement à d’autres pays ou régions représentés dans le présent colloque, la Belgique francophone – appelée officiellement Communauté française de Belgique ou Communauté Wallonie-Bruxelles (les deux formules étant à la fois longues, imprécises et quelque peu pataudes) – se caractérise par le fait que le français y est la langue officielle de l’enseignement, et la langue maternelle de l’immense majorité des locuteurs. De ce point de vue, sa situation n’est donc pas différente de celle qui prévaut en France.

  • 1 Les deux premiers niveaux du système « 3/5/8 » sont habituellement désignés en Belgique francophon (...)

2Les études de lettres sont organisées dans cinq départements. Dans le cadre de l’Académie de Louvain, le BA1 (3 ans) se donne aux Facultés Saint-Louis (Bruxelles), Notre-Dame de la Paix (Namur) ainsi qu’à l’Université catholique de Louvain (UCL-Louvain-La-Neuve), le MA n’est organisé qu’à l’UCL. Dans le cadre de l’Académie Bruxelles-Wallonie (ULB-Mons), il existe un BA et un MA à l’Université libre de Bruxelles. Dans le cadre de l’Académie de Liège, un BA et un MA sont organisés à l’ULg. Les étudiants qui suivent le cursus en lettres françaises sont environ un millier en BA, quatre cents en MA. Des cours de lettres françaises sont aussi donnés dans le cadre d’autres formations universitaires, comme dans les départements où l’on enseigne plusieurs langues modernes dont le français, et aussi dans les écoles spécialisées dans le domaine de la traduction, qui sont progressivement intégrées aux académies universitaires. Les conservatoires d’art dramatique, les académies des Beaux-Arts et diverses écoles spécialisées dans l’enseignement artistique dispensent également des cours de littérature française. De manière moins approfondie, les étudiants qui font des études de régendat, et qui seront habilités à enseigner dans les trois premières années de l’enseignement secondaire, reçoivent des cours d’analyse de texte et d’histoire de la littérature française.

3Ce bref état des lieux suscite quatre observations.

4La première est que la littérature française est perçue en Belgique francophone comme le prolongement naturel de la langue parlée. Contrairement à la France, elle n’a pas le statut d’une littérature nationale, mais d’une littérature qui franchit nécessairement les frontières. Dès lors, la dimension identitaire de l’enseignement des lettres ne se manifeste au mieux que dans une tension permanente entre les auteurs locaux et les auteurs considérés comme Français. Cette situation paradoxale, et assez exceptionnelle en Europe, se ressent dans les programmes. Dans les trois Académies, le cours de littérature belge (sous des appellations qui peuvent différer) est obligatoire, mais il représente entre 1/36e et 1/45e des 180 crédits ECTS des trois années de BA. Ce qui n’interdit d’ailleurs pas que des auteurs belges soient étudiés dans d’autres enseignements (comme les cours d’explication de texte). La même tension apparaît dans les structures administratives. C’est en effet un département du ministère de la Communauté française (direction générale de la culture) qui organise la promotion des écrivains nationaux, alors que les programmes de l’enseignement secondaire émis par la direction de l’enseignement du même ministère sont très hésitants sur la place qu’il convient d’accorder à ces auteurs. Quant à la diplomatie belge, elle est absente du terrain culturel, puisque celui-ci relève des compétences des communautés française et flamande. Deux conséquences à cette situation : d’une part, la notion de littérature française, dans mon exposé, contiendra toujours une part d’auteurs perçus par la France comme « francophones » et « non-Français » ; d’autre part, la conscience de ce problème incite les chercheurs belges à considérer avec quelque suspicion le concept même de « littérature française ». Que faire de Michaux, Simenon, Ramuz, Senghor, Weyergans, Jean-Philippe Toussaint ou Jacques Brel ? Il serait sans doute raisonnable de parler de « littératures françaises » au pluriel, mais les esprits ne semblent pas encore mûrs pour un tel changement de paradigme.

