Version classiqueVersion mobile

La littérature française du 20e siècle lue de l'étranger

 | 
Dominique Viart

Introduction

La littérature française dans le monde

Dominique Viart

Texte intégral

  • 1 Cet article a ensuite donné lieu à un livre publié en France sous le titre Que reste-t-il de la cul (...)

1La culture française serait en danger. Et la littérature plus encore. En 2007, Time magazine faisait sa couverture sur un article de Donald Morrisson, « The Death of French Culture ». On se souvient de l’émoi causé dans notre pays et des réponses alarmées qui jaillirent de toutes parts, soucieuses de réduire les arguments de l’accusation1. On s’inquiète de surcroît - les deux phénomènes sont liés - de la perte d’aura et de diffusion de la langue française dans un univers international de plus en plus largement dominé par un anglais véhiculaire. Les circonstances, on le voit, ne sont guère favorables. D’autant que, dans la mondialisation indifférenciée que nous connaissons, les littératures, pensées comme des activités locales, sont marginalisées sinon malmenées. Toutes doivent affronter la concurrence d’autres formes d’activités, qu’il s’agisse d’acculturation ou de loisir. Et, parmi elles, la littérature française, longtemps considérée comme centrale, serait désormais en voie de provincialisation.

2Telle est du moins l’opinion répandue. Et le monde de l’enseignement et de la recherche, relais majeur des œuvres françaises à l’étranger, témoigne de cette évolution : dans certaines universités, les départements de Littérature française s’effacent en faveur d’autres plus largement consacrés aux littératures étrangères ou francophones, voire aux questions culturelles au sens le plus large. Dans le même temps, on observe un certain désengagement de l’État français, affronté à des contraintes budgétaires de plus en plus serrées, qui conduisent à la fermeture de plusieurs Instituts français à l’étranger…

  • 2 En 2005-2006, les services de L’Association Française d’Action artistique (AFAA), chargée de diffus (...)

3C’est dans ce contexte, qui est aussi celui de la profonde transformation à travers le monde des structures universitaires et, en France, de la refonte des Institutions gouvernementales chargées de veiller à la diffusion de notre culture et de notre littérature2, qu’au sein de la Société d’étude de la littérature française du 20e siècle, nous avons souhaité faire le point sur les recherches consacrées à l’étranger à la littérature française des 20e et 21e siècles. Plutôt que de céder à l’affolement des rumeurs, des inquiétudes et des pamphlets, il nous a paru nécessaire en effet de dresser un état des travaux que continue de susciter la littérature française à travers le monde, autant pour éclairer les esprits sur la réalité de certaines évolutions que pour nous entre-informer des publications, favoriser les échanges et les synergies. Car s’il est un bilan, cet ouvrage se veut aussi prospectif. Sa matière est vivante, composée de chercheurs à l’œuvre, de projets en cours, ouverts sur l’avenir de la recherche.

Panorama de la recherche internationale

  • 3 Didier Alexandre, Michel Collot, Jeanyves Guérin et Michel Murat (ed.), La Traversée des thèses. Bi (...)

4Cette enquête s’inscrit dans la perspective ouverte en 2002 par un colloque sur l’état des recherches vingtiémistes en France dont les Actes ont été publiés sous le titre La Traversée des thèses3. Ce livre avait donné lieu à un recensement et à un dépouillement précis des thèses, de leurs objets, méthodes et corpus. Il n’est évidemment pas possible d’établir un semblable inventaire à l’échelle internationale : nous aurions été débordés par la quantité, par la diversité. Mais, à défaut de se fonder sur les mêmes matériaux statistiques, le présent ouvrage est constitué dans le même esprit, puisqu’il s’agit de mettre en évidence, pour chaque pays représenté, quels sont les objets d’étude privilégiés et les méthodes en vigueur.

5Pour offrir ce panorama de la recherche internationale en littérature française, il était nécessaire d’expliquer d’abord comment celle-ci fonctionne dans chaque pays. Quelles sont les institutions – universités, départements, laboratoires, équipes, centres de recherches, réseaux en place ou en gestation…– qui la portent ; comment s’articulent les enseignements et la recherche ; quelles sont les publications, les revues… Tout cela est important pour la circulation des idées, bien sûr, mais aussi pour la circulation physique des étudiants, doctorants et post-doctorants, français et étrangers, à laquelle nous sommes tous profondément attachés.

