Version classiqueVersion mobile

Lire les Carnets d'Albert Camus

 | 
Anne Prouteau
, 
Agnès Spiquel

Le travail de l’écrivain

Des Carnets aux « Éléments pour Le Premier Homme », et inversement...

Agnès Spiquel

Texte intégral

  • 1 « Éléments pour Le Premier Homme », Appendices du « Premier Homme », OC IV, p. 949-996.

1Les Carnets de Camus sont un laboratoire de l’œuvre ; c’est vrai pour Le Premier Homme comme pour les œuvres précédentes. Il ne s’agira pas ici de voir comment les Carnets recueillent de nombreuses traces de la genèse du roman, mais de se demander si les Carnets fournissent un apport spécifique à ce roman autobiographique. À cet égard, on dispose désormais d’un document essentiel, « Éléments pour Le Premier Homme » dossier de travail qui accompagnait le manuscrit inachevé. Il n’avait pas été déchiffré pour l’édition de 1994 ; il est venu s’ajouter aux « Notes et plans » pour former les « Appendices du Premier Homme » dans la nouvelle édition des Œuvres complètes de Camus1. Bon nombre des fragments qui y figurent proviennent directement des Carnets sous des modalités diverses qui seront brièvement décrites. On n’étudiera pas ici comment ces apports sont modifiés dans le transfert (ce n’est pas le lieu d’une telle étude génétique) ; mais on se demandera, « inversement », comment la manière dont Camus puise dans les Carnets pour les « Éléments » révèle a posteriori ce que sont les Carnets : l’itinéraire de sa propre maturation dans lequel il a besoin de se retremper pour construire le chemin de Jacques Cormery. Nous insisterons sur deux aspects des Carnets révélés par le transfert vers les « Éléments » : un réservoir multiforme de détails frappants, « choses vues », dirait Victor Hugo, où le passage du réel à la fiction se pose d’une manière particulièrement intéressante.

« Éléments pour Le Premier Homme »

  • 2 Notons que cela a permis de compléter un élément manquant dans la première édition des Carnets : a (...)
  • 3 Stendhal désigne ainsi les faits vrais et personnes réelles à partir desquels il construit ses fic (...)
  • 4 À notre grand regret, l’édition des « Éléments » au t. IV de la Pléiade ne rend pas compte de ces (...)

2Sur la couverture d’un gros dossier qui accompagnait le manuscrit du Premier Homme, Camus a écrit « Éléments pour Le Premier Homme » ; à l’intérieur, neuf sous-chemises portent chacune un titre : « Éducation », « Guerre et résistance », « Algérie », « La Mère », « Jean », « Pierre » (trace d’un état du projet où il y avait deux protagonistes), « Marie », « Personnages secondaires », « Jessica Véra » (incluant une sous-chemise « Le Bûcher »). À part la section « Algérie » qui ne contient que quelques coupures de presse, et la dernière « Jessica Véra », remplie de brefs fragments manuscrits sur des supports variés, on trouve dans toutes les sections des renvois explicites aux Carnets et ce, sous trois formes. Ou bien Camus a inséré des feuillets des dactylogrammes des Carnets ; c’est surtout le cas pour la première section, « Éducation », pour laquelle il puise dans les premiers « Cahiers », déjà dactylographiés au moment où il se met au travail2. Ou bien il renvoie aux « Cahiers » par de simples numéros, par exemple « Hommes et femmes / Voir VI, 58 / Pour Lazarevitch VI, 71 » ; c’est le cas surtout pour la section « Personnages secondaires » : les renvois sont tellement nombreux qu’il aurait été fastidieux pour Camus de recopier les phrases, surtout qu’il ne savait sans doute pas quels « pilotis »3 réels il utiliserait dans le roman. Ou bien, enfin – et c’est le cas le plus fréquent –, il recopie des phrases des Carnets sur des feuillets arrachés à des carnets à spirale de petit format4.

