Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les entrepreneurs du coton

 | 
Mohamed Kasdi

Chapitre 5. Tout un éventail de produits nouveaux (1790-1830)

Texte intégral

1En l’espace de quatre décennies, la greffe du coton sur l’industrie textile de la région va produire de beaux fruits : nankins, calicots et tulles s’amalgament progressivement aux productions traditionnelles qui sont l’apanage du lin et de laine et alimentent des marchés de plus en plus porteurs. Paradoxalement, c’est toutefois au plus fort des bouleversements révolutionnaires que le coton s’installe durablement. Protégée de la concurrence anglaise, « libérée » des dernières contraintes réglementaires en vigueur, stimulée par l’ouverture de nouveaux marchés et l’impérieuse nécessité de sortir d’un marasme économique antérieur au déclenchement de la Révolution, la région trouve dans le coton de quoi rebondir. D’ailleurs, après l’Empire, c’est chose faite et nul retour en arrière n’est alors concevable. Cependant, produit par produit, il importe de préciser les modalités respectives de ces greffes qui apparaissent toutes comme des avancées individuelles sur un seul et même front pionnier : si, en soi, le coton gagne définitivement la partie auprès de la clientèle, chaque produit issu du travail de cette fibre a son histoire propre.

La fin de l’Ancien Régime : un tournant pour l’industrie textile

La crise textile dans la région

  • 1 Marie Donaghay, 1982.
  • 2 Camille Bloch, 1900.

2Nous avons déjà noté que, dans sa correspondance le fabricant Defrenne évoque la crise de la « fabrique roubaisienne » des années 1780. Comme lui, les contemporains imputent largement la baisse de la production au traité de commerce avec l’Angleterre adopté en 1786-1787 et qui régit les relations commerciales des deux États jusqu’en 1793. Dans les discussions entre les plénipotentiaires, les droits à imposer sur les différents textiles sont l’occasion d’âpres discussions où chacun des protagonistes tente de faciliter l’écoulement des marchandises pour lesquelles il pense détenir l’avantage, alors que l’autre camp essaie d’en contrebalancer les effets en imposant ses propres produits1. Les différents chargés d’affaires ou experts consultés produisent ainsi des rapports qui mettent en évidence des états de développement différenciés pour les industries textiles des deux nations. Pour l’ensemble des tissus de coton, désignés sous le terme générique de cotonnades, John Holker estime que la supériorité technique de l’Angleterre leur permet de vendre leur toile à des coûts inférieurs de 30 % à ceux pratiqués en France. L’accord de septembre 1786, qui impose finalement un droit de 12 % ad valorem sur les textiles produits à partir de la laine et du coton, apparaît alors pour Eden comme une victoire2.

 

  • 3 Henry-Louis Dubly, 1926, 345 p.
  • 4 AM Roubaix, HH 41.
  • 5 ADN, L 8302.

3À l’occasion de son voyage d’affaires en Italie en 1790, le négociant lillois Barrois-Virnot observe le discrédit des toiles de la fabrique locale et se fait l’écho du renchérissement des textiles de la fabrique, consécutif à la hausse de la laine à la fin de l’année 17863. Outre les lainages anglais, les textiles allemands, moins coûteux, prennent de larges parts de marché dans la péninsule italienne. Il note également que de nombreux consommateurs délaissent les tissus traditionnels au profit de nouvelles étoffes. C’est pour les articles dénommés « vestes » que le négociant réussit à obtenir encore des commandes. Cette étoffe, qui utilise le coton, fait son apparition dans les fabrications roubaisiennes le 28 août 1789 quand une ordonnance des baillis et échevins de la ville réglemente la largeur des « vestes tissées en coton, or ou argent, quadrillées ou fleuragées »4. Ce tissu, qui donne son nom au vêtement auquel il se destine, trouve une variante dans le gilet. La toile connaît un succès croissant à l’extrême fin de l’Ancien Régime et, en 1790, Roubaix, seule ville à s’adonner à cette fabrication, produit 12 000 pièces5.

4Les vestes et les gilets remplacent alors les calemandes dans la production roubaisienne et trouvent le même débouché sur le marché national et transalpin. Les nombreuses ventes réalisées auprès de commissionnaires italiens par Barrois témoignent du changement radical dans la « mode » vestimentaire dans la péninsule sous la Révolution.

  • 6 Léon Cahen, 1939, p. 257.

5Ainsi, pour la fabrique de Roubaix, la crise de la fin de l’Ancien Régime serait également la conséquence d’un changement dans la consommation qui affecterait les régions industrielles restées fidèles à des productions textiles qui auraient moins la faveur du public. C’est ce que fait observer Barthélémy, chargé d’affaires en Angleterre lors des pourparlers pour le traité anglo-français, qui note que « l’état critique de la région du Nord vient de la faveur croissante accordée aux cotonnades qu’on ne produit pas encore convenablement »6.

6Un mouvement d’adaptation et d’innovations est cependant en œuvre qui voit les fabricants se tourner vers la production de ces nouvelles toiles. C’est encore le fabricant Defrenne qui, dans sa correspondance en juillet 1791, nous montre les prémices des nouvelles fabrications entreprises par les Roubaisiens sous l’impulsion des marchands et négociants qui, au fait des modes vestimentaires, leur passent des commandes :

  • 7 Henry-Louis Dubly, 1925.

… Je ne sais quel conseil je pourrais vous donner dans les circonstances actuelles pour la bonne réussite de vos entreprises d’acheter ou non des laines car Dieu seul connaît l’avenir… Nos ouvriers ont cependant beaucoup d’ouvrages mais ce n’est pas dans l’emploi de nos laines mais bien dans les cotons et la soie, fabrique que je n’ai pas encore commencé ni envie de faire et que je laisse à l’activité de nos jeunes gens7.

Un premier renouveau : la production de velours

7C’est dans la fabrication du velours à l’imitation de l’Angleterre que Roubaix, mais aussi d’autres centres, connaissent un premier sursaut. C’est Henri Mather qui, à la suite de ses activités de commerce des étoffes Outre-Manche, introduit l’industrie du velours dans la région.

  • 8 ADN, L 1492.
  • 9 ADN, L 2028.

8En septembre 1791, il loue pour 3 000 livres par an l’Hôtel de l’Intendance à Dunkerque pour utiliser le bâtiment aux différentes opérations de teinture et d’apprêts8. Pour effectuer les opérations de finition, il attire dans la ville « à grands frais une très grande partie d’Anglais des manufactures de Manchester ». En novembre 1792, le bâtiment est devenu trop petit et il obtient du district de Bergues d’utiliser l’ancienne fabrique servant à la savonnerie royale, à Coudekerque-Branche, pour accroître ses capacités pour les apprêts mais aussi pour y faire carder et filer ses cotons9. Les opérations de tissage et de filature, qui ne nécessitent pas l’emploi de la main-d’œuvre venue d’Angleterre, sont réparties dans plusieurs villes où l’entrepreneur peut trouver à employer une population ouvrière que la crise économique a rendue disponible. En juillet 1791, il « reprend » tous les ouvriers, ateliers et ustensiles du Sieur Hadou. Il rachète également la maison et les terrains des Capucins à Merville et, l’année suivante, les administrateurs du directoire du district d’Hazebrouck reconnaissent qu’il emploie 600 ouvriers pour la filature et le tissage dans la cité. La diffusion de sa manufacture s’étend jusqu’aux villes de Lille, notamment pour la filature, et de Roubaix où de nombreux fabricants, précédemment occupés à la fabrication des calemandes, travaillent à façon pour Mather.

  • 10 Charles Schmidt, 1908, p. 174-175.

9Ses activités sont également localisées dans le département voisin du Pas-de-Calais où il s’était rendu acquéreur, en association avec Théodore Thélu, de l’abbaye de Cerquant à Frévent, bâtiment où ils installent 25 mécaniques (jennies) pour la filature du coton10.

10Le développement de l’entreprise a été très rapide et, en 1792, la manufacture occupe 200 à 250 ouvriers, dont 30 Anglais, à Dunkerque pour la teinture et les apprêts, 600 tisserands localisés surtout à Roubaix et Merville et 3 000 ouvriers occupés à la filature répandus de Merville à Lille. En 1798, les tissus de velours produits de la fabrique sont vendus dans la région. À Dunkerque, le fabricant débite ses marchandises dans la ville auprès d’Alexandre Macwilliam, l’un des principaux marchands de toiles de coton de la cité. Les nouveaux départements conquis sont également un débouché important pour le manufacturier qui est en relation commerciale, notamment à Gand, avec le citoyen Liévin Van Caneghem qui se charge de l’écoulement dans les principales villes, notamment à Ostende.

  • 11 ADN, L 1514/L1515.

11Le 30 mars 1791, Mather dépose un brevet d’invention, pour une durée de cinq ans, concernant un nouveau genre de velours de coton ou d’autres matières, rayés ou façonnés nommés « velveret et quinzecord »11. Le procédé, qui n’a rien de révolutionnaire, consiste à teindre les fils de chaîne et de trame, notamment en rouge, en jaune et en bleu, avant qu’ils soient tissés avec « deux et même plusieurs navettes ». L’originalité de l’étoffe réside surtout dans la grande variété des couleurs sur toute la longueur de la pièce.

  • 12 ADN, 6U2/16 ; Tabellion 1156/58.

12Le brevet accordé à Mather pour la fabrication de velours n’empêche pas d’autres fabricants d’entreprendre la fabrication de ces tissus. Le premier thermidor de l’an III par exemple, Joseph Marie Maracci crée à Lille une manufacture pour « la fabrication de velours de coton et autres étoffes que la société déterminera » en s’associant avec Philippe Tassey, fabricant de gaze originaire de Normandie12.

Un produit promis à un bel avenir : le nankin

13Les fabricants roubaisiens eurent la main heureuse quand ils choisirent le « créneau » des toiles de nankin pour sortir de la crise qui ébranlait l’industrie textile.

  • 13 Louis Dermigny, 1960.

14Dans les années 1770, le nankin apparaît timidement dans les garde-robes. L’étoffe est tissée dans la région d’où elle tire son nom ainsi que dans celle de Shanghai depuis le XVIe siècle13. La particularité du tissu réside dans sa teinte naturelle jaune que lui donne l’utilisation du coton en laine, le tse mie wha, produit dans la province du Kiang-Sou. La toile est l’objet d’un commerce vers l’Europe à partir des années 1730 mais les quantités importées sont si minimes que l’étoffe reste encore peu connue. Il faut attendre le milieu des années 1770 pour que les expéditions de nankins vers l’Occident se multiplient et créent une vogue en Europe que Louis Dermigny appelle joliment « un petit âge » du nankin. Sans arrêter la mode des toiles peintes, le succès des nankins aurait duré une cinquantaine d’années.

  • 14 Arnould, 1791, p. 161-183.

15De nombreux pays occidentaux importent des nankins, mais ce sont surtout l’Angleterre et les États-Unis qui réalisent les principaux achats en Chine. C’est par l’intermédiaire de ces deux nations que la France reçoit les toiles sur son territoire. Les volumes des cargaisons de nankins importés en France nous sont inconnus, dans la mesure où les chiffres dont nous disposons agrègent souvent l’ensemble des tissus de coton. Pour la fin de l’Ancien Régime, Arnould évalue par exemple à 26,6 millions de livres les « cotonnades » importées en France et, s’il cite les étoffes de nankin, il ne les différencie pas des toiles de coton blanches, peintes ou des mousselines14. Il est précisément question de celles-ci dans les discussions du traité de libre-échange entre la France et l’Angleterre, et elles sont certainement en partie à l’origine de la « convention additionnelle et explicative du traité de commerce avec l’Angleterre » du 15 janvier 1787 qui retarde l’application de l’accord.

16C’est à Roubaix et dans les villes voisines que la fabrication s’implante pour devenir, en une quinzaine d’années, une exclusivité nationale. Dès 1790, la ville produit 2 500 pièces de 40 aunes de long. Et la rupture des relations avec l’Angleterre à partir de 1793, en limitant les importations anglaises et américaines, permet effectivement à cette industrie de se développer davantage dans la localité. Mais son vrai démarrage allait devoir encore attendre la prohibition des produits d’Outre-Manche, puis l’interdiction totale des importations.

  • 15 AN, Bulletin des lois, An V.
  • 16 Arthur Fischer, 1933.

17Tout commence avec la loi du 10 brumaire de l’an V qui, pour procurer à l’industrie française les moyens de se développer et repousser de la consommation les objets manufacturés par la nation ennemie, décrète à l’article cinq la prohibition de « toute espèce de velours de coton, toutes étoffes et draps de laine, de coton et de poil ou mélangés de ces matières, toutes sortes de piqués, basins, nankinettes et mousselinettes, les laines, cotons, poils filés, les tapis dits anglais ainsi que toutes espèces de bonneterie de coton ou de laine unie ou mélangée »15. La France n’échappe cependant pas à l’introduction en fraude de marchandises anglaises. Les plaintes des Lillois et Roubaisiens n’allaient pas tarder à trouver un relais pour obtenir finalement la prohibition des nankins étrangers. La loi du 9 floréal an VII impose un premier droit de 0,25 F par mètre sur les nankins importés d’Inde et celle du 26 ventôse de l’an XIII prohibe complètement son introduction sur le territoire. Cette nouvelle disposition et le renforcement du blocus ralentissent très fortement le commerce d’importation. La valeur des nankins introduits par le port d’Anvers passe de 1 662 000 francs à 18 000 francs seulement entre 1805 et 180616.

  • 17 Dieudonné, 1972, p. 325.

18Le coup de fouet donné par cette protection à l’industrie locale naissante est spectaculaire : en l’an IX, l’arrondissement de Lille produit 84 100 pièces dont 77 500 pour la fabrique de Roubaix avec 1 100 métiers et 6 600 étoffes pour Tourcoing et Lille qui comptent respectivement 100 et 60 outils17.

Du nankin aux « articles de Roubaix » : des fabricants innovants

19L’époque révolutionnaire est pour l’arrondissement de Lille, et principalement pour Roubaix, une période d’innovation foisonnante. À partir du nankin, toute une variété d’étoffes sont mises au point et la fabrique roubaisienne finit par créer des produits désignés du label de « nouveautés » ou « d’articles de Roubaix ». À l’origine de ces nouveaux produits, on trouve des fabricants rompus depuis longtemps à l’art du tissage ou des activités annexes. Ainsi Alexandre Decrême fils, fabricant de rots et marchand de calemandes, est-il entré au panthéon de l’industrie locale après s’être lancé dans la production et la commercialisation de nankins.

20D’autres techniciens, restés dans l’ombre, participent également au développement de cette industrie dans la région. Le parcours de Jean Baptiste Victorice Vilin, qui joint à l’art du tissage celui du dessin, aurait certainement mérité une mention dans la statistique du préfet du Nord. Jean Baptiste est originaire d’Amiens où, déjà maître fabricant, il est formé pendant plusieurs années à « l’école publique des arts » de la ville dans les techniques du dessin des étoffes.

21C’est à Paris qu’il commence à exercer ses talents, où il est reçu maître dans le corps des marchands fabricants d’étoffes et de gazes rubaniers de la ville. En 1783, ses « collègues » reconnaissent que ses pièces damassées et velours à fleurs en couleurs insérées dans l’étoffe « propres à l’ameublement sont fabriquées avec des matières d’un bon usage et d’un goût qui doit flatter le public par la manutention et l’art de la fabrique ». En 1786, de retour à Amiens, il s’applique à de nouvelles découvertes pour la composition « de plusieurs genres d’étoffes, veloutées à fleurs de plusieurs couleurs, et les couleurs insérées dans l’étoffe ».

  • 18 ADN, 3Q316/7.

22Il s’installe à Lille avant le mois de septembre 1790, date à laquelle il obtient des autorités municipales une somme de mille livres pour l’encourager dans la production d’étoffes de soie que les fabricants lillois n’avaient pas encore pu fabriquer. L’artiste s’intéresse vite au perfectionnement de la fabrique de nankins « qui fait partie aujourd’hui d’une des principales branches de commerce de la ville et ses environs et qui occupent beaucoup de monde ». À la toile traditionnelle, Vilin ajoute une broderie en soie et différents dessins créés à partir d’un métier à marche et donc facilement réalisables par les tisserands locaux. Le premier prairial de l’an IX (21 mai 1800), il est engagé pour diriger la fabrique de toiles que créent à Lille le négociant Chrisostome Lefebvre-Redmont et le manufacturier Jean François Warnet18. L’année suivante, il envoie à l’exposition de Paris deux échantillons de nankin, broché et brodé par la navette et d’un coût modique, qui lui valent une mention honorable.

 

23Les fabricants de l’arrondissement de Lille purent aussi compter sur l’appui des autorités locales pour soutenir et développer l’industrie naissante. En l’an XIII, par exemple, le Conseil Général du département, après délibération, vote le principe d’une aide financière de 30 000 francs, retenus sur les fonds destinés à l’encouragement du commerce et de l’industrie, pour aider au développement de l’industrie cotonnière. Ces fonds sont destinés à être versés sous forme de primes aux fabricants d’étoffes de coton qui auraient le plus grand nombre de métiers battants et auraient produit le plus de pièces dans l’année, ainsi qu’aux ouvriers qui auraient réalisé les meilleures étoffes en qualité et en finesse.

  • 19 Théodore Leuridan, 1975, 399 p.
  • 20 AN, F12/1820 A et B.
  • 21 Bibliothèque Municipale de Roubaix, Manuscrit 24.
  • 22 On donne même le nom de « chemin de fer » à une étoffe dans les années 1840 !

24La gamme des tissus fabriqués à Roubaix s’étend à une très grande variété dont les nombreuses dénominations recouvrent des différences, parfois infimes, dans les couleurs et les dessins, dans les armures de la toile ou dans la plus ou moins grande finesse des étoffes. Outre les nankins unis jaunes, roses superfins ou rayés, chinés, jaspés, quadrillés à côtes ou croisés, on produit des nankinettes que les fabricants locaux dénomment prunelles, reps, casimirs, canaderies custrines, turquoises, napolines, etc.19 Le dénombrement des différentes étoffes fabriquées dans la région et expédiées en Italie entre 1811 et 1813 atteint près d’une centaine de tissus de compositions différentes20. Il est difficile de dater d’une manière précise l’apparition de ces nouveaux textiles qui peuvent changer de nom selon les circonstances politiques, ainsi par exemple les « napolines », créées à la gloire de Napoléon sous l’Empire, disparaissent en 1815 pour faire place aux « bourbonnaises » de la Restauration. L’utilisation au cours de cette période de filés de cotons plus fins, produits à la mule jenny, est l’occasion de nouveaux changements dans l’appellation des tissus. Les nankinettes deviennent alors des percalines qui peuvent être brochées, mouchetées, à cœur, etc.21 Si certaines toiles, comme les printanières, qui connurent un long succès, font référence à la saison pendant laquelle le vêtement est porté, les différentes dénominations des étoffes montrent une grande originalité de la part des fabricants. Certains n’ont pas hésité à donner leur nom ou prénom, sans pour autant s’en réserver la fabrication, au produit qu’ils ont mis au point et qui a suscité un engouement plus ou moins important. Il en est ainsi des « castellines » que l’on doit à Castel et surtout des « léontines » mises au point par le Roubaisien Léon Florin, lointain descendant du fabricant de basins du même lieu au XVIIe siècle. Les débouchés de ces étoffes ont aussi servi à baptiser certaines marchandises ; c’est le cas par exemple pour les « florentines » qui étaient envoyées en partie à Florence. Les événements internationaux ont été une source d’inspiration pour les fabricants roubaisiens. Ainsi en 1822 la révolution au Mexique qui donne naissance à « la mexicaine », à trame de couleurs vives et de matières mélangées, ou la prise d’Alger, en 1830, qui permet de lancer « l’algérienne » à armure compliquée22.

