Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La littérature française du 20e siècle lue de l'étranger

 | 
Dominique Viart

L'approche romanistique

La recherche actuelle aux Pays-Bas

Sjef Houppermans

Texte intégral

1Les Pays-Bas ont toujours été une plateforme et un carrefour, aussi bien pour ce qui regarde le trafic commercial international que pour l’échange des idées et des produits culturels. C’est une différence importante avec la tradition de la recherche en romanistique telle qu’elle se déroule en Allemagne où plus particulièrement la philologie historique joue un rôle prépondérant.

  • 1 En outre il faut signaler les activités de l’Institut Culturel (Maison Descartes à Amsterdam) en c (...)

2Les recherches aux Pays-Bas dans le domaine de la littérature française du 20e siècle sont surtout concentrées dans les six départements universitaires1. Le nombre d’étudiants et partant de postes universitaires a fortement diminué depuis 1980. Actuellement il y a environ 250 étudiants dans le premier cycle (bachelor) et une cinquantaine en maîtrise (master) et en doctorat. En moyenne cinq soutenances en littérature moderne ont lieu chaque année.

3Les travaux académiques se déroulent aux centres suivants :

  • 2 Témoignages de l’après-Auschwitz dans la littérature juive-française d’aujourd’hui, Annelise Schult (...)

4Au Département de Français de l’Université de Leiden les principaux chercheurs en lettres modernes sont : Paul Smith qui d’autre part est un spécialiste du 16e siècle ; il étudie surtout la poésie du 20e siècle et s’intéresse à différentes sortes d intertextualité) ; Sjef Houppermans (dont les champs d’intérêt sont principalement le roman et le théâtre du 20e siècle ; littérature et psychanalyse ; littérature et philosophie ainsi que littérature et cinéma ; Annelise Schulte Nordholt publie surtout sur Proust et Blanchot et elle a écrit deux livres sur littérature et Shoah2 ; enfin Madeleine van Strien qui s’occupe de littérature de voyageurs. Leurs publications récentes figurent sur le site :

5http://www.letmetis.leidenuniv.nl.

  • 3 On observe que peu de chercheurs et d’enseignants limitent leurs travaux à un seul siècle.

6Au département de Français de l’Université d’Utrecht le professeur directeur est Maarten van Buuren. Outre la littérature du 19e siècle, il étudie aussi le 20e siècle3 : Cioran, Michaux, Proust, la phénoménologie et les questions de poétique ; sa collaboratrice Michèle Amouche-Kremers a publié surtout sur les auteurs de Minuit. « Putain de colonie ! » : anticolonialisme et modernisme dans la littérature du voyage en Indochine (1919-1939) : ainsi s’intitule la thèse d’Emmanuelle Radar qui travaille également à Utrecht. Pour consulter les pages personnelles de publications voir par exemple :

7http://www.uu.nl/​faculty/​humanities/​nl/​Contact/​Pages/​wiewatwaar.aspx

8Le Département de Français de l’Université libre d’Amsterdam (Vrije Universiteit – VU) pour sa part a une forte tradition dans le domaine de la sémiologie ; Leo Hoek par exemple est spécialisé dans ce domaine qu’il combine avec la sociologie littéraire et des recherches interdisciplinaires sur littérature et peinture ; Sophie Bertho d’autre part est une proustienne célèbre qui s’occupe également de Littérature et Image, de Michaux et de la critique littéraire. Leurs publications se consultent sur leurs sites personnels, par exemple : http://www.let.vu.nl/​nl/​organisatie-van-de-faculteit/​wetenschappelijk-personeel/​medewerkers-alfabetisch/​medewerkers-a-d/​dr-s-bertho/​index.asp

9Au Département de Français de l’Université d’Amsterdam Ieme van der Poel anime un groupe de recherches sur les littératures francophones ; elle a publié aussi sur Tel Quel et Kristeva ; Sabine van Wesemael interroge avant tout les auteurs de l’extrême contemporanéité comme Michel Houellebecq mais elle s’intéresse aussi à des questions de réception ; Matthijs Engelberts est un spécialiste du théâtre moderne et sur les liens entre théâtre et cinéma.