3On notera que, dans ce travail de « récupération », Camus remonte très loin, jusqu’en 1939, bien en deçà du moment où les Carnets indiquent les premières étapes de la conception du Premier Homme : c’est donc l’ensemble des Carnets qui est mobilisé pour le roman autobiographique, même si la majorité des renvois concernent les « Cahiers » VI à X, qui couvrent la période 1949-1959. Dans le transfert des Carnets aux « Éléments », on mesure concrètement combien les Carnets ne cessent d’enregistrer des projets d’écriture ; ils le savent, tous ceux qui ont essayé de deviner, grâce aux Carnets, quels étaient les projets de Camus pour le troisième cycle de son œuvre : l’amour, la mesure, Némésis ? En ce qui concerne les « Éléments pour Le Premier Homme », certains des passages recopiés par Camus figuraient dans les Carnets sous des titres divers, et ce dès 1944 : « Enfance pauvre », « Création corrigée », « Roman sur la Justice », avant que ne se multiplie la simple mention « Roman », à partir du moment où le projet se cristallise, puis les mentions « Premier Homme » ou plus brièvement « PH », au moment où il a trouvé son titre.

Les Carnets, réservoir de « choses vues »

  • 5 Jeanne et Urbain Polge sont devenus, par l’intermédiaire de René Char, de proches amis du couple C (...)

4Vus depuis ce que Camus en récupère pour les « Éléments », les Carnets constituent un prodigieux réservoir de détails. C’est particulièrement net dans les nombreux renvois aux Carnets pour la section « Personnages secondaires ». Par exemple, il a enregistré en 1951, sous la mention « Roman », « Jeanne P. et son geste machinal » (IV, 1117) ; les « Éléments » restituent le nom complet : « Jeanne Polge et son geste machinal » (IV, 970)5. Beaucoup de personnes qu’il connaît sont là, dans les Carnets, comme en attente de servir de « pilotis » dans un ou dans le roman. On devine le vampirisme propre à tout écrivain, que Gide a si bien mis en valeur dans Les Faux-Monnayeurs, et dont Camus était lui aussi bien conscient.

  • 6 « Éléments », OC IV, p. 955.
  • 7 « Éléments », OC IV, p. 956.

5Il va de soi que le roman autobiographique s’emparera, plus qu’un autre, du vécu – direct ou indirect – de son auteur. C’est le cas, par exemple, des nombreuses notations précises que les Carnets enregistrent sur la Résistance et sur les camps de concentration, en particulier – on ne s’en étonnera pas – dans les Cahiers IV (1942-1945) et V (1945-1948, au moment où ceux qui rentrent des camps commencent à raconter). Ce qu’il faut ici souligner, c’est qu’elles sont d’emblée assignées au « Roman » et que Camus en recopie plusieurs sur les feuillets de la section « Guerre et résistance ». Par exemple, en 1946, il note : « Roman. Quand la soupe du soir tardait, c’est que le lendemain était un matin d’exécution. » (II, 1064), qui devient dans « Éléments » : « Les camps. “Quand la soupe du soir tardait, c’est que le lendemain était jour d’exécution.” »6 ; on notera l’amélioration stylistique : « jour d’exécution » sonne comme plus définitif que « un matin d’exécution ». Mais c’est en 1955 seulement que les Carnets enregistrent cet autre détail, là encore considéré d’emblée comme matériau romanesque : « Roman. Déporté qu’on fait mettre nu. En se déshabillant un bouton de manchette roule dans un coin, il va le ramasser. » (IV, 1245) ; en le recopiant, Camus ajoute à la fin de la phrase : « soigneusement », accentuant ainsi la portée du geste7.

  • 8 Arrêté et déporté en 1943, David Rousset connaît divers camps jusqu’en 1945 ; il en tire un témoig (...)
  • 9 Voir la note 74, OC IV, p. 1397.

6Quand les détails enregistrés dans les Carnets ne concernent pas des personnes de son entourage ou son vécu propre, on peut se demander d’où Camus les tire. Prenons le cas de ces « choses vues » dans les camps : les a-t-il entendu raconter par des rescapés, ou lues dans leurs récits ? On sait par exemple qu’il a beaucoup vu David Rousset en 1947 et 1948 dans le cadre du Rassemblement démocratique révolutionnaire ; il a aussi lu ses ouvrages de 1946 et 1947, consacrés à l’expérience des camps8 ; une note des Carnets, en 1947, y renvoie : « Jours de notre mort, 72-125-190. U.C. 15-66 » (II, 93)9. Mais tous les détails notés ne viennent pas d’un vécu ; sur les camps, comme pour bien d’autres expériences, le processus de fictionalisation est en marche dès les Carnets, le passage dans le dossier des « Éléments pour Le Premier Homme » ne venant dès lors qu’accentuer ce processus.