6Les diverses contributions se sont bien sûr attachées à établir une sorte d’état des lieux de la recherche, montrant quels sont les écrivains, œuvres, genres, esthétiques, périodes, groupes et mouvements... sur lesquels se concentrent les études en cours, et sur lesquels on a le plus intensément travaillé ces dernières années. Car la profusion des publications, collectées dans les Bibliographies bien connues – Klapp ou Rancoeur – n’en donne que des états cumulatifs, et l’information sur Internet, souvent chaotique et morcelée, n’y suffit pas : il faut aussi les mettre en perspective et éclairer la communauté universitaire sur les fonctionnements locaux, à la fois institutionnels et humains, qui les expliquent en profondeur. Et prendre, le cas échéant, la mesure des mutations en cours.

7Ce n’est pas la constitution d’un « canon international » de la littérature française qui apparaît dans ces pages (il y a d’autres lieux pour cela), mais une représentation de l’image qu’en donnent les universités et centres de recherches étrangers, et de l’intérêt qui s’y porte. L’étude des textes et des auteurs y apparaît travaillée non par l’horizon d’attente des œuvres mais par leurs champs de réception, les enjeux qui les traversent et les débats qui s’y développent. Car il ne s’agit pas seulement de savoir ce à quoi l’on s’intéresse dans telle ou telle partie du monde mais aussi de comprendre pourquoi l’on s’y intéresse, et pourquoi de telle ou telle manière. Ce qui suppose de tenir compte non seulement des diversités d’approches bien naturelles, mais encore de l’importance des contextes culturels – ce qui n’était évidemment pas le cas dans le cadre de l’enquête strictement française. Ces contextes culturels, mais aussi linguistiques, géographiques, historiques, voire politiques, propres à chacune des aires universitaires donnent en effet lieu à des systèmes d’intellections différents, selon les questions qui sont à l’ordre du jour dans les milieux intellectuels et universitaires nationaux.

8Il me semble que c’est ainsi et seulement ainsi que l’on se met en situation de mieux comprendre ce dialogue que le geste critique instaure entre l’œuvre et ses lecteurs, quels qu’ils soient. Ce que nous pouvons chacun découvrir des travaux des autres dans les contributions ici rassemblées nous renseigne ainsi à la fois sur les œuvres étudiées et sur les approches dont elles sont l’objet, et sur les différents types d’impact ou d’effet que ces œuvres peuvent produire au sein de la culture qui les accueillent. C’est pourquoi nous avons convié les collègues étrangers à nous éclairer sur ces phénomènes. Eux seuls pouvaient le faire : ils sont dans le monde entier la pointe avancée de la culture française, les chevilles ouvrières de l’étude de notre littérature.

9La plus grande liberté d’approche leur a été laissée, tant les situations sont diverses, issues d’histoires différentes et déterminées par des contingences de diverses natures. Ainsi, selon les circonstances, était-il nécessaire d’ouvrir l’enquête en amont, sur l’ensemble du siècle et de ses vicissitudes (c’est le cas de la Chine ou de la République tchèque…), ou, au contraire, de restreindre le champ à la période récente (Allemagne depuis la Réunification, Russie depuis la Perestroïka). De même, selon les pays, les annexes ne sont pas de même nature (tableaux, présentation des Centres de recherches, listes de traductions ou de publications, palmarès des auteurs ou des œuvres étudiées…) : c’est que la manière dont s’organisent les études suppose de mettre l’accent sur tel ou tel paramètre plus révélateur ici qu’ailleurs.

Des tendances partagées

  • 4 Arnold Rothe. Die Erforschung der französischen Literatur im internationalen Vergleich : eine stati (...)

10Il est difficile de proposer dans la présente introduction une synthèse de ces interventions, car les grandes tendances ne se confirment pas forcément d’un pays à l’autre. On trouvera néanmoins dans l’intervention liminaire de Jochen Mecke une précieuse étude statistique sur les recherches consacrées à la littérature française dans le monde, fondée sur l’enquête initialement publiée par Arnold Rothe4 et prolongée par notre collègue. Avant d’en venir à la présentation de chaque situation nationale, cette contribution a le mérite de livrer un cadre d’intellection générale et d’offrir un panorama global, au sein duquel l’ensemble des analyses ponctuelles prend sens.