5Ma seconde remarque porte sur l’appellation même des départements où l’on enseigne la littérature française. Il s’agit de départements de langues et de littératures françaises et romanes. Leur dénomination est la version moderne d’une tradition fort ancienne, celle de la « romanistique », d’origine allemande, qui a servi de modèle au fondateur de ces départements dans le premier tiers du 20e siècle, le philologue Maurice Wilmotte. Ainsi, contrairement à la France, il est impossible de faire chez nous des études consacrées exclusivement à la littérature française, et le poids des autres langues romanes a encore été renforcé depuis les réformes dites de Bologne, même s’il n’est évidemment pas question de mettre le français et les langues romanes sur un pied d’égalité.

  • 2 Voir Paul Aron et Alain Viala, L’enseignement littéraire, Paris, PUF, Que-sais-je ?, 2005.

6Ma troisième remarque tient à l’absence de concours de type « agrégation » dans un pays qui a accueilli nombre de jésuites écartés de l’enseignement français au milieu du 18e siècle, et qui n’a donc pas eu besoin d’une institution gérant la crise qui a suivi cette expulsion. L’agrégation française est chargée de recruter des enseignants pour l’enseignement secondaire, mais elle forme par ailleurs une voie prestigieuse d’accès à la fonction publique. Elle engendre de ce fait une dynamique de recherche calquée sur ses choix spécifiques. Il y a, en France, par le jeu des concours de recrutement du CAPES (Certificat d’Aptitude à l’Enseignement du Second degré) et de l’Agrégation, un effet d’influence du Secondaire sur les objectifs et contenus des études universitaires, au moins dans les deux premiers cycles, ce qui n’est pas le cas en Belgique.2

7Enfin, quatrième et dernière remarque : en France, l’enseignement de la littérature française à l’Université est éclaté en plusieurs filières académiques. Le risque d’une « balkanisation » des études littéraires existe ; et une part des débats sur la crise de l’enseignement littéraire provient largement de cet éclatement de facto des filières et des pratiques. Molière et Racine, Hugo et Musset, Beckett et Giraudoux sont étudiés aussi bien en filière « Théâtre » qu’en filières « Littérature française » et « Littérature comparée ». C’est une richesse, mais si chaque filière déploie à leur propos un discours propre sans que les points de recoupement ou de confrontation en soient établis, le doute s’installe sur les limites des compétences de chaque microspécialité et, pis encore, s’installe un doute sur le bien-fondé de chacune, et sur leur capacité à former les généralistes dont l’enseignement a besoin. Cette « balkanisation » n’existe pas (ou peut-être pas encore) en Belgique.

La recherche dans le domaine des lettres

8Les enseignements de littérature développent plusieurs approches non exclusives. De manière générale, ils se répartissent entre histoire littéraire, littérature comparée et explication de textes. Ni le descriptif des postes, ni la réalité des charges effectivement assurées ne réservent une place exclusive à la littérature française du 20e siècle. Les collègues qui sont titulaires de ce type d’enseignement enseignent également le théâtre contemporain (Pierre Piret à l’UCL), la littérature canadienne et québécoise (Madeleine Frédéric à l’ULB), le 19e siècle, voire des questions d’esthétique comparée (Danielle Bajomée à l’ULG). Tout naturellement les effets de cette situation influencent les orientations de la recherche. J’y reviendrai après avoir décrit le dispositif institutionnel de celle-ci.

9La recherche académique se répartit en trois niveaux principaux. Un premier est celui des thèses de doctorat (4 ans ou 6 ans, selon les occupations professionnelles du chercheur), un second concerne des mandats de recherche postdoctoral ou des engagements liés à des projets particuliers (2, 3 ou 4 ans) ; un troisième enfin est celui des travaux effectués par les enseignants des universités et les chercheurs titulaires d’un mandat à durée indéterminée du Fonds national de la recherche scientifique (FNRS), ces derniers assurent par ailleurs très souvent aussi une charge académique à temps partiel.