25Au total, les fabricants roubaisiens devinrent les acteurs d’un mouvement de créations sans cesse renouvelées et donnèrent une impulsion décisive à la mode d’articles nouveaux désignés précisément par le terme de « nouveautés » ou par celui « d’articles de Roubaix », une première en matière de publicité pour la cité. Le changement est radical : jusque-là fabrique de textiles imités de l’étranger ou d’autres régions françaises, Roubaix émerge comme centre d’innovations d’où sortent une variété extraordinaire de tissus originaux. Jusqu’à la crise des années 1830, le coton reste la matière principale dans la composition de ces tissus mais on n’hésite pas à le mélanger avec des fibres aussi différentes que le lin, la laine et même les poils de chèvres qui, quand ils sont mêlés à d’autres matières, supportent d’être filés à la mécanique. Ces différentes combinaisons nées de l’imagination débordante des fabricants, et dont les étoffes pourront aussi être désignées par le terme générique « d’articles de fantaisie », vont faire la prospérité de la ville. Par les grandes variétés de dessins souvent renouvelés et l’utilisation de couleurs chatoyantes, ils seront des tissus qui prendront place dans les garde-robes à côté des toiles imprimées.

Limiter la concurrence

  • 23 ADN, M581/212.

26L’accroissement de la production roubaisienne s’est effectué d’abord en écartant la concurrence étrangère. Bien que les tissus fabriqués à Roubaix s’éloignent dans leur composition du nankin, cette dernière étoffe reste, selon la chambre de commerce de Lille, le produit qui « fait une concurrence directe » à l’industrie de la ville23. Après la prohibition napoléonienne, la Restauration avait créé pour le nankin un régime quelque peu dérogatoire à la prohibition appliquée aux tissus de coton. Pour satisfaire en partie les intérêts du commerce maritime, la loi du 23 juin 1820 admettait à la consommation l’étoffe quand elle était importée directement de l’Inde et de Chine par navires français contre un droit de 5 francs par kg. Ce tarif était toutefois suffisant pour que les étoffes roubaisiennes puissent être concurrentielles et continuent à obtenir les faveurs du public. En 1846, les négociants et fabricants sauront encore se protéger des velléités du ministre de l’agriculture et du commerce et faire échouer sa tentative pour diminuer les tarifs douaniers.

  • 24 AN, F12/2411.

27Dès le début de la période, les fabricants roubaisiens ont conscience de l’originalité des toiles produites et rapidement, ils cherchent à s’assurer une quasi-exclusivité nationale de la fabrication. Dès sa création le 12 pluviôse de l’an XIII, la chambre consultative des manufactures, fabriques, arts et métiers de Roubaix n’a de cesse de proposer le rétablissement d’un règlement qui, naturellement, aurait tenu compte de la fabrication des nouveaux produits. Il s’agissait d’éviter que ces articles ne fussent contrefaits et, dit-on, dénaturés par un amoindrissement dans la quantité des fils utilisée ou dans l’épaisseur des matières. Les réticences de l’administration, gagnée aux idées libérales et peu encline à rétablir la législation d’Ancien Régime, ne découragèrent pas les Roubaisiens ; par le relais du Conseil des Prud’hommes créé le 7 août 1810, ils multiplièrent les démarches auprès de l’empereur en 1812, puis du roi en 1816 et en 182124.

28Il est vrai que les différents gouvernements ont du mal à ne pas voir derrière les demandes des fabricants, appuyés par la chambre de commerce de Lille, un retour à l’ancien ordre économique. Les sollicitations sur des largeurs de toiles cachent mal la volonté d’établir une gamme de produits labellisée et reconnue. C’est en tout cas ce qui peut transparaître dans ces quelques phrases écrites au ministre de l’intérieur en 1816 : « Nos fabriques ont fait depuis quelques années de très grands progrès dans les tissus de coton. Nous sommes en possession d’en fournir à toutes les parties de la France. Nous faisons des expéditions considérables dans le Piémont, en Italie, dans le Royaume de Naples et même en Allemagne. Nos fabriques n’ont besoin que de soutenir leur réputation… (pour ne pas) éloigner le négociant et le consommateur ».

  • 25 Théodore Leuridan, 1975, p. 110-119.

29En 1821, les fabricants de Roubaix et Tourcoing allaient finalement s’arranger entre eux en signant un « contrat d’union » qui établissait un plomb particulier qui permettait de reconnaître les produits fabriqués dans ces villes et leur garantissait la largeur vendue, mais encore la marque de la fabrique de Roubaix25.

  • 26 L.-S. Lenormand et J. G.-V. de Moléon, tome 4, p. 5.

30La fabrique roubaisienne, ayant pu faire reconnaître ses produits, devient presque l’unique région où l’on fabriquait des tissus de nankins et des étoffes dérivées de ces toiles. À l’exception de quelques fabricants, notamment dans le Calvados, l’Orne et en Champagne, la majorité des tissus dits de « fantaisie » consommés en France provient de la région26. Un nouveau marché est à conquérir et il s’agit pour les marchands de diffuser leurs produits sur l’ensemble du territoire national.

La conquête précoce d’un large marché

La diffusion des nouvelles toiles

  • 27 Joseph Castel, 1859.

31Dans sa biographie écrite en 1858, le Roubaisien Joseph Castel témoigne de l’engouement pour les articles de « nouveautés » et de la rapide diffusion de ces produits sur le sol français dans les toutes premières années du XIXe siècle27. Né en 1780 à Roubaix, Joseph est le fils de Louis Castel, propriétaire à Roubaix, collecteur des contributions directes sous l’Ancien Régime et inspecteur des vivres sous la Révolution Française. Après avoir servi dans les armées napoléoniennes, Joseph Castel rentre à Roubaix où son oncle maternel lui avance les fonds nécessaires à son établissement et devient son commanditaire.

32Le premier travail du nouveau marchand consiste d’abord à visiter toutes les fabriques de Roubaix et Tourcoing où partout il est « choyé et encouragé » afin de choisir les plus belles étoffes. C’est à cheval et muni d’une jolie « marmotte fournie d’une masse d’échantillons nouveaux » que Joseph entreprend ses premiers voyages qui le conduisent d’abord à Lille, où se multiplient, dans les principales artères de la ville, les grands magasins qui présentent les articles de Roubaix et que le marchand va systématiquement démarcher. La première commission est prise dans « la belle et commerçante » rue Esquermoise au magasin d’aunage « la Belle Frilleuse » où il place toutes les espèces de tissus nouvellement fabriquées à Roubaix. La première vente effectuée dans le magasin atteint la valeur de 3 000 francs, et la satisfaction des marchandes lui laisse augurer d’importantes autres commissions qu’il transmet à son oncle et à sa mère chargés des expéditions depuis Roubaix. Le jour qui suit sa première vente, il visite l’ensemble des boutiques lilloises de la rue du Pont de Weppe et des rues de Saint-Jacques et de Saint-Sauveur où il « vend presque partout quelque chose ».

33Si la nouveauté de ces textiles justifie la visite des villes proches et notamment celle de Lille, le marchand entreprend ensuite un voyage d’une durée de trois mois qui le conduit dans les principales villes du département du Nord, du Pas-de-Calais, des Ardennes, du Hainaut et du Brabant. Cette tournée est tout aussi profitable au Roubaisien qui multiplie les commissions et qui permet aux marchands chez qui il place ses marchandises de « jolis bénéfices ».

34On suit encore Joseph Castel dans son deuxième voyage « encore plus brillant » dans les départements du nord où il propose ses échantillons dans les principales villes qui dessinent un cercle d’un rayon d’une centaine de kilomètres : à Tournai, Leuze, Ath, Mons, Renaix, Binche, Lessines, Soignies, Péruwelz, Bonsecours, Condé, Valenciennes, Douai, Arras, Béthune, Armentières, « et bien d’autres villes… qui l’avaient pris en affection ». Dans les années suivantes, le Roubaisien poursuit son commerce mais reste muet sur l’extension de l’aire de ses affaires.

Le marché italien

35Les articles roubaisiens se débitent à la fois sur le territoire national mais aussi sur le marché italien et, à partir des principales villes de la péninsule, vers l’Europe centrale. Le débouché des toiles reproduit en grande partie celui des calemandes, des camelots et autres tissus de la fabrique lilloise et roubaisienne de l’Ancien Régime. Il confirme la substitution de nouveaux textiles à la consommation de toiles « passées de mode » qui ne trouvent plus grâce aux yeux des consommateurs. La reproduction, en partie, de ces circuits commerciaux tient naturellement d’abord au fait que les acteurs sont les mêmes de part et d’autre de la Révolution Française qui ne marque pas, de ce point de vue, de rupture dans la présence des acteurs du commerce de tissus. On a pu le constater dans les affaires que mène en Italie le négociant lillois Barrois-Virnot en 1790.

  • 28 André Fugier, 1947, 374 p.

36Les relations de la fabrique roubaisienne allaient s’intensifier sous l’Empire en raison des décrets qui réservaient le marché italien aux produits des fabriques françaises. Les seules statistiques que nous possédons de manière continue, mais pour une courte période, entre mars 1811 et décembre 1814, confirment l’importance des expéditions des toiles de coton vers le royaume d’Italie. À partir du tarif général du 22 décembre 1803, qui limitait à un droit modéré de 5 % sur la valeur des marchandises étrangères exportées, le royaume devient un marché que Napoléon allait réserver aux fabricants nationaux. Ceux-ci voyaient, en juin 1808, diminuer de moitié les droits normalement perçus avant que le décret de Fontainebleau du 10 octobre 1810 ne fasse de ce territoire un marché réservé aux productions françaises28.

37Entre mars 1811 et décembre 1814, 38 894 pièces sont exportées vers le royaume, soit une moyenne annuelle légèrement inférieure à 10 000 étoffes. Il n’est certainement pas exagéré de voir dans ce marché un moyen pour de nombreuses régions de surmonter les difficultés économiques de 1810, car la crise de confiance avait provoqué l’écroulement des grandes maisons lilloises qui s’adonnaient au commerce du nankin, comme celle de « Cox et frères », ou fortement ébranlé la vieille maison « Scheppers et fils », en cessation de paiement en février 1811. L’élimination des concurrents étrangers du marché italien fut une occasion providentielle pour tous les fabricants et négociants qui purent écouler leurs stocks d’invendus.

  • 29 AN, F12/1820 B.

38L’état des différents tissus contrôlés aux bureaux des douanes françaises de Casastime et surtout Verceil montre que la principale provenance des toiles était Lille et Roubaix. Le 21 décembre 1810, 12 permis sont délivrés à Dujardin frères, Vanhoenacker frères, Bonami Gosselin, Gouchon Bellin, Scheppers et fils, Louis Faure, Thuys et Serret, Veuve Jean Baptiste Brovellio et Bajard, Defrenne et Charvet, Jean Faucille, Jean Baptiste Bernaux, Wacrenier-Defretin et, entre le 9 janvier et le 28 février 1811, date extrême pour les ventes de printemps, l’administration délivre encore 10 autorisations à Veuve Gruard et fils, Defenne et Desmazière, Floris Defrenne-Delebecque, François Bossut, Louis Fouzet, Brédart-Desaint, Roussel-Grimonprez et Auguste Cordonnier29. Ces envois pour le royaume d’Italie pourraient être évalués à environ 10 % des produits fabriqués dans une année ordinaire.

Les initiatives en direction du marché de l’Europe du nord-ouest

39Si le royaume est un marché important pour la fabrique roubaisienne, il est loin d’absorber l’ensemble des exportations vers la péninsule italienne.

  • 30 ADN, 6U2/ 978.

40La localisation des principaux débiteurs de la société créée sous le Consulat par Jean André et François Cox sous la raison « Cox et frères », en faillite ouverte en 1809, confirme l’importance du débouché transalpin30. La maison apparaît alors comme l’une des principales entreprises lilloises pour le commerce des toiles produites à Roubaix et le bilan, qui porte le passif à 769 898 francs, pour un actif de 478 828 francs, n’est certainement pas étranger à la mort, quatre jours après le dépôt de l’acte, de Jean André, alors âgé de 28 ans. L’étude détaillée des débiteurs de la société nous permet de retracer les circuits de vente des nankins et étoffes de coton produits à Roubaix. Si on excepte une maison de Rome, chez qui les négociants ont une partie d’huile en consignation, le bilan fait état de 63 correspondants qui se fournissent en textiles roubaisiens. Les fabrications locales, en expansion, trouvent en 1809 un débouché sur le marché national, aux Provinces-Unies, en Allemagne et en Italie.

41C’est dans la péninsule transalpine que les clients sont les plus nombreux et ils se répartissent dans les villes les plus peuplées comme Naples, avec 16 correspondants, et Milan où les Lillois fournissent 6 maisons de commerce. Le total des créances italiennes est supérieur à 200 000 francs mais l’instantanéité du bilan, qui présente un solde des opérations commerciales, cache une activité beaucoup plus importante. À Naples, par exemple, la valeur des dernières ventes effectuées est supérieure à 430 000 francs dont seulement 321 500 ont été soldées, d’où la créance qui apparaît au bilan pour plus de 100 000 francs encore exigibles auprès des négociants locaux. À Milan la maison A. Brambilla sert de dépôt pour les marchandises qui sont ensuite redistribuées aux marchands milanais, débiteurs de 15 580 francs, ou romains, dont on attend encore 23 000 francs en octobre 1809.

42Avant même que les Provinces-Unies deviennent départements français en 1810, les grandes villes bataves comme La Haye, Utrecht, Leyde ou Bréda ainsi que certaines villes allemandes comme Wesel apparaissent comme une destination tout aussi privilégiée par les négociants lillois. Cette région peuplée qui va de La Haye à Wesel compte 20 clients qui n’apparaissent cependant comme débiteurs que pour une valeur d’environ 15 000 francs.

43Le petit nombre de correspondants nationaux, notamment ceux de la capitale, et les faibles valeurs pour lesquelles ils sont portés aux bilans ne doivent pas cacher l’importance de ce marché. Ainsi le détail de la valeur des marchandises déposées en consignation chez Guibhard père et fils et chez Coulin Boyve et Cie de Paris se monte à 174 000 francs mais la somme passée au bilan n’apparaît que pour le solde à 58 000 francs. Plus surprenant encore sont les marchandises consignées chez la seule Veuve Herbet Pollet et fils d’Amiens dont le total s’est élevé à 567 673 francs et pour lesquelles « ils ont reçu en avance » 429 313 francs et dont ils attendent encore 138 360 francs, soit près de 30 % de l’actif. On ne connaît pas le laps de temps pendant lequel s’est effectué l’ensemble des ventes à la maison amiénoise, on peut penser cependant penser que la présentation dans le bilan du détail de l’activité a pour objet de montrer l’importance du commerce réalisé par la maison lilloise avec, peut-être aussi, l’espoir de la mansuétude des nombreux créanciers roubaisiens qui sont redevables, en partie, aux frères Cox de la prospérité de leur fabrique.

44L’exemple des débouchés de la société « Cox et frères », constitués des grands centres urbains de l’Europe de l’ouest, ne doit pas cacher une redistribution à partir des principales villes vers la périphérie.

  • 31 ADN, J1464/16.

45L’inventaire dressé en 1832, à la mort du négociant lillois Alexandre Liévin Defrenne, fils de Pierre Defrenne-Desmons et petit-fils du fabricant Liévin Defrenne, dont nous avons utilisé la correspondance, prouve que l’ensemble du territoire national est couvert et que la diffusion des articles de Roubaix s’est poursuivie dans les deux décennies suivantes31. Le détail des marchandises en magasin composées d’étoffes à carreaux, de satins superfins fil et coton ou trame laine et coton, de coutils en coton, de mexicaines laine et coton mais aussi tout en coton, de printanières rouges de la même matière ainsi que de nombreux tissus composés en partie de poils de chèvres montre l’adaptation à la demande de cette famille en même temps que la grande diversité des articles de Roubaix. L’actif circulant en marchandises s’élève à 121 429,58 francs qui se divisent en 17 824,70 francs composés d’effets et lettres de change non encore arrivés à terme, de 46 540,82 francs en toiles consignées chez des correspondants en France, en Italie, en Suisse et en Espagne et pour une valeur de 57 064,26 francs de marchandises vendues récemment, depuis moins de trois mois, et qui n’ont pas encore été soldées.

46L’absence de clients dans les Provinces-Unies, certainement due aux événements récents qui donnèrent lieu à la création de la Belgique et à l’établissement de nouveaux tarifs douaniers, est compensée en partie par les relations développées avec la Suisse à Genève et l’Espagne (Barcelone) où le négociant possède, dans chacun de ces pays, un dépôt pour ses marchandises.

47À l’exception de tissus expédiés « aux colonies » pour une valeur de 1 000 francs, les 43 clients, débiteurs de la maison mortuaire pour une somme de près de 57 000 francs, se répartissent pour 49 % sur le territoire italien et pour 51 % sur le sol national.

48Les relations commerciales de la maison Defrenne, comme celles de l’ensemble des fabricants et négociants roubaisiens et lillois, établies avec les États italiens sous l’Ancien Régime et développées sous l’Empire, se poursuivent sous la Monarchie de Juillet. C’est dans la moitié nord de la péninsule, de Turin à Rome, que le Lillois entretient les relations commerciales les plus lucratives avec 6 maisons qui reçoivent ses marchandises en dépôt et qui sont évaluées à une somme de 40 644,77 francs, soit 87 % de la valeur totale des articles en consignation. La société « Coitte et Pérochin » de Livourne est portée à elle seule pour une valeur de 28 973,36 francs, consécutifs à 42 envois.

49À côté de ces relations privilégiées, 33 clients, débiteurs d’un total de 29 287,99 (51 % de l’ensemble des marchandises vendues depuis moins de trois mois) sur un total de 44 sont localisés dans 9 grandes villes du pays soit dans l’intérieur, comme Turin où l’on dénombre 8 correspondants, ou dans les principaux ports comme Venise, Livourne ou Gênes. La provenance des lettres de change et billets, dont l’inventaire indique en détail le nom des derniers tireurs, payables principalement sur Paris et Lyon, confirme l’importance des relations transalpines. Sur 31 effets recensés, 23 proviennent de 4 villes de la péninsule, Bologne (13), Turin (4), Venise (3) et Gênes (3) pour une valeur de 15 744 francs soit 88 % de la valeur des billets détenus par la maison lilloise.

50La localisation d’un grand nombre de marchands dans ces villes portuaires suggère que le marché italien ne formait qu’une partie des débouchés pour la fabrique roubaisienne, et qu’à partir de ces villes les produits étaient probablement redistribués. C’est certainement le cas pour la ville de Trieste qui, avec 12 clients, est la cité qui compte le plus dans les débiteurs de la maison lilloise et sert de port de transit vers l’Europe Centrale pour les articles de Roubaix.

51Le marché national reste naturellement un débouché essentiel pour les toiles fabriquées à Roubaix. De nombreux correspondants, à Paris, Lyon, Avignon, Marseille et Toulouse tiennent en consignation les marchandises du négociant lillois. Plus que pour les activités de la société « Cox frères » étudiée pour la période de l’Empire, les affaires de Defrenne prouvent la pénétration des produits roubaisiens au plus profond des petites villes et campagnes françaises. À côté des grands centres urbains traditionnels, du Nord, de la région parisienne ou lyonnaise et plus récemment ceux de l’ouest ou méridionaux, les « articles de Roubaix » gagnent les étals des marchands dans les territoires les plus reculés et les moins peuplés du centre de la France. Signe de maturité mais surtout aussi d’une ferme tenue dans une gamme de produits où les fabricants ne sont pas confrontés à la concurrence étrangère, du fait de la prohibition des tissus de coton, et où les productions nationales autres que celles de leur fabrique sont limitées. Les tissus se débitent alors dans les petites villes, de Provins en Seine-et-Marne à Auray dans le Morbihan en passant par Saint-Flour dans le Cantal, Brioude en Haute-Loire ou Souillac dans le Lot, au grand bonheur de la bourgeoisie locale, heureuse de trouver à se vêtir « à la mode » chez le détaillant du pays.

  • 32 Maurice Lévy- Leboyer, 1964, chapitre 2.

52L’étude confirme une large diffusion jusque dans les années 1830 « d’articles de fantaisie » dans une grande partie de l’Europe du nord-ouest, sans cependant sous-estimer la grande rupture de 1814-1815 avec la réunion de la Belgique à la Hollande, qui fait perdre au commerce français des marchés extérieurs32.

