Version classiqueVersion mobile

Régie théâtrale et mise en scène

 | 
Françoise Pélisson-Karro

Première partie : l’Association des régisseurs de théâtre et la Bibliothèque de mises en scène (1911-1939)

Chapitre 4 – L’Épreuve de la guerre

Texte intégral

1. La fermeture des théâtres – deuxième semestre 1914

  • 1 Le moratorium, ou moratoire, est une série de mesures par lesquelles les pouvoirs publics édictent (...)

1Le 3 août 1914, l’Allemagne déclare la guerre à la France. L’état de siège est proclamé. La mobilisation touche un grand nombre d’hommes jeunes, mais à l’arrière, la désorganisation qui a suivi le choc brutal de l’entrée en guerre entraîne chômage et misère. Le moratorium auquel le gouvernement a dû avoir recours après la panique boursière du 26 juillet bloque la vie économique et il ne se passe pas de jour sans que les grands quotidiens ne demandent un aménagement des mesures propres à favoriser une reprise du travail1.

  • 2 G. Hanotaux, « La Reprise du travail », Le Figaro, 16 août 1914, p. 1.

Sans revenir sur le passé, il est permis de se demander si les mesures prises au premier abord pour parer à l’émotion financière, qui a suivi la déclaration de guerre, peuvent être maintenues plus longtemps sans un grand danger pour l’ordre public. Dans toutes les conversations il n’est question, en ce moment, que de la nécessité absolue de parer au chômage et à la misère menaçante par la reprise du travail… La guerre sera longue ; en attendant, il convient que, dans la mesure du possible, l’existence normale reprenne son cours. Avant tout, il faut vivre. Primo vivere2.

2Les théâtres encore ouverts se décident à fermer et la Comédie-Française, qui annonçait un spectacle pour la soirée du 3 août, doit y renoncer. Sa recette du 2 août (454 francs) n’encouragerait guère à une reprise immédiate. De toute façon, les événements imposent la fermeture. Pour les artistes et les employés qui restent, c’est le chômage absolu.

3Un tiers de régisseurs est appelé sous les drapeaux. Ceux que leur âge ou leur état de santé empêchent de partir rentrent, comme ils peuvent, dans leur famille, à Paris ou en province. Henri Prévost lui-même, qui fait fonction de président depuis le départ d’Ernest Carbonne pour Toulouse, est retenu par son état de santé à Aix-les-Bains où il tente de se rétablir. Que faire dans la désorganisation générale ?

  • 3 « À côté des théâtres », Le Gaulois, 21 août 1914, p. 4. L’article donne le compte rendu de l’une d (...)
  • 4 Émile Le Bonniec, dit Charlet, né en 1858, débuta en 1880 au théâtre des Batignolles comme deuxième (...)
  • 5 Annuaire 1917, p. 7-8.

4L’Amicale réagit tout de suite. Le Comité décide, tout d’abord, de suspendre le paiement des cotisations pendant toute la durée des hostilités et de conserver aux sociétaires tous les avantages statutaires, quelle que soit leur situation vis-à-vis de l’Association. Chacun est cependant invité à se mettre en règle selon ses possibilités. Une lettre est adressée à tous pour s’enquérir de la condition militaire ou civile, des besoins, des charges, des désirs. Les réponses affluent. Le Comité peut alors annoncer, par l’entremise des journaux, des réunions. Deux ont lieu au Châtelet le 20 août3, sous la présidence de Paul-Edmond. Une soixantaine de régisseurs y prennent part. Un comité de guerre de cinq personnes est désigné, mais, pour réserver les droits des mobilisés, candidats ou votants, on ne procède pas aux élections annuelles régulières. Henri Prévost est confirmé dans son titre de vice-président faisant fonction de président. Le trésorier, Blondet, étant mobilisé, Beaudu et Mernet le remplacent. Rapidement, en raison du peu de temps qu’ils peuvent consacrer à leur fonction, Picam, déjà au service des Prévoyants du théâtre, est chargé de tenir la comptabilité et les services de trésorerie. Les réunions, de mensuelles, sont devenues hebdomadaires. Le Châtelet ne pouvant plus accueillir les régisseurs, Charlet4 obtient de la municipalité du Xe arrondissement un local situé 34 rue d’Hauteville, qui sera occupé gratuitement pendant huit mois par l’Amicale. Henri Prévost dira qu’il a gardé de ce local, pourtant inconfortable, un souvenir excellent : « Car c’est de cette époque que se sont développés les sentiments de sympathie et de solidarité qui ont donné le courage à votre Comité pour lutter avec ténacité et persévérance contre l’adversité »5. Il y évoque le premier hiver de guerre si rigoureux :

Et notre local n’avait pas de cheminée.

Un jour de réunion, une émotion s’empara de chacun des arrivants : au beau milieu de la pièce, trônait un poêle à pétrole qu’on allumait au début de chaque séance et… qu’on éteignait régulièrement une demi-heure après parce qu’il sentait trop mauvais et que l’air devenait irrespirable !

Oh ! Ce poêle qui ne nous a jamais chauffés mais qui nous a toujours empestés.

  • 6 Annuaire de l’Association des artistes dramatiques, 1915.
  • 7 Les régisseurs, Prévost en tête, sont d’ardents mutualistes. Il n’est pas sans intérêt de rapproche (...)
  • 8 « Tous les efforts de votre commission ont tendu à faciliter la réouverture des théâtres, aussi bie (...)

5Ces réunions hebdomadaires sont très suivies. Il paraîtrait « sacrilège » de ne pas y assister et cela tant par solidarité que par intérêt bien compris. En effet, contrairement à bien des sociétés qui décident alors de suspendre tous leurs services et d’abandonner chacun à ses préoccupations personnelles, l’Amicale fait connaître sa volonté arrêtée de reconduire les services statutaires et de créer des services de guerre. On doit dire que, dans son ensemble, le milieu du théâtre fait preuve d’entraide. Ainsi, l’Association des artistes dramatiques, où Prévost joue un rôle important, prend des mesures analogues à celles de l’Amicale6. Au début des hostilités, l’Amicale n’a pas un sou vaillant pour faire face à ses obligations normales et à celles qu’elle veut s’imposer dans un esprit mutualiste7. Elle se joint donc aux actions entreprises de divers côtés par les gens du théâtre. Avant la fin août, des démarches sont faites auprès d’Albert Dalimier afin d’obtenir la réouverture des théâtres. Tous les directeurs ne sont d’ailleurs pas en faveur de cette mesure, car ils font valoir qu’ils se trouveraient dans l’impossibilité d’assurer un fonctionnement décent et à peu près rentable de leurs établissements. Quant aux sociétés d’auteurs, elles s’inquiètent d’une situation contraire aux droits de leurs sociétaires : elles participent aux nombreuses requêtes et réduisent volontairement les prélèvements habituels pour faciliter la reprise de l’exploitation théâtrale8.

  • 9 Le Cri de Paris, 1er novembre 1914, p. 15, cite une lettre de la Fédération générale du spectacle a (...)

6Ces démarches n’aboutiront qu’en décembre. La victoire de la Marne aura marqué un tournant. On s’installe dans la guerre de tranchées, d’une durée imprévisible, et l’on ne saurait indéfiniment retarder une réouverture réclamée par tous ceux qui ont besoin de travailler pour reprendre une vie à peu près normale et par le pays qui ressent la nécessité d’un réconfort moral9.

  • 10 On pourrait établir une bibliographie étoffée sur la fiscalité théâtrale, sur le droit des pauvres (...)
  • 11 Parmi ces œuvres, citons : le Secours national, le Comité d’aide et d’assistance aux artistes franç (...)
  • 12 Henri Geispitz, Histoire du Théâtre-des-Arts de Rouen, 1913-1943, Rouen, Imprimerie de Lecerf, 1951 (...)

7En outre, l’État ne perd-il pas des recettes appréciables, puisque, on ne l’ignore pas, le théâtre est taxé comme une industrie de luxe et que l’Assistance publique perçoit en sus la taxe connue sous le nom de droit des pauvres10 ? Poussé par ces différentes considérations, le Préfet de police ordonne, le 6 décembre, la réouverture des théâtres sous condition : nombre limité de représentations, en matinée de préférence, galas au bénéfice d’œuvres diverses de guerre11, pourcentage de l’État sur les recettes, accueil gratuit des soldats de retour du front et des blessés. La censure est rétablie. Elle réclame des pièces patriotiques, des sujets militaires, tout en proscrivant sévèrement l’uniforme sur les planches. On retourne aux auteurs une pièce où Dranem avait eu en des temps meilleurs un rôle de chef de gare, avec ces mots : « L’ouvrage paraît désobliger nos braves chefs de gare qui ont bien fait leur devoir pendant la mobilisation ». Enfin la reprise des théâtres est soumise à mille tracasseries : interdiction d’illuminer les façades pour ne pas servir de cible au bombardement des gothas, descente aux abris, difficultés des transports. Quoi qu’il en soit, la vie théâtrale reprend progressivement : la Comédie-Française et l’Opéra-Comique rouvrent le 6 décembre 1914, l’Odéon le 20 mai 1915, le Gymnase le 20 avril de la même année et les Variétés, où Max Maurey a remplacé Fernand Samuel, le 23 novembre. L’Opéra, avec les problèmes de la succession de Jacques Rouché à Pedro Gailhard, ne rouvre que le 9 septembre 1915. La province suit ce mouvement. À Rouen, le Théâtre des Arts ne peut assurer la saison lyrique de 1914, mais le 27 décembre un concert est donné, avec le concours d’artistes de Paris, au profit de la Société française de secours aux blessés militaires et de l’Union des femmes de France et, parallèlement aux galas, la saison lyrique reprend l’année suivante. À Toulouse, la fermeture des théâtres a plongé le personnel qui ne part pas « dans une détresse profonde et dans un chômage douloureux ». En décembre, on apprend que la réouverture est autorisée à Paris. « Aussitôt une association d’artistes, à laquelle adhérèrent des professionnels qui se trouvaient alors à Toulouse, se proposa d’organiser au Capitole une série de représentations lyriques, dans le but de parer au chômage ». Le spectacle d’ouverture se fait, comme il se doit, au profit d’œuvres de guerre12.

  • 13 Albert Dalimier, « La Réforme urgente », Comœdia, 8 janvier 1932, p. 2.
  • 14 Le premier obus lancé par un de ces canons de longue portée, arme inconnue et non identifiable, sèm (...)

