Version classiqueVersion mobile

Les entrepreneurs du coton

 | 
Mohamed Kasdi

Chapitre 3. L’essor des cotonnades (1760-1790)

Texte intégral

1La deuxième moitié du XVIIIe siècle se caractérise par une croissance continue de la production des toiles mélangées, les basins, et par le développement de la fabrication de nouvelles étoffes mixtes ou de pur coton qui auparavant n’étaient pas tissées dans la région.

2La multiplication des premières étoffes s’explique par la demande soutenue pour ces tissus qui entrent dans la confection de vêtements tels que les vestes et gilets masculins mais aussi dans celle des jupes, jupons et robes que l’on retrouve dans des garde-robes féminines de plus en plus étoffées. Pour répondre à la demande de ces tissus, les régions déjà versées dans ces productions multiplient les « métiers à faire basins » et, en même temps, ces fabrications sont entreprises dans d’autres points du département, dans le Cambrésis mais aussi autour de Dunkerque, en Flandre maritime.

3À côté de ces productions déjà anciennes, le goût des consommateurs pour les mouchoirs de coton, les toiles à carreaux et surtout la confirmation de la mode des indiennes, déterminent l’essor d’une industrie cotonnière qui embrasse la production de ces différentes toiles. C’est sans nul doute l’industrie de l’impression sur toile, inscrite de manière durable dans l’ensemble des pays de l’Europe de l’ouest, qui est la manifestation la plus visible du développement capitaliste de la deuxième moitié du siècle. La multiplication de ces fabriques, les quantités produites, les capitaux mobilisés, la concentration ouvrière et le contrôle de la main-d’œuvre en font un secteur pionnier qui préfigure l’organisation de la production au siècle suivant.

Essor et diffusion des productions déjà existantes

La bonneterie

  • 1 ADN, C 192.

4L’utilisation de la matière coton propre à la fabrication des nombreux articles de la bonneterie n’est sûrement pas nouvelle mais elle se fait de manière croissante dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Largement diffusée sur l’ensemble du territoire des provinces du nord de la France, cette industrie emploie une main-d’œuvre importante pour la confection des bonnets, bas, gants, caleçons, chaussons, jupons, courtepointes et même pantalons. Dans les années 1780, ce sont plusieurs milliers d’ouvriers, notamment fileuses et tricoteuses, qui s’activent en de nombreux endroits de la région. Si quelques villes se distinguent par l’importance de la main-d’œuvre qu’elles emploient, Lille compte 400 ouvriers en 1781, l’activité est extrêmement dispersée dans les villages pour les opérations en amont comme la filature1.

5Si l’utilisation de mécaniques pour la confection des bas augmente au cours du siècle, on en compte 300 à Lille en 1781, une grande partie de la production se fait encore au tricot, c’est-à-dire à partir de l’utilisation d’aiguilles. C’est le cas par exemple à Armentières où il y a un grand nombre de tricoteuses mais aucun « métier » à la fin de l’Ancien Régime. Sauf pour la production mécanisée qui emploie certainement les ouvriers durant une large partie de l’année, la bonneterie reste une activité complémentaire et une grande partie de la production est le fait du travail à domicile.

6L’organisation du travail repose largement sur les commandes des marchands qui donnent l’impulsion à cette industrie en distribuant la matière première avant de récupérer les produits finis destinés à une consommation largement locale ou régionale. À Lille, ce sont notamment les marchands grossiers qui distribuent la matière aux fabricants de la ville, et même au-delà jusqu’à Armentières.

7Si l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert précise que les ouvrages de bonneterie sont travaillés en « laine pure ou en laine et soie », il faut y ajouter dans la région l’emploi du lin et, de manière croissante tout au long de la deuxième moitié du siècle, le coton.

 

  • 2 ADN, tabellion 2285/164 et 80/97.

8La comparaison des marchandises recensées dans des inventaires de marchands grossiers, décédés à vingt ans d’intervalle, dans les années 1760 puis 1780, nous permet d’apprécier l’évolution dans la composition des articles proposés à la consommation2.

9L’analyse des matières brutes pourrait être à elle seule démonstrative de l’évolution de la nature des produits. Si, par exemple, l’inventaire de Joseph Deneuville décédé le 26 septembre 1761 ne fait état que de « 26 livres de laine de différentes couleurs dans 3 sacs », celui de Pierre Joseph Brabant dressé après son trépas en avril 1780 mentionne de la laine, du lin et du coton, ainsi que 99 paires de bas de coton qui sont encore « aux mains des ouvriers ».

10Il est naturellement impossible de dresser à partir de quelques inventaires un quelconque indice qui nous permettrait de mesurer une progression dans l’utilisation du coton pour la confection des articles de bonneterie. Il est cependant indéniable que son emploi marque une nette augmentation dans la période et les bas, bonnets et gants se fabriquent de plus en plus à partir de la matière coton.

11Les rares chiffres que nous possédons évaluent à un poids de 300 000 livres la consommation de coton brut en 1781 dans la châtellenie de Lille et à 400 000 livres en 1788, avec comme corollaire un recul de l’utilisation de la laine, sans doute dû à un renchérissement de cette dernière matière à la fin de l’Ancien Régime.

12L’utilisation du coton reste cependant inégale dans la région. Si, à Lille et dans les villages voisins, sa présence est effective dans les produits de la bonneterie, de nombreuses localités restent fidèles aux fibres traditionnelles. Plus on s’éloigne de la ville, moins le coton est utilisé dans cette industrie. Ce sont les négociants lillois qui approvisionnent la région en coton et ce sont eux qui redistribuent, souvent par l’intermédiaire des marchands, la matière employée à la fabrication des différents textiles. La diffusion du coton brut dépend naturellement des quantités importées et de la redistribution de la matière qui reste encore limitée surtout pour ce type d’articles. L’utilisation du coton ne toucherait alors que très peu ce secteur d’activité quand les lieux de production sont éloignés du centre de distribution qu’est la ville de Lille. Les modifications dans la nature des fibres composant les articles de bonneterie ne concerneraient d’abord que les centres urbains avant de connaître une lente diffusion dans les campagnes de la région.

L’essor des toiles de basin

La multiplication des lieux de production

  • 3 ADN, C21158.

13À la fin des années 1760, certains villages du Cambrésis traditionnellement voués à l’industrie linière se mettent au travail du coton : pour surmonter la crise qui frappe le secteur de la mulquinerie et surtout pour que les nombreux tisserands « désoccupés » d’industrie trouvent de l’ouvrage3.

  • 4 Philippe Guignet, 1979.

14Si la baisse de la production de la mulquinerie au moment de la Guerre de Sept Ans ne brise pas la croissance séculaire, elle peut être ici ou là catastrophique4. Le recul de la production et le chômage se font ressentir surtout dans les villages éloignés des épicentres que sont Cambrai et Valenciennes.

  • 5 ADN, C 9247.
  • 6 Didier Terrier, 1996.

15C’est en tout cas à partir du sud de la province d’Artois que de nouvelles fabrications sont encouragées par les États du Cambrésis. Ces derniers accordent, en 1769, une gratification de 200 francs par mois « à l’homme qui nous les a apportées »5. C’est cette même année, pour faire face à la décadence du commerce des linons et des batistes « qui est entièrement tombé », que le seigneur de Villers-au-Tertre, entreprend sur sa terre des essais de ces nouveaux ouvrages. Ces productions « tout en fil ou mêlées de coton » consistent en basins et croisés à l’instar des Indes, coutils rayés à la façon d’Angleterre et de basins rayés comme ceux de Hollande et Silésie. La beauté et la modicité du prix de ces tissus semblent plaire au public et plusieurs « gentilshommes » du voisinage du comte de Veaux ont accordé les mêmes avantages à leurs « vassaux ». Il est impossible de mesurer l’importance des fabrications ou de recenser les divers lieux de ces productions qui dépassent largement le cadre géographique de notre étude et qui s’inscrivent dans le vaste territoire manufacturier des toiles de lin formé des régions du Valenciennois au Saint-Quentinois6.

16L’absence de statistiques sur ces productions est certainement liée à la volonté de l’État monarchique. La mise en place d’une division manufacturière du territoire voulue par les mercantilistes et notamment par Colbert a abouti à associer un territoire à un produit. On se trouve ici dans le territoire manufacturier identifié par la batiste et le linon, produits réglementés et clairement définis. Les tentatives menées par Trudaine au milieu du XVIIIe siècle pour redéfinir les zones d’activités et élargir la gamme des produits inspectés ne permettront pourtant pas d’inclure un certain nombre de toiles et notamment celles de coton qui restent en dehors du contrôle de l’inspecteur des manufactures. Le zèle développé par Crommelin, en charge de l’inspection du Hainaut et du Cambrésis, pour exiger une marque avant que ces toiles « de nouvelles fabriques » ne soient blanchies à Cambrai, se heurte à une franche opposition du seigneur du lieu appuyé par l’intendant Taboureau. L’objectif de Crommelin n’était pourtant pas d’imposer un quelconque règlement concernant la longueur, la largeur ou les proportions de ces étoffes mais, selon ses propos, de permettre un débouché plus important à ces produits en leur délivrant un certain label de qualité. En tout cas, la production de ces toiles, en ne recevant aucune marque, échappe du coup aux minutieux états des productions dressés par l’inspecteur du commerce. L’arrêt du Conseil du 28 juin 1780 qui reconnaît la liberté de fabrication des toiles de modes rayées, etc., confirme par ailleurs l’importance que prend la fabrication de ces étoffes mais, en les exemptant de toute réglementation, il nous interdit de connaître l’évolution de la production.

  • 7 ADN, C État 209 et 210.

17Le mouvement reste cependant perceptible, grâce à certaines sources qui en révèlent les effets « positifs » sur les tisserands sans ouvrage. Entre 1767 et 1783, on relève de nombreux passeports délivrés à des mulquiniers des villages du Cambrésis les plus reculés de la zone d’impulsion de la production, loin des points de rayonnement de l’industrie du lin. Une sélection de ces documents sur une quinzaine d’années, nous permet de relever 19 laissez-passer accordés à 21 personnes pour se rendre dans les régions où l’industrie cotonnière est développée7. C’est pour la Normandie et notamment pour Rouen, la Champagne pour Troyes, et pour Amiens et aussi Houplines que des ouvriers du Cambrésis demandent l’obtention de passeports. Sans ouvrage, ces mulquiniers sont dans la nécessité de trouver à s’occuper ailleurs que dans leur commune qui connaît la crise. Originaires des villages de Troisvilles, Le Cateau, Saint-Souplet, Wallincourt, Crévecœur, Bertry, Beauvois et Audencourt, situés aux confins de la nébuleuse du territoire linier, ces tisserands migrent avec la volonté de pouvoir continuer à « travailler de leur stil », mais dans des manufactures qui se livrent à des productions différentes de celles pratiquées dans la région. Ainsi par exemple en 1767, Jacques Martin, « faiseur de toiles » originaire de Wallincourt obtient un passeport pour se rendre à Houplines, pour une durée de 6 mois, et être employé chez le Sieur Raincourt qui vient de créer une manufacture de toiles de coton. En avril 1783, ils sont deux mulquiniers de Crévecœur, Pierre Guinel et Pierre Alvin, à se rendre à Rouen « pour travailler dans les manufactures de coton et améliorer (leur) travail de mulquinier ». En décembre 1782, Claude Couvreur est autorisé à se rendre en Champagne pour acheter du fil de coton et « le rapporter dans ce pays du Cambrésis pour gagner sa vie ».

  • 8 ADN, C 668.

18Répétons que le travail du coton dans le Cambrésis reste encore limité et qu’il est loin de connaître une croissance notable ou linéaire. Dans la deuxième moitié du siècle, la concurrence de cette fibre avec le lin tient davantage dans l’introduction, souvent en fraude, des toiles de mousselines et des indiennes plutôt que dans une fabrication régionale. On observe cependant un lent passage du travail du lin à celui du coton. Ce changement microéconomique concerne d’abord les villages les plus touchés par le recul du travail de la fibre traditionnelle. Il est une réaction, voire une question de survie pour des mulquiniers touchés par les mouvements de la production linière. En migrant, ceux-ci ont pu trouver à s’employer et à se former au travail du coton dont les toiles connaissent une demande croissante. Si les tisserands du Cambrésis montrent des capacités réelles d’adaptation à la conjoncture économique, la naissance de cette industrie dans la région nécessitera une organisation, qui dépasse de loin les possibilités de ces ouvriers, et une impulsion donnée par le monde du négoce ou par des marchands capables de mettre à disposition la matière première et d’organiser la commercialisation des toiles. Ce mouvement commence cependant à la fin de l’Ancien Régime. Ainsi en 1787, le Sieur Beuvoir, marchand à Inchy, centralise « l’entrepôt » des cotons filés produits par les fileuses du village de Montigny8. La matière est ensuite distribuée aux tisserands d’Inchy et de Beaumont qui confectionnent des basins ou « des toilettes de mode ouvragées en fleurs et mouches de coton ». Cette nouvelle organisation de la production reste limitée à quelques îlots mais préfigure la manière dont s’effectuera la division du travail dans les premières décennies du siècle suivant dans la région.

  • 9 ADN, L 6652.

19Faut-il voir dans ces modifications de la nature des toiles travaillées, dans les villages plutôt éloignés des grands centres de commandement urbains, une des raisons du futur développement du coton dans le Cambrésis alors que le Valenciennois aura perdu son industrie textile ? En tout cas ces bourgs, les plus touchés par la rétraction de l’industrie linière, sont les premiers à entreprendre le travail du coton et connaîtront un développement accéléré à l’époque révolutionnaire et au début du XIXe siècle. L’industrie s’installe plutôt dans les villages que dans les deux centres urbains que sont Cambrai et Valenciennes. En 1790, c’est dans le seul village de Montigny-en-Cambrésis que l’on repère 60 ouvriers occupés à faire des « toilettes » à partir des fils de lin et de coton pour la confection de leurs toiles9.

  • 10 Liana Vardi, 1993 ; ADN, C 160.
  • 11 Charles Schmidt, Fernand Gerbaux, 1906.