11On y trouve notamment la confirmation d’une montée en puissance des études vingtiémistes par rapport à celles consacrées aux autres siècles. Ce point est d’autant plus remarquable que, comme on le sait, nos collègues étrangers ne connaissent pas les spécialisations séculaires qui divisent le corps universitaire français. Chacun est censé enseigner l’ensemble de notre littérature, même si, au sein de cette compétence générale, des préférences de recherche se manifestent bien évidemment. Or ces préférences favorisent souvent le 20e siècle. Cela atteste à la fois de la vitalité de ce corpus, mais aussi de l’intérêt des étudiants et de la demande dont il est l’objet. De fait, si la place allouée à la littérature française est en recul dans bien des endroits (aux États-Unis, en Australie, en Flandre…), celle-ci se maintient ailleurs et manifeste même parfois une certaine vigueur (en Grande-Bretagne, au Canada…) grâce justement à cette attention plus insistante portée au 20e siècle.

12Toutefois, ce « 20e siècle littéraire » n’est pas seulement « français » : les littératures de langue française (ou de langues françaises, au pluriel, selon la notion qui tend actuellement à se généraliser) sont plus largement prises en compte, au détriment, souvent, de celle de l’hexagone. La plupart des intervenants en ont fait le constat, selon un mouvement qui va des États-Unis (Gerald Prince) jusqu’en République Tchèque (Petr Kylousek) ou en Israël (Ruth Amossy). Nous n’avons pas souhaité aller au delà de ce constat, considérant que la vaste variété des études francophones, en plein essor, méritait une étude spécifique et nous réservant d’y revenir lors d’un prochain colloque de la SELF 20e, qui formera un troisième volet de l’enquête commencée avec La Traversée des thèses.

Corpus

13La littérature française du 20e siècle n’est en outre pas traitée comme un corpus homogène. Si certaines périodes et auteurs demeurent particulièrement étudiés (notamment Proust, le Surréalisme, les Avant-gardes…), d’autres sont délaissés (en particulier le second quart du siècle, à quelques exceptions près, comme Céline) ou marquent parfois le pas (le « nouveau roman » dont le succès international s’amoindrit dans certains pays). Le milieu du siècle, en revanche, continue de retenir l’attention, notamment l’existentialisme, avec parfois des « rééquilibrages », en faveur de Simone de Beauvoir bénéficiant de l’élan des études féminines par rapport à un Sartre, dont l’œuvre se maintient cependant dans la plupart des cas. Un autre fait remarquable est l’importance prise par la littérature « très » contemporaine dans nombre de pays. Si ce phénomène s’observe également en France, il paraît encore plus accentué à l’étranger et sans doute faut-il y voir encore un signe positif, car cela montre que l’attention demeure forte envers ce que la littérature française continue de produire et donc que l’image de la France comme « nation littéraire » n’est pas aussi dégradée que le prétend une certaine doxa.

14Mais il y a un envers à ce succès de la littérature d’aujourd’hui : les canaux par lesquels elle parvient à nos confrères étrangers sont largement tributaires de la presse, et notamment d’une presse « grand public » qui n’a pas forcément les mêmes exigences que les chercheurs. Si bien que l’on voit parfois des phénomènes éditoriaux purement commerciaux et sans grande « valeur littéraire » aux yeux des universitaires français devenir ailleurs des objets de recherche plus légitimes. Il est vrai, d’une part, que ces textes, dont l’abord est facile, servent fréquemment de supports d’apprentissage de la langue et non de corpus d’étude ; d’autre part que leur approche est parfois de type « culturel » ou « civilisationnel » et non poétique ou littéraire. Mais plus profondément, cela montre aussi que les critères de constitution des corpus ne sont pas les mêmes d’un pays à l’autre, ce qui continue en outre de valoir à la France une réputation d’élitisme, parfois critiquée par nos collègues.

Genres

15Du point de vue générique, le roman l’emporte haut la main, selon une tendance de plus en plus marquée qui s’observe aussi en France, comme l’avait déjà constaté La Traversée des thèses. La poésie, surtout, en fait les frais, car le théâtre bénéficie d’autres relais et les textes courts comme les nouvelles conservent le relatif avantage de leur maniabilité pédagogique. Mais une tendance s’affirme, assez largement partagée, qui soutient l’intérêt pour les essais et les textes d’idées. Le succès de Bataille dont l’œuvre suscite nombre de traductions et de travaux, notamment en Italie et au Japon, en est un exemple frappant.