8En 1932, soutenant les revendications du spectacle contre les taxes, Albert Dalimier se rappellera « à quel point le théâtre nous a aidés à maintenir le moral du pays. On a vite compris, ajoute-t-il, qu’il n’y aurait rien d’indécent à permettre d’écouter des chefs-d’œuvre ou de demander au théâtre l’oubli momentané de nos tristesses »13. Au milieu des difficultés matérielles inouïes, le théâtre va faire salle comble pendant presque toute la durée de la guerre. L’année 1918, les bombardements sur Paris et le pilonnage des berthas14 feront déserter le public et cette dernière année est, de ce point de vue, la plus dure.

  • 15 Le Cri de Paris, dans son numéro du 7 février 1915, rend hommage au dévouement des artistes, et on (...)
  • 16 Voir à ce sujet l’article d’André Tissier, « Les Spectacles pendant la Commune », Europe, novembre- (...)
  • 17 Le titre a déjà fait fortune. On n’a pas d’ailleurs fini de le reprendre avec le même enthousiasme. (...)

9Le personnel des théâtres, lui, est fidèle au poste15. Reprises et créations, en moindre nombre, se succèdent, sans que véritablement la guerre, pas plus qu’en 1870 et au moment de la Commune16, suscite un théâtre nouveau. Pourtant la question est à l’ordre du jour. Avant même la réouverture, on s’interroge : « Que présagez-vous du théâtre de demain ? », et Guillot de Saix et Bernard Lecache font une enquête auprès des personnalités des lettres et du théâtre et publient les résultats en 1915 sous le titre Le Théâtre de demain17. Antoine croit à la victoire finale et constate : « Seuls les vaincus restent lyriques, les victorieux se délassent ». Il prévoit, en conséquence, un « théâtre gai, doucement agréable, insignifiant », tout à fait le contraire de ce théâtre revigoré souhaité par d’autres. Camille de Sainte-Croix rappelle ce que le bouleversement des temps met provisoirement à l’arrière-plan : les engagements antérieurs à la guerre ne sont pas abolis par elle. La saison 1914-1915 n’a pas eu lieu. « C’est la saison suivante qui devra tenir ses promesses ».

  • 18 « Le Théâtre, les Arts, les Livres », chronique de Paul Fuchs et Jacques des Gâchons, Je sais tout, (...)
  • 19 Les Butors et la Finette, François Porché, pièce en 6 tableaux et en vers, Théâtre Antoine, 29 nove (...)

10En 1917, Paul Fuchs le déplore : « La guerre, où nos peintres, nos poètes et nos romanciers ont puisé de nouvelles inspirations, est restée sans effet sur l’art dramatique »18. Pour quelques tentatives, Les Butors et la Finette ou Les Nouveaux riches, combien de Système D ? Et Fuchs de constater : « Voici enfin une pièce d’actualité… Elle a pour auteur Euripide et se nomme Andromaque et Pélée »19.

  • 20 Dans ses numéros de juillet et d’août 1915, Le Cri de Paris se fait l’écho de cette querelle qui op (...)
  • 21 On connaît la réaction violente d’Antoine. On pourrait comparer la déception des gens de théâtre à (...)

11Quant au théâtre lyrique, il est devenu le champ clos de querelles nationalistes. Les œuvres de compositeurs des pays belligérants ou de ceux que l’on soupçonne de complaisance avec l’ennemi sont mises à l’index. Richard Wagner exaspère les passions. En juillet 1915, les Amis de l’Opéra excluent de leur association sa famille. Son apport dans le domaine musical et théâtral est âprement discuté20. Le milieu théâtral français ressent vivement la « trahison » des intellectuels allemands au début de la guerre : Gerhardt Hauptmann, Max Reinhardt, Siegfried Wagner, Félix Weingartner n’ont-ils pas signé « l’indigne » Manifeste des intellectuels allemands du 16 octobre 1914, alors qu’ils étaient en excellents rapports avec des personnalités du théâtre français (Richard Strauss, en pourparlers avec P.B. Gheusi pour Le Chevalier à la rose, à la veille de la guerre, n’a pas signé) ?21

2. L’Amicale dans la guerre : survie et efficacité

  • 22 En collaboration avec l’Association des artistes dramatiques, des Prévoyants du théâtre et de la Fé (...)

12Avant et après la réouverture des théâtres, comment la vie de l’Amicale s’organise-t-elle ? Dès le 25 août 1914, l’Association des directeurs de théâtres de Paris se réunit au théâtre du Vaudeville, sous la direction de Porel, pour prendre des mesures en faveur du personnel et l’Association des directeurs de théâtres de province ne tarde pas à en faire autant. Chacun est invité à se manifester, afin de reprendre son ancien poste ou ceux rendus disponibles par le départ des mobilisés. Des secours sont votés pour parer les misères évidentes. Henri Prévost écrit à Porel et lui demande aide et assistance en faveur des régisseurs. Malgré force visites au Vaudeville, la requête reste sans réponse : le secrétaire de l’Association des directeurs des théâtres de Paris, Charlot, ne l’a même pas transmise. L’Amicale ne reste pas pour autant inactive. Elle contribue à la fondation du Buffet théâtral, avenue du Maine22, créé par les artistes Brunat et Huot, et qui offre matin et soir des repas au prix de quarante centimes. Elle subventionne également le Grill-room théâtral, faubourg Saint-Martin, et plus tard le Réfectoire du spectacle, fondés tous deux sur les mêmes principes que le Buffet théâtral. Après une entente avec Pierre Wolff, son animateur, un grand nombre de sociétaires reçoit gratuitement de l’Œuvre du Bon feu quelques centaines de kilos de charbon.

13La Fraternelle des artistes est créée, sous la direction de Romain Coolus. L’État subventionne cette œuvre de secours ouverte à tous les artistes (peintres, comédiens, chanteurs, etc.). Dons et demandes de secours affluent à la Fraternelle. Un tri s’impose dans tout ce qui parvient ainsi. Albert Dalimier charge l’Amicale des régisseurs de s’occuper des enquêtes concernant les artistes du spectacle. Qui est mieux placé, en effet, que le régisseur dans cette sphère ?

  • 23 Annuaire 1917, p. 6. De même pour l’autre citation.

Et chaque matin, quelques-uns d’entre nous se rendaient rue de Valois pour chercher les fiches d’enquêtes. La répartition du travail s’opérait dans la Galerie d’Orléans, au Palais-Royal, entre d’autres camarades qui attendaient faisant les cent pas… Avec quelle joie nous apprîmes que quelques-uns de nos collègues venaient d’être convoqués pour recevoir une aide pécuniaire… Comme la plus petite somme avait de l’importance à cette époque où chacun était dans l’ignorance et dans l’appréhension du lendemain !23

  • 24 Les communes adopteront par la suite des mesures similaires et feront les mêmes difficultés aux art (...)

14Le Conseil municipal de Paris institue de son côté le secours de chômage qui s’élève, par jour, à 1,25 franc, plus quinze centimes par enfant en dessous de seize ans et ce indépendamment du secours aux familles de mobilisés. Ces mesures ne concernent pour l’heure ni la banlieue ni la province24. Le comité de l’Amicale fait immédiatement inscrire les régisseurs parisiens dans la mairie de leur domicile : « Beaucoup se heurtèrent au mauvais vouloir des bureaux qui refusaient de considérer les gens de théâtre comme des employés ou des ouvriers sans travail ! Les théâtres étaient fermés, c’était vrai, mais était-ce par ordre de la Préfecture de police ? »

  • 25 « C’est à celui qui invoque l’impossibilité d’exécution en raison d’un cas de force majeure qu’inco (...)

15Autrement dit, y avait-il, pour ces gens de théâtre, cas de force majeure déliant employeurs et employés de leurs obligations réciproques, et donc réduction au chômage de ces derniers ? Ne pouvait-on pas faire valoir, au contraire, étant donné la période de l’année, que l’on était encore dans le temps de la fermeture annuelle des théâtres, sans le moindre droit à aucune espèce de contrepartie25 ? La question a été âprement débattue :

  • 26 Adrien Peytel, op.cit., p. 311. Décision de la Cour de Nancy, 14 juillet 1871. Les effets de la gue (...)

L’état de guerre n’est pas, en soi, une cause de résiliation des conventions ; pour qu’il constitue une force majeure, il faut qu’il fasse obstacle d’une façon absolue à la continuation des représentations, et d’une manière générale qu’il constitue un empêchement insurmontable à l’exécution du contrat26.

  • 27 Des décrets successifs règlent les conditions restrictives du remboursement des dépôts et comptes c (...)

16Lors de la deuxième guerre des Balkans en 1913, Jane Hading dirige une tournée qui doit passer par la Suisse, l’Égypte, l’Autriche (en état de paix) et par la Serbie, la Bulgarie, la Turquie et la Grèce (en état de guerre). L’exécution du contrat n’est jugée impossible que pour la seconde partie de la tournée. Quand les régisseurs, comme les autres catégories du théâtre, veulent s’inscrire, la jurisprudence en est là et elle sera confirmée par les jugements rendus en 1915 et en 1916. Les tribunaux protègent les droits des artistes et des employés, mais on « ergote » sur la qualité de chômeur à leur accorder, selon l’expression de Prévost. De plus, les certificats de chômage, pour être valides, doivent porter la signature du Directeur ou de l’Administrateur du théâtre. Où les trouver dans la plupart des cas ? Fort heureusement, Henri Prévost fait agréer sa signature par le Préfet de la Seine et tous les membres de l’Amicale, à l’exception d’un seul, finissent par recevoir une indemnité journalière. Le problème se pose alors pour les sociétaires de la banlieue et de la province. Le Comité et l’Assemblée générale décident d’allouer un franc par jour, pendant toute la durée du chômage à chaque régisseur dont la demande parviendrait. Nouvelle difficulté : « le moratorium veillait ». On apprend, après des jours d’incertitude, que le trésorier, répondant à son ordre de mobilisation, s’est rendu précipitamment à Deauville et qu’il s’est vu contraint d’y laisser ses livres de comptabilité, n’emportant avec lui que son carnet de chèques. Henri Prévost entre en possession du fameux chéquier grâce à Madame Blondet et obtient de toucher personnellement, par petits chèques mensuels, les sommes déposées au compte courant. Ces opérations permettent de faire face au paiement des allocations qui atteindront la somme de 4 031 francs en vingt-neuf mois27.

