Version classiqueVersion mobile

La littérature française du 20e siècle lue de l'étranger

 | 
Dominique Viart

L'approche romanistique

La recherche internationale et l’approche romanistique : l’Allemagne

Jochen Mecke

Pour Arnold Rothe

Texte intégral

1. Remarques préliminaires

1Dresser le bilan de la recherche nationale sur la littérature du 20e siècle n’est pas une tâche facile, car une telle tentative se trouve confrontée à deux problèmes : d’une part, elle court bien sûr le risque de ne pas présenter le panorama objectif des diverses orientations thématiques, théoriques et méthodologiques, mais plutôt les préférences subjectives et personnelles de l’auteur. D'autre part, une telle tentative risque de tomber dans le piège d’une espèce de « comice agricole académique » qui exposerait plus ou moins fièrement les prouesses de la critique nationale dans les différents secteurs des races bovines, porcines ou chevalines, c’est-à-dire les bilans nationaux sur Proust, le nouveau roman ou la littérature contemporaine. Pour éviter ces deux écueils, il est peut-être utile d’avoir d’abord recours à une analyse quantitative des publications au niveau international pour mettre ensuite en relief les particularités de l’approche d’un pays particulier, le cas échéant de la « Romanistique » de langue allemande. Dans la présente contribution, nous proposerons donc d’abord une analyse statistique de la recherche sur le 20e siècle en général, ensuite celle-ci servira de cadre pour présenter les particularités de l’approche romanistique et sa conception spécifique de la critique universitaire, les auteurs les plus étudiés et quelques orientations thématiques, théoriques et méthodologiques.

  • 1 Otto Klapp. Bibliographie der französischen Literaturwissenschaft/Bibliographie d’histoire littérai (...)
  • 2 Arnold Rothe. Die Erforschung der französischen Literatur im internationalen Vergleich : eine stati (...)

2Pour une analyse quantitative, nous pouvons recourir à deux instruments de premier ordre : d’abord, il s’agit de la Bibliographie der französischen Literaturwissenschaft, de la Bibliographie d’histoire littéraire française, fondée en 1960 par le romaniste allemand Otto Klapp.1 Cette bibliographie, qui parait annuellement, recense toutes les publications sur la littérature française parues depuis 1956, c’est-à-dire les livres, articles et comptes rendus des revues d’histoire littéraire parus dans les langues les plus importantes de la critique universitaire. La bibliographie d’Otto Klapp a servi de base de données pour une analyse statistique des parutions sur la littérature française, une étude unique dans son genre qui porte sur une période d’un peu plus de 30 ans et que nous devons à l’initiative du professeur Arnold Rothe, ancien titulaire de la chaire de littératures romanes à l’université de Heidelberg.2 Pour ses analyses, Arnold Rothe a opéré des coupes synchroniques tous les 8 ans, en commençant en 1956, donc la première année prise en compte par la bibliographie de Klapp, et en allant jusqu’en 1988, une année avant la chute du mur, où les données de la recherche littéraire en Allemagne changent de nouveau. L’avantage de cette approche réside dans le fait qu’elle traite l’ensemble des études dédiées à la littérature française, c’est-à-dire non seulement les travaux publiés en Allemagne, mais aussi ceux publiés par exemple en Angleterre, Italie, Espagne, Russie, États-Unis, Canada ou bien en Pologne, ce qui nous permettra de dresser un bilan assez complet. En vue d’une analyse de l’état actuel et des études littéraires, nous avons complété l’étude de Arnold Rothe par une analyse statistique de la décennie récente de 1997 à 2007.

2. Panorama des études internationales sur la littérature du 20e siècle

3Quand on jette un premier coup d’œil sur l’évolution des études littéraires dans l’ensemble, on voit que les chiffres ont plus que quadruplé en partant d’un peu plus de 2000 publications en 1956 pour arriver à un peu moins de 9000 en 1988.

  • 3 Dans ce qui suit, les chiffres pour les années entre 1956 et 1988 proviennent toujours de l’étude e (...)

Graphique 1 : L’évolution des études littéraires françaises au niveau mondial3

Graphique 1 : L’évolution des études littéraires françaises au niveau mondial3

4Cette augmentation vertigineuse est évidemment accompagnée d’une spécialisation grandissante, dont ont surtout profité les études du 20e siècle. En fait, au niveau international, le 20e siècle constitue la plus grande partie des études littéraires françaises :

  • 4 Selon Arnold Rothe 2007, p. 15.

Graphique 2 : La part des siècles dans les recherches des six pays les plus importants4

Graphique 2 : La part des siècles dans les recherches des six pays les plus importants4

5Il s’agit ici d’une analyse des six pays qui produisent à eux seuls la plus grande partie de la recherche sur la littérature française, à savoir la France, les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, l’Italie et le Canada. Il apparaît clairement que le 20e siècle, avec environ 40 %, est de loin celui qui, au niveau international, occupe la plus grande partie des études. En règle générale, on peut dire que le nombre d’études diminue en fonction de la distance historique grandissante, seul le Moyen-âge faisant exception, car il dépasse en importance la Renaissance. Cependant, si le 20e siècle occupe la première place, la différence entre les études vingtièmistes et celles sur les autres siècles n’a pas toujours été aussi grande, comme le montre le diagramme suivant :

  • 5 Selon Rothe 2007, p. 29

Graphique 3 : Évolution des études sur les différents siècles5

Graphique 3 : Évolution des études sur les différents siècles5

6On voit que, dans les six pays les plus importants, le 20e siècle affiche la plus grande progression, de plus de 300 % entre 1956 et 1988, suivi avec une certaine distance par le 19e siècle. Ces résultats ne s’étendent toutefois pas sur tous les pays, mais sont distribués d’une manière fort asymétrique sur différents pays.

Graphique 4 : La contribution de chaque pays (selon Rothe 2007, p. 15).

Graphique 4 : La contribution de chaque pays (selon Rothe 2007, p. 15).

7Comme il était à supposer, la contribution de la France est la plus importante, suivie par celle des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de l’Allemagne, de l’Italie et du Canada. Les autres pays ne représentent dans l’ensemble que 14 % des publications. Néanmoins, la part de 7 % seulement réalisée par l’Allemagne pourrait étonner, mais je rappelle qu’il s’agit ici seulement de l’Allemagne de l’Ouest avant l’unification : en Allemagne de l’Est, par contre, les études sur la littérature française avaient considérablement baissé d’année en année au profit de la littérature latino-américaine, car on se sentait plus proche des pays frères de langue espagnole de l’Amérique du Sud. Néanmoins, la part de la recherche réalisée par chaque pays n’est pas toujours identique.

