Version classiqueVersion mobile

Les entrepreneurs du coton

 | 
Mohamed Kasdi

Chapitre 4. Les promoteurs de cette greffe industrielle (1700-1790)

Texte intégral

1Le travail du coton a mobilisé sous l’Ancien Régime un grand nombre d’entrepreneurs qui ont choisi de se lancer dans la fabrication de nouvelles toiles à des échelles très différentes. La nature des produits, la conjoncture nationale ou internationale à partir desquelles les fabrications sont entreprises, ont mobilisé des hommes aux capacités techniques et financières très diverses qui ont œuvré dans les différents segments du processus de production, depuis l’approvisionnement en matières jusqu’à la commercialisation. Si certains déployèrent leur énergie dans les fabrications, d’autres restèrent cantonnés à la commercialisation des tissus.

2Ces entreprises ont pu se multiplier, selon les lieux et la nature des textiles fabriqués, dans des cadres économiques déjà existants, ou alors s’inscrire dans une organisation de type « moderne » que l’on nomme la proto-fabrique. Dans le premier cas, la production a surtout consisté dans la fabrication des toiles communes alors que les étoffes à forte valeur ajoutée ont nécessité la concentration des moyens de production.

Le cadre traditionnel : corporations et plat pays

3Le cadre traditionnel s’entend ici comme une organisation du travail qui repose sur des cellules productives rassemblant dans un même lieu une quantité de salariés limitée à quelques ouvriers. Un système où la dispersion des métiers à domicile reste la règle de la production textile. Cette structure productive n’empêche cependant pas certains marchands ou fabricants, par le rôle important qu’ils jouent en amont du processus de fabrication en distribuant la matière et/ou en aval en « récupérant » les produits finis, de régner sur un ensemble important de fabricants.

Entre liberté et protection

  • 1 Jean Lambert-Dansette, 1954.
  • 2 Théodore Leuridan, 1963 ; Georges Teneul, 1962.

4Longtemps présentées comme des organisations économiques « sclérosées et routinières », les corporations lilloises ont été décrites comme des freins à l’essor industriel par opposition au laboratoire du libéralisme que constituait le « plat pays »1. S’appuyant surtout sur l’analyse des statuts fondateurs des métiers jurés établis du XVe au XVIIe siècle, en négligeant les évolutions postérieures et la pratique réelle des différents stils, et pointant les conflits internes au sein des corps de la ville soucieux d’empêcher la concurrence des bourgs de la châtellenie, les études n’ont pas tenu compte de la réalité des « blocages » induits par les relations conflictuelles entre les deux structures économiques2. L’arrêt du conseil de 1762 a souvent été considéré comme la victoire de la liberté de fabrication dans les campagnes. En réalité, elle était déjà largement acquise au milieu du XVIIIe siècle et l’arrêt ne modifie pas sensiblement par exemple les quantités produites par la fabrique roubaisienne. Si les « tracasseries » lilloises devaient cesser après que les États ratifient l’arrêt en 1777, certains auteurs n’ont pas hésité à donner un sens extensif à la décision de la monarchie, en la considérant comme la consécration d’une volonté de liberté économique qui cadre mal avec les réalités des manufacturiers roubaisiens. Il ne semble pas que, dans la deuxième moitié du siècle, ces fabricants aient été les chantres du « libéralisme ». L’état de développement de la fabrique après 1750 et la défense des intérêts manufacturiers poussaient les producteurs à la protection des situations acquises.

  • 3 Serge Chassagne, 1991, p. 189-191.
  • 4 AM Roubaix, H.H.30.

5C’est au moins ce qui ressort de la position qu’ils prirent dans la célèbre « querelle des toiles peintes » qui vit s’opposer les tenants du libéralisme comme Trudaine, Montaran et Vincent de Gournay aux économistes attachés à l’interdiction du port et de la fabrication de ces étoffes, représentés par Machault, d’Aguesseau et Doublet de Persan3. Dans le débat mené par les publicistes, Véron de La Forbonnais, qui se prononçait contre la liberté, rencontra plus d’écho dans la région que l’abbé Morellet chef de file du camp des tenants du laissez-faire. Alertés par le poids croissant que prenaient les seconds, et craignant la concurrence que pourrait créer la facilité de se procurer des étoffes nouvelles, ils se prononcèrent résolument contre la liberté. La Chambre de commerce de Lille appuie fermement la volonté des fabricants roubaisiens de protéger leur production : « Cela causerait un préjudice considérable aux fabriques de cette province et spécialement à celle des calemandes dont la vente serait presque anéantie par l’usage que feraient les femmes de ces nouvelles étoffes et comme les suppliants sont convaincus de votre zèle et de votre attention continuelle à protéger les fabricants du pays et à éloigner tout ce qui peut leur être préjudiciable,… »4.

  • 5 Cité dans M. A. de Saint Léger 1904.
  • 6 AM Lille, A. G/1169.

6L’analyse de l’activité des corporations du textile et, pour ce qui nous concerne, celle des tisserands et bourgeteurs de Lille au XVIIIe siècle, nous montre une réelle discordance des pratiques et des textes réglementaires. Certes, l’écart à la règle est certainement plus ou moins important selon les métiers, l’époque et aussi les différentes fabrications textiles envisagées. L’enquête industrielle de 1781-1782 nous montre par exemple la complexité de l’organisation corporative qui ne peut se résumer à des généralités hâtives, sources d’erreurs dans l’interprétation des réalités économiques de la fin de l’Ancien Régime : « Il faut citer à Lille… plusieurs manufactures de toiles rayées ou à carreaux de toutes les couleurs, toiles à matelas, coutils pour vêtements de chasse, pour les tentures… Les tisserands n’ont point de règlements particuliers. Ils sont assujettis aux règles et au bureau de la bourgeterie pour les étoffes qu’ils fabriquent au même titre que les bourgeteurs. Pour les toiles en couleurs, la fabrication est libre »5. L’absence ici énoncée de statuts pour le corps des tisserands, alors qu’il en fut établi en janvier 1635, ne peut pas se comprendre si l’on ne tient pas compte à la fois de la désuétude de textes du XVIIe siècle, concernant des tissus dont la nature s’est largement modifiée, et de l’inobservance des règlements6. Il est vrai que certaines des productions des tisserands lillois n’échappent pas au contrôle réglementaire du corps concurrent de la bourgeterie mais rappelons qu’il s’agit, paradoxalement, pour les premiers d’une victoire de la liberté de fabriquer de nouvelles toiles. Ainsi, dans la deuxième moitié du siècle des Lumières, le dernier venu dans la famille des corporations du textile lillois, le stil des tisserands, inscrit ses activités dans une subtile organisation qui mêle liberté et règlement.

Une organisation qui est loin d’être bloquée ou médiocre

7Rappelons que les procès qui opposent les deux corps ont toujours été réglés dans le sens de la liberté de fabrication quand elle était « utile au commerce ». Dans les années 1730, l’opposition des bourgeteurs ne réussit pas à empêcher les tisserands d’obtenir le droit de fabriquer les toiles mêlées de coton. Trente ans plus tard, les seconds obtiendront encore de pouvoir faire fi de l’opposition des premiers pour la fabrication d’étoffes de pur coton. Ces deux conflits reflètent davantage le dynamisme de fabricants qui réussissent à entreprendre et à imposer des fabrications nouvelles destinées à répondre à la demande du moment. Cette opposition a pu même faire le jeu des négociants à l’origine de ces nouveaux produits, qui purent profiter de la concurrence que se livraient les deux corporations et même, surtout dans le cas de l’indiennerie Durot, recourir aux fabricants de la châtellenie.

8Il s’agit cependant de nuancer, dans le cas des toiles mêlées de coton, l’opposition entre ville et plat pays. Dans la châtellenie, les fabricants de basin ne s’imposent dans la fabrique roubaisienne qu’à la fin du XVIIIe siècle, non pas du fait d’entraves présumées de la part de la ville de Lille qui aurait retardé son développement mais bien à la faveur de la crise liée à la désaffection des consommateurs pour les calemandes. Par ailleurs, nous avons vu que les toiles de basin produites à Roubaix sont soumises à une réglementation stricte concernant la largeur, la longueur, et la quantité de fils utilisés, qui est comparable dans les termes aux règlements édictés pour les productions lilloises. Dans la pratique quotidienne, les deux systèmes se marquent par des points communs plus que par des différences.

Des cadres de production très proches

La corporation : un système égalitaire ?

9Au XVIIIe siècle, à Lille, le corps de la bourgeterie comme celui des tisserands ne limitent plus le nombre de métiers qu’il est possible à chacun des suppôts de détenir, et il serait vain de supposer une égalité relative entre les maîtres des corporations. Les réalités sociales des fabricants lillois font se côtoyer des situations très différentes.

  • 7 AM Lille, A. G/1204 dossier 8.

10L’état des « comptes des tisserands de Lille » dressé le 11 août 1777 témoigne de l’hétérogénéité du milieu. Le document fait état de la présence de 131 fabricants chargés d’un droit de 20 sols par métier monté7. Le recensement établit à 573 le nombre d’outils en activité entre le mois d’août 1776 et le même mois de l’année suivante. Si la moyenne du nombre de métiers par fabricant se situe à 4,37, on observe une inégalité dans la possession de la quantité d’outils qui s’étale de 1 à 24.

  • 8 AM Lille, A. G/1199 dossier 7.

11La source indique que la grande majorité des maîtres tisserands ne possède que quatre métiers au maximum dans le même atelier. Cette masse de petits fabricants au nombre de 96, qui représente 73 % de l’ensemble des tisserands, ne fait cependant battre que 42 % du total des métiers en activité dans la période. Au-dessus de ces petits fabricants, on trouve un groupe de 19 maîtres qui se distingue du premier ensemble par la possession d’un nombre de métiers jusqu’à deux fois supérieur à la moyenne. En haut de l’échelle pyramidale que constitue la structure productive du corps des tisserands, un petit groupe de 16 suppôts, 12 % des fabricants, possède plus de 37 % des métiers montés à Lille entre 1776 et 1777 et assure une grande partie des fabrications du corps. Le poids de ces principaux fabricants est par ailleurs minoré par les sources qui nous présentent des maîtres tisserands de même famille dans des unités recensées séparément. Ainsi par exemple, Philippe Joseph Brasme déclare 4 métiers mais il inscrit également sa mère pour 21 outils, soit pour l’ensemble 25 métiers qui ne forment peut-être pas le total des activités déployées par la famille car, en 1766, le père également prénommé Philippe déclarait posséder « une manufacture qui consiste en 61 métiers »8.

  • 9 Frédérick Lebrecht, 1997.
  • 10 AM Lille, A. G/1204.
  • 11 ADN, 6U2/975.

12On retrouve la même inégalité dans la répartition des outils de production possédés par les maîtres bourgeteurs lillois. Si une ordonnance de 1565 imposait l’interdiction de posséder plus de six métiers à tisser dans le même atelier, la règle n’est plus de mise au XVIIIe siècle9. Les comptes du corps pour l’année 1777 nous montrent la même hétérogénéité et hiérarchie qui voit se côtoyer des fabricants au statut social fort différent10. Comme pour le corps rival, la présence de plusieurs membres de même famille renforce encore le poids et la domination de certains maîtres. Le cas de Constantin Selosse est intéressant car il nous montre les liens réels qui existent entre les fabricants d’une même famille. En 1777, il déclare 10 métiers auxquels il faut ajouter ceux que possèdent (ses frères ?) Philippe et Jean Baptiste pour un total de 16 outils. En septembre 1783, la faillite de Constantin Selosse plonge en effet les seconds, créanciers pour plus de 1 700 livres, dans les difficultés et confirme les relations privilégiées, pour le meilleur comme pour le pire, entretenues au sein de ces cellules qui composent la structure des corporations11.

Les fabricants de la châtellenie

13Le nombre de fabricants occupés à ces dernières fabrications dans la châtellenie nous échappe très largement. Leur nombre ne nous est connu que pour la fabrique roubaisienne de basin et seulement pour quelques années de la fin du XVIIe siècle, au moment où la production est encore quantité négligeable. Entre 1680 et 1701, on relève en moyenne une douzaine de fabricants produisant chacun annuellement environ 840 futaines avec une irrégularité que caractérise le minimum de cinq fabricants en 1694 produisant ensemble 105 pièces seulement et le maximum de vingt fabricants en 1689 pour 1 360 toiles. En 1748, les quantités totales fabriquées, 2 800 pièces, sont trois fois supérieures à celles des deux dernières décennies du siècle précédent et elles sont produites par dix-huit entrepreneurs.

14Ces faibles quantités moyennes ne doivent cependant pas cacher des disparités dans le poids de chacun de ces fabricants. Les états de productions de la fin du XVIIe siècle, qui comportent de manière lacunaire le nom et la quantité des toiles présentées au bureau de marques, permettent de mettre en évidence une élite chez ces fabricants. En 1690, sur les 1 075 pièces fabriquées par vingt fabricants et portées au bureau de la marque, Léon Florin et son fils, comptabilisés séparément dans les inventaires, en déposent 367 alors que certains futainiers n’en livrent que 2 ou 3. L’année suivante, ils présentent 40 % des 1 002 futaines fabriquées, plus d’un tiers en 1692 et encore 40 % en 1694.

  • 12 AM Roubaix, BB 15.