16Du reste cet intérêt pour la pensée ne rejaillit pas seulement sur la sélection générique : il concerne aussi les méthodes critiques. Car si le roman triomphe, ce n’est plus tellement dans le cadre d’études de « l’imaginaire romanesque », mais en lien avec des réflexions issues des sciences humaines, soit que le roman soit envisagé à l’aide de concepts philosophiques, ou sociologiques, selon une mouvement encouragé par les cultural studies, soit que le chercheur cherche à démêler le discours qui s’y tient et qu’il confronte à celui que telle ou telle science humaine développe de son côté. C’est le signe que la littérature apparaît moins aux chercheurs d’aujourd’hui comme le lieu d’expression de l’imagination ou de la rêverie que comme celui de la pensée sur le monde – option partagée du reste par nombre d’écrivains contemporains.

Méthodes

17Ces remarques conduisent naturellement à interroger le choix des méthodes, selon l’aire géographique, linguistique ou culturelle à laquelle appartiennent les universités. On ne peut négliger l’importance de la tradition, qu’elle soit romanistique, philologique, herméneutique ou qu’elle privilégie plus simplement l’histoire littéraire. Il est du reste curieux de constater que certaines pratiques culturelles ancestrales influent sur le privilège accordé à telle méthode critique et, par exemple, d’apprendre que le goût japonais pour la calligraphie favorise la génétique des textes et l’étude des manuscrits.

18Mais au delà de ces spécificités historiques, force est de constater un certain nombre de phénomènes dominants : c’est peut-être là, en effet, que les tendances sont les plus générales. Le formalisme, que le succès du structuralisme avait diffusé à travers le monde, est désormais assez largement délaissé. Mais encore faut-il nuancer un tel propos. Car son succès n’était parfois qu’un effet de mise en évidence de quelques chercheurs remarquables et singuliers, au sein d’universités où les méthodes traditionnelles demeuraient largement prisées. Que ces quelques chercheurs cessent leur activité ou se détournent de ces méthodes et c’est la tradition qui réapparaît. Inversement, si, d’un point de vue strictement statistique, les études de narratologie semblent en régression, nombre d’intervenants font remarquer qu’elles ont moins disparu qu’elles ne sont passées dans le bagage commun des chercheurs qui en utilisent naturellement les instruments, sans revendiquer pour autant une recherche fondamentale dans ce domaine.

  • 5 Cf Où en est la théorie littéraire ?, revue Textuel, n° 37, 2000.

19Cette réflexion sur les méthodes est d’autant plus importante que nous traversons actuellement une période moins évidente que celles des décennies passées. Avec la perte d’audience du formalisme, de la nouvelle critique et des diverses méthodes structurales, une sorte de reflux se manifeste : la théorie disparaît, ou du moins y a t il moins d’approches théoriques5. Cela signifie-t-il que l’on en vienne à l’éclectisme le plus total ? Ou bien cela marque-t-il le retour à des pratiques anciennes ? Le privilège est-il désormais accordé à des entrées purement thématiques, génériques ou génétiques ? Ce sont de telles questions que cet ouvrage aborde, en les étendant au dialogue avec les Sciences humaines.

20Un rééquilibrage, qui a d’abord laissé libre cours à la French Theory, se fait désormais en faveur des approches de type sociologique, que les travaux de la French Theory ont contribué à soutenir en favorisant l’essor des cultural studies et de leurs variantes spécialisées (women studies, gays studies, gender studies…). Portées par une vague anglo-saxonne qui pénètre de plus en plus profondément les réseaux universitaires, ces approches ont gagné d’abord le Canada, le Québec et le nord de l’Europe. Elles s’étendent maintenant plus au sud et commencent également à trouver écho dans les pays de l’est. On ne saurait cependant les confondre avec d’autres réflexions certes liées à la sociologie, mais bien différentes, telles que celles qui se développent en sociocritique, au Québec, en Belgique notamment.

La littérature recontextualisée

21De même, l’attention portée au « sujet » se manifeste à la faveur d’un développement international des recherches sur les écrits personnels de toutes natures : autobiographies, autofictions, biographies, journaux, carnets, correspondances. Une autre tendance, assez largement partagée, renoue avec l’Histoire. Ce n’est pas tant ou pas seulement l’histoire littéraire qu’elle interroge à nouveau frais, mais la manière dont la littérature traite l’Histoire, notamment celle du 20e siècle : comment elle témoigne des guerres, des génocides, de la Shoah, des guerres coloniales… Il y va à chaque fois d’une (re)contextualisation de la littérature, quelles qu’en soient les formules, qui rompt avec l’autonomie du texte prônée dans les années Soixante.

