Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les entrepreneurs du coton

 | 
Mohamed Kasdi

Chapitre 7. Le foisonnement des initiatives entrepreneuriales (1790-1830)

Texte intégral

1Il s’agit à présent, de décrire l’enchaînement et les retombées, en termes d’entreprises et d’association d’entrepreneurs, des transformations dans l’organisation du travail. L’analyse de l’ensemble des acteurs de l’industrie cotonnière permet, comme l’avait fait Serge Chassagne, de rompre avec les collages de monographies héroïques. Elle oblige cependant à reconstituer la biographie de plusieurs centaines d’hommes (313 fabricants à la petite mécanique et 439 filateurs à la mule-jenny), non pas seulement dans le souci de n’oublier personne mais, plus sûrement, pour mettre en évidence le formidable appel d’air et le foisonnement des initiatives, parfois modestes, qui jalonnent le temps des petites mécaniques, puis, dès l’Empire, la manière dont s’opère un tri qui ne laisse subsister que les meilleurs peut-être, ceux qui disposent de capacités financières plus importantes sûrement. Car, d’évidence, s’il est assez facile de commencer dans les petites mécaniques, il est beaucoup plus rare de durer. Et, a fortiori dans les grandes mécaniques, la durée appartient très généralement aux familles implantées antérieurement dans le négoce ou aux marchands-fabricants tisseurs qui transforment les autres en simples façonniers. L’étude des investissements, des créations, des croissances comme des « décès-faillites » des entreprises, permet en conséquence de préciser la hauteur de ce « plafond de verre » et, partant, de saisir ceux qui réussissent, certes, mais aussi ceux qui échouent.

Fabricants et fabriques de coton à la petite mécanique

2L’absence de recensements contemporains des marchands et fabricants à la petite mécanique dans le département du Nord ne facilite pas l’étude prosopographique de ces entrepreneurs. Le dépouillement systématique des mariages et de l’enregistrement des actes civils, pour la ville de Lille qui concentre une grande partie de l’activité de la filature, ainsi que l’étude des différentes sources administratives permettent pourtant de combler la lacune et de présenter le portrait de ces entrepreneurs. Les actes de mariages lillois ne nous fournissent cependant que des enseignements partiels sur l’origine sociale et géographique des filateurs utilisant les premières mécaniques à filer.

3On a déjà remarqué, pour le cas lillois, l’importance quantitative des entrepreneurs. Des 399 actes de mariages de Lillois dans lesquels ils figurent, la soustraction des contractants et témoins qui se sont présentés à plusieurs reprises porte à 313 le nombre de fabricants et marchands qui comparaissent devant les autorités municipales. Ce chiffre ne représente cependant pas l’ensemble des fabricants et d’autres sources nous livrent des noms qui ne figurent pas dans les actes de l’état civil.

Un recrutement local

4Sur les 313 entrepreneurs, seuls 62, soit 20 % de l’effectif, sont présents dans les actes comme mariés entre 1793 et 1805. La grande majorité, 251 d’entre eux, le sont comme témoins. L’âge moyen des marchands et fabricants est de 31 ans : l’entreprise est le fait d’individus d’âge mûr et beaucoup se sont mariés dans la période précédente de l’Ancien Régime.

5Pour notre étude, le statut de témoins limite les renseignements que fournissent les officiers municipaux sur les marchands et fabricants presque systématiquement à l’âge et à la circonstance de leur présence, comme frère ou ami accompagnant le marié par exemple, ainsi qu’à une indication sur le lieu de naissance mais dans seulement près d’un tiers des actes. Ainsi, sur les 313 marchands et fabricants, mariés ou témoins et résidant à Lille lors de l’établissement de l’acte, on ne connaît le lieu de naissance que pour 111 d’entre eux soit 35 % de l’effectif.

6L’analyse de l’origine géographique montre que l’établissement des filatures de coton lilloises est largement le fait d’entrepreneurs locaux : 84 des marchands et fabricants sont natifs de la ville de Lille, soit 75,67 % de l’effectif connu. La proximité du lieu de naissance est encore notable pour 10 d’entre eux, originaires de huit villes de l’arrondissement de Lille, souvent très proches ou limitrophes comme Wazemmes ou Fives. Le rayon s’élargit au département pour 7 marchands et fabricants, soit 6,3 %, du total qui voient le jour dans 6 communes du département, de Dunkerque à Cambrai en passant par Merville et Marchiennes. Au total, 90 % des marchands et fabricants de coton signalés dans les actes de mariages lillois entre 1792 et 1805 sont originaires du département. Des 10 derniers entrepreneurs nés en dehors du Nord, 6 sont natifs de 4 départements français, 3 du proche Pas-de-Calais, un est originaire d’Amiens dans la Somme, un de Belfort dans le Haut-Rhin et le dernier de Rouen en Seine-Inférieure. Les étrangers, au nombre de 4, sont tous natifs des Pays-Bas autrichiens, des villes proches de la frontière (Tournai et Mouscron) ou plus éloignées (Alost et Luxembourg). Dans ces derniers cas, le lien entre la venue à Lille de ces fabricants et l’exercice de la nouvelle activité n’est pas forcément démontré. Jacques Raiter, par exemple, né à Luxembourg en 1731 et désigné comme marchand de coton sous la Convention (mars 1793), est installé bourgeois à Lille dès 1769 à une époque où la jenny est encore inconnue dans la région.

  • 1 ADN, M557/5.

7L’installation en 1788 du Rouennais Joachim Bouvet est l’un des seuls cas que l’on repère comme la migration d’un entrepreneur aux capacités techniques avérées avant son installation dans la ville de Lille où l’activité de la filature est déjà existante mais encore limitée. Né à Rouen en 1762 d’un fabricant de cotonnades, il se marie comme marchand de coton en 1795 avec Élisabeth Canniez, âgée de 23 ans et également marchande de coton à Lille1. Sa participation au concours des produits de l’industrie nationale en l’an X montre que le fabricant, qui n’a pas introduit l’art de la filature à la petite mécanique, a pu cependant contribuer à sa diffusion.

Un milieu ouvert

8Sur 313 entrepreneurs de coton, 62, soit 20 % des effectifs, sont présents devant les officiers municipaux pour convoler en mariage. Sur ces mariés, la profession du père nous est connue pour seulement 15 d’entre eux auxquels nous pouvons ajouter un marchand de coton témoin dont l’officier municipal a relevé la profession du père. C’est donc seulement 5 % des professions des pères qui nous sont connues mais le chiffre atteint près du quart des marchands et fabricants travaillant le coton mariés à Lille, de la première République à la fin du Consulat.

9L’origine des marchands fabricants lillois, à partir de la profession des pères, distingue deux groupes sociaux opposés, sur lesquels nous revenons simplement pour deux exemples. Le premier se recrute à partir de familles honorables marquées par les activités marchandes : on compte un négociant, deux commissionnaires et cinq marchands dont deux de coton. Le mariage contracté en 1804 par le marchand de coton Constant Aimé Dupont est représentatif de ces quelques riches familles lilloises qui abordent la nouvelle activité. Fils du négociant Pierre Dupont-Hay, Constant est désigné comme marchand de coton quand il épouse Marie Henriette Lorthioy, fille d’Antoine marchand salineur à Lille. Outre la dot de 10 000 francs que la mariée joint à l’apport des 22 000 francs de son époux, le marchand allait pouvoir bénéficier pour son commerce de l’alliance d’Eustache Vangaver, devenu son bel oncle et négociant en denrées coloniales en lien avec la maison familiale implantée à Marseille depuis le début du XVIIIe siècle et encore importatrice de coton depuis le Levant sous le Consulat et l’Empire. Le second groupe peut être illustré par Jean Baptiste Letienne né à Lille d’un père filtier, de condition modeste, et signalé fabricant de coton en 1794.

Une grande hétérogénéité

10La grande hétérogénéité de ces entrepreneurs est confirmée par l’analyse des professions des conjoints. Elles nous sont connues pour 50 marchands et fabricants, soit 16 % de l’ensemble des 313 entrepreneurs, mais l’échantillon représente 80 % des entrepreneurs qui se marient dans la période. Les conjoints marquent une différenciation sociale que l’on peut distinguer en deux groupes.

11Le premier composé de 15 personnes, soit 30 % des nouveaux couples, se caractérise par un ensemble de professions qui représentent la bonne bourgeoisie. Ce sont des professions qui procurent une indépendance à ceux qui les occupent, souvent dans le domaine du commerce et de la fabrication. On observe que près de la moitié des conjoints de ce groupe sont fabricants ou marchands de coton, ce qui peut faire penser qu’il y a une volonté de se maintenir et de développer l’activité à travers une union par le mariage.

12Le second groupe, majoritaire avec 70 % des effectifs des mariés, nous montre le visage dominant des entrepreneurs de l’industrie cotonnière lilloise à l’époque révolutionnaire et impériale. Les mariages contractés par les nouveaux entrepreneurs les unissent en majorité à des épouses qui représentent le monde du petit salariat lillois. Au premier rang, on retrouve les dentellières qui, au nombre de 15, 30 % des mariages dans la période, représentent le gros du bataillon. Ces dernières croisent les lingères, repasseuses, couturières, cuisinières, tailleuses ou fileuses de coton qui convolent avec des marchands ou fabricants patentés. Ces petits entrepreneurs sont proches des mécaniciens ou fileurs de coton qu’ils font travailler au sein de petites structures productives. On observe que 99 marchands et fabricants, un tiers de l’ensemble des entrepreneurs, se présentent comme témoins pour les mariages de fileurs de coton ou mécaniciens. Ils sont seulement une vingtaine, un peu moins de 10 %, à confirmer une union pour un autre marchand ou fabricant travaillant la fibre.

13Le fabricant de coton Louis Castille, qui épouse en 1794 une dentellière, fait peut-être travailler ses deux frères cadets signalés à la même époque comme mécanicien et fileur de coton à Lille. Né à Wazemmes d’un père tonnelier, Amand Emmanuel Hubert, qui épouse également une dentellière, peut donner de l’ouvrage à son frère et à sa belle-sœur tous deux fileurs de coton. Les relevés des actes où figurent ces entrepreneurs confirment la proximité des marchands et fabricants avec les ouvriers du coton d’abord au sein de la famille. La présence des témoins devant les officiers de l’état civil a pour objet, pour un tiers d’entre eux (104), d’accompagner un parent. En 1793, Charles Joseph Buisine, fabricant de coton et époux d’une dentellière lilloise, témoigne au mariage de son fils fileur qui convole avec une jeune fille qui occupe la même profession que sa mère. Le fabricant de coton Éloi Bonnier est témoin à deux reprises, en 1793 et 1798, aux mariages de ses frères cadets, tous deux fileurs de coton qui épousent des dentellières. Le marchand de coton Jean François Marie Devinck, natif d’Haubourdin, est également le frère aîné de deux mécaniciens de coton lillois. D’autres exemples nous sont donnés par la présence de marchands et fabricants lors de mariages de beaux-frères, cousins, etc., signalés comme fileurs de coton.

Un développement chaotique

14L’étude sur une douzaine d’années des actes de mariage permet, une fois les entrepreneurs à la petite mécanique repérés, de connaître l’évolution de leurs parcours dans la période quand ils se présentent à plusieurs reprises devant les officiers municipaux.

15Les exemples de promotions sociales ne manquent pas. Arnould Cambau par exemple, signalé comme fileur de coton en 1795 et 1799 aux deux mariages de ses cousins qui occupent la même profession, est qualifié en 1803 de fabricant de coton âgé de 36 ans et de marchand de coton deux ans plus tard. Louis Dilly, fils d’un fripier, est garçon mécanicien lors de son premier mariage en 1793 avec une dentellière, puis désigné comme fabricant de coton quatre ans plus tard quand il convole en secondes noces avec une fileuse de coton. On mentionne encore les noms de douze fileurs de coton qui, comme Charles Louis Sévère ou Jean Baptiste Auguste Loison, deviennent dans la période fabricants ou marchands.

16Les déclassements sociaux sont plus importants que les exemples d’entrées dans l’industrie comme producteur indépendant après une position sociale de salarié. On peut suivre une quarantaine de ces fabricants qui quittent le statut de producteur et marchand patenté pour celui d’ouvrier dans la filature du coton. Le mariage en 1795 du fabricant de coton Martin Cousin, né à Belfort en 1754, avec Marie Anne Delesalle, également fabricante de coton, n’aura pas permis au couple de s’inscrire durablement dans la nouvelle industrie. L’année suivante, le Belfortain est enregistré comme fileur de coton, témoin du mariage d’un ami portefaix de son état. Ils sont nombreux à être recensés comme entrepreneurs pour une courte durée si on considère le début de la Première république comme étant, sinon le point de départ, du moins le moment d’essor de l’industrie de la filature à Lille. Fils d’un marchand cordonnier, Philippe Toussaint Duprez qui épouse en 1793 une dentellière, abandonne l’état de fabricant de coton moins de deux ans plus tard. Marié la même année, Alexandre Pollet fabricant de coton comme son père, n’est plus inscrit dans les registres de l’état civil que comme mécanicien en 1795.

17La présence de certains de ces entrepreneurs, à au moins trois reprises, devant les officiers de l’état civil dessine les débuts de l’industrialisation comme particulièrement chaotiques pour plus d’un entrepreneur. Ainsi Jean Baptiste Dappe, fils d’un ouvrier drapier, est recensé tour à tour comme mécanicien, avec son frère Nicolas, en 1793, fabricant de coton le 5 décembre 1795 et à nouveau mécanicien à la fin du même mois. Il rejoint ainsi son frère qui lui n’a pas quitté l’état d’ouvrier entre le début de la Première république et le Consulat. Gervais Lelong est mécanicien en 1794, marchand de coton en 1795 et fileur de coton l’année suivante. Il semble que beaucoup de ces fabricants cessent leur activité après la crise de l’an V. On relève plusieurs de ces déclassements après 1797-1798. Jean Baptiste Brixy est marchand-fabricant en 1794 et fileur de coton en 1797. On relève la même évolution pour Charles Novion qui connaît le même phénomène de prolétarisation en l’an V. Le fabricant Alphonse Levray, encore patenté au début de 1798, cesse d’être producteur indépendant en août de la même année.

18Il faut encore tenir compte des entrepreneurs qui abandonnent complètement la nouvelle industrie textile. Pour certains de ces fabricants, l’industrie de la filature de coton ne paraît plus prometteuse. Ainsi, Alexandre Lestivetz, né à Saint-Omer en 1745, marchand fabricant en l’an III, témoigne en qualité de fabricant de bas trois ans plus tard et encore comme cabaretier en 1803.

De faibles coûts d’entrée pour les candidats à la création de fabriques

19Les faibles mises de fonds nécessaires à l’installation d’une fabrique de coton permettent à de nombreux candidats de devenir entrepreneurs indépendants. Le rare recours à l’association pour l’établissement de filature de coton à la jenny est déjà un indice des faibles mises de fonds nécessaires à l’aventure industrielle. On n’observe que quelques cas de créations de société à la fin des années 1780, à une époque où sont introduites les nouvelles mécaniques dans l’arrondissement de Lille. Elles sont rares à chercher à unir le capital à la technique comme pour la société créée en 1787 sous la raison de « Brunfaut frères, Lalo et Mathon » ou celle que dirige l’Anglais Mather associé au négociant Thélu.

  • 2 ADN, Tabellion 110/5.

20Les sociétés familiales sont moins rares mais elles ne donnent pas forcément lieu à déclaration au greffe de la juridiction consulaire. Ainsi, après le décès de leur mère, Élisabeth Félicité Alexandrine et Thérèse Lepetit, filles d’Adrien Médard marchand épicier à Lille, s’associent en janvier 1785 pour faire le commerce de coton2. Les mises de fonds dans la société, dont le montant nous est inconnu, consistent dans les sommes recueillies de la succession et dans celles que le père leur avance.

  • 3 Serge Chassagne, 1991, p. 185.

21L’établissement d’une fabrique nécessite une immobilisation en capitaux qui s’avère modeste. La possession ou la location d’un bâtiment, pouvant accueillir quelques jennies de dimensions restreintes et le matériel annexe est à la portée de nombreux prétendants. Il apparaît d’ailleurs que certaines mécaniques sont placées chez les ouvriers qui actionnent ces métiers. Il est difficile de donner l’actif de départ immobilisé en matériel par les marchands et fabricants au moment de leur entrée dans l’industrie ou, si on préfère, le coût du capital productif. Nous ne connaissons le prix d’achat que pour la manufacture de Condé-sur-l’Escaut au cours de l’année 1787. Les administrateurs portent dans les comptes 176 livres la dépense de trois mécaniques soit près de 60 francs l’unité. Les jennies employées alors comportent peut-être une trentaine de broches si on les compare aux coûts des premières mécaniques en activité à l’époque, 120 livres pour un modèle de 60 broches3. Les prix de vente des jennies ont varié avec leur perfectionnement et la multiplication du nombre de broches par mécanique. À la fin des années 1790, les rares sources indiquent que la majorité des fileurs lillois actionnent des mécaniques comportant 60 à 70 broches.

22Il semble que la multiplication des mécaniques ait fait baisser leur prix, mais ils restent modestes sur l’ensemble de la période. Les relevés de la valeur des mécaniques possédées par certains fabricants montrent les faibles capitaux immobilisés dans une grande partie des filatures à la petite mécanique. Les évaluations faites à des moments difficiles qui correspondent à des cessions de matériel sous-estiment certainement les valeurs d’acquisition du matériel. La moyenne des estimations des mécaniques est de seulement 462 francs pour un équipement moyen de neuf mécaniques ! Le coût unitaire de la jenny, qui a subi l’usure de l’utilisation est en moyenne de 50 francs dans une fourchette qui varie cependant de 18,75 francs à 116 francs. En 1802 par exemple, on inventorie chez le fabricant Ely Marie Cambier 12 mécaniques dont 9 pour 456 francs, soit une moyenne de 50 francs le modèle, et 3 « autres de moindres qualités » pour une valeur de 90 francs soit en moyenne 30 francs l’unité.

23Le dépouillement des actes civils enregistrés à Lille nous donne des indications sur la valeur des bâtiments loués ou possédés par quelques entrepreneurs. On observe une grande différence entre le bâtiment, situé rivage de la Haute-Deûle, acquis pour 1 300 francs en 1796 par Henri Lamblin, et celui mis en activité la même année à Esquermes après l’achat pour 100 000 livres (assignats) par Baudoux-Delfosse. Construit au XVIIe siècle pour servir d’hôpital, ce « lieu de santé » est composé de quatre grands corps de bâtiments sans étages et de plusieurs autres locaux, le tout ceint d’un jardin bordé de grands arbres et d’un large fossé entourant l’édifice. Acquis en 1791 comme Bien National par le fournisseur aux armées Delfosse, le bâtiment s’inscrit dans la masse des achats spéculatifs opérés par le fournisseur aux armées. Mis en activité pour la filature par son gendre François Baudoux-Delfosse en 1796, le bâtiment accueille d’abord plusieurs petites mécaniques et ne subira pas de transformations malgré l’emploi de nombreuses mule-jennies à partir de 1800.

24Il est encore question des spéculations de l’époque révolutionnaire pour le Dunkerquois Mather qui joint à ses activités de filature, tissage de velours et toiles de coton, les fournitures au gouvernement et les achats de biens nationaux. En l’an II par exemple, il passe contrat avec le Comité de Salut Public pour la fourniture de denrées de première nécessité. Il se porte l’année suivante acquéreur de l’abbaye de Beaupré à La Gorgue de laquelle il tire un bénéfice de près de 60 000 francs après la revente des matériaux et terres. Il profite encore de la mise à disposition des biens du clergé pour installer des mécaniques à filer dans le couvent des capucins de Merville et l’abbaye de Cerquant dans le Pas-de-Calais dont il est devenu propriétaire pour 300 000 francs en association avec les frères Thélu. Les vingt-cinq jennies qu’il installe à Frévent n’occupent en réalité qu’une partie de l’édifice bâti sur 13 hectares, comportant au moins cinq vastes bâtiments à étage construits en briques séparés de cours et jardins et entourés de murs.

25Les belles manufactures, à l’aspect champêtre, surtout quand elles s’établissent dans des grands bâtiments précédemment érigés par des congrégations religieuses désireuses de rompre avec le « siècle », sont cependant rares. La majorité des fabricants et marchands lillois occupent un espace moins important et plutôt urbain. La valeur moyenne des bâtiments servant à la fabrication de filés de coton, calculée après 1798 pour éliminer la dépréciation liée à la baisse de la valeur des assignats, est en moyenne inférieure à 8 000 francs.

26L’entrée dans l’industrie est encore facilitée par la possibilité de louer les bâtiments. Les baux de fabriques industrielles sont largement répandus à Lille si l’on considère que la moitié des 14 bâtiments pour lesquels nous avons une estimation sont loués. Il s’agit alors d’un simple investissement annuel d’une somme comprise en moyenne entre 300 et 600 francs. Parfois un peu moins comme l’exemple de François Destombes installé fabricant de coton rue du curé Saint-Sauveur dans un bâtiment au loyer de seulement 225 francs. À l’inverse, le bail signé pour 900 francs par Louis Mille-Catteau en 1803 témoigne de la différence dans l’importance des capacités de production qui règne au sein du monde des fabricants de coton lillois.

  • 4 ADN, 2U1/226.

27Plusieurs entrepreneurs, marchands comme fabricants, possèdent par ailleurs des mécaniques qui sont mises en activité dans leur propre bâtiment et font travailler des ouvriers en dehors de leur établissement. C’est le cas d’Albert Droulez, né à Cysoing en 1763 et installé marchand de coton à Templeuve. Son procès pour banqueroute présumée frauduleuse en 1808 nous éclaire sur la structure productive mise en place4. Installé dans une maison, qui lui sert de bâtiment industriel, évaluée à 3 300 francs, et propriétaire de terres à labour d’une valeur de 2 409 francs, il possède des mécaniques, dont on ignore le détail, installées chez lui et il distribue également son coton en laine à trois mécaniciens installés à Templeuve, trois autres à Fretin et un fileur de coton de Pont-à-Marcq.

  • 5 ADN, 3Q314/43.

28La distribution des matières aux fileurs qui travaillent à domicile assure une souplesse qui nécessite cependant la distribution régulière d’ouvrage pour fidéliser une main-d’œuvre prompte à changer de maître. La dispersion relative des mécaniques chez plusieurs fileurs de coton a pu prendre une plus grande importance après la hausse des prix de la matière en l’an V. Ainsi, en pluviôse de cette année, le marchand Boet atteste qu’il « appartient au sieur Pollet demeurant à Lille », vingt mécaniques ainsi que le coton à travailler qui se trouve chez divers ouvriers à Haubourdin5.

La difficulté de se maintenir dans l’industrie

29Les bilans de faillites de douze fabricants confirment les faibles mises de fonds nécessaires à l’établissement d’une fabrique de filature de coton à la petite mécanique. L’actif moyen, connu pour dix fabricants, est à peine supérieur à une valeur estimée à 6 000 francs. Dans un cas sur deux, l’entrepreneur déclare un « actif » inférieur à 2 000 francs. Pour Noël Cacan et Charles Lefrancq, respectivement marchand et fabricant faillis en 1786 et 1792, l’actif n’atteint même pas 600 francs !

  • 6 ADN, 6U2/23.

30Les quatre faillites pour lesquelles nous connaissons la valeur des mécaniques attestent des faibles sommes immobilisées dans les outils de production. Les créanciers ne peuvent ici compter que sur une somme moyenne de 340,75 francs, soit moins de 6 % de l’actif. L’importance des valeurs en équipement des fabricants et marchands est inversement proportionnelle aux actifs déclarés par ces derniers. Elle représente ainsi plus de 55 % du total des avoirs estimé à 563 francs du failli Noël Cacan mais moins de 10 % des 4 389 francs déclarés par le malheureux Pierre Joseph Six. Plus que les mécaniques, la valeur des marchandises fabriquées, 18,5 % des actifs, représente en moyenne plus de trois fois les capitaux immobilisés en outils de production. Les jennies sont capables d’absorber une grande quantité de matière première qu’il faut sans cesse renouveler. Les délais dans le débit des filés de coton ou la variation des cours s’avèrent délicats pour les petits fabricants qui immobilisent dans les achats de laine brute une grande partie de leurs actifs. En 1794, Gilles Wavrin refuse la remise du paiement de 2 090 francs pour livraison de coton filé à Louis Selosse et Louis Bernard6. Le fabricant de coton, qui est incapable de prolonger le crédit prévu à cinq jours, assigne ses débiteurs en justice pour payer ses fournisseurs.

  • 7 ADN, 6U2/979.
  • 8 CAMT, 3AQ/349.

31Les malheurs de nombreux marchands de coton lillois montrent l’importance de l’alimentation en matière brute de ces entreprises7. Ainsi en est-il pour la veuve Delebois. Angélique Thérèse Delebecque, veuve de Romain Delebois, issue d’une famille de riches marchands bouchers lillois, belle-sœur de Jean Baptiste Gombert-Delebecque associé dans la filature de coton à Houplines et surtout négociant en coton à Paris, a largement bénéficié de la fourniture de matière brute de la part des commerçants lillois pour qui l’activité avait pris une large place dans leurs affaires. L’« arrangement » opéré par les principaux créanciers, notamment par Briansiaux, nommé curateur de la faillie, dévoile l’activité développée par de nombreux entrepreneurs8. La veuve, qui pratique à la fois le commerce des matières brutes, achetées auprès des négociants en denrées coloniales et revendues à d’autres marchands ou fabricants, la transformation des laines en filés et leur revente, laisse un passif évalué à 78 671,40 francs. Les mécaniques installées dans un bâtiment qu’elle loue pour 1 500 francs à Jean Baptiste Jonglez-Dehorne, marchand épicier et bientôt filateur de coton à Lille, ne sont estimées par les créanciers que pour la modique somme de 300 francs. Une misère, à côté des sommes dues par la veuve, que les créanciers acceptent « en considération… de son grand âge » de lui laisser à disposition. Des treize créanciers chirographaires, au moins neuf sont portés dans les documents comme fournisseurs en coton de la faillie à la hauteur de 55 496,60 francs, 70 % du passif. C’est surtout à Lille que la marchande-fabricante effectue ses approvisionnements : on relève les noms des principaux négociants de la place comme Briansiaux, Gruson, Henri Lecreux, Louis Renty et sœurs, Vandergracht et Gaston Lefebvre ou René Léonard Vittet. La liste comporte encore les noms des marchands épiciers comme Jonglez-Dehorne, également propriétaire du bâtiment occupé par la veuve, ainsi que celui de E. J. Decroix porté au passif pour plus de 4 000 francs. Les achats de matière première, effectués par la veuve Romain Delebois à Amiens et Paris, ne remettent pas en cause la quasi-exclusivité de Lille dans l’approvisionnement. Dans le premier cas, elle s’adresse à la veuve Herbert-Pollet qui en réalité est associée en compte à demi avec le Lillois Briansiaux pour les achats qui sont ensuite partagés. À Paris, c’est son beau-frère Jean Baptiste Gombert-Delebecque qui lui fournit le coton en laine. En acceptant la renonciation de la créance estimée à 10 730 francs, la maison Gombert et Cie évite à la marchande, qui abandonne l’ensemble de ses biens, la faillite ouverte.

  • 9 CAMT, 3AQ/285.
  • 10 CAMT, 3AQ/308.

32Le recours aux négociants lillois pour l’approvisionnement en coton a souvent facilité l’activité de plusieurs marchands qui rencontraient des difficultés. La proximité géographique des fournisseurs avec leurs clients, leur connaissance de la solvabilité et de la solidité des manufacturiers avec qui ils traitaient et de qui ils pouvaient récupérer biens mobiliers ou immobiliers, rendaient les négociants de la place plus aptes à temporiser pour leurs règlements. En 1812, les difficultés du marchand de coton lillois Auguste Bernard Delemazure-Dubus sont par exemple l’objet d’appréciations différentes selon que les créanciers sont lillois ou parisiens9. L’un de ces derniers, la maison Dubourget et Perret de Paris fournisseur en matières premières, se montre beaucoup plus intraitable que son associé le Lillois Briansiaux. En 1813, les représentants de la société écrivent à Briansiaux, chargé de leurs intérêts, leur intransigeance : « Nous voyons… que la faillite de Delemazure de votre ville dans laquelle nous sommes intéressés comme vous, n’est que trop réelle. Nous ne sommes point d’avis d’adhérer à aucun arrangement pour nos deux tiers dans le montant des douze balles de coton qui sont l’objet de notre créance. Si nous sommes les seuls à ne point vouloir accepter ses propositions, il sera forcé de nous payer capital et intérêts pour terminer de suite sa transaction avec ses autres créanciers… »10. Les négociants de la place n’avaient-ils pas plus à perdre qu’à gagner en refusant de traiter avec le marchand ? En acceptant une remise pour une créance de près de 20 000 francs, Briansiaux était certainement au courant qu’il traitait avec le fils de Denis François Delmazure-Lherminez, riche épicier lillois et associé en 1810 dans la filature de coton établie à Comines par Jean Bailly-Rossignol. Il pouvait encore attendre des commandes du beau-père Pierre Dubus-Lamblin, également marchand épicier et fabricant d’huile à Lille.

Une indépendance relative

33Les liens qui unissent les fournisseurs de matières aux fabricants sont vitaux pour un grand nombre de ces entrepreneurs L’activité repose sur un crédit qui s’opère à des degrés divers et qui lie le monde du négoce à celui de la marchandise et de la fabrication. Ainsi, un grand nombre d’obligations hypothécaires permettent le financement d’une grande partie de l’activité industrielle.

  • 11 ADN, Tabellion 2271.
  • 12 ADN, J548/7.
  • 13 ADN, 3Q314/48.
  • 14 ADN, 3Q314/88.

34Les emprunts contractés sont à la hauteur des garanties qui sont parfois dérisoires. En 1793 par exemple, Georges Cornil, mécanicien patenté à Lille, signe devant notaire pour un emprunt d’une valeur de 324 francs consenti « pour l’achat d’une mécanique et 40 livres de coton » par le marchand Auguste Rossignol11. En 1801, Louis Houtre obtient 800 francs d’un marchand cabaretier, qu’il promet de rembourser après la vente de deux maisons12. Si les crédits ne sont pas exclusivement accordés par des marchands engagés dans l’industrie cotonnière, ces derniers apparaissent comme les principaux dispensateurs. En 1798, Valentin Flamen passe deux obligations d’une valeur de 5 000 francs auprès de Jean François Gahide « pour marchandises et argent »13. La même année, il s’engage encore, sous la caution de son père, auprès de plusieurs marchands amiénois pour une somme de 4 000 francs. C’est pour « marchandises livrées » que les fabricants Emmanuel Testelin en 1804 et Joachim Hosdez en 1805 passent une obligation respectivement de 680,55 francs et de 600 francs aux marchands de coton Placide Ubald Théry-Cattaert et Louis Zacharie Lecreux14.

  • 15 ADN, 3Q314/98.

35L’octroi de crédits est plus facilement accordé aux fabricants par les marchands qui font le commerce des cotons filés, dans la mesure où il permet aux seconds de débiter leurs matières premières et de s’approvisionner auprès d’eux en produits finis. En 1807, le fabricant Norbert Lalo s’oblige ainsi envers le marchand Jean Baptiste Masquelier, « pour coton livré d’une valeur de 304 francs » à des remboursements hebdomadaires de trois francs15 !

  • 16 ADN, 3Q314/66.

