Version classiqueVersion mobile

Régie théâtrale et mise en scène

 | 
Françoise Pélisson-Karro

Première partie : l’Association des régisseurs de théâtre et la Bibliothèque de mises en scène (1911-1939)

Chapitre 6 – La reconnaissance de la Bibliothèque de mises en scène (1929-1939)

Texte intégral

1. La Présidence de Félix Ducray (1929-1934)

1.1. Le redressement moral et financier

1Lorsque Félix Ducray, nommé président après l’intérim assuré par Blondhin, reprend en main l’Association, il lui faut régler l’affaire Paul-Edmond, dont l’issue n’est pas assurée, rétablir dans le milieu du spectacle la bonne réputation de l’ART et redresser la situation financière sans léser les régisseurs qui ont vu s’envoler leur épargne volontaire. Au lieu de se replier sur une situation pénible, le nouveau président choisit d’aller de l’avant, de risquer.

2La conclusion de l’affaire Paul-Edmond a été rapidement retracée à la fin du chapitre précédent et il est inutile d’y revenir, sinon pour rappeler que cette affaire a fait planer une menace sur l’avenir de l’Association tant qu’elle n’a pas été classée. Il ressort des comptes rendus d’assemblées générales que Paul-Edmond, s’il avait gagné le procès, n’était pas décidé à traiter l’Association de la façon dont celle-ci a usé à son égard. L’échec judiciaire aurait pu entraîner la dissolution pure et simple de l’ART.

3À la réunion extraordinaire du théâtre Moncey, le rétablissement des comptes est engagé ; il est confié à la maison Figier. Le bilan établi au 31 décembre laisse apparaître que le capital de l’Association n’est plus en réalité que de 297 207,25 francs, une fois le capital fictif de 782 207,25 francs amputé des 485 000 francs de créances douteuses. Comme on l’a vu, ce capital amoindri a pu être sauvé grâce à la célérité de Félix Ducray.

  • 1 À l’assemblée générale de 1930 (Annuaire 1930, p. 29), on signale ainsi « le nom des camarades ayan (...)

4Malgré les difficultés financières, le Comité s’engage à rembourser l’épargne volontaire des régisseurs et à continuer à payer les pensions tout en modifiant le système jugé illégal, injuste et peu clair. Le nouveau système s’appuie sur la fortune réelle de l’ART et prévoit une augmentation des pensions non réversibles et des pensions réversibles, les premières de cinquante francs et les secondes de trente-cinq, étant entendu qu’aucune pension ne pourra dépasser quatre cent cinquante pour les non réversibles et trois cent quinze pour les autres. Le remboursement de l’épargne volontaire, prévu sur quatre ans, par quart annuel, permettra au terme d’égaliser les pensions, et l’on pourra envisager à ce moment de porter les pensions, respectivement à cinq cents et à trois cent cinquante francs. Le remboursement sera exécuté comme il a été décidé, mais plus d’un régisseur renonce à tout ou partie de son épargne volontaire, allégeant d’autant la dette de l’Association1. D’après Mademoiselle Ducoin, le futur agent général de l’Association, la générosité des sociétaires, dans une conjoncture pourtant peu favorable, a sauvé l’Association, même si la prospérité de l’ART a été fortement compromise par les agissements de Paul-Edmond.

  • 2 Annuaire 1930, p. 15.

5L’Association opère une remontée relativement rapide, puisque dès le 30 avril 1930, le rapport fait ressortir une augmentation du capital de 82 717,68 francs (cette amélioration étant due en partie à de bons placements effectués par Ducray). Avec plus de vingt-trois mille francs de rente, l’Association peut faire face aux pensions des sociétaires et des orphelins, ce qui fait dire avec fierté au Trésorier : « Je crois bien qu’il n’existe pas d’Association possédant un portefeuille dont le revenu suffise à assurer les pensions »2.

  • 3 Annuaire 1930, p. 18.

6La Journée des artistes contribue pour une bonne part à l’équilibre financier de l’Association, mais le pourcentage des régisseurs fait l’objet de récriminations. Félix Ducray est convoqué par Max Maurey, président de l’Association des directeurs de Paris, qui lui donne lecture d’une lettre anonyme « désapprouvant avec véhémence le mode de répartition du Sou de Noël et s’élevant contre les sommes exagérées que touche l’Amicale des Régisseurs pour un petit nombre d’adhérents »3. Félix Ducray rectifie les informations données dans la lettre et justifie la part accordée aux régisseurs, en ajoutant que ce n’est pas au moment où l’Association essaye de redresser sa situation financière et a engagé un procès long et coûteux qu’on doit lui supprimer ses moyens d’existence. Tout rentre dans l’ordre, mais c’est une victoire à la Pyrrhus : la crise va faire baisser, dans des proportions catastrophiques, le bénéfice général du Sou de Noël, tandis que d’autres associations, comme la Société des auteurs et compositeurs dramatiques, en se rattachant au comité de la Journée des artistes, diminuent d’autant le pourcentage de chaque groupement participant.

  • 4 Blondhin fait part de l’état de la Fédération des associations du spectacle, qui regroupe à la date (...)

7À l’assemblée de 1930, les sociétaires votent l’adhésion de l’ART à la Fédération des associations du spectacle, fondée par Bruno Blondhin et qui réunit ces associations pour la création d’un dispensaire gratuit. Le Comité a donné son accord avec d’autant plus d’empressement que l’on accorde chez les régisseurs une grande confiance aux entreprises de Blondhin. Une cotisation collective de cinq cents francs est votée pour assurer aux sociétaires les consultations, les soins et les médicaments gratuits pour 1930. De plus, l’ART qui a prêté 9 500 francs à la Fédération pour lui permettre l’ouverture du Dispensaire, se voit rembourser la somme sans délai4. Une carte fédérale est attribuée à tout régisseur qui en fera la demande moyennant le paiement, effectué une fois pour toutes, d’un droit d’un franc.

8Enfin, pour augmenter le prestige de l’Association, le Comité reprend à son compte un projet de la présidence intérimaire de Blondhin et vote une souscription de dix mille francs à l’Association des artistes dramatiques « pour inscrire le nom de l’Amicale sur le fronton d’une chambre de Pont-aux-Dames ». Félix Ducray s’explique sur ce geste qui a dû paraître insensé à des sociétaires :

Il peut paraître paradoxal qu’une association à demi-ruinée, pour redresser ses finances, commence par verser une somme aussi considérable à une association riche. Les événements cependant nous ont donné raison.

Votre Président qui siège depuis un an au Comité de l’Association des artistes dramatique, a reçu au sein de ce Comité le plus chaleureux accueil et sa voix, dès lors, a été écoutée lorsqu’il défendait vos intérêts.

  • 5 Les inondations catastrophiques de la Garonne en 1930 entraînèrent un vaste mouvement de solidarité (...)

9Signe de cette confiance, Ducray souligne que le pourcentage des régisseurs dans le Sou de Noël n’a pas été encore contesté par des associations de comédiens. Continuant sa « politique d’alliance », l’Association donne cinq cents francs pour la fondation d’un lit à l’Hôpital français de Bruxelles, lorsque René Alexandre ouvre une souscription au nom de l’Association des comédiens combattants qu’il préside. La même somme est envoyée aux Sinistrés du Midi5 et l’Amicale joint ainsi ses efforts à ceux de l’Union des artistes et de l’Association des artistes dramatiques.

10Autre signe de vitalité de l’Association, Félix Ducray s’emploie à renouveler le recrutement et à l’assemblée générale du 12 mai 1930, on ne compte pas moins de seize régisseurs stagiaires à admettre, parmi lesquels Gil Colas, régisseur de Gaston Baty, René Dalton, futur secrétaire du Syndicat des régisseurs et Daniel Gilbert, de l’Atelier. Ducray se défend d’ailleurs d’avoir accepté n’importe quelle candidature pour faire nombre :

  • 6 Annuaire 1930, p. 10-15.

Ne croyez pas, mes camarades, qu’en faisant ce recrutement massif, nous ayons accepté sans contrôle toutes les candidatures présentées. Les rapporteurs chargés d’examiner les têtes ont agi avec la plus grande circonspection. Mais j’ai pensé qu’il était de mon devoir, rompant avec les traditions, d’aller au-devant de ce qui ne venait pas à nous et de solliciter ceux qui, n’attendant de nous aucun avantage, pouvaient nous apporter, par leur présence, un peu de prestige de leur situation et de leur valeur professionnelle6.

  • 7 Cette institution ne couvre que Paris et la Seine. Voir l’article de Pierre Grunebaum-Ballin, « Le (...)

11De son côté, Hubert Génin rappelle le rôle de l’Agence officielle du spectacle, de la rue d’Argenteuil, création obtenue après tant d’années de démarches de toutes sortes et qu’il considère comme « le pivot des compositions de toutes les troupes théâtrales de France et des colonies ». Il propose au Comité d’associer les régisseurs dans la constitution d’un fichier où tout artiste lyrique ou dramatique portera à son nom toutes les indications utiles à un directeur lors de l’engagement : sa carrière, son répertoire, ses disponibilités, son adresse actuelle. Aux formules-questionnaires envoyées par le Bureau paritaire, dont Hubert Génin fait partie, seulement cent vingt-cinq sociétaires sur deux cents environ que compte l’Association ont répondu. Les hésitants font valoir que ce placement gratuit n’attire ni les directeurs qui ont besoin des agences pour commanditer leurs affaires ni les artistes d’une certaine valeur qui jugent qu’ils n’y rencontreront pas de directeurs. Hubert Génin, en précisant que tous les directeurs ne passent pas par les agences pour monter leurs spectacles, affirme que justement l’Amicale doit jouer un rôle pour imposer à l’ensemble de la corporation le placement gratuit par l’Agence et qu’elle prouvera par là son « indispensabilité »7.

  • 8 Les statuts de 1930 n’indiquent plus que deux catégories de droit d’admission, vingt-cinq francs po (...)
  • 9 Roger Dubois dit Debrenne, né aux alentours de 1875, est le frère de René Debrenne. Il a été régiss (...)

12Les nouveaux statuts déposés le 27 avril 1930 n’apportent pas de grand changement, sinon sur le droit d’admission8, mais des modifications sensibles affectent la présentation des comptes à l’Assemblée générale, afin que les sociétaires puissent désormais exercer une surveillance plus étroite qui évitera les surprises. Outre le bilan, il sera donné lecture du compte Profits et pertes, et la liste des valeurs du portefeuille sera mise à la disposition de tous ceux qui voudront en prendre connaissance : « Bien des mécomptes eussent été évités si l’on avait toujours procédé de la sorte (Approbation générale) » déclare le nouveau trésorier, Roger Debrenne9, à qui l’on doit cette initiative et il compare son rôle à celui du chien de garde :

D’ailleurs en me choisissant, vous n’aviez pas tant l’idée de nommer un Trésorier que de mettre un chien de garde aux abords de notre coffre. Or, un chien, même de garde, ne parle pas, mais il grogne et il montre les crocs : non seulement personne n’a cherché à nous enlever notre pâtée, mais au contraire, on est venu y apporter de bons morceaux.

  • 10 « La vie corporative. Chez les régisseurs de théâtre », Comœdia, 13 mai 1930. Rappelons que Félix D (...)
  • 11 « Une bonne initiative : les Régisseurs viennent de fonder la Bibliothèque des mises en scène », Co (...)
  • 12 Louis Anthoine, « Le sentiment du public », Comœdia, 13 mai 1932.
  • 13 Gabriel Boissy, « Est-il opportun d’entreprendre pour la conquête de l’égalité fiscale une nouvelle (...)
  • 14 Charles Dullin, « Causerie radiophonique », novembre 1946, cité dans son ouvrage Ce sont les dieux (...)

13D’autres modifications interviennent entre 1929 et 1934. En 1932, l’Association change officiellement son nom et adopte son abréviation d’ART, mais le décret n’interviendra que plus tard. La cotisation est portée de trente à quarante francs. Tous ces changements, mis à part la surveillance exercée sur les comptes de l’ART, ne porte que sur des points mineurs. Ces premiers efforts de redressement trouvent un écho dans la presse. Un article de Comœdia, du 19 mai 1930, mentionne l’assemblée générale qui s’est tenue la veille au foyer du Gymnase10 et fait allusion au premier catalogue en cours de la Bibliothèque ; plus tard le même quotidien consacre à l’Association et à sa Bibliothèque un article nettement plus substantiel qui met en lumière l’utilité d’un groupement professionnel, « de concentrer la profession, de l’épurer, de l’améliorer en lui rendant cette conscience et cette rigueur à quoi s’efforçaient jadis les corporations ». On le voit par ces lignes11, l’Association a repris de son prestige moral. Les quatre années suivantes vont confirmer le rétablissement de l’Association sous la conduite de Félix Ducray, dans des conditions difficiles pourtant, puisque la crise mondiale atteint la France en 1931, entraînant un chômage qui touche très durement le monde du spectacle. Il suffit de se reporter à Comœdia ou au Spectacle pour se rendre compte des complications quotidiennes de la vie des gens du spectacle. La grève est plusieurs fois à l’ordre du jour, rassemblant ou non, selon les moments, toutes les corporations du théâtre. Comœdia se charge de rappeler la lassitude du public : « Ne parlez pas tout le temps de la “crise du théâtre”, vous nous empêchez d’y aller », s’écrie Louis Anthoine12, cependant que Gabriel Boissy reproche aux directeurs leur manque de programme cohérent, en matière de personnel théâtral et de création dramatique, pour soutenir leurs justes revendications contre les taxes13. Bientôt les animateurs du Cartel tenteront de faire reconnaître le droit au dégrèvement fiscal des théâtres de recherche qui ne peuvent pleinement assumer leur mission, mais théâtres d’avant-garde ou de boulevard se heurtent à un même atermoiement des pouvoirs publics : « En France, il faut le reconnaître, à toutes les époques, on récompense les artistes avec des mots et sous ces mots, flatteurs, gentils, qu’agrémente même parfois une surenchère de bon ton, on vous glisse la feuille d’impôt qui écrase l’homme et paralyse son élan »14.

  • 15 Selon le vœu de René Alexandre, le portrait d’un membre de l’ART doit orner cette salle. Le Comité (...)
  • 16 Hiver 1932, Harry Baur apprenant cet envoi confie 500 francs à l’ART pour des manteaux pour les hom (...)

14L’Association poursuit sa participation aux actions de solidarité du spectacle. Quand René Alexandre fonde à Grosley la maison de repos des Comédiens combattants, l’Association décide l’installation d’une salle qui portera son nom15. Sur la demande du directeur de Pont-aux-Dames, Peutat, elle fait acheter six manteaux pour les pensionnaires femmes16. De nombreux dons alimentent, petits ou grands, les fonds d’assistance de l’ART, mais, avec la crise, les rentrées baissent. Si la Journée des artistes rapporte 71 028 francs en fin d’année 1931, elle tombe à 52 250 francs en 1932 et à 49 400 en 1933. Des quêteuses étrangères à la Journées ont d’ailleurs, autre conséquence de la crise, capté une partie de la générosité du public des salles de cinéma.

  • 17 Jacques Emmanuel Clot, né à Grenoble en 1862, a débuté en 1883 au théâtre des Menus Plaisirs, futur (...)

L’an dernier, notre regretté Emmanuel Clot17 nous disait en abordant ce chapitre [dons et générosité] : « Nous sommes en plein dans la période de vaches maigres ». Il n’avait certes pas tort ! Mais, hélas ! quelques regrets que j’en aie, je suis bien contraint de vous avouer qu’en fait de « vaches maigres », ces symboliques ruminants maigrissent de plus en plus.

  • 18 Cette épargne représentait 48 000 francs que les sociétaires ont diminués par leurs dons de 11 600  (...)

15Le Dispensaire Maurice Chevalier, à son tour, est obligé de diminuer ses prestations, pour soulager son déficit dès 1933 et en 1934, l’Association lance un appel pressant pour soutenir Blondhin et son œuvre dont l’existence et la marche régulière sont indispensables à la profession. L’association fait face, néanmoins, bon an mal an, à ses obligations et en 1933, le rapporteur peut annoncer la fin du remboursement de l’épargne volontaire18. Félix Ducray a ainsi rempli tous ses engagements quand il décide de se démettre de sa fonction de président.

1.2. La reconnaissance de la Bibliothèque des mises en scène

  • 19 Annuaire 1930, p. 19, allocution de Félix Ducray.

16La grande œuvre de Ducray reste la reprise en main de la Bibliothèque des mises en scène, nous pouvons dire même la seconde fondation de cette Bibliothèque. « Pour répondre au reproche : à quoi servez-vous ? le Conseil d’administration a décidé de porter tous ses efforts sur l’extension de la BMS »19.

  • 20 « Comme pour le reste, on nous avait bourré le crâne au sujet de la BMS » constate Laurac.
  • 21 Madame Deverini, nouvel agent général de l’Association, les seconde. Edmond Mofsi, dit Laurac, né à (...)
  • 22 Lucien-Émile Humbert-Droz dit Lucien Gaget, né à Paris en 1884, est un tourneur. Il entre cependant (...)

17Au moment où éclate l’affaire Paul-Edmond, force est de se rendre à l’évidence. Pour la Bibliothèque, comme pour le reste, il y a eu plus de promesses que de réalisations20. Il faut remettre en ordre « ce qui a été appelé trop à la hâte Bibliothèque des mises en scène » et représente, en fait, un nombre appréciable de brochures et de manuscrits, mais dans un état qui les rend impropres à toute communication. Assisté de Laurac21 et de Lucien Gaget22, Ducray va donner tous ses soins à la réfection de la BMS, « le but principal de notre Amicale ». Un nouveau classement est adopté, sur le modèle de ce qui existe à l’Odéon, précise le rapport.

  • 23 La pièce est connue par son titre et demandée par le titre. Celui-ci constitue un élément d’identif (...)
  • 24 Ces éléments seront examinés dans la seconde partie.

18En fait, le classement par titres, et non par auteurs, comme cela se pratique habituellement, suit l’usage du Répertoire de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques23. Outre la mise en scène proprement dite, le dossier comporte, ou plutôt doit comporter – lorsqu’il est établi sous le contrôle de l’ART –, mais les recommandations de l’Association ne sont pas toujours exactement suivies : le titre de la pièce, nom de l’auteur, théâtre et date de la création, une affiche, les plans des décors, la liste des meubles et accessoires, la conduite électrique, les photographies ou le nom du photographe, le programme avec une analyse de la pièce, l’indication de morceaux de musique de scène, le minutage de la pièce24.

  • 25 Une même cote peut être attribuée à une mise en scène dramatique ou lyrique, la pièce de titre déte (...)

19Grâce à ses relations personnelles, Félix Ducray procure à l’Association les services d’un relieur qui accepte de relier les mises en scène pour un prix dérisoire. Un entoilage bis, avec pièces de titre en cuir brun ou vert, selon qu’il s’agit d’une mise en scène dramatique ou lyrique25, donne au fonds de mises en scène un aspect discret, agréable à l’œil. Tout frais payés, la Bibliothèque fait même un bénéfice, pour l’exercice 1929-1930, de 2 028,55 francs, par suite des prêts et ventes dont les modalités n’ont pas varié.

  • 26 La brochure se distingue du relevé par le fait qu’il s’agit de la pièce, parfois assortie d’annotat (...)

