Version classiqueVersion mobile

Régie théâtrale et mise en scène

 | 
Françoise Pélisson-Karro

Première partie : l’Association des régisseurs de théâtre et la Bibliothèque de mises en scène (1911-1939)

Chapitre 3 – Les Débuts de l’Amicale : premières démarches (1912-août 1914)

Texte intégral

1. Les premiers statuts

  • 1 Déclaration et statuts sont conservés à la Préfecture de police. Bureau des associations, dossier 1 (...)

1Le 6 février 1912, Hubert Génin et Henri Prévost déposent à la Préfecture de police la déclaration de la nouvelle association sous le nom d’Association amicale des régisseurs des théâtres français et ses premiers statuts qui resteront en vigueur avec quelques modifications jusqu’à la reconnaissance d’utilité publique en 1924. Les premiers statuts apportent des précisions sur la circulaire de fondation1 et font clairement apparaître la double finalité de défense professionnelle et de mutualisme qui correspond à la démarche personnelle des fondateurs.

Cette association a pour but :

1°) De resserrer les liens de bonne confraternité et de solidarité entre tous les régisseurs de théâtres.

2°) De faciliter aux régisseurs momentanément sans emploi la recherche d’une situation.

3°) De pratiquer l’aide professionnelle.

4°) De permettre aux Directeurs le recrutement des régisseurs.

5°) Si besoin est, d’aider les membres dans une situation précaire.

6°) De servir aux sociétaires âgés une pension de retraite selon les ressources de l’Association.

  • 2 Les directeurs sont tout à fait disposés à accueillir ces régisseurs puisque nous lisons cette anno (...)

2On l’a vu, l’Association s’est déjà préoccupée du resserrement des liens entre régisseurs et cela a même été la première raison de la fondation. Par ailleurs, le placement des régisseurs entre dans les soucis immédiats des fondateurs, d’Hubert Génin notamment. Nous connaissons par le Progrès théâtral toute la part prise par les régisseurs dans l’épineuse question des agences dramatiques. En se faisant admettre sans délai des directeurs des théâtres de Paris ou de la province, l’Association tendait à se poser comme l’intermédiaire, désintéressé et compétent, entre le directeur et le régisseur au moment de l’engagement de ce dernier. Sans nommer les agences dramatiques, elle s’efforçait en quelque sorte, de se substituer à elles. Elle affirme clairement cette volonté dans les premiers statuts et elle se donne, par son propre mode de recrutement, les moyens de recommander efficacement des régisseurs2.

  • 3 Annuaire 1914 : « Il est recommandé à tous de ne pas signer à la légère, comme parrain, les demande (...)
  • 4 Ce reproche est assez souvent adressé aux membres du Syndicat des artistes dramatiques dans Le Prog (...)
  • 5 Annuaire 1914, p. 7. Lors de la réunion du 13 décembre, on indique que « toute demande devra être r (...)

3Sur ce dernier point, l’Association diffère totalement du Syndicat des artistes dramatiques qui accepte tout artiste même débutant. Elle recrute des gens de métier dont elle vérifie, autant que faire se peut, la qualité humaine. Sont admis à adresser à l’Association une demande écrite, contresignée par deux sociétaires3, « tous les régisseurs français des théâtres de Paris, de Province ou de l’Étranger, de tournées, de music-halls-théâtres et de maisons de Cinématographes qui justifient de trois années consécutives de régie théâtrale ». Un droit d’entrée et six mois de cotisation (soit cinq et trois francs respectivement) sont exigés d’avance, caution morale autant que financière, car l’Association ne souhaite pas de sociétaires poussés uniquement par leur intérêt personnel et prêts à profiter sons contrepartie des bienfaits de leur amicale4. Les sociétaires doivent jouir de leurs droits civils et civiques5. La circulaire du 29 décembre donnait toutes ces précisions, mais les statuts prévoient cependant une dérogation à la condition de nationalité (« être français ou naturalisé français ») : « les Régisseurs de nationalité étrangère, justifiant de dix années consécutives de Régie de théâtre en France pourront également demander leur admission selon les conditions ci-dessus énoncées ».

  • 6 La question des régisseurs des pays statutaires, selon la définition de la Société des auteurs, c’e (...)

4On peut penser que l’Association s’est fait largement connaître entre la fin de 1911 et le début de 1912 et qu’elle a eu des demandes en ce sens de régisseurs belges ou suisses comme Murio, Bailly, Devaux ou Mesmaker6. Il s’agit bien sûr d’exceptions, mais dès les premiers statuts l’Association les prévoit.

5Au-delà de ces exceptions, l’ART pense aux bons rapports à entretenir avec des collègues étrangers afin de développer une entraide personnelle et professionnelle et c’est là une décision importante qu’elle va prendre pour l’avenir, quand l’idée d’une coopération internationale verra un commencement de réalisation avec la Société universelle du théâtre. L’Association institue « des membres correspondants », régisseurs de théâtres à l’étranger qui « solliciteront ou voudront bien accepter le titre de correspondant, dans le but d’entretenir des relations internationales entre tous les régisseurs afin d’étendre ainsi l’aide professionnelle ». La guerre toute proche va reporter à d’autres temps cette extension du rayonnement de l’Association à l’étranger, mais non la remettre en cause.

  • 7 Parmi les fondateurs, nous trouvons Blondet, régisseur aux Folies-Bergère.
  • 8 Le régisseur de cinéma n’a pas été étudié dans le chapitre II, parce que si l’ART l’a accueilli, el (...)
  • 9 Revue en deux actes de Jean Bastia et André Heuzé, Omnia-Pathé Comœdia, 21 janvier 1913, p. 2 et 22 (...)
  • 10 En attendant d’être transformés en cinémas.
  • 11 Parmi les sociétaires excusés à une réunion du 13 décembre 1913, nous trouvons les noms de trois ré (...)

6Du point de vue professionnel, on le constate, l’Association s’ouvre assez largement puisqu’elle accepte aussi bien des régisseurs venus du music-hall7 et du cinéma8 que des régisseurs attachés à des théâtres dramatiques ou lyriques ou à des tournées. Elle n’exclut, en fait, que des régisseurs aux tâches très limitées à un domaine, tels les régisseurs de la danse. La mention de « régisseurs de maisons de cinématographes » appelle une explication. Faut-il rappeler qu’avant 1914, le cinéma ne s’est pas encore dégagé du théâtre à qui il emprunte, entre autres, tous ses vieux mélodrames et qu’il adapte à l’écran tous les genres traditionnels du théâtre, jusqu’à la revue ? Comœdia n’annonce-t-il pas à ses lecteurs la première revue cinématographique, De film en aiguille 9? En revanche, des théâtres accueillent certains soirs des films10. Dans la pratique, l’Association s’ouvre vraiment aux régisseurs de cinéma plus tard, bien qu’avant 1914, certains sociétaires aient déjà essayé cette nouvelle branche des arts du spectacle. En présentant cette ouverture comme une nouveauté, l’Association oubliera un peu qu’elle l’avait envisagée dès 191211.