36Les difficultés rencontrées par de nombreux entrepreneurs de filatures de coton ne se traduisent pas seulement par un renouvellement de ces marchands et fabricants. L’état de dépendance dans lequel se trouve un grand nombre d’entre eux entraîne leur déclassement social après qu’ils ont eu à céder leurs actifs, souvent réduits à quelques mécaniques à filer. Leurs créanciers, souvent engagés dans le processus industriel ou proto-industriel, en amont comme fournisseurs de matières ou en aval comme acheteurs de la matière travaillée, absorbent les défaillants sans se lancer pour autant dans la fabrication ou faire appel à d’autres prétendants. Le cadre de production n’est pas modifié, même si certains marchands ou fabricants contrôlent l’ensemble du processus et des moyens de fabrication. Ils sont nombreux à connaître le sort d’Aimable Bretaux qui, en 1800, se sépare de ses mécaniques évaluées à 216 francs au profit du négociant lillois en coton Antoine Pacquet-Duhaut, créancier du fabricant16. Ce dernier obtient de Pacquet-Duhaut qui fait commerce de matière brute et ouvrée la location des métiers qu’il mettra en œuvre comme façonnier.

  • 17 ADN, M557/5.

37Les besoins en filés pour la fabrication des toiles de coton poussent également les producteurs de tissus à devenir des donneurs d’ouvrage pour les filateurs à la petite mécanique. De nombreux fabricants de nankins s’attachent des petits fabricants lillois à qui ils passent des commandes et qu’ils soutiennent par des crédits. C’est le cas par exemple des commandes passées par la maison de commerce Mouttet et Arène. Félix Moutet se fournit en matières auprès des nombreux fabricants lillois parmi lesquels figure Joachim Bouvet, candidat à l’exposition de l’an IX, à propos duquel le sous-préfet Scrive écrit qu’il a subsisté parce qu’il « a travaillé pour le citoyen Mouttet »17.

  • 18 ADN, 6U2/9.

38Les Roubaisiens trouvent également auprès des fabricants et marchands de coton lillois qui travaillent à façon la matière qu’ils font transformer en tissus. Un grand nombre de ces Roubaisiens fournissent les balles de coton dont ils récupèrent tout ou partie en filés. La nécessité de s’alimenter en matière semi-ouvrée de manière continue impose des relations établies sur un crédit où le « compte courant » est soldé en espèces mais également en marchandises. Les réalisations malheureuses pour certains petits fabricants montrent l’importance qu’ils représentent dans le processus de fabrication. En 1806, Désiré Morillon, filateur à la petite mécanique rue du Vieux Faubourg, abandonne, pour solde de tout compte, les meubles qu’il possède au profit de Louis Leclercq-Segard, fabricant de nankins à Roubaix. La créance de 1 200 francs est notamment couverte par les ustensiles composés de cinq mécaniques, autant de chariots et plusieurs dévidoirs. Morillon concède la location des métiers à filer que le défaillant continue à mettre en œuvre au profit du Roubaisien18.

Entreprendre au temps de la grande mécanique

Une première typologie du milieu entrepreneurial

Un recrutement local

39L’origine géographique des filateurs de coton a pu être reconstituée en partie, après avoir identifié les filateurs, à partir principalement des sources de l’état civil et de l’enregistrement. Sur le groupe de 439 filateurs, on a pu relever le lieu de naissance de 238 nouveaux entrepreneurs, 54,21 % de l’ensemble, installés dans 19 des 29 villes où se créent des établissements de filature. La consultation des différentes sources nous permet d’ajouter à cet ensemble 150 personnes pour lesquelles on connaît un lieu de résidence avant l’entrée dans l’industrie cotonnière. Dans les nombreux cas où on a pu observer que le lieu de naissance était différent de celui de résidence avant l’installation, on a privilégié le premier.

40Au total, l’étude sur l’origine géographique s’appuie sur un corpus de 388 entrepreneurs, 88,38 % de l’ensemble, dont le lieu de naissance ou le lieu de résidence nous sont connus.

Une faible représentation des entrepreneurs étrangers

41Une première analyse, portant sur la présence « d’étrangers » dans les filateurs établis dans le département, montre une faible participation de ces derniers, comme entrepreneurs, dans la filature de la région. Sur l’ensemble de la période, ils ne sont que 20, soit 5,15 % de l’ensemble des manufacturiers, à s’établir dans le Nord. Originaires ou natifs de Belgique pour 12 d’entre eux, d’Angleterre pour 4, de Suisse pour 2 ainsi que du duché de Bade pour le même nombre, ils contribuent quantitativement peu, à la tête de leur entreprise, à l’industrialisation dans le secteur de la filature de coton du département. La présence plus importante de ces migrants dans la période de croissance qui va de la Restauration jusqu’à l’établissement de la monarchie de Juillet (ils sont 14 à s’établir filateurs de coton à cette époque) ne remet pas en cause le poids global des entrepreneurs étrangers dans l’ensemble des filateurs établis dans ces différentes phases de l’industrialisation. Sous les règnes de Louis XVIII et Charles X, ils ne représentent encore que 5,6 % du total et la multiplication par près de trois de leur présence par rapport à la période précédente s’accompagne d’une augmentation quasi identique de l’entrée dans l’industrie de nouveaux entrepreneurs nationaux. La période qui suit la sortie de crise de l’industrie, après 1830, voit la présence étrangère se réduire à un seul entrepreneur qui représente encore 5 % des entrepreneurs établis dans les premières années de la Monarchie de Juillet.

42L’arrivée dans le département de ces étrangers est souvent précédée par le développement d’une activité en dehors de leur lieu de naissance. La région n’apparaît pas alors comme le premier lieu choisi pour une installation, ni la filature l’activité forcément initiale des nouveaux entrepreneurs. Par ailleurs, l’association entre plusieurs de ces étrangers amoindrit encore leur part dans le développement de l’industrie de la filature nordiste. Ainsi, l’installation en 1807 à Villers-Sire-Nicole de James Farrar est précédée d’une activité industrielle intense à Paris et Gand en association avec Liévin Bauwens puis seul à Mons. Les trois autres Anglais établis à Douai en 1818, John Corbitt et les frères Joseph et James Westerman sont associés dans la même société. Nous avons déjà rencontré John Corbitt, né à Otley en 1781 d’un marchand pelletier et prisonnier de guerre à Valenciennes en 1803. Il épouse en 1810 Victoire Dutilleux la fille d’un entrepreneur de la fabrique de corroierie de Douai, à la tête de laquelle il est établi en 1816 en même temps qu’il aborde dans la ville la fabrication de tulle. Ses deux compatriotes et partenaires, les frères James et Joseph Westerman nés en Angleterre en 1789 et 1791, sont également déjà signalés dans la ville pour la fabrication de métiers à filer le coton notamment pour l’établissement érigé dans le collège Saint-Vaast par Constantin Périer en 1805, mais réellement mis en activité en 1817 par Malfait, Blot et Haudouart. Cette société n’est cependant pas uniquement le fait des trois manufacturiers venus d’outre-manche puisqu’elle compte également deux autres étrangers, Joseph et son fils Pierre Bootz, originaires du duché de Bade. Joseph est désigné comme marchand de fer puis comme constructeur mécanicien à Douai sous la Révolution. À elle seule, l’entreprise « James Westerman, Bootz et Cie », en activité pendant 5 ans entre 1818 et 1823, regroupe le quart de l’ensemble des entrepreneurs originaires de l’étranger.

43L’importance de la présence belge dans le groupe des filateurs de coton nordistes est également à relativiser quand on observe les liens familaux qui unissent les entrepreneurs. Antoine Jacquart-Desrumaux, né aux Pays-Bas autrichiens en 1748, immigre vers Tourcoing pour s’installer filateur de coton en association avec Henri Édouard Delmotte en 1816 ; il est accompagné de ses deux fils Floris Gabriel Jacquart et Jean Louis Jacquart-Tiberghien avec qui il s’associe en 1821. La venue d’Antoine avait été précédée deux ans auparavant par celle de son gendre François Arreckx-Jacquart, natif de la même ville et associé pour la filature de coton en 1814 au Tourquennois Pierre François Désiré Wattinne-Dazin et à Jean Baptiste Depalme-Duquesne, né à Ath en 1777.

Une très petite contribution des nationaux nés hors du département du Nord

44La contribution des candidats à la filature de coton venus d’autres départements français que celui du Nord est également restreinte. Sur l’ensemble de la période, on relève les noms de 23 personnes, soit un peu moins de 6 % originaires de 10 départements. Contrairement à l’installation des étrangers, la période de la monarchie constitutionnelle ne se caractérise pas par une augmentation des installations dans la région. Si le nombre d’arrivées entre 1816 et 1830, 12 nouveaux filateurs, est à peu près identique à celui de la période précédente, 11 entrepreneurs, la part de ces derniers se réduit à 4,4 % sous la Restauration et jusqu’à la Monarchie de Juillet contre 10,16 % sous la Révolution et l’Empire. Après 1830 et jusque 1839, on n’enregistre plus aucune présence de candidats à l’installation nés ou originaires d’un département autre que celui du Nord.

45Avec 7 manufacturiers venus de Paris, la capitale fournit 30 % des nouveaux filateurs qui ne sont pas nordistes et moins de 2 % de l’ensemble des filateurs. Les investissements parisiens se font surtout dans le sud du département, dans le Cambrésis où s’installent 4 d’entre eux, Charles Théodore et Louis Nicolas Dufrayer à Vaucelles en 1805, Frédéric Roch Crocquefer la même année à Cambrai et Alexandre Piot au Cateau en 1811 en association à Ferdinand Ladrière. La ville de Lille accueille en 1825 César de la Panouze, celle de Tourcoing voit l’établissement de Jean Roose, installé auparavant dans la capitale, et c’est à Roubaix que le négociant Tranquille Joseph Pouchin établit une filature.

46À côté de Paris, ce sont surtout des départements septentrionaux que proviennent les filateurs installés dans le Nord. Ils sont 3 à être nés dans la Somme, Germain Adrien Gaydet-Destombes et Auguste Mimerel, tous deux nés à Amiens et installés à Roubaix respectivement en 1807 et 1819, ainsi que Jean François Daveluy natif de Rainneville et second associé, en 1809, du filateur de coton François Baudoux établi à Esquermes. La Seine-Maritime concourt pour le même nombre à l’installation de manufacturiers avec Pierre Clément Levalleux-Bruneaux, né à Elbeuf en 1787 et filateur de coton à Douai en 1820, Nicolas Vincent Delaune-Ledoux, originaire de Briville la Boigarde près du Havre et établi à Lille en 1823, et enfin le Rouennais Gustave Toussin, neveu par alliance du précédent installé dans la même ville en 1827. Pas-de-Calais, Aisne et Ardennes sont les lieux de naissance de 4 filateurs établis à Lille sous l’Empire. Celui de Jean François Collart né à Grand Rullecourt en 1776 et établi en 1806, d’Augustin Haudouart originaire d’Arras et associé en 1813 au Valenciennois Emmanuel Blot, de Charles Mathias Servatius qui voit le jour à Mézières et filateur dans la ville en 1807 et celui du Saint-Quentinois Antoine Aimé Laurent Macé-Ledoux, manufacturier rue de Tournai en partenariat avec Jean Baptiste Cornil-Pollet.

47Les 6 derniers filateurs sont natifs de 4 départements plus éloignés. Des liens d’amitié et d’affaires unissent Victor Plaideau et Gabriel Jarosson-Delannoy natifs de l’île de Ré en Charente-Maritime, d’où ils immigrent d’abord vers Dunkerque puis vers Lille où ils abordent l’industrie respectivement en 1812 et 1813, le premier en association avec le filateur de coton Jean Baptiste Bailly-Rossignol, précédemment établi à Comines, et le second en partenariat avec Claude Albert Théry-Cattaert né à Marchiennes. Les mêmes relations existent entre Jean Baptiste Nadaud et François Marie Vouzelle venus de Haute-Vienne, de Limoges et de Razés, associés en 1818 à Loos pour l’exploitation d’une filature. Les deux derniers entrepreneurs à s’établir en 1820 et 1825, Pierre Antoine Allemand-Mullié et Gilles Champion-Dervaux sont respectivement natifs de Barcelonnette dans les Alpes-de-Haute-Provence et de Tallevende-Legrand dans le Calvados.

Le Nord : une terre d’entrepreneurs

48C’est à près de 89 % du département du Nord que proviennent les entrepreneurs qui se mettent à la tête des manufactures servant à la filature de coton. Leur poids relatif connaît même une augmentation régulière avec 85,59 % du nombre d’entrants dans l’industrie entre 1800 et 1815, 90 % les quinze années suivantes et 95 % du total après 1830. Les villes où l’on enregistre les pourcentages les plus bas sont au nombre de 7 sur un total de 28, mais elles comptent cependant 50 % de manufacturiers nés ou originaires du Nord. Ce sont les villes où l’on a pu observer une présence étrangère comme à Douai et Villers-Sire-Nicole ou encore parisienne comme à Vaucelles ou au Cateau. À Cambrai, c’est encore la présence du parisien Frédéric Roch Crocquefer parmi les 4 filateurs établis dans la ville qui réduit le chiffre des nordistes à 75 % du total. Dans les trois villes de Lille, Roubaix Tourcoing qui regroupent 298 des 388 filateurs installés dans la région, ils sont à plus de 90 % natifs du département. Dans les 17 dernières villes, on ne relève la présence d’aucun filateur né en dehors du Nord. La proximité du lieu d’origine et d’établissement est encore plus grande si l’on observe que 244 filateurs sur 388 sont nés ou résident dans la ville où ils deviennent filateurs. « L’élargissement » à l’échelle de l’arrondissement dans lequel est situé l’établissement industriel porte le chiffre à 323, c’est-à-dire 83 % de l’effectif. À Lille et Tourcoing, les filateurs de coton sont issus à 70 % de la commune dans laquelle ils développent l’industrie et à près de 85 % de villes situées dans l’arrondissement. Les chiffres sont encore plus élevés à Roubaix. Sur 89 filateurs recensés et établis dans la période, 86 sont nordistes (96,62 %), 71 d’entre eux (80 %) sont originaires de Roubaix et 14 arrivent de 6 communes proches, soit un total de 85 filateurs (95,5 %) recrutés dans l’arrondissement.

L’origine sociale des nouveaux entrepreneurs

49L’hypothèse étant levée, concernant une arrivée extérieure importante de candidats à l’entreprise d’une filature de coton dans le département, se pose la question d’un renouvellement de l’élite économique ou, si l’on préfère, la présence « d’hommes nouveaux » à l’origine de la mécanisation générale de l’industrie. Une première analyse consiste à classer dans des grandes catégories, définies à partir de la connaissance du milieu de recrutement, ce qui peut mettre en évidence les voies de l’accumulation primitive du capital.

50L’origine sociale des entrepreneurs a pu en grande partie être reconstituée à partir des mêmes sources que celles précédemment citées. Pour un premier groupe constitué de 254 entrepreneurs, nous avons pu relever une activité antérieurement à leur entrée dans la filature de coton. Pour certains de ces derniers, que nous avons pu suivre pendant plusieurs années avant leur établissement, et qui nous ont livré successivement plusieurs professions, nous avons choisi de retenir la dernière, la plus proche de leur établissement.

51À ce premier ensemble qui constitue 58 % du total des 439 filateurs du département, il faut ajouter un second groupe pour lequel la connaissance de la profession du père nous a permis de les faire entrer dans une catégorie. L’utilisation de la profession paternelle pour 113 de nos entrepreneurs permet de classer les filateurs pour lesquels nous n’avons pas pu retrouver les activités précédentes. Mais elle s’impose pour plusieurs d’entre eux qui entrent souvent jeunes dans l’industrie cotonnière qui constitue leur première activité. L’âge d’entrée dans l’industrie, calculé pour 191 filateurs, est de 36 ans et 29 industriels de ce groupe (15 %) s’établissent avant l’âge de 25 ans.

52L’ensemble des activités déployées par nos filateurs eux-mêmes, ou par leur père, porte donc sur un total de 367 personnes soit près de 84 % de l’ensemble.

Un recrutement au sein de la bourgeoisie

53La répartition des entrepreneurs dans neuf grandes catégories montre un large recrutement des filateurs de coton dans les milieux qui se livrent précédemment à l’industrie et au commerce. Ces deux catégories, qui regroupent respectivement 158 et 149 individus, forment à 84 % le terreau dans lequel se recrutent les filateurs. La volonté de prendre en considération la possession des nouvelles techniques nous a poussé à classer dans une catégorie particulière, celle « des mécaniciens », plutôt que dans celle des « activités industrielles », les détenteurs avérés de l’art de filer à la mule-jenny ou de construire ces machines. Sur l’ensemble de la période, les mécaniciens ne forment qu’un groupe de 7 manufacturiers qui représentent moins de 2 % de l’effectif. Les deux piliers du recrutement entrepreneurial que sont les fabricants et les marchands sont suivis de loin par la catégorie des « propriétaires et rentiers » ainsi que par celle des « professions libérales », classes de notables qui constituent, avec respectivement 17 et 15 nouveaux filateurs, plus de 4 % du total des manufacturiers. Ces derniers se distinguent, par leurs occupations et leurs niveaux de fortune, des professions d’André Corroyer et Deletombe, revendeur et cabaretier, seuls à être classés dans la catégorie des « indépendants » avant de devenir filateurs en association respectivement à Lille en 1812 et Tourcoing en 1816.

54L’origine terrienne des filateurs apparaît comme marginale : sur l’ensemble de la période on ne compte que 4 manufacturiers (1 %) issus du monde agricole. L’abandon de la terre pour épouser la carrière industrielle n’est cependant que partiel. Pour 2 des filateurs, Jean Baptiste Louis Ryckelinck et Louis Joseph Delobel-Desurmont, l’activité agraire est mesurée à la génération précédente chez le père, le premier fils d’un laboureur à Bourbourg et le second d’un riche censier de Willems. Dans ce dernier cas, l’entrée de Louis Joseph dans l’industrie de la filature de coton à Tourcoing en 1806 ne remet pas en cause l’exploitation par des membres de la famille de la riche ferme de Willems tenue depuis des générations. Pour les 2 autres filateurs de coton, les activités terriennes ne représentent qu’une partie des affaires qu’ils déploient. Ainsi Philippe Augustin Libert-Desurmont est laboureur et marchand briqueteur avant de devenir filateur de coton à Tourcoing en 1807. Son entrée dans l’industrie ne met d’ailleurs pas fin à ses activités précédentes. De la même manière Pierre Droulers, né à Tourcoing, cumule les activités de laboureur et de marchand de coton avant son entrée dans l’industrie sans renoncer aux ressources de ses biens fonciers.

55À côté du seul noble, César de la Panouze, classé à part pour souligner la faible représentation du second ordre de l’Ancien Régime et dont les activités auraient en réalité justifié son ajout dans la catégorie des négociants, on relève la présence de 12 entrepreneurs qualifiés auparavant de contremaîtres. L’origine de ce groupe, qui forme 3,26 % de l’ensemble, et les conditions de leur ascension sociale, mesurée à partir de la terminologie de leur profession, devront cependant être éclairées à la lumière de l’approche plus approfondie que l’on fera plus tard dans ce chapitre.

Les filateurs du premier Empire

Du commerce à l’industrie

  • 19 ADN 94J/31.

56Le découpage en trois parties de la période montre une évolution contrastée selon les différents secteurs de recrutement. La catégorie des commerçants est le groupe qui fournit, avec 57 personnes, majoritairement les nouveaux filateurs entre 1800 et 1815. Le terme de « négociant » qui qualifie 35 des entrepreneurs nous présente un groupe qui fait commerce d’un nombre important et varié de marchandises, du tabac et café au vin et sucre en passant par les dentelles, et autres produits textiles locaux. Natif de Camphin-en-Pévèle, Charles Fiévet-Chombart est marchand épicier à Lille et spécialisé dans le négoce du vin sous la Révolution avant de s’installer en 1804 filateur de coton à Loos en association avec Pierre Reumont et Étienne Nicolas Wicart19. Arrivé de l’Ile de Ré à la fin de l’Ancien Régime, Victor Plaideau fait le commerce du tabac et des denrées coloniales avant d’aborder la filature en 1812. D’autres jouent sur les marchés privilégiés et juteux que sont les fournitures aux armées en période de guerre. Jean Joseph Faucille filateur à Esquermes est entrepreneur des lits militaires associé dans l’affaire à son beau-père Nicolas Delfosse. Il continue après son entrée dans la filature de coton en partenariat avec son beau-frère François Baudoux-Delfosse, également détenteur d’actions dans la société pour la fourniture aux armées, ses activités de négoce au service de l’État. Né à Lille en 1747, Arnould Lefebvre-Ghesquière apparaît au début du XIXe siècle comme l’un des principaux négociants de la place lilloise. Sous le Consulat et l’Empire, il fait partie des rares élus du département à figurer dans les listes des fournisseurs aux armées. En association avec Lucien Lachez et Louis Vandervinck père, il crée, en 1803, une entreprise de confections pour l’habillement des troupes, notamment des capotes, qui est encore créancière de l’État en 1818.

57Les négociants et marchands versés dans le commerce textile antérieurement à leur entrée dans l’industrie sont nombreux. Ils sont au moins trois marchands de toilettes à abandonner le commerce et souvent l’industrie des toiles fines de lin pour les étoffes de coton et en amont la filature. Joseph Watterneau, né à Valenciennes d’un père avocat, poursuit encore sous le Consulat le commerce des toiles fines à Cambrai où il s’installe. Emmanuel Blot, né dans la même ville en 1787, occupe la même branche de commerce avant d’aborder, en 1813, la filature à Lille en association avec l’Arrageois Haudouart et le Lillois Duhamel-Cacquant. C’est encore un marchand de toilettes et donneur d’ouvrages aux mulquiniers du Cambrésis et du Saint-Quentinois, Ferdinand Ladrière, qui est à l’origine de la fondation de la filature de coton au Cateau en 1811.

  • 20 ADN, 3Q314/109.
  • 21 ADN, J953/59.

58La laine peignée, filée ou tissée est l’objet du commerce de nombreux filateurs installés dans l’arrondissement de Lille. À Tourcoing, Louis Desurmont-Carton et Jean Baptiste Desurmont-Tiberghien n’abandonnent pas leurs activités de marchands peigneurs de laine quand ils abordent la filature de coton à la mule-jenny en 1804 dans la société connue sous la raison de « Desurmont frères ». C’est le même commerce qu’occupent Pierre Joseph Delannoy-Desurmont et Jean Baptiste Flipo-Delebecque avant d’entreprendre, en 1807, en partenariat, l’établissement d’une entreprise industrielle. La ville compte encore d’autres marchands de laine qui épousent la filature comme Aimable Dervaux et son fils Pierre Antoine entrés ensemble dans la nouvelle industrie en 1804 ou Philippe Anselme Dervaux-Dumortier établi en 1813. Ce dernier était associé à sa mère, Augustine Angélique Louage (veuve Dervaux), dans une entreprise pour le commerce de la laine établie en 1811 au capital de 130 000 francs20. À Roubaix, encore des exemples de marchands souvent également fabricants comme Jean Baptiste Holbecq-Reuflet, fils de Jean Baptiste, qui reprend le commerce de tissus de laine de son père en association à sa mère Marie Constance Salembier avant d’aborder la filature de coton en 180421.

59Parmi les négociants et marchands devenus filateurs sous le Consulat et l’Empire, plusieurs d’entre eux passent de l’activité du commerce de la fibre, des filés ou des toiles de coton à la filature de la matière. Sur 57 filateurs, au moins 13 d’entre eux, tous établis à Lille, apparaissent dans la période précédant leur établissement comme spécialisés dans le commerce du coton filé et souvent donneurs d’ordres pour les fabricants à la petite mécanique. On relève les noms de 6 marchands de coton engagés dans l’essor de la filature de coton à la jenny sous la Révolution et l’Empire. Jean Baptiste Bailly, né à Lille en 1763 et époux de la fille d’Auguste Rossignol, fabricant de toiles peintes entre 1800 et 1806 à Douai puis Lille, est marchand de coton à Lille avant de s’installer filateur à Comines en 1804. Établi la même année à Lille, le Tourquennois Jean Baptiste Wallard-Martin occupe la même activité avant de devenir à 43 ans un des pionniers de la filature de coton lilloise. Pierre Ange Flamen-Deron, né à Lille en 1763 d’un père négociant et fabricant de gaze de soie, reprend les affaires de son père avant d’aborder vers 1798 le commerce du coton puis la filature mécanisée en 1807. D’autres encore suppléent à l’incapacité des producteurs de filés de coton à la petite mécanique à aborder l’industrie pour se lancer dans la fabrication des marchandises nécessaires à la poursuite de leur commerce. Fils et beau-fils de marchands sayetteurs lillois, Pierre François Lorthioir-Loth poursuit l’activité pendant quelques années après son mariage en 1789 avant d’accompagner les modifications dans la demande des toiles en devenant marchand de coton en 1800, puis filateur huit ans plus tard. Originaire d’Onnaing, Bernard François Moreau-Bracq est épicier à Lille avant le 18 Brumaire, spécialisé dans le commerce des filés de coton sous le Consulat puis filateur dans la ville la même année 1808. Antoine Delerue-Hosdez, né à Lille d’un père notaire, apparaît à plusieurs reprises comme fournisseur de coton à des fabricants défaillants avant de devenir filateur en association avec son beau-frère en 1812. Avant d’aborder l’industrie cotonnière en 1813, Aimable François Mille-Salembier bénéficie de l’appui de son père Charles Louis Mille-Cau, passementier puis marchand de coton à Lille, ainsi que de celui de ses frères établis fabricants à la petite mécanique.

  • 22 ADN, J953/45.
  • 23 ADN, 3Q314/54.
  • 24 AN, AFIV 1318.

60Avant de se lancer dans la filature en 1810, Denis François Delemazure, établi marchand épicier, fait surtout commerce, comme son fils Delemazure-Dubus, des cotons bruts filés qu’il distribue aux fabricants lillois. On a vu plus haut les activités dans ce domaine déployées par le négociant en coton Antoine François Pacquet-Duhaut qui intervient, de manière intéressée, comme un soutien au malheureux fabricant Aimable Bretaux à qui il concède la location de ses outils de production, ou encore dans des arrangements avec d’autres débiteurs comme le marchand lillois Louis André Manger22. La raréfaction des fabricants à la petite mécanique et la demande accrue des filés fins sous l’Empire, que sa position privilégiée de commerçant lui faisait entrevoir, allaient certainement jouer un rôle dans la décision qu’il prend de se lancer dans la nouvelle industrie en 180723. Raffineur de sucre et confiseur puis brasseur, Jean Baptiste Masquelier-Reys aborde le négoce du coton brut et filé sous le Consulat24. D’abord destinée aux fabricants à la petite mécanique, cette dernière activité prend de l’ampleur par les livraisons qu’il effectue aux filateurs à la mule-jenny comme Louis Gérard Lefebvre-Burghelle qu’il fait travailler à façon avant sa faillite. Son entrée dans l’industrie en 1810 ne se traduit pas par l’abandon de son lucratif commerce.

De nombreux fabricants intègrent la filature

  • 25 AN, AFIV1318 ; F12/1561.

61Ils sont 46 filateurs de coton installés entre 1800 et 1815, un peu moins de 40 % du total, à être reconnus comme industriels avant de débuter dans la nouvelle activité. La présence dans le groupe de 5 fabricants de coton à la jenny dans la période précédente montre à la fois la continuité dans l’activité et la modification des outils de production. L’adoption des nouvelles techniques de production se fait dès 1800 pour François Baudoux-Delfosse, installé à Esquermes, et pour Louis Gérard Lefebvre-Burghelle établi à Seclin. Elle est encore précoce pour Auguste Aimé Mille-Cattaert, filateur de coton en 1804, et elle intervient respectivement en 1809 et 1813 pour Jean Baptiste Duhamel-Caquant et Henri François Périez-Favier. On a également classé dans cette catégorie des nouveaux venus déjà filateurs ou fils de filateurs avant leur installation dans le département. Fils d’un négociant parisien, Charles Théodore et Louis Nicolas Dufrayer sont filateurs de coton à Saint-Quentin avant de racheter l’abbaye de Vaucelles pour y installer l’un des plus importants établissements du département25. Classé dans le groupe des commerçants, le négociant en toiles Charles Mathias Servatius est d’abord filateur à Aubigny dans le Pas-de-Calais.

62Pour 8 nouveaux filateurs, la profession antérieure, connue pour le père, montre la continuité générationnelle de l’industrie cotonnière en croissance. On compte déjà 3 héritiers, Jean Baptiste Wallard, qui reprend la filature de la rue de Fives après la mort de son père Jean Baptiste Wallard-Martin en 1815 et les frères Roussel, Antoine Philippe et Julien Alphonse, qui poursuivent l’établissement du père Philippe en 1811 sous la raison de « Veuve Roussel-Picquart ». Pour les 5 derniers, la poursuite de l’activité est assurée du vivant du fondateur. Elle se traduit par une association des rejetons comme pour Alexandre Fiévet-Mathon associé à Lille à son père, qui avait rompu avec ses premiers partenaires à Loos, ou Pierre Jean François Woussen-Gombert et Honoré Bonaventure Woussen-Baumal, partenaires de Woussen-Salomon resté seul, en 1812, à la tête de la filature de coton établie à Houplines. À Fourmies en 1811, Jean Philippe Gilloteaux est également associé à son père. En 1815, Auguste Arnould et son cousin Jean Baptiste, fils de Lefebvre-Billet fabricant de fils retors, reprennent le commerce et la filature de coton de Lefebvre-Ghesquière, père du premier, qui garde cependant des intérêts dans la société.

63Les fabricants de tissus forment le gros des bataillons qui intègrent la filature dans cette première période. On relève les noms de 27 producteurs de toiles qui joignent à leur activité première la fabrication de filés de coton à la mule jenny.

 

  • 26 ADN, J1472/45.

64La faible présence des mécaniciens (on en compte 2 dans cette période d’introduction des nouvelles techniques de production) ne doit pas surprendre si l’on se souvient des observations du chapitre précédent. Seuls l’Anglais James Farrar, installé à Villers-Sire-Nicole en 1807, et François Ray, originaire de Lille, fondeur de son état et filateur dans la ville en 1812 en association à un revendeur et un marchand de vin, s’occupent de la construction et de l’assemblage des matières propres aux mécaniques à filer26. Le département profite largement des nouvelles techniques de la filature venues d’outre-manche ou de régions qui avaient adopté précocement les mule-jennies sans pour autant que les initiateurs s’installent sur son territoire. Introduite dans la ville de Lille en 1791, la mule-jenny est copiée et construite dans la région. Les prisonniers anglais montrent l’exemple ; ils en fabriquent comme les serruriers lillois dans les multiples petits ateliers ou les filatures qui s’adjoignent l’activité de construction.

Le mythe de l’ouvrier devenu filateur de coton

65Contrairement aux idées reçues, les contremaîtres aptes à conduire ces machines sont également peu nombreux dans cette période décisive d’adaptation aux nouveaux processus de production. Désiré Aimé Magloire, filateur de coton en 1813 à Lille fait figure d’exception dans la période. Les contremaîtres jouent cependant un rôle nécessaire dans la direction des fabriques mécanisées qui supposent l’acquisition et la maîtrise des nouvelles techniques.

  • 27 ADN, J1472/582.