20À l’assemblée générale de 1930, le bibliothécaire, Laurac, peut présenter une Bibliothèque de mises en scène rénovée et classée dans six casiers : 485 manuscrits de mises en scène dramatiques, 224 brochures de mises en scène dramatiques, 332 manuscrits de mises en scène lyriques, 82 brochures de mises en scène lyriques26 et enfin de plus de 3 000 manuscrits, brochures et documents divers tenus gratuitement, quant à eux, à la disposition des sociétaires.

  • 27 Annuaire 1930, p. 22. De même pour la citation suivante.
  • 28 Des notes ont été établies pour ces différents régisseurs, sauf pour trois : Georges Schuller dit S (...)

21« Nous pouvons donc être fiers de notre BMS, c’est sûrement une des plus complètes qui existent à Paris et elle est, je crois, le prestige de notre chère Amicale »27. Si la publicité faite autour des mises en scène dans leur nouvelle présentation est de nature à augmenter le rayonnement de l’Association, la location de documents incomplets ne pourrait que desservir l’œuvre des régisseurs. Le Comité prend, en conséquence, une décision que l’Assemblée va entériner : « Tous les manuscrits ou brochures qui ne constituent pas des mises en scène proprement dites seront purement et simplement rendus à ceux qui les ont donnés s’ils en font la demande, ou vendus dans un délai de trois mois ». Par ces mesures énergiques, Félix Ducray fonde définitivement une véritable bibliothèque de mises en scène. Pour parachever son œuvre, il met au vote la constitution d’une Commission de la Bibliothèque qui sera chargée d’établir le catalogue des mises en scène. Sont ainsi nommés : Félix Ducray, Edmond Laurac, Louis Triel, Lucien Gaget, Georges Saulieu, Roger Vieuille et Édouard Ramel28.

22La structure de la Bibliothèque ainsi fixée, Félix Ducray se préoccupe sans délai de faire connaître au milieu professionnel et au public d’amateurs l’apport tout à fait original de l’ART dans l’édification d’une collection qui « au bout de quelques années ne manquera pas de constituer un petit trésor de documentation ». Les deux articles de Comœdia cités plus haut donnent sur la BMS une information précise, de première main, et fournissent aux lecteurs du journal l’essentiel des réformes entreprises par l’ART et les grandes lignes du fonctionnement de la BMS. Félix Ducray s’efface d’ailleurs derrière ses collaborateurs :

  • 29 Comœdia, mai et octobre 1930. Les citations sont extraites de ces deux articles. D’autres périodiqu (...)

M. Félix Ducray a signalé le développement de la BMS grâce au labeur de M. Laurac qui a réussi à cataloguer près de six cents manuscrits ou brochures d’ouvrages lyriques et dramatiques où les directeurs trouveront toutes facilités de monter le répertoire classique et moderne avec les plus précieuses indications de la création de chaque pièce29.

  • 30 Annuaire 1931, p. 17.

23Pourtant, quand Félix Ducray demande, en juin 1930, à la Société des auteurs et compositeurs dramatiques de bien vouloir renouveler la subvention de 500 francs et sollicite, en outre, l’appui officiel de la Société pour la reconnaissance de l’appropriation légale, immédiate ou après le délai prévu pour le dépôt des mises en scène nouvelles, des mises en scène par l’ART, la SACD oppose une double fin de non-recevoir, qui marque bien l’état de disgrâce où se trouve encore l’ART. Ducray fait le point sur le deuxième élément de cette requête en assemblée30 :

Avant cette date, nous possédions dans notre Bibliothèque des mises en scène bien établies et nous portions depuis deux ans nos efforts vers une centralisation méthodique des documents dont l’intérêt n’échappait à personne. Nous étions parvenus à réunir un nombre assez considérable de mises en scène d’une rédaction et d’une présentation impeccables, sans cependant qu’un texte légal nous autorisât à détenir officiellement ces documents.

Bien plus, certains tourneurs contestaient ce droit de propriété, droit pourtant établi par l’usage.

  • 31 Le Catalogue général, pour l’année 1934, mise à jour datant probablement de la période de l’assembl (...)

24On ne peut oublier que l’analyse de Félix Ducray intervient après les travaux de la Section mise en scène de la SUDT et de sa filiale française, dont Ducray a la parfaite connaissance, bien entendu, et que la démarche du président de l’ART se situe exactement à la suite de l’échec du projet de dépôt universel des mises en scène au fonds Rondel de la Bibliothèque de l’Arsenal. Devant le refus de la SACD, l’ART ne se tient pas pour battue. Six mois d’un labeur assidu sont à peine accomplis que le premier catalogue de la BMS est donné à l’impression. Il recense 1 700 mises en scène différentes. Dans le même temps, 300 mises en scène ont été copiées selon les normes du Comité et reliées. Félix Ducray sollicite une nouvelle audience du Président de la SACD, Charles Méré, et il est reçu par Gaston Deyrieux, délégué général des auteurs. Il lui expose le travail entrepris et les réalisations, lui remet quinze mises en scène choisies parmi celles établies sons le contrôle de l’Association. Une nouvelle fois, il revendique l’appui de la Société des auteurs. Quelques jours après, Gaston Deyrieux transmet à Félix Ducray la réponse de Charles Méré qui assure à la BMS une subvention, mais constitue, avant tout, la première reconnaissance officielle de son droit à détenir et à communiquer les mises en scène. Le Catalogue de la Bibliothèque fera désormais mention de ce précieux patronage31 :

M. Deyrieux, Délégué Général, a lu à notre Commission la lettre que vous lui avez adressée le 13 novembre et nous a communiqué les volumes de mises en scène que vous lui aviez confiés.

La Commission a examiné ces documents avec le plus vif intérêt et m’a chargé de vous exprimer ses félicitations pour l’œuvre si intéressante entreprise par vous et réalisée de façon parfaite.

Elle a, au surplus, l’intention d’obtenir, dans ses prochains traités avec les Directeurs de Théâtres de Paris, l’insertion d’une clause aux termes de laquelle ces derniers s’obligeront à remettre les mises en scène de leurs pièces à votre Association Amicale.

Notre Société est heureuse de vous donner son patronage et sa Commission, dans sa séance du 21 courant, a décidé de vous accorder une subvention de 800 francs.

  • 32 Annuaire 1931, p. 8.
  • 33 Ce souci se marque à plusieurs reprises. Ainsi dans le rapport de Laurac, Annuaire 1934, p. 21 : «  (...)
  • 34 Annuaire 1931, p. 18. En 1929, la BMS encaisse 1 870 francs, en 1930, 8 000 francs et en 1931, 10 2 (...)
  • 35 Cet enrichissement des collections de l’ART ne provient pas uniquement des seuls dons et dépôts des (...)

25La lecture de cette lettre achevée, Félix Ducray la commente : « Mes chers Camarades, en vous disant que je juge cet événement d’une importance capitale, je traduis exactement ma pensée »32. Ainsi la Bibliothèque est devenue le « but » même de l’Association et celle-ci doit s’élever au-dessus de l’exercice de la mutualité si elle veut défendre professionnellement ses sociétaires et hausser sa valeur morale en même temps que sa valeur financière. Les mises en scène revêtues de sa caution porteront la marque irrécusable des qualités de travail, d’ordre, de méthode des régisseurs, et c’est par elles qu’ils pourront faire la preuve de la nécessité de leur profession à une époque où, pour des considérations d’ordre économique, les directeurs sont surtout préoccupés d’économies immédiates, sans souci parfois de l’irrémédiable dommage que peut porter à leur entreprise théâtrale une politique mal comprise de restrictions33. De surcroît, loin d’être un poids pour les finances de l’ART, la Bibliothèque réalise des bénéfices34 et cet argument est de nature à convaincre les sceptiques. Par le rapport d’Edmond Laurac, nous apprenons que la BMS n’a pas ralenti son élan, après l’énorme effort qui a été fourni, puisque le 30 avril 1931, on a dû joindre un supplément au premier catalogue pour présenter un état à peu près à jour des mises en scène à l’Assemblée générale. L’ART possède donc, à cette date, le tout relié dans sa majeure partie, 1910 mises en scène dont 1 306 dramatiques et 604 lyriques, ce qui représente un enrichissement de 794 mises en scène en un an35. Mieux que tout autre commentaire, ces simples chiffres traduisent la confiance suscitée par la gestion de Félix Ducray.

  • 36 Voir le chapitre précédent et la partie sur la Mise en scène. Le terme « appropriation » des mises (...)
  • 37 On reconnaît bien le disciple de Gaston Baty dans ces propos tenus par Gabriel Vierge aux Entretien (...)

26En promettant de déposer à la Bibliothèque sa mise en scène du Dibbouk, Gaston Baty renonce définitivement à l’ébauche de dépôt universel des mises en scène au Fonds Rondel, et le problème si épineux de la propriété des mises en scène est provisoirement écarté36. La même année, un des collaborateurs de la première heure, Gabriel Vierge, entre à l’ART. Il deviendra, après la guerre, pour un temps trop court, hélas, président de l’Association et défendra alors efficacement l’utilité de la Bibliothèque des mises en scène pour la pratique théâtrale et pour la recherche historique ou esthétique dans les arts du spectacle37.

  • 38 La SACEM avait supprimé, après les récents événements survenus dans l’Association, la subvention in (...)

27L’élan donné à l’activité de l’ART ne retombe pas les années suivantes, comme on aurait pu le craindre. Par une lettre datée du 15 décembre 1931, la Société des auteurs, éditeurs et compositeurs de musique fait savoir à l’Association qu’elle lui rétablit sa subvention et fixe celle-ci à 300 francs, somme que les ressources réduites de son fonds spécial ne lui permettent pas, déclare-t-elle, de dépasser38. À l’assemblée générale du 25 mai 1932, ce n’est pas moins de 3 000 mises en scène, « reliées, classées, numérotées et cataloguées », qui sont annoncées par Edmond Laurac. Albert Carré, ami des premiers temps de la fondation, a fait un don important, cent onze mises en scène lyrique. Certains auteurs, comme Marcel Achard, Édouard Bourdet, Steve Passeur, Marcel Pagnol ou Louis Verneuil, mis au courant du dynamisme de l’Association et de sa Bibliothèque par l’envoi personnel d’une lettre et du catalogue, s’engagent à faire porter la mention « Pour la mise en scène, s’adresser à l’Association des Régisseurs de théâtres… » lorsqu’ils feront éditer des pièces – et Laurac lit la réponse de Paul Armont à Madame Deverini –, où après l’avoir assurée qu’il ferait figurer la mention de l’ART dans l’édition de ses prochaines œuvres dramatiques, il ajoute :

  • 39 Annuaire 1932, p. 20. Le Catalogue de 1934 fait mention de Dicky et de Coiffeur pour dames, mais no (...)

Je possède d’autres mises en scène chez moi de mes pièces, en dehors de celles que vous avez, notamment : Dicky, L’Amoureuse Aventure, Coiffeur pour dames, etc. Et je pourrai parfaitement vous les confier pour quelques jours, si vous avez envie de faire relever la mise en scène par l’Amicale39.

  • 40 Annuaire 1933, p. 15. La lettre est datée du 4 novembre 1932 : « Je suis particulièrement heureux d (...)

28De leur côté, les Sociétés d’auteurs, revenues de leur prévention, suivent attentivement le développement de la Bibliothèque. Dès la fin de 1932, le Délégué général de la SACD, Gaston Deyrieux, annonce une majoration de deux cents francs sur la subvention de sa société40. À l’assemblée générale de 1934, la dernière de sa présidence, Félix Ducray, légitimement fier des résultats de sa gestion, peut faire le point sur l’accroissement de la Bibliothèque en moins de cinq ans :

  • 41 Annuaire 1934, p. 23. La différence entre ce nombre de mises en scène et celui cité plus haut pour (...)

En 1929, trois cent cinquante mises en scène garnissaient les rayons de notre bibliothèque. En 1934, deux mille mises en scène différentes représentant au total six mille bouquins reliés, étiquetés et catalogués garnissent les rayons de sept bibliothèques pleins à refus et nous ont valu, honneur qui n’était conféré jusqu’ici à aucune association professionnelle du théâtre, le Patronage de la SACD41.

  • 42 Annuaire 1934, p. 14.

29Laurac, quant à lui, rappelle que cette Bibliothèque est propre à rendre dans l’avenir proche « les plus précieux services, non seulement au point de vue professionnel, mais aussi du point de vue financier ». N’a-t-elle pas rapporté pour l’exercice 1933-1934, 13 316,60 francs42 ?

  • 43 Entré à l’ART en 1927, Gadry devient membre de la Commission de la Bibliothèque à la suite de cette (...)

30Hélas, on ne peut négliger un point noir. Si les dons sont abondants, le dépôt des mises en scène est très irrégulier et ne couvre pas, tant s’en faut, la création dramatique. Au cours de l’exercice 1932-1933, la Bibliothèque a reçu en dépôt vingt-trois mises en scène, alors que la Bibliothèque théâtrale de la SACD annonce 96 créations. De plus, le dépôt concerne avant tout le théâtre de boulevard et n’apparaît pas pleinement représentatif de la vie théâtrale. Or la Bibliothèque ne peut rester vivante et prospère que si elle s’enrichit suffisamment d’ouvrages nouveaux qui la tiennent en contact avec l’actualité et par là déterminent le plus large usage de ses services par les professionnels et par les sociétés d’amateurs avides de nouveautés. On cherche donc une solution et Gadry43 suggère l’achat des mises en scène aux régisseurs des théâtres de création par l’ART qui obtiendrait ainsi automatiquement un dépôt aussi large que possible. En fait, on se borne à des recommandations. Elles sont énoncées une nouvelle fois à l’assemblée générale suivante. Elles resteront lettre morte.

31En demandant aux régisseurs de porter fidèlement les mises en scène récentes à la Bibliothèque, Laurac leur précise l’utilité de ce dépôt :

  • 44 Annuaire 1934, p. 17.

Je ne saurais trop attirer votre attention sur notre Bibliothèque, vous, Régisseurs de Théâtres de création, apportez-nous vos mises en scène ; vous, Régisseurs de Théâtres de répertoire et vous, Régisseurs de tournées, ne montez vos pièces qu’avec les mises en scène de notre Bibliothèque. Ainsi vous travaillez à la fois pour les intérêts du Théâtre et de la Mutualité ! Pour le Théâtre, parce que vous présenterez vos spectacles dans les mises en scène mêmes de la création ; pour la Mutualité, parce que le montant de la location de nos mises en scène augmentera nos revenus44.

  • 45 Ainsi Édouard Ramel emprunte, sans doute pour une tournée, la mise en scène de La Présidente (pièce (...)
  • 46 En fait, certaines mises en scène sortent et parfois ne reprennent pas leur place sur les rayons de (...)

32Pour assurer efficacement la communication des mises en scène, le prêt a été réorganisé, ou plutôt organisé. En 1930, un livre de prêts est ouvert, qui enregistre au jour le jour l’activité de la Bibliothèque (ainsi, pour la première année, on décompte cent vingt-six prêts ou ventes de brochures de mises en scène lyriques ou dramatiques). Le registre indique le nom de l’emprunteur, parfois celui du théâtre pour qui l’emprunt est fait, le titre de la mise en scène ou de la brochure, avec éventuellement des précisions sur le matériel prêté par la Bibliothèque45, les dates de sortie et de rentrée de la mise en scène, les sommes versées et en quelle qualité (sociétaire, abonné…). Une dernière colonne est réservée à des remarques, telle que « convention spéciale », « la caution doit être conservée ». Les conditions de prêt n’ont pas varié depuis la présidence de Paul-Edmond et il est bien précisé que jamais les originaux ne doivent sortir46.

  • 47 Le Théâtre Pigalle, édifié de 1925 à 1929 par Henri de Rothschild et par son fils Philippe à l’empl (...)

33Félix Ducray a concentré tous ses efforts en matière de défense professionnelle sur la Bibliothèque qui lui paraissait, à juste titre, l’essentiel de l’activité de l’Association, son originalité irremplaçable. Les projets d’enseignement technique ne sont pas remis à l’ordre du jour, par manque de temps et de local approprié, non par négligence ou par indifférence, car Ducray s’intéresse vivement à la question. En 1930, pourtant, il convoque les membres de l’Association à une visite détaillée du Théâtre Pigalle, de fondation toute récente, qui représente alors le dernier cri en matière d’installations scéniques et de machinerie, et frappe par la conception très moderne de la disposition et de la décoration de la salle47. Grâce à l’administrateur général de ce théâtre, les régisseurs peuvent étudier de près les détails de la machinerie et des appareils d’éclairage.

  • 48 Comœdia passe un article à ce sujet, « Les Régisseurs de nos théâtres veulent apprendre l’anglais » (...)

34Par la suite, Félix Ducray lance l’idée d’un cours d’anglais, destiné à augmenter la « valeur commerciale » des régisseurs, car la nécessité de parler au moins une langue étrangère se fait sentir, surtout pour les régisseurs qui travaillent dans des studios de cinéma où la question est souvent posée préalablement à tout engagement. Le cours d’anglais est confié à la maison Berlitz qui l’assure en province comme à Paris48.

35À l’assemblée générale de 1934, Félix Ducray se démet de ses fonctions de président et propose au vote des régisseurs Georges Deyrens. Il présente alors à l’Association un bilan largement positif. Il a redressé la situation financière. À son départ, le passif est réduit à zéro, l’actif s’élève à 523 000 francs et le portefeuille de l’ART (503 000 francs) fournit un revenu de 26 000 francs qui permet de verser à soixante-deux pensionnés une rente annuelle de 500 ou 315 francs selon qu’il s’agit d’une pension réversible ou non.

  • 49 Sous la présidence de Georges Deyrens, premier mandat, on enregistrera des chiffres analogues à ceu (...)

36La politique de recrutement de Félix Ducray a été efficace : 23 admissions (et deux stagiaires) en 1931, 21 en 1932 contre quelques radiations. Pourtant en 1933, on enregistre une baisse des entrées, huit admissions seulement, et l’année suivante un chiffre analogue, neuf, probablement en liaison avec les répercussions de la crise générale sur le monde du spectacle49.

37La Bibliothèque a connu l’essor admirable que l’on a vu, tant pour la qualité des services rendus que pour l’accroissement de la collection de mises en scène déposées ou données, relevées, dans la mesure du possible, selon des normes satisfaisantes, reliées et communiquées sous le contrôle effectif de la Commission de la Bibliothèque. Grâce à ces mesures qui ont fait de la Bibliothèque un ensemble déjà riche et cohérent, l’Association s’est vu accorder pour elle le patronage de la SACD et une subvention de la même société et une de la SACEM. L’Association a repris pleinement le prestige qu’elle avait parmi les groupements théâtraux, par sa participation à l’œuvre commune de mutualité, par son apport particulier à la diffusion de la création dramatique et à la conservation de documents essentiels pour sa connaissance, par la caution que son affiliation confère de nouveau à chacun de ses membres.

  • 50 Lors d’une assemblée précédente, Félix Ducray s’était plaint que les régisseurs ne vinssent plus no (...)

38Tout cela a pu être obtenu grâce à l’énergie et au dévouement jamais en défaut de Félix Ducray, grâce à tous ceux qui l’ont excellemment secondé, en dépit des difficultés graves de ces années. Pourtant, si le besoin de reprendre souffle après un mandat si bien rempli et des nécessités professionnelles poussent le président à se démettre de sa charge, il semble que cette démission soit due, pour une petite part, à une autre cause à laquelle Ducray fait lui-même allusion. Son style ne paraît pas avoir été du goût de tous. Sans doute, n’a-t-il pas, dans ses rapports humains, le charme habile de Paul-Edmond50. Parlant de sa gestion, Ducray déclare que « ses détracteurs », le terme est de lui, diront « qu’elle fut une dictature, me décernant le plus bel éloge auquel je pouvais prétendre, puisque cette gestion fut, les événements aidant, simplement heureuse ».