17Afin de compenser l’épuisement des fonds, l’Amicale a recours à mille moyens : lettres à de généreux donateurs, vente de gravures représentant des faits de guerre ou de cocardes tricolores, etc. À l’issue de longues démarches, Henri Prévost obtient l’accès aux valeurs déposées au Crédit Lyonnais. Quand les théâtres rouvrent, la comptabilité est à jour et en ordre. La réorganisation de la vie théâtrale commence ; le personnel artistique et administratif retrouve du travail, avec des appointements réduits, il est vrai. Certains employés, dont les premiers mois de guerre ont épuisé les ressources et la garde-robe (si importante au théâtre), hésitent à solliciter un emploi. Un vestiaire est rassemblé, avec son lot habituel d’objets bizarres, pouvant difficilement servir à quelque chose : un costume cycliste pour enfant, des faux-cols de la pointure 48…

18Les sociétaires profitent également des services d’une nouvelle association, regroupement de toutes les sociétés du spectacle, dont il a été question plus haut, la Fraternelle du spectacle, toujours dirigée par Romain Coolus, président de la SACD. Les statuts de la Fraternelle lui imposent de « venir en aide aux divers groupements des professions du spectacle fondés ou à fonder et à tous les groupements similaires ou connexes, music-halls, cinémas, etc. ». C’est la Fraternelle qui touche et centralise les perceptions, subventions, dons, legs, remises et produits des représentations et qui en répartit les bénéfices, selon les besoins et les disponibilités, aux groupements adhérents, sous forme de secours, dons ou prêts. Elle ne se substitue pas à ces groupements qui gardent leur autonomie, tout en déléguant un représentant au Comité de la Fraternelle.

  • 28 Cette fête sera organisée jusqu’à la fin de la guerre.

19Au début de décembre 1914, le Comité s’intéresse à la situation des enfants des sociétaires mobilisés ou sans emploi. Cette sollicitude se manifeste dès la fête de Noël. Avec la collaboration des Prévoyants du théâtre et grâce à l’hospitalité de Gémier, ce premier Noël de guerre est marqué par une matinée artistique au théâtre Antoine et par une distribution de cadeaux aux enfants de moins de quatorze ans, ainsi que par la remise aux familles de cinq francs par enfant28.

3. Les années de guerre, de la reprise du travail à mai 1917

  • 29 Les renseignements fournis par les annuaires pour la période de la guerre ne couvrent pas la périod (...)

20Au 1er août 1914, le nombre des sociétaires s’élève à 118. Trente-huit régisseurs sont admis entre cette date et le 1er mai 191729 ; pourtant à cette dernière date, nous comptons seulement 131 sociétaires. La différence est due à plusieurs causes : 4 démissions, 7 radiations (malgré des rappels nombreux, ces sociétaires ont montré un désintérêt absolu envers l’Amicale), 4 décès (maladie), 4 décès (fait de guerre). Ce dernier chiffre sera porté à 5 entre mai 1917 et la victoire.

  • 30 Prévost a publié cette lettre dans l’Annuaire de 1917 de l’Amicale et dans le Bulletin de l’Associa (...)
  • 31 Jean-Marie Cognet, né en 1886 à Saint-Étienne, fils d’un armurier de cette ville, a partagé sa carr (...)
  • 32 Roger-Henri Thenon dit Herté, né à Paris en 1891, fait dans la capitale la majeure partie de sa car (...)
  • 33 Voir le Fichier des Régisseurs, Annuaire de l’Association des artistes dramatiques, 1916 et Ginisty (...)
  • 34 Joseph Janné dit Janny, né à Nantes, en 1874, a parcouru la province et suivi les tournées Huguenet (...)
  • 35 Émile-Louis Lebreton, né à Paris le 9 janvier 1873. Sa carrière se déroule d’abord en province, il (...)
  • 36 François-Joseph Monnet dit José Savoy, né à Dijon le 26 avril 1880. Il s’est entièrement dévoué aux (...)

21L’annuaire fait part des citations et des médailles de guerre des mobilisés. Henri Prévost obtient de Roulant, nommé capitaine sur le front, l’autorisation de publier la lettre que celui-ci a adressée de l’Hôpital de Vichy où on le soigne30. Grièvement blessé le 13 septembre, à Fontenoy, lors de la première bataille de l’Aisne, Jean-Marie Cognet meurt dans l’accident du train vers un hôpital de l’arrière en juin 191531. Roger Herté est tué dans l’offensive de Champagne (décembre 1914-mars 1915)32. Georges Jalabert, blessé en octobre 1915, est emporté le 2 novembre par une fièvre infectieuse à l’Hôpital de Ris-Orangis33. Janny, l’un des pionniers des représentations et des concerts dans les cantonnements, meurt dans les tranchées du Soissonnais, à Quennevières, en juin 191534. Émile Lebreton meurt des suites de ses blessures le 15 décembre 191735. On peut ajouter à ces noms celui de José Savoy, décédé en septembre 1925 d’une maladie contractée au front36. Il serait trop long d’énumérer tous les blessés, tous ceux que la guerre a atteints dans leur vie professionnelle ou familiale. Sur l’initiative d’Hubert Génin et de Georges Saverne, un parrainage est institué. Chaque mobilisé aura un parrain choisi parmi les régisseurs restés à Paris. L’Amicale s’exerce par tous les moyens possibles à améliorer le sort des poilus ; chacun reçoit vingt francs au moment de sa mobilisation, une autre allocation de vingt francs accompagne toute citation à l’ordre du jour et l’obtention de la médaille militaire.

  • 37 Louis-Edouard Tunc, né à Roye en 1874, débute dans les théâtres d’avant-garde et fait des tournées. (...)

22À l’occasion de Noël, on envoie un paquet et un billet à tous. Pâques et les 14 juillet des années 1915 et 1916 sont marqués par le « louis du mobilisé ». Journaux et publications (brochures de théâtre, recueils de chansons…) parviennent au front. En même temps, des secours sont attribués aux familles. Hubert Génin s’occupera pour entretenir le souvenir, en 1922, de faire édifier des plaques commémoratives des morts de la Grande Guerre dans les théâtres de Paris et de la province. Lui-même garde de cette guerre un souvenir cuisant. Il avait été réformé en 1915 et un accident de train, lors d’une tournée en 1917, le laisse mourant. Jusqu’à sa mort, il souffrira un martyre (nous le savons par Marc-Roland). Après la guerre, les régisseurs s’inscriront à l’Association des comédiens combattants, fondée en 1921, et dont un des leurs, Louis Tunc, sera le premier trésorier37.

  • 38 Eugène-Alexandre Aubert, né à Marseille en 1853, débute au Château d’Eau en 1875, puis passe aux th (...)
  • 39 Annuaire 1917, p. 17. 32 membres de l’ART ont réclamé cette indemnité à cette date.

23Les régisseurs de l’arrière ne sont pas oubliés. Outre l’indemnité de chômage et les divers secours, dont il a été question plus haut, à l’initiative d’Aubert38, on vote l’allocation d’une somme de cinq francs pour les « étrennes de la concierge », afin que les sociétaires puissent « conserver la considération de ces dignes fonctionnaires en ces temps d’enquête brusquée »39.

  • 40 Œuvre dont il a été question plus haut : « Pendant trois ans, Pierre Wolff fut le grand philanthrop (...)
  • 41 Les diverses sociétés mutualistes poussent beaucoup à cette épargne avec un succès inégal. Il y a l (...)

24L’Amicale participe à l’Œuvre du Bon feu40, mais le manque de moyens de transport ne facilite pas la répartition. Elle verse donc directement aux familles 283 francs pour les achats urgents de combustibles. Elle contribue, en outre, aux frais médicaux et pharmaceutiques. Le service des pensions fonctionne, dans les faits, depuis le 1er janvier 1916 : cinq régisseurs âgés de plus de soixante ans et ayant cotisé pendant un laps de temps supérieur à quatre ans y sont inscrits et reçoivent une pension annuelle de cinquante francs. Cette allocation n’est pas jugée suffisante. Le Comité crée une filiale mutualiste de l’Amicale, l’Avant-Scène, exclusivement chargée de gérer les pensions par l’intermédiaire du livret de la Caisse nationale des retraites pour la vieillesse. Le Comité, selon son propos, veut faire des régisseurs, et peut-être malgré eux, des rentiers qui pourront laisser à leurs héritiers un minimum. En pratique, il s’agit d’un système d’épargne volontaire41.

25Pour financer l’Avant-Scène, on porte la cotisation à vingt-quatre francs dont dix-huit sont alloués à la filiale, un franc allant aux frais généraux et les dix-sept autres étant versés sur le livret de retraite personnel de chacun. Le sociétaire choisit, à partir de cinquante ans, à quel âge il désire recevoir les arrérages de la pension produits par les versements annuels de dix-sept francs. Comme ces sommes restent la propriété des sociétaires, il est loisible à ceux-ci d’en léguer le montant à leurs héritiers. Cette somme ne pourrait revenir à l’Amicale que dans le cas de legs en sa faveur à défaut d’héritiers réservataires. Enfin, la pension, versée par l’Amicale à chaque sociétaire à partir de soixante ans et distincte du placement effectué, ne coûte à chacun qu’un franc par an. Les sociétaires inscrits au 31 décembre 1916 ont l’obligation absolue de faire partie des deux sociétés. Il en va de même pour les derniers venus. Le règlement prévoit l’établissement de barèmes pour la période statutaire jusqu’à cinquante ans, pour la période transitoire et pour la répartition annuelle à partir de soixante ans. Par un barème d’allocations annuelles complémentaires, on unifie la pension accordée à tous, malgré la disparité des âges lors de la création de l’Avant-Scène.

26Les nouveaux sociétaires restent stagiaires de l’Avant-Scène pendant un an et ne profitent de la répartition des bénéfices qu’à dater de la seconde année s’ils ont atteint soixante ans. Les plus de cinquante ans au moment de leur admission ont droit aux avantages de la période transitoire (cinquante à soixante ans) après un minimum de quatre années de versements de cotisations, en plus de l’année de stage.

27Afin de bénéficier des répartitions trimestrielles du rapport, on doit avoir versé, au moins, le trimestre de cotisation correspondant au versement et avoir assisté au moins une fois par mois aux réunions hebdomadaires ou avoir envoyé de ses nouvelles une fois par mois également. Ces conditions sont formelles et chaque mois de désintéressement entraîne la perte d’un douzième, non récupérable, sur les répartitions. Elles constituent une prime à la régularité des obligations statutaires.