L’évolution de l’indiennage dans le département 1790-1830

53Entre la fin de l’Ancien Régime et la monarchie de Juillet, l’industrie des toiles peintes a suivi une évolution contrastée qui s’inscrit dans un contexte de poursuite de l’industrialisation sur le sol national et, pour de nombreux pays européens, dans un contexte de tensions et guerres internationales qui, en redéfinissant les frontières, ont fait surgir de nouveaux concurrents sur le marché.

54Le nombre des indienneries en activité entre 1790 et 1830 peut fournir un indice de l’évolution de cette industrie, mais le mouvement de créations et de disparitions des entreprises ne peut à lui seul être retenu pour caractériser l’industrialisation. Le poids et l’importance de chacune de ces fabriques doivent également être mesurés pour juger de l’importance de cette industrie.

55Le mouvement de l’activité des indienneries, entre 1790 et 1830, marque plusieurs périodes distinctes : un essor timide que les ans I, II et III ne confirment pas, un dynamisme très net au cours du Directoire, du Consulat et des débuts de l’Empire, une baisse brutale après 1806 et une stabilité ensuite avec 2 à 3 entreprises en fonctionnement.

Créations et disparitions des fabriques de toiles peintes

56À la suite de la disparition, en 1791, de l’indiennerie érigée à Cambrai par Mutte et Godefroy, l’industrie des toiles peintes se concentre dans l’arrondissement de Lille et pendant une courte période à Valenciennes.

  • 33 ADN, Tabellion 3100.
  • 34 ADN, Tabellion 3102/15.

57Après la faillite de Louis François Durot en 1789, le bâtiment de la rue de l’Arc est racheté pour 32 000 livres par Frédéric Jeannot Decrochart, écuyer et trésorier principal de la guerre aux départements de Flandre et Artois33. Le nouveau venu dans la ville de Lille se fait aussi acquéreur des ustensiles de la fabrique pour une somme de plus de 28 000 livres dont 6 000 pour les planches gravées. La fabrique est divisée en deux parties distinctes, avec deux portes cochères, dans lesquelles il installe une blanchisserie et maintient dans l’espace principal la fabrication des toiles peintes. Dans les deux sociétés nouvellement créées, Decrochart est intéressé comme commanditaire. Le 4 mai 1790, il conclut un acte de société pour une durée de douze ans avec Jean Louis Gravelle Desvallés, du corps royal des mines de France, pour blanchir par des procédés chimiques les cotons, fils, toiles, linons, etc.34 La mise de Decrochart dans la société, qui prend comme raison sociale « Desvallés », consiste dans l’avance des sommes nécessaires à l’achat des cuves, « usines », et ustensiles ainsi que des ingrédients et matières premières propres au blanchiment. Desvallés qui est logé dans la fabrique perçoit un traitement annuel de 3 000 livres pour les soins qu’il apporte à la société. Il est prévu que le commanditaire percevra les trois quarts des bénéfices, qui ne seront partagés qu’après avoir récupéré « toutes ses avances tant pour l’achat des matières premières que du traitement de l’associé, du paiement des ouvriers et du loyer des bâtiments évalué à 1 320 livres par an ».

58Le 24 avril 1790, Decrochart s’associe avec l’ancien propriétaire du bâtiment, Louis François Durot. Le premier n’y est pourtant pas cité comme simple bailleur du bâtiment mais comme commanditaire apportant sa mise dans la location de la fabrique et des ustensiles. Il est prévu qu’il jouira pour son association de 30 sols nets par pièce imprimée dont on fixe le bénéfice, pour chacune d’elle, à 3 livres. Durot ne perçoit pas la moitié des bénéfices puisqu’il doit pourvoir, à partir des 30 sols restants par pièce, aux dépenses relatives à l’achat des matières premières et à l’impression des toiles. Il reçoit un traitement de 1 500 livres ainsi que l’exclusivité des bénéfices provenant des pièces teintes en bleu et l’excédent de ceux qui proviennent de l’impression des pièces quand le chiffre dépasse 6 000 toiles.

  • 35 ADN, 3Q314/8/
  • 36 ADN, 3Q314/48.
  • 37 ADN, 3Q314/54.
  • 38 ADN, J 1778/10 ; J1774/22 ; 4Q41/35.

59Les deux associations ne durent guère plus d’une année et Decrochart, appelé dans le département de la Meurthe, dissout les deux sociétés. L’ensemble du bâtiment est revendu avec les ustensiles propres à l’impression et à la blanchisserie pour 86 262 livres, au mois de mars 1792, au négociant Ghislain Bernard Haussoulier35. Le nouveau propriétaire maintient le bail, pour la partie réservée à la blanchisserie, au profit de Desvallés jusqu’au mois de nivôse de l’an VI pour un loyer annuel de 600 livres36. L’indiennerie est remise en activité et accueille la société formée sous seing privé le 22 vendémiaire de l’an III entre le nouvel acquéreur, Auguste Jacques Derenty et Alexandre Dupuis37. La fabrique prend de l’importance, elle englobe en juin 1797 l’espace d’abord réservé à la blanchisserie, mais cesse son activité en 1806, elle est alors cédée pour 45 000 francs à Ignace Savary, marchand à Lille et grand spéculateur sur les Biens nationaux38. Le bâtiment cesse définitivement d’abriter l’industrie de l’impression sur toile.

  • 39 ADN, J953/46.
  • 40 ADN, J953/54.

60La deuxième indiennerie, créée à Lille en 1786 et encore en activité sous la Révolution, est celle de Clemmen et fils située rue Basse. Si l’entreprise semble maintenir une activité importante dans les premières années de la décennie, l’annexion des Pays-Bas autrichiens à la France rend inutile leur installation à Lille. Après douze ans d’activité dans la cité, les Gantois regagnent leur ville d’origine, en 1798, d’où ils peuvent écouler une partie de leurs marchandises en France. Le 11 messidor de l’an VI, ils accordent un bail de neuf ans pour leur fabrique lilloise et pour les ustensiles, contre une somme annuelle de 2 400 francs, à Augustin Roefs-Gombert, fabricant et compatriote des propriétaires39. L’entreprise est cependant de courte durée. Après quatre ans d’activités, l’indienneur renonce à la poursuite d’une industrie dans laquelle il accumule les difficultés. Le troisième jour complémentaire de l’an X, le bâtiment est loué à Philippe Joseph Delannoy et Pierre Joseph Delsaux, propriétaires à Douai, mais l’acte stipule alors que les nouveaux locataires « ne pourront non plus à péril de faire fin de bail pendant la durée de 12 ans, remettre la dite maison à usage de fabrique d’indiennes… » 40. Il s’agit pour les Gantois d’éliminer un éventuel concurrent sur le marché des toiles peintes, de plus en plus encombré par la multiplication des fabriques d’indiennes.

  • 41 ADN, J839/3.
  • 42 ADN, 3Q314/75.

61La troisième indiennerie qui traverse la période révolutionnaire est celle de François Durot. Située rue de l’Arbalêtre, la fabrique est la moins importante des trois et l’entrepreneur, qui connaît des difficultés dans la première moitié de la décennie, se voit dépossédé de son immeuble après sa faillite déclarée le 29 floréal de l’an IX41. Le bâtiment est cédé pour 3 322 francs seulement à Aimé Stanislas Fambry qui poursuit l’activité de l’impression sur toiles42. La fabrique ne fonctionne que jusqu’en 1806, date à laquelle elle disparaît.

 

62Le début du Directoire voit encore la création de deux nouvelles indienneries dont l’importance est sans commune mesure avec les précédentes. La mise en vente des biens du clergé et des émigrés, en libérant de vastes terrains et bâtiments propres à l’établissement de manufactures qui concentrent plusieurs dizaines voire centaines d’ouvriers, a été une occasion que deux négociants de la place n’ont pas hésité à saisir.

  • 43 ADN, 1Q774.
  • 44 ADN, J953/61.

63Le 6 messidor de l’an IV, Denis Aimé Maurice Méresse-Coulon se rend acquéreur pour 61 200 livres de tous les bâtiments, cours, jardins, emplacements et maisons de la « ci-devant maison religieuse des Sœurs Grises », situés à Lille entre la rue des Trois Molettes et la rue de l’abbaye de Loos43. Ces biens conventuels, contigus aux immeubles que le négociant possède déjà, débouchant sur la rivière, sont rapidement aménagés pour l’impression des toiles. L’indiennerie est en activité pendant dix ans et elle est cédée en 1806 aux deux héritières du fabricant dont les époux ne poursuivent pas dans cette industrie44.

  • 45 ADN, 1Q771. Wazemmes n’est pas encore rattachée à Lille.
  • 46 ADN, 3Q318/26.
  • 47 ADN, 6U2/15.
  • 48 ADN, J1472/105.
  • 49 ADN, J1472/73.

64Adrien René Paulée avait devancé de trois semaines Méresse-Coulon, en faisant l’acquisition le 15 prairial de l’an IV d’une maison place du Moulin (rue de la Baignerie) à Lille, de deux blanchisseries et d’un terrain sur lequel est bâti un cabaret tenant aux fossés des fortifications de la ville, situés faubourg de Béthune à Wazemmes45. L’ensemble des bâtiments mis en activité pour la fabrication de toiles peintes est évalué à 70 000 francs à la mort de son propriétaire en 180746. La nouvelle indiennerie qui fonctionne d’abord sous la raison de « Veuve Frémaux et A. Paulée » connaît une longévité plus importante que la précédente. Après le décès du premier propriétaire, elle passe dans les mains de son neveu, Jean Baptiste Frémaux qui l’exploite jusqu’en 1823. En réalité dès 1821, la fabrique de la place du Moulin est divisée en deux, avec une entrée rue de la Baignerie et une autre rue de l’Arc et Jean Baptiste avait, en association avec son frère Alexandre, sous la raison de « Frémaux frères », joint dans une partie du bâtiment une filature de coton47. Le premier janvier 1824, les deux entrepreneurs abandonnent l’industrie de l’impression sur toiles pour ne conserver que la fabrication des filés de coton. Les emplacements de l’indiennerie situés à Lille et Wazemmes sont loués à deux négociants, François Depachtère et Barthélémy Alexis, pour une valeur de 3 600 francs48. Au terme du bail de douze ans, les nouveaux indienneurs renouvellent la location mais pour l’ensemble des bâtiments, dont les aménagements successifs avaient porté la valeur à 90 000 et à 6 000 francs par an le bail payable à Frémaux-Phalempin, père de Jean Baptiste, devenu entre-temps propriétaire de la fabrique49.

 

65Le Consulat et le début de l’Empire ne sont pas des périodes moins favorables pour la création d’indienneries dans la région. Il convient de remarquer cependant la courte durée de vie de ces établissements ainsi que la moindre capacité de production de la plupart de ces nouvelles entreprises.

  • 50 ADN, 6U2/978.
  • 51 ADN, 3Q316/10.
  • 52 ADN, 6U2/978.

66Le 18 frimaire de l’an IX, Louis Joseph Poulet devient indienneur en s’établissant à Lille, dans un bâtiment situé rue du Sec Arembaut, dont la valeur immobilière est estimée en 1806 à 24 000 francs50. Moins de trois ans après son installation, le fabricant connaît des difficultés qui ne sont résolues que par l’intervention de son frère et la clémence de ses créanciers qui acceptent un échelonnement pour le paiement de ses dettes51. Le répit est de courte durée, et l’indienneur se voit contraint au dépôt de bilan, le 28 janvier 1806, avec un passif de 81 596 francs que ne couvre pas l’actif évalué à 46 950 francs52.

  • 53 Henri Clouzot, 1928.

67Nos informations sont plus limitées sur la fabrique d’impression créée par Charles Désiré Becquart : elle nous est signalée en activité à Lille en 1808 et 180953. Il en est de même pour l’entreprise mise en activité par Auguste Rossignol : d’abord à Douai en 1800, transportée à Lille, elle disparaît dès 1806.

  • 54 ADN, 3Q314/81.
  • 55 ADN, J1774/38.
  • 56 ADN, 6U2/979

68C’est encore en 1800 qu’Adrien François Delcambre devient fabricant de toiles peintes à Lille, dans un bâtiment situé rue du Pont Neuf dont la valeur est estimée à 20 000 francs54. L’entreprise d’importance moyenne est exploitée par son propriétaire jusqu’en 1813, date à laquelle il loue la fabrique à son fils Adrien François Ghislain qui s’associe à Jean Baptiste Masurel, propriétaire à Lille, qui intervient dans la nouvelle société comme commanditaire55. Celle-ci est de courte durée et l’entreprise cesse son activité l’année suivante en novembre 1814 après une faillite56.

  • 57 Dieudonné, 1973, p. 334-336.
  • 58 Annuaire Statistique du département du Nord, an XII, p. 295.
  • 59 Dieudonné, 1972, p. 334-336.

69Des indienneries créées sous le Consulat, celle de Valenciennes, certainement la plus importante, est la seule décrite par Dieudonné dans sa statistique57. Le préfet du Nord la localise à Valenciennes, alors qu’elle est située en réalité dans le village proche de Trith-Saint-Léger. Il est vrai que le nouveau fabricant, le Sieur Lesens aîné, est négociant à Valenciennes et que ses propriétés foncières débordent sur la commune de Trith-Saint-Léger. Le 2 ventôse de l’an XI, le Valenciennois obtient, par bail emphytéotique de 82 ans, un terrain contenant plus de deux hectares de biens communaux qu’il échange contre la même superficie de terres sises dans le petit bourg et qui lui permettent d’agrandir son assise foncière. L’ensemble des baux tenus par Lesens, qui est évalué 1 242 francs par an, nous donne une idée de l’importance des bâtiments dans lesquels il établit sa fabrique, en 1802, sous la raison de « Lesens et Cie » en association avec le négociant dunkerquois Armand Foissey58. L’entreprise concentre les opérations de la filature, du tissage ainsi que de l’impression sur toiles de coton, de lin et, dans une moindre mesure, celles d’étoupe qui, rendues cotonneuses, « sont aussi belles que les premières »59.

  • 60 AM Valenciennes, F2/69.

70Après moins d’une année de fonctionnement, la fabrique produit environ 15 000 pièces de toiles « importées des Indes », 1 100 pièces de toiles communes, 2 000 étoffes de lin et coton, 4 000 pièces de batistes et 360 tissus fabriqués à partir d’étoupes de lin. Elle a encore de la vigueur au début de l’Empire, imprimant entre 17 000 et 18 000 pièces par an, mais elle disparaît subitement au début de l’année 180660.

71Il se passe neuf ans, entre 1808 et 1817, pour voir de nouvelles créations de fabriques d’impression dans la région. Les trois indienneries créées entre 1817 et 1828, qui permettent de retrouver un nombre de fabriques équivalent à celui de l’Ancien Régime, marquent par leur importance le retour de cette industrie, pour plusieurs décennies, dans le département.

  • 61 ADN, 3Q314/129.
  • 62 ADN, 6U2/13.
  • 63 ADN, 6U2/15.
  • 64 ADN, J1491/60.

72Le 10 mars 1817, le préfet du Nord autorise la société « A.Charvet, Févez et Alexis Veuve Sauvage » à installer à Loos une fabrique d’indiennes dites « mignonettes » produites au rouleau61. L’acte de société sous seing privé qui réunit les Lillois André Charvet et César Vindicien Févez au Gantois Charles Alexis est conclu pour une durée de douze ans62. Par des achats successifs réalisés les premières années, les entrepreneurs portent la superficie bâtie de la fabrique de deux à cinq hectares. En 1820, la société est dissoute à l’égard de Charles Alexis, qui quitte la manufacture pour reprendre l’indiennerie de la rue de la Baignerie, en association avec Depachtère, et elle se poursuit entre les deux Lillois63. La fabrique peut sans nul doute être considérée comme la plus importante dans la région. En 1849, elle est transformée en société en commandite par actions au capital de 2 000 000 de francs64. Elle poursuit ses activités au début du Second Empire jusqu’en 1853.

  • 65 ADN, 3Q314/129 et 130.
  • 66 ADN, J1472/136.
  • 67 ADN, 6U2/15.
  • 68 Archives de la ville de Gand, fonds Hooreman-Voortman n° 6.

73C’est également en mars 1817 que François Devos, négociant et indienneur à Gand sous la raison de « François Devos et Voortman », obtient l’autorisation d’installer une fabrique faubourg de la Barre, près du Pont de Canteleu à Wazemmes65. Les acquisitions successives des terres et bâtiments effectuées entre 1816 et 1817 portent la valeur immobilière de la fabrique à 69 600 francs66. La première société réunit jusqu’en 1825 Marie Cécile Devos (veuve Abraham Voortman indienneur gantois), François Devos, François Voortman, tous de Gand et Charles Leblon-Dansette d’Armentières67. Après cette date, la société se poursuit jusqu’en 1828 sans le négociant armentiérois. La crise est alors fatale aux Gantois qui abandonnent Wazemmes pour se concentrer sur leur fabrique de l’Escaut. La société « François Devos et Voortman » reste propriétaire des bâtiments qu’elle loue à Charles Louis Laurent et Alexandre Leblon, fils du premier associé, qui l’exploitent jusqu’en 184268.

  • 69 ADN, 3Q182/20 et 21 ; 3Q128/130 ; J1590/188 et 189.
  • 70 ADN, 6U1/18.

74C’est à Troisvilles, petite ville du Cambrésis, qu’Alexandre Piot, Théophile et Charles Jourdan choisissent d’implanter leur manufacture d’impression sur toiles. Les manufacturiers installent leur fabrique dans le château qui appartenait à Félix Ignace Guillaume Taffin, écuyer et seigneur de Troisvilles, dont on dit qu’il se serait ruiné pour le faire construire. La société en nom collectif créée sous seing privé en 1828 au capital de 300 000 francs est d’abord locataire du château et des cinq hectares qui composent la propriété acquise, comme Bien National, par Pierre Albert Bonnaire-Arnoux demeurant au Cateau. C’est en 1836, que la société « A.Piot, Jourdan frères » se rend acquéreur du bâtiment pour 25 000 francs et la propriété est agrandie par des achats de plusieurs hectares de terre jouxtant la fabrique69. Après le départ en octobre 1840 d’Alexandre Piot, la nature de la société est transformée en commandite par actions sous la raison de « Jourdan frères et Cie »70. Le capital est porté à 380 000 francs puis à 735 000 francs après une modification, moins de trois mois après la nouvelle création, en janvier 1841.

Conquêtes révolutionnaires et recul de l’industrie

75La Révolution Française et ses guerres ne modifient pas la production globale de toiles peintes dans le département du Nord. La production de 1789, estimée à 30 000 pièces par le préfet Dieudonné, est comparable au chiffre de 1801 évalué à 31 500 étoffes imprimées. Les chiffres globaux pour le département ne doivent cependant pas cacher un effondrement de la production lilloise, qui passe de 30 000 à 11 500 toiles imprimées, que compense la fabrique valenciennoise, à partir de 1802, avec une fabrication annuelle estimée à 20 000 pièces.

76L’affaiblissement de la production lilloise ne paraît se dessiner progressivement qu’après l’annexion effective de la Belgique le 9 vendémiaire de l’an IV (1er octobre 1795). Avant cette date, les fabrications lilloises ont même certainement connu un essor puisque l’on compte cinq fabriques dont les deux entreprises importantes, créées la même année en 1796 par Denis Aimé Maurice Méresse-Coulon et Adrien René Paulée. Dans la première moitié de la décennie, la demande reste forte et les événements politiques ne modifient pas immédiatement l’état de l’offre et de la demande. Les transformations ne sont signalées que vers la fin des années 1790.

  • 71 ADN, 6U2/978.
  • 72 Henri Clouzot, 1928, p. 78-81 ; Serge Chassagne, 1991, p. 102.
  • 73 ADN, J861/83 ; 3Q314/87.
  • 74 AM Valenciennes, 4ii57.
  • 75 Jean Voortman, 1940, 364 p.