10Leurs Publications se trouvent sur le site http://dare.uva.nl/​fgw

11Le Département de Français de l’Université de Nimègue (Radbouduniversiteit) est placé sous la direction du chercheur flamand Franc Schuerewegen (Proust – génétique ; recherche comparatiste ; poétique) ; il est assisté par Marc Smeets (transitions 19e – 20e siècles ; Huysmans) et Mariska Koopman (20e siècle : questions d’éthique – Sylvie Germain) ; Nathalie Roelens, elle, étudie surtout les interrelations génériques (Textes et figures)

12Publications : voir http://metis.hosting.kun.nl/​metis/​

13Enfin le Département de Français de l’Université de Groningue est une partie intégrante du Département d’Études Romanes avec comme chercheurs : Liesbeth Korthals Altes (20e comparatiste – théories littéraires – Tournier) ; Jeannette den Toonder (20e Littérature canadienne) ; Alicia Montoya (écritures féminines) et Els Jongeneel (20e siècle ; Butor ; Littérature et image)

14Publications : http://www.rug.nl/​let/​onderzoek/​publicaties/​index

15Dans la recherche internationale la situation à la fin du 20e siècle montre ainsi une grande diversification. À l’époque du poststructuralisme les méthodologies exclusives ont cédé le champ à des approches pluridisciplinaires où une vaste panoplie de théories conduit à des travaux de synthèse et de comparaison fructueux. La recherche aux Pays-Bas avait déjà suivi ces sentiers depuis plusieurs décennies, spécialement pour ce qui concerne l’étude de la littérature française. Elle a par exemple exploré de maintes manières les possibilités de chevauchement et d’enchevêtrement des approches analytiques de type anglo-saxon et les lectures heuristiques d’origine française. Les meilleurs représentants d’une telle attitude ont réussi à réexaminer de façon critique les méthodes des différentes écoles : ainsi Kibedi Varga pour la poétique et la rhétorique ; Charles Grivel (dont les recherches ont débuté aux Pays-Bas) pour l’interdisciplinarité ; Henk Hillenaar pour l’approche psychanalytique et stylistique ; Evert van der Starre pour l’étude du Nouveau Roman et de l’œuvre de Raymond Queneau ; Ferd Drijkoningen pour la part importante qu’il a prise dans l’étude du surréalisme ; Françoise van Rossum pour ses lectures multidimensionnelles des auteurs modernes (pour ne nommer que quelques-uns des chercheurs les plus remarquables).

16Leur héritage est cher aux professeurs actuels qui continuent dans la même lignée tout en suivant de près les évolutions scientifiques au niveau international et mondial. Ainsi les études qui prennent leur point de départ dans la théorie du postmodernisme ou encore en se fondant sur les concepts clé du postcolonialisme et de l’interculturalisme occupent actuellement une place importante.

17Toutefois ces dix dernières années une transformation s’est manifestée peu à peu qui privilégie visiblement une tendance transférentielle à l’orientation interférentielle : c’est-à-dire que ce n’est plus la juxtaposition et le voisinage des catégories et des approches qui prévalent mais que la recherche se dirige vers une véritable interpénétration des différentes dimensions. La transférence prétend dépasser la concurrence des cultures pour témoigner de leur fertilisation mutuelle et afin de seconder et d’accompagner ces phénomènes de transculturalité.

18Donnons quelques exemples concrets aptes à illustrer ces choix qui de manière diversifiée réapparaissent dans tous les départements de français et dans les centres de recherche.

19À l’université de Leiden la recherche interculturelle connaît une longue tradition à cause entre autres de l’ampleur de la Faculté des Lettres et de la vaste gamme de langues et de cultures qu’elle héberge. C’est dans ce cadre que le projet d’Esfaindyar Daneshvar trouve organiquement sa place : ce jeune chercheur néerlandais d’origine iranienne prépare une thèse sur les œuvres d’auteurs iraniens en exil à Paris et qui publient en français. L’intention est de montrer comment au-delà de toutes sortes d’idiosyncrasies et de revendications spécifiques l’interpénétration des deux cultures mène à un transculturalité qui stimule et enrichit le dialogue international.

20Murielle Clément conduit un type de recherches comparable à l’Université d’Amsterdam au sujet d’auteurs franco-russes (elle a publié notamment aussi une thèse sur Makine dans ce contexte). À Leiden encore Elisa Diallo a soutenu en janvier 2009 une thèse sur Tierno Monénembo qui privilégie une approche transculturelle des romans de cet auteur guinéen. Ce type de recherches a aussi sa place à l’Université d’Amsterdam (direction Mieke Bal et Ieme van der Poel). C’est une approche qui permet non seulement d’examiner de près la rencontre des cultures et des discours pour des cas précis, mais qui ouvre en même temps sur une réflexion concernant la confrontation des idéologies, le dialogue des systèmes philosophiques sous-jacents et sur la comparaison des méthodologies utilisées. Désirée Schijns qui travaille sur la littérature maghrébine et Jolande Jansen qui interroge les discours idéologiques contemporains représentent exemplairement cette orientation.