Graphique 5 : La contribution des six pays les plus importants à l’ensemble de la recherche

Graphique 5 : La contribution des six pays les plus importants à l’ensemble de la recherche
  • 6 Cf. Rothe 2007, p. 32.

8Comme on peut le voir, le pourcentage des contributions de chaque pays à l’ensemble des recherches est sujet à des variations, mais grosso modo, les parts respectives restent stables. La courbe de la France et celle des États-Unis sont complémentaires et se compensent mutuellement. Ce qui varie également, c’est la part que prend le 20e siècle dans la recherche nationale.6

Graphique 6 : La part du 20e siècle

Graphique 6 : La part du 20e siècle

9Le graphique montre l’évolution des pourcentages relatifs du 20e siècle par rapport à l’ensemble de la recherche de chacun des pays telle qu’elle se manifeste dans les 6 pays les plus productifs. Il apparaît que, si, en moyenne, dans la plupart des pays, la part de la recherche vingtièmiste a subi une légère baisse, qui se fait sentir surtout en France, aux États-Unis et en Allemagne, celle-ci est contrebalancée par le Canada, où la littérature francophone occupe évidemment une place centrale dans la recherche d’une identité culturelle québécoise. Pour les autres pays, la légère baisse s’explique par le niveau très élevé que la recherche sur le 20e siècle avait atteint dans la décennie après la Deuxième Guerre mondiale, dans un monde qui était à la recherche des causes de la guerre et de nouveaux modèles pour le futur. En plus des chiffres relatifs à chaque pays, l’étude de Rothe propose une analyse des contributions de chaque pays à l’ensemble de la recherche sur le 20e siècle.

Graphique 7 : Évolution des contributions à la recherche sur le 20e siècle

Graphique 7 : Évolution des contributions à la recherche sur le 20e siècle

10Le tableau montre l’évolution des parts que prennent les six pays les plus productifs dans l’ensemble des études vingtièmistes (Rothe 2007, p. 38). Nous voyons de nouveau que les variations en France et aux États-Unis sont complémentaires et s’équilibrent, tandis que les autres pays restent presque toujours au même niveau. Les statistiques présentées ci-dessus ont reconstitué la recherche littéraire générale dans différents pays pendant la période de 1956 à 1988 qui nous servira de toile de fond spatiale et temporelle pour mettre en relief les particularités de l’approche de la romanistique allemande.

3. L’approche romanistique

  • 7 La procédure de nomination de professeurs des universités constitue un motif supplémentaire pour ce (...)

11Dans le domaine de la critique universitaire, nous sommes confrontés à une véritable « exception allemande ». Car la première chose qu’un chercheur français remarque quand il arrive en Allemagne, c’est qu’il n’y rencontre pas le panorama habituel de « spécialistes », par exemple de la littérature de l’âge classique ou du 19e siècle, mais des collègues qui consacrent leurs travaux de recherche à plusieurs siècles et, qui plus est, à plusieurs littératures romanes. De manière générale, on peut constater que rares sont les spécialistes qui se consacrent exclusivement à la littérature française. En revanche, une règle implicite exige qu’une des deux littératures nationales choisies par les chercheurs allemands soit toujours la littérature française. Ainsi, nous rencontrons dans la plupart des cas des profils de chercheurs comportant les combinaisons français-espagnol ou bien français-italien. Une deuxième particularité est également due à ce multilinguisme de la romanistique : comme un romaniste allemand travaille en général sur plusieurs langues et littératures en même temps, beaucoup de livres et d’articles se publient en allemand, ce qui fait que les travaux de recherche sont souvent moins connus en France ou bien par la communauté internationale.7

  • 8 Cf. Gerhard Helbig. Geschichte der neueren Sprachwissenschaft. Reinbek b. Hamburg : Rowohlt 1974, p (...)
  • 9 Un résumé assez bref de l’histoire de la „Romanistique « se trouve dans l’article de Maria Lieber, (...)

12D’où vient cette particularité de la recherche en Allemagne ? En fait, elle est héritée du 19e siècle, époque à laquelle la linguistique diachronique était arrivée à son apogée et où il fallait déduire, selon les principes des « Junggrammatiker », des Jeunes Grammairiens, l’état actuel de la langue en remontant jusqu’aux sources latines, déduction qui devait être faite selon les fameuses « lois de l’évolution phonétique », qui étaient censées avoir la même rigueur que les lois de la nature des sciences exactes.8 La raison de la naissance de la romanistique est donc simple : comme il fallait remonter à la source commune de toutes les langues romanes, la discipline qui leur est dédiée doit également étudier les langues romanes dans leur ensemble.9 Si ce principe de base est pertinent pour la linguistique diachronique, il soulève cependant des doutes en ce qui concerne la linguistique synchronique et surtout la littérature. Néanmoins, le transfert de la conception globalisante de la romanistique sur la littérature s’est fait par le truchement d’une philologie qui comportait en même temps et la linguistique et la critique littéraire. En fait, au début de l’histoire de la « Romanistik », les enseignants-chercheurs pratiquaient souvent les deux disciplines en même temps.

  • 10 Pour une discussion des critiques et conceptions de la Romanistique allemande cf. Jochen Mecke (éd. (...)
  • 11 Pour une étude plus approfondie de la structure de la Romanistique et de son potentiel cf. Jochen M (...)

13Mais comment expliquer la conservation d’une vue d’ensemble qui contredit apparemment l’évolution de la littérature même ? Pour quelles raisons cette conception s’est-elle prolongée au-delà du 19e siècle, où la littérature devient le média par excellence de l’identité nationale ? La question devient encore plus pertinente si nous tenons compte des problèmes posés par l’objet de cette discipline. Qui par exemple pourrait vraiment prétendre connaître toutes les littératures romanes du dernier siècle, compte tenu des plus de 500 romans français publiés à la rentrée littéraire ? La simple évocation de la quantité d’œuvres publiées ne suffit pourtant pas à noyer toute légitimité des études romanes, car celle-ci réside, entre autres, dans une perspective comparatiste qui est pour ainsi dire innée dans la critique universitaire romaniste.10 Ceci ne veut pas forcément dire que toutes les études romanistes travaillent toujours de manière explicite sur deux ou trois littératures en même temps. En réalité, la comparaison correspond plutôt à un principe de base. Car on ne peut savoir ce qui est caractéristique, par exemple, de la modernité ou de la postmodernité française si l’on ne connaît rien à la littérature espagnole ou italienne ou bien anglaise de la même époque. Ainsi, la spécificité de l’approche des romanistes réside dans le fait que, consciemment ou inconsciemment, au moins une autre littérature leur sert implicitement de comparaison pour déterminer la spécificité d’un auteur ou d’une époque. Ce comparatisme intra-romaniste se double d’un comparatisme qui est inhérent à toute philologie étrangère, de manière que la perception de la littérature française se fait évidemment sur fond allemand, ce qui rend l’approche de la romanistique doublement comparatiste.11

  • 12 David Lodge. Changing Places. London : Secker and Warburg 1986, pp. 29s.

