Version classiqueVersion mobile

Les entrepreneurs du coton

 | 
Mohamed Kasdi

Chapitre 6. La mécanisation de la filature (1790-1820)

Texte intégral

  • 1 Mohamed Kasdi, 2012.

1La multiplication des nouveaux produits et l’extension des marchés aurait été inconcevable sans l’existence de deux révolutions technologiques dans le coton, successivement celles des petites mécaniques puis des grandes mécaniques. Au cours de cette période de transition, la décennie révolutionnaire apparaît ainsi comme décisive pour l’industrialisation de l’arrondissement de Lille : en adoptant de manière massive la jenny, la région connaît sa « première révolution mécanicienne »1. Cette phase de transformation et de modernisation des techniques dans l’industrie textile du département est d’autant plus intéressante qu’il n’existe pas de « cas semblables » à l’échelle du territoire national. Les capacités à accepter l’innovation et l’adoption des mule-jennies, sous le Consulat, ainsi que les niveaux d’investissements consentis font entrer la région dans une seconde période d’industrialisation. S’il est relativement aisé d’établir ce constat, il n’en est toutefois pas de même quand il s’agit de cerner ceux qui ont initié ces mutations techniques. Car, bien loin des figures héroïques de la Révolution industrielle, de nombreuses transformations dans les techniques de production sont invisibles, à mi-chemin entre l’équilibre et la rupture, tandis que, dans un monde de l’outil parfait, manié à la perfection, ce sont les mêmes savoirs et savoir-faire qui sont sollicités entre productions similaires. Avancées tâtonnantes dans des démarches empiriques où les erreurs et les oublis foisonnent, processus d’emprunt et d’adaptation technique dans un monde où, petit à petit, les métiers se décloisonnent, décantation progressive d’un savoir savant : le changement technique est fort complexe, souvent discontinu, toujours imprévisible. C’est pourquoi on en sait bien peu sur ceux qui ont initié et/ou accompagné ces mutations techniques au plus près des initiatives entrepreneuriales grandes et petites.

  • 2 Peter Scholliers, 1996.

2Par ailleurs, il reste à définir quelles sont les incidences de ces transformations techniques successives sur l’organisation de la production. La création de grandes usines mécanisées, que l’on observe en Angleterre ou en Belgique2, liée à la qualité spécifique du fil et du produit final, est beaucoup moins marquée dans la région. Ici, plus qu’ailleurs, la filature affirme une certaine autonomie, par rapport au tissage et à l’indiennage, que lui procure l’élaboration d’une grande variété de filés, considérés comme des produits « finis ». Au surplus, la grande crise de 1825-1832 va imposer aux entrepreneurs une nouvelle donne, de nouveaux choix entre le lin, la laine et le coton et de nouvelles stratégies d’organisation.

La première mécanisation de la filature

  • 3 Serge Chassagne, 1991, chapitre 3.
  • 4 S. D. Chapman, 1965.

3Outils de transition avant l’utilisation plus spectaculaire des mule-jennies, les petites mécaniques ont peu retenu l’attention des historiens3. Pourtant, de nombreuses régions industrielles ont vu l’installation des jennies sur leur territoire avant celle des mécaniques de Crompton et elles ont joué un rôle qui, s’il gagne à être précisé, est indéniable dans la transition vers la grande industrie4.

  • 5 Paul Mantoux, 1959.
  • 6 Serge Chassagne, 1991, p. 184.
  • 7 Charles Ballot, 1923, p. 45.
  • 8 Cf. p. 225, Illustration n° 1, Plan de la petite mécanique à filer le coton, dite jenny, Roland de (...)
  • 9 Encyclopédie méthodique. Manufactures, arts et métiers, 1785, tome premier.
  • 10 Charles Ballot, 1923. Le bureau d’encouragements d’Amiens créé en 1788 avait pour président le duc (...)

4Mise au point entre 1764 et 1767 par l’Anglais Hargreaves, la jenny allait apporter une incontestable amélioration dans la productivité du filage5. La première jenny composée de seize broches introduite à Sens par Holker en 1772-1773 rencontre le succès6. Les premiers modèles de dix-huit broches sont fabriqués dans la ville et se diffusent rapidement à Rouen et Amiens, chez le fabricant Morgan, dès 17737. Roland de la Platière, qui en dresse des planches descriptives et explicatives8, en fait fabriquer plusieurs de quinze à trente broches pour les fabricants locaux. En 1780, la ville picarde compte de 70 à 80 jennies en activité dont certaines comportent jusqu’à cinquante-trois broches et le nombre de petites mécaniques atteint le chiffre de 200 deux ans plus tard9. En 1782, l’inspecteur observe que de nombreuses provinces du royaume, « jusqu’en Alsace », ont adopté la jenny. Sous l’impulsion du contrôleur général et des bureaux d’encouragements, créés dans le but de doter la France de « machines les plus parfaites »10 et de contribuer à la formation de la main-d’œuvre, de nombreux fabricants des provinces du nord du Royaume adoptent entre la fin des années 1770 et le début des années 1780 la « petite mécanique ».

L’adoption des jennies dans les années 1780

5Hormis le chiffre très précis de 263 jennies dans l’arrondissement de Lille en 1783 avancé par le préfet Dieudonné, nous ne possédons pas de relevés complets des petites mécaniques en activité dans les années 1780. Des sources éparses mettent cependant en évidence l’installation de ces métiers à filer chez plusieurs fabricants à l’époque pré-révolutionnaire.

  • 11 ADN, Tabellion 944/108.

6C’est par exemple en juillet 1785 qu’une convention est signée entre le marchand lillois Louis Ernest Delannoy et Amélie Delannoy (sa sœur ?) pour l’établissement d’une filature11. Le premier s’engage « à faire travailler les trois métiers à méchanique pour filer le coton » que la seconde a fait monter chez lui. Le contrat prévoit que Louis Ernest s’occupe du suivi des ouvriers occupés à la filature et qu’Amélie dirige ceux chargés « d’éplucher le coton » et « que le gain qui en résultera après les travailleurs payés se partagera par moitié » entre les comparants. En avril de l’année suivante, la même Amélie, alors mariée à Modeste Pauquet, employé à la ferme des vins de Lille, reprend avec son époux à Henriette Delannoy, marchande dans la ville, « la fabrique de coton qu’elle exerce aujourd’hui avec les méchaniques et autres ustensiles y

Illustration n° 1 : Plan de la petite mécanique à filer le coton, dite jenny.

Illustration n° 1 : Plan de la petite mécanique à filer le coton, dite jenny.
  • 12 ADN, Tabellion 945/68.

7relatifs… »12. La convention prévoit que la cession se fasse moyennant une somme de 500 livres et que la seconde contractante s’engage à demeurer, nourrie et logée, chez les premiers pendant trois ans afin de « travailler pour leur compte et leur donner toutes les connaissances qu’elle a relativement à l’exercice de la fabrique » contre un salaire annuel de 100 livres. On ignore s’il existe un lien de famille entre Amélie, Henriette et même Louis Ernest Delannoy et si les mécaniques possédées par les fabricantes sont issues de la succession fragmentée des outils de la manufacture du père ou de la mère (ce qui impliquerait alors un équipement en jennies tôt dans la famille Delannoy de Lille). On notera cependant que, dès 1786, Henriette est déjà rompue à la fabrication du fil à l’aide des petites mécaniques anglaises et que la fin de l’acte notarié montre la volonté un peu naïve de limiter la diffusion des nouvelles techniques de la filature : « Elle (Henriette) ne pourra sous quelque prétexte que ce soit exercer la fabrique à son compte particulier ni donner les connaissances qu’elle a relativement à icelle à qui que ce puisse être, sinon du gré et consentement » des autres contractants.

  • 13 ADN, Tabellion 2764/221.

8Les multiples canaux de diffusion des mécaniques et les gains réalisés par l’utilisation des jennies expliquent la croissance de l’équipement en nouveaux métiers. En novembre 1786, par exemple, Philippe Francomme, maître bourgeteur lillois, passe une convention avec Jean Baptiste Loison et François Balsa, fileurs de coton dans la ville, pour alimenter ses métiers à tisser13. Le fabricant s’engage à prêter deux mécaniques à filer avec leurs dépendances « ainsi que tout le coton nécessaire pour eux travailler et en quantité suffisante pour ne pas laisser chômer les dits deux métiers ». Il est prévu que les fileurs qui ne travailleront « ni pour leur compte ni pour celui d’autre que le premier comparant » reçoivent pour « les façons… savoir les cotons à deux cents au prix de dix-huit patars la livre de Lille et les cotons à cent cinquante au prix de quinze patars… et le coton roux pour chaîne et trame à trois cents sur le pied de vingt-huit patars ». Les deux fileurs s’engagent à rendre les deux mécaniques à l’issue de deux ans, sauf s’ils se décidaient à en faire l’acquisition.

  • 14 ADN, C 668.

9Plusieurs sources font état de l’utilisation croissante des jennies dans la région. En 1787, Pierrre Laborie de Cambrai, à la recherche de largesses et de protection pour son établissement, explique que les filés qu’il produit aux rouets ne peuvent être comparés à ceux produits à Lille14. Dans cette dernière ville, le fabricant assure que « l’on ne file que des cotons communs des îles mêlés avec les cotons blancs du Levant. On n’y file point au rouet mais à la mécanique… Il y a à Lille des ateliers de 15, 20 et 30 mécaniques et on y file depuis 25 à 40 sous la livre… ».

10L’avantage de la mécanique anglaise sur le travail au rouet, même effectué par des enfants, est nettement perçu à Condé-sur-l’Escaut, où le recours à la main-d’œuvre infantile s’était généralisé à la fin de l’Ancien Régime. En 1787, le duc de Croÿ, désireux de relancer sa filature de coton, décide d’associer à l’entreprise le sieur Didier, marchand drapier de la ville et d’installer des mécaniques à filer.

  • 15 ADN, Tabellion 4701/37.

11Il ne faut cependant pas exagérer l’équipement en jennies dans la région, au moins avant la crise économique qui touche l’industrie textile de la région à la fin de l’Ancien Régime. L’abandon de la production de toiles de laine, comme les calemandes produites à Roubaix ou les étoffes de sayetterie de Lille, au profit des étoffes de coton ou mêlées de cette dernière étoffe, n’est réellement perceptible que dans la décennie 1790 et la demande croissante de coton filé allait entraîner une modification rapide dans les techniques utilisées pour produire la fibre. L’inventaire après décès établi en avril 1788 à la mort de François Joseph Deberkem, marchand fabricant et trésorier de la ville d’Armentières, nous montre la transition rapide dans les techniques de production quand on inventorie, à côté des nombreuses bobines et paquets de coton de différentes sortes, quelques chariots à filer (rouets) et également 15 mécaniques avec leurs agrès15.

  • 16 ADN, Tabellion 665/2.

12La « première mécanisation » de l’industrie cotonnière dans la région a certainement été accélérée par la constitution de sociétés comme celle créée en 1787 sous la raison de « Brunfaut frères, Lalo et Mathon »16. Établie pour la filature de coton à la mécanique, l’entreprise est constituée par Norbert René Lalo, fabricant à Lille, François Mathon négociant dans la même ville, ainsi que ses deux beaux-frères Emmanuel et Louis Brunfaut, également attachés au commerce mais à Tournai. Si on ignore la capitalisation de la société, la dissolution de la manufacture en 1791 et la sortie de Lalo, dont les compétences étaient alors devenues inutiles avec la diffusion des nouvelles techniques, permettent encore à ce dernier d’être à la tête d’une fabrique composée de 12 mécaniques.

  • 17 Charles Schmidt, 1908, p. 120-121.

13D’autres exemples témoignent encore de la diffusion des spinning-jennies dans plusieurs villes de la région. À Maroilles, le citoyen Witrant, aide de camp du général Broussart (armée de l’Ouest), qui a pu visiter les fabriques de Cholet, Laval, Rouen et Paris, a décidé d’établir une fabrique de tissage de toiles de coton qui emploie 60 ouvriers dans le canton. Pour alimenter ses métiers, l’entrepreneur fait filer le coton sur des jennies à cinquante « geniers » (broches), et les autorités municipales assurent que « … trois ouvriers qui emploient une jenny font l’ouvrage de douze qui filent à la volée ou à la main »17.

  • 18 ADN, L2028.
  • 19 ADN, L1492.
  • 20 AD du Pas-de-Calais, 1Q2135.
  • 21 Charles Schmidt, 1908, p. 174-175.

14Pour fournir en matière première les nombreux métiers de velours et de tissus de coton disséminés de Dunkerque à Roubaix, l’Anglais Henry Mather multiplie les mécaniques à filer qu’il installe dans au moins trois villes différentes. On ne sait pas si des jennies sont placées dans l’ancien hôtel de l’intendance qu’il occupe à Dunkerque, mais on en recense en 1792 plusieurs établies près de là, à Coudekerque-Branche dans l’ancienne manufacture de savonnerie18. La même année, après s’être rendu acquéreur des terrains et de la maison des Capucins de Merville et des ateliers d’un manufacturier de la ville, il multiplie ses métiers19. L’étendue des bâtiments lui permet d’occuper 600 ouvriers dont une partie pour la production de filés de coton. En 1795, il augmente encore l’activité de la filature en achetant, en association avec les frères Thélu, Joseph, Alexandre et Théodore, maire de Frévent et président du comité de surveillance sous la Révolution, l’abbaye de Cerquant dans le Pas-de-Calais, pour le prix de 300 000 livres20. Les entrepreneurs installent dans les bâtiments « 25 mécaniques et un moulin à écarder le coton ainsi que tous les ustensiles nécessaires à cette fabrique »21.

La diffusion de la filature de coton à Lille

15À observer l’installation de mécaniques dans plusieurs villes de la région, force est de constater que c’est à Lille que le mouvement est le plus impétueux. On peut en prendre la mesure à partir des sources de l’état civil, et notamment de l’étude des mariages entre 1793 et 1805, au moment où ce nouveau moyen de production est en plein essor.

  • 22 Le terme de « mécanicien » utilisé à Lille sous la Révolution et l’Empire diffère dans sa significa (...)

16Les premières années de la décennie 1790 montrent que la jeune activité connaît alors une croissance rapide. L’innovation répétée et nombreuse est d’abord visible dans les termes hésitants et changeants qui sont retenus pour désigner les ouvriers fileurs de coton. Sur les treize années étudiées, notre dénombrement comporte 3 021 individus occupés à l’activité de la filature de coton dans la ville. L’utilisation du terme de « mécanicien »22, en même temps que celui de « fileur de coton », ou plus rarement « d’ouvrier mécanicien », « d’ouvrier de mécanique en coton » ou encore de « garçon mécanicien » montre l’importance des changements opérés dans le travail de la filature du coton dans la ville. La promotion de la technique, notamment du mot « mécanique », signale la transformation opérée dans ce secteur d’activité et l’originalité de la nouvelle profession qui a abandonné le rouet au profit de la jenny.

17Entre 1793 et 1805, les actes de mariages font état de 743 mariés et témoins qui sont désignés par le terme de mécaniciens ou pour lesquels le mot mécanique figure dans l’énoncé de la profession. Le terme se décline également au féminin puisque 10 ouvrières qui se marient déclarent la profession de « mécanicienne » dans la période. La régression des références sémantiques à l’outil de production au cours de la période traduit la diffusion rapide et la banalisation des jennies dans la ville. La multiplication très rapide des mécaniques à Lille allait rétablir la désignation de la profession de ces ouvriers à nouveau par l’activité qu’ils occupaient et non plus en référence aux moyens de production utilisés.

  • 23 ADN, L8301.
  • 24 Charles Schmidt, 1908, p. 114.
  • 25 AMLille, Fonds Révolutionnaire 17924 ; Charles Schmidt, 1908, p. 128.

18L’ensemble de notre recensement, divisé en trois groupes inégaux constitués de 313 marchands et fabricants, 2 688 fileurs de coton et de seulement 20 ouvriers occupés à des activités annexes, ne saurait représenter l’ensemble de la population lilloise chargée de la transformation du coton en filés. Les chiffres ne reprennent pas les ouvriers et les fabricants qui se seraient mariés avant 1793 ou qui auraient convolé dans la période avec un métier autre que ceux qui nous intéressent ici et qui seraient entrés dans la profession sans avoir à fréquenter les bureaux municipaux. Les rares chiffres que nous avons obtenus, pour dénombrer les fileurs de coton ou les mécaniques, semblent indiquer que nous avons pu en faire un large relevé sans pour autant les avoir tous recensés. Les chiffres très différents proposés par les différentes administrations locales témoignent à la fois de l’expansion rapide de l’activité mais également de retournements conjoncturels tout aussi spectaculaires. Si une statistique départementale avance le chiffre de 400 mécaniques en 1790, la municipalité propose 600 ouvriers occupés à la filature de coton à Lille en 1789 et 3000 pour l’année 180023. L’évolution n’est cependant pas linéaire et, avant la décrue de l’activité dans la ville entre l’an VI et l’an X, les autorités locales avancent le chiffre de 6 000 fileurs de coton à la mécanique en 179824. Sur une population lilloise totale évaluée à 60 000 personnes, on mesure l’importance de la nouvelle activité qui, si l’on s’en tient aux remarques de la municipalité tourquennoise, qui indique que chaque mécanique est conduite par un seul ouvrier, compte environ 6 000 jennies25.

19Il ne fait pas de doute que la décennie révolutionnaire voit surgir la filature de coton comme principale activité pour la génération de Lillois arrivée à l’âge adulte dans les années 1790. Elle allait offrir à ces ouvriers un nouveau marché du travail au moment où la crise des textiles traditionnels touchait fortement la ville et le département. Une main-d’œuvre était rendue disponible pour répondre à la demande des entrepreneurs qui abandonnaient la production des tissus de laine et de lin au profit des toiles de coton.

 

20La première conséquence de la mécanisation de la filature est la masculinisation de l’activité. Sur un total de 1 085 fileurs de coton des deux sexes mariés dans la période, on ne recense que 99 femmes, soit environ 9 % de l’ensemble. Bien que l’on décèle une augmentation de leur présence dans la profession au début de l’Empire où elles forment près de 20 % des effectifs, contre 2 % seulement en 1793, leur nouvelle situation semble être dépendante de celle de leur époux. Sur les 99 fileuses de coton recensées 58, soit près de 59 % du total, ont épousé un fileur de coton et il faudrait également en ajouter d’autres comme Marie Élisabeth Fry qui convole, en 1797, à l’âge de 21 ans avec Louis Dilly fabricant de coton de son état.

  • 26 Serge Chassagne, 1991, p. 184.

21Longtemps réservée aux mains des femmes, la transformation de la fibre à l’aide des jennies devient une tâche à laquelle les hommes allaient s’atteler. Si la filature traditionnelle au rouet occupait souvent les femmes une partie de l’année seulement, la mécanique offrait la possibilité d’un travail régulier et quotidien. Les gains de productivité opérés par la machine avaient comme conséquence une augmentation des salaires qui pouvaient désormais contenter les chefs de famille. Les salaires de deux à trois fois supérieurs à ceux offerts aux fileuses travaillant au rouet rendaient attractive la filature à la mécanique26. Celle-ci ne représentait plus une occupation annexe et complémentaire dans les revenus ouvriers, mais elle devenait activité principale et nourricière de la famille.

Un groupe homogène mais en concurrence

22L’ensemble des fileurs de coton mariés dans la période nous montre qu’une grande majorité de cette population ouvrière est lilloise d’origine. Sur l’ensemble des 1 085 fileurs des deux sexes mariés entre 1793 et 1805, 839, soit 77 % du total, sont natifs de la ville. Le chiffre est même supérieur à 81 % pour la population ouvrière masculine. L’apparition de l’industrie de la filature mécanique n’a pas entraîné de modifications dans les mouvements migratoires traditionnels. Une grande partie des mariés nés hors de la ville ont comme lieux de naissance les communes voisines. Beaucoup d’entre eux sont par ailleurs installés à Lille depuis de nombreuses années et l’origine de leur arrivée dans la ville n’est pas à mettre en relation avec le développement de la filature de coton. Il en est de même pour les quelques exemples d’arrivées d’étrangers.

