Version classiqueVersion mobile

Arthur Schnitzler et la France 1894-1938

 | 
Karl Zieger

Introduction

Texte intégral

1La réception (passive) de l’œuvre d’Arthur Schnitzler en France représente un cas intéressant : elle permet de mettre en lumière les mécanismes et les difficultés qui sont liés à l’accueil d’une œuvre littéraire dans un contexte étranger.

  • 1 1981, l’année du cinquantenaire de la mort de l’écrivain, est, en effet, une date cruciale pour la (...)
  • 2 Voir à ce propos, Florence Hetzel, Le Théâtre d’Arthur Schnitzler. Traductions et mises en scène f (...)
  • 3 Voir, à ce propos, notre article « Une grande exposition culturelle et son rôle pour la réception (...)
  • 4 Jeanne Benay, « Schnitzler en France – Schnitzler et la France », Austriaca, Cahiers Universitaire (...)
  • 5 J. Benay, « Schnitzler en France », op. cit., p. 125.
  • 6 Ibid., p. 126.
  • 7 Ibid.
  • 8 « Un clinicien de l’âme », un entretien avec Luc Bondy par Lionel Richard, Magazine Littéraire, n° (...)

2Si l’on se base sur le nombre des traductions parues depuis 19811 et des différentes mises en scène de ses pièces de théâtre2, Schnitzler compte aujourd’hui en France, à côté de Hugo von Hofmannsthal et de Stefan Zweig, parmi les plus connus des auteurs que l’on regroupe généralement sous l’étiquette de la « Jeune Vienne ». Mais malgré un succès populaire certain, lié, entre autres, à l’exposition Vienne 1880-1938 : L’Apocalypse joyeuse qui a eu lieu en 1986 au Centre Pompidou3, il semble que l’intérêt « scientifique », l’intérêt de la critique pour Schnitzler soit resté, en France, jusque dans les années 1990, en deçà de ce qui se faisait non seulement dans les pays germaniques, mais aussi, par exemple, en Italie ou dans les pays anglo-saxons. C’est ce qui ressort des « repères bibliographiques » que Jeanne Benay a établis en 1994 pour la revue Austriaca4. Le commentaire de Jeanne Benay interpelle quiconque s’intéresse aux processus de réception, car, selon elle, l’image qu’a la France de Schnitzler paraît avoir été fixée très tôt, « prisonnière des premières impulsions interprétatives qui bouchèrent l’horizon des investigations ultérieures »5, et, du coup, partielle (voire partiale). « L’image la plus répandue », constate J. Benay, « est celle de son appartenance littéraire au groupe de la “Jeune Vienne” »6, à une littérature qui est assimilée à la « joyeuse apocalypse » décrite par Hermann Broch. La critique universitaire range Schnitzler du côté « d’un impressionnisme parfois qualifié de naturalisme de l’intériorité ou de freudisme dramatique (et narratif) », explique J. Benay, un impressionnisme qui repose sur « la fragmentation et le pointillisme de l’écriture, le primat de la nuance, les dialogues éclatés, hachés de silences et chargés de non-dits »7. Pour la critique journalistique, Schnitzler n’a été, pendant longtemps, que le poète de la décadence viennoise, le chantre de la « Süsses Mädel » (de la « midinette ») et du « Lebemann » (du « viveur ») incarné par son Anatole, que l’auteur de La Ronde – symbole d’un érotisme mélancolique -, un écrivain aimable et spirituel qui fait preuve d’une certaine grâce, d’une finesse triste, et d’une ironie tempérée, mais aussi d’une sentimentalité scabreuse et d’une certaine cruauté, de sorte que le Magazine littéraire peut constater dans un dossier consacré à « Vienne – L’aube du XXe siècle » (mars 1984) que « son art était considéré [à tort, sans doute] comme caractéristique de la “légèreté viennoise” »8. Si, depuis le début des années 80, l’on admet qu’il « est bien plus que le représentant du charme typiquement viennois », ce n’est – semble-t-il – que pour y ajouter une autre image, celui du « clinicien de l’âme », de « l’anatomiste de l’inquiétude » (ibid.).

  • 9 Voir F. Mossé, Histoire de la Littérature allemande [1959], Aubier, 1995, p. 806-807.
  • 10 Voir J.-L. Bandet, Histoire de la littérature allemande, PUF, 1997, p. 277-78.

3Ces clichés ne se limitent pas aux publications de « vulgarisation ». Ainsi, Claude David, dans sa contribution à L’Histoire de la Littérature allemande éditée sous la direction de Fernand Mossé9, peut dire que « les thèmes d’Arthur Schnitzler sont sentimentaux et frôlent le scabreux » (p. 806). Et même s’il reconnaît que « sa réputation d’écrivain superficiel ou immoral est fort injuste », il souligne que l’écrivain viennois « veut surtout mettre en place quelques “instants” choisis, quelques “états d’âme” » et que « les meilleures pièces de Schnitzler ne sont pas les pièces longues où il peint la société viennoise ni ses pièces à problèmes ; ce sont des esquisses rapides » (p. 806-807). Il est vrai que la première édition de ce manuel remonte à 1959, mais dans une réédition datée de 1995 ces jugements n’ont pas été modifiés. Dans un ouvrage encore plus récent, Jean-Louis Bandet ne cite que trois œuvres de Schnitzler : Anatol, Leutnant Gustl et Reigen10.

  • 11 Donald G. Daviau, « Arthur Schnitzler im Spiegel der Kritik – fünfzig Jahre nach seinem Tod », Tex (...)
  • 12 Voir id., « The Reception of Arthur Schnitzler in the United States », in Wolfgang Elfe et al. (éd (...)
  • 13 Voir ibid., p. 154-55.

