Version classiqueVersion mobile

Lire les Carnets d'Albert Camus

 | 
Anne Prouteau
, 
Agnès Spiquel

Avant-propos

Anne Prouteau et Agnès Spiquel

Texte intégral

1De 1935 à sa mort, Albert Camus écrit régulièrement dans ses « Cahiers » : laboratoire de l’œuvre, « choses vues », notes de lectures, impressions de voyages, réflexions philosophiques et, de plus en plus vers la fin de sa vie, notations intimes, tout s’y mêle en une mosaïque de styles, du plan de travail à l’aphorisme percutant, du fragment narratif au développement lyrique.

2Assez tôt, il songe à les faire dactylographier, les faisant ainsi accéder au statut de textes. Il procède alors (les manuscrits le révèlent) à tout un travail de corrections, d’ajouts et de retraits qui montre bien sa volonté de conserver toujours la maîtrise du texte ; mais il ne dit rien des enjeux qu’il assigne à ses « Cahiers », qui seront publiés, après sa mort, sous le titre de Carnets en trois volumes (Gallimard, 1962, 1964, 1989) et repris aux tomes 2 et 4 de la nouvelle édition des Œuvres complètes dans la collection de la Pléiade (2006 et 2008).

  • 1 Ces contributions sont issues des travaux du colloque « Les Carnets d’Albert Camus. “Écrire, ma joi (...)

3Or, ces textes, toujours cités par la critique camusienne, n’avaient jamais été étudiés en tant que tels. C’est cette lacune que vient pallier le présent volume : nous avons suscité et rassemblé les contributions d’une vingtaine de chercheurs, d’horizons très divers, qui interrogent les modalités et les enjeux de cette écriture très spécifique1. Cela a donné naissance à ce volume, lui-même polyphonique, puisqu’il va de l’étude formelle la plus pointue au chant lyrique.

4Après une introduction qui présente les Carnets et esquisse l’ensemble des problèmes qu’ils posent, la pratique de datation explicite par Camus est étudiée. Une seconde partie réfléchit à la question des « voix » que l’on entend dans les Carnets : l’usage de l’ironie, le recours aux formes brèves, la polyphonie, l’expression du sujet et les glissements vers le poétique. Le rapport de Camus à la philosophie est ensuite interrogé : ses ambivalences à l’égard de la psychologie, son rapport à Nietzsche et ses projets philosophiques dans les dernières années. Puis est envisagée la manière dont les Carnets témoignent de son « ouverture au monde » : son regard sur les paysages, sa manière de dire la joie, en particulier pendant ses voyages, et son ouverture aux autres par le biais de sa méditation sur l’amour. Enfin, « le travail de l’écrivain » est analysé : ce que Camus, dans les Carnets, dit du processus créateur – raidissement douloureux ou dessaisissement heureux –, la longue maturation de tel projet romanesque, le rapport intime entre les Carnets et l’œuvre dès les premiers « Cahiers », ce que révèle des Carnets la manière dont il y puise pour préparer Le Premier Homme.

5Au-delà de cette structuration, le volume autorise les lectures dans le désordre, tant un tel objet suscite de regards croisés et d’échos infinis. En effet, l’enveloppe protéiforme du genre des Carnets démultiplie les lectures possibles ; en particulier le mépris affiché de Camus pour la datation libère le lecteur d’une réception univoque. L’ambiguïté générique de ces textes écrits à la première personne sans pour autant relever de l’écriture de l’intime, pourvus de dates sans pour autant constituer un Journal, permet l’établissement de voix et d’énonciations multiples. Il est d’ailleurs significatif que le genre du « carnet d’écrivain » se généralise au XXe siècle ; à cet égard, les parallèles opérés dans le volume entre la pratique camusienne des Carnets et celle d’écrivains contemporains sont très suggestifs.

6Plusieurs contributions montrent combien la lecture des Carnets permet un accès privilégié à l’homme Camus qui, tout en se méfiant profondément de l’étalage exhibitionniste, révèle à son insu ses joies, ses doutes, ses souffrances, son exigence morale, sa quête, son regard sur le monde, son évolution (puisque les Carnets couvrent près de vingt-cinq ans). Cette lecture offre, en particulier, un point de vue privilégié sur le Camus des années cinquante, années de crise et de doute, mais aussi de redéfinition dans tous les domaines.

7Le volume met également en exergue à quel point les Carnets sont le lieu du long dialogue d’un intellectuel avec des penseurs de tous les siècles, d’un écrivain avec ses grands devanciers et contemporains. Il montre surtout combien ces pages de Camus offrent un regard sensible sur l’écrivain au travail ; à travers elles, il formule des hypothèses sur l’évolution de l’artiste et sur les intenses potentialités de son œuvre toujours en devenir ; lors de sa mort prématurée, Camus était loin d’avoir épuisé « le champ du possible » dans le domaine de la création, les Carnets le montrent à l’envi.

8À côté de l’œuvre que l’on sait, les Carnets ne déparent pas. Au cœur de cette écriture fragmentaire, l’exigence artistique de Camus est tout aussi manifeste ; et c’est à ses Carnets qu’en 1937 – il a alors vingt-quatre ans – il confie sa certitude, qui ne se démentira pas : « Écrire, ma joie profonde ! ».

 

9Dans la nouvelle édition des Œuvres complètes d’Albert Camus dans la « Bibliothèque de la Pléiade », publiée en 2006 et 2008, le texte des Carnets a été établi, présenté et annoté par Raymond Gay-Crosier. Il figure au tome II pour la période 1935-1948 (p. 793-1125) et au tome IV pour la période 1949-1959 (p. 997-1315). Dans le présent volume, les références aux Carnets sont données entre parenthèses dans le texte, avec l’indication de tome et de page.

10Les références aux autres œuvres de Camus sont données dans les notes de bas de page ; elles renvoient également aux quatre tomes de la collection de la Pléiade : tomes I et II en 2006 sous la direction de Jacqueline Lévi-Valensi ; tomes III et IV en 2008 sous la direction de Raymond Gay-Crosier. Elles seront abrégées en OC suivi des indications de tome et de page.

Notes

1 Ces contributions sont issues des travaux du colloque « Les Carnets d’Albert Camus. “Écrire, ma joie profonde !” » qui s'est tenu à l'Université catholique de l’Ouest, à Angers, les 4 et 5 novembre 2010.

Auteurs

Elle enseigne la littérature française du XXe siècle à l’Université catholique de l’ouest à Angers. Sa recherche porte sur la littérature contemporaine, et en particulier sur le corpus camusien : articles scientifiques (figures du temps, la notion de réparation, poétique du théâtre) ; rédaction de notices dans le Dictionnaire Camus (sous la direction de Jeanyves Guérin, 2010). Elle est l’auteur de Albert Camus ou le présent impérissable, avec une postface de Paul Viallaneix (ORIZONS, Universités/Domaine Littéraire, 2008).

Professeur émérite de l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis, elle s’est d’abord consacrée à Victor Hugo et au romantisme. Puis elle s’est tournée vers Albert Camus, sous l’influence de Jacqueline Lévi-Valensi, avec qui elle a organisé le colloque Albert Camus et le lyrisme (1996), et en hommage à qui elle a organisé le colloque Albert Camus, l’exigence morale (en collaboration avec Alain Schaffner, 2005). Sur Camus, elle a publié plusieurs articles et participé à l’édition des Œuvres complètes de Camus dans la « Bibliothèque de la Pléiade » ainsi qu’au Dictionnaire Albert Camus dirigé par Jeanyves Guérin (Laffont, 2009).

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search