23En 1793, les fileurs de coton représentent 11,2 % de l’ensemble des 795 unions prononcées dans la ville. Les premiers mécaniciens lillois allaient voir leurs rangs grossir dans les années suivantes d’un nombre de fileurs de coton presque identique, plus de 80 nouveaux ouvriers en moyenne tous les ans, qui allaient se marier en indiquant cette profession pendant 13 ans. Outre l’âge moyen situé autour de 27 ans, les fileurs de coton montrent une grande homogénéité dans le choix de leurs épouses. Le destin commun que partagent ces fileurs de coton réside dans les unions familiales qu’ils créent et qui se répètent durant la période. Sur l’ensemble des mariages pour lesquelles les professions des conjointes nous sont connues, 70 % du total occupent alors la profession de dentellière. Membres du groupe professionnel le plus important, celui de la filature de coton, les ouvriers lillois trouvent leurs promises dans le secteur qui employait le plus de Lilloises, souvent sœurs ou cousines d’un ouvrier de la fabrique.

La multiplication des fabriques

24Le chiffre considérable de 313 marchands et fabricants de coton recensés dans la ville entre 1793 et 1805 montre le développement important que prend l’activité pendant la Révolution et jusqu’à la fin de l’Empire. En 1788, l’almanach du commerce de la ville, qui ignore les fabricants de coton, ne comptabilise alors que 23 marchands de coton pour la ville de Lille.

  • 27 ADN, 6U2/978.

25Les sources de l’état civil utilisées ici ne nous livrent d’ailleurs pas l’ensemble des entrepreneurs du coton. Bon nombre de marchands annexent le travail du coton à leur activité principale. Ainsi en est-il par exemple d’Ignace Flament, failli en pluviôse de l’an VII, désigné comme marchand boulanger, et dont le bilan mentionne une partie de l’actif constituée de plusieurs livres « de laine de coton données pour filer » à de nombreux ouvriers installés à Lille et Pont-à-Vendin27. Les indications contenues dans les actes de mariages ne mentionnent pas non plus explicitement la vingtaine de négociants qui approvisionnent en matières premières les marchands et fabricants de la ville et du département. L’importation de la fibre d’origine tropicale, soit directement depuis les lieux de production ou à partir des grands ports nationaux, nécessite la mobilisation de capitaux importants que seuls les principaux négociants de la place sont capables de réunir. Leur rôle se renforce dès le début des guerres révolutionnaires, au moment où l’approvisionnement de la ville en coton est déjà devenu, au même titre que les achats de grains, une nécessité pour alimenter les fabriques et garantir la paix sociale. Ils sont alors nombreux, regroupés dans la Commission du commerce et d’approvisionnement de la République à s’occuper de l’introduction de la matière dans la région. Leur implication dans le développement de l’industrie cotonnière à Lille ne saurait se borner à des profits réalisés à partir de l’importation de la matière brute et nous les retrouverons tout au long de notre développement pour montrer la place centrale qu’ils occupent dans l’industrialisation de la région.

26L’étude des mariages lillois nous donne un premier aperçu de la variété des situations de ces fabricants. Comme les fileurs qu’ils font travailler, 75 % sont originaires de la cité. À côté d’eux, un second ensemble de forains sont venus des villes proches ou de quelques cités du département voisin et ils sont une poignée seulement à arriver des départements réunis, de Mouscron et Tournai. Leur installation remonte parfois à de nombreuses années ; c’est le cas de Jacques Reiter, originaire de Luxembourg, marchand de coton en 1793 et lillois depuis plus de deux décennies.

  • 28 AM Lille, Fonds Révolutionnaire 17917/17.

27Sans entrer dans le détail du recensement de l’origine sociale des différents fabricants et marchands de coton sur laquelle nous reviendrons, il est possible de présenter le fabricant moyen lillois. La structure de l’industrie cotonnière qui se dévoile aux yeux des citoyens de la ville est, dans cette période, la fabrique qui compte en moyenne une dizaine de mécaniques et autant d’ouvriers. C’est grossièrement le chiffre auquel on aboutit à partir du recensement de nos 313 marchands et fabricants et 2 688 fileurs de coton mariés et témoins lillois. C’est également ce qui transparaît des rares sources disponibles. Ainsi en janvier 1791, Norbert René Lalo, qui vient de rompre son association avec Mathon et Brunfaut frères, sollicite de l’administration du département du Nord une avance de 25 à 30 000 livres pour fixer à Douai sa manufacture constituée de 12 mécaniques à filer28. Consultée sur la requête du fabricant, la chambre de commerce de Lille, après inspection, s’oppose à la demande qui, selon elle, « ne mérite à aucun titre les encouragements… la filature de coton ne s’y opère que par le moyen des mécaniques employées dans tous les ateliers du même genre. Il serait donc absurde d’accorder à un fabricant des avantages auxquels tous les autres auraient aussi le droit de prétendre ». La moyenne de 10 ouvriers par fabricant ne saurait naturellement cacher des réalités très diverses que les sources de la chambre de commerce nous permettent d’apprécier.

28Les propriétaires de quelques métiers sont sans doute nombreux et leur situation souvent proche de celle des ouvriers qu’ils emploient. C’est le cas du fabricant Gilles Vincent Warin, failli en nivôse de l’an X, et dont la vente judiciaire des ustensiles de fabrique consiste à la mise à l’encan de trois mécaniques cédées respectivement pour 33 francs, 22,50 francs et 20 francs, ainsi qu’un dévidoir et quatre chariots, le tout acquis par Joachim Lesaffre, fripier rue de Paris. Pour se libérer d’une partie des 1 200 francs dont il est redevable envers le fabricant de toiles roubaisien Louis Leclercq-Segar, Désiré Morillon est contraint de lui céder les meubles qui se trouvent chez lui, rue du Vieux Faubourg, ainsi que cinq mécaniques, un battoir de coton, un biquet, etc.

  • 29 AM Lille, 1D2/1.

29L’organisation de ces fabriques n’est pas sans ressemblance avec les structures corporatives lilloises textiles du XVIIIe siècle. La survivance du cadre économique est d’abord visible dans le vocabulaire employé pour définir certains fabricants de filés. Notons l’exemple de Michel Pennequin qualifié de « maître fileur de coton à la mécanique » à la tête d’une fabrique située rue de Fives à Lille, qu’il exploite avec son gendre et qui compte au moins douze mécaniques. Le terme de « maître » sur lequel nous insistons ici ne marque pas seulement la volonté de ces fabricants d’indiquer une position sociale mais elle apparaît comme une référence que l’on rencontre dans l’état civil et qui est reconnue par les autorités locales. En 1790, pour juger de l’intérêt de l’introduction dans la ville d’un métier à carder et d’une mule-jenny, la municipalité invite les syndics de la chambre de commerce, dix maîtres tisserands ainsi que « dix maîtres en filature à la mécanique choisis par leur corps et dix ouvriers choisis par ces derniers »29. Il n’existe pas en réalité de corps ni de statut des « maîtres en filature de coton » mais le cadre constitué et le fonctionnement des nouvelles fabriques ont adopté les habitudes corporatives que la loi Le Chapelier allait faire disparaître. Le développement de la nouvelle industrie nécessitait la mise en place de règles qui étaient réclamées par l’ensemble des marchands et fabricants.

  • 30 AM Lille, Fonds Révolutionnaire 17998/10.

30À l’instar des maîtres de l’Ancien Régime, les fabricants et les marchands lillois tentent de faire appliquer une discipline et un contrôle de la main-d’œuvre sur la population ouvrière. En ventôse de l’an X, les fabricants de coton filé à la mécanique qui se plaignent de l’infidélité des fileurs adressent à la municipalité de Lille un projet basé sur les ordonnances concernant les fabriques et « notamment celle du 2 juin 1741 pour les ouvriers attachés aux maîtres sayetteurs »30. Le règlement cherche à rétablir le billet de congé, pour « éviter beaucoup de changements de la part des ouvriers », en instituant un délai pour la sortie de la fabrique et le remboursement des avances de salaires consenties par le fabricant. La demande ne saurait dissimuler la volonté des fabricants de coton de limiter la rude concurrence née du développement de l’activité et de la diffusion des mécaniques en dehors des murs de la ville. Dressé par les principaux fabricants de la ville, le document est censé limiter la mobilité des ouvriers mais il s’adresse également aux « maîtres ouvriers » que les premiers font travailler et qui sont tenus aux mêmes dispositions de fidélité que celles imposées aux fileurs qu’ils emploient. Les articles quatre et cinq du projet de règlement tentent également de limiter le débauchage des maîtres de fabrique par des marchands ou fabricants concurrents et prévoient de faire citer devant le tribunal de police municipale « tout fabricant courtier ou entremetteur qui achètera, échangera du coton filé chez un maître ouvrier ou aura fait une faute de contravention au présent règlement… ».

31C’est encore aux relations qui unissent maîtres et compagnons dans le cadre corporatif que l’on pense en lisant quelques témoignages sur les rapports entre fabricants et fileurs hors de l’atelier. Cette population ouvrière, jeune, est semblable à celle qui, au XVIIIe siècle, provoque des tumultes à l’intérieur des fabriques ou lors des rassemblements amicaux. Le compagnon et son maître ont cependant changé : ils ont adopté le pantalon, se comportant en bons sans-culottes sous la même enseigne « liberté, égalité, fraternité ». Ils acceptaient les idées nouvelles qui, dans la pratique, coïncidaient avec l’avènement d’une nouvelle industrie qui leur permettait de sortir du marasme économique de la fin de l’Ancien Régime. Les structures productives n’étaient pas modifiées malgré l’adoption des nouvelles techniques dans la filature. Ils allaient se faire les défenseurs de la patrie mais également porter haut et fort les principes révolutionnaires au premier rang desquels l’égalité. Celle-ci n’est certes pas totale, elle repose sur la petite propriété privée à laquelle ils adhéraient. La petite fabrique était pour eux source de proximité et un idéal auquel ils pouvaient, après quelques années d’efforts, espérer parvenir. Le statut de fabricant, comme celui de leur père, leur oncle, leur frère ou ami pour qui ils travaillaient souvent, était à la portée des mécaniciens courageux, du moins le pensaient-ils.

  • 31 Henry Louis Dubly, 1925, lettre du 14 septembre 1790.

32C’est encore la femme du négociant Barrois qui, dans la correspondance qu’elle entretient avec son mari en voyage en Italie, nous donne de courts mais précieux renseignements sur ces ouvriers qui symbolisent alors les sans-culottes lillois : « Il y a deux jours encore (le 12 septembre 1790), j’entends beaucoup de tapage dans la rue des Malades (ou de Paris), je vais voir ce que c’était et je fus bien surprise de voir une trentaine d’ouvriers mécaniciens qui célébraient la fête de leur maître en s’arrêtant de distance en distance pour boire du vin à sa santé et à celle de la Nation. Un violon était à leur tête et ils allaient tout chantant et dansant… »31.

La pesée de l’industrie de la filature à la petite mécanique

33Les fabricants et fileurs de coton allaient avoir l’occasion de montrer leur dynamisme dans une conjoncture contrastée pendant plus de deux décennies mais, malheureusement, celle-ci allait finalement avoir raison d’eux. La reconstitution de la courbe des mariés permet de mettre en évidence une trajectoire cyclique où se dégage une belle tendance à la hausse pendant une bonne partie de la décennie 1790, suivie d’un net recul à partir de la période du Consulat, auquel succède un nouvel élan vite brisé. La première période est caractérisée par la poursuite de l’essor commencé avant la Révolution, pendant lequel les filés à la mécanique alimentent surtout les toiles de coton mêlées comme les basins, les gilets et velours. Lille devient alors, entre la fin des années 1780 et les premières années de la décennie suivante, le principal centre de production des filés de coton à la mécanique destiné à alimenter les villes environnantes où se fabriquent les étoffes. Les nombres de mariés lillois montrent que, dès cette date, la filature de coton a atteint des hauts niveaux de production qui restent stables jusqu’en 1796. En l’an V, le nombre d’unions connaît une envolée consécutive à l’accroissement de la production de nankins, notamment à Roubaix. En 1797 et 1798, les officiers d’état civil unissent en moyenne 122 fileurs ou fileuses de coton à la mécanique contre 87 par an entre 1793 et 1796, soit une progression de 40 % par rapport à la première période. L’arrêt prohibitif du 10 brumaire de l’an V, en interdisant en France la consommation des toiles de coton étrangères, allait permettre aux fabricants de la région de développer leur fabrication à l’abri de la concurrence et de devenir un débouché pour les filés produits à Lille et dans la région.

  • 32 Charles Schmidt, 1908, p. 114.
  • 33 ADN, L10307.
  • 34 ADN, M653/1.
  • 35 ADN, 6U2/978.

34L’industrie cotonnière n’échappe pas ensuite aux difficultés dues à la crise nationale à partir de l’an VII. La stagnation des affaires dès l’automne 1798, la rareté du numéraire qui perdurait encore et, enfin, la reprise des hostilités allaient caractériser la période du second Directoire. Pour l’activité cotonnière, la crise est aggravée par la hausse des prix de la matière brute et un resserrement du crédit. Dès le mois de nivôse de l’an VI, les autorités municipales de Lille font état d’une baisse d’activité dans les fabriques de coton32. Le commissaire du Directoire du Nord indique que la « cherté des cotons » est l’élément qui explique que « les nombreuses filatures viennent de tomber »33. À Lille, la crise est profonde et durable : le 14 brumaire de l’an IX, le sous-préfet écrit encore que « La filature de coton qui fut si florissante (dans la ville) pendant quelques temps, qui nourrissait tant d’ouvriers et de familles est maintenant tout à fait presque tombée… »34. La hausse des cotons en laine et filés se répercute sur les manufacturiers de toiles qui utilisent la fibre. À Lannoy, les autorités municipales se plaignent « des pertes réelles » que connaissent les fabricants de nankins avec le renchérissement des matières premières. À Lille, la tourmente est grande chez les entrepreneurs : des mécaniques changent de mains et les faillites se multiplient. Le 23 pluviôse de l’an VI, Valentin Flamen, fabricant de coton rue du Bourdeau, dépose un bilan avec un actif de 12 647 francs pour un passif de 35 140 francs35. De nombreux marchands et fabricants contraints de réaliser sont acculés à baisser le prix des marchandises qu’ils veulent écouler. Si les négociants qui fournissent la matière aux différents marchands et fabricants de la ville et du département résistent mieux à la hausse des prix du coton qui multiplie leurs marges et bénéfices, la crise touche également les manufacturiers de grande envergure. La fabrique d’Henri Mather se voit contrainte de cesser ses activités industrielles et commerciales à Dunkerque et dans la région.

  • 36 ADN, 3Q314/43.
  • 37 ADN, 3Q314/110.
  • 38 Charles Schmidt, 1908, p. 106.

35La baisse de l’activité à Lille, déjà perçue à l’examen de la chute du nombre d’unions des fileurs de coton (51 mariages seulement en moyenne annuelle entre 1799 et 1802 contre 122 les deux années précédentes), est moins nette à l’échelle du département. Au déclin de l’industrie lilloise correspond une croissance parallèle dans de nombreuses villes voisines. Incapables d’agir sur les variations de prix du coton brut, de nombreux marchands et fabricants vont trouver dans la main-d’œuvre ouvrière localisée hors des murs de la ville des fileurs de coton moins exigeants sur les salaires. C’est le cas des jennies que l’on voit se multiplier par exemple à Haubourdin. C’est dans cette commune que, dès pluviôse de l’an V, le citoyen Pollet, marchand de coton à Lille, fait installer « Vingt mécaniques à travailler ainsi que tout le coton… lesquels sont actuellement chez différents particuliers de la ville » et sous la surveillance de Benjamin Boet également marchand à Haubourdin36. D’autres fabricants le suivent, ainsi par exemple le Lillois Alexandre Hyppolite Bernard-Kiekemans qui s’installe fabricant de coton dans la ville sous le Directoire37. Les mécaniques se multiplient également à Templeuve, où l’expansion est continue et, dans les années 1810, la ville compte 400 mécaniques au coton. Les jennies vont aussi s’installer dans les petites villes, à Genech, Orchies, etc., pour faire disparaître progressivement les rouets encore en activité de manière occasionnelle. Dans certaines villes comme Lannoy où la fabrication de nankins s’est développée, des fabricants intègrent le secteur en amont de la filature mécanique qui ne nécessite que de faibles investissements. En l’an VI, on y recense 150 ouvriers occupés à filer à la jenny38. L’évolution des mariages enregistrés à Tourcoing, contrairement à Roubaix où la filature à la spinning-jenny est inexistante, dessine la même tendance que celle observée à Lille. Contrairement à la métropole où la répartition par sexe de cette population ouvrière ne connaît pas de modifications notables dans la période, la féminisation de l’activité à Tourcoing se produit avec l’expansion rapide de la fabrication des nankins après l’an V et elle se poursuit dans la période de crise des années suivantes. Il est vraisemblable que l’emploi des femmes, avec des salaires plus bas que ceux accordés aux hommes, ait contribué à limiter la période difficile que connaît l’industrie entre l’an VII et l’an X.

36Après quatre années de difficultés, l’activité allait reprendre de la vigueur avec la baisse du prix de la matière. En 1803, à Lille, le nombre des mariages de fileurs atteint avec 129 contractants un sommet jamais atteint dans la période. Tourcoing montre la même évolution pour atteindre également le maximum dans la décennie en l’an XI. Les différentes communes, comme Haubourdin ou Templeuve, où se sont multipliées les mécaniques connaissent la même tendance. La forte croissance de la filature à la mécanique est cependant de courte durée. Dans la dernière année du Consulat, le développement rapide de la production de filés par les moyens de la « grande mécanique » allait faire décroître le nombre de jennies employées dans la région. Le mouvement est cependant lent et admet un décalage entre la population ouvrière employée par les fabricants ou par les filateurs et la quantité produite par les deux types de mécaniques.

37Ainsi, à partir de 1806, la mule-jenny va l’emporter pour les quantités produites, mais les effectifs employés aux jennies vont rester supérieurs à ceux travaillant à la grande mécanique. En mars 1811, une statistique sur les filatures de coton de l’arrondissement de Lille établit à 10 400 le nombre d’ouvriers travaillant sur les jennies contre 8 359 employés sur les métiers de Crompton.

La mécanisation générale de la filature

  • 39 Cf. p. 238, Illustration n° 2, Plan de la grande mécanique à filer le coton, dite mule-jenny. J.-A. (...)
  • 40 Serge Chassagne, 1993.

38La plus ou moins grande rapidité dans l’introduction des nouvelles techniques de production, notamment anglaises, a souvent été un élément déterminant utilisé par les historiens et les économistes pour juger du dynamisme économique des nations. Tout retard dans l’adoption de l’innovation par rapport à la norme anglaise fut considéré comme un blocage hérité des anciens modes de production traditionnels dont la France, par exemple, ne sort que très lentement. S’agissant de la mule-jenny39 et de son arrivée sur le sol français, les études ont mis en évidence que loin de se montrer en retard, la France avait très vite adopté la nouvelle machine40.

Illustration n° 2 : Plan de la grande mécanique à filer le coton, dite mule-jenny.

Illustration n° 2 : Plan de la grande mécanique à filer le coton, dite mule-jenny.

D’après M.J.-A. Borgnis (1820).

  • 41 Paul Bairoch, 1963.

39Si l’on suit cependant l’analyse de Paul Bairoch, le rythme de l’innovation varie selon le degré de maturité du territoire industriel qui la reçoit41. Autrement dit, l’emprunt est d’autant plus prompt que l’emprunteur est prêt à l’accueillir. Lille et Dunkerque vont nous fournir un bon exemple de cette différence dans la propension à innover.

Les premières tentatives de mécanisation à Lille

  • 42 ADN, Tabellion 666/54.
  • 43 AM Lille, 1D2/1 n° 373.
  • 44 AN, F7/8100.