20Il y a encore un rapport avec le territoire du lin dans l’introduction du travail du coton dans le Dunkerquois. C’est à l’initiative de Pierre Diot, fils d’un fabricant de linons et de batistes et lui-même versé dans cette activité dans la région de Guise, après la guerre de Sept Ans, où il emploie plus de 500 ouvriers en 1765, que l’on doit l’apparition de l’industrie cotonnière en Flandre maritime10. Installé à Dunkerque vers 1764 comme garde magasin des bois du roi de la ville et négociant, il entreprend de développer une fabrique de différentes espèces de toiles de linge damassées et unies à l’instar de Courtrai et aussi « d’autres ouvrages en fil et coton à l’usage de tout le monde ». Si son installation en Flandre maritime semble liée à ses nouvelles charges au service du roi, on en sait aussi peu sur son entreprise que sur les nombreuses fabriques « mixtes » de la région, produisant à la fois des toiles de lin et de coton. L’activité de Diot paraît cependant s’inscrire dans la durée puisque l’on retrouve l’entrepreneur en 1790, quand il envoie des échantillons de coton filé et de lin ainsi que quelques pièces d’étoffes de sa fabrique à la représentation nationale11.

La production roubaisienne de basins

  • 12 AM Roubaix, HH50 à HH81.

21La « fabrique de Roubaix », seule région pour laquelle nous disposons de sources continues, nous montre que les basins prennent une place croissante dans les différentes productions de textiles de la manufacture (cf. tableau n° 6). La mise en parallèle de la fabrication des basins avec celle des étoffes de laine, les calemandes qui représentent l’essentiel de la production de la fabrique et qui ont fait la renommée de la cité au XVIIIe siècle, nous permet de mettre en évidence la progression continue et soutenue du textile-coton12. Si la production des calemandes donne le ton à la fabrique roubaisienne pendant presque tout le siècle, les basins décollent à partir des années 1760 et finissent au premier rang en nombre de pièces à la fin de la période.

Tableau n° 6 : Production annuelle moyenne des basins et calemandes dans le ressort de Roubaix

1700-1709 5 597 663 11,8 4 934 88,1
1710-1719 7 172 463 6,4 6 709 93,6
1720-1729 13 235 992 7,4 12 243 92,5
1730-1739 19 856 2 219 11,1 17 637 88,8
1740-1749 25 081 2 586 10,3 22 495 89,6
1750-1759 29 920 3 026 10,1 26 894 89,8
1760-1769 33 269 5 556 16,7 27 713 83,3
1770-1779 36 842 7 954 21,5 28 888 78,4
1780-1789 34 868 11 117 31,8 23 751 68,2
1790 34 115 18 102 53 16 013 46,9

22La production des basins qui stagnait autour de 10 % de la production totale connaît, après les années 1760, une progression continue et détermine une augmentation globale de la production textile où les calemandes avaient, jusque-là, la première place. Un palier est franchi dans le milieu des années 1760, et les toiles mêlées de coton contribuent à l’expansion de la fabrique roubaisienne au cours des deux décennies suivantes. Avec plus de 35 000 pièces fabriquées en moyenne annuelle dans les trois dernières décennies de l’Ancien Régime, la manufacture roubaisienne atteint alors son maximum, et le déclin des étoffes de laine est compensé par les fabrications de toiles de basins.

23Si on a pu mettre en évidence un changement dans la nature des toiles dans la première moitié du siècle, qui a pu donner un premier élan à cette industrie, la progression enregistrée dans les années 1760 ne tient plus à un changement dans la fabrication. Les trois nouveaux règlements du magistrat de Roubaix concernant la fabrique des basins, en 1752, 1760 et 1768 ne sont que des rappels sur la nécessité d’appliquer le premier règlement de 1739 afin d’éviter les fraudes qui se glissent dans la manutention des étoffes.

24C’est la demande pour la toile de basins qui permet le maintien des productions textiles roubaisiennes, en se montrant moins sensible à la conjoncture, ou plutôt en dessinant sa propre évolution qui ne se calque que très imparfaitement sur celle des calemandes. Ainsi, la conjoncture difficile des années de la fin de l’Ancien Régime ne touche que très peu la production de basins contrairement à celle des calemandes.

  • 13 Henry-Louis Dubly, 1925.

25La baisse de la production des textiles roubaisiens commence en 1787 après le traité de commerce avec l’Angleterre mais les effets de la concurrence des marchandises venues d’Outre-Manche sur les différentes fabrications locales méritent d’être nuancés. Dans la correspondance qu’il entretient avec ses clients et fournisseurs, Liévin Defrenne, l’un des plus importants marchands fabricants de calemandes roubaisiens fait état du dépérissement de l’activité consécutive au nouvel accord commercial13. La crainte de la destruction de cette industrie, envisagée pendant les discussions entre Vergennes et l’Angleterre, se confirme au début de l’été 1787 et Defrenne écrit « nous ne recevons plus et nous ne vendons plus rien » ce qui l’oblige à limiter ses achats de matières premières. La mévente se poursuit et s’aggrave : en mars 1788, il déplore la situation « de (ses) confrères qui se trouvent forcés de vendre à vils prix et à grande diminution. Par-dessus cela des faillites qui se succèdent ». À la fin du mois de juillet 1789, s’ajoute à la concurrence des produits anglais, « la misère du temps » pour précipiter la chute de la fabrique. Le nombre de toiles portées à l’égarderie s’effondre brutalement : la fabrique produit 31 871 pièces de calemandes en 1787, 27 604 en 1788, 19 699 en 1789 et seulement 16 013 en 1790 : une baisse de 50 % en quatre ans.

26C’est d’abord surtout le marché français qui échappe aux fabricants. La correspondance de Defrenne montre que les toiles vendues à l’étranger, et notamment en Amérique, continuent de s’exporter. Le marchand reproche aux « Français d’être si peu patriotes et de ne vouloir que des marchandises anglaises… » Les fabricants de calemandes du ressort de Roubaix mais aussi de Tourcoing et Wattrelos, qui connaissent eux aussi une baisse sensible de leur vente, font état de leur incapacité à lutter contre la concurrence des prix pratiqués pour les produits anglais malgré le droit de 12 % que ces derniers paient à l’entrée du royaume. Quant aux droits de 7,5 % payés par les toiles de Flandre, province réputée étrangère, pour entrer dans le royaume, ils sont à nouveau dénoncés.

 

27La production des basins ne connaît pas la même baisse au lendemain du traité de commerce franco-anglais. Si l’année 1788 est marquée par un recul sensible de la production que l’on évalue à une baisse de 37,5 %, les quantités fabriquées repartent à la hausse dès l’année suivante. En 1790, dernière année pour laquelle nous possédons des chiffres, la fabrication de basins croît de plus de 62 %, elle atteint le chiffre record de 18 102 pièces. La production des toiles mélangées est alors supérieure à celle des calemandes qui n’atteint la même année qu’une quantité de 16 013 étoffes.

La production de nouvelles toiles

Les toiles à carreaux

28C’est dans les années 1770 que la fabrication des « toiles à carreaux » est entreprise dans de nombreuses paroisses de la région. Comme le basin, l’étoffe est constituée d’une chaîne en lin blanchi et d’une trame en coton, la différence réside dans la teinture en bleu ou plus souvent en rouge que reçoivent ces derniers fils.

  • 14 ADN, C 1660.
  • 15 ADN, C 3980.
  • 16 ADN, C 3997.
  • 17 ADN, C 1654.

29Les différentes sources font état de la création dans de nombreuses fabriques d’importance variable. À Hondschoote, le Sieur Coppens crée dans les années 1770 une manufacture de toiles à carreaux qui, faute de débit, languit cependant dans la décennie suivante14. En 1779, la ville de Douai accorde un emplacement, une gratification de 50 écus et une exemption sur les boissons et le chauffage au Sieur Gabrus Crochon pour l’établissement de sa manufacture de molleton, toiles à carreaux et cotonnettes15. Si de nombreux tisserands de la châtellenie de Lille « fabriquent ces étoffes sur les demandes qui leur en sont faites par les marchands », c’est à Armentières, Comines et Halluin que se concentre l’essentiel de cette industrie16. L’absence d’égards jurés dans chacune de ces villes rend impossible une mesure de la production de ces étoffes. À côté des productions lilloises qui sont du ressort de la « tissanderie », ces dernières villes se lancent dans la fabrication des « toiles à matelas et surtout des toiles rayées et à carreaux en fil et coton rouge d’Andrinople qu’on tire du Levant par Marseille »17.

30Le passage des fabricants d’une production textile à l’autre rend difficile la détermination d’une date exacte pour le début de cette industrie. L’exemple de la famille Hovyn, qui compte parmi les plus importants manufacturiers de la ville de Comines, est exemplaire de cette mutation dans la production des toiles : de père en fils on passe de la rubanerie, au début du XVIIIe siècle, à la fabrication de basins dans les années 1750 puis à celle des toiles à carreaux dans le dernier tiers du siècle. En tout cas, à la fin de l’Ancien Régime, cette dernière fabrication devient la seule entreprise pour la plupart des fabricants d’Halluin, Comines et Armentières.

  • 18 L. J. Messiaen, 1995.
  • 19 ADN, C1658.

31En 1788, Comines compte une douzaine de fabricants dont l’importance est variable. À côté des principaux fabricants comme Martin Hovyn, Van Poppelen ou le Sieur Podevin, des petits fabricants s’activent à la production de ces étoffes ; c’est par exemple le cas de Louis Clémment qui emploie 22 ouvriers en 178118. En cette même année, ils sont une trentaine à faire travailler à Halluin avec au premier rang la famille Demeestère qui compte parmi les principaux fabricants19.

  • 20 ADN, C 1658.

32Entre la fin des années 1770 et celle des années 1780, la production de ces étoffes connaît une évolution contrastée : après une croissance rapide, la nouvelle industrie est confrontée à des difficultés dont témoignent les rares chiffres que l’on possède pour la période. À l’origine des difficultés rencontrées par les fabricants, la concurrence exercée par les producteurs étrangers qui introduisent en fraude leurs marchandises à partir de la frontière toute proche : les fabricants se plaignent de la concurrence des Pays-Bas autrichiens car « de nombreux marchands (nationaux), des différentes franchises et frontières… tirent de l’étranger une grande partie des pièces de toiles de matelas ainsi qu’en fil et coton »20.

33L’installation de cette industrie de l’autre côté de la frontière, attestée dans les années 1750-1760, a été facilitée par le renchérissement des pièces fabriquées dans les provinces du nord de la France.

  • 21 ADN, 6U/975.
  • 22 Didier Terrier et Philippe Toutain, 1978.

34Jusqu’en 1781, les manufactures de Flandre avaient bénéficié de l’exemption du droit d’entrée de 20 livres au quintal imposé sur le coton filé rouge d’Andrinople importé par le bureau de Septêmes-les-Vallons. Ce privilège, qui va à l’encontre des efforts entrepris à la fois pour développer la filature sur le territoire national et acclimater la teinture en rouge d’Andrinople, pousse le gouvernement à faire cesser cette pratique et à aligner les provinces du nord sur la pratique nationale. Il est difficile de se faire une idée, dans le détail, des conséquences sur la production dans la région. Les fabricants sont touchés de manières différentes, selon qu’ils contrôlent ou non l’ensemble du processus de production. Ainsi la faillite déclarée en 1783 pour Élisabeth Lambert, veuve Destailleur, qui s’alimente en coton filé auprès des marchands lillois21. C’est aussi l’abandon de la manufacture par Coppens à Hondschoote et les difficultés rencontrées par Gabrus Crochon à Douai. C’est la réduction de la production chez de nombreux fabricants, comme par exemple chez Martin Hovyn qui n’occupe plus que 20 à 24 personnes en 178822. Le fabricant se plaint d’abord de l’imposition de droits de 20 livres par quintal sur le fil de coton rouge importé par Marseille du Levant. À cette première augmentation des taxes s’ajoute un second droit plus récent de 7,5 % sur la valeur des fils de lin venant de l’étranger. Ces droits, qui renchérissent le prix des toiles fabriquées dans la région, encouragent l’introduction en contrebande des marchandises fabriquées à l’étranger.

  • 23 AM Comines, HH 8.

35Les difficultés rencontrées par l’industrie des toiles à carreaux sont cependant à relativiser. Elles n’empêchent par exemple pas l’installation à Comines, au début des années 1780, de Victor François Van Poppelen. Arrivé de Gand, le négociant est, en 1788, le plus important fabricant de la ville et occupe près de 150 ouvriers23.

36Les chiffres que l’on possède pour l’extrême fin de l’Ancien Régime montrent une grande irrégularité dans les productions annuelles. En 1789, les villes de Lille, Armentières, Comines et Halluin produisent 6 500 pièces et l’année suivante ne marque pas un recul puisqu’on estime les quantités fabriquées, dans les deux dernières villes, à 8 000 toiles dont 6 000 par les fabricants halluinois.

La multiplication des proto-fabriques et la variété des toiles

37La production de nouvelles toiles, souvent destinées à la fabrication de mouchoirs et mousselines dont la consommation croît, est souvent entreprise dans le cadre de ce que l’on nomme la proto-fabrique. La nouveauté des étoffes, le coût élevé des matières premières constituées de filés de coton teints, surtout quand cette dernière opération est effectuée sur place, rend nécessaire un contrôle sur les fabrications qui s’effectuent dans un lieu défini, sous le regard d’un contremaître ou spécialiste aux capacités techniques reconnues. Plusieurs entrepreneurs sont candidats, mais avec plus ou moins de succès, à l’établissement dans la région de ces nouvelles fabrications.

  • 24 AM Lille, A. G/1192 dossier 3.

38En 1754, deux négociants lillois, Philippe Maracci et Théodore Joseph Bresou, sollicitent du Magistrat de Lille de pouvoir bénéficier, en arrentement, de l’emplacement dit du Riez ou lieu de santé pour y établir une manufacture de toiles et serviettes24. La demande d’occupation de ce vaste bâtiment est justifiée par la nécessité d’obtenir un espace suffisamment important pour y loger entre 50 et 100 métiers « tant en serviettes que siamoises, basins, cotonnettes, toiles de coton, mouchoirs en fil et coton ainsi qu’à l’imitation de ceux des Indes et de Rouen ». L’installation de cette manufacture doit permettre aux négociants de la région de se passer des importations de marchandises étrangères et notamment de Flandre et de Brabant « qui occasionnent une sortie très considérable d’espèces et empêche qu’un grand nombre de personnes occupé à ces sortes d’ouvrages puisse subsister ».