15Au milieu du siècle, un état des marchands de la paroisse de Roubaix confirme l’inégalité des situations chez les fabricants de basins roubaisiens : « Les manufacturiers ne sont point riches comme on se l’imagine, tant s’en faut, il y en a plus des deux tiers qui font manufacturer avec des argents à emprunts et sur le crédit que leur font ceux à qui ils achètent les matières nécessaires et que si on leur vendait tous (leurs outils) ils n’auraient point à satisfaire leurs créanciers »12. Si un certain nombre de familles de fabricants roubaisiens réussit à maîtriser une grande partie du processus de production, depuis l’approvisionnement en matières jusqu’à la commercialisation des toiles, une grande majorité reste très dépendante de marchands ou de négociants qui distribuent les laines et récupèrent les textiles tissés. Cette « proto-industrie » qui lie un nombre d’acteurs aux relations de dépendance plus ou moins lâche, sur un territoire d’étendue variable, est le système de production des corporations lilloises comme de la fabrique du plat pays.

L’hétérogénéité des fabricants : les investissements

16Les bilans de faillites conservés pour la période peuvent nous aider à approcher les différences mais aussi les points communs qui unissent ces fabricants. Les termes retenus pour désigner ces « artisans » sont nombreux : fabricant, bourgeteur, tisserand, auxquels on ajoute parfois le qualificatif de maître ou de marchand qui ne révèle pas toujours cependant un statut différent dans le contrôle plus étroit du processus de fabrication. Il en est ainsi en tout cas de Gabriel Dorez failli en 1772, désigné comme « marchand-fabricant » à l’époque de son dépôt de bilan et que l’on a rencontré, dans d’autres sources, comme inscrit dans le corps des tisserands de la ville de Lille à partir de 1766.

17Il existe une grande disparité chez ces fabricants dont l’actif moyen, établi au moment de difficultés, ne dépasse pas 3 800 livres. La différence est notable entre les 136 livres inventoriées pour la veuve Lecomte de Roubaix et les 12 000 livres du Sieur Cuvelier, marchand Lillois failli en 1785. Avec un actif stable mobilier moyen d’environ 853 livres, le seuil d’entrée dans l’activité est largement ouvert pour un grand nombre de candidats à l’industrie. La valeur des ustensiles ne se réduit qu’à un seul métier chez la Roubaisienne faillie en 1791, sur lequel est restée la chaîne de fil de coton, l’ensemble constituant tout l’actif ! C’est beaucoup moins que les neuf métiers évalués à 700 livres chez le failli Dorez en 1772 ou que la valeur des outils de la veuve Destailleurs, fabricante de toiles à carreaux à Halluin, estimée à plus de 2 500 livres. Ici, une partie seulement des métiers est placée dans les quatre maisons qui lui appartiennent, quelques outils sont installés chez des tisserands qui travaillent à façon pour la fabricante.

  • 13 ADN, C 8183.
  • 14 ADN, C 16645.

18Les capitaux immobilisés pour les bâtiments et les outils qui sont propres aux filatures de coton ne semblent pas non plus avoir nécessité des sommes considérables, d’autant que les manufacturiers purent souvent compter sur l’aide des autorités qui accueillaient ces nouvelles fabriques. La filature de coton établie à Avesnes par exemple est installée dans le béguinage de la ville et les entrepreneurs jouissent du bâtiment gratuitement13. À Cambrai, le Magistrat et les États prennent en charge le loyer de la fabrique de Laborie, évalué à 600 livres. En septembre 1788, la valeur des ustensiles de la manufacture composés notamment de 50 rouets, de dévidoirs, de cardes, de six métiers à « faire toiles et mousselines » est estimée à 1 362 livres pour un actif total de 7 194 livres14.

  • 15 ADN, 3Q545/12.
  • 16 AN, F12/1407.

19En 1763, la manufacture « des pauvres de Condé » s’installe rue Neuve, dans un bâtiment appartenant au seigneur de Croÿ. Les nombreux travaux de maçonnerie et de charpente entrepris entre 1763 et 1766 nous donnent cependant quelques indications sur l’espace manufacturier. Le bâtiment comporte un jardin, une cave, un rez-de-chaussée, un étage avec 36 grands carreaux et un grenier. Le portier chargé de surveiller la manufacture loge dans une chambre avec 4 grands carreaux, le directeur possède sa pièce, une autre sert de « magasin », une salle est réservée à l’ourdissage et une autre aux fileurs. C’est aussi dans la manufacture, peut-être dans la cave, que se trouvent les métiers à tisser. En définitive, un local où l’espace n’est pas très important, l’inspecteur des manufactures parle d’exiguïté et on a recours à une salle du château du Duc de Croÿ pour entreposer les étoffes. Une indication de la valeur de la manufacture nous est donnée après l’émigration du seigneur, en 1794 : le bâtiment est revendu pour la somme de 11 000 livres comme Bien National de 2e origine15. Outre les métiers rachetés au premier directeur, la manufacture fait construire le matériel nécessaire à la filature et au tissage par des ouvriers de Condé-sur-l’Escaut. François Bailleux, tourneur de son état, livre les rouets, 36 le 14 août 1763, dont 8 avec « chacun leur tiroir », à 22 sous 6 deniers pièce et 8 autres sans tiroir à 20 sous pièce. Une autre livraison a lieu le 2 octobre 1763 pour 24 rouets dont 12 avec des tiroirs, cette fois à 25 sous, et 12 simples à 22 sous 6 deniers ainsi que « 2 rouets à bobiner ». C’est le même personnage qui livre les dévidoirs, dont l’un « avec une roue à 80 dents et une vis sans fin » à 3 livres et un autre plus grand à 6 livres qui dévide sept écheveaux à la fois. Il fournit aussi des « lanternes » qui servent à dévider le fil plus fin, de « mulquinerie », avec « un pied en crémaillère pour les porter », des bobines à 10 sous la douzaine, des « perches avec des montants pour les soutenir, servant au blanchissage des fils », des moulins sur pieds, des chariots à bobiner et plusieurs broches. Les navettes sont ferrées par François Delangre « soit d’un bout en fil de fer ou de 2 bouts ». C’est François Caudron, vraisemblablement menuisier à Condé, qui fabrique les métiers à tisser pour la manufacture. Outre les travaux d’aménagement du local, il apporte le bois qu’il assemble à l’intérieur de la manufacture pour en faire des outils. Par exemple, en janvier 1766, il travaille sur le métier à fleur et sur celui à « basains », c’est lui aussi qui régulièrement réajustera les différents métiers. Au total plus d’une centaine de rouets, au moins 18 métiers battants, plusieurs dévidoirs, etc. composent les « ustensiles » de la fabrique qui sont estimés à environ 2 500 livres en mai 176516.

  • 17 ADN, 6U2/973
  • 18 ADN, 6U2/976.
  • 19 ADN, 6U2/975.

20La faible valeur de l’actif mobilisé ne doit cependant pas cacher l’activité déployée par ces entrepreneurs. L’estimation des marchandises fabriquées quand elle nous est connue montre qu’elles représentent l’essentiel de l’actif de ces fabricants. La valeur des toiles façonnées et restées dans les magasins du Sieur Dorez en 1772 est évaluée à 7 000 livres dont « 1 200 livres pour la fabrication de garats ordonnée par (l’indienneur) Durot et restées pour son compte » : l’ensemble des marchandises représente dix fois la valeur des métiers17 ! Il paraît très probable qu’une partie des « coutils, siamoises, cotonnettes, toiles de Rouen et des Indes, mouchoirs, etc. » a été fabriquée pour le compte de Dorez par des tisserands payés à façon ou par d’autres petits fabricants. En 1785, « les meubles, effets et ustensiles » de Louis Cuvelier atteignent 1 000 livres mais les marchandises dont il dispose encore sont évaluées à une somme dix fois supérieure18. En 1783, on évalue à 500 livres les outils du maître bourgeteur lillois Constantin Selosse qui possède pour 750 livres de marchandises, mais on ne compte pas dans l’actif des étoffes d’un montant de plus de 2 500 livres, saisies par l’autorité du bailliage de Wambrechies à la demande du Sieur Sacqueleu, marchand de coton à Lille et créancier du failli19.

  • 20 ADN, 6U2/974.

21Les documents nous suggèrent une intense activité, qui n’apparaît que de manière indirecte dans les bilans, pour les achats de matières premières, et l’importance du travail distribué aux fileuses ou aux tisserands. Les malheurs de Catherine Desneulin, marchande de coton à Lille qui se fournit en matières brutes à Tournai, disent bien les difficultés en même temps que la force de résistance de ces fabricants. Faillie en 1782, elle aura cependant montré pendant une décennie une grande ténacité : la fabricante observe qu’en 1772, ses créanciers ayant fait procéder à la vente judiciaire de ses meubles, marchandises et effets et à la rentrée de ses dettes actives, elle s’était trouvée dénuée de tout. Que dans l’espérance de pouvoir payer par la suite ses créanciers, « elle a pris de l’argent à intérêt pour se rétablir… que l’intérêt qu’elle payait, les ventes qu’elle était obligée de faire pour payer ses ouvriers, les négociations des billets qu’on lui donnait en paiement lui faisait perdre le gain qu’elle faisait sur ses marchandises… Que très souvent ne pouvant trouver de l’argent à intérêt pour payer ses ouvriers et faire face à ses créanciers elle a dû à nouveau vendre la plus grande partie de ses meubles et effets pour en racheter d’autres… »20.

  • 21 ADN, 6U2/975.

22Combien ces fabricants auront-ils fait vivre de fileurs ou tisserands ? En 1783, le passif de Constantin Selosse porte une perte de 369 livres pour des avances faites à des ouvriers « qui ne travaillent plus chez le failli et à certains qui y travaillent encore »21. Dans les justifications de sa faillite en 1783, la veuve Destailleur annonce une perte de 1 920 livres pour des avances aux ouvriers et 640 livres en « négociations y compris filés et cotons volés ».

23Les salaires distribués dans les filatures de Condé représentent également l’essentiel des postes de dépenses. Les pièces éparses de la manufacture, après une année effective de fonctionnement, en mai 1765 montrent que les marchandises en magasin représentent une valeur de près de 7 800 livres pour seulement 2 400 livres affectées aux dépenses d’ustensiles. Les salaires, même si on a pu dire qu’ils étaient extrêmement faibles, représentent la part la plus importante des dépenses de fonctionnement de la fabrique. En 1775, la manufacture se procure pour 2 468 livres de coton et verse un total de 6 770 livres de salaires aux 210 personnes qu’elle occupe durant cette année. Les comptes établis deux ans après montrent que la valeur des salaires distribuée est légèrement supérieure : 6 929 livres. En 1780, les matières achetées atteignent 4 246 livres et produisent des marchandises dont la valeur atteint 12 879 livres. Le coût de la main-d’œuvre est porté pour 6 687 livres, soit 52 % du prix de vente des toiles et filés fabriqués alors que le coton brut atteint à peine 33 %.

Le transfert des hommes et des techniques

24Entreprise antérieurement dans d’autres régions, l’industrie cotonnière qui s’installe dans la région est redevable à des hommes qui apportèrent leur savoir-faire au profit du développement local. Dès le début du XVIIIe siècle, un transfert de techniques s’opère entre les provinces versées précocement dans ces activités et les provinces du nord. Attirés ou soutenus par les autorités provinciales et locales, des fabricants qui œuvraient dans l’industrie de leur région d’origine furent séduits par l’installation en terre lointaine. Quand ils arrivent de leur propre chef, les motivations sont multiples. Pour certains, l’objectif est de s’installer dans des régions vierges de l’activité quand, chez eux, un grand nombre de fabricants s’activent ; l’exil doit leur permettre d’acquérir un statut social supérieur à celui qui était le leur dans leur région d’origine. Dans ce cas, il s’agit souvent de petits fabricants qui connaissent antérieurement une difficile insertion économique. Pour d’autres entrepreneurs, aux plus grandes capacités financières, cela peut être le moyen de conserver un marché remis en cause par les politiques douanières.

25La plus ou moins grande réussite ne dépend pas uniquement des capacités et savoir-faire de ces fabricants. Elle tient à de nombreux facteurs et notamment aux capacités à développer leurs talents en faisant face à la concurrence des productions venues des régions qui ont pris une avance certaine pour ces fabrications.

L’origine des techniciens

26C’est surtout dans le cadre de la proto-fabrique et dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle que l’on observe le mieux ces transferts de techniques et la mobilité de ces « fabricants qualifiés » de l’industrie.

27Dans la première moitié du siècle, on ne relève qu’un seul exemple d’installation d’un fabricant liée à ses capacités techniques. Dans les années 1730, la volonté du gouvernement de répondre par une production nationale à la demande croissante des basins fins attire à Valenciennes Jean T’Kint qui passe pour un spécialiste dans la fabrication de ces toiles. On a vu qu’il avait érigé auparavant une manufacture dans la ville de Gand dans les Pays-Bas autrichiens avec un associé et que ces talents lui valurent d’obtenir le privilège de manufacture royale.

28Dans la deuxième moitié du siècle, les produits à la mode (les toiles à carreaux, les siamoises, cotonnettes) entraînent un mouvement de diffusion des techniques depuis les régions où l’industrie est déjà développée vers les provinces du nord encore vierges de ces productions.

29La région de Rouen apparaît comme le centre de diffusion de nouvelles toiles, de nombreux fabricants sont à l’origine de la création de fabriques dans la Flandre Wallonne ou le Hainaut. Ils n’arrivent pourtant pas directement depuis leur région vers les provinces du nord. La plupart se sont d’abord installés dans les Pays-Bas autrichiens avant de venir dans la région. Cela nous oblige à évoquer la multiplication des fabriques de l’autre côté de la frontière avant d’observer l’installation de techniciens étrangers aux provinces du nord. Cette migration éclaire aussi notre propos qui a largement mis en avant le lien entre marché de consommation et installation de nouvelles productions.