39En se retirant et en recommandant Georges Deyrens, Félix Ducray manifeste assez que, si sa manière se fait volontiers rude et autoritaire et, de fait, les circonstances l’exigeaient, il n’est pas animé par le goût du pouvoir dont son prédécesseur n’était pas dépourvu. L’Assemblée générale rend un vif hommage à son action désintéressée :

  • 51 Annuaire 1934, p. 15.

Vous savez que notre Président Félix Ducray a décidé de se démettre de la Présidence que vous lui aviez confiée et qu’il a tenue avec tant d’éclat, ses occupations nouvelles ne lui permettant plus de nous consacrer son temps ni ses efforts, dont il a toujours été prodigue. Il lui est donc impossible de poser de nouveau sa candidature ; nous lui devons tant que son départ nous avait paru une chose impossible ! Mais la décision de Ducray est de celles qui ne sont pas prises à la légère ; c’est vous dire qu’elle est irrévocable. Nous nous sommes inclinés… Mais nous n’entendons pas perdre définitivement notre Président et ami, nous tenons à le retrouver, quand ses obligations lui en laisseront le loisir. Nous savons qu’il sera toujours de bon conseil, mais nous voulons pouvoir lui témoigner notre affectueuse gratitude51.

40À l’assemblée générale, Félix Ducray reçoit la médaille d’argent de la Mutualité ; les régisseurs ne sont pas en reste et confirment cette distinction et leur reconnaissance en le nommant à l’unanimité Président d’honneur.

2. La Présidence de Georges Deyrens – premier mandat (1934-1939)

2.1. Confirmation officielle de l’œuvre de Félix Ducray

41Le président élu à l’assemblée de 1934 a derrière lui une carrière tout à fait différente de celle de ses prédécesseurs. Né en 1876, à Paris, Georges Boudet, dit Georges Deyrens, a suivi dans des tournées en Amérique, avant la guerre, Jane Hading, Le Bargy, Réjane, Félix Huguenet, Cécile Sorel, André Brûlé. Il est mobilisé en 1914 ; à son retour à la vie civile, il quitte le théâtre pour le cinéma, prenant la direction du cinéma le Sélect, avenue de Clichy. Son établissement accueillera l’assemblée annuelle des régisseurs en 1937 et 1938.

42Pour la deuxième fois, le choix de l’ART se porte sur un homme qui est avant tout un administrateur. Georges Deyrens suit la route tracée par Félix Ducray, à qui il rend un hommage qui résume assez bien sa présidence, en lui remettant la médaille d’argent de la Mutualité :

  • 52 Annuaire 1934, p. 27.

Peu de récompenses ont été si pleinement méritées. Vous savez quelle reconnaissance nous avons pour l’énorme labeur que vous avez accompli pendant vos cinq années de présidence, pour le merveilleux redressement de nos finances, qui nous permet aujourd’hui de regarder l’avenir avec confiance, pour la création de toutes pièces (à votre arrivée, elle était presque inexistante) de notre Bibliothèque devenue aujourd’hui, grâce à vous, le drapeau de votre Association52.

  • 53 « L’association des régisseurs de théâtres », Comœdia, 10 mai 1934, annonce l’élection de Deyrens.

43Georges Deyrens a vu le choix des cent quatorze régisseurs présents se porter sur son nom. Son premier geste est de regrouper autour de lui les régisseurs qui secondaient Ducray, Edmond Laurac tout particulièrement, à la tête d’une Bibliothèque « qui s’enrichit chaque jour de documents et d’ouvrages dont le recueil constitue une propriété unique et exceptionnelle »53. Deux personnalités extérieures à l’Association sont introduites par Deyrens : Maître Jean-Louis Aujol, succédant, comme conseiller juridique, à Maître Lévy-Oulmann et Émilienne Ducoin, nouvel agent général en remplacement de Madame Deverini, dont le dévouement et la compétence feront d’elle pendant des années la gardienne des traditions, l’âme de l’ART.

  • 54 Coriolan, ou La Tragédie de Coriolan, pièce en trois parties, traduite librement du texte de Shakes (...)
  • 55 Gabriel Boissy, « Une incroyable nouvelle : Osera-t-on révoquer Émile Fabre pour caser M. Georges T (...)

44Le nouveau président prend la direction de l’Association à un moment difficile. Février 1934, encore tout proche, a été pour le théâtre un mois agité et lourd d’inquiétude. La révocation momentanée d’Émile Fabre, à la suite des représentations plus que houleuses de Coriolan54, a entraîné dans le milieu du spectacle « une insurrection du cœur et de la raison »55. Le 6 février n’a pas épargné les théâtres parisiens :

  • 56 « Les théâtres subventionnés ont fermé hier soir en signe de deuil », Comœdia, 8 février 1934.

Dès hier après-midi, les théâtres subventionnés annonçaient qu’en signe de deuil ils feraient relâche ce soir. Certains autres théâtres du centre et, notamment la Madeleine, le Théâtre Michel, le Théâtre Daunou, s’associèrent spontanément à ce geste. Quant au Théâtre des Ambassadeurs qui, au cours des émeutes de l’avant-dernière nuit, avait été fortement endommagé par les manifestants, il est demeuré portes closes56.

  • 57 « Une émouvante manifestation à la Comédie-Française en faveur d’Émile Fabre », Comœdia, 9 février (...)
  • 58 Commencé début février, la grève se poursuit courant mai et Comœdia note que les théâtres édifiés à (...)

45Le 9 février, tous les groupements professionnels du spectacle s’associent à la manifestation en l’honneur d’Émile Fabre à la Comédie-Française, et René Alexandre, sociétaire de la Comédie-Française et président des Comédiens combattants « prononce un magnifique appel à l’Union pour la Maison et à l’autorité basée sur la confiance »57. Les jours suivants, entre l’insécurité qui interdit l’abord de certains théâtres et la grève des taxis58 qui retient chez elle la clientèle aisée, peu soucieuse de se commettre dans le métro, évoquent les prémices de la guerre si difficiles aux gens du spectacle. Devant la situation, les directeurs envisagent les deux solutions habituelles : la fermeture avec son chômage inévitable, ou l’ouverture de salles plus ou moins remplies, assortie d’une diminution des salaires pour aider à passer « les temps difficiles ».

  • 59 Henri-René Lenormand, Edmond Fleg… prennent part à cette inauguration dont Comœdia fait l’annonce l (...)
  • 60 « Réunion du Bureau fédéral 2-7 février 1934 », Le Spectacle, février-mars 1934. Rapport Bareyre.

46L’inquiétude vient aussi de l’étranger. Le lendemain même de l’assemblée générale des régisseurs, est inaugurée, 55 boulevard Arago, la Bibliothèque allemande des « livres brûlés »59. Le bulletin de l’ART ne fait pas allusion aux événements de février, mais nous avons une information sur leur retentissement sur les diverses catégories du spectacle dans le compte rendu de la réunion du Bureau fédéral de la Fédération du spectacle, du 2 au 7 février 1934, qui fait part du regroupement dans la Fédération de catégories qui s’étaient séparées lors de la crise des années 20 : « Le Bureau examine les catégories pouvant adhérer à la Fédération du spectacle ; il se prononce favorablement pour les suivantes : musiciens ; artistes de cirque ; music-halls et chansonniers ; choristes ; chorégraphes ; régisseurs, administrateurs, metteurs en scène »60.

  • 61 Il s’agit du syndicat CGT, affilié à la Fédération du spectacle. On verra qu’il va se créer un autr (...)
  • 62 On vient de créer à Paris un fonds de chômage municipal, mais les gens du spectacle éprouvent les m (...)

47Le futur syndicat des régisseurs trouve dans cette réunion sa première manifestation et le bulletin de l’ART va lui assurer une publicité auprès des sociétaires, tout en marquant le domaine propre à chaque groupement61. C’est dans cette atmosphère lourde, quand la crise bat son plein62, que Georges Deyrens prend la succession de Félix Ducray. Il s’est présenté comme le continuateur de son œuvre de redressement de l’ART et c’est ainsi, exactement, qu’il apparaît au terme de la première année de sa présidence.

  • 63 Décret présidentiel pour changement de titre, signé par Albert Lebrun, en date du 13 novembre 1935  (...)
  • 64 Précisons qu’en 1956, un changement intervient : Association des directeurs de scène et régisseurs (...)

48Les statuts repris sous le mandat de Ducray et le changement de titre reçoivent enfin l’approbation officielle et sont présentés en assemblée générale63. L’Amicale des régisseurs de théâtre français porte désormais officiellement le titre d’Association des régisseurs de théâtre qu’elle gardera jusqu’au 23 décembre 1976, date à laquelle elle deviendra Association de la régie théâtrale64. Les statuts apportent peu de changements, mais les modifications méritent qu’on y porte attention.

49L’Association s’ouvre plus largement aux régisseurs de cinéma, en ce sens que la clause qui restreignait leur admission (« Ces derniers devront avoir exercé la fonction de régisseur dans un théâtre ou un music-hall avant d’avoir été régisseur de cinéma ») est totalement absente du texte de 1935, du moins quant aux statuts. L’âge d’admission est abaissé de 28 à 25 ans, peut-être pour soutenir le mouvement des entrées qui avait ralenti en 1933 et 1934, et la mention « avec droit de jouer » n’est plus jointe aux fonctions requises (être régisseur de scène ou régisseur général), ce qui pourrait indiquer, outre l’acceptation de sociétaires plus jeunes afin d’assurer un plus large renouvellement annuel, que les régisseurs tendent de plus en plus à se distinguer comme un corps de techniciens, sans qu’il soit nécessaire d’exiger une expérience préalable ou concomitante d’interprète.

50Les conditions de nationalité exigées sont abrégées : « être de nationalité française ou naturalisé français, ou de pays de langue française ». Les justifications requises des naturalisés ou des ressortissants des pays de « langue française » (expression plus large que celle retenue par les statuts précédents qui prévoyaient seulement les régisseurs belges ou suisses romands), ne sont pas énumérées dans les statuts, sans doute le sont-elles dans le règlement intérieur, mais peut-être de façon moins draconienne qu’en 1924 et 1931. En revanche, les statuts de 1935 ne font aucune allusion aux « régisseurs de nationalité étrangère », autre que celles indiquées ci-dessus. Faut-il penser que l’élargissement implicite de la francophonie est limitatif à cette seule francophonie et faut-il voir dans le silence de la rédaction une conséquence logique des revendications contre l’emploi abusif de personnel étranger dans les milieux du spectacle (notamment pour la saison d’été), dans la mesure où, nous le savons, l’ART a pris une part active au mouvement de protestation ?

51Parmi les membres du Comité, on distingue un Conservateur de la bibliothèque. La fonction n’est pas nouvelle, puisque Laurac l’occupe depuis 1929 (et l’occupera jusqu’en 1940), mais elle n’était pas désignée auparavant. Le développement de la Bibliothèque reçoit ainsi sa ratification. En outre, un trésorier adjoint est prévu et le Comité passe de cinq à sept membres. L’article concernant la comptabilité est complété par un paragraphe qui vise, dans l’immédiat, la Bibliothèque : « Chaque établissement de l’Association doit tenir une comptabilité distincte qui forme un chapitre spécial dans la comptabilité d’ensemble de l’Association ». Cette clause qui tend à assurer une certaine autonomie financière à la Bibliothèque est une marque supplémentaire de l’importance prise par l’institution.

  • 65 « Le sociétaire doit la cotisation de l’année entière où il est admis, les immatriculations partent (...)

52Lors de la présentation de cette rédaction des statuts, il est bien précisé que les textes restent inchangés, mis à part l’abaissement de l’âge d’admission et cinq rectifications apportées au règlement intérieur et qui touchent à la cotisation, aux pensions et aux réunions au moins trimestrielles de la commission de contrôle65. Pourtant, on l’a vu, les changements ne sont pas aussi mineurs qu’ils pourraient le sembler. Ils représentent un moment d’une lente évolution, dont les régisseurs n’ont pas tout à fait conscience, mais que le recul permet de mieux discerner dans un mouvement de longue durée.

  • 66 Eugène-Louis-Baptiste Pazzi, dit Pazzi-Préval, né à Alger en 1888, débute dans cette ville en 1905 (...)
  • 67 On signale cependant une diminution des frais sur les copies de relevés (5 copies de mises en scène (...)
  • 68 Les appointements de Madame Deverini.
  • 69 L’ART verse alors soixante-dix pensions.

53L’exercice 1934-1935 est placé sous le signe des économies forcées. La Journée des artistes, source appréciable de revenus, a baissé de 27 000 francs en l’espace d’un an, ce qui la porte à 22 500 francs (dont 2 500 francs sont redevables aux efforts de Georges Deyrens et de Pazzi-Préval66). La Bibliothèque n’a encaissé que 8 006,65 francs, produit de seize ventes et de 52 locations sur ces recettes, la reliure seule absorbe 5 044,55 francs67. Enfin, le rapport de Roger Vieuille laisse apparaître une perte de 16 572,26 francs, dont il est juste de préciser qu’une part est due à une augmentation de dernière minute des frais généraux68. La perte réelle, malgré l’augmentation des dépenses liée au paiement de nouvelles pensions69 et la baisse de la Journée des artistes, est de 10 496,43 francs, d’après le trésorier. Le mot d’ordre est donc d’économiser :

Nous avons dû essayer de réparer cette perte et de redresser nos finances en réalisant le plus d’économies possible. Comme conséquence de cet état de choses, dont votre Comité ne saurait trop vous souligner l’importance, il nous faut en appeler à votre dévouement jamais en défaut et qui est du reste la caractéristique du Régisseur, pour intensifier autant que vous le pourrez la vente des « sabots de Noël ». Travailler pour la « Journée des artistes », c’est travailler pour l’Association des régisseurs de théâtre, comme le disait Pazzi-Préval, l’an dernier.

  • 70 Les citations sont empruntées au Rapport moral de Lucien Gaget, Annuaire 1935. Parmi les dons, celu (...)

54Et Lucien Gaget conclut : « Travailler pour l’ART, c’est travailler pour vous ». Fort heureusement, la SACD et la SACEM continuent à verser leur subvention annuelle de 1 000 francs et de 100 francs, respectivement (vers la fin des années 30, la SACD sera contrainte de diminuer cette subvention). Après avoir remercié pour divers dons plus ou moins élevés70, Lucien Gaget réserve sa reconnaissance aux deux sociétés d’auteurs :

Nous devons une gratitude toute particulière à ces deux sociétés, car depuis 1923, elles n’ont pas cessé de nous prouver leur confiance. Je ne saurais trop en souligner l’importance, car ces deux subventions nous honorent et prouvent que le travail incessant que nous poursuivons est apprécié du dehors.

  • 71 Il est décidé, entre autres, que l’envoi des mises en scène sera pris en charge par les intéressés.
  • 72 Annuaire 1935, p. 28. L’annuaire de l’Association des artistes dramatiques, de publication un peu s (...)

55Pourtant, malgré le train d’économies71, Georges Deyrens souhaite que l’Association fasse bonne figure et recommande aux régisseurs de faire un don pour l’annuaire que l’ART adresse traditionnellement aux directeurs, aux sociétés d’auteurs et aux sociétés théâtrales, afin de « présenter un annuaire correct, net, un peu chic, enfin digne de nous »72. Cette publicité serait d’autant mieux venue que la Bibliothèque, comme l’annonce Laurac, a été désignée pour participer à la toute proche Exposition de 1937 et que l’Association se doit de se préparer dignement à cette consécration officielle de son activité.

  • 73 Georges-André Camus, dit Georges Scey, né à Paris en 1876, a suivi la classe de Paul Mounet au Cons (...)

56L’année 1935, qui a été dure pour l’Association, ne l’a pas été moins pour tous les gens du spectacle, pour le monde du travail en général. Elle s’achève sur une revendication collective des diverses catégories de l’entreprise théâtrale, du directeur au petit personnel : les États généraux du théâtre, dont la séance inaugurale, prélude à une agitation durable, se tient le 27 novembre au siège de la SUDT, sous la présidence de Charles Martinelli. Plus de trente groupements théâtraux y prennent part et l’ART y est représentée par Georges Scey et par Raymond Léonce73, tandis que François Cébron et Jean Taverne sont placés à la tête de la délégation envoyée par une Fédération du spectacle renforcée depuis 1934 par le retour de ses anciennes sections. Le mécontentement se cristallise, une fois de plus, sur les taxes qui accablent une industrie du spectacle en crise profonde.

2.2. L’Année 1936. Les Noces d’argent. Les syndicats de régisseurs

  • 74 Pierre Barlatier, « Vers la grève des spectacles. Présidents de groupes et directeurs affirment leu (...)

57L’année 1936 commence dans la fièvre pour le monde du spectacle. Dès le 15 janvier, Comœdia titre de nouveau sur la grève générale des théâtres, en soulignant la convergence d’intérêts entre les présidents des groupements théâtraux et les directeurs74. La menace de fermeture des établissements cessera début mars, lorsque, pour la première fois depuis l’instauration de la Troisième République, malgré des projets divers, une mesure de réduction du droit des pauvres est votée, par la Chambre, puis par le Sénat. Dans les mêmes mois, la Fédération du spectacle élargit son audience en convoquant, en avril, après le Congrès d’unité de Toulouse entre la CGT et la CGTU, son propre congrès fédéral d’unité à Lyon. Elle va devenir en mai, en ralliant l’Union des artistes, l’instance syndicale du spectacle la plus représentative.

58Faut-il rappeler que l’année est une année marquante, sur le plan politique et social ? L’Association participe aux événements ; elle est concernée par eux, elle sort de la réserve habituelle sur ces sujets de comptes rendus d’assemblée générale, en mentionnant, comme on l’a vu, sa part aux États généraux du théâtre et en ouvrant ses pages à une annonce du Syndicat CGT des régisseurs à partir de 1937. Pourtant 1936 est une année exceptionnelle pour l’Association. À un titre personnel, c’est l’année des « Noces d’argent » de l’Association, pour reprendre l’expression des régisseurs.

  • 75 Antoine, sans doute sollicité d’assister à l’inauguration, envoie une lettre à Georges Deyrens où i (...)
  • 76 Jules Delini, « Un vaillant groupement », Comœdia, 7 avril 1936. Urbi, on sait ce qui agite le théâ (...)

59Le 6 avril, l’ART ouvre ses nouveaux locaux, toujours 18 rue Laffitte, mais au rez-de-chaussée et dans des conditions bien meilleures, puisqu’elle dispose de cinq grandes pièces, dont deux sont louées aux Prévoyants du théâtre. La cérémonie a lieu en présence du Commissaire du Gouvernement auprès des Théâtres subventionnés, Gadave, du directeur de l’Office départemental de placement, Touzaa, de personnalités représentatives du spectacle, Romain Coolus, président d’honneur de la SACD, Gaston Deyrieux, du président de la SACEM, Daurelly, d’Hamilton, président des Prévoyants du théâtre, etc.75. Georges Deyrens fait un historique de la Bibliothèque et explique combien la nouvelle installation sert les intérêts de l’Association et de sa bibliothèque qui pourra enfin mieux accueillir tous ceux qui viendront y chercher les renseignements indispensables à leurs travaux. Hubert Génin insiste sur le rôle du régisseur et met en valeur, fort opportunément devant les représentants de ces groupements directoriaux, les services que le régisseur peut rendre à l’exploitation théâtrale dont il est un rouage indispensable. Le lendemain, Comœdia fait passer un article sur le « vaillant groupement », raison d’espérer dans le marasme actuel du théâtre76 : « À une époque où l’on parle de crise théâtrale, les régisseurs de théâtre s’installent en de nouveaux locaux. Ils lancent un défi à l’opinion que des pessimistes s’efforcent de prolonger et qui consiste à prétendre Urbi et orbi la décadence de l’art dramatique ».

