Version classiqueVersion mobile

La littérature française du 20e siècle lue de l'étranger

 | 
Dominique Viart

L'approche romanistique

Le 20e siècle français en Scandinavie

Karin Gundersen

Texte intégral

  • 1 Je remercie mes collègues Morten Nøjgaard (Odense), Hans Peter Lund (Copenhague), Steen Bille Jørg (...)

1Le Danemark, la Norvège et la Suède forment une unité culturelle relativement homogène. Nous parlons tous une langue scandinave, ce qui nous permet de communiquer entre nous sans changer de langue, et nous avons une longue tradition pour coopérer dans différents domaines, académiques et autres. Ce n’est donc pas extraordinaire que tout en étant Norvégienne, je représente dans ce contexte non seulement la Norvège, mais aussi le Danemark et la Suède.1

2Depuis longtemps, la langue, la culture et la littérature françaises ont une forte position chez nous. Dès l’essor de la recherche en sciences humaines au 19e siècle, les universités scandinaves ont tenu compte du français. Ainsi la première chaire de philologie romane – où le français était central – a-t-elle été créée en 1873 à Oslo, suivie de près en 1887 par les chaires d’Uppsala et de Copenhague. La recherche linguistique danoise représentée par Louis Hjelmslev et Viggo Brøndal, avec leurs travaux dans le cadre du Cercle Linguistique de Copenhague fondé en 1931, est célèbre loin des milieux linguistiques depuis le structuralisme, et surtout depuis que Roland Barthes a réinterprété le concept de la connotation forgé par Hjelmslev. Il n’est donc pas surprenant que la théorie française des années 1950-60-70 ait été bien reçue en Scandinavie, d’abord au Danemark où l’on s’est rapidement mis à la tâche de la traduction des théoriciens les plus importants. Dans les départements de français un peu partout en Scandinavie, on lisait Barthes, Kristeva, Genette, Todorov, Lacan et Derrida dans le texte et ce, dès la parution de leurs livres. Parallèlement, on a découvert le Nouveau Roman : Nathalie Sarraute, Alain Robbe-Grillet et Claude Simon. On allait à Cerisy-la-Salle pour les fameux colloques des années 70, et La Prise de Constantinople de Jean Ricardou est devenue un livre culte. Quand Claude Simon a reçu le prix Nobel en 1985, de nombreux professeurs et étudiants scandinaves avaient déjà lu et étudié La Route des Flandres et d’autres textes de ce grand romancier.

  • 2 J’ai rendu compte de cette tradition au LIVe Congrès de l’Association Internationale des Études Fr (...)

3En Norvège, le terrain de cette réception rapide et enthousiaste était préparé par notre tradition particulière des études littéraires françaises.2 Depuis les années 1920, grâce à certains professeurs qui étaient aussi des personnalités avec beaucoup d’influence, la tendance la plus vigoureuse des études françaises chez nous a été celle d’une réflexion et interprétation esthétique, philosophique et linguistique, nourrie à la fois de considérations spiritualistes et moralistes (dans l’honorable acception du mot) et d’un formalisme poétique proche de la littérarité jacobsonienne et de l’effet d’étrangeté de Sklovskij. L’un ouvre la voie aux diverses approches éthiques et politiques, l’autre au structuralisme et à la nouvelle rhétorique dans tous ses états. Aujourd’hui, quand je me retourne vers le passé, je vois les époques proto-théorique, théorique et post-théorique défiler selon une logique impeccable. La saturation théorique qui est devenue de plus en plus gênante vers les années 1980, même pour des poststructuralistes comme moi, cette espèce d’indigestion devait forcément amener par réaction la renaissance du sujet et de l’auteur, et finalement ouvrir l’horizon du syncrétisme qui est le nôtre aujourd’hui. Car il ne faut pas confondre post-théorie avec l’absence de théorie. L’essentiel, c’est qu’on continue à croire à la force de l’écriture : alors libre à chacun d’appliquer une perspective féministe, post-colonialiste, néo-stylistique, inter-artistique, esthétique, thématique, philologique ou métaphysique. On voit entre autres un retour à l’École de Genève et aux grands romanistes allemands des années 1940 : Auerbach et Curtius.

4Quel sont donc les auteurs français du 20e siècle que l’on étudie maintenant et depuis une dizaine d’années en Scandinavie ? Qui est-ce qu’on considère comme dignes d’illustrer la force de l’écriture comme telle ? En toute diversité de méthode et de fondement théorique ?