66Dans la période, un seul, Étienne Nicolas Wicart filateur à Loos en 1804, est élève à l’École des Arts et Métiers de Paris avant son entrée dans l’industrie. Les contremaîtres ne sont cependant pas rares et on en rencontre plusieurs, bien que leur statut d’employés rende difficile leur détection dans les sources d’archives. Originaire de Versailles d’où il arrive en 1804, Jean Nicolas Olin est employé comme contremaître à Comines chez Jean Baptiste Bailly-Rossignol qui vient d’ériger sa fabrique. Jean Nicolas est accompagné de Pierre Antoine Pouillaude, né à Hermy en 1749, d’abord contremaître comme lui à Comines puis à Lille en 1805 lors de son second mariage. Dans sa migration professionnelle, il emmène également son fils Jean Étienne, né à Versailles en 1780 et marié à Lille en 1805, qui contribue, comme contremaître, à l’érection de la filature de coton mise en activité au même moment, rue de la Quennette, par Louis Auguste Aimé Mille-Cattaert. La mobilité de ces ouvriers qualifiés est encore attestée par exemple chez Charles Dewulf né d’un père cultivateur à Tronchiennes, où Liévin Bauwens avait établi une importante filature de coton, employé comme contremaître à Roubaix avant 1810, à Lille ensuite où il épouse la fille d’une lingère avant de retourner dans la première ville après 1812. Arrivé des Pays-Bas, Pierre Voedts natif de Kasterlee, alors département des Deux-Nèthes, est employé à Roubaix certainement avant 1815, date de son mariage. L’importance économique de ces ouvriers est encore attestée par les contrats notariés qui les lient avec leurs employeurs. Ainsi, Antoine François Pacquet-Duhaut passe-t-il une convention avec Louis Joseph Declercq qui s’engage en 1810 à servir le nouveau filateur pendant trois ans27. Le premier contractant prévoit de verser une somme annuelle de 1 500 francs et un logement au second qui promet « de remplir fidèlement les devoirs de contremaître ». Louis Joseph Declercq est encore signalé en 1813 comme contremaître chez la veuve Defrenne à Roubaix.

67D’autres contremaîtres apparaissent dans les sources de l’état civil comme originaires de la région. C’est le cas de Louis Aimable Dewarlez né à Lille en 1790 et contremaître à Roubaix, certainement chez Floris Defrenne témoin à son mariage. On peut penser que plusieurs de ces ouvriers qualifiés sont issus du monde des petits fabricants à la mécanique lillois de la période précédente. Formés à travailler sur des mécaniques composées de plus de la moitié du nombre de broches formant les premières mule-jennies, activées par des roues ou des manèges, utilisées à Lille, il leur était facile de s’adapter, avec les conseils d’autres contremaîtres, aux nouvelles techniques de production. Mais ils n’accèdent pas pour autant à la condition d’entrepreneurs.

Des notables tentés par l’industrie

  • 28 ADN, 102J/89.
  • 29 ADN, 6U2/12.

68Un petit groupe de 5 nouveaux filateurs, un peu plus de 4 % de l’ensemble, est issu de professions libérales. Ils sont souvent éloignés des activités économiques, comme Honoré Benoît Declercq-Monion et son associé à Houplines Jean François Woussen, tous deux nés à Bailleul, le premier notaire puis député, le second avocat au Parlement de Flandre et également député. C’est encore le cas, avant son installation à Douai en 1805, de Gautier d’Agoty qui a derrière lui une brillante carrière dans l’administration du département du Nord dès sa création en juillet 1790. Nommé secrétaire général du département du Nord en 1800, puis membre du collège électoral, il est également membre du conseil municipal de Douai et avocat à la cour royale28. Le groupe compte encore Pierre François Désiré Wattinne-Dazin, architecte et négociant tourquennois et François Arreckx-Jacquart, « praticien » originaire de Mouscron, installés tous deux à Tourcoing en 181429.

L’ouverture du recrutement sous la monarchie

69La période qui va de la Restauration à l’établissement de la monarchie de Juillet montre des modifications de la part de chaque catégorie dans le recrutement des nouveaux entrepreneurs. L’essor de l’industrie se manifeste d’abord par un nombre d’entrants deux fois supérieur dans les quinze années qui suivent le rétablissement de la monarchie. On enregistre 232 entrepreneurs dans cette nouvelle phase d’industrialisation contre 117 dans la période pionnière qui voit l’installation des premières filatures de coton dans le département. À l’exception des filateurs issus du monde de l’agriculture ou des activités indépendantes, l’ensemble des catégories retenues contribue de manière croissante mais inégale à l’établissement de nouveaux industriels. Les professions libérales et les mécaniciens sont, dans cette nouvelle conjoncture, deux fois plus nombreux. Leur part dans l’ensemble reste cependant stable et ne modifie pas la représentation de la catégorie. Il en va différemment du groupe des « propriétaires et rentiers », absents dans les quinze premières années qui voient l’introduction des mules-jennies dans le département, et qui apparaissent de manière conséquente avec 14 personnes, soit 6 % du total.

  • 30 ADN, J1774/46.
  • 31 ADN, 3Q314/148.
  • 32 ADN, 3Q314/150.

70Le groupe des commerçants, dominant dans la période précédente, connaît une hausse pour passer de 59 à 85 anciens marchands devenus filateurs. Leur représentation en valeur relative fléchit cependant de manière sensible pour ne plus représenter qu’un gros tiers des nouveaux manufacturiers contre plus de la moitié sous le Consulat et l’Empire. Parmi eux, plusieurs négociants d’envergure s’occupaient dans la période précédente du commerce de coton. Ainsi en est-il du Lillois Séraphin Malfait-Smet, fils de Nicolas négociant en denrées coloniales, qui reprend le commerce de son père et qui s’établit en 1817, en association, dans le collège Saint-Vaast de Douai acheté aux héritiers de Constantin Périer30. Philippe Henri Carpentier-Leperre est raffineur de sucre en association avec les frères Frappaert de Tournai entre 1820 et 1823, en même temps qu’il fait commerce de coton, activité qu’il perpétue après son installation comme filateur en 182931. Le commerce d’épicerie est encore un secteur privilégié d’où arrivent plusieurs futurs entrepreneurs. Ils sont au moins 6 à faire ou à être issus de parents exerçant exclusivement du commerce en gros des produits exotiques, au premier rang desquels figure le coton brut ou filé. Fidèle Valentin Deschodt par exemple, filateur à Lille en 1826, est désigné comme épicier et également associé dans une entreprise pour le commerce de coton avec Louis François Deheyne, marchand de coton filé et Auguste Lieverman négociant dans la ville32. En 1825, Antoine Bernard Dennequin et Louis François Tiberghien joignent à leur commerce d’épicerie, qu’ils exercent à Lille depuis quatre ans, l’activité de la filature de coton à Seclin. On compte encore 7 marchands de coton fournisseurs et débiteurs des matières mises en œuvre par les fabricants à la petite mécanique jusqu à la fin de l’Empire. Plusieurs d’entre eux se livrent à cette activité depuis de nombreuses années, comme par exemple Philippe Bonami et Henri Prouvost-Defrenne repérés comme marchands de coton au début de l’Empire et filateurs à Roubaix en 1819 ou Waroux Athanase établi à Lille en 1822 à l’âge de 45 ans et qui se livre au commerce du coton depuis 1795 !

  • 33 ADN 3Q314/143.
  • 34 ADN, J57/130.

71À l’inverse du recul de la part des commerçants dans la nouvelle industrie, la progression, en valeur absolue et relative, des filateurs qui développaient des activités industrielles dans la période précédente est manifeste. Ils sont deux fois plus nombreux à être issus de cette catégorie et ils représentent avec 106 nouveaux manufacturiers plus de 45 % du total des filateurs du département. Comme dans la période précédente, ces nouveaux venus sont antérieurement en majorité fabricants de toiles. Ainsi par exemple les frères Alexandre et Jean Baptiste Frémaux, qui avaient succédé à l’oncle Adrien René Paulée dans la fabrique d’indiennes en 1807, deviennent-ils, après l’abandon de l’impression sur toiles, filateurs à Lille en 182133. D’autres sont désignés avant leur établissement comme fabricants de bonneterie comme Charles Philippe Hautrive-Cauvain, filateur à Douai en 1820, ou Demanet installé, en 1825, à Fourmies où l’activité est implantée de manière séculaire. La modification dans la nature des toiles fabriquées dans la région et la production presque exclusive d’étoffes de coton font des producteurs de ces nouveaux tissus les principaux candidats et entrepreneurs de la filature de coton dans cette période de croissance de l’industrie textile. On voit par exemple des fabricants de toiles de coton pour l’impression intégrer le secteur de la filature. C’est le cas de Pierre Demeestère-Delannoy et de son frère Antoine Demeestère-Picard, originaires d’Halluin où ils produisent des toiles de calicot destinées en grande partie à l’indiennerie Voortman installée à Wazemmes en 1817, qui s’associent à Lille, la même année, à Henriette Leuridant (veuve Choquet) pour la production de filés. La grande majorité des nouveaux filateurs sont d’abord producteurs de toiles que l’on a qualifiées de « nouveautés ». Citons l’exemple de Jean Baptiste Salembier-Bulteau, fabricant « d’articles de Roubaix », qui devient producteur, en 1822, des filés qu’il distribue aux tisserands qui travaillent encore en partie à domicile34.

  • 35 ADN, J1234/46.

72Le nombre de nouveaux venus déjà eux-mêmes producteurs de filés ou fils de filateurs connaît une hausse sensible comparée à la période précédente. On relève encore l’arrivée de 3 fabricants à la petite mécanique qui œuvrent longtemps par le moyen des jennies avant d’aborder l’industrie avec les nouveaux moyens de production. Le rythme de l’industrialisation est lent mais il se fait dans la continuité et l’acquisition d’une longue expérience pour ces quelques fabricants qui n’ont pas, comme la grande majorité, sombré avec leurs outils de production devenus désuets. Alexandre Hyppolite Bernard-Kiekemans est à peine âgé de 18 ans quand il devient, lors de son mariage en 1797, fabricant de coton à Lille. Après la crise qui touche l’industrie cotonnière en l’an V, il s’installe dans la ville proche d’Haubourdin devenue un foyer important de production de filés à la jenny35. Ce n’est qu’après une vingtaine d’années que le fabricant, de retour à Lille, s’installe filateur en 1816. Pierre Hilarin Duplessis, né à La Bassée et arrivé à Lille en 1804, utilise pendant plus de 15 ans les petites mécaniques avant d’aborder « la grande industrie » à l’âge de 44 ans. Auguste Désiré Mille-Desmons, enfin, fils de marchand de coton et frère de deux fabricants de coton avant lui, devenus filateurs en 1804 et 1813, perpétue la première activité avant de suivre, à l’âge de 34 ans en 1816, l’exemple des deux aînés.

73Louis François Largillière, commissaire des guerres en demi-solde né à Le Cateau, filateur de coton à Aubigny dans le Pas-de-Calais, associé en 1815 à Charles Mathias Servatius devenu son beau-père, avant de s’installer à Lille en 1823, mis à part, plus de 10 % des 232 nouveaux arrivants de la période sont fils de filateurs de coton. On relève les noms de 24 accédants à l’industrie comme enfants de producteurs de filés à la mule-jenny dans le département. Certains d’entre eux perpétuent à plusieurs l’établissement créé dans la période précédente. Théodore Barrois-Demesmay et Henri Thomas Barrois-Lethierry sont associés en 1818 à Lille à leur père qui abandonne l’entreprise en 1822. Louis et Édouard Dansette succèdent, à la mort de leur père en 1827, à la tête de la filature de coton créée à Armentières quatre ans plus tôt en association avec Jean François Peullemeule. Les trois fils de Charles Mathias Servatius encore, Charles, Adolphe et François se mettent en 1823 à la tête de l’établissement du père à Lille.

  • 36 ADN, 3Q314/142-152.

74Issus de l’activité manufacturière mais du monde du salariat (ou se prétendant comme tel), les contremaîtres qui se hissent à la tête d’entreprises de filatures sont également plus nombreux dans la deuxième moitié des années 1810 et dans la décennie suivante. Des trajectoires qui apparaissent comme des ascensions sociales sont relevées dans neuf cas contre un seul précédemment. L’industrie ne se ferme pas après deux décennies d’existence, au contraire, les possibilités d’entrer dans la nouvelle activité semblent facilitées par la demande croissante des filés. Entre 1819 et 1830, ils sont en effet 4, Florimond Désiré Margée, Hubert François Grimbel-Destombes, Pierre François Tesse, Auguste César Mallet, à s’établir à Lille ; les autres, Ignace Solvyn, Louis Bayart à Roubaix, Jean Baptiste Corset à Tourcoing, Auguste César Flament à Lannoy et enfin Jean Baptiste Tirlemont à Haubourdin36. L’entrée dans l’industrie est d’autant plus notable que ces derniers apparaissent comme des exceptions dans une période qui voit la multiplication des contremaîtres dans les villes où s’installent les filatures de coton. De longs développements seraient nécessaires pour mieux connaître ces ouvriers qualifiés que l’on a croisés par dizaines dans les sources de l’état civil et de l’enregistrement. Le relevé de conventions d’engagements montre que leur rôle reste primordial dans cette phase d’industrialisation accélérée. Plus qu’un rôle de surveillance, les contremaîtres disposent des compétences techniques requises à la mise en activité des filatures qu’ils transmettent à leurs ouvriers et également à leurs patrons qui en sont souvent dépourvus.

75La consultation des registres des élèves inscrits à l’École des Arts et Métiers de Châlons-sur-Marne montre que seuls 12 fils de filateurs sont inscrits sur les registres entre 1823 et 1831, et encore beaucoup d’entrepreneurs scolarisent plusieurs de leurs enfants.

Une entrée dans l’industrie qui devient difficile sous la Monarchie de Juillet

76Le nombre de filateurs installés après 1830, dans une période retenue deux fois plus courte, marque un net ralentissement dans l’arrivée de nouveaux entrepreneurs. Le groupe ne compte que 19 filateurs établis sur une durée de neuf années. La période qui suit la profonde crise du textile montre à nouveau une répartition inégalitaire dans le recrutement des industriels. Le groupe des commerçants redevient dominant avec 7 personnes, soit près de 37 % du total de la période. Il devance à nouveau les filateurs issus du monde de l’industrie qui restent cependant fortement représentés avec 31 % des effectifs. Le groupe compte encore 3 propriétaires et rentiers, un nouveau venu issu d’une profession libérale et, de manière plus surprenante dans une période de concentration des moyens de production, 2 contremaîtres qui représentent un peu plus de 10 % des effectifs installés sous la monarchie de Juillet.

77Nous ne rentrons pas dans le détail des exemples pour tenter une description plus fine du milieu patronal et des trajectoires qui ne sont pas qu’individuelles. Nous concluons cependant par une remarque sur les disparités locales dans le recrutement des entrepreneurs. Les exemples de Lille et Roubaix, qui offrent une grande densité d’établissements, montrent la prégnance des activités préexistantes et l’adaptation du milieu aux évolutions économiques.

78La simplification liée à la classification dans des grandes catégories ne peut dissimuler l’importance du recrutement au sein des fabricants et marchands textiles du département. Dans une région productrice de différents tissus, de nombreux producteurs et commerçants de draps, de feutre, de bonneterie, de chapeaux, de toiles peintes ou de filés de laine, lin et coton s’engagèrent dans l’activité de la filature mécanisée. Certains d’entre eux avaient, dans les années précédentes, déjà modifié la nature des toiles ou des fils qu’ils produisaient ou échangeaient pour adopter la nouvelle fibre dans leur fabrication ou leur commerce.

79L’exemple roubaisien témoigne de cette transformation dans la nature des toiles produites. À partir des dernières années de la fin de l’Ancien Régime, un nombre croissant de fabricants travaillent la nouvelle fibre à partir des filés de coton produits essentiellement à Lille par la petite mécanique. La conjoncture favorable sous l’Empire, portée par une demande croissante de tissus dont la gamme se diversifie notamment par une plus grande finesse, engage plusieurs entrepreneurs à se lancer dans la filature à la grande mécanique. Sur un total de 85 filateurs de coton recensés, 65 d’entre eux, soit plus de 76 %, développaient une activité industrielle antérieurement à l’entrée dans la nouvelle production. À une exception près, celle d’Henri Delattre-Libert, né à Linselles en 1805 d’un père manufacturier de briques, filateur de coton à Roubaix en 1825, les candidats à la nouvelle activité proviennent essentiellement de l’industrie textile. Il est vrai que la ville qualifiée de « fabrique » comptait en 1806 plus de 250 fabricants de tissus de coton. Par ailleurs, la frontière qui sépare les nouveaux filateurs classés dans les activités commerciales de ceux intégrés dans l’industrie n’est pas toujours très nette. On verra plus loin pour quelques exemples que la grande majorité des marchands commercialisent les matières et tissus transformés par des fabricants qu’ils contrôlent en réalité par différents moyens. Inversement, des entrepreneurs qualifiés de fabricants intègrent des activités commerciales quand leurs affaires prennent des proportions importantes sans que les sources les restituent dans leur globalité.

80Si Tourcoing montre un équilibre bipolaire entre marchands et négociants d’un côté et industriels de l’autre, la ville de Lille offre un éventail de recrutement élargi aux 9 catégories retenues où domine largement le milieu commercial. Sur 158 filateurs installés dans la ville, 84, plus de 53 %, occupent une activité liée au négoce ou sont issus d’une famille de marchands. La variété des marchandises brassées par le groupe est large, elle concerne des marchands versés dans la spécialisation du vin, du tabac ou de l’orfèvrerie et également des négociants, parfois encore désignés de « grossiers » mais de plus en plus par le terme « d’épicier » qui font échange d’un ensemble considérable de produits nationaux et ou d’importation. Le coton, sous sa forme brute, semi-ouvrée ou filée, occupe une place importante, en lien avec l’industrie déployée dans la période précédente, dans les activités de plusieurs de ces marchands avant et parfois en même temps qu’ils abordent la filature à la mule jenny.

Le financement des entreprises : des exigences nouvelles

Hétérogénéité et évolution dans l’équipement des filatures

81La phase industrielle qui voit l’utilisation des nouvelles techniques de production nécessite des capitaux autrement plus importants que dans la période précédente. Les débuts de l’âge industriel demandent en effet des investissements en bâtiment et mécaniques mues par des forces motrices dont la nature allait se modifier. Ce qui allait accroître encore les actifs immobilisés dans l’érection des filatures de coton.

  • 37 ADN, J953/68.
  • 38 ADN, M655/1.
  • 39 ADN, 1Q1183/21.
  • 40 ADN, 6U2/12.
  • 41 ADN, J1318/102.

82On peut estimer entre 10 000 et 12 000 francs en moyenne la somme nécessaire pour constituer un assortiment propre à la filature. Ce dernier se compose de 4 ou 5 métiers à filer en fin, d’une mécanique à filer en gros, d’au moins une carde, d’un banc d’étirage, etc. Les mule-jennies, qui représentent dans l’assortiment les outils essentiels et les plus coûteux, connaissent des modifications dans le nombre de broches qu’elles comportent. Pour établir leur filature à Comines, Dubucquoy et Watteau ne dépensent en matériel que 6 000 francs37. L’établissement érigé en 1807 comprend alors 4 métiers de 144 broches à filer en fin, 1 de 72 broches à filer en gros, 2 cardes simples, 1 banc de tirage, etc. D’autres exemples confirment l’utilisation de mule-jennies au nombre restreint de broches, pour certaines à peine deux fois supérieur à celui des petites mécaniques utilisées à Lille sous le Consulat. En 1805 par exemple, Frédéric Crocquefer de Cambrai débute dans l’industrie avec 7 mule-jennies de 112 à 120 broches (et une en construction par « des artistes de cette ville »)38. Les 5 grandes mécaniques construites en 1805 par Constantin Périer et installées à Douai dans le collège Saint-Vaast comportent 196 broches39. Ici, la valeur des métiers à filer est estimée à 7 840 francs, soit un coût unitaire de 1 568 francs. En 1813 encore, lors d’une cession de matériel, on inventorie chez Charles Descamps-Dujardin, filateur à Lille, l’ensemble des ustensiles, pour une valeur de 6 000 francs, qui comprend notamment 2 métiers de 180 broches et 6 métiers de 216 broches ainsi qu’un métier en gros de 108 broches40. La norme des 216 broches devient en réalité la règle quasi générale après 1810 pour plus de deux décennies. Le prix moyen de ces métiers à filer en fin varie dans une fourchette de 1 500 à 1 800 francs. Dans le milieu des années 1830, certains filateurs du département utilisent des mule-jennies au nombre de broches encore multiplié. Le seul cas relevé est en réalité celui de Barrois frères qui, en 1834, mettent en œuvre des machines de 330 et 348 broches41. L’inventaire évalue ces dernières à une somme à l’unité de 1 700 francs mais, vu la date d’acquisition des mécaniques, on tient certainement compte de l’usure du matériel.

83Le coût des nouveaux moyens de production a certainement été une des premières préoccupations des nouveaux filateurs. En comparaison des besoins de la petite mécanique, il faut investir en moyenne un capital quatre-vingt-deux fois plus important pour s’équiper, dans la période de mécanisation générale, en mule-jennies et diverses mécaniques préparatoires à la filature. Le coût moyen de 37 876 francs est calculé, pour 45 entreprises, à partir de situations aussi différentes que des créations d’établissements, des cessions de matériel ou des inventaires après décès, qui nous livrent rarement l’actif immobilisé de départ, lors de l’achat des machines. Le rapport de un pour quatre-vingt-deux peut cependant être retenu dans la mesure où la première estimation concernant les fabriques de filés à la jenny a reposé sur le même principe d’évaluation.

  • 42 ADN, J953/81.
  • 43 ADN, 3Q430/4.

84Une première nuance est apportée par la périodisation des estimations de la valeur du matériel et ustensiles des filatures de coton. La moyenne du coût d’entrée dans l’industrie, calculée pour 17 établissements érigés sous le premier Empire, s’établit à la somme de 26 279 francs. L’équipement moyen des filatures du département correspond à des établissements qui font travailler un peu plus d’une dizaine de métiers, l’équivalent de deux assortiments. Les écarts sont cependant importants et le calcul dissimule des différences qui s’étalent de 1 à 14, où l’on peut observer aux extrémités la filature de Dubucquoy et Watteau équipée en 1807 pour une valeur de 6 000 francs et celle de Cornil-Pollet qui a multiplié les métiers qui lui ont coûté, quatre ans plus tard lors de sa création, 84 584 francs42 ! Une grande majorité des filateurs du premier Empire entre en réalité dans l’industrie cotonnière avec de faibles capitaux immobilisés en matériel. Sur les 17 entrepreneurs dont nous connaissons l’actif, 11 d’entre eux, soit les deux tiers, investissent une somme inférieure à la moyenne de 26 279 francs. Le capital fixe atteint en moyenne seulement 12 000 francs, c’est-à-dire l’équivalent d’un seul assortiment. C’est exactement la valeur du matériel qui compose la filature du Roubaisien Germain Gaydet-Destombes en 1809, où on dénombre : 5 métiers en fin, 1 en gros, 3 cardes, 1 étirage à 4 têtes, etc.43 La physionomie des entreprises de la région sous le premier Empire, où domine dans notre échantillon la petite entreprise, peut être généralisée à l’ensemble des fabriques de la période.

 

  • 44 Pierre Pouchain, 1980, p. 136-141 ; Maurice Lévy-Leboyer, 1964, p. 109.

85Le calcul du nombre moyen de broches en activité dans le département, en 1805 et 1808, confirme en effet la faible capacité productive d’une grande majorité des filatures de la région. À ces dates, les établissements sont équipés de mécaniques dont le nombre de broches est inférieur à 200044. Un nombre important de ces filateurs n’atteignent pas les deux assortiments qui représentent la moyenne départementale. Ils sont ici également environ deux tiers à posséder un nombre de broches inférieur à la moyenne.

  • 45 Bibliothèque municipale de Douai, M.S 1400.
  • 46 AN, F12/1561.
  • 47 ADN, J953/81.

86Les filatures qui sont équipées dans la période d’un nombre de broches supérieur à la moyenne sont une minorité mais elles concentrent la majorité des outils de production. En 1805, 7 filateurs (29 % du total) regroupent 51 % des broches du département et, en 1808, les 27 plus grands établissements (40 %) en détiennent 61 %. La création de la filature des Grands Anglais de Douai, par exemple, demande à ses propriétaires des investissements en machines bien plus considérables que ceux consentis par la majorité des filateurs du département. Avant même que la fabrique ne soit en activité, les métiers et accessoires, construits à Rouen par l’intermédiaire du négociant du lieu Darpentigny et dans les ateliers de l’établissement, sont évalués à 74 680 francs45. En 1808, le filateur Gautier d’Agoty, à la tête de l’établissement, fait mouvoir 4 804 broches46. À cette date, quatre autres filateurs du département dirigent des entreprises qui font mouvoir plus de 4 000 broches, soit deux fois l’équipement moyen des établissements de la région : François Baudoux à Esquermes qui en compte près de 5 000 dès 1805, Grimonprez et fils à Roubaix (4 320), Desurmont frères à Tourcoing (4 122) et Dufrayer frères à Vaucelles (4 752). Dans la deuxième moitié de l’Empire, d’autres filateurs viennent grossir les rangs, qui restent cependant encore minces, des grandes entreprises. En 1811, par exemple, Jean Baptiste Cornil-Pollet équipe la filature qu’il crée à Lille de 36 mule-jennies composées d’un total de 7 776 broches, d’un montant estimé pour l’ensemble du capital fixe à la somme de 84 584 francs47.

 

  • 48 ADN, 6U2/14.
  • 49 ADN, J1774/59.
  • 50 ADN, J953/59.
  • 51 ADN, J1472/62.

87La période qui s’étend de la Restauration à la monarchie de Juillet accroît sensiblement les sommes nécessaires à l’établissement de filatures de coton. La moyenne du capital des 20 entreprises dont nous connaissons l’actif en métiers s’établit à 37 626 francs soit une augmentation des sommes immobilisées de 43 % par rapport à la période précédente. Le nombre moyen d’assortiments calculé pour ces filatures est de trois, soit une quinzaine de métiers, contre deux sous le premier Empire. Comme sous l’Empire, on observe un même écart entre un ensemble majoritaire de 13 filatures, 65 % du groupe, dont les sommes investies sont inférieures à la moyenne et un tiers des manufactures qui engagent des capitaux supérieurs à 37 626 francs. En 1819, la cession des 5 métiers composant la filature du Roubaisien Pierre Louis Pacquet-Desenclos donne lieu à un inventaire qui évalue le matériel à 6 800 francs48. L’année précédente, les modifications des statuts de la société Barrois frères conduisent à une estimation qui porte à 94 029 francs les métiers en activité rue de Tournai à Lille. Dans les deux cas, il s’agit de capitaux qui ont subi l’usure du temps sans que l’on puisse dire dans quelle mesure s’effectue le renouvellement des actifs dont l’amortissement, rarement connu, est évalué entre 10 et 12 %49. D’autres exemples d’investissements en machines relevés à la création ou au début de l’existence des nouvelles filatures confirment la possibilité d’entrer dans l’industrie avec de faibles capitaux. En 1822 par exemple, l’inventaire après décès de l’épouse de Jean Baptiste Salembier-Bulteau, fabricant devenu filateur à Roubaix la même année, fait état de 5 mule-jennies et de différents accessoires d’une valeur de 17 833 francs50. La même année, dans des circonstances identiques pour Pierre Antoine Allemand-Mullié associé en 1821 à Lille à son beau-frère Pierre Charles Mullié-Florin, l’actif immobilisé de la société, qui se compose notamment de 8 métiers comportant ensemble 1 728 broches, est porté à 24 967 francs51. Avec en moyenne 3 assortiments, on peut évaluer à un peu plus de 3 000 le nombre moyen de broches mis en activité par établissement dans la période. Le calcul effectué pour les 5 seules filatures dont nous connaissons à la fois le capital immobilisé, le nombre de métiers et le nombre de broches aboutit à un nombre moyen de 3 431 broches.

  • 52 ADN, M577/10.
  • 53 AM Fourmies, 2F1/3.

88L’absence de sources qui nous permettent de mesurer l’importance des filatures de coton pour l’ensemble du département à une date précise nous oblige à présenter quelques cas isolés. Ils sont cependant suffisamment multipliés pour confirmer la dualité des entreprises du département qui connaissent une croissance de leur capacité productive. Les deux filatures établies à Fourmies montrent par exemple l’hétérogénéité qui existe au sein même des petites filatures. Le premier établissement créé en 1810 par Louis Legrand et ses sœurs possède, sept ans plus tard, 6 mule-jennies, 8 métiers continus, 10 cardes, 2 laminoirs, 12 dévidoirs et occupe 200 ouvriers52. Le filateur fait mouvoir 1920 broches avec les premières mécaniques et 758 avec les secondes. Le nombre de broches reste identique jusqu’en 1830 et un relevé pour l’année 1836 de la société, devenue Demanet, Legrand et Lebègue depuis 1825, précise que la société fait travailler 2 496 broches53. La deuxième filature de coton fourmisienne dirigée par Jean Philippe Gilotaux possède, elle, moins de 400 broches en activité entre 1819 et 1830 !

  • 54 AM Douai, 2F15.

89À Douai, l’importance des capacités productives et des capitaux investis par les entrepreneurs est également variable. Créée en 1820, la filature dirigée par Pierre Clément Levalleux-Bruneau ne compte sept ans plus tard que 1 300 broches54. Établie la même année 1820, la société exploitée par Charles Philippe Auguste Hautrive-Cauvain et Pierre Paul Minart débute avec 11 mule-jennies de 216 broches, 2 métiers à filer en gros et toutes les machines nécessaires aux préparations, le tout construit par des mécaniciens anglais. En 1827, la filature, qui se situe dans la moyenne départementale avec un équipement de 3 000 broches, n’a guère augmenté ses moyens de production. La taille des deux autres entreprises de la ville est de loin beaucoup plus importante. En 1818, moins d’un an après sa création dans le collège Saint-Vaast, la société Blot, Haudouart et Cie compte 8 600 broches et emploie 370 ouvriers. Les filateurs conservent encore les mêmes capacités productives près de dix ans plus tard. La filature des Grands Anglais porte l’actif immobilisé en machines de 74 680 francs en 1805 à 199 647 francs en 1817. Encore que ce dernier chiffre soit, selon Gautier d’Agoty, porté aux deux tiers seulement du capital engagé. En 1818, l’établissement compte 50 mule-jennies dont 34 de 216 broches, l’équivalent de 7 288 broches en fin. En 1827, Desmoutier, qui a remplacé Gautier d’Agoty, est à la tête d’un établissement qui dispose de 9 000 broches à filer.

  • 55 AN, F12/2296.

90Les deux filatures établies dans le Cambrésis se distinguent également par leur taille en comparaison des établissements en activité dans le département et notamment dans l’arrondissement de Lille. En 1811, déjà, l’actif formant le mobilier de la fabrique des frères Dufrayer à Vaucelles est estimé à 108 000 francs55. Au Cateau, la filature installée dans le palais de l’archevêque par Alexandre Piot et Ferdinand Ladrière est composée de 5 000 broches en 1817. Resté seul à la tête de l’établissement, le second entrepreneur accroît ses outils de production. En 1818, il fait tourner 6 776 broches et 7 000 l’année suivante. En 1825, la filature que dirige Hippolyte Boulet, neveu de Ferdinand Ladrière décédé en 1821, a accru du double le nombre de broches pour atteindre le chiffre de 14 000 et se situer à la tête du département et occuper une place de premier plan au niveau national.

  • 56 ADN, 3Q314/146.