  • 77 Outre l’article cité, signalons une annonce dans L’Intransigeant, le 2 avril, « Les régisseurs ont (...)
  • 78 Dons de meubles par le magasin Lévitan, par les Galeries Barbès, par le Bon Marché… Dons de vins po (...)
  • 79 À la fin de l’Annuaire 1936, on trouve l’avis : « Libre. Salle de répétitions pour la Comédie, le C (...)

60L’ouverture des nouveaux locaux77 contribue efficacement à faire connaître l’Association et son œuvre, la Bibliothèque, qui va faire désormais l’objet d’articles destinés à en rappeler l’utilité pour les professionnels ou les richesses pour le chercheur ou l’amateur de théâtre. Pour leur ameublement, on a dû faire appel à des générosités toujours disponibles78. Les trois pièces qui reviennent à l’Association, quand les deux autres ont été louées pour la somme de 2 000 francs aux Prévoyants du théâtre, sont occupées, la première par la Bibliothèque, agréablement installée, la seconde par le secrétariat et la troisième est mise gratuitement à la disposition des directeurs, professeurs et artistes pour servir de salle de répétitions (opérette, danse, comédie) et elle a été équipée d’un piano79. En fait, cette salle rapporte en dons à l’Association, en trois mois d’ouverture, au moment de l’assemblée générale de 1936, 1 016 francs qui aident à payer les 6 000 francs de loyer de l’ART (contre 9 000 francs exigés au départ, loyer annuel s’entend).

  • 80 Miss Ba, mise en scène de Lugné-Poe. Y avait un prisonnier, pièce en 3 actes de Jean Anouilh, donné (...)

61Le 13 mai, jour de la vingt-sixième assemblée générale, peu après la victoire électorale du Front populaire, l’ART fête ses Noces d’argent. Au cours de la réunion habituelle, le rapport financier ne doit pas rendre très optimistes les régisseurs. Cette année, la perte enregistrée se chiffre à 58 321,88 francs. Elle est due à diverses causes : fluctuations de la Bourse, baisse de la Journée des artistes (18 000 francs, soit 4 500 francs de moins que l’année précédente), élévation des secours de toute nature (3 150 francs, en lien avec l’incertitude de l’emploi), mauvaise rentrée des cotisations et des remboursements des prêts d’honneur. Le Comité se voit obligé de commencer l’application du nouveau système de paiement des pensions et retarde d’un mois l’exécution anticipée des allocations trimestrielles. Hubert Génin suggère qu’un dixième du Droit des pauvres (dont il combat par ailleurs la lourdeur accablante) soit affecté à l’ART : vœu pieux, puisque jamais l’État n’y a vu un moyen de redistribuer des fonds selon les besoins dans le cadre du spectacle. Le rapport du conservateur de la Bibliothèque fait une heureuse diversion sur ces soucis financiers. La BMS, déménagée par Pazzi-Préval et par Lucien Gaget, n’est-elle pas enfin dignement logée et présentée au public ? Quinze mises en scène nouvelles y ont été déposées, dont celles de Miss Ba et de Y avait un prisonnier80, et les dons sont importants, comme chaque année : Charles Berteaux enrichit le fonds Comédie-Française notamment, Félix Ducray remet le livret, le matériel d’orchestre et la partition réduite de trente opérettes, etc. Les recettes de la Bibliothèque (9 955,25 francs) ne couvrent malheureusement pas les dépenses (14 697,15 francs).

  • 81 L’Annuaire 1936 donne une photographie du Banquet où l’on reconnaît Victor Boucher, et deux photogr (...)
  • 82 On trouve dans la presse un article de la plume de chaque journaliste invité. Chacun reproduit l’es (...)
  • 83 Édouard Beaudu, dans L’Intransigeant, rend ce chaleureux hommage à Hubert Génin : « Un homme n’avai (...)
  • 84 Jean Rollot, « Les Obscurs, les sans-grades », Paris-Midi, 20 mai 1936. On retrouve habituellement (...)

62Malgré tous ses tracas, l’ART fête joyeusement les Noces d’argent. Un banquet de soixante-dix couverts, sous la présidence du représentant du ministre de l’Éducation nationale Jean Zay, M. Pécher, réunit, au restaurant Luce Noël et Peters, sociétaires et invités : Victor Boucher, René Alexandre, Gaston Deyrieux, Maître Aujol ; des journalistes, tels Léo Marchès, du Journal, Jean Rollot de Paris-Soir, Jules Delini de Comœdia, H.E. Simoni de l’Œuvre, Roger Cousin de L’Excelsior. En raison de son état de santé, Hubert Génin ne peut participer à ce banquet très brillant81, dont les journalistes invités donneront un compte rendu fidèle et amical82. Le thème des interventions au cours du banquet reste le rôle à la fois méconnu, sinon inconnu, et irremplaçable, du régisseur dans la bonne marche d’un établissement théâtral : « Le public qui, généralement, ignore le rôle du régisseur de théâtre doit savoir qu’il porte la responsabilité de tout le service de la scène et qu’il est, pour un Directeur, le plus précieux des collaborateurs » conclut Édouard Beaudu, tandis que Léo Marchès rappelle les propos du chef de cabinet de Jean Zay83 : « Le rôle du Régisseur, dans un Théâtre, est comparable à celui de l’ingénieur-mécanicien à bord d’un paquebot. Loin du regard des passagers – ou des spectateurs – c’est lui qui fait marcher la machine ». Jean Rollot rapporte le toast de Victor Boucher : « Un bon Régisseur vaut une bonne pièce, et je suis certain que bien des pièces n’ont tenu que grâce au dévouement du régisseur »84.

63Pour l’Association, les Noces d’argent marquent un grand moment. Son activité est reconnue officiellement : œuvre de mutualité louée dans plusieurs articles, regroupement professionnel, rassemblement et conservation des matériaux indispensables à la mise en scène d’ouvrages classiques et contemporains :

  • 85 Jean Rollot, article paru dans Paris-Soir, 12 mai 1936. Un article sans nom d’auteur paru dans L’Œu (...)

L’Association des régisseurs de théâtre possède une bibliothèque unique que constituent quatre mille livres, historique complet de toutes les œuvres créées ces dernières années dans les répertoires lyrique et dramatique. Chaque pièce est retrouvée avec toutes les maquettes et les mille détails de costumes, d’éclairage, d’accessoires, de décoration, en un mot de mise en scène qu’exige sa création. Directeurs, artistes, auteurs, journalistes, tous ceux qu’intéresse la vie théâtrale, trouveront, chez leurs amis les Régisseurs, la documentation que leur travail peut toujours les amener à rechercher85.

  • 86 H.E. Simoni, « Les Noces d’argent de l’Association des régisseurs de théâtre », Comœdia, 14 mai 193 (...)
  • 87 « Un programme d’action. Les “revendications immédiates” de la Fédération nationale du spectacle » (...)

64Par les participations qu’ils ont pu s’assurer, les régisseurs ont su faire de leurs Noces d’argent une véritable « fête du théâtre »86. Les Noces d’argent ont lieu, on l’a vu, après le triomphe du Front populaire. Les Régisseurs ne restent pas inactifs dans l’effervescence générale et ne se replient pas sur leur histoire personnelle. Peu de jours après leur fête, la Fédération du spectacle a fait publier son programme d’action par Comœdia87.

  • 88 Décalage illustré par la date de la première occupation d’un théâtre, celle de l’Opéra-Comique, dir (...)

65Les revendications immédiates de la Fédération portent sur l’application de la semaine de 48 heures (jamais appliquée dans le Spectacle) en attendant le vote de la semaine de 40 heures, plus improbable, et sur l’interdiction de cumul de professions propre à certaines catégories (les accessoiristes, les électriciens, les machinistes), pour lutter contre un chômage croissant dans les corporations manuelles, sur l’application de lois sociales déjà existantes, comme les assurances sociales, enfin sur la création d’emplois. Le programme énoncé, qui fait l’unanimité des gens de spectacle, des régisseurs en particulier, fait ressortir le retard habituel du théâtre en matière de législation sociale. D’ailleurs, si l’on compare la chronologie de l’agitation sociale en France en 1936 et celle du monde du spectacle, on constate un léger décalage de ce dernier88.

  • 89 Comœdia publie le 4 juillet le rapport de Jean Toulout qui établit le bilan des divisions passées d (...)
  • 90 Enquête parue dans Comœdia, 6 juillet-1er septembre 1936. Interviews intéressantes de Charles Méré, (...)
  • 91 Sous l’impulsion de Jean Zay, le 14 juillet 1936 est marqué par la pièce de Romain Rolland qui port (...)

66Le 4 juillet, l’Union des artistes, présidée par Jean Toulout, adhère, après de longs pourparlers, à la Fédération nationale du spectacle et par voie de conséquence à la CGT, par 753 voix contre 185 et 12 bulletins nuls89. « À temps nouveaux, théâtre nouveau », Pierre Barlatier cherche auprès des personnalités les plus activement intéressées par la question les conditions et les possibilités d’une rénovation souhaitée par beaucoup90. La création, en avril 1936, d’une Maison de la culture, dont Comœdia donne l’organigramme le 14 juillet, réunit, dans une lutte commune contre les formes jugées périmées du théâtre, de nombreux professionnels et amateurs, des théâtres du Cartel aux groupes de l’ancienne Fédération du théâtre ouvrier de France91. Un mot d’ordre résume des aspirations à vrai dire assez diverses, sinon contradictoires : « rendre le théâtre au peuple de France ».

67Les accords de Matignon, conclus le 7 juin 1936, accordent les avantages que l’on connaît : augmentation des salaires, semaine de quarante heures, deux semaines de congé payé, généralisation des conventions collectives, élection de délégués du personnel. Le 19 juin, Comœdia titre « Une réglementation nouvelle des théâtres » et poursuit : « M. Gustave Quinson envisage avec humour et quelque doute cette hypothèse. MM. Maurice Lehmann et Louis Jouvet n’y croient pas ».

  • 92 Le Spectacle, juin-août 1936, p. 2-3.
  • 93 Syndicat des régisseurs de théâtres (Théâtres, Music-halls, Cinémas, Cabarets, Studios TSF et télév (...)
  • 94 Géo Leroy est entré à l’ART en 1931 et fait partie depuis 1936 de la Commission de la Bibliothèque. (...)

68La semaine de quarante heures paraît particulièrement inapplicable à un théâtre en difficulté, sinon en crise profonde. Pourtant, Le Spectacle, tout en rappelant l’état de détresse du théâtre (le nombre des salles de spectacle est en baisse à Paris même et la province ne possède plus à cette date qu’un théâtre de comédie et vingt-deux ou vingt-trois salles d’exploitation lyrique d’hiver et qui consacrent la plus grande partie de saisons fort réduites à la seule opérette), adresse au ministre du Travail une lettre pour l’application des lois du 26 juin 193692. Les régisseurs, que cette lettre désigne parmi les catégories intéressées, se sont regroupés officiellement au sein de la Fédération du spectacle et les statuts du Syndicat des régisseurs de théâtre sont déposés le 30 juin93. Le Bureau est formé exclusivement de membres de l’ART : René Dalton, secrétaire général, Charles Camus et Edmond Laurac, secrétaires adjoints, Paul Denneville, trésorier et Géo Leroy, trésorier adjoint, et au conseil syndical se retrouvent des sociétaires de l’ART en majorité, Raphaël Cailloux, Léon Nurbel et Albert Albertot94. Les buts recherchés par le Syndicat complètent et doublent en partie l’action propre de l’ART :

Le Syndicat a les buts suivants :

1) Instituer un Office de placement gratuit et recevoir les offres et demandes d’emplois.

2) Défendre par tous les moyens en son pouvoir les intérêts généraux de la corporation et ceux de ses membres.

3) Étudier en commun toutes les questions intéressant la corporation au point de vue local, national et international, et les solutions à y apporter.

À cet effet, réunir tous les éléments et documents d’étude, statistiques, etc., et entretenir des rapports constants entre toutes les organisations similaires.

4) Créer des cours réguliers et des conférences pour vulgariser les connaissances nécessaires à tout régisseur pour l’exercice de sa profession et la défense de ses droits.

5) Participer aux travaux des Congrès régionaux, nationaux et internationaux.

  • 95 Statuts, article 3.

6) Faire œuvre de solidarité professionnelle en toutes circonstances95.

  • 96 Statuts, article 5. Le cas d’acteurs voulant s’orienter vers la régie est prévu, leur admission res (...)

69Si le Syndicat s’ouvre plus largement que l’ART aux différentes catégories de régisseurs, l’admission est cependant soumise à des conditions préalables : « Ne pourront être admis au Syndicat des régisseurs que les anciens acteurs, membres d’un syndicat ou organisations professionnelles qui auront justifiés (sic) de l’exercice de leurs fonctions de régisseur pendant 3 saisons consécutives »96. En ce qui concerne les moyens à mettre en œuvre, le Syndicat, avec ses armes spécifiques, la grève notamment, se distingue de l’Association.

  • 97 Statuts déposés le 6 janvier 1937 et conservés au Bureau des Syndicats de la Préfecture de Paris so (...)
  • 98 Dans les numéros de l’automne 1936, Le Spectacle rend compte du Congrès de Vienne de la SUDT et évo (...)

70Ce Syndicat CGT, le seul auquel l’ART fasse référence dans son annuaire, ne rassemble pas tous les régisseurs. Certains, que l’affiliation à la CGT doit rebuter, se retrouvent dans un second Syndicat, moins large dans son recrutement, puisqu’il se borne à Paris, le Syndicat professionnel des régisseurs de théâtre de Paris97. Ce Syndicat, présidé par Émile Couvelaire, assisté à la vice-présidence par Félix Ducray et Gil Colas, veut peut-être réagir contre une trop grande ouverture à la province et à l’étranger (des tensions entre Parisiens et provinciaux sur le plan de l’emploi sont signalées à plusieurs reprises dans les colonnes du Spectacle). Le fait pour l’ART de passer son existence sous silence, bien que les membres fondateurs appartiennent tout autant à l’Association que ceux de l’autre syndicat, provient probablement de cette limitation qui contredit le but essentiel de l’ART qui est de réunir dans un seul groupement d’entraide régisseurs de province et régisseurs de Paris et dont l’esprit est conforme à l’idéal de Gémier qui a si fortement marqué l’Association et la marque encore98.

2.3. Dernières manifestations de l’ART avant la guerre : la Nuit du Spectacle, la participation à l’Exposition internationale des arts et techniques

  • 99 Convention collective de travail (théâtres, cinémas, music-halls et cirques, établissements de bal (...)

71Les dernières années avant la guerre sont marquées pour l’ART, comme pour la majorité des Français, par des difficultés croissantes. Les assemblées générales de 1937 et de 1938, qui ont lieu au Cinéma le Sélect, un peu à l’écart du centre traditionnel du théâtre, rive droite, révèlent une morosité devant les économies forcées de l’Association qui s’ajoutent à celles déjà subies dans le milieu professionnel par les régisseurs, malgré la convention collective du théâtre, passée en avril 1937, en application des accords de Matignon (encore ne concerne-t-elle que Paris et sa région99). Les rapports financiers, pour être d’une lecture austère, traduisent mieux que toute analyse le climat général.

  • 100 Par suite de l’entrée de la SACD au Comité de la Journée des artistes. Marc-Roland, Cahier Rouge, p (...)

72Malgré une légère hausse (très légère) de la Journée des artistes de 1 575 francs sur le chiffre de 1936 et en 1938, la tendance à la hausse est compromise par l’amputation de 0,50 % du pourcentage des régisseurs100, malgré les dons, les recettes de la Bibliothèque et une rentrée exceptionnelle de 5 000 francs pour la participation de l’ART à la Nuit du Spectacle, en tenant compte par ailleurs de l’amortissement du loyer par l’utilisation de la salle de répétitions, le trésorier est bien contraint, une troisième fois, d’annoncer un déficit de 41 197,43 francs, par moins-value du portefeuille de l’ART due à la dévaluation du franc. 1938 est une année encore moins brillante sur le plan financier : aux effets de la dévaluation s’ajoute la hausse des contributions directes et les rentrées de l’ART ne compensent pas, en partie, comme en 1937. Partant, l’ART se voit obligée à des économies sur les pensions, payées à terme échu désormais, quand ce n’est pas avec retard, et à des restrictions, ressenties péniblement sur les frais généraux :

  • 101 Annuaire 1938, p. 2-3.

Pour contrebalancer cette diminution des recettes, le Comité a dû envisager et appliquer diverses mesures d’économie : les pensions des veuves ont été égalisées, l’indemnité d’obsèques, déjà réduite, ne sera plus accordée qu’aux veuves à pension non réversible, puisque les autres continuent à toucher leur pension, l’âge limite des orphelins a été ramené à quinze ans, cette année l’annuaire sera supprimé et remplacé par un bulletin, le Déjeuner officiel qui, depuis quelques années, suivait une assemblée générale, a été remplacé par un déjeuner amical et familial, sans la présence d’aucun « officiel ». Nous allons, d’autre part, faire entrer les cotisations en retard et les prêts d’honneur en souffrance101.

  • 102 Annuaire 1937, p. 26. Nous parlerions aujourd’hui d’économies d’énergie. Le trésorier évalue dans l (...)
  • 103 François Cebron, « La Crise du théâtre et les travailleurs du spectacle ». À travers les ondes, la (...)
  • 104 À la saison, par mois : directeurs et administrateurs de la scène : 3 000 francs ; régisseurs génér (...)
  • 105 Pour le régisseur conduisant un spectacle donné consécutivement, sans fermeture hebdomadaire de l’é (...)
  • 106 Pour deux années de présence, 15 jours par an ; entre 2 et 5 ans, 3 semaines et à partir de 5 ans, (...)
  • 107 Engagement minimum d’une durée de huit mois, tacitement reconductible.
  • 108 Le Syndicat des régisseurs mandate la Fédération nationale du spectacle notamment « pour protester, (...)

73Et le trésorier évoque des « prodiges d’économies » qui peuvent nous paraître tout à fait actuels : « Malgré l’agrandissement de notre local, nous avons réalisé un notable abaissement des frais de chauffage et d’éclairage. C’est ainsi qu’ayant payé en 35-36, pour notre local 708,60 francs d’électricité, nous n’en avons payé, pour 36-37 que 575,20 francs »102. L’Association n’est pas le seul groupement théâtral à passer par ces affres. François Cébron parle de la « régression » du théâtre « qui plonge les travailleurs du spectacle dans une angoisse profonde »103, après avoir donné quelques chiffres sur la baisse générale de l’activité théâtrale à Paris et en province, qui atteint si l’on prend en compte tous les éléments (nombre de théâtres vivants, durée réelle des saisons, nombre de représentations) 41 % à Paris et 60 % en Province entre 1929 et 1937. En ce qui concerne les spectateurs, le bilan n’est pas moins désastreux, puisque, d’après François Cébron, 60 % des Français de province ne peuvent plus, sans de longs déplacements, assister à une représentation théâtrale. C’est dans ces conditions peu favorables que passe la convention collective du théâtre, et l’on devine aisément la résistance patronale (plus vive encore chez les directeurs de cinéma, d’après Le Spectacle). Les syndicats de régisseurs, composés en majorité de sociétaires de l’ART, on l’a vu, prennent le relai de l’Association dans la discussion sur l’annexe des régisseurs, compromis entre les projets des deux syndicats. L’annexe précise les salaires minimaux en vigueur104 et établit les avantages sociaux acquis : repos hebdomadaire105, congé payé106, sécurité de l’engagement107. Reste à appliquer le texte ainsi passé entre les chambres patronales et la Fédération du spectacle, et dont la portée se limite à la région parisienne. Le Spectacle fait part des vœux de régisseurs qui mandatent la Fédération pour porter leurs revendications au sujet de la province devant la Chambre syndicale des directeurs de tournées et celle des directeurs de théâtre de province qui refusent de signer la convention collective108.