4La critique française n’est cependant pas la seule à utiliser de tels jugements stéréotypés. Si l’on en croit Donald G. Daviau11, la critique anglo-saxonne aurait, elle aussi, longtemps véhiculé les clichés de Schnitzler comme auteur d’œuvres légères, comme chantre mélancolique d’un monde disparu dont l’œuvre se réduirait aux thèmes de l’amour et de la mort. Néanmoins, avec le temps, l’image semble être devenue plus complète. Ainsi, Daviau explique une certaine continuité de la réception de Schnitzler aux États-Unis par l’universalité des caractères et des situations que l’on trouve dans ses œuvres12. Distinguant l’intérêt du public de celui de la critique universitaire, il constate un renversement intéressant de la tendance après la mort de l’écrivain. Si jusqu’en 1931 le succès de Schnitzler aux États-Unis a été avant tout un succès auprès du (grand) public, l’intérêt de celui-ci pour l’écrivain viennois semble diminuer entre 1932 et 1961, alors que pendant la même période le nombre de travaux universitaires ne cesse d’augmenter grâce, certainement, aux publications des deux pionniers de la recherche schnitzlerienne outre-Atlantique, Otto P. Schinnerer et Sol Liptzin13.

5Mais aux États-Unis, comme d’ailleurs dans les pays de langue allemande et en Italie, on constate, dès les années soixante, un regain d’intérêt pour l’œuvre de Schnitzler qui conduira, au début des années 1980, à une véritable reconsidération de l’écrivain viennois. Aux États-Unis, cette renaissance est entretenue par la création, par Robert O. Weiss, de la « Arthur Schnitzler Research Association » dont le Journal est transformé, en 1967, en une revue universitaire : Modern Austrian Literature. S’ajoute alors à l’image stéréotypée celle de l’analyste de la société et de la politique de son époque. La critique commence à reconnaître l’importance qu’a, dans l’œuvre de Schnitzler, l’analyse psychologique des caractères et elle s’intéresse à la complexité de ses rapports avec Freud et la psychanalyse. L’œuvre tardive est mise en valeur et, sur un plan éthique, on passe de la qualification de Schnitzler comme « nihiliste » à l’appréciation de son œuvre comme celle d’un « moraliste ».

  • 14 A. Schnitzler, Briefe 1875-1912, éd. par Therese Nickl et Heinrich Schnitzler, Frankfurt/Main, S. (...)
  • 15 Le Tagebuch a été publié en dix volumes sous la direction de Werner Welzig par la Österreichische (...)

6L’année 1981 marque incontestablement un tournant important dans l’appréciation de l’œuvre de Schnitzler par la critique. Ce sont, d’une part, les rééditions, colloques et publications (universitaires et « grand public ») à l’occasion du cinquantenaire de la mort de l’écrivain et, d’autre part, la publication, en deux volumes, d’un choix de la correspondance de Schnitzler14 et la mise en chantier de la publication de son Tagebuch15 qui ont relancé l’intérêt de la critique pour l’écrivain viennois.

  • 16 Voir la bibliographie à la fin du volume.
  • 17 Ainsi, Peter Gay intitule son livre sur la culture bourgeoise au XIXe siècle Schnitzler’s Century. (...)

7Dès lors, de nouvelles approches ont permis de mettre en lumière la variété, la profondeur, la complexité de l’œuvre de l’écrivain viennois et la littérature critique est devenue abondante16. En dehors de sa proximité avec Freud et la psychanalyse, ce sont surtout sa technique narrative (notamment l’emploi qu’il fait du monologue intérieur), son art du dialogue ainsi que ses rapports avec les femmes et les personnages féminins dans son œuvre qui attirent l’attention de la critique. Si Schnitzler reste toujours très lié à la notion de « fin-de-siècle » – au point qu’il est parfois identifié à cette époque comme Balzac l’est avec la société de la première moitié du XIXe siècle en France17 -, il est davantage perçu comme un analyste de la société et l’on met de plus en plus en valeur l’appartenance de son œuvre à une certaine forme de réalisme, en soulignant son souhait de s’approcher de la vérité et de parler de ce qu’il a observé et vécu.

  • 18 Les Actes sont publiés sous le titre Arthur Schnitzler, présentation et traductions de Christiane (...)

8En France aussi, l’intérêt pour Schnitzler s’est intensifié à partir du début des années 1980, mais l’image qui a été donnée de lui et de son œuvre n’a évolué que très lentement. En dehors de l’anniversaire de 1981 qui a donné lieu, en octobre, à un colloque international organisé par l’Institut Autrichien avec la collaboration de l’Institut des Études Germaniques de l’Université Paris-Sorbonne et de la Cinémathèque Française18, on note, au milieu des années 1980 la première création française de la tragi-comédie Das weite Land sous le titre de Terre étrangère (le 2 février 1984 au Théâtre des Amandiers à Nanterre) et, en 1985, la première traduction française du roman Der Weg ins Freie sous le titre Vienne au crépuscule aux éditions Stock, ce qui a permis au public français de découvrir de nouvelles facettes de l’œuvre de Schnitzler.

9Par la suite, Schnitzler a sans doute profité de l’engouement du public pour la culture viennoise dans son ensemble qui se manifeste par la grande exposition Vienne 1880-1938 : L’Apocalypse joyeuse au Centre Pompidou au printemps 1986. La publication du livre de Carl E. Schorske, Vienne fin de siècle. Politique et culture, en novembre 1983 aux éditions du Seuil, s’inscrit dans ce mouvement.

  • 19 Voir Jacques Le Rider et Renée Wentzig (éds.), Les Journalistes d’Arthur Schnitzler. Satire de la (...)
  • 20 Notamment dans Modernité viennoises et crises de l’identité, PUF, 1990, 1994 et dans Journaux in (...)
  • 21 Vienne 1900, Gallimard/Julliard, 1984.
  • 22 Geneviève Roussel, « Hofmannsthal, Schnitzler : Casanova rentre à Venise », in G. Roussel (études (...)