14S’y ajoute une troisième dimension de la comparaison que la romanistique a également héritée de son statut de philologie étrangère. En fait, ayant pour obligation d’enseigner toutes les époques d’une littérature, les philologues d’une langue étrangère ne peuvent se permettre de se consacrer uniquement à une époque. Cette obligation a des répercussions sur la recherche, car ici, les romanistes sont également amenés à travailler sur plusieurs époques en même temps. À titre de conclusion on peut dire que ce principe à la fois comparatiste et généraliste place la critique allemande à une extrémité d’une gamme de conceptions de la recherche littéraire, dont l’extrémité opposée serait occupée par le chercheur hyperspécialisé, dont David Lodge a fait un portrait humoristique dans son roman Changing places.12 Il s’agit du célèbre critique Morris Zapp, un chercheur de grande renommée internationale et qui a écrit cinq livres sur Jane Austen pour concevoir ensuite le projet d’un sixième livre qui mettrait définitivement fin à toute critique future en présentant une somme de toutes les méthodes et théories sur l’auteur en question.

  • 13 Cf. Karl Raimund Popper. Logik der Forschung. Sixième édition. Tübingen : Mohr 1976, p. 20.

15Mais les particularités de l’approche allemande ne se limitent point au généralisme et au comparatisme inhérents à sa conception. Elles se manifestent également dans la conception même de la critique universitaire. Car les romanistes ne pratiquent point de « critique littéraire » ou bien « universitaire », mais la « Literaturwissenschaft », la « science de la littérature ». Évidemment, là aussi, il s’agit d’un terme hérité de la fondation des études romanes au 19e siècle, quand les éditions critiques d’œuvres littéraires, la reconstruction philologique des textes et l’établissement du contexte souvent biographique de leur création constituaient les principales préoccupations des philologues. Le terme de « science de la littérature » est en phase avec la prédominance positiviste de cette époque. Le fait qu’il se soit maintenu jusqu’à maintenant montre que la critique universitaire allemande conçoit, du moins selon sa propre interprétation, la critique universitaire comme une science qui doit observer certaines règles, comme par exemple la transparence de l’argumentation et l’exigence de l’intersubjectivité préconisées par le théoricien de la science Karl-Raimund Popper.13

4. Les études littéraires du 20e siècle en Allemagne

16Quelles sont les particularités de l’approche romanistique quand on examine les statistiques ? Dans cette optique, il est particulièrement intéressant de comparer l’évolution de la critique en Allemagne avec celle du pays qui dispose du plus grand nombre de publications sur le 20e siècle, à savoir la France.

Graphique 8 : Évolution des études vingtièmistes en France

Graphique 8 : Évolution des études vingtièmistes en France

17Le diagramme montre que les chiffres absolus de la production critique en France ont augmenté d’une manière impressionnante et que la seule baisse du niveau entre 1972 et 1980 est compensée par une hausse simultanée des recherches sur le 19e siècle. Le même effet compensatoire entre le 19e et le 20e siècle est à l’œuvre dans les études littéraires en Allemagne.

Graphique 9 : Évolution des études sur le 20e siècle en Allemagne

Graphique 9 : Évolution des études sur le 20e siècle en Allemagne

18À la différence du graphique précédent, le diagramme pour l’Allemagne ne représente pas l’évolution du 20e siècle en chiffres absolus, mais en pourcentage de la recherche en général. Mais nous voyons ici également que le 20e siècle part du point le plus élevé avec presque 50 % des travaux de recherche, une place qu’il conserve malgré une baisse subie entre 1972 et 1980. La recherche allemande consacre toujours la partie la plus importante de ses travaux au 20e siècle. Si l’on examine le bloc des recherches vingtièmistes de plus près, on se trouve confronté aux critiques qui portent sur des auteurs ou des œuvres particulières qui constituent toujours la grande majorité des publications.

4.1 Les auteurs préférés de la critique universitaire

  • 14 Antoine Compagnon. Le démon de la théorie. Paris : Seuil 2001.

19La dominance des études sur des œuvres et des auteurs particuliers est tout à fait conforme à une évolution générale qui s’explique par la conjonction d’une continuité de la critique traditionnelle d’une part, à savoir la persistance de l’ancien commentaire de texte et d’une méfiance assez récente par rapport au « démon de la théorie » de l’autre, qui va de pair avec une revalorisation du singulier et du particulier.14 Dans ce cadre général se place la statistique sur les auteurs les plus étudiés au niveau international.

Tableau 1 : Les auteurs les plus étudiés à l’échelle mondiale

Tableau 1 : Les auteurs les plus étudiés à l’échelle mondiale

20Le diagramme ne présente probablement pas de surprise : ce sont de nouveau les écrivains du 20e siècle qui dominent le tableau avec 7 auteurs, tandis que le 19e est représenté avec 5 auteurs, 2 auteurs pour le 18e et un auteur respectivement pour l’âge classique et la Renaissance.

21Comme on peut le constater à l’aide du tableau suivant, les études littéraires en France suivent ce schéma :

Tableau 2 : Les auteurs les plus étudiés en France

Tableau 2 : Les auteurs les plus étudiés en France

22Ici, c’est le 19e siècle qui domine avec 5 auteurs, suivi du 20e avec 3 auteurs. Il est à supposer que le tableau traduit les réticences dont la littérature contemporaine a longtemps fait l’objet en France et dans d’autres pays, un objet d’étude étant d’autant plus digne qu’il était éloigné dans l’histoire littéraire. Quant à la romanistique allemande, le tableau change, car comme philologie étrangère sa légitimité relève en partie de la compréhension d’une autre culture qu’elle rend possible. Grâce à ce parti pris, la littérature contemporaine gagne en importance, comme on peut le voir dans le tableau suivant :

Tableau 3 : Les auteurs les plus étudiés en Allemagne

Tableau 3 : Les auteurs les plus étudiés en Allemagne

23La critique en Allemagne, encore des décennies après la Deuxième Guerre mondiale, affiche une nette préférence pour des auteurs contemporains, mais inclut également, avec Molière, un auteur classique dans ces préférences. Cette dernière particularité s’explique par le fait que, étant une philologie étrangère, les études romanes jouent le rôle de médiateur entre la littérature et la culture étrangère d’une part et le système scolaire de l’autre. En France, cette fonction existe évidemment aussi, mais elle peut être assumée par d’autres instances compétentes et ne constitue pas une obligation pour la recherche et l’enseignement universitaire. Par contre, si les auteurs du 20e siècle dominent, c’est certainement dû au fait que, beaucoup plus que les philologies nationales, les philologies étrangères se permettent de se pencher sur l’état actuel d’une autre. En effet, il est à supposer que toute recherche en matière de littérature est également à la recherche de sa différence, de son altérité. Pour les philologies de langues étrangères, cette altérité est un apriori de leur approche, elle est donnée d’emblée avec son objet d’étude même. La philologie nationale ne dispose point de cette différence préalable, mais elle peut l’introduire grâce aux études consacrées à une époque révolue. Ce qui frappe également dans la statistique des travaux allemands, c’est que c’est Sartre, et non, comme en général, Balzac, qui occupe la position de l’auteur le plus étudié.