22De fait, la littérature est de moins en moins étudiée pour elle-même, en elle-même, selon les anciennes exigences du formalisme théorique. La recherche la confronte désormais à d’autres espaces de pensée, à d’autres formes d’art. C’est ainsi que l’on voit se développer dans de nombreux pays des travaux qui articulent le texte à l’image fixe ou mobile (peinture, photographie, cinéma, autres média…), qu’il s’agisse, selon les pratiques des uns et des autres, d’imagologie, de médiologie ou d’intermédialité : le Canada, le Québec, l’Allemagne, la Grande Bretagne témoignent avec force de l’extension de ces recherches. Alors qu’en Israël, c’est plutôt la pragmatique qui traite le texte littéraire comme un discours parmi d’autres et le confronte avec d’autres discours sociaux.

23On sait les inquiétudes qui pèsent ainsi sur le risque de réduire l’écrivain à ses déterminations socio-culturelles, historiques ou sexuelles, et de traiter l’œuvre comme un symptôme ou comme une forme d’expression parmi d’autres. C’est sans doute aussi le manque actuel d’un discours fort sur la littérature comme telle qui conduit à ses usages documentaires du texte littéraire. Un manque qu’à la faveur du relativisme « postmoderne », nous pouvons très certainement rattacher à la double défaillance du modèle romantique puis du modèle moderne de l’écrivain qui tendent à se dissoudre dans des considérations plus vastes et des identités moins marquées.

24La question est dès lors posée de savoir si c’est un risque pour les études littéraires ou non. Peut-être faut-il y voir au contraire une chance de survie dans un contexte désormais peu favorable à l’étude de la littérature pour elle-même, quitte à faire passer en contrebande la matérialité poétique du texte dans des études qui s’affichent extérieurement comme des cultural studies. Avons nous les moyens de préserver en lui-même l’objet qui nous intéresse, de ne pas oublier la qualité du texte et de son écriture ? La question est aussi de savoir comment ces méthodes qui nous viennent d’un pays sont adoptées, voire adaptées dans les autres et notamment dans la « vieille Europe » qui a elle-même d’autres pratiques, plus anciennes, qui la rendent plus ou moins accueillante, plus ou moins résistante.

La contextualisation des recherches

25Car, au delà de ces quelques tendances communes, la diversité prime. Dans chacun des pays ici représentés, la littérature française a son histoire, tributaire de paramètres nombreux où interviennent des questions de proximités et de distances géographique, linguistiques, culturelles ou historiques. Si les unes sont intangibles, les autres sont sujettes à variation. En Belgique par exemple, les diversités linguistiques l’emportent de plus en plus sur la proximité territoriale et impliquent des méthodes et des pratiques différentes. Comme le soulignent Pierre Schoentjes et Paul Aron, les collaborations entre chercheurs des trois régions sont rares et transitent le plus souvent par des rencontres triangulaires, en France ou à l’étranger. Au Canada au contraire, les échanges sont nombreux entre le Québec et les autres provinces, que les universités y soient anglophones ou francophones, ainsi qu’avec les États-Unis.

26De même, les vicissitudes historiques ont pu favoriser ou réduire l’implantation de la littérature française ici ou là. Ce sont des contingences politiques autant que culturelles qui lui ont valu un succès indéniable en République Tchèque ou en Chine, mais ce sont elles aussi qui en ont, en Chine ou en Russie, déformé ou sclérosé la présence durant de longues périodes. Chaque contribution fait ainsi le point sur les phénomènes qui ont accompagné, soutenu ou distendu l’intérêt que l’université, et, plus largement, la population cultivée de tel ou tel pays porte à notre littérature.

27Le relatif reflux de la langue et de la culture française à travers le monde, les mutations culturelles auxquelles le livre et la littérature doivent faire face, arasent sans doute désormais ces différences, mais ce sont cependant ces différences et ces spécificités qui favorisent aussi par ailleurs une certaine vitalité des travaux sur notre littérature, à la faveur ici d’une plus grande ouverture politique, là d’une forme de résistance à la pression de voisins hégémoniques ou à la mondialisation culturelle, pour laquelle la culture et la littérature françaises jouent encore le rôle de référence alternative ; ou, plus simplement, grâce à une francophilie demeurée vivace.

 

28Parce qu’il se veut le reflet de ces similitudes et de ces disparités, et des critères qui les organisent dont aucun n’est à lui seul déterminant, cet ouvrage est construit selon cinq parties dont chacune se fonde sur une approche possible : une tradition académique, une langue voire une culture communes, des affinités historiques, une aire géographique… On verra, à lire chacune des contributions au sein de l’ensemble qui l’accueille, en quoi tel pays relève effectivement du cadre d’intellection dans lequel il apparaît, mais aussi en quoi il s’en émancipe ou s’en éloigne.