  • 12 Nommés par le Comité à la majorité des voix des membres présents.
  • 13 Un article de la rédaction de Je sais tout, paru le 15 mars 1907, p. 114-156. « Un pour tous, tous (...)

7Il convient de ne pas oublier parmi les membres de l’Association les membres d’honneur12. Cette institution correspond à un double souci : celui d’assurer un surcroît de notoriété à une association et celui, plus immédiatement matériel, de lui procurer des ressources supplémentaires13. Dès la fondation, Albert Carré accepte d’être président d’honneur d’une association dont son régisseur général, Ernest Carbonne, est le président effectif. D’autres directeurs de théâtre, Fontanes, directeur du Châtelet, Gémier, directeur du Théâtre Antoine, suivent l’exemple. Le Bulletin de l’Amicale, en date de février 1914, propose une liste de membres honoraires français ou étrangers, ces derniers recrutés à la faveur de tournées. Outre les personnalités théâtrales, on y retrouve des commerçants, comme il est courant : MM. L. Dalsème et fils, tapis d’Orient, 18 rue Saint-Marc, M. Léo Weil, bijoutier, 8 rue de la Paix ; Mlle Muelie, costumes de théâtre, 12 rue de la Victoire ; M. Traonouez, costumier militaire de théâtres, 26 rue de Picardie etc. pour la partie française. Quelques étrangers sont nommés et ceux-ci appartiennent tous au monde du spectacle : M. Araujo, directeur du Théâtre municipal de Rio de Janeiro, M. Jules Ferrez, représentant au Brésil des Films Pathé, M. Faustino da Rosa, « le grand et sympathique imprésario argentin ».

  • 14 Marc-Roland précise que l’Association a acheté à Léandre la pierre et l’on peut admirer dans le bur (...)

8Les sociétaires de l’Amicale sont priés de faire tout leur possible pour augmenter le nombre de ces membres honoraires. Un don annuel de 20 francs, au minimum, donne droit à ce titre et aux avantages afférents : diplôme, service du bulletin, inscription au tableau affiché à la permanence de la rue Étienne Marcel. Le diplôme a été dessiné par un ami des régisseurs, Charles Léandre, à la demande de Davin et de Blondet. Il représente un régisseur entouré de danseuses et cette gracieuse lithographie est reproduite à la manière d’une sanguine sur une double feuille. La qualité du diplôme témoigne du désir de l’ART de donner un certain prestige à l’association14.

  • 15 Dans Annuaire 1914, p. 12, on signale : « M. Lallement, n’ayant pas avisé le secrétariat de ses cha (...)

9Radiations et démissions sont prévues selon le schéma habituel. Le non-paiement des cotisations entraîne dans un certain délai la radiation. L’exclusion peut être demandée contre un sociétaire ayant subi une peine afflictive ou infamante, ce qui renforce a posteriori les dispositions restrictives de l’admission dans l’association. Démission, radiation, exclusion entraînent la perte totale de tous les droits, sans recours15.

  • 16 Ce chapitre prendra rapidement de l’importance, surtout avec la fondation de la Bibliothèque des mi (...)

10L’Amicale fixe les ressources ordinaires : droit d’entrée des membres fondateurs et actifs porté à cinq francs au moment du dépôt des premiers statuts, cotisation annuelle (d’un montant de six francs et payable par trimestre, mais d’avance), intérêt des valeurs et placements faits au nom de l’association. Faut-il rappeler, à propos de ces dernières ressources, que l’Amicale est une association sans but lucratif et qu’elle doit affecter ses fonds à des usages précis : la vie matérielle de l’Association elle-même16 et les secours éventuellement accordés aux sociétaires justifiant du versement d’au moins deux années consécutives de leurs cotisations ? L’article 7 prévoit des pensions, mais le service ne pourra en être mis en vigueur que lorsque le Comité jugera que ses réserves sont suffisantes ; dans tous les cas, elle précise que ce service ne sera pas organisé avant un délai de deux ans minimum.

11La composition du Comité de douze membres est ainsi prévue : un président, un vice-président, un secrétaire général, trois secrétaires, un trésorier et cinq simples membres, élus en assemblée générale, à bulletin secret. Ce Comité est renouvelable par tiers tous les ans, chacun étant rééligible. L’article 4 donne le détail du renouvellement du premier comité :

Un tirage au sort établira pour les première et deuxième années les membres sortants :

1er tiers 1914 – un secrétaire, trois membres.

2e tiers 1915 – secrétaire général, un secrétaire, deux membres.

3e tiers 1916 – Président, vice-président, trésorier, un secrétaire.

  • 17 Par la suite, la composition du comité se modifiera selon les besoins et le développement de l’ART.

12Nous avons vu plus haut la composition du premier comité. Le renouvellement pour des raisons qu’il est inutile de marquer, ne s’effectuera pas selon ce qu’avaient déterminé les fondateurs17.

13En dehors de l’assemblée générale, annuelle, il est prévu que le comité devra provoquer de fréquentes réunions amicales. Par le bulletin de 1914, nous savons que cette clause n’est pas restée lettre morte et a permis à un président actif de faire passer à l’Association l’épreuve d’une guerre de quatre ans.

  • 18 Cette dissolution a bien failli être prononcée vers 1969, avant la cession de la Bibliothèque des m (...)

14Enfin, les statuts indiquent que toute modification devra réunir l’assentiment de dix sociétaires pour être recevable par le comité et qu’une assemblée générale, groupant au moins la moitié des sociétaires, statuera. De la même façon, les modalités d’une dissolution éventuelle sont déterminées : l’assemblée générale extraordinaire devra compter les voix des deux tiers des membres de l’Association pour prononcer la dissolution et elle décidera, le cas échéant, de la liquidation des fonds18.

15Les premiers statuts se verront modifiés sur tous les points qui viennent d’être analysés, mais tels qu’ils sont rédigés et qu’ils se présentent, en deux feuillets manuscrits recto-verso où nous retrouvons la signature des deux régisseurs qui ont le plus contribué au développement de l’Amicale à ses débuts, Hubert Génin et Henri Prévost, ils contiennent l’essentiel du devenir de l’Association.