21C’est plus particulièrement l’œuvre d’Edgar Morin (La Méthode) qui a pu inspirer ces recherches.

  • 4 Les liens avec le transfert comme concept psychanalytique (qui implique ici un engagement affectif (...)

22La transférence4 se détecte également dans un autre genre important d’études universitaires qui se greffe étroitement sur la pratique artistique aux Pays-Bas. Il s’agit de recherches qui s’intéressent à des réalisations esthétiques complexes où différentes formes artistiques s’interpénètrent : on peut penser à des œuvres théâtrales multimédiales comme les quatre pièces que Guy Cassiers et ses équipes dramaturgique et technique du RO-theâtre de Rotterdam ont composé entre 2002 et 2006 et qui prennent comme point de départ le texte de la Recherche de Marcel Proust. Cassiers combine notamment le texte joué par les acteurs avec des projections vidéo, des compositions digitales produites par toute une batterie d’ordinateurs, des jeux de lumière particulièrement fascinants, des exécutions musicales (chant, chœur, orchestre), ainsi que des costumes et des décors d’une grande richesse. Il paraît élucidant d’étudier comment de telles œuvres peuvent traduire vers notre temps les intentions de la Recherche (entre Gesamtkunstwerk et épanchement/éparpillement rhizomique) : cette étude tout en se branchant étroitement sur la multidisciplinarité permet par exemple de considérer autrement l’histoire littéraire et les catégorisations canoniques. Le groupe de recherches autour de la Revue « Marcel Proust Aujourd’hui » (Leiden, Amsterdam) privilégie notamment ce genre d’approches. Concurremment des thèses parallèles peuvent être programmées : ainsi des travaux sur les parallélismes existant entre Proust et Mondrian. Un autre objectif de cette équipe est de stimuler le dialogue entre plusieurs écoles critiques (c’est pourquoi elle publie des articles en français aussi bien qu’en anglais). Cette dernière perspective est encore plus présente si on regarde la ‘politique’ de la Revue « Samuel Beckett Today/Aujourd’hui » depuis 1990 : dans la bonne vingtaine de numéros publiés l’exégèse beckettienne se conjugue suivant tous les continents, toutes les écoles et toutes les méthodes avec une attention spéciale pour les contributions de jeunes chercheurs et les résultats de colloques internationaux partout dans le monde. Il va de soi que pour un auteur comme Beckett l’intermédialité et le plurilinguisme jouent un rôle prépondérant ainsi que la réflexion de son positionnement historique et générique entre modernisme et postmodernisme (et au-delà). Dans ce domaine la thèse de Matthijs Engelberts (publiée par Droz en 2001) sur Beckett et Duras montre que l’analyse de la relation entre textes et modes de représentation permet de poser des questions pertinentes au niveau de la place des genres dans la conception théorique et historique. D’autre part Joanna Szafraniec a publié en 2004 Beckett, Derrida and the event of literature : philosophical perspectives on the literary où elle combine de manière fort judicieuse la lecture de Beckett et la pensée de Derrida.

23Un autre type de recherches qui a pris une grande importance ces dernières années se penche sur les conséquences de la Shoah pour les auteurs et les autres artistes de la deuxième et de la troisième génération. Ceci permet d’élargir et de préciser les théories sur les traumatismes et sur les relais historiques plus généralement (cf les travaux d’Annelise Schulte Nordholt). Il est caractéristique que ces chercheurs ont recours régulièrement aux écrits de penseurs français ‘synthétisants’ tel Paul Ricoeur (La mémoire, l’Histoire, l’oubli) ou Jacques Rancière.

