Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La littérature française du 20e siècle lue de l'étranger

 | 
Dominique Viart

L'approche romanistique

La recherche en littérature française : la Flandre entre proximité et éloignement

Pierre Schoentjes

Texte intégral

Des années charnières

1Nous nous proposons de montrer les tensions et ambiguïtés qui caractérisent la situation de la littérature française en Belgique néerlandophone, et leurs effets récents sur les études littéraires. La position de la Flandre par rapport aux études françaises est en effet marquée simultanément par une très grande proximité (géographique) de la région et un éloignement (croissant) d’avec l’univers culturel et littéraire de la France (et de la Belgique francophone). Alors que le français a longtemps occupé une position dominante après guerre –sinon culturellement du moins à travers la place privilégiée qu’il occupait dans l’enseignement secondaire–, cette prédominance appartient aujourd’hui largement au passé. L’univers culturel dominant est anglo-saxon et la langue de référence l’anglais. Le monde académique en Flandre, qui avait reconnu le français à l’époque où cette langue était la langue de la communauté scientifique internationale, ne s’attriste guère de ce changement. Il s’en accommode d’autant plus facilement que cette tendance rejoint l’orientation culturelle générale du grand public.

2Les évolutions de la société, les réformes successives des programmes universitaires ainsi que le nouveau cadre des cursus découlant de l’application des accords de Bologne ont conduit à d’importants changements dans la recherche. Il y a vingt-cinq ans, la tradition philologique était encore très solidement représentée dans les études littéraires menées à l’Université, à côté d’approches marquées par le structuralisme. Une part importante du travail intellectuel portait d’ailleurs sur la littérature du moyen âge et celle antérieure à la Révolution.

3Il en va différemment de nos jours : les études françaises ont repensé leur place et choisissent de mettre d’autres accents. On observera les perspectives méthodologiques différentes –venues en particulier des U.S.A– et l’intérêt croissant pour la littérature moins ancienne, voire contemporaine.

La situation linguistique : le français et sa littérature dans l’enseignement

4Avant de se tourner vers la spécificité des études françaises en Flandre, il est bon de rappeler un certain nombre de réalités locales, qui échappent quelquefois aux observateurs éloignés, parfois même à des voisins plus proches. On excusera d’autant plus volontiers cette méconnaissance que le « modèle belge » n’est pas des plus lisibles pour un étranger.

5Bilingue néerlandais-français jusque dans les années trente, la Flandre est devenue unilingue à partir des lendemains de la Seconde Guerre mondiale. L’Université témoigne de cette transformation importante qui marque l’aboutissement d’un combat pour l’émancipation d’une région par la reconnaissance de sa langue. La langue de l’enseignement à l’Université de Gand, première à avoir pérennisé le changement, est devenue le néerlandais depuis 1930. Si la Belgique est officiellement trilingue, la seule langue officielle en Flandre est le néerlandais.

6Il existe donc certes des Flamands qui parlent français dans des circonstances privées mais il est hasardeux d’établir un chiffre, en outre il convient de souligner que la situation de leur bilinguisme se rapproche souvent de celle d’autres Flamands qui se servent de deux registres de langue : la langue standard dans les circonstances formelles, et un néerlandais marqué par des traits dialectaux dans les circonstances familiales. Là où les Flamands alternent langue standard et « dialecte », les francophones (tous bilingues évidemment et scolarisés en néerlandais) combinent la pratique du néerlandais standard avec celle d’un français qui se réduit en réalité à une langue parlée et dont la maîtrise est intuitive comme l’est celle du « dialecte » chez les néerlandophones. La situation est donc bien distincte de celle du Canada par exemple où l’anglais et le français peuvent coexister comme langues administratives à l’intérieur d’une province donnée.

7Si l’on excepte les trop célèbres communes à facilités, tout enseignement officiel en Flandre se donne donc obligatoirement en néerlandais. Alors qu’en 1945 le français était encore largement présent en Flandre –en témoignait p.e. une presse vivante–, il faut souligner qu’il a aujourd’hui virtuellement disparu de la vie quotidienne ; il n’est ainsi plus guère envisageable de se faire servir dans un commerce en s’exprimant en français. Si l’enseignement a longtemps continué à faire une place centrale au français, ce qui garantissait une excellente connaissance du français dans notre région, cette position dominante est aujourd’hui mise à mal. La domination du monde anglo-saxon a conduit à ce que l’attention porte aujourd’hui essentiellement sur la maîtrise de l’anglais. Ce qui retient le monde universitaire de lui faire une part encore plus grande –part que les Pays-Bas n’hésitent pas à lui donner– tient exclusivement au souvenir de l’émancipation de la région qui s’est faite à travers le néerlandais. Malgré ces résistances, il est toutefois vraisemblable que dans les années à venir l’anglais sera amené à occuper une place plus importante dans les cursus universitaires.