10Les universités ont mis en place un dispositif de soutien à la recherche fondamentale, qui permet à des enseignants de présenter des projets et d’engager un doctorant. Ils portent des intitulés divers, comme par exemple : Fonds de soutien à la recherche à l’UCL (mandats de un ou deux ans), mini-Action de recherche concertée à l’ULB (deux fois deux ans). Dans le cadre des Actions de recherche concertée (ARC) soutenus par la direction de la recherche scientifique de la Communauté française, ou dans le cadre des contrats PAI du gouvernement fédéral, d’autres boursiers de doctorat peuvent également être engagés. Il s’agit donc chaque fois de mandats « fléchés », orientés par le promoteur dans un sens prédéterminé, ce qui suppose une équipe ou un groupe de recherche déjà reconnu par l’institution.

  • 3 Voir le site : www.frs-fnrs.be/ Depuis la rédaction de cet article, l’organisation du FNRS a consi (...)

11Par ailleurs, le FNRS octroie des bourses de recherches (deux fois deux ans), des mandats postdoctoraux (trois ans) et des mandats de chercheurs à durée indéterminée. La dix-huitième commission scientifique, dite de « Philologie », classe les demandes qui lui sont faites, dans le domaine de la littérature française, mais aussi en littérature générale et comparée, en linguistique et en philologie, toutes langues confondues. Le fonds accorde également des « Crédits aux chercheurs » confirmés, qui peuvent engager des moyens et du personnel liés à des projets précis3.

12L’ensemble des propositions de recherche soumises au FNRS dans les cinq dernières années (2003-2008) constitue un corpus que l’on peut aisément appréhender pour dessiner les grandes tendances de la recherche en cours ainsi que les moyens mis à sa disposition. J’insiste : il s’agit de projets, pas toujours menés à leur terme, ou de propositions qui peuvent avoir été rejetées par la commission. Je me suis permis de leur donner une forme parfois synthétique, et j’indique entre parenthèses le nom du promoteur et son rattachement académique :

2003
• Édition critique des recueils de Cocteau pour lesquels on possède une tradition génétique complète. Analyse pragmatico-cognitive des variantes (ULB, Marc Dominicy) ;
• Étude des procédés d’élaboration de l’imaginaire du poète et martyr de guerre Blaise Cendrars (Théorie littéraire de l’adhésion comprise comme appropriation d’un système d’idées et de comportements à partir de l’étude du premier groupe surréaliste français [1922-1929]) (UCL, Myriam Watthée-Delmotte) ;
• L’ensemble de l’œuvre littéraire d’Antoine de Saint-Exupéry et de son influence (UCL, Georges Jacques).

2004
• Étude sur la francophonie nord (historiographie et fonctionnement institutionnel) (ULG, Jean-Marie Klinkenberg) ;
• Le statut de la représentation dans le « Nouveau Théâtre » (Beckett, Ionesco, Ghelderode) (UCL, Ginette Michaux et Pierre Piret) ;
• Écritures de la mélancolie chez Camus d’un point de vue freudo-lacanien (UCL, Ginette Michaux et Pierre Piret) ;
• Nougé-Dotremont : acte d’écriture et lien social. Mise au jour des scènes énonciatives respectives de ces deux œuvres et confrontation de deux modalités (maîtrise et spontanéité) de transformation du lien social (UCL, Ginette Michaux) ;
• Étude d’une mutation des imaginaires contemporains à travers sa manifestation littéraire. Analyse, chez les auteurs français du 20e siècle, de l’émergence d’une mythification de l’enfance (UCL, Myriam Watthée-Delmotte).

2005
• Le roman d’amour contemporain et sa lecture : regards sur un genre paralittéraire méconnu et méprisé et analyse sociologique du profil de son lectorat (ULB, Jean-Maurice Rosier et Paul Aron) ;
• La pensée photographique et l’écriture du réel dans les œuvres de P. Nougé et d’H. Michaux. logiques du sens et de la représentation. (UCL, Pierre Piret) ;
• Jean Echenoz et le minimalisme désabusé (UCL, Vincent Engel) ;
• Théorie littéraire de l’adhésion comprise comme appropriation d’un système d’idées et de comportements à partir de l’étude du premier groupe surréaliste français (1922-1929) (ULg, Jean-Marie Klinkenberg).

2006
• Étude des écritures du quotidien ayant émergé en littérature francophone dans les deux dernières décennies du 20e siècle. Les enjeux de l’œuvre de Jean-Philippe Toussaint (UCL, Vincent Engel) ;
•Histoire et théorie de la lecture, basées sur la critique d’art d’auteurs français du 17e au 20e siècle, et les peintures de scènes de lecture qu’ils commentent (UCL, Michel Lisse).