10Du côté de la critique universitaire, l’intérêt pour Schnitzler se manifeste surtout, depuis une quinzaine d’années, par un nombre croissant d’articles, par un numéro de la revue Austriaca qui lui est consacré (n°. 39, 1994), par un colloque organisé à l’occasion de la mise en scène de Les Journalistes. Merle et Mimosas [Fink und Fliederbusch] au Théâtre de la Colline en 199419, par les pages et les chapitres qui lui sont consacrés dans les livres de Jacques Le Rider20, Michael Pollak21 et Geneviève Roussel22.

11Cependant, on doit constater qu’aucun ouvrage monographique n’a été consacré à Schnitzler entre la parution, en 1966, de celui de Françoise Derré, L’œuvre d’Arthur Schnitzler – imagerie viennoise et problèmes humains, qui a longtemps été l’ouvrage de référence pour les études schnitzleriennes en France, et le début des années 2000.

  • 23 Wolfgang Sabler, Arthur Schnitzler. Ecriture dramatique et conventions théâtrales, Bern, Berlin, B (...)
  • 24 On peut y ajouter deux thèses non publiées : Sophie Tonga, Le Rôle de la femme dans l’œuvre dramat (...)

12Cet état de fait est en train de changer et le nombre de travaux universitaires sur Schnitzler augmente en France. Le plus complet, publié à ce jour, en ce qui concerne la création théâtrale de Schnitzler, est la thèse de Wolfgang Sabler23 qui confronte l’écriture dramatique de l’écrivain viennois avec celle des pièces à succès de son époque, c’est-à-dire avec l’esthétique du théâtre de boulevard, catégorie à laquelle son œuvre est parfois assimilée24.

13Publié dans un format de poche, le livre de Jacques Le Rider, Arthur Schnitzler ou la Belle Époque viennoise (Belin, 2003, collection « voix allemandes ») constitue un outil pratique et accessible pour la découverte de la variété de l’œuvre de Schnitzler. On notera aussi la présentation de l’ensemble de son œuvre dramatique, pièce par pièce, que Heinz Schwarzinger a publiée en 1989 (Arthur Schnitzler, auteur dramatique 1862-1931, Arles, Actes Sud) pour accompagner la parution de nouvelles traductions de quelques pièces de théâtre de Schnitzler chez Actes Sud, et la biographie de l’écrivain viennois par Catherine Sauvat (Arthur Schnitzler, Fayard, 2007).

  • 25 R. Urbach, Schnitzler-Kommentar zu den erzählenden Schriften und dramatischen Werken, München, Win (...)
  • 26 D. G. Daviau relève dix-huit productions de pièces de Schnitzler aux États-Unis entre 1905 et 1931 (...)
  • 27 Hans Roelofs, « Man weiss eigentlich wenig voneinander ». Arthur Schnitzler und die Niederlande 18 (...)
  • 28 par exemple Kurt Bergel, « The recent reception of Arthur Schnitzler’s “Das weite Land” on two Ame (...)
  • 29 Simonetta d’Alessandro, La conoscenza di Arthur Schnitzler in Italia. Traduzione e critica 1959-84 (...)
  • 30 Ian Foster et Florian Krobb (éd.), Arthur Schnitzler: Zeitgenossenschaften. Contemporaneities, Ber (...)

14Parmi les travaux consacrés à Schnitzler, le nombre de ceux qui s’intéressent à la réception de son œuvre dans les pays non germanophones est relativement modeste. On sait que ses œuvres ont été traduites, encore de son vivant, dans les principales langues européennes, notamment en anglais, en italien, en français et en russe. Selon Reinhard Urbach25, cette réception semble avoir été particulièrement importante en Russie, aux États-Unis26 et même au Japon. Mais on manque d’études qui approfondiraient cette approche et prendraient en compte, dans cette perspective, l’ensemble de l’œuvre de Schnitzler. Les enquêtes les plus exhaustives sur l’accueil qui lui a été réservé dans un pays étranger concernent les Pays-Bas, la Suède et la Russie27. En dehors de cela, on trouve surtout des articles concernant parfois la réception d’une seule œuvre28 ou des bibliographies29. Il faut signaler ici encore un récent ouvrage collectif édité par Ian Foster et Florian Krobb qui place, sous le titre Arthur Schnitzler : Zeitgenossenschaften. Contemporaneities, l’écrivain viennois dans le contexte de son époque, mais évoque aussi des aspects de sa réception (par exemple en Roumanie et en Belgique) et de l’adaptation de son œuvre par le cinéma (Reigen, Liebelei, Fräulein Else et Traumnovelle)30.

  • 31 Florence Hetzel, Le Théâtre d’Arthur Schnitzler, op. cit. et Andrea Schmitt-Plattner, Das dramatis (...)
  • 32 Bernhard Sandbichler, Österreichische Literatur in Frankreich (1982-1992). Dokumentation – Analyse (...)

15En ce qui concerne la réception française, des thèses de doctorat ont été menées à bien, mais elles se limitent soit à quelques pièces de théâtre, notamment à Anatol, Liebelei et Reigen qui sont effectivement les pièces les plus connues et les plus jouées en France31, soit à la réception récente32. Ce livre tente de combler cette lacune, du moins en ce qui concerne la réception du vivant de l’écrivain.

16Pour mieux saisir les différents éléments de la réception de l’œuvre de Schnitzler en France, un bref rappel de quelques faits importants de sa vie et un aperçu schématique de sa carrière littéraire ne paraissent pas inutiles.