40Si les premières discussions sur l’introduction de la mule-jenny à Lille datent de l’hiver 1787, c’est trois ans plus tard que la cité accueille ces mécaniques. Le 14 octobre 1790, les sœurs Anne et Marie-Anne Delobelle, marchandes de leur état, signent une convention avec le mécanicien anglais Hogan Young42. Les premières s’engagent à faire construire à leurs frais par le second, dans leur maison rue Grande Chaussée, un métier à filer et une mécanique à carder. Le constructeur donnera également « ses soins et son secret (aux marchandes) pour la manière de filer et arranger le dit coton propre à le mettre en usage » pendant le terme de cinq ans. La convention prévoit que l’associé perçoive un tiers des bénéfices sur les cotons qui seront filés et vendus et qu’il supporte dans la même proportion les éventuelles pertes. Les deux mécaniques sont en réalité déjà construites et les marchandes offrent à la municipalité, dès le 20 octobre, la vente des deux métiers acquis de l’Anglais pour une somme de 3 600 livres. L’accord avec le Magistrat prévoyait que Hogan Young construise, aux frais de la ville, une autre mécanique à filer en fin ainsi que des métiers à tisser, au choix, pour la production de mousselines et différentes toiles de coton. Le constructeur prévoit enfin de former des ouvriers pour diriger les métiers et de ne pas porter au dehors des murs de la ville la connaissance et le fonctionnement de ses productions tant qu’il recevra des gratifications. La commune accepte de traiter aux conditions énoncées, elle nomme les sieurs Gosselin et Dehau commissaires aux fabriques et invite dix maîtres tisserands, dix maîtres en filature à la mécanique accompagnés de dix ouvriers pour l’essai prévu la semaine suivante43. La démonstration effectuée par Young provoque le mécontentement des mécaniciens lillois qui voient dans la nouvelle machine un danger pour leur emploi. En l’an XIII, le préfet se souvient de cet événement et écrit au conseiller d’État qu’en 1790 les fileurs de coton de Lille avaient provoqué une émeute et « étaient parvenus à intimider assez… l’administration municipale pour la forcer à tenir cachée et inactive dans un grenier la première grande mécanique qui ait paru dans le pays et que la ville avait achetée pour en faire l’essai »44.

  • 45 Serge Chassagne, 1991, p. 188-189.
  • 46 ADN, L8301.

41Les autorités locales ne montrèrent pas forcément un grand zèle face à ces émeutiers qui, en 1790, défendent une activité qui compte 400 mécaniques et rassemble un nombre d’ouvriers comparable, sinon légèrement supérieur. La défense du mode de production à la petite mécanique fut obtenue sans que, comme dans la région de Rouen ou de Troyes où les fileurs de coton n’hésitent pas à briser les nouvelles machines, les mécaniciens eussent à en venir à des mesures extrêmes45. À Lille, il n’apparaît pas que la force armée ait été appelée à la rescousse pour faire venir à la raison les émeutiers et on observe même une certaine bienveillance pour cette opposition. C’est ce qui ressort des observations des administrateurs du directoire qui répondent, le 23 octobre 1790, au lendemain de l’émeute donc, à différentes questions sur « l’état des différentes branches des manufactures et fabriques » de l’arrondissement46. Pour ces derniers, bien informés des dernières innovations techniques dans le domaine de la filature en Angleterre, la sauvegarde de l’emploi, à une époque où un grand nombre de bras dans la région reste encore inemployé, est une nécessité : « … Ces mécaniques manuelles (installées à Lille) qui ne filent que cinquante fils sont bien éloignées de l’économie et de la perfection des mécaniques de Manchester que l’eau fait aller et qui filent six mille fils ; mais les mécaniques manuelles suffiraient dans ce pays s’ils étaient bien organisés parce que les rapports de la France ou de l’Angleterre sont bien différents puisqu’en Angleterre l’industrie doit suppléer aux bras qui manquent pour son immense fabrication, au lieu que la France et notamment le district ont essentiellement besoin des fabriques pour occuper et soutenir leur population, ce puissant motif devrait faire protéger les fabriques en leur sacrifiant bien des considérations… ».

  • 47 ADN, Répertoire Placards 8453/1 ; C3844.

42À l’abri des regards et de la fureur populaire dans une pièce de la maison commune de la ville, les mécaniques construites par Hogan Young continuent à intéresser certains Lillois, ainsi Joseph Bluysen, négociant et fabricant de drap d’origine hollandaise, issu d’une puissante famille qui avait porté à Lille cette industrie entre la fin du XVIIe et le début du XVIIIe siècle. Ce n’est pourtant pas pour la mettre en activité dans la ville ou dans le département que le fabricant, qui a obtenu le titre de manufacture royale pour sa fabrique de drap en 1787, obtient de la municipalité de l’approcher47. Bluysen se contente en l’an III de dresser plusieurs dessins des mécaniques mais nous ignorons la diffusion des copies.

43La période difficile pour l’industrie de la filature de coton à Lille, née de la hausse des prix de la matière à partir de l’an VI, est une nouvelle occasion pour reparler de la mise en activité des mécaniques. Celle qu’imagine, en décembre 1797, François Régis Benjamin Devinck-Thierry, avocat à Lille au début de la Révolution, officier de la commune en 1792, administrateur du département, député au Conseil des Cinq-Cents en vendémiaire de l’an IV et élu au Corps législatif en l’an VIII, dont l’administration municipale note qu’il « est d’une solvabilité et responsabilité suffisamment connues ». Devinck-Thierry, qui entend mettre les mécaniques en activité dans la ville, demande aux autorités locales « de rappeler les ouvriers à leurs ateliers… pour permettre aux manufacturiers de contrebalancer l’industrie de nos voisins ». Le Lillois ne met cependant pas ses désirs en pratique. Ses occupations parisiennes le retiennent-elles loin de la ville ? Le 30 prairial de l’an VI (18 juin 1798), le Ministre de l’intérieur est mis au courant, par un certain Routa, de l’existence de ces mécaniques à carder et filer le coton de manière « infiniment supérieure à celles dont on se sert actuellement ». François de Neufchâteau, qui désire diffuser les machines, demande à la municipalité de lui procurer les dessins et des échantillons de filés produits par la mécanique de Hogan Young. En septembre, la ville n’a pourtant pas encore répondu au ministre qui réitère à nouveau sa demande.

  • 48 AN, F7/8100.
  • 49 Dieudonné, 1972, tome 2, p. 334-335.

44Le 29 ventôse de l’an XIII, on assiste à une seconde émeute des mécaniciens lillois qui, « fâchés de voir se multiplier dans cette ville et les environs les grandes machines dites anglaises », se regroupent pour faire interdire leur utilisation48. Beaucoup plus impressionnant et inquiétant pour les autorités que quinze années plus tôt, le mouvement compte 3 000 ouvriers qui se rassemblent sur l’esplanade de la ville. Loin de céder à la mobilisation qui unissait une grande partie des ouvriers fileurs, les autorités municipales et préfectorales vont s’opposer énergiquement aux manifestants. Aux ouvriers qui voulaient leur destruction, le préfet explique à la délégation qu’il reçoit « … que loin de nuire à l’industrie, ces machines ne tendaient qu’à l’augmenter en fournissant une plus grande quantité de fils… ». Si Dieudonné explique ailleurs que le gain de productivité réalisé par l’emploi de la mule-jenny permet de fabriquer la même quantité de fil par un ouvrier que celle produite par trois mécaniciens49, il considère cependant que « les bras qui seraient par ces grandes mécaniques économisés sur la filature étaient réclamés par la retorderie de fil de lin et la filature de laine qui en manquaient ». À côté des « exhortations paternelles » du maire et du préfet, la force est également utilisée puisque l’on fait arrêter le présumé meneur pour propos séditieux et l’armée bloque les portes de la Barre, de Béthune et de Paris pour empêcher les mécaniciens de se rendre dans les communes d’Esquermes et de Loos où des mule-jennies sont en activité. Le bilan de la manifestation fait état de l’arrestation de sept fileurs considérés comme instigateurs de l’émeute. Le lendemain, la journée est calme et les ouvriers ont rejoint leur fabrique.

  • 50 Mohamed Kasdi, 2012.

45La conclusion de la journée nous montre qu’il ne faudrait pas surestimer la force de résistance que constituent les fileurs de coton lillois. Le recul dans l’adoption de la mule-jenny en 1790 s’inscrit dans une conjoncture où l’activité cotonnière n’était qu’à ces débuts, ce qui n’inclinait pas encore à modifier brutalement les moyens de production. La croissance de la production de nankins à Roubaix par exemple, 2 500 pièces fabriquées en 1790 et 77 500 en 1801, allait être permise par l’approvisionnement en filés de coton produits uniquement à la petite mécanique. Ce n’est que sous le Consulat et le début de l’Empire, avec la production de nouvelles toiles, celles qu’on a nommées dans le chapitre précédent comme « articles de Roubaix », ou la fabrication des calicots destinés en partie pour l’impression, que la « mécanisation générale » allait devenir une nécessité50.

L’introduction des « grandes mécaniques » à Dunkerque

46L’autre exemple d’introduction de grande mécanique dans la région à partir de Dunkerque confirme l’importance de l’état et de la nature des productions auxquelles se destinent les innovations.

  • 51 AM Dunkerque, 6.O.2. Dossier à partir duquel nous tirons l’essentiel des informations citées, sauf (...)
  • 52 Pierre Caron, 1909-1910.
  • 53 L’évaluation de la mécanique suggère qu’il s’agit de la mule-jenny mise en mouvement par une roue à (...)
  • 54 Annuaire statistique du département du Nord, an XII.

47En application de l’arrêté du 24 floréal de l’an II, les représentants du peuple aux armées du Nord et de Sambre-et-Meuse demandent à l’Agence du commerce de Bruxelles de faire enlever la mécanique de filature de coton située dans le couvent des Chartreux de la ville51. La mécanique, propriété du négociant et banquier bruxellois Édouard de Walkiers, entrait dans la catégorie « des choses utiles au progrès de l’industrie » que les agences d’évacuation avaient pour instruction de réquisitionner52. Les représentants en mission sollicitent l’Agence du commerce de Dunkerque pour qu’elle leur envoie « des ouvriers intelligents pour démonter et emballer tous les objets qui composent la mécanique ». Armand Foissey, négociant et membre de l’Agence de commerce de la ville, saisit l’occasion pour tenter de maintenir et mettre en activité à Dunkerque même « la fameuse mécanique de Walkiers ». Son projet est que la commune puisse solliciter du Comité de Salut Public de la conserver dans ses murs et de « se concerter sur ce point avec Mather qui pourra donner à cet égard de très bons renseignements ». L’existence d’une manufacture d’étoffes de coton « qui par l’industrie de son chef Mather emploie plus de 3 000 ouvriers de tout sexe et de tout âge à la fabrication de velours de coton » est un élément qui doit faire accepter le projet. La possibilité de placer la mécanique entre deux canaux qui offrent naturellement la chute d’eau nécessaire au mouvement des roues des moulins que comporte la mécanique est le dernier élément avancé par la municipalité. Dans la capitale, les démarches entreprises au cours de l’hiver 1794-1795 par Henri Mather et son associé Théodore Thélu donnent suffisamment de gages à l’administration qui accepte que la mécanique demeure dans la ville. Arrivée le 25 novembre 1794 à Dunkerque, la mécanique s’avère difficile et complexe à mettre en activité. En floréal de l’an III, une évaluation du coût des différentes pièces composant la machine aboutit à une somme de 316 515 livres53. Elle est « conduite » par un habile ouvrier mais la mort de ce dernier arrête son exploitation. Les difficultés financières de l’Anglais Mather mettent en suspens l’utilisation de la mécanique qui est rangée dans un bâtiment de la ville. En 1797, elle est encore en inactivité et des dessins de la machine sont dressés. En l’an XI, Mather, alors installé à Mons où il érige une filature de coton et de filoselle, demande à pouvoir bénéficier de la mécanique mais l’idée d’un retour de la mécanique dans les départements réunis est rejetée par le Ministre de l’intérieur54. Ce dernier accepte cependant, sous l’insistance du préfet, de confier le métier à Armand Foissey pour le mettre en activité à Trith-Saint-Léger, aux portes de Valenciennes, où le négociant s’est associé à Lessens dans l’établissement d’une indiennerie. À l’industrie de l’impression sur toiles, les manufacturiers ont intégré le secteur du tissage et celui en amont de la filature pour lequel ils emploient 50 ouvriers.

48La mise en activité de la mécanique de Walkiers, contrairement à celle de Hogan Young, ne saurait trouver une explication dans les facteurs psychologiques ou sociaux. La réussite de la grande mécanique réside dans sa capacité à produire des fils plus fins recherchés par les manufacturiers de tissus comme les mousselines ou qui alimentaient l’industrie de l’indiennerie.

Les phases de l’essor de la filature de coton

Du Consulat à la fin du premier Empire

Les premières filatures à la « grande mécanique »

  • 55 ADN, M653/1.
  • 56 ADN, J1774/18.
  • 57 AN, AFIV1318 ; F12/1561.
  • 58 ADN, 3Q314/88.
  • 59 AM Comines, F/14.

49C’est aux portes de Lille que se créent les premières filatures de coton. Le pionnier est Louis Gérard Lefebvre-Burghelle, fabricant de coton à la petite mécanique à Lille depuis au moins l’an VI55. Le 28 nivôse de l’an VIII, il rachète un bâtiment à Seclin où il installe 10 mule-jennies, 5 mécaniques continues et 7 grandes cardes56. C’est à la même époque que François Baudoux- Delfosse modifie également ses outils de production à Esquermes en s’associant avec son beau-frère, le négociant Jean Joseph Faucille. Leur filature devient, avec 4 968 broches, l’une des plus importantes du département au début de l’Empire57. À Loos, une filature est mise en activité par les négociants Charles Fiévet-Desaintenoy, Pierre Joseph Reumont et Nicolas Étienne Wicart. À Comines, Jean Baptiste Bailly Rossignol associé à un Roussel prend à bail, le 31 septembre 1804, une grande maison appartenant à Marie Françoise Desmarliers, veuve de Jean Vanpoppelen ancien fabricant de toiles à carreaux et fabricant de coton à la petite mécanique à Lille58. Pour monter ses métiers et diriger sa fabrique, le filateur fait appel à Jean Nicolas Olin, contre-maître né à Versailles, et à plusieurs serruriers, forgerons et menuisiers originaires de Lille, le Quesnoy, etc.59

  • 60 ADN, J1774/34.
  • 61 ADN, J1778/10.
  • 62 ADN, J548/28.
  • 63 ADN, 3Q430/3.
  • 64 ADN, 3Q430/4.

50Si à Lille les premières filatures à la mule-jenny fonctionnent au début de l’Empire, leur établissement est déjà conçu sous le Consulat. C’est en 1804, par exemple, qu’Henri Placide Panckoucke, négociant à Lille, installe ses mécaniques, rue de Courtrai, dans « une très vaste manufacture »60. Dans le bâtiment composé de cinq ateliers, de magasins, d’une remise et d’une maison d’habitation, Panckoucke fait mouvoir en 1805 trois mule-jennies et neuf métiers continus. D’autres suivent la même année : Arnould Joseph Lefebvre-Ghesquière, négociant et fournisseur aux armées, Philippe Aimable Joseph Hernu-Gilles, Jean Baptiste Wallard-Martin, marchand de coton à Lille. Toujours à la fin du Consulat, on signale l’établissement de la filature de Mille frères. Celle-ci est mise en activité par Auguste Aimé Mille-Cattaert en vendémiaire de l’an XII après que le Lillois a pris en location une maison à usage de fabrique rue de la Quennette pour 900 francs par an61. Le fabricant de coton devenu filateur s’équipe rapidement de six mule-jennies et de quatre continus. En 1805, Henri Aimé Charles Demailly-Lesage installe le même nombre de métiers dans le bâtiment qu’il possède rue de la Comédie62. Avec le dernier filateur de coton installé à Lille en 1805, Louis Camille Cordonnier, nous touchons aux entreprises créées à Roubaix dans la même période. Le 2 fructidor de l’an XIII, le Lillois s’associe sous seing privé avec Victoire Delos, veuve d’Aimé Antoine Gruart, et son fils Aimé Désiré Gruart, fabricants de nankins à Roubaix63. L’acte prévoit que les associés s’engagent à acheter en commun des mécaniques à filer le coton et exploitent ensemble la filature qu’ils envisagent de monter à Lille. On ne sait rien de la répartition des mises de fond dans l’entreprise, mais il semble que Cordonnier ait surtout été appelé à apporter « son industrie » pour diriger la filature et les Roubaisiens les capitaux nécessaires à son exploitation. Il ne se passe pas cependant trois mois avant que le contrat ne soit rompu, certainement à l’initiative de la Veuve Gruart et son fils qui installent l’année suivante une filature de coton à Roubaix. Camille Cordonnier contracte en frimaire de l’an XIV une semblable société avec le fabricant roubaisien Floris Defrenne-Delebecque64. Les nouveaux partenaires prévoient d’acheter des métiers à filer financés aux trois cinquièmes par Defrenne et de fabriquer du coton filé pour chacun des sociétaires. En novembre 1806, une nouvelle convention est passée entre les associés et le Roubaisien devient le vrai maître de l’entreprise ; il érige par ailleurs, en 1807, une seconde filature de coton rue Neuve à Roubaix.

  • 65 ADN, 4U21/3.
  • 66 ADN, J953/59.
  • 67 ADN, J1387/7.

51Entre 1803 et 1805, huit filatures de coton se créent dans la ville. Les frères Réquillart, fabricants de tissus, sont à l’origine de deux entreprises : celle établie rue Saint-Georges par Jean Baptiste Réquillart-Holbecq et son frère Philippe sous la raison de « Réquillart frères » et la seconde érigée l’année suivante par Joseph Réquillart-Barot65. En 1804, le beau-frère de Jean Baptiste, Pierre François Holbecq-Reuflet, devient filateur à son tour rue du Galon d’eau66. Entre 1803 et 1804, les fabricants Philippe Dervaux, Philippe Dazin-Duforest, Alexandre Decrême et Floris Delaoutre intègrent le secteur amont de la filature pour alimenter leur fabrique de tissus. La nouvelle activité est encore entreprise dans la ville en 1803 par Pierre François Grimonprez-Buisine, marchand brasseur associé à son fils Pierre Alexandre Grimonprez-Bulteau et à son gendre Étienne François Joseph Roussel-Grimonprez67. Installés dans le bâtiment formant « l’ancien hôtel de ville », les filateurs s’équipent en partie, comme les frères Réquillart, en mécaniques achetées à Paris chez Richard-Lenoir. En 1805, l’entreprise est dotée de douze mule-jennies et de 2 376 broches : c’est presque le double des équipements moyens des filatures de la ville.

  • 68 ADN, 6U2/12.

52Dans la même période, Tourcoing voit l’érection de quatre filatures dont trois sont établies par la famille Desurmont. En 1803 Louis Desurmont-Motte, marchand de coton à Lille, devient filateur à Tourcoing en même temps que son beau-frère Pierre Destombes-Desurmont qui conserve cependant encore ses activités de marchand de laine. En 1804, Jean Baptiste Desurmont-Tiberghien et son frère Louis Desurmont-Carton, associés dans la société « Desurmont frères », fabricants de coton depuis 1792, s’installent dans le couvent des Récollets acquis comme Bien National et se lancent dans la production de filés à partir des grandes mécaniques68. Dans les bâtiments, les frères font installer seize mule-jennies. C’est deux de plus que dans la dernière filature qui voit le jour la même année : celle établie par les négociants de la ville Aimable Dervaux et son fils Pierre Antoine qui est recensée sous la raison de « Dervaux père et fils ».

  • 69 ADN, 3Q14/3.

53En 1805, Honoré Benoît Vaast Declercq, notaire à Bailleul, élu député du Nord au Conseil des Cinq-Cents en l’an VI, et son associé Jean François Woussen se lient avec le négociant Jean Baptiste Gombert pour faire fonctionner un assortiment de six mécaniques qu’ils installent à Houplines69.

  • 70 ADN, J1506/10.