4.2 La décennie de 1997 à 2007

24Examinons maintenant les auteurs les plus étudiés pendant la décennie qui s’étend de 1997 à 2007.

Graphique 10 : Les auteurs les plus étudiés en Allemagne (1997-2007)

Graphique 10 : Les auteurs les plus étudiés en Allemagne (1997-2007)

25Ce qui peut surprendre, c’est que, Beckett mis à part, nous ne découvrons aucun nouveau romancier et aucun auteur de la deuxième génération de Minuit ou de ce que l’on pourrait appeler « le roman nouveau », même si celui-ci se trouve, comme par exemple Jean Echenoz, consacré par un Prix Goncourt ! On note également que, entre 1997 et 2007, Marcel Proust a pris la première place à Jean-Paul Sartre, ceci malgré les éphémérides organisées autour du centième anniversaire de celui-ci, ce qui a donné lieu à de nombreux colloques, recueils et numéros spéciaux de revues littéraires. Sartre est suivi de Beckett, de Valéry, de Camus et de Beauvoir, ce qui fait que parmi les 8 auteurs les plus étudiés du 20e siècle se trouvent trois auteurs existentialistes. Ce phénomène s’inscrit dans une continuité qui dure depuis un demi-siècle, où l’existentialisme était la coqueluche des études littéraires en Allemagne. La statistique nous apprend également que ce ne sont pas forcément les auteurs les plus en vue, comme par exemple le nouveau roman ou bien la nouvelle école de Minuit, qui sont aussi les auteurs les plus lus. Le rôle prépondérant de l’existentialisme apparaît d’autant plus remarquable si l’on prend en considération la critique poststructuraliste de l’existentialisme, très répandue également en Allemagne.

26En effet, en France, ce n’est qu’au cours des dernières années, surtout grâce au centenaire de la naissance de Sartre célébré en 2005, que l’auteur est redevenu une référence incontournable. En Allemagne par contre, la fascination pour l’existentialisme ne semble pas avoir été interrompue, elle commence immédiatement après la Deuxième Guerre mondiale et ne s’est, en réalité, jamais éteinte. Les raisons de cette dominance sont multiples. En premier lieu, il faut dire que Sartre et l’existentialisme permettaient aux intellectuels allemands attirés par l’existentialisme d’avant-guerre, de combler une lacune que l’engagement de Heidegger pour le national-socialisme avait laissée. Le même raisonnement s’applique également à toute une partie de la critique allemande : avec Sartre et Camus, les romanistes disposaient d’auteurs qui, grâce à leur engagement pendant l’occupation allemande, avaient acquis une légitimité, qui, au contraire des problèmes auxquels étaient confrontés les germanistes, constituait l’attrait considérable des études romanes, car celles-ci permettaient de se détourner de l’histoire problématique du pays. La conception de la « littérature engagée » donnait en plus l’espoir ou bien l’illusion de pouvoir contribuer à empêcher une deuxième catastrophe tout en s’occupant de littérature.

  • 15 Alain Robbe-Grillet. Pour un nouveau roman. Paris : Minuit 1963, p. 18.

27Quant à Samuel Beckett, son importance dans les statistiques s’explique aussi par le fait qu’il représente à lui seul deux courants littéraires bien distincts, c’est-à-dire le théâtre de l’absurde et le nouveau roman, donc les deux grands courants littéraires qui ont marqué la période après l’existentialisme, surtout à partir des années 50. L’opposition entre les deux courants concerne surtout le fait que le théâtre de l’absurde, malgré sa négation du sens, ou mieux à cause de celle-ci, est toujours impliqué dans une épistémè qui présuppose un sens tandis que le nouveau roman constate – pour reprendre une célèbre formule d’Alain Robbe-Grillet – que « […] le monde n’est ni signifiant ni absurde. Il est, tout simplement ».15 Cependant, l’attrait particulier du théâtre de l’absurde pour la critique allemande résidait plutôt dans une révolution de la forme théâtrale beaucoup plus radicale que par exemple celle du théâtre brechtien avec ses techniques épiques de distanciation.

  • 16 Michel Houellebecq. Les particules élémentaires. Paris : Flammarion 1998.

28L’apparition de Michel Houellebecq sur la liste des auteurs les plus étudiés mérite également un commentaire, car la publication des Particules élémentaires, donc du livre qui l’a fait connaître en Allemagne, ne date que de 1998.16 En fait, l’auteur à provocation et grand succès a éveillé la curiosité de la critique allemande, surtout probablement à cause de la tension entre la facilité d’une écriture lisse et souvent aplatie d’une part, une véritable « plateforme » et des sujets qui ont provoqué toute la génération de 68 en Allemagne d’autre part. Il faut cependant signaler que certains critiques de l’Allemagne de l’Est, bien ancrés dans la tradition marxisante, situent Houellebecq encore dans une continuité du naturalisme. De cette manière, l’auteur en question est à la une de différents courants de la critique, mais ceci pour des raisons bien différentes, voire parfois opposées les unes aux autres.

4.3 Les sujets et les thèmes

29En général, la Bibliographie d’histoire littéraire française recense comme objets d’étude surtout des auteurs, des œuvres et des siècles. De ce fait, Arnold Rothe consacre une grande partie de son analyse à cet aspect des travaux de recherche et comprend dans une même analyse les différents sujets d’étude et les méthodes de leur analyse. Cependant, si nous voulons savoir quels sont les thèmes les plus traités, il faut séparer les méthodes des sujets. Plus qu’une analyse purement quantitative des auteurs et des œuvres les plus étudiées, une approche transversale pourrait donner une idée des domaines de recherche les plus cotés et donner de cette manière une image plus concrète des préoccupations d’une philologie nationale. Voici les résultats pour la dernière décennie :

Graphique 11 : Les sujets traités par la critique allemande

Graphique 11 : Les sujets traités par la critique allemande

30Il n’est probablement pas surprenant qu’une philologie de langue étrangère consacre la plus grande partie de ses recherches à des questions d’identité. Néanmoins, la plus grande partie des ces travaux sur l’identité, à savoir 58 % selon nos statistiques, sont consacrés à l’étude de l’identité de genre sexuel, parmi ceux-ci à peu près 30 % traitent évidemment l’identité féminine, 20 % l’écriture féminine et encore 20 % la représentation de la femme dans la littérature, le reste étant occupé par des études sur l’homosexualité et la transsexualité.