91Les relevés du nombre de broches effectués à plusieurs reprises dans la période par les autorités municipales de Tourcoing mettent en évidence les disparités des filatures de coton dans une ville où dominent les entreprises de petite taille. Entre 1817 et 1830, les établissements tourquennois utilisent en moyenne 1 778 broches, moins de deux assortiments, soit un tiers de moins que ce que font mouvoir les filatures du département. Certes les grands établissements ne sont pas inexistants. Ils forment plus d’un quart des filatures en activité à la fin de la décennie de 1810. À côté de la société Desurmont frères qui approche les 6 000 broches en 1817 (elle en comptait déjà plus de 4 000 en 1808), Duriez-Duthoit et Cie en fait travailler 3 456 la même année, chiffre auquel parviennent Delannoy-Delahaye et Floris Delannoy deux ans plus tard. En 1819, ces quatre établissements, qui forment 24 % du total des filatures de la ville, regroupent 38 % du total des broches en activité dans la ville. Dans les années suivantes, le nombre d’entreprises d’envergure ne connaît pas d’évolutions positives marquées. La part des grands établissements dans la structure productive de la ville connaît même un recul notable face au dynamisme de la création de nombreuses filatures de petite taille. Les chiffres connus pour des années de crise de l’industrie cotonnière doivent faire l’objet de prudence dans l’analyse. En juillet 1827 par exemple, les officiers municipaux ne retiennent qu’un seul établissement de plus de 3 000 broches, celui de Louis Desurmont et Cie, ce qui correspond à la réalité d’une conjoncture déprimée pendant laquelle les entrepreneurs ont réduit leur production, mais non à la capacité réelle des moyens de production disponibles. Ainsi, ils ne retiennent par exemple pas la filature établie par Auguste Dewavrin et son oncle par alliance, Constantin Fretin-Dervaux rentier à Quesnoy-sur-Deûle et propriétaire d’une partie du capital (la moitié ?) composé des mécaniques de l’entreprise qu’il cède au premier, en 1822, pour la somme de 12 500 francs56. Le filateur, qui déclare successivement 3 456 broches en mai 1827, seulement 1944 au mois de juillet suivant, à nouveau 3 224 en décembre et même 3 856 en 1830 avant d’être inscrit pour 2 800 en 1831, est classé dans des catégories différentes qui reflètent les ajustements opérés par les entrepreneurs en temps de crise de surproduction.

92Sur l’ensemble de la période, on relève au total, pour Tourcoing, seulement 9 entreprises qui dépassent le nombre moyen de broches du département. À côté des établissements déjà cités, on relève la société Jacquart frères créée en 1821 qui déclare 1 728 broches en mai 1827 et 3 064 en décembre de la même année, Caulliez-Pétillon avec 3 024 broches en 1830 et enfin Jean François Motte-Destombes, filateur depuis 1819, qui fait travailler 4 240 broches en 1830 après avoir, dans les trois années précédentes, déclaré entre 1292 et 2500 broches. La ville, qui a vu une forte augmentation du nombre de filatures, s’est densifiée d’un tissu d’entreprises de taille modeste. Ces filatures, qui représentent entre 75 et 80 % des manufactures en activité, ne diffèrent guère de celles établies dans la période précédente. Elles actionnent en moyenne 1 488 broches, c’est-à-dire entre un et deux assortiments de métiers à filer, ce qui représente un investissement d’une vingtaine de mille francs en tenant compte de l’utilisation de plus en plus systématique des grandes cardes et des métiers à étirer. La petite taille de ces entreprises ne remet cependant pas en cause le poids économique décisif qu’elles jouent dans la croissance de l’industrie cotonnière de la ville et plus généralement du département. À Tourcoing, elles concourent pour plus des deux tiers à la production des filés de la ville.

 

  • 57 ADN, 3Q318/46 ; J1491/47.
  • 58 ADN, J1318/102.
  • 59 ADN, 3Q314/167.

93La décennie 1830 et la sortie progressive de la crise voient les investissements destinés aux capacités productives des filatures du département s’accroître. La moyenne calculée pour 8 établissements pour lesquels nous connaissons l’actif immobilisé en machines entre 1831 et 1844 s’élève à 63 146 francs. La hausse comparée à la période précédente se situe à près de 70 %. La taille des entreprises croît et les très grandes filatures se multiplient pour faire entrer progressivement l’industrie de la région dans l’ère de l’usine. En 1832, l’actif du filateur lillois Florentin Droulers-Cuvelier est estimé à 89 000 francs et celui de François Desmons-Blondeau, évalué lors de la vente de l’ensemble de son matériel en 1844, est porté à 123 353 francs57. Des filateurs ont accru leurs capacités productives au lendemain de la stagnation des affaires. Les frères Théodore Barrois-Demesmay et Henri Thomas Barrois-Lethierry par exemple font passer leurs actifs de 102 000 francs en 1831 à 140 000 francs en 1834, à cette date la société possède 13 728 broches en activité58. La période voit certes encore des établissements se créer ou se maintenir avec des dimensions qui ne modifient pas le paysage industriel précédent, un mouvement de concentration est cependant engagé dans lequel s’affirme, au fil de la décennie, la grande entreprise. En 1832, la moyenne des broches détenues par les 49 entreprises lilloises recensées s’établit à 3 686, soit deux fois le nombre des 26 filatures en activité en 1808. Ils sont trois entrepreneurs à détenir plus de 10 000 broches. Outre Barrois frères, on relève les noms du Rouennais Gustave Toussin-Delaoutre, qui reprend en 1827 la filature des frères Constant et François Bartholony associés à César de la Panouze, avec 11 000 broches, et ceux de Pierre François Degrimonpont-Vernier associé à son beau-frère Valéry Victor Vernier-Vanohoenacker depuis 1825, qui en font mouvoir 11 66459. D’autres sont proches de ce niveau, comme Jean Baptiste Wallaert-Desmons, épicier encore après la chute de l’Empire, qui dispose dans les premières années de la monarchie de Juillet de 9 924 broches.

  • 60 ADN, M547/5.
  • 61 AM Roubaix, 1G31.

94La concentration se poursuit tout au long de la décennie. Un relevé effectué en 1843 pour l’ensemble du département montre que le nombre moyen de broches est de 4 19260. À Lille, le chiffre passe de 3 686 en 1832 à 5 185, l’équivalent d’une progression de 40 % des capacités productives en une décennie. Ils sont alors dix filateurs nordistes à posséder plus de 10 000 broches dont deux qui sont à la tête d’établissements possédant le double de ce chiffre. La filature du Cateau, devenue « Bricout, Boniface et Cie », demeure avec 12 400 broches l’une des plus importantes du département, même si les capacités productives de la filature installée dans le palais de l’archevêque étaient déjà supérieures vingt ans plus tôt. À Roubaix, les entrepreneurs qui n’ont pas abandonné l’industrie cotonnière pour celle de la laine se lancent dans la production à une échelle beaucoup plus importante. L’établissement de la liste des filateurs en 1837 où, exceptionnellement, on distingue les entrepreneurs de la laine de ceux du coton pour l’établissement du montant des patentes, montre que la crise s’était traduite par une forte réduction des moyens de production61. Si la comparaison du nombre de broches entre 1837 et 1843 doit tenir compte de l’état de crise qui règne encore dans le milieu des années 1830, il n’est pas moins évident que l’on assiste à une concentration des outils de production. Désiré Wibaux-Florin déclare par exemple 1 500 broches en 1837 et 15 200 en 1843, Dazin fils aîné 1 700 et 21 500, Auguste Mimerel père et fils 6 250 puis 16 800. Eugène Grimonprez-Delaoutre et Alexandre Dervaux sont encore portés en 1843 pour respectivement 16 800 et 19 400 broches. À Armentières enfin, Hubert Dansette-Leblon, qui abandonne la carrière de docteur en médecine pour succéder dans l’industrie à son beau-père, Charles Louis Leblon-Dansette, est à la tête d’une filature équipée de 100 métiers comportant 21 600 broches au total.

Des moteurs adaptés aux structures productives

95Dans cette dernière période, et même pour une minorité dès l’époque de la Restauration, des modifications qui pèsent sur le poids des investissements nécessaires à l’entreprise industrielle sont apparues avec l’utilisation de nouveaux moteurs et sources d’énergie, notamment de la machine à vapeur, propres à donner le mouvement aux métiers à filer. Jusque dans les années 1820 et même encore dans la décennie suivante, la force humaine et aussi surtout animale restent les principaux moteurs utilisés dans les filatures de coton du département. Dans le premier cas, celui des mule-jennies munies de roues qu’actionnent des ouvriers chargés de donner le mouvement aux métiers, les exemples sont rares. On relève deux cas, à Comines, Jean Baptiste Bailly-Rossignol utilise des ouvriers qu’il nomme « muljeuniers » pour mettre en activité ses mécaniques à filer. Si ces métiers à bras semblent bien correspondre aux premières filatures, dont on a vu qu’elles employaient un nombre moyen de cinq mule-jennies composées d’un peu plus d’une centaine de broches, il est plus étonnant de rencontrer ces moyens de production dans des filatures de grandes dimensions. C’est le cas à Douai, où l’entreprise installée dans le collège des Grands Anglais utilise encore en 1819 ces métiers. Cependant, si l’établissement qui compte alors une cinquantaine de mécaniques à filer se sert encore principalement de la force humaine pour la production de filés, c’est la force animale qui est utilisée pour les opérations préparatoires du cardage et de l’étirage.

  • 62 ADN, 6U2/979.

96Le manège de chevaux est la force motrice la plus utilisée dans le département, de l’Empire à la monarchie de Juillet. Le faible investissement, entre 1 500 et 2 500 francs, auxquels s’ajoutent plusieurs centaines voire quelques milliers de francs pour la valeur des chevaux et de leur entretien, est proportionné aux dépenses des mécaniques mises en mouvement. En 1811, Lefebvre-Burghelle porte dans son bilan à une somme de 1 800 francs les deux manèges dont il précise qu’ils ont coûté 5 000 francs lors de leur construction ainsi que 750 francs pour « perte sur divers chevaux »62. Les sources que l’on peut utiliser nous livrent généralement la valeur d’un matériel qui a subi l’usure du temps. L’inventaire après décès dressé en 1822, à la mort de Floris Louis Delaoutre-Ledoux, porte la valeur du manège à 600 francs et la visite de l’écurie donne lieu au dénombrement de six chevaux estimés à seulement 480 francs. En 1810, le manège appartenant à Defrenne-Delebecque est évalué à 300 francs, soit seulement 1 % de la valeur de l’actif immobilisé en métier du filateur roubaisien. Il est plus élevé, 6 %, l’équivalent de 1 100 francs chez le filateur Jean Baptiste Stanislas Defrenne-Degrimonpont qui possède 11 métiers à filer. Dans la même famille de filateurs roubaisiens, le manège qui actionne les 17 métiers de Bonami Defrenne-Defrenne est évalué à 946 francs soit seulement 3 % de son actif. Le manège représente encore un faible pourcentage du capital fixe, 1 400 francs, soit moins de 3 % d’un total de 50 713 francs, lors de l’inventaire qui met fin à l’association entre les filateurs lillois Jean Baptiste Bailly-Rossignol et Victor Plaideau. Il est exceptionnellement élevé, 7 200 francs sur un actif composé notamment de 16 mécaniques à filer et de 4 cardes doubles d’un montant total de 44 182 francs, soit 16 %, chez Aimé Mille dont l’évaluation comporte le prix de 4 chevaux.

  • 63 Cf. p. 322, Illustration n° 3, Plan de la filature de coton Farrar puis Delepoulle à Villers-sire-N (...)

97À côté des filatures qui utilisent le manège comme force motrice, une partie des établissements industriels se servent de roues mues par l’eau pour faire tourner leurs métiers à filer. Les entreprises installées sur les cours d’eau, comme à Villers-Sire-Nicole63, sont cependant rares dans le département et les investissements nécessaires à la mise en activité des mécaniques sont intégrés aux coûts des bâtiments, souvent vastes et qui longeaient les rivières ou biefs.

Illustration n° 3 : Plan de la filature de coton Farrar puis Delepoulle à Villers-sir-Nicole utilisant la force hydraulique (1826).

Illustration n° 3 : Plan de la filature de coton Farrar puis Delepoulle à Villers-sir-Nicole utilisant la force hydraulique (1826).

Illustration n° 4 : Filature de coton des Grands Anglais de Douai (1819).

Illustration n° 4 : Filature de coton des Grands Anglais de Douai (1819).

Illustration n° 5 : Plan de la filature des Grands Anglais de Douai (1806).

Illustration n° 5 : Plan de la filature des Grands Anglais de Douai (1806).
  • 64 Cf. p. 326, Illustration n° 4, Filature de Douai, Malfait, Blot et Haudouart, équipée d’une machine (...)
  • 65 ADN, 1Q1183/121.
  • 66 AN, F12/1615.
  • 67 Cf. p. 323, Illustration n° 5, Filature de coton des Grands Anglais de Douai (1819), ADN, M 579/1 e (...)
  • 68 Fernand Beaucourt, 1987.

98L’utilisation des machines à vapeur allait augmenter de manière sensible le seuil d’entrée dans une industrie de plus en plus mécanisée64. La première machine à vapeur installée dans une filature de coton du département est cependant construite tôt, par Constantin Périer, à Douai. La machine à feu qui n’est pas mise en activité fait l’objet d’une estimation qui l’évalue, en 1812, à 24 000 francs. Elle représente alors 40 % des 60 960 francs que constitue le capital fixe de l’entreprise65. La volonté d’employer la machine à vapeur est le fait d’autres entrepreneurs du premier Empire. En l’an XII, Louis Jean Focard de Château ne persuade cependant pas le gouvernement de lui fournir un appui financier pour s’établir dans l’arsenal de Tournai et y former une filature de coton qui doit utiliser une machine à vapeur66. Installé à Douai dans le collège des Grands Anglais67, où il devient directeur pour un court temps de l’établissement, il poursuit, avec l’aide du sous-préfet Masclet, le projet d’utiliser la vapeur comme force motrice. Le refus du gouvernement de céder les deux machines à vapeur, sans activité, installées à Paris dans l’Île des Cygnes et la réorganisation de la société après le renvoi de Focard de Château allaient différer à la période de la Restauration l’utilisation de la machine à vapeur à Douai comme dans l’ensemble du département68.

99À Lille, la première machine à vapeur, d’une force de six chevaux, est installée à la fin de l’année 1816, rue du Metz, par le filateur Philippe Maurice Lebon. En 1818, Auguste Mille et, l’année suivante, René Léonard Vittet, installent leur machine rue Saint-André et rue Sainte-Catherine. Les établissements s’équipent à un rythme modéré les années suivantes ; on compte sept machines à vapeur installées dans la ville en 1825, importées d’Angleterre ou construites notamment à Arras chez Hallette. Les autres villes s’équipent à la même époque, comme Roubaix qui voit sa première machine installée chez Grimonprez-Bulteau en 1818, Douai en 1819 chez Emmanuel Blot, Haudouart et Cie, la même année au Cateau chez Ferdinand Ladrière, dans la décennie suivante chez Delannoy à Tourcoing et Casiez-Dehollain à Cambrai. En 1825, le département compte 14 machines à vapeur en activité et le nombre continue à croître les années suivantes.

Illustration n° 6 : Filature de Douai, Malfait, Blot et Haudouart, équipée d’une machine à vapeur (1820).

Illustration n° 6 : Filature de Douai, Malfait, Blot et Haudouart, équipée d’une machine à vapeur (1820).
  • 69 ADN, 3Q318/46.
  • 70 CNAM, A123, 167, 183 et 215.

100La valeur de la machine à feu, estimée en 1832 à la mort de l’épouse du filateur lillois Florentin Droulers-Cuvelier, s’élève à 50 000 francs qui forment plus de la moitié du capital fixe inventorié pour 89 000 francs69. Chez les filateurs Barrois frères, la machine à vapeur, qui comporte en 1834 trois chaudières, est portée à l’inventaire pour une somme de 33 000 francs soit le quart de l’actif de l’entreprise. Les machines utilisées dans la même période à Roubaix, pour équiper des filatures de dimensions encore très moyennes, à la puissance en chevaux limitée, sont de prix nettement moins élevés. En 1835, Louis Delobel-Desurmont filateur à Tourcoing, Louis Constant Delepoulle-Tharin à Marcq-en-Baroeul puis, en 1836 Louis Grimonprez entrepreneur à Roubaix, tout comme Désiré Bonami Boutry-Flament à Lille, s’équipent de la même machine à vapeur à haute pression de 6 chevaux, pour une valeur unitaire de 6 000 francs, construite à Tirlemont en Belgique par le mécanicien Gilain70. Ainsi il a été possible, à l’heure de la mécanisation générale, pour les filateurs à la tête de filatures de tailles modestes, d’adopter un moteur en lien avec leur capacité productive et financière.

De la fabrique à l’usine

101Le second impératif qui s’impose à l’entrepreneur qui s’engage dans l’aventure industrielle à l’époque de la mécanisation, c’est de pouvoir disposer d’un bâtiment suffisamment vaste pour accueillir les nouveaux moyens de production. La croissance de l’industrie cotonnière, qui se caractérise par de nombreuses créations et disparitions d’entreprises, se traduit par de nombreuses transactions, ventes, locations ou constructions qui nous permettent d’apprécier, pour un nombre important de biens immobiliers, les capitaux investis par les filateurs de la région. Nous avons pu reconstituer la valeur des biens immobiliers pour 92 filatures localisées dans 18 villes du département entre 1805 et 1839. Certains bâtiments ont été estimés à plusieurs reprises dans la période et nous disposons au total de la valeur de 105 évaluations de bâtiments industriels.

  • 71 ADN, J548/28.
  • 72 AN, F12/2296.

102La moyenne du capital investi dans les biens immobiliers par les filateurs, dans les quatre premières décennies du XIXe siècle, s’élève à 36 368 francs. C’est donc une dépense qui est quatre à cinq fois supérieure à celle que les fabricants à la petite mécanique devaient consentir dans la période précédente. La même disparité que nous avons rencontrée pour les investissements en mécaniques existe dans les actifs immobiliers qui ne subissent pas, ou beaucoup moins, les dépréciations liées à leur utilisation. En 1815 par exemple, le Lillois Henri Aimé Charles Demailly-Lesage cède son bâtiment de la rue de la Comédie au marchand Nicolas Vincent Lorent, qui aborde l’industrie de la filature de coton, pour seulement 6 000 francs71! À l’autre extrémité, mais il est vrai qu’il s’agit à ce niveau d’une exception, les frères Dufrayer évaluent en 1811 à 200 000 francs l’imposante abbaye de Vaucelles alors dédiée à l’industrie72. Comme on a pu le constater s’agissant du nombre de mécaniques possédées par les filateurs et en lien avec cette hétérogénéité des capacités de production, petits et grands espaces manufacturiers se côtoient dès le premier Empire.

  • 73 AN, J548/51.

103Sur l’ensemble de la période, près d’un quart des filateurs dépensent moins de 20 000 francs pour disposer de locaux destinés à la production de filés. Jusqu’à la Restauration, la valeur moyenne des investissements, pour 25 établissements, se situe à 31 482 francs. Toutefois, près de 70 % des filatures sont estimées à une somme inférieure. La part des petites unités de production connaît une évolution au cours des quatre décennies. Pendant la période napoléonienne, les petits bâtiments industriels sont largement dominants dans le paysage manufacturier du département : ils représentent alors 44 % des établissements recensés. Souvent destinées à recevoir un voire deux assortiments, les fabriques sont parfois établies à partir de plusieurs maisons contiguës qui sont transformées et aménagées en bâtiments industriels. Pierre Philippe Lahousse construit sa manufacture à partir de deux maisons qu’il réunit pour former l’établissement de la rue du Plat au numéro 27. La filature érigée rue de Fives à Lille par Jean Baptiste Wallard-Martin, qui possède 1 500 broches en 1805, est ainsi constituée d’au moins trois maisons pour une valeur totale de 13 625 francs avant les aménagements nécessaires à la production de filés. Dans la première, on trouve au rez-de-chaussée lieu d’habitation, au premier étage une grande pièce à usage d’atelier, « formant jadis deux chambres », au second et au troisième étage sont également installés les métiers à filer. Les petits espaces destinés à recevoir les mécaniques se retrouvent tout autant divisés sur trois niveaux dans le second bâtiment où les murs ont été abattus pour donner de l’aisance à un espace dont on dit en 1826 qu’il « peut accueillir 20 métiers à filer »73.

  • 74 ADN, J1774/30.

104Si les filatures sont souvent composées d’un bâtiment principal, souvent au rez-de-chaussée, grande pièce où sont installées les mule-jennies, il n’est pas rare que les établissements comportent un ou plusieurs étages quand la dimension de l’édifice est réduite. Ainsi, en 1809, Louis Jean Baptiste Follez, poursuivi par ses créanciers, vend au filateur lillois Charles Mathias Servatius son bâtiment de filature, acquis deux ans auparavant, composé d’une maison à cinq étages et à double quartier pour la somme de 14 800 francs74. Sous la Restauration et jusqu’à la monarchie de Juillet, les investissements moyens inférieurs à 20 000 francs sont plus rares mais ils continuent à représenter une part non négligeable, plus de 15 %, des unités productives du département. En témoigne encore, en 1832, l’évaluation pour seulement 9 360 francs de la filature établie à Wattrelos par le Roubaisien Basile François Bulteau-Florin.

105Pour les deux tiers des filateurs, l’activité se déploie dans des unités de production qui nécessitent des dépenses comprises entre 20 000 et 80 000 francs. L’éventail de la valeur immobilisée en capital est cependant large et reflète une évolution déjà observée pour les investissements en matériel : en même temps que croissent les capacités productives d’un nombre restreint d’établissements, l’expansion de l’industrie cotonnière rend possible, tout au long de la période, la création ou le maintien de manufactures qui ne se distinguent pas forcément par les capitaux investis. Le nombre de fabriques dont le coût est compris entre 20 000 et 40 000 francs montre, sur quatre décennies, une stabilité remarquable pour une industrie qui connaît alors une croissance globale. En 1811, Henri Placide Panckoucke, ébranlé par la crise, revend sa belle manufacture située à Lille rue de Courtrai et composée de cinq ateliers, de magasins, de remises, d’une écurie, de grandes cours, d’une cave, d’un grenier et d’une maison d’habitation, pour le prix de 24 200 francs. Dans un bâtiment d’une valeur quasiment identique, il est possible d’utiliser la machine à vapeur. Ainsi en est-il du filateur René Léonard Vittet-Pouchin qui fait construire une fabrique qui, en 1823, est composée d’un rez-de-chaussée où il installe une pompe à feu, 5 cardes doubles et deux étirages, d’un premier étage où se trouvent 7 métiers à filer en fin de 216 broches et 2 à filer en gros de 108 broches, et d’un second niveau où l’entrepreneur dépose un assortiment complet. En 1825, les créanciers du filateur l’obligent à céder son édifice qui est revendu aux frères Emmanuel François et Auguste Blondeau, déjà installés manufacturiers depuis 1822.

  • 75 ADN, J839/13.
  • 76 ADN, J861/93 ; J1472/45.

106De nombreux entrepreneurs s’installent ici dans des locaux qui servaient souvent auparavant à des activités industrielles ou marchandes. En 1806, par exemple, Libert-Desurmont installe ses mécaniques à filer dans la continuation de la maison et du bâtiment servant de saline et fabrique, « comprenant magasin, pacus et ouvroir », rue de l’Église à Tourcoing75. La filature de la rue de Fives qu’occupe le Lillois Folet-Margée entre 1825 et 1829, d’une valeur de 30 000 francs, est un ancien édifice dont les bâtiments servaient de tannerie. Bernard François Moreau-Bracq et son fils Augustin François sont installés dans un bâtiment constitué à partir de huit maisons, dont la principale est une filature de coton qui a appartenu respectivement à Jean François Collart, Jean Baptiste Duhamel-Caquant puis Charles Descamps-Dujardin76. À Lille, la décadence de la filterie a libéré des locaux qui profitent aux entrepreneurs du coton. C’est le cas de François Desmedt-Bernard qui, dès l’an III, installe dans un de ces bâtiments, rue de la Quennette, d’abord des jennies puis en 1808 des mule-jennies. La filature de la rue du Béguinage qui sert en 1820 à Pierre Antoine Allemand-Mullié et Pierre Charles Mullié, était auparavant la fabrique de filterie d’Augustin Lefebvre-Billet. Outre la maison qui sert d’habitation, le magasin où est entreposé le coton brut et filé, la manufacture se compose d’un premier atelier où sont placés aux premier et second étages 13 métiers, ainsi qu’un grenier qui accueille une mécanique démontée, le deuxième bâtiment constitué d’un seul rez-de-chaussée abrite 2 métiers en fins et 5 en gros ainsi qu’un étirage. Dans la petite maison qui a été jointe à la filature, un manège donne le mouvement aux différentes machines.

  • 77 AM Roubaix, 1G27.

107Au lendemain de la chute de l’Empire, les investissements immobiliers s’accroissent, les bâtiments industriels sont agrandis, et les nouvelles filatures sont construites avec des dimensions plus importantes. La part des manufactures dont la valeur vénale est comprise entre 40 000 et 80 000 francs connaît une hausse continue. Elles représentaient 12 % de notre effectif à l’époque napoléonienne, 32 % entre 1816 et 1830 et 40 % des évaluations faites pour la première moitié de la monarchie de Juillet. Les quelques rares permis de construire conservés pour la ville de Roubaix au début de la Restauration permettent d’apprécier l’ébullition qui règne dans le milieu entrepreneurial de la ville77. En 1815, Ferdinand Bulteau-Prouvost ajoute un bâtiment à la fabrique qu’il occupe rue du Galon d’Eau pour y placer un manège. En 1816, les frères Pierre François Lepoutre-Roussel et Louis Lepoutre-Decottignies bâtissent chacun un nouveau bâtiment de trois étages, respectivement rue du Presbytère et rue du Pays. La même année, Philippe Bonami Prouvost-Defrenne érige un atelier de quatre étages à l’emplacement de plusieurs petites maisons de la rue Saint-Georges. En 1817, Louis Antoine Brédart-Desaint construit un bâtiment de quatre étages dans le jardin qu’il possède rue Saint-Georges et, en 1819, il rehausse d’un niveau les deux filatures qu’il possède rue de l’Abreuvoir et qui sont occupées par ses gendres Ferdinand Duhamel-Brédart et Auguste Aimé Wattinne-Brédart. En 1819, Florin-Bossut fait construire rue de la Brasserie un bâtiment « pour y mettre des métiers », Pierre François Duthoit-Leclercq ajoute deux étages à la fabrique qu’il possède dans la même rue et Désiré Gruart fils, préalablement installé rue du Grand Chemin, érige un grand atelier rue Nain.

  • 78 ADN, J1318/84.

108Roubaix n’est pas seule à être touchée par la multiplication des investissements immobiliers. En 1825, Auguste Hyppolite Descamps fait construire à Lille rue de Berry un bâtiment de filature composé de trois corps. Le premier à usage d’habitation, le second pour servir de magasins et le troisième pour la filature78. Il y est joint un petit bâtiment destiné à recevoir le manège. En 1827, le bâtiment est revendu pour 35 000 francs à Charlotte Philippine Crespel, veuve du fabricant de cardes Antoine Désiré Scrive, qui s’engage à payer les créanciers hypothécaires de Descamps. Toujours à Lille et dans la même période, la filature des frères Barrois voit sa superficie multipliée par trois. À l’ancienne fabrique qui comprend cinq travées sur quatre étages estimée, en 1822, à 9 360 francs est joint un nouveau bâtiment industriel de huit travées sur trois niveaux, sans compter le grenier, évalué à 27 872 francs dans lequel les entrepreneurs installent la carderie. L’ensemble de l’édifice, qui compte un emplacement pour le manège, des cours et jardins, constitue pour la société un actif de 55 524 francs.

La vente des biens nationaux

  • 79 ADN, 1Q1183/121.
  • 80 Cf. p. 333, Illustration n° 7, Plan de la filature de coton Constantin Périer à Douai (1805), ADN, (...)

109La mise en vente des biens nationaux de première et seconde origines et leur revente ont représenté une aubaine pour les candidats à l’entrée dans l’industrie cotonnière. Il est difficile de dire quelle est la part réelle des acquisitions, faites auprès de l’administration, qui deviennent ensuite édifice servant à abriter des filatures de coton. Ils représentent 15 % des 92 bâtiments dont nous connaissons la valeur du bien-fonds. Acquéreurs de biens du clergé, d’abbayes, de fondations ou collèges, les nouveaux entrepreneurs allaient trouver dans ces vastes édifices, souvent payés à crédit dans des enchères où les prix sont loin de représenter la valeur réelle des biens immobiliers, l’espace nécessaire pour le développement de leur industrie. En l’an XIII par exemple, Constantin Périer se porte acquéreur pour 36 000 francs, payables en cinq paiements égaux de 7 200 francs, y compris 5 % d’intérêts annuels pour les quatre derniers versements, de l’ancien hôtel Saint-Albin devenu collège Saint-Vaast en 161579. L’édifice, couvert en ardoise, est construit sur une surface totale d’un hectare soixante-dix ares et comprend plusieurs parties80 (Le bâtiment principal, faisant face à l’entrée de l’établissement sur le rivage Saint-Vaast, long de 50 mètres sur une largeur de 10 mètres comprend quatre étages et deux escaliers extérieurs. Ce premier espace, estimé à 21 800 francs, accueille les métiers à filer et cardes de l’entrepreneur. Le bâtiment rectangulaire est prolongé de chaque côté par deux ailes, d’une longueur de 30 mètres, comprenant un rez-de-chaussée, un premier niveau et un grenier, qui ceinturent et ferment par le prolongement d’une galerie de toute part une majestueuse cour d’entrée. L’aile gauche qui forme les logements d’habitation fait face à la seconde partie où le constructeur mécanicien parisien a installé une forge et une fonderie. À l’arrière de l’édifice principal, une première cour accueille un bâtiment, long de 25 mètres qui sert de bureau et de lieu où la machine à vapeur est placée, la seconde qui dispose d’une écurie et d’un hangar couvert fait face à un immense jardin clos de murs dans tout son pourtour. Le bâtiment qui n’a pas subi de transformation entre sa date d’achat et son estimation de 1812 est évalué pour une somme de 69 300 francs. La seconde filature établie à Douai est installée dans le collège des Grands Anglais dont l’institution obtient de garder la propriété mais elle ne peut s’opposer à la location de l’édifice.

  • 81 ADN, Bibliothèque 6042.

110L’abbatiale des Bernardins de Vaucelles qu’acquièrent, en 1805, les frères Dufrayer est située dans la vallée que traversent l’Escaut et le canal de Saint-Quentin, sur la commune de Crévecoeur, entre Cambrai à 12 kilomètres et Saint-Quentin à 26 kilomètres, au centre d’un espace manufacturier où le recul de l’industrie linière allait rendre disponible une main-d’œuvre ouvrière déjà formée aux activités du tissage81. L’édifice, qui fait partie d’un domaine de plus de 300 hectares, enclos sur près de six, en partie planté, comprend deux bâtiments de proportions exceptionnelles. Le premier, construit au XVIIe siècle et disposé pour l’habitation des abbés de Vaucelles, mesure 64 mètres de long sur une largeur de 11 et 15 mètres ; il comprend une cave, un rez-de-chaussée d’une élévation de 5 mètres, un étage et un grenier. Le second, qui communique avec le premier, forme l’ancien cloître érigé au XIIe siècle sur une longueur de 80 mètres sur 18 mètres de large, surélevé par un niveau de 61 mètres de long largement éclairé. Les filateurs trouvent grâce à l’aqueduc, desservi par l’Escaut qui traverse la propriété et passe sous les deux grands bâtiments, la force hydraulique nécessaire pour la mise en mouvement des mécaniques à filer. De nombreuses réparations et modifications sont apportées au bâtiment, exhaussement du sol pour la création d’un manège destiné à la carderie, agrandissement des baies, etc., et portent à 200 000 francs en 1811 l’évaluation du bâtiment de filature.

Illustration n° 7 : Plan de la filature de coton Constantin Périer à Douai (1805).

Illustration n° 7 : Plan de la filature de coton Constantin Périer à Douai (1805).
  • 82 Archives de la ville de Gand, Fonds Napoléon de Pauw 3700.
  • 83 ADN, 4Q12/35.