24La transculturalité se dégage aussi nettement dans le domaine de la réception qui est sans aucun doute un des points chauds de l’approche néerlandaise. Les textes traduits sont très nombreux et fort diversifiés (de part et d’autre, traduits du français et vers le français) : l’analyse des réactions de réception, de lecture, d’utilisation dans des contextes divers donne des aperçus enrichissants sur les phénomènes interculturels et transculturels d’aujourd’hui. L’étude des contacts intenses dans le passé (les éditeurs du 18e ; le théâtre de Voltaire ; l’imagologie ; les échanges philosophiques et théologiques) a fourni en outre une base solide à leur prolongement vers la modernité et la contemporanéité. Ainsi des questions très intéressantes peuvent être formulées quand on regarde la réception de certaines œuvres théâtrales actuelles aux Pays-Bas. On peut penser à des représentations de pièces de Marguerite Duras, de Bernard-Marie Koltès, de Valère Novarina, de Yasmina Réza que les dramaturges néerlandais ont ‘découvert’ même avant leur percée en France. Sur certains points la publication de textes peu connus ou de documents personnels (mémoires, journaux) traduits en néerlandais ou bien en édition bilingue présentent des œuvres peu ou pas accessibles aux lecteurs français et stimulent des lectures et des recherches transversales. Certains universitaires voient comme l’une de leurs tâches principales la publication d’éditions critiques pour les spécialistes et de publications documentées pour un public plus large. Ils participent également aux travaux du « Fonds voor de Letteren » qui stimule et promeut la traduction de textes français. Il y a un groupe de très bons traducteurs qui grâce à une stratégie éditoriale positive permet au public néerlandais de prendre connaissance des livres d’aujourd’hui, non seulement pour ce qui concerne les prix et les grosses ventes mais également pour ce qui regarde la recherche littéraire et créatrice. Plusieurs maisons d’édition (van Oorschot, de Geus, de Arbeiderspers, de Bezige Bij, Atheneum, Ijzer) se font aider par des conseillers littéraires. Van Oorschot ainsi publie Jean Rouaud, Pierre Michon et Pierre Bergounioux ainsi que François Bon avec chacun 5 ou 6 titres ; de Geus fait connaître Echenoz et le Clézio parmi d’autres, Ijzer édite les œuvres complètes de Pinget, de Arbeiderspers pour sa part met Perec à la disposition du public hollandais. Cette disponibilité est aussi à l’origine d’un vaste réseau d’intertextualité où des auteurs de langue néerlandaise se font inspirer, provoquer, stimuler par des écrivains français même s’ils ne les lisent pas dans leur langue d’origine.

25Pour l’approche épistémologique et philosophique (conceptuelle) l’approfondissement de l’analyse des notions clé de transférence, de transculturalité et de transmédialité permet de mieux cerner les points nodaux et les noyaux articulés : ainsi les systèmes et les structures peuvent être connectées de façon souple et diversifiée aux empirismes et aux méandres historiques et historisants. Concrètement cela mènera à des questions comme : pourquoi telle œuvre née sous des conditions spécifiques peut-elle exercer telle influence sous une forme et dans une ère déterminées, mais encore en poussant plus loin à des interrogations sur les mécanismes qui influencent ces processus. Sans que ce soit une prérogative explicite, une des orientations de ce genre d’explorations scientifiques vise plus précisément l’encastrement idéologique pratiqué au-delà des questionnements de principe. C’est ce qui surgit plus particulièrement dans les études transhiérarchiques : l’accent mis sur certains genres considérés jadis comme ‘inférieurs’ ou ‘mineurs’ tels les contes, le roman policier, la bande dessinée, au-delà de leur fonction de revalorisation de produits escamotés ou négligés, permettent une analyse des processus et des mécanismes de canonisation et de hiérarchisation étroitement dépendant de certaines perspectives d’organisation fondamentale.

26Donnons comme exemple le numéro de décembre 2008 de la Revue électronique Relief (logée par Igitur, le site d’édition électronique de l’Université d’Utrecht : www.revue-relief.org/). Signalons d’abord que c’est une revue d’accès libre et qui répond aux critères scientifiques les plus rigoureux s’ouvrant à un public transnational et transdisciplinaire élargi et permettant la diffusion selon des réseaux fort diversifiés. En outre ce numéro combine une réflexion poussée sur la bande dessinée et les produits culturels graphiques en général avec une présentation variée d’œuvres et d’artistes relevant de cette discipline. Le média électronique permet d’ajouter des images, des films, une sonorisation, des visites d’ateliers, que complètent le commentaire, la critique et la réflexion constante sur les moyens, les méthodes et les cadres techniques, socioculturels et idéologiques en jeu. La transmédialité favorise l’avancée transhiérarchique, voire la percée transidéologique.

