Version classiqueVersion mobile

Régie théâtrale et mise en scène

 | 
Françoise Pélisson-Karro

Préface

Serge Bouillon

Texte intégral

1Élu en 1974 à la tête de l’Association des Régisseurs de Théâtre, j’avais défini, sinon mon programme, du moins mes ambitions de Président : faire connaître la richesse documentaire que nous devions à nos aînés, poursuivre leur œuvre en élargissant nos collections et notamment en adoptant la captation audiovisuelle des mises en scène dont la télévision ne se serait pas emparées, pour ce faire, s’efforcer d’augmenter nos maigres ressources, et, en devenant l’Association de la Régie Théâtrale, d’ouvrir notre recrutement à tous les cadres artistiques, administratifs et techniques.

2J’étais alors loin d’imaginer qu’une doctorante, habitée elle aussi par notre rage de faire connaître nos trésors et la passion désintéressée de ceux qui les avaient réunis, allait faire de notre Association son sujet de thèse.

3Françoise Pélisson-Karro allait alors rendre justice aux hommes qui, dans ces différentes tâches, nous avaient précédés, en mettant en évidence l’étendue de leurs charges professionnelles, de leurs qualités humaines, de leur immense culture théâtrale et de leur souci d’apporter la pérennité à leurs éphémères réalisations. Son excellent travail allait faire revivre ces régisseurs « chargés de régir », et depuis La Grange, de rendre compte.

 

4Dès le début du XIXsiècle, ces grands professionnels régissaient en effet le plateau dont ils avaient la charge : ils choisissaient les interprètes des œuvres retenues, souvent à leur initiative, par leur Direction. Ils dirigeaient les répétitions – on dirait aujourd’hui : ils mettaient en scène – ils avaient la haute main sur les services des décors, des lumières et… des bruitages. Souverains-maîtres du plateau, ils veillaient à chaque représentation au respect des indications qu’ils avaient données et n’hésitaient pas à réprimander celui ou celle qui y contrevenait. Comme La Grange, ils rendaient compte chaque soir dans le « livre de bord » du déroulement de la représentation.

 

5Vint le moment où tous les grands animateurs du renouveau scénique du XXsiècle, d’Antoine à Gémier, de Lugné-Poe à Jacques Copeau, amoureux voire créateur de tel ou tel courant dramatique, brûlèrent d’en donner leur propre lecture : le metteur en scène était né !

6Le régisseur, s’il perpétuait la tenue du « livre de bord », s’il restait maître du plateau et de tous les services, machinerie, éclairages et son, dont l’évolution réclamait des talents de plus en plus pointus, ne dirigerait plus les répétitions, à l’exception de celles des doublures ou des reprises de rôles dans le respect sans faille des exigences de la mise en scène, jusqu’à ce qu’à son tour lui vienne l’envie de s’exprimer et de devenir lui-même metteur en scène.

 

7C’est tout cela que Françoise Pélisson-Karro met en évidence et c’est tout cela qui fait des Régisseurs les gardiens de la mémoire du théâtre, suppliant sans relâche ceux qui par hasard en détiennent quelques témoignages, d’en faire don au fonds de la régie théâtrale de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, bibliothèque unique à la fois de mises en scènes lyriques et dramatiques et de documentation théâtrale. Universitaires et chercheurs passionnés de cette école de vie qu’est le théâtre, miroir des sociétés qu’il traverse, viennent y puiser une infinité de renseignements introuvables ailleurs, sur les usages, les méthodes, les techniques dont la trace semblait à tout jamais perdue.

 

8À l’heure de la publication de cette thèse, véritable bible d’un temps révolu mais ô combien créatif, Françoise Pélisson-Karro peut être fière de voir aujourd’hui les chercheurs du monde entier utiliser le fruit de ses recherches et venir puiser dans le fonds de l’ART à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris des pans entiers de l’histoire qui leur avaient échappé.

9Elle peut se réjouir aussi de voir que, trente ans plus tard, en étroite synergie avec Emmanuelle Toulet, directrice de la BHVP et ses collaborateurs du Département des collections théâtrales, sous la Présidence de Danielle Mathieu-Bouillon (sans doute l’apport le plus précieux de ma succession), l’ART, plus vivante que jamais, poursuit à la satisfaction générale la mission qu’il y a maintenant plus d’un siècle, ses créateurs ont initiée.

 

10Je suis enchanté de dire à Françoise Pélisson-Karro combien je suis heureux et fier de la clairvoyance dont elle a fait preuve en choisissant un sujet dont l’intérêt ne cesse de s’affirmer.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search