  • 25 ADN, C 8291.

39En 1760, les sieurs Baralle, Ducré et Debrevalle installent à Valenciennes « une nouvelle manufacture de mouchoirs de fil et autres étoffes de coton et soie pareilles à celles des Indes »25. Comme précédemment, il s’agit de lutter contre la sortie du numéraire liée à l’introduction considérable et souvent en fraude des mouchoirs des Indes et de Silésie. L’imitation de ces étoffes est rendue possible, selon les entrepreneurs, à la fois par les capacités du Sieur Debrevalle qui possède « le véritable secret des Indiens pour la solidité des couleurs » et par la possibilité de recruter dans la ville une main-d’œuvre de tisserands formée « par la manufacture des batistes et linons ».

  • 26 AM Lille, A. G/1197 dossier 13.
  • 27 ADN, C8183.

40En 1763, Jacques Filleul obtient des autorités municipales de Lille d’installer dans la ville une fabrique de cotonnettes en association avec plusieurs négociants de la cité26. La même année, le duc de Croÿ crée à Condé-sur-l’Escaut une manufacture qui rassemble la filature et le tissage de toiles pour mouchoirs, mousselines et toiles de garats destinées à l’impression. C’est pour produire les mêmes toiles à Houplines mais aussi pour l’impression des étoffes de coton que Van Zeller, Raincourt et Brisout de Barneville s’associent en 1765. En 1782, Jonas Louffin installe à Avesnes une filature de coton reprise en 1786 par « Prissette, Godefroy et Cie » qui joignent les opérations de tissage de différentes toiles de coton27. En 1786, c’est à Cambrai que Pierre Laborie installe une filature de coton à laquelle il ajoute une fabrique de toiles de coton. Les six métiers qu’il installe dans sa fabrique sont destinés à la production de basins fins et de mousselines.

Les débuts de l’indiennage dans la région

L’impulsion sur l’activité du tissage : les toiles de coton blanches

41L’introduction dans les années 1760 de l’industrie de l’impression sur toile dans les villes de Lille et Valenciennes a donné, en amont de la filière coton, dans la filature et le tissage, l’impulsion nécessaire.

  • 28 Hubert Van Houtte, 1920.
  • 29 AM Lille, A.G/1198 et 1201.

42On connaît la consommation croissante de ces toiles peintes dans la première moitié du siècle, introduites en fraude, importées d’abord des Indes par les Hollandais, puis produites par ces derniers. Dans les années 1750, les provinces du nord et notamment la ville de Lille deviennent un débouché important pour les articles produits dans les Pays-Bas autrichiens et notamment à Anvers où se multiplient les fabriques d’indiennes28. Au début des années 1760, par exemple, le négociant Arnould Durot se fournit pour plus de 100 000 livres par an chez l’indienneur anversois Jos Pintens29.

  • 30 ADN, Tabellion 2138.

43La première fabrique d’indiennes est créée à Lille en 1765 par le négociant lillois Arnould François Durot associé au Pragois Jean Baptiste Téply, teinturier imprimeur, pour « l’impression de toiles peintes, perses, indiennes et nankins tant en toiles de coton, de fil de chanvre ou mêlées des matières »30. Ils expliquent au Magistrat l’utilité de leur établissement à Lille après que l’Arrêt du Conseil du 28 octobre 1759, enregistré au Parlement de Flandres le 13 février 1761, rend possible l’entreprise. L’objectif est de lutter contre les importations étrangères facilitées par l’établissement de nombreux marchands dans les enclaves étrangères qui se sont installées « aux portes de cette ville (Lille) pour n’y vendre que ces sortes de toiles » et qui occasionnent une grande sortie de numéraire. Afin de pouvoir offrir ces marchandises à des prix comparables et même à meilleur coût que les toiles étrangères, les entrepreneurs alignent leurs tarifs sur ceux pratiqués à Anvers qui reste dans les années 1760 la ville où s’approvisionnent de nombreux négociants de la région. L’élément qui retient l’attention des autorités municipales et provinciales, c’est l’emploi d’une main-d’œuvre locale pour les opérations de tissage et de filature.

  • 31 ADN, C9251.

44Il en est de même à Valenciennes en 1768, où le magistrat est sensible à l’établissement de la fabrique d’indiennes du négociant Auguste Ducoron érigée pour « contribuer en quelque manière à réparer la chute du commerce des toilettes par une nouvelle manufacture » et qui emploie de nombreux tisserands, répartis autour de la ville, pour la production de toiles en fil et coton31.

  • 32 AM Lille, A.G/1199.

45À Lille, l’activité de l’indiennerie a des répercussions immédiates en amont : dès sa création, elle s’approvisionne en toiles dans la ville et dans la châtellenie. Elle est à l’origine d’un nouveau conflit entre le corps de la bourgeterie et celui des tisserands. C’est d’abord aux bourgeteurs que le fabricant Durot s’adresse dans le courant de 1765 pour la fabrication de toiles de coton destinées à l’impression. Le prix fixé à douze patars et demi par l’indienneur ne satisfait pas le corps qui fait remarquer que le coût de fabrication de la toile s’élève à quatorze patars. Face à ce refus de produire au prix désigné de manière unilatérale, Durot s’adresse alors aux tisserands « qui s’en sont acquittés et ont rempli ses vues »32. Les bourgeteurs portent le différend devant le Magistrat en arguant du fait qu’il est défendu au corps des tisserands de fabriquer des toiles composées entièrement de coton. En réalité, le conflit sera vite réglé et à l’avantage des tisserands qui reçoivent l’appui de la chambre de commerce de Lille.

46La deuxième indiennerie mise en œuvre en 1768 par Jean Baptiste Guillaume Vanzeller, seigneur de Roders, apparaît encore plus originale pour l’époque dans la mesure où elle intègre en amont la filature et le tissage de toiles.

  • 33 ADN, Tabellion 3935/54.
  • 34 ADN, Tabellion 139.

47Le 14 mai 1765, une première association est contractée à Paris, entre Vanzeller et François Michel Brisout de Barneville, marchand à Rouen et pensionnaire du roi, pour la filature de coton fin, de lin et autres matières à la mécanique33. Le premier se rend acquéreur de la mécanique inventée par le second qui est associé pour un quart dans l’entreprise. La filature est installée à Houplines dans une maison de campagne avec les jardins et les fossés donnant sur la Lys appartenant au seigneur de Roders. La même année, l’association s’élargit à Louis Raincourt, conseiller du roi et receveur des amendes au Parlement de Flandre, qui prend la direction de l’établissement de filature, dont on parlera plus loin, et la fabrique de toiles de coton établie à Houplines34. La manufacture pour le tissage de toiles est installée dans le château de la ville qui appartient à Vanzeller et où, en 1767, 50 métiers sont montés pour la fabrication d’étoffes dites de garas destinées à être imprimées dans la fabrique de toiles peintes établie à Lille dans l’Hôtel Saint Pierre. À la fin de la même année, le nombre de métiers s’élève à 60, aux garas s’ajoute la production de mousselines, on entreprend « de fabriquer des mouchoirs dont la finesse sera unique, d’enjoindre bientôt (la fabrication) de velours de coton et de cotonnettes dont les prix seront beaucoup au-dessous de ce que les mêmes étoffes coûtent aujourd’hui ». Au début de l’année 1772, la manufacture connaît cependant des difficultés, le château est revendu et le nouveau propriétaire suspend le bail de location. La fabrique, qui compte alors 72 métiers mais dont 35 sont en activité, est transportée à Lille.

48Il est intéressant de noter l’échec de la proto-fabrique de Houplines au profit du travail dans le cadre corporatif, tant décrié pour ses côtés obsolètes, et qui pourtant a ses atouts, notamment la possibilité d’offrir à l’intérieur de la ville les ouvriers qualifiés pour la teinture des fils ou des toiles.

  • 35 Frédéric Lebrecht, 1997.

49Il est impossible de mesurer l’importance de la fabrication de ces toiles de coton destinées à l’impression dans la mesure où, comme pour la première partie du siècle, elles ne sont qu’une partie des nombreuses variétés de toiles produites par les deux corporations lilloises. Si le corps de la bourgeterie traverse une crise importante surtout à la fin des années 1760, le nombre de pièces plombées passe d’environ 15 000 à 10 000 entre 1769 et 177135, celui des tisserands semble se maintenir encore à la fin de la décennie et connaît en tout cas une belle croissance du nombre de métiers tout au long du siècle.

  • 36 AM Lille, A. G/1201 dossier 5.
  • 37 Philippe Haudrère, 1989.

50En 1768 encore, le Magistrat de Lille observe que l’indienneur Durot « est un patriote qui fait vivre gracieusement quantité d’ouvriers dont le nombre augmente de jour en jour tant pour la filature, tissanderie que pour les peintures, teintures et apprêts d’une quantité de toiles »36. On sait par ailleurs que c’est aussi dans la châtellenie qu’il se fournit en toiles et on a souvent mis en avant cette concurrence pour expliquer le déclin de la corporation lilloise en général, qui se caractérise surtout par un transfert d’activité de la ville vers les villages alentours. Il ne semble pourtant pas que, concernant ces « toiles de pur coton » destinées à l’impression, le plat pays ait concurrencé la ville. L’impact réel de l’industrie de l’impression des toiles fut d’une courte durée, environ une dizaine d’années qui correspondent à celles qui suivent la Guerre de Sept Ans et qui voient la désorganisation de la Compagnie des Indes et subséquemment la difficulté d’approvisionnement en toiles blanches venues d’Asie37.

Les importations de toiles de coton blanches

  • 38 Louis Bergeron, 1970.

51Les problèmes liés à l’importation de toiles de coton sont cependant de courte durée et la demande croissante des fabriques d’indiennes, qui se multiplient dans toute l’Europe du nord-ouest, est satisfaite par le développement d’un commerce international destiné à alimenter ces manufactures. Les dernières décennies apparaissent comme « l’âge d’or » du capitalisme commercial européen où se distinguent les négociants genevois et suisses qui se chargent d’alimenter en toiles blanches une grande partie des indienneries dont ils commanditent un grand nombre. C’est le cas de la maison « Pourtalès et Cie » de Neuchâtel qui s’inscrit au premier rang de ce commerce et qui crée dans la deuxième moitié du siècle « un réseau d’affaires accrochant ses mailles à Londres et à Pondichéry, à Lorient et à Hambourg, à Philadelphie et à Constantinople »38. La diversification du réseau est rendue nécessaire par la multiplication des lieux d’approvisionnement et de consommation, où l’on retrouvera autant d’associés, de parents ou de correspondants installés dans des lieux qui sont fonction de la conjoncture politique internationale.

  • 39 Herbert Luthy, 1961, tome 1, chapitre 2.

52La guerre d’Amérique, qui a interrompu le commerce sous pavillon français pendant la durée du conflit, a été à l’origine du développement du commerce interlope des neutres dans lequel les ports du nord de l’Europe comme Stockholm et surtout Ostende se sont distingués. La guerre fait des Pays-Bas autrichiens la porte d’entrée des toiles de coton et Bruxelles et Ostende deviennent les capitales de l’indiennerie où se fixent des colonies de négociants protestants39. Ce dernier port devient le lieu de transit des marchandises des Indes en direction de l’Allemagne, de la Suisse et de la France.

  • 40 AM Valenciennes, 4ii 171.

53L’arrêt du Conseil de 1759 qui autorise la fabrication sur le sol national des toiles peintes permettait l’introduction des toiles de coton étrangères par les ports de Bayonne, Le Havre, Rouen, Nantes et Bordeaux et, par terre, par les bureaux de Valenciennes, Joncques, Pont de Beauvoisin, Septêmes et la basse ville de Dunkerque, en payant un droit de 15 % de la valeur des marchandises. Pour les toiles de coton introduites par le nord de la France, seules quelques statistiques sur les droits payés au bureau de Valenciennes nous sont parvenues40.

  • 41 Jean Clinquart, 1995.

54Avec une moyenne de moins de 940 livres perçues par an entre 1761 et 1787, l’importation par la voie de Valenciennes paraît négligeable. Malgré une très grande irrégularité d’une année à l’autre dans l’introduction officielle des toiles de coton, le nord de la France n’est pas choisi par le monde du commerce en temps de paix41.

55Nous ne possédons pas les chiffres pour les années de la guerre d’Amérique où il apparaît que la voie valenciennoise a été empruntée par le commerce pour contourner les difficultés d’approvisionnement. L’activation de ce circuit, qui s’organise depuis Ostende via Valenciennes vers les principales villes manufacturières, se traduit par la présence dans la ville de maisons de commerce qui s’adonnent à ce commerce.

  • 42 ADN, C 9608.

56À Valenciennes, c’est André Paul Pourtalès qui se charge pour « plusieurs négociants de recevoir les toiles de coton pour en acquitter les droits au bureau… et en faire ensuite les expéditions »42. Achetées à Londres, Copenhague, Amsterdam et même Lisbonne, les toiles sont acheminées par vaisseaux à Ostende, préférée à Dunkerque trop exposée aux navires de guerre anglais. Les relations commerciales entre Bruxelles et Ostende d’une part et la France, via Valenciennes, s’intensifient. Au centre de cette activité, la maison de commerce Romberg frères, puis Romberg et fils, anime une grande partie de ce commerce. Les témoignages font du fondateur de cette société le grand animateur de ce circuit commercial durant les années de guerre. André Paul Pourtalés de Valenciennes rapporte comment ses interventions auprès de l’empereur furent efficaces pour faire diminuer les frais d’introduction des marchandises à travers les Pays-Bas autrichiens et attirer de nombreuses maisons de commerce à Bruxelles et à Ostende. Herbert Luthy en recense plusieurs ; l’exemple le plus frappant est certainement celui de la maison Senn-Bidermann et Cie qui établit une maison à Bruxelles et un comptoir à Ostende et qui se retrouve à la tête d’une véritable colonie huguenote.