  • 22 Philippe Moureaux, 1974.

30La statistique des Pays-Bas autrichiens dressée en 1764 montre la multiplication des fabriques à faire « toiles teintes, siamoises, mouchoirs, etc. » à partir du milieu des années 175022. Quelques exemples choisis dans les villes proches de la frontière montrent l’importance de l’activité déployée en terre d’Empire.

31À Ypres, quatre fabriques se créent dans les décennies 1750-1760. La plus importante est celle d’Hovyn, qui possède une fabrique « jumelle » en France à Comines et qui emploie 130 ouvriers pour 50 métiers en 1764. La seconde qui appartient à la veuve Castrique créée avant 1763 occupe, elle, 100 personnes pour 50 outils. Les deux dernières, un peu moins importantes, sont celles du Sieur Lucien mise en place en 1754 et constituée de 30 métiers, ainsi que celle du dénommé Liégeois, érigée presque au même moment avec 12 outils.

32À Courtrai, six fabricants de siamoises se lancent dans la production depuis le milieu du siècle, ils font battre 134 métiers et donnent de l’ouvrage à 260 ouvriers. À Menin, ils sont cinq à se partager 31 métiers en 1767. Les outils s’activent aussi dans de nombreuses petites villes. On dénombre quatre fabricants de siamoise à Wervik en 1763 et sept l’année suivante. À Comines, Thomas Molitor est seul à occuper 6 métiers à faire des toiles rayées tout comme à Dottignies où Jean Baptiste Delerue crée sa fabrique en 1763.

33C’est cependant dans les principales villes que l’industrie s’implante de manière importante. À Tournai, vingt-cinq à trente fabricants occupent 100 ouvriers à faire des toiles de fil de lin, des siamoises et coutils de manière indifférenciée. Mais la fabrique d’Antoine Ghislain Sergeant créée en 1757 est spécialisée pour la production des mousselines destinées à l’impression des fabriques d’indiennes d’Anvers, ainsi qu’à celle des toiles rayées et des mouchoirs. En 1764, elle occupe 72 métiers tous renfermés dans la ville. Tournai abrite aussi une belle manufacture de taffetas destinés à la fabrication des mantelets, de toiles rayées et mouchoirs de soie et coton, érigée dans la même période.

34La question posée par l’administration visant à connaître l’origine des entrepreneurs n’a que très peu retenu l’attention des fonctionnaires qui établissent les recensements mais de nombreuses mentions font référence à la présence d’ouvriers français, principalement dans l’industrie textile qui utilise le coton. C’est le cas à Mons où il existe une manufacture de cotonnettes qui occupe 107 métiers en 1764 et où l’on fait aussi des siamoises et mouchoirs depuis les années 1750. Les autorités assurent qu’on emploie 900 ouvriers mais elles ne peuvent donner les quantités de pièces fabriquées « parce que les manufacturiers ne font pas partie du corps des métiers de la ville, étant des sujets français qui sont venus s’établir en vertu des privilèges dans la ville qui ne les assujettit à aucune règle ». À Tournai, la fabrique de taffetas est créée par Audibert Carré, natif des environs de Lyon où il était auparavant établi. Dans les Pays-Bas autrichiens, il s’installe d’abord à Malines en 1760 puis à Tournai trois ans plus tard.

  • 23 Hubert Van Houtte, 1920.
  • 24 ADN, C 8291.

35Les multiples références aux fabrications de tissus « à l’instar » de Rouen ou de Reims suggèrent qu’une partie importante de ces fabricants sont originaires de ces lieux, et que l’imposition de nouveaux droits sur ces marchandises, à l’entrée du territoire des Pays-Bas autrichiens, a été un élément déterminant pour ces installations en terres étrangères. À Menin, c’est Nicolas Catreville, natif de Rouen, qui établit en 1755 une fabrique de siamoises de fil et coton et toiles de coton pur dont les pièces, plombées aux armes de la ville, se débitent sur le territoire autrichien. C’est encore un Rouennais, Jean Joseph Lonnet de Creval, qui est à l’origine, en 1756 à Tournai, de la fabrique de « petits draps de Reims, cotonnettes et siamoises de Rouen, mouchoirs de Cholet et autres étoffes en fil, coton et soie de mode » ainsi que d’une teinturerie en rouge des Indes23. Avant de s’installer dans les Pays-Bas autrichiens, le fabricant s’expatrie en Angleterre où son entreprise rencontre vite des difficultés qui le conduisent dans les geôles londoniennes24. Installée à Tournai en association avec le négociant choletais Lebreton, la société ne remplit pas les espoirs : les toiles fabriquées ne semblent en effet pas répondre à l’attente des autorités municipales qui avaient subordonné leur aide à la capacité du fabricant à produire des toiles susceptibles d’imiter les étoffes de Rouen et Cholet. Pour se faire rembourser de ses avances, elles n’hésitent pas à faire emprisonner Lebreton et Lonnet qui s’en était allé « à Bruxelles pour en imposer de nouveau au ministre ». La reprise de la fabrique tournaisienne par Antoine Ghislain Sergeant, sur lequel nous reviendrons, rendra la liberté aux associés après quelques mois. Le « technicien » reprend alors la route pour tenter à nouveau de s’installer cette fois à Valenciennes.

  • 25 AM Lille, A.G/1197 dossier 13.
  • 26 AM Roubaix, HH 32.
  • 27 AM Lille, A.G/1197 dossier 13.

36C’est en avril 1761 que Jacques Filleul, natif de Cropus, quitte la région de Rouen fort de son métier de « veloutier et teinturier »25. Son savoir-faire développé dans sa région d’origine lui permet de devenir directeur de la fabrique de velours de coton établie à Gand. C’est dans les premiers mois de l’année 1763 qu’il quitte la ville, avec deux ouvriers, pour se rendre à Roubaix où il propose « des preuves de son savoir-faire » aux échevins pour l’établissement d’une manufacture de velours, cotonnettes, mouchoirs, le tout en coton et filets de lin26. Son séjour dans la cité dure quarante et un jours pendant lesquels il est occupé à monter un métier qui « malgré sa perfection » ne séduit pas le magistrat qui refuse finalement « d’en suivre l’exécution ». La ville de Lille se montre plus disposée à accueillir le fabricant et les directeurs et syndics de la chambre de commerce acceptent qu’il s’y installe « à condition que ces pièces soutiennent la concurrence avec celles qui se fabriquent à Rouen et dans les environs »27.

  • 28 AM Valenciennes, HH 2/82.

37La région de Rouen n’est pas la seule à fournir un vivier de techniciens et les candidats à l’entreprise dans la région du nord sont aussi originaires d’autres régions versées dans l’industrie cotonnière. Souvent d’extraction modeste, ces fabricants dynamiques ont souvent été à l’origine de plusieurs fabriques éphémères. À l’initiative de la « manufacture des pauvres » de Condé-sur-l’Escaut, on trouve le Sieur Hérigny qui était auparavant installé comme filateur dans la « manufacture de Saint Quentin »28. Après avoir quitté Saint-Quentin, il porte son industrie à Antoing (près de Tournai) où il est encore désigné comme fabricant de fils de coton. Son installation dans les Pays-Bas autrichiens n’est pas une réussite et il accumule les dettes pour loyer non payé et pour frais de nourriture. C’est en 1764 qu’il arrive à Condé-sur-l’Escaut avec ses meubles, ustensiles et coton qui lui sont rachetés pour 134 livres. Ses nombreux déboires et ses dettes, qui réduisent son « capital » à l’apport d’un savoir-faire, ne lui permettent pas d’être associé à l’entreprise et il se contente d’un engagement comme directeur de la fabrique, aux appointements de 45 livres par mois auxquels il faut ajouter des gratifications.

38En 1782, c’est Jonas Louffin, natif de Gand, qui crée sous les auspices du magistrat d’Avesnes la première filature de coton de la ville. Le mauvais état de ses affaires, en 1787, l’oblige à cesser son entreprise qui est alors reprise par « Prissette, Godefroy et Cie ». Les nouveaux entrepreneurs engagent le Gantois pour la direction de la fabrique mais, après quatre mois, il préfère rompre son engagement « attendu la convenance du prix ». Sa volonté d’indépendance et sa ténacité le font quitter Avesnes et c’est dans les Pays-Bas autrichiens, à Mons, qu’il réussit à nouveau à « donner l’être à une manufacture en filature de coton sous les auspices du magistrat de cette ville ». Le nouvel établissement n’est guère plus heureux et c’est à nouveau à Avesnes qu’il se retrouve en 1790.

39Fixé à Cambrai en 1787, Laborie est originaire de Pont-à-Mousson où il était entrepreneur d’une fabrique de coton en fin destinée à alimenter les tissages de mousselines. Il n’arrive pas seul à Cambrai, puisqu’il emmène avec lui sa nièce, versée depuis de nombreuses années dans l’art de filer fin. Il emploie également le sieur Deguillot et sa femme originaires de Rouen et qui logent rue des Juifs à Cambrai et il fait venir de Châlons-sur-Marne Marie Gobillard qui « mouline » le coton de la fabrique.

40En même temps que ces fabricants montrent de grandes capacités techniques, leurs déplacements géographiques et leur déclassement social, qui les fait passer tour à tour du statut d’entrepreneurs à celui de directeur voire de simples employés, témoignent de la fragilité des manufactures créées par ces techniciens. Le recours à l’association s’est souvent imposé à eux, soit au moment de la création de leur fabrique, soit après avoir éprouvé les dures réalités de l’entreprise.

La nécessaire association des techniques et du capital

  • 29 ADN, C 9087. Dossier de référence sauf mention.

41En 1733, à Valenciennes, T’Kint se voit contraint, pour faire face aux difficultés dans lesquels il se trouve, de se mettre à la recherche « de quelques amateurs de nouvelles fabriques pour s’associer »29. Il est vrai que, selon les propos de l’intendant, à l’origine de l’arrivée du Gantois à Valenciennes, « son crédit est point établi » et c’est encore son protecteur qui réussit à intéresser deux partenaires en prenant la précaution de vérifier leurs « facultés » et en leur promettant une avance de fonds de 20 000 livres. Le 13 mars 1733, le contrat de société qui lie Jean T’Kint à Ferdinand Hardy et Jules Cazier son beau-fils doit permettre un accroissement des activités.

42Ferdinand Hardy, marié à Marie Claire Motte, est originaire d’Ath où il demeure comme propriétaire foncier. Il est en même temps bourgeois de Valenciennes où « il a en fonds de biens tant en maisons qu’en terres labourables » pour plus de 1 200 florins de rente. Ce sont surtout les propriétés foncières « considérables » qu’il possède dans les environs d’Ath et de Tournai qui lui procurent ses principaux revenus qui ne cessent de croître.

43Jules Cazier, fils d’un premier mariage de Marie Claire Motte, est installé à Valenciennes comme marchand grossier et mercier. Intégré dans l’élite sociale et commerçante de la cité, il apparaît aux yeux de l’intendant comme « fort en état de l’entreprise dont il est question ». Certainement davantage versé dans les activités industrielles et commerciales de la ville que son beau-père, on le décrit comme un « homme de biens en marchandises ». Sa fortune réside aussi dans des biens fonciers qu’il tient de sa famille ainsi que de celle de sa femme. Il a épousé en secondes noces la fille d’un marchand de fromage « qui à la réputation d’être fort riche » et dont ils ont « de très grandes successions à attendre ».

44Le contenu des articles de la nouvelle société décrit la volonté de repartir sur des bases solides en commençant par la remise des comptes afin de « faire un état clair de la situation » de l’entreprise et de tenir de nouveaux livres qui permettront un compte général au mois de décembre de chaque année. La société reprend les marchandises et les métiers possédés par T’Kint après un inventaire. Il est prévu que chacun des associés contribue par « son industrie, génie et peine à la manufacture » sans qu’il puisse prétendre à des appointements, excepté pour les frais de voyages. Même si T’Kint reste responsable des fabrications, la production de nouvelles toiles, l’achat de matières premières ou l’envoi de marchandises nécessitent l’approbation des trois associés. L’acte de société ne fixe pas de capital social de l’entreprise, celui-ci est constitué de l’apport du Gantois, dont une partie consiste dans la reprise de l’actif de la première entreprise, et de la part que les Valenciennois s’obligent à engager en commun. Ceux-ci précisent cependant qu’ils engageront de « grands frais et fonds qui sont nécessaires à l’entreprise et dont ils engagent leurs biens meubles et immeubles ». Les bénéfices et pertes prévus sont divisés en deux.

45Dès le mois de février 1734, l’intendant est mis au fait de la « mésintelligence » qui règne entre les associés. C’est d’abord un conflit de compétences qui oppose les associés. T’Kint reproche à ses partenaires de « s’ingérer dans la fabrication des basins (et) qu’ils ont hasardé contre son gré différentes épreuves » qui ont été préjudiciables à l’entreprise. Arguant du privilège qu’il a obtenu pour lui seul, il refuse l’immixtion de ses partenaires dans la manutention de la fabrique. De leur côté, les associés reprochent à T’kint de ne pas fournir les capitaux nécessaires à la bonne marche de la manufacture. Celui-ci est en effet incapable de faire les avances « à proportion » de l’intérêt qu’il a dans la société. En février 1734, les ouvriers de la manufacture sont laissés sans ouvrage, faute des fonds que le Gantois doit fournir pour l’achat des cotons fins à Amsterdam. Hardy et Cazier se lassent vite de faire des avances à la société alors que T’Kint ne dépense que son industrie et ils mettent fin à l’association.