31La deuxième place dans le classement des travaux sur l’identité est occupée par des études sur l’identité collective et nationale, dont plus de la moitié analysent l’évolution de l’identité culturelle dans le cadre d’une situation postcoloniale, dans la plupart des cas en Afrique du Nord. Approximativement 20 % des études sur l’identité collective examinent la création littéraire dans le contexte de la migration avec, encore une fois, une focalisation sur la migration nord-africaine, tandis que le reste des travaux, c’est-à-dire à peu près 30 %, s’occupe des contacts interculturels qui résultent de l’imbrication économique ou politique. Dans ce domaine, les publications sur la littérature du Québec occupent évidemment une place de première importance. Les questions d’identité individuelle, quant à elles, occupent une place de moindre importance. Dans le cadre de l’identité personnelle, l’optique change un peu, car ici, l’accent est souvent mis sur l’identité comme construction et comme performance dans le cadre d’une réflexion sur soi.

32Le graphique montre que le deuxième rang revient à l’analyse des particularités d’auteurs et d’œuvres permettant leur attribution à certains courants du vingtième siècle. Dans ce cadre, l’existentialisme occupe encore une fois la première place avec 67 % des études, suivi par des recherches sur l’avant-garde et sur la postmodernité.

33Le troisième secteur en importance, les études sur les relations franco-allemandes, constitue certainement une spécificité de toute philologie étrangère. Dans ce domaine, les études des relations littéraires entre la France et l’Allemagne occupent une place de premier choix avec un tiers des travaux, suivies de près par les relations culturelles entre les deux pays (28 %) et des sujets d’ordre imagologiques (16 %) qui examinent l’image de la France en Allemagne et de l’Allemagne dans la littérature française. D’autres études se consacrent à la littérature française dans une perspective comparatiste (13 %) ou bien à la réception de la littérature française ou allemande dans le pays voisin (12 %).

34Avec 12 % des publications, les études d’ordre théorique prennent toujours beaucoup de place dans l’ensemble des études littéraires, alors que les critiques ferventes de la « terreur théorique » laisseraient supposer une part plus petite. Quand on examine ce domaine de plus près, il s’avère que les travaux sur le temps, l’espace et le chronotope, notion de Michail Bakhtine, prennent une place considérable dans les préoccupations théoriques, une importance probablement due au tournant spatial dans la critique contemporaine. Dans le domaine de la théorie, l’intermédialité occupe, avec 38 % des recherches, le deuxième rang, ce qui représente probablement une particularité de la romanistique allemande, sur laquelle nous allons revenir plus tard, tout le reste n’occupant dans l’ensemble que 18 % des travaux de recherche en théorie littéraire.

4.4. Orientations méthodologiques des travaux de recherche

35Dans le paragraphe précédent, il était question des publications consacrées exclusivement aux problèmes de la théorie littéraire et pour lesquelles les œuvres concrètes ne sont que des exemples, des pierres de touche ou bien des objets d’application. Dans ce paragraphe, nous proposons une analyse quantitative des travaux qui ont choisi une certaine approche méthodologique, mais pour lesquels cette approche n’est pas un but en soi, sinon un moyen de mener à bien la recherche sur une époque, un mouvement, un auteur ou une œuvre particulière. Cependant, il est évident que l’on ne peut pas toujours distinguer clairement les deux aspects, car un certain sujet, comme par exemple l’image de la littérature française en Allemagne, appelle une certaine méthode, en ce cas l’imagologie, et vice versa. Nous allons d’abord jeter un coup d’œil sur les partis pris méthodologiques au niveau international pour mettre en relief le profil de l’approche romanistique devant cette toile de fond :

  • 17 Le tableau ne reproduit que les 20 premiers rangs des méthodes. Pour une présentation plus complète (...)

Tableau 4 : Objets d’études et méthodes17

Rang

Approche / Méthode

Chiffres absolus

Pourcentages

1

L'Homme et l'œuvre

3272

11,28

2

Interprétation d'une œuvre

3162

10,90

3

Études thématiques

2269

7,82

4

Études comparées

2260

7,79

5

Motifs littéraires

2036

7,02

6

Éditions

1788

6,16

7

Études stylistiques

1693

5,84

8

Politique et société

1356

4,67

9

Intertextualité

1355

4,67

10

Histoire des idées

1263

4,35

11

Commentaire

924

3,19

12

Structures et techniques narratives

884

3,05

13

République des lettres

838

2,89

14

Francophonie

768

2,65

15

Histoire de la discipline

718

2,48

16

Bibliographies, ouvrage de référence

651

2,24

17

Arts

618

2,13

18

Poétique

524

1,81

19

Théorie et méthodes

461

1,59

20

Linguistique

457

1,58

36Contrairement à ce que l’on pourrait supposer après tant d’années de discussions théoriques intenses, le tableau qui fait état des différentes approches au niveau mondial montre clairement que les méthodes traditionnelles occupent toujours la première place dans le cadre des études littéraires. Les interprétations des œuvres dans leur relation avec l’auteur et les études thématiques constituent le gros du travail critique habituel. Suivent les études comparées, les recherches sur les motifs littéraires, les éditions et les études stylistiques. Le tableau précédent, avec la totalité des orientations méthodologiques dans tous les pays recensés par l’étude d’Arnold Rothe, constitue un arrière-plan idéal, devant lequel se profilent les différentes orientations nationales.

Tableau 5 : Orientations méthodologiques et théoriques

Tableau 5 : Orientations méthodologiques et théoriques
  • 18 Pour une analyse plus approfondie, il est utile de consulter le livre d’Arnold Rothe (Rothe 2007, p (...)
  • 19 Évidemment, ce que l’on appelle une attitude fortement théorique ou même ce qui est identifié comme (...)
  • 20 S’il est permis de compléter les résultats de l’analyse encore une fois par une expérience personne (...)