54De même, quatre filatures s’installent à Douai, Cambrai et Vaucelles en 1804 et 1805. À Cambrai, Frédéric Crocquefer crée en 1805 une première fabrique dans un local qui s’avère vite trop petit et qui l’oblige à transporter sa filature dans des bâtiments plus vastes. En nivôse de l’an XIII, Jacques Constantin Périer, constructeur mécanicien et également filateur de coton à Neuville-l’Archevêque, Amilly, Saint-Lubin et Nonancourt, se rend acquéreur des bâtiments où il installe rapidement des mécaniques construites à Chaillot. Dans les ateliers, Périer place une machine à vapeur, la première à équiper une filature dans le département, cinq mule-jennies de 196 broches, trois métiers à filer en gros, six laminoirs, quatre dévidoirs et douze grandes cardes. Un atelier de forge est également aménagé pour l’assemblage et la réparation. La fabrique n’est cependant pas mise en marche. Les activités débordantes du manufacturier, notamment sa réquisition pour la défense de la Nation, puis ses difficultés financières, reportent à 1817 le démarrage de la filature du collège Saint-Vaast. À l’origine de la seconde filature de coton installée dans la ville, on trouve Louis Jean Focard de Château, originaire de l’Yonne, et Masclet, sous-préfet de l’arrondissement de Douai70. Avant de s’installer à Douai, Focard est fabricant de coton à Lannoy puis tente un premier établissement à Tournai, en 1804, où il propose au gouvernement de racheter l’arsenal de la ville pour y établir une filature dont les mécaniques seraient activées par une machine à vapeur. Après l’échec de l’entreprise, Focard se retrouve à Lille où il est mis en relation, certainement par Heegman, négociant de coton dans la ville, avec Masclet qui décide d’appuyer ses projets industriels qui seraient portés à Douai. Le 16 nivôse de l’an XIII, Focard se voit accorder la location des bâtiments et terrains formant le collège des Grands Anglais. Les deux hommes s’entendent pour la création d’une société en commandite par actions, d’un capital de 400 000 francs, dont l’objet est la filature du coton produit par les mule-jennies actionnées par une machine à vapeur.

  • 71 Louis Bergeron, 1999, p. 554-555.

55Dans le Cambrésis encore, en 1805, les négociants parisiens Charles Théodore et Louis Nicolas Dufrayer, fils d’un filateur de coton parisien, filateurs de coton à Saint-Quentin depuis 1803, transportent leur établissement à Crévecoeur dans le Nord71. Devenus propriétaires de l’abbaye de Vaucelles, les frères portent le nombre de broches en mule-jennies de 3888, quand ils étaient dans l’Aisne, à 4 752.

56Durant les trois premières décennies du XIXe siècle, le développement de l’industrie de la filature de coton allait s’opérer à l’abri de la concurrence internationale. Ce cadre qui se dessine durant les guerres révolutionnaires trouve son accomplissement au début du premier empire. Le principal ennemi désigné par les entrepreneurs de la nouvelle industrie dans les années 1790, c’est l’Angleterre avec qui les relations commerciales sont rompues officiellement par la loi du 10 brumaire de l’an V.

Le renforcement à l’époque napoléonienne

  • 72 Cf. Carte n° 3, p.
  • 73 Cl.-Anthelme Costaz, 1818, p. 124-131.

57En 1804-1805 avant l’arrêt protecteur, 25 filatures de coton sont recensées dans le département du Nord, 71 en 1808 et 97 en 181172. En six années, le nombre d’établissements a été multiplié par 4. L’accroissement du nombre de broches est encore plus important au lendemain du décret du 22 février 1806. En 1804-1805, le département en compte 39 570. En 1808, la quantité est multipliée par plus de trois et atteint 133 032 broches. Pour 1812, à partir de chiffres certainement minorés, le gouvernement recense 111 572 broches soit 8,66 % de l’ensemble de l’équipement de l’Empire et 10,66 %, si on exclut les départements rattachés à la France73. À cette date, le Nord est le troisième département de l’Empire derrière celui de l’Escaut (134 606 broches) et la Seine (133 448 broches). Encore ces statistiques ne tiennent-elles pas compte des broches en jenny qui restent à cette date, et encore jusqu’aux environs de 1815, en grande quantité dans le département, contrairement aux autres régions.

58Les filatures mises en activité sous l’Empire sont principalement destinées à alimenter les fabriques de nankins, les « articles de Roubaix » et, pour partie, les toiles destinées à l’impression. L’accroissement que prennent les fabrications de toiles de coton d’une plus grande finesse, notamment à Roubaix, offre un débouché à la production de filés. Si les jennies continuent à produire les fils pour certaines étoffes, la demande des fabricants de nouvelles toiles pousse à l’établissement de filatures équipées en grandes mécaniques.

59À Roubaix, les fabriques se multiplient : de 9 filatures en 1804, les établissements en activité sont au nombre de 20 en 1808 et de 30 en 1811. Les fabricants de toiles de coton de la ville se lancent en amont dans l’activité de la filature pour la production des toiles les plus fines. En 1806, Louis Antoine Brédart-Desaint installe rue Saint-Gorges sa première filature qui compte 2 376 broches. En 1807, Floris Marie Delaoutre-Defrenne, déjà filateur de coton, est rejoint dans l’activité par son fils Floris Delaoutre-Ledoux ; l’année suivante, une troisième filature est établie par le second fils Théodore Delaoutre-Defrenne ; la famille totalise ensemble 8 160 broches. Les cousins Defrenne sont également représentés par Floris Defrenne-Delebecque, encore associé à Camille Cordonnier à Lille, établi à Roubaix en 1807, par Liévin Joseph Defrenne-Dervaux associé à son gendre Gaspard Charvet-Defrenne et bientôt par Jean Baptiste Defrenne-Degrimonpont, filateur quai de la Basse-Deûle à Lille, qui rejoint ensuite sa ville natale.

  • 74 ADN, 76J boîte 12 dossier 37.

60En 1810, le maire de Roubaix écrit à la chambre de commerce de Lille que la ville compte 65 assortiments de mule-jennies dont une partie se trouve dans la ville voisine de Wattrelos74. À quatre métiers en fin par assortiment, le nombre de mécaniques travaillant est évalué à 260 qui sont mises en activité par 26 entrepreneurs. Le maire ajoute que ces filateurs sont « tous fabricants et emploient presque tous pour leur fabrique les cotons qu’ils filent ». Les mule-jennies absorbent 187 tonnes de coton filé pour la fabrication des toiles mais auxquelles s’ajoute la quantité, plus importante, de 245 tonnes produites par les petites mécaniques lilloises. L’ensemble des filés procure du travail à 6 000 tisserands qu’entretiennent 245 fabricants pour une production annuelle de 100 000 pièces d’une valeur estimée à 12 millions de francs.

61Tourcoing dessine la même évolution avec cependant un nombre de filatures deux fois inférieur : la ville compte 4 entreprises en 1804, 11 en 1808 et 15 en 1811. Comme à Roubaix, la grande partie des filés de coton produits à Tourcoing alimente la cinquantaine de fabricants de toiles recensée dans la ville.

  • 75 ADN, J1774/25.
  • 76 ADN, J548/13.

62Lille connaît également une augmentation du nombre de ses filatures qui atteint le nombre de 25 en 1808 puis 33 en 1811, ce qui représente 35 % des établissements en activité à cette date dans le département. Quelques exemples de filateurs établis à Lille dans la période montrent que des fabriques établies à Lille, contrairement à celles érigées à Roubaix et Tourcoing, sort une gamme de fils destinés à la fois aux fabriques de nankins, mais également à la production de toiles à imprimer. C’est pour alimenter son négoce de nankins que le Lillois Charles Mathias Servatius, déjà filateur de coton à Aubigny dans le Pas-de Calais depuis 1804, joint à son premier établissement en 1807 une filature, à Lille, dans une maison qu’il prend en location75. En 1808, le fabricant roubaisien Carlos Florin est installé filateur à Lille, quai de la Basse-Deûle où il fait tourner 1 240 broches, pour alimenter les métiers à tisser de sa ville d’origine. C’est à Roubaix qu’il revient s’établir dans la décennie suivante. En août 1807, François Pierre Ange Marissal, marchand fabricant de coton, établit dans son bâtiment rue Jean Jacques Rousseau des mécaniques anglaises qui comportent 1 296 broches. Le filateur s’engage à faire travailler l’assortiment de métiers pour les fabricants roubaisiens Pierre François Duthoit-Leclercq et Ferdinand Duhamel-Brédart, gendre du filateur Brédart-Desaint76.

  • 77 ADN, 76J/1709.

63Les négociants et manufacturiers Jean André et François Xavier Cox, établis filateurs de coton en 1808 rue Voltaire à Lille, destinent une grande partie de leurs filés à la production de nankins mais alimentent dans une moindre mesure également des métiers à calicots. Les filatures qui produisent des fils fins, au-dessus du numéro cent à cette époque, sont encore peu nombreuses à Lille77. On peut relever celle de Jean François Collart, créée en 1806, et qui compte deux ans plus tard 1 232 broches ; la filature établie en 1808 par François Barrois-Virnot qui fonctionne sous la raison de « Veuve Barrois et fils » équipée de 1 352 broches. Ils sont cependant plus d’une dizaine à pouvoir alimenter les fabriques d’indiennes qui, par ailleurs, ne se trouvent pas forcément dans le département du Nord. La liste des dix-huit filateurs de la ville qui, en 1808, se plaignent de ne plus pouvoir exporter leurs filés de coton après la suppression des primes à l’exportation, nous permet de relever le nom de certains entrepreneurs établis dans la ville entre 1807 et 1808 : celui de François Joseph Desmedt-Bernard, originaire de Gand où il conserve des relations, marchand fabricant à Lille en 1795 qui devient, avec 3 662 broches, le filateur le plus important de la ville en 1808 ; Michel Gras-Lefrancq installé au numéro 33 rue de Fives où il entretient sept métiers en fin ; Romain Peuvion-Colle négociant à Lille et filateur à partir de mars 1807, après avoir acheté une grande maison composée de trois corps de bâtiments située Petite Place. On peut encore citer Maurice Philippe Lebon, négociant et manufacturier rue de Metz avec 2 268 broches.

  • 78 ADN, M653/3.
  • 79 ADN, J953/68
  • 80 AN, F12/1561.

64La période a vu l’installation de la filature dans de nouvelles villes comme Armentières où s’établit en 1808 le Roubaisien Basile François Bulteau-Florin. La commune de Bergues voit l’établissement d’une première filature en 1807 par un certain Mouveau-Devacelle78. À Comines, outre la fabrique de Bailly-Rossignol, deux filatures sont signalées en activité entre 1808 et 1811. En mars 1807, le négociant lillois François Dubucquois s’associe au marchand Alexandre Urbain Watteau pour faire mouvoir un assortiment de quatre métiers en fin de 144 broches et un métier en gros qui en comporte 7279. La filature du fabricant de tissus de coton Leclercq-Bénicourt, peut-être établie sous le Consulat, ne comporte elle que 300 broches placées sur des métiers continus. À Cambrai, deux nouvelles filatures s’établissent dans la même période. En 1808, Joseph Watterneau installe une filature rue de la Clochette pour alimenter en coton filé sa fabrique de basins et cotonnades80. Dans la même période, Pierre Guichet s’installe dans les bâtiments du couvent de Prémy où il actionne un assortiment composé de cinq métiers en fin de 120 broches, un métier en gros de 54 broches ainsi que trois cardes, etc. En même temps, l’essor de la filature rend les bâtiments exploités par Frédéric Crocquefer trop petits. En janvier 1807, il obtient du préfet l’autorisation d’acquérir comme Bien National la caserne dite du collège, située rue Saint-Éloi et abandonnée depuis 1791.

  • 81 Almanach de la ville de Cambrai 1808.

65À Vaucelles, les frères Dufrayer développent leurs moyens de production et montent en 1807 « dans leur moulin huit nouvelles machines continues hydrauliques de grandes dimensions et construites dans la dernière perfection », mises en mouvement par les eaux de l’Escaut pour filer du coton de chaîne du n° 35 à 50 de première qualité81. Les filateurs occupent 166 ouvriers pour la production de fils destinés à alimenter 300 tisserands dans un rayon de six lieues autour de Vaucelles. Si les frères Dufrayer furent formés dans les ateliers en Angleterre, de nombreux manufacturiers firent appel aux Anglais pour monter leurs mécaniques.

  • 82 SHAT, YJ/54.

66Ce qu’un seul mécanicien peut apporter à l’industrie française, la carrière de George Hards l’illustre à merveille82. Originaire de Dartford, au sud de Londres, c’est à Manchester que le mécanicien est formé à la construction de métiers. En 1802, George Hards arrive en France où il projette de monter une filature de coton avec Charles Benjamin Carsthenson, consul du roi du Danemark installé à Paris rue du Mont Blanc. Il travaille dans plusieurs manufactures parisiennes avant de se rendre au début de l’année suivante à Dartford où il espère emprunter 100 000 louis d’or pour l’entreprise que les associés veulent établir à Dreux. La reprise des hostilités après la rupture de la paix d’Amiens compromet le projet visant à rassembler les capitaux et, de retour à Paris en 1803, Hards est arrêté au mois de mai et il est enfermé à Verdun puis à Fontainebleau où il ne tarde pas à commencer son activité au service de nombreux manufacturiers sur le territoire. Au mois d’avril 1804, il propose au gouvernement de construire aux frais de la Nation un assortiment complet de machines à filer le coton, mais sa demande reste sans réponse. Au mois d’août 1804, il est envoyé chez John Moore, fabricant de tulle à Paris au faubourg Saint-Antoine rue de Charenton (dans le couvent des Anglaises), où il construit des machines pour la filature de coton et laine. Le ministre de l’Intérieur appuie la demande de Carsthenson père et fils qui n’ont pas abandonné le projet de filature de coton à Dreux dans lequel ils comptent prendre un intérêt. Le Ministre de la guerre accepte de leur confier le prisonnier qui est accompagné de deux compatriotes ouvriers, Paine et Horne. Il ne semble pas que le projet ait abouti, car Hards « attend une somme considérable » de sa famille qui n’arrive pas et se tourne à nouveau vers le gouvernement qui refuse toujours son aide. Il est prisonnier à Valenciennes quand le sous-préfet Masclet obtient du gouvernement qu’il soit employé à Douai. Il arrive en octobre 1806 au collège des Grands Anglais et il y passe vingt-cinq mois jusqu’au mois de mars 1809. Durant la période, Hards qui « possède les diverses connaissances en théorie et pratique » est occupé à conduire la filature et à former les ouvriers de la fabrique. Gautier d’Agoty, le directeur de la fabrique, écrit en 1808 « qu’il m’a communiqué le plan et les principes d’une machine propre au bobinage de la chaîne pour le tissage, laquelle doit présenter une grande économie de temps et de main-d’œuvre, que je fais exécuter cette machine dans mes ateliers et que j’ai tout lieu de croire au succès de son application ». Si Hards donne satisfaction à Douai où il forme l’entrepreneur et de nombreux contre-maîtres, dont certainement le fils du manufacturier Edouard-Charles Gautier d’Agoty, le mécanicien se plaint de l’insuffisance de ses appointements. En septembre 1807, il demande au ministre de cesser ses activités dans la manufacture et se rendre à Orléans « pour obtenir des moyens d’existence supérieurs à ceux de Douai ». Il devra encore patienter quelques mois pour pouvoir quitter le Nord, le 30 mars 1809, pour l’Aisne où il est occupé à monter la filature de coton de Possel à Saint-Quentin. À la mort de ce dernier, c’est pour le compte de Baligand et Férand que le mécanicien termine l’équipement de la manufacture établie au faubourg Saint-Martin. Après dix mois passés à Saint-Quentin, Hards regagne la capitale, en février 1810, où il est réclamé par Charles Albert, filateur et constructeur de mécaniques installé au faubourg Saint-Denis depuis 1803. Dans la fabrique qui a vu passer de nombreux mécaniciens anglais tels que les Collier, Hards est, semble-il, employé à la construction de mécaniques. En septembre 1810, le mécanicien repart pour Saint-Quentin où il travaille à monter et diriger le nouvel établissement de filature de coton érigé dans la ville par Paillette père et fils. La mise en activité de la manufacture nécessite une année et, en novembre 1811, les services de Hards sont demandés par Charles Tiberghien et Cie filateur à Saint-Denis près de Mons. En janvier 1813, il est toujours occupé à la filature de coton et de laine, nouvelle activité développée par le manufacturier et on perd sa trace quand il demande un passeport pour retourner à Saint-Quentin « où il a des amis qu’il désire visiter ». Sous la Restauration, il est toujours en France où il dirige la filature de Langlée près de Montargis.

67Ce détour nous a permis de mettre en lumière un de ces mécaniciens qui contribua de manière importante aux transferts de la technologie liée à la filature de coton. La récompense des efforts ne fut certainement pas au rendez-vous pour nombre d’entre eux. En 1808 puis en 1810, le gouvernement n’accepte pas la naturalisation de Hards. Ces faveurs qui auraient pu lui permettre une éventuelle association avec un entrepreneur lui furent refusées « car il était peu fortuné » pour prétendre à sortir de la condition d’ouvrier spécialisé.

  • 83 SHAT, YJ/33.
  • 84 AM Lille, Fonds Révolutionnaire 17916.

68La liste des techniciens détenus au dépôt de Valenciennes en l’an XI suggère que d’autres prisonniers ont pu, à l’image de Hards, contribuer à monter et diriger des filatures de coton dans le Nord83. À Lille, où les serruriers fabriquent les métiers à filer, on ne relève qu’un seul cas tardif d’utilisation des services de prisonniers anglais, celui, en 1810, de William Oswald, détenu à Paris, qui monte les métiers à filer du manufacturier Collier84.

  • 85 Archives de la ville de Gand, Fonds Napoléon de Pauw 3297.

69C’est également un mécanicien anglais, James Farrar, qui s’installe à Villers-Sire-Nicole en 1807. Né en 1776, il quitte l’Angleterre à 22 ans avec sept compatriotes qui forment « la petite colonie » d’ouvriers constructeurs et fileurs de coton que Liévin Bauwens débauche outre-manche en 179885. Dans son pays, le mécanicien était occupé à la construction des métiers servant à la confection des parapluies et c’est pour ses qualités de tourneur qu’il est engagé. Arrivé sur le territoire, James Farrar est employé à monter les mécaniques démontées et apportées en fraude ainsi qu’à la construction de nouvelles machines à Passy où Liévin Bauwens a établi sa première filature dans le couvent des Bonshommes. La direction de l’établissement est confiée à François Bauwens, le frère de Liévin, et ce dernier monte en 1801 une seconde filature de coton à Gand dans le couvent des Chartreux. Le rôle de James Farrar auprès de Bauwens s’accroît à cette date après la défection de plusieurs mécaniciens en 1798. Après avoir équipé l’établissement de François Bauwens, John Hulse employé à la construction des métiers et John Dean chargé de la filature quittent Passy pour la vallée de Cailly, le « petit Manchester » où ils montent, avec d’autres compatriotes, une manufacture de coton pour le compte de Valentin Rawle, maître de langue anglaise à Rouen. Auparavant Kenyon, qui avait été engagé primitivement pour la filature, avait déjà abandonné le manufacturier gantois. En même temps que la filature de coton développée à Gand, Liévin Bauwens entreprend la construction de mule-jennies pour les fabriques françaises à laquelle prend part James Farrar dans une société qui est contractée le 21 ventôse de l’an X.

  • 86 ADN, J1132/8.

70Le premier janvier 1803, James Farrar est encore associé à son partenaire dans la troisième filature érigée à Tronchiennes-lez-Gand dans le couvent de Norbertins. Les difficultés s’accumulent cependant pour Liévin Bauwens. À Passy, son frère François est en cessation de paiements et, « malgré un nouveau sacrifice de deux cent mille francs », le bâtiment est cédé au négociant Danel. Les deux associés se brouillent et Farrar s’établit, l’année suivante, à Mons où il installe une fabrique de construction de machines à filer et carder le coton, puis à Villers-Sire-Nicole86. Certainement encore sollicité pour la production de mule-jennies, ce n’est qu’en 1807 que le mécanicien commence à aménager la propriété qui fut la demeure de Pierre Augustin Caron de Beaumarchais jusqu’en 1787. Les travaux de construction des mécaniques mues par les roues que fait tourner la rivière de la Trouille et les différentes transformations des bâtiments nécessitent encore quelques mois avant que les premiers filés de coton ne soient produits par Farrar qui abandonne ses activités de constructeur de métiers.

Les difficultés conjoncturelles de la deuxième moitié du premier Empire

  • 87 CAMT, 3AQ/400.
  • 88 AN, F12/1960A.
  • 89 CAMT, 3AQ/227.