111L’emploi de roues mises en mouvement par la force hydraulique est majoritaire dans ces filatures, établies dans des édifices religieux traversés par des cours d’eau dont l’énergie servait à actionner les moulins à moudre les céréales ou autres machines. En 1810, Louis Legrand établit son entreprise dans une partie de la propriété de l’abbaye de Liessies sise au centre de la localité de Fourmies qu’il a précédemment acquise. Les métiers à filer sont actionnés par une roue hydraulique dont la chute avait été créée par les moines de Liessies, en détournant le cours de l’Helpe mineure, pour le fonctionnement du moulin à farine. Au Cateau, le palais de l’archevêque est acheté en 1791 par le banquier Claude Alexandre Rodesse pour 58 200 francs, payables sur 12 ans. L’immense bâtiment échoit ainsi à un Parisien, avocat au Parlement, écuyer conseiller secrétaire du roi qui est également fermier des biens ecclésiastiques. En 1790 il obtient le renouvellement du premier bail à ferme, passé en 1781 pour 9 ans, de tous les revenus temporels de l’archevêché de Cambrai pour la valeur de 320 000 livres par an. On connaît mal le rôle de Rodesse, propriétaire du bâtiment qui allait servir à la fabrique de calicots, dont les filés seraient produits à Tronchiennes par Liévin Bauwens associé à Nicolas Dollfus installé à Paris et chargé du tissage82. La société est cependant dissoute, en 1802, juste après sa création et le palais de l’archevêque devient le centre de production des toiles de coton de l’entreprise des frères Nicolas et Henry Dollfus-Mieg, dans laquelle intervient certainement Rodesse, jusqu’en 1808, date à laquelle la société rencontre des difficultés. La revente du bâtiment après le décès du propriétaire, en 1810, fait cesser la société. Le nouvel acquéreur Pierre Frédéric Demadre, négociant à Cambrai et président du Conseil d’Artois, continue à utiliser le palais pour la production de toiles de coton avant de s’en séparer en 181283. À cette date, Ferdinand Ladrière alors négociant à Saint-Quentin achète pour 62 000 francs la propriété composée de 2 hectares 75 ares qu’il destine, avec son associé Alexandre Piot, à la filature. L’édifice, qui dessine un carré d’environ 50 mètres de côté, dont l’un des corps se prolonge d’une dizaine de mètres, est construit sur une superficie de 75 ares qui longe la Selle, dont un bras traverse en partie l’établissement. En 1815, lors de l’occupation de la ville par les troupes étrangères, l’établissement est capable de loger entre 400 et 800 hommes en permanence au grand désespoir de son propriétaire.

  • 84 ADN, 3Q15/23.
  • 85 ADN, 94J/161.

112De nombreux entrepreneurs de l’arrondissement de Lille installent également leurs unités de production dans des bâtiments appartenant auparavant aux ordres privilégiés. C’est vers 1802 que Jean François Woussen-Salomon se rend propriétaire des terres appartenant à Gilles Joseph Hespel, seigneur de Lestocquoy et sises à Houplines. La filature, établie sur la seigneurie de la Cazerie et appelée « château du pont cazier », s’étend sur un domaine de plus de trois hectares84. À Tourcoing, le couvent des Récollets est acquis par Jean Baptiste et Louis Desurmont qui forment la filature Desurmont frères. À Loos, l’immense abbaye achetée par le Lillois Virnot abrite entre 1804 et 1810 la filature créée par Charles Fiévet, Reumont et Wicart. Acquis par l’État en 1812 pour devenir un pénitencier, l’établissement continue à produire des filés de coton et des toiles de calicot qui se débitent en partie chez l’indienneur Voortman à Wazemmes sous la direction du Parisien Alexandre Délier, soumissionnaire de l’entreprise, dont les filles s’unissent avec des fils de filateur (Julie épouse Félix Plaideau associé à son père Victor) ou de négociant (Marie Hélène convole avec Henri Auguste Carpentier)85. À Seclin, Louis Gérard Lefebvre-Burghelle fait l’acquisition en l’an VIII du bâtiment de la rue de l’Hôpital, propriété auparavant de Jean Pierre Navare qui avait remporté les enchères auprès de l’administration. Le bâtiment estimé à 14 200 francs en 1807 subit des transformations qui portent sa valeur quatre ans plus tard à 25 000 francs.

  • 86 ADN, J861/178.

113Les achats de seconde ou troisième main des biens du clergé et de la noblesse ne rendent pas toujours aisé, sauf après une étude de détail, l’identification comme bien national des filatures mises en activité dans le département. C’est le cas des biens immobiliers détenus par Marie Françoise Joseph Desurmont, veuve de Charles François Delepoulle, marchande de laine à Tourcoing, associée à son fils Louis Constant Delepoulle-Tharin, également marchand de laine, et à son gendre Floris Duquennoy-Delepoulle qui s’installent filateurs de coton à Marcq-en-Barœul en 1819. Pour s’établir, les entrepreneurs achètent une « très belle manufacture » construite sur la rivière de la Marque et destinée à la fabrique de draps des Lillois Pierre Louis Hache-Béghin et Louis Descarpentries-Thomas86. Le bâtiment « éclairé de tous côtés » et composé de quatre étages est un rectangle de 21,5 mètres de long sur 17,70 mètres de large. Il est composé d’un fouloir qu’une roue à eau fait tourner et qui est adaptée aux mécaniques à filer des nouveaux propriétaires. L’édifice est pourvu d’un logement de maître, de deux habitations de concierges et d’une écurie pour deux chevaux. Il comprend un grand jardin potager, un moulin à eau et un vaste hangar couvert qui peut aisément servir de local industriel. L’achat pour 33 416,66 francs, qui comprend également un hectare six ares trente-neuf centiares de verger planté d’arbres fruitiers, auprès des manufacturiers de drap est en réalité une acquisition de troisième main de biens qui proviennent de la propriété de l’abbaye de Marquette achetée, en 1791, par le Lillois Louis Dusart.

  • 87 ADN, J1318/33.

114Les biens nationaux devenus établissements industriels sont également nombreux à Lille. Vers 1819, Adrien Flament-Rohart quitte la société à laquelle il participait avec ses frères, Maurice et Auguste Désiré, sous la raison de Flament frères, pour créer sa propre filature de coton87. Le Lillois s’installe rue de la Barre dans une « grande propriété », consistant en deux vastes bâtiments et un jardin planté d’arbres fruitiers, qui appartenait à la communauté des Dominicains de la ville que sa femme, Catherine Victoire Rohart, recueille de la succession de son père Philippe Alexandre, secrétaire en chef de l’administration de la ville. La filature est revendue pour une somme de 52 000 francs par Adrien Flament-Rohart qui cesse les activités industrielles en 1831. C’est à partir de l’achat de biens nationaux provenant de la communauté des Filles de l’Enfant Jésus que se constitue l’imposante filature de la rue du Metz créée en 1807 par le négociant Philippe Maurice Lebon qui l’exploite personnellement jusqu’en 1821 puis encore indirectement pendant huit ans, par l’intermédiaire de Julien Timothée Leblan, avant de la revendre pour la somme de 90 000 francs. En 1815, le négociant en coton Louis Renty loue au filateur Jean Baptiste Cornil-Pollet le bâtiment situé rue des Canonniers et formant, sous l’Ancien Régime, l’hospice des Vieux Hommes. En 1817 encore, Henri Jean Baptiste Wallaert-Desmons se lance dans la filature de coton rue des Trois Molettes. Le filateur se rend possesseur pour 50 000 francs de l’ancienne fabrique d’indiennes établie dans « la maison religieuse des Sœurs Grises » par Denis Aimé Méresse-Coulon en 1796 et dont la fille Marie Catherine avait hérité.

  • 88 ADN, Table des acquéreurs, Roubaix, liasse 33, contrat 1634.

115À Roubaix, de nombreux fabricants, bientôt filateurs, se ruèrent sur ces biens. Le deuxième jour complémentaire de l’an IV, le fabricant Philippe Dervaux-Bulteau devient propriétaire de la maison abandonnée par l’émigré César Lelong dans laquelle il fait actionner à partir de 1803 des mule-jennies88. En frimaire de l’an V, Pierre François Grimonprez-Buisine se rend acquéreur de l’immense bâtisse qui servait d’égarderie et de bureau pour le corps de métiers de la manufacture de la ville sous l’Ancien Régime puis d’éphémère hôtel de ville dans les premières années de la Révolution. Transformé en filature de coton à partir de 1803, le bâtiment accueille dès cette date plus de 20 mule-jennies de 216 broches. Pour l’établissement de sa filature en 1807, Germain Gaydet-Destombes, originaire d’Amiens et établi fabricant de toiles de coton à Roubaix, peut compter sur plus de 4 bonniers de terre et une maison sise à Croix, biens acquis de l’émigré Vendeville lors d’enchères où l’entrepreneur remporte les deux mises à prix en l’an V.

116Les principaux acquéreurs roubaisiens sont déjà en possession de biens immobiliers et ces nouveaux achats sont une occasion pour renforcer leurs propriétés. Le manufacturier Floris Delaoutre accroît ses possessions en achetant, en l’an IV, en association avec le négociant lillois Augustin Eubert Charvet, plus de 65 hectares comprenant la ferme de Baurewart recueillis de la succession du seigneur Rohan Soubise pour 44 120 francs et, en 1807, du même émigré, un moulin, une ferme et plus de 9 hectares de terre. Toujours en 1796, Henri Delobel remporte les enchères pour la ferme dite de la Grande Brasserie provenant du même seigneur.

117Ils sont encore nombreux, à titre individuel ou familial, à prendre part à ces ventes qui leur permettent d’asseoir leur fortune sur des biens fonds. Ces principales familles, entre une dizaine et une vingtaine, qui jouissaient de manière séculaire de terres tenues en coterie et arrentement, aux emphytéoses perpétuelles ou quasi perpétuelles accordées par les seigneurs successifs du lieu, allaient en obtenir la propriété complète. Ces terres octroyées par le marquisat depuis la fondation du bourg, sur lesquelles les manufacturiers avaient construit leurs fabriques, restaient sous l’Ancien Régime propriétés féodales. La révolution française allait mettre fin définitivement à cette situation où se juxtaposaient deux propriétés, le domaine éminent appartenant au seigneur et le domaine utile, propriété du possesseur effectif. Ces transferts des biens tenus en arrentement, qui ne passent pas dans le domaine national, allaient libérer les principaux détenteurs de ces « tenures » de toute tutelle et leur permettre de renforcer leur crédit en faisant entrer dans leur patrimoine des biens qui leur appartenaient désormais complètement et pouvaient donc faire l’objet d’un commerce, de gages ou d’hypothèques et d’échanges.

118Les achats effectués, non pas seulement dans la ville où ils s’établissent, par les futurs filateurs roubaisiens, sont d’abord des opportunités à saisir pour asseoir des situations sur des bases solides. Ils permettent, comme dans l’exemple du notaire Piat qui achète le château de la ville, d’affirmer une autorité bourgeoise longtemps reléguée au second rang. Dans les années d’expansion de l’industrie cotonnière, à partir du Consulat, ces biens « payés peu cher » allaient donner à ces entrepreneurs la possibilité de faire face aux exigences d’investissements croissants. De nombreuses acquisitions sont effectuées sans considération, au moins dans l’immédiat, pour des investissements industriels. Joseph Defrenne par exemple se porte acquéreur entre 1796 et 1799, longtemps avant de devenir filateur de coton, de terres et bâtiments à Annapes, Baisieux, Emerin, Hallennes, Haubourdin, Lille et Loos. Ces achats allaient pourtant s’avérer être des marchepieds, pour l’entrée dans l’industrie ou pour faire face aux exigences financières d’un secteur en croissance, et de nombreux industriels purent s’appuyer sur ces bases pour la création ou le développement de leurs entreprises.

  • 89 ADN, 3Q314/110.
  • 90 ADN, 1X1042 I a 1 et 2.

119La revente de ces biens a ainsi pu permettre ensuite les investissements nécessaires à l’entrée dans l’industrie. Pour s’établir à Lille, après avoir été filateur à Loos, dans un bâtiment de la rue de Paris dont la valeur est estimée à 102 000 francs en 1826, Charles Fiévet cède, en 1811, au négociant Jean Baptiste Févez-Ghesquière les 156 hectares de terre acquise comme bien national dans le département de Jemmapes. Les 190 000 livres qu’il reçoit comptant permettent à l’entrepreneur d’ériger l’une des plus importantes filatures de coton de la ville89. À Roubaix toujours, d’astucieux échanges sont à la source de concentrations de biens fonciers qui facilitent l’érection d’établissements capables d’abriter de nombreux outils de production. En 1790, la ville recueille, au profit de l’institution de l’Hospice, l’héritage d’anciennes fondations seigneuriales telles que les biens provenant de la chapelle du Saint-Sépulcre, la Maison des Orphelins et Invalides et surtout ceux de l’hôpital Sainte-Élisabeth, à l’exception des bâtiments revendus. Le fonctionnement de cet établissement reposait sur les revenus de la rente de terres qui avaient considérablement crû depuis la création de l’œuvre charitable en 1488. De nombreux fabricants obtiennent des Hospices, à la tête desquels se trouvent les principales familles de la ville, des baux de location, réglés en espèce mais toujours en fonction du cours moyen des prix de l’hectolitre de blé vendu sur les marchés de Roubaix, d’une durée de 99 ans. Après l’organisation de la première administration, de nombreux fabricants, comme Louis Antoine Brédart-Desaint, Floris Marie Delaoutre-Defrenne, Floris Defrenne-Delebecque, etc., se portent candidats à des arrentements. La commission écrit, lors du recensement des baux passés entre le 29 ventôse de l’an X et le 29 floréal suivant que « …quand cette aliénation s’est faite à cette première époque, les administrateurs avaient à surmonter ce préjugé qui défendait sous peine de réprobation d’aliéner ces sortes de biens : il ne s’en est donc trouvé qu’un petit nombre de personnes guéries de cette chimère qui ont osé profiter de l’occasion. À présent que la raison a fait de grands progrès, en peu de temps, tout le monde s’empresse de vouloir de ces biens, c’est qui ne voudra pas avoir du Saint-Sépulcre »90. Dans les années qui suivent, les filateurs sont tentés par l’acquisition de ces biens et l’on voit par exemple Louis Antoine Brédart-Desaint solliciter, en 1809, l’amortissement de la rente dont il est redevable au profit de l’hospice de la ville. Ces demandes ne semblent pas avoir obtenu de réponses favorables de l’administration qui accepta cependant des échanges de biens fonciers. En 1806, Floris Marie Delaoutre-Defrenne, alors maire de Roubaix, obtient en échange de bâtiments faisant partie de l’hôpital de Roubaix la maison des Orphelins de la ville qui formera « différents établissements convenables à l’industrie de ses habitants ». Les biens nationaux acquis dans la période précédente dans différents endroits du département sont offerts contre les terres arrentées par l’hospice. En 1810, Désiré Gruart obtient un échange qui semble en sa défaveur en cédant 54 ares 69 ares de terres qu’il possède à Gruson contre 5 ares et un jardin situé à Roubaix. En 1823, une ordonnance royale rendue après avis de la commission administrative des hospices autorise Brédart-Desaint à se rendre propriétaire des terrains arrentés depuis 1802 et 1803, rue Saint-Georges où est située une de ses trois filatures de coton, contre plus de 6 hectares de terres labourables et divisées en deux pièces situées l’une à Ascq et l’autre à Armentières. La même année, le filateur Constantin Julien Henri Defrenne échange des terres à labour et pâture qu’il possède à Erquinghem contre des terrains provenant de l’Hôpital de Sainte-Élisabeth. Ces aliénations qui se poursuivent dans les années suivantes allaient rendre inextricable le contour des propriétés de l’hospice de Roubaix.

Exigences nouvelles de l’actif circulant

120L’utilisation des petites mécaniques avait déjà marqué, pour les achats de coton brut, une différence notable avec la période d’Ancien Régime où les filés sont produits à partir du rouet. Aux approvisionnements de matière travaillée pendant une longue période et qui nécessitaient des investissements immobilisés pendant de long mois, se substitue un mode de production qui, avec l’utilisation des mule-jennies, demande un renouvellement constant de la fibre brute. Aux achats saisonniers se substituent des approvisionnements réguliers destinés à alimenter des machines dévoreuses de matières premières. Les sources qui nous permettraient de mesurer les approvisionnements en coton sont cependant très rares. Un état des comptes de la filature établie à Esquermes, pour les opérations effectuées en 1807 et 1808, nous donne la mesure de l’importance que revêt pour les entrepreneurs la matière qu’ils travaillent dans de grandes quantités qui sont constamment renouvelées. La filature qui compte à cette date 4 428 broches procède à des achats tous les trois mois de plus de 50 balles en moyenne pour une valeur de 33 365 francs. Ces fournitures trimestrielles équivalent à la valeur moyenne des bâtiments de filature mis en activité dans le département et, rapportées à un mois, à la mise en activité d’un assortiment de mule-jennies.

121Tous les filateurs ne procèdent cependant pas à des achats comparables et ces derniers s’apprécient en fonction du nombre de broches mis en activité au sein des différents établissements. La valeur des marchandises fabriquées, dans laquelle est incorporé le capital variable, c’est-à-dire essentiellement les salaires versés aux ouvriers, confirme l’importance de la matière dans l’actif des filatures de coton mécanisées. Les quinze inventaires après décès, recensés à la mort des filateurs ou de leurs épouses, montrent d’abord l’hétérogénéité qui existe dans un milieu où se côtoient des filateurs aux actifs mobiliers inférieurs à 30 000 francs et des entrepreneurs qui brassent des sommes 30 fois supérieures. L’ensemble du capital circulant représente en moyenne 33 % des actifs mobiliers, sans tenir compte des créances, contre 30 % pour les sommes immobilisées en matériel industriel. Il représente par exemple 60 % dans l’inventaire de Louis Gérard Lefebvre-Burghelle où sont inventoriées des mécaniques à l’état quasi neuf pour une valeur de près de 40 000 francs, soit 32 % de l’actif. Les matières premières et marchandises fabriquées forment même 86 % de l’inventaire de Pierre Charles Mullié-Florin qui possède alors 20 mécaniques dont la valeur a, il est vrai, connu l’usure du temps !

122Le renouvellement rapide du capital circulant oblige les filateurs à trouver un écoulement tout aussi rapide de leurs filés. Aux achats effectués à crédit auprès des négociants en coton, pour une durée en moyenne comprise entre deux et quatre mois, doit correspondre un débit tout aussi rapide. Les retards dans le solde des ventes des matières ouvrées se révèlent vite catastrophiques pour de nombreux entrepreneurs qui ne disposent alors pas des fonds suffisants pour solder leurs approvisionnements et procéder à de nouveaux achats de coton brut. C’est à la fois le cas des candidats à l’entreprise qui se lancent dans l’aventure industrielle avec des fonds propres insuffisants, mais c’est aussi le cas d’entrepreneurs disposant d’un grand patrimoine engagé dans des entreprises d’envergure. Les comptes courants ouverts auprès des nombreux négociants en coton, surtout lillois, pallient le manque de liquidité, grande crainte des filateurs, mais l’époque de réalisation peut alors s’avérer encore plus douloureuse.

 

123On retiendra deux remarques à propos des investissements industriels consentis par les candidats à la filature de coton dans le département. La première observation porte sur la hausse lente mais certaine des capitaux nécessaires à l’entreprise tout au long des quatre décennies du XIXe siècle. Devenir filateur dans le Nord, principalement dans l’arrondissement de Lille, sous le premier Empire c’est pouvoir disposer de capitaux qui permettent d’engager un capital moyen de 26 279 francs pour l’achat de mécaniques auxquels s’ajoutent quelques 31 482 francs pour la valeur du bâtiment. Outre ce capital fixe formant 57 761 francs, l’entrepreneur engage encore, pour ses achats de matières premières, peut-être l’équivalent du prix de ses mécaniques soit un total pour l’entrée dans l’industrie à l’époque napoléonienne qui se situerait autour de 80 000 francs.

  • 91 ADN, M205/3.

124La période 1815-1830, voit les investissements croître pour porter la valeur des métiers et ustensiles à 37 626 francs, celle des bâtiments à 38 682 francs, soit un total immobilisé de 76 308 francs, en progression de 32 % ; le capital d’entrée moyen est lui porté à plus de 110 000 francs. Les entrepreneurs de l’époque furent sensibles à ces nouvelles exigences financières qui grevaient leurs patrimoines. Ils font état des « sacrifices » qu’ils consentent aux différentes autorités quand celles-ci sont tentées par une limitation de leur soutien à l’industrie nationale. Ils agissent également pour limiter les risques par exemple liés aux incendies ravageurs qui touchent plusieurs filatures. En 1818, un incendie éclate en pleine nuit dans la filature de Villers-Sire-Nicole91. Le feu, qui prend dans l’atelier des éplucheurs par un instrument appelé le diable qui a attiré le feu d’une lanterne, cause la mort d’un malheureux enfant. L’incendie est alimenté par le coton brut et filé stocké dans le bâtiment et se développe jusqu’à « illuminer la contrée sur plusieurs lieues de distance ». Les dégâts sont estimés à 70 000 francs pour le mobilier et 30 000 francs sur l’édifice. En 1824, la filature de la rue des Canonniers appartenant à Jean Baptiste Cornil-Pollet est entièrement détruite par un incendie. Le désastre, qui met fin aux activités de filateur du propriétaire, entraîne la consternation des autorités municipales face à la perte d’un établissement qui employait 500 ouvriers dans la ville et faisait vivre 1 500 tisserands dans les environs. D’autres incendies, par exemple à Lille chez Aimé Mille en 1820, à Roubaix chez Paul Defrenne en 1825 ou encore en 1833 chez Desvigne-Duquesnoy, incitent les entrepreneurs à la plus grande prudence.

125La seconde remarque, qui porte à la fois sur les investissements industriels, et par conséquent sur les structures productives, concerne la forte représentation dans l’économie régionale des établissements de faible capacité productive. Les deux tiers des filatures de coton du Nord n’atteignent pas la moyenne du capital fixe, 37 876 francs pour les mécaniques et 36 368 francs pour les bâtiments de fabrique, calculée pour l’ensemble de la période. Leur représentation dans le tissu industriel régional reste dominante pendant les trois décennies du XIXe siècle et elle se maintient encore, après 1830, pour représenter la moitié des établissements en activité dans le département. Le dynamisme de l’industrie, qui s’opère dans des structures où dominent les sociétés de taille moyenne, est tout à la fois marqué par un renouvellement des entrepreneurs à la tête de ces entreprises et par une permanence d’un certain nombre d’entre eux qu’il nous faut expliquer.

Entreprendre : une aventure individuelle ?

Les niveaux de financement

  • 92 ADN, 3Q314/116 à 157.

126Dès le début de l’industrialisation, les investissements nécessaires à la production de filés de coton par l’utilisation des mule-jennies obligent les candidats à l’entrée dans ce secteur à disposer d’un capital confortable. La grande majorité des entrepreneurs sont propriétaires de patrimoines accumulés dans les générations précédentes. Quelques exemples d’apports aux mariages ou de successions peuvent compléter la première analyse sociologique du milieu et nous donner une idée des fortunes détenues par la bourgeoisie entrepreneuriale du département. En avril 1826, Philippe Auguste Dewavrin, filateur de coton à Tourcoing âgé de 25 ans, apporte 50 000 francs, de la succession non encore liquidée de ses parents, pour son mariage avec Delphine Pélagie Bulteau, fille de Basile François, négociant et maire de Roubaix92. La dot de Claire Charlotte Louise Tharin, recueillie à la mort de ses parents, constituée d’une somme en argent de 15 400 francs, d’une ferme, de 10 hectares de terres et de 5 maisons à Comines, d’une blanchisserie et de 4 hectares de terres à Halluin, vient consolider, en 1813, le patrimoine né de son union avec Louis François Delepoulle, fils d’un riche marchand de laine tourquennois. Après avoir repris la société familiale de tissus de laine, Pierre François Holbecq-Reuflet peut compter sur la succession des parents de sa femme Adélaïde, dont un frère est notaire à Ascq et le second marchand à Cysoing, qui consiste en plus de 50 000 francs de biens fonds situés à Cysoing, Chéreng et Louvil. En 1826, Achille Théodore Wallaert, âgé de 25 ans, met dans la corbeille du mariage, qu’il contracte avec Mélanie Crépy, une somme de 82 500 francs. La même année, il reçoit de son père Jean Baptiste Wallaert-Demons négociant et filateur de coton, la propriété, qu’il partagera avec son frère Auguste Désiré, d’un bâtiment de filature situé au n° 9 de la rue des Trois Molettes d’une valeur estimée à 36 000 francs. Jean Baptiste procède également à une avance d’hoirie, d’une somme de 25 000 francs, pour sa fille Sophie Adélaïde épouse d’Auguste François Desmedt, qui prend la tête de la filature de son père François Desmedt-Bernard, retiré rentier à Fives dans une grande propriété acquise pour près de 50 000 francs.

  • 93 ADN, J861/76.
  • 94 ADN, 3Q314/115.
  • 95 ADN, 3Q314/121, 3Q314/130.

127Tout autant que sur les activités industrielles ou commerciales, le patrimoine des candidats à l’entreprise repose sur la propriété de biens fonds. L’acte notarial du 10 ventôse de l’an X, qui scelle l’union entre Jean François Collart, établi filateur à Lille en 1806 et Victoire Desforges, stipule qu’il est propriétaire de nombreux biens fonds, labours et prairies situés à Grand Bulcourt, Sainte-Marguerite, Liancourt, La Boiselle, Ignocourt et Berlancourt, dans la Somme et le Pas-de-Calais, qui lui viennent de la succession de sa mère Marie Antoinette Alavoine membre de la famille des banquiers lillois93. Après avoir vendu, en 1806, un an après son établissement, pour 11 851 francs, son sixième dans les biens qu’il possède à Armentières, Charles Henri Demailly-Lesage continue à être propriétaire de terres à culture dans la commune de Steenwerck qu’il loue en même temps qu’il est filateur à Lille94. Sous l’Empire, sa carrière d’industriel se conjugue encore avec l’achat de plusieurs hectares de terres labourables à Marquette. Philippe Anselme Dervaux, filateur à Tourcoing en 1813, possède lui une ferme sur 6 hectares à Roncq et 28 hectares de bois situés dans le Pas-de-Calais entre Aire et Lillers qu’il revend en 1817 au marquis de Castries par l’intermédiaire du receveur lillois Jean Baptiste Cogez95.

 

  • 96 ADN, 3Q431/21.
  • 97 ADN, 3Q431/25.

128À Roubaix, les principaux filateurs constituent, à partir des biens détenus sous l’Ancien Régime et des acquisitions de biens nationaux, de grands patrimoines fonciers. Ainsi en est-il de Pierre François Alexandre Grimonprez-Buisine dont l’inventaire après décès établi en 1823 montre une confortable assise locale96. Les biens mobiliers sont estimés à 23 104 francs, y compris la part représentant un tiers dans les métiers et ustensiles garnissant la filature établie dans « l’ancienne maison de ville » qu’il louait avec les bâtiments à ses fils et beau-fils. Les valeurs désignées pour les immeubles sont portées pour une somme de 125 380 francs. À côté du bâtiment de filature, évalué à partir du bail concédé en 1822 à 1 500 francs, soit au denier vingt pour une somme de 30 000 francs, Pierre François Alexandre, ancien marchand brasseur, est propriétaire de plusieurs grands immeubles : un premier cabaret sous l’enseigne de la Grande Allouette, un second sur la place auquel sont incorporés les bâtiments de l’ancienne brasserie, un troisième enfin situé rue de l’Hospice. Signe encore de son activité précédente, les descendants du filateur héritent d’une auberge connue sous le nom de Saint-Georges et de trois grandes maisons et dépendances dont une est louée à Louis Lebargy, marchand quincaillier, pour 969 francs par an. Pierre François Alexandre reçoit encore les loyers sur plusieurs pièces de terres sur lesquelles sont érigées 17 maisons de plus petite taille. Issu d’une famille installée à Roubaix depuis de nombreuses générations, Basile François Bulteau-Florin, maire de la ville et filateur à Wattrelos, lègue, en 1832, à ses héritiers, dont Jean Baptiste Salembier-Bulteau également premier magistrat et filateur à Roubaix et Philippe Auguste Dewavrin-Bulteau, installé à Tourcoing, pour 102 856 francs d’immeubles situés à Roubaix et Wattrelos97.

  • 98 ADN, Lille 320.
  • 99 ADN, 3Q314/156.

129La vente des biens nationaux étoffe le patrimoine foncier pour devenir une solide base à laquelle peuvent s’adosser les filateurs de coton. Ainsi en est-il pour Philippe Joseph Roussel-Picquart né à Verlinghem, à huit kilomètres de Lille, en 175798. La famille Roussel se succède comme censier de la ferme dite des Templiers depuis la fin du XVIIe siècle. Au XVIIIe siècle, Antoine Roussel-Rouzé est le locataire de la ferme, appartenant à Henri Louis Jacobs, marquis d’Aigremont, qui s’étire sur plus de 44 bonniers (63 hectares) cultivés en céréales. En 1793, son fils François Roussel se porte acquéreur du bien, qui reste dans la famille jusqu’en 1978, pour 140 884 francs. Le second fils, Philippe Joseph, devient propriétaire de la ferme de la Trémeries comprenant 18 bonniers et provenant du même émigré. Philippe Joseph, qui est installé marchand commissionnaire à Lille en 1795 et possesseur d’autres immeubles à Thuin dans le canton de Saint-Amand, n’exploite pas directement les biens acquis à Verlinghem mais les loue à Joseph Parent, cultivateur et premier maire de la ville en 1790. Les spéculations sur ces biens permirent la réalisation de belles affaires et de bénéfices qui, lors des reventes, allaient servir de capitaux de plus en plus nécessaires pour les opérations industrielles. En 1826 par exemple, Pierre François Bossut commissionnaire à Roubaix et son fils Jean Baptiste, associés à trois négociants lyonnais, revendent à un Lillois un total de biens nationaux achetés en commun pour une valeur de 150 000 francs99.

  • 100 ADN, 3Q314/82.

130La possession de biens fonds pour la création d’établissement est nécessaire pour de nombreux prétendants à l’entrée dans l’industrie. C’est par exemple le cas de Philippe Louis Camille et Virginie Cordonnier qui vendent le moulin à moudre le blé qu’ils possèdent au faubourg des malades pour 1 100 francs en germinal de l’an XI, avant de devenir filateurs d’abord en association avec la veuve Gruart de Roubaix puis avec Floris Defrenne-Delebecque100. Elle donne également la possibilité d’accroître les capacités productives des établissements déjà existants. En 1824, le filateur lillois Pierre François Degrimonpont-Vernier associé à son beau-frère Valéry Victor Vernier-Vanhoenacker profite de l’héritage, d’une valeur de 36 000 francs, qu’il recueille de son père, Ferdinand, marchand brasseur à Lannoy décédé en 1814, pour faire l’acquisition d’un nouveau bâtiment à l’usage de filature, comportant sept étages et situé rue des Bonnes Rappes, acquis auprès des négociants Lancel et Barthélémy Crépy pour la somme de 49 000 francs.

131Ainsi, les propriétés foncières garantissent auprès des créanciers les crédits que les industriels doivent contracter pour la bonne marche de leurs affaires.

Le recours au crédit

132Il est entendu que l’industrialisation du secteur de la filature de coton, qui voit la création en grand nombre d’entreprises qui concentrent plusieurs dizaines, voire centaines d’ouvriers, se fait sans la participation d’un système bancaire organisé. Les études ont déjà noté la divergence entre les progrès rapides de l’industrialisation et les lenteurs de l’organisation d’un système de crédit. L’ouverture d’un comptoir de la Banque de France à Lille en 1810 rendit certainement des services à de rares filateurs acceptés à l’escompte comme Fidel Valentin Deschodt. Sa disparition avec la fin de l’Empire, au moment où l’industrie cotonnière connaît une forte croissance, et l’absence de nouvel organisme identique avant 1836 obligent à considérer d’autres formes de financements.

133Les filateurs lillois ne manquèrent en réalité pas de capitaux, qu’ils pouvaient obtenir auprès de négociants, parfois d’autres fabricants, souvent également de la part de rentiers ou propriétaires, qui investissent pour le démarrage de leur activité ou les accompagnent tout au long de la phase d’industrialisation de la région.