29La première partie témoigne ainsi d’une pratique fortement implantée : celle de l’approche romanistique, tout à la fois méthode de recherche et système d’enseignement. C’est essentiellement l’univers des pays germaniques, scandinaves et des Pays-Bas que partage aussi la Belgique flamande comme le souligne Pierre Schoentjes, même si par ailleurs celle-ci « appartient culturellement à l’univers anglo-saxon » selon notre collègue. La seconde partie réunit les universités francophones, et donc la Wallonie et Bruxelles, dont les recherches et les pratiques universitaires, quoiqu’également marquées par la romanistique, ressemblent beaucoup à celles de la France, alors qu’à l’inverse « la proximité culturelle entre la Flandre et la France appartient au passé ». Sans doute la Suisse et le Liban ne sont-ils pas entièrement francophones, mais la langue française y est très largement implantée et les recherches sur la littérature s’y conduisent le plus souvent dans cette langue.

30Le troisième ensemble, celui des universités anglophones, linguistiquement plus homogène, fait preuve de situations diverses, entre une Australie de plus en plus tournée vers l’Asie et un Canada qui travaille volontiers avec le Québec. Mais partout dominent les nouvelles approches anglo-saxonnes, plus culturelles que strictement littéraires, lesquelles s’implantent aussi largement dans l’aire romanistique. C’est moins sur la langue que sur l’Histoire que se construit le quatrième ensemble : l’Italie, la République Tchèque – comme la Scandinavie - et, dans une moindre mesure, Israël, ont entretenu des relations fortes avec la France et avec sa littérature, pour des raisons qui tiennent à la fois à la proximité culturelle et aux contingences politiques. Plus géographique est le dernier regroupement qui témoigne de la persistance ou du renouveau de la littérature française en Orient et en Russie, dont l’évolution a souvent été liée à la géopolitique. Evidemment ces cinq ensembles ne sont pas circonscrits : non seulement ils se recoupent, mais leurs délimitations sont poreuses. Ils permettent cependant, par contrepoint, de mieux saisir les évolutions propres à chaque pays.

  • 6 On trouvera respectivement dans les n° 50 à 59, des enquêtes sur la situation au Canada et en Afriq (...)

31L’inventaire, bien sûr, n’est pas complet et sans doute ce livre n’a-t-il pas l’ampleur exhaustive que l’on aurait souhaitée. Des pays, des continents entiers – et non des moindres - manquent à l’appel, que la dimension de cet ouvrage ne nous ont pas permis d’accueillir : le Portugal, l’Espagne et l’Amérique latine ; le Maghreb et l’Afrique noire ; l’Inde et l’Asie du sud-est ; plusieurs pays d’Europe centrale ou méridinale – Pologne, Hongrie, Roumanie, Grèce, Turquie, Pays Baltes… – où l’intérêt pour la littérature française continue de se manifester avec force. Dans chacun de ces pays, des universités, des institutions de recherches demeurent très actives en faveur de la littérature française, souvent ressaisie à travers une attention plus large pour les francophonies. On peut néanmoins s’en faire une idée en complétant les informations du présent ouvrage par celles rassemblées entre 1998 et 2007 par les Cahiers de l'Association internationale des études françaises6.

L’apport étranger

32Chaque pays avance ainsi vers la littérature – la sienne ou la nôtre – avec sa propre histoire didactique, méthodologique. Or chaque aire, avec ses traditions propres, ses innovations, peut féconder les recherches qui se mènent à l’autre bout du monde. Et nous avons tous beaucoup à recevoir de ces échanges. La France en premier lieu, qui a été souvent assez lente à s’ouvrir à des démarches venues d’ailleurs, par exemple à l’esthétique de la réception de Hans Robert Jauss et Wolfgang Iser, qui a mis bien du temps à pénétrer jusque chez nous. Et, de fait, ces impulsions étrangères sont nombreuses et tout à fait décisives : que l’on pense – entre autres – aux influences de l’École de Genève, du Formalisme russe, ou, pour ce qui concerne la littérature contemporaine, au dialogue que celle-ci engage avec la microstoria telle qu’elle s’est développée en Italie.