2007
• La communauté des initiés. Les écrivains et les Nabis (ULB, Paul Aron) ;
• Étude sociologique des rapports entre grand reportage et création littéraire après la Seconde Guerre mondiale (ULB, Paul Aron) ;
• Déploiement et éclipses du sujet : invention de soi et de l’œuvre chez Henry Bauchau (UCL, Myriam Watthée-Delmotte) ;
• L’invocation de l’indicible : la part des arts plastiques dans l’œuvre littéraire d’Henry Bauchau (UCL, Myriam Watthée-Delmotte) ;
• Les relations littéraires belgo-britanniques au 20e siècle (ULB, Paul Aron) ;
• Inventaire, description et établissement des manuscrits littéraires de Jean-Paul Sartre (ULg, Benoit Denis-Crédit aux chercheurs) ;
• Projet de publication d’une histoire littéraire franco-allemande du 18e siècle à l’entre-deux-guerres (UCL, Hubert Roland-Crédit aux chercheurs).

2008
• Les écrivains chinois d’expression française : typologie d’un champ littéraire au cœur d’un dialogue interculturel (ULB, Anne-Rosine Delbart) ;
• La construction identitaire féminine dans la guerre civile espagnole et le franquisme : pour une approche « événementiale » des œuvres de fiction [françaises et espagnoles] (ULB, Madeleine Frédéric) ;
• Les animateurs de la vie littéraire en Belgique francophone entre les deux guerres : trajectoires, discours, représentations (ULg, Jean-Marie Klinkenberg) ;
• La théorie littéraire au quotidien dans la France moderne (1958-1973). Étude socio-rhétorique (Ulg, Jean-Marie Klinkenberg et Benoit Denis) ;
• Approche sociocritique et stylistique de l’œuvre de Georges Fourest (ULg, Jean-Pierre Bertrand) ;
Mémoire et dynamique d’une œuvre poétique (le cas d’Henry Bauchau) (UCL, Myriam Watthée-Delmotte-Crédit aux chercheurs).

13Cet inventaire fait apparaître une liste d’auteurs privilégiés : Antonin Artaud, Henri Bauchau, Blaise Cendrars, Jean Cocteau, Jean Echenoz, Georges Fourest, Michel de Ghelderode, Henri Michaux, Paul Nougé, Jean-Paul Sartre, Antoine de Saint-Exupéry, Jean-Philippe Toussaint ; des périodes et des mouvements : surréalisme, guerre d’Espagne, théâtre de l’absurde, nouveau-nouveau roman (Minuit). Il témoigne aussi de la diversité des approches critiques, puisqu’on y retrouve des perspectives comparatiste, institutionnelle (sociologie de la littérature), freudo-lacanienne. Mais au-delà de ces constats factuels, quelques tendances peuvent sans doute en être dégagées.

14Je relèverai d’abord le fait qu’une part importante des auteurs cités concerne des écrivains belges ou liés à la Belgique (10 projets sur 26). Le monde universitaire semble ainsi donner raison à ceux qui plaident depuis les années 1980 pour la prise en compte du patrimoine littéraire national. Les efforts de la collection subventionnée Espace Nord (aux éditions Labor, puis aux éditions Luc Pire) et des enseignants de littérature belge aboutissent sans doute ainsi à mettre en place une sorte de « canon » qui se caractérise par son intégration dans la littérature française contemporaine (Toussaint ou Bauchau sont souvent pris pour des auteurs français), et par une certaine distance à l’égard des institutions littéraires belges (la majorité de ces auteurs n’ont pas été ou ne sont pas élus à l’Académie royale de langue et de littérature). Par contre, la plupart d’entre eux s’intègrent aisément dans la liste des écrivains et des mouvements français qui sont le plus souvent étudiés : ils sont perçus comme modernes et clairement identifiés par des effets de groupe (comme les surréalistes ou les auteurs des éditions de Minuit).