77Ce n’est que très progressivement que l’on voit entrer en scène les nouveaux acteurs qui vont concurrencer les fabricants locaux. L’exemple du marchand d’indiennes lillois Delarsée, déclaré en faillite le 21 fructidor de l’an VII avec un passif de 76 763 livres, témoigne de la lente modification des lieux de production des toiles peintes consommées dans la région71. La localisation des débiteurs solvables du marchand montre la diffusion et le maintien de la mode des toiles peintes et le rôle primordial d’intermédiaire joué par ces marchands qui redistribuent jusque dans les petites bourgades les modes du temps. Sur 72 clients répertoriés, 40 sont localisés dans le Nord et 30 dans le Pas-de-Calais. Le passif chirographaire indique que le failli s’approvisionne directement chez plusieurs fabricants d’indiennes mais aussi par l’intermédiaire de négociants versés dans ce commerce. La localisation géographique de ces créanciers traduit à la fois la permanence dans les achats de ces marchands et, en même temps, une nouveauté par la présence de nouvelles sources d’approvisionnements. Delarsée effectue d’abord ses achats de toiles peintes à Lille, chez Haussoulier, fabricant rue de l’Arc et créancier à hauteur de 2 020 livres, et chez Méresse-Coulon, nouveau venu dans l’industrie à qui il est redevable de la somme de 4 841 livres. Le magasin du marchand est aussi alimenté en marchandises fabriquées dans d’autres régions françaises. Il tire ses étoffes imprimées de la région parisienne, chez la Veuve Alexandre Lebeuf et chez l’indienneur d’origine neuchâteloise Jean Pierre Brenier, établi en 1771 au faubourg Saint-Marcel à Saint-Denis72. Le marchand trouve aussi à s’approvisionner chez le négociant Delange de Cambrai, dont on a vu qu’il était l’un des intermédiaires dans la région de la maison Pourtalès de Neufchâtel, chez Henri Louis Robert Lemaire de Lille qui reçoit ses toiles de Paris et de Saint-Gall en Suisse des négociants Scherer Reniger et Zoliiroffer73. La nouveauté est dans les achats effectués dans les nouveaux départements réunis à la France. Le marchand reçoit des toiles imprimées à Gand par l’intermédiaire de Pierre Beys, que l’on a pu identifier comme un important négociant de la ville qui se charge de l’écoulement des marchandises fabriquées dans le département de Jemappes, ainsi que par le biais de Duvivier fils, négociant fixé à la fois à Tournai et à Lille74. Il s’approvisionne également chez Vanackère à Ypres qui représente la fabrique de Pierre Jacques, indienneur à Gand depuis les années 178075. La présence de ces derniers, créanciers pour près de 30 % de la valeur du passif de Delarsée, montre l’importance qu’a prise le marché français dans le développement de l’indiennerie gantoise.

La concurrence gantoise

  • 76 Jean D’hont, 1955, p. 233-279.
  • 77 Guillaume Charles Faipoult, 1804, p. 131-133.

78La ville de Gand, qui compte environ 55 000 habitants au début du XIXe siècle, connaît, pendant la période de son rattachement à la France, un développement spectaculaire de son industrie de l’indienne76. Le mouvement continu de créations de fabriques d’impression sur toiles à partir des années 1770 s’accélère dans les années 1790, sans que cette période de guerres et d’invasions remette en cause le dynamisme économique. On dénombre 12 fabriques établies entre 1770 et 1790, 11 entre 1790 et 1795 et 5 entre 1798 et 1803. La disparition de nombreuses entreprises ne ralentit pas la croissance de cette industrie sous le régime français, un régime qui la protège de la concurrence anglaise et lui ouvre son marché. Le seul chiffre de la production connu pour la période est celui de l’année 1806 : 118 500 pièces imprimées. Le préfet Faipoult fixe le début des exportations vers la République française aux années 1800-1801, mais celles-ci allaient tellement croître qu’elles portèrent un rude coup à l’indiennerie dans le Nord77. Ainsi Clemmen et fils abandonne la ville de Lille en 1798 pour mieux faire prospérer sa fabrique gantoise. La disparition des frontières rend inutile la conservation de deux établissements et les toiles peuvent désormais se vendre sur le sol national à partir du département de l’Escaut. La fabrique prospère avec Marie Régis Durot associé à ses beaux-frères Speelman et Poelman et sous la raison de « Speelman et Durot ».

  • 78 S. D. Chapman, S. Chassagne, 1981, p. 153 ; CAMT, 41AQ85/folio 713.

79De nombreux négociants réorientent vers le département de l’Escaut leurs achats dans la période ; c’est le cas pour des marchands qui s’approvisionnaient à Jouy-en-Josas. À Lille, le principal correspondant du « maître de Jouy » était la maison Févez-Ghesquière. Vu l’importance de leurs relations, elle était devenue une maison de dépôt à partir de l’an VIII78. Elle abandonne pourtant l’année suivante ses relations commerciales avec l’indienneur de Jouy pour multiplier ses approvisionnements à Gand chez la Veuve Alexis. Il est vrai que, dans ses relations d’affaires, le Lillois fournit en toiles de coton blanches l’indiennerie du département de l’Escaut alors que Oberkampf avait refusé ses services.

  • 79 Archives de la ville de Gand, Fonds Voortman n° 297 et 298.

80Dès 1800, l’indiennerie Voortman de Gand entretient des relations commerciales intenses avec de nombreux négociants et marchands de la région du Nord79. On relève, entre 1800 et 1806, les noms de plus de vingt clients répartis dans les principales villes du département. À côté des principales maisons qui s’approvisionnent également auprès de différents fabricants gantois, parisiens ou suisses comme Leblon-Dansette d’Armentières, Nochet frères de Cambrai, Henri Louis Lemaire et Neymayer de Lille sont susceptibles de fournir en toiles blanches la fabrique de Voortman. Ce dernier fournit également à des marchands les toiles peintes à partir d’étoffes qui proviennent de ses propres achats.

81Le décret du 22 février 1806, qui prohibe l’entrée des tissus de coton étrangers, a pour effet l’arrêt des envois des toiles des Indes et modifie sensiblement la répartition des relations commerciales de l’indiennerie Voortman. La répartition géographique de la clientèle de la firme pour l’année 1813 marque l’abandon des activités limitées au travail à façon et la rupture des liens qui unissaient le fabricant aux grandes maisons qui lui procuraient leurs toiles pour être imprimées. Sur un total de 293 clients, les « départements réunis » concentrent 52 % des correspondants de la fabrique, 34 % sont localisés en France et 14 % dans les Provinces-Unies et les États allemands. L’entreprise expédie ses toiles dans 56 villes différentes dont 29 se trouvent en Belgique, 19 en France et 8 en Hollande et Allemagne. Sur le sol national, le département du Nord est le principal débouché de la manufacture avec 11 villes sur un total de 19, loin devant le Pas-de-Calais avec ses 3 communes différentes, la Seine Maritime 2, La Somme, le Rhône et le Gard où seul le chef-lieu reçoit des toiles de l’indiennerie. C’est aussi dans le Nord que l’on trouve la plus grande concentration de clients français. C’est là que se concentrent 70 % des correspondants nationaux de l’indienneur. Lille abrite 41 clients des 105 marchands et fabricants qui se fournissent chez Voortman en 1813. Elle concentre davantage de clients que la ville de Gand qui en compte 37 ou que Tournai et ses 22 clients.

82Sauf pour Lyon et Nîmes qui comptent respectivement 3 et 2 correspondants, les expéditions ne franchissent plus la Seine et l’interdiction de l’importation des toiles blanches depuis les Indes a mis un terme aux relations commerciales établies entre 1800 et 1806 avec les négociants suisses, parisiens, etc. Les échanges se sont cependant amplifiés avec les régions du Nord de la France qui absorbent une quantité croissante de toiles imprimées à Gand.

  • 80 Jean Voortman, 1940, p. 293.

83Le premier bilan de la société Voortman arrêté au 31 décembre 1816, nous donne une appréciation sommaire de la valeur que représente ce marché régional80. Les comptes qui portent un actif circulant de plus de 810 000 francs précisent que des marchandises sont en consignation dans trois villes : à Armentières, chez Leblon-Dansette, pour 37 543 francs, à Amsterdam pour 13 971,25 francs et à Bruxelles pour 7 981,65 francs.

 

  • 81 Il en va de même de l’exemple de la firme Lousberg.

84L’exemple du débit des toiles de Voortman confirme l’importance du marché français pour les indienneries gantoises81 et il ne représente qu’une partie des indienneurs de la ville qui écoulent leurs marchandises sur le sol national. C’est par exemple auprès des fabricants Alexis et Sauvage de Gand que le négociant lillois Févez-Ghesquière, puis son fils et son gendre, effectuent leur approvisionnement en indiennes.

Le retour de la frontière et de l’industrie

  • 82 Robert Dumoulin, 1938 ; Joseph E. Nève de Mévergnies, 1935.

85Les traités de Paris du 30 mai 1814 et du 20 novembre 1815 entraînent la rupture d’une des sources principales de l’approvisionnement en toiles imprimées destinées à la consommation nationale et surtout à celle du département du Nord. La perte du marché français plonge l’industrie gantoise dans une période de marasme économique qui ne prendra fin qu’avec l’exportation des produits de la ville vers le marché indien par l’entremise des Néerlandais82. On assiste, au lendemain du retour des frontières dans les limites de 1790, à une relocalisation de l’industrie des toiles peintes dans le département du Nord et l’origine des nouveaux entrepreneurs montre la volonté de perpétuer une activité lucrative à partir d’un nouveau centre de production.

  • 83 ADN, 6U2/15 ; J1472/66.

86À Loos, c’est l’association des négociants lillois Charvet et Févez et des Gantois Charles Alexis et Veuve Sauvage, chez lequel les premiers se fournissaient à l’époque du Consulat et du premier Empire. Les premiers, formés d’abord aux activités de commerce, ont certainement besoin des seconds, fabricants de toiles peintes depuis la période de l’Empire à Gand où d’ailleurs ils poursuivent leur fabrique. Dès 1820, l’association est dissoute et la société se poursuit à Loos avec les deux Lillois alors que Barthélémy Alexis se lie à un compatriote, François Depachtère, pour reprendre la fabrique d’impression abandonnée par les frères Frémaux en 182283.

 

  • 84 Archives de la ville de Gand, fonds Voortman, Grands livres n° 578 à 583.

87Le fonds de la firme Voortman de Wazemmes, constitué des grands livres de la fabrique de 1817 à 1828, nous permet de reconstituer en partie l’activité de la société pour cette période84.

88L’entreprise, installée aux portes de Lille en 1817, commence l’année précédente par des premiers achats de matières et de bâtiment. Le capital fixe de l’entreprise en fait une société importante pour l’époque. Les capitaux immobilisés dans les ustensiles et outils de production témoignent encore, pour la période de la Restauration à la monarchie de Juillet, de la position de leader du secteur de l’indiennerie dans le développement du capitalisme industriel et de ses effets d’entraînement sur d’autres industries comme celle de la métallurgie. Le premier inventaire des « ustensiles et machines » dressé en 1819 porte une somme de près de 100 000 francs et elle continue à croître, malgré la pratique d’un amortissement qui apparaît aléatoire, jusqu’à 120 000 francs en 1821 et à plus de 146 000 francs l’année suivante. Le capital immobilisé est surtout constitué des différents achats de rouleaux en cuivre, qui remplacent les planches en sapin, effectués par exemple à Paris chez Thiebaut et chez la Veuve Lefebvre qui fournit aussi une chaudière et un tour à graver d’une valeur de 10 000 francs. Pour les planches et rouleaux en cuivre non gravés, F. Voortman se fournit aussi auprès de la fonderie de Romilly dans la capitale et chez Joffre-Brusch dans la même ville.

  • 85 ADN, M653/11.

89Le nombre de personnes employées par la fabrique ne nous est connu que pour l’année 1825. L’entreprise compte alors 125 ouvriers que l’on peut comparer aux 200 salariés employés à Loos par Charvet et Févez ou aux 73 personnes qu’emploient les indienneurs lillois Depachtère et Alexis85.

90La reconstitution de la production annuelle de la fabrique confirme l’importance relative de l’indiennerie Voortman. Entre 1818 et 1828, la société imprime 126 443 pièces de calicots, soit une moyenne de près de 11 500 toiles par an. Ce dernier chiffre calculé pour une décennie de conjoncture irrégulière, dans les premières années, puis franchement défavorable après 1826, ne doit cependant pas cacher des capacités de production très supérieures à ce chiffre moyen. Après les trois premières années de lancement où la production annuelle ne dépasse pas 9 000 pièces, un seuil est franchi en 1821 avec l’impression de 14 000 étoffes et un maximum est atteint en 1825 avec un chiffre supérieur à 18 000. La phase d’expansion de 1818 à 1825, à laquelle succède une période de baisse de la production, se marque cependant d’irrégularités qui s’expliquent à la lumière des toiles effectivement vendues et des stocks annuellement accumulés, qui déterminent à leur tour une limitation ou une croissance de la production. L’entreprise s’inscrit dans une démarche dynamique d’offre de ses produits, qu’elle fabrique à la demande de ses clients mais aussi à partir d’une anticipation des futures commandes.

91Les ventes connaissent une croissance entre 1818 et 1821 pour se stabiliser ensuite autour de 11 000 pièces pendant cinq ans. Les quantités annuelles de toiles imprimées pendant les six premières années confirment la volonté d’adapter l’offre à la demande : les quantités imprimées sont plus irrégulières. Si la firme Voortman anticipe les ventes, elle se voit dans la nécessité d’adapter ses fabrications au rythme de la croissance de la demande qui sera satisfaite en partie par les étoffes accumulées l’année précédente.

92La diminution des ventes, qui se dessine en 1825, s’accélère les années suivantes pour atteindre le chiffre plancher de 2 088 pièces vendues en 1827 et 3237 pour les dix mois de 1828 précédant la cessation de l’activité par la société. Dans cette seconde période, les entrepreneurs sont très largement en décalage. La fabrique a largement surestimé la poursuite de la croissance de la demande. Alors que celle-ci croît de 30 % entre 1823 et 1824, la progression des fabrications est de 60 % pour les mêmes années. Et le décrochage entre l’offre et la demande se poursuit au cours de la période suivante jusqu’en 1827 où la quantité de toiles invendues, sans tenir compte des stocks accumulés, est de 11 676 pièces ! Il ne faudrait cependant pas interpréter l’écart entre des deux variables de l’offre et de la demande par un aveuglement soudain des entrepreneurs qui conserveraient les yeux rivés sur la consommation. Ces derniers cherchent à maintenir un volume de profits déterminé par un coût de production et un prix de vente orientés à la baisse, dont ils espèrent qu’ils entraîneront une hausse de la demande.

Le marché des indiennes fabriquées à Wazemmes

93Sur l’ensemble de la période, les toiles produites à Wazemmes s’expédient exclusivement sur le territoire national à l’exception d’un envoi de 83 pièces pour Barcelone en 1824. Les indiennes se débitent dans 40 départements situés dans la moitié nord de la France et le long d’une bande qui part des Ardennes jusqu’aux Bouches-du-Rhône et déborde vers l’extrême sud-ouest du pays. Les liens sont inexistants avec les départements de l’est et de l’ouest à l’exception de la ville de Rouen et ils sont très limités avec les régions peu peuplées du centre de la France.

94Sur les onze années de fonctionnement, la firme est en relation avec 344 clients différents qui sont localisés dans 106 communes du territoire. L’évolution de l’aire commerciale nous montre que la croissance de la clientèle est corrélative à l’augmentation des ventes de la fabrique. En 1818, les toiles imprimées se débitent dans onze départements et, dans les quatre premières années de la décennie suivante, les indiennes de la manufacture se répandent dans un nombre de départements deux fois supérieur. C’est durant cette période que la diffusion des marchandises de la fabrique atteint l’extrême sud du pays avant de connaître une rétraction de son aire de commerce.

95Les envois de toiles peintes dans 40 départements sont très irréguliers et la clientèle s’y renouvelle sans cesse. Sur l’ensemble de la période, 11 départements ne reçoivent des marchandises qu’une seule année. C’est le cas pour les Ardennes, l’Aveyron, la Charente-Maritime, l’Isère, le Lot-et-Garonne, la Mayenne, l’Orne, le Puy-de-Dôme, les Pyrénées-Atlantiques, le Tarn et la Vienne, qui apparaissent tous dans les livres de compte avant 1824. Au total, 28 départements sont destinataires de toiles pendant moins de cinq ans et seuls 5 d’entre eux, tous situés au nord de la Seine, entretiennent des relations suivies pendant une grande partie de l’existence de la société : Paris pendant 9 ans, la Marne 10 ans et enfin la Seine-Maritime, le Pas-de-Calais et le Nord entre 1818 et 1828. Même quand ils apparaissent pendant plusieurs années dans les relations commerciales de la fabrique de Wazemmes, les envois connaissent des interruptions plus ou moins longues. Ainsi, l’Ardèche qui reçoit des toiles en 1818 et 1819 interrompt ses commandes les deux années suivantes pour ne les reprendre qu’en 1822.

96La difficulté de poursuivre des relations stables et continues s’observe encore davantage si l’on considère à l’échelle locale les liens qui unissent les indienneurs aux marchands qui se fournissent à Wazemmes. À l’exception des départements du Nord et du Pas-de-Calais, où l’entreprise entretient des liens avec une multitude de clients disséminés sur l’étendue de ces territoires, la majorité de la clientèle de Voortman est située dans les grandes villes, souvent chefs-lieux de département. Sur les 106 communes qui reçoivent des indiennes dans la période, Paris mise à part, 37 se trouvent dans le Nord et 11 dans le Pas-de-Calais, respectivement 35 et 10 % de l’ensemble des villes destinataires des marchandises. Si dans l’Aisne, les toiles se débitent dans 9 communes, c’est surtout Saint-Quentin qui est le point d’aboutissement des marchandises. Au fur et à mesure de l’éloignement du lieu de production, les marchands sont presque exclusivement localisés dans les grandes villes.

Un marché régional

97La concentration de la clientèle est importante dans les départements du Nord et de la Seine qui regroupent à eux deux 36 % des villes destinataires des marchandises avec respectivement 114 et 38 marchands sur un total de 344. Cette répartition inégale est encore accentuée par la quantité de toiles reçues. Le Nord est largement dominant avec 58 % des toiles produites dans la période et la capitale arrive en seconde position, avec une consommation de plus de 22 % des fabrications de Wazemmes. En 1818, la première année des envois depuis Wazemmes, le département absorbe plus de 83 % des toiles peintes. Si le nombre de toiles consommées dans la région croît jusqu’en 1821, la part du département dans les ventes totales connaît une baisse après cette date. Jusqu’en 1825, la diffusion des toiles se fait à l’extérieur du département, notamment vers la capitale qui absorbe un quart des toiles vendues en 1821 et même près de 40 % en 1824. Après cette date, le Nord redevient la destination privilégiée des marchandises fabriquées par l’entreprise Voortman alors que les autres parties du territoire national commencent à dédaigner les produits de la fabrique. En 1826 et 1827, 75 % des toiles peintes de Wazemmes sont consommées dans le département et même plus de 98 % en 1828 mais il est vrai que l’ensemble ne porte plus que sur 3 237 pièces.

98Dans les deux départements comme d’ailleurs dans d’autres régions, la quantité de la clientèle ne doit pas dissimuler son importance relative ; en réalité, la majorité de la production des toiles de Voortman se débitent chez une poignée de négociants locaux avec une prédominance à Paris, Lille et Armentières. En Seine-Maritime où la fabrique compte dans la période 11 correspondants, 2 négociants, F. Bourdon et Daliphard père et fils, absorbent plus de 55 % du total des toiles vendues dans le département. La concentration est encore plus forte à Paris et dans le Nord. Dans la capitale, qui compte 38 marchands qui s’alimentent entre 1819 et 1827 à Wazemmes, les 4 maisons Lesage frères, Brierre-Vallée, Bertrand et Jeannotte ainsi que Amel consomment près des deux tiers des toiles imprimées pour le marché parisien. Avec 114 marchands, soit 33 % de l’ensemble, le Nord consomme 58 % de la production de Voortman entre 1818 et 1828. C’est à Lille et à Armentières que sont domiciliés les principaux débiteurs de la fabrique. La première ville rassemble 42 clients et reçoit plus de 42 % de l’ensemble de la production totale et même 68 % des toiles vendues dans le département, la seconde respectivement 11 et 20 %, mais, dans cette ville, ces chiffres ne sont réalisés que par un seul négociant.