17On peut noter d’abord que les origines d’Arthur Schnitzler (1862- 1931), notamment son appartenance à la bourgeoisie juive assimilée, sont celles d’une grande partie de l’intelligentsia viennoise de l’époque. Son père Johann (1835-1893), est issu d’une modeste famille de menuisiers originaires de la petite ville de Groß-Kanizsa en Hongrie. Il finance ses études de médecine à Budapest, puis à Vienne en donnant des leçons particulières de soutien scolaire. Spécialiste d’une discipline encore jeune, la laryngologie, il se fraie un chemin jusqu’aux grands hôpitaux de la capitale. Le mariage, en 1861, avec Louise Markbreiter (1840-1911), fille d’un célèbre médecin juif viennois, favorise son ascension sociale. En 1872 il fonde avec d’autres jeunes médecins agrégés la « Poliklinik » dont il deviendra le directeur douze ans plus tard. La position sociale est, a priori, plus avantageuse pour Arthur. Le futur écrivain, qui naît le 15 mai 1862, a une enfance et une adolescence plutôt heureuses, il fait ses études secondaires dans l’un des lycées les plus cotés de Vienne, le « Akademisches Gymnasium ». En 1885, à l’âge de vingt-trois ans, il termine ses études de médecine. Il les a suivies plus pour répondre à la volonté de son père que par vocation personnelle – car ses intérêts vont dès son adolescence vers les arts, vers la musique et la littérature. Étudiant, il passe une bonne partie de son temps au théâtre. À la fin de ses études Arthur devient, pour quelques années, l’assistant de son père à la « Poliklinik ». De 1887 à 1892, il est l’un des rédacteurs de la Internationale Klinische Rundschau. C’est en rédigeant des comptes rendus des traductions allemandes que Sigmund Freud a faites des ouvrages de Jean-Martin Charcot et d’Hippolyte Bernheim, que Schnitzler découvre les précurseurs de la psychanalyse. Après la mort de son père le 2 mai 1893, il ouvre un cabinet médical, mais abandonne petit à petit son travail de médecin pour se consacrer de plus en plus à la littérature. Même s’il n’a finalement pas suivi la voie souhaitée par son père, sa formation scientifique ne sera pas sans influence sur son œuvre littéraire. L’intérêt qu’il a porté aux maladies nerveuses et aux problèmes psychiques laissera des traces tangibles dans son travail d’écrivain.

  • 33 R. Urbach, Schnitzler-Kommentar, op. cit., p. 22. – Dans une monographie récente, Arthur Schnitzle (...)

18L’œuvre littéraire d’Arthur Schnitzler est essentiellement composée d’œuvres en prose et de pièces de théâtre. À quelques rares exceptions près, leur gestation a été assez longue, l’auteur a mis de côté, puis retravaillé la plupart de ses textes avant de les publier. Il est, bien sûr, impossible de présenter ici l’ensemble de cette création, une soixantaine d’œuvres en prose (récits, nouvelles et romans) et une trentaine de pièces de théâtre, dont à peu près la moitié sont des pièces en un acte. Pour donner une idée globale de l’œuvre, on peut reprendre le découpage en cinq périodes proposé par Reinhard Urbach33 :

19- Une première période concerne les premières tentatives – quelques récits, une comédie et la plupart des (rares) poèmes assez naïfs et romantiques – que Schnitzler produit au début des années 1880, des œuvres somme toute négligeables. Elles sont signées « Anatole ». Ce pseudonyme sera le titre de sa première pièce à entrer dans l’Histoire littéraire, un cycle de sept saynètes écrites entre 1888 et 1892.

20- Une seconde période irait de la rédaction des premières scènes du cycle Anatol [Anatole] et de la formation du groupe de « Jung-Wien » en 1889 jusqu’en 1893 qui voit la première mise en scène d’une grande pièce en plusieurs actes dans un théâtre viennois renommé : il s’agit de la première de Das Märchen [Conte de fée] au « Deutsches Volkstheater » de Vienne le 1er décembre 1893.

21La carrière littéraire de Schnitzler commence en effet réellement avec Anatole. Les sept pièces en un acte établissent le type du « Lebemann », c’est-à-dire du jeune bourgeois désœuvré qui court d’aventure en aventure. Même s’il s’agit plutôt d’un exercice de style inspiré par des auteurs français de boulevard, ce cycle pèsera d’un poids important pour la réception de son œuvre, notamment en France. L’écrivain viennois fait ici preuve, pour la première fois, de son art de sonder l’âme de ses personnages. On peut aussi retenir d’ores et déjà l’aspect formel de ce premier cycle, car, par la suite, le dramaturge aura plusieurs fois recours à ce principe de création, avec Lebendige Stunden [Heures vives], qui réunit quatre pièces en un acte écrites en 1900/1901, avec Marionetten [Marionnettes], trois pièces en un acte rédigées entre 1901 et 1904, puis Komödie der Worte [La Comédie des mots], trois autres pièces en un acte écrites en 1910/12 et réunies sous ce titre en 1915. On pense évidemment aussi à Reigen [La Ronde] (1900/1903) dont la structure circulaire est cependant plus rigoureuse que celle d’Anatol, dont l’unité est assurée par le personnage principal.

22Cette période, 1888/89-1893, comprend aussi la rédaction d’une nouvelle intitulée Sterben [Mourir] qui sera publiée en 1895, et la conception de pièces qui portent la marque de l’influence naturaliste et que l’on présente souvent comme des drames « psycho-sociaux », Das Märchen, notamment, mais aussi Freiwild [Chasse ouverte] et Das Vermächtnis [Les Dernières volontés] – et, surtout, Liebelei [Amourette], un drame qui aura cependant une place à part dans la création du dramaturge.

23- Viennent ensuite quelques années au cours desquelles Schnitzler cherche son style, son écriture entre le naturalisme, l’impressionnisme, le réalisme critique et l’école analytique : l’œuvre commence à dépasser les frontières de Vienne et de l’Autriche et à s’imposer dans l’Empire allemand. Il y parvient notamment grâce à Liebelei [Amourette]. Le succès considérable de sa première pièce jouée le 9 octobre 1895 au « Burgtheater » de Vienne lui ouvre les portes d’autres théâtres prestigieux dans les pays de langue allemande. Dans cette période se situe aussi la rédaction de Reigen, qui, pour des raisons qui ne sont pas que littéraires, deviendra probablement la plus connue de ses créations.