71L’année 1808 avait déjà éprouvé les filateurs nationaux et posé des difficultés aux entrepreneurs de la région qui subissent la hausse des prix du coton en laine. Dès le milieu des années 1790, la désorganisation puis le recul du commerce maritime national avaient modifié l’approvisionnement en matières premières des fabriques de coton du département. Les laines du Levant, d’Acre, de Salonique, d’Alep, de Chypre et surtout de Smyrne avaient fait place aux cotons d’Amérique et notamment à ceux de Saint-Domingue, de Pernambouc, de Maragnan et de Géorgie. Les navires battant pavillons neutres, et notamment américains, allaient permettre à l’industrie française d’alimenter les filatures nationales. Au sud, les balles qui traversent l’Atlantique sont débarquées à Lisbonne ou Cadix où elles sont naturalisées pour Bayonne, Bordeaux, Nantes, Rouen ou Dunkerque ou, plus au nord, pour Ostende et Anvers. Elles gagnent ensuite Lille par la voie terrestre ou, en risquant la prise par l’ennemi, en empruntant la route maritime par cabotage. Un registre des risques couverts par la compagnie d’assurances de Lille en l’an X nous donne un aperçu de ce commerce87. En brumaire de l’an X, Gaspard Desurmont déclare 30 balles de coton traversant l’océan sur le navire « le Vaillant » via Lisbonne puis Rouen et, le même mois, un second bateau « les Six Frères » avec la même première escale et une arrivée prévue à Anvers avec 26 balles. Le négociant assure, en nivôse de la même année, 27 balles qui empruntent la même seconde route et, en pluviôse, un chargement de vins et cotons parti de Bordeaux pour Dunkerque. Ce dernier mois, le navire « la Droiture » qui fait escale à Cadix pour Ostende comporte une balle destinée au négociant (pas encore filateur) Henri Placide Panckoucke. Toujours en nivôse de l’an X, Jean Faucille, négociant et filateur associé à Baudoux à Esquermes, attend deux bateaux, « la Lydia » et « la Félicité » qui font relâche à Lisbonne pour être naturalisés avant d’arriver à Rouen avec leur cargaison de 34 balles de coton. D’autres négociants, comme Charles Fiévet bientôt filateur à Loos ou Barrois manufacturier à Lille en 1808, apparaissent dans le répertoire de la compagnie d’assurance. L’importation par les ports français continue à être une voie importante pour les cotons arrivés dans la péninsule ibérique. C’est par Bayonne par exemple en 1807 que « Mille frères » reçoit sa commande de 43 balles de Pernambouc à Lelorrain-Scillière et Cie, Français établi à Lisbonne88. Sous le Consulat, l’approvisionnement au nord par Anvers semble privilégié par les négociants de la région. Débarqués dans le port, les cotons poursuivent leur route jusqu’à Gand, où des maisons de commerce lilloises se sont installées pour retrouver une position d’intermédiaires pour l’introduction des marchandises en France que les conquêtes révolutionnaires leur avaient fait perdre, avant de pénétrer sur le sol français. Les livres de commerce de François Briansiaux, l’un des plus importants importateurs de coton à Lille depuis les années 1790, montrent des achats de matières premières auprès de nombreux correspondants gantois et anversois jusqu’en 1807. À Gand par exemple, le négociant lillois est en relation avec Wattel-Couvreur qui compte de la famille à Tourcoing et surtout avec la maison lilloise Lefebvre et Cie installée dans le département de Jemappes pour le commerce des denrées coloniales et notamment pour le « coton Géorgie et Louisiane qui sont les principaux articles que nous traitons »89. La société dirigée à Gand par Michel Lefebvre-Wacrenier, et commanditée par son beau-frère Alexandre Roussel-Lefebvre, négociant en nankins installé banquier à Paris, procède à des achats de coton en compte à demi avec Briansiaux à partir de 1804. Ces approvisionnements proviennent d’importations auprès « d’amis de Bordeaux » et également du commerce opéré par les navires américains qui, d’après la correspondance, se font plus nombreux sous le Consulat.

72La tension dans les relations commerciales entre les États-Unis et l’Angleterre allait rendre plus difficiles les approvisionnements en coton pour la France. En octobre 1807, sur la nouvelle venue de Hollande que « l’ambassadeur américain résidant à Londres vient d’ordonner aux bâtiments de sa Nation de se tenir prêts à partir », le prix du coton est à la hausse à Anvers. La promulgation par l’Angleterre de la loi de novembre 1807, qui interdit aux neutres de commercer avec les ports ennemis de la Grande-Bretagne, et la réponse américaine de Jefferson imposant le 22 décembre un embargo sur l’Angleterre et la France allaient accélérer l’augmentation du cours de la matière. Les milieux du commerce avaient été très réactifs : dès le mois de septembre 1807 et les premières rumeurs sur l’interdiction de commercer pour les neutres, les cours des cotons en laine, de Pernambouc, Maragnan, Géorgie et Saint-Domingue vendus à Lille enregistrent leurs premiers records. En trois mois et au moment de la décision de Londres, l’ensemble des cotons connaît une hausse de 30 %. Après la réplique américaine de fin décembre 1807, la hausse s’accélère pour conduire à un doublement des cours entre janvier 1808 et juin de la même année, et même à plus qu’un triplement si on considère les prix de vente moyens de l’année 1806. L’expédition française en novembre 1807 pour soutenir les troupes de Junot entretient par ailleurs l’augmentation des prix de la matière première.

73Les filateurs réduisent leurs coûts de production par une diminution des salaires distribués aux fileurs mais la forte hausse du coton brut allait pourtant se répercuter sur le prix des filés qui connaissent, entre 1806 et juin 1808, en moyenne un doublement de leur valeur. À leur tour, les produits semi-ouvrés entraînent une augmentation du prix des toiles de coton et une baisse de la consommation. À l’automne, les filateurs de coton de Lille écrivent à la chambre de commerce que leurs magasins regorgent de cotons filés et qu’ils ne peuvent plus consentir à de nouveaux efforts. Entre le mois de mai et celui de juin 1808, le nombre de broches en continus en activité dans le département passe de 5 232 à 3 788, celui des mule-jennies de 133 032 à 101 328, soit une baisse de 30 % en six mois. Dans la même période, la quantité d’ouvriers employés par les filatures à la « grande mécanique » connaît une chute de 3 384 à 2 134. Les statistiques ne nous disent rien sur les fileurs à la petite mécanique qui restent majoritaires à Lille mais on devine que nombre d’entre eux se retrouvent sans emploi.

74La hausse des cotons, née des tensions commerciales avec les États-Unis qui tendent cependant à se relâcher et qui en tout cas n’empêchent pas les arrivées de navires américains, allait être amoindrie par la multiplication des prises de cargaisons anglaises opérées au cours de l’année 1808 et surtout par le recours à des approvisionnements de coton en Italie et dans le Levant à partir de la Macédoine. Ce commerce allait être réorienté vers la capitale où les maisons parisiennes monopolisent une grande partie de ce négoce et concentrent le dépôt de coton qui jadis était une affaire marseillaise. Pour alimenter la région en matière, Briansiaux traite avec les principaux négociants parisiens comme Dubourget, Perrée et Cie, Verninac et Cie, Bovard, Bourdillon et Cie, Charles Hedelhofer, Belon et Cie, mais également dans la cité phocéenne avec Vangaver et Cie, originaire de Lille.

75S’il n’est pas toujours aisé de connaître dans la correspondance de Briansiaux la nature des cotons vendus, dans la mesure où les factures n’indiquent pas toujours l’origine, la matière produite en Italie et surtout en Macédoine prend désormais une place à côté des cotons américains qui reviennent également en grande quantité à partir de 1809. La crise de 1808 n’aura finalement pas duré plus d’une année pour l’industrie cotonnière. Après un ralentissement certain de l’activité, les affaires reprennent. Le marasme ne s’est pas éternisé, même si certains filateurs ont dû faire des concessions sur lesquelles nous reviendrons dans le chapitre suivant. La région n’aura pas manqué de matières et la réorganisation des circuits d’approvisionnements par les négociants nationaux, qui continuent à s’adapter dans la période suivante au contexte international, aura rendu la hausse de courte durée.

La rapide reprise des affaires

  • 90 ADN, Lille 194.
  • 91 ADN, M579/1.
  • 92 ADN, J861/93.
  • 93 ADN, J548/17.

76L’année qui sépare le ralentissement économique de 1808, né de la hausse des prix et la crise de confiance et de sous-consommation de 1809-1811 montre que l’industrie cotonnière a retrouvé l’élan de la période précédente. À Lille, huit filatures sont créées entre 1809 et 1811. C’est le cas de Jean François Cornil-Pollet, commis négociant, qui aborde l’industrie au moment de son mariage en février 180990. Dans le bâtiment qu’il occupe au numéro 4 rue de Gand, le filateur installe 36 métiers de 216 broches, 6 cardes doubles, trois d’étirages, etc. C’est entre 1808 et 1810 que Pierre François Lorthioir-Lot, marchand de coton à Lille, installe un assortiment de mécaniques mule-jennies dans sa maison de la rue du Bourdeau. En septembre 1808, François Baudoux et Jean Faucille mettent un terme à leur association pour la filature à Esquermes. Le second ne met pas fin à ses activités manufacturières et joint à ses opérations commerciales une nouvelle filature de coton qu’il installe dans le grand bâtiment qu’il possède place du Concert à Lille91. François Baudoux, resté à Esquermes, trouve un nouvel associé en la personne du négociant Jean François Daveluy. De nouveaux filateurs apparaissent comme reprenant les établissements de sociétés déjà existantes. En 1809, Jean Baptiste Duhamel-Caquant, longtemps fabricant à la petite mécanique, aborde la fabrication en grand après avoir acheté au filateur de coton Jean François Collart-Desforges son bâtiment situé dans la rue du Plat et aboutissant dans le fond à la rivière commune92. La filature est rapidement équipée de 9 métiers mule-jennies en fin, d’une mécanique en gros, de 2 cardes, etc. Dans les autres villes, la courte période est favorable au développement ou à la naissance de nouvelles fabriques. En mars 1810, pour accroître ses capacités de production, Jean Baptiste Bailly Rossignol s’associe à Denis François Delemazure épicier à Lille93. L’article sept du contrat de société prévoit que la fabrique, qui compte alors deux assortiments de métiers à filer, se composera d’un plus grand nombre de mécaniques. Plus à l’est du département, la filature de coton voit le jour à Fourmies en 1810. Louis Legrand, devenu propriétaire des terrains et bâtiments appartenant à l’abbaye de Liessies, aménage les locaux en espace manufacturier. Le moulin à eau, situé au centre de la ville, jadis utilisé pour la mouture du blé actionne désormais sous la force de l’Helpe mineure plusieurs mule-jennies pour la société « Louis Legrand frères et sœurs ». À Tourcoing, le nombre de filatures de coton passe de 11 en 1808 à 15 en 1811, la progression est beaucoup moins forte que celle que connaît Roubaix où l’on recense 10 filatures supplémentaires en trois années.

Le marché des filés dans la première décennie du XIXe siècle

  • 94 ADN, J1451/14.

77L’état des filatures en activité en 1811, année de crise et de bilans, montre le dynamisme roubaisien et la progression plus lente de Lille et Tourcoing, une différence de rythme qui renvoie à celle des débouchés des fils de coton. À côté des filateurs roubaisiens et tourquennois qui restent très largement producteurs de fils de coton pour alimenter les fabriques de nankins, les autres manufacturiers du département fabriquent des matières qui sont destinées notamment aux indienneries. Les filatures installées dans le Cambrésis sont très largement pourvoyeuses de ces fils plus fins. À Vaucelles, les frères Dufrayer entrent en relation avec Oberkampf pour le fournir en toiles à imprimer. À Cambrai, Frédéric Roch Crocquefer produit des filés qu’il fait transformer dans de nombreux villages du Cambrésis. L’inventaire dressé à son décès en 1811 montre que son magasin contient essentiellement des pièces de calicots, des mousselines et très peu de basins94. Dans la même ville, Joseph Watterneau joint à sa filature une fabrique de cotonnades. Les fils de coton produits par le troisième filateur de la ville, Pierre Guichet, sont essentiellement débités auprès du négociant Charles Félix Casiez-Dehollain qui les destine à l’impression. À Douai, la filature des Grands Anglais installe dans les bâtiments des métiers à tisser les percales.

78On a vu précédemment que plusieurs filateurs de l’arrondissement de Lille, comme Baudoux, Faucille ou Develuy, faisaient également battre des métiers dans le Cambrésis. La situation présentée par le préfet Dieudonné en l’an IX, qui évaluait à seulement 1,38 % la production de fils destinée à l’impression, s’est complètement modifiée avec l’utilisation de la mule-jenny qui fait une plus grande part à ce débouché dans le département et sur le sol national.

79La plainte de dix-huit filateurs lillois en 1808 contre la loi visant à favoriser l’industrie du tissage national en interdisant l’exportation des filés de coton nationaux montre que les capacités productives des manufacturiers de la ville ont ouvert de nouveaux horizons à leurs débouchés.

  • 95 ADN, 3Q523/5.

80Ainsi, la ville de Gand et ses fabriques d’indiennes est également dans la période un débouché pour plusieurs filateurs lillois. C’est le cas de François Desmedt-Bernard, natif de Gand, installé marchand de coton à Lille, fabricant à la petite mécanique à partir de l’an III puis filateur en 1808 que l’on peut apparenter aux indienneurs gantois De Smet frères. C’est aussi vers cette ville qu’une partie des filés produits à Lille par François Barrois-Virnot se dirigent. Il en est de même pour la filature créée en 1807 à Tourcoing sous le nom de « Flipo-Delbecque et Delannoy » où sont associés Pierre Joseph Delannoy-Desurmont et Jean Baptiste Flipo-Delebecque. Ce dernier épouse en 1791 Julie Delebecque fille de Jean François Delebecque-Lepers émigré à Gand au début de la Révolution où ses trois fils s’installent comme négociants puis filateurs de cotons95. En 1808, la filature « Delebecque et Cie » constituée de Jean François, Augustin et Charles, qui épouse l’année précédente Marguerite Alexandrine Barrois la fille du filateur lillois, apparaît avec ses 5 928 broches et 144 ouvriers comme l’une des plus importantes manufactures gantoises.

  • 96 ADN, 3U/10.
  • 97 ADN, 6U2/979.

81Les filateurs de l’arrondissement ne se spécialisent d’ailleurs pas forcément dans un seul débouché et leurs productions servent autant les tissages roubaisiens dont les étoffes s’affinent que les fabricants de toiles de calicots et autres percales. Ainsi, Charles Mathias Servatius utilise une grande partie de ses filés à la fabrication de nankins qu’il expédie vers la capitale mais il envoie également ses marchandises chez Auguste Petit, marchand fabricant à Bertry dans le Cambrésis, pour la fabrication de calicots96. À Seclin, Louis Gérard Lefebvre-Burghelle qui produit des basins fournit également en fils destinés à un autre usage des fabricants et négociants dans le Nord comme Lefebvre-Megrez à Cambrai ou en dehors de la région comme l’indienneur gantois Poelman, Diggelman de Bruxelles, Batel et Lallemand à Rouen, Chéradam Bidois et Cie à Paris, etc.97

Les effets de la crise de 1809-1810

  • 98 AN, F12/2296.

82La restriction du crédit, qui se traduit par une hausse du taux de l’escompte et la baisse de la demande, allait limiter l’écoulement des produits cotonniers et acculer de nombreux banquiers, négociants et manufacturiers de l’Empire, à de retentissantes faillites. Beaucoup d’entrepreneurs du coton en difficulté sollicitent l’aide de l’État. En avril 1811, vingt et une des vingt-huit demandes de prêts émanent de filateurs de coton qui, comme par exemple Charles Desurmont installé à Melun, s’en remettent au gouvernement pour ne pas cesser leurs activités98.

83Le département n’échappe pas à la crise. Le 11 février 1811, les frères Dufrayer en difficulté sollicitent un prêt de 150 000 francs pour continuer à occuper « les 200 ouvriers de la filature et les 400 familles de tisserands » qu’ils emploient dans le Nord et dans l’Aisne. La situation qu’ils connaissent résulte de la fermeture du crédit qu’ils avaient auprès du banquier parisien Davillier. La demande de ce dernier pour solder un prêt hypothécaire ainsi que son compte courant pour un total de plus de 207 000 francs met les manufacturiers dans une situation de quasi-faillite. À Douai, Gautier d’Agoty écrit que les manufacturiers sont à la merci des spéculateurs et qu’il éprouve des difficultés pour placer ses marchandises. L’arrondissement de Lille enregistre quelques faillites et cessions d’activités d’entrepreneurs. Le filateur Lefebvre-Burghelle installé à Seclin dépose son bilan en juin 1811. Dans les pertes essuyées par le manufacturier figurent plusieurs faillites dont celle de Poelman et Durot de Gand pour une valeur de 12 000 francs. Le même mois, le filateur de coton Henri Placide Panckoucke est en cessation de paiements. Ses mécaniques sont vendues à l’encan en mars et son bâtiment au mois de juillet. C’est encore la cessation d’activité en mars 1811 de Jean Baptiste Duhamel-Caquant, filateur de coton établi deux ans plus tôt à la suite de Jean François Collart, qui cède à ses créanciers, pour la plupart épiciers et négociants en coton, ses mule-jennies ainsi que l’ensemble de ses ustensiles de fabrique. L’année suivante, il se sépare également de son bâtiment de fabrique qui échoit à Charles Hyppolite Descamps-Dujardin, fabricant à Tourcoing.

  • 99 ADN, 6U2/978.
  • 100 CAMT, 3AQ/349.

84Les activités de Cox frères, dont les relations commerciales s’étendaient de La Haye à Naples et reposaient sur un large crédit tant au niveau local qu’international, sont mises à mal dès l’année 1809. La raréfaction du crédit et de multiples faillites obligent les frères Cox à un dépôt de bilan le 30 octobre 1809 avec un passif de 769 898 francs que ne couvre que très partiellement un actif de 478 328 francs99. La faillite de ces négociants, filateurs, fabricants de tissus pour leur propre compte mais également donneurs d’ouvrages à d’autres filateurs et fabricants de toiles de coton, plonge de nombreux entrepreneurs de Lille et Roubaix dans la difficulté. Elle concerne de nombreux négociants en coton lillois comme E. J. Decroix, Henri Martin Lecreux-Dupont, Lefebvre-Wacrenier (également filateur de coton), François Briansiaux, Louis Gruson, Victor Vigne, Lesage frères, Vandergracht fils et Gaston Lefebvre, les frères Bernard, etc., créanciers pour plus de 120 000 francs. Toujours à Lille, elle fait trembler des filateurs de coton nouvellement installés comme Roussel-Picard qui apparaît dans les comptes pour une somme de 15 000 francs. Elle concerne également des fabricants de coton à la petite mécanique comme la veuve Romain Delebois qui ne se relèvera pas de la faillite des frères Cox100. C’est surtout à Roubaix que les conséquences de la faillite sont visibles. Le bilan montre que la ville compte cinquante filateurs et fabricants de toiles de coton créanciers pour une somme totale de 261 152 francs. Plusieurs membres de mêmes familles figurent comme créanciers : les filateurs et fabricants Floris Delaoutre-Defrenne avec ses deux fils Théodore et Floris, Jean Baptiste Defrenne-Delebecque et son frère Jean Floris Defrenne-Delebecque. On peut encore citer Alexandre Decrême, Réquillart-Barot, Dazin-Duforest ou Pierre François Duthoit-Leclercq filateur à Lille en association avec Ferdinand Duhamel-Brédart et fabricant à Roubaix. Aucun de ces filateurs fabricants n’est cependant failli : si les pertes sont comprises entre 20 626 et 941 francs, la moyenne des créances ne représente qu’une somme de 5 235 francs. Les pertes de la société Cox sont réparties sur de nombreux manufacturiers roubaisiens ce qui amortit les effets de la faillite à Roubaix.

  • 101 ADN, M655/2.

85On ne relève pas de demandes de prêts de la part des filateurs de l’arrondissement de Lille. Les faibles capitaux investis dans la majorité des manufactures expliquent en partie l’absence de ces requêtes mais les entrepreneurs locaux n’entendaient pas relancer l’activité par de nouveaux investissements. C’est ce qui ressort de la lecture des remarques de la chambre de commerce de Lille qui note que « … la proposition d’avancer des fonds aux filateurs paraît ne point atteindre le but visé si on ne réimprime le mouvement aux produits de nos manufactures »101. Il ne s’agit pas de grossir l’offre des filés mais d’augmenter la demande. La relance de la demande va avoir lieu avec le décret de Fontainebleau qui fait du royaume d’Italie un marché réservé aux fabricants français. On a vu précédemment que les négociants et manufacturiers du Nord allaient occuper une place importante dans les expéditions vers la péninsule. Un mouvement est réimprimé en amont à l’industrie de la filature et à la ville de Roubaix, lieu principal de la production de nankins français.