Des financiers mobilisés

134Le relevé que l’on a pu effectuer, concernant les obligations contractées par les filateurs de coton et enregistrées par les notaires lillois, ne prétend pas reprendre l’ensemble des sommes empruntées par les industriels entre 1800 et 1831. L’impression que procure une vue d’ensemble et le croisement des autres sources d’archives prouvent cependant que les omissions qui peuvent exister sont minimes.

135Les filateurs, qui contractèrent ici des obligations devant des notaires lillois, purent largement trouver des financements complémentaires à leurs propres investissements pour soutenir leur industrie. Entre 1801 et 1831, on enregistre 107 prêts à des filateurs, pour être engagés dans leurs affaires, d’une valeur totale de 1 444 376 francs. La moyenne des obligations garanties par hypothèque se situe autour de 13 500 francs. On relève les noms de 51 filateurs installés dans 13 communes différentes qui bénéficient de l’appui financier d’un crédit pour une durée comprise entre 10 ans et 6 mois mais plus généralement pour 3 à 4 ans au taux légal, soit 4 à 5 %. La période qui suit la fin de l’Empire et jusqu’à la monarchie de Juillet voit les nombreux candidats à la nouvelle industrie et filateurs déjà établis largement soutenus par le milieu des négociants et propriétaires de la place. On note que, sur 107 prêts concédés, 16 seulement le sont entre 1801 et 1815 contre 91 dans la période 1816-1831 pendant laquelle les établissements se multiplient. Entre les deux époques, le niveau des prêts ne connaît pas, contrairement à ce que l’on pourrait attendre, d’évolution à la hausse. La valeur des obligations montre même une diminution entre le Consulat et le premier Empire où les sommes empruntées sont en moyenne de 16 263 francs contre seulement 13 013 francs sous la monarchie constitutionnelle. L’établissement de plusieurs entrepreneurs a ainsi pu être facilité par l’accompagnement de financiers qui, dans une conjoncture favorable, n’hésitaient pas à investir dans une industrie prometteuse.

  • 101 ADN, J1472/30.

136La création de nouvelles filatures a ainsi été rendue possible pour les entrepreneurs à qui les capitaux faisaient, non pas totalement mais en grande partie, défaut. Jean Baptiste Duhamel-Cacquant est un exemple significatif de ces entrepreneurs qui ne sont pas dénués de volonté et de goût du risque. Avant 1805, il fait partie des marchands-fabricants à la petite mécanique aux affaires prospères. Rappelons qu’il récupère les mécaniques d’Antoine Duriez et qu’il continue à faire travailler le défaillant pour son compte, sur des mécaniques qu’il a récupérées en échange d’une créance pour fourniture de coton en laine non soldée101. En décembre 1809, fort d’une expérience dans la fabrication des filés de coton, Jean Baptiste franchit une étape supplémentaire en rachetant à Jean François Collart la maison de la rue du Plat qui lui servait de filature. La somme de 10 000 francs représentant l’achat du bâtiment est empruntée par le filateur, en commun avec Antoine Caby, fabricant bonnetier à Wazemmes, au propre vendeur à deux ans au taux d’intérêt de 5 %.

  • 102 ADN, J1774/53.

137En 1820, Ignace Solvyn, un des douze contremaîtres relevés comme accédant à la tête d’une filature, « étant dans l’intention de s’établir et de travailler à son compte » reçoit un prêt de 10 000 francs remboursable en trois ans de Floris Louis Delaoutre-Ledoux filateur de coton à Roubaix102. La fragile position financière de l’ancien chef d’atelier se lit cependant dans le second acte notarié, daté du même jour, où le nouvel entrepreneur contracte auprès du même manufacturier, alors propriétaire de deux établissements, un bail de location pour un bâtiment industriel situé rue du Grand Chemin ainsi que l’ensemble des ustensiles de fabrique qui s’y trouve pour une somme de 2 500 francs par an.

  • 103 ADN, 3Q314/146.
  • 104 ADN, 3Q314/159.
  • 105 ADN, 3Q314/168.

138D’autres obligations, contractées juste avant l’installation des candidats à la filature, apparaissent encore clairement comme facilitant l’entrée dans l’industrie de ces derniers. En novembre 1822, Antoine Bernard Dennequin, marchand à Lille, reçoit un premier prêt de 10 000 francs d’Auguste Vallois de Wazemmes et un second du Lillois Jacques Albert Verly pour s’établir filateur au début de l’année suivante103. En 1827, Jean Roose, mécanicien venu de la capitale, emprunte en association avec le fondeur sur métaux lillois Caulier, une somme de 12 000 francs104. Les deux constructeurs créent la même année une éphémère filature de coton à Tourcoing. En 1830, Charlotte Crespel, propriétaire et veuve du fabricant de cardes lillois Scrive, prête 30 000 francs à Fidel Amand Constant Mahieu-Poupart105. Le capital sert à l’acquisition d’un bâtiment, situé au n° 57 de la rue de Fives, appartenant alors au négociant Dominique Bonaventure Rouzé comme l’ayant récupéré en échange des créances qu’il tenait sur le filateur de coton Charles Louis Folet-Margée en cessation de paiements en 1829.

  • 106 ADN, J1318/34.
  • 107 ADN, 3Q314/148 ; 3Q314/156.

139Certains des filateurs se distinguent par le montant des obligations contractées qui repose sur les garanties hypothécaires qu’ils peuvent engager. Ces dernières portent généralement sur les bâtiments de filature que possèdent les entrepreneurs ainsi que sur les machines que la loi a rendu « immeubles par destination » et qui servent de gages aux créanciers. Les prêts peuvent également reposer sur les biens propres à l’entrepreneur quand le montant excède la valeur vénale du bâtiment, ou quand il n’est pas possesseur de l’immeuble dans lequel il est installé. En septembre 1812 par exemple, Philippe Jacques Gautier d’Agoty-Cotton, filateur locataire du collège des Grands Anglais, reçoit d’Isabelle Charlotte Duchambge, rentière à Lille et veuve de Laurent De Bergerand, une somme de 37 000 francs remboursables en quatre ans au taux de 5 %. Pour contracter le prêt, le Douaisien affecte pour sûreté de paiement 43 hectares 68 ares de terres à labour et prairies, situés en partie à Fressies dans l’arrondissement de Cambrai ainsi que dans le Pas-de-Calais, qu’il loue au moins depuis l’an XIII et qui lui rapportent un fermage annuel de 2 460 francs106. En 1823, son associé Alexandre Piat Desmoutiers emprunte 120 000 francs remboursables dans cinq ans à Louis François, Augustin François et Catherine Françoise Durot, lesquels propriétaires lillois obtiennent une hypothèque sur plus de 60 hectares de terres situés sur les terroirs de Rouvroy et Méricourt dans le Pas-de-Calais, dont les fermages sont estimés à 5 500 francs annuels. Desmoutiers dont les propriétés sont encore plus vastes (il possède notamment un château et plus de 200 hectares de terres situés dans le canton de Fauquembergues) contracte encore en 1826, après que la mort de son associé Gautier d’Agoty l’a laissé seul à la tête de l’importante filature douaisienne, un emprunt de 87 000 francs pour huit ans auprès de Charles André Cuel, ingénieur des Ponts et Chaussées à Lille (pour 50 000 francs), d’Henri Victor Mourmant, ancien notaire (20 000 francs), Philippe Joseph Werpes, marchand épicier (10 000 francs) et Henri Louis Delerue, rentier à Lomme (7 000 francs)107.

140Plusieurs entrepreneurs trouvent suffisamment grâce auprès des financeurs pour obtenir plusieurs prêts pour le soutien de leur industrie. Le nombre moyen de deux obligations hypothécaires est dépassé par 14 des 51 filateurs qui cumulent près de 50 % des 107 obligations relevées pour la période. Joséphine Blanquart, veuve Mazengarbe, trouve, entre la date de son établissement à Armentières en 1820 et la dissolution de son entreprise deux ans plus tard, auprès de sept prêteurs la somme de 52 600 francs. Charles Servatius fait appel à six reprises à l’emprunt pour ses affaires. Le total des obligations qu’il contracte dès 1801 s’élève à un capital de 137 000 francs et se concentre surtout dans la troisième décennie du XIXe siècle où le filateur fait notamment appel en 1826 au négociant Louis Wacrenier pour un crédit de 20 000 francs concédé pour une période de 10 ans. François Baudoux-Delfosse fait également appel à six reprises, entre 1809 et 1817, au crédit mais pour une somme totale de 44 800 francs. Louis Auguste Aimé Mille en contracte cinq, en 1811 puis à quatre reprises entre 1823 et 1825 dans la période d’euphorie de l’industrie cotonnière, pour une valeur de 120 466 francs, dont le dernier, consenti par les négociants Derenty, Gallois et Joseph Aimé François Delesalle-Desmedt (également filateur de coton), atteint la somme de 60 000 francs.

141Ils sont trois, Louis Fleurkin-Herbaux (pour 13 500 francs), Charles Louis Folet-Margée (32 450 francs) et Adrien Flament-Rohart (64 000 francs) à contracter chacun quatre obligations, dans les années 1820, dont les montants reflètent souvent les capacités productives des filateurs. Ils sont enfin six à emprunter à trois reprises, dans la même décennie, à l’exception de Jean Baptiste Duhamel-Cacquant qui, après son premier emprunt en 1809 auprès du filateur Collart, trouve crédit chez le marchand lillois Jean Baptiste Parent pour 8 000 francs en 1810 et 6 000 francs en 1811 avant de revendre ses actifs immobilisés pour rembourser sa première obligation.

 

142Les prêteurs qui apportent leurs concours à l’industrialisation du secteur de la filature de coton jouent un rôle fondamental et souvent peu observé dans le dynamisme et le maintien de l’activité. En l’absence d’un système bancaire officiel et centralisé, ils permettent à de nombreux entrepreneurs de la région de financer leurs investissements. L’ancrage local du crédit, qui repose sur la connaissance de la part des créanciers des capacités à rembourser des débiteurs, s’observe par le recensement géographique des lieux de résidence qui nous montre que, sur la centaine d’investisseurs dont on connaît le lieu de domiciliation, 80 % sont domiciliés à Lille. On compte un seul étranger, Auguste Wappermann, négociant à Schwelm (Prusse), qui consent, en 1819, un prêt de 20 000 francs à Marie Desurmont, veuve Delepoulle, avec qui il entretenait certainement des relations commerciales en lien avec sa première activité de marchande de laine, et qui installe la même année à Marcq-en-Barœul une filature de coton. À l’exception de Marie Bernardine Defaucomprez (certainement lilloise d’origine), installée rentière à Angers qui prête 14 000 francs pour six ans à Pierre Philippe Lahousse, d’Augustine Crespin qui vient en aide à Delepoulle-Tharin, en 1830, à hauteur de 20 000 francs et enfin de Dominique Ange Dehau-Duquesne, propriétaire à Valenciennes, qui soutient d’une somme de 16 000 francs, en 1828, Ferdinand Génot filateur à Bailleul, tous les autres financiers sont domiciliés dans l’arrondissement de Lille.

143La majorité des prêteurs, plus de 72 %, sont désignés dans les actes comme négociants et comme propriétaires ou rentiers. Les deux groupes, qui rassemblent chacun 36 personnes, devancent largement les représentants de professions libérales, au nombre de 11 dont 5 notaires, les industriels au nombre de 7, dont Jean Baptiste Cornil-Pollet filateur de coton qui ne reconstruit pas son établissement après l’incendie qui le touche, et un mécanicien lillois qui accorde un prêt de seulement 1 260 francs pour deux ans à Jean Baptiste Delobel installé à Douai en 1826. Les 2 agriculteurs et 7 personnes regroupées dans les professions indépendantes, notamment 2 cabaretiers, figurent pour de petites sommes dans le total des prêts.

  • 108 ADN, 3Q314/86.

144Dans l’imposant groupe des rentiers et propriétaires, on retrouve d’anciens négociants et même filateurs de coton qui continuent à faire fructifier leur capital dans des opérations moins risquées mais tout à fait rentables. Ainsi, Cyrille Boyaval-Roussel, filateur de coton et maire de Roubaix, qui soutient, en 1831, dans sa nouvelle position de propriétaire, le filateur Henri Bulteau-Prouvost à hauteur de 12 000 francs. Avant de se retirer comme propriétaire à Quesnoy-sur-Deûle après une solide carrière de marchand de lin et de tabac, Constantin Fretin-Dervaux, se livre à des opérations financières qui le conduisent à financer, en 1820, le filateur René Léonard Vittet et à être un soutien à la création de l’établissement en 1822 à Tourcoing de Philippe Auguste Dewavrin-Bulteau. D’autres négociants et filateurs, devenus rentiers ou propriétaires, qui ne nous sont pas inconnus pour le rôle qu’ils jouent dans l’industrialisation, sont de solides soutiens à l’activité de la filature de coton en expansion. Ainsi Henry Aimé Charles Demailly, négociant en denrées coloniales sous l’Ancien Régime puis filateur de coton, époux de Rose Sophie Lesage dont les frères Augustin et Henri César sont associés en 1806 dans une entreprise pour le commerce de coton au capital de 110 000 francs, est-il un solide appui de nombreux cotonniers108. Retiré de l’industrie en 1815, il accroît encore les revenus qu’il tire de la rente foncière, en se portant notamment acquéreur en 1817 d’une ferme de 7 hectares de terres et d’un moulin à blé à Marquette et Marcq-en-Barœul, en même temps qu’il finance Louis Auguste Aimé Mille en 1825, en lui concédant un prêt de 24 800 francs.

145En lien avec leurs activités, plusieurs négociants en coton apparaissent à plusieurs reprises comme prêteurs de fonds à des filateurs à qui ils fournissent par ailleurs de la matière première. Louis Ledoux-Wacrenier par exemple, l’un des principaux Lillois versés dans le commerce des denrées coloniales et même associé dans la filature de son gendre, consent à cinq reprises, entre 1823 et 1828, des prêts pour une valeur totale de 113 000 francs. Il soutient les activités industrielles de quatre Lillois, Charles Mathias Servatius, Louis François Desmons-Blondeau, Jules César Billet-Gourmez, Louis Auguste Aimé Mille, et du filateur Louis Constant Delepoulle-Tharin installé à Marcq-en-Barœul. Le beau-frère de Louis Ledoux, Louis Wacrenier-Defrenne, qui exerce les mêmes activités de négoce du coton, soutient trois filateurs. Les prêts d’un total de 39 000 francs sont accordés entre 1826 et 1831 à Charles Mathias Servatius, Jean François Peulemeule, filateur à Armentières, et à Martial Delfosse, installé à Seclin et qui s’engage à rembourser après la mort de son père ! On relève encore d’autres noms, comme par exemple le négociant Alexandre Beaussier-Mathon en association avec des Parisiens pour le prêt de 14 000 francs accordé à René Léonard Vittet, celui de Louis Renty qui prête 3 950 francs à Lefebvre-Burghelle en 1809 et 30 000 francs à Jean Baptiste Cornil-Pollet en 1821 ou encore le Tourquennois François Louis Desurmont auprès de qui la veuve Mazengarbe d’Armentières obtient en 1822 une somme de près 20 000 francs, soit presque l’équivalent de ses actifs en métiers et mécaniques estimés à la même époque.

  • 109 Archives de la ville de Gand, Fonds Napoléon de Pauw, 3441.

146L’activité de ces manieurs d’argent et soutiens à l’industrie dépasse parfois le cadre du département. Ainsi Alexandre Roussel-Lefebvre, négociant en denrées coloniales, un temps spécialisé dans le commerce des nankins, qui prête à deux filateurs dont le Roubaisien Germain Adrien Gaydet-Destombes, débiteur en 1809 de 46 000 francs garantis par des achats de biens nationaux. Installé banquier à Lille et Paris, Roussel-Lefebvre devient un des financeurs du filateur gantois Liévin Bauwens sous l’Empire. L’exemple d’une correspondance qu’il destine au filateur, alors aux abois en 1810, décrit le rôle que joue le Lillois : « J’ai appris avec autant de peine que de surprise que vous avez consenti une hypothèque sur vos biens au profit d’un particulier pour une somme considérable (175 000 francs) permettez-moi de vous observer Mr et ami que cette préférence que vous donnez à un seul ne peut m’être agréable… J’espère donc que vous ne trouverez pas mauvais si vous voulez continuer d’user du crédit que je vous donne… que vous le couvriez par une garantie suffisante, ce sera le moyen de conserver nos relations d’affaires, en attendant et persuadé que vous adhérerez à cette prière, j’accepterai les 33 000 francs que Messieurs Darripe et Cie et Willinck et Darripe doivent fournir sur moi pour votre compte »109.

Un soutien intéressé des propriétaires

147Pour beaucoup de filateurs souvent de petite envergure, l’entrée dans l’industrie a été facilitée par la possibilité qui leur était offerte de louer leur bâtiment et ainsi accéder à la position d’entrepreneur sans disposer de capitaux considérables. Il est difficile de dénombrer de manière exacte les filateurs locataires de leur bâtiment, mais on observe qu’un grand nombre d’entre eux ne sont pas propriétaires de leurs immeubles industriels. Sur les 105 bâtiments dont nous avons estimé la valeur, 35 des évaluations, soit un tiers, sont faites pour des entrepreneurs qui passent des baux de locations. Dans la période de multiplication des créations d’entreprises, de nombreux candidats trouvent auprès de propriétaires ou rentiers, possesseurs d’immeubles parfois acquis comme biens nationaux, la possibilité de s’établir moyennant un investissement compris entre moins de 1 000 francs et plus de 3 000 francs annuels.

  • 110 ADN, 3Q314/117.
  • 111 ADN, 6U2/980.

148En 1813 par exemple, Emmanuel Blot et Augustin Haudouart associés à Jean Baptiste Duhamel-Cacquant établissent leur filature rue des Arts à Lille dans un immeuble loué 800 francs par an. En 1822, Charles Courrière et Pierre François Tesse-Petit s’installent rue Saint-Sauveur dans un bâtiment loué 765 francs au propriétaire lillois Louis Devemy. En 1821, Hubert Grimbel, second, après Ignace Solvyn, des douze contremaîtres recensés, devient filateur en prenant en bail de location, pour 750 francs annuels, un immeuble de la rue du Molinel appartenant au marchand épicier lillois Louis François Cuignée. Un troisième chef d’atelier, Désiré Magloire Rasez accède à l’entreprise en louant au négociant et filateur Henry Aimé Charles Demailly son immeuble situé rue de la Comédie à Lille et ses mécaniques. L’entrée dans l’industrie du contremaître n’aura nécessité qu’un capital immobilisé de 2 000 francs110 ! Les sommes investies en 1817 par Jean Baptiste Rigaux, locataire du bâtiment qu’il loue à la dame Leroy, marchande à Lille, ne sont pas non plus exorbitantes si l’on considère que le filateur achète à sa propriétaire l’ensemble des mécaniques d’occasion pour une valeur de seulement 3 066 francs et à crédit111 ! Les baux de location des bâtiments ne sont cependant pas toujours aussi bas. En 1821 par exemple, les frères Scrive, fabricants de cardes et aussi acquéreurs de biens nationaux, louent à Alexandre et Modeste Fauchille un grand bâtiment situé rue du Vieux Faubourg pour 2 500 francs par an.

  • 112 ADN, Tabellion 57/122.
  • 113 ADN, 3Q314/154.

149À côté des propriétaires et rentiers, les négociants en coton sont encore très présents comme détenteurs de bâtiments qu’ils louent aux filateurs. Le Lillois Louis Renty est propriétaire de deux bâtiments industriels qui sont occupés le premier rue des Canonniers par Jean Baptiste Cornil-Pollet et le second rue Saint-Sébastien par Dominique Paul Vantroyen-Cuvelier. En 1814, Augustin Hubert Charvet, négociant rue Esquermoise à Lille, loue pour cinq ans, à raison de 2 050 francs annuels, à Sophie Henriette Degrimonpont, veuve de Jean Baptiste Defrenne, un grand bâtiment et trois maisons situés sur la place (Grande Rue) qu’il a acquis des biens provenant de l’Hôpital de Roubaix112. En 1821, le renouvellement du bail porte le loyer à 4 800 francs. À Roubaix toujours, en 1825, Désiré Debischop, fils d’un marchand-fabricant de coton, devient filateur dans la ville en prenant en location un immeuble situé fort Saint-Joseph et propriété du négociant Charles Ignace Wattel-Coursier113.

L’appui des négociants en coton

150C’est dans la fourniture de matières premières aux filateurs que le rôle des négociants apparaît déterminant dans le soutien à l’industrialisation de la région. Les achats en quantités plus importantes de coton brut renforcent le poids des maisons versées dans le négoce de ces produits. La production de filés dans des structures de production utilisant les grandes mécaniques ne modifie pas les réseaux d’approvisionnement. Une grande majorité des filateurs trouvent auprès des négociants du département, et principalement à Lille, le coton nécessaire à leur fabrication. Rares sont les filateurs qui s’approvisionnent sur les grands marchés nationaux, à Rouen, au Havre ou à Paris et de première main en coton brut. La hausse de la production et l’importance croissante des approvisionnements effectués par les filateurs, par rapport à la période des fabrications à la petite mécanique, limitent cependant à quelques dizaines les négociants en denrées coloniales. La nouvelle période voit progressivement la disparition de la majorité de marchands de coton qui avaient accompagné les nombreux petits fabricants à la jenny. En 1824, les membres de la chambre de commerce de Lille donnent les noms de dix-huit négociants « faisant particulièrement le commerce des cotons en laine » et qui traitent directement avec les filateurs sans passer par l’intermédiaire de courtiers de la ville.

  • 114 ADN, J839/21.
  • 115 ADN, J57/128.

151Consommateurs de leurs cotons, les filateurs bénéficient de facilités auprès de ces négociants pour le terme des paiements de leurs factures et beaucoup peuvent compter sur des comptes courants qui limitent les problèmes de trésorerie contre des achats renouvelés. En 1813, par exemple, l’inventaire dressé après la mort de Jean Baptiste Stanislas Defrenne-Degrimonpont porte un passif d’un montant de 11 932,82 francs dû à la maison lilloise Charvet et Cie « pour fourniture de coton et banque »114. La fourniture de matière est d’autant plus aisée et les échanges facilités quand les négociants commercialisent les filés ou les toiles de coton produits. En 1820, un état des dettes dressées chez le filateur roubaisien Bonami Pierre Defrenne-Delebecq montre qu’il reste redevable, pour achat de matière, des Lillois Delannoy-Dehez et Pierre Louis pour respectivement 5 582,50 francs et 14 863,84 francs ainsi que de 889,46 francs « pour excédent d’échange de laine de coton contre des étoffes fabriquées » aux sieurs Defrenne et Charvet115.

  • 116 ADN, J1472/43.
  • 117 ADN, 6U2/981.
  • 118 ADN, 6U2/385.
  • 119 ADN, 3Q314/149.
  • 120 ADN, 3Q314/164 et 165.

152L’analyse des négociants portés dans les bilans de faillites des filateurs montre une grande récurrence des créanciers que l’on retrouve souvent. L’exemple de la présence de Louis Wacrenier dans les comptes des filateurs faillis n ‘est pas un cas isolé mais montre les sommes et marchandises échangées par ces négociants. En 1811, il est créancier, à hauteur de 1 789,80 francs du fabricant à la jenny Jean Baptiste Pecqueux116. En 1829, le filateur roubaisien Dormeuil-Duquesne lui est redevable d’une somme de 834 francs et, en 1835, c’est le Lillois Hernu-Gilles qui le porte à son passif pour 2 040 francs117. En 1836 et 1837, il est encore inscrit comme créancier de quatre filateurs : la première année d’Henri Delos et de Dewitte-Duforest, la seconde de Duforest sœurs et Ryckelinck-Solignac pour un total de 82 186,67 francs118. Le commerce de Louis Wacrenier ne se borne pas à la fourniture de ces entrepreneurs faillis et rejoint celui de plusieurs de ces négociants qui se spécialisent dans le commerce du coton. Citons, parmi ceux que l’on retrouve souvent dans les bilans de faillites, les noms de Bernard frères, celui d’Henri Lecreux, d’E.J. Decroix, de Gaston Vandergracht et Gaston Lefebvre, de Gaspard Desurmont, etc. Le milieu n’hésite d’ailleurs pas à accorder des crédits à la consommation à plusieurs filateurs. C’est le cas en 1823 de Louis Désiré Gihoul qui accorde 10 000 francs à Antoine Dennequin qui hypothèque trois maisons119. En 1827, Henri Lecreux ouvre un crédit de 6 000 francs à Louis Joseph Fleurkin et l’année suivante Louis François Sauvage accorde 20 000 francs à la Tourquennoise Victoire Leloir, veuve Ferdinand Duvillier, qui garantit l’avance par son bâtiment de filature120.

Le recours à l’association

  • 121 ADN, J839/32.

153L’entrée dans l’industrie et la conduite des entreprises de filatures de coton se font à la fois à titre individuel ou à titre collectif en association. On a pu relever les noms de 153 filateurs qui dirigent seuls leur établissement soit à la création, soit après avoir connu l’entreprise en partenariat. Notons pour le premier cas l’exemple de Jean Baptiste Bailly-Rossignol établi seul à Comines en 1804 puis associé, six ans plus tard, dans la même ville au marchand épicier Denis François Delemazure. Jean Baptiste Duhamel-Cacquant est installé filateur à Lille en 1809 puis, après des difficultés, associé en 1813 à Emmanuel Blot et Augustin Haudouart. D’autres encore, comme Jean Baptiste Cornil-Pollet, développent l’activité à titre individuel avant de poursuivre dans l’association puis de repartir à nouveau seuls. Inversement d’autres démarrent l’activité en association. Ainsi Charles Fiévet est partenaire à Loos d’Étienne Wicart et Pierre Reumont avant de s’établir seul à Lille puis à nouveau en associant son fils. Ses deux premiers associés restent partenaires dans une société qu’ils transportent dans la ville proche d’Haubourdin. En 1818, une filature est établie à Lille par le rentier Jean Charles Alexandre Lejeune-Cuvillon et le commis négociant Pierre Louis Pauwels121. Après quatre ans de partenariat, les deux associés se séparent et Lejeune poursuit dans l’industrie cotonnière à Seclin où il s’installe seul. En 1819, Adrien Flament-Rohart abandonne ses deux frères, Maurice et Auguste Désiré, pour créer sa propre filature à côté de celle de Flament frères qui continue ses activités.

  • 122 ADN, 3Q314/158.

154Le recours à l’association pour l’établissement d’une filature de coton est donc largement utilisé dans le département. On a pu relever 106 sociétés en activité entre 1802 et 1840 qui regroupent en moyenne deux à trois partenaires. L’association entre plusieurs individus pour la filature de coton ne donne cependant pas toujours lieu à déclaration devant le tribunal de commerce. C’est le cas des sociétés qui regroupent des entrepreneurs de la même famille, comme par exemple le père et le fils ; la possession d’une patente suffit alors à la reconnaissance de l’entreprise. Plusieurs de ces sociétés fonctionnent ainsi avec au préalable une déclaration d’ordre fiscal auprès des autorités municipales. C’est le cas d’une grande majorité des marchands et fabricants roubaisiens et tourquennois qui passent à la filature sans que cette activité soit clairement énoncée dans les registres de patente et pour lesquels l’association nous est suggérée par l’adjonction à côté du nom de l’entrepreneur du terme fils ou frères. Ainsi, la société créée en 1803 pour la filature de coton à Roubaix par le marchand brasseur Pierre François Alexandre Grimonprez-Buisine associé à son fils Pierre Alexandre Grimonprez-Bulteau et son gendre Étienne Roussel-Grimonprez, tous deux fabricants, ne donne lieu à aucune déclaration. L’exemple de cette société qui nous est connue par d’autres sources notariales, baux de locations et testament, n’est pas unique et s’applique encore à d’autres associations telles que Réquillart frères, Dervaux père et fils, etc. C’est encore à partir de la location d’un bâtiment, l’aile gauche du château de Loos appartenant à Louis Quentin Dumetz, que l’on peut relever en 1826, l’association qui lie les filateurs Lenné et Delequeuche122.

  • 123 ADN, J953/49.

155Jusque dans les années 1830, les enregistrements d’extraits d’actes de créations de sociétés restent très succincts, voire incomplets. Il n’est pas nécessaire aux entreprises déjà existantes mais dont l’objet d’origine n’était pas l’exploitation d’une filature de coton de se faire enregistrer au greffe du tribunal quand elles abordent la nouvelle industrie. Ainsi, la solide maison Flament frères, qui fait commerce depuis l’Ancien Régime, avec son fondateur Adrien Flament-Boursette, des étoffes de la région, qui se perpétue avec les enfants associés en 1800 et qui passe en 1812 à la filature de coton n’est-elle pas répertoriée dans sa nouvelle activité123. L’association n’est pas non plus officialisée quand elle lie plusieurs membres d’une famille qui s’adonnent à des activités complémentaires et dont le patrimoine reste souvent en communauté. C’est le cas des sociétés « Mille frères » ou « Prouvost frères », non officialisées par un acte mais reconnues par le milieu commerçant et industriel de l’époque.

  • 124 ADN, 6U2/11.
  • 125 ADN, J861/76.

156Par ailleurs, l’enregistrement de créations de sociétés se résume en général à un texte de quelques lignes qui reste vague sur l’objet de l’entreprise et la grande majorité des actes qui sont passés sous seing privé ne nous permet pas la consultation des sources notariales, trop souvent lacunaires pour les contrats établis devant les officiers ministériels. Ainsi, le greffe du tribunal du commerce de Lille retient souvent le terme de « société de commerce » pour des entreprises établies pour la filature de coton. C’est le cas pour l’entreprise créée en 1812 par Antoine Delerue-Hosdez et son beau-frère Louis Hosdez-Moillet dont l’objet indiqué est le « commerce de spéculation » sans que l’acte ne parle de la filature de coton établie à Lille124. Il est encore question de « société de commerce », sans référence à l’établissement industriel formé à Loos, pour l’association qui lie François Marie Vouzelle et son ami Jean Baptiste Nadaud arrivés tous deux de Haute-Vienne125.

  • 126 ADN, 6U2/14.
  • 127 ADN, 6U2/430.

157Certaines sociétés ne nous sont encore connues qu’au moment de leur dissolution, c’est le cas de l’association qui regroupait jusqu’en 1818 Pierre Louis Guevaere et Mathieu Fauverghe, ce dernier poursuit ensuite seul dans l’industrie jusqu’à la vente de son bâtiment et de ses mécaniques en 1826 à Jean Baptiste Louis Ryckelinck-Solignac pour 45 000 francs126. Un autre exemple nous est donné par la société connue sous le nom de Veuve Didier et frère qui ne nous apparaît qu’en 1828 seulement au moment de sa faillite127.

 

158Sur plus de 100 sociétés recensées, 80 ont donné lieu à un acte officiel qui nous permet de connaître la nature et la structure de ces entreprises. Les dates de création s’étalent entre 1804 et 1837 et le mouvement reproduit la conjoncture que l’on a pu observer pour l’ensemble cumulé des filatures en activité dans le département pour la période. Sous le premier Empire, on enregistre en moyenne 1,5 création de nouvelles sociétés par an. Ce chiffre est plus que doublé entre la Restauration et la monarchie de Juillet, où l’année 1818 voit à elle seule la création de 7 nouvelles associations et 1825 battre un record avec l’enregistrement de 11 sociétés. L’entrée dans la crise réduit fortement le mouvement : on compte en moyenne annuelle 4,3 créations entre 1816 et 1825 contre une seule dans les cinq années suivantes. Entre 1831 et 1837, le mouvement de ralentissement se poursuit et le nombre d’enregistrements de nouvelles associations pour la filature de coton retrouve un rythme proche de celui du premier Empire.