24- Entre 1900 et le début de la Première guerre mondiale en 1914 se situe sans doute la période la plus fertile. C’est au cours de ces années là que Schnitzler écrit d’importantes œuvres en prose, notamment la nouvelle Lieutenant Gustl et le roman Der Weg ins Freie [Vienne au crépuscule].

25Le récit de Lieutenant Gustl, publié dans le numéro de Noël 1900 de la Neue Freie Presse, tourne en dérision le principe du duel ; le scandale provoqué par la critique de cette tradition militaire séculaire a occulté le procédé littéraire révolutionnaire que Schnitzler a mis en œuvre : c’est, en effet, la première fois dans la littérature de langue allemande qu’une nouvelle est entièrement écrite en monologue intérieur.

26Parmi les nombreuses nouvelles qui paraissent pendant cette période, on peut retenir Frau Berta Garlan (1901) qui a la dimension d’un « petit roman » et paraît dans un volume individuel, « Andreas Thameyers letzter Brief » [« La Dernière lettre d’André Thameyer »] (1902), « Die griechische Tänzerin » [« La Danseuse grecque »] (1902), « Das Schicksal des Freiherrn von Leisenbohg » [« Le Destin du Baron de Leisenbohg »] (1904) et « Der Tod des Junggesellen » [« la Mort du célibataire »] (1908) ; Frau Beate und ihr Sohn [Madame Beate et son fils] (1913) atteint, comme Doktor Gräsler, Badearzt [Docteur Graesler, médecin thermal] (1917), la longueur d’un petit roman, les deux textes ayant été publiés d’ailleurs dans des volumes individuels, avant d’être intégrés dans des recueils.

27C’est également pendant les années précédant la Grande Guerre que l’écrivain crée ses grands « drames de société » : Der einsame Weg [Le Chemin solitaire], écrit en 1903, Das weite Land [Terre étrangère] (1910) et Professor Bernhardi (1912). L’intrigue de ces pièces se passe dans la société viennoise contemporaine de l’écrivain, leur « message »/leur signification est pourtant universel (le). Sont montées et publiées également lors de cette période des pièces de moindre envergure comme Zwischenspiel [Intermède] (1905) et Der Ruf des Lebens [L’Appel de la vie] (1906).

28Si toutes ces pièces portent, essentiellement, sur des sujets contemporains, il faut en signaler deux à caractère historique : Der grüne Kakadu [Le Perroquet vert] (1898) et Der junge Medardus [Le Jeune Médard] (1909). Toutes les deux ont d’ailleurs un rapport avec l’Histoire de la France, Der grüne Kakadu, une comédie burlesque en un acte mêlant réalité et fiction dans une taverne parisienne en 1789, le soir de la prise de la Bastille, Der junge Medardus, présenté comme « geste historique en un prologue et cinq actes », ayant pour cadre l’occupation de Vienne par les troupes napoléoniennes en 1809.

29- La dernière période établie par Urbach va de la fin de la Première Guerre mondiale à la mort de Schnitzler en 1931.

30C’est la période des déchirements et de la nostalgie. Sur le plan privé, l’écrivain est confronté au divorce d’avec sa femme Olga (Gussmann) en 1921 et à la mort de sa fille qui se suicide en 1928, à l’âge de dix-neuf ans, juste quelques mois après son mariage avec Arnoldo Cappellini, un officier (fasciste) italien. Schnitzler ne se relèvera pas de ce coup. Sur un plan politique, il assiste à la chute définitive de l’Empire austro-hongrois et de sa société – chute qu’il savait inéluctable, mais qui lui laisse néanmoins la nostalgie d’une société qui, malgré toutes ses faiblesses, était bien la sienne.

31Du point de vue littéraire, cette période est marquée par la parution de quelques importantes œuvres en prose : celle de longues nouvelles comme Casanovas Heimfahrt [Le Retour de Casanova] (1918), Fräulein Else (1924), un récit employant à la perfection le monologue intérieur, Traumnovelle (1926) et Spiel im Morgengrauen [Les Dernières cartes] (1927), comme celle d’un roman en cent-six (courts) épisodes, Therese. Chronik eines Frauenlebens [Thérèse. Chronique d’une vie de femme] (1928). La dernière œuvre à paraître du vivant de Schnitzler est Flucht in die Finsternis [L’Appel des ténèbres], une nouvelle qui paraît en 1931, quatorze ans après que l’auteur en a terminé la rédaction.

  • 34 F. Derré, « Une rencontre singulière : J. Giraudoux et A. Schnitzler », Études Germaniques, 21, 19 (...)

32Si la création théâtrale de cette époque a, peut-être, moins marqué les esprits, elle est loin d’être négligeable. Pendant la guerre encore est montée, en 1917 au « Deutsches Volkstheater » de Vienne, la comédie en trois actes Fink und Fliederbusch [Merle et Mimosas, devenu dans la traduction française Les Journalistes], puis, en 1920 au « Burgtheater », un vaudeville intitulé Die Schwestern oder Casanova in Spa [Les Sœurs ou Casanova à Spa], une pièce que Schnitzler désigne comme « trois actes en un ». Comme cette dernière, Der Gang zum Weiher [L’Étang] est une pièce en vers dont l’intrigue est située au milieu du XVIIIe siècle. Terminée en 1921, elle n’est montée au « Burgtheater » qu’en février 1931. Françoise Derré a dégagé des similitudes entre Der Gang zum Weiher et la Guerre de Troie n’aura pas lieu34. Avec Komödie der Verführung [Comédie des séductions] (1924) et Im Spiel der Sommerlüfte [Jeux zéphyriens] (1929), deux pièces en trois actes, ainsi qu’avec deux œuvres restées inachevées, Das Wort [La Parole] (1901-1931) et Zug der Schatten [Passage des ombres] (1911-1931), une pièce en neuf tableaux, il retrouve l’ambiance de la société viennoise du tournant du XIXe au XXe siècle.