  • 30 Louis Varlez, 1901.
  • 31 AN, F12/87.

46La dissolution de la société ne fait pas disparaître la fabrique qui continue sans le Gantois qui repart dans sa ville d’origine pour reprendre une manufacture avec son ancien associé dans les Pays-Bas autrichiens30. À Valenciennes, l’entreprise se poursuit avec succès grâce à Hardy et Cazier qui sont devenus manufacturiers et qui ont eu la possibilité d’acquérir les techniques propres à la fabrication des basins super fins. En 1740, à la mort du premier, Jules Cazier poursuit l’entreprise seul et obtient de continuer à jouir du titre de manufacture royale et des avantages accordés à l’initiateur de la fabrique31.

47La création de la filature de coton à Houplines est certainement la plus spectaculaire pour l’époque, en ce qu’elle utilise une mécanique et par les capitaux qui sont nécessaires à son établissement. L’objet de la société est la fabrique de fils de coton fins destinés à alimenter les fabriques de mousselines.

  • 32 AN, F12/1338. Charles Ballot, 1923, p. 57-58.
  • 33 AM Lille, A.G./1197.

48C’est en 1755 que François Nicolas Brisout de Barneville, marchand « qui avait à Rouen un commerce florissant de toiles, dentelles et soieries », invente une machine à filer le coton32. À la fin de l’année 1763, le Rouennais écrit à Trudaine pour l’appuyer dans sa démarche auprès du Magistrat lillois en vue d’obtenir de s’installer dans « la ville de Lille en Flandre où il y a un grand hôpital général composé de 3 000 pauvres… qui pourraient travailler en même temps aux différentes filatures très fines, qui font l’objet principal du secret de la mécanique et aussi aux filatures ordinaires… en filant jusqu’au nombre de 300 fils à la fois avec beaucoup plus d’aisance et de facilité que dans les autres manières de pratiquer la filature usitée jusqu’à aujourd’hui »33. Le directeur du commerce donne son appui au projet et il demande à l’intendant Caumartin de proposer aux autorités locales d’accueillir favorablement l’établissement. La proposition reçoit un avis négatif du Magistrat qui contrarie fort l’intendant qui écrit aussitôt à Trudaine pour « l’informer de votre façon de penser à cet égard ». Les autorités municipales avaient suivi l’avis de la chambre de commerce qui avait indiqué que l’on ne pouvait accueillir le projet car « on manquait de bras dans la ville pour les manufactures de bourgeterie et sayeterie ». Les négociants lillois étaient aussi au courant des premières expériences menées pour faire fonctionner la mécanique et ils étaient informés que son entreprise « avait échoué à Rouen n’ayant pu remplir à faire aucune pièce avec des fils de coton et autres, travaillés à tant différentes mains, que les uns étaient épais et les autres trop délicats, de manière qu’il était impossible de faire une pièce unie et vendable… ». On trouvait par ailleurs le coût trop important et impossible de trouver dans l’hôpital un lieu permettant de réaliser les différentes opérations.

  • 34 AN F12/2195. Charles Ballot, 1923, p. 57.

49Brisout réussit pourtant à trouver à Lille un associé en la personne de Vanzeller, seigneur de Roders. En 1765, un contrat de société sous seing privé est conclu à Paris pour établir à Houplines, dans un bâtiment appartenant au second, une filature de coton fin en utilisant la mécanique. Il semble que les termes du contrat, qui nous sont parvenus de manière lacunaire, prévoient que le Rouennais cède sa machine et qu’il soit en charge de la conduite de la manufacture contre un quart des bénéfices de l’entreprise, et que Vanzeller qui fournit le capital social se réserve les trois quarts des profits. L’association est de courte durée, les relations se dégradent et Brisout est congédié par le seigneur de Roders qui se voit poursuivi et obligé de verser 50 000 livres de dommages et intérêts34.

  • 35 ADN, Tabellion 95/61.

50La société a duré moins d’une année mais la période a été suffisante pour que la fabrique puisse continuer avec la mécanique mais sans son créateur. En s’associant avec le Sieur Raincourt, Vanzeller ne comptait certainement pas sur ses capacités techniques mais sur un appui financier. Louis François Raincourt, né à Lille en 1711, est le fils de Jean Baptiste, officier des gardes de Boufflers, originaire de Moulins et de Marie Cogez. Il épouse en 1737 Marie Barbe Delacroix, fille d’un marchand de Condé, et cumule aussitôt les charges au service du roi. D’abord receveur des domaines, il est ensuite directeur de la ferme des cartes et cuivres avant de devenir contrôleur des amendes et aumônes du Parlement de Flandre35. Si l’association prévoit que ce dernier assure la responsabilité de la manufacture, c’est en réalité au directeur de la fabrique qu’échoit la conduite de la manutention.

 

  • 36 ADN, C8291.

51Après ses déboires à Tournai, c’est à Valenciennes que Lonnet de Creval tente à nouveau, en 1760, de s’établir comme fabricant d’étoffes en coton et mouchoirs en association avec deux bourgeois de la ville36. On ne sait pas si ce sont les sieurs de Baralle et Ducré, négociants valenciennois, qui l’attirent dans la cité mais il est évident que le fabricant était devenu indésirable à Tournai. D’ailleurs si l’entreprise est mise en activité, le Magistrat, au courant des agissements de Lonnet de Creval en Angleterre et dans les Pays-Bas autrichiens, se refuse à accorder aux associés les différentes gratifications et avantages sollicités. Il semble alors que la tentative pour développer cette industrie ait vite tourné court.

  • 37 AM Lille, A.G/1197 dossier 13.

52Deux derniers exemples témoignent de la nécessité, pour les techniciens, de recourir à des partenaires détenteurs de capitaux. En 1763, l’installation du fabricant Filleul n’est finalement acceptée par le Magistrat lillois qu’après que celui-ci a formé une association avec deux négociants de la ville37. À Douai, la fabrique de toiles à carreaux et cotonnettes, créée en 1779 par Gabrus Crochon qui était sur le point de l’abandonner après quelques années, subsiste encore en 1789 mais sous la raison « Crochon et Cie », modification qui suppose que l’entrepreneur a trouvé des associés.

53Si l’aspect technique est primordial dans la naissance des fabriques produisant de nouvelles étoffes, celui-ci n’apparaît pas toujours comme une donnée suffisante à lui seul dans la constitution de certaines fabriques qui reléguèrent même souvent les « artistes » au rang de salariés.

54À l’origine de la fabrique de coton d’Avesnes « Prissette et Cie », établie en 1787, les nouveaux entrepreneurs engagèrent Jonas Louffin, fabricant dans la ville depuis 1782, que les mauvaises affaires poussaient à accepter le statut de salarié de la nouvelle manufacture. Il est vrai que l’origine sociale des trois associés, Constant Gossuin, Godefroy, et Prissette, les deux premiers membres du Magistrat de la ville, le troisième notaire et, en tout cas, tous issus des meilleures familles de la ville, obligeait les nouveaux entrepreneurs à s’attacher le savoir-faire et les compétences d’un technicien rompu aux techniques de la filature et du tissage. Le départ précipité de Louffin, après quatre mois, ne met cependant pas en péril la fabrique qui engage le sieur Feuillet, soldat du régiment en garnison à Avesnes et qui obtient un « congé absolu » pour se mettre à la disposition des entrepreneurs et prendre les rênes de la fabrication.

  • 38 AM Lille, A.G/1192 dossier 3.
  • 39 AM Lille, Fonds Gentil, dossier 4913.

55La nécessité d’employer un ou plusieurs ouvriers qualifiés s’imposa également pour la manufacture de toiles fines, mouchoirs, etc., créée en 1754 par les sieurs Maracci et Bresou38. L’association ici entre deux des plus importants négociants lillois ne fait aucune place à un éventuel technicien dont les talents lui assureraient le rang d’associé. La technique a cependant été nécessaire aux deux partenaires qui nous sont davantage connus par leurs importantes affaires d’exportations des textiles lillois vers l’Espagne et l’Amérique plutôt que par une quelconque compétence dans l’art de filer fin39. Ces activités de négoce ne sont pourtant pas étrangères au développement industriel en ce qu’elles relaient la demande, ici des fines toiles de coton et des mouchoirs, des consommateurs. Philippe Maracci, dont la famille est originaire d’Italie et installée à Lille au moins depuis le début du XVIIIe siècle, apparaît comme un des principaux importateurs, dans la région, de laine d’Espagne qu’il réexpédie, après transformation en tissus, vers la péninsule ibérique en tenant compte des modes du moment.

56Pour de nombreux entrepreneurs, la fabrication de toiles de coton ne constituait en réalité qu’une partie de leurs activités. C’est ce que nous montrent les trois plus importants fabricants de toiles à carreaux installés à Comines.

  • 40 AM Comines HH 8.

57Antoine Podevin, natif de Renty en Basse-Normandie, s’installe dans la ville vers 1760-1761 comme fabricant de chapeaux. Cette activité connaît vite le succès et il occupe 80 ouvriers par jour à des productions destinées aux armées. À la fin des années 1780, il apparaît comme « celui qui fournit le plus de chapeaux aux troupes de France » et il a joint entre-temps une manufacture « considérable » d’étoffes de fil et coton40. Ses activités se poursuivent dans la décennie suivante, qui le voit devenir maire de la ville de 1791 à 1793 puis de 1795 à 1797.

  • 41 Roland Iweins d’Eeckhoutte, 2001, p. 21-45.
  • 42 L. J. Messiaen, 1995.

58L’activité déployée dans l’industrie textile cominoise par la famille Hovyn, si importante soit-elle, est également loin de résumer l’ensemble des activités économiques des entrepreneurs. Originaire des Pays-Bas autrichiens, la famille est fixée à Menin où elle apparaît dans les comptes de la ville au XVIe siècle41. À cette époque, les Hovyn occupent une place distinguée dans la cité par les activités qu’ils déploient dans la brasserie, la médecine et les fonctions d’échevins transmises de génération en génération. C’est à partir du XVIIe siècle qu’une partie de la famille essaime vers la ville d’Ypres puis vers celles de Comines Nord et Comines Sud en France. C’est Philippe Jacques Hovyn, né à Menin en 1661 et installé à Ypres où il est membre du collège des XXVII du Magistrat de la ville, qui est à l’origine de la branche qui devait prospérer dans les activités de négoce et de textiles de part et d’autre de la frontière. En 1719, Philippe Jacques, résidant à Ypres, obtient du Magistrat de Comines d’installer sur le sol français une manufacture de rubans qui allait pendant plus de deux siècles contribuer à la prospérité industrielle de la cité42. Marié trois fois, il laisse à la postérité dix-sept enfants dont deux filles et deux garçons qui poursuivent dans les activités industrielles et commerciales.

  • 43 Philippe Moureaux, 1974, p. 403.

59Marie Marguerite épouse Pierre Joseph Iweins seigneur d’Eeckhoutte, qui est également fabricant tanneur et qui possède l’accise des cuirs à Ypres, et Liévine Dorothée convole avec Pierre Antoine Malou qui prend, à la mort de son beau-père en 1740, la tête de la fabrique de rubans. En 1763, il dirige 30 métiers et occupe 130 ouvriers43.

60Les deux fils, Philippe Jacques et Liévin, respectant le désir testamentaire de leur mère de maintenir l’amitié fraternelle, développent conjointement à Ypres et Comines en France les activités de fabrications textiles et de négoce.

  • 44 ADN, C 165.

61Philippe Jacques Hovyn (dit le jeune), né en 1698 à Ypres, marié à Isabelle Meezemaker, est le fondateur des manufactures de basins puis de toiles à carreaux dans sa ville ainsi qu’à Comines en 1751. À sa mort en 1768, son fils Martin Constantin Xavier, alors âgé de 29 ans prend la tête de la plus importante fabrique de toiles à carreaux de la région avec plus de 200 ouvriers en France et dans les Pays-Bas autrichiens44. À Ypres, où la production de toiles à carreaux connaît un essor dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, la famille affiche sa prospérité économique et son rang dans la cité en faisant construire en 1756 un bel hôtel, paroisse Saint-Nicolas, reflet de leur prospérité. Après son mariage en 1767 avec Jacqueline Lorthion native de Saint-0mer, Martin s’installe définitivement à Comines France où il occupe notamment la fonction de maire en 1795.

62La réussite de Martin Constantin Xavier ne peut se comprendre si on ne tient pas compte des activités de négoce déployées par son oncle paternel, Liévin, d’abord en étroites relations avec son père, puis par une association efficace notamment pour l’approvisionnement des fabriques en matières premières. Né à Ypres en 1720, Liévin se destine très tôt au grand commerce et principalement à l’importation des marchandises du Levant. C’est lui qui alimente, dans la deuxième moitié du siècle, en coton filé et teint en rouge les fabriques de la famille à Ypres et Comines mais aussi une grande partie des fabricants de la région. Son mariage en 1746 avec Mélanie Van Ruymbeke le lie aux familles versées comme lui dans le grand commerce, installées à Valenciennes et dans les villes frontalières des Pays-Bas autrichiens, avec lesquelles le négociant est associé pour l’importation de denrées du Levant et d’Amérique. À sa mort en 1781, son fils Antoine Augustin Benoît poursuit et développe les activités de son père.