57C’est à partir de 1779 qu’André Paul Pourtalès se fait l’intermédiaire, non pas seulement pour le compte du cousin Jacques Louis mais pour un grand nombre de négociants de Paris, Lyon, Rouen et Montpellier. Il explique en 1781 à la Ferme Générale le rôle nouveau joué par la ville : « Les négociants étrangers ne voulant pas courir les risques de la guerre expédient actuellement ces marchandises pour Ostende, elles entrent en France par le bureau de Blanmisseron où se fait la déclaration et viennent acquitter les droits à celui de Valenciennes… ».

  • 43 ADN, C 9608.

58Les multiples contrôles de la ferme générale témoignent du développement de l’introduction de ces marchandises43. Les tracasseries que subit le négociant au cours de l’année 1781, témoignent de l’importance que représente ce commerce. Le 20 février, il se dit victime d’une saisie de 45 pièces, sur 1 019 présentées au bureau des douanes, qui ne respectaient pas le poids prescrit par l’arrêt du Conseil de 1759. Le 5 mars, sur 1 950 pièces, les fonctionnaires en retiennent 36 trop légères « à un vingtième de livre près » et, à l’été de la même année, ils confisquent encore une des neuf balles contenant 135 toiles de coton blanches, car elle comportait 15 pièces un peu au-dessus de trois livres. En septembre enfin, il n’échappe pas à la saisie d’une balle constituée de 117 pièces conformes et de 28 pièces de mousselines non réglementaires. Le négociant se plaint auprès des fermiers généraux pour que cessent ces entraves administratives qui sont nuisibles à son commerce : il faut, écrit-il, « que les marchandises continuent à suivre la route que nous avons eue tant de peine à faire prendre… ». Pour finir de convaincre les autorités, le négociant assure avoir payé jusqu’à 71 000 livres de droits à la douane de Valenciennes.

59L’approvisionnement par Ostende est cependant de courte durée et l’activité du port connaît un rapide déclin après le traité de Versailles. Le rétablissement de la compagnie française des Indes en 1785 et surtout l’arrêt du 10 juillet de la même année qui interdit l’importation des cotonnades blanches autres que celles mises en vente par ses soins, détournent vers Lorient le circuit de la toile de coton. Le port retrouve son privilège dans le commerce de l’Inde et c’est là que s’installent ou se réinstallent les maisons de commerce qui avaient plus ou moins déserté la place mais qui veulent continuer à concentrer l’activité.

  • 44 AM Valenciennes, 4ii 56.

60Ce détour par les importations de toiles de coton n’est pas seulement rendu nécessaire par le mutisme des sources concernant l’approvisionnement en toiles des fabriques d’indiennes dans la région. Il permet de mettre en évidence le rôle que jouent certains négociants locaux dans ce commerce, c’est le cas de Pourtalès de Valenciennes, mais aussi des négociants lillois Marousse et Duvivier que l’on retrouve comme importateurs de toiles de coton par la voie valenciennoise au début des années 178044.

61Les rares sources nous montrent cependant que c’est auprès de ces maisons de négoce que les indienneurs de Lille se sont approvisionnés dans la mesure où l’industrie locale est dans l’incapacité d’offrir des toiles au coût proposé par l’industrie indienne. L’établissement en 1786 d’un inventaire des dettes passives de la société de l’indienneur lillois Durot témoigne de l’abandon de l’approvisionnement local en toiles blanches, de l’importance de ce commerce par les capitaux qui sont nécessaires, ainsi que de la concentration de ce négoce dans les mains de quelques maisons huguenotes déjà signalées.

La faiblesse de l’indiennage régional

62Si l’industrie de l’indienne naît dans la région, comme sur l’ensemble du territoire national, dans les années 1760, les provinces du nord de la France ne connaissent pas le véritable décollage de certaines régions. Si sept fabriques se créent entre 1765 et 1789, cinq d’entre elles à Lille, une à Valenciennes et une autre à Cambrai, les dates successives d’érection de ces entreprises et la durée de vie moyenne de ces établissements tendent à minimiser leur importance quantitative (cf. tableau n° 7). Le nombre des fabriques en activité dans la même période a varié, il a pu atteindre le nombre de quatre les trois dernières années de l’Ancien Régime, mais on ne compte par exemple qu’une seule manufacture dans les années 1780-1785. Ce sont en règle générale deux fabriques d’indiennes qui fonctionnent de manière simultanée. En 1786, la région ne peut pas soutenir la comparaison avec la Normandie qui en compte quarante, la région lyonnaise quatorze, la région parisienne treize ou Nantes qui abrite huit indienneries.

  • 45 S. D. Chapman, S. Chassagne, 1981.

63Avec seulement deux établissements sur un total de plus de cent quinze sur le territoire, la région se place en queue de peloton45.

Tableau n° 7 : Fabriques d’indiennes créées sous l’Ancien Régime

Localité Rue Durée Raison et/ou associés
Lille rue de l’Arc 1765-1766 A.F.Durot et J.B. Téply
1766-1780 A.F.Durot et fils
1780-1781 Louis François Durot et François Durot
1781-1786 Louis François Durot et Judocus Marousse
1786-1789 Louis François Durot
1790-1792 Decochart et Louis François Durot
1792-1806 G.B. Haussoulier, A.J. Derenty et A.Dupuis
Lille Marché au Verjus 1781-1801 François Durot
Lille Hôtel de l’intendance 1766-1769 Guillaume Van Zeller et Louis Raincourt
1769-1770 Guillaume Vanzeller et Judocus Marousse
1770-1780 Judocus Marousse
Lille rue Basse 1786-An 6 Josse Clemmen et ses fils (et son gendre Régis Durot)
An 6-AN 10 Roefs Gombert
Delannoy et Delsaux
Wazemmes (puis Lille ?) ? 1768-1771 ? Desneullin
Valenciennes ? 1767- ? Auguste Ducoron
Cambrai Quartier du Collège ? 1787-1791 Humbert Mutte et Godefroy

64Nous ne disposons pas de chiffres continus sur la production d’indiennes et il est difficile de juger de l’importance de chacune de ces sociétés. L’absence de sources est accentuée par la particularité de la Flandre française. Les lettres circulaires, visant à connaître l’état des fabriques, envoyées par l’administration nationale aux inspecteurs des manufactures, ne parviennent pas en Flandre où le corps n’existe pas. Si pour le Hainaut, Crommelin explique « qu’il n’y a pas d’indiennerie dans mon département… excepté à Valenciennes où un nommé Danneau imprime quelques pièces de toiles communes en bleu et en blanc pour la ville et les environs… », l’absence d’inspecteur dans les autres provinces et, en l’occurrence, à Lille où cette industrie est attestée ne nous permet pas de connaître la production lilloise à cette date.

  • 46 AM Lille A. G/1201 dossier 2.
  • 47 MA de Saint-Léger, 1907, p. 151-154.
  • 48 AM Lille, A. G/1208 dossier 5.

65Il est cependant possible d’avancer quelques chiffres à partir des correspondances ou des relevés dressés par l’administration municipale ou provinciale. En 1768, la fabrique d’indiennes de Vanzeller à Lille emploie 80 personnes46. En 1770, Arnould François Durot occupe 400 ouvriers mais ce chiffre inclut la main-d’œuvre occupée à la filature, au tissage et à l’impression des toiles. On peut certainement retenir pour cette fabrique le chiffre de 150 personnes employées à cette dernière activité en 176847. En 1786, la fabrique emploie 40 imprimeurs auxquels il faut ajouter les enlumineuses, les pinceauteuses, etc. qui s’activent autour d’une trentaine de tables48. La même année, Josse Clemmen n’emploie que 8 imprimeurs mais le Gantois n’est pas encore réellement installé à Lille. Dans les années 1770, les deux manufactures lilloises produisent entre 20 000 et 30 000 toiles imprimées, ce qui fait des fabriques locales des entreprises qui se situent dans une moyenne haute au plan national.

  • 49 ADN, Tabellion 3093/166.

66La nature des toiles produites par les fabriques de la région ne nous est que très peu connue. Seul l’inventaire après décès établi après la mort d’Arnould François Durot en 1781 nous apporte quelques indications sur les fabrications locales49. La fabrique imprime alors un grand nombre de toiles comme les guinées, garats, salempourice, coton de Suisse, mouchoirs de coton, des Indes, de Cholet mais aussi des mousselines, pièces de nankin et basin. Dans une quantité moins importante, l’impression se fait aussi sur les productions locales pour les toiles à carreaux composées en partie seulement de coton ou pour les étoffes dans lesquelles la matière est absente comme les mouchoirs de batiste ou de soie, les toiles d’Hazebrouck (lin) ou les coutils. Les toiles peuvent recevoir cinq couleurs en fond : le bleu, le violet, le vert, le rouge ou le noir, mais l’étoffe finale associe en règle générale trois ou quatre couleurs avec ou sans bord. Avec la variété des couleurs qui peuvent déterminer la mode, l’originalité de la toile peinte réside dans les différents dessins qui constituent un coût important pour les manufacturiers.

Le marché

67La liberté de fabrication et du port de vêtements en toiles peintes a multiplié le nombre des marchands qui se chargent du débit au détail de ces étoffes.

  • 50 AM Lille, A. G/1201 dossier 3.
  • 51 ADN, 6U2/973.
  • 52 ADN, 6U2/976.

68En 1768, la saisie de toiles peintes non revêtues de plombs est l’occasion de plainte des marchands lillois qui font le commerce de ces marchandises50. La pétition contre les agissements des fermiers est signée par 33 marchands qui ne représentent certainement pas la totalité des marchands qui débitent ces marchandises dans la ville. Il est par ailleurs difficile de les mettre sur un pied d’égalité et les sources précisent que « certains font le commerce en gros et d’autres au détail ». Ces derniers se fournissent souvent chez les premiers et vendent les pièces sous forme de demi-pièces ou coupons. Pour de nombreux marchands, la toile imprimée ne représente qu’une partie des étoffes qu’ils offrent à leur clientèle. Le bilan de Nicolas Vanlerberg, failli à Valenciennes en 1773, nous apprend que sa boutique est garnie de toiles de batistes et de toiles peintes achetées à Lille51. En 1786, le Sieur Doyen, marchand lillois, laisse un passif de plus de 26 600 francs constitué des créances dues aux fabricants de calemandes roubaisiens et aux indienneurs de la ville52.

  • 53 ADN, C 6733.

69La multiplication de ces marchands qui proposent des toiles imprimées se vérifie pour les grandes villes, mais aussi pour les petites. En 1786, le nouveau préposé à la marque des toiles peintes et imprimées dans le Hainaut entreprend la tournée des magasins où il se trouve des coupons sans marque53. La tournée emmène le préposé dans 49 villes et villages de son ressort, depuis Mortagne et Maubeuge au nord jusqu’à Cambrai et Fourmies au sud, où il marque 16 372 coupons. Si les marques sont apposées en grandes quantités dans les villes les plus peuplées comme Valenciennes (3 763 coupons), Cambrai (3 973), Le Cateau (2 390), le préposé doit aussi se rendre dans les petits bourgs qui possèdent leurs marchands comme Haspres (49), Dimont (12), Liessies (43), Ohain (3), etc. Très rapidement après l’arrêt qui autorise le port de vêtements constitués de toiles peintes, ces marchandises se retrouvent sur les rayonnages des petits marchands des villages les plus reculés et les moins peuplés de la région.

 

  • 54 ADN, Tabellion 3092/94.

70Il est à nouveau difficile, faute de sources, de présenter de manière satisfaisante le débouché des toiles imprimées produites dans la région. Tout indique cependant que la grande majorité des marchandises se débitent dans la région. En 1780, l’inventaire après décès de l’indienneur lillois Durot, qui nous livre la liste des débiteurs qui sont encore redevables à la société, nous permet de dresser la carte des lieux de consommation des toiles de la fabrique54. Les marchandises d’une valeur de 43 894 livres ont été expédiées auprès de 59 marchands dans 12 villes ; 51 sont localisés dans les provinces de Flandre et du Hainaut, seulement 8 en dehors de ces provinces : une partie des toiles s’exportent en Artois, 2 clients à Arras et 6 à Paris. C’est dans les principales villes du nord de la France que les toiles peintes lilloises trouvent un débouché. Les marchands qui débitent ces produits se trouvent à Lille (19 correspondants), à Cambrai (11), à Valenciennes et Landrecies (5), au Quesnoy (3), à Saint-Omer, Douai et Le Cateau (2), Marchiennes et à Maubeuge (1). Il est vrai que la valeur des marchandises vendues peut cependant compenser la quantité des clients. La valeur estimée à 3 718 livres par les 11 clients localisés à Cambrai est par exemple de loin inférieure à celle des 2 correspondants arrageois qui doivent encore 12 600 livres.

  • 55 ADN, Tabellion 70/77.
  • 56 ADN, Tabellion 3086/95.
  • 57 ADN, Tabellion 3091.
  • 58 ADN, Tabellion 943/105.

71D’autres sources dessinent une aire de commerce régional pour l’indienne lilloise. Les nombreux contentieux et conventions qui donnent lieu à l’établissement d’actes devant les notaires montrent l’importance des débouchés régionaux pour les toiles peintes fabriquées à Lille. En 1770, la transaction acceptée par Arnould François Durot permet finalement à Charles Louis Joseph Leroy, marchand à Bailleul, d’être élargi après avoir connu la prison pour le non-paiement de 800 florins dus pour marchandises livrées55. Le 30 août 1774, Thérèse Mabou, marchande lilloise, se voit obligée d’accepter l’hypothèque de ses biens immobiliers dans le différend qui l’oppose à François Durot pour « toiles peintes à elle vendues et livrées d’une valeur de 4 897 florins… »56. En décembre 1779, à la requête de « Durot et fils » on pose les scellés chez Charles Fauquemberghe, marchand paroisse Saint-Étienne à Lille « pour argent qu’il doit » et l’inventaire détaille les quantités de toiles de coton peintes et les mouchoirs restés en magasin57. C’est aussi principalement dans la région que les autres indienneurs lillois trouvent à vendre leurs marchandises. En 1784, Josse Clemmen reconnaît que le procès qui l’opposait au marchand lillois Aimable Joseph Hurez pour la contestation d’un billet reçu en règlement prend fin58. En juin 1789 encore, on ordonne une prise de corps sur Noël Joseph Dioncq, marchand à Houplines-sur-la-Lys, débiteur de « Josse Clemmen et fils » à hauteur de plus de 3 238 livres.