  • 102 André Fugier, 1947.

86Les filateurs et fabricants de Roubaix allaient largement tirer profit du marché transalpin et « voir toute leur population ouvrière occupée »102. On assiste à un mouvement de créations de nouvelles filatures. C’est dans cette période que Louis Antoine Brédart joint à sa filature de la rue Saint-Georges, qu’il exploite avec sa fille puis avec son gendre Jean Baptiste Motte-Brédart, deux nouvelles fabriques rue de l’Abreuvoir dirigées par ses beaux fils : l’une par Ferdinand Duhamel-Brédart, précédemment filateur à Lille, et l’autre activée par Auguste Wattinne-Brédart. La famille Defrenne est également à l’origine de nouvelles créations. En 1810, les deux filatures des frères Constantin Julien Henri Defrenne-Defrenne et Joseph Defrenne-Delebecque remplacent celle créée par leur père Jean Baptiste Defrenne-Delebecque. Celle encore de Louis Defrenne dont la belle-mère, Victoire Delos qui possède sa filature à Roubaix sous la raison de « Veuve Gruart et fils », apparaît dans la liste des fabricants qui obtiennent des permissions d’exporter vers l’Italie. C’est également dans ces années que « Prouvost frères » abordent la filature de coton avec Philippe Julien Bonami Prouvost-Defrenne et Henri Prouvost-Defrenne dans les bâtiments qu’ils possèdent rue Saint-Georges.

  • 103 ADN, 94J/11.
  • 104 ADN, 6U2/11.
  • 105 ADN, 6U2/11.

87Lille voit également s’ériger de nouvelles filatures qui ne sont certainement pas à mettre toutes en relation avec le marché italien mais qui naissent de la reprise progressive des affaires à partir de 1812. Rares sont ceux qui envoient des cotons filés vers la péninsule, comme Philippe Maurice Lebon qui en expédie de très fortes quantités de juin 1811 à septembre 1813. À Loos, la faillite en 1811 du négociant Pierre Urbain Virnot et la vente de l’abbaye dont il était propriétaire entraînent la dissolution de la filature exploitée par Charles Fiévet, Pierre Joseph Reumont et Nicolas Étienne Wicart. Ces deux derniers s’associent aussitôt dans une nouvelle manufacture qu’ils installent à Haubourdin. Charles Fiévet érige, lui, une nouvelle fabrique dans les grands bâtiments qu’il possède rue de Paris à Lille. L’énorme filature établie par ce dernier qui s’est associé avec ses fils vaut à l’un d’eux, Louis Fiévet, la croix de la légion d’honneur remise par le duc de Berry lors de la visite de l’établissement en 1814103. En mai 1812, le revendeur André Corroyer et le fondeur François Ray s’associent au marchand de vin Gérard Chateleain pour monter une filature de coton à Lille. Les filateurs prévoient de faire actionner deux assortiments de mécaniques. En novembre de la même année, les négociants Joseph Delerue-Hosdez et Louis Joseph Hosdez-Moillet s’associent « pour faire le commerce de spéculation »104. La nouvelle entreprise comprend la mise en activité d’une filature de coton dans les bâtiments qu’ils occupent place du Château. C’est également en 1812 que Sophie Desmons, veuve de Pierre Joseph Defrenne et propriétaire à Haubourdin, crée une société de commerce et une filature de coton avec son fils Joseph installé à Lille et le négociant Fidèle Amand Cordonnier-Bachelet105.

88En avril 1813, Claude Albert Théry-Cattaert et Gabriel Jarosson, négociants à Lille, s’associent sous la raison de « Théry-Cattaert et Jarosson » pour la filature de coton et le commerce de lin. Le même mois, Emmanuel Blot, Augustin Haudouart et Jean Baptiste Duhamel-Caquant, filateur failli en 1811, créent une filature sous la raison de « Emmanuel Blot, Haudouart et Cie ». La fabrique au capital de 24 000 francs est installée place du Château. Certaines entreprises connaissent une augmentation de leur capital au cours de la période. En novembre 1811, le filateur Jean Baptiste Cornil-Pollet, qui a transféré sa fabrique rue de Tournai, s’associe à Pierre Julien Macé et son fils Antoine Laurent Aimé Macé-Ledoux, fabricants de toiles à Saint-Quentin. Le capital de la nouvelle société « Cornil-Pollet Macé père et fils » est porté à 200 000 francs dont la moitié, apportée par le Lillois, est constituée des mécaniques, cardes et outils propres à la filature. À Comines, la manufacture « Bailly et Delemazure » est dissoute en 1812 suite aux difficultés qu’éprouve le fils d’un des associés, Auguste Bernard Delemazure-Dubus, dans son commerce de marchand de coton. Jean Baptiste Bailly-Rossignol transporte sa filature à Lille, marché au Charbon, dans les locaux qui appartiennent à son nouvel associé, le négociant en tabacs et denrées coloniales Victor Plaideau.

  • 106 ADN, 6U1/118.

89Des filatures se créent en dehors de la ville de Lille, on l’a vu à Haubourdin mais également à Lannoy, où en 1813, Charles Joseph Rennuit-Renard monte une filature dans la ville. Au Cateau-en-Cambrésis, la filature allait intégrer la ville pour alimenter les nombreux métiers de calicots déjà en activité dans la région. C’est dans le palais de l’archevêque, acheté comme Bien national en 1792 par le négociant et banquier parisien Claude Alexandre Rodesse et qui servait de fabrique de toiles de coton dirigée par les frères Dolffus de Saint-Quentin, puis encore après sa revente en 1810 à Pierre Frédéric Demadre, président du Conseil d’Artois et négociant à Cambrai, que la filature est installée. C’est en 1812 que Ferdinand Ladrière-Cesbron, négociant de toiles à Saint-Quentin, se rend acquéreur pour 62 000 francs des bâtiments destinés à abriter une filature et des métiers à tisser. En association avec le négociant parisien Alexandre Piot, la fabrique comporte rapidement 5 000 broches qui alimentent de nombreux métiers dont une partie des productions est expédiée par la maison de commerce de Saint-Quentin vers l’Italie106.

La situation contrastée de la fin de l’Empire

90Dès le début de l’année 1813, les échecs subis par l’armée française en Russie allaient sonner le glas de l’Empire et amener les combats sur le territoire national jusqu’à l’abdication de l’empereur en avril 1814. Les événements militaires créent de l’incertitude chez les manufacturiers. La délivrance des certificats pour l’exportation vers le royaume d’Italie cesse en octobre 1813. Les combats sur le territoire national lors de la campagne de France ne favorisent pas l’écoulement des marchandises sur le sol français. La situation est encore plus difficile après la défaite de Waterloo qui entraîne le second traité de Paris en novembre 1815 et l’occupation par les troupes coalisées du nord-est de la France.

  • 107 ADN, J1774/38.

91Le nombre de broches travaillant dans l’arrondissement de Lille passe de 167 342 en 1813 à 112 729 l’année suivante. Celui des filatures de Roubaix, qui avait largement profité des exportations vers la péninsule italienne, est de 17 en 1815 contre 30 en 1811 ; entre 1813 et 1814, le nombre de broches en activité a diminué de 50 %, passant de 63 326 au plus fort des envois vers l’Italie à 31 663 au moment de la Restauration. Tourcoing connaît le même sort avec une chute de l’activité visible dans le nombre de broches qui passe de 22 812 à 9 912. Les chiffres de la ville de Lille montrent une stabilité (55 000 broches en 1813 et 53 290 l’année suivante), mais il n’est pas exclu que l’on ait recensé l’ensemble des mécaniques existant dans la ville sans déduire, contrairement à Roubaix et Tourcoing, les métiers mis à l’arrêt. Des filateurs sont en difficulté à Lille. Dès le mois d’août, Charles Mathias Servatius est en cessation de paiement. Au mois de novembre de la même année, Lorthioir-Lot est déclaré failli107. À Lannoy, Charles Joseph Rennuit-Renard retarde la mise en marche de la filature qu’il a établie au début de l’année 1813. De 1815 à mars 1816, l’activité de la filature du palais au Cateau est entravée par l’occupation d’une grande partie des bâtiments par les troupes russes.

  • 108 Bertrand Gille, 1961.

92Le ralentissement des affaires est également dû à la crainte qu’inspire le nouveau gouvernement libéral aux manufacturiers de la région. Les filateurs de coton français s’alarment des nouveaux tarifs jugés trop modérés. Au mois de juin 1814, le Conseil général des manufactures est saisi des moyens à mettre en œuvre pour parvenir à des « tarifs convenables » pour sauver l’industrie cotonnière qui, selon le rapport des filateurs Feray et Richard-Lenoir, se trouve dans un état critique108. Le gouvernement allait vite céder et revenir à des tarifs protecteurs qui allaient satisfaire les manufacturiers du département. À Douai, dès juillet 1814, l’activité de la fabrique est ranimée, les commandes se multiplient pour les produits de la manufacture des Grands Anglais. À la même date, Pierre François Wattinne, Jean Baptiste Depalme-Duquesne et François Joseph Arreckx s’associent pour acheter en commun et faire tourner un assortiment composé de six métiers en fin à Tourcoing.

93La reprise des affaires est cependant lente et s’effectue dans un contexte de crise frumentaire, qui touche à partir de 1816-1817 plusieurs pays européens. Les nankins roubaisiens et tourquennois continuent cependant à être recherchés par la partie de la population qui ne subit pas les effets de la disette. Dès 1816, les toiles reprennent la route vers le Piémont, l’Italie, le royaume de Naples et même l’Allemagne.

De la Restauration à la Monarchie de Juillet : une nouvelle phase de croissance

94Entre le milieu de la décennie de 1810 et la fin des années 1820, l’industrie de la filature de coton allait connaître un accroissement prodigieux, un quasi doublement des entreprises recensées entre les deux périodes. Les filatures se multiplient dans les principales villes où elles étaient déjà en activité et s’installent également dans des villes qui ignoraient l’industrie. Portés d’abord par les débouchés traditionnels que sont « les articles de Roubaix » et les calicots qui se renforcent, les fils produits dans la région allaient trouver des débouchés dans la fabrication de nouveaux tissus.

Le dynamisme retrouvé à Roubaix et Tourcoing

  • 109 ADN, J57/130.

95Les nouvelles mesures prohibitives votées en avril 1816 allaient permettre à Roubaix et Tourcoing de reprendre la production de leurs toiles dont le succès ne se dément pas. Dès 1819, Roubaix semble dépasser par le nombre de filatures en activité les sommets qu’elle avait atteints lors de la période faste où une partie de ses produits s’écoulait vers le marché italien. L’industrie de la filature dans la ville atteint un sommet avec 34 filatures en 1819 et 53 en 1825. C’est avant 1819 que s’installe Auguste Rémi Mimerel, d’abord en association avec la veuve du manufacturier Théodore Delaoutre dont il reprend l’entreprise puis seul en 1821 après avoir acquis la filature de Philippe Joseph Dervaux installé à Lille. On peut également citer la société créée en 1821 par François Duriez et Jean Baptiste Duvillier, propriétaires à Roubaix et à Tourcoing, pour exploiter un assortiment de mule-jennies, rue du Pays, sous la raison de « Duriez et Duvilliez ». La plupart des nouveaux filateurs sont cependant des fabricants de toiles qui joignent à leur activité de tissage la filature. Les sources ne les désignent d’ailleurs pas toujours comme filateurs. Ainsi en est-il par exemple de Jean Baptiste Salembier-Bulteau, qualifié de fabricant lors de la mort de sa femme en 1822. L’inventaire des biens laisse cependant apparaître la possession d’un assortiment à filer composé de quatre métiers en fin de 216 broches, d’un métier en gros de 108 et d’un manège qui fait mouvoir l’ensemble des mécaniques109. On peut également citer Benjamin Joseph Delerue-Florin installé dans la même période comme filateur et fabricant rue du Bois à Roubaix.

96Tourcoing voit également le nombre de filatures en fonctionnement dans la ville connaître une belle croissance qui, en dix ans, entre 1815 et 1825, passe de 18 à 35. La reprise et la création de nouvelles sociétés débutent au lendemain de la Restauration. En janvier 1816, Jean François Vannesbur-Duriez, Chrétien François Delobel et Jean Antoine Deletombe installent dans un bâtiment loué une filature qui prend la raison de « Ch. Delobel et Cie ». En septembre de la même année, Henri Édouard Delmotte et Antoine Joseph Jacquart s’associent pour faire tourner un assortiment de six métiers qu’ils placent dans un bâtiment rue des Ursulines. La société « Delmotte et Jacquart » prend, après sa dissolution en 1821, la raison de « Jacquart frères ». Le mouvement de créations se poursuit dans les premières années de la décennie suivante. Ainsi par exemple la formation de l’entreprise « Lefebvre-Delepoutre, Corsez et Cie » qui lie en 1825 Amand Joseph Lefebvre-Delepoutre et Jean Baptiste Corsez contre-maître à Tourcoing.

  • 110 ADN, J861/177.

97Roubaix et Tourcoing, où est installée une grande partie des fabricants de toiles de coton, reçoivent également des filés d’autres villes où se développe l’industrie. En juin 1819, Marie Françoise Desurmont, veuve de Charles François Delepoulle, Louis Constant François Delepoulle-Tharin et Floris Duquennoy-Delepoulle créent à Marcq-en-Baroeul la première filature de coton de la ville110. La manufacture s’installe en lieu et place d’une fabrique de draps et les mécaniques sont mises en mouvement par les roues de l’ancien moulin qui servait aux moines à moudre le blé de l’abbaye de Marquette. D’autres Tourquennois sont à l’origine de l’établissement de la filature à Saint-Amand. En 1825, Jean Baptiste Deleplanque et Charles André Motte-Deleplanque, tous deux marchands à Tourcoing, s’associent à Charles François Dubiez pour la fabrication de fils de coton dans la ville sous la raison de « Dubiez, Deleplanque et Cie ». En 1826, les beaux-frères se séparent de leur associé pour créer leur propre établissement auquel ils joignent une fabrique de tissus de laine et de coton. La petite ville de Cysoing voit à elle seule l’érection de cinq filatures toutes créées en 1824. Trois des filatures, celle créée par les frères Louis et Damas Delbarre, celle mise en activité par Joseph Delecourt associé à Pierre Antoine Depienne et enfin celle qu’érige Léopold Wazier comptent chacune 26 ouvriers et emploient une partie de leur production à leur propre tissage. La quatrième, que ne mentionnent pas les autorités locales, est l’œuvre de Pierre Antoine Lewas. Enfin la plus importante, qui occupe 81 ouvriers à la filature, est établie par le notaire Onésiphore Lezaire et ses fils.

  • 111 ADN, J861/176.

98Les filateurs de Lille et de l’arrondissement concourent également à la fourniture de produits semi-ouvrés destinés à la production des « articles de nouveautés ». On peut citer par exemple les filés produits à Loos par Jean Baptiste Nadaud et François Vouzelle. En 1818, les deux partenaires s’associent sous la raison de « Vouzelle et Nadaud » pour faire « la commission d’achat pour les divers articles provenant des fabriques de Lille et Roubaix »111. Ils joignent, la même année, à leurs activités de négoce la filature de coton dans les terrains et bâtiments formant l’aile droite du château de Loos.

La reprise de l’industrie de l’indiennage stimule la filature

99Le retour des frontières de la France aux limites de 1790 après le second traité de Paris voit l’installation de fabriques d’indiennes qui allaient stimuler la production de toiles de calicots et en amont la filature de coton (cf. Carte n° 4, p.). Les archives de la firme Voortman, grâce auxquelles nous connaissons les fournisseurs de l’entreprise, montrent que les effets de la délocalisation se traduisent par la création de nouvelles filatures et le développement de l’activité pour des manufactures déjà existantes. À Haubourdin, les filateurs Reumont et Wicart apparaissent comme fournisseurs de toiles de calicots pour les indienneurs à partir de 1820. À Lille, Jean Baptiste Cornil-Pollet profite du débouché de Wazemmes. L’importante fabrique des Gantois est également à l’origine de l’installation de plusieurs filatures. Dès 1817, en même temps que s’érige l’établissement de Wazemmes, Charles Leblon-Dansette, associé et principal débiteur dans la région des pièces imprimées par Voortman, monte une filature de coton dans un grand bâtiment lui appartenant, rue des Chaufours, à Armentières. Au début de 1819, la filature installée dans la même ville par Antoine François Marie Alexandre Mazengarbe est mise en activité, après sa mort au mois de mai de la même année, par sa femme Joséphine Philippine Blanquart qui associe son fils Alexandre sous la raison de « Veuve Mazengarbe et fils ». Mise en faillite dès 1823, elle est reprise par Louis Joseph Dansette-Lefebvre, maire d’Armentières, associé à François Peullemeule propriétaire à Lille. En 1822, une troisième filature est constituée sous la raison de « Delemazure et fils ». La société qui regroupe Denis Auguste Delemazure-Vestre, marchand épicier à Lille et associé entre 1810 et 1812 dans la filature de coton de Jean Baptiste Bailly-Rossignol à Comines, ses deux fils, Carlos et Auguste Delemazure-Dubus ainsi que Pierre Antoine Allemand-Mullier filateur de coton à Lille entre 1819 et 1822, produit également des calicots que lui achètent les indienneurs gantois. En 1817, la famille Demeestère d’Halluin, qui occupe une place importante parmi les principaux fournisseurs de toiles à Wazemmes, intègre également l’activité en amont.

  • 112 ADN, 6U2/14.
  • 113 ADN, 6U2/15.

100D’autres filateurs de l’arrondissement figurent encore dans les livres de comptes de l’indiennerie. C’est le cas de la société en commandite par actions « Delecroix et Cie », créée en décembre 1819 par les négociants en denrées coloniales Louis Delecroix, Louis Decroix et Gaston Lefebvre, qui compte douze puis treize bailleurs de fonds en janvier 1820112. L’entreprise installée rue du Croquet à Lille pour la production de fils de coton comprend également la transformation des matières semi-ouvrées en calicots. Certains filateurs qui ne produisent pas de tissus de coton sont également pourvoyeurs indirects de la maison de Wazemmes. C’est certainement le cas de René Léonard Vittet établi rue Sainte-Catherine à Lille avant 1819. C’est en partie chez ce dernier que se fournit en fils de coton le négociant Alexandre Beaussier dont les nombreuses activités commerciales abordent également la vente des calicots qui ne trouvent cependant chez Voortman qu’un faible débit. C’est également le cas pour la filature « Vandensteene et Cie » créée en 1821 par Jean Baptiste Vandensteene, Ferdinand, Jean Léonard et Caroline Duhem frères et sœur113. Dès leur établissement rue de la Vignette, les filateurs s’associent à Charles Dedoncker, premier fournisseur lillois et second dans le département après Charles Leblon-Dansette pour les toiles utilisées à l’impression de Wazemmes.

  • 114 ADN, J1318.

101L’absence de sources comptables ou commerciales ne nous permet d’apprécier l’influence des autres indienneries locales sur le secteur en amont de la filature que de manière indirecte. Elle est plus que probable dans le cas de la fabrique de toiles peintes dirigée à Lille en 1823 par François Depachtère et Barthélemy Alexis. Installés à la suite de la manufacture de « Frémaux frères » qui abandonne l’activité mais dans les locaux que les indienneurs leur louent, les nouveaux fabricants peuvent compter sur les filés de coton et les toiles que produisent depuis 1821 Jean Baptiste Henri et son frère Alexandre Frémaux. À partir de 1825, les fabricants de toiles peintes trouvent également à s’approvisionner auprès de « Rohart père et Beugniet ». La société installée à Hallennes-lez-Haubourdin pour la filature de coton et le tissage de calicots est établie par François Rohart et Henri Beugniet, beau-frère de François Jacques Depachtère. Par son mariage avec Rosalie Adélaïde Beugniet, l’indienneur est également devenu le gendre de Virginie Blondeau (veuve de Jean Marie Beugniet) dont la famille compte plusieurs filateurs de coton114 : la manufacture établie en 1822 par Auguste et Emmanuel François Blondeau-Billet installée rue de Béthune à Lille sous la raison de « Blondeau frères » ; plus indirectement celle créée avant 1819 par le négociant Louis François Desmons, époux d’Adélaïde Henriette Françoise Blondeau, installée rue de Paris ; enfin, celle du second beau-frère, Jules César Billet, érigée en 1823 rue Basse à Lille.