33Ce bref aperçu montre que Schnitzler, loin de faire l’apologie du « viveur », comme la critique le lui a parfois reproché, se révèle être – à condition qu’on veuille bien prendre en compte l’ensemble de son œuvre – un analyste exact de la société fin-de-siècle. Ses œuvres, dont la plupart sont situées à Vienne aux alentours de 1900, sont une radiographie d’un monde et d’une société en déclin. Elles valent surtout par la finesse psychologique de l’analyse des sentiments humains et par l’atmosphère intense que leur auteur est capable de créer.

  • 35 Voir, par exemple, sa lettre à Otto Weizsaecker, in : A. Schnitzler, Briefe 1913- 1931, op. cit., (...)
  • 36 Marcel Ray (1878-1951), historien de la littérature et journaliste. Schnitzler promet à Ray de pro (...)
  • 37 Voir les références détaillées dans la bibliographie.
  • 38 Voir A. Schnitzler, Briefe 1913-1931, op. cit., p. 1-6.
  • 39 Le volume est intitulé Aphorismen und Betrachtungen et édité par Robert O. Weiss, Frankfurt, Fisch (...)
  • 40 Traduits par Pierre Deshusses, ces textes sont publiés en deux volumes, Relations et solitudes, Ri (...)

34Schnitzler n’a pas vraiment laissé de textes théoriques ou programmatiques. Conformément aux idées qui prévalaient dans le groupe de la « Jeune Vienne », il prétendait observer une certaine distance sceptique par rapport à tout programme esthétique35. En 1909, il refuse, par exemple, d’écrire l’essai sur le romancier français Charles-Louis Philippe (1874-1909) que son ami Marcel Ray lui a demandé, prétextant ne pas avoir un talent d’essayiste36. Néanmoins, on peut trouver des réflexions théoriques et esthétiques dans certaines de ses lettres, comme, par exemple, dans ses correspondances avec Richard Beer-Hofmann, avec Otto Brahm, avec Georg Brandes ou encore avec Hugo von Hofmannsthal37, ou dans une lettre comme celle qu’il adresse le 4 janvier 1913 à l’historien Richard Charmatz (1879-1965) à propos de Professor Bernhardi et la qualification de cette pièce comme « comédie autrichienne »38. Il ne faudrait pas non plus négliger ses Aphorismen, parus comme volume cinq des Gesammelte Werke39. Mais la plupart de ces textes n’ont été publiés qu’à titre posthume et traduits en français seulement à la fin des années 198040, à l’exception d’un petit choix d’aphorismes que Suzanne Clauser a publié dans le numéro de mai 1932 de la Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande consacré à Arthur Schnitzler. Ses réflexions d’ordre théorique, esthétique et critique n’ont pas vraiment d’influence sur la réception, en France, de son œuvre narrative et dramatique.

35Sur la base de sa bibliographie, Jeanne Benay distingue plusieurs phases dans la réception de l’œuvre d’Arthur Schnitzler en France : les hauts, c’est-à-dire les années 1900-1914, 1928-1933 et à partir de 1981 ; et les bas, les années 1914-1926 et 1938 jusqu’aux années 1960/70. 40 et 50).

36Le présent ouvrage propose ce que l’on pourrait appeler une « enquête sur un processus de réception » : il retrace les deux premières périodes de l’accueil réservé à l’œuvre de Schnitzler en France, en étudiant les choix opérés par les intermédiaires. L’abondance de documentation concernant ces deux phases, d’une part, et, d’autre part, la multiplication de moyens de diffusion après la Seconde Guerre mondiale – notamment des adaptations radiophoniques et télévisuelles –, ainsi que le changement de l’horizon d’attente qui se produit dans les années 1980 expliquent et justifient la limitation aux années 1894-1938, c’est-à-dire aux années qui vont de la première traduction française d’une de ses œuvres (la saynète Les Emplettes de Noël [Weihnachtseinkäufe, 1891] traduite par Henri Albert) aux années qui suivent la mort de l’écrivain survenue en 1931.

37Il s’agit ici de montrer d’où vient la fixation précoce de son image, en suivant les traces de ses premières relations avec la France et celles des premières traductions, les initiatives prises par l’écrivain pour faire connaître son œuvre au public français, l’engagement de ceux qui l’y ont aidé, son ambition aussi d’imposer de lui une image plus complète que celle qu’il voit se dessiner.

38Nous nous intéresserons d’abord à ceux qui ont joué le rôle d’intermédiaires, voire d’« importateurs littéraires », aux relations que l’écrivain a entretenues avec les traducteurs, avec les maisons d’édition, les hommes et femmes de théâtre. Cela nous permettra d’établir la chronologie – certainement non exhaustive, mais la plus complète possible – de l’entrée de l’œuvre de Schnitzler dans le champ littéraire français.

  • 41 .– Yves Chevrel, La Littérature comparée, PUF, 1989, « Que sais-je ?, n° . 499, p. 52, et le chapit (...)

39Nous étudierons ensuite la réception critique de cette œuvre en France. L’analyse de la critique journalistique et de la critique universitaire permet de dégager l’image que le public français pouvait avoir de la création de l’écrivain viennois. Même s’il n’est pas sûr que cette image change fondamentalement entre la fin du XIXe siècle et la veille de la guerre de 1939/45, il nous semble néanmoins nécessaire de distinguer, lors de cette première réception de l’œuvre de Schnitzler en France, deux phases : celle qui va de 1894 à la Première Guerre mondiale, qui a interrompu une réception qui commençait à prendre de l’ampleur dans les années 1910, et celle des années 1920-1938. Cette analyse de la critique est inspirée par le concept d’« Histoire de la réception » ou d’ « Études de la réception » formulé par Yves Chevrel41 ainsi que par les travaux de Joseph Jurt sur la critique journalistique. Selon Jurt, les critiques

  • 42 .– Joseph Jurt, La Réception de la littérature par la critique journalistique, Paris, J.M. Place, 1 (...)