28L’organisation de l’Avant-Scène s’opère sans délai. Les états civils sont réclamés et les livrets-retraites demandés et obtenus à la Caisse nationale des retraites pour tous les sociétaires ayant acquitté au moins le premier trimestre de cotisation de l’année 1917, ce qui laisse de côté certains membres en retard. Les sociétaires qui ont versé leur cotisation de l’année en cours et satisfait aux conditions de présence pour l’année écoulée se voient attribuer sur leurs livrets la totalité de la répartition annuelle.

29Cette part de cotisation n’est pas exigée des mobilisés selon des modalités qui seront examinées un peu plus loin et la totalité des répartitions est versée sur leurs livrets. En outre des allocations particulières sont prévues pour eux. Chaque année, et ce jusqu’à soixante ans, une somme de dix francs pour chaque citation à l’ordre du jour, de vingt-cinq francs pour la médaille de guerre et de cinquante francs pour la légion d’honneur. Ces dernières mesures complètent celles prises dès le début de la guerre. À la date du 1er mai 1917, l’ensemble des versements sur les livrets s’élève à 1 810 francs et la caisse de l’Avant-Scène à 603 francs, ce qui équivaut au versement des cotisations de cent régisseurs. On le voit, l’Amicale, dans sa quasi totalité, a suivi ce qui avait été choisi pour le bien de tous.

  • 42 Cette œuvre sera, hélas, compromise dans les années vingt, quand Prévost ne sera plus là pour la dé (...)

30Il ne faut sans doute pas exagérer l’importance des sommes et de la pension statutaire ainsi réunies, mais l’Avant-Scène s’efforce d’assurer un pécule qui sera le bienvenu pour des régisseurs âgés, surtout pour ceux que la guerre aura cruellement touchés. Qu’on songe aux difficultés en temps normal et l’on mesure mieux la nécessité et l’utilité des efforts de l’Amicale42.

31Contrepartie normale, durant toute la guerre, il est mis fin aux prêts d’honneur, car on ne veut pas sacrifier les intérêts généraux à des intérêts particuliers. Cette disposition n’exclut pas les secours accordés dans certains cas. Le 1er août 1914, il restait 1 075 francs de prêts d’honneur non remboursés ; on doute qu’ils l’aient été en 1917.

  • 43 Louis Édouard Poreaux dit Allix, né à Paris en 1856, parcourt la province dès l’âge de vingt ans, e (...)
  • 44 Les fêtes de Noël 1914, 1915 et 1916 coûtent à l’ART 1 303,50 francs.
  • 45 Les vacances des enfants au Tréport en 1915 et 1916 reviennent à 400 francs.

32Les familles ne sont pas oubliées. Le fils de Cognet, orphelin de guerre, est adopté par l’Amicale. Les deux filles d’Allix43 reçoivent pendant vingt-et-un mois, jusqu’au premier janvier 1917, une pension mensuelle qui leur permet de trouver une situation. Noël est toujours fêté au Théâtre Antoine44. Grâce à l’œuvre des vacances des enfants, dirigée par André Berthy et Laurent Bruna, devenue par la suite le Foyer des enfants, l’Amicale peut envoyer au Tréport, puis à Herblay, quelques enfants en vacances45. À trois enfants de régisseurs, nés en août 1914, l’Amicale offre une layette de trente francs. Elle se préoccupe d’un véritable service de l’enfance, en souhaitant que le législateur fasse aussi son devoir et Henri Prévost s’engage à faire inscrire à l’Orphelinat mutualiste français, dont il fait partie, les pères de famille dans le but d’assurer contre leur décès éventuel les enfants.

33Le Comité de guerre avait voté au début des hostilités l’exonération du paiement des cotisations. Cette exonération reste acquise pour tous les mobilisés, pendant toute la durée de leur mobilisation, plus six mois après leur retour dans leurs foyers. Pour les autres sociétaires, l’exonération est maintenue jusqu’au 31 décembre 1915 et la cotisation ne devient exigible que passée cette date, lorsqu’il est démontré que les régisseurs ont retrouvé une situation leur permettant de subvenir à leurs besoins.

  • 46 Un seul cas jusqu’à mai 1917.
  • 47 Ce règlement appelle quelques commentaires. Il tend à éliminer les profiteurs qui n’auraient pas ma (...)

34Les radiations sont suspendues mais les régisseurs qui n’auraient pas donné de leurs nouvelles pendant plus de six mois consécutifs pourraient encourir néanmoins cette sanction46. Le règlement d’admission se fait plus sévère, à seule fin d’éviter les abus. Une commission reçoit tous pouvoirs pour examiner les demandes et engager des enquêtes supplémentaires. La signature de deux parrains est exigée. L’affichage dure trois mois au minimum. L’admission est prononcée en assemblée générale, à la majorité des deux tiers des votants et doit avoir obtenue au moins vingt voix. Il faut avoir rempli la fonction de régisseur pendant trois saisons d’hiver consécutives d’un minimum de cinq mois chacune au cours des cinq dernières années qui précèdent la demande ou justifier de quatre cents jours de tournée dans le même laps de temps. Les régisseurs de nationalité étrangère (autre que belge ou suisse romande) doivent faire la preuve de dix saisons d’hiver consécutives, dont six en France et quatre à l’étranger, dans un théâtre français, pendant les quinze dernières années. Les régisseurs appartenant aux nations en guerre sont rigoureusement exclus47.

  • 48 Nous n’avons pas trouvé trace de ces statuts à la Préfecture de police.

35Ce règlement est inséré dans les nouveaux statuts déposés à la Préfecture de police en mars 1917. Un exemplaire de ces statuts est envoyé à tous avec le compte rendu des travaux de l’Amicale48.

36Pour faire face aux obligations statutaires et aux services de guerre, les recettes extraordinaires constituent, non pas un complément, mais l’apport indispensable aux recettes ordinaires. Celles-ci se montent à 481,50 francs pour la période 1er mai 1916-30 avril 1917, tandis que les recettes extraordinaires représentent 6 900 francs de l’entrée en guerre au 1er juin 1915 et 5 864,50 francs du 1er mai 1916 au 30 avril 1917. Les recettes ordinaires sont constituées par les cotisations. Il n’est pas utile d’y revenir. Il est cependant intéressant de considérer la provenance du second type de recettes dans la mesure où elle nous éclaire sur le dynamisme de l’association.

37Les annuaires donnent les chiffres suivants :

- période du 1er mai 1915 au 30 avril 1916 :

Secours national : 1 000 francs

Assistance publique : 1 000 francs

Fraternelle du Spectacle : 500 francs

Matinées : 2 180,10 francs

Dons divers : 2 220,50 francs

Total : 6 900,60 francs

- période du 1er mai 1916 au 30 avril 1917 :

Secours national : 500 francs

Fraternelle du Spectacle : 200 francs

Matinées ou soirées : 830 francs

Dons de sociétaires : 458,90 francs

Dons de non sociétaires : 80 francs

Quêtes aux réunions hebdomadaires : 184,10 francs

Versements de membres honoraires : 250 francs

Rentrées de dépôts chez des commerçants : 91 francs

Journée des artistes : 3 270 francs

Total : 5 864,50 francs

38Nous n’avons pas de renseignements sur l’exercice antérieur. Il convient de donner des précisions sur deux articles des recettes extraordinaires : les galas (matinées ou soirées) et la Journée des artistes à laquelle l’Amicale participe pour un dixième des bénéfices. Notons que la rubrique Secours national recouvre des recettes liées à des galas organisés par cette œuvre, avec le concours des théâtres. Le Secours national répartit selon les besoins l’argent récolté, dont une partie est redistribuée en circuit fermé.

  • 49 Léo Devaux, né à Namur en 1872, fait ses débuts au Caire comme ténor léger et continue en province, (...)
  • 50 Le Livre d’or conserve le programme de la « Matinée donnée par les régisseurs des théâtres français (...)

39Grâce à Henri Prévost, une matinée a lieu au Châtelet en mars 1915 (en dehors des dates données plus haut, mais il s’agit de la première manifestation dont l’Annuaire donne des échos pour la durée de la guerre). Cette matinée rapporte 1 643,85 francs à l’Amicale : c’était hasardeux, car la réussite ne couronnait pas toujours les efforts des organisateurs de semblables manifestations. Il est vrai que le directeur du Châtelet, Fontanes, a pris à son compte la plus grande partie des frais, dont ceux de lumière et de personnel. Léo Devaux49, chargé d’une matinée au Palais des Glaces, recueille 336,25 francs. Marc-Roland organise plusieurs matinées chez Madame Oedenkoven qui possède, 15 avenue Hoche, un joli théâtre dont la salle contient jusqu’à cent cinquante invités. Il s’adjoint le concours d’artistes comme de Max, Robert Chauvelot, Brémont, Yonnel. La matinée du 4 juin 1916 rapporte 180 francs, celle du 19 novembre de la même année 300 francs50. Raphaël Cailloux, le régisseur général de Gémier, recueille 350 francs lors d’une soirée au Mignon Palace de Billancourt. Les galas s’inscrivent dans une tradition antérieure à la guerre, mais la nécessité en a multiplié les occasions et aussi la concurrence.

  • 51 Maison de retraite des artistes lyriques, comme Pont-aux-Dames est celle des artistes dramatiques. (...)
  • 52 Bruno-François Fieremans dit Blondhin (ou Blon-dhin ou Blond’hin) par allusion à sa chevelure, est (...)

40La Journée des artistes, elle, est une création de la guerre, bien qu’elle trouve son origine dans une manifestation antérieure, le Sou de Dranem. Chaque année, avant 1914, Dranem et ses collaborateurs priaient les directeurs d’établissements de spectacles de demander un sou en sus du prix normal des places, le soir du réveillon, au profit de la Maison de retraite de Ris-Orangis51. Blondhin52 propose à Henri Prévost de rétablir le Sou de Dranem sous forme de Journée de quête à l’occasion des fêtes de fin d’année. Dans le climat de solidarité qui s’est établi entre les groupements du spectacle, l’Amicale des régisseurs, les maisons de retraites de Pont-aux-Dames et de Ris-Orangis, les Associations des artistes lyriques et des artistes dramatiques, les Prévoyants du Théâtre forment un comité commun sous la présidence de Pedro Gailhard et l’on sollicite du ministre de l’Intérieur Malvy l’autorisation de vendre un objet symbolique dans toutes les salles de spectacle de Paris et de la province aux représentations données les 25 et 26 décembre 1916. L’autorisation arrive en octobre. Malgré les retards et les tâtonnements inhérents à des commencements, la Journée des artistes rapporte 61 000 francs dont 3 720 francs reviennent à l’ART (la répartition est faite au prorata de l’importance numérique des groupements fondateurs).