Du réel à la fiction

7Les Carnets, en effet, travaillent souvent à l’interface entre le vécu et la fiction, plus proches de l’un ou de l’autre selon les cas.

  • 10 « Éléments », OC IV, p. 961.
  • 11 Voir, par exemple : « F : Folie de rien fonder sur l’amour, folie de rien briser pour l’amour. » ( (...)

8Quand l’usage de la première personne fait conclure à un enregistrement du vécu, le passage à la troisième personne dans la retranscription pour les « Éléments » constitue le geste initial de la mise en récit, donc de la mise en fiction, comme l’a bien montré Paul Ricœur ; ce faisant, il exhibe les virtualités fictionnelles de la notation première, surtout s’agissant d’un romancier pour qui tout le réel a vocation à venir investir l’écriture. Ainsi, Camus écrit dans ses Carnets en 1950 : « Je savais désormais la vérité sur moi et sur les autres. Mais je ne pouvais l’accepter. Je me tordais sous elle, brûlé au rouge. » (IV, 1099) Il retranscrit : « Il savait désormais la vérité sur lui et sur les autres. Mais il ne pouvait l’accepter. Il se tordait sous elle, brûlé au rouge. »10 ; et voici que, rétrospectivement, l’analyse à la première personne révèle ses virtualités littéraires, exhibe le travail proprement stylistique qui était déjà à l’œuvre dans les Carnets. La création romanesque s’empare de tout. Une notation précédée de F dans les Carnets est reprise telle quelle, précédée du prénom, Marie, celui d’une des deux femmes prévues pour l’histoire d’amour du Premier Homme11.

  • 12 « Éléments », OC IV, p. 959. Pour cette « scène » de l’aéroport, quand la mère retourne en avion e (...)

9À voir la facilité avec laquelle des fragments recopiés pour les « Éléments » sont déjà prêts pour la fiction, on mesure combien le travail de fictionalisation est déjà bien entamé dès l’écriture des Carnets. Il suffit parfois de quelques mots enlevés – ou même d’un seul mot – pour que le fragment soit désamarré du vécu. Camus avait écrit dans les Carnets en 1956 : « Roman-fin. Maman. Que disait son silence. Que criait cette bouche muette et souriante. Nous ressusciterons. /Sa patience à l’aérodrome, dans ce monde de machines et de bureaux qui la dépasse [...]. » (IV, 1248) Une fois enlevé le « Maman », la phrase entre telle quelle dans la section « La mère », prête à nourrir ce personnage à dimension mythique12.

10Il peut arriver que les Carnets opèrent d’emblée le passage du vécu à la fiction. Ainsi, en 1944, cette notation :

Dimanche 24 septembre 1944. Lettre.
Roman : « Nuit d’aveux, de larmes et de baisers. Lit trempé par les pleurs, la sueur, l’amour. Au sommet de tous les déchirements. » (II, 1017)

  • 13 « Éléments », OC IV, p. 973.

11Est-ce à dire que Camus sait d’emblée qu’il se servira de cette lettre – reçue ou écrite par lui ? – dans un roman ? En 1944, Le Premier Homme n’est pas encore conçu en tant que tel ; mais la phrase est prête pour la section « Jessica Véra » des « Éléments « ; Camus l’y recopie sans rien y changer, en gardant même le pilotis en abrégé « 24 sept. 44 », qui n’est clair que pour lui13.

  • 14 « Notes et plans », OC IV, p. 930.
  • 15 Le Premier Homme, OC IV, p. 751 et 754.

12Tout aussi troublant est le va-et-vient entre le vécu et sa mise en fiction. En 1951, Camus note dans les Carnets : « Roman. [...] Les cimetières militaires de l’Est. À 35 ans le fils va sur la tombe de son père et s’aperçoit que celui-ci est mort à 30 ans. Il est devenu l’aîné. » (IV, 1117) La fictionalisation a déjà opéré : le père fictif est enterré à l’Est, et Camus arrondit les âges. Dans le réel, en effet, Lucien Camus est enterré à Saint-Brieuc ; c’est dans l’été 1947, donc un peu avant ses trente-quatre ans qu’il va sur la tombe de son père, qui a été tué un peu avant ses vingt-huit ans. Dans les « Notes et plans », complémentaires des « Éléments », il revient en partie sur la fictionalisation des Carnets : « Chap. I, puis chap. II : 35 ans après, un homme descendrait du train à Saint-Brieuc. »14 ; l’âge reste arrondi, mais le lieu de la tombe n’est plus fictif. Dans le roman, on le sait, Camus a gardé le lieu réel, Saint-Brieuc, mais il a accentué la différence d’âge : Jacques Cormery a quarante ans et son père est mort à vingt-neuf ans15 ; c’est que, dans ce cas précis, l’apport autobiographique est mis au service du projet romanesque : la « recherche du père » doit se situer aux approches de la guerre d’Algérie.