74L’Association, présente grâce à ses sociétaires, aux discussions qui concernent la profession qu’elle défend par ses moyens personnels, suit avec le plus grand intérêt des décisions qui peuvent la toucher directement. Ainsi l’article 6 de l’annexe des régisseurs la cite de façon expresse :

  • 109 La teneur de cet article de convention collective en réserve l’étude à la seconde partie, mais il c (...)

La mise en scène faite par le metteur en scène (directeur ou auteur) est sa propriété, l’établissement de la mise en scène manuscrite relevée par le régisseur général sera déposé aux archives du théâtre. Il est entendu que la direction du théâtre autorise le régisseur général à déposer une copie de cette mise en scène à la Bibliothèque de l’Amicale des régisseurs109.

75Edmond Laurac cite cet article dans son rapport de 1938 comme la reconnaissance implicite par les directeurs du dépôt à la Bibliothèque, mais sans aucun doute pour attirer également l’attention des régisseurs, leur vigilance. Cette décision ne peut manquer d’alerter ceux qui trouvent dans la vente des mises en scène, relevées par eux, un complément appréciable de revenus. Aucun commentaire n’est ajouté dans l’annuaire de 1938, pourtant la question du dépôt et de la propriété de la mise en scène devient désormais un sujet d’inquiétude prête à se manifester à la première occasion.

  • 110 « Chez les Régisseurs », Le Petit Journal, 19 mai 1937. « Les Régisseurs ont tenu hier matin, 11 ma (...)

76Dans l’intérêt de ses sociétaires, l’ART doit pouvoir compter par le nombre et par la qualité de ses membres. Sur le nombre, après des années favorables, le recrutement tend à fléchir. Quant à la qualité, elle trouve en 1937 une expression nouvelle dans l’admission d’une femme régisseur et l’événement relègue pour un temps à l’arrière-plan les considérations moroses sur la crise. Le Petit Journal s’empresse de relever le fait dans son article sur l’assemblée générale : « Parmi les nouveaux membres, citons Madame Nadine Farel, la première femme régisseur admise dans l’Association », et l’Œuvre précise que l’admission s’est faite « aux applaudissements unanimes de l’assemblée »110. Nadine Farel a fait un choix délibéré de la régie, la préférant à une carrière d’interprète, et elle souhaiterait être suivie, dans une voie habituellement peu empruntée par des femmes, par des artistes que ne rebuteraient pas l’austérité et l’apparence moins brillante d’une carrière de régisseur. Avec Nadine Farel, sont admis Roger Bernard, du Théâtre du Vieux Colombier, Max de Guy, du Théâtre de l’Œuvre (qui sera régisseur général au Théâtre des Mathurins pendant la guerre).

  • 111 Elle rapporte en outre 5 000 francs à l’Association, ce qui est d’un bon apport, vu l’état des fina (...)
  • 112 Louis Triel est alors régisseur général des Folies-Bergère. Roger Vieuille, de son côté, fait parti (...)
  • 113 Article cité sans titre, ni date dans le Livre d’or.
  • 114 Le vœu de Jean-Jacques Brissac sera réalisé dix-sept ans plus tard, lors du deuxième Gala de Mogado (...)

77La Nuit du spectacle, organisée le 13 février 1937 aux Folies-Bergère, donne à l’Association et à ses sociétaires un certain éclat111. Chaque année, le Contrôle organisait un gala ; en 1937, ce groupement décide de demander à l’Association des administrateurs de théâtre de se joindre à lui. Hubert Génin, dont on connaît le rôle dans cette dernière association, propose d’admettre au comité d’organisation l’ART. En définitive, c’est l’ART, représentée par Louis Triel112 et Roger Vieuille, qui mène à bien une manifestation brillante qui n’est pas sans rappeler pour le faste la Nuit du Grand Palais, en 1925. La soirée s’honore de la présidence de Jean Zay et les étoiles du spectacle, Joséphine Baker, Victor Boucher, André Lefaur, Fernandel, Claude Dauphin, parmi bien d’autres, animent le gala, suivi d’un grand bal et d’attractions. Dans Paris-Midi, Jean-Jacques Brissac113 souligne ce qui représente pour lui la nouveauté dans l’organisation du spectacle et il manifeste un regret tout à la louange des régisseurs : « On aurait aimé cependant applaudir au cours de la “Nuit du spectacle” et dans son “numéro” quelque régisseur ancien artiste comme le sont beaucoup de ses confrères. Mais peut-être les organisateurs nous réservent-ils une surprise ? »114.

78L’année sera marquée, après les Noces d’argent qui avaient mis en lumière la fondation de l’ART, par la consécration de la Bibliothèque des mises en scène. La Bibliothèque s’enrichit régulièrement. Les rapports de Laurac font état du dépôt de seize mises en scène nouvelles en 1937, dont celles de La Fin du monde (Sacha Guitry) et de La Guerre de Troie n’aura pas lieu (Jean Giraudoux, Louis Jouvet) et de seize encore en 1938. Des dons variés, illustrations, mises en scène, collection des programmes du Théâtre-Libre (remise par Roger Vieuille) complètent pour un passé plus ou moins proche les collections. En 1938, paraît une thèse importante, La Mise en scène en France dans la première moitié du dix-neuvième siècle, dont l’auteur, Marie-Antoinette Allévy (Akakia-Viala), utilise pour la première fois de façon systématique les fonds anciens de la Bibliothèque. Parlant des livrets scéniques du XIXsiècle, elle précise :

  • 115 La thèse d’Akakia-Viala a été donnée à la Bibliothèque en 1939, comme le prouve le rapport de 1939. (...)

Nous nous devons de signaler que cette pratique, alors acquise, devait, de nos jours, trouver un prolongement dans la fondation de la « Bibliothèque de Mises en scène des Auteurs et Compositeurs dramatiques et lyriques » reconnue d’utilité publique par décret du 24 mars 1924. Nous ne saurions trop souligner l’immense intérêt qu’un organisme de ce genre présente pour l’histoire du théâtre. Nous avons trouvé nous-même d’utiles documents dans l’importante collection de livrets de mises en scène conservés dans les locaux de l’Amicale des Régisseurs de Théâtres français, 18 rue Laffitte à Paris, où se trouve abritée cette Bibliothèque, surtout connue par les gens de théâtre. Un accueil cordial et une charmante hospitalité y sont réservés aux chercheurs et une fondation de ce genre ne saurait mériter qu’éloges, encouragements, voire même extension115.

  • 116 Annuaire 1937, p. 23.

79Edmond Laurac annonce que l’exercice de 1936-1937 a vu le record des dons et des dépôts, et il établit le bilan de sept années de la Bibliothèque depuis la reprise en main par Félix Ducray comme suit : « Dépenses : 127 314,05 francs (copies, graphiques, reliures…), Recettes : 96 577,10 francs, Déficit : 30 736,95 francs »116.

  • 117 Albert Albertot est un des rares régisseurs à faire des dépôts réguliers de disques. Pourtant l’ART (...)

80Ce déficit, s’empresse-t-il d’ajouter, ne doit pas faire oublier que la Bibliothèque est « un capital où chaque ouvrage ne revient qu’à 7,70 francs, pas même le prix d’un vulgaire roman ». En 1938, sur l’initiative de Roger Vieuille, une Discothèque est adjointe à la Bibliothèque pour recueillir des disques de bruits, cloches, autos, sirènes, musiques, chants… enregistrés spécialement pour le bruitage, mais cette nouvelle section ne se développera pas, faute d’intérêt des régisseurs à l’enrichir et à l’utiliser117.

81À la veille de la guerre, la Bibliothèque remplit pleinement son rôle de dépositaire de la mise en scène et la documentation théâtrale qu’elle a jointe au cours des années à la collection qui fait sa spécificité lui permet de rendre les plus précieux services aux professionnels, aux amateurs et aux chercheurs, nettement moins nombreux à cette époque, qui la fréquentent, comme en témoigne la thèse d’Akakia-Viala.

  • 118 Les organisateurs se sont, bien sûr, posé la question de l’opportunité de cette Exposition : « On p (...)

82L’Exposition internationale des Arts et Techniques va couronner cet effort. On a assez exprimé le climat d’insécurité de cette grande manifestation, organisée sous l’égide d’un gouvernement de Front populaire, un an après le début de la guerre d’Espagne, dernier rassemblement pacifique avant un conflit effroyable et l’on a vu dans l’affrontement des pavillons de l’Allemagne nazie et de l’URSS la concrétisation des agressivités latentes118. Cette atmosphère générale n’enlève pas à l’Exposition son caractère d’urgence et sa finalité : « présenter l’universalité des connaissances humaines et de la production mondiale sous le seul angle des Arts et des Techniques ». Edmond Labbé définit exactement, dans le Rapport général, ce qui est inclus dans ce concept « arts et techniques » : « La conception de la Grèce antique qui, dans son mot de techné englobait à la fois l’Art et la Technique, celle des corporations du Moyen-âge qui ne connaissaient pas un artiste, mais un métier, ont prévalu à nouveau ».

  • 119 L’Exposition « Chefs d’œuvre de l’art français » se présente comme une rétrospective de cet art dep (...)
  • 120 « L’effort de notre pays dans ce domaine de l’art sera donc sans cesse affirmé par des animateurs i (...)

831937 complète 1925 en mettant en lumière la continuité de l’effort humain119. « Coïncidant avec le Tricentenaire du Discours de la Méthode elle a donné une place prépondérante à l’expression de la Pensée et de l’Art sous toutes leurs formes ». La recherche théâtrale est à l’honneur et, en conformité avec l’esprit général de l’Exposition, les Théâtres du Cartel sont chargés par Jean Zay, dont on connaît l’activité en faveur du théâtre, de présenter leurs meilleurs spectacles, un peu à la façon d’un livre d’or du théâtre français du vingtième siècle dans son premier tiers120, tandis que des compagnies jeunes, désintéressées, mais qui ont fait leurs preuves, Comédiens routiers de Léon Chancerel, Théophiliens de Gustave Cohen, Rideau gris de Marseille de Louis Ducreux et André Roussin, parmi d’autres groupes d’avant-garde, représentent le renouvellement du théâtre français à Paris et en province.

  • 121 Un juste hommage est rendu, une nouvelle fois, à Gémier et « à son effort pour élever le destin thé (...)
  • 122 Jean Helvet, régisseur général de la Michodière, est entré à l’ART en 1930.

84L’ART est présente à l’Exposition, ou plutôt sa Bibliothèque qui occupe un stand au Centre des Métiers, quai d’Orsay. L’Association est rattachée à la Classe 70, Décors et costumes de théâtre, dont le président est Raymond Cogniat et le secrétaire rapporteur Léon Chancerel, et la classe est elle-même reliée au Groupe XIII, Fêtes, Attractions, Cortèges, Sports121. Edmond Laurac et Jean Helvet122 ont été désignés par le Comité pour organiser le stand qui simule un panneau de la BMS, rue Laffitte, devant lequel on a disposé dans une vitrine quelques mises en scène contemporaines, d’Édouard Bourdet, d’Henry Bernstein, de Marcel Pagnol, de Sacha Guitry… La présence de la Bibliothèque à l’Exposition est sans doute liée à un événement qui lui est extérieur, l’organisation d’une manifestation internationale ; pourtant, elle est tout à fait conforme à l’esprit profond de la fondation qui était d’assurer la continuité de la création théâtrale, de relier la recherche à venir aux réalisations antérieures et il est très suggestif de rapprocher cette présentation d’une bibliothèque théâtrale à la présentation générale des bibliothèques, première manifestation de ce genre, dans le cadre du Groupe I, présidé par Paul Valéry. Julien Cain, administrateur de la Bibliothèque nationale, s’est vu confier la direction de la Classe II, Bibliothèques et manifestations littéraires et la présentation « Bibliothèques, organisation technique, outillage » : il informe le grand public sur le renouvellement de la science des bibliothèques. Le temps n’est pas loin, où la BMS s’affiliera à l’association qui regroupe bibliothécaires et bibliothèques du monde entier, la Fédération internationale des associations de bibliothécaires et de bibliothèques, plus précisément à sa section des Arts du spectacle, devenue par la suite Association Internationale à part entière.

  • 123 Charles Quinel, « Une idée des régisseurs de théâtre », Le Populaire, 6 mars 1939. L’information es (...)
  • 124 Émile Vuillermoz, « L’Envers du décor », L’Illustration, 26 janvier 1939. L’Annuaire 1939, p. 10, m (...)
  • 125 Samson et Dalila, opéra en 3 actes et 4 tableaux, musique de Camille Saint-Saëns, livret de Ferdina (...)

85Le stand est inauguré, trop tard, selon les termes mêmes de Georges Deyrens, mais quelques articles dans la presse de 1939 prouvent bien que la BMS n’est pas passée inaperçue. Dans Le Populaire, Charles Quinel se réjouit de voir se combler une lacune : « Jusqu’à présent les traditions se perpétuaient de régisseur en régisseur, sans la moindre documentation »123. Et liant l’intérêt d’une semblable bibliothèque à la vie professionnelle, non à la recherche esthétique ou historique, il parle des amateurs qui pourront grâce à elle devenir de petits Dullin, Copeau ou Baty. Émile Vuillermoz donne dans l’Illustration124 un article informateur sur cette institution qui permettra enfin « de faire respecter les intentions d’un auteur et de son metteur en scène lorsqu’un ouvrage est repris en province ou à l’étranger longtemps après sa création ». Émile Vuillermoz présente avec précision ce que peut espérer trouver à la BMS un professionnel, auteur, directeur, metteur en scène et deux photographies de la mise en scène de Samson et Dalila125 éclairent son propos. Une autre photographie, celle-ci d’un panneau de la BMS, invite à la découverte de documents uniques dans un cadre agréable, et elle constitue un témoignage précieux sur un lieu disparu.

Nous n’avons pas besoin de souligner l’intérêt artistique et pratique d’une telle fondation, écrit Vuillermoz, mais nous n’avons pas cru inutile d’attirer l’attention du public sur la subtilité et la complexité de l’envers du théâtre. En connaissant mieux le labeur obscur, mais décisif, des techniciens de la mise en scène, les spectateurs leur seront plus reconnaissants de toute la peine qu’ils prennent pour leur plaire, les divertir ou les émouvoir.

  • 126 Laffray, « Une organisation pour le film français. La Bibliothèque du théâtre et du film », La Grif (...)

86L’article fait allusion à l’ouverture de l’ART, « aux metteurs en scène et assistants de cinéma, dont les besoins techniques sont encore plus vastes et plus considérables que ceux de leurs camarades du plateau », et cette information est reprise et développée par Laffray126, qui cite d’ailleurs Deyrens : « Ceux-ci [metteurs en scène et assistants de cinéma] pourront puiser là les documents les plus précieux et les enseignements les plus précieux ». Est-ce une invitation adressée aux gens de cinéma ou la constatation d’une fréquentation de la Bibliothèque par eux ? Sans doute un peu des deux. Outre une information indispensable pour des scénarios originaux, on trouve à la BMS des documents essentiels pour nombre de succès de théâtre passés à l’écran, et Georges Deyrens, de par ses fonctions, est mieux placé que quiconque pour connaître le prix des renseignements ainsi fournis par la Bibliothèque. La Bibliothèque se fait progressivement apprécier d’un public divers. Raison d’être de l’Association, son intérêt n’échappe plus à l’extérieur. Pourtant, dans son rapport de 1939, Edmond Laurac se plaint de la négligence de bien des régisseurs qui oublient les plantations dans les mises en scène qu’ils déposent, rendant par là plus difficile l’utilisation pratique des documents. En constatant, avec satisfaction, le bénéfice de la BMS pour l’exercice 1938-1939 (2 597,20 francs), Roger Vieuille considère que c’est là « la meilleure réponse à ses détracteurs [de la bibliothèque] qui proclamaient, il n’y a pas encore très longtemps :

  • 127 Annuaire 1939, p. 14.

Qu’il fallait la supprimer parce qu’elle ne sert à rien… Je dirai donc à ceux qui affirment l’inutilité de notre Bibliothèque qu’ils me rappellent le couplet célèbre : « Il y a des gens qui se disent espagnols et qui ne sont pas du tout espagnols ». Il doit y avoir aussi des gens qui se disent régisseurs et qui ne sont pas du tout régisseurs127.

87Et comme on peut s’y attendre, ceux qui contribuent le moins au bien commun sont les plus exigeants.

2.4. La Guerre : dispersion et premières mesures

  • 128 Annuaire 1939, p. 19. De par sa date de « fabrication », cet annuaire se trouve être le dernier ann (...)
  • 129 Annuaire 1939, p. 17. Mademoiselle Ducoin réalise une sérieuse économie pour l’annuaire en dépensan (...)
  • 130 Roger Rogelys, de la Comédie-Française, est à l’ART depuis 1932. Georges-Stéphane-Édouard Nicol, né (...)

88Le 3 septembre 1939, la guerre éclate et, du jour au lendemain comme en 1914, les membres du Comité se trouvent dispersés, les uns mobilisés, les autres éloignés de la capitale. Georges Deyrens, qui voit finir son premier mandat à l’assemblée générale, accepte, dans ces conditions troublées128, de se faire réélire. La copie de l’Annuaire, donnée à l’imprimeur au moment de l’entrée en guerre, doit lui être reprise, et le premier annuaire de guerre sera entièrement tapé à la machine, ronéotypé et relié par les soins de Mademoiselle Ducoin129. Un colis est envoyé aux mobilisés, parmi lesquels on mentionne Rogelys, Georges Nicol, Jean Helvet, René Dalton130. Après une année financièrement meilleure pour l’ART, la guerre impose brutalement des restrictions : économies draconiennes réalisées grâce à Mademoiselle Ducoin, appel à la solidarité devant la diminution catastrophique des recettes et, là encore, Mademoiselle Ducoin donne l’exemple, comme on le verra plus loin.

  • 131 Annuaire 1939, p. 26. Un unique annuaire, rédigé à la fin des hostilités, donne des renseignements (...)

89L’annuaire de 1939 publie deux avis encadrés131 où nous ressentons l’atmosphère des journées de 1914 :

ATTENTION ! Pendant les hostilités, les Bureaux ne sont ouverts que les mardis, jeudis, samedis de 10h30 à midi.

Les Sociétaires sont tenus de nous faire connaître leur changement d’adresse et leur fonction actuelle.

90Ces deux avis seront reproduits dans une circulaire en date du 20 septembre 1939, demandant en outre que tous renseignements concernant les régisseurs mobilisés soient envoyés rue Laffitte afin que l’ART puisse aider efficacement chacun et assurer le paiement régulier des pensions. La circulaire obtient le résultat escompté et l’ART peut agir. À Noël, un colis est envoyé et à Pâques 1940, un mandat.