2. Actions professionnelles et mutualistes

16Dès la fondation, l’Association prend soin, ainsi qu’on l’a vu, de se faire connaître, plus exactement de se faire reconnaître dans le milieu du spectacle comme l’organisation représentative des régisseurs et c’est à ce titre que des directeurs l’ont acceptée et que des régisseurs de province ou de Paris la considèrent et voient un intérêt professionnel à solliciter leur admission. Il s’agit donc, malgré un premier nom d’amicale, de tout autre chose que d’un groupement de ce genre. L’ART, d’entrée de jeu, reprend à son compte, pour les régisseurs, toutes les actions destinées à améliorer le statut des gens de théâtre, parallèlement aux syndicats et le plus souvent à leur place même, pour des raisons qui apparaîtront par la suite, et cela jusqu’à la fin des années 30.

  • 19 Ce chiffre est probablement un peu exagéré. Il a été évalué par moi compte tenu des morts et des ra (...)

17Le 17 janvier 1914, le Comité constate : « il est peu de sociétés qui puissent, après si peu de temps, présenter une situation aussi florissante que notre chère Amicale. Il est vrai que, dès le début, nous avons reçu le plus sympathique accueil et les plus précieux encouragements », et il ajoute plus loin : « Avec de telles armes, nous sommes partis en campagne pleins de courage, de confiance, poursuivant les buts que nous voulons atteindre ». Le premier but est bien évidemment d’attirer au sein de l’Amicale le plus grand nombre possible de régisseurs. Jusqu’à la mobilisation, le 2 août 1914, il est entré à peu près cent cinquante régisseurs19.

18Les annuaires nous renseignent sur les entrées. En 1911, au moment de la fondation, l’ART compte quarante-huit membres et en 1912, elle en aura quatre-vingt-trois, soit trente-cinq de plus. Le 13 décembre 1913, Pierre Chéreau est le dernier régisseur admis dont nous connaissions le nom avant la guerre et on note un léger ralentissement du recrutement (vingt-six de plus que le chiffre précédent). Il y a probablement une remontée en 1914, liée aux événements qui se préparent. Si nous examinons les tranches d’âges à la date de la mobilisation, cela donne les résultats suivants : 2 régisseurs ont 68 ans ; 9 entre 61 et 65 ans ; 13 entre 56 et 60 ans ; 23 entre 46 et 50 ans ; 17 entre 41 et 45 ans ; 17 entre 36 et 40 ans ; 11 entre 31 et 35 ans ; 6 entre 26 et 30 ans ; enfin 2 ont 23 ans.

  • 20 Cité par Géo Sandry dans « Servitude et grandeur du régisseur de théâtre », art.cit.
  • 21 Les régisseurs de l’Association appartiennent en même temps à d’autres groupements théâtraux divers (...)

19André Chotard et Jules Courtois, tous deux nés en 1868, et qui n’ont pas encore 46 ans au moment de la guerre, sont d’après le Fichier des régisseurs les plus âgés que la mobilisation ait atteints. Ainsi, la majorité se trouve avoir entre 36 et 50 ans, ce qui correspond approximativement à l’âge moyen du Comité au moment de la fondation. Sans accorder à ces données plus d’importance qu’elles n’en ont, nous pouvons en déduire la physionomie d’une association qui regroupe des gens de métier, ayant pour la plupart une longue pratique professionnelle, et donc plus portés à des projets dont ils puissent mesurer l’intérêt et la possibilité de réalisation. Tout cela s’accorde d’ailleurs à l’image de marque que l’on a alors de la régie. « Monsieur, au théâtre, on n’est pas régisseur avant cinquante ans »20 déclare un directeur à un comédien qui sollicite un emploi de régisseur général. Il est frappant de remarquer que les sociétaires se répartissent également entre Paris, 64 régisseurs, et la province (en y comprenant les pays statutaires et les tournées), 59 régisseurs, si l’on se place du point de vue de la carrière en août 1914 et non de l’origine réelle des régisseurs. En adoptant ce dernier critère, si l’on tient pour assuré que la ville de naissance marque le lieu d’origine, nous voyons que la région parisienne est en bonne position avec ses 51 régisseurs, dont 42 nés à Paris même. La comparaison des données d’origine et de carrière reflète assez fidèlement les positions réactivées de Paris et de la province sur le marché de l’emploi théâtral et nous permet de déduire qu’en 1914 l’Amicale est bien représentative du milieu du spectacle français et francophone et qu’elle répond à une demande de ce milieu. Cette représentativité va d’ailleurs l’autoriser, dès avant la guerre, à ébaucher l’action qu’elle développera dans les années 20 et 3021.

  • 22 Cette admission sera évoquée plus loin. Nadine Farel a elle-même expliqué l’intérêt de la professio (...)

20La composition de l’Amicale va avoir une conséquence immédiate lors de la mobilisation : un tiers seulement de l’Association sera appelé sous les drapeaux. C’est lourd, mais il reste à l’arrière suffisamment de régisseurs pour que l’Amicale puisse être maintenue et réorganisée. De même, quand la Bibliothèque de mises en scène sera créée en 1920, les régisseurs légueront un matériel théâtral d’une relative ancienneté et ce fait explique que la Bibliothèque soit riche en mises en scène du XIXsiècle, de la seconde moitié de ce siècle surtout. Ce tableau ne serait pas complet si l’on ne mentionnait pas l’absence totale de femmes dans la profession et, par la même occasion, dans l’Association. Le terme de régisseur ne connaît d’ailleurs pas de féminin. La situation ne va pas de soi, puisqu’à la même date, outre les nombreuses femmes employées par le théâtre à titre d’artistes, de costumières, d’ouvreuses, etc., des femmes occupent des postes directoriaux dans des théâtres de Paris ou dans des tournées. Nadine Farel sera, en 1937, la première femme à entrer dans la profession et dans l’Association et le fait sera assez marquant pour lui valoir un article dans Le Petit journal du 16 mai de cette année22.

  • 23 Henri Prévost a repris tout l’historique de l’association entre 1911 et la guerre dans son allocuti (...)