Une minorité de sociétés en commandite

159Sur les 80 actes de créations de sociétés, 72 prennent la nature juridique de société en nom collectif. Elles représentent 90 % des enregistrements, contre 7 % (6 entreprises) pour les autres sociétés de personnes, mais sous forme de commandite simple, et à peine 3 % (2 entreprises) pour les établissements en commandite par actions. Les actes de modifications de sociétés ne touchent guère à la nature de ces entreprises. Sur 41 contrats de modifications recensés, 3 seulement relèvent d’un tel changement sans pour autant bouleverser la part de chacun des groupes.

  • 128 Bibliothèque municipale de Douai, M.S 1400.
  • 129 AM Douai, II/7.

160La première société en commandite par actions est créée à Douai en 1805 et rassemble un nombre considérable de participants128. La souscription lancée par le sous-préfet Masclet en début d’année 1805 doit réunir 600 000 francs divisés en 400 actions de 1 000 francs et 400 autres d’une valeur de 500 francs. Chacune des actions apporte un intérêt de 6 % par an et le reste des bénéfices doit servir à l’accroissement du capital primitif. La nouvelle société, dont l’administration est calquée sur celle de la Banque de France, suscite un réel engouement auprès des notables locaux. Deux listes dressées dans la première moitié du mois d’avril 1805 rassemblent les noms de 166 souscripteurs. Une grande partie de l’élite politique et économique du Douaisis se laisse séduire par le projet qui vise à la création d’un établissement à l’instar de ceux créés en Angleterre et que Masclet a pu découvrir au cours de son séjour outre-manche. Les propriétaires forment plus du quart des adhérents au contrat de société, 24 marchands côtoient 15 négociants, parmi lesquels certains, comme le Lillois Heegman, font commerce du coton. Les listes comportent encore les noms de 3 maires dont ceux de Douai et Lewarde, 5 notaires, plusieurs magistrats, etc. Le conseil d’administration est composé en majorité de souscripteurs installés dans l’arrondissement mais également de Parisiens, comme le célèbre acquéreur de biens nationaux Paulée qui est également possesseur d’une vaste propriété provenant de l’abbaye des Prés à Douai, le munitionnaire général Vanlerberghe ou encore le conseiller d’État et préfet de police Dubois129.

161Si, en peu de jours, le quart de la souscription de 400 000 francs est levé, les difficultés nées des mauvaises relations entre Masclet et le premier directeur Focard de Château allaient entraîner la méfiance des actionnaires qui ne voulaient pas faire de nouveaux sacrifices. En juin 1806, l’assemblée générale décide de céder l’établissement à Gautier d’Agoty et Louis Eugène Lolliot, propriétaire à Douai, contre le remboursement des actions portant intérêt de 6, 7 et 8 % par an pendant les première, deuxième et troisième années. L’association entre les deux partenaires est cependant de courte durée ; en 1807, Gautier d’Agoty se retrouve seul à la tête de l’établissement et consent une commandite de la part d’Alexandre Piat Desmoutiers pour un quart de l’actif de la société, ce qui lui permet de rembourser 150 000 francs qui restent dus aux actionnaires primitifs. C’est donc sous la forme d’une société en commandite simple que la société allait se développer dans les années suivantes pour porter son actif à près de 310 000 francs en 1818.

  • 130 ADN, 6U1/18.
  • 131 ADN, J1592/70.

162La seconde société en commandite par actions créée dans le département provient de la modification de l’entreprise en nom collectif Dufrayer frères installée dans l’abbaye de Vaucelles. Les Parisiens, qui rencontrent des difficultés dès 1810, décident la création d’une nouvelle société au capital de 500 000 francs et divisé en 100 actions de 5 000 francs130. On ne connaît pas les adhérents à la souscription lancée à Paris sauf que les deux filateurs se réservent la possession, semble-t-il, d’au moins vingt actions. Il n’est pas impossible que la maison Davillier et Cie de Paris, créancière à hauteur de plus de 60 000 francs en 1817, ou encore les négociants en toiles de Cambrai, Louis Monier et Alexandre Dehollain, acquéreurs de l’abbaye de Vaucelles en 1817, où ils établissent une filature de coton, n’aient souscrit à la société en faillite ouverte à partir de 1813131.

  • 132 ADN, J1491/2.

163À Lille, la seule société de capitaux est établie à la fin de l’année 1819 par trois négociants de la place. Louis Decroix, Gaston Lefebvre et Louis Delecroix créent en effet une filature dont le capital fixé à 90 000 francs comprend un actif en matériel d’une valeur de 27 900 francs acquis d’Alexandre Eustache Beaussier-Mathon, beau-père du premier commandité. Entre le 3 et le 12 janvier 1820, douze personnes adhèrent à l’acte de société et souscrivent à l’achat d’une ou plusieurs des trente actions d’une valeur de 3 000 francs132. Même si le capital de la société « Delecroix et Cie », installée rue du Croquet, qui s’occupe de la filature et du tissage des toiles de calicot, passe à 120 000 francs en 1825, on peut être étonné de la faible capitalisation d’une entreprise qui associe des partenaires aux capacités financières autrement plus considérables. Louis Delecroix, originaire de Gand, est beau-frère de Lousberg, célèbre indienneur de cette ville. Louis Decroix, issu d’une solide famille lilloise que l’on a déjà évoquée, entrait après son mariage en 1805 avec Julie Beaussier dans la maison de son beau-père, président de la chambre de commerce de Lille, député en 1816, qui faisait également le commerce des denrées coloniales. Sous le blocus, Alexandre Eustache Beaussier-Mathon contracte avec les Périer de Paris une association pour l’importation par le port d’Ostende des cotons provenant des colonies et Louis Decroix est chargé de la réexpédition des marchandises vers les filatures de la région. Gaston Lefebvre enfin, né à Lille en 1779, est fils de Théodore Henri Lefebvre-Longueville, avocat, échevin de Lille, conseiller pensionnaire du clergé et de la noblesse de la Flandre wallonne. Gaston forma, en 1805, avec son beau-frère Ignace Vandergracht du Bosquiel, une société ayant pour objet la spéculation sur les denrées coloniales, les productions territoriales, les opérations de banque, etc., sous la raison de « Vandergracht fils et Gaston Lefebvre ». En 1818, la société qui connaît des difficultés accuse un passif de 389 000 francs. Les créances sont cependant honorées et, en 1834, Gaston Lefebvre est à la tête d’un entrepôt de calicots et, en 1840, il est associé dans une affaire de consignation de plomb d’Espagne.

164Nous avons déjà rencontré ces filateurs qui brassent des affaires non limitées à leurs activités proprement industrielles. À Houplines, Gombert et Woussen sont en réalité davantage négociants en coton, en compte à demi avec le Lillois Briansiaux, que filateurs. C’est en tout cas dans la première activité que les capitaux engagés sont les plus importants. On a vu également que les frères Cox, négociants gantois et apparentés à l’indienneur Lousberg, brassent des affaires qui sont loin de se résumer à leurs propres actifs industriels.

 

  • 133 ADN, 6U2/15.
  • 134 ADN, J1491/14.
  • 135 ADN, J1175/41.
  • 136 ADN, 6U1/18.

165Les sociétés en commandite simple ne sont guère plus nombreuses dans l’industrie cotonnière du département dans les trois premières décennies du XIXe siècle. Les entreprises qui prennent cette forme juridique lors de leur création, au nombre de 6, apparaissent de manière tardive. À l’exception de la société roubaisienne Bayart et Cie, créée en 1824 par Louis Joseph Bayart, contremaître certainement au service de son frère Fidèle Amand filateur à Roubaix, commanditée à hauteur de 18 000 francs par la rentière tourquennoise Marie Jeanne Chaillot, les autres sociétés en commandite sont établies dans les années 1830133. En 1833, Edmond Cox, dont la mère avait longtemps repris la filature du mari décédé en 1809, s’établit rue de la Louvière où il est commandité pour 100 000 francs par Charles Crespel et son fils Félix, marchands épiciers et négociants à Lille134. La même année, au Cateau, la filature du Palais est remise en activité par une société de personnes. À l’origine de l’entreprise, on retrouve Louis François Largillière, commissaire des guerres et filateur depuis 1815 à Aubigny en association avec son beau-père Charles Mathias Servatius. La société « Largillière et Cie », qui fait l’acquisition pour 80 000 francs du bâtiment formant l’ancien palais de l’archevêque, est formée à partir d’un capital de 300 000 francs135. Comme pour les autres filatures du Cambrésis, les soutiens financiers et commerciaux aux filateurs sont souvent extérieurs au département. Nommé gérant de l’entreprise, Louis François Largillière qui apporte un sixième du capital est commandité par six Amiénois, le banquier Forceville Duvette, les négociants Alexandre Fatton, Simon Henriot Cordier, Michel Thuillier Lequien et les filateurs Denis Morel-Cornet, et Nicolas Pourcelle-Destré qui apportent 250 000 francs136.

166L’année 1835 voit encore Pierre François Dupont, fabricant de feutres et toiles passé à la filature de coton en 1826, s’associer à un commanditaire qui lui apporte 30 000 francs. Les investissements de plus en plus lourds poussent les filateurs à chercher des appuis financiers. En 1836, Charles Lambert, négociant et filateur lillois depuis au moins 1819, est de ceux-là. Les capitaux dont dispose l’entrepreneur, qui apporte en 1827 pour son mariage en secondes noces 80 000,00 francs qui s’ajoutent à l’importante dot que lui procure Adélaïde Trancart, propriétaire à Lille et héritière du riche négociant Amand Voldemar Brovellio, ne lui suffisent pas pour poursuivre seul son industrie. Toujours en 1836, l’entrée dans l’industrie du propriétaire originaire de Lomme, Adolphe Carpentier se fait avec l’aide de plusieurs commanditaires qui lui apportent 90 000 francs.

La structure des sociétés en nom collectif

167La grande majorité des créations sont donc des sociétés établies en nom collectif. Les 72 filatures recensées rassemblent 170 entrepreneurs, soit en moyenne 2,36 personnes par société. Pour 23 de ces sociétés, soit près d’un tiers, un lien familial manifeste unit les partenaires qui décident de s’associer. Les professions qui nous sont livrées lors des créations de ces filatures montrent, comme nous l’avons vu pour l’ensemble des entrepreneurs pris individuellement, que le monde du commerce et de l’industrie est largement représenté à la tête de ces sociétés. Les détenteurs de capitaux, négociants, marchands et propriétaires ou rentiers, au nombre de 60, représentent plus du tiers des entrepreneurs qui contractent une société. Leur part est encore plus élevée si on ne tient pas compte des nombreux contractants qui ne nous livrent pas leur profession, ou des jeunes entrepreneurs qui s’associent sans avoir eu au préalable d’activité, au total ils sont 34. Les industriels, filateurs déjà en activité (33), les fabricants (25 dont un fondeur) ainsi que 6 contremaîtres, au total 64 personnes disposent d’un passé technique qu’ils mettent au bénéfice de la nouvelle entreprise. Près de 60 % des sociétés qui se créent allient, en effet, capital et technique. Les 25 négociants par exemple sont présents dans 18 entreprises différentes dans lesquelles ils ont comme partenaires 5 fabricants, 4 filateurs et 1 contremaître. Les 18 marchands sont à l’origine de la création de 14 sociétés où ils côtoient 8 filateurs, 4 fabricants, 1 contremaître et 1 fondeur. Les 16 propriétaires enfin s’associent à 3 filateurs, 2 fabricants et 1 contremaître.

168Plusieurs de ces sociétés unissent encore des industriels souvent versés dans les activités textiles sans que des négociants ou marchands apparaissent comme partenaires. Elles peuvent lier des fabricants d’envergure comme le Roubaisien Floris Defrenne-Delebecque, associé en 1805 à Camille et Virginie Cordonnier. Une grande partie des sociétés créées à Tourcoing par exemple unissent ainsi des fabricants entre eux. Certaines associations sont également le fait de filateurs qui cherchent dans des fabricants de toiles les partenaires complémentaires à leurs activités. L’inverse est également vrai. Ainsi en 1812, le filateur Jean Baptiste Cornil-Pollet trouve-t-il en la personne de Massé-Ledoux, fabricant de toiles à Saint-Quentin, un associé qui apporte à la fois des capitaux et des débouchés pour les filés que la nouvelle société produira. Pour les deux entrepreneurs, il s’agit de s’assurer des approvisionnements et de l’écoulement des fabrications qu’ils produisent déjà. Notons encore, pour ce qui est des capacités techniques des entrepreneurs, la société qui rassemble, en 1835, les deux contremaîtres Jean Baptiste Lancel et Louis Lemariant.

Des sociétés inachevées ?

169La capitalisation des sociétés en nom collectif ne nous est connue que dans une minorité des cas. Seules 22 entreprises, dont 2 pour lesquelles les investissements de départ nous sont donnés lors de modifications de statuts, livrent les ressources constitutives de leur établissement. L’ensemble des filateurs apporte une somme de 1 306 530 francs, soit en moyenne un peu moins de 60 000 francs engagés dans chaque entreprise. On ne note pas, pour ces quelques entreprises, d’évolution significative dans la capitalisation des sociétés : la mise de fonds la plus importante, 20 0 000,00 francs, est investie en 1812 par les associés formant la firme « Cornil-Pollet, Massé père et fils » et les actifs des 2 sociétés créées en 1830 s’élèvent seulement à 6 000 francs pour « Baratte et Tirlemont » et 10 000 francs pour « Courrière et Delos ». Un grand contraste règne entre les petites sociétés, plus d’un tiers, qui ne capitalisent pas 30 000 francs, soit la moitié de la moyenne des ressources de départ, et un quart des nouvelles entreprises dont les mises de fonds sont supérieures ou égales à 100 000 francs. Près d’un quart sont mêmes formées avec des mises de fonds qui ne dépassent pas 10 000 francs ! La lecture des minutes notariales relativise cependant la première observation qui tendrait à minimiser les investissements des entrepreneurs. Dans la majorité des cas, les sommes énoncées comme mises de fonds ne représentent pas l’ensemble des actifs des sociétés.

  • 137 ADN, J1774/43.
  • 138 ADN, J1472/60.
  • 139 ADN, J548/64.
  • 140 ADN, J1774/36.
  • 141 ADN, J1774/59.
  • 142 ADN, J861/185.

170En 1816, les cousins Auguste et Jean Baptiste Lefebvre créent une filature qui a pour volonté de traiter « autant que faire se pourra de l’établissement actuel de Monsieur Lefebvre-Ghesquière », père du premier contractant137. Il est évident que la mise de fonds des associés, 20 000 francs chacun, ne correspond pas aux actifs que représente la société déjà mise en activité et à laquelle les partenaires entendent « donner plus de splendeur ». Dans de nombreux cas, le bâtiment et les mécaniques ne sont pas comptabilisés dans le capital social. En 1821 par exemple, Pierre Antoine Allemand-Mullié et Pierre Charles Mullié-Florin, fabricants de fil retors, apportent chacun 9 500 francs pour la création de la filature qu’ils installent dans un bâtiment loué rue Princesse à Lille138. L’article cinq du contrat prévoit cependant que de nouvelles sommes seront nécessaires pour l’achat des matières et ustensiles. La possession d’un immeuble ou de mécaniques par l’un des associés qui les met à la disposition de la société réduit la capitalisation de nombreuses sociétés. En janvier 1833, Flavie Caroline Françoise Estoret, propriétaire à Lille et épouse du filateur Louis François Carlier qui vient de décéder, s’associe au commis négociant Albéric Xavier François Claris139. Pour démarrer l’entreprise, la veuve apporte une somme de 7 000 francs et met à la disposition de l’établissement un immeuble qu’elle possède et qu’elle loue pour 1 500 francs ainsi que deux assortiments de métiers à filer ; l’apport de son partenaire n’est que de 2 000 francs. En 1812, le négociant Victor Plaideau verse une somme de 24 000 francs ainsi que la moitié de la valeur de 12 mule-jennies et il loue son bâtiment, marché au charbon à Lille, pour 1 500 francs par an, à la société qu’il constitue avec Jean Baptiste Bailly-Rossignol140. En 1823, l’entreprise « Largillière et Servatius frères » est déclarée avec une mise de fonds de 16 000 francs seulement141. La société exploite pourtant deux fabriques, celle d’Aubigny dans le Pas-de-Calais avec les ustensiles que Largillière met à la disposition de l’association et la filature lilloise qui reste la propriété de Charles Mathias Servatius, père des trois frères associés à Largillière, lequel la loue avec les mécaniques pour 3 000 francs par an. La location du matériel et d’une fabrique par un des associés est également le cas, par exemple, de la société en commandite « Vantroyen-Cuvelier et Cie », créée en 1823142. L’entreprise qui lie le filateur Paul Dominique Vantroyen-Cuvelier, César Auguste Mallet, présenté lors de l’association comme contremaître mais dont le père est en réalité signalé comme marchand de coton, et François Marie Vouzelle, marchand d’étoffe en gros et filateur à Loos, montre que les apports respectifs ne sont en réalité qu’une partie du capital social. L’actif de la société de 40 000 francs, apporté pour moitié par le premier et le troisième associé ne tient pas compte de l’apport du local ainsi que des mécaniques, d’une valeur de 30 676 francs, loués par Vantroyen-Cuvelier pour 3 000 francs par an.

  • 143 ADN, J1774/59.
  • 144 ADN, J953/68.

171La capitalisation de départ n’empêche pas par ailleurs de nouvelles mises de fonds régulières, qui peuvent être d’autant plus importantes que la conjoncture est favorable et qui s’ajoutent au réinvestissement d’une partie des bénéfices. Tous les actes stipulent que chaque associé est libre de verser de nouveaux fonds qui portent en règle générale un intérêt de 6 %. Ces avances supplémentaires ne font pas forcément varier la répartition des bénéfices et pertes entre les entrepreneurs mais sont considérées comme des prêts à la société. De nombreux filateurs semblent même conscients de leurs faibles mises de départs qui doivent être augmentées. Ainsi en 1823, l’article 5 de la société « Victor Plaideau et Cie », constituée pourtant à partir d’un capital de 100 000 francs, stipule que « le bien-être de la société exigera sans doute une plus grande masse disponible de capitaux. Dans ce cas Monsieur Plaideau père s’engage à fournir les sommes nécessaires à l’intérêt commercial de 6 % sans retenue »143. Il est difficile d’évaluer les mises de fonds supplémentaires mais dans le cas des sociétés qui unissent négociants et fabricants ou filateurs, l’activité des premiers se perpétue dans l’approvisionnement en matière première des établissements qu’ils contribuent à créer. C’est sur leurs fonds propres qu’ils se chargent de l’alimentation en coton des filatures dans lesquelles ils sont associés. Ainsi, dans la société Dubucquoy et Watteau créée à Comines en 1807, l’article 6 prévoit que « les avances de fonds nécessaires pour l’achat des cotons à filer » se font par le premier, négociant à Lille, « au fur et à mesure que le besoin l’exigera »144. Ce dernier prélève sur la vente des cotons filés 30 centimes par kilogramme de coton brut qu’il achète et fournit à la filature.

  • 145 ADN, J548/17.
  • 146 ADN, 94J161.
  • 147 ADN, J1774/36.

172En 1810, Denis François Delemazure, marchand épicier à Lille et filateur en association avec Jean Baptiste Bailly-Rossignol, est « seul chargé de l’achat des matières premières et devra en payer le prix de ses propres deniers »145. Il est également responsable de la vente des cotons fabriqués, reléguant son associé au rang de véritable filateur « à façon ». Le rôle de Bailly-Rossignol comme entrepreneur indépendant qui traite d’égal à égal avec son partenaire n’est pas non plus acquis dans la nouvelle société qu’il contracte en 1812 avec Victor Plaideau. Le filateur se liait en effet avec un riche commerçant originaire de l’île de Ré et installé à Lille au début de la Révolution. Négociant en tabac puis directeur de la régie des tabacs, en 1811, aux appointements annuels de 25 000 francs, Victor Plaideau joint à cette principale activité le commerce des toiles de coton qu’il fait certainement imprimer par l’indienneur Denis Méresse-Coulon ainsi que celui des denrées coloniales et notamment du coton146. Aussi l’article 10 du contrat qui lie les deux hommes stipule-t-il qu’il « est expressément autorisé à faire des achats en son nom et sa signature et ce entendu qu’il est beaucoup et avantageusement connu dans le commerce »147. L’article suivant le charge « exclusivement des ventes des matières fabriquées… sous son nom seul quoique pour le compte commun pour les raisons précédentes… Il sera responsable de toutes les ventes et à cet effet la société lui fera valoir sur chacune d’elle une commission de 3 % qu’il prélèvera avant tout partage ». Ainsi, en s’associant, Victor Plaideau poursuit ses activités de négoce de matières premières et il s’assure la possibilité d’écouler des filés de coton, dont il fixe les prix de vente, fabriqués par son associé qui dirige les fabrications.

  • 148 ADN, 6U2/11.

173L’activité du commerce des cotons bruts et filés est assez lucrative pour que les négociants et marchands qui s’occupent de cet objet cherchent dans l’association à s’assurer à la fois un débouché et un approvisionnement. En société ou en simples relations commerciales, bon nombre de filateurs apparaissent en réalité dans des situations de dépendance. La possession de techniques et de mécaniques, voire d’un petit bâtiment industriel, ne suffit pas à ces entrepreneurs pour être considérés par les détenteurs de capitaux comme des partenaires mis sur un pied d’égalité. En 1813, Jean Baptiste Duhamel-Cacquant, filateur malheureux, crée avec Emmanuel Blot et Augustin Haudouart, tout juste arrivés de Valenciennes et Arras, une nouvelle société pour laquelle chacun apporte 8 000 francs148. La position qu’occupe le premier dans l’entreprise « Emmanuel Blot, Haudouart et Cie » apparaît cependant subalterne. En effet, seuls ces deux derniers ont la signature sociale et « le droit de vendre, acheter, payer, recevoir, traiter et composer pour le compte de la société… », clause à laquelle Duhamel-Cacquant déclare consentir « irrévocablement et sans regrets ». Les rapports et règles qui président au rôle de chacun des partenaires seront cependant modifiés quand les deux entrepreneurs auront abandonné Duhamel-Caquant pour contracter une nouvelle association en 1819 à Douai, cette fois-ci avec Séraphin Lambert Malfait-Smet, négociant en denrées coloniales d’envergure et dont la veuve continue très largement à soutenir financièrement l’établissement après la mort de son mari en 1827.

  • 149 ADN, 6U2/13.
  • 150 ADN, J548/43.

174D’autres exemples encore témoignent du partage des tâches et des rapports de subordination et de domination qui existent au sein des filatures. En 1817, le propriétaire Jean Baptiste Grimbert est chargé de l’achat des marchandises et possède seul la signature sociale de la société, établie dans un de ses bâtiments rue du Bourdeau, en association avec le mécanicien Hyppolite Dubois149. En 1822, Antoine Allemand-Mullié, dont la mort de l’épouse a mis fin à l’association qui le liait à son beau-frère, contracte une nouvelle société avec Denis François Delemazure. Dans cette nouvelle filature installée à Armentières, Allemand ne figure pas dans la raison sociale, « Delemazure père et fils » car, écrit-on, « il n’apporte que son industrie » et son partenaire est chargé des achats et ventes et placements des marchandises150.

  • 151 ADN, J1774/32.

175Les pionniers de l’industrie de la filature dans le département ne sont pas à l’écart de ces associations où leur rôle se cantonne à la conduite de fabrique. Le premier d’entre eux, Louis Gérard Lefebvre-Burghelle, ne surmonte pas les difficultés qu’il rencontre en 1808. Pressé par ses créanciers, notamment par le négociant Philippe Vrau qui lui prête 40 000 francs en 1803, il perd de son crédit et se résout à une association en 1810. C’est le négociant en coton Jean Baptiste Masquelier-Reys qui vient à son secours et lui permet de se maintenir encore quelque temps dans une industrie qu’il aura, le premier, entreprise dans le département. Le maintien du filateur dans le milieu patronal a cependant un prix : celui de le transformer en simple filateur à façon au profit de son associé. La chose est entendue dès le premier article du contrat de société qui stipule que Lefebvre-Burghelle « ayant actuellement un atelier monté à Seclin et pourvu de toutes les mécaniques et ustensiles, sera employé par les seconds à la filature de coton de toute espèce »151. L’acte précise encore que le filateur s’engage « à ne travailler et faire travailler que les cotons qui lui seront fournis par le second, renonçant à ne rien faire, soit pour son compte, soit pour le compte d’autrui, sans le consentement expresse et par écrit » du négociant.

Inscrire l’entreprise dans la durée

176Maintenir l’entreprise en activité pour en recueillir les bénéfices est le second objectif, après la création de l’établissement, de tout entrepreneur. Il est cependant difficile de mesurer la durée de vie de l’ensemble des filatures de coton créées dans les trois décennies du XIXe siècle. Le calcul pour 137 établissements, à la tête desquels se trouvent un ou plusieurs filateurs, montre qu’en moyenne, ils existent un peu moins de huit ans avant de disparaître ou de connaître une modification. Cette durée moyenne ne se confond donc pas avec le nombre d’années passées par les filateurs dans l’industrie cotonnière. Elle est valable pour certains filateurs qui ne changent pas de lieux ou ne contractent pas de nouvelles associations, mais elle ne tient pas compte du cumul des années passées dans l’industrie par les entrepreneurs qui, eux, changent de domicile ou créent de nouvelles sociétés. Ainsi, elle tient compte de l’ensemble des années, huit au total, passées dans l’industrie d’Henri Panckoucke filateur à Lille entre 1803 et 1811. Dans le cas de l’établissement créé à Esquermes, on a fait la moyenne de trois périodes, celle où François Baudoux-Delfosse est associé à Jean Faucille pendant 9 ans, les 3 années de la société où il a comme partenaire Jean François Daveluy et enfin les 21 ans, jusqu’en 1834, où il est seul à la tête de la filature de coton.

  • 152 ADN, 3Q314/31.
  • 153 ADN, J861/185.
  • 154 ADN, 3Q314/166.
  • 155 ADN, 3Q314/113.
  • 156 ADN, 3Q314/169 et 170.
  • 157 ADN, 94J/161.

177L’ensemble de la période est marqué par un renouvellement continuel des filateurs et ils sont en réalité peu nombreux à durer suffisamment pour créer des dynasties d’industriels. Les trois quarts des filateurs disparaissent au seuil des années 1830. La disparition des entrepreneurs peut avoir des causes naturelles et la mort vient mettre un terme à l’aventure industrielle de plusieurs d’entre eux qui ne laissent pas d’héritiers pour leur succéder. Citons les décès de Dubucquoy en 1812, celui de Jean Baptiste Jonglez-Dehorne en 1828 ou encore de Jean Nicolas Vincent Lorent qui mettent fin à autant de filatures de coton. Dans de nombreux autres cas, la disparition de l’entreprise est un choix plus ou moins volontaire qui tient compte naturellement d’une conjoncture souvent défavorable mais qui est anticipée par le filateur. Dès 1810-1811, les difficultés du moment se traduisent par un retrait de filateurs qui considèrent que l’industrie ne tient pas toutes ses promesses. Ainsi Henri Panckoucke cesse-t-il son expérience industrielle pour ne plus se consacrer qu’aux activités de négoce à Paris où il est installé152. Pour ces négociants en même temps filateurs, un ralentissement de la croissance industrielle se traduit par un repli ou par le développement d’autres activités. La crise de surproduction qui pointe dans le milieu des années 1820 se caractérise par l’abandon anticipé de la filature de coton par plusieurs de ces entrepreneurs. Gilles Champion-Dervaux, négociant en coton puis filateur de coton, signalé en 1825, n’apparaît plus que comme raffineur de sucre, dans la société qu’il a créée en 1822 avec un capital de 100 000 francs et en association avec Aimé Brame153. Les frères Auguste et Maurice Flament n’abandonnent pas la filature de coton mais ils joignent à l’industrie la production agricole. En 1829, ils font l’acquisition de terres et d’un moulin à moudre huile et blé situé sur la rivière de la Clarence dans le Pas-de-Calais154. En même temps qu’il était filateur associé à son beau-frère à Lille, Louis Hosdez était également propriétaire d’une grande maison à usage de saline et savonnerie située sur la place du Château155. Après avoir abandonné l’industrie cotonnière, il s’applique à donner davantage d’ampleur à sa première activité en rachetant un second bâtiment pour une valeur de 45 000 francs en 1830, après que sa femme a hérité l’année précédente, avec son beau-frère, pour plus de 200 000 francs de biens immobiliers156. En 1825 encore, Victor Plaideau cesse définitivement la filature de coton pour ne plus s’intéresser qu’à son négoce de tabac, activité qu’il développe depuis l’Ancien Régime. C’est de l’autre côté de la frontière à Menin que le négociant installe l’une des plus renommées fabriques du pays et il y meurt châtelain157.

  • 158 ADN, 6U2/10.
  • 159 ADN, 6U2/12 et/468.
  • 160 ADN, J1318/80.
  • 161 ADN, J1472/45.
  • 162 ADN, J1472/49.
  • 163 ADN, J1774/38.
  • 164 ADN, 6U2/980.

178Une grande partie des filateurs disparaît cependant après avoir connu des difficultés qu’ils ne surmonteront jamais et qui les rayeront pour toujours de l’industrie et des affaires. La trajectoire de plusieurs de ces filateurs est éloquente. C’est celle de Louis Gérard Lefebvre-Burghelle, fabricant à la petite mécanique puis filateur sous le Consulat à Seclin avant une faillite qui l’oblige à se retrouver à nouveau fabricant sur des jennies qui lui appartenaient et qu’il a dû céder avant de les reprendre en location du producteur de toiles de coton halluinois Pierre Morel qui le fait travailler à façon158 ! C’est encore celle de Jean Baptiste Duhamel-Cacquant, absent des statistiques officielles portant sur la filature de coton, qui nous montre la même trajectoire qui lie l’industrie à la petite mécanique à la période suivante de concentration. L’entrepreneur disposait certes de qualités et de moyens suffisants pour faire partie du petit groupe issu du monde des fabricants à la jenny. La nouvelle période allait le conduire cependant à traiter avec des négociants, fournisseurs de matière et également acquéreurs de ses produits. C’est le négociant Gilles Champion-Dervaux, filateur en 1825, qui sera le créancier et fournisseur privilégié de Duhamel-Cacquant qui le charge également de l’écoulement de ses filés pour le règlement de ses factures. Ce n’est pas là du travail à façon mais, en réalité, le négociant reste maître du jeu en écoulant les productions à des prix que le filateur ne peut soutenir. La tentative de Duhamel-Cacquant pour se soustraire aux pratiques du négociant le conduit à un procès, à une incapacité à rembourser son fournisseur et à l’abandon de son bâtiment et de ses mécaniques à son créancier159. Après une brève association où le filateur « apporte son industrie » à de nouveaux venus dans la filature, Duhamel-Cacquant disparaît de l’industrie ruiné160. L’acquéreur du bâtiment de la rue du Plat, en 1812, le fabricant tourquennois Charles Descamps-Dujardin ne s’inscrit pas non plus dans la durée161. Dès 1814, il cède à son tour l’immeuble au marchand de coton Bernard François Moreau-Bracq et on le signale comme peintre en bâtiment à Lille162. Pierre François Lorthioir-Loth, maître sayetteur en 1789, marchand de coton en 1800 puis filateur en 1808, ne passe pas plus de cinq ans dans cette dernière activité. En 1813, il cède à ses créanciers, notamment les négociants en coton, Pierre Louis, Mille frères, Vandergracht fils et Gaston Lefebvre, Louis Wacrenier, Bernard frères, Louis Renty, etc., ses nombreux biens immobiliers et n’apparaît plus que comme « propriétaire de mécaniques anglaises travaillant pour autrui »163. La facilité d’installation comme filateur se conjugue pour beaucoup avec une rapide disparition. Installé en 1817, dans un bâtiment loué à Lille après un emprunt pour le financement de ses mécaniques, Jean Baptiste Rigaux est déclaré en faillite avant d’avoir atteint trois ans dans l’activité164.