41Cette somme de 3 720 francs permet d’établir le service des retraites autrement que sur le papier. Malgré ses divers services, l’Amicale maintient, grâce à ces apports extraordinaires, son capital de 1914 :

- au premier août 1914 :

En espèces : 4 500 francs

En valeurs : 115 francs de rentes

- au 1er mai 1917 :

  • 53 Capital ainsi réparti : Comptoir d’escompte : 600,70 francs ; Bons de la Ville de Paris : 2 000 fra (...)

En espèces : 4 509 francs53

En valeurs : 350 francs de rentes

42L’Amicale a souscrit pour 2 000 francs aux Bons de la Ville de Paris et elle les affecte au Pécule du Poilu, destiné à aider les démobilisés à attendre soit une réintégration, peut-être différée, dans l’emploi ancien, soit une situation nouvelle. Tout en maintenant son capital, l’Amicale a dépensé en trente-trois mois de guerre 19 682,60 francs, preuve de son allant et de sa volonté d’être efficace.

  • 54 Annuaire 1917, p. 23. L’Amicale défend Merle-Forest, régisseur général de l’Opéra, diffamé par la p (...)

43Au terme de ces trois années, la situation morale de l’Amicale est excellente, « plus prospère que notre situation financière ». Le Comité de guerre juge qu’il a atteint son but : « placer notre Amicale sur un piédestal très haut, très élevé pour forcer l’estime et le respect des autres groupements du spectacle ». Le seul fait de se prévaloir d’une admission à l’Amicale doit être pour des directeurs soucieux de recruter « comme un brevet d’honorabilité et de valeur professionnelle au-dessus de toute diffamation »54. La sévérité du règlement d’admission, la création d’un Tribunal d’honneur appelé à prononcer des sanctions allant jusqu’à l’exclusion sont garants de cette honorabilité, un « statut du régisseur réglant la ligne de conduite à suivre entre collègues pour l’obtention des emplois pouvant être disponibles, afin de respecter les principes de confraternité mutuelle dont nous ne devons jamais nous départir » est voté. Il constitue, avant les contrats collectifs de l’après-guerre, une contribution à la réglementation de la Régie, puisque l’Amicale est reconnue par les directeurs qui font appel à elle pour embaucher des régisseurs (et cette demande se révèle supérieure à l’offre).

  • 55 L’Union n’aura de bulletin qu’à partir du 1er octobre 1925 et nous n’avons pas entre 1917 et 1925 d (...)

44L’Amicale a affirmé son existence en participant, soit officiellement, soit par la présence de membres de son comité de guerre, affiliés à d’autres associations du spectacle, à toutes les manifestations en faveur des artistes et des établissements touchés par les restrictions ministérielles ou administratives. Elle répond à l’appel de l’Association des artistes dramatiques qui convoque, en décembre 1916, tous les groupements théâtraux afin de fonder un Comité permanent de défense des intérêts corporatifs de l’industrie du spectacle. La première réunion du Comité a lieu sous la présidence de Félix Huguenet et trente-quatre sociétés représentant quarante-sept mille trois cent cinquante personnes y ont envoyé des délégués. L’Amicale tient une place de choix. Malheureusement, le Comité ne réalise pas l’union escomptée, mais un nouveau groupement, et c’est l’Amicale qui a l’honneur, par son Président, d’en être la marraine. Le 16 mai 1917, l’Union des artistes dramatiques et lyriques, présidée par Huguenet, est établie. Son but essentiel est de promouvoir l’épuration morale et l’amélioration du sort des artistes dramatiques et lyriques. Elle ne deviendra que progressivement représentative55.

4. La fin de la guerre

45Dans son rapport de mai 1917, Henri Prévost a pressenti qu’il serait indispensable d’analyser les nouvelles données économiques et leur conséquence sur la vie quotidienne des régisseurs. La « vie chère » est devenue une expression aussi banale en cette fin de grande guerre que le « système D », mais elle résume une réalité dont tous les gens du spectacle prennent chaque jour plus conscience, à leur détriment, les directeurs pour demander une augmentation du prix des places et une baisse des taxes, les auteurs pour prévoir un réajustement de leurs droits, les artistes et employés leur réclamer une indemnité de vie chère qui compense en partie la chute de leur pouvoir d’achat.

  • 56 L’Opéra et l’Opéra-Comique ont créé leur propre coopérative. Pour la Gerbe, voir Annuaire de l’Asso (...)

46Henri Prévost estime que les achats en commun sont une solution d’avenir à laquelle l’Amicale devra accorder son attention. En attendant un organisme propre aux régisseurs, une coopérative ouverte à tous ceux qui vivent à un titre ou un autre du spectacle apportera un début de soulagement aux angoissantes questions matérielles : la Gerbe est ainsi mise sur pied56.

  • 57 Henri Prévost a été nommé Président au cours de l’A.G du 2 mai 1917.

47Il convient de s’enquérir des besoins et des charges des régisseurs absents de Paris, des mobilisés, préparer l’après-guerre, réduire le risque de chômage en demandant aux intéressés de faire connaître la situation désirée, espérée ou promise lors du retour à la vie civile. « L’Amicale doit rester une grande famille dont le Président sera le chef »57, elle doit être attentive aux soucis personnels de ses sociétaires par la mise en place d’un véritable système d’assurances sociales, dans la mesure de ses moyens. Par ses dépenses, elle a montré la portée pratique de ses projets.

  • 58 Octave-Louis Labis, né à Tourcoing en 1857. Premier prix du Conservatoire de Paris de déclamation l (...)
  • 59 Annuaire 1917, p. 29-31. De larges extraits de cette conférence sont cités.

48Elle porte son intérêt aux améliorations sociales et professionnelles. Une matinée organisée par Labis58 au Théâtre Antoine, le 11 juillet 1917, offre l’occasion de présenter au public le régisseur de théâtre, grâce à une causerie de Maître André Lévy-Oulmann59. Me Lévy-Oulmann constate « la disproportion injuste entre le rôle du régisseur et la situation matérielle et morale qui lui est faite » et s’inquiète du peu d’attention qu’on lui prête. « Pour le public, dit-il, le régisseur est celui qui fait entrer les artistes et la satire le représente comme un vieillard bancroche, coiffé du bonnet phrygien et armé du bâton traditionnel pour frapper les trois coups ». C’est devant cette situation intolérable que s’est fondée l’Amicale. Elle compte à son actif des résultats intéressants et pourtant :

Depuis le début des hostilités, le silence a continué à peser sur les régisseurs, malgré les immenses services rendus par eux aux Œuvres de guerre.

On a organisé avec leur concours gracieux et infatigable des matinées pour de nombreuses corporations ou des œuvres intéressantes, jamais une seule matinée n’a été donnée en leur faveur.

Et pourtant les régisseurs ont fait leur devoir, tout leur devoir. Tous ceux qui avaient l’âge sont partis, laissant leurs femmes et leurs enfants presque sans ressources. Depuis, la mort a frappé dans leurs rangs : les veuves, les orphelins ne se comptent plus.

  • 60 Des éléments de cette conférence seront repris dans la seconde partie.

L’Association s’en est seule occupée ; elle a secouru les veuves et adopté les orphelins ; elle aide les blessés et envoie des colis aux prisonniers60.

49Il convient de faire la part inévitable de la rhétorique destinée à provoquer la générosité en faveur d’une œuvre digne d’intérêt, mais ces lignes expriment la réalité et donnent les éléments de l’action que l’Amicale s’efforcera de promouvoir après la guerre. L’année 1917, cruciale sur le plan général, est en fait, paradoxalement, une année moins dure pour les gens du spectacle. La guerre favorise d’ailleurs certains directeurs qui, à l’instar de Gustave Quinson, en profitent pour établir de véritables « trusts de théâtre », mais il n’y a pas que cet aspect : les théâtres peuvent assurer des représentations plus régulières qui permettent un emploi plus stable.

  • 61 Le Spectacle, lors de la parution du livre où Malvy se justifie des accusations lancées contre lui (...)

50Le départ d’Albert Dalimier, conséquence de la condamnation du ministre Malvy, compromis dans l’affaire Almereyda61, prive les gens de théâtre d’un ami en fin d’année. Cette affaire soulève les passions, car, si les événements du front sont ressentis douloureusement, des bouleversements plus immédiats estompent un peu les nouvelles plus lointaines. Du moins a-t-on cette impression à la lecture d’un article dans Le Cri de Paris qui commente à sa façon les répercussions de la Révolution russe sur la carrière d’un chanteur d’opéra :

La carrière vient de perdre une de ses plus brillantes perspectives.

- La perspective Nevski…

- Si vous voulez. Autrefois, il suffisait à un ténor ou une basse de deux ou trois hivers à Pétersbourg pour être millionnaire. Ce ne sont pas les maximalistes qui maintiendront les anciens traitements.

- Et les princes russes n’auront plus les moyens d’encourager les arts avec des tabatières de diamants et des colliers de perles.

- Bah, il reste les Amériques… celles du Nord et du Sud.

  • 62 Le Cri de Paris, 13 janvier 1918, p. 11. Les maximalistes dont il est question sont, bien sûr, les (...)

- N’importe, c’est une tradition qui disparaît62.

  • 63 Des précautions matérielles sont prises : la Comédie-Française met ses objets et livres précieux en (...)
  • 64 Annuaire de l’Association des arts dramatiques, 1918. Réunion intime et préparatoire du 3 mai 1918, (...)

51À l’opposé de 1917, 1918 est une année terrible pour le théâtre, privé de son plus sûr soutien, au moment de la reprise acharnée de l’offensive allemande. Dès le début de l’année, les raids des gothas sur Paris font envisager une nouvelle fermeture des théâtres. Elle est évitée de justesse, mais l’ouverture reste liée à des conditions de sécurité très strictes (que l’on comprend aisément) : en cas d’alerte, on doit prévenir le public selon un rite adapté aux circonstances (si l’alerte se produit avant une heure donnée et si le public désire évacuer la salle, le directeur doit rembourser ; passée l’heure fatidique, la recette reste acquise)63. Néanmoins, raconte Prévost : « Nous continuions à jouer malgré les tirs de barrage, malgré les torpilles ennemies qui éclataient parfois près de nos théâtres. Et nous le faisions sans forfanterie, avec simplicité, songeant tout de même à notre famille, restée au foyer et qui, peut-être, se trouvait en danger »64.