91La mobilisation générale et la proclamation de l’état de siège suspendent le mouvement habituel de la vie. Le théâtre connaît la fermeture inévitable des temps troublés, mais dès son numéro du 3 septembre 1939, Le Cri de Paris titre « Théâtre pas mort » : « La guerre interrompt nos échanges spirituels et trouble nos recherches artistiques au moment même où le théâtre pensait trouver sa voie ». Et le mythe du « théâtre nouveau » ressurgit : « Un certain théâtre disparaît qui laisse la voie à tous les espoirs ».

92Dès le 17 septembre, Le Cri réclame la réouverture des établissements du spectacle pour des raisons humanitaires et pour le moral du pays :

Chaque théâtre occupe un personnel important de machinistes âgés, de femmes d’acteurs réformés pour cause de santé précaire. Il faut qu’ils vivent. D’ailleurs, les distractions maintiennent le moral des civils. Il importe aussi de divertir les permissionnaires, quand ils viendront passer quelques jours à l’arrière.

93Le 24 septembre, la Comédie-Française donne une matinée littéraire, et le Concert Mayol rouvre vers la même date : « brillante manifestation du sous-esprit parisien », note Le Cri, mais il ajoute qu’il s’agit de faire vivre cent cinquante personnes. Mis à part les représentations du Théâtre aux armées, il faudra attendre la fin décembre pour que la vie normale ait repris, à Paris, du moins, car en province, la situation semble catastrophique.

94À l’Assemblée générale du 27 mai 1940, l’ART constate qu’elle vit, mais au prix de mesures héroïques. Bien des frais ont été supprimés : nettoyage des locaux, appointements de l’expert-comptable de Pigier, mobilisé, appointements de Mademoiselle Ducoin qui assure néanmoins la permanence de la rue Laffitte contre le seul remboursement de ses déplacements. En revanche, l’ART assure le paiement des pensions de soixante-quinze sociétaires et de quinze veuves.

95L’évacuation des archives de la BMS, qui avait été envisagée, ne peut être réalisée en raison de la précipitation des événements et de la précarité des transports. Tout est mis sous clé, sur place. La drôle de guerre se termine et l’occupation allemande donne à ces années de guerre une atmosphère qui n’a plus rien de commun avec le premier conflit mondial. Le Comité, réuni le 22 juillet, prend immédiatement les mesures qui lui semblent s’accorder avec l’ordre nouveau :

Cette réunion qui devait être la 30e assemblée générale s’est transformée en « Comité d’informations » en raison de l’interdiction par l’occupant des assemblées générales. Une autorisation aurait pu être demandée, mais aurait supposé une enquête préalable. Pour cette raison, on a préféré s’en tenir à la formule du Comité d’informations. Ce « camouflage » aura d’autant moins d’inconvénient que beaucoup de régisseurs sont en ce moment en zone libre. Le petit nombre qui découle de cette situation fait qu’il ne pourra être pris aucune décision importante.

  • 132 Marc-Roland, Cahier Rouge, p. 42.

96L’allocution de Georges Deyrens exprime assez clairement la situation pour qu’il soit indispensable d’y revenir. Marc-Roland, dans son Cahier rouge, donne les résultats de ce « camouflage » : « Ce qui fait qu’aucune visite ni enquête ne s’est produite pendant toute l’occupation, malgré les inquisitions qu’ils pratiquaient avec toutes les associations »132. Georges Deyrens donne lecture d’une note qu’il a fait passer dans la presse pour annoncer la reprise des services de l’ART :

  • 133 Le Livre d’or, fait mention des entretiens parus dans la presse à l’occasion du Comité d’informatio (...)

L’Association des régisseurs de théâtre, qui n’a jamais cessé ses activités, reprend sa permanence, 16 rue Laffitte (9e). Les directeurs, auteurs et metteurs en scène peuvent s’y adresser tous les jours de 10 heures à midi et de 14h30 à 17 heures pour tout ce qui concerne la bibliothèque des mises en scène. Salle pour répétitions133.

  • 134 L’Annuaire 1940-1945 transcrit une lettre adressée à Georges Deyrens, le 7 septembre 1945, qui rens (...)

97Grâce à l’ombre relative dans laquelle elle a choisi de vivre les années d’occupation, l’Association va passer aussi bien que possible le cap d’une période difficile, aidant efficacement à l’occasion ses membres ou des personnes extérieures à l’ART134. Elle aura sauvé l’essentiel pendant la guerre, mais en 1945, la vie du théâtre se trouve profondément transformée et pour l’Association, comme pour les sociétaires, l’après-guerre ne va pas aller sans changements, parfois douloureux.

Notes

1 À l’assemblée générale de 1930 (Annuaire 1930, p. 29), on signale ainsi « le nom des camarades ayant abandonné tout ou partie de leur épargne volontaire » et nous pouvons énumérer : Roger Debrenne (1500), René Debrenne (1200), Félix Ducray (216), Fréjol (200), Henriot (200), Viard (193,25), Réchencq (187,50), Pazzi-Préval (150), Lévin (150), Champagne (150), Moret (150), Laurac (100), Triel (100), Roland (100), Dupuis (75), Chéreau (70), Norel (50), Mercier (50), Mesmacker (50), Thuet (50), Dulac (20), ce qui fait pour cette date la somme de 5 086,75 francs. D’autres dons viendront diminuer la dette de l’ART.

2 Annuaire 1930, p. 15.

3 Annuaire 1930, p. 18.

4 Blondhin fait part de l’état de la Fédération des associations du spectacle, qui regroupe à la date de l’assemblée seize associations, et du bon fonctionnement du Dispensaire. Maurice Chevalier, dont le Dispensaire porte le nom, a envoyé 220 000 francs, en plusieurs fois, entre janvier et fin avril 1930. Il continuera à le soutenir de son mieux.

5 Les inondations catastrophiques de la Garonne en 1930 entraînèrent un vaste mouvement de solidarité qui se traduisit par une souscription nationale.

6 Annuaire 1930, p. 10-15.

7 Cette institution ne couvre que Paris et la Seine. Voir l’article de Pierre Grunebaum-Ballin, « Le Service public de placement des artistes », Bulletin de l’Union des artistes, avril 1926, p. 1-3. L’article donne l’organisation du Service et la composition du Bureau paritaire (on retrouve évidemment le nom d’Hubert Génin), Grunebaum-Ballin rappelle par quels mots Justin Godard, ministre du Travail, l’avait inauguré en 1924 : « Les artistes commencent à entrevoir le moment où prendra fin le régime d’exception auquel ils sont encore soumis, où ils cesseront d’être les seuls à l’égard desquels il est encore licite et légal de trafiquer du travail humain aux dépens du travailleur même ». Si l’on en croit Chesnais, op.cit., le moment n’était pas tout proche.

8 Les statuts de 1930 n’indiquent plus que deux catégories de droit d’admission, vingt-cinq francs pour les sociétaires de 28 à 40 ans, cinquante au-delà.

9 Roger Dubois dit Debrenne, né aux alentours de 1875, est le frère de René Debrenne. Il a été régisseur général, directeur, administrateur de tournée (en Amérique avec Coquelin, en 1924 ; avec Henri Rollan, Vera Sergine et leur compagnie, en 1929). Il se fixe au théâtre du Palais-Royal de 1931 à sa mort en 1934. Il est entré à l’Association en 1916 et fait partie du Comité à partir de 1925.

10 « La vie corporative. Chez les régisseurs de théâtre », Comœdia, 13 mai 1930. Rappelons que Félix Ducray est le directeur de la scène du Gymnase. L’article émane sans aucun doute d’Hubert Génin ainsi que la plupart de ces petits articles parus dans des quotidiens, Paris-Presse, L’Intransigeant, Paris-Midi. Le Livre d’or, commencé en 1930, donc sous l’initiative de Ducray, les recueille.

11 « Une bonne initiative : les Régisseurs viennent de fonder la Bibliothèque des mises en scène », Comœdia, 23 octobre 1930, sans mention d’auteur. On remarquera que l’auteur de l’article se trompe sur le fait de la fondation.

12 Louis Anthoine, « Le sentiment du public », Comœdia, 13 mai 1932.

13 Gabriel Boissy, « Est-il opportun d’entreprendre pour la conquête de l’égalité fiscale une nouvelle offensive du spectacle ? », Comœdia, 5 mai 1932.

14 Charles Dullin, « Causerie radiophonique », novembre 1946, cité dans son ouvrage Ce sont les dieux qu’il nous faut, Paris, Gallimard, 1969, p. 239.

15 Selon le vœu de René Alexandre, le portrait d’un membre de l’ART doit orner cette salle. Le Comité porte son choix sur Paul Jorge, mort en 1928 (ou début 1929) à l’âge de soixante-dix-neuf ans. Voir sa nécrologie dans l’Annuaire de l’Association des artistes dramatiques, 1929, p. 61. Plusieurs membres de l’Association des artistes parlent de lui tel Coquelin : « Ne suffisait-il pas de le voir, d’admirer sous cette couronne neigeuse de merveilleux cheveux d’argent, les yeux à la fois si pénétrants et si doux, cette expression de physionomie spirituelle, si bienveillante et si fine, pour deviner aussitôt les trésors d’indulgence, d’infinie bonté et de haute droiture qui nous le faisaient tout ensemble honorer, aimer, et respecter comme il méritait de l’être ». Et, Hubert Génin qui n’a pu assister à ses derniers moments, désire garder l’image du comédien : « J’ai voulu, comme les centaines de milliers de spectateurs qui ont applaudi et admiré Monseigneur Mériel, conserver avec eux, intacte, l’image de cette physionomie si paternellement touchante qui faisait dire aux gens sortant des cinémas : “Ah ! Ce bon papa Paul-Jorge, quelle belle tête de brave homme !” ». Paul-Jorge était un ancien combattant de la guerre de 1870.

16 Hiver 1932, Harry Baur apprenant cet envoi confie 500 francs à l’ART pour des manteaux pour les hommes. L’Annuaire énumère bien d’autres dons, ainsi une somme de 200 francs est allouée à l’œuvre des enfants d’artistes présidée par Gabrielle Robinne, femme de René Alexandre. Le rapporteur conclut : « Comme vous le voyez, nous avons notre petit budget de charité », Annuaire 1932.

17 Jacques Emmanuel Clot, né à Grenoble en 1862, a débuté en 1883 au théâtre des Menus Plaisirs, futur Théâtre Antoine. Ses débuts de régisseur, à Versailles, datent de 1886. Aux Bouffes du Nord, il cumule les emplois de jeune premier comique et de baryton d’opérette. Il passe ensuite dans divers théâtres de Paris, avant de devenir co-directeur, en 1897, avec Dublay, des Bouffes du Nord. Il y reste jusqu’en 1914. Après la guerre, Emmanuel Clot se retrouve au Théâtre Michel comme régisseur. Il est au Comité de l’ART depuis 1930 (il était entré dans l’Association trois ans auparavant). De 1931 à 1933, année de sa mort, il assume la charge de secrétaire général. Outre ses divers emplois, Emmanuel Clot a été auteur dramatique.

18 Cette épargne représentait 48 000 francs que les sociétaires ont diminués par leurs dons de 11 600 francs. Il restait donc à l’Association une charge moins lourde. Ducray insiste sur le fait que, légalement, l’Association n’était nullement tenue à ces remboursements, mais qu’elle a choisi de les assurer par souci de justice envers les régisseurs qui lui avaient prouvé sa confiance. On ne peut énumérer tous les dons que, selon la coutume, l’ART mentionne fidèlement, mais il faudrait signaler les noms de Mary Marquet, Gaby Morlay, Sacha Guitry et de tant d’autres. Un annuaire précise qu’à côté de généreux artistes, certains qui viennent de gagner 10 000 francs dans une soirée en donnent 10 pour les orphelins de l’ART.

19 Annuaire 1930, p. 19, allocution de Félix Ducray.

20 « Comme pour le reste, on nous avait bourré le crâne au sujet de la BMS » constate Laurac.

21 Madame Deverini, nouvel agent général de l’Association, les seconde. Edmond Mofsi, dit Laurac, né à Marseille en 1885, a débuté dans sa ville natale en 1902. De 1905 à 1909, il joue aux Variétés de Marseille et monte à Paris en 1910. Jusqu’en 1914, on le voit à Déjazet, à l’Odéon (d’où son expérience de la Bibliothèque de l’Odéon), aux Capucines, tantôt régisseur de scène, tantôt artiste. Mobilisé en 1914, il est réformé en 1915. De 1916 à 1920, il est régisseur à la Scala, puis régisseur général à Fémina, et il entre en 1930 au Studio des Champs-Élysées. Il est au Comité de l’ART depuis 1917.

22 Lucien-Émile Humbert-Droz dit Lucien Gaget, né à Paris en 1884, est un tourneur. Il entre cependant au Châtelet en 1914 et il y gagne « tous ses grades de régisseur », avant de reprendre les tournées. Il est membre de la Commission de la Bibliothèque et de la Commission d’admission depuis 1923.

23 La pièce est connue par son titre et demandée par le titre. Celui-ci constitue un élément d’identification jugé suffisant dans l’actualité dramatique, ce qui explique l’oubli relativement fréquent du nom de l’auteur qui rend l’attribution parfois malaisée, car les titres sont plus répétitifs qu’on n’imagine.

24 Ces éléments seront examinés dans la seconde partie.

25 Une même cote peut être attribuée à une mise en scène dramatique ou lyrique, la pièce de titre déterminant le classement en rayons. Pour les fichiers, ce catalogage pose un petit problème.

26 La brochure se distingue du relevé par le fait qu’il s’agit de la pièce, parfois assortie d’annotations, et non de la mise en scène relevée proprement dite.

27 Annuaire 1930, p. 22. De même pour la citation suivante.

28 Des notes ont été établies pour ces différents régisseurs, sauf pour trois : Georges Schuller dit Saulieu, né à Clichy en 1878, a fait ses débuts à la Renaissance, direction Cora Laparcerie, puis a suivi sa directrice dans ses tournées en Amérique du Sud. Il participe ensuite à de nombreuses tournées, auprès de Francen, de G. Colin, de Régina Badet, Clara Tambour, Madame Rasimi, etc. Après quoi il redevient régisseur de Cora Laparcerie. Il effectue des tournées en province. Entré à l’ART en 1926, il est nommé à la Commission de la Bibliothèque et à la Commission de contrôle en 1930. Édouard Hamel, dit Ramel, né à Paris en 1888, débute au Café-Concert dès 1908. En 1914, il est mobilisé et en 1915, blessé et évacué du front, il se reconvertit en infirmier brancardier jusqu’à sa réforme en 1917. Il entre au Théâtre des Arts puis suit les Tournées Moreau, devient régisseur, entre à la Gaîté-Rochechouart et repart en tournée avec Baret. Entré à l’ART en 1924, il est à la Commission de la Bibliothèque en 1930, mais dès l’année suivante, on perd sa trace dans les annuaires. Roger Vieuille est, lui, entré l’année même à l’ART. Il est attaché aux Spectacles Louis Verneuil.

29 Comœdia, mai et octobre 1930. Les citations sont extraites de ces deux articles. D’autres périodiques donnent une information semblable, plus ou moins développée, mais Comœdia reste la référence pour ce type d’information.

30 Annuaire 1931, p. 17.

31 Le Catalogue général, pour l’année 1934, mise à jour datant probablement de la période de l’assemblée générale, puisque ce Catalogue fait en quelque sorte partie des pièces justificatives fournies aux sociétaires, est le dernier en date de la présidence Ducray. On note sur la page de couverture (et de titre) : « Bibliothèque de mises en scène dramatiques et lyriques, patronnée par la Société des auteurs et compositeurs dramatiques, subventionnée par la Société des auteurs et compositeurs dramatiques et par la Société des auteurs, éditeurs et compositeurs de musique… ».

32 Annuaire 1931, p. 8.

33 Ce souci se marque à plusieurs reprises. Ainsi dans le rapport de Laurac, Annuaire 1934, p. 21 : « La valeur technique du Régisseur, Membre de notre Association, sera donc augmentée, car à cette époque où l’emploi du régisseur tend hélas à disparaître, nous avons, je crois, tout intérêt à essayer de nous faire apprécier de nos Directeurs et à ce que le titre de Membre de l’Amicale soit enfin une référence ».

34 Annuaire 1931, p. 18. En 1929, la BMS encaisse 1 870 francs, en 1930, 8 000 francs et en 1931, 10 200 francs.

35 Cet enrichissement des collections de l’ART ne provient pas uniquement des seuls dons et dépôts des sociétaires. En 1931, parmi les dons importants dus à des personnes étrangères à l’Association, on trouve ceux d’Albert Brasseur ou de Camoin, ex-directeur du Grand Théâtre de Rouen.

36 Voir le chapitre précédent et la partie sur la Mise en scène. Le terme « appropriation » des mises en scène a été choisi par nous pour distinguer le dépôt des mises en scène de la notion de fond de « propriété des mises en scène » qui ne recouvre pas du tout le même domaine, ce que l’on peut vérifier par les démarches accomplies par les metteurs en scène jusqu’à sa reconnaissance.

37 On reconnaît bien le disciple de Gaston Baty dans ces propos tenus par Gabriel Vierge aux Entretiens d’Arras, 1956, p. 121 : « Je vais aller très loin, et peut-être vous faire pousser des cris : à mon sens, et du point de vue purement théâtral et spectaculaire, la pièce n’est qu’un prétexte… ».

38 La SACEM avait supprimé, après les récents événements survenus dans l’Association, la subvention inaugurée sous la présidence Paul-Edmond, preuve nouvelle du discrédit jeté sur la Bibliothèque comme sur l’Association. On comprend mieux, par l’attitude des deux Sociétés d’auteurs, que Baty n’ait pas proposé la BMS pour le dépôt des mises en scène dans le cadre de la SUDT.

39 Annuaire 1932, p. 20. Le Catalogue de 1934 fait mention de Dicky et de Coiffeur pour dames, mais non de la troisième pièce citée. La Bibliothèque conserve néanmoins les trois mises en scène. Dicky, comédie en 3 actes et 4 tableaux par Paul Armont, Marcel Gerbidon et Manoussi, Nouveautés, 6 mai 1922. Coiffeur pour dames, comédie en 3 actes et 6 tableaux, par Paul Armont et Marcel Gerbidon, Édouard VII, 17 janvier 1929. Chaque mise en scène porte la mention « Don de l’auteur ».

40 Annuaire 1933, p. 15. La lettre est datée du 4 novembre 1932 : « Je suis particulièrement heureux de vous annoncer que, malgré la crise que nous subissons actuellement et qui oblige, hélas, tous les groupements professionnels à réduire les subventions qu’ils versaient en période plus florissante, notre Commission dans sa séance de ce matin a porté de huit cents à mille francs (1 000 francs) la subvention qu’elle accorde à votre sympathique amicale. Il ne vous échappera pas qu’elle entend par là vous manifester l’intérêt qu’elle porte à vos efforts et combien elle apprécie les heureux résultats obtenus ».

41 Annuaire 1934, p. 23. La différence entre ce nombre de mises en scène et celui cité plus haut pour 1932 tient à la nature du comptage. En 1932, on énumérait les volumes, ici les titres.

42 Annuaire 1934, p. 14.

43 Entré à l’ART en 1927, Gadry devient membre de la Commission de la Bibliothèque à la suite de cette intervention, car on l’a pris au mot.

