Version classiqueVersion mobile

La littérature française du 20e siècle lue de l'étranger

 | 
Dominique Viart

Préface

Au service du livre et de l’écrit. Nouvelles missions de l’Institut français

Xavier Darcos

Texte intégral

La littérature française et ses ailleurs

1Que devient le livre français lorsqu’il passe les frontières ? Par un exercice d’optique singulier, les contributions rassemblées dans ce livre nous offrent un point de vue sur le devenir de notre littérature lorsque, lue d’ailleurs, elle change de statut : non plus seulement « française », elle devient alors aussi « étrangère ». Proche et éloignée à la fois, la littérature française du 20e siècle est lue ainsi dans des ailleurs nombreux et divers. Les effets de réception qu’elle provoque, et parfois les effets d’irruption, y rappellent l’originalité puissante des narrations françaises, de son théâtre, de sa poésie.

2Marie Darrieussecq, Jean Echenoz, Annie Ernaux, Sylvie Germain, Michel Houellebecq, Pierre Michon, Marie Ndiaye, Lydie Salvayre, Valère Novarina, Olivier Py, Bernard-Marie Koltès, Yasmina Reza, tels sont les noms que l’on retrouve dans cet ouvrage, à côté de ceux de Marcel Proust ou de Paul Claudel. Ils nous disent non seulement la présence de la littérature française dans le monde, mais la très grande diversité des auteurs français lus à l’étranger, auteurs classiques, auteurs consacrés plus récemment, ou voix de l’extrême contemporain. L’enquête que l’on nous livre ici est précieuse, parce qu’elle nous fait entendre ces noms avec l’écho de l’ailleurs, et la littérature française lue ainsi avec un accent étranger.

3Dans les lieux divers où la littérature française est lue, traduite, jouée, enseignée, ou apprise – librairies, bibliothèques, salles de classe, revues de recherche, rencontres universitaires ou salles de spectacle– c’est non seulement la littérature française qui est présente, mais aussi, par et autour d’elle, notre langue, nos idées, notre imaginaire. Dans ces lieux, ce sont tous nos récits familiers qui circulent, ce sont nos approches de ce qu’on appelle le contemporain ou la modernité qui sont confrontées avec des points de vue lointains.

4Il faut entretenir cette « étrangeté » de nos œuvres littéraires françaises, et avec elle le lien vivant de la littérature avec tous les territoires où elle empiète, ou sur lesquels elle est capable d’ouvrir. Voir ainsi le corpus national d’un autre œil, avec toute l’étendue et la diversité des effets de réception qu’il suscite, nous rappelle à quel point la circulation des livres est une affaire de territoires : linguistiques, géographiques, politiques ou imaginaires.

Le livre au cœur de notre diplomatie culturelle

5Travaillant à enrichir cette vie de la littérature au-delà de nos frontières, le réseau culturel français – établissements culturels français et alliances françaises – se place au service de l’écrit sous toutes ses formes : en apportant son soutien à l’invitation des écrivains à l’étranger, à la traduction de leurs œuvres, à leur valorisation numérique. Assisté par une douzaine de bureaux spécialisés du livre localisés dans les principales zones géolinguistiques (citons ainsi Londres, New York, New Delhi, Madrid, Buenos Aires, Rio de Janeiro, Lisbonne, Berlin, Pékin, Beyrouth, ou Rome), le réseau culturel français contribue ainsi depuis de nombreuses années à la traduction et à la diffusion de la littérature française.

6La création, par la loi du 27 juillet 2010, de l’Institut français, nouvelle agence culturelle du ministère des Affaires étrangères et européennes, marque un moment de redéfinition et de réorientation de nos actions. Au sein de ce nouvel Institut français, la création du département Livre et Promotion des savoirs correspond à notre volonté d’afficher autour de l’écrit un ensemble d’actions cohérent et lisible, à destination du réseau culturel français et des universités étrangères. La politique culturelle française à l’étranger, qui ne vise plus depuis longtemps uniquement la diffusion de la langue française, se réforme aujourd’hui en soutenant davantage la création et la pensée françaises et en donnant plus clairement la priorité aux enjeux de traduction et de débat d’idées : en ce moment de refondation, la France place la littérature au cœur de sa diplomatie culturelle.

  • 1 En 2007, les exportations représentent 632 millions d’euros (+ 11 % par rapport à 2003), dont près (...)

7L’enjeu est de taille : derrière les objets d’art, devant le cinéma, l’industrie du livre représente le deuxième poste d’exportation de la France dans le domaine des biens culturels ; près d’un quart du chiffre d’affaire de l’édition française est issu de l’exportation et de la cession de droits à l’international1. Les transformations récentes qui affectent la chaîne de production du livre, que ce soit l’intensification des échanges internationaux ou l’internationalisation des grands groupes, rendent plus que jamais nécessaire un travail d’accompagnement du livre français à l’étranger, articulé à une connaissance précise de tous les espaces linguistiques, imaginaires, ou juridiques dans lesquels il s’inscrit.