  • 3 Ce répertoire n’est pas exhaustif, pourtant fiable en ce sens qu’il donne une idée de l’importance (...)

5Commençons par Proust. À la recherche du temps perdu a été l’objet d’études approfondies en Norvège depuis les années 1960. Proust est aujourd’hui sans doute l’auteur français du 20e siècle le plus reconnu et célèbre en Norvège, ce qui s’expliquerait en partie par l’existence d’une excellente traduction intégrale de la Recherche en norvégien, version due à Anne-Lisa Amadou, qui fut professeur de littérature française à l’Université d’Oslo et a inauguré les études proustiennes en Norvège. En Suède et au Danemark on trouve également des traductions assez récentes de la Recherche. La fascination pour Proust et son œuvre reste vivante à Oslo, Uppsala, Stockholm et Göteborg, avec thèses de doctorat, articles et mémoires de master. Les surréalistes sont étudiés à l’Université de Trondheim (surtout les femmes : Joyce Mansour et Gisèle Prassinos), tandis que l’on étudie les hommes surréalistes (surtout André Breton) à l’Université de Bergen. Paul Valéry fait l’objet d’une thèse en cours à Oslo. À Bergen, on fait des recherches sur Bataille. Pour les autres écrivains et poètes des années 1930 et 1940, on trouve d’importantes contributions sur René Char à Stockholm et Oslo, tandis qu’il y a une thèse sur Jean Paulhan en cours à Oslo. Ensuite, on voit Jean-Paul Sartre se retirer un peu en faveur de Simone de Beauvoir. Deux thèses sur Sartre furent soutenues dans les années 1990, l’une à Bergen (1994) et l’autre à Oslo (1999). Mais depuis un certain temps Sartre n’est plus en vogue, tandis qu’on fait des recherches sur les romans de Simone à l’Université de Trondheim, et son autobiographie intégrale est en cours de traduction. Une traduction intégrale du Deuxième sexe existe depuis l’an 2000. Les romans de Jean Genet viennent d’être analysés d’un point de vue autobiographique et esthétique dans une thèse très récemment soutenue à Oslo. À Stockholm et Uppsala nous trouvons des thèses sur Montherlant, Jean Giono, Alain Robbe-Grillet et Jean-Marie Le Clézio, ce dernier ayant aussi fait l’objet d’une thèse à Oslo. À Stockholm de même, on travaille sur Beckett et Ionesco. À Göteborg il y a eu une thèse présentant une lecture iconotextuelle de Michel Butor, et à cette même université on trouve tout un milieu de recherche sur Marguerite Duras. Deux livres, respectivement de l’Université de Trondheim et d’Oslo, sur la même Marguerite, ont vu le jour depuis peu. À Copenhague on travaille actuellement sur Camus, Claude Simon et Nathalie Sarraute ; à Odense sur Romain Gary, Michel Tournier et Jean Rouaud ; à Aarhus on travaille avant tout sur Georges Perec, mais aussi entre autres sur Beckett, Queneau, Cendrars, et les poètes contemporains comme Emmanuel Hocquard et Christian Prigent, ainsi que le théâtre contemporain (Bernard-Marie Koltès par exemple). Finalement, à Oslo comme à Bergen, Michel Houellebecq a fait l’objet de plusieurs articles et mémoires de master.3

6Parmi tous ces écrivains et poètes, et malgré l’importance indéniable de beaucoup d’entre eux, Proust a un statut incomparable. Etudié et réétudié depuis les années 1950 jusqu’à ce début du 21e siècle, il n’a rien perdu du charme que les théoriciens de la grande époque lui ont trouvée quand ils firent de la Recherche la source ou l’exemple privilégiés de n’importe quelle technique narrative, rhétorique voire poétique.

Notes

1 Je remercie mes collègues Morten Nøjgaard (Odense), Hans Peter Lund (Copenhague), Steen Bille Jørgensen (Aarhus) et Bengt Novén (Stockholm) de bien avoir voulu me fournir les renseignements que je leur avais demandés sur l’état actuel de la recherche vingtiémiste française dans leurs universités.

2 J’ai rendu compte de cette tradition au LIVe Congrès de l’Association Internationale des Études Françaises, en juillet 2002 ; ma communication a ensuite été publiée dans les C.A.I.E.F. no. 55, mai 2003, p. 39-46. Je me borne ici à répéter l’essentiel.

3 Ce répertoire n’est pas exhaustif, pourtant fiable en ce sens qu’il donne une idée de l’importance, la variété et l’ampleur des études vingtiémistes en Scandinavie.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search