33Aussi est-ce l’une des missions que s’est données la Société d’étude de la littérature française du 20e siècle, que d’aider à mieux diffuser chez nous l’excellence de travaux étrangers qui ne sont pas toujours suffisamment pris en considération avec l’attention qu’il se doit. Et de mettre fin à cette croyance illusoire qui perdure parmi nos étudiants, et parfois aussi, hélas, parmi le corps universitaire, selon laquelle c’est en France que la littérature française serait la mieux étudiée. Ce n’est pas vrai. Il y a dans le monde d’éminents spécialistes de telle ou telle esthétique, de tel écrivain, de telle problématique littéraire que nous avons grand intérêt à lire. C’est pourquoi, afin de compléter les informations ici rassemblées, nous avons également jugé utile de constituer un répertoire des revues universitaires consacrées à la littérature française du 20e siècle ou qui lui accordent une place conséquente à travers le monde. Cet annuaire, trop substantiel pour être donné en annexe du présent ouvrage, peut être consulté en ligne sur le site de la SELF 20e, à l’adresse suivante : http://selfxx.org/​?q=revues/​liste

 

  • 7 Jean-Philippe Domecq, Le Pari littéraire, Editions Esprit, 1994 ; Tzvetan Todorov, La Littérature e (...)

34La vitalité de ces recherches répond à sa façon à la doxa du déclin de la culture française, doxa partie d’une France qui aime bien se flageller avant de nous revenir des États-Unis. En 1995, déjà, paraissait le pamphlet de Jean-Marie Domenach sur Le Crépuscule de la culture française, vite relayé par d’autres, qui partait en guerre contre un certain affaiblissement de la création littéraire dans notre pays et contre l’égarement des études formalistes trop autocentrées7. Au delà des reculs et des réserves, la richesse des travaux mentionnés ici même par les divers contributeurs montre que la littérature française continue de nourrir des réflexions substantielles et d’ouvrir des voies à la pensée. La « crise » de la littérature n’est-elle pas un topos récurrent ? Faut-il rappeler le titre du livre de Michel Raimond, La Crise du roman, consacré à la sortie du naturalisme, au début du siècle ? Le roman est toujours en crise, la littérature aussi et peut-être est-ce même là leur nature profonde, le lieu même de leur inventivité.

  • 8 Wolfgang Asholt et Otmar Ette (ed.), Literaturwissenschaft als Lebenswissenschaft. Programm - Proje (...)
  • 9 Dominique Rabaté, Le roman et le sens de la vie, José Corti, 2010.
  • 10 Jacques Bouveresse, La Connaissance de l'écrivain : sur la littérature, la vérité et la vie, Agone, (...)

35Et si l’on ne peut nier les difficultés qu’affrontent la recherche et l’enseignement de la littérature, ni la moindre place qui leur est faite quand préférence est de plus en plus souvent donnée dans nos universités et nos formations à l’acquisition d’une culture générale, largement déhiérarchisée, plutôt qu’à la littérature, et à l’apprentissage d’une langue véhiculaire, immédiatement efficace, technique, économique et commerciale, plutôt que littéraire, les tendances semblent en train de changer. Les prémisses d’un renouveau se font sentir ici et là, qui redonnent à la littérature – pas seulement française – une place essentielle. Ces dernières années ont ainsi vu paraître des ouvrages qui proclament que c’est dans la littérature, par elle et grâce à elle, que s’acquiert un savoir8, ou que s’éprouve le « sens de la vie »9. Plus largement, nombre de penseurs soulignent l’importance des Humanités dans la formation des esprits10 et offrent ainsi de nouveaux espaces à une recherche littéraire relégitimée aux yeux du corps social. La Traversée des thèses regrettait la balkanisation des recherches : en mettant en commun les expériences, les inquiétudes mais aussi les enthousiasmes, cet ouvrage contribue très certainement à fédérer les efforts, à leur donner plus de résonance et d’amplitude. Notre vœu le plus simple est que la diffusion de la littérature française puisse en bénéficier.

36Avant de laisser le lecteur découvrir l’ensemble des contributions, je voudrais, au nom de la SELF 20e et de son président Didier Alexandre, remercier les nombreux partenaires qui ont permis ces rencontres et cet ouvrage, au premier rang desquels je tiens à saluer Yves Mabin, Directeur de la division de l’écrit et des médiathèques au Ministère des Affaires étrangères au moment où nous en avons conçu le projet. Je serais heureux qu’il reçoive ce livre comme un hommage à l’activité qu’il a déployée au fil des années à ce poste, où il fut l’infatigable et enthousiaste promoteur de la littérature française dans le monde, le soutien des meilleurs initiatives transfrontalières et l’inventeur des « Missions Stendhal », qui permettent aux écrivains d’aller à l’étranger nourrir leurs œuvres.