44 Annuaire 1934, p. 17.

45 Ainsi Édouard Ramel emprunte, sans doute pour une tournée, la mise en scène de La Présidente (pièce en 3 actes de Maurice Hennequin et Pierre Véber, Palais-Royal, novembre 1912). Le Livre de prêts signale à cette occasion : « avec 1 feuille accessoires – 1 feuille plantation ». La mise en scène, empruntée le 3 mars 1930, est rendue rapidement, le 19 mars.

46 En fait, certaines mises en scène sortent et parfois ne reprennent pas leur place sur les rayons de la Bibliothèque, comme la mise en scène de Maya par Gaston Baty.

47 Le Théâtre Pigalle, édifié de 1925 à 1929 par Henri de Rothschild et par son fils Philippe à l’emplacement de l’ancien hôtel Scribe, a été malheureusement démoli après la guerre. C’était une merveille technique et il défraya la chronique. Il fut inauguré par un spectacle de Sacha Guitry, retenu parmi d’autres projets par Antoine, Histoires de France, mais Antoine, ami d’Henri de Rothschild, ne s’entendit pas avec Philippe de Rothschild, et refusa la direction artistique qu’il avait acceptée pour cinq ans. À sa suite, les animateurs du Cartel y feront un passage sans lendemain. Sa perfection même faisait de ce théâtre une salle, sinon inutilisable, du moins sous-utilisée et par là peu rentable. Sous la présidence de Georges Deyrens, deux autres visites de théâtres seront organisées pour les régisseurs : celle de la Comédie-Française sous la direction de Charles Berteaux et celle de l’Opéra sous celle de Pierre Chéreau et de l’architecte Marrast.

48 Comœdia passe un article à ce sujet, « Les Régisseurs de nos théâtres veulent apprendre l’anglais », 26 novembre 1931 et l’Intransigeant fait passer une annonce le 30 novembre de la même année.

49 Sous la présidence de Georges Deyrens, premier mandat, on enregistrera des chiffres analogues à ceux de 1933-1934 ; 9 en 1935, 7 en 1938 et en 1939. En revanche, le temps du Front populaire correspond à un recrutement renforcé : 18 en 1936 et 16 en 1937. En 1940, aucune admission n’est relevée. À titre d’information, précisons que pour la période de la guerre, on compte 29 admissions.

50 Lors d’une assemblée précédente, Félix Ducray s’était plaint que les régisseurs ne vinssent plus nombreux, comme du temps de Paul-Edmond, aux réunions mensuelles. En fait, la désaffection qui suit les événements était largement liée à la crise de l’ART et le redressement opéré par Ducray n’avait pas dissipé totalement le malaise. En outre, le caractère du président, nous sommes autorisée à le penser d’après ses propres dires, n’aplanissait peut-être pas toutes les difficultés.

51 Annuaire 1934, p. 15.

52 Annuaire 1934, p. 27.

53 « L’association des régisseurs de théâtres », Comœdia, 10 mai 1934, annonce l’élection de Deyrens.

54 Coriolan, ou La Tragédie de Coriolan, pièce en trois parties, traduite librement du texte de Shakespeare par René-Louis Piachaud, Comédie-Française, 9 décembre 1933 (reprise au Grand Théâtre de Lausanne, 1er novembre 1934). L’ART possède une conduite sur brochure avec quelques croquis datant de 1934. « Coriolan pièce fasciste ? » se demandera Bernard Dort lors de la reprise dans les années 50. Émile Fabre sera démis de ses fonctions, honorablement, par Jean Zay en faveur de Bourdet.

55 Gabriel Boissy, « Une incroyable nouvelle : Osera-t-on révoquer Émile Fabre pour caser M. Georges Thoné dépossédé de la Sûreté générale ? », Comœdia, 4 février 1934. Voir également les articles des jours suivants.

56 « Les théâtres subventionnés ont fermé hier soir en signe de deuil », Comœdia, 8 février 1934.

57 « Une émouvante manifestation à la Comédie-Française en faveur d’Émile Fabre », Comœdia, 9 février 1934. René Alexandre sera obligé de se démettre de ses fonctions aux Comédiens combattants, en raison de son origine juive, au début de la guerre.

58 Commencé début février, la grève se poursuit courant mai et Comœdia note que les théâtres édifiés à proximité d’une bouche de métro se trouvent particulièrement favorisés.

59 Henri-René Lenormand, Edmond Fleg… prennent part à cette inauguration dont Comœdia fait l’annonce le 9 mai. Comœdia fait mention de la querelle autour de l’édition française « pirate » de Mein Kampf (dont Hitler, pour des raisons évidentes, ne tient pas à divulguer la teneur en français), par Fernand Sorlot, aux Nouvelles éditions latines. Peut-on traduire sans autorisation l’œuvre d’un écrivain ? Les paroles et les écrits publics d’un homme public sont-ils de la littérature ou des informations du domaine public ?

60 « Réunion du Bureau fédéral 2-7 février 1934 », Le Spectacle, février-mars 1934. Rapport Bareyre.

61 Il s’agit du syndicat CGT, affilié à la Fédération du spectacle. On verra qu’il va se créer un autre syndicat, sans lien avec la CGT.

62 On vient de créer à Paris un fonds de chômage municipal, mais les gens du spectacle éprouvent les mêmes difficultés qu’en 1914, en tant que personnel intermittent, pour se faire inscrire. Jean Taverne analyse la situation dans son article « L’Organisation du chômage dans le spectacle », Le Spectacle, juillet 1934. Une caisse de chômage des arts dramatiques et des musiciens fondée sous l’instigation d’Albert Dalimier fonctionne avec les plus grands embarras.

63 Décret présidentiel pour changement de titre, signé par Albert Lebrun, en date du 13 novembre 1935 ; les nouveaux statuts sont présentés le jour même. C’est une question mineure qui avait retardé le dépôt des statuts, déjà assortis de l’avis favorable du Préfet de la Seine et du Ministre de l’Éducation nationale : les actions de l’Association étaient au porteur, alors que les textes stipulaient qu’elles devaient être nominatives. Le changement est effectué sur les recommandations de Maître Aujol. Les nouveaux statuts sont présentés à l’assemblée de 1935.

64 Précisons qu’en 1956, un changement intervient : Association des directeurs de scène et régisseurs de théâtre de France (le titre est même illustré par un petit carton que l’Association fait faire à cette occasion et qui représente un livre sur lequel évolue un couple de théâtre), mais le titre n’a pas vraiment cours et à ce moment, c’est le sigle conservé ART qui semble devoir caractériser l’Association. Le texte du règlement intérieur manque, qui préciserait sans doute certains points. Faut-il rappeler que 1935 est l’année de la démission de Jouvet ? Ce dernier a attendu le relèvement de l’Association pour partir. Son départ est un signe de la technicité croissante du métier de régisseur, dont il dépasse de plus en plus les limites.

65 « Le sociétaire doit la cotisation de l’année entière où il est admis, les immatriculations partent du 1er janvier de l’année courante » (article 4). « Une allocation de retraite, fixée chaque année par le Comité, est accordée à tous les membres actifs, ayant accompli un minimum de 20 ans de sociétariat » (article 32). L’article 33 précise que la réversibilité de la pension sur la veuve ne joue qu’à partir de la 55e année révolue et l’article 36 prévoit que désormais les allocations seront payées à terme échu, sans effet rétroactif, et non plus trimestriellement et d’avance. Le système ne se met pas en place la première année. Pour les réunions de la commission de contrôle, l’article concerné est l’article 20.

66 Eugène-Louis-Baptiste Pazzi, dit Pazzi-Préval, né à Alger en 1888, débute dans cette ville en 1905 comme jeune premier et entame une carrière de régisseur l’année suivante à Valenciennes. Il poursuit dans cette voie en suivant la Tournée Chartier, 1907, au Théâtre Grévin, 1910, au Pavillon de Flore de Liège, et chez Baret, 1913. En 1914, il est mobilisé, puis réformé. Après la guerre, il retourne chez Baret. Entré à l’ART en 1914, il est membre du Comité depuis 1926, pour la Journée des artistes. Toujours dans les tournées, il se rend au Canada, avant de se fixer au Théâtre de Paris.

67 On signale cependant une diminution des frais sur les copies de relevés (5 copies de mises en scène de 3 actes et 3 décors coûtaient 316 francs en 1934 et ne valent plus que 115 francs en 1935, – il n’est pas dit pour quelle raison –) et sur l’établissement des plans.

68 Les appointements de Madame Deverini.

69 L’ART verse alors soixante-dix pensions.

70 Les citations sont empruntées au Rapport moral de Lucien Gaget, Annuaire 1935. Parmi les dons, celui-ci : « Madame Monnier-Dargeville qui vit petitement dans une maison de retraite d’Auteuil et qui, fidèlement chaque année, prend sur ses petites économies pour envoyer 20 francs à nos orphelins en souvenir de son cher époux disparu. N’est-ce pas touchant ? ».

71 Il est décidé, entre autres, que l’envoi des mises en scène sera pris en charge par les intéressés.

72 Annuaire 1935, p. 28. L’annuaire de l’Association des artistes dramatiques, de publication un peu sévère pendant longtemps, était devenu de genre « un peu chic » en adoptant une couverture illustrée.

73 Georges-André Camus, dit Georges Scey, né à Paris en 1876, a suivi la classe de Paul Mounet au Conservatoire, puis fait sa carrière au Vaudeville, aux Capucines, au Palais-Royal, aux Fantaisies parisiennes. Dans ce dernier théâtre, il fait ses débuts de metteur en scène. Après avoir assuré la direction artistique de plusieurs stations balnéaires, il devient régisseur général, puis directeur de la scène à l’Odéon. Il devient administrateur des Tournées Montcharmont, puis on le retrouve au Casino des Fleurs, à Vichy. Il est membre de l’ART depuis 1921 et entre au Comité en 1936. Raymond Léonce, régisseur au Trianon lyrique, entre à l’ART en 1932 (nous avons peu de renseignements sur ce qui a précédé cette entrée). Il fait partie de la Commission de la Bibliothèque en 1935 et devient rapporteur de la Commission d’admission en 1936. Au moment de son admission dans l’Association, il était régisseur au Trianon-Lyrique. En 1935, il est attaché à la Gaîté-Lyrique.

74 Pierre Barlatier, « Vers la grève des spectacles. Présidents de groupes et directeurs affirment leur solidarité », Comœdia, 15 janvier 1936. L’auteur de l’article recueille les réponses des présidents de groupes et des directeurs jusqu’au 4 février. Hubert Génin analyse la situation bien plus dramatique en province qu’à Paris, car « aux taxes d’État, viennent s’ajouter des taxes municipales et l’exploitation en elle-même est très difficile ». Gaston Baty : « Le Théâtre Montparnasse fermera comme les autres… bien que je considère qu’il est absolument insensé d’attendre quoi que ce soit de l’administration ou de la Ville de Paris. L’une et l’autre ont en effet prouvé dans trop de circonstances leur volonté de ne s’intéresser à l’art que dans la mesure où l’art sert de couverture à quelques combines. René Rocher s’en prend aux directeurs affairistes. Lucien Beer propose la poursuite de l’activité théâtrale et le non-paiement pur et simple de la taxe des pauvres : “Pourquoi nous mettrions-nous en grève, nous privant ainsi plusieurs jours durant de recettes et réduisant tout un personnel important au chômage ? Croyez-vous qu’on emploiera alors contre le spectacle tout entier et dans la France entière, la force armée, afin de nous faire venir à résipiscence ?” »

75 Antoine, sans doute sollicité d’assister à l’inauguration, envoie une lettre à Georges Deyrens où il écrit : « Personne plus que moi n’aura apprécié le rôle considérable du régisseur de théâtre et j’ai gardé de tous ceux qui furent mes collaborateurs le souvenir le plus ému ». Antoine insiste sur le rôle que devrait remplir l’ART « en travaillant à restituer l’autorité et le prestige du véritable metteur en scène que devrait être en somme le régisseur général. Et quelles vertus y sont nécessaires : la compétence d’abord, bien entendu, mais aussi un labeur assidu, une autorité incontestable qui ne s’acquiert sur les artistes qu’après une longue expérience ». Hubert Génin reprend la thèse de cette lettre en faveur du régisseur, lors de l’inauguration. On remarquera qu’Antoine est un homme du passé pour ce qui est des rapports entre le régisseur et le metteur en scène, mais il ne se trompe pas sur le fond, car le metteur en scène, en France, doit certainement beaucoup à l’Association dans le domaine professionnel.

76 Jules Delini, « Un vaillant groupement », Comœdia, 7 avril 1936. Urbi, on sait ce qui agite le théâtre à Paris, comme en province du reste. Quant à orbi, le rapport de l’Exposition de 1937 indique que l’on a tout fait pour donner du théâtre français une image qui corrige l’expression déprimée que certains pays peuvent en avoir.

77 Outre l’article cité, signalons une annonce dans L’Intransigeant, le 2 avril, « Les régisseurs ont leur maison », dans Excelsior, le 8 avril, « Les Régisseurs de théâtre ont inauguré leurs nouveaux locaux », dans l’Œuvre, le 9 avril, un rapide compte rendu. L’Association insère une photographie de la Bibliothèque le 6 avril dans l’annuaire de 1936.

78 Dons de meubles par le magasin Lévitan, par les Galeries Barbès, par le Bon Marché… Dons de vins pour le pot organisé le 6 avril…

79 À la fin de l’Annuaire 1936, on trouve l’avis : « Libre. Salle de répétitions pour la Comédie, le Chant et la Danse. S’adresser à l’ART ». Rappelons que l’annuaire est envoyé à des groupements et à des personnalités du théâtre.

80 Miss Ba, mise en scène de Lugné-Poe. Y avait un prisonnier, pièce en 3 actes de Jean Anouilh, donnée pour la première fois, le 15 mars 1935, au Palais de la Méditerranée, à Nice, créée ensuite à Paris, le 20 mars 1935, aux Ambassadeurs (direction Marie Bell). Il s’agit de la première version du Voyageur sans bagage, créé aux Mathurins, dans une mise en scène de Georges Pitoëff, le 17 février 1937. La BMS possède une mise en scène du Voyageur sans bagage, reprise de la Michodière, 1er avril 1944 : « mise en scène et dispositifs scéniques d’après Georges Pitoëff, adaptés par Pierre Fresnay ». Pour cette reprise, une musique de scène de Francis Poulenc remplaçait (époque oblige) celle de la création par Darius Milhaud.

81 L’Annuaire 1936 donne une photographie du Banquet où l’on reconnaît Victor Boucher, et deux photographies des Comités de 1911 et 1936. Le Livre d’or donne le menu du banquet des Noces d’argent qu’on nous permettra de transcrire : « Hors d’œuvre variés, Suprême de sole dieppoise, Poulet de Bresse à la broche, Pommes nouvelles rissolées, Fromages variés, Glace martiniquaise, Gaufrettes, Corbeille de fruits, Café, liqueurs. Vins de la Champagne viticole, Graves, Rosé d’Anjou, Saint-Émilion, Beaujolais, Champagne Columbia ». Le rapport financier précise que le banquet a rapporté 7 000 francs à l’ART. L’annuaire signale un don de cinq cents francs par Victor Boucher : « J’apprécie infiniment les services très grands que peuvent rendre les régisseurs. Ils sont l’un des rouages essentiels à la bonne marche d’un théâtre. Je m’en aperçois chaque jour à la Michodière et je suis heureux de donner à votre Association un témoignage de ma grande sympathie ». Un autre don de 500 francs par Sacha Guitry qui les fait remettre par Georges Lemaire : « Dites de ma part à vos camarades combien nous serions injustes en méconnaissant le rôle modeste et capital que vous jouez à nos côtés. D’ailleurs, ce n’est pas sans raison que votre mission si délicate s’appelle une conduite ». Paul Gavault, Lucien Baroux et Paul Abram remettent la même somme. Des dons en nature sont mentionnés, dont celui de Mauret-Lafage, directeur du Grand Théâtre de Bordeaux : « Très heureux de m’associer à la manifestation donnée à l’occasion des “Noces d’argent” de votre Association, je vous fais adresser une caisse de vins de notre beau pays de la Gironde. C’est le soleil de chez nous en flacons qui vous apporteront toute notre sympathie ». Annuaire 1936, p. 21-23.

82 On trouve dans la presse un article de la plume de chaque journaliste invité. Chacun reproduit l’essentiel de ce que rapporte l’annuaire lui-même.

83 Édouard Beaudu, dans L’Intransigeant, rend ce chaleureux hommage à Hubert Génin : « Un homme n’avait pu assister à ce couronnement d’une œuvre, qui est pourtant la sienne, et l’on doit lui rendre tout spécialement hommage : c’est Hubert Génin qui, en 1911, étant à la fois Régisseur général du Châtelet et rédacteur à Comœdia, s’avisa de regrouper tous ceux qui avaient la responsabilité des « plateaux parisiens » ! ». Suit un historique de l’ART. Édouard Beaudu, « Près de trois cent Régisseurs ont une association vieille de vingt-cinq ans », 15 mai 1936. Léo Marchès, « On dit que… », Le Journal, 15 mai 1936. La comparaison entre le plateau et un vaisseau n’est pas nouvelle. On attribue une origine marine au vocabulaire de la machinerie, Marc-Roland reprendra ce thème dans le gala « Toute la Radio », Théâtre Mogador, 1949 : « Tel un commandant, sur la dunette de son navire, scrutant l’horizon, donnant des ordres et conduisant à bon port tous ses voyageurs, tel le Régisseur de théâtre, côté cour, côté jardin, surveille son spectacle pour la joie et le plaisir des spectateurs ».

84 Jean Rollot, « Les Obscurs, les sans-grades », Paris-Midi, 20 mai 1936. On retrouve habituellement adressé aux metteurs en scène l’éloge ambigu de ne jamais briller autant que sur une pièce médiocre.

85 Jean Rollot, article paru dans Paris-Soir, 12 mai 1936. Un article sans nom d’auteur paru dans L’Œuvre le 23 octobre 1936 et recueilli dans le Livre d’or insiste sur l’accueil unanime dans les milieux du théâtre réservé à la Bibliothèque.

86 H.E. Simoni, « Les Noces d’argent de l’Association des régisseurs de théâtre », Comœdia, 14 mai 1936. Dans Comœdia, à côté de l’article de Jules Delini, « L’Association des régisseurs de théâtres a fêté hier ses Noces d’argent », 14 mai 1936, on donne une photographie du banquet.

87 « Un programme d’action. Les “revendications immédiates” de la Fédération nationale du spectacle » (communiqué), Comœdia, 29 mai 1936. La FNS suggère ainsi « A) remise en activité de théâtres fermés ou abandonnés, mais notoirement exploitables par des formules sociales et artistiques rénovées. B) constitution de tournées, sous le contrôle des organisations fédérales et syndicales, avec l’appui des pouvoirs publics. C) projet fédéral modifiant les conditions fiscales imposées aux casinos sous la garantie d’une convention collective à intervenir entre la Fédération du spectacle et le Syndicat des directeurs de Casinos, fixant les obligations artistiques des casinos. D) projet d’adoption de mesures d’allégement fiscal sous la garantie également d’une convention collective intervenant entre la Fédération du spectacle et le Syndicat des exploitants de salles de projections cinématographiques fixant des obligations artistiques pour ces établissements au bénéfice des artistes musiciens… ».

88 Décalage illustré par la date de la première occupation d’un théâtre, celle de l’Opéra-Comique, dirigé par P.B. Gheusi. On lira à ce sujet les articles parus dans Comœdia entre le 26 juin, « Tout arrive », et le 3 juillet, « L’Occupation de l’Opéra-Comique a pris fin hier soir », par Jules Delini. Cette affaire à peine réglée par Jean Zay qui regroupe Opéra et Opéra-Comique en une réunion des théâtres lyriques, sous la direction de Jacques Rouché, le personnel de l’Alhambra fait grève à son tour et occupe le théâtre.