8Il doit donc être clair que la Flandre appartient culturellement à l’univers anglo-saxon : cela se vérifie aisément. Plusieurs instances privées ou publiques reconnaissent explicitement cet état de choses. Des concours scientifiques internationaux distinguent souvent entre des pays d’influence anglo-saxonne et latine. Des grands libraires comme la FNAC règlent là-dessus leur choix d’approvisionnement, ce qui est de première importance pour la (non-) disponibilité des titres en français. Les distributeurs de films quant à eux tablent sur ces différentes sphères d’influence pour déterminer leur diffusion. La frontière entre ces deux univers traverse très exactement la Belgique.

9Il faut éviter d’opposer aujourd’hui encore, comme on l’a fait parfois complaisamment par le passé, la « grande culture française » à une prétendue culture populaire anglo-saxonne. La confusion entre culture et divertissement n’appartient pas en propre à l’univers anglo-saxon et l’on ne voit pas très bien à quel titre la France du Dîner de cons, des Visiteurs, ou de Bienvenue chez les Ch’tis serait « supérieure »… et pour chaque Simon ou Le Clézio, il n’est pas difficile de citer une Lessing ou un Coetzee.

 

10Sans entrer ici dans le débat du supposé déclin de la culture française, il importe simplement de souligner qu’en Flandre le français est devenu une véritable langue étrangère. Le français n’est même plus aujourd’hui en Flandre la langue seconde privilégiée. L’anglais étant devenu la langue académique de référence, la présence du français en dehors des facultés de lettres s’est réduite à peu de choses. Langue de l’ancienne domination sociale, langue actuelle du Sud du pays avec lequel les relations politiques sont souvent tendues, le français ne jouit pas en Flandre d’un a priori favorable. Toutefois, sa place dans les cursus universitaires des sections de langue et de littérature reste importante. Les exigences demeurent élevées : les enseignants peuvent en effet tabler sur un minimum de huit années d’apprentissage de la langue : deux à l’école primaire, six en secondaire. La connaissance moyenne du français reste donc élevée, très bonne même si on la compare à la maîtrise du français aux Pays-Bas, pour prendre comme point de comparaison l’autre pays où l’on parle néerlandais. La question est toutefois de savoir combien de temps cette situation privilégiée se maintiendra.

11Pour autant l’enseignement systématique de la littérature française ne fait pas partie des programmes scolaires, qui favorisent la lecture de textes informatifs et les compétences de communication. Cela n’empêche pas certains professeurs de faire discrètement une part à (l’histoire de) la littérature française, en particulier dans les dernières années des sections de langues modernes.

12Si nous nous arrêtons très brièvement à la situation linguistique et à celle de l’apprentissage du français en Flandre, c’est parce qu’il est malaisé de bien comprendre la position de la recherche sans ces préliminaires. Il faut donc garder en mémoire que les étudiants qui débutent à l’université n’ont que fort peu de lectures en français et aucune connaissance systématique de (l’histoire de) la littérature. Par contre, jusqu’à il y a peu du moins, ils avaient tous nécessairement une bonne maîtrise du latin puisque les anciennes Romanes faisaient une place importante à ce domaine. En effet, les prérequis des candidats aux Romanes comprenaient de fait une bonne maîtrise du latin. Une présélection s’opérait sur cette base et rares étaient les débutants absolus en latin qui parvenaient à atteindre en un an le niveau attendu. Aujourd’hui toujours en humanités, le latin est d’ailleurs beaucoup plus présent en Flandre que dans la plupart des pays européens.

13Afin de compléter l’image des savoirs de l’étudiant qui s’inscrit en première année d’université, il convient encore de souligner que notre système d’enseignement prévoit des formations séparées, pour les instituteurs, les professeurs de collèges ou les traducteurs et interprètes qui tous suivent jusqu’à aujourd’hui des cours en dehors de l’université, même si ces études donnent lieu à un diplôme de niveau universitaire, type « Bachelor » ou « Master ».