21Forte de son recrutement, l’Amicale peut commencer à se consacrer à l’action définie dans la circulaire de fondation et dans les statuts de 1912. « Pour cela, il nous manquait le principal, le nerf de la guerre, l’argent. Car alors, nous ne possédions que bien peu ». En effet, les cotisations, comme il est habituel, entrent difficilement et ce n’est pas avec les 258,55 francs encaissés dans le courant de 1912 que l’on irait au-delà des bonnes intentions. Il est décidé d’avoir recours à la manifestation traditionnelle du spectacle pour ses œuvres de bienfaisance, le gala ou la matinée. Les frères Isola accueillent volontiers les régisseurs au théâtre de la Gaîté-Lyrique pour une première matinée, le 23 novembre 1912. Grâce à de nombreux dévouements, la matinée est un succès : « notre trésorier encaissait la jolie somme de 7 203,25 francs, bénéfice net. C’était plus que nous n’espérions ; notre coup d’essai fut un coup de maître »23. Les régisseurs n’hésitent pas à enfreindre leurs statuts pour venir en aide à quelques camarades momentanément gênés, avec ces premiers fonds. Avant la fin de 1912, l’Amicale a déjà distribué 657 francs en secours. Le Comité note à ce sujet avec une satisfaction non dissimulée :

  • 24 Alcime Leblanc, né à Brunoy en 1860, a été comédien, administrateur, directeur à La Rochelle et à A (...)

Notre bon mouvement nous a d’ailleurs porté bonheur, car depuis, notre Caisse a grossi dans de sensibles proportions, par suite de certaines générosités et de précieux dévouements dont nous ne citerons qu’un exemple : celui de nos collègues MM. Alcime Leblanc et Georges Deyrens24, qui nous rapportent d’Amérique, après la tournée Huguenet, un beau billet de mille francs.

  • 25 Comœdia consacre un entrefilet aux régisseurs à cette occasion, le 11 mai 1913, « Les régisseurs de (...)

22De cordiales réunions mensuelles, suivies de « fraternelles agapes », resserrent les liens. À la faveur de ces rencontres, des listes de régisseurs disponibles sont dressées et elles sont envoyées aux directeurs et aux agences qui leur réservent un accueil favorable. Il ne reste plus qu’à mettre en place le service de pensions. C’est chose faite lors de l’Assemblée générale du 10 mai 191325 où, sur la proposition d’Henri Prévost, « ce Colbert de la Mutualité », la création est votée à l’unanimité. La fortune de l’ART est divisée en trois parts : 4 500 francs sont alloués à la caisse Pension, 2 000 francs à la caisse Secours et le reste va aux frais généraux.

  • 26 H. Génin, « Comment naquit l’Association amicale des régisseurs de théâtres », 12 décembre 1913, re (...)

23Le 12 et 16 décembre 1913, Comœdia publie deux articles d’Hubert Génin sur l’Amicale dans son « Carnet mutualiste des gens de théâtre ». La parution de ces articles26 est liée à la tenue d’une réunion mensuelle à la Grande Taverne, 16 rue du Faubourg-Montmartre, lieu habituel de ces réunions. Le premier article fait le point sur la fondation et le second met l’accent sur une question débattue avec un vif intérêt par les régisseurs, la propriété des mises en scène. « Jusqu’à présent, écrit Hubert Génin, les régisseurs ne bénéficiaient que rarement ou imparfaitement du travail si important qui consiste pour eux à relever minutieusement la mise en scène telle qu’elle a été réglée par les directeurs et par les auteurs à la création d’un ouvrage ». Déjà le 11 avril de la même année, un autre article d’Hubert Génin avait évoqué le problème : « Quant à la question des mises en scène, elle fait toujours l’objet de la vive attention de l’Association » et Génin poursuivait :

  • 27 Alexandre-Joseph Castiau, dit Dherbilly, est né à Paris en 1832. Dès le début de sa carrière, il pa (...)

Et en attendant qu’une vraie bibliothèque l’enrichisse, le Comité a reçu de la veuve du regretté Dherbilly27, l’ex-régisseur de l’Odéon, dont on se rappelle la fin tragique, tout un volumineux dossier contenant les mises en scène que son mari a réglées durant sa longue carrière.

C’est là un don précieux et un souvenir durable, qui caractérisent bien les sentiments qui unissent, désormais, tous les régisseurs de théâtre.

  • 28 Charles Bernard, né à Paris en 1867, a fait ses études au collège Chaptal. On ne sait rien sur ses (...)

24Le principe d’une bibliothèque de mises en scène est donc, sinon acquis, du moins posé pour les membres du Comité. Pourtant, le bulletin de 1914 n’y fait aucune allusion. Probablement, le règlement juridique en matière de propriété artistique semble-t-il plus urgent et c’est à cet aspect que s’attache le bulletin de 1914, comme l’article du 16 décembre. Pour l’Amicale, il s’agit d’un point d’importance, ainsi que le souligne le Comité et Charles Bernard28, régisseur général du théâtre des Variétés, est chargé par l’Amicale d’exposer auprès de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques ses desiderata. Il s’y rend par deux fois et, en accord avec Robert de Flers, président de la Société, un projet est élaboré. La Société des auteurs s’engagerait à éditer et à fournir aux directeurs et imprésarios toute mise en scène d’une pièce nouvelle établie par un régisseur, moyennant un droit variable et qui irait par tiers à la Société, au régisseur, à l’Association amicale des régisseurs. La Commission de la Société des auteurs dépose un rapport favorable sur le sujet et l’Association des directeurs de province, pressentie, se montre toute disposée à approuver un règlement. À la réunion du 13 décembre, il est décidé d’adresser une lettre de remerciements à Robert de Flers et de donner suite au projet. La guerre va malheureusement mettre fin à ces démarches, mais il convient de noter cet intérêt porté dès l’origine à la question des mises en scène par les régisseurs et la position de l’Amicale qui se considère comme l’organisme habilité à défendre une propriété artistique qui reste à établir et à définir.

  • 29 Le Fichier des Régisseurs a pu être établi grâce aux renseignements obtenus de la sorte.
  • 30 Nous trouvons effectivement des informations sur les régisseurs et sur l’Amicale dans l’Annuaire do (...)

25Le 13 décembre, d’autres décisions, de moindre importance, sont prises. Vu les retards dans les cotisations, le Comité s’engage à ne plus prendre en considération aucune demande d’admission sans le versement préalable du droit d’entrée et des six mois de cotisation et à se montrer particulièrement sévère pour la production par le postulant d’un extrait de casier judiciaire ou de toute pièce similaire29. L’Amicale, qui a engagé sur plusieurs fronts une action difficile, ne tient pas à s’encombrer de parasites. Henri Prévost propose la création d’un bulletin propre à l’Association. Ce bulletin ne coûterait guère plus cher à l’Amicale que la page qui lui est réservée dans Le Bulletin de l’Association des artistes dramatiques30 et le prix de revient pourrait être couvert par la publicité : « Tout en resserrant encore nos liens de confraternité, notre Bulletin nous aidera à rehausser le niveau de notre corporation et à la placer au rang qu’elle mérite, en nous montrant dignes de l’occuper ».