éprouvent le besoin d’insérer l’œuvre dans une structure englobante, constituée le plus souvent par le champ littéraire dans ses dimensions synchroniques et diachroniques ; car le nouveau livre ne surgit pas dans un espace vide ; il apparaît à l’horizon spécifique du récepteur, horizon déterminé par les attentes et les livres connus du lecteur42.

40Cette attente ne nous semble cependant pas seulement déterminée, comme l’explique Jurt, par le canon et les normes en cours – qui sont, certes, des éléments primordiaux – mais aussi, dans le cas de la réception d’une œuvre étrangère, par l’image que les critiques et le public ont du pays et de la culture dont l’auteur de l’œuvre est originaire.

Notes

1 1981, l’année du cinquantenaire de la mort de l’écrivain, est, en effet, une date cruciale pour la réception de Schnitzler en France. Suzanne Clauser (ps. Dominique Auclères), qui détenait le droit exclusif des traductions françaises, décède en septembre de cette année. Par disposition testamentaire, elle a rendu ses droits aux héritiers d’Arthur Schnitzler, ce qui permet la publication de nouvelles traductions.

2 Voir à ce propos, Florence Hetzel, Le Théâtre d’Arthur Schnitzler. Traductions et mises en scène françaises, Thèse de doctorat, Strasbourg (Université Marc Bloch Strasbourg I), 2000, et Andrea Schmitt-Plattner, Das dramatische Werk Arthur Schnitzlers in der französischen Presse. Ein Vergleich zur österreichischen Rezeption, Thèse de doctorat, Universität Innsbruck, 1992.

3 Voir, à ce propos, notre article « Une grande exposition culturelle et son rôle pour la réception d’une littérature étrangère », Revue de Littérature comparée, 63e année, n° . 2, avril – juin 1989 (Le Texte étranger – l’œuvre littéraire en traduction), p. 217 – 224.

4 Jeanne Benay, « Schnitzler en France – Schnitzler et la France », Austriaca, Cahiers Universitaires d’Information sur l’Autriche, n° . 39, décembre 1994, p. 125-155.

5 J. Benay, « Schnitzler en France », op. cit., p. 125.

6 Ibid., p. 126.

7 Ibid.

8 « Un clinicien de l’âme », un entretien avec Luc Bondy par Lionel Richard, Magazine Littéraire, n° . 205, mars 1984, p. 35-37.

9 Voir F. Mossé, Histoire de la Littérature allemande [1959], Aubier, 1995, p. 806-807.

10 Voir J.-L. Bandet, Histoire de la littérature allemande, PUF, 1997, p. 277-78.

11 Donald G. Daviau, « Arthur Schnitzler im Spiegel der Kritik – fünfzig Jahre nach seinem Tod », Text und Kontext, X, n° . 2, 1982, p. 411-426.

12 Voir id., « The Reception of Arthur Schnitzler in the United States », in Wolfgang Elfe et al. (éds.), The Fortunes of German writers in America: studies in literary reception, Columbia, University of South Carolina Press, 1992, p. 145-165, notamment p. 146.

13 Voir ibid., p. 154-55.

14 A. Schnitzler, Briefe 1875-1912, éd. par Therese Nickl et Heinrich Schnitzler, Frankfurt/Main, S. Fischer, 1981 et Briefe 1913-1931, éd. par Peter-Michael Braunwarth (et al.), Frankfurt/Main, S. Fischer, 1984.

15 Le Tagebuch a été publié en dix volumes sous la direction de Werner Welzig par la Österreichische Akademie der Wissenschaften, Wien, entre 1985 et 2000.

16 Voir la bibliographie à la fin du volume.

17 Ainsi, Peter Gay intitule son livre sur la culture bourgeoise au XIXe siècle Schnitzler’s Century. The Making of Middle-Class Culture 1815-1914, New York, W. W. Norton, 2002 (en allemand: Das Zeitalter des Doktor Arthur Schnitzler. Innenansichten des 19. Jahrhunderts, Frankfurt/Main, S. Fischer, 2002 ; notons que le titre de la traduction française omet le nom de Schnitzler : Une culture bourgeoise. Londres, Paris, Berlin,... : biographie d’une classe sociale 1815-1914, Paris, Éditions Autrement, 2005).

18 Les Actes sont publiés sous le titre Arthur Schnitzler, présentation et traductions de Christiane et Gilbert Ravy, dans la collection « France-Autriche » coéditée par le Centre d’études et de recherches autrichiennes (CERA) de l’Université de Rouen et les PUF, Rouen, Paris, 1983.

19 Voir Jacques Le Rider et Renée Wentzig (éds.), Les Journalistes d’Arthur Schnitzler. Satire de la presse et des journalistes dans le théâtre allemand et autrichien contemporain, Tusson (Charente), Du Lérot, éditeur, 1995.

20 Notamment dans Modernité viennoises et crises de l’identité, PUF, 1990, 1994 et dans Journaux intimes viennois, PUF, 2000.

21 Vienne 1900, Gallimard/Julliard, 1984.

22 Geneviève Roussel, « Hofmannsthal, Schnitzler : Casanova rentre à Venise », in G. Roussel (études réunies par), L’impossible retour. La figure du Heimkehrer dans les lettres et les arts allemands et scandinaves au XXe siècle, Lille, Université de Lille3, 1987, p. 11-34 ( = Germanica, I, 1987).

23 Wolfgang Sabler, Arthur Schnitzler. Ecriture dramatique et conventions théâtrales, Bern, Berlin, Bruxelles, Frankfurt/M., New York, Oxford, Wien : Lang, 2002 ( = Contacts, Série I, Theatrica vol. 21).