89 Comœdia publie le 4 juillet le rapport de Jean Toulout qui établit le bilan des divisions passées dans le monde du spectacle.

90 Enquête parue dans Comœdia, 6 juillet-1er septembre 1936. Interviews intéressantes de Charles Méré, Léo Lagrange, Matéi Roussou, Jean Cocteau, Darius Milhaud, Jules Supervielle, Jacques Copeau, Léon Chancerel, André Boll, Paul Vaillant-Couturier, Paul Gsell, André Malraux. De l’article de Malraux, dont le nom évoque la guerre d’Espagne que l’on retrouve dans plusieurs articles, nous donnerons ces quelques lignes : « L’art vit de sa fonction qui est de permettre aux hommes d’échapper à leur condition, non par une évasion, mais par une possession. Tout art est un moyen de possession du destin. Et l’héritage culturel n’est pas l’ensemble des œuvres que les hommes doivent respecter, mais de celles qui peuvent les aider à vivre », dans « Fascisme et communisme en face de la culture », 18 août. Dans son ouvrage, paru en 1941, Théâtre populaire, Paris, Presses Universitaires de France, 1941, Copeau évoquera la fièvre de cette année et de 1937, et les projets grandioses et sans lendemain de nouveaux lieux théâtraux destinés à promouvoir un théâtre populaire dans la région parisienne. L’enquête de Barlatier est suivie de deux autres enquêtes, complémentaires : « Théâtre de demain », menée par Jules Delini, qui fait place aux projets dramaturgiques et « l’Avenir du théâtre lyrique », menée par Paul Le Flem, 2-21 septembre, qui insiste sur la nécessité d’ouvrir le théâtre lyrique à un public plus large par la multiplication des places à bon marché et sur l’urgence « de faire du nouveau avec les mots de la tribu » selon l’expression de Mallarmé reprise par Olivier Messiaen. André Boll, lui, souhaite un renouvellement de la mise en scène.

91 Sous l’impulsion de Jean Zay, le 14 juillet 1936 est marqué par la pièce de Romain Rolland qui porte le nom de la fête, Le Quatorze juillet, et le lendemain, Camille Corney, de l’ART, met en scène aux Arènes de Lutèce, Danton, toujours de Romain Rolland, adapté par Jacques Grétillat. À plusieurs reprises, à ces occasions, on rend hommage à Gémier, précurseur de ce théâtre purifié de son parisianisme.

92 Le Spectacle, juin-août 1936, p. 2-3.

93 Syndicat des régisseurs de théâtres (Théâtres, Music-halls, Cinémas, Cabarets, Studios TSF et télévision, Tournées théâtrales). Statuts déposés sous le numéro 6657 au Bureau des syndicats de la Préfecture de Paris.

94 Géo Leroy est entré à l’ART en 1931 et fait partie depuis 1936 de la Commission de la Bibliothèque. Charles Camus, entré en 1930, est membre de la Commission de contrôle depuis 1931. Léon Nurbel est sociétaire depuis 1932. Charles Camus, entré en 1926, intègre la Commission de contrôle en 1932. Il est régisseur au Casino des Fleurs à Vichy, deviendra par la suite régisseur général à l’Odéon. On remarquera que les régisseurs actifs à l’ART le sont au Syndicat.

95 Statuts, article 3.

96 Statuts, article 5. Le cas d’acteurs voulant s’orienter vers la régie est prévu, leur admission restant liée au stage minimum de trois ans, période de stagiarisation (sic) pour le métier et pour le Syndicat. On remarquera l’exigence de l’appartenance antérieure à un groupement du spectacle, à l’ART, en premier lieu bien sûr, quoique rien ne la désigne nommément. Le Syndicat ignore le parrainage, mais le remplace par cette affiliation obligatoire, caution morale du nouveau syndiqué. On voit là une manifestation de la hantise des organisations professionnelles théâtrales de se laisser déborder par des éléments non professionnels, en l’absence d’une licence professionnelle qui établirait clairement le statut de chacun.

97 Statuts déposés le 6 janvier 1937 et conservés au Bureau des Syndicats de la Préfecture de Paris sous le numéro 7308. Les buts se rapprochent de ceux du premier syndicat, mais à l’échelon de Paris : « créer un centre d’action chargé de veiller à la bonne marche des intérêts généraux de la profession de régisseur de théâtre, d’étudier, proposer et faire adopter toutes mesures pouvant être utiles à son développement » (article 4 des Statuts). Les conditions d’admission sont plus draconiennes : cinq ans d’exercice de la profession de régisseur dans un théâtre de Paris, dont trois consécutifs dans le même théâtre ou sous la même direction (et six ans, dont cinq consécutifs, si l’on est étranger). Le parrainage par deux membres du syndicat et la demande écrite d’admission sont obligatoires. Cotisation et droit d’admission sont plus élevés. On serait tenté de parler de recrutement « censitaire ».

98 Dans les numéros de l’automne 1936, Le Spectacle rend compte du Congrès de Vienne de la SUDT et évoque la figure de Gémier. Le nom de ce grand animateur apparaît, avant 1939, chaque fois qu’il est question de théâtre nouveau, de théâtre populaire.

99 Convention collective de travail (théâtres, cinémas, music-halls et cirques, établissements de bal des départements de Seine, Seine-et-Oise, Seine-et-Marne) passée entre les syndicats de directeurs de Paris… et la Fédération nationale du spectacle agissant au nom des syndicats affiliés. Journal officiel, lois et décrets, 24 février 1936, p. 2266-2274. L’annexe des régisseurs, dont nous reparlerons, se trouve p. 2273.

100 Par suite de l’entrée de la SACD au Comité de la Journée des artistes. Marc-Roland, Cahier Rouge, p. 184, indique que Lucien Gaget a fait « l’historique de l’entrée à la Journée des artistes de la SACD, ce qui a pour résultat de diminuer notre part de 0,50 % un peu par la négligence de notre Président, qui a négligé de défendre énergiquement nos droits auprès de Blondhin du Sabot. Il espère toutefois que la présence de la grande société donnera dans l’avenir plus de sécurité et peut-être aussi plus de prospérité à la Journée des artistes ».

101 Annuaire 1938, p. 2-3.

102 Annuaire 1937, p. 26. Nous parlerions aujourd’hui d’économies d’énergie. Le trésorier évalue dans le rapport de 1937 que l’ART, entre 1926 et 1936, verse, avec sept fois moins de ressources, des sommes quatre fois supérieures aux pensionnés et aux orphelins. Cette augmentation des charges de l’ART explique, autant que la diminution des recettes, la difficulté à faire face.

103 François Cebron, « La Crise du théâtre et les travailleurs du spectacle ». À travers les ondes, la voix de la CGT, 2e causerie 1938, Le Spectacle, février-avril 1938. Le vide culturel est en partie compensé par les programmes de la Radio ou du cinéma, avec leurs moyens propres. Le cinéma, reprenant un certain nombre de succès du boulevard, prend en quelque sorte le relai de la diffusion pour l’hexagone, de la création parisienne, à qui il emprunte plus d’une de ses vedettes, Raimu, Jules Berry, Charles Dullin, Louis Jouvet (sans vouloir classer ceux-ci dans les théâtres de boulevard). Autre effet bénéfique du cinéma, qui redonne d’une autre façon ce qu’il a pris, les films attirent au théâtre un public qu’il n’aurait jamais gagné autrement ; le cas de Louis Jouvet est à cet égard exemplaire. Enfin, radio et cinéma créent des emplois, où l’on retrouve des gens de théâtre, ce qui équilibre un peu le déficit du théâtre en matière d’emploi.

104 À la saison, par mois : directeurs et administrateurs de la scène : 3 000 francs ; régisseurs généraux : 2 400 francs ; régisseurs de la scène : 1 800 francs ; régisseurs adjoints : 1 500 francs. À la pièce, par mois, les trois dernières catégories gagnent respectivement 3000, 2 100 et 1 800 francs. Cela sans tenir compte des feux possibles. Les tourneurs sont avantagés par rapport aux chiffres donnés ci-dessus.

105 Pour le régisseur conduisant un spectacle donné consécutivement, sans fermeture hebdomadaire de l’établissement, on convient que le repos hebdomadaire pourra être pris sous forme de repos complet de 21 heures entre deux répétitions du soir. C’est dire la difficulté d’application du texte.

106 Pour deux années de présence, 15 jours par an ; entre 2 et 5 ans, 3 semaines et à partir de 5 ans, un mois.

107 Engagement minimum d’une durée de huit mois, tacitement reconductible.

108 Le Syndicat des régisseurs mandate la Fédération nationale du spectacle notamment « pour protester, au nom du Congrès [fédéral statutaire], auprès du ministre de l’Éducation nationale, en lui faisant remarquer que des subventions sont accordées à ces chambres syndicales », Le Spectacle, mai-juin 1939.

109 La teneur de cet article de convention collective en réserve l’étude à la seconde partie, mais il convenait de le citer à sa place dans l’histoire de l’ART.

110 « Chez les Régisseurs », Le Petit Journal, 19 mai 1937. « Les Régisseurs ont tenu hier matin, 11 mai, leur assemblée générale », L’Œuvre, 12 mai 1937. L’allocution de Georges Deyrens, dont est extraite l’information donnée par l’Œuvre se place au cours du déjeuner amical qui suit l’assemblée générale. Comœdia, qui a cessé de paraître le 1er janvier 1937, n’est plus là pour donner au jour le jour les informations du spectacle. Le journal aura une seconde carrière, brève, à partir du 21 juin 1941. Nadine Farel, dont l’annuaire souligne l’activité pour la salle de répétitions, ne semble pas avoir entraîné beaucoup de disciples. Signalons l’entrée plus tard, de Marthe Herlin. Marc-Roland inscrit dans son Cahier rouge, p. 163, qu’une autre femme a été à l’honneur de cette assemblée générale, Émilienne Ducoin, « devenue la cheville ouvrière de notre organisation ».

111 Elle rapporte en outre 5 000 francs à l’Association, ce qui est d’un bon apport, vu l’état des finances. Paul Derval, directeur des Folies-Bergère, mettait le théâtre à l’entière disposition des organisateurs, laissant à l’ART le bénéfice de toutes les concessions, ainsi que les recettes du bar. Il promettait, de plus, son théâtre pour le prochain gala.

112 Louis Triel est alors régisseur général des Folies-Bergère. Roger Vieuille, de son côté, fait partie des Spectacles Louis Verneuil. Tous deux sont au Comité.

113 Article cité sans titre, ni date dans le Livre d’or.

114 Le vœu de Jean-Jacques Brissac sera réalisé dix-sept ans plus tard, lors du deuxième Gala de Mogador, organisé le 23 octobre 1954, sous la présidence de Charles Valster, au profit de l’ART et de sa Bibliothèque (au seul profit de cette dernière en fait). Chaque régisseur des principaux théâtres de Paris présentait la vedette de son théâtre. Le Gala révélait au grand public un aspect de la vie des coulisses.

115 La thèse d’Akakia-Viala a été donnée à la Bibliothèque en 1939, comme le prouve le rapport de 1939. Il en sera de nouveau question dans la seconde partie, notamment pour les lignes qui suivent celles qui sont citées.

116 Annuaire 1937, p. 23.

117 Albert Albertot est un des rares régisseurs à faire des dépôts réguliers de disques. Pourtant l’ART compte dans ses membres Paul Ratineau, réputé pour sa science incomparable du bruitage. Il est vrai que Ratineau était très jaloux de ses secrets de fabrication.

118 Les organisateurs se sont, bien sûr, posé la question de l’opportunité de cette Exposition : « On pouvait se demander si dans le frémissement actuel du monde où tant d’idées sont en conflit, de méfiance, d’éveil, d’ambitions et d’appétits déchaînés, il était raisonnable de réaliser une œuvre de cette envergure » et le rapporteur conclut, à la veille de l’entrée en guerre (si on se réfère à la date d’impression) : « L’Exposition a attesté une fois de plus, par un acte retentissant, notre volonté de paix et notre confiance en la sagesse des nations ». Dans Rapport général, t. I, « Conception et organisation », p. XI-XII. Les citations qui suivent, dans le texte, sont empruntées également à ce tome. En fait l’Exposition « s’est dressée tout à coup en un sursaut de volonté suprême et elle est montée dans l’air comme un grand cri de confiance et d’ardeur, comme un vibrant appel à cet idéal qui doit survivre à la dispersion de son décor : la consolidation de la Paix ». Il est intéressant de noter que cet affrontement entre les deux pays nommés ci-dessus se retrouve pour le théâtre, le fait est sans doute moins connu. Par le rapport de la Section française, nous savons que le Centre d’information, d’étude et de création artistique, animé notamment par les Comédiens routiers de Léon Chancerel et par le Théâtre des Quatre Vents, a été tout particulièrement apprécié par les visiteurs étrangers, et l’on signale la vive attention portée à ces recherches par Baldur von Schirach, président de la Hitlerjugend, et par le délégué de l’Union soviétique. Pour en finir avec la question, signalons que les « Olympiades de la civilisation », en attendant la prochaine Exposition internationale, étaient prévues à Rome en 1942. Le fait se passe de commentaire.

119 L’Exposition « Chefs d’œuvre de l’art français » se présente comme une rétrospective de cet art depuis les origines, ce qui indique clairement le propos de 1937, en l’opposant à celui de 1925, de modernisme à tout prix. Dans la préface du catalogue, Léon Blum résume l’esprit de l’exposition : « montrer à la fois ce que les artistes de notre temps doivent au passé et ce qu’ils y ont ajouté d’original » et il ajoute : « Pour comprendre et pour goûter pleinement les réalisations contemporaines, il ne suffit pas de les replacer dans le milieu qui les a vues naître. Il faut encore les rattacher aux productions antérieures. Il faut les considérer comme la résultante d’une longue série d’efforts accomplis, dans la suite des siècles, par des hommes qui ont lutté pour discipliner la matière, pour parvenir à l’expression plastique de la vie, à la beauté des lignes, à l’harmonieuse éloquence des couleurs ». Dans Catalogue, p. V.

120 « L’effort de notre pays dans ce domaine de l’art sera donc sans cesse affirmé par des animateurs incontestés », lit-on dans le Rapport de la Section française. Le Théâtre lyrique n’est pas absent. Opéras-bouffes et opérettes sont donnés à la Comédie des Champs-Élysées.

121 Un juste hommage est rendu, une nouvelle fois, à Gémier et « à son effort pour élever le destin théâtral au-dessus des scènes isolées », à l’occasion des fêtes organisées par l’Exposition, Baty et Jouvet sont présents dans la Classe 70.

122 Jean Helvet, régisseur général de la Michodière, est entré à l’ART en 1930.

123 Charles Quinel, « Une idée des régisseurs de théâtre », Le Populaire, 6 mars 1939. L’information est en partie erronée, puisqu’il existait, avant la création de la BMS, des documents écrits sur la mise en scène, mais il est juste que la Bibliothèque constitue à cet égard un conservatoire unique de ces documents.

124 Émile Vuillermoz, « L’Envers du décor », L’Illustration, 26 janvier 1939. L’Annuaire 1939, p. 10, marque « L’Illustration du 28 janvier a fait une page de publicité à la Bibliothèque ». Entendons, par là, que les articles de 1939 ont été sollicités par Georges Deyrens. Cet article suscite un don de Victor Boucher, accompagné d’une lettre, donnée en p. 5 de l’Annuaire 1939, adressée à G. Deyrens : « Vous savez combien j’ai de sympathie pour l’Association que vous présidez. Votre Bibliothèque de mises en scène est une œuvre qui doit intéresser tous ceux qui aiment le théâtre. Je viens du reste de lire avec le plus grand intérêt le bel article d’Émile Vuillermoz dans L’Illustration de cette semaine. C’est de grand cœur que je vous envoie ce chèque de 500 francs ».

125 Samson et Dalila, opéra en 3 actes et 4 tableaux, musique de Camille Saint-Saëns, livret de Ferdinand Lemaire, Hoftheater, 2 décembre 1877 (Vienne), Opéra, 23 novembre 1892 (Paris).

126 Laffray, « Une organisation pour le film français. La Bibliothèque du théâtre et du film », La Griffe cinématographique, 3 mars 1939. L’article suit l’inauguration des nouveaux locaux, en fait. Les trois articles cités ne se réfèrent pas à la visite du stand de l’Exposition.

127 Annuaire 1939, p. 14.

128 Annuaire 1939, p. 19. De par sa date de « fabrication », cet annuaire se trouve être le dernier annuaire de l’entre-deux-guerres et le premier de la guerre. Les informations concernent donc ces deux périodes. En acceptant d’être réélu, Georges Deyrens rappelle que son premier mandat a coïncidé avec une crise économique nationale et mondiale, évoquant également les faits saillants : changement de siège social, création de la salle de répétitions, participation à l’Exposition de 1937, propagande dans la presse.

129 Annuaire 1939, p. 17. Mademoiselle Ducoin réalise une sérieuse économie pour l’annuaire en dépensant 346 francs contre les 5 000 demandés par l’imprimeur.

130 Roger Rogelys, de la Comédie-Française, est à l’ART depuis 1932. Georges-Stéphane-Édouard Nicol, né à Aubonne, dans le Doubs en 1898, a commencé sa carrière théâtrale à l’armée, pendant la Grande Guerre, puis il fonde un théâtre d’avant-garde, la Source, qui lui permet de se faire connaître et de trouver un engagement. En 1923, il devient régisseur de la scène au Théâtre du Gymnase, passe au Théâtre Montparnasse, à la Comédie des Champs-Élysées, puis retourne au Gymnase. Entré à l’ART en 1927, il fait partie de la Commission de la Bibliothèque depuis 1932.

131 Annuaire 1939, p. 26. Un unique annuaire, rédigé à la fin des hostilités, donne des renseignements sur la vie de l’ART de 1940 à 1945. On n’y trouve pas, et pour cause, puisqu’il n’est pas rédigé à chaud, autant de précision que dans les annuaires de la précédente guerre. Le climat moral n’est pas le même, non plus, et cela se ressent.

132 Marc-Roland, Cahier Rouge, p. 42.

133 Le Livre d’or, fait mention des entretiens parus dans la presse à l’occasion du Comité d’informations de 1941 : L’Œuvre, 25 juillet ; Aujourd’hui, 26 juillet, Les Nouveaux temps, 27 juillet. L’avis passe dans L’Écho des sports, 20 juillet, La France au travail, 10 novembre, Les Nouveaux temps, 10 novembre.

134 L’Annuaire 1940-1945 transcrit une lettre adressée à Georges Deyrens, le 7 septembre 1945, qui renseigne sur ce point : « Nous vous prions de trouver inclus en un chèque sur la Société générale la somme de 10 000 francs pour vous aider dans l’édition dont vous nous avez entretenus et surtout pour rendre hommage à votre courage, votre abnégation, vos initiatives dont vous nous avez entourés pour cacher nos jeunes gens pendant cette terrible guerre. Nous n’oublierons jamais dans nos Établissements le souvenir de Monsieur DEYRENS qui, associé avec votre ami, l’inspecteur du travail GIRET, nous ont permis de soustraire à la STO allemande (sic) tant de jeunes gens ». La lettre émane d’Henri Vucher-Bondet, directeur d’un magasin de confection et tissus en gros pour dames et fillettes.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search