102Si on peut supposer que la troisième indiennerie établie à Loos en 1817 consomme également des filés produits dans la région et surtout dans l’arrondissement de Lille, beaucoup de filateurs trouvent, comme dans la période précédente, un débouché qui s’étend au-delà du département. D’abord intéressé dans la société créée par Joseph Defrenne et Fidèle Cordonnier en 1813, Charles Lambert aborde la filature de coton avant 1819. Installé à cette date rue de Paris, les marchandises qu’il produit s’expédient vers Saint-Quentin. Pierre Hilarin Duplessis, repéré comme filateur à la même date, trouve un débouché identique. Pierre Louis Édouard Wallard-Demeestère qui fournit ses beaux-frères, fabricants à Halluin, expédie également ses filés à Cambrai chez le filateur et fabricant de cotonnades Watterneau et Cie. En juillet 1819, Julien Timothée Leblan-Picavez s’associe à Ferdinand Stanislas Génot pour la filature de coton dans un bâtiment rue du Pont-Neuf à Lille. La société « Leblan et Génot » est dissoute après un an et demi de fonctionnement et la séparation des associés donne naissance à deux établissements. Celui que poursuit Ferdinand Stanislas avec son fils Jean Lapaix sous la raison de « Génot et fils » est transféré en 1826 de Lille à Bailleul et s’adjoint Jean Honoré Poupart. Dans la période, les productions de l’établissement sont expédiées aux fabricants de toiles de Saint-Quentin. De son côté, Julien Timothée Leblan prend en location les bâtiments ainsi que tout le matériel de filature et la machine à vapeur installés rue du Metz et appartenant à Philippe Maurice Lebon.

  • 115 ADN, J1774/48.
  • 116 Serge Chassagne, 1991, p. 94, 101, 234.

103L’inventaire du 18 mai 1818 dressé à la mort d’Antoine Laurent Aimé Macé-Ledoux, filateur de coton à Lille depuis 1812, d’abord associé à Jean Baptiste Cornil-Pollet jusqu’en 1815 puis seul ensuite, nous permet d’apprécier les débouchés des produits de la filature du département115. La manufacture installée rue de Tournai compte alors parmi les plus importantes de la ville avec 41 métiers (plus de 8 000 broches) en mule-jenny qui produisent des filés de coton qui ne sont pas transformés directement en tissus par le filateur. La description de la correspondance, et notamment des lettres commerciales conservées par le filateur, nous permet de retracer les lieux d’approvisionnement en coton et les régions qui reçoivent les filés produits par l’entreprise lilloise. Si le manufacturier est en relation avec l’étranger pour trouver la matière à travailler, à Lisbonne, Londres ou Anvers, c’est sur le territoire national que s’effectuent les relations d’affaires de Macé-Ledoux. Les lettres expédiées depuis les ports de l’Atlantique, Bordeaux et Nantes, ou de la Manche, Le Havre, marquent les lieux d’approvisionnement en coton du Lillois. Au Havre par exemple, le filateur se fournit auprès des maisons formées par les négociants et banquiers de la capitale comme Vassal et Cie, Germain, Mecquillet frères, Strasbourgeois installés dans la capitale sous l’Empire et surtout auprès de Bovard et Bourdillon commerçants en relation avec le Lillois Briansiaux et représentants de la haute banque parisienne. La correspondance qui s’étend sur le territoire jusqu’à Marseille ne saurait dissimuler le débouché principal que constitue le Nord de la France et surtout le département de l’Aisne. C’est principalement vers la ville de Saint-Quentin que les filés de Macé-Ledoux sont envoyés. L’inventaire conserve la trace de 534 lettres, soit plus de 48 % de l’ensemble des missives, envoyées depuis la ville par 31 correspondants différents qui représentent 26 % du total des 119 partenaires commerciaux. Les filés sont expédiés à des fabricants de toiles de l’Aisne comme Reumont, Arpin et Cie manufacturier à Roupy, mais également à des entrepreneurs d’autres départements représentés à Saint-Quentin comme Hartman indienneur à Munster, Risler à Thann, Lehoult à Versailles ou Barbet indienneur à Deville116. La nouveauté qui se dessine cependant à la fin de la décennie pour les débouchés de fils de coton produits à Lille et plus généralement dans le Nord, c’est l’apparition de nouveaux marchés. L’inventaire montre que le filateur est en relation commerciale avec la ville de Tarare pour la fourniture de ses marchandises. Le Lillois y compte 9 correspondants desquels il conserve 117 lettres soit plus de 10 % de l’ensemble des documents recensés. Les échanges commerciaux vers le centre industriel du Rhône sont certainement plus importants si l’on y ajoute la correspondance reçue depuis Lyon ou Paris par les négociants comme Henri Chatoney, d’origine neuchâteloise, installé dans la capitale pour le commerce des mousselines pour lequel il possède un entrepôt à Lyon.

La conquête de nouveaux débouchés : les fabriques de mousselines et de tulle

  • 117 AN, ADXI/73.

104La pétition adressée par les filateurs lillois à la Chambre des Pairs et à celle des députés en février 1820 témoigne de l’importance que représente à cette date le débouché de Tarare pour la fabrication des mousselines, puis dans les années qui suivent, les ventes de filés destinés à alimenter les fabriques de tulle qui se multiplient dans le département117.

105L’adresse envoyée aux représentants de la Nation concerne deux revendications : la première vise à renforcer la prohibition sur les nankins et la seconde à s’opposer aux demandes des fabricants de Tarare de pouvoir utiliser, moyennant un droit d’entrée, les fils de coton étrangers d’une finesse supérieure au numéro 200. Dans la première démarche, les filateurs et fabricants de l’arrondissement de Lille entendent faire échouer le projet du gouvernement visant à développer la production de nankins à Pondichéry ce qui signifierait pour les entrepreneurs de la région « priver l’emploi des nationaux français qui font une belle imitation de ces nankins et d’une grande variété d’étoffes, moyen de les substituer sans se priver de vêtements légers, agréables et solides ». L’autre combat qui concerne plus directement les filateurs porte sur le refus de l’introduction des filés étrangers comme le souhaitent les fabricants de Tarare. Les manufacturiers de la région y voient la perte d’un marché qui pourrait s’élargir « aux fabricants de mousselines de Saint-Quentin, Rouen et Montpellier où se fabriquent des percales superfines, qui confectionnent les gazes en coton, les tulles et autres produits de luxe pour la fabrication desquelles les fils fins sont nécessaires ». Dans leur pétition les filateurs mettent en avant les progrès continuels réalisés depuis plusieurs années et la possibilité pour nombre d’entre eux de produire des filés approchant, en 1820, le numéro 200. Ils considèrent que les nouveaux produits doivent se développer à un rythme maîtrisé synonyme d’un développement harmonieux et par une stricte prohibition pour sauvegarder l’industrie nationale.

  • 118 ADN, 76J boîte 13 dossier 39.
  • 119 ADN, 3Q318/59.

106Dès 1821, la chambre de commerce fait dresser des tableaux qui recensent les entreprises capables de filer au-dessus du numéro 150 pour fournir Tarare118. C’est le cas de Ferdinand Ladrière au Cateau, de Reumont et Wicart à Haubourdin, d’Alexandre Mazengarbe et de Louis Delacroix établis à Armentières. Ils sont trois à Douai et sept à Roubaix à pouvoir produire des filés fins dont Charles Henri (dit Carlos) Florin-Defrenne, filateur d’abord à Lille quai de la Basse Deûle puis dans la ville sous la Restauration, et son frère Louis Aimable Irénée Candide Florin-Scheppers, seul capable de fournir des filés supérieurs au numéro 200. C’est vers ce centre de production textile que convergent, entre autres, les marchandises produites par la maison lilloise « Mille frères ». Cette dernière a pris de l’envergure avec la constitution de deux nouvelles filatures. En 1813, Aimable François Joseph Mille-Salembier rejoint dans l’activité son frère Auguste Aimé Mille-Cattaert, filateur depuis 1804. En 1821, Aimé Constantin Désiré Mille-Schwartz remplace Aimable alors qu’une troisième filature a déjà été mise en activité, aux alentours de 1816, par l’autre frère Auguste Désiré Mille-Desmons rue Saint-André à Lille. Après sa faillite en 1823, Aimé Constantin Désiré Mille-Schwartz va diriger à Tarare la maison de commerce que la famille installe dans la ville119.

  • 120 ADN, 6U2/15 ; J861/165.
  • 121 Henry Loyer, 1873.

107La production de filés de coton propres à être travaillés par les fabriques de tulle ne prend une réelle ampleur qu’après le milieu des années 1820, en lien avec l’essor rapide de la production de ces tissus. Si les contemporains font état d’une intense contrebande de filés anglais au début des années 1820, celle-ci tend à diminuer tout au long de la décennie. La mobilisation pour la production de filés fins allait s’imposer et on ne pourrait concevoir que la fraude ait pu être suffisante pour alimenter à elle seule les fabriques de tulle installées au cœur même du département comme à Douai et Lille. Dans cette dernière ville, plusieurs filateurs se mettent à produire ces marchandises. Dominique Paul Vantroyen-Cuvelier associé à son frère avant 1822 puis l’année suivante à François Marie Vouzelle et César Auguste Mallet reçoivent une première mention en 1827 pour leurs produits. Leur filature s’améliore et leurs fils retors pour tulle et pour gaze « d’une grande beauté » leur valent une médaille d’or en 1834120. Au même concours, Pierre François Tesse-Petit, filateur d’abord associé à Charles Courrière rue de l’abbaye de Loos entre 1821 et 1824, obtient une médaille d’argent pour des cotons filés qui, selon le jury, peuvent rivaliser avec l’Angleterre. Une première médaille de bronze est décernée à la filature mise en activité depuis 1813 par Henri François Périez-Faviez qui « vend aux fabricants de tulle en concurrence avec les fils anglais introduits en fraude ». La seconde est distribuée au filateur roubaisien Pierre Wacrenier pour son fil numéro 180 pour tulle. Il est difficile de se faire une idée précise du nombre de ces filateurs qui adoptent les métiers en mule-jenny pour la production de fils retors nécessaires à la bonne tenue de l’armure claire du tulle. Le mouvement est cependant rapide et, dès 1832, on recense neuf producteurs de fils retors mais il semble que tous les filateurs lillois travaillant pour les fabriques de tulle n’aient pas été relevés121.

  • 122 AM Douai, 2F14.

108La ville de Douai est représentative de l’essor que connaît la filature de coton dans la période. Entre 1817 et 1820, le nombre d’établissements en activité passe de un à cinq. En mai 1817, le négociant lillois Séraphin Malfait, associé aux filateurs Emmanuel Blot et Augustin Haudouart, vient s’installer dans le collège Saint-Vaast qu’il rachète à Antoine François de Marsilly, gendre de Jacques Constantin Périer. La fabrique mise en activité l’année suivante est équipée par des ouvriers anglais et compte 8 600 broches mises en mouvement par une machine à vapeur122. La manufacture, qui emploie 350 ouvriers, devient la plus importante de la ville devant celle de Gautier d’Agoty qui au Collège des Grands Anglais fait travailler 7 288 broches. La filature « Blot, Haudouart et Cie » fabrique des fils des numéros 100 à 200 et, dans les années 1820, elle trouve un débit important dans les fabriques de tulle établies dans la ville. Lors de l’exposition des produits de l’industrie de la ville en 1827, les filateurs présentent différents cotons gazés et non gazés pour tulles et broderie et sont à l’origine des filés utilisés par les tullistes Punder et Buckland qui soumettent lors de la réunion, le premier une pièce en bande et le second un tissu de cinq quarts de large. La troisième filature en activité dans la ville est créée en 1818. L’entreprise « Bootz et Cie » constituée de Joseph et Pierre Bootz, de James et Joseph Westerman et de Jean Corbitt a pour objet la construction de métiers, cardes et mécaniques ainsi que la filature de coton. La présence de constructeurs anglais et celle de Jean Corbitt, fabricant de tulle dans la ville, suggèrent que la production de fils fins a été dès l’origine une préoccupation pour les manufacturiers. Les deux dernières filatures de coton sont érigées la même année en 1820. Pierre Clément Levaleux-Bruneau installe au début de l’année une fabrique qui compte sept mule-jennies construites par des mécaniciens anglais et emploie 37 ouvriers. À la fin de la même année, un nouvel établissement est érigé par Pierre Paul Minart associé à Charles Philippe Hautrive-Cauvain. La filature, qui occupe 60 ouvriers et 30 prisonniers, est composée de deux assortiments actionnés par la force humaine et d’un manège de deux chevaux pour faire mouvoir les métiers à carder. En 1827, les filateurs expédient une bonne partie de leur production chez les fabricants de Tarare et Saint-Quentin.

Les effets de la crise de 1825 sur la filature de coton

109La crise économique, qui touche le secteur textile français à partir de 1825, allait avoir des conséquences autrement plus importantes que celles qu’avait connues l’industrie cotonnière dans la période précédente. La sévère remise en cause de la prospérité allait s’inscrire dans une durée inusitée qui allait voir près d’un filateur sur deux cesser son activité avant 1835 dans le département. Les effets de la crise ne sont cependant pas synchronisés et elle touche différemment les filateurs selon le marché pour lequel ils produisent, le soutien qu’ils peuvent recevoir ou le montant des capitaux immobilisés.

  • 123 ADN, 6U2/430.
  • 124 Maurice Lévy-Leboyer, 1964, tome 2, p. 208.
  • 125 ADN, 6U2/981.

110Dès 1823, des difficultés se font jour dans le secteur cotonnier qui se traduisent par une certaine langueur dans la production des tissus et des filés. À Roubaix, les affaires sont au ralenti et plusieurs entrepreneurs sont en difficulté. La faillite de la Veuve Tiberghien, fabricante de toiles de coton, se répercute sur les filateurs roubaisiens Florin-Wattinne, Solvyn, et Bonami Defrenne et plusieurs tourquennois comme Chrisostome Leloir, Duriez et Dujardin Frémaux123. La ville de Lille n’est pas épargnée par ces difficultés que le maire explique par l’excès de concurrence née de la multiplication des filatures. En aval, la concurrence est vive dans les fabrications de calicots et certaines régions, comme l’Alsace, excédentaires vendent à bas prix124. Cette année 1823, la ville enregistre deux faillites de filateurs : la défaillance de Florimond Désiré Margée avec un passif de 18 430 francs et le dépôt de bilan de Aimé Constantin Désiré Mille-Schwartz pour une somme de 121 080 francs125. Les affaires reprennent cependant les deux années suivantes avant de connaître les premiers signes de ralentissement.

  • 126 ADN, 94J/12.

111La première faillite que l’on rattache à la dépression de 1825 dans l’industrie cotonnière du département est celle qui voit sombrer Charles Fiévet, l’un des pionniers et des plus importants filateurs lillois126. Il faut attendre l’année suivante pour voir une seconde faillite, celle de Louis Auguste Aimé Mille-Cattaert qui avait ajouté à ses activités de manufacturier le commerce des graines et qui dépose un bilan avec un passif de 179 108 francs pour un actif évalué à 165 000 francs Les années 1825 à 1827 ne sont cependant pas des années de rupture pour le nombre de créations d’entreprises. Pour faire face à la crise de surproduction et la concurrence qui touchent l’industrie du coton, les fabricants adoptent une politique de réduction des coûts qui s’accompagne souvent d’ailleurs d’une augmentation des fabrications nécessaires à l’amortissement des frais généraux. C’est ce que l’on a pu voir dans les achats de toiles effectués par l’indienneur Voortman. La maison se fournit de 16 844 pièces de calicots en 1825, de seulement 11 306 pièces en 1826 mais les approvisionnements repartent à la hausse l’année suivante avec 15 642 étoffes. Les achats encore massifs ont pour but de multiplier la production des toiles imprimées dans le but de pallier la baisse du prix des marchandises. Ce n’est qu’en 1828 que les achats de Voortman s’effondrent véritablement. Dans la même période, les filatures continuent d’alimenter directement ou indirectement l’indiennerie. Elles ont dû naturellement à leur tour réduire les coûts de production en opérant, comme dans l’industrie du tissage, des baisses de salaires. L’évolution du nombre de fabriques en activité à Lille montre que, loin de se réduire, les filatures continuent à se créer, on en compte 70 en activité en 1829 contre 55 en 1825.

  • 127 ADN, 6U2/430 ; 6U2/385.
  • 128 ADN, 6U2/981.

112Ces efforts ne suffisent cependant pas et la longueur de la crise entraîne dans le département, plus qu’un nombre important de faillites, la multiplication des cessations d’activité. En 1828, les cinq filatures créées quatre ans plus tôt à Cysoing sont toutes démontées. À Saint-Amand, Jean Baptiste Deleplanque et Charles André Motte-Deleplanque arrêtent leur entreprise, laissant seul manufacturier dans la ville, Dubiez. À Roubaix et Tourcoing, l’attentisme domine. Les sources ne nous permettent pas d’analyser finement les effets de la crise sur l’industrie de la filature. À Roubaix, on ne relève que deux faillites de filateurs dans la période : celle qui touche Louis Bayart en 1828 et une seconde l’année suivante qui voit Victor Dormeuil-Duquesne déposer un bilan avec un passif de 44 929 francs pour un actif à peine supérieur à 6 000 francs127. En même temps, de nouvelles filatures sont créées dans la période. En 1828, les nouveaux filateurs roubaisiens, Pouchain frères et Dewitte-Duforest construisent deux bâtiments rue de Lille. Les rares chiffres nous montrent qu’en 1829 Roubaix produit 143 000 étoffes de coton, le chiffre est certainement en baisse par rapport aux années précédentes, mais il est encore de 40 % supérieur à la production de l’année 1810 où 100 000 pièces sont fabriquées. La plupart des filateurs laissent une partie de métiers à l’arrêt et c’est la période où beaucoup de fabricants passent à la filature de la laine. Tourcoing est dans le même état d’atonie mais la ville connaît cependant la retentissante faillite de Marie Augustine Tiberghien, veuve de Jean Baptiste Desurmont, en 1831 avec un passif de 551 012 francs que ne couvre pas l’actif évalué à 328 927 francs128. La défaillance de la marchande met fin à la société « Lezaire et Cie » dans laquelle elle est associée et plonge dans la tourmente une cinquantaine de filateurs et fabricants, la plupart tourquennois.

113Les filateurs du Cambrésis ne sont pas épargnés par la crise qui entraîne l’abandon de l’activité pour deux filateurs sur trois. En 1827, Henriette Clémentine Lussiez, veuve de Frédéric Roch Crocquefer, qui avait poursuivi l’activité de son mari après son décès, met fin à ses activités de filature à Cambrai. C’est également avant 1830 que disparaît la filature installée quinze ans auparavant Place Verte par Pierre Joseph Dehollain-Carpentier.

  • 129 ADN, 6U1/18 ; J1592/70.
  • 130 AD du Pas-de-Calais, 3Q182/23.

114À Vaucelles, les successeurs des frères Dufrayer, Alexandre Dehollain, Jean Nicolas Arnoux et Louis Monier, installés dans les bâtiments de l’abbaye depuis 1817, avaient déjà mis fin, en 1824, à leur société pour l’exploitation des bâtiments destinés à la filature de coton et au tissage de toiles129. En 1821, à la mort de Ferdinand Ladrière, son épouse Marie Agnès Gabrielle Geneste avait poursuivi l’entreprise du Cateau depuis Saint-Quentin où elle avait épousé en secondes noces le négociant Édouard Jean François Cesbron. Sous la direction d’Hyppolite Boulin, neveu de Ladrière, la filature se développe jusqu’en 1832, date de l’expropriation forcée de la Saint-Quentinoise et de la vente du bâtiment. Il faut attendre juillet 1833 et le retour à une conjoncture favorable pour que la manufacture du Palais soit remise en état de bâtiment industriel à usage de filature de coton par Louis François Largillière pour le compte de la nouvelle société en commandite « Largillière et Cie »130.

  • 131 AM Douai, 2F 19.

115À Douai, les filateurs sont plus ou moins touchés par le ralentissement des affaires. En 1831, Alexandre Desmoutier, devenu manufacturier en remplacement de Gautier d’Agoty décédé en 1826, met fin définitivement, après un quart de siècle, à l’activité industrielle dans le Collège des Grands Anglais. La filature de Pierre Clément Levaleux-Bruneau est en vente mais ne trouve toujours pas d’acquéreur en 1832131. Les autres manufacturiers douaisiens ont mieux résisté à la crise, comme par exemple Emmanuel Blot qui, en 1832, a ajouté à la filature de coton, qui compte 62 mécaniques, la fabrication de tulle.