27Cette piste est aussi explorée par les recherches sur les réalisations de certains auteurs sur internet, pensons au site de François Bon et à l’œuvre de Renaud Camus dont le grand ‘work in progress’ intitulé Vaisseaux brûlés suscite beaucoup l’intérêt des chercheurs néerlandais par ses multiples ramifications, ses illustrations, ses superpositions et ses hyperlinks. Le contexte des études sur ‘texte et image’ profite aussi volontiers de l’œuvre de Renaud Camus photographe : ces dernières années la série de publications sur ‘les demeures de l’esprit’ en Angleterre et en France élargit les réseaux de connections culturelles qui permettent des recherches ‘plurimédiales’. Un autre cas auquel s’intéresse particulièrement la recherche des vingtièmistes néerlandais est représenté par Tanguy Viel dont l’œuvre, tout en entreprenant des explorations diversifiées dans différents média, procède à une réflexion sur la réception et les potentialités des moyens mis en œuvre. Cinéma met en scène la réception du fameux film de Mankiewicz, Sleuth (Le limier), en recompose les données, en imagine les conséquences, développant de la sorte une réflexion sur l’influence des images et des signes dans le contexte culturel d’aujourd’hui. Prolongeant ce genre de travail, Tanguy Viel a publié sur le site « Créations en ligne » de culture.fr. une réalisation intitulée « Péplum » : à partir d’une suite de fresques de Giotto. On y trouve « Une évocation de la vie du Christ en sept tableaux animés ou comment le péplum peut devenir un genre artisanal. » Internet, la tradition picturale occidentale, les classiques du cinéma et une sonorisation conjointe se complètent, s’interrogent et se critiquent. Une sémiotique moderne qui est fort pratiquée aux Pays-Bas s’intéresse surtout à ce genre d’interrelations des signes – langagiers, artistiques, publicitaires, vestimentaires, architecturaux etc. – dans le paysage social actuel.

28Un des projets de l’École de Recherche sur la littérature contemporaine des Universités néerlandaises (OSL) s’engage d’une autre manière dans cette voie qui tend vers un comparatisme élargi. Il s’agit de recherches sur le modernisme entreprises suivant un programme de coopération entre différentes universités néerlandaises et flamandes. Après avoir établi un inventaire du modernisme européen (1910-1940) et après avoir étudié l’intermédialité dans ce cadre, le groupe a examiné de plus près la notion d’Arrière-garde qui a permis de scruter les bases historiographiques, conceptuelles et idéologiques de la notion de Modernisme et de son emploi dans différents contextes. Le nouveau projet envisage de considérer les résurgences du modernisme à l’âge du postmodernisme : les prémisses plus ou moins cachées qui donnent la possibilité d’interroger de façon critique : succession, hiérarchisation, critères de sélection et de rangement, concepts dominant l’historiographie littéraire, téléologie à la base des principales théories esthétiques. Ensuite sera examinée de plus près ce qu’on appelle la littérature ‘middlebrow’ dans ses interférences avec le modernisme. Cette recherche profitera sans aucun doute largement d’une collaboration entre différentes disciplines (littérature, théâtre, cinéma, histoire de l’art, théories d’esthétique, approches sociologiques, philosophie, psychanalyse) où la notion même de modernisme s’articule différemment.

  • 5 Cette série que dirige Michael Bishop se définit comme suit : CHIASMA seeks to foster urgent criti (...)
  • 6 Titres récents entre autres : 47. Peter Broome, In the Flesh of the Text. ; 46. Jean-Louis Pautrot (...)