 

  • 59 AM Valenciennes, 4 II/114.

72La création de fabriques de toiles peintes dans la région n’a pas fait cesser l’introduction de marchandises étrangères. Si l’arrêt autorisant la fabrication de toiles peintes sur le territoire impose des droits de 25 % à l’entrée des marchandises étrangères et limite les importations officielles, la contrebande ne cesse pas. En 1778, « le mémoire sur l’étendue et le commerce qui se fait dans la direction des fermes générales de Valenciennes » note que les habitants de Le Cateau « ont abusé de tout temps (de la position de ville ouverte) pour faire de la contrebande ». Il rajoute cependant que la fraude diminue depuis quelques années, « à cause de l’établissement de manufactures de toiles de coton peintes dans l’intérieur qui se sont perfectionnées par le goût et la solidité »59.

  • 60 AM Lille, A. G/157.

73Dans les années 1760, les magasins de toiles peintes se multiplient à Wazemmes et Esquermes, villages proches des Pays-Bas autrichiens par lesquels les marchandises sont importées à Lille en contrebande. En 1769, la saisie opérée chez Marie Jeanne Pousard, marchande de toiles peintes et perses à Lille, montre que les marchandises « toutes fines » qu’elle détient en magasin proviennent de Hollande et qu’elles ont été introduites en fraude de droits60. À Lille, des rapports alarmants font état de la fraude à laquelle « tous les négociants de toiles de cette ville se livrent avec une facilité et une impunité vraiment intolérable ».

  • 61 H. Coppejans-Desmedt, 1952, p. 81.

74L’introduction des toiles imprimées étrangères ne provient pas uniquement d’un trafic illicite et la modération des droits, par exemple en 1772, a pu déterminer les indienneurs étrangers à introduire de manière déclarée leurs marchandises. À la fin des années 1770, l’indienneur gantois Josse Clemmen exporte une grande quantité de ses productions dans la région, à la fois officiellement chez les marchands d’Armentières, de Lille, de Douai, etc., mais également par la voie frauduleuse via des contrebandiers installés dans les communes frontalières qui se chargent d’écouler les marchandises dans le nord de la France61.

 

75Les inventaires ou bilans de faillites de marchands que l’on peut identifier comme se livrant au commerce des toiles peintes par le détail de leurs marchandises ou par la présence dans les comptes de créanciers eux-mêmes indienneurs, confirment l’importance du marché de consommation dans la région. Ils permettent aussi de mettre en évidence la présence des principaux fabricants français fournisseurs de leurs marchandises dans la région.

  • 62 ADN, 6U2/974.
  • 63 ADN, 6U2/977.
  • 64 ADN, 6U2/979.
  • 65 ADN, Tabellion 3100/102.

76La faillite, en juillet 1782, de Jean Claude Comte, marchand forain demeurant « ordinairement » à Lille, révèle qu’il alimente principalement les villes d’Orchies, Douai, Valenciennes et Cambrai en toiles imprimées produites à Amiens par « Catheigne, Delahaye et Cie » et à Beauvais par « Michel frères » et surtout « Garnier Danse et Thevart »62. La possession d’un « compte courant » chez ce dernier traduit par ailleurs des relations suivies avec ce fabricant. La faillite en septembre 1788, du marchand lillois Adrien Dierickx témoigne de manière indirecte mais certaine de la concurrence que se livrent les indienneurs du royaume63. Le passif chirographaire d’une valeur supérieure à 21 573 livres se décompose en des créances envers trois indienneurs lillois : « Durot-Clemmen père et fils » pour 7 569 livres, Louis François Durot pour 2 540 livres et à l’encontre de François Durot pour 1 450 livres. Dierickx ne s’alimente pas seulement auprès des trois fabriques lilloises mais aussi par l’intermédiaire de négociants identifiés comme faisant le commerce « en gros » des toiles peintes qui commercialisent les marchandises des indienneurs du royaume. C’est le cas de Judocus Marousse, qui n’est alors plus associé à Louis François Durot, créancier à la hauteur de 2 067 livres, de Méresse-Coulon pour 2 416 livres, de Frédéric Crocquefer négociant à Cambrai pour 2 630 livres, de Devemy pour 689 livres et de Baillods et Cie pour 372 livres. L’érection de fabriques dans la région a permis de répondre à la demande mais la production locale est loin de satisfaire à la consommation. La région apparaît comme un important marché où converge une partie des produits des fabriques nationales. Ce sont de puissantes maisons de commerce local, aux liens souvent étroits avec les indienneurs, qui jouent le rôle d’intermédiaire entre le producteur et le détaillant, dernier maillon avant le consommateur final. La société « F. Baillods et Cie » est certainement exemplaire par l’importance de ce commerce qu’elle déploie à l’extrême fin de l’Ancien Régime. C’est en 1786 que Frédéric Baillods s’installe à Lille, certainement en association avec le commis négociant Charles François Lerminez. Les activités de la société, qui consistent principalement dans le commerce des toiles peintes, nous sont connues au moment de la faillite en septembre 178864. L’importance du passif, 354 314 livres pour un actif évalué à 191 769 livres, témoigne à la fois des difficultés mais aussi de l’importance du commerce. Celui-ci réside dans la commercialisation des toiles peintes provenant de Suisse et notamment de Neufchâtel. La maison lilloise est en effet chargée de la commercialisation des toiles achetées à « Pourtalès et Cie » et à Charles Henry Deluze, respectivement créanciers pour la somme de 100 000 et 85 000 livres. Les relations sont soutenues et, à côté des marchandises fournies par les indienneurs, figurent des « avances d’argent » accordées par le banquier parisien Rougemont65.

77Ce sont encore les toiles de Pourtalès que l’on retrouve à Cambrai par l’intermédiaire de négociants locaux qui concurrencent les produits de la fabrique installée dans la ville par Humbert Mutte. Citons par exemple la maison « de Lange et Noché », constituée de deux des plus importants négociants de la ville, juges au tribunal de commerce, qui fournit aux nombreux marchands de la région les marchandises suisses.

  • 66 ADN, L 10323.
  • 67 ADN, 6U2/977.

78À Valenciennes, le négociant Pourtalès dont nous avons vu le rôle d’intermédiaire dans le négoce des toiles des Indes participe à la commercialisation des toiles imprimées. Les papiers de séquestre de ses biens, en l’an IV, conservent les traces de ce commerce et il est vraisemblable qu’il alimente pour le compte du cousin de Neufchâtel, entre autres, une grande partie des nombreux marchands de toiles peintes de Valenciennes66. Son commerce ne se limite cependant pas à la ville. En 1788, il est inscrit dans la liste des créanciers de la société « Bernard frères et Cie », marchands à Lille, pour 2 516 livres67. Si on ne connaît pas l’importance de ce commerce qu’il partage d’ailleurs avec d’autres négociants valenciennois comme le sieur Mabille, on peut supposer un lien entre l’échec de la fabrique de toiles peintes entreprise dans la ville par Ducoron et l’intensité des activités des négociants en indiennes.

79Le dernier exemple de ces maisons présentées ici, qui font commerce des toiles peintes produites sur le territoire national, nous est donné par Denis Aimé Maurice Méresse-Coulon qui commercialise les toiles produites à Jouy par Oberkampf et sur lequel nous reviendrons.

  • 68 Pétition à l’Assemblée nationale…, 1792 ; Nouvelles observations soumises à l’Assemblée nationale…,(...)

80La concurrence que se livrent les indienneurs à l’échelle du territoire national est clairement exposée par les fabricants, menacés d’une baisse des tarifs imposés à leurs fabriques de toiles peintes par la convention signée entre le roi de France et la république de Mulhouse le 22 septembre 1791 et qui doit être ratifiée par l’Assemblée Nationale. Ces deux plaintes rédigées, semble-t-il, par les deux frères Oberkampf de Jouy et de Corbeil et approuvées par les principaux fabricants du royaume, prédisent l’anéantissement prochain du commerce des toiles peintes en France, la ruine des établissements et la misère pour des millions de Français68. Ils rappellent les progrès réalisés depuis trois décennies et l’activité déployée à « Rouen, Beauvais, Nantes, Lyon, Marseille, Orange, Bolbec, Saint-Denis, Melun, Lille, Angers, Jouy, Corbeil, aux environs de la capitale, dans les départements du Haut et Bas-Rhin » qui permettent de se passer de l’industrie étrangère et évitent une balance défavorable. Pour eux, seule l’imposition des droits sur les marchandises étrangères a permis à l’industrie nationale de se développer et aux fabriques de se multiplier en de nombreux points du territoire. La protection du marché national est encore nécessaire face à la concurrence étrangère, et notamment suisse, favorisée par les bas salaires. On retrouve dans les propos des fabricants la pensée mercantiliste qui veut d’abord que l’on protège l’industrie naissante avant de l’encourager à participer à « la guerre d’argent » : « Un temps viendra peut-être où vous n’aurez plus à vous occuper même pour ce commerce et malgré tous ces désavantages que d’encouragements à donner pour augmenter l’exportation… mais en attendant qu’il se réalise, il entre sans doute, dans vos vues de continuer, pour les fabriques nationales, le régime protecteur à l’ombre duquel elles ont prospéré ».

81Pour les fabricants français « aujourd’hui la fabrication de l’intérieur s’élève à la hauteur de la consommation » et l’arrivée de nouveaux concurrents ne peut que rompre un équilibre qui reste précaire dans la mesure où la demande n’est pas élastique.

Les activités d’amont

L’origine du coton

82Si la quantité des matières importées dans la région est un indicateur de l’activité industrielle déployée, les sources éparses qui nous sont parvenues ne nous permettent que de deviner un mouvement global qui dessine une hausse qui est à relier aux quantités croissantes qui parviennent depuis l’étranger sur le territoire national.

Les importations de matières filées

  • 69 Robert Paris, 1957.

83Les importations de cotons filés en France connaissent une baisse continue, en lien avec les progrès réalisés dans les opérations de filature sur le territoire. La quantité de filés importée du Levant par Marseille passe de 13 853 quintaux en moyenne dans les années 1750 à 10 805 quintaux dans les trois dernières années de l’Ancien Régime69. Ces importations n’ont cependant pas cessé et la fabrication de nouvelles toiles a nécessité un accroissement de ces achats pour alimenter les tissages de Lille et de sa châtellenie. Nous avons vu que les villes qui se sont lancées dans la fabrication des toiles à carreaux comme Halluin, Comines et Armentières utilisent les filés teints en rouge que l’on tire du Levant par la voie maritime de Marseille et Dunkerque ou, durant la guerre d’Amérique, par route terrestre en passant par le bureau de Septêmes-les-Vallons. Les importations par le port de Marseille ne se sont pas tout de suite imposées et, dans les années 1760, les tisserands de Lille et de la châtellenie s’approvisionnent en coton filé à partir des Pays-Bas autrichiens. Cette voie d’approvisionnement prend de l’importance avec le développement de l’indiennerie qui s’alimente dans un premier temps auprès des tisserands et bourgeteurs lillois. Des saisies opérées par les douanes nous permettent de mettre en évidence ce commerce.

  • 70 AM Lille, A. G/1197 dossier 7.

84En 1766 par exemple, Nicolas Coëllen, maître tisserand à Lille, intervient auprès de l’autorité municipale pour se plaindre de la nouvelle imposition sur les cotons filés : « Le requérant fit venir de Courtrai cent livres de coton rouge qui lui sont confisquées… Le suppliant et les intervenants (les maîtres du corps) vous observent messieurs que de tout temps tous les négociants et fabricants qui ont fait venir des cotons ont payé 24 livres de France au cent pesant… Que peu après l’émanation de votre ordonnance (autorisant aux tisserands la fabrication de toiles de coton rouge), le suppliant et les intervenants en ont fait venir, mais en plus grande quantité… et qu’elle fut l’excessive surprise de voir les préposés de la douane demander d’acquitter 190 livres 6 sols… »70. L’auteur de la plainte fait aussi état des importations par la même voie des Pays-Bas autrichiens mais par la fraude que pratiquent un grand nombre de fabricants des villes et villages de la châtellenie situés à la frontière, qui deviennent alors des concurrents redoutables pour les suppôts de la corporation lilloise obligés de payer ces droits. Il est impossible de connaître les quantités importées par les tisserands et il semble que l’introduction à partir de la frontière du nord cesse rapidement, du moins officiellement. En effet la demande de révision des tarifs n’aboutit pas et les autorités municipales, après avis de la chambre de commerce, rappellent aux plaignants que l’importation des cotons teints par la voie de Marseille n’est imposée que d’un droit de transit de 5 % et qu’ils peuvent s’approvisionner à Lille où « il y a déjà plusieurs marchands qui ont fait venir et tiennent magasins de pareils cotons teints où les fabricants peuvent s’approvisionner à un prix raisonnable ».

Les importations de matière brute

  • 71 Christian Pfister, 1985.

85Aux arrivées de cotons bruts depuis le Levant qui croissent dans la deuxième moitié du siècle, s’ajoutent les achats effectués aux Antilles et en Amérique. Nous ne disposons que d’un aperçu des importations par la voie maritime de matières brutes importées en commerce direct depuis les Antilles vers Dunkerque71. Si les importations par le port du nord, depuis la Martinique, Saint-Domingue et Tobago restent négligeables avant le traité de Versailles, elles connaissent une forte augmentation à partir de 1785 et culminent en 1786 avec près de 1 600 balles. En 1788, le commerce du port qui n’a jamais représenté plus de 2 % du total du négoce national reçoit alors directement 6 % du coton importé en France. Cette voie n’est pas la seule et jusqu’à la fin des années 1780, la voie terrestre depuis Rouen et Le Havre semble avoir été préférée à la route maritime.