  • 65 Ibid. Rapport d’Henri Prévost à l’Assemblée générale du 15 mai 1918, p. 23.

52Devant ce danger, le public prend peur et déserte les théâtres. Les recettes tombent et bien des artistes se retrouvent sur le pavé, comme en 1914. L’année se termine sur la victoire tant attendue et, bien que nous n’ayons pas d’écho direct sur la façon dont l’Amicale a vécu cet événement, nous savons suffisamment qu’elle s’y préparait, sans illusions sur les problèmes qui réapparaîtraient, passée l’euphorie du retour à la paix. Elle a vu partir au front, et s’y distinguer, le tiers de son effectif et, pendant ces années terribles, elle a dû à la fidélité et au dévouement des régisseurs de l’arrière d’avoir pu survivre et rendre à tous les sociétaires, aux mobilisés notamment, les services les plus efficaces. Auprès des autres familles du Spectacle, elle a participé, de façon constante, quoique si discrète, à l’œuvre de réconfort moral du pays, au front et à l’arrière. « Et plus tard, quand on écrira des relations de la guerre anecdotique, on glorifiera l’artiste de l’arrière, par un dessin symbolique : un poilu dans son lit d’hôpital ayant à sa droite l’infirmière qui soigne son corps et, à sa gauche, l’artiste souriant qui remonte son moral ».65

Notes

1 Le moratorium, ou moratoire, est une série de mesures par lesquelles les pouvoirs publics édictent la suspension de toute espèce d’échéance, dans des cas d’une gravité exceptionnelle. En 1914, la liquidation des engagements de juillet est prorogée de la fin juillet à la fin août. Cette prorogation est étendue à toutes les valeurs boursières. Ces mesures ont l’avantage de freiner la circulation du numéraire, mais, en même temps, elles bloquent les banques et les particuliers, notamment les industriels qui doivent faire face à des dépenses de personnel et de matériel. Le moratorium était régi par divers textes, depuis le décret du 5 novembre 1870. Les lois des 27 janvier et 24 décembre 1910 précisaient dans leur article unique : « Dans les cas de mobilisation générale, de fléau ou de calamité publique, d’interruption des services publics gérés par l’État […] des décrets rendus en conseil des ministres peuvent, pour tout ou partie du territoire, proroger les délais […] pour toutes les valeurs négociables ». Ces prorogations ne peuvent dépasser trente jours, mais elles sont renouvelables. La loi du 5 août 1914, relative à la prorogation des échéances des valeurs négociables, y donne le cadre dans lequel va s’intégrer toute une série de décrets. Pour le détail de ces mesures, on se reportera à l’ouvrage d’E. Meignen, La guerre, code du moratorium, textes des décrets classés méthodiquement, Dorbon aîné, Paris, 1915, et à l’article moratorium, Larousse du XXsiècle, t. IV, p. 980.

2 G. Hanotaux, « La Reprise du travail », Le Figaro, 16 août 1914, p. 1.

3 « À côté des théâtres », Le Gaulois, 21 août 1914, p. 4. L’article donne le compte rendu de l’une de ces réunions.

4 Émile Le Bonniec, dit Charlet, né en 1858, débuta en 1880 au théâtre des Batignolles comme deuxième comique, puis parcourut la province et l’étranger, avec une interruption de quatre ans passés aux Variétés entre 1884 et 1888.

5 Annuaire 1917, p. 7-8.

6 Annuaire de l’Association des artistes dramatiques, 1915.

7 Les régisseurs, Prévost en tête, sont d’ardents mutualistes. Il n’est pas sans intérêt de rapprocher leur comportement avec ce que Romain Lavielle écrit sur la mutualité pendant la guerre : « Le pays sortit de cette terrible épreuve complètement désorganisé. La Mutualité subit le sort commun ; ses conseils d’administration anéantis, ses effectifs dispersés et décimés, elle semblait ne pas pouvoir se relever d’une aussi rude secousse. Telle était la situation que toute espérance semblait vaine. Pourtant l’institution tout entière reprit vie avec une force et une rapidité étonnantes. Les administrateurs se cherchèrent et se complétèrent ; la propagande rallia les anciens et les nouveaux adhérents ». R. Lavielle, Histoire de la mutualité, Paris, Hachette, 1964, p. 77-78.

8 « Tous les efforts de votre commission ont tendu à faciliter la réouverture des théâtres, aussi bien en province qu’à Paris. De multiples démarches ont été faites auprès des pouvoirs publics, des maires, des préfets et des gouverneurs militaires pour obtenir d’eux, malaisément parfois, toutes autorisations nécessaires. D’autre part, et en spécifiant bien qu’il s’agissait là de concessions actuelles et provisoires, généreusement consenties, dans un esprit de bienfaisance et d’entraide, nous avons accordé aux directeurs, dont l’exploitation demeure hasardeuse, toutes les réductions raisonnables. Nos intransigeances ont fléchi, en même temps que les recettes elles-mêmes et nous sommes allés aux limites extrêmes de la bienveillance et de la bonne volonté ». Annuaire de la SACD, 1915-1916, p. 221-222. Rapport d’André Rivoire, A.G. du 9 mai 1916.

9 Le Cri de Paris, 1er novembre 1914, p. 15, cite une lettre de la Fédération générale du spectacle au ministre de l’intérieur, Malvy, au gouverneur militaire de Paris, Galliéni, et au Préfet de police Laurent, sous le titre « Un bel exemple pour nos cigales » : « Depuis quinze jours, nous avons fait toutes les démarches possibles, pour obtenir de votre obligeance l’autorisation d’ouverture des concerts et théâtre de Paris, qui aurait permis à tous nos adhérents de vivre. […] Aujourd’hui, nos amis – et particulièrement un de ceux qui ont le plus plaidé notre cause auprès de vous, M. Almereyda – nous assurent de l’intérêt que vous nous portez, et nous conseillent, par raison supérieure, d’attendre quelque peu. […] Nous nous inclinons, Monsieur le Préfet de police ! Nous nous inclinons sans murmurer, si pénible et effroyable que soit notre situation, mais nous vous supplions de ne point nous oublier, et de penser que nous sommes sans ressources, et la seule corporation qui n’ait point le droit à la vie en ce moment ». On trouve un article sur la réouverture des théâtres dans Le Cri de Paris, 15 avril 1917, p. 12, qui insiste sur le rôle de P.B. Gheusi, directeur de l’Opéra-Comique, ami de Galliéni. Gheusi a rapporté ces faits dans Guerre et théâtre qui donne en outre une chronique très vivante de l’activité de l’Opéra-Comique pendant la guerre.

10 On pourrait établir une bibliographie étoffée sur la fiscalité théâtrale, sur le droit des pauvres particulièrement. Signalons l’article de Laurent Luccini, « La Fiscalité des divertissements », Revue de science financière, octobre-décembre 1964, qui en fait un historique éclairant et qui souligne la relation étroite, en France, entre les notions de divertissement et de luxe. Il marque combien l’État est parvenu difficilement à se dégager du simple souci de productivité, en un mot à avoir une politique culturelle. On verra que cette question de la fiscalité, s’il ne faut pas en exagérer l’importance par rapport à d’autres facteurs, est déterminante après la guerre, d’autant plus que l’État, et les communes, ne se gêneront pas pour alourdir les diverses taxes. Avec les animateurs du Cartel, apparaîtra une revendication de dégrèvement en fonction du rôle de création et d’animation culturelle de certains théâtres.

11 Parmi ces œuvres, citons : le Secours national, le Comité d’aide et d’assistance aux artistes français, le Bon gîte, la Soupe populaire de Belleville, l’Œuvre du paquetage, l’Alliance française, les Permissionnaires sans famille, le Comité d’aide et de prévoyance pour les artistes français, l’Hospitalisation des enfants, le Vêtement du prisonnier, le Noël du soldat, la Bibliothèque des prisonniers, les Volontaires juifs, les Prisonniers russes, etc. On le voit, les œuvres ne manquent pas, ni les occasions de galas en leur faveur.

12 Henri Geispitz, Histoire du Théâtre-des-Arts de Rouen, 1913-1943, Rouen, Imprimerie de Lecerf, 1951 ; Auguste Rivière et Alain Jouffray, Le Théâtre du Capitole, 1542-1977, Toulouse, Privat, 1971.

13 Albert Dalimier, « La Réforme urgente », Comœdia, 8 janvier 1932, p. 2.

14 Le premier obus lancé par un de ces canons de longue portée, arme inconnue et non identifiable, sème la panique et le désarroi.

15 Le Cri de Paris, dans son numéro du 7 février 1915, rend hommage au dévouement des artistes, et on peut étendre ces paroles à tout le personnel théâtral dont on ne dira jamais tout l’héroïsme : « Il faut rendre justice aux artistes. Jamais on ne leur demanda ainsi de prêter leur concours à des spectacles de bienfaisance, jamais ils ne se prodiguèrent avec autant de bonne grâce pour les Belges, les Serbes, pour les réfugiés du Nord, pour les hôpitaux, pour les ouvroirs, ils disent, ils chantent, dansent, soufflent même. Bien sûr il n’est nullement question de cachets, encore que les organisations de ces bénéfices offrent souvent une indemnité ». On ne saurait passer sous silence l’Œuvre du Théâtre aux armées dont rend compte l’article de Pierre d’Axel, « Pierrots et Colombines chez les chasseurs de Boches », Je sais tout, 15 octobre 1916, p. 408-409.

16 Voir à ce sujet l’article d’André Tissier, « Les Spectacles pendant la Commune », Europe, novembre-décembre 1970. On pourrait reprendre, mutatis mutandis, les éléments de cette analyse pour la guerre de 1914. Henry Bidou, dans sa préface aux Annales du théâtre et de la musique, 1914-1915, « Le Théâtre de la Victoire » (victoire qu’il prévoit d’ailleurs pour 1916) pense que les spectateurs de 1916 ne différeront pas de ceux de l’époque révolutionnaire « qui s’amusaient encore d’histoires d’amourettes, de domestiques niais et de cuisinières bavardes ».

17 Le titre a déjà fait fortune. On n’a pas d’ailleurs fini de le reprendre avec le même enthousiasme. Dans tous les cas, ce théâtre de demain s’oppose bien sûr au théâtre d’hier, et encore au théâtre d’aujourd’hui, chargé de tous nos maux, révélateurs d’une décadence de la société.

18 « Le Théâtre, les Arts, les Livres », chronique de Paul Fuchs et Jacques des Gâchons, Je sais tout, 15 avril 1917, p. 455.