  • 16 « Éléments », OC IV, p. 953.

13Troublants aussi sont certains changements opérés lors du passage des Carnets aux « Éléments », qui montrent à quel point les Carnets accueillent des éléments déjà fictionalisés, donc ouverts à toutes les évolutions ; par exemple, telle remarque – politique – s’avère apte à recevoir un autre contenu. Camus avait écrit dans les Carnets : « Premier Homme. X. qui déclare que seul le PC a fait ce qu’il fallait toujours pour les camarades. Différence des générations. Ils ont tout à apprendre aussi. » (IV, 1241) ; dans les « Éléments », cela donne : « Et il déclare que seul le P.C. a fait toujours ce qu’il fallait pour la cause arabe. Différence de génération. Ils ont tout à apprendre. »16 ; en 1955, quand il consignait cette notation dans les Carnets, il ne savait pas encore quel apprentissage politique il ferait faire à son ou à ses protagoniste(s).

14Les Carnets sont également, nous l’avons dit, le lieu de plusieurs mises en récit de détails ou de réflexions concernant la Résistance et les camps. Les premiers peuvent venir de son expérience directe ; les seconds sûrement pas. Certains sont notés dans les Carnets dans l’immédiat après-guerre ; d’autres beaucoup plus tard, au moment de la genèse du Premier Homme. Dans tous les cas, ils permettent d’observer les processus de fictionalisation à l’œuvre dans les Carnets, et que la section « Guerre et Résistance » des « Éléments » peut reprendre tels quels ou bien accentuer légèrement. Par exemple, très proche du vécu de Camus, mais déjà passé à la troisième personne dans les Carnets en 1955 :

  • 17 En recopiant ces phrases pour les « Éléments », Camus opère quelques menues variantes qui témoigne (...)

Premier Homme. [...]
Séquence de la Résistance. Il aimerait mieux être un héros de la R. A. F. Être tué de loin. Et non pas subir la présence, la cruauté de l’ennemi. Mais non, il rêve de batailles gigantesques dans le ciel embrasé des métropoles et il va de métro en places poussiéreuses ou boueuses de Paris à St Étienne. (IV, 1237)17

  • 18 « Éléments », OC IV, p. 955.
  • 19 « Éléments », OC IV, p. 956.
  • 20 Paul Éluard, « L’Avis », Au rendez-vous allemand [1944], Œuvres complètes, t. 1, Gallimard, coll. (...)
  • 21 André Malraux, La Condition humaine, 1946, sixième partie, Gallimard, coll. « Folio » p. 257-261.

15Autres faits, sans doute lus ou entendus, destinés au roman dès leur enregistrement dans les Carnets et repris tel quel dans les « Éléments » : dans les Carnets en 1949, « Roman. Dans la misère interminable du camp, un instant de bonheur indicible. » (IV, 1004)18 ; ou encore, en 1951 : « Roman. “Sa mort fut très peu romanesque. On les mit à douze dans une cellule prévue pour deux. Il étouffa et tomba en syncope. Il mourut, tassé contre le mur gras alors que les autres, tendus vers la fenêtre, lui tournaient le dos.” » (IV, 1106) – où les guillemets soulignent le processus de mise en récit19. Il arrive également que les Carnets consignent des bribes forcément fictionnelles, parce que nul ne peut les avoir rapportées – mais les écrire a été un moyen d’entrer dans une expérience extrême, comme le suicide par cyanure de résistants arrêtés (à l’instar de ce que fait Paul Éluard dans son poème, « L’Avis »20, ou bien Malraux dans La Condition humaine avec la mort de Katow21). Ainsi Camus écrit en 1949 dans les Carnets cette scène, prête à entrer dans la fiction :

Roman. Condamné à mort. Mais on lui fait passer le cyanure... Et là, dans la solitude de sa cellule, il se mit à rire. Une aise immense l’emplissait. Ce n’était plus le mur contre lequel il marchait. Il avait toute la nuit. Il allait pouvoir choisir... Se dire « Allons » et puis « Non, un moment encore » et savourer ce moment... Quelle revanche ! Quel démenti ! (IV, 1060)

  • 22 « Éléments », OC IV, p. 955.