15On notera ensuite que la plupart des recherches sont liées à des choix de méthodes appliquées à des auteurs, plutôt que le contraire. Il y a peu d’études monographiques. Ces choix de méthodes sont assez différents selon les universités, même si ces différences, qui se font peu sentir dans l’enseignement mais d’avantage dans la recherche, tiennent avant tout à des individus. Il serait abusif de figer des traditions représentées par une dizaine de personnes. Reste que, par le jeu des successions, des recrutements et sans doute aussi d’effets de milieu qu’il est possible d’évoquer sans pouvoir les rationaliser de manière objective, on peut caractériser les cinq universités en accentuant ce qui les différencie.

  • 4 Paul Aron, Gisèle Sapiro et Frédérique Matonti (éd.), « Le réalisme socialiste en France », Sociét (...)
  • 5 Manuel Couvreur dirige notamment une histoire du théâtre de la Monnaie à Bruxelles, du 18e siècle (...)
  • 6 Laurence Brogniez, Préraphaélisme et symbolisme : peinture littéraire et image poétique, Paris, Ho (...)
  • 7 Madeleine Frédéric et al. (éd.), Sur les traces de Jean Norton Cru : colloque international, 18-19 (...)
  • 8 Madeleine Frédéric, La stylistique française en mutation ?, Bruxelles, Académie royale de Belgique (...)

16À l’ULB, la tradition de recherche était à peu près également partagée entre un massif d’histoire littéraire et d’histoire des idées (Roland Mortier, Raymond Trousson, Jacques Marx, notamment) surtout appliqué au 18e siècle et un massif d’analyse de textes modernes (Émilie Noulet, Jean-Maurice Lefebvre, Albert Mingelgrün…). À l’heure présente, ces deux traditions sont à la fois moins concurrentes et moins nettement départagées que jadis quant à leurs objets de prédilection. Ralph Heyndels, puis Jean-Maurice Rosier et Paul Aron4 y ont introduit l’analyse sociologique ; historiens de la littérature et comparatistes étendent leurs intérêts du 17e au 20 e siècle (Manuel Couvreur5, Laurence Brogniez6, Fabrice Preyat). Une dynamique de recherche y lie linguistique et littérature, voire stylistique (Madeleine Frédéric7, Marc Dominicy). Trois centres sont actifs pour la période qui nous intéresse : Centre d’histoire de la littérature belge en langue française (P. Aron), le Centre Gavroche (M. Frédéric, littérature de jeunesse) et Centre d’Herméneutique littéraire (Centre Hermogène ; M. Frédéric8). Ils ont été récemment réunis au sein du Centre de recherche CR10 Philixte.

  • 9 Watthee-Delmotte Myriam, Geneviève Duchenne, Vincent Dujardin, Henry Bauchau dans la tourmente du (...)
  • 10 Ginette Michaux, De Sophocle à Proust, de Nerval à Boulgakov : essai de psychanalyse lacanienne, R (...)
  • 11 Piret Pierre (éd.), Simon Leys, Bruxelles, Le Cri, 2008 (Textyles n° 34) ; Piret Pierre (éd.), La (...)
  • 12 Nouvelles et nouvellistes belges : essai d’encyclopédie critique, sous la dir. de Vincent Engel et (...)

17À l’UCL, la littérature du 20e siècle est surtout étudiée par les disciples de Michel Otten. Une part des recherches sont conduites sous la bannière de l’imaginaire (Myriam Watthée-Delmotte9, « Centre de recherche sur l’imaginaire », [http://zeus.fltr.ucl.ac.be/​autres_entites/​CRI/​CRI % 202/] et « Figures et Formes de la Spiritualité dans la Littérature et les Expressions artistiques »). Les auteurs de prédilections sont ici Blaise Cendrars et Henri Bauchau. Le « Centre de recherche Joseph Hanse. Littératures de langue française : théorie littéraire et littérature comparée » se revendique du comparatisme et de la tradition freudo-lacanienne (Ginette Michaux10, Pierre Piret11). En marge des gros centres de recherches, Vincent Engel12 s’intéresse principalement aux écritures contemporaines et à l’histoire de la nouvelle (« Centre d’étude de la nouvelle »).