99La grande diversité des acheteurs de toiles peintes, observée sur l’ensemble du territoire national, se retrouve à Lille. Certains clients, dont les activités nous sont connues, ne limitent pas leurs approvisionnements à la fabrique de Wazemmes. Ainsi, Frémaux frères, indienneurs à Lille jusqu’en 1822 puis filateurs de coton et encore propriétaires de la fabrique de toiles peintes qu’ils louent à Alexis et Depachtère, comptent dans cette dernière période parmi les débiteurs de la firme Voortman. Les faibles quantités achetées par certains marchands lillois ne doivent pas non plus être considérées forcément comme des relations entretenues par l’indienneur avec des acteurs de faible envergure économique. C’est ce qui ressort des achats effectués par exemple par les filateurs de coton comme « Veuve Choquet-Leuridant et Cie » pour 14 pièces en 1821 et 1822. Trois négociants Lillois, Huet-Guillochin, Lemoinier-Roussel et Desquiens réalisent à eux seuls plus de 37 % du total des achats à la fabrique et environ 65 % du débit dans le département, les chiffres sont portés à 49 et 85 % si on ajoute les approvisionnements du seul négociant installé à Armentières.

100Dans cette dernière ville, Leblon-Dansette, associé à la fabrique de Wazemmes pour l’approvisionnement de l’indiennerie en toiles de coton blanches, assure à lui seul 11,5 % des ventes totales de l’indiennerie et pour 20 % du débit dans le département. Ces chiffres, qui ne sont obtenus que sur huit années de relations commerciales, entre 1818 et 1825, décroissent en réalité après deux ans de liaisons d’affaires. En 1818, le négociant achète 3 127 pièces, soit plus des deux tiers des fabrications de l’année de la firme Voortman. Ces achats effectués à Wazemmes ne sont pas nouveaux et s’inscrivent dans la continuité d’approvisionnements entamés avant l’installation des Gantois sur le sol national. Si les relations sont attestées au début des années 1800 avec Charles Louis Leblon-Dansette, qui devient vite le principal client de la firme sur le territoire français en établissant à Armentières un dépôt de marchandises, les liens semblent s’être tissés dans la décennie suivante avec la mère du négociant qui poursuit l’activité familiale sous la raison de « Veuve Leblon ».

101La stratégie commerciale de l’indiennerie dessine des liens privilégiés avec un ou deux négociants qui reçoivent en priorité les marchandises fabriquées. La baisse des ventes à Armentières, qui sont encore supérieures à 1 100 pièces en 1822 mais qui s’effondrent ensuite jusqu’à ne représenter qu’un débit de 151 toiles en 1825 et disparaître l’année suivante, est compensée par des ventes en hausse à Lille. Le négociant Huet-Guillochin, qui réalise dans la période près de 16 % des ventes de la firme sur le territoire et plus de 27 % de celles destinées au département du Nord, devient le débiteur privilégié de la fabrique à partir de 1820. Les achats de ce dernier progressent jusqu’en 1824, date à laquelle il absorbe à lui seul environ la moitié des toiles imprimées et vendues dans le département. Sa part dans la consommation des étoffes fabriquées à Wazemmes décline ensuite au profit de Desquiens, qui réalise 20 % des achats effectués dans le département en 1825, et surtout au bénéfice du négociant Lemoinier-Roussel qui réalise à la même date un chiffre plus de deux fois supérieur. Ce dernier apparaît dans les deux dernières années de fonctionnement de la société comme le client exclusif de la firme en absorbant 93,11 % de la production totale en 1827 et 99,90 % en 1828 !

 

102Le renouvellement de la clientèle de l’indiennerie et l’irrégularité des achats des différents marchands sur l’ensemble du territoire montrent la difficulté que rencontre l’indiennerie dans la concurrence que se livrent sur l’ensemble du territoire les fabricants de toiles peintes. Celle-ci s’observe d’abord à l’échelle nationale par l’absence de débit dans certaines régions qui restent le domaine réservé des producteurs locaux. L’entreprise n’entretient aucune relation commerciale avec l’est du pays où sont à l’œuvre les grandes fabriques mulhousiennes et suisses. À l’ouest, les ventes se réduisent à quelques envois peut-être liés aux approvisionnements en toiles blanches de Voortman à Rouen, mais les productions de Wazemmes paraissent incapables de concurrencer les fabricants de toiles peintes de la région. Seule l’importance du marché parisien permet à la firme de réels débouchés qui soient situés en dehors de la région. À l’intérieur même du département du Nord, qui reste le débouché principal de la firme, surtout en début de période et après la crise qui touche le pays en 1825-1826, l’entreprise doit composer à la fois avec les autres fabricants lillois mais aussi avec les indienneurs nationaux qui se font plus présents sur ce marché au début des années 1820.

103Il est évident que, sur le marché régional, la firme de Wazemmes a dû composer avec celle de Depachtère et Alexis et surtout avec l’importante manufacture installée à Loos par Févez et Charvet. À la fin de 1825, la création à Armentières d’une fabrique de toiles peintes par le fils de Leblon-Dansette, Charles Leblon-Devos, impose dans la région un concurrent aux moyens redoutables qui provoque la rupture immédiate des relations avec Voortman.

104L’aire commerciale limitée des fabriques d’indiennes lilloises sous l’Empire, qui peut s’expliquer par la faible importance de ces entreprises, est confirmée dans la période suivante pour des manufactures aux capitaux beaucoup plus importants.

105On ne sait certes pas grand chose du marché des deux entreprises en activité à Lille sous la Restauration et la Monarchie de Juillet. Cependant l’origine et les activités des entrepreneurs, ainsi que les dates de création de ses fabriques, permettent d’établir un parallèle avec l’indiennerie Voortman.

  • 86 ADN, 6U2/12.
  • 87 ADN, 6U2/15.

106C’est la même année où Voortman s’installe à Wazemmes en 1817, que André Aimé Charvet et César Vindicien Févez établissent à Loos leur entreprise de toiles peintes. Les deux nouveaux entrepreneurs sont respectivement gendre et fils de Févez-Ghesquière que l’on a décrit comme l’un des principaux négociants en indiennes à Lille depuis le début de la Révolution Française. Après avoir été jusqu’en 1805 le principal débouché dans la ville des toiles de Jouy, ce dernier s’était tourné vers Gand où il s’approvisionnait chez Lousberg jusqu’à sa faillite en 1810. Le négociant achète ensuite ses marchandises dans la même ville chez « Alexis Veuve Sauvage » au moins jusqu’en 1812, date à laquelle il est remplacé dans ce commerce par son fils et son gendre qui s’associent sous la raison de « André Charvet et Févez » dans une société de commissions, banque, marchandises, etc.86 C’est avec ce dernier que les Lillois s’entendent pour créer leur fabrique de Loos. Pour le Gantois, il s’agit de pouvoir continuer à écouler sur le territoire national ses marchandises, comme le faisait au même moment son compatriote Voortman, tout en conservant comme ce dernier sa fabrique de Gand. L’acte passé sous seing privé du 30 avril 1817, qui crée la société « A. Charvet, Févez et Alexis Veuve Sauvage », stipule dans son article trois que cette fabrique ne modifie pas les anciennes activités des contractants : les Lillois continuent notamment leur commerce de toilerie et le Gantois poursuit en son nom propre ses activités de fabricant d’indiennes à Gand87.

  • 88 ADN, 6U2/15.

107L’association est de courte durée et dès 1820, les Lillois, ayant bénéficié de l’apprentissage dans l’art des techniques de l’impression, se séparent de leur associé pour poursuivre pour leur compte la fabrique de Loos88. Charles Alexis n’abandonne pas pour autant la fabrication de toiles peintes et, en association avec son compatriote Depachtère, il reprend la fabrique lilloise de Frémaux frères lesquels abandonnent la production de toiles imprimées pour se consacrer à leur filature de coton.

108Il n’est pas exagéré de considérer que les trois manufactures d’indiennes en activité à la fin de l’année 1828 à Lille, Loos et Wazemmes (où les frères Leblon ont remplacé Voortman), produisent surtout pour un large marché régional qui est aussi le débouché des puissants manufacturiers nationaux notamment mulhousiens. La création, la même année, dans le département du Nord, à Troisvilles, d’une quatrième fabrique par Alexandre Piot et les frères Jourdan ne modifie pas de manière profonde la situation des manufactures de la région lilloise. S’il est vraisemblable que les nouveaux manufacturiers trouvent un débouché dans les principales villes du Hainaut et du Cambrésis, où l’on a vu que les indienneurs de l’arrondissement de Lille, et notamment Voortman, n’apparaissent que de manière timide, c’est surtout à la capitale que ces entrepreneurs destinent la grande partie de leur production. C’est à Paris, au n° 9 rue de Cléry, qu’ils établissent leur siège social à partir duquel ils mènent leurs opérations commerciales. La renommée des productions de l’entreprise dépasse de loin le cadre de la région.

L’essor de la fabrique des calicots

109En concurrence dès le début de l’Empire avec les toiles de nankins et étoffes de nouveautés, la fabrication des toiles de calicot connaît un développement rapide. Si une grande partie de ces étoffes destinée à l’impression doit être considérée comme un secteur de production de semi-finis, une quantité non négligeable de ces toiles entre, sans transformations autres que celles de la blanchisserie ou de la teinture, dans la consommation finale sous forme de chemises. À l’intérieur du département, la production de ces nouvelles étoffes est surtout entreprise dans la région du Cambrésis et, de manière moins diffuse, autour de Lille et jusqu’à Hazebrouck.

Le développement rapide de l’industrie du calicot dans le Cambrésis

La crise de l’industrie des « toilettes »

  • 89 Philippe Guignet, 1979, p. 36.

110Les guerres révolutionnaires allaient porter un mauvais coup à l’industrie des toiles fines du Valenciennois et du Cambrésis. Dès 1793-1794, les mouvements de troupes militaires et l’occupation de certaines villes de la région désorganisent les circuits de production et de la distribution. L’exemple le plus spectaculaire de la chute de la production se produit à Valenciennes, occupée par les troupes autrichiennes entre juillet 1793 et août 1794, où la mulquinerie s’effondre de 87,6 % entre 1789 et l’an IX89.

111À Cambrai, les autorités municipales constatent un nombre élevé d’ouvriers « oisifs », lié à la chute du commerce de batistes, claires, gazes et linons, conséquence de la guerre et du peu d’exportation qui découle du conflit. La statistique dressée par le préfet Dieudonné, qui compare la production de 1789 à celle de l’an IX, établit à 20 % la baisse de la production des batistes et à 30 % celle des linons avec des différences qui ne sont pas négligeables.

  • 90 Didier Terrier, 1996, p. 162.

112La guerre, la fermeture des débouchés coloniaux, la perte des marchés extérieurs et la stagnation de la consommation intérieure ne sont pas les seules raisons avancées par les contemporains pour expliquer le marasme que connaît la mulquinerie dans le Valenciennois et le Cambrésis. Si la période de l’Empire voit un sursaut de l’industrie traditionnelle dans le Cambrésis, celui-ci n’est que passager et le retour à la paix n’empêche pas le lent déclin commencé avec la Révolution Française. En 1820, l’arrondissement ne produit plus que 35 000 pièces, soit trois fois moins qu’à la fin de l’Ancien Régime et, en 1848, l’industrie ne subsiste que dans le canton de Carnières et dans quelques villages de manière résiduelle90.

La concurrence des toiles de coton

  • 91 Charles Schmidt, 1908, p. 89.
  • 92 Adolphe Bruyelle, 1849.
  • 93 Mémoires de la Société d’Émulation de Cambrai, 1817.
  • 94 Mémoires de la Société d’Émulation de Cambrai, 1821.

113La période révolutionnaire est marquée par la poursuite de la consommation toujours croissante des étoffes fabriquées à partir du coton. En l’an V, les administrateurs de la commune de Cambrai regrettent la baisse de la consommation des mouchoirs de batiste fabriqués dans la région au profit des mouchoirs de mousseline. Ils demandaient « que les Français se décidassent à préférer les produits de leur pays à des étoffes de manufactures étrangères qui n’ont pas le même degré de qualité »91. Il est vrai que les autorités locales sont conscientes que ces derniers ont l’avantage d’être moins chers que les mouchoirs fabriqués à partir des toiles de lin. Les efforts de certains négociants pour faire imprimer les batistes et offrir une gamme plus large de produits ne suffiront pas à redonner à l’industrie de la mulquinerie sa splendeur passée. Si le retour à la paix se marque par un sursaut pour l’industrie du lin dans le Cambrésis, elle le doit surtout à une reprise des exportations étrangères en direction d’un marché étroit du produit de luxe et non à une reconquête de la consommation intérieure, faute de son incapacité à soutenir la concurrence des coûts face à une industrie cotonnière alors conquérante. La mode était au coton depuis plusieurs années et les élites politiques et économiques locales se font écho de la décadence dans laquelle se trouve placée l’économie traditionnelle qui avait l’avantage d’unir l’agriculture à l’industrie. Dès 1806, les membres de la Société d’Émulation de Cambrai, créée deux ans plus tôt, dont Frédéric Roch Crocquefer, l’un des premiers négociants déjà fabricants de calicots dans la région, pensaient « qu’il était tout à la fois de l’intérêt du commerce et de l’agriculture de préférer le tissage du lin récolté à nos portes, à celui du coton qu’il fallait demander de l’étranger »92. Il est évident que cette volonté de conserver un équilibre et une complémentarité entre les deux secteurs de l’activité économique ne pouvait se concevoir sans une demande des consommateurs qui faisait de plus en plus défaut. En 1817, les membres de la même société font le constat que le commerce des linons et batistes « a souffert d’un nouveau genre d’habillement qui les repousse »93. Quatre ans plus tard, les sociétaires regrettent amèrement et avec nostalgie la rupture des liens traditionnels tout en notant la substitution dans les activités de tissage de la matière coton à celle du lin : « Les campagnes de l’arrondissement produisent le lin que ses habitants filent et convertissent en batistes et autres étoffes précieuses depuis si longtemps enviées par l’Angleterre. Mais Cambrai reçoit dans les magasins de ses négociants les mousselines légères, les percales et diverses toiles de coton apportées par l’industrieux fabricant des villages où se tissaient les gazes et linons aujourd’hui négligés par la mode à cause de leur raideur »94.

La mesure du changement

  • 95 AN F12/1561.

114C’est dans ce large territoire de la mulquinerie que l’industrie des toiles de coton, et en premier lieu le tissage des calicots, allait s’installer en profitant de l’énorme réserve de main-d’œuvre « désoccupée » suite à l’effondrement de la production des batistes, linons et gazes. Le passage du travail du lin au coton ne se fit pas immédiatement et les sources montrent qu’une grande partie des tisserands restent sans ouvrage tout au long de la dernière décennie de l’Ancien Régime et encore sous le Consulat. En 1805, Frédéric Crocquefer et Louis Jacques Palfrêne sont les seuls négociants installés à Cambrai qui s’adonnent à la fabrication de calicots et percales, avant d’être rejoints au début de 1807 par Pierre Louis Joseph Blanquart, Hennechart, Théry-Montigny et Auguste Deholain95. Durant la décennie suivante, d’autres négociants et marchands viennent encore grossir les rangs de ces pionniers.

115Il est en réalité difficile de dresser, pour les trois premières décennies du XIXe siècle, un état précis du rythme de l’évolution de l’industrie cotonnière dans l’arrondissement de Cambrai. Activité largement dispersée sur un espace manufacturier où de nombreux acteurs et donneurs d’ouvrage sont absents du territoire administratif, les autorités préfectorales ont souvent sous-estimé dans leurs chiffres l’importance de l’emploi effectif.

  • 96 Adolphe Bruyelle, 1849.
  • 97 AN F12/1561.

116Les différentes sources nous présentent souvent des différences considérables. En 1806, Frédéric Crocquefer écrit que « Le commerce des toilettes, qui comprend la batiste, le linon et le gaze, beaucoup moins considérable qu’avant la Révolution, avait laissé pendant quelques années sans ouvrage une partie des tisserands de la région (et) que des anciens mulquiniers, plus de 12 000 tissaient le coton, industrie alors toute nouvelle »96. Deux ans plus tard, en mai 1808, le tableau des fabriques de tissus de coton établis dans le département du Nord ne recense que 3 194 ouvriers employés dans l’arrondissement par six fabricants, Defrayer et fils installé à Vaucelles, Dollfus au Cateau, Crocquefer, Blanquart, Dehollain et Watterneau à Cambrai97. Il est vrai que la dissémination des métiers dans les villes et villages du Cambrésis rend malaisé le recensement des ouvriers employés dans cette industrie. Or, la particularité des tisserands du Cambrésis est le travail à distance pour des entrepreneurs localisés en dehors de l’arrondissement.

  • 98 Serge Chassagne, 1976.

117La situation n’est certes pas nouvelle pour les négociants saint-quentinois habitués, depuis l’Ancien Régime et encore au XIXe siècle, à recruter leur main-d’œuvre de plus en plus loin vers le Nord. Parmi les premiers entrepreneurs du coton nationaux à demander la prohibition des toiles étrangères, les fabricants de Saint-Quentin assuraient pouvoir mobiliser 11 000 métiers pour la fabrication des tissus de coton pour une production annuelle de 330 000 pièces98. Voilà qui exigeait la mise au travail des tisserands disponibles de l’Aisne mais aussi du Cambrésis.

  • 99 AN, F12/1825.
  • 100 ADN, M581/165, cf. Carte n° 1, p. 199.

118En 1806, Ferdinand Ladrière, négociant à Saint-Quentin, envoie à l’exposition des produits de l’industrie nationale 52 échantillons de toiles de coton et de lin tissées dans les départements de l’Aisne et du Nord. En 1812, le manufacturier, alors associé à Alexandre Piot et dont la maison de commerce est toujours localisée à Saint-Quentin, mais qui a installé une filature dans le département du Nord au Cateau, fait tisser les toiles de coton dans le département de l’Aisne, dans l’arrondissement de Péronne à Longavesnes et Bermes, dans celui de Vervins à Autrippe et Lemée, et aussi dans celui de Saint-Quentin à Montbruhain et Estrée ainsi que dans le département du Nord, dans quatre communes du Cambrésis, Bévillers, Béthencourt, Inchy et Beaumont99. En 1819, un recensement effectué par les maires des communes où sont localisés les ouvriers employés pour le tissage par la fabrique de Ladrière, nous permet d’apprécier la dissémination de l’activité dans quatre arrondissements de l’Aisne ainsi que dans celui de Cambrai pour le Nord100. Le manufacturier emploie alors 1 854 ouvriers qui travaillent à domicile autour de dix-sept communes ou groupes de communes, dans un rayon d’environ soixante kilomètres au sud de la ville du Cateau où est installée la filature destinée à alimenter les tissages. Dans l’arrondissement de Cambrai, 800 ouvriers, 43 % du total, s’activent autour de trois communes non limitrophes, au Cateau pour l’essentiel (720 ouvriers dont une partie employée à la filature), autour de Fontaine-au-Pire et également à Wambaix.

Carte n° 1 : Répartition géographique des tisseurs de coton employés par Ladrière (1819)

Carte n° 1 : Répartition géographique des tisseurs de coton employés par Ladrière (1819)

119Avant de devenir propriétaire du palais de l’archevêque dans la ville du Cateau en 1808 et d’être effectivement comptabilisée dans les recensements préfectoraux, la maison saint-quentinoise Dollfus emploie également de nombreux tisserands dans le département. Il en est de même de Arpin et fils, filateurs de coton à Saint-Quentin et à Roupy, qui possèdent plusieurs ateliers de tissage dans diverses communes de l’Aisne, de la Somme et du Nord.

  • 101 Annuaire statistique du département du Nord, 1812.