37Nos rencontres n’auraient pas été possibles sans l’implication du Ministère des Affaires Etrangères et particulièrement d’Agnès Maury et Stéphane Dovert, successeur d’Yves Mabin, qui surent mobiliser les postes français à l’étranger. Nous avons pu donner à ces échanges leur meilleur cadre et accueil grâce à la Bibliothèque Nationale de France : je remercie vivement son président Bruno Racine, qui a soutenu cette manifestation ainsi que son prédécesseur, Jean-Noël Jeanneney, qui en avait accepté le projet. L’aide éclairée de François Nida fut extrêmement précieuse tout au long de la préparation.

38Les écoles doctorales, conseils scientifiques et équipes de recherche de Paris Sorbonne et de la Sorbonne Nouvelle, respectivement dirigées par Michel Murat et Michel Collot, ont apporté le soutien universitaire et matériel indispensable à une telle manifestation et organisé l’accueil des intervenants. Nous remercions l’Institut Français, et plus particulièrement son président, Xavier Darcos, Nicolas Peccoud, responsable des éditions, et Paul de Sinety, directeur du département du livre et promotion des savoirs, d’avoir accepté la co-édition du présent ouvrage en partenariat avec les Presses Universitaires du Septentrion, dirigées par Jérôme Vaillant. A ces remerciements enfin, j’associe avec plaisir les doctorantes de Lille 3 et des deux Sorbonne pour leur souriante efficacité tout au long de ces rencontres.

Notes

1 Cet article a ensuite donné lieu à un livre publié en France sous le titre Que reste-t-il de la culture française ?, avec une postface d’Antoine Compagnon : « Le Souci de la grandeur », Denoël, 2008.

2 En 2005-2006, les services de L’Association Française d’Action artistique (AFAA), chargée de diffuser la culture française à l’étranger, et ceux de l’Association pour la Diffusion de la Pensée Française (ADPF) qui assurait la promotion du livre français dans le monde, ont fusionné pour créer CulturesFrance, agence placée sous la tutelle conjointe du Ministère de la Culture et de la Communication et du Ministère des Affaires Étrangères. Après avoir en 2009 pris également en charge le soutien au cinéma ainsi que d’autres secteurs auparavant gérés par la Direction de la politique culturelle du Ministère des Affaires étrangères, cette agence devient en 2010 un Etablissement public à caractère industriel et commercial sous le nom d’Institut français comme le rappelle ci-dessus la préface son Président, M. Xavier Darcos.

3 Didier Alexandre, Michel Collot, Jeanyves Guérin et Michel Murat (ed.), La Traversée des thèses. Bilan de la recherche doctorale en littérature française du XXe siècle, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2005.

4 Arnold Rothe. Die Erforschung der französischen Literatur im internationalen Vergleich : eine statistische Fachgeschichte 1956 – 1988. Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2007.

5 Cf Où en est la théorie littéraire ?, revue Textuel, n° 37, 2000.

6 On trouvera respectivement dans les n° 50 à 59, des enquêtes sur la situation au Canada et en Afrique francophone (n° 50, 1998), dans les pays germanophones (n° 51, 1999), en Russie (n° 52, 2000), au Japon (n° 53, 2001), en Espagne et au Portugal (n° 54, 2002), dans les Pays scandinaves (n° 55, 2003), au Liban et en Egypte (n° 56, 2004), en Irlande et au Royaume-Uni (n° 57, 2005), en Amérique anglophone (n° 58, 2006) et en Italie (n° 59, 2007).

7 Jean-Philippe Domecq, Le Pari littéraire, Editions Esprit, 1994 ; Tzvetan Todorov, La Littérature en péril, Flammarion, 2007.

8 Wolfgang Asholt et Otmar Ette (ed.), Literaturwissenschaft als Lebenswissenschaft. Programm - Projekte - Perspektiven, revue Lendemain, n° 20, 2010.

9 Dominique Rabaté, Le roman et le sens de la vie, José Corti, 2010.

10 Jacques Bouveresse, La Connaissance de l'écrivain : sur la littérature, la vérité et la vie, Agone, 2008. Yves Citton, Lire, interpréter, actualiser. Pourquoi les études littéraires ?, Editions Amsterdam, 2007 ; L'avenir des humanités, La découverte, 2010.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search