Version classiqueVersion mobile

Régie théâtrale et mise en scène

 | 
Françoise Pélisson-Karro

Da Capo

Texte intégral

L’Association des régisseurs de théâtre et la Bibliothèque de mises en scène (1911-1939)

1Le titre de cette publication demande des éclaircissements. Il rend compte, en fait, de la spécificité de l’association théâtrale fondée à Paris en 1911, au 29 de la rue Étienne Marcel, à l’emplacement du fameux théâtre de Bourgogne qui garde la mémoire plus lointaine des rivalités politiques tragiques de l’« automne du Moyen Âge ».

2Les professionnels parisiens et provinciaux qui se rassemblent en 1911 manifestent d’emblée deux préoccupations majeures, mutualisme et défense professionnelle – l’option d’un syndicat, rattaché ou non à la CGT fondée à Limoges en 1895, est ainsi écartée. Les premiers statuts, en 1912, pour le corps de techniciens du théâtre que constituent les régisseurs, dont l’importance n’apparaît pas toujours nettement à la conscience du public, ni même du reste de l’entreprise théâtrale, marqueront le choix d’un soutien quotidien dicté par un idéal mutualiste : confraternité, aide à la recherche d’un emploi, aide au professionnalisme, constitution d’une pension de retraite… Le souci du quotidien est l’antidote aux difficultés attachées à la vie du théâtre français et aux illusions qu’elle pourrait développer.

3Ce choix va, en fait, déterminer, au sein d’une association de la loi de 1901, la création d’une institution sans précédent, la Bibliothèque de mises en scène. Celle-ci définira et sauvegardera l’« amicale », au départ incertaine de sa finalité, dans les transformations et les nouvelles divisions du monde du travail que laisse entrevoir la montée en puissance du metteur en scène, nouveau personnage qui tend à se détacher du domaine technique pour entrer dans celui de la création et de la propriété artistique. L’évolution est acquise après la seconde guerre mondiale pour l’Association et pour sa bibliothèque devenue d’intérêt public. Du passé, reste attaché à la Ville un patrimoine très riche, ouvert, car tout n’est pas entré dans la première bibliothèque. Par ailleurs, le dépôt légal de la mise en scène de création, qui se développe en marge de la Bibliothèque de mises en scène confiée en 1969 à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, est appelé à donner à cette dernière le matériel tombé dans le domaine public.

4Prolongeant le travail accompli au cours du XIXsiècle, une réflexion critique s’est déjà exercée sur la mise en scène, sur son relevé qui retient dans le domaine du présent, du toujours là, une action sans durée, à jamais révolue dès lors qu’elle s’est accomplie. Par là s’est redéfini, dans le temps de l’évolution de sa profession, le rôle spécifique du régisseur, plus précisément du directeur de scène, actif au sommet de la hiérarchie du groupe et/ou en corrélation avec les autres groupes. Le travail accompli par la fabrique du relevé a contribué à fixer un ici et maintenant renouvelable dans un espace pourtant non imaginaire tracé entre Paris, la province et les pays « limitrophes ». L’Association de la régie théâtrale a rempli sa tâche première, la mémoire de l’action théâtrale, avant même d’avoir vu évoluer après 1946 les conditions de sa captation et de sa transmission. Elle a par là même légué un instrument unique dont il est indispensable, et passionnant, de prendre la mesure.

Je remercie :

5Madame Giusy PISANO, Professeur des Universités à l’École nationale supérieure Louis-Lumière, qui a décidé de transformer un tapuscrit de 1980, trouvé rue Pavée, à Paris, en livre de la galaxie Gutenberg,

6MM. Vivien SICA, doctorant, et Stéphane TRALONGO, post-doctorant, tous deux à l’Université de Paris-Est Marne-la-Vallée, qui ont mis en œuvre avec beaucoup de compétence la réalisation de ce projet,

7L’Université de Paris-Est/Marne-la-Vallée et le Centre de Recherche sur I’Intermédialité de l’Université de Montréal qui ont contribué à la publication de cet ouvrage,

8Madame Emmanuelle TOULET, directrice de la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris, et Madame Bérengère de L’ÉPINE, conservateur responsable du Département des Collections théâtrales de la BHVP, pour leur intérêt et leur soutien attentif.

9Monsieur Serge BOUILLON, président d’honneur de l’ART, dont la préface m’honore, Madame Danielle MATHIEU-BOUILLON, l’actuelle présidente de l’Association, et tous les Régisseurs dont la rencontre a enrichi ce livre.

10Madame Rose-Marie MOUDOUÈS, qui a accueilli un premier article sur l’ART dans la Revue d’histoire du théâtre.

11Je n’ai garde d’omettre mon amie Laurence BROTTIER, maître de conférences de grec à l’Université de Limoges, qui a partagé ma relecture de la thèse.

12Enfin, je n’ai pas oublié tous ceux qui ont permis, suivi ou encouragé ma recherche, et qui nous ont quittés :

13Monsieur Henry de SURIREY de SAINT-RÉMY, directeur de la BHVP, qui accepta de me confier à Mademoiselle Émilienne DUCOIN, agent de l’ART et sa mémoire infaillible,

14Madame Suzanne HONORÉ, mon chef de Département à la Bibliothèque nationale qui a encouragé mes recherches en leur début,

15Madame Nina GOURFINKEL, qui m’introduisit dans la Société d’histoire du théâtre,

16Monsieur le Professeur André TISSIER qui dirigea ma thèse,

17Mes parents, mes sœurs et mon époux, Yankel, qui m’ont accompagnée au long de ce travail.

18Françoise Pélisson-Karro, Paris, le 7 février 2013

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search