120Un recensement établi pour l’année 1811 nous montre que la fabrique de Saint-Quentin étend largement ses ramifications dans le département du Nord101. Dressée pour une année où l’industrie et le commerce connaissent une situation de crise, la statistique indique que la ville de l’Aisne emploie 20 593 ouvriers tisserands répartis inégalement dans les six arrondissements du Nord. À l’exception de l’arrondissement de Dunkerque, qui ne produit pas de toiles de coton pour Saint-Quentin, l’ensemble des ouvriers répartis sur le reste du département et occupés à travailler ces tissus représente 45 % du total des tisserands dont les productions sont destinées à être expédiées vers l’Aisne. La région de Lille et le Cambrésis, avec respectivement 6 389 et 2 674 tisseurs d’étoffes de coton, soit 56 % et 59 % du total des ouvriers employés, sont les principaux arrondissements où l’on travaille la fibre pour le compte des négociants et marchands de Saint-Quentin. Les chiffres avancés pour l’arrondissement lillois nous laissent cependant perplexe et nous suggérons ici que « l’emploi » des tisserands repose en réalité sur des achats de toiles de nankins et autres étoffes de nouveautés, peut-être pour l’impression, effectués auprès des fabricants sans contrôle étroit de la main-d’œuvre. Pour le Cambrésis, arrondissement limitrophe, il est évident que l’intervention des négociants et manufacturiers de l’Aisne se fait plus directement comme donneurs d’ouvrage dans les différentes communes occupées à travailler le lin sous l’Ancien Régime.

 

  • 102 Didier Terrier, 1996, p. 155-158.
  • 103 Serge Chassagne, 1976.

121Les entrepreneurs du Cambrésis et de l’Aisne ne sont pas les seuls à avoir trouvé dans les villes et villages de la région une main-d’œuvre apte à tisser les toiles de coton. Nombreux sont les tisserands qui se mirent au métier pour le compte des manufacturiers gantois, bruxellois, alsaciens ou parisiens102. Ainsi par exemple, le négociant parisien, François Gabriel Lehoult, filateur et tisseur à Versailles qui fait également travailler les tisseurs de Vermeuil et de Cambrai103.

  • 104 ADN, J861/159.

122Les négociants et filateurs du département du Nord trouvèrent également dans le Cambrésis les ouvriers propres à tisser leurs filés de coton. Le négociant lillois Jean Joseph Faucille, associé à François Baudoux dans la filature de coton installée à Esquermes, utilise les tisserands de Carnières pour la production de ses calicots. En 1812, après avoir rompu avec son associé et établi sa filature à Lille, pour obtenir de nouveaux permis d’exportation, le négociant déclare qu’il possède une fabrique pour le tissage située dans les communes de Cauroir, Bévillers, Saulzoir et Wallincourt, toutes localisées dans le Cambrésis. À Esquermes, le nouvel associé de Baudoux, Jean François Daveluy, est chargé de placer les filés de coton de la fabrique et de recevoir les calicots qui continuent à être fabriqués à Carnières104.

  • 105 AN, F12/1825.

123À Valenciennes, ils sont au moins deux négociants, Jean Louis Terwangne associé dans la maison de commerce de « Terwangne, Paimans » et Jean Louis Teinturier, à obtenir du préfet l’autorisation d’expédier vers l’Italie les toiles de calicots et percales qu’ils font fabriquer dans les villages du Valenciennois et du Cambrésis105.

  • 106 AN, F12/1561.

124Un dernier exemple : Gautier d’Agoty, filateur de coton à Douai depuis 1806, qui expédie vers le royaume d’Italie, en janvier 1811, 5 000 pièces de calicots destinées à l’impression et 5 000 autres étoffes de calicots et percales en octobre de la même année. Si les tissus produits par le manufacturier sont fabriqués pour près d’un tiers dans l’établissement de Douai, la majorité des étoffes provient des tisserands occupés « dans les environs de Bouchain, Valenciennes et Cambrai »106.

 

  • 107 ADN, M653/8.
  • 108 ADN, M610/1.

125Les statistiques, on le sait, sont souvent établies au cours de périodes difficiles afin de juger des effets des crises. Elles ne permettent pas une pesée précise de l’industrie cotonnière dans les premières décennies du siècle, mais elles ne cachent pas l’essentiel : le travail du coton a supplanté la transformation du lin au début du premier Empire. Jusque dans le milieu des années 1820, l’industrie cotonnière connaît une croissance continue avec des ruptures passagères en 1808, 1811 et 1815 qui ne remettent nullement en cause un essor interdécennal. Le chiffre, donné en 1806 par Frédéric Crocquefer, de 12 000 ouvriers employés au tissage dans le Cambrésis peut être repris avec précaution pour 1815, ne serait-ce que pour le comparer aux 20 000 tisserands dénombrés ensuite par les autorités locales107. Le nombre de tisserands semble se maintenir autour de ce nombre jusqu’au milieu des années 1820, à partir duquel la crise de surproduction et la mévente plongent manufacturiers et ouvriers dans des difficultés durables. Aussi l’importante statistique de 1830, par le nombre de réponses auquel elle a donné lieu, doit-elle être replacée dans cette conjoncture108. Sur l’ensemble des 92 villes et villages du Cambrésis qui regroupent un nombre total de près de 14 900 ouvriers employés au tissage, le coton est la principale matière manufacturée dans l’arrondissement (cf. Carte n° 2, p. 203). Le coton est cité comme texture unique des toiles fabriquées dans 49 communes, soit 53 % de l’ensemble, auxquelles il faut ajouter 8 communes dont 6 différentes des premières localités où la matière est mélangée à une autre fibre sur le métier. La présence du travail du coton dans six communes sur dix du Cambrésis est certainement sous-estimée, dans la mesure où nous le considérons comme absent dans 22 communes où l’imprécision des tableaux appelle à la prudence. Si l’on écarte les localités pour lesquelles la matière n’est pas connue, le coton est là dans près de 79 % des villes et villages de l’arrondissement.

126Largement diffusée, dans 8 communes sur de 10 de la région, cette industrie pèse de tout son poids sur l’emploi : variété des fibres, hégémonie du tissage, territoire industriel intensif. La commune de Doignies, pour laquelle le nombre des tisseurs de coton ne nous est pas connu, mise à part, l’ensemble des ouvriers travaillant uniquement cette fibre s’élève pour les 48 localités à un total de 6 583 personnes, 44,37 % du total des 14 837 ouvriers textiles, auxquels s’ajoutent 424 tisseurs de toiles mixtes mêlées de coton. Au total, 47 % des ouvriers, soit près d’un tisserand sur deux, est donc occupé à la fabrication de toiles de coton. Les autres matières, le lin, la laine et la soie ne font travailler ensemble que 3 842 salariés (25,9 %), l’équivalent d’un quart de la main-d’œuvre recensée. Restent 3 842 ouvriers (26,88 %) pour lesquels la matière travaillée n’est pas précisée. La tendance est bien là : la mode est au tissu de coton et le tisseur de coton donne le ton à la main-d’œuvre.

127Si la localisation du travail des différentes toiles au sein de l’espace manufacturier textile du Cambrésis nous montre que le coton couvre une grande partie du territoire, la répartition des textures travaillées semble indiquer qu’une majorité de communes connaissent une spécialisation par matière première. Dans la moitié des 48 communes où le coton est travaillé, la totalité des tisseurs recensés ne fabriquent que des étoffes de coton. C’est le cas pour les villes industrieuses de Viesly (640 ouvriers en coton), Walincourt (400), Neuvilly (370), Villers-Guilain (318), Gonnelieu (285), Briastre (280), etc. D’après la statistique, les 158 et 143 fabricants de coton dénombrés à Reumont et à Villers-Plouich forment même 100 % de la population active totale recensée ! À ces localités qui n’acceptent que la matière coton, il faut rajouter 8 communes où plus de 90 % de la main-d’œuvre l’a adoptée et où quelques tisserands de lin ont résisté. À Caudry, par exemple, sur 642 fabricants de tissus, on compte 640 tisseurs de coton et 2 tisserands. À Clary, ces derniers sont 6 et à Marcoing 11, pour respectivement 209 et 205 fabricants de toiles de coton, à Rieux-en-Cambrésis enfin, on dénombre 360 tisseurs pour 30 mulquiniers. À elles seules, ces communes, où le coton domine sans partage, sont au nombre de 32, soit 65 % des 49 localités où la fibre est bien précisée et elles emploient 5 981 tisseurs soit plus de 90 % de la population ouvrière occupée à la production de toiles de coton. Cette rationalisation de l’organisation manufacturière, sur laquelle nous reviendrons, est encore perceptible dans 8 petits villages où les tisseurs de coton représentent encore les deux tiers des ouvriers faisant battre métier. La spécialisation des communes dans le travail d’une matière se retrouve pour les autres fibres. Dans la moitié des villes où on fabrique des toiles mêlées de coton, 100 % des tisseurs ne s’adonnent qu’à cette activité, comme par exemple à Troisvilles où ils sont 200 ouvriers occupés à mélanger des fibres sur les métiers.

  • 109 Maurice Lévy-Leboyer, 1964, p. 83.

128Le tableau de l’emploi dans l’industrie cotonnière dressé en 1830 a permis de faire le point sur sa diffusion au cours du premier tiers du XIXe siècle. On y enregistre déjà un recul du tissage pour cause de crise mais aussi en raison de la concurrence de nouvelles toiles qui trouvent à leur tour dans la région, comme le coton trente ans auparavant, de nombreux ouvriers disposés à accepter les salaires plus élevés offerts par la fabrication de ces nouvelles étoffes109.

Carte n° 2 : Ouvriers du tissage dans le Cambrésis (1830)

Carte n° 2 : Ouvriers du tissage dans le Cambrésis (1830)

La fabrication des calicots dans l’arrondissement de Lille

Une lente progression

  • 110 AN, F12/1561.

129Si on tisse également les toiles de calicot dans la région d’Avesnes ou de Saint-Amand, c’est autour de Lille que les fabrications allaient être entreprises en quantité importante. Comme pour le Cambrésis, c’est à partir de 1806 que l’on recense les premières fabriques de calicots, mais ici l’essor allait être moins rapide. En 1808, on observe que l’industrie est présente dans 5 communes mais de manière encore négligeable, et les fabricants s’adonnent à ces productions en concurrence avec d’autres étoffes110. À Lille et Armentières, le négociant et filateur André Cox entretient respectivement 250 et 34 métiers, dont une petite partie seulement est destinée à la confection de calicots. À Halluin, les frères Demeestère font travailler 104 métiers pour la fabrication des basins et des calicots, tout comme à Houplines les filateurs Gombert et Woussen y consacrent 21 métiers. Les fabricants dont la production de ces toiles est la seule activité sont peu nombreux et localisés uniquement à Halluin où 3 manufacturiers, Pierre François Demeestère, le père des précédents, Jean Charles Dal et Jean Baptiste Dansette, font battre un total de 20 métiers seulement et à Comines où Hovyn-Ghesquière possède 24 outils.

  • 111 Pierre Pouchain, 1980.

130Bien que les chiffres proposés dans les différents états statistiques agrègent les différentes toiles de coton produites dans l’arrondissement, la fabrication de calicots ne semble pas connaître de développement important avant la fin de l’Empire111. À Comines, le nombre de métiers recule entre 1808 et 1814 et si, à Armentières, le nombre de métiers a été multiplié par trois pour atteindre 104 dans la même période, le faible chiffre de départ ne permet pas de parler d’un véritable décollage mais on peut y voir les signes d’un bon départ.

Les approvisionnements en calicots de la fabrique de Wazemmes

  • 112 Archives de la ville de Gand, Fonds Voortman, Grands livres 578 à 583.

131Les grands livres conservés pour l’une des trois indienneries de l’arrondissement, celle de Wazemmes, nous permettent de mesurer le poids que prend la fabrication des toiles de calicot dans la région112. Entre 1816 et 1828, les entrepreneurs auront acquis un total de 126 415 toiles soit plus de 10 500 pièces par an, si l’on excepte la première année pendant laquelle la société n’est pas encore en fonctionnement. Voortman se fournit en tissus pour l’impression dans cinq départements français : le Nord pour 85 % du total des achats, Paris pour plus de 7,5 %, la Seine-Maritime pour un peu moins de 5 %, l’Aisne et la Gironde enfin pour un peu moins de 1 %. L’ensemble des commandes est adressé à 50 fournisseurs, dont 22, domiciliés en dehors du département du Nord, sont localisés dans les principales villes et fournissent de manière irrégulière l’indiennerie de Wazemmes.

132Dans l’arrondissement de Lille, c’est en réalité dans quatre communes, à Lille, Haubourdin, Armentières et Halluin que l’on trouve les principaux fournisseurs de toiles de la fabrique. Ce sont les fabricants d’Halluin qui allaient être les premiers à fournir en toiles de coton la manufacture de toiles peintes. La ville regroupe quatre fournisseurs qui assurent près de 15 % des achats de l’indiennerie. Dans la cité, elle effectue ses premiers achats, en 1816, chez Demeestère-Manger (père) et chez Demeestère fils qui ont ajouté à la production de basins, celle de calicots, et fournissent la firme Voortman de Gand dès 1810, et accessoirement chez Louis François Dansette, ainsi qu’auprès du Sieur Stock.

133À Armentières, qui envoie plus de 27 % de l’ensemble des toiles blanches consommées à Wazemmes, les achats s’effectuent auprès de cinq fabricants au sein desquels se distingue Charles Louis Leblon-Dansette, l’associé et dépositaire des toiles peintes par Voortman, qui obtient du préfet de créer sa fabrique pour le tissage de calicots en 1817. Il l’étend rapidement en faisant travailler des tisseurs depuis Armentières jusqu’à Hazebrouck et il fournit à lui seul près d’un quart des pièces entre 1817 et 1824 ! À côté de ce principal approvisionnement, l’indiennerie effectue aussi ses achats auprès des fabricants Delcourt-Becquart et Delecluse, ainsi qu’auprès des filateurs Delemazure père et fils et Dansette et Peullemeule. Aux portes de Lille, à Haubourdin, c’est uniquement auprès des filateurs de coton et fabricants de toiles de calicots Reumont et Wicart que le manufacturier s’approvisionne pour près de 900 pièces en moyenne par an entre 1820 et 1828.

134Lille est de loin la première ville pour la quantité de toiles vendues pour l’impression à Wazemmes. La cité regroupe seize négociants et fabricants qui se chargent de 37,5 % du total des achats effectués par Voortman. Jusqu’en 1822, le nombre de toiles expédiées depuis Lille reste faible, et très inférieur aux approvisionnements effectués à Armentières. Les achats se multiplient après cette date pour atteindre la moitié des approvisionnements en 1824, près des deux tiers de 1825 à 1827 et même les trois quarts des toiles destinées à l’impression en 1828.

135Les fabricants fournissent en quantités variables et irrégulières la fabrique de Wazemmes. Le principal vendeur de toiles est Dedoncker et Ceulebroucke, qui envoie entre 1821 et 1828 l’équivalent de plus de 20 % de l’ensemble des pièces achetées par l’indiennerie et même 55 % des approvisionnements effectués en 1827, et qui occupe 156 ouvriers tisseurs lillois. On trouve également, parmi les fabricants de moins grande envergure qui fournissent l’indiennerie, un nommé Brogniart qui occupe 45 outils place du château à Lille, ou des filateurs comme Cornille-Pollet, Vantroyen-Fleur, et Demeestère et Delecroix et Cie qui fait battre 100 métiers dans la cité en 1825. Entre 1822 et 1827, à l’exception de 1825 et 1826, Voortman reçoit des toiles envoyées par Alexandre Délier, entrepreneur de la maison de détention de Loos où des détenus sont employés au tissage des toiles de coton. Enfin de nombreux et puissants négociants de la place figurent dans les livres de compte du fabricant comme Beaussier-Mathon, P. Virnot, J. Decroix, Lemoinier-Roussel, Hebbelinck, Beels frères, etc.

Les effets de la surproduction dans la région lilloise

136La période où la ville de Lille prend part à la fourniture des toiles de l’indiennerie s’inscrit dans une conjoncture de baisse importante des prix des étoffes imprimées. Le calcul du prix de vente moyen des indiennes produites à Wazemmes montre une tendance à la chute des prix offerts pour ces marchandises. Vendue au prix moyen de 60 francs en 1818, la valeur de la toile peinte amorce une légère baisse les quatre années suivantes, certainement due pour une part à la rationalisation du travail acquis après les premières années de fonctionnement et nécessaire à la croissance des débouchés. À partir de 1823, la baisse devient cependant inquiétante, le prix de vente a perdu 10 % en un an et la chute se situe à 20 % par rapport à 1818. Les manufacturiers compriment l’ensemble des charges qui composent la valeur de la marchandise dans l’espoir de maintenir leur bénéfice. La baisse se poursuit de 1824 à 1826, pour se stabiliser autour d’un prix inférieur d’un tiers par rapport à 1818. Au cours des trois dernières années, le prix de la toile imprimée oscille légèrement autour de 40 francs.

137La toile de coton blanche occupe un poste important dans le prix de vente des étoffes imprimées : sur l’ensemble de la période, elle représente 55 % du prix de la marchandise vendue à Wazemmes. Plus encore que les charges consacrées aux drogues et à la garance et que les salaires versés aux ouvriers de l’imprimerie, qui représentent en moyenne 10 % du prix de vente des toiles, mais qui varient dans une fourchette de 7 à 12 %, ce sont les prix des toiles de calicot qui ont largement déterminé l’évolution du prix des indiennes de la fabrique. Le prix des tissus de coton connaît une baisse plus prononcée que celui des toiles peintes. Offerte à un prix moyen de 34,44 francs en 1818, la toile blanche s’échange en 1828 à 19,60 francs, soit une chute de plus de 43 % en dix ans. Après une baisse régulière mais sensible de 20 % de sa valeur entre 1818 et 1822, le prix de vente se stabilise autour de 75 % de sa valeur première pendant les trois années suivantes. Ce palier, situé aux environs de 26 francs par pièce de calicot, semble un prix critique que les fabricants tiennent à maintenir face à celui de la toile imprimée qui continue sa chute entre 1823 et 1825. La baisse du prix de la toile de coton, qui reprend en 1826, provient en grande partie de l’approvisionnement qu’effectue la fabrique de Wazemmes sur le marché parisien où de nombreux négociants écoulent leur marchandise au prix moyen de 23,75 francs en 1826 et même de 18 francs en 1827 !

  • 113 ADN, M 653/11.

138De nombreux négociants de l’arrondissement cessent leurs activités. C’est en 1825 que Demeestère d’Halluin et Leblon-Dansette, pourtant en relation commerciale depuis plus de deux décennies, passent la main. Les deux fabricants préfèrent alors cesser, au moins momentanément, leur activité plutôt que d’offrir leurs tissus à un prix considéré comme trop bas. En janvier 1825, les autorités locales décrivent, à leur manière, le recul de la production : « Les toiles peintes étaient autrefois d’une grande consommation dans l’arrondissement d’Hazebrouck et les arrondissements du Pas-de-Calais. Cet article est presque entièrement tombé depuis que les tissus de coton sont devenus très communs et à bas prix »113. Il est possible d’interpréter cette relation entre une baisse de la consommation et une chute des prix par le rôle que jouent les négociants comme Leblon-Dansette. À la fois fournisseur de toiles de coton à la fabrique d’indiennes de Wazemmes puis acquéreur des étoffes peintes qu’il revend ensuite dans une large zone autour d’Armentières aux différents marchands des villes et villages du Nord et même du Pas-de-Calais, le négociant est capable à la fois d’inonder la région par le crédit qu’il peut accorder aux boutiquiers ou assécher ces villes et villages quand le commerce de ces articles ne lui assure plus les revenus qu’il attend.

139Contrairement aux fabricants armentiérois et halluinois, les entrepreneurs d’Haubourdin et de Lille parviennent à réduire encore le prix de vente de leurs toiles et deviennent entre 1826 et 1828 les principaux pourvoyeurs de marchandises de l’indiennerie. En réduisant les salaires pratiqués pour le tissage des toiles de coton, ces derniers peuvent aligner leurs prix sur ceux pratiqués par les négociants et manufacturiers parisiens et rouennais qui échangent, en 1827, leurs marchandises pour 18 et 20 francs ! En 1828, mais il s’agit d’une année où les indienneurs de Wazemmes ont décidé de cesser leur activité sur le sol national, Reumont et Wicart d’Haubourdin expédient leurs calicots au prix moyen de 14 francs pour une pièce.

Les techniques de production des toiles de calicot

140L’essor de l’industrie des calicots et la surproduction, qui touche le territoire national et d’autres pays comme l’Angleterre dans les années 1820, n’ont certainement pas été sans influence sur le mouvement de mécanisation qui touche ce secteur d’activité. Mais si on observe un début de mécanisation dans les années 1820, ce n’est que très progressivement que les techniques mises en œuvre se modifieront.

