Version classiqueVersion mobile

Les entrepreneurs du coton

 | 
Mohamed Kasdi

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Toutes ces estimations reposent sur les chiffres fournis dans la thèse (non publiée) de Pierre Pouc (...)
  • 2 Le dynamisme conquérant du département se poursuivra dans les décennies suivantes et, un siècle plu (...)
  • 3 ADN, M417-79.

1À la fin des années 1780, dans l’arrondissement de Lille (épicentre des industries de transformation dans le Nord de la France), le coton pesait dix fois moins que le lin et six fois moins que la laine dans l’ensemble de la production textile évaluée en valeur. En 1800, à l’issue de la décennie révolutionnaire, le paysage productif s’était déjà transformé : si l’ensemble des productions textiles représentait près des deux tiers des richesses produites dans l’arrondissement, elles le devaient pour moitié au lin, pour 1/6e à la laine, alors en relative perdition, et pour un tiers au coton, en plein essor. Par la suite, le lin entamera un résistible déclin. Aussi, en 1842, c’est la laine qui, après avoir redressé la situation, occupe une position prééminente dans les productions textiles de la région lilloise. Toutefois, le coton n’est pas en reste, loin s’en faut. Osons une évaluation globale : à eux deux, et sans qu’il soit possible de clairement les dissocier compte tenu de l’importance des étoffes mélangées, laine et coton contribuent dorénavant pour près des deux tiers de l’ensemble des richesses produites dans cet espace1. C’est dire combien le coton compte désormais dans le bilan des activités textiles qui représentent plus des trois quarts des richesses produites à Lille, Roubaix, Tourcoing, Armentières et alentour. D’ailleurs, à ce moment-là, avec 420 000 broches, l’ensemble du département du Nord abrite 12 % du total de l’équipement national2. Cette greffe du coton dans le paysage industriel de la région s’inscrit donc dans un processus séculaire qui a vu le regard que portent les consommateurs sur les produits cotonniers se modifier progressivement : ce sont là des étoffes douces à la peau, solides et bon marché. Porté par le succès, le coton est aussi une fibre bien plus résistante que le lin et la laine. Capable de supporter de fortes tensions, il est devenu, par l’entremise de la filature, le fer de lance de la concentration et de la mécanisation industrielle. Si l’on s’en tient aux autorisations d’installation de machines à vapeur dans l’arrondissement de Lille, entre 1827 et 1843, une machine sur quatre est liée à l’essor de la filature du coton. En y ajoutant les installations destinées aux apprêts ou aux lieux productifs associant lin et coton ou laine et coton, la proportion passe à une machine sur trois. C’est bien plus que ce qui résulte de l’introduction de la vapeur dans le travail de la laine (11 %) ou dans les sucreries (17 %)3.