Transformations récentes : du « bachelor » au doctorat

14Comme partout en Europe, de grands changements ont été réalisés dans l’organisation des études. Les accords de Bologne ont donné lieu à un remaniement important. Avant la mise en place de ce système il y a cinq ans, nos sections de langues et littératures comportaient trois sections : Germaniques, Romanes et Classiques. Il était possible de combiner différentes langues à l’intérieur de chacune des familles linguistiques, jamais en dehors. La particularité des Romanes, qui regroupaient donc des étudiants qui combinaient français-espagnol ; français-italien ; français-(ancien-) français, était la forte orientation historique : latin, ancien français et même grammaire historique occupaient une place importante dans le cursus. La Flandre s’inscrivait d’abord dans une tradition philologique, qui était d’ailleurs celle aussi de l’université en Allemagne. À une génération de professeurs philologues est venue s’ajouter dans les années 70 une nouvelle génération d’enseignants-chercheurs qui s’inscrivaient dans une perspective structuraliste. Conformément aux espoirs que ces années mettaient dans la linguistique comme science-pilote, le poids de cette discipline, et il s’agit tant de linguistique française que romane, était très important.

15L’enseignement et la recherche en littérature favorisaient donc d’une part des approches marquées par la philologie et l’analyse de texte, de l’autre des études structuralistes. Les travaux universitaires portaient sur des auteurs établis et la littérature récente était moins abordée que celle plus ancienne.

16La réforme a transformé la structure existante 2 + 2 (deux années de « candidatures », deux années de « licences ») en une nouvelle structure 3 + 1 (3 années de « Bachelor », une année de « Master »). Cette dernière année unique sera peut-être étendue à deux ans, une fois qu’aura été tranchée politiquement la question de savoir s’il est souhaitable ou non de prolonger la durée des études, afin de s’aligner sur la situation de la majorité des autres pays européens.

17Les anciennes sections (Romanes,…) ont disparu pour faire place à un ensemble « Deux langues » qui permet dorénavant aux étudiants de panacher librement, en dehors des familles linguistiques : s’il est toujours possible de choisir les combinaisons traditionnelles, p.e. français-italien, il est maintenant envisageable de suivre un programme anglais-français, français-latin, voire français-suédois.

18Ce programme fort différent a conduit à la disparition de l’importance de la composante historique et pour l’univers roman à la marginalisation du latin dans le programme. L’offre diversifiée et les exigences moindres (une connaissance approfondie du latin n’est ainsi plus requise et le français s’enseigne comme FLE aussi à l’université) entraînent un public d’étudiants différent : un nombre important de ceux qui naguère s’orientaient plutôt vers les écoles d’interprètes viennent grossir les rangs à l’université.

19D’autres changements doivent être signalés :

  • La semestrialisation a été généralisée : destinée à faciliter l’apprentissage et à permettre une plus grande mobilité des étudiants, elle conduit à laisser moins de temps libre pour la lecture.

  • Des écoles doctorales ont été créées très récemment ; elles sont appelées à se développer et à orienter la recherche dans les années à venir. D’un rapport privilégié « maître – élève », qui caractérisait le doctorat traditionnel, on s’oriente maintenant vers une structure dans laquelle interviennent un plus grand nombre de paramètres et d’acteurs. Même si la majorité des doctorats en littérature française continuent à prendre la forme de livres, il est dorénavant possible d’obtenir le doctorat à partir d’une collection d’articles A1.

20La situation du français en Flandre, et le peu de débouchés offerts jusqu’à présent par le doctorat sur le marché du travail, amènent que seul un très petit nombre d’étudiants entreprennent une thèse. L’attribution de crédits de recherches substantiels, et l’importance accordée aux doctorats dirigés dans les dossiers des directeurs, a conduit à une hausse du nombre de jeunes chercheurs. Malgré ce nombre en constant progrès, l’ensemble des universités ne diplôment même pas un étudiant par an en littérature française, toutes périodes confondues. Contrairement à ce qui s’observe en France, le doctorat reste en Belgique réservé à un très petit nombre de personnes, nécessairement choisies parmi les plus brillantes des promotions.

21Traditionnellement d’ailleurs, on n’entreprenait un doctorat qu’à l’invitation d’un professeur, qui soit engageait la personne comme assistant, soit la guidait afin qu’elle puisse obtenir une bourse de recherche (« Aspirant ») auprès du Fonds voor Wetenschapplijk Onderzoek (F.W.O/F.N.R.S Fonds national de la recherche scientifique), ou du Bijzonder Onderzoeks Fonds (BOF/Fonds Spécial de Recherche) de son établissement. On précisera ici que la Flandre finance la recherche dans notre domaine à travers une politique de projets : ceux-ci peuvent être soumis à la section flamande d’une commission nationale (le FWO) qui répartit une part des crédits à la recherche, soit à une commission (le BOF) établie au sein de chaque université qui dispose d’une autre partie des budgets scientifiques.