29La principale maison d’édition néerlandaise de textes en français est sans aucun doute Rodopi (Amsterdam – New York). Les universitaires néerlandais y trouvent une plateforme stimulante alors que le dialogue avec les chercheurs d’autres pays est garanti par une ouverture éditoriale systématique. Outre des séries consacrées à la francophonie (Francopolyphonies) et aux études de ‘texte et image’(CHIASMA)5 ainsi que la collection monographique qui est surtout réservée à des auteurs du vingtième siècle6, la série Faux – Titre (fonds de plus de 300 titres en 2008 dont les deux tiers concernent le vingtième siècle) promeut tout particulièrement les études transdisciplinaires et transmédiatiques. La critique beckettienne y est largement représentée, mais nombreux sont également les publications sur les formes marginales de littérature (écriture à contraintes, BD, policier, photo-roman etc) et sur la coopération entre différentes pratiques artistiques. Une autre tendance de la recherche aux Pays-Bas y trouve un écho : c’est la publication de textes concernant les recherches transdisciplinaires : on y rencontre des combinaisons, des parallélismes et des comparaisons entre littérature et médecine, anthropologie, archéologie, sciences de la terre, historiographie, pédagogie, étude des machines, géographie, photographie parmi d’autres. Les systèmes de pensée qui ont influencé plus que d’autres la critique de ces vingt dernières années, du dialogisme de Bahktine au déconstructionisme derridien et à la schizanalyse deleuzienne, en passant par l’analyse des discours à la Foucault ou encore à la Lyotard, l’ouverture multidisciplinaire de Serres, de Virilio et de Morin, et par la notion de polysystème (Ebn-Zohar), y sont mis en perspective et c’est donc plutôt leur rencontre et leur commune mise sur orbite qui permettent-au-delà des applications unidimensionnelles-une réflexion théorique, méthodologique et idéologique diversifiée. Signalons également que dans la série Faux-Titre ont été publiées les principales thèses en littérature contemporaine qui ont été soutenues ces vingt dernières années dans les différents départements des universités néerlandaises. Mentionnons plus spécialement les travaux sur l’œuvre de Michel Tournier : Mariska Koopman (Vers un autre fantastique) et Liesbeth Korthals Altes (Le salut par la fiction ?) ; le livre sur Les Géorgiques de Claude Simon par Cora Reitsma, la thèse de Ieme van der Poel sur Tel Quel et celle de Christa Stevens sur Cixous, ainsi que l’étude de Solange Leibovici sur René Crevel (Le sang et l’encre). La critique psychanalytique y trouve également sa place par exemple avec le travail de Lia van de Biezenbos : Fantasmes maternels dans l’œuvre de Marguerite Duras. Dialogue entre Duras et Freud ou encore avec Le parent insaisissable et l’urgence d’écrire de Martine Delfos. Manet van Montfrans a publié en 1999 dans la même série sa magnifique thèse sur Perec (Georges Perec, la contrainte du réel) où, tout en tenant compte de la diversité de l’œuvre de Perec, l’auteur tisse des liens interdisciplinaires qui permettent notamment de préciser comment chez Perec les principes esthétiques et les urgences existentielles se croisent et se chevauchent. Insistons également sur l’intérêt de la thèse soutenue par Maaike Koffeman sur l’histoire de la NRF et son importance pour les différents arts poétiques du vingtième siècle : Entre Classicisme et Modernité (2003).

  • 7 Articles parmi d’autres sur Houellebecq, Angot, Grangé, O. Rolin, S. Germain, B. Peeters, Darrieus (...)

30Les travaux de recherches en cours trouvent également leur place dans la collection Faux Titre : ainsi Michel Houellebecq sous la loupe de Murielle Lucie Clément et de Sabine van Wesemael ; Réécrire la Renaissance, de Marcel Proust à Michel Tournier par Paul J Smith et Marcel Proust constructiviste par Sjef Houppermans. Plusieurs recueils d’ensemble donnent une bonne idée de la vaste panoplie des recherches en littérature française contemporaine ainsi qu’elles se pratiquent aux Pays-Bas : Histoire, jeu, science dans l'aire de la littérature, textes réunis par Sjef Houppermans, Paul J. Smith et Madeleine van Strien-Chardonneau ou encore Territoires et terres d’histoires, édité par Sjef Houppermans, Christine Bosman Delzons et Danièle de Ruyter-Tognotti7.

31Examinons maintenant les principales revues savantes éditées aux Pays-Bas (là encore Rodopi est la maison principale où paraissent ces publications).

  • 8 Volumes récents :
    54. Karen Haddad-Wotling et Vincent Ferré (Ed.), Proust, l’étranger.
    50. Aline Mur (...)

32D’abord mentionnons CRIN : Cahiers de Recherches des Instituts Néerlandais de Langue et de Littérature Françaises. ‘le CRIN’ paraît deux fois par an et est consacrée à l’étude de la littérature et de la culture françaises. Son objectif est avant tout scientifique. La revue ouvre ses pages à toute méthode de recherche digne de ce nom. La plupart des 50 numéros parus ont pour sujet un auteur ancien ou moderne dont l’œuvre jouit d’un certain renom. La rédaction choisit aussi, mais plus rarement, tel ou tel thème littéraire ou culturel d’ordre général. Cette revue, au nom sans doute quelque peu rébarbatif mais facile à retenir, est née en 1972, d’une initiative du département de français de l’Université de Groningue, à laquelle se sont bientôt associés les cinq autres départements de français aux Pays-Bas (Leyde, Utrecht, Amsterdam, Université libre d’Amsterdam, Université catholique de Nimègue). Après les tâtonnements du début, le CRIN a définitivement pris son élan ces quinze dernières années, et est lu aujourd’hui par des chercheurs et des étudiants de nombreux départements de français dans le monde entier, mais aussi par beaucoup d’amateurs des lettres françaises. Chaque nouveau numéro est pris en charge par un ou deux responsables qui réunissent une équipe de spécialistes, néerlandais, français et autres. La responsabilité finale de la revue est assurée par un comité de rédaction dont les membres occupent les six chaires de littérature française aux Pays-Bas8. Jusqu’en 2001 a paru également une revue qui avait comme but de signaler les évolutions dans la littérature et la critique françaises à un public plus large (enseignants du secondaire notamment) ; il s’agit de Rapports – Het Franse Boek 1971-2001 Revue de littérature et culture françaises (éditions van Gorcum et Rodopi – après 1979). D’autre part on trouvera certains articles sur la littérature française actuelle dans une revue d’un caractère plus général intitulée Neophilologus (An International Journal of Modern and Mediaeval Language and Literature) où différentes langues alternent. Détails sur : http://www.springerlink.com/​openurl.asp?genre=journal & issn=0028-2677.