63Outre les cotons teints qui sont importés directement par la voie de Marseille, Antoine Augustin Benoît Hovyn arme des navires, en association avec les cousins Van Ruymbeke et des négociants valenciennois, pour l’achat de « café, soit de Marseille, Nantes, Lorient, Dunkerque… » qui lui procurent d’importants revenus. Si les membres de la famille Hovyn se distinguent dans les fabrications textiles, c’est certainement qu’ils purent compter sur les ouvriers qualifiés qu’ils employaient à Ypres et Comines ; la tenue des livres de comptes, la connaissance des cours des denrées importées, la négociation des effets et finalement les différentes opérations inhérentes au négoce, qui engageaient d’importants capitaux, devaient certainement être tout autant un objet de préoccupations.

  • 45 Georges Poisson, 1997.

64C’est Antoine Benoît Augustin qui propulse la famille au sein de la grande bourgeoisie parisienne sous le Directoire et l’Empire napoléonien. À la faveur du recul des frontières pendant la Révolution Française, il avait développé, pour contrebalancer les difficultés d’approvisionnement en marchandises du Levant et d’Amérique, un important commerce de toiles entre les départements réunis et les principales villes françaises. Installé à Courtrai comme négociant en toiles, il multiplie les relations commerciales avec Bordeaux et Paris où il s’installe en 1797 après avoir acquis l’hôtel Girac au faubourg Saint-Honoré. La même année, il prend en location, de la duchesse de Bourbon, le palais de l’Élysée, pour 21 200 francs par an, qu’il transforme en lieu de plaisirs et de jeux où accourt la bourgeoisie qui retrouve avec le Directoire le goût des fêtes et des bals45. Après l’émigration de la duchesse, le palais, mis en vente en 1798, est racheté par Antoine Benoît Hovyn, alors « entrepreneur de plaisirs » avec quatre associés qui l’exploitent jusqu’en 1801, date à laquelle il devient le seul propriétaire après avoir versé 261 000 francs à ses partenaires. Hovyn continue à exploiter le palais où il installe un théâtre de marionnettes, des bains, et une bibliothèque. En 1805, le bâtiment est revendu 800 000 francs au maréchal Joachim Murat et Antoine Augustin s’installe définitivement en Suisse, sur les bords du lac de Neuchâtel, où il décède en 1828.

  • 46 Didier Terrier et P. Toutain, 1978.
  • 47 H. Coppejans-Desmedt, 1952.

65Le dernier exemple est celui de Jan Vanpoppelen installé fabricant de toiles à carreaux à Comines dans les années 1780 et qui emploie 145 ouvriers tisserands à la fin de la décennie46. Jean Nicolas Vanpoppelen n’est en réalité pas un nouveau venu dans l’industrie cotonnière. Né à Anvers vers 1732, il est associé à partir de 1775 dans la société « Pierre Caudrelier et Cie » établie à Gand47. Outre ces deux derniers, l’entreprise regroupe d’autres négociants gantois et aussi le comte de Lallaing avec comme objet le commerce du Levant. Il s’agit pour les associés d’expédier les draps produits dans la région de Verviers et de charger au retour les navires de cargaisons de marchandises du Levant, et notamment de cotons bruts et filés produits à Constantinople, Smyrne, Alep, etc. Ces matières premières et semi-ouvrées sont destinées à alimenter la fabrique de 50 métiers à faire des toiles en partie constituées de coton que les associés ont installée dans la ville et qui occupe 200 ouvriers en 1775. L’entreprise reçoit dès sa constitution de larges gratifications et des privilèges de la part du Haut Conseil des Finances. Celui-ci accepte notamment une exonération totale des droits sur les importations des produits du Levant qui rendent les étoffes produites à Gand compétitives sur le marché des Pays-Bas autrichiens mais aussi en France. Les entrepreneurs ne cachent d’ailleurs pas aux autorités que c’est surtout vers ce dernier territoire qu’ils entendent écouler une bonne partie de leurs fabrications avec « comme but secret de déséquilibrer l’industrie textile à Rouen ! ».

  • 48 ADN, Tabellion 2641.

66L’arrivée à Comines est-elle la suite logique de ces premières relations commerciales développées à Gand et que le négociant veut perpétuer après la dissolution de la société ? Son installation en France, dans les années 1780, à un moment où les fabricants de toiles à carreaux de la région connaissent des difficultés, peut laisser sceptique sur ses chances de réussite. Cependant, dans les dernières années d’Ancien Régime, Vanpoppelen n’a pas mis fin à ses activités de négoce et d’importation de marchandises du Levant48. C’est son fils Victor François, demeuré à Gand, qui s’occupe de ce commerce dont une partie des cargaisons, composée de coton, alimente, à coup sûr en contrebande, la fabrique cominoise.

La difficulté à s’imposer face à la concurrence nationale

67La réalité économique de la deuxième moitié du siècle montre que la région est incapable de tenir la concurrence pour les toiles de mousselines et en grande partie pour la fabrication des mouchoirs. La durée de vie de nombreuses proto-fabriques, limitée à quelques années, témoigne de la fragilité des entreprises qui s’adonnent à la fabrication de ces tissus. Elle est inférieure à une année pour les manufactures de Maracci et Bresou à Lille et de Lonnet de Creval à Valenciennes. Elle atteint difficilement deux ans pour celle conduite à Cambrai par Labori, et cinq ans à Houplines avant de se fondre dans la production corporative des bourgeteurs lillois. À Avesnes, elle parvient à se maintenir pendant une dizaine d’années après trois modifications dans la constitution de la direction et la propriété de l’entreprise.

68On a vu précédemment que ni les consommateurs ni le capital, technique et financier, ne firent défaut aux tentatives d’établissements qui pour beaucoup cependant avortèrent. Il est évident que les négociants de la région étaient conscients de la difficulté à produire à des coûts comparables à ceux qu’offraient les régions versées antérieurement dans ces productions et qui avaient atteint un niveau de développement économique qui leur permettait des fabrications en grande quantité. Ils ne soutinrent pas les initiatives qu’ils considéraient comme vouées à l’échec. Pour ces étoffes, les marchands grossiers lillois qui débitaient en grande quantité ces marchandises préféraient importer les toiles produites à Rouen, Troyes, etc. La preuve en est fournie par les lieux d’origine des mousselines, siamoises, cotonnettes, qui figurent dans les inventaires des négociants de Lille.

  • 49 Hubert Van Houtte, 1920.
  • 50 ADN, Tabellion 2354/9.
  • 51 ADN, Tabellion 2920/55.
  • 52 Philippe Mouraux, 1974.

69L’installation de l’un de ces marchands grossiers, en 1757 à Tournai, pour la fabrication de ces étoffes, tend à nous montrer que, loin de faire preuve de timidité, le milieu lillois montra une grande lucidité49. C’est en effet le Lillois Antoine Guislain Sergeant qui est à l’origine de la plus importante fabrique « de toiles, mouchoirs, mousselines de coton de toutes finesses, siamoises et généralement tout ce qui se fabrique à Rouen » établie à Tournai et en activité pendant plusieurs années. Fils d’André François marchand à Lille, Antoine est né dans la même ville vers 1720. Après la mort de son père, il entre en apprentissage en 1735 chez Jean Luiset, l’un des importants marchands grossiers de la ville50. Dans les années 1740, il apparaît comme un négociant de grande envergure qui, au commerce de marchandises, ajoute les opérations de banque pour les marchands de la région51. C’est en association avec d’autres négociants lillois, sur lesquels nous ne disposons pas d’informations, et à la faveur des nouveaux droits imposés par l’Empire à l’entrée sur son territoire, qu’Antoine se lance dans la fabrication de toiles qui connaissent alors une forte demande dans les Pays-Bas autrichiens. Les statistiques indiquent que la fabrique connaît une croissance avec 56 métiers en 1762, 61 en 1763 et 72 l’année suivante52. Les entrepreneurs ont intégré le secteur amont en joignant au tissage la filature de coton, qui emploie un grand nombre d’enfants et qui est dirigée par un certain Levasseur. Les tissus produits à Tournai se débitent pour les deux tiers en territoire d’Empire, et pour le dernier tiers en Espagne et en France par la voie de la fraude.

  • 53 ADN, Tabellion 172.

70Antoine Guislain Sergeant n’a pas rompu avec la France et, à la génération suivante, ses enfants se partagent entre des activités développées de part et d’autre de la frontière. Son fils Aubert François Bertin est installé négociant à Lille en 1741 et il est encore désigné comme marchand de coton à la fin de l’Ancien Régime et même au-delà de la Révolution. Un second fils continue, dans la même période, à diriger l’importante maison de commerce du père53.

Les indienneries

La nécessaire alliance du capital et de la technique

71Plus encore que pour les fabriques de toiles de coton, les capitaux nécessaires à l’établissement d’une manufacture d’indiennes limitent à une élite sociale les candidats à l’entreprise.

  • 54 ADN, C Fief 2313.

72L’origine sociale d’Auguste Ducoron, créateur de l’indiennerie à Valenciennes en 1768, marque la puissance et la solidité de la famille. Originaire de Ath, dans les Pays-Bas autrichiens, Auguste Ducoron est le fils de Guillaume et de Claire Athanase Van Ruymbeke. Les Ducoron apparaissent dans la liste des principaux marchands de la prospère industrie drapière athoise au XVIIe et encore au début du XVIIIe siècle. Les Van Ruymbecke eux se distinguent au milieu du siècle dans le commerce des produits coloniaux en association avec les principaux négociants valenciennois. Bourgeois de Valenciennes, Guillaume Ducoron est installé comme négociant et juge consul de la ville en 174854. Ses deux sœurs et son frère, restés dans les terres d’Empire, se distinguent par les alliances contractées et par les activités déployées. L’une épouse Clémment Emmanuel, seigneur de la Pocquoie, l’autre Nicolas François Huet bourgmestre d’Ath en 1745. Philippe, le frère de Guillaume, est échevin de la ville après ce dernier et il est même anobli en 1774.

73C’est au milieu du siècle qu’Auguste s’installe à Valenciennes où, à la suite de son père, il est nommé consul des marchands et intègre l’élite négociante de la cité hennuyère jusqu’à l’époque de la révolution quand, inquiété, il émigre. On ne connaît pas d’associés à Ducoron et on ignore la manière dont s’effectua la fabrication de toiles peintes mais il est évident que la création de l’indiennerie nécessita une alliance du capital et des techniques.

74La possession de l’art de la fabrication et de la coloration des toiles est encore rare dans les années 1760 et l’érection d’un établissement oblige les détenteurs de capitaux à une association avec les possesseurs de ses « secrets ».

S’assurer les « secrets »

  • 55 F. W. Carter, 1975, p. 132-155.

75La première fabrique lilloise créée en 1765 associe un technicien étranger à un négociant de la ville. Jean Baptiste Téply est originaire de la ville de Prague qu’il quitte certainement dans les années 1750. Est-ce en Bohême qu’il a appris l’art de l’impression ? Ce n’est en tout cas certainement pas dans sa ville natale qu’il acquiert les techniques de l’impression si l’on considère que la première fabrique d’indiennes y est créée en 176655. On ignore également quelles furent ses activités lors de son séjour en Angleterre, ni le temps qui sépare son départ de Prague de son arrivée en France. On peut en tout cas le classer dans ces techniciens hautement qualifiés de l’indiennage qui s’installent en France après l’arrêt de 1759 qui autorise l’impression des toiles sur le territoire national.

  • 56 AM Lille, A. G/1198.

76C’est à Arras qu’on le repère pour la première fois en 1764 mais, dans la correspondance avec l’administration, il indique une résidence antérieure à 1763 dans la cité artésienne. À cette date où on le présente comme teinturier et en association avec Dominique Glay, de même profession, il obtient de pouvoir ériger « une manufacture de toiles peintes, perses et autres »56. L’installation de la première fabrique d’indiennes arrageoise, rue des Bouchers, est encouragée par les États d’Artois et par l’administration municipale qui accordent aux associés des gratifications respectives de 4 000 et 2 000 livres. L’entreprise imprime alors à façon pour les négociants qui lui portent leurs toiles et notamment pour le Lillois Durot.

77Les relations que Téply a liées avec Durot et les activités qui végètent à Arras, où il s’était établi « sans que jamais il y ait été secondé d’aucun négociant, ne s’en trouvant pas dans la ville », le poussent à accepter la proposition du négociant de s’installer à Lille. L’association avec Durot est pour lui une nécessité car « peu partagé des biens de la fortune et conséquemment hors d’état de fournir par lui-même au frais… » d’un établissement, le recours à un associé s’imposait. Le Magistrat accueille favorablement son arrivée dans la ville en février 1765 et, convaincu par la démonstration de ses talents, il accorde à la société qui doit se créer une gratification de 12 000 livres destinée à l’équipement en « outils » et des versements annuels de 500 livres, équivalents à la prise en charge d’une partie du loyer de la manufacture pendant les douze ans que doit durer la société.

 

  • 57 M. A. de Saint-Léger, 1907, p. 151.
  • 58 ADN, Tabellion 2138.

78Si on a déjà démontré ailleurs que l’association n’était qu’un moyen pour Durot de connaître les secrets, les moyens utilisés méritent d’être analysés57. La société conclue entre les deux partenaires le 29 août 1765 paraît d’emblée comme une association éphémère, moyen pour le négociant de s’emparer des techniques de l’impression58. À l’exception des quelques outils qu’il possède et qui sont repris par la société, l’apport de Téply consiste dans la direction de la fabrique, où il est logé, et la conduite des ouvriers pour les impressions des marchandises qui lui seront demandées et auxquelles il s’engage à mettre tous « ses soins, son travail, ses secrets, ses talents et son industrie ». En retour, il reçoit la moitié « des profits qu’il plaira à Dieu d’envoyer » à l’entreprise.