26Le Bulletin doit paraître trois fois par an, vers février, mai et novembre. La proposition est adoptée et la composition du Bulletin est réglée lors d’une réunion ultérieure, le 10 janvier 1914 :

  • 31 La typographie (lettres grasses) met en relief ce passage, prouvant par là même l’importance que l’ (...)

On discute la forme et la composition du Bulletin. Outre les renseignements de toutes sortes sur nos séances, nos travaux… destinés principalement à nos camarades de province et aussi à ceux qui ne peuvent assister régulièrement à nos séances, et ayant pour but d’établir un lien plus intime entre tous, il est décidé que les pages de notre Bulletin sont ouvertes à tous, mais bien entendu sous le contrôle du Comité ou tout au moins d’une Commission chargée de la rédaction du Bulletin31.

  • 32 On trouvera dans l’Annuaire des artistes dramatiques un double classement des membres de cette Asso (...)
  • 33 Maître André Lévy-Oulmann, avocat parisien, est connu dans le milieu théâtral et il écrit à l’occas (...)
  • 34 Philippe-Auguste Dutet, né en 1868 à Charolles. Après l’admission à Saint-Cyr et son service milita (...)

27Le Bulletin se veut le porte-parole d’une corporation et en même temps permettra à chacun de se sentir efficace au sein de son Amicale. Le projet est repris à une séance du Comité, le 17 janvier. Il est entendu qu’Henri Prévost contrôlera les articles fournis par les sociétaires et que ceux-ci les signeront du nom ou du pseudonyme sous lequel ils sont plus généralement connus au théâtre32. Le premier Bulletin peut paraître en février 1914 sous le titre Bulletin de l’Association amicale des régisseurs de théâtres français. Il porte la mention « 1re année, n° 1, février 1914 » et sa périodicité est annoncée (publication trimestrielle). Il se présente sous la forme d’un octavo, de seize pages, sans illustration, sans autre publicité que des avis touchant les services juridiques et médicaux : « Dès nos premiers pas, Me Levy-Oulmann, 18 rue Notre-Dame de Lorette, l’avocat bien connu qui porte un grand intérêt à tout ce qui touche au théâtre, voulut bien accepter d’être notre avocat. Depuis, il nous a donné maintes preuves de sympathie et d’attachement ». Un autre avocat, Me Mossé, est pareillement signalé aux régisseurs qui auront besoin de ses offices et un médecin offre gracieusement ses soins33. Le Bulletin est imprimé à Rennes par François Simon et son secrétaire-gérant est Philippe Dutet34. Ce sera, hélas, le premier et le dernier numéro de ce périodique.

28Dans la même intention de faire plus largement connaître l’Amicale, le Comité décide, le 27 décembre 1913, de faire imprimer des cartes de visite qu’on enverra à l’occasion du nouvel an tout proche aux directeurs de théâtres et à toutes les personnes qui ont manifesté leur sympathie à l’Association et de s’occuper de la confection des diplômes pour les membres d’honneur. Pour faire face aux dépenses entraînées par toutes ces activités, l’organisation d’une nouvelle matinée au bénéfice de l’Amicale est projetée pour le jeudi 19 mars 1914. Paul-Edmond, récemment nommé à la direction de la scène du théâtre de la Gaîté-Lyrique, obtient sans peine du directeur, récemment nommé, du théâtre, Charbonnel, qu’il mette sa scène à la disposition de l’Amicale. Hubert Génin, de son côté, insère un petit article dans le Comœdia du 13 mars 1914 sur cette matinée de gala dont le programme est illustré par Francisque Poulbot, Joe Bridge et René Warnod notamment. Nous ne savons quel bénéfice net recueille l’Amicale.

  • 35 Joël Fabre, né à Nîmes en 1860, est engagé à l’Opéra de Paris comme basse noble, puis parcourt la p (...)
  • 36 L’annonce au public est confiée au régisseur général. Elle consiste à prévenir le public des incide (...)
  • 37 Hubert Génin, « Propos sociaux et mutualistes », Le Théâtre français, nouvelle série, n° 1, 12 févr (...)

29En dehors de ces manifestations exceptionnelles, les régisseurs s’efforcent d’enrichir la trésorerie de leur association. Ainsi Joël Fabre35, régisseur au théâtre du Capitole de Toulouse, prend l’initiative de frapper d’une amende de 10 francs tout artiste du Capitole qui réclamerait une annonce au public et de verser les sommes récoltées à la caisse de secours36. À la veille de la guerre, l’éventualité du départ pour Toulouse d’Ernest Carbonne attriste une Amicale en plein essor. Hubert Génin en témoigne37 :

L’Association des régisseurs est présidée par un homme qui a su conquérir les sentiments de vive affection de tous ses collègues ; d’ailleurs sa franchise, son bon garçonnisme, son dévouement absolument désintéressé, sa bienveillance pour chacun, tout le désignait pour conduire et représenter dignement cette œuvre à laquelle son passé et sa situation artistique ont assuré l’estime du monde théâtral.

Ainsi, n’est-ce pas sans inquiétude que les membres de l’Association ont vu Ernest Carbonne quitter l’Opéra-Comique. Déjà ils lui ont manifesté unanimement le désir de le garder à la présidence du groupe, bien qu’il ait des velléités de quitter Paris pour aller respirer les effluves toulousains.

  • 38 Le 16 janvier 1914, un article de G. Linor dans Comœdia précise « L’heure de la retraite. Ernest Ca (...)

Ernest Carbonne n’abandonnera pas ses camarades… Ce serait la première fois ! Et puis la devise du Régisseur n’est-elle pas : le devoir avant tout ?38

  • 39 « Un krach », Le Cri de Paris, 24 mai 1914, p. 12. Le Cri de Paris est dirigé par un critique et au (...)

30Les craintes de l’Amicale ne sont sans doute pas sans rapport avec l’atmosphère de tension de ce premier trimestre 1914 : menace de guerre, crise financière et économique alarmante, crise sociale. Le procès de Madame Caillaux bouleverse toute la France, enlevant même la première place à la une des journaux lorsqu’éclate le conflit austro-serbe que suit une panique à la Bourse. L’attitude pacifiste et internationaliste de la CGT et des socialistes autour de Jaurès soulève les passions et attire l’attention des pouvoirs publics. Au milieu de toutes ces alarmes, Le Cri de Paris n’hésite pas à titrer « Un krach »39 : « Est-ce la faute du cinéma, de la politique ou des sports ? Le théâtre cesse de hanter les cerveaux de la jeune génération. Pour la première fois, l’année dernière, la production dramatique a été en baisse ».