La traduction et la promotion du livre et des auteurs français

8L’Institut français s’inscrit lui-même dans cette géographie complexe des territoires de la littérature en se faisant l’opérateur chaque année d’une vingtaine de manifestations associant auteurs, universitaires et professionnels du livre, dont le but est d’intensifier les échanges et les croisements. Ainsi, en 2010, l’Année France Russie 2010 a été marquée par l’organisation d’un Printemps des poètes réparti sur les trois villes de Paris, Moscou et Saint-Pétersbourg, la présence de la Russie comme « invitée d’honneur » au festival des Étonnants Voyageurs de Saint-Malo et aux Assises internationales de la Traduction à Arles, et la mise en place d’un « Transsibérien des écrivains » de Moscou à Vladivostok. L’année 2011 a été scandée par les deuxièmes rencontres littéraires franco-chinoises à Pékin, le lancement d’une anthologie « Les Poètes de la Méditerranée », avec une tournée de lectures et de débats à Marseille, Alger, Tel-Aviv, Istanbul, Athènes, Rabat, Scopie, Rome, Madrid et Lisbonne, le « Festival of New French Writing » organisé à New York, ou l’exposition marquant le centième anniversaire des éditions Gallimard, présentée à Buenos Aires, New York, Montréal, Londres, Berlin, Milan, Rome, Madrid et Tokyo.

9Ce soutien à la circulation de la littérature sous toutes ses formes se fait également à travers les Missions Stendhal, qui proposent chaque année un soutien financier à des écrivains souhaitant réaliser un projet d’écriture à l’étranger. Il se fait aussi à travers les activités éditoriales de l’Institut français. Ainsi, tandis que la revue Fiction France présente tous les six mois, en français et en traduction anglaise, une sélection d’extraits de fiction française contemporaine, la revue en ligne CulturesSud.com est consacrée aux littératures francophones du Sud. La collection « Auteurs » propose des ouvrages spécialisés sur les auteurs contemporains de langue française, parmi lesquels on peut citer récemment des ouvrages sur Marie Ndiaye, Patrick Modiano, JMG Le Clézio, Pierre Michon, Jean-Luc Nancy, Pascal Quignard ou Patrick Chamoiseau.

  • 2 Si le français est la deuxième langue originale traduite après l’anglais [Source : Rapport Quelles (...)

10Prenant acte de l’importance actuelle des enjeux de traduction pour la diffusion de l’édition française à l’international2, l’Institut français concentre également une partie croissante de ses moyens sur les actions de traduction. Depuis vingt ans déjà, grâce aux Programmes d’aide à la publication (PAP) solidement établis dans nos postes diplomatiques à l’étranger, 18 000 titres de langue française – et pour moitié de fiction contemporaine – ont été traduits et édités dans plus de soixante-dix pays. Aujourd’hui, un nouveau « Plan Traduire numérique » vient renforcer le dispositif existant par un portail dédié au livre français à l’étranger regroupant des bases de données numériques d’ouvrages traduits du français vers l’arabe, l’espagnol, le chinois l’anglais, le portugais et le russe. L’Institut français a également mis en place, en collaboration avec le Collège international des traducteurs littéraires et l’association Atlas, un programme de formation des jeunes générations de traducteurs intitulé « La Fabrique des Traducteurs ».

Littérature française et littérature francophone

11La littérature française n’est plus désormais une catégorie étanche et nationale, mais s’est ouverte pour inclure le vaste et complexe ensemble qu’on appelle littérature francophone. De même, la diffusion de la culture française à l’étranger s’est étendue, dans une double logique de solidarité et de cohérence linguistique, à la création intellectuelle francophone dans toute sa diversité géographique et culturelle. De nouveaux programmes ont pour objectif de soutenir les auteurs, éditeurs, diffuseurs et libraires du Sud francophone (Afrique et Caraïbe), en particulier par l’aide à la cession et à la coédition Nord/Sud ; ou par la création, en partenariat avec l’Association internationale des libraires francophones et l’Alliance internationale des éditeurs indépendants d’un nouveau site de référencement et de commercialisation des textes édités dans les pays francophones du Sud, destiné à pallier d’éventuels déficits de dépôt légal. À l’occasion de la mise en place, chaque année, d’une « Librairie du Sud », au Salon du livre de Paris, l’Institut français a soutenu également la création d’un fonds de 2500 titres – dont la moitié éditée au Sud, et, plus récemment, une ligne spécifique « 100 titres pour Haïti » créée pour soutenir la publication de fiction et non fiction haïtiennes.

La littérature en perspective : sciences humaines et débat d’idées

12L’enseignement de la littérature française dans les universités prolonge chaque année un peu plus le rayonnement littéraire de la France, en faisant connaître auprès des jeunes générations d’étudiants étrangers tant les nouveaux auteurs contemporains que les écrivains d’un patrimoine littéraire consacré. Un même corpus de littérature française s’enseigne ainsi à travers des contextes différents, dont certains ont peu changé dans les dernières décennies, tandis que d’autres ont connu un profond renouvellement. Dans tous ces contextes, aussi différents soient-ils, l’enseignement de la littérature structure la perception de littératures traduites comme représentatives des cultures nationales – le « paradigme de l’étranger », théorisé par Michel Espagne, continue ainsi de se vérifier jusque dans les environnements les plus contemporains.