37On ne saurait présenter ici une analyse des différences entre les diverses approches critiques nationales.18 Dans ce qui suit, nous nous limiterons à la comparaison de la France et de l’Allemagne. En fait, comme on peut le voir dans le tableau ci-dessus, les études littéraires en France se distinguaient, entre 1956 et 1988, par une approche marquée par l’intertextualité, l’explication de textes, l’établissement de relations entre l’homme et l’œuvre et les éditions critiques de textes classiques. À la même époque, la critique allemande se tourne plutôt vers l’analyse de la relation entre littérature et société et sur la théorie et les méthodes littéraires.19 Deux remarques s’imposent ici : d’abord, on pourrait être tenté de reprocher à cette analyse de contredire la dominance du structuralisme et du poststructuralisme dans les années soixante et soixante-dix. Ceci est certainement vrai pour la visibilité de certains courants, mais l’analyse quantitative montre que la plus grande partie de la critique universitaire de ces deux décennies se consacre toujours à des méthodes plutôt traditionnelles.20 En fait, une théorie ou une méthode se font remarquer justement puisqu’elles se distinguent de la pratique traditionnelle. C’est évidemment parce qu’elles font exception qu’elles font parler d’elles, tandis que la plus grande partie de la critique poursuit ses activités habituelles sans être au centre des débats. Néanmoins, un intérêt plus ou moins marqué pour la théorie peut servir également d’élément de distinction entre les différentes philologies nationales. Ainsi, quand on examine le tableau statistique représenté ci-dessous dans le détail, il apparaît que la critique allemande affiche une nette préférence pour la théorie et la méthode qui constituent une de ses spécificités.

  • 21 Arnold Rothe 2007, p. 147.

Graphique 12 : Déviance de la critique allemande par rapport à la critique internationale21

Graphique 12 : Déviance de la critique allemande par rapport à la critique internationale21
  • 22 Wilhelm Dilthey. Einleitung in die Geisteswissenschaften : Versuch einer Grundlegung für das Studiu (...)

38Cette particularité s’explique certainement par le fait que le modèle critique allemand a hérité du fondateur des sciences humaines en Allemagne, Wilhelm Dilthey, une recherche appuyée sur sa propre légitimation comme « science ».22 Il en est de même pour l’importance accordée aux études sur l’histoire de la discipline, une préférence que la critique allemande partage avec son homologue italienne. À cause de sa particularité de rassembler sous le toit d’une même discipline des études très divergentes sur plusieurs littératures nationales, la romanistique s’est souvent penchée sur l’histoire de sa discipline, même si les études historiques résultantes sont consacrées à plusieurs pays. En fait, la cause de cet intérêt particulier pour la discipline, sa théorie, ses méthodes et son histoire se voit également dans la troisième catégorie qui fait la particularité de la critique allemande, à savoir les études comparées qui découlent directement de la conception d’une discipline qui englobe plusieurs langues et littératures en même temps. Deux points importants des décennies passées sont à signaler : les études psychologiques et sociologiques d’œuvres littéraires et l’histoire des idées. Il nous reste à déterminer si cet intérêt marqué pour les différents aspects théoriques de la discipline, qui avait marqué la romanistique pendant plus de trois décennies, se manifeste aussi pendant la période toute récente qui s’étend de 1997 à 2007.

Graphique 13 : Approches théoriques et orientations méthodologiques

Graphique 13 : Approches théoriques et orientations méthodologiques

39Les collègues allemands à qui nous avons montré ce diagramme se sont tous montrés surpris, car il suggère le même constat que pour les périodes précédentes, à savoir que les approches théoriques qui sont le plus en vue ne sont pas forcément celles qui constituent la grande majorité des études. En fait, la plus grande partie des études se consacre toujours à une interprétation plutôt herméneutique, marquée par l’esthétique de la réception. Arrivent en deuxième position les études culturelles avec des sujets comme la mémoire collective (Maurice Halbwachs), la mémoire culturelle (Jan Assmann) et les lieux de mémoire (Pierre Nora). Cependant, si 40 % des études culturelles se placent dans le domaine de l’interculturel, 25 % s’appuient sur la théorie du postcolonialisme et surtout sur la théorie du troisième espace de Homi K. Bhabha, le reste étant occupé par des conceptions de l’identité culturelle telles qu’elles sont développées par des œuvres littéraires concrètes. La théorie féministe, quant à elle, se consacre surtout à des travaux sur le genre sexuel (« gender » selon Judith Butler), qui le considère, à la différence du sexe, comme le résultat d’une construction. Dans ce contexte, il s’agit surtout d’analyses de la féminité et de la masculinité dans les œuvres littéraires. Ce qui frappe, c’est que les études féministes classiques ne représentent plus que dix pour cent des études littéraires en général, une baisse qui s’explique par l’augmentation des « gender studies ».

40Le secteur des études comparées demande également des précisions. Dans la plupart des cas, il s’agit d’études imagologiques qui découlent directement de la condition de la romanistique comme philologie étrangère. La deuxième place dans ce secteur est occupée par des études qui comparent en particulier la littérature française avec la littérature allemande. À côté de ce type d’études centrées sur la France et l’Allemagne, il faut mentionner les études qui comparent des auteurs ou des œuvres de la littérature française avec celles provenant d’autres cultures romanes, comme par exemple la littérature espagnole ou bien la littérature italienne.

41Le poststructuralisme occupe à peu près 10 pour cent des publications, dans la plupart des cas dans le contexte de la littérature postmoderne. En majorité, ces essais poststructuralistes, surtout dans le versant déconstructiviste, sont plutôt d’ordre théorique. Pour l’instant, le nombre de travaux qui se consacrent à l’analyse concrète des œuvres littéraires n’est pas encore aussi grand que celui réalisé par exemple par l’analyse du discours selon Michel Foucault, qui a déjà inspiré un nombre considérable d’analyses concrètes. Sur le plan quantitatif, la psychanalyse joue un rôle nettement moins important, elle est d’importance surtout dans le cadre du poststructuralisme de provenance lacanienne.

  • 23 Hans-Georg Gadamer. Wahrheit und Methode. Tübingen : Mohr 1960.