31En effet, dans son Almanach des spectacles, Albert Soubies a révélé qu’après avoir écouté 1 164 pièces de tout genre en 1912, la France n’en a « supporté » que 980 en 1913 : « C’est une diminution de 184, plus de quinze pour cent. C’est presque un krach. Si encore la qualité avait compensé la quantité. Mais l’impartial M. Soubies ne nous a pas renseignés à ce sujet ». Sur le mode plaisant, le propos est pertinent. Cette baisse dans la création ou dans la reprise de pièces, quelle que soit la valeur intrinsèque des œuvres, est un signe avant-coureur de l’état de crise du théâtre propre à la période qui va d’une guerre mondiale à l’autre et qui atteindra le personnel du spectacle, en même temps que l’art dramatique.

  • 40 Voir à ce sujet les articles du Gaulois des 31 mai, 3 et 6 juin 1914. Félix Weingartner, fort appré (...)

32La saison théâtrale va à sa fin et seuls quelques théâtres, comme la Comédie-Française, restent ouverts en juillet. Le 5 juillet, le traditionnel concours du Conservatoire s’est déroulé normalement, sous la présidence du sous-secrétaire d’État aux Beaux-arts, Albert Dalimier. Après un mémorable cycle Wagner au théâtre des Champs-Élysées, où l’on fait un triomphe à « l’illustre Kapellmeister » Félix Weingartner40, les wagnériens fervents s’apprêtent à se rendre aux Festspiele de Bayreuth à partir du 25 juillet. L’entrée en guerre successif des pays d’Europe va mettre fin brutalement à une époque, à la Belle Époque. Le 2 août, Le Cri de Paris s’interroge : « En cas de conflit armé, que deviendraient nos comédiens ? » et d’évoquer le contingent appréciable de défenseurs de la Patrie que fournirait la Comédie Française, ajoutons tout le théâtre français, mais il fait part à ses lecteurs de la prochaine rentrée théâtrale et des créations qui se préparent. Le 30 août, Le Cri s’explique :

Pour la première fois, depuis dix-huit ans qu’il paraît, Le Cri de Paris a dû suspendre sa publication.

Notre dernier numéro était mis en vente le 31 juillet. Le lendemain, la mobilisation était ordonnée. Nos collaborateurs, nos dessinateurs, nos vendeurs et nos lecteurs partaient pour l’armée. Pour remplacer tout ce qui faisait défaut, on nous offrait l’état de siège et par surcroît le moratorium : c’était trop.

  • 41 Comœdia, 2 août 1914, éditorial.

33Au jour le jour, de son côté, Comœdia a tenu ses lecteurs au courant de la progression des événements : l’assassinat de Jaurès, les déclarations de guerre, la mobilisation générale : « Nous avons enfin un idéal, écrit Gaston de Pawlowski. L’Allemagne veut déchaîner la guerre hypocritement pour de basses raisons commerciales. La France combat uniquement pour les idées de civilisation, de justice et de paix »41. Et le 4 août, langage des temps nouveaux, Louis Handler parle de la mission du théâtre :

  • 42 Louis Handler, « La Guerre au théâtre », Comœdia, 4 août 1914.

L’art ne doit pas être le divertissement – ou même l’éducation – de quelques élus. Il doit s’adresser au peuple, il doit être capable d’intéresser et d’élever la foule. Il n’est pas d’art privé. Il n’est pas de théâtre « d’art » : il y a l’art tout simplement, dont le Théâtre est un beau mode d’expression, certainement le plus direct42.

  • 43 Parmi ces collaborateurs, Hubert Génin est affecté à Lons-le-Saunier. Comœdia cesse de paraître jus (...)

34Le 6 août, les bureaux de Comœdia se vident, par suite de la mobilisation des collaborateurs, directeur compris43. Les théâtres sont fermés.

Notes

1 Déclaration et statuts sont conservés à la Préfecture de police. Bureau des associations, dossier 13635. Les statuts comportent quatre pages.

2 Les directeurs sont tout à fait disposés à accueillir ces régisseurs puisque nous lisons cette annonce, parue dans Comœdia, le 6 janvier 1913 : « Pour le personnel des théâtres : l’Association des directeurs de théâtres de Paris nous prie de rappeler aux artistes, employés de théâtre qu’un registre est mis à leur disposition au siège de l’Association, pour poser leurs demandes d’emplois et les signaler aux directeurs de théâtres, sans qu’il en résulte pour eux aucun frais quelconque ».

3 Annuaire 1914 : « Il est recommandé à tous de ne pas signer à la légère, comme parrain, les demandes d’admission. Notre amicale ne doit être ouverte qu’à des régisseurs de métier, c’est une association professionnelle. Soyons fiers de notre titre de “régisseur” et ne le donnons qu’à ceux que nous jugeons dignes de le porter ».

4 Ce reproche est assez souvent adressé aux membres du Syndicat des artistes dramatiques dans Le Progrès théâtral. On verra que certains régisseurs, et non des moindres, ne répondront pas à la confiance qu’on leur accordait, mais l’Association tiendra toujours, avec force, à n’accorder l’entrée qu’à des régisseurs qu’elle juge aptes.

5 Annuaire 1914, p. 7. Lors de la réunion du 13 décembre, on indique que « toute demande devra être rigoureusement accompagnée d’un extrait de casier judiciaire ou d’une pièce similaire, ainsi que des états de service du postulant ».

6 La question des régisseurs des pays statutaires, selon la définition de la Société des auteurs, c’est-à-dire où s’exerce l’autorité des deux sociétés d’auteurs (Belgique, Luxembourg, Suisse romande, Monaco) est délicate. Pendant la guerre, ils seront considérés comme français. Auguste-Léopold Barbe Mouriks, dit Murio, né en 1880, Joseph-Mathieu Bailly dit José Bailly, né en 1875, sont tous deux sujets belges. Léo Devaux, né en 1872 à Namur, l’est également, mais il sera naturalisé en 1922. Pierre De Mesmaeker, dit Mesmaker, né en 1886, sera mobilisé en Belgique pendant la guerre ; il travaillait habituellement en France.