13À travers la présence de la littérature française, c’est donc aussi de l’ensemble de la production intellectuelle française contemporaine qu’il s’agit. Attaché à renouveler le lien entre diplomatie culturelle et la recherche française, l’Institut français s’investit également dans cette direction en développant aujourd’hui de nouveaux programmes de promotion des savoirs et des partenariats avec les grands établissements de recherche et les instituts de recherche à l’étranger. Un pôle « Débat d’idées et Promotion des savoirs » travaille à fournir au Réseau une offre globale et cohérente de programmation dans les sciences humaines et sociales comme pour la culture scientifique et technique. Le Fonds d’Alembert, bien établi déjà, permet de financer colloques, tables rondes ou forums sur des sujets et des débats contemporains et de soutenir leur visibilité éditoriale et médiatique, tout en encourageant les collaborations entre partenaires universitaires étrangers et services de coopération et d’action culturelle et scientifique des ambassades. Pour contribuer au débat d’idées, un programme d’aide aux revues pourvoit nos postes et leurs partenaires des principales revues intellectuelles françaises, tout en offrant accès au site Cairn et en facilitant les traductions d’articles en langue anglaise.

14Surtout, le programme « Nouvelles scènes intellectuelles françaises » lancé par l’Institut français en 2011 est consacré spécifiquement à la promotion des auteurs de sciences humaines et sociales. Parmi les nouvelles missions de l’Institut français, il s’agit d’aider à faire connaître, à travers les actions des postes, les jeunes générations d’auteurs dans les domaines des sciences humaines et sociales (critique littéraire, histoire, économie, anthropologie, sociologie, philosophie, sciences politiques, histoire de l’art) s’exprimant de façon pertinente sur de grandes questions contemporaines, de soutenir la diffusion et la traduction de leurs œuvres en lien avec le réseau, et d’encourager l’invitation de ces auteurs pour des conférences dans les pays où leur œuvre suscite un intérêt spécifique.

15Les recherches qui se mettent en place à l’étranger autour de la littérature française, ou qui parfois y sont établies depuis plusieurs générations déjà, sont ainsi l’un des terrains privilégiés de tels échanges. Au-delà des partitions disciplinaires, l’étude de la littérature s’insère à l’étranger dans tout un faisceau de traditions critiques, qui parfois perdurent côte à côte et suscitent un débat à part entière. Partant de la littérature française, la critique littéraire et la littérature comparée ouvrent sur d’autres domaines, la philosophie, l’histoire ou l’épistémologie, et tandis que celles qu’on appelle les « études françaises » repensent aujourd’hui leur place, c’est aussi l’ensemble des positionnements méthodologiques et critiques français qui sont mis en perspective. Dans leur très grande diversité, les recherches portant sur la littérature française à l’étranger mettent ainsi en lumière un déplacement des références critiques et une reconfiguration en cours des sciences humaines. De nouveaux réseaux conceptuels, par le détour des « cultural studies », par exemple, par la philosophie ou par l’histoire des idées, viennent renouveler l’air autour des grands textes de la littérature française.

16Le succès des œuvres de la littérature contemporaine française et la vitalité de tels champs d’étude nous montrent qu’à l’étranger, il n’y a pas de crise de la littérature française. L’Institut français, avec le ministère de la Culture et de la Communication, avec le Centre national du Livre, avec le Bureau international de l’édition française, s’investit et s’investira activement dans les années à venir pour la promotion à l’étranger de cette littérature et de tout ce qui, autour d’elle, circule.

Notes

1 En 2007, les exportations représentent 632 millions d’euros (+ 11 % par rapport à 2003), dont près de 60 % vers la Belgique, le Canada et la Suisse ; 10 % vers le Maghreb et l’Afrique francophone. Concernant les cessions de droits, 7 216 cessions ont été réalisées en 2007 (+ 21 % par rapport à 2003), dont plus de 20 % vers l’Italie et l’Espagne ; plus de 50 % vers l’Union européenne ; près de 70 % vers l’Europe élargie. [Source : Centrale de l’édition].

2 Si le français est la deuxième langue originale traduite après l’anglais [Source : Rapport Quelles perspectives pour la politique publique de soutien au livre français à l’étranger ? – Conseil du livre, février 2009], il faut néanmoins signaler qu’entre 1980 et 2000, le nombre de traductions de l’anglais a doublé. L’écart ne cesse de se creuser avec le français et l’allemand, respectivement seconde et troisième langues traduites (environ 10 % du nombre global de traductions chacune). [Source : Translatio, Gisèle Sapiro (dir.), Cnrs éditions, 2008]

Auteur

Président de l’Institut français

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search