22Globalement toutefois, peu de postes étaient disponibles mais ils suffisaient largement à combler les besoins de l’Université en enseignants-chercheurs. Hier comme aujourd’hui, il n’y a guère d’étudiants en doctorat qui combinent, comme cela s’observe en France ou dans les pays francophones, recherche et activité professionnelle en dehors de la sphère universitaire. La Flandre compte sept universités, associées chacune avec des Écoles supérieures (Vrije Universiteit Brussel, Katholieke Universiteit Brussel, Universiteit Antwerpen Katholieke Universiteit Leuven – campus de Louvain et de Courtrai –, Universiteit Hasselt, Transnationale Universiteit Limburg, Universiteit Gent), et deux d’entre elles ne comportent pas de département de littérature française propre. On comprend que les besoins en enseignants-chercheurs sont limités et que le doctorat, première étape vers une carrière dans la recherche, est peu attractif puisqu’il n’est à ce jour guère valorisé en dehors de l’univers académique.

23Si les places d’assistants à l’université restent très limitées, le gouvernement flamand a toutefois fait de grands efforts pour multiplier les postes accessibles aux doctorants en augmentant de manière substantielle les crédits à la recherche. Les mandats d’aspirants, de postdocs et de collaborateurs scientifiques sur projet sont aujourd’hui incontestablement plus nombreux en littérature française qu’il y a dix ans.

24De même une attention toute particulière porte aujourd’hui vers l’internationalisation de la recherche. Le monde académique insiste non seulement sur la nécessité de publier dans des grandes revues internationales comportant un comité de lecture, il exige encore de ses chercheurs un séjour prolongé à l’étranger. Cette tendance rejoint une réalité déjà bien établie pendant le cursus des étudiants : au cours de leur troisième année d’études plus des trois quarts des étudiants de français partent à l’étranger faire un séjour Erasmus d’un semestre au moins. Ce n’est évidemment pas toujours en France, puisque les combinaisons de langues permettent une multitude de choix, mais la plupart d’entre eux ont donc fait l’expérience d’un monde universitaire différent. Une majorité d’étudiants qui se destinent à la recherche en littérature française partent en outre faire un Master 2 en France, généralement à Paris, afin de perfectionner leur maîtrise du champ d’étude et de se familiariser avec les approches françaises.

25Aujourd’hui donc tout chercheur, et le postdoc en particulier, est supposé résider pour une période de six mois au moins à l’étranger : c’est d’ailleurs une des conditions à remplir par celui qui désire poser sa candidature pour un poste de professeur d’université. La mobilité internationale des étudiants et des chercheurs constitue certainement un des moteurs les plus importants au développement de la qualité de la recherche. Si la Flandre encourage ses universitaires à explorer le monde académique à l’étranger, on regrettera toutefois qu’elle-même n’accueille pas davantage de chercheurs. La question de la langue, le néerlandais, ne devrait pas constituer un problème puisque tout cours magistral, tout séminaire en littérature se donne obligatoirement dans la langue cible. À la différence donc de ce qui se passe dans d’autres pays, les cours de littérature française sont toujours proposés en français.

26Si des problèmes d’accueil continuent à se poser, c’est essentiellement en raison du fait que les cours généraux continuent à être enseignés en néerlandais, ce qui interdit de fait leur accès aux étrangers, évidemment peu motivés pour apprendre le néerlandais pour les seuls besoins d’un séjour de recherche.

La recherche : choix personnels et incitations

27L’étude de la littérature entretient traditionnellement des liens privilégiés avec l’histoire nationale et cet état de faits n’est pas sans conséquence sur la recherche en Flandre. En effet et pendant longtemps, l’étude des auteurs belges a constitué un pan important du programme de recherche des universitaires. On ne s’étonnera pas que beaucoup de travaux aient été consacrés à la période symboliste et à ses suites au début du 21e siècle. Maurice Maeterlinck et Emile Verhaeren, dont l’influence s’est longtemps fait sentir et dont l’œuvre est relayée par des associations, continuent à recevoir de l’attention. Leur position d’écrivains français en Flandre n’est toutefois pas sans poser quelques problèmes de reconnaissance. D’autres écrivains belges jouissent d’une visibilité dans les recherches, à commencer par Jean Ray qui, par le biais du fantastique, s’inscrit lui aussi dans une veine très flamande. Plus récemment un Xavier Hanotte p.e. a fait l’objet d’une attention grandissante, aussi de la part des critiques universitaires.