24 On peut y ajouter deux thèses non publiées : Sophie Tonga, Le Rôle de la femme dans l’œuvre dramatique d’Arthur Schnitzler, Université Paris-XII-Créteil, 1997, et Cécile Vidal-Oberlé, Arthur Schnitzler et la tradition dramatique (1889-1910). Une dramaturgie en devenir, Université Paris-Sorbonne, Paris-IV, 1999.

25 R. Urbach, Schnitzler-Kommentar zu den erzählenden Schriften und dramatischen Werken, München, Winkler, 1974., p. 49 sq.

26 D. G. Daviau relève dix-huit productions de pièces de Schnitzler aux États-Unis entre 1905 et 1931 ; voir D. G. Daviau, « The Reception of Arthur Schnitzler in the United States », op. cit., p. 147.

27 Hans Roelofs, « Man weiss eigentlich wenig voneinander ». Arthur Schnitzler und die Niederlande 1895-1940, Amsterdam, Atlanta GA, Rodopi, 1989; Margot Elving Vogel, Schnitzler in Schweden. Zur Rezeption seiner Werke, Stockholm, Almquist & Wiksell, 1979; Elisabeth Heresch, Arthur Schnitzler in Russland. Aufnahme, Wirkung, Kritik, Wien, Braumüller, 1982.

28 par exemple Kurt Bergel, « The recent reception of Arthur Schnitzler’s “Das weite Land” on two American stages », Modern Austrian Literature, 19, 1986, n° . 3-4, p. 91-96; Stefanie Hammer, « Fear and Attraction. “Anatol” and “Liebelei” Productions in the United States, ibid., p. 63-74; Elisabeth Lebensaft, « Schnitzler aus tschechischer Sicht. Zur Schnitzler-Rezeption in der CSSR », Modern Austrian Literature, 16, 1983, n° . 1-2, p. 17-22.

29 Simonetta d’Alessandro, La conoscenza di Arthur Schnitzler in Italia. Traduzione e critica 1959-84, Graz, Univ‐Bibliothek, 1985.

30 Ian Foster et Florian Krobb (éd.), Arthur Schnitzler: Zeitgenossenschaften. Contemporaneities, Bern., Peter Lang, 2002 (= coll. « Wechselwirkungen », Band 4).

31 Florence Hetzel, Le Théâtre d’Arthur Schnitzler, op. cit. et Andrea Schmitt-Plattner, Das dramatische Werk Arthur Schnitzlers in der französischen Presse, op. cit.

32 Bernhard Sandbichler, Österreichische Literatur in Frankreich (1982-1992). Dokumentation – Analyse – Information, Innsbruck, Geisteswissenschaftliche Dissertation (Germanistik), 1996. À propos de la diffusion de l’œuvre de Schnitzler en France, voir chapitre quatre, « Die Vergangenheit », p. 21-30 ainsi que les tableaux, p. 50-51 et 93-95.

33 R. Urbach, Schnitzler-Kommentar, op. cit., p. 22. – Dans une monographie récente, Arthur Schnitzler, Stuttgart, Philipp Reclam jun., 2005, Konstanze Fliedl distingue, aussi bien pour le théâtre que pour l’œuvre narrative, trois périodes : une première qui va des débuts dans les années 1880 à 1902/03 (s’achevant par le drame Der einsame Weg et des nouvelles comme Lieutenant Gustl), une phase intermédiaire (1903-1914) comprenant notamment les grands drames de société et le roman Der Weg ins Freie, et une troisième qui couvre le temps de la Première Guerre mondiale (la première du cycle Komödie der Worte en 1915) aux chef-d’œuvres de la prose narrative des années vingt et trente (Fräulein Else, Traumnovelle, Therese).

34 F. Derré, « Une rencontre singulière : J. Giraudoux et A. Schnitzler », Études Germaniques, 21, 1966, p. 17-32.

35 Voir, par exemple, sa lettre à Otto Weizsaecker, in : A. Schnitzler, Briefe 1913- 1931, op. cit., p. 172.

36 Marcel Ray (1878-1951), historien de la littérature et journaliste. Schnitzler promet à Ray de proposer à l’un de ses amis de le faire. Il estime d’ailleurs qu’il serait plus important qu’une œuvre de Philippe soit publiée dans un périodique allemand et promet également son aide.

37 Voir les références détaillées dans la bibliographie.

38 Voir A. Schnitzler, Briefe 1913-1931, op. cit., p. 1-6.

39 Le volume est intitulé Aphorismen und Betrachtungen et édité par Robert O. Weiss, Frankfurt, Fischer, 1967. Les textes sont disponibles chez Fischer également en trois volumes de poche Aphorismen und Betrachtungen, portant comme soustitres respectifs « Buch der Sprüche und Bedenken » (vol. 1), « Der Geist im Wort und der Geist in der Tat » (vol. 2) et « Über Kunst und Kritik » (vol. 3).

40 Traduits par Pierre Deshusses, ces textes sont publiés en deux volumes, Relations et solitudes, Rivages, 1988 et 1991 (Rivages poche, n° . 51. La petite bibliothèque n° . 4) et La Transparence impossible, Rivages, 1990 et 1992 (Rivages poche, n° . 68. La petite bibliothèque n° . 20).

41 .– Yves Chevrel, La Littérature comparée, PUF, 1989, « Que sais-je ?, n° . 499, p. 52, et le chapitre « Les études de réception » in P. Brunel et Y. Chevrel (sous la direction de), Précis de littérature comparée, PUF, 1989, p. 177-213. À propos de cette problématique, voir aussi les articles publiés in Zoran Konstantinović, Manfred Naumann, Hans-Robert Jauss (éds.), Communication littéraire et réception. Actes du IXe Congrès de l’AILC [Innsbruck, 1979], Innsbruck, Verlag des Instituts für Sprachwissenschaft, 1980.

42 .– Joseph Jurt, La Réception de la littérature par la critique journalistique, Paris, J.M. Place, 1980, p. 88 sqq.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search