16Les marqueurs de la narration fictionnelle sont là, avec le passage du présent au passé simple ; Camus peut recopier la scène pour les « Éléments » en ne changeant que des détails de ponctuation22.

  • 23 « Éléments », OC IV, p. 951.

17Les « Éléments », qui sont évidemment essentiels pour réfléchir sur la genèse du Premier Homme, sont donc un excellent point de vue sur la mise en fiction qui s’opère dès les Carnets ; on n’en a donné ici qu’un aperçu. Mais ils attirent également l’attention sur la qualité de l’écriture dans ces fragments de fiction des Carnets ; on l’a dit : beaucoup passent presque intégralement dans les « Éléments », comme s’ils étaient prêts à l’emploi, les corrections faites au vol témoignant de la finesse de la perception stylistique de Camus. Ces corrections font également ressortir quelques-unes des caractéristiques de l’écriture des Carnets ; on n’en mentionnera ici que deux. Il arrive par exemple qu’elles atténuent des élans lyriques que Camus avait laissé aller dans les Carnets mais qu’il ne veut pas laisser déborder dans son écriture ; ainsi, il avait écrit en 1954 : « Chèvrefeuille, son odeur est liée pour moi à Alger. Elle flottait dans les rues qui montaient vers les hauts jardins où des jeunes filles nous attendaient. Vignes, jeunesse... » (IV, 1197) ; dans les « Éléments », il fait disparaître les vocatifs : « L’odeur du chèvrefeuille est liée pour moi à Alger. Elle flottait dans les rues qui montaient vers les hauts jardins où des jeunes filles nous attendaient. »23 À d’autres moments, les « Éléments » atténuent des lourdeurs dans des séquences des Carnets ; on y lit ce dialogue entre mère et fils, écrit en 1944 :

— Je suis bien tranquille pour toi, Jean. Tu es intelligent.
— Non, mère, ce n’est pas cela. Je me suis trompé souvent et je n’ai pas toujours été un homme juste. Mais il y a une chose...
— Bien sûr.
— Il y a une chose, je ne vous ai jamais trahis. Toute ma vie, je vous ai été fidèle.
— Tu es un bon fils, Jean. Je sais que tu es un très bon fils.
— Merci, mère.
— Non, c’est moi qui te remercie. Toi, il faut que tu continues. (II, 1018)

  • 24 « Éléments », OC IV, p. 958.

18Dans les « Éléments »24, avec beaucoup de sûreté, Camus supprime les dernières répliques, qui risqueraient d’alourdir le propos et de ne pas convenir au personnage de la mère tel qu’il est en train de le concevoir ; mais il lui avait sans doute été utile de les écrire pour aller au bout de l’idée, élucider la pensée, épuiser la situation.

19On juge un arbre à ses fruits. « Éléments pour Le Premier Homme » résulte pour une bonne part d’une cueillette que Camus effectue dans ses propres Carnets ; les fruits ainsi cueillis nourrissent le roman, dont on comprend mieux la vigueur, perceptible dans l’élan du manuscrit. Mais les fruits en question disent aussi combien, au fil des années, la vie de Camus, sa pensée, son goût pour l’écriture, et singulièrement l’écriture de fiction, ont fait pousser cet arbre aux mille ramifications que sont les Carnets.

Notes

1 « Éléments pour Le Premier Homme », Appendices du « Premier Homme », OC IV, p. 949-996.

2 Notons que cela a permis de compléter un élément manquant dans la première édition des Carnets : au t. III (mars 1951-décembre 1959 ; Gallimard, 1989), p. 101, un passage était mentionné comme illisible ; il a été restitué dans l’édition de la Pléiade (IV, 1177) grâce au feuillet trouvé dans « Éléments ». Voir ce que Camus en a fait dans le roman lui-même, au chapitre 7, le dernier de la première partie (OC IV, p. 859).