28Peu d’études de francisants portent sur le théâtre, l’éloignement géographique des scènes faisant que les études théâtrales ne se concentrent pas non plus sur l’univers français. Dans le domaine de la poésie on signalera la visibilité de Philippe Jaccottet, d’Yves Bonnefoy et de la Poésie à contraintes. Cet intérêt illustre déjà l’attention portée aux auteurs contemporains, nous aurons l’occasion d’y revenir.

29Sans surprise, le roman est certainement le genre le plus volontiers étudié, et certains noms reviennent avec régularité : Jean Cocteau, Julien Gracq, Marcel Proust, Olivier Rolin, Marcel Schwob, Claude Simon, Marguerite Yourcenar. Parmi les noms cités certains s’expliquent par les préférences d’un chercheur particulier, ou d’un groupe de recherche spécifique, d’autres sont abordés plus largement. C’est le cas en particulier de Marcel Proust, de Marguerite Yourcenar ou de Claude Simon qui ont chacun connu, et depuis de nombreuses années, des lecteurs fidèles, actifs au sein d’équipes ou d’associations visant à stimuler la lecture et la recherche.

30Le fait que l’enseignement de la littérature ne soit pas systématisé de manière rigoureuse dans le cadre des programmes du secondaire amène que l’on assiste à l’université à une diversification des approches. Si l’avantage de la situation très codifiée en France est que chacun dispose –grâce aux programmes et aux concours– des (mêmes) balises dans le domaine de la littérature, ce qui offre un socle de réflexion partagé, l’organisation moins rigide de la littérature dans les pays non-francophones permet de s’affranchir plus facilement des domaines convenus ou des méthodes du moment. Si l’on prend en considération le nombre nécessairement restreint de chercheurs actifs en Flandre, on constate que ceux-ci explorent des domaines qui n’appartiennent pas au centre du champ d’étude tel qu’il se définit en France, façon Lagarde et Michard pour user ici d’un raccourci. Chacun d’entre nous est nécessairement amené, dans sa recherche aussi, à aborder des périodes différentes : il est impensable de consacrer sa carrière à l’étude –fût-elle très approfondie– d’un seul auteur.

31Des travaux importants sont ainsi menés au croisement de la littérature avec d’autres disciplines : ainsi la philosophie, l’histoire, l’histoire des idées ou encore l’histoire des sciences. Plusieurs chercheurs se sont penchés sur les liens qu’entretient la littérature de fiction avec la guerre, ou avec les idéologies totalitaires. Dégagés de l’obligation de transmettre en premier lieu un patrimoine national, ils abordent sans doute plus facilement qu’en France des textes qui n’appartiennent pas au canon. C’est aussi ce qui explique l’intérêt partagé par plusieurs chercheurs pour l’ironie.

32Les questions de méthode et de théorie littéraire ont fait l’objet d’études très visibles, menées dans le prolongement des « années théoriques ». L’on observera encore la participation active des chercheurs à des projets internationaux visant à doter la communauté scientifique d’ouvrages de référence (Dictionnaire des termes littéraires…).

33Signalons en outre que la littérature française est volontiers étudiée dans ses rapports avec d’autres littératures, sans que cette mise en perspective emprunte nécessairement les approches traditionnelles des études comparatistes. En raison de la situation linguistique de la Flandre, les chercheurs en littérature française possèdent une très bonne connaissance des langues étrangères : tous maîtrisent (très) bien l’anglais, beaucoup l’allemand et tous au moins une autre langue romane. Il est certain que cette connaissance des langues étrangères, qui découle de la situation linguistique de la Flandre à la frontière des univers germanique et latin, influence considérablement le travail scientifique : elle élargit le choix des sujets d’abord, mais encore facilite aux chercheurs l’accès aux travaux critiques publiés en d’autres langues que le français.

34On observera dans ce contexte que les comparatistes en Flandre sont sans exception des germanistes de formation et qu’ils accordent peu de place dans leurs études à la littérature française. L’univers français est toutefois régulièrement présent dans leurs travaux par le biais des angles d’approche qu’ont fournis Barthes, Foucault ou Derrida, des auteurs dont la pensée leur est d’habitude parvenue non pas directement mais par le biais des approches déconstructionnistes ou postmodernistes pratiquées aux États-Unis.