42L’apparente absence de travaux structuralistes et sémiotiques appelle également un commentaire. Si des travaux d’orientation structuraliste ou sémiotique ne figurent point parmi les méthodes les plus visibles, cela est paradoxalement dû au fait que les instruments d’analyse littéraire développés par ces deux courants de la critique se sont tellement généralisés qu’ils ne sont plus perçus comme faisant partie d’une théorie ou d’une méthode particulière, mais qu’ils sont considérés comme des « évidences » théoriques, conceptuelles et méthodologiques, qu’il n’est plus nécessaire de mentionner spécialement. C’est donc curieusement grâce à leur généralisation que les instruments développés par ces deux courants ne sont plus mentionnés de manière explicite. Ceci est d’autant plus surprenant que, en Allemagne, le structuralisme et la sémiotique ont dû se faire une place à côté d’une l’herméneutique très dominante. C’est la tradition de Dilthey revivifiée par les disciples de Heidegger comme par exemple Hans-Georg Gadamer dans son œuvre magistrale Vérité et méthode, qui a exercé une influence considérable sur la critique littéraire.23 C’est en réaction à cette école et à sa prédilection pour l’interprétation herméneutique des textes que le structuralisme et la sémiotique ont essayé de fonder la critique sur des méthodes rigoureuses permettant un examen intersubjectif des thèses, explications et interprétations. Inutile d’insister sur le fait que cette école de la critique allemande a été fortement influencée par le structuralisme et la sémiotique français. En premier lieu, il faut citer ici, entre autres, Claude Lévi-Strauss, le premier Roland Barthes, Gérard Genette et Tzvetan Todorov. En même temps les disciples directs ou bien indirects de Gadamer ont créé la « théorie de la réception », un courant inspiré par des romanistes allemands comme par exemple Hans-Robert Jauss, Rainer Warning ou bien Karlheinz Stierle.

  • 24 Marshall McLuhan. Understanding Media : the extensions of man. London : Routledge 1994, p. 7.

43Le poststructuralisme et « l‘école de Francfort », en particulier Theodor W. Adorno, Max Horkheimer ou bien Walter Benjamin, avaient contribué à fonder tout un courant interdisciplinaire, dont la spécialité était la recherche sur les fondements médiologiques de la littérature et d’autres médias. Ce fut le groupe « Analyse métadisciplinaire de la littérature » qui constituait à cette époque une espèce de noyau de discussions, de colloques et d’ateliers qui servait également de plaque tournante entre la théorie française et la critique allemande. En Allemagne, la théorie des médias a joué un rôle particulièrement important pour les études littéraires. Il s’est créé un courant critique qui prônait une espèce de « matérialisme des médias » considérant les médias comme l’infrastructure de la communication littéraire, tandis qu’ils reléguaient les messages au niveau de la superstructure, à l’instar du fameux slogan de Marshal McLuhan selon lequel « the medium is the message ».24 Ce nouveau matérialisme médiatique fournit les bases de l’analyse de l’intermédialité, comme elle se concrétise dans les relations entre les médias, tel que, par exemple, le rapport entre littérature et cinéma. Il s’agit là moins de la question traditionnelle de l’adaptation cinématographique d’une œuvre littéraire que des transferts multiples entre les médias, comme par exemple l’emploi de techniques cinématographiques en littérature (nouveau roman) ou bien de la transposition des catégories et structures de la communication littéraire sur le cinéma (nouvelle vague). Cette base médiatique ou plutôt médiologique (Régis Debray) permet parfois à la critique allemande de faire une contribution à la critique de la littérature française qui ne se pratique pas tellement en France, comme c’est le cas pour les pièces radiophoniques, leur théorie et leur analyse, champ d’investigation peu pratiqué en France alors que, grâce aux audio-books, le genre est en pleine recrudescence.

  • 25 Niklas Luhmann. Die Kunst der Gesellschaft. Frankfurt : Suhrkamp 1995.
  • 26 Pierre Bourdieu. Les règles de l’art : genèse et structure du camp littéraire. Paris : Seuil 1992.

44Une autre particularité de la critique allemande de la dernière décennie réside dans la forte influence exercée par la théorie des systèmes selon le sociologue Niklas Luhmann, qui comprend le champ littéraire comme système autoreproducteur qui ne suit, à l’instar de tous les autres systèmes sociaux, que ses propres règles.25 La théorie des systèmes partage cette conception d’une certaine autonomie du champ littéraire avec une autre approche d’orientation sociologique qui est d’orientation structuraliste. Il s’agit bien sûr de la théorie de Pierre Bourdieu qui jouit d’un prestige considérable auprès des chercheurs allemands orientés vers la sociologie de la littérature.26

45Un autre point fort de la critique allemande est également bien ancré dans la tradition du pays. Si la science des médias analyse les « conditions de possibilité » de la communication littéraire, les études du temps et de l’espace quant à eux, s’occupent des deux aprioris les plus importants de la production et réception littéraires qui constituent en même temps les objets de la représentation et configuration des œuvres. Depuis trente ans, les études sur le temps en littérature ont perdu un peu d’importance, en ce moment nous assistons à un tournant « spatialiste » de la critique.

5. Conclusion

  • 27 Emmanuel Kant, Kritik der reinen Vernunft, dans : Immanuel Kant, Werke, Wilhelm Weischedel (éd.), v (...)

46L’étude présente ne prétend nullement exposer une vision globale de l’état de la critique universitaire internationale. Elle se limite à indiquer certaines tendances générales qui servent à faire apparaître quelques caractéristiques de la critique allemande des dernières décennies. De surcroît, une analyse quantitative ne saurait faire découvrir les approches théoriques les plus fructueuses et prometteuses. Pour entreprendre ce travail, il faudrait recourir à des jugements plus pointus et forcément plus subjectifs, ce qui est impossible dans le cadre d’une présentation de l’approche romanistique dans son ensemble. Pour la même raison, nous nous sommes abstenus de désigner des œuvres ou des critiques particulières. Pour mieux connaître la critique allemande, mais également internationale, il serait utile de consulter la Bibliographie d’histoire littéraire française fondée par Otto Klapp. À titre de conclusion, on pourrait peut-être affirmer que les divergences entre les différentes cultures de la critique universitaire contiennent un potentiel extrêmement grand, à condition de les faire fructifier au moyen d’un dialogue intense et international. Ceci est particulièrement le cas pour le dialogue entre théorie et pratique. Comme nous le savons depuis Emmanuel Kant, l’expérience sans concepts est aveugle, tandis que les notions sans perceptions sont vides ou bien creuses.27 Si nous transposons les termes kantiens dans le domaine de la critique littéraire, ceci voudrait dire que les explications de textes sans théorie seraient aveugles, tandis que les théories sans l’expérience des textes seraient vides. Parfois, on ne peut s’empêcher de souhaiter un dialogue plus intense entre ces deux dimensions de la critique universitaire.

Notes

1 Otto Klapp. Bibliographie der französischen Literaturwissenschaft/Bibliographie d’histoire littéraire française. Frankfurt : Klostermann. 1960ss.

2 Arnold Rothe. Die Erforschung der französischen Literatur im internationalen Vergleich : eine statistische Fachgeschichte 1956 – 1988. Darmstadt : Wissenschaftliche Buchgesellschaft 2007.

3 Dans ce qui suit, les chiffres pour les années entre 1956 et 1988 proviennent toujours de l’étude exemplaire d‘Arnold Rothe, Die Erforschung der französischen Literatur, 2007, ici p. 11.