  • 72 ADN, 76J/11.

86Dès les années 1750 et tout au long du siècle, la région reçoit des cotons venus d’outre-atlantique et la voie d’approvisionnement des provinces du nord de la France ne passe pas nécessairement par Dunkerque. Il en est ainsi des achats effectués au Havre par les négociants lillois et qui empruntent la voie terrestre72.

  • 73 Archives privées de la famille de Croÿ.

87La variété des sources d’approvisionnement en coton peut être mise en lumière à partir de l’exemple de la fabrique de Condé-sur-l’Escaut73. En 1763, c’est à partir des Pays-Bas autrichiens que la fabrique alimente ses rouets en coton de la Guadeloupe. Les documents font état de nombreux achats effectués à Tournai, ville distante de moins de 20 kilomètres de Condé-sur-l’Escaut. Le coton tiré depuis les Provinces-Unies par les marchands de la ville traverse l’Empire par la voie de l’Escaut par Gand jusqu’à Tournai, puis il est chargé sur des voitures pour relier par la route la petite ville d’Hergnies où sont délivrés des acquis à caution nécessaires à la circulation sur le territoire national. En même temps que l’on s’approvisionne à Tournai, la fabrique effectue des achats dans la région à Lille. C’est surtout auprès du négociant lillois Decroix, qui s’engage à « toujours livrer au plus juste prix possible », que la fabrique trouve la matière nécessaire à ses activités de filature. Il est vrai que le magasin du marchand est fourni en cotons bruts du Levant de Smyrne mais aussi des îles de Saint-Domingue et de la Guadeloupe. À ces importations depuis l’Orient, le négociant lillois a joint, comme d’autres sur la place, des achats de coton des îles à partir de Rouen ou des Provinces-Unies. En 1762, son correspondant installé en Hollande lui expédie 99 balles qui sont vite placées auprès des marchands et fabricants de la ville de Lille au point « qu’il ne reste plus une livre à fournir » à la manufacture de Condé-sur-l’Escaut.

88Dans la région, la fabrique s’approvisionne également auprès de marchands de Calais, Valenciennes et Dunkerque mais elle tente de supprimer les intermédiaires en s’adressant aux points d’arrivées de la matière. Au milieu des années 1760 par exemple, les administrateurs de la manufacture de Condé-sur-l’Escaut s’adressent à Rouen, aux négociants Behic et Duvergier, pour l’achat de leur coton.

89Les commandes passées en Normandie concernent des cotons d’Amérique : la matière vient de la Martinique, de la Guadeloupe mais aussi de Cayenne et enfin de Maragnan (Maranhâo). Les marchandises sont chargées sur une voiture publique pour Calais via Abbeville puis expédiées à Condé-sur-l’Escaut.

90À partir des années 1770, la fabrique, toujours désireuse d’éviter les intermédiaires et de se « fournir de première main », effectue des achats à Marseille. Le Duc de Croÿ se met en relation avec le négociant marseillais Lazare Icard qui fournit « 12 sols moins chers que la même qualité et quantité achetée à Lille ». On ne sait pas si, dans les années 1780, Marseille continue d’alimenter la manufacture, mais à la fin de la décennie les sources mentionnent que « les cotons bruts se tirent de Dunkerque ».

La filature de coton dans la deuxième moitié du siècle

La mobilisation de la main-d’œuvre juvénile

91Les difficultés, déjà évoquées pour la première moitié du siècle, que rencontrent les entrepreneurs pour trouver des ouvrières qui acceptent de filer leur coton, se renforcent dans ce contexte de développement de l’industrie des toiles de coton. Dans ces provinces du nord qui restent d’abord productrices de toiles de lin et de laine, c’est à ces matières que les fileuses restent attachées. Le débauchage de ces ouvrières pour le travail d’une matière différente n’est accepté qu’à condition qu’elles soient placées dans une nécessité absolue ou alors qu’elles puissent trouver un avantage dans les prix pratiqués pour la façon du coton. L’insertion de nouveaux acteurs dans la production de toiles nouvelles se heurte à la concurrence des régions où l’activité a été plus précoce et où ces fabrications sont dominantes.

92Les négociants de la région lilloise ne soutiennent par exemple pas l’initiative de Maracci et Brisou pour la fabrique de mouchoirs et autres toiles de coton qui, selon eux, sera incapable de produire à un coût comparable aux marchandises qu’ils tirent de Rouen ou Troyes. Faire aussi bien sinon mieux que dans les provinces où l’industrie cotonnière est dominante obligeait les fabricants à pratiquer des salaires, pour des productions de filés qui nécessitaient une dextérité de plus en plus importante, que les fileuses, qui pouvaient continuer à travailler le lin ou la laine, refuseraient sauf si elles y étaient contraintes. C’est le cas à Inchy dans le Cambrésis où les fileuses ne s’adonnent plus qu’au travail du coton, faute d’autres matières à filer.

93Face à la rigidité de ce marché du travail, on assiste à la volonté d’utiliser la population oisive et en premier lieu les enfants pour la production de filés de coton. C’est d’abord aux établissements où sont enfermés ces enfants, les hôpitaux, que les nouveaux entrepreneurs firent appel pour faire filer le coton mais ces institutions furent incapables de répondre aux attentes des fabricants et ils durent alors créer leur propre manufacture de coton destinée à alimenter leur tissage ou dans le but d’offrir à d’autres fabricants leurs filés.

Une expérience singulière ?

  • 74 S. Chassagne, A. Dewerpe, Y. Gaulupeau, 1976.
  • 75 A. Dewerpe, Y. Gaulupeau, 1990.

94Dans le processus de fabrication de l’industrie textile, la proto-fabrique trouve sa place en aval, dans le secteur de la finition, par exemple des apprêts du drap et du velours ou de l’impression des indiennes. Dans ces manufactures où la main-d’œuvre est nombreuse, mais où les tâches à accomplir demandent une force physique, de l’expérience et une certaine qualification, le nombre des enfants employés est peu élevé74. La majorité des ouvriers de Jouy-en-Josas est constituée d’adultes d’âge mûr, les jeunes de moins de 16 ans et les vieux travailleurs ne représentent qu’une faible partie des effectifs. La technique de la gravure ou de l’impression, objet de la manufacture, demande une qualification, une force physique et une habileté qui excluent les enfants comme les ouvriers trop âgés. En réalité, l’emploi de ces enfants est destiné à « former l’ossature » de la majorité des ouvriers qualifiés75.

95Ainsi la singularité de cette expérience de mobilisation de la main-d’œuvre juvénile peut s’observer à plusieurs niveaux. Dès le milieu du XVIIIe siècle, on repère des exemples de concentrations ouvrières pour des opérations qui ne sont pas liées au secteur « de la finition » mais, en amont, au secteur de la filature. Il y a ici à la fois une précocité et une originalité, puisque l’on ne rencontre pas le même phénomène dans l’industrie du lin ou de la laine. En même temps, dans ces manufactures, le travail des enfants est déterminant, d’abord par leur grand nombre, puisqu’ils forment la majorité de la main-d’œuvre, et par leur contribution elle-même, qui n’est plus secondaire puisqu’elle consiste en la fabrication du fil.

96La nécessité de la concentration ouvrière n’est pas à chercher dans l’effet technologique nécessaire à l’opération de filature mais dans la réponse à un marché du fil de coton, en croissance tout au long du XVIIIe siècle et qui ne trouve pas son équilibre dans le travail à domicile traditionnel. La proto-fabrique se caractérise ici comme la concentration, dans un même bâtiment, d’un nombre important de jeunes ouvriers non qualifiés sous la direction d’un entrepreneur. Le contrôle manufacturier aura pour objectif de contenir les effets de la réunion, dans un même lieu, d’une main-d’œuvre souvent indisciplinée mais aussi de répondre à une demande accrue de fil uniforme dont la finesse croissante, déterminée par le marché, nécessite la mise en place d’un suivi constant.

97C’est dans le contexte d’une demande accrue de filés de coton dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle que s’inscrit la multiplication de ces manufactures. Pour le nord de la France, on relève, entre 1763 et 1793, six exemples de filatures de coton employant une main-d’œuvre juvénile : à Condé-sur-l’Escaut, Houplines, Cambrai, Bergues, Hondschoote et Avesnes. L’utilisation d’enfants n’est pas propre aux provinces septentrionales mais concerne également de nombreux centres industriels, français ou étrangers, travaillant la fibre.

De « l’atelier de charité » à la manufacture

  • 76 ADN, C105.

98Dès 1736, pour faire pression sur les salaires, jugés trop élevés, un mémoire anonyme proposait au Magistrat d’établir à Lille une petite manufacture « qui ferait beaucoup de bien aux pauvres gens, un garçon ou une fille de 6 ou 7 ans peut gagner 6 patars par jour et plus s’il est habile »76. On propose d’installer des rouets dans la maison des enfants abandonnés ainsi que dans la maison forte, « pour occuper les filles qui n’ont aucune profession ». Pour former la main-d’œuvre, on envisage de faire appel à quelques fileuses qui enseigneront aux enfants à produire des filés plus ou moins fins selon les besoins : le gros fil sert à faire des mèches, le commun des futaines et des basins, le très fin à faire des gants et des bas « dont il s’en consomme une grande quantité à Tournai ».

  • 77 ADN, C 9087.

99On ne sait pas si cette expérience a été mise en place à Lille, mais elle avait déjà été tentée, sans succès, à Valenciennes quelques années auparavant. Installé dans la ville en 1731, pour la fabrication de futaines et de basins très fins à la façon de Bruges et Harlem, T’Kint alimente ses quarante métiers par des filés venus de Tutucorin, possession hollandaise de l’extrême sud de la péninsule indienne ou achetés à Lille ainsi que par des matières produites à Valenciennes77. Il obtient aussi du Magistrat de faire filer du coton par les enfants de l’Hôpital Royal des Mendiants. Pour l’année 1732, il verse 803 livres à raison de 40 patars la livre pendant les trois premiers mois puis de 30 patars pour le reste de l’année. C’est pour fournir des toiles à meilleur prix que celles des Hollandais qu’il a décidé cette baisse du prix des façons, mais il est confronté au mécontentement des directeurs de l’hôpital qui persistent à exiger, selon lui, un « prix exorbitant », les 40 patars à la livre, salaire fixé en 1731. La difficulté est encore plus grande pour l’entrepreneur quand il cherche à mettre en place un mode de paiement variable selon la finesse des filés. Il se plaint à l’intendant qu’on ne le laisse pas « maître de régler les prix des filés proportionnellement à leur finesse… et qu’on s’attache davantage à la quantité plutôt qu’à la perfection ». Cette logique économique n’est pourtant pas comprise par les administrateurs et le personnel de l’hôpital, insuffisamment formés aux techniques de la filature et à la discipline ouvrière.

  • 78 ADN, C 16645.

100L’utilisation d’hôpitaux ou « d’ateliers de charité » ne semble pas correspondre aux exigences de la filature de coton, au moins pour la production de filés fins. C’est encore un échec à Cambrai, en 1787, quand le Sieur Laborie s’adresse, dans un premier temps à « l’Institution des filles de la Charité » pour faire filer du coton par des enfants formés par sa propre nièce : « La supérieure des Filles de la Charité par son obsession a fait disparaître la demoiselle Devaux qu’il (Laborie) avait chargée de la direction des travaux les plus épineux et à qui sept années et demi d’expérience avait acquis des connaissances rares en ce genre »78.

101Ne faut-il pas voir dans ces échecs l’une des causes de la multiplication des manufactures de coton dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle car, si les hôpitaux et autres « ateliers de charité » sont des lieux de travail pour la main-d’œuvre enfantine, la filature de coton y est absente. Mettre au travail la main-d’œuvre disponible dans les ateliers de charité ne suffisait pas. Il était nécessaire d’opérer un contrôle plus actif et aussi de former cette population au travail d’une nouvelle fibre. Privés de cette main-d’œuvre à bon marché, les entrepreneurs durent faire appel à une population qui accepterait de travailler, à l’intérieur de leur manufacture, pour de bas salaires. C’est vers la population pauvre et « oisive » des villes que l’on se tourna, mais celle-ci ne se bouscula pas forcément aux portes de ces fabriques.

102En 1787, Pierre Laborie se plaint « de l’insouciance du public de Cambrai », qui préfère mendier plutôt que de venir travailler dans sa filature de coton pourtant établie « afin que les pauvres valides de l’un et l’autre sexe y trouvent par le travail, une réponse assurée pour leur subsistance et leur entretien ». L’entrepreneur doit se contenter de la main-d’œuvre de 108 enfants, qui acceptent, non sans répugnance, les bas salaires de la manufacture.

  • 79 ADN, C156.

103L’exemple de la filature de coton établie à Houplines en 1765 témoigne aussi des difficultés rencontrées par les entrepreneurs pour se procurer une main-d’œuvre stable. Elle a été érigée dans le but de produire des fils fins à partir d’une nouvelle mécanique propre à alimenter leur fabrique de mousselines et de toiles peintes. Les entrepreneurs bénéficient de toute l’attention de la part de l’intendant et du gouvernement qui accorde à la fabrique le titre de manufacture royale79. Entre 1765 et 1769, date de la disparition de la filature, l’entreprise aura employé 169 enfants dont 34 « élèves » occupés au dévidage et au bobinage. Régulièrement mais très lentement, entre septembre et juin 1768, des enfants viennent grossir les effectifs engagés dans la filature. Si l’on s’en tient aux déclarations des manufacturiers qui entendent employer 150 enfants aux travaux de la filature, ce nombre n’est atteint qu’après de nombreux mois. Si 70 % des ouvrières sont employées durant l’année 1766, ce n’est qu’à la fin de l’année suivante, après plus d’une année et demie de fonctionnement, que le chiffre prévu est atteint. Les relevés effectués par les baillis du village d’Houplines, nécessaires au versement des gratifications à la fabrique, nous permettent de connaître l’âge et le lieu d’origine des ouvrières de la manufacture.