3 Stendhal désigne ainsi les faits vrais et personnes réelles à partir desquels il construit ses fictions.

4 À notre grand regret, l’édition des « Éléments » au t. IV de la Pléiade ne rend pas compte de ces divers processus : n’y ont été retenus ni les textes des dactylogrammes, ni les notations chiffrées (on peut comparer la citation ci-dessus, empruntée au manuscrit, avec le passage correspondant dans l’édition, OC IV, p. 969), ni les références aux Carnets – toutes indications que nous avions pourtant proposées.

5 Jeanne et Urbain Polge sont devenus, par l’intermédiaire de René Char, de proches amis du couple Camus (voir Olivier Todd, Albert Camus. Une vie, Gallimard, 1996, p. 489-490)

6 « Éléments », OC IV, p. 955.

7 « Éléments », OC IV, p. 956.

8 Arrêté et déporté en 1943, David Rousset connaît divers camps jusqu’en 1945 ; il en tire un témoignage, L’Univers concentrationnaire (Éditions du Pavois, 1946) puis un roman, Les Jours de notre mort (Éditions du Pavois, 1947) dans lequel il fond plusieurs témoignages de déportés.

9 Voir la note 74, OC IV, p. 1397.

10 « Éléments », OC IV, p. 961.

11 Voir, par exemple : « F : Folie de rien fonder sur l’amour, folie de rien briser pour l’amour. » (IV, 1061) est repris presque tel quel dans « Éléments », précédé de la mention « Marie » (OC IV, p. 967). Ou encore « F. “Je suis un être tordu. Je ne peux connaître ma capacité d’aimer qu’à ma capacité de souffrance. Avant de souffrir, je ne sais pas.” » (IV, 1071) repris tel quel précédé de « M. » (OC IV, p. 968).

12 « Éléments », OC IV, p. 959. Pour cette « scène » de l’aéroport, quand la mère retourne en avion en Algérie, on voit aussi, par une correction entre les Carnets et les « Éléments », comment Camus travaille le donné réaliste pour de discrètes dramatisations. Il avait écrit dans les Carnets, en 1956 : « Roman (fin). Elle repart vers l’Algérie où l’on se bat (parce que c’est là-bas qu’elle veut mourir). On empêche le fils d’aller dans la salle d’attente. Il reste à attendre. Ils se regardent à vingt mètres l’un de l’autre, à travers trois épaisseurs de verre, avec de petits gestes de temps en temps. » (IV, 1250) en recopiant la phrase pour les « Éléments », il corrige « vingt mètres » (qui correspond très certainement à la réalité de l’agencement de l’aéroport) par « vingt centimètres » (OC IV, p. 959).

13 « Éléments », OC IV, p. 973.

14 « Notes et plans », OC IV, p. 930.

15 Le Premier Homme, OC IV, p. 751 et 754.

16 « Éléments », OC IV, p. 953.

17 En recopiant ces phrases pour les « Éléments », Camus opère quelques menues variantes qui témoignent de sa maîtrise spontanée du style ; il ajoute par exemple un adjectif : « la cruauté proche de l’ennemi » (OC IV, p. 956 ; c’est nous qui soulignons).

18 « Éléments », OC IV, p. 955.

19 « Éléments », OC IV, p. 956.

20 Paul Éluard, « L’Avis », Au rendez-vous allemand [1944], Œuvres complètes, t. 1, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », p. 1253.

21 André Malraux, La Condition humaine, 1946, sixième partie, Gallimard, coll. « Folio » p. 257-261.

22 « Éléments », OC IV, p. 955.

23 « Éléments », OC IV, p. 951.

24 « Éléments », OC IV, p. 958.

Auteur

Professeur émérite de l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis, elle s'est d’abord consacrée à Victor Hugo et au romantisme. Puis elle s'est tournée vers Albert Camus, sous l’influence de Jacqueline Lévi-Valensi, avec qui elle a organisé le colloque Albert Camus et le lyrisme (1996), et en hommage à qui elle a organisé le colloque Albert Camus, l’exigence morale (en collaboration avec Alain Schaffner, 2005). Sur Camus, elle a publié plusieurs articles et participé à l’édition des Œuvres complètes de Camus dans la « Bibliothèque de la Pléiade » ainsi qu’au Dictionnaire Albert Camus dirigé par Jeanyves Guérin (Laffont, 2009).

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search