4 Selon Arnold Rothe 2007, p. 15.

5 Selon Rothe 2007, p. 29

6 Cf. Rothe 2007, p. 32.

7 La procédure de nomination de professeurs des universités constitue un motif supplémentaire pour cette pratique, car les commissions de spécialistes sont interdisciplinaires, ce qui fait qu’elles sont composées de collègues qui ne lisent pas forcément le français.

8 Cf. Gerhard Helbig. Geschichte der neueren Sprachwissenschaft. Reinbek b. Hamburg : Rowohlt 1974, pp. 14-20.

9 Un résumé assez bref de l’histoire de la „Romanistique « se trouve dans l’article de Maria Lieber, „Die Geschichte der Romanistik an deutschen Universitäten″ dans : Ingo Kolboom/Thomas Kotschi/Edward Reichel (Hg.) : Handbuch Französisch. Sprache – Literatur – Kultur – Gesellschaft. Für Studium, Lehre, Praxis. Berlin : Erich Schmidt Verlag 2002, pp. 835 – 844, ici p. 836. Pour plus de détails sur la fondation de la première chaire de philologie romane cf. Willi Hirdt, Romanistik : eine Bonner Erfindung, 2 volumes, Volume I : Darstellung, Volume II : Dokumentation. Bonn : Bouvier 1993.

10 Pour une discussion des critiques et conceptions de la Romanistique allemande cf. Jochen Mecke (éd.). ″Romanistik 2006 : Revisionen, Positionen, Visionen″ Volume spécial de la Romanische Zeitschrift für Literaturgeschichte/Cahiers d’Histoire des Littératures Romanes, vol. 3/4 Heidelberg : Winter 2005.

11 Pour une étude plus approfondie de la structure de la Romanistique et de son potentiel cf. Jochen Mecke, „Romanistik : Die Möglichkeit eines Fachs – ein Fach der Möglichkeiten, dans : Jochen Mecke (Hg.), „Romanistik 2006 : Revisionen, Positionen, Visionen″, Romanistische Zeitschrift für Literaturgeschichte. Band 3/4. Heidelberg : Winter Verlag 2005, pp. 325-358.

12 David Lodge. Changing Places. London : Secker and Warburg 1986, pp. 29s.

13 Cf. Karl Raimund Popper. Logik der Forschung. Sixième édition. Tübingen : Mohr 1976, p. 20.

14 Antoine Compagnon. Le démon de la théorie. Paris : Seuil 2001.

15 Alain Robbe-Grillet. Pour un nouveau roman. Paris : Minuit 1963, p. 18.

16 Michel Houellebecq. Les particules élémentaires. Paris : Flammarion 1998.

17 Le tableau ne reproduit que les 20 premiers rangs des méthodes. Pour une présentation plus complète v. Arnold Rothe 2007, p. 124. Il faut rappeler que les chiffres ne correspondent pas à la totalité des études publiées entre 1956 et 1988, mais seulement à la somme des publications pendant les années où ont été opérées les coupes synchroniques.

18 Pour une analyse plus approfondie, il est utile de consulter le livre d’Arnold Rothe (Rothe 2007, p. 128ss).

19 Évidemment, ce que l’on appelle une attitude fortement théorique ou même ce qui est identifié comme de la « théorie » diffère également en fonction des cultures critiques des pays. Dans un colloque de chercheurs sur la littérature espagnole et latino-américaine qui avait lieu en France, un collègue italien remarqua que les Français étaient toujours très portés sur des questions théoriques, tandis qu’un collègue allemand avait plutôt le sentiment que les aspects théoriques faisaient défaut.

20 S’il est permis de compléter les résultats de l’analyse encore une fois par une expérience personnelle, je pourrais me référer ici à mes propres attentes quand j’ai commencé mes études en France. Je croyais arriver dans une université où le structuralisme et le poststructuralisme déterminaient les débats de la critique. Or, à mon grand étonnement, il régnait toujours une forme de l’explication de textes traditionnelle et les notions du structuralisme étaient accueillies avec tous les signes manifestes de la surprise pour ne pas parler de la réserve et l’incompréhension complète que rencontraient des approches poststructuralistes déconstructivistes.

21 Arnold Rothe 2007, p. 147.

22 Wilhelm Dilthey. Einleitung in die Geisteswissenschaften : Versuch einer Grundlegung für das Studium der Gesellschaft und der Geschichte. Édition de Bernhard Groethuysen, Wilhelm Dilthey. Gesammelte Schriften, vol 1, 10e édition. Göttingen : Vandenhoeck und Ruprecht 2008.

23 Hans-Georg Gadamer. Wahrheit und Methode. Tübingen : Mohr 1960.

24 Marshall McLuhan. Understanding Media : the extensions of man. London : Routledge 1994, p. 7.

25 Niklas Luhmann. Die Kunst der Gesellschaft. Frankfurt : Suhrkamp 1995.

26 Pierre Bourdieu. Les règles de l’art : genèse et structure du camp littéraire. Paris : Seuil 1992.

27 Emmanuel Kant, Kritik der reinen Vernunft, dans : Immanuel Kant, Werke, Wilhelm Weischedel (éd.), vol 3. Darmstadt : Wissenschaftliche Buchgesellschaft, p. 98.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : L’évolution des études littéraires françaises au niveau mondial3
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/13799/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Graphique 2 : La part des siècles dans les recherches des six pays les plus importants4
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/13799/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Graphique 3 : Évolution des études sur les différents siècles5
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/13799/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Graphique 4 : La contribution de chaque pays (selon Rothe 2007, p. 15).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/13799/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Graphique 5 : La contribution des six pays les plus importants à l’ensemble de la recherche
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/13799/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Graphique 6 : La part du 20e siècle
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/13799/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Graphique 7 : Évolution des contributions à la recherche sur le 20e siècle
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/13799/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique 8 : Évolution des études vingtièmistes en France
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/13799/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Graphique 9 : Évolution des études sur le 20e siècle en Allemagne
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/13799/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Tableau 1 : Les auteurs les plus étudiés à l’échelle mondiale
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/13799/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Tableau 2 : Les auteurs les plus étudiés en France
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/13799/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau 3 : Les auteurs les plus étudiés en Allemagne
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/13799/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Graphique 10 : Les auteurs les plus étudiés en Allemagne (1997-2007)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/13799/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Graphique 11 : Les sujets traités par la critique allemande
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/13799/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Tableau 5 : Orientations méthodologiques et théoriques
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/13799/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 984k
Titre Graphique 12 : Déviance de la critique allemande par rapport à la critique internationale21
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/13799/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Graphique 13 : Approches théoriques et orientations méthodologiques
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/13799/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 97k

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search