  • 9 Numéros précédents : 18. Dirk Van Hulle and Mark Nixon (Eds.), “All Sturm and no Drang”.
    17. Sjef H (...)

33Samuel Beckett Today/Aujourd’hui est une revue plus spécialisée ; elle est annuelle et bilingue. En 2010 paraît le numéro 22 Samuel Beckett : Debts and Legacies., (Erik Tonning, Matthew Feldman, Matthijs Engelberts and Dirk Van Hulle - Ed.), alors que le volume de 2009 s’intitule Where Never Before., (Sjef Houppermans, Angela Moorjani, Danièle de Ruyter, Matthijs Engelberts and Dirk Van Hulle - Ed.). Le numéro de 2008, Des éléments aux traces (numéro 20) présente les actes des colloques d’Aix et de Lille (2006), alors que le numéro 19 réunit les textes présentés cette même année (centenaire de la naissance de Beckett) à Tokyo (Borderless Beckett/Beckett sans frontières)9.

34Marcel Proust Aujourd’hui est une autre publication du même type. C’est une revue internationale bilingue qui veut être un forum aussi bien pour les spécialistes de l’œuvre de Proust que pour tout lecteur désirant se renseigner sur l’évolution des recherches proustiennes. Des numéros généraux alternent avec des numéros orientés suivant une thématique spécifique. Ainsi le numéro 2 s’intitule Mille et une nuits dans La Recherche : Sommeil, rêves et rêveries ; le numéro 4 a comme thème Proust et le théâtre et en 2008 a paru Proust dans la littérature contemporaine (rédaction, Sjef Houppermans, Nell de Hullu-van Doeselaar, Manet van Montfrans, Annelies Schulte Nordholt et Sabine van Wesemael).

35Voir : http://www.rodopi.nl/​senj.asp?SerieId=Proust

36Finalement revenons à Relief, revue en ligne. Relief est une revue internationale digitale consacrée à l’étude de la littérature et de la culture française. Elle offre un forum aux chercheurs européens et est dirigée par des chercheurs néerlandais en littérature française contemporaine (Maarten van Buuren ; Els Jongeneel ; Alicia Montoya et Sjef Houppermans). Voir http://www.revue-relief.org/​index.php/​relief.

37Les numéros parus jusqu’ici traitent de Sartre ; de Paris dans la littérature contemporaine ; de Yourcenar et de la Bande Dessinée. En 2009-2010 paraissent des numéros sur l’autobiographie et sur la critique psychanalytique. Sont annoncées des livraisons sur Les Contes et leurs images, la littérature francophone et le cinéma d’histoire.

  • 10 Voir également le site des romanistes néerlandais sur : www.romanisten.nl.

38Cette dernière revue rejoint exemplairement les préoccupations principales de la recherche en littérature française moderne telle qu’elle est menée aux Pays-Bas : elle s’ouvre pleinement à la technique moderne et embrasse volontiers les possibilités de la pluridisciplinarité et de la multimédialisation tout en profitant de sa position indépendante pour se ménager une liberté de critique qui n’hésite pas à s’élargir à un contexte social, politique et idéologique10.

Notes

1 En outre il faut signaler les activités de l’Institut Culturel (Maison Descartes à Amsterdam) en collaboration avec le Service Culturel de l’Ambassade de France à La Haye :
Organisation de Colloques et de rencontres (avec auteurs, critiques et scientifiques).
Mentionnons également le programma des différentes antennes de l’Alliance Française (34 centres) : programme pour les 120 ans de l’Alliance en 2008 autour de Philippe Claudel et Eric-Emmanuel Schmitt ; cours, conférences.

2 Témoignages de l’après-Auschwitz dans la littérature juive-française d’aujourd’hui, Annelise Schulte Nordholt (éd.) ; Perec, Modiano, Raczymow, Annelise Schulte Nordholt [ajouter : Éditions Rodopi, 2008.]