19 Les Butors et la Finette, François Porché, pièce en 6 tableaux et en vers, Théâtre Antoine, 29 novembre 1917, mise en scène de Gémier. Les Nouveaux riches, Charles Abadie et Raymond de Cesse, pièce en 3 actes, théâtre Sarah Bernhardt, 1er mars 1917. Le Système D, vaudeville en 3 actes, Pierre Véber, Henry de Gorsse et Marcel Guilleminaud, Nouvel Ambigu, 3 octobre 1917. Andromaque et Pélée, Comédie-Française, même année. Les mises en scène des trois premières pièces se trouvent à la Bibliothèque des Mises en Scène. Il suffit de parcourir la bibliographie théâtrale de l’Annuaire de la SACD pour se rendre compte du nombre de pièces, revues, sketches inspirés par la guerre, de façon tout à fait superficielle et, disons-le franchement, commerciale. Cela ne doit pas faire oublier les efforts d’animateurs comme Gémier avec la fondation de la Société Shakespeare et la création du Marchand de Venise, adapté par Lucien Népoty et Henri Rabaud, Théâtre Antoine, 23 avril 1917, et d’Antoine et Cléopâtre, adapté par les mêmes, Théâtre Antoine, 27 février 1918.

20 Dans ses numéros de juillet et d’août 1915, Le Cri de Paris se fait l’écho de cette querelle qui oppose Vincent d’Indy, Paul Dukas, Debussy, Saint-Saëns. Puccini subit une éclipse à l’Opéra-Comique, ce qui représenterait à la longue une catastrophe financière pour ce théâtre si la situation ne s’aplanissait pas. La lettre d’un abonné au Cri de Paris, 9 janvier 1916, p. 12, donne le ton des controverses : « Que vous acceptiez, Monsieur, d’écarter Meyerbeer sous prétexte qu’il était prussien, c’est votre droit le plus absolu, j’admets l’exclusion. Mais, alors, pourquoi nous offrir à la place des Huguenots, drame intense de la vie des Français au XVIsiècle, le défilé des aventures d’un Herr Doktor à bonnet pointu, qui va bêlant pendant cinq actes ses amours avec une Gretchen tout ce qu’il y a de plus boche, au milieu d’un tas de lansquenets qui chantent à tue-tête la gloire de leurs aïeux ? J’aime mieux porter mon argent au cinéma ». En 1919, on se réjouira de cet effet heureux de la guerre de nous avoir débarrassé de la vision anti-sociale des rapports entre salle et scène léguée par Wagner : « Il faut revenir à la vieille conception française et italienne de l’Opéra considéré comme un salon », écrit un habitué de l’Opéra, tandis qu’un autre ajoute : « Que la guerre ait au moins ce résultat de nous débarrasser des théories germaniques qui faisaient d’une représentation d’opéra un office culturel exigeant le recueillement et la méditation, ou bien un difficile labeur scientifique comme celui pour lequel Lavoisier s’enfermait dans une chambre tendue de noir ». Le Cri de Paris, 9 mars 1919, p. 10.

21 On connaît la réaction violente d’Antoine. On pourrait comparer la déception des gens de théâtre à celle des socialistes français découvrant le nationalisme des socialistes allemands. Les pays francophones partagent cette indignation : en date du 15 juillet 1917, Le Cri de Paris raconte le fiasco d’une tournée de Félix Weingartner en Suisse romande. « En signant cet odieux factum rédigé à la gloire de la Germanie et de toutes les atrocités dont les armées allemandes avaient déshonoré, dès l’abord, leur agression, les signataires se sont mis dans l’article 27 de nos statuts : l’expulsion par un vote de l’Assemblée générale des membres de la société “pour cause d’indignité reconnue” », Annuaire de la SACD, 1914-1915.

22 En collaboration avec l’Association des artistes dramatiques, des Prévoyants du théâtre et de la Fédération du Spectacle-CGT. De son côté, l’Association des directeurs de théâtres de Paris lance l’Œuvre du Jardin de Paris, la SACD la Soupe populaire, l’Opéra ouvre une cantine pour son personnel. Les œuvres ne manquent pas. Avec la vie chère, leur utilité se confirmera.

23 Annuaire 1917, p. 6. De même pour l’autre citation.

24 Les communes adopteront par la suite des mesures similaires et feront les mêmes difficultés aux artistes et employés de théâtres. La même situation se reproduira quand la grande crise atteindra la France. Les gens de spectacle sont bien loin encore d’avoir obtenu une place de citoyens à part entière. Un fait rapporté par Gémier (introduction à l’ouvrage de Paul Ginisty, Les Artistes morts pour la patrie, Paris, 1916, p. 114) est significatif : « Au début des hostilités, un de nos camarades, grand et superbe garçon, se présentant à son régiment, fut interrogé par un officier qui lui demanda sa profession : “Comédien” répondit l’artiste. Plein de mépris, l’officier haussa les épaules et s’écria : “Voilà ce qu’on m’envoie”. Le mot de cette brute résume la situation du comédien dans la Société actuelle ».

25 « C’est à celui qui invoque l’impossibilité d’exécution en raison d’un cas de force majeure qu’incombe la charge d’établir et cette impossibilité et son irresponsabilité ». Tribunal Civil de la Seine, 19 janvier 1893, La Loi, 9 février 1893, dans Adrien Peytel, Le Théâtre et les artistes, manuel de droit théâtral, Paris, l’Édition française illustrée, 1917, p. 307-308. La guerre constitue bien un cas de force majeure habituellement reconnu, mais il faut le redire, les dates de la fermeture annuelle des théâtres coïncident avec l’entrée en guerre. La Comédie-Française, qui a un régime particulier, a fait des démarches auprès de Dalimier pour savoir si elle devait fermer. Après une visite rue de Valois, Féraudy et Mounet-Sully suspendent les représentations, mais chacun reçoit l’ordre de se tenir prêt aux appels. En fait, les conditions dans lesquelles s’effectue la fermeture des théâtres ne sont pas claires, la guerre a rendu impossible la saison d’été si utile pour permettre aux gens de théâtre de boucler leur budget.

26 Adrien Peytel, op.cit., p. 311. Décision de la Cour de Nancy, 14 juillet 1871. Les effets de la guerre sur les contrats sont examinés p. 311-314. La position des tribunaux n’a pas changé à la veille de 1914.

27 Des décrets successifs règlent les conditions restrictives du remboursement des dépôts et comptes courants et des bons ou contrats d’assurances, de capitalisation ou d’épargne. Pour éviter d’aggraver la crise économique et sociale, toute restriction sur les sorties d’argent relatives au paiement des salaires et au renouvellement des stocks industriels a été levée. Voir E. Meignen, op.cit. Ajoutons que les loyers eux-mêmes sont soumis au moratoire, mais là, une fois de plus, les conditions requises pour entrer dans le cadre de cette mesure ne favorisent pas les gens de théâtre. Émile Fabre se livre à une enquête sérieuse avec la collaboration de divers groupements de théâtre et le député Ignace inclut les gens de théâtre dans un projet de loi déposé à la Chambre. Prévost constate que le projet, revu, corrigé et modifié, n’a pas été voté après trois ans de guerre.

28 Cette fête sera organisée jusqu’à la fin de la guerre.

29 Les renseignements fournis par les annuaires pour la période de la guerre ne couvrent pas la période entre l’Assemblée générale de mai 1917 et la fin des hostilités. Le Cahier de Marc Roland ne comble pas cette lacune ; aucun renseignement supplémentaire n’est donné avant l’année 1919.

30 Prévost a publié cette lettre dans l’Annuaire de 1917 de l’Amicale et dans le Bulletin de l’Association des artistes dramatiques de la même année. On verra la photographie de ce régisseur dans ce second bulletin, en 1916. De Roulant, nous savons peut de chose. Le Fichier des Régisseurs ne le cite pas. Il était régisseur aux Bouffes-Parisiens. Est-il mort à la guerre, a-t-il changé de profession, comme d’autres ?

31 Jean-Marie Cognet, né en 1886 à Saint-Étienne, fils d’un armurier de cette ville, a partagé sa carrière entre Paris et la province. Il entre à la Renaissance comme régisseur. Voir le Fichier des Régisseurs, Annuaire de l’Association des artistes dramatiques, 1921, et l’ouvrage de Ginisty, op.cit.

32 Roger-Henri Thenon dit Herté, né à Paris en 1891, fait dans la capitale la majeure partie de sa carrière. En 1914, il est régisseur au théâtre Fémina.

33 Voir le Fichier des Régisseurs, Annuaire de l’Association des artistes dramatiques, 1916 et Ginisty, op.cit.

34 Joseph Janné dit Janny, né à Nantes, en 1874, a parcouru la province et suivi les tournées Huguenet en Amérique. Après une saison à Tananarive, il est engagé comme régisseur à l’Odéon. Fichier des Régisseurs, Annuaire de l’Association des artistes dramatiques, 1916 et Ginisty, op.cit..

35 Émile-Louis Lebreton, né à Paris le 9 janvier 1873. Sa carrière se déroule d’abord en province, il devient régisseur en 1908 à Saint-Pétersbourg. Revenu à Paris, il est engagé au Théâtre Moderne, puis au Palais-Royal en tant que régisseur général.

36 François-Joseph Monnet dit José Savoy, né à Dijon le 26 avril 1880. Il s’est entièrement dévoué aux théâtres d’avant-garde : administrateur du théâtre de l’Œuvre, il devient par la suite régisseur général de Gémier. Outre les renseignements fournis par le Fichier des Régisseurs, nous avons tenu à signaler les mentions de leurs décès par les deux autres sources qui donnent à la carrière de ces régisseurs un autre point d’éclairage.

37 Louis-Edouard Tunc, né à Roye en 1874, débute dans les théâtres d’avant-garde et fait des tournées. On note son passage, comme régisseur, au Palais-Royal et au Gymnase. Il est mobilisé en 1914. Son passage au front altère gravement sa santé.

38 Eugène-Alexandre Aubert, né à Marseille en 1853, débute au Château d’Eau en 1875, puis passe aux théâtres Déjazet et Cluny. Après une carrière mouvementée qui le conduit en province et à l’étranger (Odessa, Saint-Pétersbourg, La Nouvelle-Orléans), il se consacre aux postes administratifs : tournées Dorval, Athénée, Capucines, Folies dramatiques, province (Apollo de Nantes, Grand Théâtre de Tours, Grand Théâtre du Havre).