  • 13 Jacques Dubois, Pour Albertine : Proust et le sens du social, Paris, Seuil, 1997 ; Les romanciers (...)
  • 14 Danielle Bajomée, Simenon : Une légende du XXe siècle, La Renaissance du Livre, 2008 ; Duras, ou L (...)
  • 15 Jean-Pierre Bertrand, Benoît Denis et. al. (éd.), Histoire de la littérature belge francophone : 1 (...)
  • 16 Benoît Denis, Littérature et engagement : de Pascal à Sartre, Paris, Seuil, 2000 ; Benoît Denis et (...)
  • 17 L’écrivain et son double : Hubert Nyssen, textes réunis par Pascal Durand, Liège : CELIC ; Arles, A (...)
  • 18 Le Centre publie une revue annuelle Traces (Travaux du Centre d’Études Simenon).

18À l’ULg, la grande tradition locale était l’explication de textes telle que l’enseignait Servais Etienne. Dans les années 1970, les jeunes chercheurs du Groupe Mu ont à la fois développé des recherches sur le fait poétique dans la perspective d’une nouvelle rhétorique, et un questionnement sociologique sur les institutions littéraires. Les travaux initiés par Jean-Marie Klinkenberg et Jacques Dubois13 sont poursuivis par leurs successeurs ou disciples Danielle Bajomée14, Jean-Pierre Bertrand15, Benoît Denis16 ou Pascal Durand17. Parmi les auteurs particulièrement étudiés : Georges Simenon (auquel un Centre est d’ailleurs dédié18), Stéphane Mallarmé, mais aussi Sartre, Duras, les surréalistes.

19Les FUNDP s’efforcent de répartir les enseignements et la recherche en littérature française en respectant un équilibre entre histoire littéraire et compréhension textuelle. Les titulaires des postes venant à changer cette année, je ne ferai pas d’autre commentaire.

  • 19 Isabelle Ost, Samuel Beckett et Gilles Deleuze : cartographie de deux parcours d’écriture, Bruxell (...)

20Aux FUSL, l’accent est mis sur d’une part sur l’herméneutique philosophique (Laurent Van Eynde et Isabelle Ost19), d’autre part sur la réutilisation de mythes, de thèmes et de topos dans la création littéraire des années 1920-50 (Tanguy Logé).

21Au total, ce panorama ne fait sans doute pas apparaître des voies de recherche très différentes de ce qui se fait en France. On compte d’ailleurs beaucoup de travaux en collaboration avec des universitaires hexagonaux, qui confirment la communauté de vues qui existe entre les deux traditions de recherche. Je songe ici, pour ne citer que quelques exemples, à la participation de Jean-Marie Klinkenberg au Dictionnaire de poésie de Baudelaire à nos jours dirigé par Michel Jarrety (Paris, PUF, 2001), aux nombreux collaborateurs belges du Dictionnaire du littéraire que j’ai dirigé avec Alain Viala et Denis Saint-Jacques (Paris, PUF, 2002), à la participation de Benoît Denis aux études sartriennes ou à la contribution majeure de Pascal Durand aux études sur Mallarmé.

22De manière générale, l’influence des tendances anglo-saxonnes, autour des cultural studies ou des études liées à la politisation ou à la communautarisation des lettres reste peu présente en Belgique francophone. Une seule voie de recherche va à l’encontre de ce constat. Elle est surtout le fait des historiens, mais concerne également plusieurs chercheurs en littérature. Il s’agit de l’étude des femmes et des genres. Ainsi, exemple récent : la journée d’étude internationale « Femmes et critique (s) », Facultés universitaires de Namur, 7 mars 2008, consacrée à l’apport des femmes à la production du discours critique tant dans le domaine de la littérature que celui des arts. Mais dans ce domaine aussi l’interaction avec la France demeure grande, puisqu’on relève parmi les participants les noms de Christine Planté (LIRE-Lyon2) et de Marie-Eve Thérenty (RIRRA, Montpellier III).

23Je terminerai en insistant sur le fait que nombre de jeunes chercheurs travaillent aujourd’hui de manière interacadémique, ce qui relativise quelque peu les tendances que j’ai évoquées plus haut.