2Toutefois, dans le Nord de la France, l’histoire du coton n’apparaît pas comme cousue de fil blanc. Bien au contraire, elle est parsemée d’embûches, de retours en arrière et d’échecs. La tradition manufacturière peut faciliter l’adaptation des productions nouvelles par le biais du transfert de savoirs, de savoir-faire et de capitaux, voire par le recours aux mêmes réseaux commerciaux ; elle peut aussi entraîner des inerties, des blocages et des renoncements liés au poids des habitudes, à la peur de l’inconnu et aux profits encore attendus des produits nouveaux issus des fibres traditionnelles. La concurrence d’autres territoires industriels peut être un puissant stimulant et voir des entrepreneurs étrangers passer la frontière pour investir en France en contournant les barrières douanières ; elle peut tout aussi bien conduire à l’échec commercial des fabricants régionaux trop peu compétitifs face aux nouveaux venus. Les bouleversements politiques et les césures institutionnelles, notamment dans le secteur des indiennes, peuvent également stimuler l’initiative ; il arrive aussi qu’ils compliquent la donne en favorisant, au gré des jeux de frontière, implantations et délocalisations. Bref, rien n’est univoque : dresser le solide bilan de l’implantation durable du coton dans le paysage productif de la région ne doit pas faire oublier les échecs ou les succès mitigés par lesquels il a fallu en passer pour en arriver là. Des produits n’ont connu que tardivement le succès escompté, comme les basins ; d’autres sont restés des demi-échecs, comme les mousselines et les toiles peintes. La modernisation de l’appareil productif, par ailleurs, ne s’est jamais faite de manière linéaire : la « grande mécanique » était déjà connue dans la région au début de la Révolution mais, pour le milieu entrepreneurial, son utilisation n’allait pas de soi tant le rendement de l’investissement était incertain. Aussi, si d’éclatantes réussites parsèment l’histoire de la greffe cotonnière et se concrétisent pour certaines d’entre elles, sous la Monarchie de Juillet, par l’enracinement de puissantes dynasties industrielles, les faillites n’ont jamais cessé. Même la rapidité avec laquelle les filateurs s’emparent des innovations n’est pas synonyme de réussite. On a pu juger des malheurs que rencontrent, dans l’activité naissante, un réel pionnier comme Louis Gérard Lefebvre-Burghelle, qui disparaît aussi vite du milieu industriel qu’il est apparu, ou Jean Baptiste Bailly-Rossignol, complètement dépendant de ses associés successifs. Produits, manières de produire, trajectoires individuelles : dans cet inventaire continuellement à double face, la destinée divergente des territoires n’est pas en reste. En s’émancipant des grands négociants lillois, Roubaisiens et Tourquennois placent deux fers au feu : laine et coton s’épaulent l’un l’autre et il est fréquent qu’au sein d’une même famille, l’on mène de front le travail des deux fibres, à moins que l’on alterne les deux en fonction des marchés. À Armentières et dans la vallée de la Lys, en revanche, le coton est absent, ou presque comme si l’abondance du fil de lin local avait conduit les marchands-fabricants à tourner le dos à l’importation de la matière première. Ailleurs, le coton apparaît de manière ponctuelle pour disparaître bien vite au gré des succès et des échecs, sans enracinement dans le territoire productif.

3Paradoxalement, l’histoire de l’implantation du coton dans le Nord apporte une pierre au diagnostic de Maurice Lévy-Leboyer, pour qui cette région était « la plus douée et la plus attardée » parmi les grands territoires textiles. Le « retard » constaté dans les structures productives, qui restent longtemps de dimension modeste, va de pair avec la possibilité offerte avant les années 1820 à de nombreux candidats d’origine modeste d’accéder au statut d’entrepreneur. Mais la sélection finit par s’opérer et, financés et soutenus par donneurs d’ouvrage et détenteurs de capitaux, les plus heureux se hissent à la tête d’établissements industriels. Négociants d’un côté, filateurs ou fabricants de l’autre partagent des intérêts communs mais la domination reste du côté des capitaux que possèdent les premiers. La pléthore de candidats à l’entreprise permet de maintenir longtemps, au prix d’un grand renouvellement des filateurs, l’activité industrielle dans les périodes de conjonctures difficiles. Les nombreux défaillants, qui amortissent les chocs économiques, passent la main, au profit de nouveaux entrepreneurs, qui intègrent tout aussi facilement l’industrie, forts du soutien des négociants qui restent, par-delà les retournements économiques et les modifications dans la nature des sociétés, les maîtres du jeu. Ainsi l’originalité de l’industrie cotonnière du département, qui se maintient dans le long terme face aux autres régions, trouve-t-elle son explication dans une organisation productive qui sépare les activités de commerce de celles de l’industrie, au profit d’une élite économique qui plonge ses racines dans l’Ancien Régime. Au milieu du siècle, cependant, la fusion s’opère : les négociants seront tous devenus, du moins dans la filature, de grands industriels. Une autre histoire commence…

Notes

1 Toutes ces estimations reposent sur les chiffres fournis dans la thèse (non publiée) de Pierre Pouchain, L’industrialisation de la région lilloise de 1800 à 1860, Lille, 1980, p. 97, 99 et 484.

2 Le dynamisme conquérant du département se poursuivra dans les décennies suivantes et, un siècle plus tard, en 1938, l’agglomération de Lille-Roubaix-Tourcoing rassemblera, à elle seule, 2 940 000 broches à filer, soit près du tiers de l’ensemble français.

3 ADN, M417-79.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search