 

141L’introduction de la technique du tissage du calicot n’a en réalité pas demandé de transformation importante dans le travail des ouvriers, hormis la généralisation de la navette volante qui, à la vérité, était déjà largement employée par les fabricants roubaisiens depuis les années 1790. Dans les villes et villages du Cambrésis, l’industrie trouve chez les habiles tisserands, rompus depuis des générations à travailler les fils délicats de la mulquinerie, une main-d’œuvre de choix qui allait exceller dans la production de ces nouvelles toiles. Certains manufacturiers firent cependant appel à une main-d’œuvre considérée comme experte, surtout quand les ouvriers étaient originaires d’Outre-Manche. La période des guerres napoléoniennes a en effet permis à des entrepreneurs, en vertu de l’arrêté du 8 octobre 1806, d’utiliser les prisonniers anglais détenus dans les camps de Lille, Valenciennes et Cambrai. Certainement moins nécessaires pour le développement du tissage que pour la filature de coton, comme nous le verrons ensuite, ces ouvriers qualifiés ont pu apporter leurs savoir-faire à des fabricants locaux.

142En 1806, Gautier d’Agoty et Lolliot, filateurs de coton et fabricants de calicots à Douai obtiennent de l’administration de faire travailler trois tisserands et deux charpentiers, tous Anglais et détenus au dépôt de Valenciennes. En février 1810, Frédéric Demadre, nouveau propriétaire du palais de l’archevêque au Cateau, en lieu et place de Dollfus de Saint-Quentin, obtient avec son associé, H. Bancherau, un contingent de dix-sept détenus à Cambrai pour monter sa fabrique de tissage de toiles de coton. On relève d’autres demandes d’emploi de cette main-d’œuvre souvent initiées par les autorités responsables des détenus. Ainsi en janvier 1811, Alexandre Frémicourt, maire de Cambrai et aussi fabricant de toiles de coton, autorise-t-il très largement les habitants à prendre à leur service les prisonniers de guerre anglais du dépôt. En janvier de l’année suivante, le ministère des manufactures encourage la pratique : « Le dépôt des prisonniers de guerre établi à Cambrai renferme plusieurs habiles ouvriers qu’on pourrait utilement employer au progrès de notre industrie ». L’invitation est rapidement reprise par Joly, fabricant de Saint-Quentin, qui obtient douze prisonniers pour ses ateliers de tissage. L’année suivante, Aldebert Degremont, fabricant à Elincourt dans le Cambrésis puis à Saint-Quentin, développe ses fabrications en utilisant en partie la même main-d’œuvre.

  • 114 Descriptions des machines et procédés consignés dans les brevets d’inventions, de perfectionnement (...)
  • 115 Serge Chassagne, 1991, p. 408.
  • 116 CNAM, U443.
  • 117 ADN, M581/167.

143Le travail du tissage des toiles de coton n’allait pas connaître de changement avant les années 1820 et les timides débuts de la mécanisation. Contrairement à la fabrication des nankins et des articles de nouveautés qui continuent à être produits sur des métiers traditionnels, à domicile ou dans des petites fabriques, l’utilisation des métiers mus par un moteur se fait dans la région d’abord pour les calicots. C’est en décembre 1821 que Leblon-Dansette d’Armentières obtient un brevet d’importation de dix ans pour « un métier propre à tisser les étoffes de coton à l’aide d’une machine hydraulique ou à vapeur ainsi que pour une machine à dresser et coller les chaînes »114. L’utilisation de métiers mécaniques dans la région, dès la première année de la décennie, est précoce si on la compare à la date d’adoption chez les principaux manufacturiers de l’Est de la France, en 1823 chez Gros, Davillier et Cie, 1824 chez Zimmerman frères, etc.115 La diffusion de la nouvelle technique fut cependant lente et le négociant armentiérois, qui continue par ailleurs à faire tisser à domicile sur les métiers anciens, ne fit des émules que progressivement. C’est le cas par exemple de Henri et Théodore Barrois frères, filateurs de coton rue de Tournai à Lille, qui obtiennent, le 31 mai 1824, le droit d’importer 10 métiers à tisser le coton par moteur pour une valeur totale de 4 000 francs116. On connaît mal la diffusion de la mécanisation dans les années 1820 et 1830 dans la région, mais il semble que la possibilité d’employer une main-d’œuvre à domicile, encore prête à accepter des salaires en baisse notamment après 1825, ait retardé chez de nombreux fabricants l’utilisation des métiers mus par des moteurs. En 1824, Charles Leblon-Dansette demande au préfet de l’aider à diffuser les métiers mécaniques que, semble-t-il, le négociant commence à fabriquer à Armentières117.

Le marché du calicot

144Une grande partie des toiles de calicot fabriquées dans le Cambrésis et dans l’arrondissement de Lille, après 1817, est destinée aux fabriques d’impression de l’Aisne et du Nord. Mais les inventaires après décès montrent que ces toiles étaient demandées par des consommateurs qui entendaient utiliser les étoffes sans qu’elles soient peintes.

  • 118 ADN, J1451/14.

145La liste des biens du filateur et fabricant de toiles de coton de Cambrai Frédéric Crocquefer, mort en août 1811, montre que les marchandises fabriquées dans l’arrondissement sont destinées à un marché très localisé118. La valeur mobilière et immobilière qu’il laisse en succession s’élève à plus de 360 000 francs dont plus de 255 269,37 francs constitués de l’actif circulant en marchandises, toiles et filés de coton, évaluées dans les magasins du fabricant, et en créances à recevoir pour la livraison de pièces de calicot. Les 114 clients qui restent débiteurs de Crocquefer pour une valeur totale de 113 380,30 francs se répartissent dans 52 villes différentes sur un ensemble de 21 départements, dans les « départements de l’intérieur » mais aussi dans les « départements réunis » entre Escaut et Rhin.

146Sur le sol national et dans les frontières de 1789, à l’exception du Rhône, du Loiret et de l’Ardèche, où le fabricant compte un débiteur à Lyon, Orléans et à Annonay, les clients sont localisés de manière irrégulière dans la France septentrionale. Peu nombreux, par exemple, dans l’Aisne où les fabricants de Saint-Quentin répondent aisément à la demande locale, ils sont surtout domiciliés dans le département du Nord (où on compte 29 marchands), le Pas-de-Calais et Paris (qui abritent chacun 12 vendeurs qui reçoivent les toiles de calicot). L’important marché de consommation de la capitale regroupe d’ailleurs à lui seul près d’un tiers des sommes restant à percevoir par la veuve du défunt. C’est aussi dans le département du Nord que les toiles sont le plus largement diffusées. Répartis largement sur l’ensemble de ce territoire, les débiteurs sont domiciliés dans 13 des villes les plus peuplées de la région, soit près d’un quart de l’ensemble des localités qui reçoivent les toiles fabriquées par Crocquefer. La ville de Lille rassemble à elle seule sept marchands qui débitent dans la ville et les environs les étoffes du Cambrésis.

147Au-delà de la frontière, le fabricant de Cambrai compte 42 débiteurs, 38 % du total, dans 9 des départements conquis. L’éparpillement de la clientèle est même plus affirmé dans ces nouveaux territoires puisque les relations commerciales s’étendent dans 22 villes sur un total de 52, soit 42 % de l’ensemble des communes. Du département de la Lys à l’Ouest à celui de la Roër à l’Est, les principales villes, à l’exception notable de Gand où l’industrie de l’impression sur toiles connaît un essor, sont visitées par les commis du fabricant qui trouvent dans les cités peuplées des marchands qui écoulent leurs marchandises.

Le développement de l’industrie du tulle

148La naissance de l’industrie du tulle dans la région, et plus généralement sur le territoire national, est liée au transfert des techniques apportées par de nombreux Anglais sur le continent. Les brevets déposés par Heathcoat et son associé Charles Lacey en 1809 pour quatorze années puis pour des perfectionnements, en 1813 pour la fabrication de tulle en bande et deux ans plus tard pour la mise au point d’un mouvement rotatif, n’éviteront pas la diffusion de la technique en Angleterre et sur le continent en France. Beaucoup plus que pour les fabrications de toiles de nankin ou de calicot, l’établissement des manufactures de tulle repose en large partie sur une immigration « massive » de mécaniciens venus d’Outre-Manche dès la fin des hostilités.

Le transfert des techniques

L’exemple de Douai

  • 119 Samuel Ferguson fils, 1862.

149Comme la dentelle, le tulle, tissu diaphane qui se laisse traverser par la lumière sans cependant laisser distinguer nettement les formes, est, selon Samuel Ferguson, devenu au début du XIXe siècle « indispensable à la toilette des femmes »119. Le coût élevé de ce tissu léger, qui enlève la raideur au vêtement et qui garnit les robes et les coiffures de ces dames, l’avait longtemps réservé à une élite sociale. Dès l’époque révolutionnaire, la mécanisation de la production, en faisant baisser les prix de ces tissus, allait élargir à un segment plus large de la population la consommation des « dentelles communes ». Malgré la prohibition du tulle anglais, une grande partie de la demande française est satisfaite par l’introduction en contrebande de cette marchandise en même temps que certains fabricants nationaux multiplient les brevets pour tenter de s’emparer du marché.

  • 120 Enquête du Parlement d’Angleterre pour constater les progrès de l’industrie en France et dans les a (...)
  • 121 AM Douai, 2J/113.

150C’est au début de l’année 1815 à Valenciennes, puis finalement à Douai que les Anglais John Cutts et William Black introduisent en fraude et en pièces détachées, par les contrebandiers de la côte du Kent, le premier métier à tulle installé en France, à l’imitation de celui de Heathcoat dont le brevet arrivait à terme en 1823 seulement120. Le 7 novembre 1815, « les sieurs William Black et John Cutts, fabricants nés en Angleterre, ayant demeuré en dernier lieu à Valenciennes » obtiennent l’autorisation de la municipalité de Douai d’établir leur manufacture rue Saint-Albin où ils s’installent avec leurs épouses et leurs enfants121. L’installation dans le Nord de ces deux mécaniciens, qui avaient travaillé dans la fabrique de Heathcoat à Nottingham, marque l’acte de naissance, dans le département et sur le sol national, d’une nouvelle industrie qui allait connaître un essor rapide. Le choix de Valenciennes puis de Douai pour l’établissement de la première fabrique de tulle a peut-être été retenu en raison de l’existence, dans celle-là, d’une tradition de l’industrie de la dentelle et dans l’autre de la présence de nombreux Anglais restés sur le sol français après Waterloo.

  • 122 AM Douai, 2J/23.
  • 123 BM Douai, Manuscrit 1400.
  • 124 Samuel Ferguson fils, 1862, p. 119.

151Le premier des Anglais qui allaient accueillir à Douai les deux mécaniciens est John Corbitt, né en 1781 à Otley dans le Yorkshire d’un marchand pelletier, en France depuis 1803 où on le compte parmi les prisonniers de guerre au dépôt de Valenciennes. La relative liberté dont jouissent les détenus, dans le centre de Valenciennes mais aussi dans ceux de Cambrai, Lille ou Douai, lui permet de se rendre en compagnie de son compatriote John Hullock dans cette dernière ville en 1808 où il « réside sous la surveillance de l’autorité locale et sous la caution du Sieur Dutilleux aîné, manufacturier qui doit les employer à la fabrication du maroquin »122. En 1810, il épouse Victoire Dutilleux, la fille de son patron qu’il remplace dans la direction de l’entreprise à sa mort en 1816. Il est alors à la tête du seul établissement de corroierie anglaise en France auquel est jointe une tannerie et, quand il s’associe à William Black et John Cutts, il se lance dans la fabrication du tulle123. L’établissement de cette première fabrique dans le département allait s’accompagner d’une rapide migration d’ouvriers tullistes anglais à Douai et d’autres manufacturiers n’allaient pas tarder à essayer de les débaucher124. En 1817 par exemple, Heathcoat l’inventeur de la mécanique « bobbin net », qui va s’installer en France à Saint-Quentin, échoue dans sa tentative visant à s’attacher des compatriotes installés à Douai.

152Le parcours du second prisonnier de guerre anglais, George Gibson, né à Londres en 1774, est proche du précédent. Installé à Douai depuis 1796, il déclare vouloir se fixer dans la ville en 1804 où il travaille chez le sieur Ducrocq, tanneur rue des Wetz. En 1806, veuf de Marie Joseph Legrand, il se marie en secondes noces avec Marie Isabelle Loisel, fille d’un brasseur de Waziers, et s’installe dans une grande maison au coin de la place Saint-Jacques avec sa sœur, prisonnière sous surveillance, et sa mère, née Bailey. S’il semble qu’il se soit intéressé à l’industrie du tulle à Douai avant 1820, il joue un rôle décisif dans l’essor de l’industrie quand, en 1822, il fait venir dans la ville son cousin John Bailey. Né dans la région de Nottingham en 1780, ce dernier avait collaboré avec John Heatcoath dans l’invention du métier à fabriquer le tulle. Associé dès 1822 dans la société « Thomassin, Corbitt et Cie » puis dans différentes entreprises, sur lesquelles nous reviendrons, la famille Bailey allait dominer pendant plus d’un demi-siècle l’industrie du tulle à Douai.

  • 125 Ibid., p. 72-74, 89 et 135.

153Le mouvement engagé dans la deuxième moitié des années 1810 allait s’amplifier au début des années 1820. La ville de Douai devient un lieu privilégié pour l’installation ou le passage de nombreux mécaniciens et ouvriers tullistes que la législation britannique, qui prohibe le transfert humain et technique, était incapable de retenir. Les relevés dans l’état civil de la ville de Douai, avant 1820, nous donnent un aperçu de cette migration. Le premier pionnier William Black père est installé en compagnie de son rejeton, William Black fils, né en 1790 à Queensborough dans le Kent, qui allait dans les années 1830 contribuer à l’établissement de l’industrie du tulle à Cambrai125. Le second, John Cutts travaille à Douai un temps avec son frère, William, mécanicien né à Mansfield (Nottinghamshire) en 1794 et employé avant sa venue sur le continent par John Heatcoath. Si les frères Westerman, James et Joseph, mécaniciens s’installent à Douai pour la fabrication de métiers à filer le coton, d’autres techniciens arrivent en famille pour la construction d’une large gamme de métiers qui composent les différents stades du processus de l’industrie cotonnière. C’est le cas de John Ranson, constructeur mécanicien, né en 1771 à Low Harrogate (Yorkshire), et de ses enfants tous installés à Douai dans les années 1810. Sa fille aînée allait épouser Wootton, fabricant de tulle né à Boning (Nottinghamshire) et établi à Douai dans les années 1820 ; son fils John allait convoler à Paris avec Henriette Gibson, la fille de George l’un des fondateurs de l’industrie tullière à Douai et le second garçon, Robert allait épouser Nathalie Wallart, fille d’un filateur de coton à Lille où il allait s’installer en 1822 pour la construction de métiers tant pour la filature que pour la fabrication du tulle. Dans la décennie, la fabrication de mécaniques est aussi entreprise par le mécanicien George Morisson et par Isaac Pounder, né à Nottingham en 1780, bientôt associé à son compatriote Brown pour la fabrication de tissus de tulle à partir des mécaniques qu’ils construisent.

  • 126 AM Douai, I J/179.

154À côté des candidats à l’entreprise, fabricants de tulle ou constructeurs mécaniciens, les sources font également état de la présence d’ouvriers qualifiés dans une industrie pour laquelle la conduite des métiers et la finition des produits requièrent un savoir-faire. Les différents dépouillements nous font découvrir ces Anglais installés dans la ville pour la fabrication des tissus mais aussi pour le travail de broderie qui s’ajoute au fond de tulle pour donner au produit l’apparence de dentelle. On peut citer dans la décennie les événements heureux que sont les mariages, en secondes noces, de George Bell, « tisseur de dentelle » né en 1788 à Norwenton (Leicester) avec une Valenciennoise et celui de John Fukes, tulliste, né dans le même comté à Sweetlord en 1785. Une seule brodeuse, Anne Lowe, originaire de Nottingham, s’unit dans la ville en 1818 à un compatriote Richard Warr, marchand sellier. D’autres sources peuvent cependant nous montrer ces migrants confrontés aux difficultés quand ils commettent des actes répréhensibles comme le vol de modèle, commis en 1819 par Samuel Hatfield chez le Sieur Dablaing fabricant de tulle à Douai, qui donne lieu à l’incarcération de son auteur126.

  • 127 M. Chenou, 1827.

155Dans les années 1820, on relève l’arrivée d’une cinquantaine d’Anglais qui s’installent en famille ou entre amis dans la ville. Parmi eux, on compte au moins une trentaine de mécaniciens constructeurs et fabricants de tulle. Si cette immigration n’est pas toujours liée à l’industrie tullière, comme on l’observe par exemple pour l’établissement de Drabble William et de ses deux fils visiblement associés à Lenty Crispin et à ses deux rejetons pour la construction de mécaniques à filer et la production de fil de lin, l’établissement de fabriques pour la production de métiers et la fabrication du tulle reste la motivation principale des nouveaux arrivants. Cette migration a pu revêtir des caractères impressionnants dans sa volonté de réussite en entraînant par exemple, en 1823, l’arrivée de neuf candidats, détenteurs de capitaux et de savoir-faire techniques, venus ensemble pour la création d’une seule entreprise. Ces nouveaux arrivants apportent avec eux les perfectionnements et nouvelles mécaniques produites outre-Manche. En 1822, John Bailey installe dans la fabrique qu’il monte avec Thomassin des métiers au système rotatif (circular bolt), inventés par William Dawson, qui permettent la production du tulle uni. Les frères Widdowson adoptent les mêmes métiers circulaires ainsi que des mécaniques dites traverse-warp, qui se distinguent du métier d’Heatcoath par le croisement des fils et par l’utilisation de grosses bobines fabriquées dans l’entreprise par les associés mécaniciens James et Henry Cantelo, qui permettent la production des tattings (petites bandes avec des motifs). Edward Wooton, originaire de Boning, adopte les mêmes mécaniques tout comme Isaac Pounder qui envoie en 1827 des tulles en bande pour l’exposition industrielle de la ville127.

  • 128 ADN, J1774/1.

156Dans la décennie suivante, l’immigration est certes moins importante, mais on compte encore l’installation d’une vingtaine de mécaniciens et fabricants de tulle qui, souvent avant d’arriver à Douai, ont pu connaître une première installation dans une autre ville ou région de l’hexagone où l’industrie s’était développée. Le phénomène n’est pas nouveau. Ainsi, on l’observe avec le mécanicien Jonathan Brown d’abord installé à Lille avant d’être employé, en 1825, à Douai par le négociant Auguste François Estabel-Crépy et le filateur de coton Jean Baptiste Cornille-Pollet pour la construction de métiers128. Avant de s’installer à Douai, Joseph Dobbs avait précédemment monté, en compagnie de son père et de James Clark, un nombre important de métiers à Calais. Il avait certainement précédé de peu Samuel Briton, constructeur de mécaniques dans les deux mêmes villes. L’extrême mobilité de ces mécaniciens porteurs des derniers perfectionnements trouve certainement sa meilleure illustration avec le constructeur Charles Ferguson, de Nottingham, que l’on suit, à partir du début des années 1820 et sur deux décennies, d’abord seul, puis avec son fils Samuel, successivement à Calais, Lille, Douai, Cambrai, Saint-Pierre-lès-Calais et Lyon. Transfert de techniques, conseils pour l’ajustage et la difficile mise au point des métiers construits, visites de courtoisie mais aussi en vue de débaucher les meilleurs mécaniciens sont certainement aussi la motivation des courtes visites qu’effectuent de nombreux constructeurs fabricants de tulle, venus de différents centres producteurs à Douai et dont témoignent les passeports délivrés par les autorités locales.

157Dans la même période, le nombre de « tisseurs de dentelle » recensés semble indiquer une baisse sensible. On relève huit Anglais installés dans la décennie 1820 et trois seulement dans les années 1830. Si les premières fabriques eurent recours dans un premier temps à une main-d’œuvre venue d’Outre-Manche, le tissage du tulle se fit de plus en plus par des ouvriers nationaux qui furent formés à la production des nouveaux produits. Les opérations de broderie furent également réalisées par les filles et femmes de la région qui purent vite bénéficier d’un enseignement de « dessin-broderie » dans une école créée à cet effet à Douai dès 1823.