3 On observe que peu de chercheurs et d’enseignants limitent leurs travaux à un seul siècle.

4 Les liens avec le transfert comme concept psychanalytique (qui implique ici un engagement affectif du chercheur) et avec la notion de ‘translation’ considérée comme traduction dans un sens large (voir R. Balibar, Histoire de la littérature française, PUF, 1995) peuvent élargir la portée de l’idée de transférence.

5 Cette série que dirige Michael Bishop se définit comme suit : CHIASMA seeks to foster urgent critical assessments focussing upon joinings and criss-crossings, single, triangular, multiple, in the realm of modern French literature. Studies may be of an interdisciplinary nature, developing connections with art, philosophy, linguistics and beyond, or display intertextual or other plurivocal concerns of varying order.

6 Titres récents entre autres : 47. Peter Broome, In the Flesh of the Text. ; 46. Jean-Louis Pautrot, Pascal Quignard ou le fonds du monde ; 45. Georges Perec ou le dialogue des genres., Michel Sirvent ; 41. Sjef Houppermans, Renaud Camus érographe. ; 36. Michel Sirvent, Jean Ricardou. ; 34. Béatrice Bonhomme, Salah Stétié en miroir. ; 33. Jean-Louis Cornille, Céline ; 29. Sjef Houppermans, Claude Ollier cartographe ; 27. Roland A Champagne, Philippe Sollers ; 26. Jean-Pol Madou, Edouard Glissant : de mémoire d'arbres ; 17. Françoise Dorenlot, Michel del Castillo ; 12. Sjef Houppermans, Alain Robbe-Grillet autobiographe ; 11. Michel Pierssens, Maurice Roche.

7 Articles parmi d’autres sur Houellebecq, Angot, Grangé, O. Rolin, S. Germain, B. Peeters, Darrieusecq, Quignard, Bergounioux, Cixous, Robbe-Grillet, Gaetan Soucy et Lionel Trouillot.

8 Volumes récents :
54. Karen Haddad-Wotling et Vincent Ferré (Ed.), Proust, l’étranger.
50. Aline Mura-Brunel (Ed.), Chevillard, Echenoz.
49. Luc Rasson et Bruno Tritsmans (Ed.), Olivier Rolin.
47. Stéphane Spoiden (Ed.), Régis Debray et la médiologie.
45. Aline Mura-Brunel (Ed.), Christian Oster et cie.
44. Lawrence R. Schehr (Ed.), Aimez-vous le queer ?
43. Sabine van Wesemael (Ed.), Michel Houellebecq.
41. Aline Mura-Brunel et Franc Schuerewegen (Eds.), L'Intime - L’Extime.
39. Sjef Houppermans (Ed.), Claude Simon et les jardin des plantes.
37. Sophie Bertho (Ed.), Proust et ses peintres.
34. D. de Ruyter-Tognotti et M. van Strien-Chardonneau (Eds.), Le roman francophone actuel en Algérie et aux Antilles.
Voir : http://www.rodopi.nl/senj.asp?SerieId=CRIN

9 Numéros précédents : 18. Dirk Van Hulle and Mark Nixon (Eds.), “All Sturm and no Drang”.
17. Sjef Houppermans (Ed.), Présence de Samuel Beckett / Presence of Samuel Beckett.
16. Matthijs Engelberts, Everett Frost with Jane Maxwell, "Notes diverse holo".
15. Marius Buning, Matthijs Engelberts, Sjef Houppermans, Dirk Van Hulle, Danièle de Ruyter (Ed.), Historicising Beckett / Issues of Performance.
14. Anthony Uhlmann, Sjef Houppermans, Bruno Clément (Ed.), After Beckett / D’après Beckett.
13. Marius Buning, Matthijs Engelberts, Sjef Houppermans, Danièle de Ruyter-Tognotti (Ed.), Three Dialogues Revisited/Les Trois dialogues revisités.
12. Marius Buning, Matthijs Engelberts, Sjef Houppermans (Ed.), Pastiches, Parodies & Other Imitations. Pastiches, Parodies & Autres Imitations.
11. Angela Moorjani and Carola Veit (Ed.), Samuel Beckett : Endlessness in the Year 2000. Samuel Beckett : Fin sans fin en l’an 2000.
10. Matthijs Engelberts, Sjef Houppermans, Yann Mevel & Michèle Touret (Ed.), L'Affect dans l'œuvre beckettienne.
http://www.rodopi.nl/senj.asp?SerieId=BECKETT

10 Voir également le site des romanistes néerlandais sur : www.romanisten.nl.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540