35Il est intéressant de noter que ces dernières années se dessine, en particulier auprès des jeunes chercheurs, une tendance à publier des études en néerlandais. Cette situation nouvelle s’explique par la volonté de faire connaître en Flandre une littérature française à laquelle le grand public n’a plus accès sans le recours à la traduction. Elle va toutefois clairement à l’encontre des attentes des instances scientifiques, qui, si elles peuvent à la rigueur valoriser des publications consacrées à la littérature française publiées en anglais dans des revues avec « peer-review », n’encouragent guère les travaux en néerlandais. La diffusion de ce type de travaux ne dépasse en effet pas les frontières de la Flandre et des Pays-Bas, ce qui ne garantit pas l’examen critique des recherches par la communauté scientifique internationale.

36C’est ici l’occasion de souligner que l’évaluation de la recherche adopte résolument les normes des pays anglo-saxons : ce sont les articles repris dans les revues A1 ou les ouvrages édités par les plus prestigieux éditeurs qui sont valorisés au premier chef. Cela peut poser problème pour le chercheur en littérature française, la tradition en France reposant sur des critères qui ne sont pas ceux qui ont cours outre-Atlantique. Le livre y demeure incontournable, de même qu’y reste extrêmement répandue la publication d’actes de colloques. Plusieurs collections prestigieuses ne figurent d’ailleurs pas dans les classements américains. Or, les habitudes éditoriales de la France n’étant pas reconnues par les autorités académiques en Flandre, cela peut avoir de lourdes conséquences pour l’attribution de crédits de recherches ou de prolongements de mandats lorsque le chercheur entre en concurrence avec des langues (l’anglais) ou des disciplines (la linguistique) où règne davantage une culture de l’article.

Tendances actuelles

Influences anglo-saxonnes

37Si les sujets de recherche sont déterminés en premier lieu par le chercheur individuel, et que la liberté académique continue à être revendiquée –et reconnue– par tous, il n’empêche que des choix qui relèvent de l’organisation interne des universités peuvent avoir des conséquences importantes sur le travail scientifique.

38Le regroupement traditionnel par familles linguistiques –langues germaniques, romanes, classiques– et à l’intérieur de celles-ci par langue, favorisait des collaborations à l’intérieur de chacun de ces groupes. Cette situation s’expliquait tout naturellement aux yeux de ceux qui avaient eu une formation philologique. Plusieurs universités, et il est à prévoir que toutes suivront à terme, ont abandonné (les restes de) ce modèle pour regrouper les chercheurs selon un critère qui découle de la nouvelle structure des études : les littéraires d’un côté, les linguistes de l’autre. Cette nouvelle organisation a pour but premier de faciliter l’intégration des écoles supérieures de traducteurs-interprètes, appelées à former très prochainement le troisième pôle de la nouvelle Université unique : celui de la linguistique appliquée ou de la traductologie.

39La nouvelle structure administrative a des implications importantes pour la recherche : en effet, alors que les enseignants-chercheurs se retrouvaient d’abord dans des départements dont la dénomination renvoyait à une langue –français dans notre cas–, ils se retrouvent dorénavant avec des collègues d’autres langues dans un département de littérature (et culture). Cela signifie toutefois que les orientations générales de recherche, qui naissent à l’intérieur des départements, sont amenées, compte tenu du rapport de force, à porter de plus en plus la marque des méthodes et modes anglo-saxonnes. Plusieurs universités flamandes se trouvent depuis de nombreuses années déjà dans une situation où certains chercheurs en littérature française adoptent les angles d’approche de la critique d’outre-Atlantique pour les appliquer à un corpus français. Le « postmodernisme » propose un cadre d’autant plus attrayant qu’il est général, mais la réalité socio-culturelle qu’il recouvre reste problématique, pour ne rien dire de sa pertinence comme catégorie en littérature française.

40Les perspectives importées par le biais des « cultural studies », « postcolonial literatures » ou des « gender theories » trouveront demain d’autant plus facilement leur chemin dans le monde de la recherche en littérature française que les départements de littérature sont numériquement dominés par les chercheurs spécialistes de l’anglais, du néerlandais, de l’allemand… tous formés aux méthodes du monde académique anglo-saxon. Les perspectives qui s’inscrivent dans une tradition française, la stylistique littéraire par exemple ou les études marquées par l’analyse détaillée du texte, et qui n’offrent pas de grille de lecture préétablie, peuvent alors apparaître comme plus risquées aux yeux des doctorants.