7 Parmi les fondateurs, nous trouvons Blondet, régisseur aux Folies-Bergère.

8 Le régisseur de cinéma n’a pas été étudié dans le chapitre II, parce que si l’ART l’a accueilli, elle ne s’est pas préoccupée de ses problèmes professionnels spécifiques.

9 Revue en deux actes de Jean Bastia et André Heuzé, Omnia-Pathé Comœdia, 21 janvier 1913, p. 2 et 22 janvier 1913, p. 2. Comœdia tient dès cette époque une rubrique cinématographique.

10 En attendant d’être transformés en cinémas.

11 Parmi les sociétaires excusés à une réunion du 13 décembre 1913, nous trouvons les noms de trois régisseurs qui partagent leur activité entre le théâtre et le cinéma : Georges Jalabert, alors régisseur au Film d’art, Émile Leprieur et Alexandre Maurel dont on signale la présence à Ciné-Éclair. Georges Jalabert, né à Lyon en 1885, avait débuté en 1904 au Théâtre Molière comme deuxième régisseur. Il fait plusieurs théâtres parisiens et part en tournée chez Baret. Son activité au Film d’art est brève et il est régisseur de la scène à Contrexéville quand il va être mobilisé. C’était un petit-fils de Louis Péricaud. Émile-Gaston Leprieur, né à Paris en 1877, a connu les théâtres de province, puis l’Ambigu et il partage son temps entre les tournées et le cinéma. Alexandre-Octave Maurel, né à Lyon en 1869, a fait presque toute sa carrière dans des théâtres parisiens : Châtelet, Cluny, Gymnase…

12 Nommés par le Comité à la majorité des voix des membres présents.

13 Un article de la rédaction de Je sais tout, paru le 15 mars 1907, p. 114-156. « Un pour tous, tous pour un » explique bien cette institution de membres d’honneur dans le cadre de la société de secours mutuels ; elle constitue, d’une certaine façon, un début de justice sociale, les plus riches subvenant aux besoins de plus pauvres par solidarité « et c’est ici que l’on voit poindre l’œuvre d’apaisement social et de fraternité vraie que peut être la mutualité bien comprise ». Précisons que c’est là un point qui sera remis en question, à cause de son aspect paternaliste, entre les deux guerres. Henri Prévost rappelle ce rôle économique des membres honoraires dans Annuaire 1917, p. 13 : « Une des ressources extraordinaires de toutes les associations consiste dans le rendement des membres honoraires qui aident de leurs dons ou de leurs cotisations sans participer à aucun avantage ». L’article de Je sais tout prévoyait que, en cas de retournement de fortune, le membre d’honneur pourrait compter, à son tour, sur la solidarité des sociétaires mutualistes.

14 Marc-Roland précise que l’Association a acheté à Léandre la pierre et l’on peut admirer dans le bureau de l’ART, rue Pavée, un beau tirage original de la lithographie.

15 Dans Annuaire 1914, p. 12, on signale : « M. Lallement, n’ayant pas avisé le secrétariat de ses changements d’adresse et de théâtre depuis plus d’un an est radié en conformité de l’article III des statuts ».

16 Ce chapitre prendra rapidement de l’importance, surtout avec la fondation de la Bibliothèque des mises en scène.

17 Par la suite, la composition du comité se modifiera selon les besoins et le développement de l’ART.

18 Cette dissolution a bien failli être prononcée vers 1969, avant la cession de la Bibliothèque des mises en scène à la Bibliothèque historique.

19 Ce chiffre est probablement un peu exagéré. Il a été évalué par moi compte tenu des morts et des radiations et démissions, en fonction du chiffre indiqué par l’ART au 1er juin 1915, 105, et du fait que les noms des sociétaires permettent d’aller, sans trop d’erreur, jusqu’au sociétaire n° 150. Les renseignements que je prends dans le Fichier des régisseurs concernent donc les cent cinquante premiers membres de l’ART.

20 Cité par Géo Sandry dans « Servitude et grandeur du régisseur de théâtre », art.cit.

21 Les régisseurs de l’Association appartiennent en même temps à d’autres groupements théâtraux divers : Syndicat des artistes dramatiques, Prévoyants du théâtre, Association des artistes dramatiques, etc. Ils apportent à l’Amicale cette somme de recherches communes, avec les qualités de gestion propres à leur métier, s’ils n’ont pas l’allant, et même la turbulence d’autres secteurs du théâtre. Ce n’est pas sans raison qu’on se tourne et qu’on se tournera vers l’Association pour lui confier des tâches essentielles dans l’évolution du théâtre.

22 Cette admission sera évoquée plus loin. Nadine Farel a elle-même expliqué l’intérêt de la profession pour les femmes, que tenterait trop le mirage du vedettariat.

23 Henri Prévost a repris tout l’historique de l’association entre 1911 et la guerre dans son allocution à l’Assemblée générale du 2 mai 1917. Ces passages sont extraits, comme tous ceux de ce chapitre, du Bulletin de 1914. Nous ne le préciserons plus. Comœdia consacre au gala un entrefilet le 23 novembre.

24 Alcime Leblanc, né à Brunoy en 1860, a été comédien, administrateur, directeur à La Rochelle et à Anvers, régisseur général au Grand Théâtre de Marseille. Depuis il « monopolise », comme imprésario, l’Amérique du Sud où il accueille à tour de rôle Féraudy, Jane Hading, Le Bargy. Georges Deyrens, né à Paris en 1876, fait toute sa carrière dans des tournées en Amérique avant 1914. Après la guerre, il sera directeur de cinéma et sera le quatrième président de l’Association.

25 Comœdia consacre un entrefilet aux régisseurs à cette occasion, le 11 mai 1913, « Les régisseurs de théâtre », et précise : « Hier, l’Association amicale des régisseurs de théâtres français a fêté son président [Carbonne] à l’occasion d’une distinction qui lui a été décernée par l’Association des artistes dramatiques. Nous nous en réjouissons ». L’article n’est pas signé, mais on sait que Génin s’occupait des liens avec la presse pour l’Amicale et pour d’autres associations théâtrales.

26 H. Génin, « Comment naquit l’Association amicale des régisseurs de théâtres », 12 décembre 1913, reproduit presque intégralement dans Annuaire 1914, et le second sans titre particulier. La matière de cet article sera reprise dans la partie de la Bibliothèque des mises en scène.