 

  • 165 ADN, 6U2/981.
  • 166 ADN, 6U2/430.
  • 167 ADN, 6U2/15.
  • 168 ADN, 3Q314/142.

179Les contremaîtres devenus entrepreneurs témoignent qu’il est plus facile d’entrer dans l’industrie que de s’y maintenir. Désiré Magloire Rasez qui prend en location, en 1813, le bâtiment et les métiers à filer de Henri Charles Demailly, n’est filateur que deux ans. On perd vite la trace d’Ignace Solvyn, filateur à Roubaix dans les bâtiments loués à Delaoutre, et celle de Jean Baptiste Corset installé à Lille en 1825. Jean Baptiste Lancel et Louis Lemariant, tous deux contremaîtres, sont associés à la tête d’une filature à Lille entre 1835 et 1837 avant de disparaître du monde entrepreneurial. Hubert Grimbel est signalé filateur entre 1821 et 1825, date il est vrai de son décès. Florimond Désiré Margée, filateur à Lille en 1819, est failli quatre ans plus tard165. À Roubaix, Louis Bayart passe le même nombre d’années à la tête de la société en commandite et disparaît de l’industrie dans les mêmes circonstances166. C’est un an de moins que le temps passé comme entrepreneur par Auguste César Flament, filateur à Lannoy, entre 1825 et 1830, en association avec le négociant Louis Marie Lecherf167. Ils sont trois contremaîtres à s’inscrire plus durablement dans l’industrie mais le qualificatif de salariés, souvent attribué lors du partage des tâches dans les sociétés auxquelles ils participent, dissimule souvent la possession d’un patrimoine. César Auguste Mallet, filateur à 30 ans en 1823 en association, est le fils d’un marchand de coton. Pierre François Tesse, contremaître en 1820 chez Mille, associé l’année suivante, à l’âge de 27 ans, au marchand de vin Charles Courrière, est également qualifié de commis négociant avant d’aborder l’industrie cotonnière où on le retrouve encore en 1843 à la tête d’une petite filature de 2 500 broches168. Jean Baptiste Tirlemont enfin, filateur en 1830 à Haubourdin, d’abord en association avec Germain Baratte jusqu’en 1833, et encore dix ans plus tard avec le même nombre de broches que Pierre François Tesse, est issu d’une famille de fabricants d’huile.

180Les filateurs qui immobilisent une grande partie de leur patrimoine et de leurs capitaux dans des investissements industriels de plus en plus lourds sont vulnérables au moindre ralentissement des affaires. Entre 1808 et 1829, 18 filateurs doivent céder leurs outils de production à des créanciers, la plupart négociants en coton ou propriétaires intéressés à la filature du coton. Ces derniers n’intègrent cependant pas tous l’industrie et préfèrent poursuivre le négoce, plus rentable et qui ne nécessite pas d’immobilisation en capital fixe, en louant les métiers qu’ils reçoivent en paiement des créances soit aux filateurs défaillants, soit aux nouveaux candidats qui se font cependant plus rares dans les années 1830. Au cours de la décennie, ils seront plus nombreux à soutenir les filateurs en leur ouvrant des comptes courants, des crédits ou en les commanditant.

  • 169 ADN, 94J/17.
  • 170 ADN, J1033.
  • 171 ADN, 3Q314/172.

181Entreprendre et se maintenir dans l’activité cotonnière, c’est disposer de capitaux suffisants qui ne soient cependant pas tous investis dans l’industrie. La prudence s’impose et les entrepreneurs qui se mirent à la tête rapidement de grands établissements n’ont pas été tous heureux dans les affaires. Être dans les premiers à produire dans de grandes structures n’est pas un gage de réussite dans ces temps de première industrialisation. L’exemple de Charles Fiévet témoigne moins des difficultés à construire une des plus importantes filatures du département que de maintenir son entreprise. Le négociant lillois, d’abord filateur à Loos, crée à Lille un établissement qui suscite l’admiration du duc de Berry en 1814 et vaut à son fils Louis Fiévet la croix de la légion d’honneur. Nommé membre du Conseil Général des Manufactures, le Lillois allait trouver du crédit auprès des maisons parisiennes comme « Courant et Belzous » ou de la banque Alisse et Adam169. La crise de 1825 allait cependant mettre fin à ces soutiens financiers et conduire à la cessation de paiements et à la faillite. Beaucoup d’autres négociants qui allaient effectivement durer se montrent beaucoup plus prudents. C’est le cas de la famille Barrois qui, malgré la possession de gros capitaux tirés du négoce, des opérations de banque ou des revenus de la rente foncière, est à la tête d’une filature de taille relativement modeste jusque dans les années 1830170. La prudence impose encore par exemple aux négociants en coton et filateurs lillois Auguste et Achille Théodore Wallaert propriétaires de deux bâtiments, la location d’un des deux édifices à Jean Baptiste Louis Ryckelinck, dans la difficile conjoncture de 1831171. Les exemples de marchands fabricants devenus filateurs montrent que la prudence, la cohésion et la solidarité familiale reposant sur de solides assises financières ont été déterminantes pour la création de grandes dynasties patronales. La prudence, longtemps caractérisée par la faible concentration des moyens de production à l’échelle individuelle du seul entrepreneur, ne doit pas dissimuler les liens qui unissent les cellules entre elles pour ne former qu’un tout sous la direction du père, de l’aîné ou de la mère de famille.

  • 172 Lambert Mïons, marquis de la Roche, 1922.

182Tourcoing et Roubaix montrent également que l’élite économique et politique d’Ancien Régime se perpétue au siècle suivant pour donner naissance à des capitaines d’industrie qui s’inscrivent encore pour longtemps dans le paysage des maîtres du Nord. À Tourcoing, les Desurmont sont exemplaires d’une famille qui ne doit pas sa réussite sociale aux nouveaux régimes politiques. Originaires de Tournai où on signale au XVIe siècle Gaspar Desurmont, deux branches de la famille sont installées à Tourcoing au début du XVIIe siècle172. La première avec Gaspar Desurmont-Lefebvre, qui donne naissance à plusieurs descendants, s’intègre vite au patriciat urbain des grandes cités commerçantes des provinces du nord. Les activités de la brasserie et du négoce de laine en lien avec les Provinces-Unies assurent très tôt la fortune aux enfants de Gaspar. L’aîné, Jean François, est installé marchand à Dunkerque et le second fils, Pierre, est établi marchand banquier à Lille sous le règne de Louis XIV. La fortune de ce dernier est suffisante pour que les trois enfants issus de son union avec Marie Wacrenier intègrent le second ordre de l’Ancien Régime, les deux filles en épousant le seigneur de Neuvireuil et le seigneur de Schoonvelde alors que le cadet est anobli seigneur de Bersée. Le troisième fils, Augustin Desurmont-Lefebvre, né en 1665, demeure à Tourcoing comme négociant et donne naissance à plusieurs générations de marchands de laine et brasseurs. Les mariages fréquents avec d’autres membres du patriciat urbain comme les Delannoy ou les Lefebvre, auxquels les Desurmont sont alliés à chaque génération, marchands de laine en gros dont certains parents sont installés à Armentières, Lille dans le commerce de denrées coloniales, Hambourg ou Amsterdam, finissent d’asseoir la puissance d’une dynastie et permettent à plusieurs de ses membres d’être nommés à la tête des fonctions échevinales et municipales. La seconde branche, dont l’installation à Tourcoing remonte à la même époque, développe les mêmes activités de négoce de laine et multiplie les alliances avec la même bourgeoisie de la cité.

  • 173 AN, F12/2296.

183À la fin de l’Ancien Régime, les Desurmont opèrent non pas un changement dans leurs activités mais joignent au commerce de la laine celui du coton. La nouvelle fibre impose cependant la concentration des opérations de la filature : toujours donneur d’ouvrages pour la laine peignée, plusieurs d’entre eux deviennent négociants en coton et en même temps filateurs. Gaspar Desurmont-Tiberghien puis son fils Gaspar Desurmont-Tiberghien à Tourcoing, Antoine Marie Desurmont-Pollet et son frère Louis Desurmont-Motte à Lille apparaissent comme des négociants en denrées coloniales d’envergure. Ils ne sont cependant pas les seuls à s’occuper de grand commerce dans la famille et on peut évoquer par exemple la personne de Charles Joseph Desurmont comme révélatrice de la solidité d’une famille qui anticipe et accompagne les transformations et les mouvements économiques. Né en 1756 à Tourcoing, Charles est le troisième fils du premier lit de Jean François Desurmont et de Marie Catherine Deletombe. Après avoir passé quelques années dans le commerce de la laine de son père, il abandonne l’activité au profit de ses frères pour s’installer, certainement à la fin de l’Ancien Régime, négociant au Cap-Français, port le plus fréquenté de l’île de Saint-Domingue173. Jusqu’à l’incendie qui ravage la ville, Charles effectue de nombreux chargements de café pour Dunkerque et certainement de coton pour ses deux frères, Antoine Marie et Louis installés marchands de coton à Lille sous la Révolution et le Consulat. La destruction de la ville et le début des hostilités qui lui font perdre de nombreuses cargaisons saisies par les forces de la première coalition « font s’évanouir sa fortune estimée à plus de 150 000 livres des colonies ». Ne pouvant compter sur la mère de son épouse, Henriette de Louville, « qui avait pour plus de 100 000 livres de rentes mais se trouvait dans un état pareil au sien », il réussit à se relancer grâce à l’héritage de son père. Lors de la paix d’Amiens, il multiplie les expéditions pour Saint-Domingue depuis Le Havre en lien avec l’armateur et sous-préfet Stanislas Faure. La reprise de la guerre entraîne de nouvelles pertes de marchandises, pour une valeur de 350 000 francs, qui mettent fin définitivement à ses activités dans le commerce international. Charles Desurmont n’est cependant pas ruiné et on le retrouve à Melun où il installe une importante filature de coton en 1807. Il rejoint en réalité l’activité développée par un nombre important des membres de sa famille établis à Tourcoing ou dans d’autres villes du département. La première branche issue d’Augustin Desurmont-Lefebvre compte, dans les trois premières décennies du XIXe siècle, quatre filatures établies à Tourcoing, une à Armentières et une autre à Melun. La seconde branche des descendants de Jacques Desurmont-Coustenoble crée au moins deux établissements à Tourcoing, un à Marcq-en-Barœul et encore un à Villers-Sire-Nicole.

184D’autres familles tourquennoises, enrichies sous l’Ancien Régime dans le commerce de la boucherie comme les Duvillier, les métiers de la construction et le négoce de la laine comme les Wattinne, etc., sont à l’origine de la constitution de plusieurs filatures de coton dans la même période.

185À Roubaix, s’observent la même permanence et stabilité à travers les siècles d’une vingtaine de familles bourgeoises, à l’origine d’un grand nombre de filatures qui donneront naissance à des empires industriels. Enrichies grâce aux profits de la rente foncière et aux activités annexes comme la brasserie, et surtout au XVIIIe dans le commerce et la fabrication des toiles de laine, ils s’imposent à travers des alliances stratégiques qui limitent la dispersion des patrimoines dans la nouvelle activité de la filature de coton au début du XIXe siècle. Les familles Defrenne, Delaoutre, Grimonprez, Bulteau, Prouvost, Florin, Brédart, et quelques autres, souvent citées au cours de l’étude, en sont les principaux représentants que nous pouvons présenter brièvement.

  • 174 Henri Louis Dubly, 1925, p. 3 et suivantes.
  • 175 ADN, 6U2/16.

186Le berceau de la famille Defrenne est localisé à Néchin (Belgique) où les registres de catholicité du XVIIe siècle les présentent depuis au moins trois générations174. Aux Pays-Bas espagnols, la famille tire d’importants revenus de la cense de Néchin, appartenant à François de Lannoy, seigneur de Wasmes, qu’elle exploite tout au long du siècle. Plusieurs mariages contractés auprès d’autres riches laboureurs la hissent dans le rang des « fermocrates » de la région. Une première branche est installée à Leers au début du XVIIIe siècle avec Jean Baptiste, marchand tanneur et lieutenant de Lannoy. C’est Liévin Defrenne-Roussel qui est à l’origine de l’arrivée à Roubaix, après avoir cédé à sa sœur ses droits sur la cense de Néchin. Installé marchand hautelisseur, Liévin épouse la fille d’un marchand roubaisien qui lui donne sept enfants dont quatre meurent en bas âge. Les mariages que contractent les deux filles témoignent de l’intégration rapide de la famille à la bonne bourgeoisie urbaine. Marie Henriette et Geneviève convolent en premières noces avec Jean Charles et Jean Baptiste Delaoutre, fils d’un riche marchand roubaisien, et en secondes noces avec Jacques Charvet, marchand drapier à Lille, et André Desmazières, licencié en médecine et manufacturier dans la ville. Liévin, seul fils survivant, né à Roubaix en 1728, est à l’origine d’une solide dynastie de marchands et manufacturiers. Il épouse, en 1749 en premières noces, Augustine Dujardin, qui lui apporte notamment l’immeuble qu’il occupe rue Saint-Georges à Roubaix et, en 1755, Augustine Prouvost. À cette date, Liévin Defrenne est l’un des principaux marchands-fabricants de la ville et, à la fin de l’Ancien Régime, ses correspondants commerciaux sont localisés à Paris, aux Provinces-Unies, en Italie, et même en Amérique. Les enfants qu’il prend soin d’établir marchands-fabricants à Roubaix, dans le cadre d’un système de production proto-industriel, produisent les toiles qu’il se charge d’expédier vers tous les grands marchés de consommation. Ses filles convolent avec des négociants lillois, comme Pierre Vernier, ou valenciennois comme Guillaume Alexandre Duquesnes. La force de la famille réside dans la possibilité d’unir ses différentes cellules productives qui assurent souplesse et efficacité. Sous la Révolution, les enfants de Liévin passent à la production de toiles de coton puis à celle de la filature de la matière. Aux commandes passées aux fileuses à domicile de la région d’Arras succède une production concentrée nécessaire à la fabrication de ses nouvelles toiles. Le fils aîné Liévin Defrenne-Dervaux prend la place du père, en association avec les négociants Jean Baptiste Brovellio et Despilly puis avec son gendre, le Lillois Gaspard Charvet-Defrenne, dans les commandes passées aux membres de la famille qui compte au moins six filateurs de coton et autant de fabricants de toiles175. Ainsi la maison Defrenne et Charvet apparaît-elle comme l’une des principales sociétés qui exportent des toiles de coton vers le royaume d’Italie entre 1811 et 1814. La dispersion des unités de production, au temps de la filature de coton à la mule-jenny, se poursuit encore à la génération suivante. On relève les noms d’une dizaine de filateurs, issus de la famille, élargie à d’autres dynasties, qui se livrent à la même activité.

187Un autre exemple montre cependant que, dans les années 1830 et 1840, la production usinière allait imposer une certaine concentration et le recours à l’association entre membres d’une même famille pour éviter l’éparpillement patrimonial et faire face aux investissements croissants. Nous choisissons ici volontairement le nom d’un de ces riches bourgeois roubaisiens, qui ne laisse pas son nom à la postérité sauf à travers ses gendres, faute de descendants mâles, mais dont le rôle dans la transition entre l’ancien monde industriel et le nouvel âge usinier est exemplaire de continuités.

  • 176 Gaston Motte, 1952.
  • 177 ADN, 3Q430/3.
  • 178 ADN, 6U2/15.

188Originaire de la région d’Enghien (Pays-Bas), la famille Brédart s’installe à Roubaix dans la première moitié du XVIIIe siècle. Charles Louis, né à Enghien en 1723, est établi à Ath avant de s’installer comme marchand fabricant à Roubaix où il épouse Anne Marie Lepers, fille d’un marchand fabricant dont la famille a donné de nombreux échevins176. Il a au moins deux fils, Pierre Louis Brédart que l’on voit installé négociant à Paris sous le Consulat et Louis Antoine Brédart, né en 1754, qui continue le commerce de son père et qui lui donne de l’ampleur après son mariage avec Julie Henriette Desaint177. Ce mariage assure son ancrage dans le milieu des principales familles de la fabrique. Fille de Jean Baptiste Desaint-Delespaul, l’épouse de Louis Antoine appartient à l’élite des fabricants roubaisiens qui ont profité de l’essor de l’industrie au XVIIIe siècle, ce qui se marque par exemple par l’achat en 1775 par l’un des trois fils, Louis Joseph, d’une charge de Lieutenant particulier de la gouvernance de Douai. En 1784, Jean Baptiste Desaint procède à un premier partage de ses biens fonds pour une valeur de 175 000 florins (218 750 livres) au profit de ses cinq enfants. La part dévolue à Louis Antoine est composée d’une somme de 33 125 livres et d’une grande maison rue Saint-Georges estimée à 10 525 livres, point de départ de la constitution d’un important patrimoine immobilier. À la mort de son beau-père, Louis Antoine Brédart obtient en succession la partie formant son commerce qu’il joint à ses propres activités qui font du « marchand en gros » et manufacturier l’un des plus riches personnages de la cité. Sous le Consulat, il est marchand-fabricant de toiles de coton et il est l’un des premiers à Roubaix à joindre au tissage l’activité en amont de la filature en 1806. La prospérité de ses affaires se poursuit sous le premier Empire où il apparaît comme l’un des rares roubaisiens à exporter ses marchandises vers le royaume d’Italie. Il est alors propriétaire de trois filatures de coton, constituées en partie par des acquisitions faites lors de la mise en vente des biens nationaux, à la tête desquelles il installe trois de ses quatre gendres. À l’exception de Sophie qui épouse Philippe Dazin, fils du filateur roubaisien Philippe Dazin-Duforest, les autres bénéficient des bâtiments du beau-père. Lucie épouse Ferdinand Duhamel, filateur de coton à Lille en 1807, avant de s’installer à Roubaix rue de l’Abreuvoir. Henriette convole avec Auguste Wattinne, issu d’une riche famille tourquennoise qui compte trois frères versés dans le négoce et la filature de coton, et qui s’installe dans la même rue que Ferdinand Duhamel. Pauline enfin épouse Jean Baptiste Motte, commissionnaire en marchandises, que l’on a rencontré comme spéculateur sur les biens nationaux et qui partage la filature de son beau-père Brédart, rue Saint-Georges, jusqu’au décès de ce dernier. C’est à la génération suivante que se crée « la filature monstre », le plus grand établissement que compte le département dans cette période avec un nombre de 18 000 broches en 1843, porté trois ans plus tard à 40 000. La société créée en 1843 sous la raison de « Motte-Bossut et Cie » au capital de 600 000 francs ne rassemble pas des nouveaux venus dans l’industrie cotonnière. Elle associe à part égale Louis Joseph Wattinne-Bossut, issu par son père d’une deuxième génération de filateurs et même par sa mère, Pauline Grimonprez, d’un troisième quartier d’industriels du coton, Louis François Motte qui compte le même passé dans l’activité et enfin Jean Baptiste Cavrois né à Valenciennes, époux d’Eugénie Grimonprez178, installé négociant avec son père à Lille et associé dans une fabrique de céruse à Wazemmes. Il n’était pas nécessaire à ces trois partenaires de faire appel au crédit pour réunir 200 000 francs que chacune de ces familles avait accumulés depuis longtemps sans que les héritages n’entament en rien le patrimoine. La pratique de ces dynasties avait exclu depuis longtemps de tout partage les biens immobiliers et le rôle que joue Pauline Brédart, « qui préside à la carrière industrielle de ses fils » et à la formation de la société, ne peut se résumer à son caractère de femme active et laborieuse dépeinte par la famille, il tient aussi et surtout à la possession d’un patrimoine hérité de son père.

  • 179 Généalogie de la famille Florin-Vandame, 1925.

189Permanence encore dans la famille Prouvost, alliée à d’autres dynasties patriciennes du bourg comme les Florin, et qui construit et consolide de solides fortunes à partir de l’essor de l’industrie textile. La société Prouvost frères qui fonctionne sans acte officiel a pour but de maintenir dans le giron familial l’énorme patrimoine foncier accumulé depuis plusieurs décennies et de conjuguer les efforts industriels pour une plus grande efficacité179. Au début du XIXe siècle, la famille compte plusieurs filateurs et négociants en coton dont Philippe Julien Bonami installé à Rouen. L’installation d’une importante filature à Fives par Auguste Prouvost dans le milieu des années 1830 se fera sans difficultés et il pourra compter sur l’appui de son beau-père, le négociant en coton Louis Wacrenier. C’est encore la famille Delaoutre qui disparaît, faute d’héritier, au XIXe siècle mais dont la postérité existe à travers les descendantes unies à des négociants lillois et rouennais à l’origine de la création d’importantes filatures de coton comme celle mise en activité par Gustave Toussin.

  • 180 ADN, 6U2/386.

190La conjoncture favorable du milieu des années 1830 allait permettre, dans un nouveau contexte qui avait vu le nombre de filatures fortement diminuer et la demande de filés croître, la constitution de très grandes entreprises. C’est par exemple en 1836 que les frères Barrois créent une seconde filature à Fives sans aide extérieure. Le recours au crédit n’était pas nécessaire pour ces négociants et filateurs qui apparaissent depuis longtemps comme faisant partie des fortunes lilloises. D’autres durent faire appel aux détenteurs de capitaux plus enclins à soutenir une activité en croissance. La nouvelle génération de filateurs comme Louis Desmons, qui prend la suite de la filature de son père Louis François Desmons-Blondeau, reçoit ainsi le soutien intéressé, en 1844, d’Émile Masquelier, fils de Jean Baptiste Masquelier-Reys, négociant au Havre et à Lille. Ainsi peut-il se maintenir dans une société où l’actif immobilisé en métiers et machines est supérieur à 123 000 francs mais appartient maintenant au commerçant en denrées coloniales. Autre exemple, celui de Julien Romuald Thiriez, souvent dépeint comme l’archétype d’une réussite sociale exemplaire : fils d’un riche marchand de coton et neveu de l’épicier lillois Louis François Dupont, il entre dans la filature de coton, en 1833, avec son cousin Théophile Eugène Destombes, qui constitue l’importante filature « Thiriez et Cie » à Esquermes après s’être associé en 1845 à Jeannette Boyer, séparée du riche marchand de papier, qui lui apporte notamment le bâtiment de fabrique évalué à 102 000 francs en 1839180.

 

191De la Révolution à la monarchie de Juillet, plusieurs centaines de personnes se mettent à la tête d’entreprises destinées à la production de filés de coton. Le mouvement débute sous la première République, période d’utilisation généralisée de la « petite mécanique » dans l’industrie de la filature, qui voit l’arrivée d’une vague d’entrepreneurs, lesquels se hissent à la tête de fabriques de taille modeste. L’époque de la mécanisation généralisée de la filature, avec l’utilisation de la mule-jenny à partir du Consulat, est tout aussi impressionnante pour la quantité de créations d’entreprises dans le département. La facilité de s’établir, dans une période où les seuils d’entrée connaissent une tendance à la hausse, se conjugue cependant avec la difficulté à s’inscrire dans la durée, pour une grande majorité des nouveaux entrepreneurs. Dans beaucoup de cas, les apparitions et disparitions rapides de patrons du monde industriel sont dictées par l’appui des milieux du commerce, qui « gouvernent » la filature, soutien remis en cause au moindre retournement de conjoncture. Jusqu’à la fin de la décennie 1820, l’essor industriel se caractérise par l’existence d’un grand nombre de prétendants à l’entreprise, groupe sans cesse renouvelé qui permet aux négociants de réorienter leur soutien vers ces nouveaux venus, toujours plus dépendants dans leurs approvisionnements et la commercialisation de leurs productions. La période suivante, qui s’ouvre après la longue crise que connaît le secteur cotonnier, voit à la fois se réduire considérablement le nombre des entrants dans la filature de coton et, en même temps, se renforcer le poids du négoce dans le mouvement d’industrialisation régionale.

Notes

1 ADN, M557/5.

2 ADN, Tabellion 110/5.

3 Serge Chassagne, 1991, p. 185.

4 ADN, 2U1/226.

5 ADN, 3Q314/43.

6 ADN, 6U2/23.

7 ADN, 6U2/979.

8 CAMT, 3AQ/349.

9 CAMT, 3AQ/285.

10 CAMT, 3AQ/308.

11 ADN, Tabellion 2271.

12 ADN, J548/7.

13 ADN, 3Q314/48.

14 ADN, 3Q314/88.

15 ADN, 3Q314/98.

16 ADN, 3Q314/66.

17 ADN, M557/5.

18 ADN, 6U2/9.

19 ADN 94J/31.

20 ADN, 3Q314/109.

21 ADN, J953/59.

22 ADN, J953/45.

23 ADN, 3Q314/54.

24 AN, AFIV 1318.

25 AN, AFIV1318 ; F12/1561.

26 ADN, J1472/45.

27 ADN, J1472/582.

28 ADN, 102J/89.

29 ADN, 6U2/12.

30 ADN, J1774/46.

31 ADN, 3Q314/148.

32 ADN, 3Q314/150.

33 ADN 3Q314/143.

34 ADN, J57/130.

35 ADN, J1234/46.

36 ADN, 3Q314/142-152.

37 ADN, J953/68.

38 ADN, M655/1.

39 ADN, 1Q1183/21.

40 ADN, 6U2/12.

41 ADN, J1318/102.

42 ADN, J953/81.

43 ADN, 3Q430/4.

44 Pierre Pouchain, 1980, p. 136-141 ; Maurice Lévy-Leboyer, 1964, p. 109.

45 Bibliothèque municipale de Douai, M.S 1400.

46 AN, F12/1561.

47 ADN, J953/81.

48 ADN, 6U2/14.

49 ADN, J1774/59.

50 ADN, J953/59.

51 ADN, J1472/62.

52 ADN, M577/10.

53 AM Fourmies, 2F1/3.

54 AM Douai, 2F15.

55 AN, F12/2296.

56 ADN, 3Q314/146.

57 ADN, 3Q318/46 ; J1491/47.

58 ADN, J1318/102.

59 ADN, 3Q314/167.

60 ADN, M547/5.

61 AM Roubaix, 1G31.

62 ADN, 6U2/979.

63 Cf. p. 322, Illustration n° 3, Plan de la filature de coton Farrar puis Delepoulle à Villers-sire-Nicole utilisant la force hydraulique (1826), ADN, Série S/5744, Cliché écomusée de l’Avesnois.

64 Cf. p. 326, Illustration n° 4, Filature de Douai, Malfait, Blot et Haudouart, équipée d’une machine à vapeur (1820), ADN, M 653.

65 ADN, 1Q1183/121.

66 AN, F12/1615.

67 Cf. p. 323, Illustration n° 5, Filature de coton des Grands Anglais de Douai (1819), ADN, M 579/1 et p. 324 Illustration n° 6, Plan de la filature des Grands Anglais de Douai (1806), Bibliothèque municipale de Douai, manuscrit 1400.

68 Fernand Beaucourt, 1987.

69 ADN, 3Q318/46.

70 CNAM, A123, 167, 183 et 215.

71 ADN, J548/28.

72 AN, F12/2296.

73 AN, J548/51.

74 ADN, J1774/30.

75 ADN, J839/13.

76 ADN, J861/93 ; J1472/45.

77 AM Roubaix, 1G27.

78 ADN, J1318/84.

79 ADN, 1Q1183/121.

80 Cf. p. 333, Illustration n° 7, Plan de la filature de coton Constantin Périer à Douai (1805), ADN, 1Q1183/121.

81 ADN, Bibliothèque 6042.

82 Archives de la ville de Gand, Fonds Napoléon de Pauw 3700.

83 ADN, 4Q12/35.

84 ADN, 3Q15/23.

85 ADN, 94J/161.

86 ADN, J861/178.

87 ADN, J1318/33.

88 ADN, Table des acquéreurs, Roubaix, liasse 33, contrat 1634.

89 ADN, 3Q314/110.

90 ADN, 1X1042 I a 1 et 2.

91 ADN, M205/3.

92 ADN, 3Q314/116 à 157.

93 ADN, J861/76.

94 ADN, 3Q314/115.

95 ADN, 3Q314/121, 3Q314/130.

96 ADN, 3Q431/21.

97 ADN, 3Q431/25.

98 ADN, Lille 320.

99 ADN, 3Q314/156.

100 ADN, 3Q314/82.

101 ADN, J1472/30.

102 ADN, J1774/53.

103 ADN, 3Q314/146.

104 ADN, 3Q314/159.

105 ADN, 3Q314/168.

106 ADN, J1318/34.

107 ADN, 3Q314/148 ; 3Q314/156.

108 ADN, 3Q314/86.

109 Archives de la ville de Gand, Fonds Napoléon de Pauw, 3441.

110 ADN, 3Q314/117.

111 ADN, 6U2/980.

112 ADN, Tabellion 57/122.

113 ADN, 3Q314/154.

114 ADN, J839/21.

115 ADN, J57/128.

116 ADN, J1472/43.

117 ADN, 6U2/981.

118 ADN, 6U2/385.

119 ADN, 3Q314/149.

120 ADN, 3Q314/164 et 165.

121 ADN, J839/32.

122 ADN, 3Q314/158.

123 ADN, J953/49.

124 ADN, 6U2/11.

125 ADN, J861/76.

126 ADN, 6U2/14.

127 ADN, 6U2/430.

128 Bibliothèque municipale de Douai, M.S 1400.

129 AM Douai, II/7.

130 ADN, 6U1/18.

131 ADN, J1592/70.

132 ADN, J1491/2.

133 ADN, 6U2/15.

134 ADN, J1491/14.

135 ADN, J1175/41.

136 ADN, 6U1/18.

137 ADN, J1774/43.

138 ADN, J1472/60.

139 ADN, J548/64.

140 ADN, J1774/36.

141 ADN, J1774/59.

142 ADN, J861/185.

143 ADN, J1774/59.

144 ADN, J953/68.

145 ADN, J548/17.

146 ADN, 94J161.

147 ADN, J1774/36.

148 ADN, 6U2/11.

149 ADN, 6U2/13.

150 ADN, J548/43.

151 ADN, J1774/32.

152 ADN, 3Q314/31.

153 ADN, J861/185.

154 ADN, 3Q314/166.

155 ADN, 3Q314/113.

156 ADN, 3Q314/169 et 170.

157 ADN, 94J/161.

158 ADN, 6U2/10.

159 ADN, 6U2/12 et/468.

160 ADN, J1318/80.

161 ADN, J1472/45.

162 ADN, J1472/49.

163 ADN, J1774/38.

164 ADN, 6U2/980.

165 ADN, 6U2/981.

166 ADN, 6U2/430.

167 ADN, 6U2/15.

168 ADN, 3Q314/142.

169 ADN, 94J/17.

170 ADN, J1033.

171 ADN, 3Q314/172.

172 Lambert Mïons, marquis de la Roche, 1922.

173 AN, F12/2296.

174 Henri Louis Dubly, 1925, p. 3 et suivantes.

175 ADN, 6U2/16.

176 Gaston Motte, 1952.

177 ADN, 3Q430/3.

178 ADN, 6U2/15.

179 Généalogie de la famille Florin-Vandame, 1925.

180 ADN, 6U2/386.

Table des illustrations

Titre Illustration n° 3 : Plan de la filature de coton Farrar puis Delepoulle à Villers-sir-Nicole utilisant la force hydraulique (1826).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/1363/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 478k
Titre Illustration n° 4 : Filature de coton des Grands Anglais de Douai (1819).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/1363/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Illustration n° 5 : Plan de la filature des Grands Anglais de Douai (1806).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/1363/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Titre Illustration n° 6 : Filature de Douai, Malfait, Blot et Haudouart, équipée d’une machine à vapeur (1820).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/1363/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Illustration n° 7 : Plan de la filature de coton Constantin Périer à Douai (1805).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/1363/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 396k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540