24La revue Textyles est un bon exemple de cette dynamique. Créée en 1985, Textyles est la seule revue scientifique exclusivement consacrée aux lettres belges de langue française. Animée par un comité de rédaction interuniversitaire, fondée par Michel Otten, professeur honoraire de l’UCL et Pierre Halen, actuellement professeur de littérature comparée à l’Université de Metz, elle a ensuite été dirigée par Paul Aron, puis par Benoît Denis (ULG) et à présent par Pierre Piret (UCL) avec un comité de rédaction réunissant des chercheurs des trois académies. Elle a pour objectif de stimuler les recherches consacrées à la littérature de Belgique et de faire connaître les travaux qui lui sont consacrés. Ses pages sont donc ouvertes à tous les chercheurs qui travaillent dans ce domaine. Textyles s’adresse aussi bien à la communauté scientifique qu’aux professeurs et étudiants soucieux de se documenter sur les lettres et écrivains francophones de Belgique. Chaque numéro de Textyles comporte un dossier complet, consacré à un écrivain ou à une problématique précise, faisant l’objet d’analyses serrées et croisées. S’y ajoutent des articles de varias. Tous les volumes proposent également une rubrique de comptes rendus des dernières publications critiques, ainsi que des échos des manifestations récentes (colloques, expositions, journées d’études, etc.) dont l’objet était, en tout ou en partie, les lettres belges de langue française. Textyles paraît deux fois par an, et une livraison sur deux contient une bibliographie courante des travaux sur la littérature francophone de Belgique.

25Le groupe Contextes, dirigé par Björn-Olav Dozo (Université de Liège – CIEL), David Vrydaghs (FNRS – Université de Liège), Bibiane Fréché (FNRS – Université libre de Bruxelles – CIEL) et François Provenzano (FNRS – Université de Liège), secrétaire de rédaction, publie une revue de haute tenue disponible exclusivement sur internet (http://contextes.revues.org/​document253.html). Elle a fait paraître quatre livraisons (Discours en contexte ; L’idéologie en sociologie de la littérature ; La question biographique et l’Étude des revues littéraires en Belgique) ; les trois premières livraisons contiennent des articles dans le domaine de la littérature française.

26Au total, on le voit, les méthodes et les références des chercheurs en littérature française ne sont guère différentes en France et en Belgique francophone. Tout au plus peut-on noter une moindre spécialisation dans notre pays, en raison principalement de la diversité des enseignements dont un enseignant-chercheur belge est responsable. Les grandes tendances des deux dernières décennies dénotent un abandon des positions les plus explicitement « scientifiques » au profit d’une certaine pluralité d’approches. Celles-ci empruntent principalement, me semble-t-il, à trois traditions propres, elles-mêmes souvent adossées à d’autres domaines des sciences humaines, comme la psychanalyse, l’histoire ou la sociologie. On constate ainsi que l’étude des textes et des récits se nourrit d’une « poétique » ou d’une « herméneutique » dans lesquelles la sémiologie et l’héritage du formalisme (Bakhtine) restent féconds. En parallèle, l’approche sociologique, largement inspirée des travaux de Pierre Bourdieu, conduit à un renouvellement de l’histoire littéraire et à des travaux sur la longue durée analysant les us et coutumes du monde des lettres. Enfin se développent des approches comparatistes dans lesquelles les œuvres littéraires jouent un rôle central mais non exclusif (imaginaire, arts et lettres, théâtre, droit et lettres, cinéma, photographie, genres…) Cette diversité dans les approches est liée à une demande d’études empiriques, que la théorie peut féconder mais non remplacer.

Notes

1 Les deux premiers niveaux du système « 3/5/8 » sont habituellement désignés en Belgique francophone par les abréviations suivantes : BA (Baccalauréat) ; MA (Maîtrise).

2 Voir Paul Aron et Alain Viala, L’enseignement littéraire, Paris, PUF, Que-sais-je ?, 2005.

3 Voir le site : www.frs-fnrs.be/ Depuis la rédaction de cet article, l’organisation du FNRS a considérablement évolué. Il importe donc que les personnes intéressées se reportent au site de l’institution pour prendre connaissance des règlements en vigueur.