39 Annuaire 1917, p. 17. 32 membres de l’ART ont réclamé cette indemnité à cette date.

40 Œuvre dont il a été question plus haut : « Pendant trois ans, Pierre Wolff fut le grand philanthrope du charbon, le Montyon de l’anthracite. L’auteur du Boulet était prédestiné à sa mission ! Il a imaginé un mode d’assistance très délicat ; beaucoup de fières misères se fussent offusquées d’un secours d’argent. Il allait à elles et leur disait : “Allons, du charbon, ça ne se refuse pas”. Ce dramaturge portait en lui l’esprit d’organisation qui manquait aux chefs de notre ravitaillement. Alors qu’il n’y avait à Paris ni stock, ni moyens de transport, Pierre Wolff amassa 500 000 kilos de charbon de première qualité ! Comment s’y prit-il ? Comment eut-il l’argent, puis le charbon, puis les moyens de le transporter ? Comment se fit-il que, grâce à lui, les plus pauvres eurent ce qui faisait défaut aux plus riches ? C’est son secret ». Annuaire de la SACD, 1916-1917, Assemblée générale du 16 mai 1917. Rapport de Pierre Véber.

41 Les diverses sociétés mutualistes poussent beaucoup à cette épargne avec un succès inégal. Il y a là, en quelque sorte, une préfiguration des assurances sociales, mais chacun reste maître de sa décision. Il a paru longtemps indispensable d’obliger les mutualistes à cette épargne et, pour l’Amicale, on voit que Prévost annonce cette obligation avec précaution.

42 Cette œuvre sera, hélas, compromise dans les années vingt, quand Prévost ne sera plus là pour la défendre.

43 Louis Édouard Poreaux dit Allix, né à Paris en 1856, parcourt la province dès l’âge de vingt ans, en tant que comédien et régisseur. En 1890, il se trouve directeur de tournées ; administrateur en 1903 à Besançon, puis à Madagascar. En 1914, il est régisseur au Vaudeville. Il meurt dans le courant du printemps 1915.

44 Les fêtes de Noël 1914, 1915 et 1916 coûtent à l’ART 1 303,50 francs.

45 Les vacances des enfants au Tréport en 1915 et 1916 reviennent à 400 francs.

46 Un seul cas jusqu’à mai 1917.

47 Ce règlement appelle quelques commentaires. Il tend à éliminer les profiteurs qui n’auraient pas manqué de se trouver une vocation de régisseur, dans la mesure où l’Amicale se montre active pour ses membres. Il reflète par ailleurs la psychose de guerre par rapport aux étrangers toujours suspects. Ainsi l’invasion de la Belgique a entraîné le départ de nombreux artistes belges, dans le lyrique notamment (le milieu du spectacle s’étant montré dans son ensemble tout à fait réfractaire à l’enrégimentement par les autorités allemandes d’occupation) et la France a accueilli ces exilés, mais certains sont soupçonnés à tort ou à raison d’intelligence avec les Allemands. Quant à l’exigence sur les saisons d’hiver ou les tournées, on doit rappeler que les saisons d’été comportent nombre d’étrangers et que les conditions d’engagement, pour des raisons pécuniaires, sont moins rigoureuses.

48 Nous n’avons pas trouvé trace de ces statuts à la Préfecture de police.

49 Léo Devaux, né à Namur en 1872, fait ses débuts au Caire comme ténor léger et continue en province, puis à Paris et en province alternativement. Il a un poste de régisseur en 1907 à l’Olympia, ensuite à la Scala de Paris.

50 Le Livre d’or conserve le programme de la « Matinée donnée par les régisseurs des théâtres français au bénéfice de leur Amicale », le dimanche 6 février 1916, dans les salons de Madame Oedenkoven. Marc-Roland y lit un récit de guerre de G. Adrienne Mourey, La Petite chanteuse. On trouve également le programme de la « Matinée offerte par l’Amicale des régisseurs théâtres français pour les orphelins des régisseurs morts au champ d’honneur », le 6 décembre 1917.

51 Maison de retraite des artistes lyriques, comme Pont-aux-Dames est celle des artistes dramatiques. Certains régisseurs termineront leur vie dans l’une ou l’autre de ces maisons.

52 Bruno-François Fieremans dit Blondhin (ou Blon-dhin ou Blond’hin) par allusion à sa chevelure, est né à Molenbeck-Saint-Jean, près de Bruxelles, en 1874 et a fait presque toute sa carrière, comme directeur ou administrateur, au Café-Concert (ce qui explique sans doute sa référence à Dranem). C’est un grand mutualiste du spectacle. Il est co-fondateur de Ris-Orangis avec Dranem et Fréjol, un autre régisseur du Café-Concert, membre de l’Amicale, né à Draguignan en 1871. En 1927, lors d’une réception de membres du Comité à Ris-Orangis, en présence des trois fondateurs, Paul-Jorge rend hommage à chacun et notamment à Blondhin : « En raison des brillants résultats déjà acquis, nous devons toute notre reconnaissance, sans oublier les ouvriers de la première heure […] à l’inventeur du Sabot de Noël, ce puissant levier qui chaque année apporte sa forte contribution aux besoins de nos Associations ! J’ai nommé BLOND’HIN. S’agit-il de créer un Conseil supérieur du Théâtre, un Comité fédératif des Sociétés professionnelles, une Chambre d’arbitrage, un Bureau d’études pour les retraites, c’est à l’ingéniosité de BLOND’HIN que nous devrons les premiers éléments constitutifs de ces projets ». Paul-Jorge fait le bilan sur la Journée des artistes, dont les bénéficiaires se sont d’ailleurs multipliés : « Un fait est indéniable, depuis plusieurs années, quatorze sociétés théâtrales réunissent leurs délégués à jour fixe et débattent et concluent des affaires qui, jusqu’à présent, m’ont l’air de ne pas trop aller mal. Aussi mon cher Blond’hin, je crois être l’interprète des sentiments de ces associations en levant vers toi le bouquet de fleurs de notre reconnaissance. Personne ne les voit. Mais toi, regarde avec ton cœur, tu les verras ces fleurs. Leurs nuances sont éclatantes, leur parfum enivrant et si elles sont lourdes à soulever, c’est qu’elles sont rendues plus pesantes par toutes les larmes des Veuves, des petits Orphelins et de nos vieux camarades que ton initiative a permis de secourir ! Et je termine en proclamant une vérité qui est un simple hommage à la justice : BLOND’HIN est un des grands bienfaiteurs de la Corporation du Spectacle ! ». Annuaire 1927, p. 20-21. Il n’est pas sans intérêt de citer ce passage, pour deux raisons : donner leur place aux efforts d’un artisan oublié de l’amélioration de la condition des gens du spectacle, indiquer le ton habituel des annuaires de la fondation, un style non dépourvu d’épanchement émotionnel, très éloigné de notre manière volontiers distanciée.

53 Capital ainsi réparti : Comptoir d’escompte : 600,70 francs ; Bons de la Ville de Paris : 2 000 francs ; Caisse de réserve : 1 902,10 francs ; entre les mains du Trésorier : 6,20 francs.

54 Annuaire 1917, p. 23. L’Amicale défend Merle-Forest, régisseur général de l’Opéra, diffamé par la presse, avec succès.

55 L’Union n’aura de bulletin qu’à partir du 1er octobre 1925 et nous n’avons pas entre 1917 et 1925 d’expression officielle de ce groupement.

56 L’Opéra et l’Opéra-Comique ont créé leur propre coopérative. Pour la Gerbe, voir Annuaire de l’Association des artistes dramatiques, 1918. Réunion intime et préparatoire du 3 mai 1918. Les actions valent 25 francs mais le rapport ne contient pas de renseignement précis sur le fonctionnement de la société.

57 Henri Prévost a été nommé Président au cours de l’A.G du 2 mai 1917.

58 Octave-Louis Labis, né à Tourcoing en 1857. Premier prix du Conservatoire de Paris de déclamation lyrique, Labis est engagé à l’Opéra-Comique comme baryton et il y reste deux ans sans arriver à percer. Il parcourt la province et fait ses débuts de metteur en scène à Rouen, en 1900 ; il exerce cette fonction à Gand et à Tunis, enfin à la Gaîté-Lyrique, à Paris, durant sept ans. Il succède à Stuart à l’Opéra. Après la guerre, Labis quittera la scène et se vouera au professorat.

59 Annuaire 1917, p. 29-31. De larges extraits de cette conférence sont cités.

60 Des éléments de cette conférence seront repris dans la seconde partie.

61 Le Spectacle, lors de la parution du livre où Malvy se justifie des accusations lancées contre lui au moment de l’Affaire Almereyda (Mon crime, 1921), conseille cette lecture à ses lecteurs : « Les travailleurs du Spectacle, en particulier, se souviennent qu’ils ont trouvé en lui pendant la guerre, un de leurs plus ardents défenseurs ; c’est grâce à lui, il faut avoir le courage de l’affirmer, que les établissements de spectacles ne fermèrent pas leurs portes malgré la couardise de quelques directeurs et le désarroi provoqué par certains pessimistes intéressés ». Le Spectacle, 1921, avril-mai, p. 10. « À propos d’un livre, Mon crime, Malvy », par le secrétaire de la Fédération Legris. Almereyda, anarchiste convaincu d’intelligence avec l’ennemi, se suicide en août 1917. Louis Malvy, honni de Clémenceau et d’autres personnalités politiques pour son attitude compréhensive à l’égard de la CGT au début de la guerre, a été compromis en raison de ses liens avec les milieux syndicaux et anarchistes, ce qu’exprime Legris pour les lecteurs du Spectacle : « Nous ne pouvons pas oublier que M. Malvy a été condamné par la Haute-Cour, uniquement pour avoir fait confiance à la classe ouvrière et à ses organisations syndicales… ».

62 Le Cri de Paris, 13 janvier 1918, p. 11. Les maximalistes dont il est question sont, bien sûr, les Bolcheviks. On a pu le voir, certains régisseurs avaient fait une partie de leur carrière à Saint-Pétersbourg. Le répertoire du Théâtre Michel était recensé dans la bibliographie théâtrale de la SACD.

63 Des précautions matérielles sont prises : la Comédie-Française met ses objets et livres précieux en sécurité.

64 Annuaire de l’Association des arts dramatiques, 1918. Réunion intime et préparatoire du 3 mai 1918, p. 11.

65 Ibid. Rapport d’Henri Prévost à l’Assemblée générale du 15 mai 1918, p. 23.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search