79L’article quatre du contrat de société prévoit aussi que Téply puisse mettre les trois fils de son associé en état d’exécuter l’art de l’impression dans un délai de trois mois. Cet apprentissage des « secrets » de la coloration des étoffes est justifié par l’éventuel décès du Praguois qui mettrait la manufacture dans l’obligation de cesser ses activités.

80La fabrique est installée rue de l’Arc dans les bâtiments qui appartiennent à François Durot et qu’il loue à la société. Il fournit à la manufacture toutes les drogues nécessaires aux impressions et complète les outils nécessaires à « une fabrique en grand » dont les dépenses totales, la première année, s’élèvent à 85 000 livres. Si la société doit recevoir toutes les toiles qu’on lui proposera pour l’impression, celles que le négociant Durot, qui s’engage à ne faire imprimer ses toiles que par la société, présentera seront reçues en priorité et dans les quantités qu’il aura choisies. Le fait qu’il soit « le seul qui avance les fonds » lui permet d’être l’unique contractant des engagements et obligations de la société et surtout le seul à pouvoir dissoudre l’entreprise dans le cas où le coloriste n’aurait pas livré les techniques de l’impression aux enfants de son associé et également si, au bout d’une année, le régisseur de la fabrique constatait que l’établissement accusait des pertes.

  • 59 AM Lille, A. G/1198.

81Le contrat de Téply fut rempli : il instruisit les fils Durot de son art mais « dès que le Sieur Durot vit qu’ils étaient en état de conduire la manufacture, il cessa de regarder (son partenaire) sous le titre d’associé et… il affecta de se conduire comme seul maître et comme seul intéressé »59. Il ne restait plus au Lillois qu’à dissoudre la société, après le constat que l’entreprise perdait de l’argent au bout d’un an d’exercice. Il était en réalité difficile qu’il en soit autrement. Les pertes essuyées par l’entreprise proviennent des tarifs pratiqués pour l’impression. L’engagement pris par Durot auprès « du public », et surtout devant la chambre de commerce de Lille, d’appliquer les prix d’impression des Provinces-Unies et d’Anvers condamnait la société à des pertes. Le coloriste s’en était plaint et affirmait que l’alignement des prix était impossible dans la mesure où les coûts des matières premières (drogues, colorants…) étaient plus élevés à Lille qu’aux Provinces-Unies, où les fabricants se les procuraient de première main auprès des négociants du pays qui se livraient au grand commerce des Indes. Il était par ailleurs difficile de fixer des prix d’impression avant une première année de fonctionnement de la fabrique qui en plus exigeait « dans sa naissance » des frais considérables. Si cette politique des prix est suicidaire pour la fabrique, elle ne l’est pas pour le Lillois qui garde comme principale activité le négoce. Il accepte la perte partagée dans son association avec Téply mais il s’assure le bénéfice des ventes de toiles qu’il donne à l’impression. La manufacture reçoit exclusivement les toiles de Durot pour lesquelles elle applique les tarifs des Provinces-Unies et d’Anvers mais selon le Praguois : « le public (les consommateurs) n’y gagne pas un sol. Il (Durot) sacrifie le gain qu’il fait comme associé à celui qu’il fait comme négociant ».

82La clôture des comptes après un an de fonctionnement met à jour des pertes à la hauteur de 1 800 livres et le déficit reconnu par les parties conduit à la fin de l’association. Les tentatives de Téply pour dénoncer un contrat de société dans lequel son associé ne cherchait « qu’à se mettre seul à la tête de la manufacture » sont vaines. La prise de corps à laquelle il n’échappe pas en septembre 1766, comme non bourgeois de Lille, pour une créance de 6 733 livres pour « compte particulier » auprès de Durot et pour 107 livres dues à un épicier de la ville, le décourage dans la poursuite du procès.

  • 60 AM Lille, A. G/1201 dossier 2.

83L’histoire de Téply dans la ville ne se termine pas là. Le différend qui l’oppose à son ancien associé n’est pas clos qu’un projet mené par « plusieurs citoyens animés d’un zèle vraiment patriotique » pour établir une nouvelle manufacture à Lille se fait jour60. Le coloriste praguois est en effet sollicité en 1767 par Guillaume Vanzeller et Louis Raincourt qui créent à Lille la deuxième indiennerie de la cité. Les sources ne nous disent rien sur la place qu’occupe alors Téply dans la société qui, cette fois-ci, ne bénéficie, malgré ses demandes, d’aucun soutien du Magistrat. La société qui semble fonctionner réellement à partir du mois de mai 1768, ne le compte plus comme faisant partie de la fabrique au mois de novembre de la même année. Si on ne sait pas s’il fut engagé comme coloriste avec des appointements ou en tant qu’associé à part entière, sa deuxième expérience lilloise fut de courte durée et il quitta la région pour se rendre à Darnétal.

 

  • 61 AM Lille, A. G/1198.

84Téply est le seul exemple que l’on relève d’ouvrier hautement qualifié devenu patron à l’origine de la création d’une fabrique d’indiennes dans la région. La multiplication des manufactures dans l’Europe du Nord-Ouest a été un moyen de formation d’une main-d’œuvre très mobile qui a été engagée par les fabricants. Pour parfaire la formation de ses fils après le départ de Téply, Durot engage d’autres coloristes et notamment « un nouveau venu (qui) joint à un bon principe une longue expérience de plusieurs anciennes fabriques : sa science, son expérience servent tous les jours… »61.

  • 62 ADN, Tabellion 2141/12.

85Pour remplacer le Praguois, Vanzeller et Raincourt engagent, le premier août 1768, Pierre Henri Coulin, coloriste en indiennes, toiles de fil et coton de toutes espèces, bleu d’Angleterre, etc. Le contrat, qui donne lieu à un acte notarié, fixe à 2 200 livres les appointements annuels du technicien62. Les recherches dans l’état civil ne nous ont pas permis de connaître l’origine de Coulin qui, comme son prédécesseur, dispose de « secrets » qu’il mettra en œuvre uniquement dans la fabrique et pendant une durée de douze ans sans interruption sous peine d’une amende de 6 000 livres. La clause ici montre que les artistes sont rares et recherchés, leur savoir-faire est un véritable capital social. Comme pour l’indiennerie Durot, le coloriste s’engage aussi à former comme « élève » le négociant Judocus Marousse et à lui communiquer son art de l’impression.

  • 63 ADN, Tabellion 3938/14.

86Le scénario est encore le même : dans l’année qui suit Pierre Coulin est congédié au mois de novembre 176963. Coulin, qui avait entrepris un procès devant le Parlement de Flandre, y renonce finalement contre un dédommagement de 1 800 livres. Entre-temps, Judocus Marousse, qui avait bénéficié pendant une année de la formation aux techniques de l’impression, était devenu le nouvel associé de Vanzeller, à la place de Raincourt qui restait à la tête de la fabrique de toiles de coton à Houplines.

  • 64 AM Cambrai, Registre 162.

87La comparaison de ce contrat d’embauche avec un deuxième document établi vingt ans plus tard montre la diffusion et la « banalisation » de ces techniques. La nécessité de l’association à un ouvrier qualifié de l’indiennage s’impose à Étienne Godefroy et Humbert Mutte, les créateurs de la fabrique d’impression sur toiles de Cambrai en 1787. Antoine Humbert Mutte est né à Cambrai en 1750 d’une famille qui se distingue dans la magistrature et le commerce dans la cité64. Son père Félix, avocat, épouse Marie Catherine Boileux dont la famille est également représentée tout au long du XVIIIe siècle au sein du Parlement de Douai. À côté de ses activités, Félix cumule également la profession de négociant à Cambrai et celle de directeur des haras du royaume. En 1785, Humbert Mutte perpétue l’ancrage dans les fonctions administratives et judiciaires de la famille en épousant, à Douai, Angélique Françoise Noweels fille de Jean Roger, procureur de la gouvernance du bailliage de Douai et Orchies. Plutôt formé au commerce et aux versions latines, il était nécessaire à cet entrepreneur de 37 ans, au moment de la fondation de la fabrique d’indiennes, de trouver la ou les personnes aptes à assurer les fabrications de toiles peintes. C’est à Lille qu’Humbert Mutte et Étienne Joseph Godefroy engagent le coloriste Jean Baptiste Thiefry demeurant dans la ville. Celui-ci est employé pour « travailler tant pour les couleurs que pour tout ce qui regarde généralement la manufacture et d’y employer tout son art et science » mais aussi pour former les deux associés aux techniques de l’impression. Le contrat stipule également que tous les renseignements sur la manière d’accommoder les couleurs seront donnés par écrit. Le salaire accordé au coloriste, 15 livres par semaine, soit moins de 800 livres par an, et presque trois fois moins important que celui accordé en 1767 à Pierre Coulin, est un indice qui nous montre que les « secrets » de l’impression se sont diffusés.

88Si le coloriste reste certainement un ouvrier qualifié et recherché à la fin de l’Ancien Régime, la multiplication des fabriques et la mobilité des « artistes », souvent engagés pour une durée déterminée à la fabrication mais aussi à la formation de coloristes, ont contribué à multiplier les ouvriers qualifiés. À Lille, les suppôts de l’importante corporation des teinturiers en bon teint de Lille, habitués à appliquer sur les toiles différents colorants, furent les premiers à bénéficier de cet apprentissage.

 

89De même qu’elle a vu des techniciens s’installer sur son territoire, et souvent en lien avec eux, la région n’est pas restée absente de la connaissance et de l’acquisition des progrès réalisés dans l’indiennage, et notamment de l’utilisation du rouleau de cuivre propre à l’impression des toiles.

  • 65 ADN, C1206.
  • 66 ADN, C1206.
  • 67 Roland de la Platière, 1780, p 8.
  • 68 ADN, C1290.

90Il semble que l’utilisation du rouleau pour l’impression sur toile ait d’abord été appliquée en France aux tissus de laine en Picardie. C’est entre 1773 et 1774 que l’Anglais John Pruett, presseur d’étoffes et graveur sur métaux, s’installe à Amiens65. Les circonstances de l’arrivée en France du technicien ne nous sont pas connues. A-t-il été attiré par le fabricant amiénois Bonvalet, que l’inspecteur du commerce présente comme celui qui fut le premier à avoir eu l’idée d’utiliser le rouleau pour l’impression des étoffes de laine mais sans faire référence à l’Anglais Pruett ? Les sources font état d’autres négociants amiénois, les Sieurs Deschamps et Pajot qui sont liés au graveur depuis son arrivée en France (et encore en 1780), et qui contractent avec lui une association. Mais elles ne précisent pas s’ils sont à l’origine de sa venue sur le territoire national66. L’utilisation d’un cylindre gravé et chauffé qui permet l’impression des draps, calemandes, velours, etc., rencontre un succès auprès des fabricants amiénois. La technique qui « se répand et se perfectionne »67 d’abord en Picardie se diffuse dans les provinces septentrionales. C’est en 1780 que Deschamps, Pajot et Pruett projettent de s’installer à Lille où ils attendent des États de la châtellenie et de la ville qu’ils puissent les aider financièrement dans leur entreprise. Les associés se proposent d’imprimer « les étoffes… à double envers » et ils ont à leur disposition plusieurs dessins prêts à marcher par la mécanique pour « les siamoises et toiles de coton en bleu de réserve ». Malgré l’appui notamment des fabricants roubaisiens, qui voient dans l’utilisation de cette technique « la possibilité d’un plus grand débouché » pour leurs toiles, la tentative de l’impression des étoffes au cylindre à Lille rencontre selon les initiateurs « peu de succès »68. Il est vrai que les entrepreneurs, qui réclamaient une gratification de 30 000 livres et un emplacement commode pour s’installer, ne bénéficient finalement « que d’un logement gratis… La ville étant fatiguée de faire des essais qui deviennent nuls faute de réussite ».

  • 69 ADN, C10657.

91C’est à Cambrai que le rouleau en cuivre pour l’impression des étoffes de coton est attesté dans la fabrique mise en activité par Mutte et Godefroy jusqu’en 1791. Les entrepreneurs obtiennent en juin 1787, pour la création de leur établissement, des États ainsi que des échevins une avance de 3 100 livres pour l’achat d’un cylindre qu’ils font fabriquer à Beauvais69. Il est prévu que la mécanique, destinée à imprimer les toiles de coton mais également les batistes et linons, reste la propriété de la ville et qu’elle lui reviendrait de plein droit si la fabrique venait à cesser. L’utilisation de ce rouleau est attestée durant les quatre années de fonctionnement de l’entreprise qui cesse en 1791.

L’exemple des indienneries lilloises

La première fabrique Durot

92Les indienneries lilloises peuvent être étudiées ensemble car elles gravitent toutes autour de la famille Durot. Les interactions entre les entrepreneurs, sources parfois de changements dans la nature des sociétés et du passage de société en nom propre ou familiale à l’entreprise en commandite, nous obligent à un découpage de l’étude de la première société afin d’éviter les répétitions inutiles.

  • 70 ADN, Tabellion 159/140.
  • 71 Jean-Pierre Hirsch, 1991.
  • 72 ADN, Tabellion 1156/92.