104On recrute dès 6 ans, la moyenne d’âge se situe autour de 14 ans, mais c’est la classe d’âges des 10-12 ans qui constitue l’armature des fileuses de la fabrique. La présence adulte dans la manufacture est assurée, outre le portier, par les 4 cardeuses, les 2 « tourneurs de roue de la mécanique » et une jeune femme « au service de la filature ».

105L’origine géographique des ouvrières montre un large bassin de recrutement, bien au-delà des principales villes du futur département du Nord, depuis Dunkerque jusqu’à Saint-Quentin et même Paris et Brest d’où arrive le 20 juin 1768 Marie Anne Becquet âgée de 13 ans. Elles ne sont que trois à résider dans le village d’Houplines où est installée la manufacture et 10 sont originaires de la ville proche d’Armentières.

106La population ouvrière employée à Houplines ne semble pas non plus se caractériser par une grande stabilité. La durée passée au service de la fabrique pour chacune des ouvrières ne nous est pas connue de manière précise mais un pointage effectué en janvier 1769 par les baillis d’Houplines, et qui indique la date d’entrée des fileuses, nous permet de vérifier la rapide désaffection de la main-d’œuvre. Sur les 169 fileuses, dévideuses et bobineuses entrées dans la fabrique jusqu’en juin 1768, 100 soit 60 % des filles sont absentes des effectifs au premier janvier 1769. Sur l’ensemble de la période, 13 filles demeurent dans l’entreprise plus de trois ans, 47 plus de deux ans, 13 plus d’une année et enfin 6 ne dépassent pas douze mois. L’entrée tardive dans la fabrique n’est pas synonyme d’assiduité plus importante : au moment du recensement de 1769, seules 37 % des filles engagées au cours de l’année précédente répondent à l’appel et ces départs précipités se retrouvent certainement en début de période. Les manufacturiers ont eu du mal à conserver leurs ouvriers et à faire appliquer le contrat d’engagement qui, sous la forme d’une affiche placardée dans plusieurs communes, exigeait « des jeunes sujets… au caractère supportable et qui puissent sympathiser avec les autres… » L’article six du document qui prévoyait une amende évaluée à 200 livres par an pour les enfants quittant la fabrique avant sept années consécutives de travail n’aura pas empêché la désaffection de plus de la moitié des effectifs avant la fermeture de l’entreprise.

 

  • 80 AN F12/1339 ; Serge Chassagne, 1991.

107Après l’avoir attirée dans les fabriques, s’attacher la main-d’œuvre pour un travail régulier ne fut donc pas toujours aisé pour les fabricants qui n’hésitèrent pas à faire appel aux autorités locales détentrices de pouvoirs répressifs pour les seconder dans le contrôle de la population ouvrière. C’est le cas pour la filature de coton mise en activité en 1787 à Avesnes avec l’appui du Magistrat dont deux des membres, les sieurs Godefroy et Gossuin, sont avec Prissette associés dans l’entreprise. Les treize articles qui scellent l’accord entre les administrateurs municipaux et les associés sont exemplaires de la volonté d’unir les forces économiques et politiques pour opérer un contrôle étroit sur la main-d’œuvre juvénile80. Le Magistrat, qui fournit à la société soixante rouets pour occuper « dans tous les temps entre quarante et soixante pauvres enfants, et plus s’il est possible », contribue aussi à la discipline de la main-d’œuvre en édictant de concert avec Prissette le règlement de la fabrique. Sauf si le sieur Prissette en décide autrement, les enfants sont engagés par contrat signé par les parents à partir de 7 ans pour trois années avec interdiction d’interrompre la durée avant ce terme. Les fileurs sont aussi instruits dans les devoirs de la religion deux fois par semaine, le mardi et le samedi « afin de ne pas interrompre le travail des ateliers ». La municipalité intervient aussi en cas de vols de matière brute ou de filés et l’article sept prévoit dans ce cas de chasser les enfants de la fabrique, de priver les parents de tous secours et même « pour servir d’exemple aux autres, de fouetter (les enfants) en leur présence par un suppôt de la ville, et mis en prison pour un mois par forme de correction ». Pour entretenir l’émulation au sein des fileurs, le Magistrat prévoit aussi des gratifications trimestrielles aux dix enfants qui se seront distingués par leur assiduité et leur aptitude. Il est prévu que ces distributions se fassent sous la forme de dons de vêtements ou de livres de morale et d’histoire.

L’exemple de la manufacture de Condé-sur-l’Escaut

108L’originalité de ces proto-fabriques, employant des enfants et destinées à la filature du coton, peut être illustrée en prenant comme exemple la manufacture de Condé-sur-l’Escaut, qui connut une durée de vie assez longue, de 1763 à 1793, et pour laquelle nous sommes davantage documentés.

 

109C’est sur proposition d’un fabricant de Saint-Quentin, réfugié à Tournai, que le Duc de Croÿ, seigneur de Condé, décide de créer une manufacture de coton dans cette ville. Les objectifs affichés par ce dernier en créant la fabrique en 1763, sont de soulager les pauvres de la ville. Cette œuvre de bienfaisance est surtout perceptible dans la correspondance des administrateurs de la fabrique avec les différentes institutions. Ainsi en 1770, on assure employer 500 ouvriers, y compris les enfants de tout âge, et « les pauvres » y sont admis de préférence ; on veille en même temps à leur instruction et à leur conduite, et on affirme que cet établissement « a entièrement banni la mendicité de la ville de Condé qui a été de tout temps fort pauvre ». Une division du travail est organisée dans l’entreprise, « par exemple, le père est tisserand, la mère cardeuse, les enfants filent dès l’âge de 6 ans ». On observe, dans la manufacture, une police exacte « et on y assure aussi les soins et les charités aux ouvriers malades et des prix d’émulation encouragent les enfants à l’assiduité et à la bonne conduite ».

110Pour encadrer les ouvriers, la manufacture est conduite, avec la plus grande économie, gratuitement par le curé, et plusieurs notables de la ville qui « secondent avec le zèle le plus recommandable les intentions du seigneur de Condé ». Aussi, Taboureau, intendant du Hainaut, a-t-il bien compris, quand il écrit, le 4 août 1770, au contrôleur général que « l’établissement qu’a formé le Duc de Croÿ ne peut pas être regardé comme une manufacture mais seulement comme un soulagement pour les pauvres, pour bannir la mendicité et la fainéantise et plutôt comme un hôpital pour y former des mains propres à la filature ».

111Œuvre charitable, « établissement de formation » ou manufacture ? Il est évident que l’établissement de la manufacture est le fait d’un noble soucieux d’aider une partie de la population pauvre de Condé-Sur-l’Escaut, mais certains documents nous montrent que ce ne sont pas là les seules motivations. En 1765, Cordier, bailli du Duc de Croÿ et administrateur de la manufacture, rappelle à son prince les précautions qu’il doit prendre : « Je crois toujours néanmoins qu’il serait bon de ne faire ceci en cours que comme une tentative pour faire travailler les pauvres sans avoir aucunement intention d’ériger une manufacture en titre et la produire au dehors, les vues n’étant quant à présent que d’occuper les habitants de Condé et des villages en dépendant, le tout pour éviter les inspecteurs, contrôleurs, marqueurs etc. qui viendraient en surcroît de frais que nous tâchons d’éviter ».

  • 81 Charles Schmidt, 1913.

112Ce sont effectivement plusieurs centaines de filles et garçons qui viennent filer dans cette manufacture. Dans les listes hebdomadaires de salaires, on relève les noms, prénoms, quantités et qualités produites ainsi que les salaires correspondants pour la période qui va de 1763 à 1766. Ce sont plus de 350 noms différents d’ouvriers, apprentis, fileurs, dévideurs, cardeurs ou tisseurs qui figurent dans ces documents, mais jamais en même temps. Les effectifs moyens d’ouvriers employés nous montrent qu’après une augmentation rapide entre 1763 et 1764, avec plus de 100 jeunes occupés à la filature, les chiffres marquent un palier, ce sont 60 à 70 jeunes qui sont employés en moyenne, mais de manière très irrégulière. Les fileurs « en gros » de coton sont les plus nombreux, mais on observe dans la période une augmentation du nombre des fileuses « en fin ». L’effectif des ouvriers est très variable et cela apparaît encore plus nettement si on observe l’emploi hebdomadaire. On y voit ici de très grandes différences d’une semaine à l’autre, les chiffres pouvant passer de 16 à 102 ! Le chiffre maximum atteint en janvier 1764, avec 111 fileurs, pourrait nous faire penser à un travail plus important l’hiver, mais l’allure générale de la courbe ne marque pas de variations saisonnières dans le travail des fileurs. En moyenne, ce sont 66 fileurs qui travaillent en même temps dans la manufacture, mais avec la possibilité de mobiliser un véritable bataillon de 350 personnes81.

113La période de formation est de courte durée, quelques semaines, elle concerne surtout les très jeunes filles et les apprentis ne perçoivent pas un salaire mais une « gratification ». Le statut de ces débutants est lié à l’extrême jeunesse de ces ouvriers plutôt qu’à une période de qualification. D’ailleurs, la présence dans la manufacture d’une personne chargée de la formation de l’ensemble des travailleurs indique que ces enfants sont soumis à un contrôle et une surveillance perpétuels. L’étude individualisée de la fréquence de l’emploi et du non-emploi pour quelques ouvriers nous montre la possibilité de contrôle d’une main-d’œuvre soumise à la conjoncture et aussi à la discipline manufacturière.

114Les registres paroissiaux nous permettent d’en savoir davantage sur ces ouvriers. Dans la cohorte composée de 69 familles constituant 101 ouvriers étudiés, il n’est pas rare de trouver 4 membres de la même famille occupés à la filature, ainsi les Chomy, David, Amélie, François et Louis. Plus de la moitié de l’effectif, 56 %, est composé de garçons, et l’âge moyen de ces fileurs est de 11,5 ans. Il semblait intéressant de regarder la profession des parents de ces enfants qualifiés de « pauvres ». Sauf pour 5 personnes dont la profession nous est inconnue, l’ensemble des pères occupe un emploi dans la période où leurs enfants sont employés à la filature On peut éventuellement soupçonner des situations sociales difficiles pour les 8 manouvriers ou ouvriers à la journée, mais l’ensemble des professions ne permet pas de qualifier ces enfants de particulièrement « pauvres ».

115Cette « embauche hebdomadaire » permet à la manufacture de discipliner sa main-d’œuvre, car le coton brut n’est distribué qu’aux seuls enfants qui auront respecté, la semaine précédente, le règlement affiché au-dessus de la porte d’entrée sur une planche de bois. Si l’on ignore les termes de ce règlement, on doit cependant envisager une certaine sévérité. C’est en tout cas ce que laissent suggérer des factures dans les comptes de la manufacture concernant « des frais d’emprisonnement, pour une nuit, concernant le jeune Ediart », rétif au contrôle de la fabrique. Le règlement fixe les salaires et les nombreuses retenues ou déductions pour ouvrages défectueux ainsi que la durée journalière du travail. Les horaires sont variables selon les saisons, on travaille davantage en été car les ouvriers sont présents, sous le contrôle du portier, depuis le lever du jour jusqu’à la tombée de la nuit.

116L’étude sur la fréquence de l’emploi et des salaires pratiqués nous permet de noter que de nombreux fileurs sont passés par l’apprentissage, pendant plusieurs semaines, et ils ont reçu « des gratifications » qui s’échelonnent entre 1 sou 6 deniers et 3 sous. Cette différence dans les paiements s’explique par la quantité d’écheveaux produite qui est la base du paiement de l’ensemble de la main-d’œuvre occupée à la filature. Chaque ouvrier reçoit une certaine quantité de matière (il y a là aussi une possibilité de contrôle de la main-d’œuvre) qui sera transformée en un nombre variable d’écheveaux de fils plus ou mois fins. Les salaires moyens hebdomadaires versés aux fileuses et fileurs entre 1763 et 1766 témoignent de l’hétérogénéité des traitements. Les fluctuations sont naturellement à mettre en lien avec l’emploi effectif. Il existe de grandes différences entre le salaire des fileurs et celui des fileuses visiblement plus adroites : elles filent plus fin le coton mais aussi le lin. Le salaire hebdomadaire moyen des fileurs est d’environ 8 sous 6 deniers, celui des fileuses d’1 livre 3 sous (cf. graphique n° 1). Ils varient en fonction du nombre d’écheveaux produits, plusieurs dizaines pour certains, un seul pour d’autres, mais aussi en fonction de la finesse. Le fil enroulé autour des écheveaux est pesé puis déroulé sur un dévidoir et le nombre de tours indique la finesse. L’étude de cette technique complexe nous permet de conclure qu’il ne s’agit pas du système du dévidoir anglais que tente d’imposer l’inspecteur général des manufactures Holker. Il semble que l’on attribue une somme à tel écheveau (d’un poids convenu) produisant autant de tours. Ainsi le jeune Amertz Étienne reçoit 7 sous 6 deniers pour une semaine en juillet 1763, pour avoir filé 5 écheveaux à 6 liards. Le liard équivalant à 3 deniers, ce jeune ouvrier a donc filé 5 écheveaux à 18 deniers chacun. Si le système permet un contrôle cohérent sur la main-d’œuvre, il semble que le « coût de l’écheveau » varie dans le temps et qu’il soit aussi fonction de la matière filée, le lin filé étant

Graphique n°1 : Salaires moyens hebdomadaires des fileurs de Condé-sur-l’Escaut (1763-1766)

Graphique n°1 : Salaires moyens hebdomadaires des fileurs de Condé-sur-l’Escaut (1763-1766)
  • 82 Dieudonné, 1972, p. 250.

117mieux rétribué que le coton. Ainsi, à la vue de ces salaires très bas, on a du mal à adhérer aux propos du préfet Dieudonné qui explique, en 1802, la disparition de la manufacture par « la mauvaise volonté des pères et mères qui négligeaient d’y envoyer leurs enfants, sous prétexte qu’ils ne gagnaient pas assez et dans la fainéantise de ceux-ci. Pourquoi cette cause paraît-elle un mal endémique dans la portion indigente de la population des villes »82.