  • 132 ADN, 6U2/430.

116À Lille, la crise ne se traduit pas par une multiplication des faillites et les deux défaillances constatées en 1828 et 1829 ne marquent pas de rupture avec celles que l’on observe dans la ville depuis la période de l’Empire. Les deux entreprises touchées sont d’ailleurs de petits établissements récemment mis en activité. En 1828, un contrat d’union constate la faillite de « Veuve Didier et frères », société créée certainement après 1825 par Arnould Joseph Didier et son beau-frère Armand Guillain Auguste Pierre puis, l’année suivante, on relève le dépôt de bilan de Georges Fauchille, filateur établi à Lille à la même époque132. Les difficultés qui touchent l’industrie lilloise ne sauraient cependant être évaluées à la seule lumière des déclarations de faillites. On assiste dans la période à une multiplication des mises en vente ou des locations de bâtiments et de mécaniques à usage de filature. Les années 1825 à 1827 sont marquées dans le département et surtout à Lille par une recrudescence des cessions de locaux de bâtiments industriels. En trois ans, seize filatures sont vendues contre vingt-quatre sur quinze ans entre 1809 et 1824. Treize des entreprises cédées sont localisées à Lille qui voit se réaliser, entre 1825 et 1827, un nombre d’échanges presque identique à celui réalisé depuis le milieu de l’Empire et jusqu’à l’arrivée sur le trône et au sacre de Charles X. Davantage que dans la période précédente, les cessions de bâtiments sont liées aux difficultés qu’éprouvent les entrepreneurs propriétaires de leurs locaux. En 1827, Auguste Hyppolite Descamps cède sa filature située rue de Berri à Lille et qu’il a fait construire deux ans auparavant. Pierre Ange Marissal, filateur dans la ville depuis 1807, se sépare de son bâtiment de la rue de l’Abbaye de Loos. En 1824, « Blondeau frères » avaient joint une seconde filature à leur premier établissement de la rue de Béthune. En 1827, les filateurs mettent en vente leurs premiers locaux pour ne conserver que l’entreprise de la rue Sainte-Catherine acquise auprès du filateur René Léonard Vittet alors en difficulté. En 1829, Philippe Maurice Lebon vend à la Communauté des Filles de l’Enfant Jésus ses bâtiments industriels de la rue de Metz après que Julien Timothée Leblan a rompu son bail locatif.

  • 133 ADN, 3Q314/162.

117La cession des locaux de filature s’accompagne de mise en vente d’assortiments de mécaniques qui sont cédés par les entrepreneurs défaillants. Entre 1825 et 1829, on relève que dix filateurs ont cédé leurs instruments de production contre neuf seulement entre 1809 et 1824. La moitié des vendeurs sont localisés à Lille et presque toutes les cessions se font sous la pression des créanciers ou de difficultés qui ne peuvent être résolues que par l’abandon des moyens de production. En 1827, Alexandre et Modeste Fauchille, filateurs à Lille depuis au moins 1819 rue de Saint-Sauveur, puis rue du Vieux Faubourg à partir de 1821, abandonnent à leur créancier Antoine Désiré Scrive-Labbé leurs vingt mécaniques à filer le coton133. En 1829, Julie Destombes, veuve d’Hubert François Grimbel, se sépare de treize métiers mule-jennies acquis par le fabricant lillois Amand Joseph Blaise. La longueur de la crise vient à bout des filateurs les plus tenaces. En décembre 1827, Charles Louis Folet-Margée cède une première partie de ses mécaniques pour une valeur estimée à 12 000 francs. L’année suivante, il se résout à la vente du reste de ses métiers pour 5 800 francs et, en 1829, c’est son bâtiment de filature, situé rue de Fives et cour du Chaudron, acquis en 1825 seulement, qui fait l’objet d’une cession pour solder les créanciers.

118La plupart de ces ventes, souvent forcées, de bâtiments et d’outils de production, n’entraînent cependant pas leur disparition. On assiste à un transfert de propriété qui peut se traduire par le maintien dans l’activité du filateur défaillant ou par l’arrivée dans l’industrie de nouveaux entrepreneurs. Aux cessions de bâtiments et de matériel correspondent des achats et des locations qui permettent un maintien de l’industrie de la filature de coton.

Carte n° 3 : Filatures de coton dans le département du Nord en 1808

Carte n° 3 : Filatures de coton dans le département du Nord en 1808

Carte n° 4 : Filatures de coton dans le département du Nord en 1819

Carte n° 4 : Filatures de coton dans le département du Nord en 1819

Carte n° 5 : Filatures de coton dans le département du Nord en 1835

Carte n° 5 : Filatures de coton dans le département du Nord en 1835
  • 134 ADN, 3Q314/162 et 165.
  • 135 ADN, 6U2/430.
  • 136 ADN, 3Q314/154-172.

119Plusieurs entrepreneurs louent les métiers qui leur appartenaient et qu’ils ont cédés pour faire face aux difficultés conjoncturelles. C’est le cas des filateurs lillois Charles Louis Folet-Margée, de la veuve Grimbel, d’Alexandre et Modeste Fauchille134. La crise dévalorise les actifs immobilisés des filateurs et favorise les éventuels acquéreurs et prétendants à l’entreprise. En 1828, Amand Guillain Auguste Pierre et sa sœur Marguerite, veuve d’Arnould Didier, tentent de persuader leurs créanciers de retarder la réalisation de leur bilan en expliquant que « Les filatures sont toujours dans un état de stagnation. Que les métiers en mécanique qui composent la presque totalité de l’actif n’ont pour ainsi dire aucune valeur en ce moment. D’où il suit qu’il conviendrait aux intérêts de la masse comme aux leurs d’ajourner l’époque de réalisations des valeurs mobilières »135. La situation est favorable pour les acquisitions et les locations d’actifs dépréciés. En 1825, Désiré Debischop devient filateur de coton à Roubaix après avoir passé un bail pour des métiers provenant d’un entrepreneur tourquennois et pour un bâtiment nouvellement construit au fort Saint-Joseph136. En 1827, Louis Gustave Toussin-Delaoutre prend en location les imposants bâtiments de filature de la rue d’Anjou et la machine à vapeur qu’exploitaient, depuis peu de temps, les négociants parisiens, César de la Panouze, Constant et François Bartholony sous la raison sociale de « César de la Panouze ». En 1830, Charles Hubert et Louis Alexandre Courbon, filateurs depuis 1825 sous la raison de « Courbon frères » accroissent leurs moyens de production en prenant à bail du filateur Pierre François Bertin-Carpentier plusieurs métiers à filer et à carder.

120De nombreux bâtiments changent de locataires dans la période. En 1828, les filateurs tourquennois « Jacquart frères » vont s’installer dans les vastes locaux appartenant à Louis François Xavier Delannoy également fabricant de fils de coton. La même année, Henri François Périez-Faviez loue à Achille Servatius, fils du filateur Charles Mathias, le bâtiment de la rue de la Vignette à Lille que la mort de son père Bernard Périez-Flament a rendu vacant. En 1829, le fabricant de cardes Scrive-Labbé accorde, pour le bâtiment industriel de la rue du Vieux Faubourg qui servait auparavant à Alexandre et Modeste Fauchille, un bail à Victoire Rousselle, veuve du filateur Cox qui avait continué l’entreprise de son défunt mari rue de l’Arc sous la raison de « Veuve Cox », et à son frère Rousselle-Dazin. En 1831, Auguste Désiré Wallaert-Mille et son frère Achille Théodore Wallaert Crépy, filateurs à Lille à la suite de leur père Jean Baptiste Wallaert-Desmons établi dans la ville en 1817, réduisent leurs capacités de production. Ils louent l’un des deux bâtiments qu’ils possèdent dans la rue des Trois Molettes à Jean Baptiste Louis Ryckelinck filateur dans la ville depuis 1822.

121La période voit encore de nouveaux venus s’installer filateurs. En 1826 par exemple, l’aile droite du château de Loos est prise en location par Alexandre Lenné et Noël Delequeuche à la suite de Nadaud et Vouzelle. En 1831, Quentin Atkins, filateur à Lille depuis 1825, loue à Pierre Valéry Delos les locaux plus vastes de la rue des Augustins.

 

122L’état de l’industrie de la filature de coton dans le département pour les années 1830 est difficile à établir de manière précise (cf. Carte n° 5, p.). Le manque de statistiques synchronisées pour l’ensemble des communes qui, quand elles existent, nous donnent souvent des chiffres peu fiables et parfois contradictoires rend l’analyse délicate. Il est possible de relever dans telle commune le nombre d’ouvriers employés ou la quantité de mécaniques existante, dans d’autres les broches en activité ou bien le nombre d’établissements mais l’agrégation de l’ensemble des données reste très imparfaite. La décennie est par ailleurs encore mouvementée en terme conjoncturel et, à l’amélioration qui survient à partir de 1832, succède, cinq ans plus tard, une nouvelle période de marasme née du contre coup de la crise américaine.

  • 137 AM Roubaix, 1G31.

123À Tourcoing et Roubaix, la baisse du nombre d’établissements en activité est spectaculaire. Entre 1825 et 1835, les filatures qui travaillent passent respectivement de 35 et 53 à 21 seulement. Dans les deux villes, le potentiel de production n’est cependant pas détruit et l’activité semble avoir redémarré mais pour une courte durée. En 1837, juste avant le nouveau retournement conjoncturel, Roubaix abrite 40 manufactures travaillant le coton en activité qui ont cependant réduit leur nombre de broches137. La correspondance envoyée à la commission chargée de classer les filateurs pour la patente de 1837 fait état du marasme qui touche à nouveau l’industrie cotonnière mais également celle de la laine qui avait fait un retour dans la ville à la faveur de la crise. Les entreprises travaillant le coton forment encore la majorité des établissements de filature dans la ville : sur 62 entrepreneurs, on ne compte que 22 établissements pour la laine et aucun pour la transformation du lin. Un mouvement est cependant perceptible qui va voir, au début de la décennie suivante, le retour en force de la fibre qui avait fait sous l’Ancien Régime la réputation de la fabrique roubaisienne. La filature de coton ne disparaît cependant pas et, si le nombre d’établissements ne s’est pas accru, les entreprises en activité ont pris des dimensions beaucoup plus importantes en terme de capacité productive.

  • 138 ADN, J1778/37.

124À Lille, la filature de coton semble se maintenir davantage qu’à Roubaix et Tourcoing dans les premières années 1830. La ville compte 47 établissements en 1835 et encore 45 en 1839, dirigés par les entrepreneurs qui ont pu surmonter la crise mais aussi par des nouveaux venus. On peut citer par exemple la location du bâtiment Pierre Philippe Lahousse en 1833 par Théophile Eugène Destombes et Julien Romuald Thirez, associés pour la filature de coton rue du Plat138 ; l’installation d’autres filateurs dans la ville comme Adolphe Carpentier et Adophe Yon ; celle du Roubaisien Defrenne Bonami bientôt rejoint par son frère Paul. Les villes voisines connaissent également des créations. À Wazemmes, en 1833, la Veuve Dehée-Liénard est associée à son fils Albert pour la filature de coton et de laine à la mort de son mari. La même année, Edmond Cox installe sa filature à Fives. Sous la raison de Cox et Cie, la société est installée dans les bâtiments qu’occupait le filateur de coton Nicolas Vincent Lorent avant son décès. La ville de Fives voit encore l’installation de deux nouvelles filatures de coton. En 1836, Théodore Barrois et son frère Henri Thomas, filateurs rue de Tournai à Lille, se rendent acquéreurs d’un second bâtiment situé dans la ville. Au milieu des années 1830, la société « Barrois frères » apparaît parmi les plus importantes du département. Le dernier établissement qui se crée à Fives est celui qu’érige Auguste Prouvost-Wacrenier, représentant de la famille roubaisienne qui compte plusieurs filateurs de coton.

125Il apparaît que beaucoup de ces filateurs aient bénéficié de nouveaux marchés et notamment ceux qu’offraient alors les conquêtes françaises et surtout l’Algérie. La correspondance du Ministère de la Guerre avec la chambre de commerce de Lille montre que des efforts sont entrepris dans la décennie pour expédier les tissus de coton et notamment des toiles de calicot depuis la métropole vers la nouvelle colonie. Produits dominants dans les échanges entre la France et l’Algérie, les exportations de toiles de coton allaient connaître un accroissement considérable dans un commerce où les entrepreneurs du Nord prennent une place confortable.

  • 139 J. Rolley, 1959.

126Le marché a été cependant conquis par des filateurs moins nombreux. L’ensemble du département voit le nombre des établissements se réduire au début de la décennie de 1840. Le chiffre estimé à un peu moins de 100 filatures de coton est comparable à celui des premières années de 1810. Les capacités productives des entreprises se sont cependant modifiées et la période se caractérise par la création « d’usines » qui concentrent plusieurs milliers de broches et centaines d’ouvriers. En 1843, le département du Nord compte cent filatures de coton qui actionnent près de 420 000 broches, soit un peu plus de 12 % du total national relevé en 1840-1845139.

Notes

1 Mohamed Kasdi, 2012.

2 Peter Scholliers, 1996.

3 Serge Chassagne, 1991, chapitre 3.

4 S. D. Chapman, 1965.

5 Paul Mantoux, 1959.

6 Serge Chassagne, 1991, p. 184.

7 Charles Ballot, 1923, p. 45.

8 Cf. p. 225, Illustration n° 1, Plan de la petite mécanique à filer le coton, dite jenny, Roland de la Platière, 1984, planche 4, p. 3.

9 Encyclopédie méthodique. Manufactures, arts et métiers, 1785, tome premier.

10 Charles Ballot, 1923. Le bureau d’encouragements d’Amiens créé en 1788 avait pour président le duc de Croÿ, entrepreneur de la filature de Condé-sur-l’Escaut, et l’intendant de Pourdu.

11 ADN, Tabellion 944/108.

12 ADN, Tabellion 945/68.

13 ADN, Tabellion 2764/221.

14 ADN, C 668.

15 ADN, Tabellion 4701/37.

16 ADN, Tabellion 665/2.

17 Charles Schmidt, 1908, p. 120-121.

18 ADN, L2028.

19 ADN, L1492.

20 AD du Pas-de-Calais, 1Q2135.

21 Charles Schmidt, 1908, p. 174-175.

22 Le terme de « mécanicien » utilisé à Lille sous la Révolution et l’Empire diffère dans sa signification de celui communément admis, dans la même période en Angleterre et en France, pour qualifier le constructeur de mécaniques.

23 ADN, L8301.

24 Charles Schmidt, 1908, p. 114.

25 AMLille, Fonds Révolutionnaire 17924 ; Charles Schmidt, 1908, p. 128.

26 Serge Chassagne, 1991, p. 184.

27 ADN, 6U2/978.

28 AM Lille, Fonds Révolutionnaire 17917/17.

29 AM Lille, 1D2/1.

30 AM Lille, Fonds Révolutionnaire 17998/10.

31 Henry Louis Dubly, 1925, lettre du 14 septembre 1790.

32 Charles Schmidt, 1908, p. 114.

33 ADN, L10307.

34 ADN, M653/1.

35 ADN, 6U2/978.

36 ADN, 3Q314/43.

37 ADN, 3Q314/110.

38 Charles Schmidt, 1908, p. 106.

39 Cf. p. 238, Illustration n° 2, Plan de la grande mécanique à filer le coton, dite mule-jenny. J.-A. Borgnis, 1820, Planche 11, p. 110.

40 Serge Chassagne, 1993.

41 Paul Bairoch, 1963.

42 ADN, Tabellion 666/54.

43 AM Lille, 1D2/1 n° 373.

44 AN, F7/8100.

45 Serge Chassagne, 1991, p. 188-189.

46 ADN, L8301.

47 ADN, Répertoire Placards 8453/1 ; C3844.

48 AN, F7/8100.

49 Dieudonné, 1972, tome 2, p. 334-335.

50 Mohamed Kasdi, 2012.

51 AM Dunkerque, 6.O.2. Dossier à partir duquel nous tirons l’essentiel des informations citées, sauf mentions.

52 Pierre Caron, 1909-1910.

53 L’évaluation de la mécanique suggère qu’il s’agit de la mule-jenny mise en mouvement par une roue à eau comme celle mise au point par l’Écossais William Kelly. Cf. Paul Mantoux, 1959, p. 238.

54 Annuaire statistique du département du Nord, an XII.

55 ADN, M653/1.

56 ADN, J1774/18.

57 AN, AFIV1318 ; F12/1561.

58 ADN, 3Q314/88.

59 AM Comines, F/14.

60 ADN, J1774/34.

61 ADN, J1778/10.

62 ADN, J548/28.

63 ADN, 3Q430/3.

64 ADN, 3Q430/4.

65 ADN, 4U21/3.

66 ADN, J953/59.

67 ADN, J1387/7.

68 ADN, 6U2/12.

69 ADN, 3Q14/3.

70 ADN, J1506/10.

71 Louis Bergeron, 1999, p. 554-555.

72 Cf. Carte n° 3, p.

73 Cl.-Anthelme Costaz, 1818, p. 124-131.

74 ADN, 76J boîte 12 dossier 37.

75 ADN, J1774/25.

76 ADN, J548/13.

77 ADN, 76J/1709.

78 ADN, M653/3.

79 ADN, J953/68

80 AN, F12/1561.

81 Almanach de la ville de Cambrai 1808.

82 SHAT, YJ/54.

83 SHAT, YJ/33.

84 AM Lille, Fonds Révolutionnaire 17916.

85 Archives de la ville de Gand, Fonds Napoléon de Pauw 3297.

86 ADN, J1132/8.

87 CAMT, 3AQ/400.

88 AN, F12/1960A.

89 CAMT, 3AQ/227.

90 ADN, Lille 194.

91 ADN, M579/1.

92 ADN, J861/93.

93 ADN, J548/17.

94 ADN, J1451/14.

95 ADN, 3Q523/5.

96 ADN, 3U/10.

97 ADN, 6U2/979.

98 AN, F12/2296.

99 ADN, 6U2/978.

100 CAMT, 3AQ/349.

101 ADN, M655/2.

102 André Fugier, 1947.

103 ADN, 94J/11.

104 ADN, 6U2/11.

105 ADN, 6U2/11.

106 ADN, 6U1/118.

107 ADN, J1774/38.

108 Bertrand Gille, 1961.

109 ADN, J57/130.

110 ADN, J861/177.

111 ADN, J861/176.

112 ADN, 6U2/14.

113 ADN, 6U2/15.

114 ADN, J1318.

115 ADN, J1774/48.

116 Serge Chassagne, 1991, p. 94, 101, 234.

117 AN, ADXI/73.

118 ADN, 76J boîte 13 dossier 39.

119 ADN, 3Q318/59.

120 ADN, 6U2/15 ; J861/165.

121 Henry Loyer, 1873.

122 AM Douai, 2F14.

123 ADN, 6U2/430.

124 Maurice Lévy-Leboyer, 1964, tome 2, p. 208.

125 ADN, 6U2/981.

126 ADN, 94J/12.

127 ADN, 6U2/430 ; 6U2/385.

128 ADN, 6U2/981.

129 ADN, 6U1/18 ; J1592/70.

130 AD du Pas-de-Calais, 3Q182/23.

131 AM Douai, 2F 19.

132 ADN, 6U2/430.

133 ADN, 3Q314/162.

134 ADN, 3Q314/162 et 165.

135 ADN, 6U2/430.

136 ADN, 3Q314/154-172.

137 AM Roubaix, 1G31.

138 ADN, J1778/37.

139 J. Rolley, 1959.

Table des illustrations

Titre Illustration n° 1 : Plan de la petite mécanique à filer le coton, dite jenny.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/1362/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Titre Illustration n° 2 : Plan de la grande mécanique à filer le coton, dite mule-jenny.
Crédits D’après M.J.-A. Borgnis (1820).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/1362/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 442k
Titre Carte n° 3 : Filatures de coton dans le département du Nord en 1808
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/1362/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Carte n° 4 : Filatures de coton dans le département du Nord en 1819
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/1362/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Carte n° 5 : Filatures de coton dans le département du Nord en 1835
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/1362/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 146k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search