41Le partage d’une théorie ou d’un champ d’étude avec des collègues d’autres langues non seulement rassure certains jeunes chercheurs, mais il leur permet encore des contacts plus aisés. L’isolement de celui qui travaille en Flandre sur des questions de littérature française, littérature qui n’est plus guère lue même par le public cultivé, est en quelque sorte brisé par l’adoption de perspectives à la mode dans le monde académique. En privilégiant des thématiques qui portent souvent sur des questions identitaires, ces méthodes véhiculent en outre des implicites idéologiques, voire politiques, qui permettent également aux chercheurs de se situer politiquement.

Les études francophones

42Les études francophones tombent certes en dehors du champ d’observation que nous avons décidé de prendre ici en considération. Il convient cependant de s’y arrêter brièvement car, dans la lignée des habitudes importées du monde académique américain, ce domaine tend à acquérir en Flandre une visibilité qu’il n’avait pas jusqu’à présent.

43Une distinction d’abord : la francophonie considérée ici n’est pas celle de la Belgique, du Québec ou de la Suisse. L’étude de certaines de ces littératures fait partie depuis longtemps des orientations de recherche en Flandre, et l’existence de centres de recherches spécialisés –p.e. sur la littérature francophone canadienne– l’illustre parfaitement. La francophonie dont il sera question ici est celle du Maghreb, de l’Afrique subsaharienne, ou encore des Caraïbes.

44Certaines universités, en particulier celles dont la création remonte aux années 70 ou dont l’origine est plus récente encore, se sont tournées volontiers vers l’étude d’un corpus plus contemporain que les universités qui s’inscrivaient dans la tradition philologique. De même les anciennes écoles supérieures de traducteurs et d’interprètes. Dans le cadre de l’« académisation », les dernières réformes politiques chargent dorénavant ces institutions de recherche scientifique, ce qui constituait il y a peu de temps encore le domaine exclusif des universités. L’intégration totale de ces écoles supérieures dans un avenir proche renforcera peut-être la tendance aux études francophones puisque les recherches liées à la traduction ou à l’interculturalité appartiennent en propre à ces sections.

45Les études francophones rencontrent un certain succès auprès des étudiants. Alors qu’ils se montrent parfois effrayés par la « grande » littérature française, ils jugent l’accès à ces œuvres plus aisé, en même temps qu’elles satisfont un certain goût pour l’exotisme. Paradoxalement l’éloignement géographique et culturel de ces littératures apparaît moins handicapant que la distance à la littérature française, à laquelle reste souvent attaché un soupçon d’élitisme.

46Les études dans ce domaine pourraient apparaître d’autant plus attrayantes qu’elles permettent aux chercheurs en littérature française d’organiser des équipes interdisciplinaires regroupant des collègues qui étudient l’espagnol, l’anglais, voire le néerlandais (pour les Antilles p.e.). Dans la mesure où le financement de la recherche se fait très largement sur base de projets qui exigent une collaboration au-delà de la spécialisation propre, ces travaux pourraient de fait se voir stimulés. Quels que soient les développements futurs, ce domaine reste marginal dans le paysage actuel de la recherche.

La littérature de l’extrême contemporain

47Si certains font le choix de se tourner vers d’autres horizons que celui de la France hexagonale, on observe aussi une attention grandissante dans les travaux universitaires pour la littérature de (l’extrême) contemporain, celle qui s’écrit depuis les années quatre-vingt. La visibilité d’un certain nombre d’auteurs qui s’adressent à un large public : Daniel Pennac, Philippe Claudel, Michel Houellebecq, Jean Rouaud, ou Jean-Marie Le Clezio, de même que des écrivains moins largement lus mais de première importance, comme Philippe Bergounioux, Annie Ernaux ou Pierre Michon, contribuent à donner à la littérature française un intérêt renouvelé. Ces auteurs viennent prendre la place des écrivains de la génération du Nouveau roman, que la recherche universitaire avait accompagnés à partir des années soixante. Le recul de vingt ans permet une organisation du champ d’étude et des outils sont aujourd’hui disponibles pour entreprendre les recherches dans de bonnes conditions.

48Sans surprise, et plus encore que pour les auteurs établis du 21e, le choix des auteurs abordés découle ici des préférences personnelles des chercheurs : Michel Houellebecq, Olivier Rolin, Philippe Toussaint, Patrick Modiano apparaissent ainsi dans les bibliographies académiques, sans qu’il soit possible de dégager déjà une véritable tendance. Par contre, cet intérêt est confirmé par la création récente d’un groupe de recherche international consacré à l’extrême contemporain ainsi que par la place grandissante faite dans les colloques des dernières années à la littérature en train de s’écrire.

Perspectives

49S’il existe d’excellents contacts personnels entre les collègues du Nord et du Sud du pays, il n’existe toutefois pas à ce jour d’association de chercheurs en littérature française, à la différence de ce qu’on observe dans certains autres pays.