93À l’origine de la première indiennerie créée en 1765, on trouve Arnould François Durot qui devient le seul propriétaire de la fabrique à la fin de l’année 1766. L’entrepreneur, né en 1701, est originaire de la petite ville de Wallers en Hainaut. Son père Gaspard, marié à Marie Thérèse l’Hernoud, se distingue dans la région par les propriétés foncières qu’il possède et par ses activités dans le commerce du lin. C’est en 1733 que François s’installe comme bourgeois de Lille où il intègre le corps des marchands grossiers. Il épouse Marie Michez fille d’un riche marchand de la ville. Dans ses activités de négoce, il peut compter sur son frère qui, avant de devenir prêtre, depuis le mariage de François et jusqu’en 1770 « a toujours demeuré avec lui, qu’il a même vendu ses biens fonds et unis les deniers dans son commerce, qu’il a travaillé assidûment et plus que le meilleur commis aurait pu faire aux affaires de son commerce, négoce et entreprise… »70. Jusqu’en 1759, et l’arrêt du Conseil qui permet le port des toiles imprimées, les activités de Durot nous sont mal connues. Après cette date, il est présenté à Lille comme l’un des principaux négociants qui se livrent au commerce des indiennes. Le Magistrat de la ville assure qu’il achète en moyenne pour plus de 100 000 livres de toiles par an dans les Provinces-Unies et à Anvers pour les revendre dans la région. Ces revenus du commerce lui permettent de nombreux achats de biens fonciers à Lille qui représentent plus que des ressources d’appoint71. François Durot est également associé à son gendre, Auguste Joseph de Lagarde, à Louis Philippe Guillomet, Alexandre Antoine Leroy et à Bernard Joseph Roussel, dans l’entreprise de verrerie royale établie à Lille72. La mise de départ des entrepreneurs évaluée à 70 000 livres leur procure des bénéfices importants mais la volonté de Durot de se concentrer avec ses fils sur la fabrique d’indiennes le pousse à rompre la société qui est cédée en 1777 à un des associés, Bernard Roussel, pour 115 000 livres.

  • 73 ADN, J953/49.

94Ainsi, en 1765, François Durot jouit d’un « grand crédit » auprès du Magistrat et des négociants de la place. Auprès du premier, il obtient la considération et des largesses pour plus de 12 000 livres afin d’équiper en partie sa fabrique. Les seconds lui accordent des emprunts, notamment l’accord d’un contrat de rente en octobre 1765 par le négociant Louis François Luiset-Dejaghère d’une valeur de 30 000 livres nécessaire à son établissement comme fabricant d’indiennes73.

  • 74 ADN, Tabellion 3093/142 et 161 et J861/66.

95Seul le bilan dressé en 1780-81 à la mort du manufacturier peut nous donner une idée de l’importance de l’entreprise74. L’actif immobilisé est alors constitué du bâtiment dont les aménagements et agrandissements successifs portent l’évaluation à 60 000 livres. Les ustensiles de l’indiennerie constitués notamment de deux chaudières, deux cylindres, de six gros rouleaux dont un de cuivre avec leurs arbres et une grande roue, deux presses, vingt-six tables d’imprimeurs et vingt et une pour l’enluminure, des planches à graver, de quatorze métiers à tisser et de bobines de fil de coton qui sont à Beaupré, sont évalués à 15 608 livres mais en tenant compte du vieillissement du matériel. L’importance du capital stable est cependant à relativiser, à la vue de l’estimation de l’actif circulant, deux fois supérieur. Les matières premières désignées sous le terme de « drogues », les gommes (du Sénégal ou arabique), le sel ammoniac, l’alun, etc., sont estimées à plus de 15 600 livres et les marchandises fabriquées en magasin portent une valeur de 140 000 livres. Au total, François Durot laisse à ses enfants une fabrique d’impression sur toile dont l’actif représente environ 230 000 livres.

La manufacture de Vanzeller et Marousse

  • 75 Jean François Labourdette, 1988, 726 p.

96C’est un noble, Jean Baptiste Vanzeller, qui est à l’origine de la deuxième indiennerie lilloise. La famille, d’origine flamande, apparaît au XVIIe siècle avec Roland Vanzeller, natif de Nimègue et son fils Jean Baptiste qui figurent dans le groupe des principaux marchands installés entre Lille et Dunkerque pour le commerce avec la péninsule ibérique et au-delà avec les Indes. Roland, devenu écuyer, est installé au XVIIe siècle à Lisbonne aux côtés des grands marchands de la Nation Française et renforce sa position par les mariages que contractent ses enfants avec les grands marchands flamands et hollandais qui pratiquent comme lui le négoce international75. Son fils Jean Baptiste épouse Thérèse Vanpraet et sa fille Louisa Maria le négociant, né à Amsterdam et installé à Lisbonne, Paulo Cloots, descendant des barons de Cloots. La génération suivante s’intègre encore davantage dans l’élite portugaise. Deux fils, Arnaud et Laurent Rodolphe sont chevaliers de l’ordre du Christ et le second, conseiller du roi, devient Président de la chambre des Comptes du Portugal. Un troisième, Joseph Antoine, est écuyer et docteur de l’université de Coimbra.

97Le quatrième fils, Jean Baptiste, né à Lisbonne en 1725, regagne la France où, installé à Lille, il sert d’intermédiaire à la famille restée dans la péninsule et qui n’abandonne pas le négoce au moins dans la première moitié du XVIIIe siècle. Ce n’est qu’en 1755 que la séparation entre les deux branches semble consommée quand Jean Baptiste abandonne l’héritage de ses parents contre celui de l’oncle maternel, Jean Baptiste Vanpraet chanoine de Gand. C’est à Lille qu’il épouse en 1749 Marie Anne Antoinette Havet puis, en secondes noces en 1767, Philippine Albertine Imbert Winnehoutte, dame de Neuville. Il semble qu’entre son premier et son deuxième mariage, Jean Baptiste se soit plus ou moins détourné du commerce et davantage intéressé à ses nombreuses propriétés foncières et qu’il ait joué un rôle important dans l’assèchement des marais et le défrichement dans les régions encore boisées d’Erquinghem, Haubourdin et Santes. Il n’a pourtant pas tout à fait rompu avec les activités qui touchent à l’industrie en louant les bâtiments témoins des anciennes activités de la famille : une teinturerie et une sècherie situées Cours à l’eau à Lille et surtout une maison rue Saint-Pierre qui abrite en 1766 l’éphémère fabrique d’apprêts du Lillois Jean Baptiste Louis Vangaver, associé à l’Anglais Macarty.

98Après une expérience malheureuse qui lui a fait perdre 50 000 livres dans la filature de coton à Houplines et une séparation de son premier associé Louis Raincourt, il s’associe avec Judocus Marousse pour relancer la fabrique d’impression sur toiles.

  • 76 AM Lille, A. G./1198.

99Marousse est né à Gand en 1731, il est le fils de Louis, négociant dans la ville, et d’Isabelle Pallet. Sa richesse est déjà acquise quand il épouse en 1763, à Lille, la riche négociante Marie Anne Mallez, veuve récente de Charles Balthazar Sohier. Il se livre au commerce de toiles peintes dans lequel ses connaissances sont reconnues. En 1766, il est nommé expert pour juger de la qualité des pièces produites par Téply, alors en procès avec son associé76. On a vu aussi que, la même année, il est formé aux techniques de la coloration des étoffes par Coulin, dans la première société formée par Vanzeller. L’étendue de ses affaires ne se borne cependant pas à l’indiennerie mais embrasse une large gamme d’activités. Ses revenus proviennent d’abord des nombreuses maisons qu’il possède à Lille et dont les loyers lui assurent des revenus importants. Il effectue des opérations de banque en négociant les lettres de change, il apporte des liquidités à des marchands et fabricants auxquels il accorde aussi sa caution et dont il tire des sources de revenus considérables. On connaît mal ses activités dans le commerce maritime mais il participe aussi au grand négoce international. En 1789, il charge le Sieur Chiens, négociant à Armentières, de recouvrer le retour en denrées d’Amérique, d’une valeur de 100 000 livres, en se joignant à la maison Chombart-Legris et Cie négociant au Cap.

  • 77 ADN, C 1275.

100L’acte de société, du premier avril 1769, entre Vanzeller et Marousse ne nous est connu que de manière indirecte sous la forme d’un parère par lequel la chambre de commerce de Lille doit statuer sur le conflit qui oppose les deux associés77. La mise de départ de la société est fixée à 150 000 livres apportées par moitié par chacun des partenaires, soit en espèces, soit en marchandises. Il est prévu que les apports, au-delà des 75 000 livres, produisent un intérêt annuel de 6 %. Vanzeller qui avoue n’avoir « ni le loisir ni assez de connaissance du commerce » laisse le soin à son associé de tenir les livres et de régir la société, dont il a seul la signature, pour des appointements de 3 000 livres par an.

101Entre avril et novembre 1769, l’apport de Vanzeller, qui consiste en marchandises, ustensiles et drogues de sa première société, s’élève à 40 830 livres. Marousse apporte le double, 80 906 livres en argent et en marchandises. Les bénéfices dégagés, au premier janvier 1770, à partir d’un capital investi de 121 736 livres, sont impressionnants. Ils sont source d’une contestation entre les deux parties : Marousse les estime à 29 000 livres soit 24 % de l’investissement primitif alors que Vanzeller les évalue à 54 327 livres, 44 % de l’apport initial.

  • 78 ADN, Tabellion 2142/158.

102L’origine du conflit qui conduit à la séparation des associés provient des conventions, étrangères à la fabrique, passées entre les deux entrepreneurs. Vanzeller qui « avait besoin de fonds » avait demandé à Marousse de négocier et de recevoir les billets de change qu’il tirait sur Paris78. En cas de protestation des billets, il était prévu qu’il puisse se rembourser « sur les fonds appartenant à Vanzeller y compris dans la société » qui venait d’être créée. C’est ce qui arriva, des traites d’une valeur de 30 000 livres furent protestées et le seigneur était dans l’impossibilité immédiate de rembourser. Marousse proposa alors de reprendre la part de Vanzeller dans la manufacture d’indiennes et, malgré des protestations sur l’estimation de son actif, le négociant gantois se retrouva seul à la tête de l’indiennerie.

La difficile transmission de la fabrique Durot

  • 79 AM Lille, A.G/1201.
  • 80 ADN, C1654.
  • 81 ADN, 5MI44R039.
  • 82 Jean-Pierre Hirsch, 1991 ; ADN, Tabellion 472/21.
  • 83 ADN, Tabellion 3094/60.

103Arnould François Durot obtient en 1770 le titre de manufacture royale ce qui lui permet une reconnaissance pour les produits de sa fabrique79. Les mariages contractés dans ces années par sept des huit enfants de l’indienneur témoignent de la place qu’occupait alors la famille parmi les négociants lillois. Dorothée Julie épouse en 1773 François Joseph Leperre, négociant à Lille et entrepreneur en 1784 d’une importante fabrique de porcelaine dans la ville80. Marie Catherine et Amélie épousent, le même jour, le 30 janvier 1776 deux frères, Jean Baptiste et Pierre François Béghin d’Aignerue, négociants à Lille, et consuls de la chambre de commerce de Lille. La quatrième fille convole avec Auguste Joseph Delagarde, fils de Louis seigneur de Boutigny né à Valenciennes et procureur du roi entre 1746 et 1749. Auguste est associé un temps à son beau-père dans l’entreprise de verrerie royale de Lille et chevalier puis trésorier de France au bureau des finances de la généralité de Lille entre 1777 et 1790, date de suppression de l’institution81. Louis François épouse en 1779 Marguerite Bayart, fille de Jean Philippe, propriétaire de plantations à Saint-Domingue où il est « à la tête d’une habitation considérable »82. Pierre Marie Régis épouse Anne Clemmen la fille de l’indienneur gantois sur lequel nous reviendrons. Enfin François épouse en 1782 Catherine Françoise Prouvost, la fille de Pierre Joseph négociant roubaisien83.

  • 84 ADN, J327/1.
  • 85 ADN, Tabellion 3093/14.

104Dès la création de sa fabrique, Arnould François avait intéressé ses fils à la société, qui fonctionnait sous la raison de « Durot et fils » à partir de 1774, en ayant soin d’écarter les filles, par ailleurs servies de belles dots et d’avances sur hoirie. Le désir du père de permettre à la société de se perpétuer en association entre les trois frères après sa mort est cependant un échec. Le testament paternel n’est pas respecté et les enfants vont vite défaire ce que le père avait patiemment constitué84. La mésentente règne et elle conduit à la fin de 1780 au partage de la société et des différents biens. L’accord prévoit que Louis François reprenne l’actif de la société avec ses deux frères mais rapidement François et Régis « en sortent à l’amiable »85. Les deux frères Louis François et François continuent alors la société sous la même raison « Durot et fils » et s’engagent à rembourser la part de la succession aux ayants droit. Cette association est de courte durée et après une année de fonctionnement elle est dissoute. François cède à son frère « ses parts et droits dans la société résultant tant de ses mises en argent, effets et marchandises provenant de l’hérédité que des bénéfices ». Il lui revient alors 55 011 livres, somme à laquelle s’ajoutent les bénéfices de 10 % prévus lors de la création de la société, soit au total 60 512 livres que Louis François s’engage à payer en six paiements égaux de 10 000 livres de six mois en six mois, à raison de 4.5 % d’intérêt.

  • 86 ADN, Tabellion 3098/1.