 

118L’ensemble des ouvriers est dirigé par Hérigny, mais les administrateurs n’hésitent pas dès le début à faire appel à des « techniciens extérieurs » pour former la main-d’œuvre et améliorer les productions. On sait par exemple qu’à l’été 1764 deux ouvriers de Saint-Quentin passent au moins une semaine à Condé-sur-l’Escaut, « pour travailler à la manufacture ».

119Moins de trois ans après son arrivée, les administrateurs décident de se séparer du premier directeur qui, selon eux, ne fait plus l’affaire. Il est difficile de vérifier les faits qu’on lui reproche mais il est certain que, si c’est « le Sieur Hérigny qui a donné les principes de la filature », en 1766, on peut se passer de lui. Les administrateurs lui reprochent son incapacité à conduire la fabrique et regrettent le nombre important de pièces gâchées ainsi que son refus de « se concerter avec des ouvriers très entendus chacun dans leur partie… ».

120À partir de 1778, la manufacture est dirigée par deux anciens fileurs, Jean Baptiste Choir et Jacques Gallet. Il s’agit là d’une véritable ascension professionnelle pour ces deux ouvriers qui commencèrent à filer dès leur jeunesse dans la fabrique. On a recueilli des informations sur le seul Jean Baptiste Choir, né le 21 mars 1751, d’un père cafetier, et qui entre à la manufacture dès le mois de juillet 1763, à l’âge de 12 ans. Il se marie à 29 ans, et la profession indiquée dans l’acte de mariage mentionne la fonction de « directeur des ouvriers de la manufacture de coton ». L’ascension de cet ouvrier va de pair avec l’amélioration des toiles produites à Condé-sur-l’Escaut. On sait qu’en février 1778, il est à Rouen pour parfaire sa formation dans le travail du coton : « J’ai reçu vos ordres par lesquels vous me mandez le temps qu’il faut prendre connaissance de tous les travaux, ce qui est impossible par le nombre des ouvrages différents, si vous désirez d’autres ouvrages que ceux que l’on appelle siamoise de fil coton ou travail de chaîne et trame de coton tous deux ouvrages bons à imprimer pour faire perses et indienne, je vous prie de me donner vos ordres ». Il apprend aussi à soigner la préparation du tissage, à « arranger les cotons pour faire tout ouvrage à la navette, comme siamoise, mouchoirs de toutes sortes de goût ». Lors de son séjour, Choir consulte les fabricants, imprimeurs, blanchisseurs et teinturiers sur la meilleure manière de blanchir les toiles de coton car « si je n’apprenais point la meilleure manière de couler les pièces que quand je ferais le meilleur travail, qu’elles ne prendraient jamais ».

121C’est aussi Choir qui s’occupe, dans ses différents voyages, des ventes de toiles auprès des marchands : en 1780 par exemple, il est à Rouen pour la vente des 52 pièces, mais il ne trouve pas preneur et s’en décharge à Amiens. Les indienneurs amiénois ne sont pourtant pas, d’après Choir, satisfaits de ces 79 pièces, fabriquées par l’autre directeur, Gallet, et assurent que c’est la dernière fois qu’ils achètent de telles marchandises. Par contre, ils apprécient celles fabriquées par Choir et blanchies par lui à Rouen : « elles peuvent mieux nous convenir tant pour leur qualité que pour le blanc ainsi si vous continuez à en faire fabriquer de cette sorte nous pourrons les apprécier à leur juste valeur ». Il essaie de mettre en avant ses capacités techniques d’autant plus qu’à partir de ce moment, il devient « indépendant » et reçoit, en plus de ses appointements, une somme pour chaque pièce, qu’il va blanchir et apprêter.

122Pour justifier son travail, Choir n’hésite pas à demander de faire passer ses échantillons à Oberkampf qui reste l’acheteur exigeant à satisfaire : « Je vous envoie Monseigneur de Croÿ, des échantillons… que vous pourrez faire passer à M.Oberkampf à Jouy avec l’étiquette et le prix de vente, comme je prends environ 6 livres en gain par chaque pièce, il pourrait bien arriver que M.Oberkampf déduise mais le montant de la (pièce ?) vous reste ».

123On le voit ici, la manufacture a constamment fait des efforts pour satisfaire les acheteurs, au premier rang desquels Oberkampf, en recherchant la qualité des ouvrages produits. Si, dans les premières années, on fait appel à des ouvriers de Saint-Quentin, en 1778, c’est la fabrique de Troyes qui sert de modèle. Se remettant sans cesse en question, la manufacture sous l’impulsion du Prince, se lance dans une comparaison avec les productions troyennes. On va ainsi fabriquer différentes pièces avec la volonté de comparer les différents coûts pratiqués à Troyes et à Condé-sur-l’Escaut. Ajoutons que, sur les 12 toiles fabriquées de manières différentes, la manufacture se fixe à chaque fois comme objectif un bénéfice d’environ 20 % et, dans les périodes de conjoncture difficile, les administrateurs n’hésitent pas à s’astreindre à des économies et à diminuer les salaires des différents ouvriers.

124Jusqu’en 1786, Choir et Gallet dirigent donc la fabrique mais les relations entre les deux hommes sont souvent empreintes de rivalités. En octobre 1779, Choir se plaint au Duc, de la cabale montée par Gallet pendant son absence de juin et juillet. Celui-ci aurait en effet refusé de payer les ouvriers en prétextant que Choir avait utilisé de l’argent pour son propre compte. Ce conflit met en évidence, un mouvement de révolte de la part des ouvriers « qui ne font que se badiner ensemble et ne veulent plus travailler ». Le contrôle devient même impossible, « quand je vais dans les boutiques pour faire ma visite les ouvriers ne font que rire et frappe aux fenêtres quand je sors des boutiques, ils se mettent à crier comme si j’étais un malfaiteur, chacun me montre aux doigts quand je passe ». La manufacture tardant à verser les salaires, les ouvriers « font du travail qui sera rebuté par M. Oberkampf et qu’on en tirera partie que par une grande perte ».

125Cette situation difficile de la manufacture n’est pas sans poser des problèmes aux tisserands, puisque la mauvaise qualité de fil, et notamment de la lessive, les oblige à passer 12 jours au lieu de 8 pour tisser une toile. Les tisserands étant payés au nombre de pièces fabriquées, beaucoup sont « découragés et en voilà 5 qui ont quitté et qui sont allés travailler à Péruwelz (ville située dans les Pays-Bas autrichiens) et plusieurs autres qui menacent d’en faire autant ».

126On sait qu’en 1786 Gallet ne fait plus partie de la manufacture où il a passé plus de 20 ans et où il a « été bien payé d’ingratitude car en place de me vouloir du bien, ils ont formé des complices pour me détruire… ». Gallet espère recevoir quelques faveurs qu’on lui a promises, et se chagrine « en voyant que j’avais entré dans la manufacture avec de l’or et de l’argent à présent je me vois sans le sous… ». Choir triomphe donc de son concurrent mais pour peu de temps puisqu’en 1786, le Sieur Didier est chargé « de diriger, surveiller et donner tous les soins nécessaires à la manufacture, tant à la fabrique qu’à leur débit ». Mais ce personnage n’est pas seulement directeur puisqu’il signe en 1787, un contrat de société avec le Prince et il devient donc associé à part entière.

127Sans toutefois exagérer les productions de filés produites par ces manufactures, qui furent minimes par rapport à la production traditionnelle opérée par les femmes adultes dans le cadre du travail à domicile, celles-ci apparaissent originales. Commencée au milieu du XVIIIe siècle, la mobilisation massive d’enfants employés à la filature de coton, et qui occupent une tâche centrale et essentielle dans le cadre de ces proto-fabriques, s’achève dans les années 1780, avec la mécanisation de l’industrie. Ce sont alors des adultes ou de jeunes adultes qui sont employés comme fileurs à la jenny ou à la mule-jenny, la main-d’œuvre juvénile étant reléguée à des tâches secondaires. Cette « expérience », de courte durée, permet cependant de mettre en évidence la mise en place d’une nouvelle organisation du travail de la part des entrepreneurs pour faire face à la demande croissante des consommateurs pour les toiles de coton. Pour être menée à bien, cette nouvelle organisation du travail nécessita l’action combinée des différentes autorités publiques, ecclésiastiques et surtout économiques.

 

  • 83 Mohamed Kasdi et Frédéric Ghesquier, 2008.
  • 84 Chantal Petillon, 2002.
  • 85 Philippe Guignet, 1979 ; Didier Terrier, 1996.

128Au cours de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, l’industrie cotonnière ne rivalise pas encore avec celles du lin et de la laine. En Flandre intérieure et dans la vallée de la Lys, le travail du lin, stimulé par la culture locale de la fibre, favorise une industrie de toiles plus ou moins grossières qui devient exportatrice et ne cesse de prospérer au cours du siècle83. Dans la région lilloise, le travail du lin et celui de la laine sont associés. La filterie de lin, la filature de laine peignée ou de « fil ras », la fabrication des camelots, molletons et autres draps assurent la prospérité de la capitale provinciale. Le plat pays, qui plus est, ne se contente pas d’abriter les tisserands ruraux à domicile. Roubaix, par exemple, commence à s’émanciper de la tutelle lilloise : les marchands-fabricants exportent leurs étoffes légères, les calmandes, dans toute la France et à l’étranger84. Plus au sud, dans le Cambrésis, de nombreux « mulquiniers » s’adonnent, sous la houlette des marchands-fabricants de Valenciennes et de Saint-Quentin, au travail des toiles de lin fines, les batistes et linons85. Toutefois, c’est le marché qui commande et l’engouement pour les toiles de coton, particulièrement significatif dès le milieu du siècle, stimule les initiatives propres à satisfaire la clientèle. Les basins à Roubaix, les toiles à carreaux de Hondschoote et Douai, les mousselines à Condé-sur-Escaut, les indiennes à Lille, etc., témoignent d’un mouvement propre à enrichir l’éventail des productions traditionnelles grâce à l’apport du coton. Ils témoignent plus encore d’une capacité d’initiative qui, bien réelle, n’en est encore qu’à ses balbutiements : s’il est impossible de préciser la part réelle de cette fibre dans le travail textile entendu dans sa globalité, nul doute que le coton reste encore largement minoritaire. Entreprise toujours très localisée, souvent sans lendemain, le passage au coton s’apparente à une aventure qui reste à la marge.

Notes

1 ADN, C 192.

2 ADN, tabellion 2285/164 et 80/97.

3 ADN, C21158.

4 Philippe Guignet, 1979.

5 ADN, C 9247.

6 Didier Terrier, 1996.

7 ADN, C État 209 et 210.

8 ADN, C 668.

9 ADN, L 6652.

10 Liana Vardi, 1993 ; ADN, C 160.

11 Charles Schmidt, Fernand Gerbaux, 1906.

12 AM Roubaix, HH50 à HH81.

13 Henry-Louis Dubly, 1925.

14 ADN, C 1660.

15 ADN, C 3980.

16 ADN, C 3997.

17 ADN, C 1654.

18 L. J. Messiaen, 1995.

19 ADN, C1658.

20 ADN, C 1658.

21 ADN, 6U/975.

22 Didier Terrier et Philippe Toutain, 1978.

23 AM Comines, HH 8.

24 AM Lille, A. G/1192 dossier 3.

25 ADN, C 8291.

26 AM Lille, A. G/1197 dossier 13.

27 ADN, C8183.

28 Hubert Van Houtte, 1920.

29 AM Lille, A.G/1198 et 1201.

30 ADN, Tabellion 2138.

31 ADN, C9251.

32 AM Lille, A.G/1199.

33 ADN, Tabellion 3935/54.

34 ADN, Tabellion 139.

35 Frédéric Lebrecht, 1997.

36 AM Lille, A. G/1201 dossier 5.

37 Philippe Haudrère, 1989.

38 Louis Bergeron, 1970.

39 Herbert Luthy, 1961, tome 1, chapitre 2.

40 AM Valenciennes, 4ii 171.

41 Jean Clinquart, 1995.

42 ADN, C 9608.

43 ADN, C 9608.

44 AM Valenciennes, 4ii 56.

45 S. D. Chapman, S. Chassagne, 1981.

46 AM Lille A. G/1201 dossier 2.

47 MA de Saint-Léger, 1907, p. 151-154.

48 AM Lille, A. G/1208 dossier 5.

49 ADN, Tabellion 3093/166.

50 AM Lille, A. G/1201 dossier 3.

51 ADN, 6U2/973.

52 ADN, 6U2/976.

53 ADN, C 6733.

54 ADN, Tabellion 3092/94.

55 ADN, Tabellion 70/77.

56 ADN, Tabellion 3086/95.

57 ADN, Tabellion 3091.

58 ADN, Tabellion 943/105.

59 AM Valenciennes, 4 II/114.

60 AM Lille, A. G/157.

61 H. Coppejans-Desmedt, 1952, p. 81.

62 ADN, 6U2/974.

63 ADN, 6U2/977.

64 ADN, 6U2/979.

65 ADN, Tabellion 3100/102.

66 ADN, L 10323.

67 ADN, 6U2/977.

68 Pétition à l’Assemblée nationale…, 1792 ; Nouvelles observations soumises à l’Assemblée nationale…, 1792.

69 Robert Paris, 1957.

70 AM Lille, A. G/1197 dossier 7.

71 Christian Pfister, 1985.

72 ADN, 76J/11.

73 Archives privées de la famille de Croÿ.

74 S. Chassagne, A. Dewerpe, Y. Gaulupeau, 1976.

75 A. Dewerpe, Y. Gaulupeau, 1990.

76 ADN, C105.

77 ADN, C 9087.

78 ADN, C 16645.

79 ADN, C156.

80 AN F12/1339 ; Serge Chassagne, 1991.

81 Charles Schmidt, 1913.

82 Dieudonné, 1972, p. 250.

83 Mohamed Kasdi et Frédéric Ghesquier, 2008.

84 Chantal Petillon, 2002.

85 Philippe Guignet, 1979 ; Didier Terrier, 1996.

Table des illustrations

Titre Graphique n°1 : Salaires moyens hebdomadaires des fileurs de Condé-sur-l’Escaut (1763-1766)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/1359/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 347k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search