4 Paul Aron, Gisèle Sapiro et Frédérique Matonti (éd.), « Le réalisme socialiste en France », Sociétés & Représentations, 15, déc. 2002. Paul Aron et Cécile Vanderpelen-Diagre, Vérités et mensonges de la collaboration. Trois écrivains racontent « leur » guerre (Raymond De Becker, Félicien Marceau, Robert Poulet), Bruxelles, Labor, 2006. Paul Aron, Histoire du pastiche. Le pastiche littéraire français, de la Renaissance à nos jours, Paris, PUF, coll. Les Littéraires, 2008.

5 Manuel Couvreur dirige notamment une histoire du théâtre de la Monnaie à Bruxelles, du 18e siècle à nos jours.

6 Laurence Brogniez, Préraphaélisme et symbolisme : peinture littéraire et image poétique, Paris, Honoré Champion, 2003. Laurence Brogniez a aussi dirigé plusieurs numéros de Textyles sur « La peinture décrite », « Musique et littérature », « Droit et littérature ».

7 Madeleine Frédéric et al. (éd.), Sur les traces de Jean Norton Cru : colloque international, 18-19 novembre 1999, Bruxelles, Musée royal de l’armée, [2000] ; Polyptique québecois : découvrir le roman contemporain, Bruxelles ; New York ; Oxford, P.I.E.-Peter Lang, 2005.

8 Madeleine Frédéric, La stylistique française en mutation ?, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 1997.

9 Watthee-Delmotte Myriam, Geneviève Duchenne, Vincent Dujardin, Henry Bauchau dans la tourmente du XXe siècle. Configurations historiques et imaginaires, Bruxelles, Le Cri, 2008.

10 Ginette Michaux, De Sophocle à Proust, de Nerval à Boulgakov : essai de psychanalyse lacanienne, Ramonville-Sainte-Agne, Éditions Érès, 2008.

11 Piret Pierre (éd.), Simon Leys, Bruxelles, Le Cri, 2008 (Textyles n° 34) ; Piret Pierre (éd.), La littérature à l’ère de la reproductibilité technique. Réponses littéraires aux nouveaux dispositifs représentatifs créés par les médias modernes. Penser la représentation I, Paris, L’Harmattan, 2007.

12 Nouvelles et nouvellistes belges : essai d’encyclopédie critique, sous la dir. de Vincent Engel et René Godenne, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, 2003.

13 Jacques Dubois, Pour Albertine : Proust et le sens du social, Paris, Seuil, 1997 ; Les romanciers du réel : de Balzac à Simenon, Paris, Éd. du Seuil, 2000 ; Le roman policier ou La modernité, [Paris], A. Colin, 2005 (rééd.).

14 Danielle Bajomée, Simenon : Une légende du XXe siècle, La Renaissance du Livre, 2008 ; Duras, ou La douleur, De Boeck Université, 2002.

15 Jean-Pierre Bertrand, Benoît Denis et. al. (éd.), Histoire de la littérature belge francophone : 1830-2000, Paris, Fayard, 2003.

16 Benoît Denis, Littérature et engagement : de Pascal à Sartre, Paris, Seuil, 2000 ; Benoît Denis et Jean-Marie Klinkenberg, La littérature belge : précis d’histoire sociale, Loverval, Labor, 2005.

17 L’écrivain et son double : Hubert Nyssen, textes réunis par Pascal Durand, Liège : CELIC ; Arles, Actes Sud, 2006 ; Jean-Pierre Bertrand et Pascal Durand, Les poètes de la modernité : de Baudelaire à Apollinaire, [Paris], Éd. du Seuil, 2006 ; Pascal Durand, Mallarmé. Du sens des formes au sens des formalités, Paris, Seuil, « Liber », 2008.

18 Le Centre publie une revue annuelle Traces (Travaux du Centre d’Études Simenon).

19 Isabelle Ost, Samuel Beckett et Gilles Deleuze : cartographie de deux parcours d’écriture, Bruxelles, Facultés Universitaires Saint-Louis, 2008.

Auteur

FNRS - Université Libre de Bruxelles, Belgique

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540