La diffusion de l’industrie du tulle

  • 129 AM Douai, 2F/14.
  • 130 ADN, M653/12.

158Les rares recensements industriels dressés, pour la ville de Douai, sous la Restauration et la Monarchie de Juillet, confirment un développement rapide du nombre de métiers à faire tulle. En 1818, la ville compte 10 métiers qui occupent un total de 174 ouvriers et 3 mécaniques supplémentaires sont montées au cours du dernier trimestre de la même année129. Entre 1819 et 1825, les constructeurs mécaniciens s’équipent en métiers pour leur propre fabrique ou pour les commandes que leur passent des manufacturiers qui ne s’occupent que de la fabrication du tulle130. Dans la période, la maison « Dablaing, Black fils et Cie », qui emploie quinze ouvriers dont un seul Anglais pour la construction, produit 32 métiers dont 24 pour leur manufacture de tulle et 8 « pour le commerce ». John Bailey, arrivé à Douai en 1822, occupe trois ans plus tard trente ouvriers (23 Français et 7 Anglais), construit 11 métiers dont 9 pour satisfaire à la demande de fabricants. Les deux dernières sociétés de construction mécanique, celle de « Widdowson, Newett et Bussel », dont les créateurs s’installent dans la ville en 1823 et donnent de l’ouvrage à dix-sept ouvriers dont quinze Anglais, et celle de « Brown et Pounder » qui n’emploie alors que six salariés dont deux compatriotes, produisent respectivement 7 et 3 métiers pour leur propre usage.

159L’estimation du nombre d’ouvriers employés à cette industrie est difficile dans la mesure où les différents états ne prennent pas en compte la totalité de la main-d’œuvre attachée à la fabrication du tulle. Ainsi, les chiffres relevés pour 1818 (180 ouvriers), 1822 (657) et 1834 (800) ne tiennent certainement pas compte des brodeuses travaillant pour les fabriques douaisiennes et qui sont 2 000 en 1828 !

160Au total, entre 1819 et 1825, les quatre fabriques de métiers douaisiennes produisent 53 métiers dont au moins 36, destinés à ces mêmes manufacturiers qui confectionnent également le tulle. À cela s’ajoute la dizaine de mécaniques signalées avant la première date. Douai abrite alors environ 10 % des 500 métiers que l’on compte en France en 1827. La progression se poursuit dans les années suivantes, à un rythme cependant inférieur à celui de l’équipement en mécaniques des différents centres de production qui se sont créés sur le sol national, pour atteindre le nombre de 96 métiers pour un total de 1 500 que compte l’hexagone en 1834.

Le développement de l’industrie du tulle à Lille et dans le Cambrésis

  • 131 ADN, 6U2/15 ; Samuel Ferguson fils, 1862, p. 76-78.

161L’industrie du tulle, née à Lille avec quelques années de retard sur celle de Douai, allait connaître un développement plus important. Il semble que la première fabrique de tulle ait vu le jour en janvier 1822 avec la création de la société « Machu, Clark et Cie », composée de l’association de deux Lillois avec le mécanicien anglais James Clark, installé à Calais depuis la fin de 1816 où il a créé deux fabriques131. Le greffe du tribunal de commerce de Lille enregistre encore dans les années suivantes de nombreuses créations de sociétés pour la fabrication du tulle. Si l’on met de côté les modifications apportées aux sociétés, on compte onze nouvelles entreprises entre 1824 et 1830.

  • 132 ADN, 3Q314/151 à 174.

162À côté de ces entreprises déclarées en association, d’autres sources indiquent la présence, entre 1823 et 1830, d’une vingtaine de constructeurs-fabricants de tulle à la tête de leur manufacture132. L’établissement de certains entrepreneurs avec un ou plusieurs partenaires, afin de donner une plus grande étendue à ces fabriques, a d’ailleurs souvent été précédé d’une période pendant laquelle les fabricants étaient les uniques maîtres de leurs affaires. C’est le cas de Thomas Wild, associé à Henri Dominique Bernard-Mathon en 1824, mais déjà à Lille au moins deux ans auparavant quand il construit deux métiers à faire tulle pour Auguste Bonte-Mullié. Il en est de même pour George Shore, originaire de Nothingham, fabricant lillois en 1823. Avant de créer leur société en 1830, Isaac Parks est signalé en 1826 comme fabricant de tulle rue de l’Abbaye de Loos et son associé George Hopkin est sans doute installé dans la ville depuis quelques années si, comme on peut le supposer, il est arrivé d’Angleterre avec son frère William dont on relève la présence à Lille comme manufacturier « de dentelle mécanique » en 1824. À leurs côtés, de nombreux compatriotes exercent la même activité sans pour autant connaître, au moins à Lille, le bonheur ou le malheur de l’association. C’est le cas de Joseph Parott, Alexandre Lowe, William Hopkin, Benjamin Wain, Jacques Gibson, ou de Jonathan Brown avant son installation à Douai en 1825. Leur établissement dans la ville allait entraîner des perfectionnements successifs dans la construction des mécaniques et dans la production du tulle, l’adoption dans la cité des nouvelles inventions anglaises mais également la formation de techniciens et fabricants lillois qui adoptent vite la nouvelle industrie. C’est vers 1822 que George Shore, qui occupait un nombre considérable de serruriers à Nottingham, apporte à Lille un métier à tulle perfectionné par Greenwood. En 1828, Alexandre Lowe et Guillaume Castle, tous deux mécaniciens et fabricants de tulle à Lille, installent chez Bernard-Mathon, fabricant de fils et de tulle, un métier circulaire qu’ils s’engagent à mettre en activité soit directement soit en « trouvant deux ouvriers connaissant leur état pour y travailler ». En 1831, Joseph Gibson, constructeur de métiers à faire tulle, Thomas West, associé depuis quatre ans à Lille à son compatriote Samuel Gaskin pour la construction de mécaniques, François Crucq, marchand fondeur en fer, Édouard Delecroix, filateur de lin, et Jack Jackson, propriétaire à Dunkerque, obtiennent un brevet de dix ans pour l’importation en France « d’un métier rotatif par l’emploi de rouleaux cannelés nouvellement inventé en Angleterre ».

  • 133 ADN, M653/12.

163Comme pour la ville de Douai, la construction des métiers est en grande partie, au moins dans les premières années, assurée par les nombreux ouvriers anglais. L’enquête réalisée par la chambre de commerce de Lille en 1825 note que « les trois quarts des constructeurs sont occupés à construire les machines propres à filer le coton, l’autre quart à la confection des métiers à tulle, etc. Sur les 2 à 3 000 ouvriers répartis dans les ateliers de construction on compte une centaine d’ouvriers anglais qui fabriquent surtout des métiers à tulle »133.

164Ce groupe venu d’Outre-Manche a largement contribué à la transmission des techniques de fabrication aux entrepreneurs de la région. En 1825, le fabricant lillois Antoine Bonnel engage Charles Coutrain, ouvrier fabricant de tulle à Lille, pour un salaire annuel de 1 000 francs avec comme objectif de faire acquérir au premier la connaissance nécessaire à l’établissement d’une fabrique. La même année, le constructeur de mécaniques André Jovenez apporte son industrie à la manufacture « Manche et Clarke » établie à Lille depuis 1822. D’autres entrepreneurs de la région comme Augustin Ozenfant, Louis Ernest Delannoy, Pierre Louis Dollé, Louis Laurent, Auguste Fauchille, Hippolyte Henrion, Antoine Bonnel et même des fabricantes, à l’instar de Pauline Desjardin ou Marie Demotte, purent puiser dans le vivier de ces techniciens anglais pour la création de leur fabrique.

  • 134 ADN, J548/50.

165La production de ces nouveaux tissus nécessita la formation d’ouvriers tisseurs et de brodeuses qui fut initiée par les manufacturiers. La qualification de cette classe d’ouvriers spécialisés dans le tissage du tulle a pu donner lieu à un engagement devant notaire pour une période d’apprentissage d’une durée généralement prévue pour cinq ans. Entre 1824 et 1831, Machu, Clarke et Cie engage 19 apprentis pour la production des tissus que leur enseigne l’Anglais Thomas Toon employé par les fabricants en 1824 pour « former les ouvriers qu’on lui présentera… pour un salaire de 2,40 francs par rack et 0,30 francs par douzaine de bandes sur le métier droit huit quarts anglais »134. Les tisseurs, originaires de l’arrondissement de Lille mais aussi de Cambrai, Saint-Hilaire et Avesnes, en général précédemment employés dans le tissage de toiles, mais aussi dans la fabrication des bas, perçoivent des salaires dont le niveau augmente avec leur perfectionnement dans l’art du tissage que l’on évalue à une moyenne d’environ 500 francs par an en 1824 et à 300 francs seulement en 1831. L’engagement d’Alphonsine Tarley, en 1825 pour trois ans, pour conduire l’atelier de broderie et former les nombreuses femmes employées par les manufacturiers, complète et structure l’organisation productive de la manufacture.

 

  • 135 Roger Bricourt, 1964.

166L’arrondissement de Cambrai allait connaître la même fièvre du tulle : dans de nombreuses communes, où la crise des calicots laissait de nombreux ouvriers sans ouvrage, des entrepreneurs allaient adopter la fabrication de cette nouveauté135. L’installation en 1823 du premier métier « bobbin net » par François Carpriau à Beauvois allait être le point de départ de la naissance d’une intense activité dans la région. Selon Failly, inspecteur des douanes, le Cambrésis compte 220 métiers en 1826 et l’équipement en mécaniques se poursuit encore dans les années suivantes. En 1833, on compte plus de 20 fabriques réparties inégalement dans onze communes dans lesquelles se distinguent, par l’importance des métiers en activité, les villes de Caudry, de Cambrai, de Fontaine au Pire, Inchy et celle de Troisvilles. Si la région, notamment la ville de Caudry, se spécialise dans le tulle uni, des fabricants innovent dans les années 1830 par l’utilisation des dernières techniques. En 1837, « Carpriau et Cie » de Beauvois s’équipe d’un métier dit « réseau » que construit Thomas Brown qui a quitté la ville de Douai pour s’associer à Jean François Wattremez et François Carpriau. L’année suivante, le Caudrésien Théophile Toffin, qui avait travaillé à Calais, revient dans sa ville avec des métiers pour la fabrication de tulle fantaisie, textile qui fera la prospérité de la cité. En 1838 toujours, le mécanicien Ferguson, que l’on a signalé à Calais, Lille, Douai, adapte le système Jacquard au métier à tulle pour la fabrication de dentelle produite par Jourdan de Cambrai.

  • 136 Pierre Pouchain, 1980, chapitre 2 ; Lasserre, 1952, p. 95.

167Au total, l’industrie du tulle localisée dans le département du Nord allait peser lourd dans la production nationale. Les chiffres pour 1833-1834, même situés dans une fourchette – Lille, 181, 300 ou 400 métiers, Douai 75 et 96 et le Cambrésis 210 – montrent que l’équipement du Nord tient une place prépondérante dans la fourchette nationale – entre 1 120 à 1 500 mécaniques136. En 1833, les 481 mécaniques du département représentent 43 % du total des métiers à tulle installés en France. Les mécaniques sont au nombre de 210 dans le Cambrésis, 181 à Lille, 75 à Douai, 15 à Roubaix. Le Pas-de-Calais concentre 376 métiers (34 % du total), les villes de Saint-Quentin et Amiens 108 (10 %), l’Ile de France, la Normandie, Lyon et Sedan 155 (13 %).

  • 137 Charles Dupin, 1836, p. 156-198.

168À cette date, la production de tulle française est largement destinée à la consommation intérieure qui absorbe la presque totalité des fabrications nationales. Les exportations à destination de la Belgique, la Hollande, la Toscane, l’Espagne et l’Amérique du sud connaissent un doublement en valeur entre 1827 et 1833 mais restent limitées, en cette dernière année, à un total de 2 000 000 de francs137.

 

169En définitive, vers 1830, les cotonnades ont gagné la partie. Par-delà leurs histoires irréductibles les unes aux autres, l’installation définitive des produits fabriqués à partir du coton donne l’impression d’une bataille gagnée sur les productions traditionnelles. Rien n’est cependant plus fallacieux que de s’en tenir à cette représentation. Mesurer l’importance de ces produits nouveaux dans l’ensemble des marchandises textiles mises sur le marché reste impossible. En revanche, il est clair que cette nouvelle donne touche l’ensemble des branches du textile. Dans certains cas, les cotonnades s’adossent aux productions traditionnelles et permettent de pallier les déficiences des marchés traditionnels. Dans d’autres cas, elles s’inscrivent dans un mouvement général de diversification et de renouvellement des activités textiles dans leur ensemble. À Roubaix, sans verser pour autant dans le travail de la laine mérinos et du cardé, les entrepreneurs locaux renouvellent grandement leur gamme de marchandises issues de la fibre traditionnelle. Dans le Cambrésis, le lin n’est plus la fibre exclusive travaillée par les paysans. Le coton et la laine font irruption dans les campagnes tandis que sous des appellations identiques – les batistes et les linons –, les toiles de lin voient leur qualité… et leur prix diminuer afin de conquérir de nouveaux marchés. Bref, si, entre les années 1790 et les années 1830, le coton tire formidablement bien son épingle du jeu, c’est l’ensemble des activités textiles qui trouvent ici une seconde jeunesse là où, ailleurs, il arrive qu’elles périclitent.

Notes

1 Marie Donaghay, 1982.

2 Camille Bloch, 1900.

3 Henry-Louis Dubly, 1926, 345 p.

4 AM Roubaix, HH 41.

5 ADN, L 8302.

6 Léon Cahen, 1939, p. 257.

7 Henry-Louis Dubly, 1925.

8 ADN, L 1492.

9 ADN, L 2028.

10 Charles Schmidt, 1908, p. 174-175.

11 ADN, L 1514/L1515.

12 ADN, 6U2/16 ; Tabellion 1156/58.

13 Louis Dermigny, 1960.

14 Arnould, 1791, p. 161-183.

15 AN, Bulletin des lois, An V.

16 Arthur Fischer, 1933.

17 Dieudonné, 1972, p. 325.

18 ADN, 3Q316/7.

19 Théodore Leuridan, 1975, 399 p.

20 AN, F12/1820 A et B.

21 Bibliothèque Municipale de Roubaix, Manuscrit 24.

22 On donne même le nom de « chemin de fer » à une étoffe dans les années 1840 !

23 ADN, M581/212.

24 AN, F12/2411.

25 Théodore Leuridan, 1975, p. 110-119.

26 L.-S. Lenormand et J. G.-V. de Moléon, tome 4, p. 5.

27 Joseph Castel, 1859.

28 André Fugier, 1947, 374 p.

29 AN, F12/1820 B.

30 ADN, 6U2/ 978.

31 ADN, J1464/16.

32 Maurice Lévy- Leboyer, 1964, chapitre 2.

33 ADN, Tabellion 3100.

34 ADN, Tabellion 3102/15.

35 ADN, 3Q314/8/

36 ADN, 3Q314/48.

37 ADN, 3Q314/54.

38 ADN, J 1778/10 ; J1774/22 ; 4Q41/35.

39 ADN, J953/46.

40 ADN, J953/54.

41 ADN, J839/3.

42 ADN, 3Q314/75.

43 ADN, 1Q774.

44 ADN, J953/61.

45 ADN, 1Q771. Wazemmes n’est pas encore rattachée à Lille.

46 ADN, 3Q318/26.

47 ADN, 6U2/15.

48 ADN, J1472/105.

49 ADN, J1472/73.

50 ADN, 6U2/978.

51 ADN, 3Q316/10.

52 ADN, 6U2/978.

53 Henri Clouzot, 1928.

54 ADN, 3Q314/81.

55 ADN, J1774/38.

56 ADN, 6U2/979

57 Dieudonné, 1973, p. 334-336.

58 Annuaire Statistique du département du Nord, an XII, p. 295.

59 Dieudonné, 1972, p. 334-336.

60 AM Valenciennes, F2/69.

61 ADN, 3Q314/129.

62 ADN, 6U2/13.

63 ADN, 6U2/15.

64 ADN, J1491/60.

65 ADN, 3Q314/129 et 130.

66 ADN, J1472/136.

67 ADN, 6U2/15.

68 Archives de la ville de Gand, fonds Hooreman-Voortman n° 6.

69 ADN, 3Q182/20 et 21 ; 3Q128/130 ; J1590/188 et 189.

70 ADN, 6U1/18.

71 ADN, 6U2/978.

72 Henri Clouzot, 1928, p. 78-81 ; Serge Chassagne, 1991, p. 102.

73 ADN, J861/83 ; 3Q314/87.

74 AM Valenciennes, 4ii57.

75 Jean Voortman, 1940, 364 p.

76 Jean D’hont, 1955, p. 233-279.

77 Guillaume Charles Faipoult, 1804, p. 131-133.

78 S. D. Chapman, S. Chassagne, 1981, p. 153 ; CAMT, 41AQ85/folio 713.

79 Archives de la ville de Gand, Fonds Voortman n° 297 et 298.

80 Jean Voortman, 1940, p. 293.

81 Il en va de même de l’exemple de la firme Lousberg.

82 Robert Dumoulin, 1938 ; Joseph E. Nève de Mévergnies, 1935.

83 ADN, 6U2/15 ; J1472/66.

84 Archives de la ville de Gand, fonds Voortman, Grands livres n° 578 à 583.

85 ADN, M653/11.

86 ADN, 6U2/12.

87 ADN, 6U2/15.

88 ADN, 6U2/15.

89 Philippe Guignet, 1979, p. 36.

90 Didier Terrier, 1996, p. 162.

91 Charles Schmidt, 1908, p. 89.

92 Adolphe Bruyelle, 1849.

93 Mémoires de la Société d’Émulation de Cambrai, 1817.

94 Mémoires de la Société d’Émulation de Cambrai, 1821.

95 AN F12/1561.

96 Adolphe Bruyelle, 1849.

97 AN F12/1561.

98 Serge Chassagne, 1976.

99 AN, F12/1825.

100 ADN, M581/165, cf. Carte n° 1, p. 199.

101 Annuaire statistique du département du Nord, 1812.

102 Didier Terrier, 1996, p. 155-158.

103 Serge Chassagne, 1976.

104 ADN, J861/159.

105 AN, F12/1825.

106 AN, F12/1561.

107 ADN, M653/8.

108 ADN, M610/1.

109 Maurice Lévy-Leboyer, 1964, p. 83.

110 AN, F12/1561.

111 Pierre Pouchain, 1980.

112 Archives de la ville de Gand, Fonds Voortman, Grands livres 578 à 583.

113 ADN, M 653/11.

114 Descriptions des machines et procédés consignés dans les brevets d’inventions, de perfectionnement et d’importations, Paris, chez Mme Huzard, tome XXII, p. 274-276.

115 Serge Chassagne, 1991, p. 408.

116 CNAM, U443.

117 ADN, M581/167.

118 ADN, J1451/14.

119 Samuel Ferguson fils, 1862.

120 Enquête du Parlement d’Angleterre pour constater les progrès de l’industrie en France et dans les autres pays du continent, Paris, Bauduin frères, 1825. Séance du 23 mars 1824.

121 AM Douai, 2J/113.

122 AM Douai, 2J/23.

123 BM Douai, Manuscrit 1400.

124 Samuel Ferguson fils, 1862, p. 119.

125 Ibid., p. 72-74, 89 et 135.

126 AM Douai, I J/179.

127 M. Chenou, 1827.

128 ADN, J1774/1.

129 AM Douai, 2F/14.

130 ADN, M653/12.

131 ADN, 6U2/15 ; Samuel Ferguson fils, 1862, p. 76-78.

132 ADN, 3Q314/151 à 174.

133 ADN, M653/12.

134 ADN, J548/50.

135 Roger Bricourt, 1964.

136 Pierre Pouchain, 1980, chapitre 2 ; Lasserre, 1952, p. 95.

137 Charles Dupin, 1836, p. 156-198.

Table des illustrations

Titre Carte n° 1 : Répartition géographique des tisseurs de coton employés par Ladrière (1819)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/1361/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 517k
Titre Carte n° 2 : Ouvriers du tissage dans le Cambrésis (1830)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/1361/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 171k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540