27 Alexandre-Joseph Castiau, dit Dherbilly, est né à Paris en 1832. Dès le début de sa carrière, il parcourt en province tous les grades de la régie. Il est régisseur général du théâtre des Variétés à Marseille, quand il fait la connaissance d’Antoine, alors en représentations dans ce théâtre, et Antoine s’engage à le prendre comme régisseur dès qu’il aura un théâtre à lui. Ce sera chose faite à l’Odéon où Dherbilly restera jusqu’à sa seconde direction. Très malade, Dherbilly se suicide. Le Bulletin de l’Association des artistes dramatiques donne sa notice nécrologique, 1914, p. 43. Dherbilly est le premier régisseur dont on signale le décès avant 1914 ; il y en aura deux autres : Paul Stuart (1854-1914) et Marius Borel (1854-1914), et on perd la trace de Fernand de Verneuil (1868- ?). Antoine fait son éloge dans Mes souvenirs sur le Théâtre Antoine et sur l’Odéon, première direction, Paris, Grasset, 1928, p. 46-47 : « 5 août 1896 – J’ai dit à Ginisty que je connaissais depuis longtemps un homme extraordinaire pour remplir chez nous les difficiles fonctions de régisseur général avec la ponctualité et l’autorité indispensables. Et je lui ai conté l’histoire de ce Dherbilly, régisseur depuis de longues années au théâtre des Variétés de Marseille. C’est là que je l’avais connu en y venant de temps à autre en représentation depuis deux ans que je vivais, après la fermeture du Théâtre-Libre, de mon métier de comédien. Je n’ai jamais vu d’employé plus ponctuel et sérieux : une véritable perle. Il a ceci de charmant, encore qu’il n’a aucun égard et aucun ménagement pour les vedettes. Un jour que Coquelin aîné arrivait au théâtre, à la répétition, avec un retard d’une demi-heure, Dherbilly, tirant sa montre, lui dit d’un air sérieux : “Monsieur Coquelin, il y a une demi-heure que vos camarades vous attendent”. Et Coquelin, époustouflé, ne sut quoi dire. Ce trait m’a enchanté. Voilà décidément l’homme qu’il nous faut pour le terrible travail que nous entreprenons ».

28 Charles Bernard, né à Paris en 1867, a fait ses études au collège Chaptal. On ne sait rien sur ses débuts au théâtre. De 1891 à 1902, il est régisseur à la Gaîté et devient régisseur général aux Variétés à cette dernière date.

29 Le Fichier des Régisseurs a pu être établi grâce aux renseignements obtenus de la sorte.

30 Nous trouvons effectivement des informations sur les régisseurs et sur l’Amicale dans l’Annuaire dont il sera fait mention. L’Annuaire a, par ailleurs, l’intérêt de reproduire quelques photographies de régisseurs, dont celles d’Henri Prévost, d’Hubert Génin et d’Ernest Carbonne. Les régisseurs y sont cités à double titre, comme membres de l’Association des artistes dramatiques et comme sociétaires de l’Amicale. Lors des assemblées générales statutaires du 11 mai 1911, du 23 mai 1912 et du 7 juin 1913, sous la présidence d’Albert Carré, le rapporteur est un sociétaire, Édouard Céalis (né à Amiens en 1866, il ajoutait à ses fonctions théâtrales celles de professeur de diction et d’écrivain occasionnel). « Un des titres, non des moindres, de Céalis, lit-on dans le Fichier des Régisseurs, était qu’il a rempli remarquablement les fonctions de rapporteur à l’Association des artistes dramatiques ». En 1914, pour la durée de la guerre, Henri Prévost prend la relève de Céalis, sous la présidence du directeur de l’Opéra, le toulousain Pedro Gailhard. Il ne sera d’ailleurs pas le dernier sociétaire de l’Amicale à remplir cette fonction.

31 La typographie (lettres grasses) met en relief ce passage, prouvant par là même l’importance que l’information revêt pour le Comité.

32 On trouvera dans l’Annuaire des artistes dramatiques un double classement des membres de cette Association, parmi lesquels figurent la plupart de nos régisseurs : noms réels d’état civil et pseudonymes.

33 Maître André Lévy-Oulmann, avocat parisien, est connu dans le milieu théâtral et il écrit à l’occasion de petites pièces.

34 Philippe-Auguste Dutet, né en 1868 à Charolles. Après l’admission à Saint-Cyr et son service militaire à l’École de Joinville, il débute comme comédien en 1895 : province, tournées et enfin Paris. Il sera régisseur à la Comédie-Française à partir de 1926.

35 Joël Fabre, né à Nîmes en 1860, est engagé à l’Opéra de Paris comme basse noble, puis parcourt la province. Il fait ses débuts de régisseur général à Bayonne en 1900 et, avant son passage à Toulouse, il a fait Marseille, Montpellier et Nîmes.

36 L’annonce au public est confiée au régisseur général. Elle consiste à prévenir le public des incidents survenus en cours de représentation, de modifications de distribution, etc. L’annonce au public était un petit événement dans la représentation théâtrale en province.

37 Hubert Génin, « Propos sociaux et mutualistes », Le Théâtre français, nouvelle série, n° 1, 12 février 1914, p. 3, pour quelques lignes concernant l’Amicale.

38 Le 16 janvier 1914, un article de G. Linor dans Comœdia précise « L’heure de la retraite. Ernest Carbonne aura vingt-cinq ans d’Opéra-Comique » et annonce cette retraite prématurée d’un « régisseur modèle » qui, de 1907 à 1914, a surveillé ou établi la mise en scène de nombreux ouvrages sous la direction d’Albert Carré. Carbonne laisse la place à Pierre Chéreau, qui va seconder P.B. Gheusi, successeur de Carré lorsque celui-ci est appelé à la Comédie-Française, le 1er janvier.

39 « Un krach », Le Cri de Paris, 24 mai 1914, p. 12. Le Cri de Paris est dirigé par un critique et auteur dramatique, Armand Éphraïm, et il a, après une courte interruption, continué à paraître régulièrement pendant toute la guerre, consacrant une page à la chronique théâtrale. À ce titre, bien des informations lui seront empruntées pour la période 1914-1922.

40 Voir à ce sujet les articles du Gaulois des 31 mai, 3 et 6 juin 1914. Félix Weingartner, fort apprécié en son temps, était, auprès de Siegfried Wagner, l’héritier du musicien au Festspielhaus de Bayreuth.

41 Comœdia, 2 août 1914, éditorial.

42 Louis Handler, « La Guerre au théâtre », Comœdia, 4 août 1914.

43 Parmi ces collaborateurs, Hubert Génin est affecté à Lons-le-Saunier. Comœdia cesse de paraître jusqu’au 1er octobre 1919.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search