50La proximité avec la France amène que bien souvent les chercheurs en littérature du Nord du pays s’engagent dans des groupes de recherche français… où ils rencontrent leurs collègues du Sud ! Cette situation un peu particulière s’explique historiquement, mais constitue aujourd’hui sans aucun doute un handicap lorsqu’il s’agit de défendre la recherche en littérature française en Belgique. En effet, dans un paysage de recherche qui, conformément aux programmes renouvelés, fait une place de plus en plus importante aux autres langues romanes, la position du français, et en particulier de sa littérature, pourrait bien se trouver menacée. Les étudiants choisissent en nombre important des langues étrangères dont l’étude n’était pas centrale : c’est le cas en particulier de l’espagnol qui ces dernières années connaît un engouement important explicable moins par l’attrait exercé d’une littérature hispano-américaine certes très visible que par l’exotisme et la réputation de facilité qui s’attache à cette langue. Or, chacun sait à quel point aujourd’hui le nombre d’étudiants est un critère important dans l’attribution des places d’enseignants-chercheurs.

51Jadis on apprenait le français pour lire Proust…, on a ensuite imaginé pouvoir enseigner le français en faisant lire Camus. Aujourd’hui les programmes de français dans l’enseignement secondaire font l’impasse sur la littérature. Les universités, qui ont pour tâche également de préparer les enseignants de demain, investissent dans le FLE une part des postes naguère réservés à la littérature. La recherche en littérature française se trouve donc fragilisée simultanément par l’importance grandissante dans le cursus d’autres littératures romanes, et par l’utilité de plus en plus réduite qu’on lui reconnaît dans la formation des futurs enseignants de français.

52De même que la distance entre les deux grandes communautés nationales en Belgique va chaque jour grandissant, la proximité culturelle entre la Flandre et la France appartient au passé.

53Les chercheurs en littérature française qui se trouvent aujourd’hui en milieu de carrière auront connu deux Universités fort distinctes. Celle dans laquelle ils ont étudié et dans laquelle ils ont conduit leurs premiers travaux mettait, dans le sillage de l’héritage philologique, l’accent sur l’histoire et favorisait les œuvres plus anciennes. Les départements de français avaient la réputation de compter parmi les plus exigeants, ce que prouvaient d’ailleurs les faibles taux de réussite. L’université qui prend forme depuis les dernières réformes européennes est une université plus ouverte au grand nombre et qui a choisi de mettre l’accent sur une littérature récente.

54La recherche en littérature française en Flandre a répondu à cette nouvelle situation en favorisant les approches plus contemporaines et en faisant une place aussi à des perspectives venues des pays anglo-saxons. Les francisants ont sans doute jusqu’à présent trop peu réfléchi de manière concertée à la manière dont il y avait lieu de renforcer la position de la recherche en littérature, qui doit aujourd’hui justifier une importance et une légitimité qui hier allaient de soi. Les chercheurs en France peuvent aider à cette démarche, en particulier en s’ouvrant plus que par le passé aux travaux scientifiques publiés en anglais, et en se montrant attentifs – ce qui ne signifie pas aveuglément accueillants – aux méthodes venues d’ailleurs. Le colloque qui nous réunit illustre que c’est un tournant qui a bien été pris.

55La menace la plus importante qui plane sur la recherche en littérature française en Flandre est liée d’une part au désamour général qui touche depuis une décennie les sciences humaines dans l’ensemble des pays européens, de l’autre à la perte d’influence du français comme langue et comme culture de référence. Une attitude prétendument « pragmatique » des autorités politiques et académiques pourrait conduire à ce que dans un avenir proche notre domaine d’étude, qui a déjà perdu beaucoup de son importance dans les cursus, se trouve fragilisé encore davantage.

56La littérature est dans ce contexte plus menacée que la linguistique, à laquelle on reconnaît plus facilement des applications « utiles ». Il s’agira donc de ne pas laisser libre cours aux tendances conduisant à réduire l’importance la recherche en littérature, voire à ravaler notre spécialisation au rang de science auxiliaire.

57Les années à venir, qui verront la mise à l’éméritat de la génération d’enseignants-chercheurs des années soixante-dix, seront cruciales. La recherche en littérature française ne peut maintenir son niveau actuel, et se développer, que si suffisamment de postes restent disponibles et à condition que de nouveaux débouchés soient créés pour ceux qui, ne se destinant pas à la recherche pure, ont mené à bien le doctorat.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540