105Louis François n’est en réalité plus capable de solder ce qu’il doit à ses sœurs et frères qui portent l’affaire en justice et l’obligation qui lui est faite de solder la succession ne lui permet plus d’assumer seul le fonctionnement de la fabrique dévoreuse de capitaux. Son besoin de liquidités l’amène alors à faire entrer dans sa société Judocus Marousse, qui renonce alors à sa propre fabrique pour contracter une association en janvier 178286. Durot obtint un apport conséquent de son partenaire mais l’intéressement de son associé devait lui coûter cher. L’acte sous seing privé prévoyait que la mise de départ de Marousse s’élève à 150 000 livres qu’il apporte entre janvier 1782 et février 1783 en espèces, en marchandises mais aussi en « drogues », planches à graver et ustensiles. À cet apport primitif prévu par contrat s’ajoutent les négociations de billets et d’autres fournitures de toiles qui portent l’ensemble des mises de l’associé à 182 409 livres. L’ensemble lui rapporte un intérêt de 5 %, auquel il faudrait ajouter les commissions sur les toiles qu’il fournit à l’entreprise et surtout 3 % d’intéressement « pour ses peines et travaux » sur l’ensemble de ses mises, intérêts compris. En janvier 1786, date de la dissolution de la société, les bénéfices réalisés par Marousse s’élèvent à 60 471 livres. À cette date, si l’association a permis à Louis François de se libérer de ses dettes envers ses frères et sœurs, il est débiteur de son ancien associé pour une somme de 240 000 livres qu’il s’engage à rembourser en dix paiements égaux de 24 000 livres tous les six mois au taux d’intérêt de 5 % par an. Instruit de l’activité de la fabrique, Marousse a certainement pu constater les difficultés de l’entreprise qui, à cette date, présente un passif d’environ 200 000 livres.

  • 87 ADN, Tabellion 3100/145.
  • 88 ADN, C 14887.
  • 89 AM Lille, J861/68.
  • 90 ADN, Tabellion 3103.

106Pour faire face à ses engagements, Durot est obligé encore de s’endetter auprès de négociants lillois. Il semble qu’à la fin de l’année 1788, il ait pu rembourser, au moins en partie, son ancien partenaire qui accepte de se porter caution, à la hauteur de 50 000 livres, pour une ouverture de crédit auprès de Jacques Philippe Lasselin et Sœurs de Lille87. Malgré l’apport de capitaux, l’obtention d’une surséance pour le paiement de certaines créances à la fin de l’année 1788 et le règlement d’une partie de ses dettes à Rougemont de Paris pour plus de 44 847 livres et à Cottin dans la même ville pour 20 200 livres, la situation de la manufacture se dégrade88. La lenteur des recouvrements des marchandises vendues et la perte de « son crédit » auprès des négociants en toile de la place et du royaume ne lui permettent plus de faire d’achats de matières premières pour sa fabrique. Il doit se résoudre au travail à façon pour le compte des fabricants étrangers. La faillite est ouverte en avril 1789 et son ancien associé, qui reste créancier hypothécaire, est chargé de la réalisation des actifs et du paiement des créanciers à hauteur de 50 %89. Le bâtiment, dont une partie avait semble-t-il déjà été cédée, est revendu pour 40 000 livres et l’ensemble des ustensiles pour 28 084 livres à Frédéric Jehannot Decrochart. Après une courte association avec ce dernier, sur laquelle nous reviendrons, Louis François Durot se retire à Arras et, en 1791, il se voit dans l’obligation de céder pour 13 000 livres la part qu’il détenait encore dans les biens du château de Beaupré à Haubourdin90.

  • 91 ADN, Tabellion 663.
  • 92 ADN, J861/68.

107Les malheurs de Durot sont loin d’affecter son ancien associé qui reste attaché à l’activité du négoce des toiles peintes, en relation avec les principaux commerçants et fabricants dans ce domaine. Il prend part sous la Révolution à de nombreuses commandites dans des sociétés de commerce de la région comme celle de Delepouve, négociant à Dunkerque et Lille, qui reprend en 1789 le commerce que faisait Baillodts et Cie avec Pourtalès et Cie d’Ostende91. Il joue également un rôle dans le développement de l’indiennerie, cette fois-ci gantoise, sous le Consulat en commanditant notamment le fabricant Charles Victor Claes à hauteur de 30 700 livres tournois92.

L’indiennerie « Clemmen et fils »

  • 93 ADN, J839/3.

108Des enfants Durot, Louis François ne fut pas le seul à continuer les activités dans l’indiennerie. François avait créé sa fabrique, marché au Verjus à Lille, à partir des 60 000 livres récupérées après s’être séparé de son frère en 1781 et avec l’appui de son beau-père Pierre Joseph Prouvost, négociant et fabricant roubaisien. Nous ne savons pas grand chose de cette manufacture dont les productions sont moins importantes et qui fonctionne jusqu’en 1801, date de sa faillite, mais il semble, à l’énumération de la liste des créanciers, presque tous roubaisiens ou lillois, qu’elle pratiqua surtout l’impression des tissus mélangés de coton fabriqués dans l’arrondissement93.

109C’est Pierre Marie Régis Durot qui eut la carrière la plus longue dans l’industrie et le commerce de l’indienne, d’abord à Lille ensuite à Gand. Formé comme ses frères à la technique de l’impression sur toile par Téply, il devient associé dans l’entreprise « Clemmen fils », au moment de son mariage avec Anne Clemmen et après avoir quitté en 1780 la société contractée avec ses frères ; il agit alors dans la région comme relais pour la commercialisation des productions de son beau-père avant que celui-ci n’installe à Lille sa fabrique.

  • 94 Jean D’Hont, 1979.

110Originaire d’un petit village des environs de Gand, Josse Clemmen, qui était issu de la petite noblesse flamande de la région d’Audenarde, s’était lancé, après son mariage avec une fille de marchand dans les activités commerciales, d’abord en exploitant une flottille de pêche à Ostende puis en abordant le négoce de toiles94. C’est à partir de cette activité qu’il devient vite le fondateur de l’indiennerie gantoise. À l’origine de cette industrie dans la ville, on trouve le nommé Quirin Vleminckx natif de Petit Willebroeck qui s’était formé aux techniques de l’impression à Amsterdam et qui avait fondé à Anvers une petite indiennerie. C’est un peu avant 1763 qu’il s’installe à Gand où il fait travailler 60 ouvriers, certainement pour le compte de Josse Clemmen qui est en réalité le propriétaire de la fabrique et qui se sert de l’indienneur pour contourner le monopole accordé à Beerenbrock et Cie. La rupture entre les deux partenaires se déroule en 1766 et Josse Clemmen, qui avait certainement pu bénéficier ainsi que ses fils des techniques de son associé, crée son indiennerie qu’il installe en 1771 dans une grande maison rue des Champs mais qui ne connaît un développement réel qu’après 1778 et la fin du monopole. L’essor est alors très rapide, il occupe 500 ouvriers et les marchandises s’écoulent en grande partie dans les provinces du nord de la France.

111Sa présence à Lille se renforce, après le mariage de sa fille et par l’achat, en 1782, de deux grandes habitations, ayant accès à la rivière commune rue Basse, qui servent de dépôts des toiles produites à Gand. L’aménagement de ses bâtiments en magasin destiné à recevoir les toiles envoyées de Gand précède l’agencement de la fabrique de toiles peintes en 1785.

  • 95 AM Lille, A. G/1208 dossier 9.

112Moins de trois mois après la publication de l’arrêt du 10 novembre 1785 qui autorise les négociants étrangers à s’installer dans le royaume, Josse Clemmen qui présente un certificat (du Magistrat de Gand ?) attestant qu’il est adjudicataire dans chaque vente des compagnies des Indes de Hollande, d’Angleterre, de Copenhague et Lisbonne et propriétaire d’une fabrique employant 400 ouvriers, sollicite du magistrat de pouvoir s’installer à Lille. Il justifie sa demande par le fait que « tous les bâtiments dont il est occupé encore de construire sur la rivière sont à la disposition d’une manufacture de toiles peintes (et dont) la dépense excède déjà celle de 100 000 écus »95. Josse Clemmen s’installe dans la ville à la tête d’une colonie d’ouvriers hollandais, anglais, suisses, allemands et autrichiens qui pourront « instruire quantité de familles de sujets français » pour l’impression des toiles de coton de grand teint du même éclat qu’en Hollande et pour la couleur de bleu porcelaine connue dans le commerce « sous le nom unique de bleuette véritable d’Angleterre ».

 

113Le profil des cotonniers d’Ancien Régime montre une diversité et une originalité, selon le cadre et le type de fabrications entrepris dans la période. À côté des entrepreneurs qui s’inscrivent dans des organisations de production traditionnelles, plus ou moins réglementées, des « patrons » du coton, artisans, artistes, techniciens, se hissent à la tête de proto-fabriques. L’entrée dans l’industrie de ces possesseurs, à des degrés divers, de compétences et savoir-faire est souvent facilitée par les détenteurs de capitaux intéressés à leurs activités. Leur existence est alors rendue difficile et leur survie les oblige à entrer dans des relations qui les rendent au mieux dépendants. La majorité d’entre eux est vite évincée par les gens installés dans le négoce et la bonne société bourgeoise des villes. C’est ce milieu qui domine l’ensemble de l’industrie cotonnière, le plus souvent par ses activités de négoce et plus rarement en intégrant la totalité des processus de production et de commercialisation comme dans l’indiennage, secteur qui nécessite des savoir-faire, facilement acquis, et surtout la possession de capitaux importants.

Notes

1 Jean Lambert-Dansette, 1954.

2 Théodore Leuridan, 1963 ; Georges Teneul, 1962.

3 Serge Chassagne, 1991, p. 189-191.

4 AM Roubaix, H.H.30.

5 Cité dans M. A. de Saint Léger 1904.

6 AM Lille, A. G/1169.

7 AM Lille, A. G/1204 dossier 8.

8 AM Lille, A. G/1199 dossier 7.

9 Frédérick Lebrecht, 1997.

10 AM Lille, A. G/1204.

11 ADN, 6U2/975.

12 AM Roubaix, BB 15.

13 ADN, C 8183.

14 ADN, C 16645.

15 ADN, 3Q545/12.

16 AN, F12/1407.

17 ADN, 6U2/973

18 ADN, 6U2/976.

19 ADN, 6U2/975.

20 ADN, 6U2/974.

21 ADN, 6U2/975.

22 Philippe Moureaux, 1974.

23 Hubert Van Houtte, 1920.

24 ADN, C 8291.

25 AM Lille, A.G/1197 dossier 13.

26 AM Roubaix, HH 32.

27 AM Lille, A.G/1197 dossier 13.

28 AM Valenciennes, HH 2/82.

29 ADN, C 9087. Dossier de référence sauf mention.

30 Louis Varlez, 1901.

31 AN, F12/87.

32 AN, F12/1338. Charles Ballot, 1923, p. 57-58.

33 AM Lille, A.G./1197.

34 AN F12/2195. Charles Ballot, 1923, p. 57.

35 ADN, Tabellion 95/61.

36 ADN, C8291.

37 AM Lille, A.G/1197 dossier 13.

38 AM Lille, A.G/1192 dossier 3.

39 AM Lille, Fonds Gentil, dossier 4913.

40 AM Comines HH 8.

41 Roland Iweins d’Eeckhoutte, 2001, p. 21-45.

42 L. J. Messiaen, 1995.

43 Philippe Moureaux, 1974, p. 403.

44 ADN, C 165.

45 Georges Poisson, 1997.

46 Didier Terrier et P. Toutain, 1978.

47 H. Coppejans-Desmedt, 1952.

48 ADN, Tabellion 2641.

49 Hubert Van Houtte, 1920.

50 ADN, Tabellion 2354/9.

51 ADN, Tabellion 2920/55.

52 Philippe Mouraux, 1974.

53 ADN, Tabellion 172.

54 ADN, C Fief 2313.

55 F. W. Carter, 1975, p. 132-155.

56 AM Lille, A. G/1198.

57 M. A. de Saint-Léger, 1907, p. 151.

58 ADN, Tabellion 2138.

59 AM Lille, A. G/1198.

60 AM Lille, A. G/1201 dossier 2.

61 AM Lille, A. G/1198.

62 ADN, Tabellion 2141/12.

63 ADN, Tabellion 3938/14.

64 AM Cambrai, Registre 162.

65 ADN, C1206.

66 ADN, C1206.

67 Roland de la Platière, 1780, p 8.

68 ADN, C1290.

69 ADN, C10657.

70 ADN, Tabellion 159/140.

71 Jean-Pierre Hirsch, 1991.

72 ADN, Tabellion 1156/92.

73 ADN, J953/49.

74 ADN, Tabellion 3093/142 et 161 et J861/66.

75 Jean François Labourdette, 1988, 726 p.

76 AM Lille, A. G./1198.

77 ADN, C 1275.

78 ADN, Tabellion 2142/158.

79 AM Lille, A.G/1201.

80 ADN, C1654.

81 ADN, 5MI44R039.

82 Jean-Pierre Hirsch, 1991 ; ADN, Tabellion 472/21.

83 ADN, Tabellion 3094/60.

84 ADN, J327/1.

85 ADN, Tabellion 3093/14.

86 ADN, Tabellion 3098/1.

87 ADN, Tabellion 3100/145.

88 ADN, C 14887.

89 AM Lille, J861/68.

90 ADN, Tabellion 3103.

91 ADN, Tabellion 663.

92 ADN, J861/68.

93 ADN, J839/3.

94 Jean D’Hont, 1979.

95 AM Lille, A. G/1208 dossier 9.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search